Recherche fondamentale

En ce moment tout me fait chier. Mais vraiment tout!
Du coup, j’ai une humeur de pitbull chikungugné que je préfère garder pour moi.
Jusqu’à ce que ça explose…

Même le temps me fait chier. C’est dire!
Un coup, on se réveille en pleine nuit en grelottant, et on se retrouve à exhumer la couette à tâtons de son cocon d’antimites. Un coup on se retrouve baignant dans son jus, obligé de virer les bottes d’hiver pour des tongs.

Chaud. Froid. Chaud. Froid.
Humide.

Évidemment, la pelouse met 2 jours à se transformer en savane, les proprios nous cassent les couilles parce qu’on n’a pas un jardin à la française et tous les week-ends on se fait chier à regarder tomber la pluie!

En plus, depuis le 6 mai, j’ai l’impression d’avoir été propulsée dans Life on Mars. Le 5, on était encore en 2007, avec un nouveau monde à penser et à construire. Et vlan, le 6 au soir, on se retrouve en 1933, avec des concepts aussi fulgurants que travailler plus pour payer gagner plus ou le vouvoiement obligatoire, c’est le respect! Et demain, ce sera quoi : la femme idéale, elle reste à la maison et elle s’occupe des gosses ou pour les parasites cas socialement très défavorisés, on a prévu des camps sessions intensives de retour aux travaux forcés au travail?
Déjà que la soumission du faux petit père des pauvres de Martin Hirsh à l’intérêt de la franchise médicale m’a déclenché un urticaire galopant ainsi qu’une bouffée délirante de râles gargouillants…

Même la photo de notre princident est naze. Franchement, j’aurais mieux fait. Cadre, lumière, posture, décor… je t’aurais tiré une de ces belles photos! Je serais même arrivée à le rendre grand, beau et sympathique, avec une carrure de personnage historique. Au lieu de ça, on va se taper un cliché de tabloïd pendant 5 ans : la République des bras cassés! Tout est dit.

Des fois, pour me rassurer, je me dis qu’en fait, j’ai eu un accident et que je suis dans le coma. Que tout ça n’existe que dans ma tête. Et qu’un bon stimulus va me sortir de ce cauchemar et je reviendrais à moi dans un vrai monde de 2007, avec une civilisation avancée qui a su faire la part belle à l’homme complet, celui qui vit en harmonie avec lui-même, les autres et son environnement!

Mais comme je ne suis sûre de rien, j’attends ça se tasse et je me tape des lectures de chiotte.

Littérature de chiotte

J’épluche la littérature publicitaire qui arrive, on ne sait trop comment, jusqu’à notre boîte aux lettres blindée. Cela met les neurones énervés en disponibilité. La dernière qui a passé le barrage, c’est une sorte de fascicule pseudo-informatif d’une grande multinationale de la malbouffe de l’agroalimentaire qui veut tenter de passer pour autre chose que le partenaire officiel des dealers d’hypolipémiants.
Et je tombe sur ça :

Whaouououou!

Qu’ils sont fortiches!

Un an de travail pour une équipe de chercheurs pour trouver comment transformer les Pailles d’Or en flûte sans que la gaufrette ne ramollisse au passage. Sur le coup, j’ai cru à un clin d’oeil des Nuls. Parce que là, j’ai un peu halluciné! On enterre Pierre-Gilles de Gennes. On dit qu’il n’y a plus de fric pour la recherche fondamentale, les universités et tout ça. Qu’il va falloir que les chercheurs s’ouvrent vers les financements privés, les entreprises et que l’avenir est dans la recherche appliquée et on se retrouve avec des mecs dont la collectivité a financé au moins 5 ans d’études et sûrement plus qui ont fait les 3×8 pendant 12 mois pour trouver un moyen scientifique pour que la gaufrette reste croustillante pour le plus grand bonheur des petits obèses du monde entier!

