Articles

Les marchands de nuages

Elles apparaissent un peu brutalement au détour d'un virage, sur la route des vacances. Elles sont toujours quelque peu incongrues dans le paysage, comme deux mugs de café fumant que deux géants auraient oublié lors d'un piquenique au bord…
Image de cochon en hypermarché, dessiné par Patrick Mignard, avec comme légende : "Ça sent le formol! Ils devraient le vendre en parapharmacie"

Le prix du cochon

Il était difficile de les éviter : de grands bacs réfrigérés qui entravaient directement le flux des consommateurs, juste après que nous ayons franchi les portiques d'entrée de l'hypermarché. C'est souvent comme cela, dans la grande…

L'apocalypse des petits bourgeois

Cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé cinéma par ici. Il faut dire que si l'on cherche de l'audace ou des thématiques adultes, on est bien mieux servis par les séries TV dont certaines enterrent depuis pas mal de temps la platitude…

Être dans ses petits souliers

Ma grand-mère disait toujours qu’il fallait le temps que le pied se fasse à la chaussure. J’ai découvert bien plus tard, vraiment plus tard, que la bonne chaussure, on y entre comme dans une pantoufle et c’est elle qui doit se faire…
Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Pourquoi je suis passée au livre numérique

J'ai tellement lu qu'à moment donné, je me suis dit que je n'allais pas faire entrer un livre de plus dans la maison. J'ai gardé l'amour du beau papier, du parfum de l'encre, de ce genre de choses, même si beaucoup d'éditeurs font…
Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

La crise délibérée

Pendant que les forces de la contestation sociale pansent leurs plaies dans leurs quartiers d'été, celles de l'argent ne relâchent pas leurs efforts pour nous enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Trop courte la vie

Une minute, tu es là ; la suivante, il n’y a plus personne.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Noël en juin

Il me suffit de jeter un œil par la fenêtre pour me demander quel est le sombre abruti qui a décidé qu'on fêterait Noël en décembre.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Effet ciseau

Et là, est-ce que tu commences à bien la sentir, la main invisible du marché ? Est-ce que tu la sens bien, son étreinte implacable qui t'a choppé par les balloches et qui te broie, continuellement, inexorablement, jusqu'à ce que tu mettes genou à terre, jusqu'à ce que tu ploies l'échine, jusqu'à ce que tu ne sois plus rien qu'un grand cri de douleur ?
Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Le capitalisme libéral pour les mal-comprenants

Il était une fois, il y a très très longtemps, une entreprise d'État qui s'appelait les PT&T et qui faisait en sorte que tous les citoyens d'un pays pas si lointain puissent communiquer entre eux.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Low tech

Parce que ma cafetière expresso est encore tombée en panne, j'en viens à me demander s'il ne faut pas revenir à plus de simplicité.
Forcément.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Comme un phare dans la nuit

Il y a quelques jours, une belle boutique flambant neuve était inaugurée au bled. Événement relativement rare et d'autant plus remarquable que cette boutique a une histoire.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Flux tendu

Mécanique des fluides à l'usage des petits boutiquiers de la Terre.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Des putains et des hommes

Tant que les hommes auront des besoins impérieux à assouvir, il ne faudra pas s'étonner de servir de porte-manteaux dans les conseils d'administration.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Quinze minutes de la vie d'une femme

16 h 50. Quatre fois par semaine, quelle que soit l'activité en cours, il me faut tout laisser tomber immédiatement pour aller chercher la gosse à l'arrêt de bus.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Esprits de fêtes

Voilà le familylecte jeté sur les routes, au gré des hasards, un certain 25 décembre comme tant d'autres.

Librairie Caractères à Mont-de-Marsan

Ça sent le sapin!

Tout vient à point à qui sait attendre, mais depuis plus d'un mois que je rongeais mon frein, j'ai bien cru ne jamais voir le bout de ma première grande aventure éditoriale.