Les coulisses du rêve américain

Les Etats Unis D’Amérique, c’est l’alpha et l’oméga de l’organisation économique actuelle, c’est le modèle de référence pour les Sarko et autres Madelin. C’est aussi l’horreur économique que l’on ne saurait pas voir.
Extrait sans commentaire d’un article trouvé sur le Réseau Voltaire, via Rezo.net.

– Les États-Unis se situent à la 49ème place mondiale en termes alphabétisation.

– Les États-Unis occupent la 28ème place en termes d’alphabétisation mathématique, dans un classement comprenant 40 pays.

– 20% des États-uniens pensent que le soleil tourne autour de la Terre. Par ailleurs, 17% d’entre eux croient que la Terre effectue une rotation autour du soleil une fois par jour.

– L’Enquête internationale sur l’alphabétisation des adultes (EIAA) a révélé que le nombre d’États-uniens ayant bénéficié de moins de neuf ans de scolarité fait figurer les États-unis parmi les plus mauvais élèves des pays développés.

– Nos travailleurs sont si ignorants et manquent tellement des compétences de base, que les entreprises états-uniennes dépensent 30 milliards de dollars par an en formation pour combler les lacunes.

– L’Union européenne devance les États-Unis dans les domaines suivants : le nombre de scientifiques et ingénieurs diplômés, l’investissement public en recherche et développement (I+D) et le nouveau capital productif.

– L’Europe a surpassé les États-Unis, au milieu des années 90, en devenant le plus grand producteur de littérature scientifique.

– Pourtant, le Congrès états-unien a diminué les crédits de la National Science Foundation. L’agence va octroyer, cette année, 1000 bourses de recherche en moins. Les demandes d’étrangers pour assister à des cours universitaires ont baissé de 28% l’année passée. Les inscriptions d’étudiants étrangers ont baissé pour la première fois en trois décennies, mais ont nettement augmenté en Europe et en Chine. L’année dernière, le nombre de diplômés chinois aux États-Unis a baissé de 56%, les Indiens de 51%, les sud-Coréens de 28%. Les États-Unis ne sont dorénavant plus le pays où tout le monde souhaite vivre.

– L’Organisation mondiale de la santé (OMS) « positionne les pays en fonction de leur attitude globale en matière de santé, et les États-Unis se situent en 37ème position ». Pour être précis, en matière de soins de santé à proprement dit, nous nous situons en réalité à la 54ème place. « L’ironie est que les États-Unis dépensent davantage en soins de santé, par tête d’habitant, que toute autre nation dans le monde. ». On paye ainsi davantage pour obtenir moins.

– Les États-Unis et l’Afrique du Sud sont les seuls pays développés au monde qui n’assurent pas les soins de santé à tous leurs citoyens. Pardon, mais depuis quand l’Afrique du sud est-elle un « pays développé » ? C’est en tous cas la compagnie que nous méritons, dans ce domaine.

– Le manque de couverture santé provoque 18 000 morts états-uniennes par an (cela équivaut à 6 fois le nombre de personnes assassinées lors du 11 septembre 2001).

– « L’indice de pauvreté infantile place les États-Unis en 22ème position, c’est-à-dire en avant-dernier, parmi les pays développés. Seul Mexico arrive ensuite. » Avez-vous été à Mexico récemment ? Ce pays vous paraît-il « développé » ? Quoi qu’il en soit, c’est le seul pays « développé » qui se situe en-deçà de nous, concernant la pauvreté infantile.

– Deux millions de familles états-uniennes (plus de 10% des couples aux États-Unis) « mènent un combat quotidien, pas toujours victorieux, pour s’alimenter ». Les familles dans lesquelles, de fait, « figurait l’année dernière un individu souffrant de sous-nutrition à un degré ou à un autre », se comptent au nombre de 3,9 millions.

– Les États-Unis se situent au 41ème rang mondial concernant la mortalité infantile. Cuba affiche de meilleurs résultats.

– Les femmes états-uniennes ont, par rapport aux femmes européennes, 70% de chances de plus de mourir lors de l’accouchement.

– La cause principale de mortalité chez les femmes enceintes, dans ce pays, est l’assassinat.