Je me dis que tant qu’à plancher sur la physique des fluides, on aurait sûrement mieux employé ces mecs en les faisant trimer sur les filtres osmotiques, afin d’améliorer la qualité de l’eau pourrie à laquelle a accès un tiers de l’humanité. Logique non?
Ben non! On se paie des bacs+8 pour préserver le croustillant de la gaufrette!

Je suis vraiment trop conne, moi, avec mes idées de dinosaure idéologique, non?

Ou alors, je suis vraiment dans le coma. Perso, je ne vois que ça! Toute autre explication ne pourrait pas être un tant soit peu rationnelle. Je ne vis pas dans un monde de fous qui marchent sur la tête : je suis plongée dans un putain de cauchemar dont je m’éveillerai quand, dans le vrai monde des humains, on me sortira du coma.

C’est sûrement ça.

En attendant ce jour parfait entre tous, je vais continuer à lire des trucs dans les chiottes, le seul endroit où l’on peut lire à tête reposée, et je vais me concentrer sur de la bonne et belle littérature de chiottes, à savoir celle qui te stimule, t’interpelle, te remet en question, te fait douter de tout, te fait réfléchir et remettre en question toutes tes petites certitudes figées : celle que tu lis quand tu as envie d’être moins con en sortant!

55 réponses
  1. wallaye
    wallaye dit :

    Courage.
    S’il faut c’est de l’intox, jamais aucun chercheur n’a été embauché chez eux. Plus j’y pense et plus j’en suis convaincu.

    Une annecdote pour finir: je me souviens quand j’avais 17 ans je m’était fait gauler à la fnac en chourant un CD. Ils m’ont amené dans la salle de surveillance, plein de télé caméra partout. J’ai demandé au type qui bossait là s’il aimait son travail. Il n’a pas répondu tout de suite, mais quand la police est arrivé, il m’a dit "toi petit con si je te croise dans la rue je te casse la gueule"
    Ca n’a pas grand chose à voir avec l’article, désolé agnès, mais bon j’avais envie de le dire.

    Répondre
  2. wallaye
    wallaye dit :

    Courage.
    S’il faut c’est de l’intox, jamais aucun chercheur n’a été embauché chez eux. Plus j’y pense et plus j’en suis convaincu.

    Une annecdote pour finir: je me souviens quand j’avais 17 ans je m’était fait gauler à la fnac en chourant un CD. Ils m’ont amené dans la salle de surveillance, plein de télé caméra partout. J’ai demandé au type qui bossait là s’il aimait son travail. Il n’a pas répondu tout de suite, mais quand la police est arrivé, il m’a dit "toi petit con si je te croise dans la rue je te casse la gueule"
    Ca n’a pas grand chose à voir avec l’article, désolé agnès, mais bon j’avais envie de le dire.

    Répondre
  3. L'infirmière
    L'infirmière dit :

    Le coma… ou un rêve (cauchemar ?).
    Est-ce qu’on peut faire quelque chose pour t’aider à en sortir ?
    Te pincer ? 🙂

    Pt’ être dans cinq ou dix ans…
    Où avant, si le rêve a mal tourné, et qu’on puisse sortir de ce « rêve » avant.

    Répondre
  4. CSP
    CSP dit :

    "Je suis vraiment trop conne, moi, avec mes idées de dinosaure idéologique, non?"
    Non.
    Il faut continuer, et de plus en plus à être "archaïques".
    De toutes façons, nous n’avons plus le choix.
    Et "redevenirs durs." Sinon, on est foutus.
    Il est fini le temps du "citoyennisme" et des "souks populaires" qui ne parlent à personne.C’est d’une gauche qui fait Grr ! dont on a besoin. Et il est plus que temps d’en finir avec nos jolis doutes, nos charmantes "indignations", nos vertueuses "révoltes". On ne fait pas du combat politique en se demandant tout le temps si on a raison de faire quelque chose. Et si il n’y aurait qu’une seule chose positive au sale temps idéologique que nous vivons, ça serait d’arrêter précisément d’être dans un cogito stérile, et précisément d’avoir des certitudes pour agir. Dont la première: on a raison d’être de gauche. Et point barre.

