Au sujet de l'ouverture des commerces le dimanche

Certes, je bosse le dimanche. Mais c'est moi qui le décide, parce que j'organise mon travail comme je l'entends.
Donc, je bosse le dimanche, ce qui fait que j'ai peu de temps pour écrire au sujet du travail le dimanche.
Heureusement, je prend toujours le temps de papoter avec mes potes actuchômistes sur les forums et voici ma modeste contribution à ce qui devrait être un grand débat de société : la place relative du travail dans notre organisation sociale (je ferai mieux un peu plus tard, promis!).

La stratégie de la hache de pierre

Alors que nous avons consacré 4% du PIB en aides diverses et variées aux entreprises en 2005, les MEDEFiens renforcent encore leur chouinage sur l'air de toujours plus... toujours plus de fric pour eux, toujours plus de pression pour nous.
En toile de fond de tous ces coups de tamtam dans la volière, toujours et encore le même objectif : le démentèlement pur et simple du Droit du Travail, cet empêcheur d'exploiter et de profiter en rond.

Finalement, rien de bien nouveau, puisque nous restons strictement dans la même ligne de revendications, comme en témoigne ce Petit précis de sylviculture politique comparée, écrit pour Altermonde, un certain 14 juillet 2004.

Au bout du chemin

Comme j'ai pas mal de boulot dans les tuyaux, je manque de temps pour écrire ici. Du coup, je réchauffe des vieux articles, toujours miraculés sur Altermonde.
A l'heure où l'on nous sert le combat des chefs en lieu et place d'un vrai débat politique que devrait servir de toile de fond à un vrai projet de société, petit retour sur ce modèle de société que l'on nous impose depuis près de 25 ans, gauche et droite confondues.

Le beurre, l'argent du beurre...

Hier soir, je me ballade sur le site Altermonde de mon ami Jean Dornac et je m'aperçois qu'il a réussi à récupérer tous les textes que j'avais écrit chez lui et qui avaient été victimes d'un krash de sa base de données. Un vrai boulot de titan!
C'est ainsi que, par pure perversion, j'en ai relu quelques uns. J'ai retenu celui-ci, qui date de juillet 2004 et que la situation actuelle éclaire de manière intéressante.

A votre bon cœur!

Maintenant que les fêtes sont passées, les pauvres peuvent marner en paix.
Donc, petit tour aux Restos du Cœur du bled, pour prendre la température.

Le salarié au sifflet

Poursuivons notre petite exploration des joyeusetés du salariat contemporain, avec, aujourd'hui, cette merveille du capitalisme contemporain qu'est le concept du salarié au sifflet.

L'éternel combat

Où l'on se rend compte qu'un vieux film qui a presque mon âge et qui raconte la Grande Dépression finit forcément par devenir une œuvre d'anticipation.

Dies horribilis

Déjà, c'était une journée que je prévoyais assez difficile, puisqu'il s'agissait de maîtriser seule une meute de gremlins enragés invités pour le premier goûter d'anniversaire de la naine.

My secretary is rich

On peut toujours envisager de laisser le champ libre aux économistes libéraux élevés en batterie. Ou alors, on relève le gant du défi, on monte sa propre théorie des salaires et on leur rafle pour une fois le pactole du Nobel sous le nez.
Surtout qu'on en a forcément plus besoin qu'eux!