– Des 20 pays les plus développés au monde, les États-Unis occupaient la dernière position pour la progression de l’indice moyen de rémunération totale de la force de travail durant les années 80. Dans les années 90, la moyenne de l’indice de rémunération totale a augmenté d’à peine 0,1 % par an. Néanmoins, les salariés états-uniens ont travaillé davantage d’heures par an que dans n’importe quel autre pays industrialisé, et ont moins de jours de vacances.

– « 61 des 140 plus grandes sociétés du classement Global Fortune 500 sont européennes, alors que seulement 50 sont américaines. » ». « Lors d’une enquête récente, commandée par Global Finance, il s’est avéré que parmi les 50 meilleures entreprises du monde, une seule n’était pas européenne ».

– Actuellement, 14 des vingt banques commerciales les plus importantes au monde sont européennes. Dans l’industrie chimique, la compagnie européenne BASF est leader mondial, et parmi ses six principaux compétiteurs, trois sont européens. En ingénierie et construction, des cinq sociétés les plus importantes, trois sont européennes. Les deux autres sont japonaises. Des neuf plus importantes entreprises d’ingénierie et de construction, aucune n’est États-unienne. Nestlé et Unilever, deux géants européens, sont à la première et deuxième place mondiale, respectivement. Dans la production et le commerce des denrées alimentaires, deux sociétés européennes se trouvent en tête, et cinq d’entre elles figurent parmi les dix plus importantes, pour seulement quatre sociétés états-uniennes.

– Les États-Unis ont perdu, lors de la décennie passée, 1,3 million de postes de travail, absorbés par la Chine.

– Les employeurs états-uniens ont supprimé 1 million de postes durant l’année 2004.

– 3 600 000 travailleurs États-uniens sont restés en situation de précarité professionnelle l’année dernière, alors que 1 800 000 (un sur cinq) chômeurs étaient sans emploi depuis plus de 6 mois.

– Le Japon, la Chine, Taiwan et la Corée du Sud possèdent 40% de notre dette gouvernementale (c’est pour cela que nous disons du bien d’eux). « En maintenant sans hausse les taux d’intérêts, la Chine a joué un rôle très important et peu remarqué dans le maintien du niveau de vie états-unien. ». J’ai par ailleurs lu ceci récemment : nous devons notre niveau de vie à la Chine, parce qu’ils veulent qu’on continue d’acheter tous les produits qu’ils fabriquent.

– À un moment ou à un autre, durant les 10 prochaines années, le Brésil prendra probablement l’avantage sur les États-Unis en devenant le plus grand producteur agricole au monde. Actuellement, le Brésil est le plus gros exportateur de poulet, de jus d’oranges, de sucre, de café et de tabac. L’année dernière, ce pays s’est hissé à la première place comme producteur de viande bovine. (Entendez-vous cela, messieurs les cow-boys ?). En conséquence, alors que nous alimentions un déficit commercial sans précédent, le Brésil affichait une balance excédentaire de 30 milliards de dollars ».

– En juillet dernier, les États-Unis ont importé plus de denrées alimentaires qu’ils n’en ont exporté.

– George W. Bush a obtenu 62 027 582 voix lors de l’élection, et John Kerry 59 026 003. Le nombre de personnes en mesure de voter, mais qui ne se sont pas rendues aux urnes, s’élève à 79 279 000. Cela représente plus du tiers de la population. Et ce n’est pas tout. Lorsque plus du tiers des Irakiens ne va pas voter, aucun pays du monde ne peut considérer qu’il s’agissait d’élections légitimes.

– Un tiers de l’ensemble des enfants états-uniens naît hors mariage. La moitié de l’ensemble des enfants états-uniens vit dans un foyer monoparental.

– Les États-uniens dépensent plus d’argent dans le jeu que dans le cinéma, les vidéos, DVDs, musique et livres réunis.

– « Près de un États-unien sur quatre pense qu’il est admissible d’avoir recours à la violence pour obtenir quelque chose qu’il souhaite. ».

– 43 % des États-Uniens pensent que la torture est parfois justifiée, selon un sondage effectué par PEW.

