Articles

Hors ligne

Finalement, ça a du bon, une coupure Internet. Bien sûr, tu ne peux pratiquement plus assumer aucune des activités modernes normales, surtout si ton travail est entièrement numérique, bien sûr tu es coupé de tout et de tout le monde,…

Chronique des jours courts

C'est un peu comme si le froid avait figé le temps. Alors, on bricole un peu en attendant la suite. J'aurais voulu commencer en écrivant que l'odeur de brulé m'a arraché du sommeil, mais en fait, rien du tout, c'est comme si avoir le…

Le résistant

C'est un homme qui s'accroche au bord de la falaise, les deux pieds pendants vers l'abime dont il sait qu'il est insondable et froid. Il ne tient plus que par la pulpe de ses doigts, il sait qu'il finira par lâcher, inéluctablement, il pleure,…

Life on Mars

On nous avait dit qu'il valait mieux réserver nos places sur Internet pour ne pas se retrouver refoulés sur place, qu'il y avait toujours du monde, mais que ça valait le coup quand même. Nous nous sommes tout de même pointés au Gouffre…

Les marchands de nuages

Elles apparaissent un peu brutalement au détour d'un virage, sur la route des vacances. Elles sont toujours quelque peu incongrues dans le paysage, comme deux mugs de café fumant que deux géants auraient oublié lors d'un piquenique au bord…
,

Mémoire de pierres

C'est une église juchée au sommet d'une colline et dont le clocher semble accuser le ciel. C'est un édifice incongru, même pour ce coin de Gascogne, jusqu'à ce que son histoire soit contée. L'histoire donc d'un petit seigneur local,…

Ce que l'avenir vous promet…

Parfois, j'ai du mal à vraiment comprendre la novlangue. Déjà, parce que je ne sais pas toujours que c'est de la novlangue, et ensuite, même quand j'arrive à le percevoir, je rate quand même ce qui se cache derrière. « On a tous…

Croisée

Il marche, il marche sans y penser. À peine est-il conscient de la légère caresse du printemps naissant sur son visage, à peine sent-il un soleil timide lui chauffer doucement les épaules à travers le coton noir de sa chemise. Il marche…

Un tout petit peu plus loin, en bas, à gauche

L'heure est grave et commande à chacun de se draper dans ses oripeaux d'expert en géopolitique, sécurité intérieure, théologie appliquée et rituels funéraires. Mais le flux oblitère le cerveau, je reste l'œil rivé dans le petit bout…
Vue générale de la terrasse

Collectif de l'huile de coude

Je sais, j'ai eu un mois un peu fainéant par ici, mais je suis contente d'avoir publié ce reportage chez Basta! Une chouette histoire qui colle la banane plus que les boules, par les temps qui courent, ça n'a pas de prix. Et ça se…

La société de l'entre-soi

Un jour, probablement dans l'année qui a suivi l'obtention de mon permis de conduire, je me suis retrouvée sur un rondpoint où c'est aux conducteurs entrants de céder le passage à ceux qui tournent déjà. J'avais bien vu du coin de l'œil…

De la normalité en temps de crise

— T'inquiètes maman, c'est pas grave : tous mes copains savent que j'ai une mère space ! J'ai récupéré la gosse au collège en fin de matinée, ce mardi. Plus de profs en vue, pour cause de formation. Ce n'est pas trop grave,…
,

Bon débarras!

Franchement, l'année 2014 était médiocre pour la plupart d'entre nous. En dehors de la poignée de profiteurs pour lesquels le pillage des biens communs s'est traduit par un enrichissement personnel totalement indécent, pour la grande…

Décennie

Il y a 3649 jours exactement, j’ouvrais Le Monolecte. Je ne me souviens plus réellement de mon état d’esprit d’alors, parce que j’ai beau faire — et même me relire en passant — ces 10 années m’ont profondément changée. De…

Les objecteurs

On vit dans un monde de petits soldats. C’est juste qu’on ne s’en rend pas trop compte. Mais c’est exactement ça qu’on nous apprend dès le plus jeune âge : marche ou crève. En plus enrobé, mais c’est l’idée. Si tu veux…

La voix des morts

Maman, ce ne serait pas ce qu'on appelait une cassette, par hasard ? Petit après-midi d'été qui étire sa flemme devant la vitrine de la chambre de la grand-mère disparue. Il se trouve que c'est là que je dors quand on rend visite…

La Grande Bellezza del nulla

Cela faisait bien longtemps que nous n'avions pas pris le temps de nous arrêter sur un film. Et le temps — celui qui passe, indifférent à la frénésie des hommes et la vacuité de leur existence — est précisément la matière première…

Être dans ses petits souliers

Ma grand-mère disait toujours qu’il fallait le temps que le pied se fasse à la chaussure. J’ai découvert bien plus tard, vraiment plus tard, que la bonne chaussure, on y entre comme dans une pantoufle et c’est elle qui doit se faire…

Les sauvageons aussi aiment la glace aux Schtroumpfs

C'est la première véritable belle journée de l'année et tout ce que Montpellier compte de bipèdes est venu s'échouer sur le banc de sable le plus cher de France. C'est la foule des grands jours d'été qui se répand dans les ruelles…

My bloody Valentine

Le culte des morts n'en rappelle que plus cruellement le mépris des vivants.