Articles

Chronique des jours courts

C'est un peu comme si le froid avait figé le temps. Alors, on bricole un peu en attendant la suite. J'aurais voulu commencer en écrivant que l'odeur de brulé m'a arraché du sommeil, mais en fait, rien du tout, c'est comme si avoir le…

Le résistant

C'est un homme qui s'accroche au bord de la falaise, les deux pieds pendants vers l'abime dont il sait qu'il est insondable et froid. Il ne tient plus que par la pulpe de ses doigts, il sait qu'il finira par lâcher, inéluctablement, il pleure,…
,

Mémoire de pierres

C'est une église juchée au sommet d'une colline et dont le clocher semble accuser le ciel. C'est un édifice incongru, même pour ce coin de Gascogne, jusqu'à ce que son histoire soit contée. L'histoire donc d'un petit seigneur local,…
,

Les naufrageurs et leur peine

C'est un crime encore plus grand que celui de tuer que de se détourner de ceux qui appellent à l'aide. Il nous tue aussi surement qu'il tue ceux que nous méprisons assez pour ne pas les juger dignes de notre propre humanité. Nous avons…

Un tout petit peu plus loin, en bas, à gauche

L'heure est grave et commande à chacun de se draper dans ses oripeaux d'expert en géopolitique, sécurité intérieure, théologie appliquée et rituels funéraires. Mais le flux oblitère le cerveau, je reste l'œil rivé dans le petit bout…
,

Comprendre l'antisémitisme

Six ans après Le syndrome du poisson rouge, je retente l'aventure livresque avec un sujet encore moins évident que mes déblatérations en ligne. En fait, tout part de mon dernier boulot vraiment très intéressant pour ma boite à…

La voix des morts

Maman, ce ne serait pas ce qu'on appelait une cassette, par hasard ? Petit après-midi d'été qui étire sa flemme devant la vitrine de la chambre de la grand-mère disparue. Il se trouve que c'est là que je dors quand on rend visite…

Aujourd'hui, on s'en lave les mains!

Quand tu es malade, mieux vaut un bon repas qu’aller à l’hôpital, disent les Chinois. En octobre 2008, Guillaume Depardieu mourrait d'une infection nosocomiale, c'est à dire d'une bactérie résistante à tous les traitements,…

La Grande Bellezza del nulla

Cela faisait bien longtemps que nous n'avions pas pris le temps de nous arrêter sur un film. Et le temps — celui qui passe, indifférent à la frénésie des hommes et la vacuité de leur existence — est précisément la matière première…

My bloody Valentine

Le culte des morts n'en rappelle que plus cruellement le mépris des vivants.

La crise délibérée

Pendant que les forces de la contestation sociale pansent leurs plaies dans leurs quartiers d'été, celles de l'argent ne relâchent pas leurs efforts pour nous enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde.

Après eux, la fin du monde

Ne ressentez-vous pas, vous aussi, avec quelle extrême complaisance morbide notre société se vautre dans le catastrophisme le plus poisseux ?

Amour à mort

Je ne suis pas encore assez cynique pour te souhaiter la bonne année.

Trop courte la vie

Une minute, tu es là ; la suivante, il n’y a plus personne.

Effet ciseau

Et là, est-ce que tu commences à bien la sentir, la main invisible du marché ? Est-ce que tu la sens bien, son étreinte implacable qui t'a choppé par les balloches et qui te broie, continuellement, inexorablement, jusqu'à ce que tu mettes genou à terre, jusqu'à ce que tu ploies l'échine, jusqu'à ce que tu ne sois plus rien qu'un grand cri de douleur ?