    Répondre
  5. Anta
    Anta dit :

    Au moins, Danone a dû déposer un brevet…Pas comme Pierre-Gilles de Gennes, qui invente les cristaux liquides, pour que 20 ans plus tard, des japonais viennent nous vendre des tv à 3000€ pièce…

    Répondre
  6. Anta
    Anta dit :

    Au moins, Danone a dû déposer un brevet…Pas comme Pierre-Gilles de Gennes, qui invente les cristaux liquides, pour que 20 ans plus tard, des japonais viennent nous vendre des tv à 3000€ pièce…

    Répondre
  7. Didier
    Didier dit :

    Je sais pas. Je comprends pas.

    Comment tu veux expliquer ça?
    Un jour, tu es un humain et le lendemain, tu es un chien.

    Je crois même pas à ce que je viens de dire.

    La seule explication, c’est comme les trucs bouddhistes. C’est une réincarnation, mais en super-accéléré.

    Ou alors… les univers parallèles.

    Répondre
  8. zygomatique
    zygomatique dit :

    Merci, Monolecte ! : j’envisageais le suicide, (pas les moyens d’émigrer!) et tu me donnes une idée: la cryoconservation.

    Pour combien de temps ? 10 ou 20 ans ? Je suis pas sûr de la fiabilité de mon matériel !

    Répondre
  9. schlaf
    schlaf dit :

    "Je suis vraiment trop conne, moi, avec mes idées de dinosaure idéologique, non?"

    bah, tu sais, depuis que c’est une idée "extrême" de croire que tout le monde a droit à l’eau potable (dixit le président de Nestlé, cf. "we feed the world"), on se rend mieux compte de la décomplexitude de l’européen/américain moyen par rapport aux vrais problèmes.

    condoléances pour ton coma… mieux vaut ça que de penser à tous ces gens qui jubilent depuis que sa talonnette est roi de france.

    ps : quand on sait comment s’engraisse les multinationales de la malbouffe l’alimentaire, on se dit que s’acheter une yaourtière et faire ses gateaux soi-même, c’est le minimum syndical de la rebellion.. mais les habitudes de consommations sont dures à abandonner

    Répondre
  10. schlaf
    schlaf dit :

    "Je suis vraiment trop conne, moi, avec mes idées de dinosaure idéologique, non?"

    bah, tu sais, depuis que c’est une idée "extrême" de croire que tout le monde a droit à l’eau potable (dixit le président de Nestlé, cf. "we feed the world"), on se rend mieux compte de la décomplexitude de l’européen/américain moyen par rapport aux vrais problèmes.

    condoléances pour ton coma… mieux vaut ça que de penser à tous ces gens qui jubilent depuis que sa talonnette est roi de france.

    ps : quand on sait comment s’engraisse les multinationales de la malbouffe l’alimentaire, on se dit que s’acheter une yaourtière et faire ses gateaux soi-même, c’est le minimum syndical de la rebellion.. mais les habitudes de consommations sont dures à abandonner

    Répondre
  11. benadeb
    benadeb dit :

    Il y a huit ans, sa mère mourait d’un cancer du sein. Aujourd’hui, plus forte que la mort, la vie pousse en elle.
    Il y a peu, elle se rend chez une sage-femme. Après quelques questions dont certaines ont tourné autour de l’absente, la sage-femme demande si elle a l’intention d’allaiter. "Tout dépendra de la manière dont cela se passera" répond-elle. Ironique, la sage-femme lui demande si elle a été elle-même allaitée. Elle lui dit ce que l’absente lui avait raconté. Après avoir balayé les explications, la sage-femme développe une typologie des cancers féminins : les cancers du sein affectent les femmes qui n’allaitent pas, ceux du col de l’utérus, les femmes ayant eu plusieurs partenaires, … Une élève sage-femme présente l’interpelle : "Vous ne pouvez pas dire ça !"
    Quelques jours plus tard, la sage-femme appelle pour fixer un nouveau rendez-vous. Elle lui répond qu’elle ne peut pas supporter ses discours fascistes … au nom de l’absente et de la vie qui pousse en elle, et qu’elle sera suivie par une autre sage-femme.
    Nous en sommes là !

