Articles

Agès devant le Sacré-CœurAgnès Maillard

Les grandes générosités

Mon grand-père faisait partie de ces gens qui aiment à déclarer à tout bout de champ que plus ils fréquentent les gens et plus ils aiment leur chien. En fait, mon grand-père n’aimait pas grand monde en dehors de moi. J’aurais pourtant…
Singe tapant à la machine à écrire

Trump et l'Ogre Génialement Monstrueux

Pourquoi ne pas admettre que l'Amérique du Nord ne pouvait espérer meilleur président que Donald Trump ? Pour quoi ne pas admettre qu'elle s'est choisi un président à son image, conforme à sa réalité socioéconomique et non à son storytelling…
La phrase de l'année! 1
,

Les naufrageurs et leur peine

C'est un crime encore plus grand que celui de tuer que de se détourner de ceux qui appellent à l'aide. Il nous tue aussi surement qu'il tue ceux que nous méprisons assez pour ne pas les juger dignes de notre propre humanité. Nous avons…
La phrase de l'année! 1

Schiste happens

Les plus confiants d’entre nous en étaient restés à l’idée rassurante et confortable que le nouveau président en exercice avait interdit pour toute la durée de son quinquennat l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique, ce qui nous laisserait largement le temps de voir si ce nouvel eldorado énergétique tenait vraiment toutes ses promesses dans les autres coins du monde où il tourne à plein régime.

La phrase de l'année! 1

La crise délibérée

Pendant que les forces de la contestation sociale pansent leurs plaies dans leurs quartiers d'été, celles de l'argent ne relâchent pas leurs efforts pour nous enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde.

La phrase de l'année! 1

Après eux, la fin du monde

Ne ressentez-vous pas, vous aussi, avec quelle extrême complaisance morbide notre société se vautre dans le catastrophisme le plus poisseux ?

La phrase de l'année! 1

Noël en juin

Il me suffit de jeter un œil par la fenêtre pour me demander quel est le sombre abruti qui a décidé qu'on fêterait Noël en décembre.

La phrase de l'année! 1

L'impasse

Ce n'est pas comme si nous n'avions pas été patients. Ce n'est pas comme si nous n'avions pas participé massivement (bien que souvent à notre corps défendant !) au grand effort collectif (pour une fois !) de modernisation du monde. Ce n'est pas comme si nous n'avions pas aussi porté en nous ce grand espoir de lendemains qui chantent.
Mais tout de même, au bout de plus de 30 ans d'efforts, de sacrifices (toujours décidé par les uns et supportés par d'autres, mais toujours les mêmes autres), de régressions sociales massives, alors même que l'on nous contraint à toujours plus de serrage de ceinture, il est peut-être temps d'arrêter de jouer les gros naïfs confiants et de demander à nos apôtres du bonheur libéral si, au bout du compte, ils ne se seraient pas un peu payé la fiole de 99 % de l'humanité.

La phrase de l'année! 1

Effet ciseau

Et là, est-ce que tu commences à bien la sentir, la main invisible du marché ? Est-ce que tu la sens bien, son étreinte implacable qui t'a choppé par les balloches et qui te broie, continuellement, inexorablement, jusqu'à ce que tu mettes genou à terre, jusqu'à ce que tu ploies l'échine, jusqu'à ce que tu ne sois plus rien qu'un grand cri de douleur ?
La phrase de l'année! 1

Low tech

Parce que ma cafetière expresso est encore tombée en panne, j'en viens à me demander s'il ne faut pas revenir à plus de simplicité.
Forcément.

La phrase de l'année! 1

L'imposture humanitaire

Au début, je voulais surtout voyager

Jérémy a la petite vingtaine tranquille et joyeusement ébouriffée des membres de la grande tribu des surfeurs, des glisseurs, des grimpeurs, l'œil aussi limpide qu'un lac pyrénéen à la fonte des glaces et un projet de vie qui se construit pas à pas.

La phrase de l'année! 1

L'imaginaire révolutionnaire

Ce qu'il a de remarquable à retenir de l'année 2009, c'est qu'elle n'a eu précisément rien de remarquable et qu'il n'y pas grand-chose à en retenir.

La phrase de l'année! 1

La phrase de l'année!

La phrase de l'année! Mise en ligne par Le Monolecte Si le climat était une banque, ils l'auraient déjà sauvé ! Hugo Chavez, conférence climat de l'ONU à Conpenhague, 16 décembre 2009 no comment