– « Pour l’année 2002, près de 900 000 enfants états-uniens ont été victimes de mauvais traitement ou de négligences ; les chiffres pour l’année passée se font toujours attendre. ».

– « L’association internationale des responsables de police a annoncé que les ajustements effectués par l’administration Bush, concernant l’aide fédérale destinée aux services de police locaux, ont laissé la nation dans un état de vulnérabilité sans précédent. ».


Intégralité de l’article traduit en français de Michael Ventura
Encore des chiffres, mais cette fois sur les coulisses du monde.

21 réponses
  1. le_ffrench
    le_ffrench dit :

    Pour ceux que ça pourrait intéresser, la version anglaise ‘ » de cette chronique.

    Il a été écrit par Michael Ventura dans le cadre d’une série d’articles intitulés « Letters At 3AM‘ » Le moins qu’on puisse dire est que ce journaliste fait preuve d’une belle lucidité, même s’il est peut être un peu pessimiste (quoique…)

    Statistics on American education tell a dreadful story, the story of an advanced technological society slipping back to a state of ignorance and superstition.

    America is over. America is like Wile E. Coyote after he’s run out a few paces past the edge of the cliff – he’ll take a few more steps in midair before he looks down. Then, when he sees that there’s nothing under him, he’ll fall. Many Americans suspect that they’re running on thin air, but they haven’t looked down yet.

    Répondre
  2. Natacha
    Natacha dit :

    Bonjour,

    Maintenant dans un autre ordre d’idée selon un article du Monde intitulé  » L’administration Bush est débordée sur l’environnement par l’opinion publique et les initiatives locales  » de ce jour 4 juillet 2005. (merci au passage au responsable de Planète Bleue qui m’a donné l’info)

    Georges Bush qui s’obstine à ne pas accepter le protocole de Kyoto arguant que le mode de vie des américains n’est pas négociable, est désavoué par ses électeurs.

    Citation de l’article : « Plus spectaculaire, 134 maires, dans 35 Etats, se sont engagés à respecter, dans leurs villes, les contraintes du protocole de Kyoto. Cette initiative, lancée en mars 2005 par le maire de Seattle, Greg Nickels, a remporté un succès inattendu. Toutes les semaines, de nouvelles agglomérations s’y associent. On trouve aussi bien Los Angeles, en Californie, que Hurst, au Texas, considéré comme un bastion du conservatisme. Les maires ayant pris cet engagement représentent aujourd’hui près de 30 millions de citoyens et, s’ils sont en majorité démocrates comme Greg Nickels, douze grandes villes comptant des républicains à leur tête se sont jointes à cette initiative, à l’image de Salt Lake City (Utah) ou de New York. Les maires estiment que, si l’administration refuse de signer le protocole, ils peuvent agir au niveau local et surtout démontrer que l’argument selon lequel l’économie américaine ne supporterait pas ces restrictions est faux. …. ».

    On ne peut que les encourager…

    Nat@+

    Répondre
  3. Leon
    Leon dit :

    Les USA sont un pays qui releve de la psychiatrie.
    La plupart des autres analyses sont interessantes mais a mon avis secondaires. Seule la psychologie clinique peut reellement expliquer ce qui se passe dans cette population (paranoia, brutalisation des psychees, depersonnalisation et destructuration, la liste est longue, helas).

    N’allez pas croire que ce pays va s’effondrer pour autant. Leurs ressources sont immenses. Il importe peu aux dirigeants ricains que leur population se porte bien, le but n’est plus la, s’il l’a jamais ete…

    Maintenant question simple. Avec quoi fait-on avancer un avion de chasse, un bombardier furtif ou un tank Abraham? Avec de l’eolien? Avec de l’hydrogene?

    La strategie ricaine est de sucer le Moyen-Orient (les ouvertures de bases permanentes se multiplient dans la region…), quitte a le detruire et quels que soient les risques… puis de se replier sur les sables bitumeux du Canada et les ressources nouvelles de l’Arctique.

    Parce que dans trente ans les avions voleront encore avec du petrole. Surtout les avions militaires.

    Alors le bien-etre des pauvres…

    Bien a vous

    Leon

    (Et qu’on ne parle pas de la dette, avez-vous deja reclame votre du a la mafia ? Avec quels arguments? Les chinois pourront s’assoir sur leur dette le jour ou les ricains leur diront d’aller se f… Ils se reveilleront plumes… La tronche en biais des dictateurs chinois ce jour-la, quel delice ! je reve de voir ca…)

    Répondre
  4. Natacha
    Natacha dit :

    Bonjour, Au sujet des Etats-Unis je connais aussi leurs tendances à virer d’un extrême à un autre. Même si cette nouvelle paraît une goutte d’eau dans le désert, elle a le mérite d’être là, aussi modeste et fragile soit-elle. Bonne journée

    Répondre
  5. marzi
    marzi dit :

    Sans discuter sur le fond, dont je ne doute pas de la véracité, attention de pas jouer le francais moyen « on est les plus beau et les plus fort ». Visiblement, les état-unis ont plein de points faibles… mais ils sont sans doute aussi plein de points forts qu’on occulte soigneusement. Ma femme y a vécu un an, une vrai immersion, durant laquelle je l’ai rejoint plusieurs fois : on est bien loin des stéréotypes qu’on veut bien s’imaginer depuis notre europe natale…

    Répondre
  6. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Nous ne sommes pas les plus beaux, mais il convient de regarder de plus près ce que l’on nous propose comme modèle. Je pense qu’une société fodamentalement inégalitaire débouche sur ce genre de résultats. Je pense aussi que la France, en laissant filer les inégalités s’achemine vers ce genre de résultat. Après, que les USA soient super bien pour les plus aisés, je n’en doute pas, mais c’est en gros le cas de n’importe quel pays sur la planète.

    Répondre
  7. marzi
    marzi dit :

    C’est un des a-priori que j’ai révisé en allant la-bas : qu’on laisse crever les plus pauvres la-bas, c’est visiblement vrai. Mais les classes « basses » (job de bas niveau) s’en sortent largement aussi bien qu’en france, voir mieux. Or, dans une politique du plein emploi (contrairement à la france, et sans doute à ton propre cas), celui qui veut trouver du boulot en trouve, la-bas : donc, il vivra largement aussi bien qu’en france. Le pire préjugé que j’avais (mais c’est peut-etre propre à moi, et non aux francais en général) est le cadre de vie : j’imaginais les US pollués, sales, betonnés, alors que la réalité, lié sans doute à l’espace plus large, montrent l’inverse, et un cadre de vie plus qu’agréable. Bon, je dis ca, mais bien evidemment, leur position sur kyoto et les problèmes de pollution en reste tout aussi scandalisable, on est d’accord !! Et j’espere qu’on parviendra à les convraincre : un petit effort de leur part sera plus efficace qu’une surcouche de contrainte chez nous!

    Répondre
  8. Fred
    Fred dit :

    marzi > C’est un des a-priori que j’ai révisé en allant la-bas : qu’on laisse crever les plus pauvres la-bas, c’est visiblement vrai. Mais les classes « basses » (job de bas niveau) s’en sortent largement aussi bien qu’en france, voir mieux.

    Mouais. J’y aussi vécu, je lis beaucoup de choses sur ce pays… et même ça, faut le dire très vite. Tiens, installe un client BitTorrent (http://www.bitcomet.com), et download le premier épisode de « 30 days », la série réalisée par le mec qui a pondu « Supersize me » :

    http://thepiratebay.org/details.php?id=3345298 http://www.torrentreactor.net/view.php?id=5115437 http://www.mininova.org/search/?search=30+days

    C’est là qu’on voit que lorsqu’on vit avec le minimum légal, vaut mieux pas avoir besoin de voir un toubib, même pour un truc mineur comme une infection urinaire…

    > Or, dans une politique du plein emploi (contrairement à la france, et sans doute à ton propre cas), celui qui veut trouver du boulot en trouve, la-bas : donc, il vivra largement aussi bien qu’en france.

    Sauf que cette politique de l’emploi à tout prix, ça ne mène à rien si ce n’est une société de plus en plus inégalitaire et de plus en plus violente. En plus, ce nivellement par le bas ne met pas à l’abris des délocalisations, contrairement à une politique de sortie vers le haut, ambitieuse.