    Répondre
  12. ko
    ko dit :

    Pas dinosaure : nan, vu l’état de déréliction (triomphante, en plus ! mékysonkons…) de la pensée qui nous englue, la moindre pensée critique te projette en précurseur (forcément encore incompris, du coup)…

    Parce que ça va (doit) bien finir par s’arrêter, à un moment, toute cette horreur "décomplexée", mmh ?

    ça peut pas continuer sur cette lancée trop longtemps ou aussi vite ?

    N’est-ce pas ?

    Quand on aura touché le fond (dis, c’est loin, le fond ?), comme dit le Yéti, forcément, on va remonter ?

    En attendant, je cultive mon jardin (déjà plein de bébés tomates qui poussent, qui poussent, et des lectures revigorantes, aussi, quoique flippantes – en fait… – comme celle de LQR : Hazan avait déjà noté que plus on affichait le mot "ensemble", plus nous étions atomisés… lucidité, prémonition).

    D’ac’ avec CSP. Fi des compromissions et des atermoiements. Gauche dure et intransigeante.

    Répondre
  13. Bob
    Bob dit :

    « Qu’il va falloir que les chercheurs s’ouvrent vers les financements privés, les entreprises »
    Je crois que c’est déjà le cas depuis bien longtemps (1/3 t’enseigne, 1/3 tu cherches des sous et 1/3 tu cherches ?)

    Répondre
  14. Bob
    Bob dit :

    « Qu’il va falloir que les chercheurs s’ouvrent vers les financements privés, les entreprises »
    Je crois que c’est déjà le cas depuis bien longtemps (1/3 t’enseigne, 1/3 tu cherches des sous et 1/3 tu cherches ?)

    Répondre
  15. Le Yéti
    Le Yéti dit :

    Bé dites donc, les copains, on nous fait une petite déprime ? Sûr que si vous attendez la grande révolution sociale et humaniste des veaux pour arrêter de broyer du noir, vous allez y laisser quelques dents et vous abîmer les gencives.

    S’il est vrai qu’il va sans doute falloir qu’ "on" touche le fond pour remonter la pente, faut-il que nous fassions partie du troupeau des "on" en perdition ? Faut-il que nous portions en nous tous les stigmates des malheurs du monde ? Ça va bien un moment, cette histoire, nom de "on" !

    Tiens, cet après-midi, je travaillais du côté de Cherbourg (enfin, "travailler", façon de parler, ho ho ho !). Il y avait un brouillard à couper au couteau sur la côte. La corne de brume hurlait. ("On" annonçait pourtant des orages terrifiants du côté du sud-ouest et du nord.) Le chaos des rochers ruisselaient d’eau. J’avais ma canne à pêche dans ma voiture (je l’ai toujours à portée, on ne sait jamais). J’ai pris quatre vieilles (les poissons, pas des retraitées !). Je les ai relâchées. Le sel et l’odeur de varech poissaient la peau. Tout ça était beau à mour…vivre !

    Hého Agnès, et vous les autres, venez à la pêche avec moi, s’il vous plaît…

    Répondre
  16. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Ko : Je te prie de m’excuser, la belle, j’avais gardé le projet de réponse pour un moment où j’aurais eu "le temps et l’esprit libre", et un tel moment n’est pas venu, ça a été un peu "hectic" ces derniers jours… Mais sois assurée que je ne risque pas de t’oublier quoi qu’il en soit, même si je demeure muet…

    Répondre
  17. chris
    chris dit :

    C’est un concours pour comment dire quelque chose quand y rien a dire …..putain dans le genre ,j’ai ete banni pour moins que ca !

    Au lieu de vous faire chier ,devenez cynique ….c’est a la mode et meme preconisé par le sarkozysme ….en plus gagner des sous sur la connerie humaine ,c’est pas completement immoral .

    J’ai meme trouver une excuse , la victime est forcement sarkozyste .

    C’est pas facile ,j’en conviens ……..today ,j’avais un rencart sur Paris , les Champs et le Fouquets en plus ….ben meme avec le gavage offert , d’ailleurs c’est vrai que c’est sans plus niveau casse croute ……ben ,j’avais beau comtempler le spectacle des fausses mondaines qui croisaient les jambes bien haut vu la temperature , meme les carrosses me paraissaient moins beau ……je sais pourquoi ,tout ca me faisait gamberger aux minimas sociaux ,drole d’idée vu l’endroit et du coup c’est l’endroit qui me paraissait …..surrealiste , un truc genre le declin de Rome avec Neron !

    Répondre
  18. ko
    ko dit :

    (mode perso on) @ Swâmi : et c’est pour ça que silence radio ? Tout fait chier (on est trois, et bien plus que ça, même), alors on répond plus ? (mode perso off)

    Répondre
  19. ko
    ko dit :

    (mode perso on) @ Swâmi : et c’est pour ça que silence radio ? Tout fait chier (on est trois, et bien plus que ça, même), alors on répond plus ? (mode perso off)

    Répondre
  20. ko
    ko dit :

    @ Yéti : c’est justement pour ne pas déprimer / me lamenter idiotement que je cultive mon jardin, ces temps-ci, plutôt que de me tourner vers les choses publiques. Mes tomates, de bons bouquins, certains morceaux de musique, la famille et les amis, les paysages de ma belle région, tout ça et un peu plus encore vaut bien la peine.

    Mais ça n’occulte jamais complètement les erreurs de masse que "les corps constitués" (politiques, médias, patronat, syndicats, asso…) commettent, ça n’occulte pas toute la bêtise qu’on entend partout, les strates de bêtise accumulées les unes sur les autres et qu’il faudrait toutes pouvoir démonter pour enfin être audibles, avec notre discours pourtant simplement HUMANISTE, et fichtre ! qu’il est dur ce travail de déconstruction, dur et ingrat, exigeant, souvent trop.

    @ Guru : message reçu, mon ami

    Répondre
  21. engel
    engel dit :

    Hier soir, apéro pour le lancement d’un petit marché de producteurs autogéré, des bons fromages, du bon pinard, du sirop et des confiotes à tomber par terre, de l’huile d’olive de Palestine, des sourires et des rires, les uns et les unes qui causent du modeste pied de nez .
    Puis repliement dans la cantine de 2 copines, de la musique, des chansons, la parole qui circule, putain qu’ça fait du bien.

    Tout à l’heure, la chorale va chanter pour les Duralex, virés comme des merdes, le répertoire des chants révolutionnaires.
    Les unes et les uns qui en redemandent, alors on lache pas les micros crédits pour le Burkina, on lache pas la bibliothèque dans le local, on lache pas les projets nés d’un apéro ou d’une réunion, Pierrot bosse sur l’idée des nanas de Toulouse qui, gavées des petits boulots payés à coup de fronde, se sont regroupées et organisent elles même leur petite agence de services et vendent leur force de travail à 1500 net.

    Tout ça n’empèche pas(Nicolas) d’être attentif à ce qui se profile du côté des collectifs, mais on va pas attendre, d’autant que putain qu’ça fait du bien…. les copains.

    Répondre
  22. mc
    mc dit :

    Agnès, t’as vraiment la gniare!
    Tu nous ferais pas une petite déprime?
    Moi, la photo de notre princident (excellent néologisme, la gniare c’est créatif) m’a bien réjouie. C’est la première fois que je vois une mauvaise photo de lui.
    Cadrage qui l’écrase, visage surexposé qui le fait pâlichon, ya que le drapeau qui tire son épingle du jeu. Peut-être est-ce là le message? Peut-être j’ai tort de rire?

    Il faut se hâter de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer. Tiens, voilà que ça me gagne aussi, virus internet?

    Répondre
  23. mc
    mc dit :

    @ Agnès (9)

    Pas de ferment lactique, Agnès. Tu achètes UN yaourt. Point-barre.

    Ah, mais c’est que c’est plus possible d’acheter UN yaourt. Ou alors peut-être un yaourt bio, mais c’est pas sûr.

    Bon, de toute façon, t’en achètes, des yaourts, je suppose? Tu en prends un, tu le mélanges avec un demi litre de lait froid, tu mélanges doucement avec l’autre demi litre que tu viens de faire bouillir, tu mets ça dans des pti pots ou dans un grand ou comme tu veux, le tout dans une cocotte minute bien chaude que tu fermes jusqu’à demain matin. Tout ça fait PLUSIEURS gestes pour l’environnement.

    Bon, après faut pas se décourager trop vite, le résultat idéal peut demander plusieurs essais tâtonnants. L’obstacle principal, c’est que les mômes rconnaissent pas le goût habituel, sauf si tu les as habitués aux petites bouteilles plastiques toute mignonnes deux fois plus chères que les yaourts classiques.

    C’est ce qui m’avait cassé la baraque, j’étais la seule à les manger, mes yaourts maison, les mômes en voulaient pas.

    Répondre
  24. Kezir
    Kezir dit :

    t’ain ta trop raison j’adore mes chiottes pour lire je sui au calme … rien pour me grillé les neurones ( quoi que ? .. )

    BIO BIO bio bio ? biobio bref .. bonjour à tous il est 12h 44 et jme fait chier !

    ps : dsl pour mon français

    Répondre
  25. Kezir
    Kezir dit :

    t’ain ta trop raison j’adore mes chiottes pour lire je sui au calme … rien pour me grillé les neurones ( quoi que ? .. )

    BIO BIO bio bio ? biobio bref .. bonjour à tous il est 12h 44 et jme fait chier !

    ps : dsl pour mon français

    Répondre
  26. ko
    ko dit :

    J’ai dû être une môme absolument géniale pour mes parents : j’adorais les yaourts maison de ma mère, je mangeais de tout avec entrain (sauf de la cervelle de mouton, mais y en avait pas tous les jours, faut dire… !), j’aimais pas du tout les sodas ni les bonbons (sauf la réglisse, quand même), j’ai toujours beaucoup lu, j’aimais bien jardiner / bricoler avec mon père…

    Bon, peut-être que pour contourner le problème de l’accoutumance aux goûts industriels, il faut commencer à ne pas leur en filer du tout, aux gnafrons, de ces saloperies. La difficulté, c’est qu’on ne peut pas non plus les faire vivre dans un cocon séparé du reste du monde, et qu’ils découvriront bien assez vite la pâte à la noisette, les boissons gazeuses, les bonbons façon fraise, etc, etc, avec leurs copains-copines.

    Après, ça s’éduque, le goût, et quand on s’est désaccoutumé du goût à la fois fade et sucré des biscuits industriels (je sais pas comment ils réussissent à être à la fois fades, sucrés, et peu nourrissants !), on en mange plus, puisqu’on ne les apprécie plus !

    Répondre
  27. ko
    ko dit :

    J’ai dû être une môme absolument géniale pour mes parents : j’adorais les yaourts maison de ma mère, je mangeais de tout avec entrain (sauf de la cervelle de mouton, mais y en avait pas tous les jours, faut dire… !), j’aimais pas du tout les sodas ni les bonbons (sauf la réglisse, quand même), j’ai toujours beaucoup lu, j’aimais bien jardiner / bricoler avec mon père…

    Bon, peut-être que pour contourner le problème de l’accoutumance aux goûts industriels, il faut commencer à ne pas leur en filer du tout, aux gnafrons, de ces saloperies. La difficulté, c’est qu’on ne peut pas non plus les faire vivre dans un cocon séparé du reste du monde, et qu’ils découvriront bien assez vite la pâte à la noisette, les boissons gazeuses, les bonbons façon fraise, etc, etc, avec leurs copains-copines.

    Après, ça s’éduque, le goût, et quand on s’est désaccoutumé du goût à la fois fade et sucré des biscuits industriels (je sais pas comment ils réussissent à être à la fois fades, sucrés, et peu nourrissants !), on en mange plus, puisqu’on ne les apprécie plus !

    Répondre
  28. zygomatique
    zygomatique dit :

    Y’a pas un Emmaus dans ton coin ? Parce que des yaourtières tu en achètes dix pour le prix d’une ! Perso, j’en ai au moins trois dans ma cave, des ordinaires, des électriques-nucléaires, si elle n’a pas été visitée….

    M’enfin, si tu penses que la solution , c’est de faire pousser des fraises , des tomates et de fabriquer des yaourts….Je vais m’y remettre et faire pousser des champignons du gai Paris, dans la cave si….

    Bon courage.

    PS: n’oublie pas d’installer des cabinets dans ton jardin: c’est de l’or en barre.

    Répondre
  29. zygomatique
    zygomatique dit :

    Y’a pas un Emmaus dans ton coin ? Parce que des yaourtières tu en achètes dix pour le prix d’une ! Perso, j’en ai au moins trois dans ma cave, des ordinaires, des électriques-nucléaires, si elle n’a pas été visitée….

    M’enfin, si tu penses que la solution , c’est de faire pousser des fraises , des tomates et de fabriquer des yaourts….Je vais m’y remettre et faire pousser des champignons du gai Paris, dans la cave si….

    Bon courage.

    PS: n’oublie pas d’installer des cabinets dans ton jardin: c’est de l’or en barre.

    Répondre
  30. zab
    zab dit :

    Moi, quand ça ne va pas, comme en ce moment, je fais de la peinture,. Depuis les élections, mon appartement a changé déjà trois fois de couleurs, jusqu’à ce que je trouve les bonnes.
    Pour le yaourt, c’est vrai que les enfants sont conditionnés (mis en dépendance) par les produits du marché : j’ai acheté des bonbons par hasard l’autre jour (je n’aime pas les bonbons, mais pour voir) ; j’en ai goûté un : une horreur : il piquait (je ne sais pas ce qu’ils avaient mis comme acide là dedans) et il était outreusement sucré ; comment peut-on dénaturer le goût à ce point ? J’ai jeté le paquet à la poubelle.

    Répondre
  31. zab
    zab dit :

    Moi, quand ça ne va pas, comme en ce moment, je fais de la peinture,. Depuis les élections, mon appartement a changé déjà trois fois de couleurs, jusqu’à ce que je trouve les bonnes.
    Pour le yaourt, c’est vrai que les enfants sont conditionnés (mis en dépendance) par les produits du marché : j’ai acheté des bonbons par hasard l’autre jour (je n’aime pas les bonbons, mais pour voir) ; j’en ai goûté un : une horreur : il piquait (je ne sais pas ce qu’ils avaient mis comme acide là dedans) et il était outreusement sucré ; comment peut-on dénaturer le goût à ce point ? J’ai jeté le paquet à la poubelle.

    Répondre
  32. Z
    Z dit :

    Mais puisqu’on te dit que tout va bien ! Quelle rabat-joie, cette Agnès, vraiment incorrigible !

    Précisons toutefois qu’il s’agit d’un "plus haut historique", d’une Histoire qui a commencé en 2004… Et que les différences (présentées ici) avec l’indice utilisé auparavant semblent somme toute assez minimes, que l’une de ces différences "a tendance à décaler le niveau des soldes d’opinion vers le haut", et que l’indice précédent s’élevait par exemple à +5 en janvier 2001.

    Ces quelques réserves émises, je ne vois aucune objection à célébrer comme il se doit ce maximum historique du "moral des Français", lequel est évalué uniquement à partir de questions sur leur situation financière et sur le coût de la vie, ce qui traduit déjà une vision de la vie un peu particulière : "Plus on a le moral, plus on consomme ! Plus on consomme, plus on a le moral !".

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *