Sélectionner une page

Le mot de la fin

Ma grand-mère avait coutume de commencer les livres par la fin. Elle ne lisait même pas la quatrième de couverture, non, elle l’ouvrait comme le fait aujourd’hui un lecteur de mangas, parcourait les 2-3 dernières pages et décidait alors seulement si le bouquin valait la peine d’être lu. Ce qui m’exaspérait au plus haut point. À quoi bon lire une histoire dont on connait déjà la fin ? Le plus...

Le mot de la fin

Le mot de la fin

Ma grand-mère avait coutume de commencer les livres par la fin. Elle ne lisait même pas la quatrième de couverture, non, elle l’ouvrait comme le fait aujourd’hui un lecteur de mangas, parcourait les 2-3 dernières pages et décidait alors seulement si le bouquin valait...

Le mot de la fin

Ma grand-mère avait coutume de commencer les livres par la fin. Elle ne lisait même pas la quatrième de couverture, non, elle l’ouvrait comme le fait aujourd’hui un lecteur de mangas, parcourait les 2-3 dernières pages et décidait alors seulement si le bouquin valait la peine d’être lu. Ce qui m’exaspérait au plus haut point. À quoi bon lire une histoire dont on connait déjà la fin ? Le plus...

Le mot de la fin

Ma grand-mère avait coutume de commencer les livres par la fin. Elle ne lisait même pas la quatrième de couverture, non, elle l’ouvrait comme le fait aujourd’hui un lecteur de mangas, parcourait les 2-3 dernières pages et décidait alors seulement si le bouquin valait la peine d’être lu. Ce qui m’exaspérait au plus haut point. À quoi bon lire une histoire dont on connait déjà la fin ? Le plus...

Le mot de la fin

Ma grand-mère avait coutume de commencer les livres par la fin. Elle ne lisait même pas la quatrième de couverture, non, elle l’ouvrait comme le fait aujourd’hui un lecteur de mangas, parcourait les 2-3 dernières pages et décidait alors seulement si le bouquin valait la peine d’être lu. Ce qui m’exaspérait au plus haut point. À quoi bon lire une histoire dont on connait déjà la fin ? Le plus...

Le mot de la fin

Ma grand-mère avait coutume de commencer les livres par la fin. Elle ne lisait même pas la quatrième de couverture, non, elle l’ouvrait comme le fait aujourd’hui un lecteur de mangas, parcourait les 2-3 dernières pages et décidait alors seulement si le bouquin valait la peine d’être lu. Ce qui m’exaspérait au plus haut point. À quoi bon lire une histoire dont on connait déjà la fin ? Le plus...

lire plus
Ministère des démarches interminables

Ministère des démarches interminables

En résumé, Cela fait une semaine que je suis sur la brèche pour l'inscription de ma fille au lycée. On va dire que niveau administratif, on est entré en mode no friendly. Genre, le lycée d'affectation du robot en ligne — où il y avait l'option de la mort qui tue à 60...

Les dents

Les dents

Plutôt que d'infliger à PrototypeKblog un long commentaire sur son dernier papier sur les dents, j'ai préféré directement lui répondre ici, sur l'autre versant de sa réflexion. Ils mordent pour faire mal. Ils mordent pour exister. Ils mordent tout le temps. Ils...

Tout sur ma mère

Tout sur ma mère

La dernière fois que j'ai parlé de ma mère, j'avais été convoquée au bureau de la psychologue de l'université et je pensais qu'il s'agissait là d'une procédure standard. Cela faisait déjà un bon bout de temps que j'avais rangé la question de mon enfance sous le...

Parcours complexe de supériorité

Parcours complexe de supériorité

S'il y a bien une chose à retenir de Parcoursup, c'est que l'algorithme n'est pas bienveillant. En fait, la machine ou le traitement automatisé ne peut pas être bienveillant. Parce qu'il ne permet pas l’interaction, tout simplement, pas d'argumentation, pas de cas...

Parlons chiffons

Parlons chiffons

Quand j'étais gosse, à la fin d'un repas convivial, les hommes sortaient de table pour fumer ou discuter de choses sérieuses pendant qu'ils laissaient les femmes sur place pour parler chiffons. De manière plus prosaïque, cela signifiait qu'ils plantaient les gonzesses...

La vie d’artiste

La vie d’artiste

Imaginez que pour préparer ce délicieux repas pascal que vous venez de déguster en bonne compagnie, vous vous soyez rendu chez le boucher, il y a à peine quelques jours, et que vous ayez tenu ce genre de propos : Écoutez, nous adorons vraiment votre magnifique épaule...

Merci de votre soutien

Soutenir Le Monolecte, concrètement!

Mon dernier livre

Comprendre l'antisémitisme
Version papier : 13€HT

Crédit photo couverture : ©Beth Jusino

Version numérique

Livre numérique Comprendre l'antisémitisme
Agnès Maillard
Le Monolecte
6,49 €

Mes réseaux sociaux

  • Mastodon
  • Seenthis
  • Sens Critique
  • Framasphère
  • Flickr
  • Instagram
  • LinkedIn
  • Page Facebook
  • Profil Facebook
  • Twitter
  • Viadéo

Catégories

Archives

septembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930