    > Le pire préjugé que j’avais (mais c’est peut-etre propre à moi, et non aux francais en général) est le cadre de vie : j’imaginais les US pollués, sales, betonnés, alors que la réalité, lié sans doute à l’espace plus large, montrent l’inverse, et un cadre de vie plus qu’agréable

    Ben ça dépend où. Je doute que tu sois allé faire un tour dans les quartiers pauvres, comme le sud de Chicago… Tiens, autre film sur le sujet du gaspillage des ressources aux US, et ce que signifiera la fin du pétrole pour eux :

    « The end of suburbia » http://www.torrentreactor.net/view.php?id=5061962 http://defiant.ws/search?q=end+of+suburbia http://www.bitenova.org/0347fcc8e1f277ff457db1f9b72dc55bcf0b28ab/The%20End%20of%20Suburbia.avi.html

    Fred.

    Répondre
  9. pirouli
    pirouli dit :

    Je crois que la lecture de l’article joint, venant de « www.counterpunch.org » = « http://counterpunch.org/solomon07082005.html » vaut d’être lu (au moins pour ceux qui lisent l’anglo-américain – désolé, je n’ai pas le courage de traduire). Cela donne une idée de l’arogance non des américains, mais de l’administration qu’ilsont élue ! On n’est pas trop mal partis de par chez nous ! Voir les projets de loi d’allègement de l’ISF votés dans la nuit du 8 juillet (?) et d’autres orientations Sarkoziennes <:=((

    Répondre
  10. Thomas
    Thomas dit :

    Le lien vers le réseau Voltaire parle de la traduction d’un article original en anglais. Je serais curieux de connaître les références de la source, car je ne les vois nulle part.

    Répondre
  11. Thomas
    Thomas dit :

    Voici l’article originel en anglais :

    http://www.citypages.com/databank/26/1264/article12985.asp

    Il est intéressant de noter que les notes de bas de page semblent avoir été ajoutées a posteriori. Attention, comme le note une autre personne plus haut, aux méthodes du Réseau Voltaire actuel et aux textes qu’il présente souvent hors-contexte ou en ajoutant des informations contextuelles parfois douteuses.

    Répondre
  12. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    No comment :

    mardi 30 aout 2005, 16h51, yahoo! news
    Les pauvres, 12,7% de la population américaine

    WASHINGTON (AP) – Les pauvres représentaient 12,7% de la population américaine en 2004, soit une quatrième hausse annuelle consécutive, a annoncé mardi le bureau du recensement.

    En tous, il y a aux Etats-Unis 37 millions de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, soit 1,1 millions de plus qu’en 2003.

    La dernière année à avoir enregistré une évolution en baisse, en 2000, ce chiffre était de 31,1 millions de personnes, soit 11,3% de la population totale.

    Les asiatiques sont le seul groupe ethnique à voir leur proportion de pauvres décliner.

    Le nombre de personnes vivant sans couverture sociale est passé de 45 millions à 45,8 millions.

    Le seuil de pauvreté est évalué différemment en fonction de la taille et de la composition du foyer: dans le cas d’une famille de quatre personnes, deux adultes et deux enfants, le seuil est fixé à 19.157 dollars (15.727 euros). Pour un foyer de deux personnes sans enfants, il est de 12.649 dollars (10.384 euros), et de 9.060 dollars (7.438 euros) pour une personne seule de plus de 65 ans.

    Le revenu moyen par foyer reste à 44.389 dollars (36.441 euros), inchangé par rapport à 2003. AP

