Petites chroniques du temps qui passe… ou qui trépasse?!?

jeudi 15 février 2007

D’après les autorités, cet intermède neigeux de mercredi sur Katmandou a duré en tout 45 mn. Et la télévision locale a annoncé qu’il n’avait pas neigé depuis 1944 !

La pluie, le brouillard et le verglas ont perturbé la circulation dans de nombreuses régions. Le Népal est un petit pays dont l’altitude varie de 60 mètres dans le Teraï dans le Sud, jusqu’à 8848 mètres avec l’Everest.

La ville de Katmandou se situe à 1351 mètres d’altitude dans la région centrale des montagnes basses et des collines et dans cette région le climat est tempéré. Dans le Sud, dans le Teraï le climat est subtropical et Le climat est froid et sec dans les régions des hautes montagnes de l’Himalaya.

A Katmandou, demain et les prochains jours, le temps sera ensoleillé il fera 15° dans la journée et 1° la nuit et on prévoit même 18° pour lundi.

Sur France Inter, Effet Météo ,par Marie-Pierre Planchon, du lundi au vendredi de 18h56 à 18h59

Petite info entendue du coin de l’oreille. Il a neigé sur Katmandou. Presque un titre de film. Mais qui s’y intéresse?
63 ans entre deux chutes de neige. Il suffit de comparer avec l’espérance de vie moyenne au Népal. Pour avoir un repère. Cela fait donc un peu plus d’une vie de Népalais :

  • Ho, c’est quoi, ça, maman, qui tombe du ciel?
  • Je n’en ai jamais vu, mais ton grand-père m’avait parlé de quelque chose comme cela, avant de mourir, il y a tant d’années..

Les enfants de Katmandou reverront-ils la neige tomber? Peut-être peuvent-ils commencer à se fabriquer des luges. Va savoir.

Il a neigé sur le bled

Foi d’ancien, il n’avait jamais vu ça! Je lui ai montré mes photos de l’année dernière. Pratiquement jour pour jour. Comme presque chaque année. Même devant des photos datées, sa mémoire lui joue des tours :

  • Ha bon? C’était l’année dernière? C’est bizarre : je ne m’en souviens pas.
  • On ne peut pas se tromper, les photos sont datées. J’ai aussi celles de l’année d’avant, où ça a été un peu pareil.
  • Bon, mais… Autant de neige, aussi loin que je me souviens, ce n’est jamais arrivé.
  • Ben, j’ai la moitié de votre âge, et j’ai déjà vu autant de neige 2 ou 3 fois. En 85, ça a duré deux semaines complètes. Je m’en souviens très bien.
  • 85? Vous êtes sûre? Non, je ne me souviens pas…

Devient-on un poisson rouge en vieillissant ou l’est-on depuis le début?

Négationnisme climatique

Coup de fil du rédacteur. Un supporter sincère et convaincu de l’UMP. Étrangement, il continue à bosser avec moi.

  • J’ai vu votre article sur la neige. Qu’est-ce qu’il est tombé chez vous! Ha ha, ils vont pouvoir se rhabiller avec leur connerie de réchauffement climatique.
  • Je dois vous avouer que je ne vois pas trop le rapport entre le réchauffement global de la planète et la neige dans le bled.
  • Mais c’est évident! Les anciens n’avaient jamais vu ça.
  • … (soupir!) Vous savez, après chaque pluie, je pense réussir à trouver un ancien qui ne se souvient pas d’avoir vu de l’eau tomber du ciel. En plus, il faudrait parler de changement climatique global. Parce que tout le monde ne va pas avoir plus chaud. Certains vont se retrouver les pieds dans l’eau et d’autres, comme nous, sous la neige. Savez-vous que nous sommes à la même lattitude que Montréal? Mais nous avons le climat d’Atlanta.
  • Ha bon?
  • La différence, c’est le Gulf Stream, le courant marin chaud qui vient du Sud. Et que savons-nous des courants marins? Rien ou pas grand chose. Nous ne savons pas comment les grands systèmes de régulation du climat vont se comporter lors d’un réchauffement global de l’atmosphère. Nous ne savons pas grand chose, si ce n’est que notre mode de vie impacte très fortement la biosphère à présent…

Nous sommes des ignorants et nous ne maîtrisons rien. Mais nous sommes tout bouffis d’orgueuil et convaincus de notre légitimité à nous comporter comme les plus grands et les plus inconséquents prédateurs de la planète.

Là-dessus, j’ai reçu un mail d’un collègue. Un lien et une question : qu’est-ce que tu en penses?
Une heure plus tôt, après une vive discussion d’ordre politico-générale, il était arrivé à la conclusion que j’étais une dangeureuse agitatrice crypto-staliniste, le couteau entre mes petites dents bien alignées. Franchement, tu trouves ça sérieux de traîter tous tes contradicteurs de communisme marxiste sous prétexte qu’ils n’applaudissent pas des 4 fers au libéralisme? Le syndrôme traumatique post-communiste. Il est des ennemis qui sont indépassables…

On y découvre un plateau d’arguments préfabriqués à partir de scénarios apocalyptiques sur l’avenir de la planète, recommandant de prendre sans tarder une série de décisions politiques avec – lisez bien — l’objectif de déconsidérer les coûts de l’énergie et ralentir les économies occidentales. Le plus beau est qu’on ne pourra vérifier la pertinence de ces données scientifiques, parce que le vrai Rapport — de même que le résumé des diverses sessions — sera tenu secret jusqu’ en mai.
Rapport sur le climat : la grande escroquerie, par Fabrizio Proietti – Liberté politique

Je n’en pense pas grand chose, si ce n’est qu’il existe des gens qui aimeraient bien mettre en doute l’argumentation scientifique autour de notre impact écologique, histoire de préserver leur mode de vie et leur modèle économique. Quitte à crever leur planète. Sans aucune porte de sortie…

Des poissons rouges ou des lemmings? J’hésite…

Lame de fond

Puis, le même jour ou presque, je tombe sur ce billet de Thierry Crouzet, l’homme qui ne marche que par colonne de cinq. A moins que ce ne soit l’inverse.
Ce n’est pas qu’il renie le principe même  d’un problème écologique majeur, non, c’est qu’il pense que le plus efficace, c’est de laisser chacun improviser sa solution dans son coin. Le libéralisme, en débridant la liberté individuelle, permettra à chacun de sécréter la solution à ce vaste problème. Comme il l’a si bien fait ces 30 dernières années. Celles qui ont le plus impacté sur notre planète. Les décennies Métaleurop ou Union Carlyle, ou Monsanto… Gloups, on avait oublié. C’est pour cela que j’ai du mal à suivre l’hypothèse de Thierry.
Les bobos attendent le futur 4×4 de Peugeot, mais le 1er février, ils ont fait preuve de civisme individuel : ils ont éteint leur lampe de chevet pendant 5 minutes complètes.

De la somme des égoïsmes individuels naîtra le bien-être commun et l’intérêt général.

Et c’est moi qui passe pour une idéaliste, une douce rêveuse!