    Répondre
  13. Spike
    Spike dit :

    petites remarques: l’UE n’est pas un pays (et ce n’est pas pret d’arriver avec les protestations des Français, notamment contre la constitution Européene) alors que les USA oui. le taux de chômage des USA est passé de 5.6% en 2005 à 4.8% aujourd’hui. Si l’on prend pays par pays les USA est l’un des pays voir le pays ou il y a le plus d’ingénieur diplomé (du en partie à la fuite des cerveaux) En 2005 les salaires américains ont bien progressé (plus qu’ailleur) environ + 3% Aux USA la hausse des salaires a profité à tous le secteurs et classes sociales en 2005 Les millardaires US reste les plus riches devant le reste du monde (source : challenge) sur les 100 sociétés les plus puissantes 75 st américaines. (source challenge) Les USA regroupent plus de 40% des prix nobels et des études scientifiques faites en 2004/2005 (source: ça m’intéresse et The economist/ N-Y time et newsweek Pour ce qui est de la torture, je pense que c’est justifié en raison des terribles attentas du 11 Septembre et du bourrage de crane fait après (ça on ne peut leur en vouloir) (de plus il n’y a pas de honte à être pour la torture si c’est pour la bonne cause, c’est vrai on ne fait pas parler des terroristes en leur faiusant des carresses dans le dos, mais ça ces pacifistes à outrance européens ne peuvent le comprendre…la trouille peut être ??) Enfin en ce qui concerne la littérature, la culture….je dirais que ce n’est pas important pour ce qui est de la puissance absolu d’un pays et de sa domination, ce qui compte c’est l’argent car nous vivons dans un système capitaliste basé sur les biens financiers et matèriels.(De plus dans le doamine culturel ausens large les USA domine aussi avec leur cinéma, musiques, livres (Dan Brown), peintures, opéra ( les USA est le pays ou c’est vendue le plus de ticket d’opéra!)…. Et si nous parlions amaintenant de la France et de l’Europe qui régresse et qui ne peut se passer des USA (pour faire la guerre, construire des airbus, instaurer la paix, financer ses programmes spatiaux,.. faire tourner ses sociétés,…. ) Il est toujours facile de critiquer la société de son voisin (qu’on admire secrètement et qu’on envie) que la sienne (qu’on déteste secrètement). Franchement nous ne faisons pas mieux (voire pire) La France (ni l’UE) ne sont pas du tout envier par le reste du monde!! Tout ça n’est encore que de la propagande anti US (chiffre déformé, trad déformé,…) par des socialistes, conservateurs, nationalistes, communistes Français, Européens ou Américains peu importe d’ou ils viennet ce sont des C… La France qui règresse c’est bien….: en 1998: France 4 Puissance mondiale en 2002: 5eme puissance mondiale en 2006: 6eme puissance mondiale en 2010: peut être 7eme puissance mondiale Et c’est qui qui affiche l’une des meilleurs croissances au monde et l’une des meilleurs santé éco du monde: c’est les USA, croissance avec des pointes à 7.2% , croissance en moyenne trois fois plus vite que dans tous les autres pays riches, les USA c’est aussi avec le Chine le moteur de l’éco mondiale donc en clair si l’Europe arrive à s’en sortir et à avoir une croissance "potable" tout comme le reste du monde c’est grâce aux USA

    SOURCES: FMI, OCDE, LIVRE TED STANGER, LIVRE j-F REVEL, YAHOO, livres henry kissinger…..

    Un libéral français frustré!

    Répondre
  14. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Spike : il n’y a pas de honte à être pour la torture si c’est pour la bonne cause. … Un libéral français frustré!

    On n’appelle pas ça un "libéral", on appelle ça un fasciste, un troll, ou un con. Eventuellement les trois à la fois.

    Ecoute les orgues, elles jouent pour toi…

    Mais si les Etats-Unis attirent tellement ce genre de personnage, qu’il y déménage donc ses pénates. Avec une profession de foi pareille, il y sera certainement accueilli à bras ouverts par l’administration Bush. Visa et carte verte en temps record !
    Ausun problème, les ricains, on vous le laisse. Non, non, ça nous fait plaisir.

    Répondre
  15. Z
    Z dit :

    Spike, je te conseille de prendre un peu le vert. Pourquoi n’irais-tu pas passer un peu de temps en région Limousin. Fin 2002, la revue "Pays du Limousin" titrait : "1% du PIB, et alors ?" (http://le-cublacois.chez-alice.fr/P…)

    Tu y constaterais peut-être qu’on n’y vit pas forcément plus mal qu’ailleurs. Je sais pas. Ca te ferait peut-être du bien. Enfin c’est toi qui vois. Tu préfères peut-être rester frustré… et complexé.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *