Comme un phare dans la nuit

Il y a quelques jours, une belle boutique flambant neuve était inaugurée au bled. Événement relativement rare et d’autant plus remarquable que cette boutique a une histoire.


OrangePendant des mois, ça a bossé dur au cœur du pâté de maisons. Cela a commencé par la déconstruction de quelques habitats indignes comme les petits bleds de cambrousse en ont le secret. Pas toujours franchement des taudis, mais un confort très années 60 quand même. Du vieil immeuble, ils n’ont gardé finalement que la grande porte monumentale, avec ses magnifiques piliers de pierre taillée. De la masse urbaine est sorti un lot de logements sociaux aux dernières normes et autour de la grande porte rescapée, ancrée dans la rue commerçante, ils ont construit une boutique. Et pas n’importe quelle boutique! Une magnifique boutique, comme je vous le dis. Un mobilier commercial design, tout en lignes pures et effets de semi-transparence, des matériaux de qualité. Et cette lumière! Mais quelle lumière! Mon œil photographique apprécie réellement à sa juste valeur le travail de mise en lumière de l’ouvrage, la manière dont chaque présentoir s’offre aux regards concupiscents du chaland et les subtils jeux d’éclairage qui se dessinent dans la masse du rideau de sécurité translucide, le soir, quand les magasins se vident et que les rues s’éclairent.

C’est qu’on la voit de loin la nouvelle boutique. Comme un phare dans la nuit, elle accroche l’œil du passant solitaire des nuits glaciales de novembre, son éclat neuf et glorieux éclipse jusqu’aux illuminations de Noël de la commune et les enseignes timides qui s’alignent de part et d’autre de la rue principale.
C’est beau. C’est neuf. Ça brille comme un gros diamant au bout d’une grosse chaîne en or.
Ça scintille comme un appel à faire claquer la carte bleue.
Ça irise les prunelles comme une promesse de prospérité.
Luxe et modernité, mais sans une ostentation trop appuyée.
C’est la nouvelle boutique Orange.

Principe de substitution

À trois années-lumière de là, il y avait l’agence France Telecom. Intégrée au bâtiment éminemment utilitaire et sobre du répartiteur téléphonique du canton. Une sorte de grosse bâtisse stalinienne, tout en béton et sobriété, coincée entre une place- parking et une ruelle peu fréquentée. Seule une enseigne somme toute assez discrète indiquait l’agence à laquelle on accédait par une étroite volée de marches en béton noirci par les ans. Ici, pas de grandes baies vitrées qui jouent avec la lumière, juste quelques lucarnes timides et une porte en alu à barreaux.
Utilitaire et même pas forcément fonctionnel : le mobilier de l’agence avait l’allure spartiate d’une fin de saisie dans un kolkhoze bosniaque. Quelques éléments hétéroclites, ajoutés au fur et à mesure des mutations de l’administration mère. Mais le seul espace physique à 50 kilomètres à la ronde que France Telecom concédait encore à ces ex-usagers.

Jusqu’au moment où il a été décidé que même cette implantation discrète était de trop, qu’il convenait de fermer ce petit point d’accueil, faute de rentabilité.
Voilà, c’était dit. C’était décidé. Torché. Expédié. Encore un service public qui abandonne le champ de bataille en rase campagne.

Alors, on avait lutté. Les usagers. Les agents. Les élus. De gauche comme de droite. L’union sacrée.
Contre la désertification rurale. Le reflux des services.

PAS REN-TA-BLE.

Gravé au burin sur la façade aveugle du grand bâtiment. Craché à la gueule de tous ceux qui, pourtant, payaient leur télécommunication aux mêmes prix que les autres.

Pas rentable.
Son argumentaire de rationalité économique indépassable : pas assez dense, pas assez riche, économies, concentration, urbanisation. Le maintient des services publics en zone rurale comme un suicide irrationnel.
Rien n’y a fait, l’agence a fermé. Comme une fatalité.

Jusqu’au phare dans la nuit.

Avec donc une nouvelle raison sociale. Une nouvelle implantation, plus attrayante, plus passante. Une nouvelle configuration, plus attirante.
Mais les mêmes salariés. C’est juste que maintenant, ils sont là pour pour vendre. Du forfait à la toque. Du smartphone qui dépote. De la technologie clinquante.
Là, rien n’est trop beau, rien n’est trop dispendieux pour la mise en scène de l’espace de vente.
La rationalité économique dans toute sa splendeur.
Ce qui n’était pas rentable hier l’est devenu miraculeusement aujourd’hui. Malgré le rouleau compresseur de la crise. Ou grâce à lui. C’est juste qu’entre temps, on a muté. D’une logique de service public, même partiel, même partial, même en peau de chagrin, à une pure logique marchande et commerciale.

C’est comme un cancer. Un beau et chatoyant cancer niché au cœur de la cité, planqué dans nos têtes. La marchandisation de tous les aspects de notre vie, avec une belle couche de peinture et de jolis effets de lumière dans la nuit.

Powered by ScribeFire.

122 réponses
  1. Dlak
    Dlak dit :

    Bah : ils en ont ouverte une comme ça en plein centre ville "super-bien placée" chez moi : entre cinq boutiques pour vieilles peaux névrosées pleines de fric et vue sur une place superjolie où le café vaut deux fois plus cher qu’ailleurs..

    Il y a deux ans.

    Là, ils l’ont fermée.

    Les mémères à chien ont pas accroché.

    Répondre
  2. Georges
    Georges dit :

    Heu, c’est qui "ils"? Ceux qui ont en même temps mis en place un programme d’habitat social et la boutique citée ont bien un nom ou une raison sociale?

    Répondre
  3. Georges
    Georges dit :

    Heu, c’est qui "ils"? Ceux qui ont en même temps mis en place un programme d’habitat social et la boutique citée ont bien un nom ou une raison sociale?

    Répondre
  4. Liberté de prendre les bonnes décisions
    Liberté de prendre les bonnes décisions dit :

    Pas rentable…

    Quand on y pense, c’est incroyable le nombre de fois où cet argument revient ! Souvent à la fin, ou parfois dès le début, comme pour couper court à toute discussion. On ne saura pas les détails, comment est-ce que c’est géré, etc. L’argument "qui tue", "d’ la mort". Comme pour désarmer… Qu’est-ce que voulez répondre ? On va vous dire : "vous êtes pour la gratuité", "vous êtes pour creuser le déficit", etc.

    La non-rentabilité, ou comment créer un système pour imposer toutes les décisions que l’on veut…

    Répondre
  5. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Tu me l’ôtes du clavier, Bernard… et ça marche avec tout : la dépendance, les retraites, l’éducation, l’énergie, des transports, le courrier… avec absolument tout. Et à chaque fois, on s’aperçoit qu’une fois que le privé a mis la main dessus, ça marche moins bien qu’avant, y compris quand le public devait tourner avec des budget de misère pour cause de logique de strangulation et que ça nous revient plus cher de manière exponentielle.

    À chaque fois!

    Et que dès que les accapareurs ont fini la curée, ne laissant plus qu’une carcasse vide et fumante, nous sommes automatiquement appelés à la rescousse pour éponger les déficits abyssaux et remettre en état un outil totalement laissé à l’abandon.

    À chaque fois!

    Parce que nous parlons de prédation économique, de rien d’autre, et que la proie véritable, c’est nous.

    Répondre
  6. Bernard Samson
    Bernard Samson dit :

    Dans le même style, on peut noter aussi comment l’assurance-maladie est un gouffre sans fond et une charge insupportable pour la collectivité quand elle gérée par la Sécurité Sociale, alors qu’elle devient miraculeusement une source de profits colossaux dès que le Privé s’en mêle.

    Répondre
  7. Bernard Samson
    Bernard Samson dit :

    Dans le même style, on peut noter aussi comment l’assurance-maladie est un gouffre sans fond et une charge insupportable pour la collectivité quand elle gérée par la Sécurité Sociale, alors qu’elle devient miraculeusement une source de profits colossaux dès que le Privé s’en mêle.

    Répondre
  8. babelouest
    babelouest dit :

    Et bizarrement, les anciens s’y laissent prendre, au moment de mettre le bulletin dans l’urne. Ils votent pour que cela ne bouge pas, en omettant de remarquer que grâce à leur vote souvent, au lieu de ne pas bouger tout recule.

    Les années 50-60, ce n’était pas amusant. Mais au moins il y avait un frémissement dans l’air, des droits nouveaux, alors que l’argent, il n’y avait pas, ou si peu. Maintenant, les fonds débordent, mais c’est une frange mince et inutile de la population qui l’accapare. Résultat, on meurt encore dans la rue, et les Restos du Cœur, palliatif provisoire, n’ont jamais autant officié.

    Quant à Pôle Emploi, la queue est si longue devant ses officines, qu’il ferme des postes. Cherchez l’erreur.

    Répondre
  9. babelouest
    babelouest dit :

    Et bizarrement, les anciens s’y laissent prendre, au moment de mettre le bulletin dans l’urne. Ils votent pour que cela ne bouge pas, en omettant de remarquer que grâce à leur vote souvent, au lieu de ne pas bouger tout recule.

    Les années 50-60, ce n’était pas amusant. Mais au moins il y avait un frémissement dans l’air, des droits nouveaux, alors que l’argent, il n’y avait pas, ou si peu. Maintenant, les fonds débordent, mais c’est une frange mince et inutile de la population qui l’accapare. Résultat, on meurt encore dans la rue, et les Restos du Cœur, palliatif provisoire, n’ont jamais autant officié.

    Quant à Pôle Emploi, la queue est si longue devant ses officines, qu’il ferme des postes. Cherchez l’erreur.

    Répondre
  10. smolski
    smolski dit :

    "l’assurance-maladie est un gouffre sans fond et une charge insupportable pour la collectivité quand elle est gérée par la Sécurité Sociale, alors qu’elle devient miraculeusement une source de profits colossaux dès que le Privé s’en mêle."

    Yep ! Avec le privatif, l’objectif visé n’est plus le meilleur service rendu ni l’équilibre du fonctionnement, mais âprement le revenu le plus important.
    Si la sécu se met au diapason du privatif, elle aussi génèrera du profit, tout simplement en demandant : "davantage plus" de cotisations pour "davantage moins" de remboursements.
    Est-ce encore une sécurisation sociale là ?

    Ce n’est pas la méthode de gestion communautaire qui est la cause du manque d’équilibre financier des affaires sociales.
    La cause principale est la défection inique pratiquée par les plus privilégiés d’entres nous devant cette charge.
    Car ceux qui profitent davantage de leurs "vacances sociales *" devraient, naturellement et avec justice, verser les plus forts tribus à cette société dont ils tirent les plus grands avantages.
    L’inverse, c’est la barbarie.

    Vive la Commune Libre !

    Bisou Nounours à tous ! 😀

    * vacances sociales : Liberté individuelle
    (Encore un truc sorti de ma tête toute seule ça !) 😉

    Répondre
  11. smolski
    smolski dit :

    "l’assurance-maladie est un gouffre sans fond et une charge insupportable pour la collectivité quand elle est gérée par la Sécurité Sociale, alors qu’elle devient miraculeusement une source de profits colossaux dès que le Privé s’en mêle."

    Yep ! Avec le privatif, l’objectif visé n’est plus le meilleur service rendu ni l’équilibre du fonctionnement, mais âprement le revenu le plus important.
    Si la sécu se met au diapason du privatif, elle aussi génèrera du profit, tout simplement en demandant : "davantage plus" de cotisations pour "davantage moins" de remboursements.
    Est-ce encore une sécurisation sociale là ?

    Ce n’est pas la méthode de gestion communautaire qui est la cause du manque d’équilibre financier des affaires sociales.
    La cause principale est la défection inique pratiquée par les plus privilégiés d’entres nous devant cette charge.
    Car ceux qui profitent davantage de leurs "vacances sociales *" devraient, naturellement et avec justice, verser les plus forts tribus à cette société dont ils tirent les plus grands avantages.
    L’inverse, c’est la barbarie.

    Vive la Commune Libre !

    Bisou Nounours à tous ! 😀

    * vacances sociales : Liberté individuelle
    (Encore un truc sorti de ma tête toute seule ça !) 😉

    Répondre
  12. Luis
    Luis dit :

    Bonsoir Agnès et toutes et tous les monolectivores,

    Eh ouais, Mobistore est devenu "Orange", mes collègues de la boutique d’Auch râlent le Mobistore d’Auch a lui aussi mué…

    Quand "la boutique" du "bled" a fermé, France télécom/Orange a proposé aux vendeurs des emplois soit à Mont de, soit à Auch, un a accepté d’être gérant du futur Mobistore, je pense encore au collègue qui faisait le chemin jusqu’à Auch tout les jour, il déprimait, puis il a chopé cette saloperie de crabe…

    Faut pas croire au "syndrpme France Télécom" sur le mal vivre au boulot, cela se passe dans une multitude de boite ayant des voyous comme patrons.

    Pour FT/O la marque Orange est l’image internationale quelle veut se donner ils ont appelé cela le "rebranding", personnellement cela me gonfle nos tenues de techniciens avec ce carré orange !
    L’agent Orange a fait des ravages au Vietnam, ça œuvre méchamment par chez nous aussi !

    Répondre
  13. Le CPE
    Le CPE dit :

    Ben il est beau le diamant dans la journée avec ses câbles qui dépassent à trois endroits différents.

    A moins que cela ne soit prévu pour hameçonner les passants.

    On arrête pas le progrès.

    Répondre
  14. Le CPE
    Le CPE dit :

    Ben il est beau le diamant dans la journée avec ses câbles qui dépassent à trois endroits différents.

    A moins que cela ne soit prévu pour hameçonner les passants.

    On arrête pas le progrès.

    Répondre
  15. Anta is back
    Anta is back dit :

    Petit rappel. Il ne faut pas confondre entreprise ayant une mission de service public (la poste, ex FT, SNCF etc…) et administration (secu) comme certains le font ici. Les premieres sont soit des entreprises prives dont l Etat reste actionnaire (Orange),soit des SA a capitaux publics (La Poste), soit des entreprises publiques (SNCF). Selon le statut, les objectifs de rentabilite prennent (ou non) le pas sur une pretendu mission de service public. Il est assez aise pour le consommateur de faire la difference:
    Orange a reussi sa mue. Les locaux des agences commerciales sont agreables, le personnel est competent, accueillant. Le but est evidemment de vendre, et donc de seduire le consommateur. On est la sur un marche tres rentable, mais surtout tres competitif. Pas vraiment le droit a l erreur: un consommateur decu est un consommateur qui partira a la conccurence a la premiere occasion.
    La Poste essaie, malgre son statut "batard", de changer. Il y a encore beaucoup d’agences ou on attend 45 minutes pour envoyer un malheureux recommande ( quand on ne vous ferme pas la porte au nez 10 minutes avant l heure theorique de fermeture….), mais des efforts sont clairement faits pour depoussierer nos anciens PTT. La notion de "client" commence a prendre le pas sur celle d’"usager" (ce qui fait, ou devrait faire une difference dans la tete de votre interlocuteur).
    Et enfin, il reste la SNCF et quelques autres bizarreries franco francaises qui datent d un autre temps. Que dire de la SNCF….. Avez vous deja essaye d acceder au bureau des objects trouves a la SNCF? A Bordeaux il est ouvert 1h par semaine (le mercredi de 8 a 9h si mes souvenirs sont bons). La un monsieur, sorti tout droit d un mauvais film francais des annees 70, treeeeeeesssss occupe vous recoit (apres vous avoir fait patienter 10 minutes alors que vous etes seul au guichet). "Un telephone portable perdu dans le train XXXX a xH? Mouais Mouais je regarde". Et la il sort un cahier, presque aussi vieux que lui, avec des feuilles arrachees qui volent de partout. Apres 5 bonnes minutes a feuilleter son cahier ( il ne met clairement aucune bonne volonte, mais il essaie neanmoins d en donner l impression). "Non rien trouve, en revoir". Et c’est pour ce genre de "service public" que l Etat francais, les contribuables, devraient depenser des milliards d euros tous les ans? Si il etait souhaitable a la sortie de la guerre que de grandes entreprises nationales fassent partie integrante d un reamenagement, necessaire, du territoire, c’est beaucoup moins le cas aujourd’hui. Tout comme Air France (qui est passe d un statut d entreprise publique a celui d entreprise prive sans que cela ne choque aujourdh’ui), la SNCF vend (ou devrait vendred) du transport. Un client paie pour aller de A vers B. Tout comme n’importe quelle entreprise de service.
    Mais rassurez vous nostalgiques des annees 50, l’administration francaise a encore de beaux jours devant elle. Il restera toujours une employee assedic(pole emploi pardon) ou secu pour vous expliquer que si votre dossier est incomplet, il vous sera renvoye a votre adresse et vous devrez le reenvoyer avec les pieces manquantes (non vous ne pouvez pas venir le chercher parce que ce n est pas la PROCEDURE, et non vous ne pouvez pas simplement venir deposer les pieces manquantes parce que ce n est pas non plus la PROCEDURE….)

    Répondre
  16. Anta is back
    Anta is back dit :

    Petit rappel. Il ne faut pas confondre entreprise ayant une mission de service public (la poste, ex FT, SNCF etc…) et administration (secu) comme certains le font ici. Les premieres sont soit des entreprises prives dont l Etat reste actionnaire (Orange),soit des SA a capitaux publics (La Poste), soit des entreprises publiques (SNCF). Selon le statut, les objectifs de rentabilite prennent (ou non) le pas sur une pretendu mission de service public. Il est assez aise pour le consommateur de faire la difference:
    Orange a reussi sa mue. Les locaux des agences commerciales sont agreables, le personnel est competent, accueillant. Le but est evidemment de vendre, et donc de seduire le consommateur. On est la sur un marche tres rentable, mais surtout tres competitif. Pas vraiment le droit a l erreur: un consommateur decu est un consommateur qui partira a la conccurence a la premiere occasion.
    La Poste essaie, malgre son statut "batard", de changer. Il y a encore beaucoup d’agences ou on attend 45 minutes pour envoyer un malheureux recommande ( quand on ne vous ferme pas la porte au nez 10 minutes avant l heure theorique de fermeture….), mais des efforts sont clairement faits pour depoussierer nos anciens PTT. La notion de "client" commence a prendre le pas sur celle d’"usager" (ce qui fait, ou devrait faire une difference dans la tete de votre interlocuteur).
    Et enfin, il reste la SNCF et quelques autres bizarreries franco francaises qui datent d un autre temps. Que dire de la SNCF….. Avez vous deja essaye d acceder au bureau des objects trouves a la SNCF? A Bordeaux il est ouvert 1h par semaine (le mercredi de 8 a 9h si mes souvenirs sont bons). La un monsieur, sorti tout droit d un mauvais film francais des annees 70, treeeeeeesssss occupe vous recoit (apres vous avoir fait patienter 10 minutes alors que vous etes seul au guichet). "Un telephone portable perdu dans le train XXXX a xH? Mouais Mouais je regarde". Et la il sort un cahier, presque aussi vieux que lui, avec des feuilles arrachees qui volent de partout. Apres 5 bonnes minutes a feuilleter son cahier ( il ne met clairement aucune bonne volonte, mais il essaie neanmoins d en donner l impression). "Non rien trouve, en revoir". Et c’est pour ce genre de "service public" que l Etat francais, les contribuables, devraient depenser des milliards d euros tous les ans? Si il etait souhaitable a la sortie de la guerre que de grandes entreprises nationales fassent partie integrante d un reamenagement, necessaire, du territoire, c’est beaucoup moins le cas aujourd’hui. Tout comme Air France (qui est passe d un statut d entreprise publique a celui d entreprise prive sans que cela ne choque aujourdh’ui), la SNCF vend (ou devrait vendred) du transport. Un client paie pour aller de A vers B. Tout comme n’importe quelle entreprise de service.
    Mais rassurez vous nostalgiques des annees 50, l’administration francaise a encore de beaux jours devant elle. Il restera toujours une employee assedic(pole emploi pardon) ou secu pour vous expliquer que si votre dossier est incomplet, il vous sera renvoye a votre adresse et vous devrez le reenvoyer avec les pieces manquantes (non vous ne pouvez pas venir le chercher parce que ce n est pas la PROCEDURE, et non vous ne pouvez pas simplement venir deposer les pieces manquantes parce que ce n est pas non plus la PROCEDURE….)

    Répondre
  17. Luis
    Luis dit :

    Cher Anta is back,
    Vous ne deviez pas veiller si tard, toute cette prose pour nous faire l’éloge du statut de consommateur. (toutes et tous "clients"…)
    Allez pour vous aider à dormir: "un CAC 40, deux CAC 40, trois…"

    Tiens le téléphone sonne "bonjour madame vous avez gagné un caméscope, vous êtes bien âgé de plus de 50 ans?" ….

    Répondre
  18. Anta is back
    Anta is back dit :

    Tres cher Luis,
    Le monde ne se resumant pas a la France, il etait aux alentours de 11h (du matin) chez moi quand j’ai ecrit ce message. C’est pour la meme raison qu’il n’y a jamais d’accents dans mes messages….(ce qui n’excuse en rien mes trop nombreuses fautes d’ortographe qui me font rougir!)

    Répondre
  19. Anta is back
    Anta is back dit :

    Tres cher Luis,
    Le monde ne se resumant pas a la France, il etait aux alentours de 11h (du matin) chez moi quand j’ai ecrit ce message. C’est pour la meme raison qu’il n’y a jamais d’accents dans mes messages….(ce qui n’excuse en rien mes trop nombreuses fautes d’ortographe qui me font rougir!)

    Répondre
  20. smolski
    smolski dit :

    ah ah ah 😀

    Très jolie prose à propos du service public pour les ci-devants utilisateurs, anta, félicitation !

    Par le privé, on voit que les moyens mis à valoriser ce qui est rentable se fait avec la destruction des services, même les plus élémentaires, déclarés : NON-RENTABLE, ainsi que par la mise en danger social du personnel qui en produit les richesses.
    Payer trois cacahuètes à un misérable exclus social et le maintenir sous l’esclavage de crédits pompeux, c’est une méthode très éprouvée, on pourrait dire pharaonienne !
    Vendre un produit indispensable, sans concurrence (ou bien sous concurrence avec entente illicite) et en ne visant que de la plus-value aussi.
    C’est à la portée du premier imbécile venu ça. Et il n’en manque pas parmis les dirigeants qui s’occupent de not’ bonheur commun, surtout du leur !
    😀
    Idem des investissements de façade et pour les revenus éhontés subventionnés sous le chantage à l’emploi.

    Accepter que l’investissement social se "dispende" dans les poches trouées des rapaces de la finance mondialisée me paraît bien irresponsable, et plus loin encore de l’expression revendicatrice de ta prose anta, villipendant un service public aussi imparfait qu’il te paraisse mais assurant d’abord une relative cohésion des classes par l’égalité de traitement dans notre société, ce qu’il n’est plus, géré par le privé.
    (Va vivre sans voiture en dehors des villes mon gârs, tu m’en diras des nouvelles aujourd’hui !)

    L’accaparition du service public par le privé fait disparaître le sens communautariste de la société toute entière sans libérer pour autant les surcoûts sociaux (voire en les augmentant) produits par l’inégalité de traitement impliquée par la privation.
    Et c’est bien ce qui est visé dans cette guerre des classes avérées, la domination de tous par quelques privilégiés irresponsables et morbides, rollex éclatante brandi au poignet !

    Tu amènes à demander dans quelle société citoyenne, libre, fraternelle, communautaire et responsable nous choisissons de vivre aujourd’hui ?

    TOUS ENSEMBLE TOUS !

    Voter tous, c’est se rassembler ensemble.
    (Pardon pour cette totologie de bastringue, mais trop marrante à dire.) 😉

    Amitié, Jojo

    Répondre
  21. smolski
    smolski dit :

    ah ah ah 😀

    Très jolie prose à propos du service public pour les ci-devants utilisateurs, anta, félicitation !

    Par le privé, on voit que les moyens mis à valoriser ce qui est rentable se fait avec la destruction des services, même les plus élémentaires, déclarés : NON-RENTABLE, ainsi que par la mise en danger social du personnel qui en produit les richesses.
    Payer trois cacahuètes à un misérable exclus social et le maintenir sous l’esclavage de crédits pompeux, c’est une méthode très éprouvée, on pourrait dire pharaonienne !
    Vendre un produit indispensable, sans concurrence (ou bien sous concurrence avec entente illicite) et en ne visant que de la plus-value aussi.
    C’est à la portée du premier imbécile venu ça. Et il n’en manque pas parmis les dirigeants qui s’occupent de not’ bonheur commun, surtout du leur !
    😀
    Idem des investissements de façade et pour les revenus éhontés subventionnés sous le chantage à l’emploi.

    Accepter que l’investissement social se "dispende" dans les poches trouées des rapaces de la finance mondialisée me paraît bien irresponsable, et plus loin encore de l’expression revendicatrice de ta prose anta, villipendant un service public aussi imparfait qu’il te paraisse mais assurant d’abord une relative cohésion des classes par l’égalité de traitement dans notre société, ce qu’il n’est plus, géré par le privé.
    (Va vivre sans voiture en dehors des villes mon gârs, tu m’en diras des nouvelles aujourd’hui !)

    L’accaparition du service public par le privé fait disparaître le sens communautariste de la société toute entière sans libérer pour autant les surcoûts sociaux (voire en les augmentant) produits par l’inégalité de traitement impliquée par la privation.
    Et c’est bien ce qui est visé dans cette guerre des classes avérées, la domination de tous par quelques privilégiés irresponsables et morbides, rollex éclatante brandi au poignet !

    Tu amènes à demander dans quelle société citoyenne, libre, fraternelle, communautaire et responsable nous choisissons de vivre aujourd’hui ?

    TOUS ENSEMBLE TOUS !

    Voter tous, c’est se rassembler ensemble.
    (Pardon pour cette totologie de bastringue, mais trop marrante à dire.) 😉

    Amitié, Jojo

    Répondre
  22. Anta is back
    Anta is back dit :

    Ah bah non!
    J’ai fait tout un pamphlet dans le post precedent a propos de ces fameuses "classes", personne(ou presque) ne m’a repondu. J’essaie donc d’etre plus pragmatique, de commenter un sujet bien concret, et on me ressort cette pretendue histoire de "classe", et de "complot", et d’asservissement des "masses" (pas si nombreuse que ca au final) "travailleuses" (les guillemets sont la uniquement pour l’agent SNCF du bureau des objets trouves de la gare de Bordeaux), par la "finance mondiale" (je crois que ce qui s’en rapproche le plus dans votre imaginaire est la World Compagny des guignols de l’info).
    Bref, je suis decu 🙁

    Répondre
  23. Anta is back
    Anta is back dit :

    Ah bah non!
    J’ai fait tout un pamphlet dans le post precedent a propos de ces fameuses "classes", personne(ou presque) ne m’a repondu. J’essaie donc d’etre plus pragmatique, de commenter un sujet bien concret, et on me ressort cette pretendue histoire de "classe", et de "complot", et d’asservissement des "masses" (pas si nombreuse que ca au final) "travailleuses" (les guillemets sont la uniquement pour l’agent SNCF du bureau des objets trouves de la gare de Bordeaux), par la "finance mondiale" (je crois que ce qui s’en rapproche le plus dans votre imaginaire est la World Compagny des guignols de l’info).
    Bref, je suis decu 🙁

    Répondre
  24. smolski
    smolski dit :

    "la "finance mondiale" (je crois que ce qui s’en rapproche le plus dans votre imaginaire est la World Compagny des guignols de l’info)"
    Euh je regarde pas les guignols par principe personnel.
    "Je peux rire de tout mais pas avec n’importe qui. P. Desproges"
    😀

    "J’ai fait tout un pamphlet dans le post precedent a propos de ces fameuses "classes" "
    Tu ouvres l’url en cliquant sur le numéro de ce pamphlet et tu la copies/colles ici pour nous y renvoyer plus aisément. Hop !

    "cette pretendue histoire de "classe", et de "complot", et d’asservissement des "masses" "
    Sort de ce corps bill gates !

    "(les guillemets sont la uniquement pour l’agent SNCF du bureau des objets trouves de la gare de Bordeaux)"
    Ben si tu n’as qu’une heure par semaine pour ce poste et qu’un vieux cahier démonté pour le faire, je pense que tu ne te sentirais pas trop bien toi aussi dans cet emploi. On obtient bien que ce que l’on offre suffisamment pour l’obtenir.

    Maintenant, avec des peintures neuves, un local clinquant de lumière, des heures de travail non comptabilisées et un objectif unique : la RENTABILITÉ, tu serais là tout sourire et empressé à vendre un nouveau portable (mieux et plus cher) à celui qui a perdu le sien (vieux et malaisé) dans le train. Non ?
    😀
    Bisou nounours à tous !

    Répondre
  25. smolski
    smolski dit :

    "la "finance mondiale" (je crois que ce qui s’en rapproche le plus dans votre imaginaire est la World Compagny des guignols de l’info)"
    Euh je regarde pas les guignols par principe personnel.
    "Je peux rire de tout mais pas avec n’importe qui. P. Desproges"
    😀

    "J’ai fait tout un pamphlet dans le post precedent a propos de ces fameuses "classes" "
    Tu ouvres l’url en cliquant sur le numéro de ce pamphlet et tu la copies/colles ici pour nous y renvoyer plus aisément. Hop !

    "cette pretendue histoire de "classe", et de "complot", et d’asservissement des "masses" "
    Sort de ce corps bill gates !

    "(les guillemets sont la uniquement pour l’agent SNCF du bureau des objets trouves de la gare de Bordeaux)"
    Ben si tu n’as qu’une heure par semaine pour ce poste et qu’un vieux cahier démonté pour le faire, je pense que tu ne te sentirais pas trop bien toi aussi dans cet emploi. On obtient bien que ce que l’on offre suffisamment pour l’obtenir.

    Maintenant, avec des peintures neuves, un local clinquant de lumière, des heures de travail non comptabilisées et un objectif unique : la RENTABILITÉ, tu serais là tout sourire et empressé à vendre un nouveau portable (mieux et plus cher) à celui qui a perdu le sien (vieux et malaisé) dans le train. Non ?
    😀
    Bisou nounours à tous !

    Répondre
  26. smolski
    smolski dit :

    Ah j’ai trouvé Anta :
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    😀
    Effectivement, 80% des personnes au monde qui ne souffrent pas de la faim ni de l’exploitation de toute leur Vie, ni de l’exclusion sociale pour un profit "phare-rao-inique" de quelques-uns sont très bien dans cette société.

    "80% des personnes au monde qui ne souffrent pas"
    euh, en réalité, ça fait combien en chiffre entier de part et d’autre ?

    J’ajouterai qu’il en existe plus encore avec une rémunération de moins de un dollars par jour (MOINS DE 1 DOLLARS PAR JOUR !) à 100% issu de leur non-emploi de m…de.
    T’es battu là mon gârs avec tes 99,5% issu de ton travail, faut cravacher davantage, allez, tu peux le faire toi aussi !
    🙂
    J’en souhaite autant à toute ta "descendance" !

    Porte-toi bien, amitié, Joel

    Répondre
  27. smolski
    smolski dit :

    Ah j’ai trouvé Anta :
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    😀
    Effectivement, 80% des personnes au monde qui ne souffrent pas de la faim ni de l’exploitation de toute leur Vie, ni de l’exclusion sociale pour un profit "phare-rao-inique" de quelques-uns sont très bien dans cette société.

    "80% des personnes au monde qui ne souffrent pas"
    euh, en réalité, ça fait combien en chiffre entier de part et d’autre ?

    J’ajouterai qu’il en existe plus encore avec une rémunération de moins de un dollars par jour (MOINS DE 1 DOLLARS PAR JOUR !) à 100% issu de leur non-emploi de m…de.
    T’es battu là mon gârs avec tes 99,5% issu de ton travail, faut cravacher davantage, allez, tu peux le faire toi aussi !
    🙂
    J’en souhaite autant à toute ta "descendance" !

    Porte-toi bien, amitié, Joel

    Répondre
  28. John
    John dit :

    Très cher (chère ?) Anta ,

    Si « le monde ne se résume pas à la France », la langue française ne se résume pas aux accents, mais ils lui sont essentiels.

    Votre excuse de ne pas vous trouver en France ne tient pas, à moins que vous n’écriviez avec un ZX81 ou autre antiquité d’avant l’Apple IIe ou le PCDOS, ce qui est peu probable.

    Si la teneur de vos propos justifie qu’on les lise, elle doit justifier aussi que vous vous donniez la peine d’apprendre à vous servir de votre machine, quels qu’en soient le modèle et le système d’exploitation. À vous de juger.

    Si vous continuez à envoyer des messages aussi impolis et illisibles (faites des paragraphes), tâchez de mettre l’essentiel de ce que vous avez à dire dans les deux premières et la dernière lignes. Je n’arrive (ne me force) pas à en lire davantage, et je ne dois pas être le seul, puisque vous vous plaignez de n’avoir aucun écho à vos écrits (peut-être intéressants, après tout).

    Répondre
  29. paul
    paul dit :

    @ anta

    tient tient ! on est déçu que personne n’ait répondu à vos énormités du commentaire au post précédent…

    ben on vous à lu

    en son for intérieur on a bien pensé à pas mal de possibilités de réponses rigoureuses comme plus émotionnelles

    d’abord, on ne sait rien de votre réalité : or votre argumentation est essentiellement fondée sur une valorisation de votre expérience de réussite d’intégration sociale en tant que cadre très bien payé dans une grande entreprise…

    rien que ça, ça dissuade de vous répondre…

    y’a rien de plus projectif que votre argumentation qui prétend répondre à l’utilisation des termes et concepts de classes sociales : alors que ces concepts eux sont à l’origines construits sur des efforts de descriptions scientifiques des fonctionnements sociaux et sont continuellement remis à jour avec l’évolution des sociétés. si vous étiez rigoureux, vous auriez compris que l’on n’emploie plus exactement les mêmes définitions que celles initialement proposées par des chercheurs comme Marx au 19ème siècles et que depuis ces concepts ont été considérablement enrichis par d’autres…

    ensuite

    que vous ne soyez pas en france ne légitime rien dans un sens ou un autre

    que vous ne mettiez pas d’accent… je m’en fous radicalement et ne l’avais même pas relevé…

    si j’ai pas répondu à vos trucs, c’est parce que je suis fatigué de répondre à ce genre de conneries… et que de toute façon, votre exemple ne peut que vous attirer la jalousie maladive du gros de la populace : donc vous vous faites du tors tout seul…

    d’autres ici aussi ont des formations de type ingénieurs ou universitaires bac plus cinq et au delà… et n’ont jamais été recrutés par les multinationales pour diverses raisons qui leurs ont toutes été reprochées dès leurs premiers pas dans la société…

    vous défendez un système parce que vous en êtes bénéficiaire

    nous le critiquons, non par jalousie, mais parce que nous constatons qu’il nous conduit à la misère. mais en plus, par connaissances éventuelles des théories économiques diverses et ensuite par reconnaissance de nos propres valeurs éthiques que nous exposons et redéfinissons à l’occasion de toute contradiction, même celles intentionnées par la mauvaise fois caractéristique de ce système dominateur

    nous n’avons jamais été recrutés par les multinationales en tant que cadre, parce qu’intuitivement, selon les habitus que nous incarnons inconsciemment, nous ne correspondons pas aux valeurs, aux ambitions, aux élans, aux éléments d’identification intîmes de ce système : c’est à dire que les recruteurs ont sentis, bien avant nous, bien avant que nous en prenions conscience, que nous n’avons en rien les motivations inconscientes de ce système et que donc intuitivement nous tendons vers une autre façon de vivre, d’exercer nos métiers de scientifiques par exemple.

    si tardivement, j’ai cinquante ans, je critique, je m’oppose intellectuellement, comme dans ma pratique quotidienne du fait de ma pauvreté économique, au système socio-culturel contemporain, c’est parce que j’ai pris conscience, à l’expérience de ma déchéance, que je n’avais rien de commun avec ce système, et que donc je ne peux y vivre faute d’y être intégrable, puisque ce n’est pas sur mes compétences techniques, professionnelles, que je suis intégrable par ce système, mais par mon intégration, mon incarnation de valeur de vie, à ce système et que donc ce système me conduit à la misère…

    ma première réponse à ce système, ce n’est pas de retirer le peu d’argent que je glane des banques, ou voter, ou manifester etc… : c’est de ne pas faire d’enfant.

    alors après

    vous répondre

    ben je l’ai fait parce que j’ai autre chose à répondre que ce que les autres Kamarades vous ont répondu. et que en même temps que je vous réponds, je leur réponds et réponds ou parle à d’autres, pour faire entendre ce que certains aimeraient parfois lire et qu’ils n’ont pas l’élan d’écrire sous la lassitude de la répétition de votre genre de discours dominant et de dominants.

    et je ne reste pas anonyme comme vous le faites si facilement
    http://paulregnier.riluma.fr

    Répondre
  30. paul
    paul dit :

    Pour en rajouter une couche

    A ce système socio-culturel

    ma réponse personnelle à son agression permanente me disant de me remettre en cause et patati et patata

    c’est que constatant qu’il exprime par tous les moyens dont il dispose que je lui suis totalement inutile, dévalorisable, puis que s’il ne m’embauche pas, je n’ai pas de raison sociale, je n’ai pas de moyen de consommer même l’indispensable, donc encore moins les produits d’image de marque, et donc je ne peux même pas lui être utile en tant que CLIENT de base

    bref, je suis une merde totale

    qu’il me tue

    qu’il me mette à mort directement et sans grosse dépense de procès, de passage à tabac pas ses Heichmann de service

    qu’il me mette directement une balle dans la nuque

    comme ça, il aura la bonté de ne plus me faire souffrir

    si tant est qu’il accepte l’idée d’être capable de bonté

    Répondre
  31. paul
    paul dit :

    Pour en rajouter une couche

    A ce système socio-culturel

    ma réponse personnelle à son agression permanente me disant de me remettre en cause et patati et patata

    c’est que constatant qu’il exprime par tous les moyens dont il dispose que je lui suis totalement inutile, dévalorisable, puis que s’il ne m’embauche pas, je n’ai pas de raison sociale, je n’ai pas de moyen de consommer même l’indispensable, donc encore moins les produits d’image de marque, et donc je ne peux même pas lui être utile en tant que CLIENT de base

    bref, je suis une merde totale

    qu’il me tue

    qu’il me mette à mort directement et sans grosse dépense de procès, de passage à tabac pas ses Heichmann de service

    qu’il me mette directement une balle dans la nuque

    comme ça, il aura la bonté de ne plus me faire souffrir

    si tant est qu’il accepte l’idée d’être capable de bonté

    Répondre
  32. smolski
    smolski dit :

    Ben alors Pôpaul ?

    C’est TOUS ENSEMBLE TOUS !
    Alors, on va tous choisir avec toi de prendre chacun un pruneau dans la tête et, vu le prix des munitions, ce sera la ruine du capitalisme !
    Bien pensé camarade, il y a une liste d’attente pour s’inscrire dans ton plan ?
    😀
    Bisou Nounours, Joe!

    Répondre
  33. paul
    paul dit :

    bon, je continue parce qu’apparemment faut expliquer un peu plus

    les gens qui défendent les théories comme le libéralisme le font sur des élement d’identification de qui a droit à quoi, qui est bon à quoi et donc qui est out de quoi.

    nous dans cette logique là, nous constatons que nous n’avons pas de place et que donc nous sommes en face de notre MORT

    et ce que nous défendons c’est un système dans lequel toutes les identités puissent participer selon lers aptitudes comme le définissait initialement Platon et non plus sur des projections à priori idéalistes

    ce qui est insupportable dans le cas des théories libérales de plus c’est qu’à l’étude logique, rationnelle objective de leur construction, aucune de leurs argumentations prétendument économiques ne tiennent : elles conduisent toutes à des fonctionnements évidents d’autodestruction d’une très grande partie des acteurs.

    pour se légitimer, ses théories ne font d’ailleurs jamais appel uniquement à de l’économique : quand elles font appel à des théoriciens économiques la relecture de ses sources montre qu’elles les trahissent systématiquement (je pense notamment aux écrits de Smith)

    mais pire, elles font appel à d’autres domaines scientifiques en les trahissant tout autant du fait de l’impertinence du repport analogique d’un domaine sur l’autre : je pense notamment au darwinisme qui n’est d’ailleurs pas trahis par les seuls libéraux, pour la simple raison qu’à la base de toute science de la nature non culturelle, donc en particulier humaine, les fonctionnements de la matière et de la vie non culturelle sont non finalistes : or toute économie culturelle est finaliste.

    etc…

    il vient à la longue de l’étude de ses défenseurs de ses théories idéalistes qu’ils sont non seulement incultes et malhonnêtes intellectuellement, mais de façon évidente motivés par la pure volonté de puissance et de domination : c’est à dire par le mal

    et que là encore, ce n’est pas par projection de notre déchéance que nous attaquons le système en question : mais purement parce que c’est une question de survie , de vie ou de mort

    donc ce que je lui dis

    c’est d’avouer son intention flagrante de nous détruire et de notre mort.

    de sorte que

    par l’évidence de son impossibilité de cet aveu

    l’aveu de fait de sa volonté se fasse

    ce n’est pas tuer qu’il veut : un mort n’est plus dominable

    ce qu’il veut

    c’est faire souffrir

    c’est bien pire que tuer

    Répondre
  34. Anta is back
    Anta is back dit :

    Ah la j’ai des reponses.
    Pour faire dans l’ordre

    @smolski
    Je suis pret a mettre ma main a couper, voir plus, que mon cher agent du bureau des objets trouves de la guerre de Bordeaux a une fiche de paie, et des conditions de travail, bien plus avantageuses que la plupart des vendeurs Orange/SFR/Bouygues. Pourtant, je persiste a dire que ces derniers mettent bien plus de coeur a l’ouvrage, semblent plus competents, sont plus accueillant/sympathiques que cette personne.

    Mais comme tu me le fais justement remarquer, quand je me moque de son vieux cahier dechire, c’est l’institution SNCF qui est visee. La SNCF ne manque pas de moyen (loin de la!!!). C’est plutot l’allocation des ressources qui pose probleme: poids du regime special des retraites, remuneration des agents au dessus de la moyenne pour des conditions de travail plus couteuses pour l’entreprise, dotation aux syndicats etc etc etc……..

    @John

    J’ ai pris bonne note de votre remarque sur le fait que mes commentaires ne sont pas assez aeres. Et je vous promets de faire des efforts.
    Par contre, etant donne que je redige mes commentaires avec mon portable professionnel, vous devrez vous passer d’accentuation. Je ne vais pas changer la configuration pour les quelques rares messages que je redige en francais. Ou alors j’ecris en anglais mais j’ai peur de perdre une partie encore plus importante de l’auditoire.

    @Paul
    La ca devient plus complique. Ca devient plus complique parce que c’est toujours tres tres difficile de vous suivre, et de savoir ou vous voulez en venir (et je ne crois pas etre le seul dans ce cas). Vos argumentations partent toujours dans tous les sens et ne sont jamais structures. Pour compliquer le tout, vous n’avez pas la prose de Proust mais vous vous permettez tout de meme de faire des phrases de 4 lignes en moyenne.
    En plus de cela, vous etes agressif.

    J’ai donc decider de suivre l’exemple de John, et de simplement survoler vos commentaires.

    Je ne suis pas psychanalyste et je n’en ai pas la pretention. Mais ce qui me frappe (entre autres), c’est le ressenti qui transpire de votre plume. Une sorte de frustration. Un besoin perpetuel de rappeler que vous "aussi" vous etes intelligent, et que si vous n’avez pas gravi tous les echelons de la reussite sociale, c’est uniquement votre choix. Un besoin de reconnaissance criant et tardif (j’ai cru lire plusieurs fois que vous aviez une cinquantaine d’annees).
    Ah oui, et je ne comprends pas pourquoi vous me reprochez mon anonymat…Personellement, je suis ici pour debattre. Je ne vois pas bien ce que ca pourrait vous apporter de connaitre mon nom et prenom….

    Répondre
  35. Anta is back
    Anta is back dit :

    Ah la j’ai des reponses.
    Pour faire dans l’ordre

    @smolski
    Je suis pret a mettre ma main a couper, voir plus, que mon cher agent du bureau des objets trouves de la guerre de Bordeaux a une fiche de paie, et des conditions de travail, bien plus avantageuses que la plupart des vendeurs Orange/SFR/Bouygues. Pourtant, je persiste a dire que ces derniers mettent bien plus de coeur a l’ouvrage, semblent plus competents, sont plus accueillant/sympathiques que cette personne.

    Mais comme tu me le fais justement remarquer, quand je me moque de son vieux cahier dechire, c’est l’institution SNCF qui est visee. La SNCF ne manque pas de moyen (loin de la!!!). C’est plutot l’allocation des ressources qui pose probleme: poids du regime special des retraites, remuneration des agents au dessus de la moyenne pour des conditions de travail plus couteuses pour l’entreprise, dotation aux syndicats etc etc etc……..

    @John

    J’ ai pris bonne note de votre remarque sur le fait que mes commentaires ne sont pas assez aeres. Et je vous promets de faire des efforts.
    Par contre, etant donne que je redige mes commentaires avec mon portable professionnel, vous devrez vous passer d’accentuation. Je ne vais pas changer la configuration pour les quelques rares messages que je redige en francais. Ou alors j’ecris en anglais mais j’ai peur de perdre une partie encore plus importante de l’auditoire.

    @Paul
    La ca devient plus complique. Ca devient plus complique parce que c’est toujours tres tres difficile de vous suivre, et de savoir ou vous voulez en venir (et je ne crois pas etre le seul dans ce cas). Vos argumentations partent toujours dans tous les sens et ne sont jamais structures. Pour compliquer le tout, vous n’avez pas la prose de Proust mais vous vous permettez tout de meme de faire des phrases de 4 lignes en moyenne.
    En plus de cela, vous etes agressif.

    J’ai donc decider de suivre l’exemple de John, et de simplement survoler vos commentaires.

    Je ne suis pas psychanalyste et je n’en ai pas la pretention. Mais ce qui me frappe (entre autres), c’est le ressenti qui transpire de votre plume. Une sorte de frustration. Un besoin perpetuel de rappeler que vous "aussi" vous etes intelligent, et que si vous n’avez pas gravi tous les echelons de la reussite sociale, c’est uniquement votre choix. Un besoin de reconnaissance criant et tardif (j’ai cru lire plusieurs fois que vous aviez une cinquantaine d’annees).
    Ah oui, et je ne comprends pas pourquoi vous me reprochez mon anonymat…Personellement, je suis ici pour debattre. Je ne vois pas bien ce que ca pourrait vous apporter de connaitre mon nom et prenom….

    Répondre
  36. smolski
    smolski dit :

    Comme le fait remarquer Agnes, il ne faut pas que cela soit un débat de personne mais un débat sur le sujet du blog.

    "mon cher agent du bureau des objets trouves de la guerre de Bordeaux a une fiche de paie, et des conditions de travail…"
    Ah non, 1h d’accordé pour ouvrir et fermer ce poste particulier (selon les renseignements fournis ici) ne sont pas des conditions avantageuses.
    C’est du mépris total.

    "la plupart des vendeurs Orange/SFR/Bouygues. Pourtant, je persiste a dire que ces derniers mettent bien plus de coeur a l’ouvrage, semblent plus competents, sont plus accueillant/sympathiques"
    Avec des conditions de production et de sanction en cas de manquement aux chiffres obligés.
    Est-ce ainsi que les hommes doivent vivre ? Sanctions sociales et pertes des avantages sociaux communautaires ?

    La SNCF ne manque pas de moyen (loin de la!!!). C’est plutot l’allocation des ressources qui pose probleme: poids du regime special des retraites, remuneration des agents au dessus de la moyenne pour des conditions de travail plus couteuses pour l’entreprise, dotation aux syndicats etc etc etc……..
    Ah ah ah ! 😀
    Que des picaillons tout ça, comparé aux revenus maintenu des banques et de leurs actionnaires qui ont pourtant largement foutu tout le système monétaire mondial commun en l’air !

    Totalement remboursé et rémunéré par la société dont nous sommes, sans sanction ni perte de privilège.

    REMBOURSE ET REMUNERE !!!!!!!!!!!!!!!

    Il y a beaucoup d’humour dans vos propos, cher Anta !
    😀
    Refuser !

    Bisou nounours, Joel

    Répondre
  37. smolski
    smolski dit :

    Comme le fait remarquer Agnes, il ne faut pas que cela soit un débat de personne mais un débat sur le sujet du blog.

    "mon cher agent du bureau des objets trouves de la guerre de Bordeaux a une fiche de paie, et des conditions de travail…"
    Ah non, 1h d’accordé pour ouvrir et fermer ce poste particulier (selon les renseignements fournis ici) ne sont pas des conditions avantageuses.
    C’est du mépris total.

    "la plupart des vendeurs Orange/SFR/Bouygues. Pourtant, je persiste a dire que ces derniers mettent bien plus de coeur a l’ouvrage, semblent plus competents, sont plus accueillant/sympathiques"
    Avec des conditions de production et de sanction en cas de manquement aux chiffres obligés.
    Est-ce ainsi que les hommes doivent vivre ? Sanctions sociales et pertes des avantages sociaux communautaires ?

    La SNCF ne manque pas de moyen (loin de la!!!). C’est plutot l’allocation des ressources qui pose probleme: poids du regime special des retraites, remuneration des agents au dessus de la moyenne pour des conditions de travail plus couteuses pour l’entreprise, dotation aux syndicats etc etc etc……..
    Ah ah ah ! 😀
    Que des picaillons tout ça, comparé aux revenus maintenu des banques et de leurs actionnaires qui ont pourtant largement foutu tout le système monétaire mondial commun en l’air !

    Totalement remboursé et rémunéré par la société dont nous sommes, sans sanction ni perte de privilège.

    REMBOURSE ET REMUNERE !!!!!!!!!!!!!!!

    Il y a beaucoup d’humour dans vos propos, cher Anta !
    😀
    Refuser !

    Bisou nounours, Joel

    Répondre
  38. Chris
    Chris dit :

    Amusant : """l’administration francaise a encore de beaux jours devant elle. Il restera toujours une employee assedic(pole emploi pardon) ou secu pour vous expliquer que si votre dossier est incomplet, il vous sera renvoye a votre adresse et vous devrez le reenvoyer avec les pieces manquantes (non vous ne pouvez pas venir le chercher parce que ce n est pas la PROCEDURE, et non vous ne pouvez pas simplement venir deposer les pieces manquantes parce que ce n est pas non plus la PROCEDURE….)

    Bon, j’ai point corrigé, mais ce doit être lisible puisque je l’ai lu…

    Sur le fond, je rajouterai un : et encore, vous n’avez rien vu de ce qu’est capable une administration.
    Car il suffit d’avoir à se déplacer en ce moment même dans un bureau de la fiscalité des entreprises ( ils sont charmants mais explosés par les conneries à Sarko sur la taxe Pro) ou mieux encore à l’Urssaf où des milliers de répudiés du salariat ont affaire tel un nouveau peuple de l’abime aux affres d’un assemblement ( RSI + Urssaf) des charges sociales, ubuesque.

    Vous verrez Anta, lorsque le salariat se sera lassé de vous : vous repenserez votre guichet SNCF avec nostalgie.

    Bref, tous ça n’a pas grand chose à voir avec un quelconque libéralisme ou capitalisme en tant que doctrine mais plus avec du grand banditisme dans le genre de quelqu’un peut-il m’expliquer le salaire mirobolant du boss salarié -pourtant-de la Sacem…Savez celui qui tond les coiffeurs à tel point qu’ils ne veulent même plus écouter de musique.

    C’est le pouvoir qui est scélérat, pas ses doctrinettes agitées au nez des crédules…

    Répondre
  39. Tankonalasanté
    Tankonalasanté dit :

    Ben j’avais envie de déconner , dire que tu n’étais jamais contente et contre le progrès mais je viens de recevoir un mail d’une infirmière en pétard : elle raconte que Roselyne vient de passer un décret qui interdit aux infirmières extérieures aux labos ou indépendantes , surnuméraires , d’effectuer des prélèvements sanguins, que les labos d’analyse vont être très concentrés et aux mains de gens extérieurs à la santé , comme les chaînes de clinique, que les examens sanguins vont être déremboursés copieusement , etc, etc…
    Pour le reste, je viens de me faire arnaquer salement par SFR et j’ai les boules : points, offres promos et cadeaux qu’ils disent : m’ont taxé en fait de plus de 32 euros de communications extraordinaires SFR alors que j’ai signé un engagement et un nouveau contrat sur deux ans ! La honte !
    Tk.

    Répondre
  40. Tankonalasanté
    Tankonalasanté dit :

    Ben j’avais envie de déconner , dire que tu n’étais jamais contente et contre le progrès mais je viens de recevoir un mail d’une infirmière en pétard : elle raconte que Roselyne vient de passer un décret qui interdit aux infirmières extérieures aux labos ou indépendantes , surnuméraires , d’effectuer des prélèvements sanguins, que les labos d’analyse vont être très concentrés et aux mains de gens extérieurs à la santé , comme les chaînes de clinique, que les examens sanguins vont être déremboursés copieusement , etc, etc…
    Pour le reste, je viens de me faire arnaquer salement par SFR et j’ai les boules : points, offres promos et cadeaux qu’ils disent : m’ont taxé en fait de plus de 32 euros de communications extraordinaires SFR alors que j’ai signé un engagement et un nouveau contrat sur deux ans ! La honte !
    Tk.

    Répondre
  41. smolski
    smolski dit :

    À savoir :
    "alors que j’ai signé un engagement et un nouveau contrat sur deux ans"

    Seuls les contrats sur un an sont légaux. Tu n’as donc pas à t’en préoccuper plus que ça.
    Encore un truc pour ou contre le pseudo/libéralisme qui n’est effectivement que banditisme et la barbarie sociale.

    Hop ! 🙂

    Répondre
  42. smolski
    smolski dit :

    À savoir :
    "alors que j’ai signé un engagement et un nouveau contrat sur deux ans"

    Seuls les contrats sur un an sont légaux. Tu n’as donc pas à t’en préoccuper plus que ça.
    Encore un truc pour ou contre le pseudo/libéralisme qui n’est effectivement que banditisme et la barbarie sociale.

    Hop ! 🙂

    Répondre
  43. Tankonalasanté
    Tankonalasanté dit :

    OK, et merci ,mais là en l’occurrence je voulais remplacer mon ancien tel portable fatigué . J’ai failli acheter un pratique et pas cher dans le commerce et au moment de finaliser , j’ai vu que mon opérateur adsl, tel fixe TV + portable ancien contrat "bloqué" faisait une offre , concernant ce produit , via le service clientèle …."Naturellement" ils n’avaient pas ce tel disponible….. 🙁
    Tk.

    Répondre
  44. Tankonalasanté
    Tankonalasanté dit :

    OK, et merci ,mais là en l’occurrence je voulais remplacer mon ancien tel portable fatigué . J’ai failli acheter un pratique et pas cher dans le commerce et au moment de finaliser , j’ai vu que mon opérateur adsl, tel fixe TV + portable ancien contrat "bloqué" faisait une offre , concernant ce produit , via le service clientèle …."Naturellement" ils n’avaient pas ce tel disponible….. 🙁
    Tk.

    Répondre
  45. fao
    fao dit :

    Paul,

    Pour quelqu’un qui a fait des études, ça ne serait pas un luxe de mettre des majuscules en débuts de phrases.

    Anta,

    Je bosse aussi dans une multinationale, avec le problème du PC avec clavier pas français, je compatis, mais il ne faudrait tout de même pas faire porter sur les fonctionnaires trop la responsabilité du merdier économique actuel qui vient de la finance et du laisser faire qui la concerne.

    Le MEDEF, c’est pas brillant non plus, un plomb non seulement social, mais aussi économique.

    Ceci dit, l’Urssaf s’est souvent comportée en commissaire du peuple, démolissant des petites boites qui n’étaient nullement des banques ou des multinationales, et pour cause, plus facile d’écrabouiller des petits que des gros.

    Mon père a dû fermer boutique en partie à cause de l’Urssaf contre qui il a eu gain de cause en cassation des années plus tard, mais trop tard, la justice est lente.

    Car entre temps, la boite était liquidée, et un de ses employés mis au chômage, alors qu’il se plaisait à son boulot, s’est tiré un coup de fusil de chasse dans la tête, laissant une veuve et des enfants.
    Les aléas de la vie comme dirait Parisot.

    C’est pas du Zola, c’est actuel.

    Par ailleurs, Bercy n’a pas fait trop de soucis à l’Oréal qui doit s’acquitter d’un impôt sur les sociétés en proportion très modeste par rapport aux PME.

    Répondre
  46. fao
    fao dit :

    Paul,

    Pour quelqu’un qui a fait des études, ça ne serait pas un luxe de mettre des majuscules en débuts de phrases.

    Anta,

    Je bosse aussi dans une multinationale, avec le problème du PC avec clavier pas français, je compatis, mais il ne faudrait tout de même pas faire porter sur les fonctionnaires trop la responsabilité du merdier économique actuel qui vient de la finance et du laisser faire qui la concerne.

    Le MEDEF, c’est pas brillant non plus, un plomb non seulement social, mais aussi économique.

    Ceci dit, l’Urssaf s’est souvent comportée en commissaire du peuple, démolissant des petites boites qui n’étaient nullement des banques ou des multinationales, et pour cause, plus facile d’écrabouiller des petits que des gros.

    Mon père a dû fermer boutique en partie à cause de l’Urssaf contre qui il a eu gain de cause en cassation des années plus tard, mais trop tard, la justice est lente.

    Car entre temps, la boite était liquidée, et un de ses employés mis au chômage, alors qu’il se plaisait à son boulot, s’est tiré un coup de fusil de chasse dans la tête, laissant une veuve et des enfants.
    Les aléas de la vie comme dirait Parisot.

    C’est pas du Zola, c’est actuel.

    Par ailleurs, Bercy n’a pas fait trop de soucis à l’Oréal qui doit s’acquitter d’un impôt sur les sociétés en proportion très modeste par rapport aux PME.

    Répondre
  47. fao
    fao dit :

    Aucune réaction, dès qu’on évoque la réalité vraiment sanglante.

    Tout le monde se tait, la frousse pendue aux couilles. Tellement transis des bonnes prières.

    Répondre
  48. fao
    fao dit :

    Aucune réaction, dès qu’on évoque la réalité vraiment sanglante.

    Tout le monde se tait, la frousse pendue aux couilles. Tellement transis des bonnes prières.

    Répondre
  49. Chris
    Chris dit :

    """Aucune réaction, dès qu’on évoque la réalité vraiment sanglante."""

    Exact et ce n’est pas nouveau, même si encore d’actualité…

    """"L’anarchie symbolise la libération de l’esprit humain de l’aliénation, de la religion ; la libération du corps humain de la domination de la propriété ; la libération des chaines qui nous lient à l’oppression des gouvernements. Elle défend un ordre social fondé sur la libre association entre individus.

    Le concept était pur et simple,vrai, il m’a inspiré. Il a allumé en moi le feu de la révolte. Mais finalement, j’ai appris la même leçon que Goldman, Proudhon et bien d’autres, que la véritable liberté s’acquiert au prix de sacrifices et de souffrances. La plupart des hommes croient vouloir être libres, mais la vérité est qu’ils se complaisent dans le carcan de l’ordre social, des lois rigides, et du matérialisme. La seule liberté à laquelle l’homme aspire réellement, est celle du confort matériel.

    (Son’s of Anarchy)
    """"

    Répondre
  50. Chris
    Chris dit :

    """Aucune réaction, dès qu’on évoque la réalité vraiment sanglante."""

    Exact et ce n’est pas nouveau, même si encore d’actualité…

    """"L’anarchie symbolise la libération de l’esprit humain de l’aliénation, de la religion ; la libération du corps humain de la domination de la propriété ; la libération des chaines qui nous lient à l’oppression des gouvernements. Elle défend un ordre social fondé sur la libre association entre individus.

    Le concept était pur et simple,vrai, il m’a inspiré. Il a allumé en moi le feu de la révolte. Mais finalement, j’ai appris la même leçon que Goldman, Proudhon et bien d’autres, que la véritable liberté s’acquiert au prix de sacrifices et de souffrances. La plupart des hommes croient vouloir être libres, mais la vérité est qu’ils se complaisent dans le carcan de l’ordre social, des lois rigides, et du matérialisme. La seule liberté à laquelle l’homme aspire réellement, est celle du confort matériel.

    (Son’s of Anarchy)
    """"

    Répondre
  51. fao
    fao dit :

    Sur ce blog, parfois, comme ailleurs, j’ai l’impression qu’on lance des buzz, et puis pshitt, plus personne, aucune continuité, juste de la com buzz de consommation.

    La taulière part ailleurs. Elle a fait son amorce et se lave les mains de ce qui en résulte.

    Répondre
  52. smolski
    smolski dit :

    "Tout le monde se tait, la frousse pendue aux couilles."
    Ben quoi répondre fao ?
    Cette affirmation n’attends rien n’y ne propose rien il me semble ?

    "La seule liberté à laquelle l’homme aspire réellement, est celle du confort matériel."
    Chris, derrière "le confort matériel", il y a génétiquement l’idée de survie.

    Ce comportement morbide lié à l’instinct de survie fut analysée en profondeur par Bruno Betheleim lorsqu’il compara la réaction des internés que l’on appela des "musulmans" dans les camps d’extermination (du fait de leur prostration extrême face à l’adversité extrême qu’ils rencontraient) avec la situation des enfants autistes auxquels il apporta son énergie et ses soins acharnés.

    Pareillement, plutôt que de simplement reconnaître l’autisme social général (sur lequel s’appuie la société hiérarchique actuel) et le déplorer, voire le condamner, il est préférable de rassembler nos énergies individuelles et de pratiquer l’insoumission fraternellement, aussi pacifiquement que possible.

    Ce blog me paraît être une bonne entrée dans cette manière de faire, ne serait-ce qu’en nous rassemblant, non ?

    Amitié, Joel

    Répondre
  53. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Déjà, je ne lance pas de buzz… suffit de voir le rythme auquel j’écris. Ensuite, je dois aussi tenter de gagner ma vie : ça me prends pas mal de temps pour un résultat assez médiocre. Je dois aussi courir après mes clients pour qu’ils me paient : ça c’est chiant et contreproductif. Après, j’ai encore une vie où j’ai une famille, des amis, ce genre de chose. Enfin, oui, j’écris ici pour susciter le débat l’échange, je ne me sens pas obligée de faire la maîtresse d’école et je pense que vous pouvez discuter entre vous tranquillement.

    Pour en revenir à l’histoire de fao, je ne voulais pas intervenir. Pour dire quoi? Que c’était bien aisé de charger l’URSSAF de tous les maux, plutôt que de réfléchir à sa part de responsabilité? Pas envie de tirer sur l’ambulance. C’est juste que quand je n’ai pas pu payer mes cotisations sociales, faute d’être payée à temps par mes clients, j’ai décroché le téléphone et j’ai mis 15 minutes à négocier l’échéancier qui me convenait.

    Répondre
  54. samir
    samir dit :

    Bonjour fao
    Votre récit est très fort – une horreur. Une absurdité qui a tué, qui a épuisé, et qui ulcère. Et, la première réaction que j’avais eu hier à sa lecture était un silence, une hébétude. Mais voilà, en découvrant votre dernier commentaire (38), je pense que vous visez mal et à la volée : sur ce blog, je n’y vois pas de buzz, plutôt des accroches ( un contenu et une narration) qui invitent à des échanges plus ou moins long… Et de me dire,que votre histoire est celle d’un vécu terrible. Elle n’amène que difficilement vers des commentaires, sinon de compassion
    Bien à vous
    Samir

    Répondre
  55. samir
    samir dit :

    Bonjour fao
    Votre récit est très fort – une horreur. Une absurdité qui a tué, qui a épuisé, et qui ulcère. Et, la première réaction que j’avais eu hier à sa lecture était un silence, une hébétude. Mais voilà, en découvrant votre dernier commentaire (38), je pense que vous visez mal et à la volée : sur ce blog, je n’y vois pas de buzz, plutôt des accroches ( un contenu et une narration) qui invitent à des échanges plus ou moins long… Et de me dire,que votre histoire est celle d’un vécu terrible. Elle n’amène que difficilement vers des commentaires, sinon de compassion
    Bien à vous
    Samir

    Répondre
  56. Chris
    Chris dit :

    Il suffit de taper sur Google les simples mots autoentrepreneur et micro entreprise pour débarquer en plein marasme des discussions concernant le mariage raté ( comme celle de Popol) de RSI et de l’Urssaf, avec des centaines ( peut-être des milliers avec ceux qui paient terrorisés par les mises en demeures menaçantes) d’ex salariés jetés dans cette marmite bouillante où l’erreur de calcul parait trop fréquente pour être innocente du genre comme chez PolEmploi où faut radier par n’importe quels moyens, quand chez eux , c’est faire rentrer du pognon par des subterfuges grossiers tels que l’avis trimestriel erroné dupliqué sous plusieurs comptes pour une même entreprise ( exemple qui semble récurrent sur les forums dédiés).

    Bien sûr, on occultera la gigantesque farce de la Taxe pro new look, qui cette année aura provoqué des nuits d’angoisses à quelques newbies se devant de :"""plutôt que de réfléchir à sa part de responsabilité? Pas envie de tirer sur l’ambulance. """ (sourire).

    Après, qu’il y en ait pour se suicider ou tomber malade, doit rester du domaine de l’étonnant puisqu’il leur aurait suffit de 15 minutes pour arranger leur dossier…

    Répondre
  57. Chris
    Chris dit :

    Il suffit de taper sur Google les simples mots autoentrepreneur et micro entreprise pour débarquer en plein marasme des discussions concernant le mariage raté ( comme celle de Popol) de RSI et de l’Urssaf, avec des centaines ( peut-être des milliers avec ceux qui paient terrorisés par les mises en demeures menaçantes) d’ex salariés jetés dans cette marmite bouillante où l’erreur de calcul parait trop fréquente pour être innocente du genre comme chez PolEmploi où faut radier par n’importe quels moyens, quand chez eux , c’est faire rentrer du pognon par des subterfuges grossiers tels que l’avis trimestriel erroné dupliqué sous plusieurs comptes pour une même entreprise ( exemple qui semble récurrent sur les forums dédiés).

    Bien sûr, on occultera la gigantesque farce de la Taxe pro new look, qui cette année aura provoqué des nuits d’angoisses à quelques newbies se devant de :"""plutôt que de réfléchir à sa part de responsabilité? Pas envie de tirer sur l’ambulance. """ (sourire).

    Après, qu’il y en ait pour se suicider ou tomber malade, doit rester du domaine de l’étonnant puisqu’il leur aurait suffit de 15 minutes pour arranger leur dossier…

    Répondre
  58. paul
    paul dit :

    ce qui est marrant, c’est de voir régulièrement le mêmes genre d’arguments rassemblés chez le même genre de personne… de droite…
    l’urssaf, c’est des criminels
    le rsi et l’anpe c’est des minables
    alors quand ils se marient, ça marche pas
    p’is aussi d’être agacés qu’on réponde pas à leur truc et que l’animatrice du lieu d’expression publique soit pas à croc sur son blog pour participer tout le temps…

    d’un autre côté
    réfléchir à sa part de responsabilité, ça aussi c’est un argument qu’on retrouve très souvent chez les gens de droite libérale : genre si on est un raté autoentrepreneur, c’est qu’on sait pas faire, donc qu’on est un minable aussi

    y’a quand même des gens pour relever que d’autres en crêvent de tout ça : sauf que là encore, on peut "remettre en cause" les bouc-émissaires désignés par les uns ou les autres…

    j’aime pas les Heichman : mais je suis désolé qu’on en ait pendu un quand par ailleurs des milliers d’autres ont été intégrés et pire encore ont été reproduit

    et que par ailleurs, je rencontre plein de brâves gens silencieux, à des postes normalement tenables par des Heichman, pour faire ce qu’ils peuvent pour sauver la mise des "minables" du système : il suffit d’être humain et gentil avec eux, et ça prend effectivement pas plus de 15 minutes. et y’a pas besoin de réfléchir à sa part de responsabilité : eux comme nous sommes dans une galère où l’on fait ce que l’on peut dans le brouillard.

    y’a très peu de gens qui s’en sortent : et c’est voulu idéologiquement tant ça permet de valoriser le vainqueur, le un pour mille qui s’en sort.

    c’est tellement valorisant et porteur d’espoir d’égoïsme, et d’orgueil, que quasiment tout le monde tombe, succombe à la tentation, au sens évangélique, au moins une fois dans sa vie.

    le truc il est là : faire ce qu’il faut pour faire croire que la victoire est à portée libérale de tout un chacun… et que le meilleur gagne…

    sauf que quand on observe chacun des "meilleurs" qu’on peut rencontrer, on observe à tous les coups l’énorme poids des circonstances qui ont permis, sans finalisme, que ce soit cet individu là qui "réussisse"… d’autres avaient autant de détermination, e volonté, de compétences etc… que lui… ce qui a fait la différence : le hasard et les nécessités incidieuses.

    ce genre de constat, le non finalisme du monde, est radicalement contraire à la croyance dominante du sens commun. c’est tellement fort, que c’est sur ce truc d’état d’esprit que la plus part des travaux scientifiques naturalistes et anthropologiques courants sont invalidés : on met des années d’évolution de conscience avant d’abandonner cette sorte d’atavisme culturel humain qui porte à projeter de la volonté de puissance et donc du finalisme sur le comment du monde.

    bref…

    on est très mal barré pour en sortir : moi j’y crois pas.

    Répondre
  59. paul
    paul dit :

    ce qui est marrant, c’est de voir régulièrement le mêmes genre d’arguments rassemblés chez le même genre de personne… de droite…
    l’urssaf, c’est des criminels
    le rsi et l’anpe c’est des minables
    alors quand ils se marient, ça marche pas
    p’is aussi d’être agacés qu’on réponde pas à leur truc et que l’animatrice du lieu d’expression publique soit pas à croc sur son blog pour participer tout le temps…

    d’un autre côté
    réfléchir à sa part de responsabilité, ça aussi c’est un argument qu’on retrouve très souvent chez les gens de droite libérale : genre si on est un raté autoentrepreneur, c’est qu’on sait pas faire, donc qu’on est un minable aussi

    y’a quand même des gens pour relever que d’autres en crêvent de tout ça : sauf que là encore, on peut "remettre en cause" les bouc-émissaires désignés par les uns ou les autres…

    j’aime pas les Heichman : mais je suis désolé qu’on en ait pendu un quand par ailleurs des milliers d’autres ont été intégrés et pire encore ont été reproduit

    et que par ailleurs, je rencontre plein de brâves gens silencieux, à des postes normalement tenables par des Heichman, pour faire ce qu’ils peuvent pour sauver la mise des "minables" du système : il suffit d’être humain et gentil avec eux, et ça prend effectivement pas plus de 15 minutes. et y’a pas besoin de réfléchir à sa part de responsabilité : eux comme nous sommes dans une galère où l’on fait ce que l’on peut dans le brouillard.

    y’a très peu de gens qui s’en sortent : et c’est voulu idéologiquement tant ça permet de valoriser le vainqueur, le un pour mille qui s’en sort.

    c’est tellement valorisant et porteur d’espoir d’égoïsme, et d’orgueil, que quasiment tout le monde tombe, succombe à la tentation, au sens évangélique, au moins une fois dans sa vie.

    le truc il est là : faire ce qu’il faut pour faire croire que la victoire est à portée libérale de tout un chacun… et que le meilleur gagne…

    sauf que quand on observe chacun des "meilleurs" qu’on peut rencontrer, on observe à tous les coups l’énorme poids des circonstances qui ont permis, sans finalisme, que ce soit cet individu là qui "réussisse"… d’autres avaient autant de détermination, e volonté, de compétences etc… que lui… ce qui a fait la différence : le hasard et les nécessités incidieuses.

    ce genre de constat, le non finalisme du monde, est radicalement contraire à la croyance dominante du sens commun. c’est tellement fort, que c’est sur ce truc d’état d’esprit que la plus part des travaux scientifiques naturalistes et anthropologiques courants sont invalidés : on met des années d’évolution de conscience avant d’abandonner cette sorte d’atavisme culturel humain qui porte à projeter de la volonté de puissance et donc du finalisme sur le comment du monde.

    bref…

    on est très mal barré pour en sortir : moi j’y crois pas.

    Répondre
  60. fao
    fao dit :

    Désigner certains maux graves, n’est pas charger de tous les maux. A ce compte, critiquer le gouvernement serait prohibé car ce serait le charger de tous les maux et mots, idem pour la finance etc…

    Certaines ambulances ont parfois des allures de corbillard, mais tant qu’elles restent blanches, tout va très bien.

    En l’occurrence, cette affaire a correspondu à une véritable extorsion de fonds que la justice a condamné, mais il a fallut une sacré persévérance, que tout le monde n’a pas où n’est pas en mesure d’avoir.

    Répondre
  61. fao
    fao dit :

    Désigner certains maux graves, n’est pas charger de tous les maux. A ce compte, critiquer le gouvernement serait prohibé car ce serait le charger de tous les maux et mots, idem pour la finance etc…

    Certaines ambulances ont parfois des allures de corbillard, mais tant qu’elles restent blanches, tout va très bien.

    En l’occurrence, cette affaire a correspondu à une véritable extorsion de fonds que la justice a condamné, mais il a fallut une sacré persévérance, que tout le monde n’a pas où n’est pas en mesure d’avoir.

    Répondre
  62. Chris
    Chris dit :

    @Paul

    """et que par ailleurs, je rencontre plein de brâves gens silencieux, à des postes normalement tenables par des Heichman, pour faire ce qu’ils peuvent pour sauver la mise des "minables" du système : il suffit d’être humain et gentil avec eux, et ça prend effectivement pas plus de 15 minutes. et y’a pas besoin de réfléchir à sa part de responsabilité : eux comme nous sommes dans une galère où l’on fait ce que l’on peut dans le brouillard.""

    Oui et ça change quoi au système hormis le fait que votre gentil apôtre de la résistance passive vous aura réglé en 15 minutes ce que son zélé collègue (ou cheffaillon) se chargera de vous re-expédier au plus tôt…

    Finalement sous couvert de droite et de gauche (notions abstraites pour celui qui veut s’affranchir ), on nous ressert la notion d’idiots utiles de Lénine ( une sorte d’Eichman dans son genre aussi).

    """y’a très peu de gens qui s’en sortent :""

    C’est marrant parce que l’ignorance à ce niveau me semble soudain partagée : pensez que les riches eux( la droite pour vous), aiment à imaginer qu’il n’y ait que relativement peu de pauvres, et que si les pauvres ( la gauche donc) en arrivent à croire qu’il n’y ait en vérité que très peu de riches (ceux qui s’en sortent), ma foi, l’ordre des choses ne risque point d"être bouleversé, quand j’aurai plutôt tendance à croire que l’argent court les rues avec impudence mais que c’est de s’en saisir qui est non point difficile mais risqué avec tous ces braves gens résistants passifs de la police qui le garde pour préserver un ordre auquel au fond vous adhérez même si passivement au nom du non-finalisme ambiant.

    Si en 1789, des pacifistes avaient décrétés qu’ils existaient suffisamment d’idiots utiles du régime sous formes de bons agent ANPE, de bons agents Urssaf, de bons flics, bref de "brâves" résistants silencieux, dites, on aurait pas guillotiné grand monde et y aurait fallu attendre un siècle de plus pour changer de système ( bon, je plaisante sur ce coup là, quoique).

    Répondre
  63. Chris
    Chris dit :

    @Paul

    """et que par ailleurs, je rencontre plein de brâves gens silencieux, à des postes normalement tenables par des Heichman, pour faire ce qu’ils peuvent pour sauver la mise des "minables" du système : il suffit d’être humain et gentil avec eux, et ça prend effectivement pas plus de 15 minutes. et y’a pas besoin de réfléchir à sa part de responsabilité : eux comme nous sommes dans une galère où l’on fait ce que l’on peut dans le brouillard.""

    Oui et ça change quoi au système hormis le fait que votre gentil apôtre de la résistance passive vous aura réglé en 15 minutes ce que son zélé collègue (ou cheffaillon) se chargera de vous re-expédier au plus tôt…

    Finalement sous couvert de droite et de gauche (notions abstraites pour celui qui veut s’affranchir ), on nous ressert la notion d’idiots utiles de Lénine ( une sorte d’Eichman dans son genre aussi).

    """y’a très peu de gens qui s’en sortent :""

    C’est marrant parce que l’ignorance à ce niveau me semble soudain partagée : pensez que les riches eux( la droite pour vous), aiment à imaginer qu’il n’y ait que relativement peu de pauvres, et que si les pauvres ( la gauche donc) en arrivent à croire qu’il n’y ait en vérité que très peu de riches (ceux qui s’en sortent), ma foi, l’ordre des choses ne risque point d"être bouleversé, quand j’aurai plutôt tendance à croire que l’argent court les rues avec impudence mais que c’est de s’en saisir qui est non point difficile mais risqué avec tous ces braves gens résistants passifs de la police qui le garde pour préserver un ordre auquel au fond vous adhérez même si passivement au nom du non-finalisme ambiant.

    Si en 1789, des pacifistes avaient décrétés qu’ils existaient suffisamment d’idiots utiles du régime sous formes de bons agent ANPE, de bons agents Urssaf, de bons flics, bref de "brâves" résistants silencieux, dites, on aurait pas guillotiné grand monde et y aurait fallu attendre un siècle de plus pour changer de système ( bon, je plaisante sur ce coup là, quoique).

    Répondre
  64. Chris
    Chris dit :

    """Si en 1789, des pacifistes avaient décrétés qu’ils existaient suffisamment d’idiots utile""

    : avaient décrété qu’il existait (coquilles, voila ce que c’est que d’écrire en se marrant cyniquement ).

    Répondre
  65. Chris
    Chris dit :

    """Si en 1789, des pacifistes avaient décrétés qu’ils existaient suffisamment d’idiots utile""

    : avaient décrété qu’il existait (coquilles, voila ce que c’est que d’écrire en se marrant cyniquement ).

    Répondre
  66. paul
    paul dit :

    ah wouai…
    ah bon !
    la droite c’est riches ?
    mince alors !
    la plus part des électeurs du frond national sont des grandes fortunes ?
    et les électeurs de lutte ouvrière des RSA aussi tient pendant qu’on y est…

    et puis ben non hein, j’ai jamais pensé que les braves coeurs que je croise se prétendent résistants à quoi que ce soit : ils subissent la hargne des usagers comme la bêtise de leurs chefs recrutés pour ce genre de compétence.

    et encore moins que la révolution de 1789 ait changé quoi que ce soit en bon au système social : ça c’est l’idéologie de la démagogie capitaliste prétendument démocratique (autre synonyme de pouvoir de la médiocrité) qui vous le fait croire. "ils" ont simplement pris les places qu’ils enviaient depuis des lustres en se colorant d’esprits humanitaires, ça passe vachement plus mieux.

    ben j’vais vous dire ma joie : c’est simplement un rayon de soleil dans le brouillard quand je croise un brave coeur qui tente de faire du bien dans l’enfer de la méchanceté. et y’a rien d’autre à espérer de l’humain.

    Répondre
  67. paul
    paul dit :

    ah wouai…
    ah bon !
    la droite c’est riches ?
    mince alors !
    la plus part des électeurs du frond national sont des grandes fortunes ?
    et les électeurs de lutte ouvrière des RSA aussi tient pendant qu’on y est…

    et puis ben non hein, j’ai jamais pensé que les braves coeurs que je croise se prétendent résistants à quoi que ce soit : ils subissent la hargne des usagers comme la bêtise de leurs chefs recrutés pour ce genre de compétence.

    et encore moins que la révolution de 1789 ait changé quoi que ce soit en bon au système social : ça c’est l’idéologie de la démagogie capitaliste prétendument démocratique (autre synonyme de pouvoir de la médiocrité) qui vous le fait croire. "ils" ont simplement pris les places qu’ils enviaient depuis des lustres en se colorant d’esprits humanitaires, ça passe vachement plus mieux.

    ben j’vais vous dire ma joie : c’est simplement un rayon de soleil dans le brouillard quand je croise un brave coeur qui tente de faire du bien dans l’enfer de la méchanceté. et y’a rien d’autre à espérer de l’humain.

    Répondre
  68. paul
    paul dit :

    guillotiner a été aussi criminel que de pendre Heischmann.

    tant qu’on fera parti un nouveau machin sur un crime sacrificiel, on ne sortira pas de l’enfer.

    non monsieur, l’argent ne cours pas les rues. elle cour sur des terrains très canalisés et pas du tout libres contrairement à ce qu’en disent les tenants du système officiel comme occulte, légaux comme délinquants.

    ensuite ce n’est pas à l’argent que courent les braves coeur : c’est à la bonté du partage de l’activité commune reconnaissant en chacun la part de l’autre de façon réciproque.
    c’est à la main de l’autre et aux regards doux et attentionnés que courent les braves coeurs.

    Répondre
  69. smolski
    smolski dit :

    Chris (post : 45) : https://blog.monolecte.fr/2010/
    "pensez que les riches eux( la droite pour vous), aiment à imaginer qu’il n’y ait que relativement peu de pauvres, et que si les pauvres ( la gauche donc) en arrivent à croire qu’il n’y ait en vérité que très peu de riches (ceux qui s’en sortent),"

    "pensez que les riches eux( la droite pour vous), … qu’il n’y ait en vérité que très peu de riches (ceux qui s’en sortent)"
    Tchap ?
    Ah mais non !
    Un riche, ne fait pas partie d’un parti politique déterminé ou de "ceux qui s’en sortent" nécessairement.
    Le riche dénoncé dans ces posts est simplement une personne obsessionnelle qui établi son existence sur "ce qu’il ne possède pas socialement".
    Comme les mafias, c’est un obsédé qui mange à tous les rateliers politiques ou sociaux pouvant le servir et n’est jamais rassasié de lui-même.
    Un riche c’est l’image éculée d’un homme tombant du sommet d’un building et qui se dit durant toute sa chute :
    Jusque-là, tout va bien…
    Jusque-là, tout va bien…

    Car au bout, hein, personne n’emporte rien avec lui, sinon ce qu’il a été !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Vous_n

    Au contraire du riche énoncé précédemment, vivons chacun dignement, respectueusement et joyeusement en attendant la mort !
    Refusons la contrition "sociétale", partisane ou religieuse.
    😀
    Insoumission !

    Bisou Nounours à tous, Joel

    Répondre
  70. smolski
    smolski dit :

    Chris (post : 45) : https://blog.monolecte.fr/2010/
    "pensez que les riches eux( la droite pour vous), aiment à imaginer qu’il n’y ait que relativement peu de pauvres, et que si les pauvres ( la gauche donc) en arrivent à croire qu’il n’y ait en vérité que très peu de riches (ceux qui s’en sortent),"

    "pensez que les riches eux( la droite pour vous), … qu’il n’y ait en vérité que très peu de riches (ceux qui s’en sortent)"
    Tchap ?
    Ah mais non !
    Un riche, ne fait pas partie d’un parti politique déterminé ou de "ceux qui s’en sortent" nécessairement.
    Le riche dénoncé dans ces posts est simplement une personne obsessionnelle qui établi son existence sur "ce qu’il ne possède pas socialement".
    Comme les mafias, c’est un obsédé qui mange à tous les rateliers politiques ou sociaux pouvant le servir et n’est jamais rassasié de lui-même.
    Un riche c’est l’image éculée d’un homme tombant du sommet d’un building et qui se dit durant toute sa chute :
    Jusque-là, tout va bien…
    Jusque-là, tout va bien…

    Car au bout, hein, personne n’emporte rien avec lui, sinon ce qu’il a été !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Vous_n

    Au contraire du riche énoncé précédemment, vivons chacun dignement, respectueusement et joyeusement en attendant la mort !
    Refusons la contrition "sociétale", partisane ou religieuse.
    😀
    Insoumission !

    Bisou Nounours à tous, Joel

    Répondre
  71. Chris
    Chris dit :

    ET voilà, je plaisantais et Paul est en colère ; il s’emporte et c’est pas bien pour un pacifiste.

    Les riches, mais ils sont déjà à Courchevel et ils étaient à St Tropez cet été encore ; ils cherchent aussi le soleil dans le brouillard. Le soleil, c’est gratuit, enfin pas tout à fait…

    Mais on sera d’accord, les riches se contrefoutent de la droite et de la gauche parce qu’ils ont compris sans doute que l’argent affranchissait en tant que moyen et point en tant que fin en soi.

    D’ailleurs, que font d’autre que quémander de l’argent toutes ces associations censées soulager la pauvreté – je vous le demande quand un brin de soleil dans le brouillard suffirait pour donner le sourire ?

    Salauds de pauvres ! Sans eux, il n’y aurait pas de riches…

    Répondre
  72. Chris
    Chris dit :

    ET voilà, je plaisantais et Paul est en colère ; il s’emporte et c’est pas bien pour un pacifiste.

    Les riches, mais ils sont déjà à Courchevel et ils étaient à St Tropez cet été encore ; ils cherchent aussi le soleil dans le brouillard. Le soleil, c’est gratuit, enfin pas tout à fait…

    Mais on sera d’accord, les riches se contrefoutent de la droite et de la gauche parce qu’ils ont compris sans doute que l’argent affranchissait en tant que moyen et point en tant que fin en soi.

    D’ailleurs, que font d’autre que quémander de l’argent toutes ces associations censées soulager la pauvreté – je vous le demande quand un brin de soleil dans le brouillard suffirait pour donner le sourire ?

    Salauds de pauvres ! Sans eux, il n’y aurait pas de riches…

    Répondre
  73. smolski
    smolski dit :

    fao vu sur ton lien :
    http://h16free.com/2010/12/09/6009-

    Pour cette histoire :
    "ce patron qui fut obligé de faire la grève de la faim pour arriver à licencier un salarié qui lui avait dérobé pour 50.000€ de matériaux, s’était fait chopper et avait avoué à la gendarmerie. Heureusement, l’Inspection Du Travail intervint et le voleur fut promptement réintégré au sein de l’entreprise."
    On ne se fait pas justice soi-même.
    Un patron qui se "fait" dérober pour 50.000€ n’est pas à plaindre, c’est une personne incompétente maintenue à un poste usurpé.
    ……..

    "Parce que vous êtes un gros salaud de capitaliste qui ne pense qu’à l’argent, lorsque les employés de la petite entreprise de fabrication d’échafaudages en aluminium que vous dirigez prennent contact avec vous pour des soucis de trésorerie, vous ne pensez qu’à une chose : créer du Lien Social™® sans en parler à l’Etat. Vous leur prêtez donc, sans intérêt, les sommes qui peuvent les dépanner."
    Là encore, cela conduit les employés à dépendre encore d’avantage de leur employeur pour les remboursements.
    Si tu veux faire du social, il n’y a pas que les employés de ton entreprise à aider, non ?
    Ou alors, tu te demandes si le salaire versé leur permet de vivre librement, apparemment pas, alors tu les augmentes légalement.

    Derrière ce lien et ces histoires, se présentent des relents pour l’idéalisation du rapport de maître absolu sur esclaves bien soumis.
    Rapports de chefferie absurdes provoquant ces problèmes que ce genres de patrons prétendent avoir à subir, s’en servant honteusement à l’encontre des soumis en les désolidarisant davantage.
    Les chefs sont pourtant les premiers responsables, non ?

    Bisou Nounours, Joel

    PS : Je suis artisan, des assistants m’ont parfois dérobé sans que je n’écarte jamais d’abord la part de ma responsabilité professionnelle et personnelle dans ces faits.

    Répondre
  74. smolski
    smolski dit :

    fao vu sur ton lien :
    http://h16free.com/2010/12/09/6009-

    Pour cette histoire :
    "ce patron qui fut obligé de faire la grève de la faim pour arriver à licencier un salarié qui lui avait dérobé pour 50.000€ de matériaux, s’était fait chopper et avait avoué à la gendarmerie. Heureusement, l’Inspection Du Travail intervint et le voleur fut promptement réintégré au sein de l’entreprise."
    On ne se fait pas justice soi-même.
    Un patron qui se "fait" dérober pour 50.000€ n’est pas à plaindre, c’est une personne incompétente maintenue à un poste usurpé.
    ……..

    "Parce que vous êtes un gros salaud de capitaliste qui ne pense qu’à l’argent, lorsque les employés de la petite entreprise de fabrication d’échafaudages en aluminium que vous dirigez prennent contact avec vous pour des soucis de trésorerie, vous ne pensez qu’à une chose : créer du Lien Social™® sans en parler à l’Etat. Vous leur prêtez donc, sans intérêt, les sommes qui peuvent les dépanner."
    Là encore, cela conduit les employés à dépendre encore d’avantage de leur employeur pour les remboursements.
    Si tu veux faire du social, il n’y a pas que les employés de ton entreprise à aider, non ?
    Ou alors, tu te demandes si le salaire versé leur permet de vivre librement, apparemment pas, alors tu les augmentes légalement.

    Derrière ce lien et ces histoires, se présentent des relents pour l’idéalisation du rapport de maître absolu sur esclaves bien soumis.
    Rapports de chefferie absurdes provoquant ces problèmes que ce genres de patrons prétendent avoir à subir, s’en servant honteusement à l’encontre des soumis en les désolidarisant davantage.
    Les chefs sont pourtant les premiers responsables, non ?

    Bisou Nounours, Joel

    PS : Je suis artisan, des assistants m’ont parfois dérobé sans que je n’écarte jamais d’abord la part de ma responsabilité professionnelle et personnelle dans ces faits.

    Répondre
  75. paul
    paul dit :

    nan mais joel… de toute façon, le truc, leur truc, c’est pas de voir juste, c’est de récupérer n’importe qu’elle situation afin de dire que l’état c’est de la merde et que y’a qu’eux qui ont une valeur, une importance, un rôle, une action etc…

    sans l’état, pas de route pour transporter les productions et les fournitures de ces entreprises de toute taille… ça a été le grand combat des rois bien avant la répbublique d’unifier les transports et d’abattre tous les droits de douanes arbitraires que tous les propriétaires fonciers de la noblesse imposaient aux économies et qui étaient des freins aux développement des producteurs et du peuple…
    ça a continué avec la république ce problème

    à la racine, comme avec la noblesse, il y a l’orgueil de la domination à tous les niveaux et l’égocentrisme ravageur : je suis dieu sur mon domaine, c’est l’arrière fond de boutique de ce genre de personne, ça se rencontre autant chez le petit voyou de quartier que chez le haut financier devenu indispensable à tous et donc imposant son rôle à tous… alors qu’au départ, sa fonction est comme celle de tous les autres, interdépendante de toutes les autres fonctions

    ça cette notion d’interdépendance, ça fout en l’air l’individualisme, la vanité et l’orgueil : et ça fait longtemps que déjà dans la bible on indique que c’est le mal… alors depuis y’a eu des tas d’autres gens pas du tout bibliques à l’avoir dit, et entre autres, Marx…

    mais ça les fait toujours aussi chier… de pas pouvoir être dieu pour les autres…

    bon, joel, z’avez pas besoin d’un assitant des fois, honnête, et qui dépense tellement peu faute de motivation à consommer, qu’il vous empruntera rien ? voire il vous trouvera même des trucs pour produire sans consommer …

    Répondre
  76. paul
    paul dit :

    nan mais joel… de toute façon, le truc, leur truc, c’est pas de voir juste, c’est de récupérer n’importe qu’elle situation afin de dire que l’état c’est de la merde et que y’a qu’eux qui ont une valeur, une importance, un rôle, une action etc…

    sans l’état, pas de route pour transporter les productions et les fournitures de ces entreprises de toute taille… ça a été le grand combat des rois bien avant la répbublique d’unifier les transports et d’abattre tous les droits de douanes arbitraires que tous les propriétaires fonciers de la noblesse imposaient aux économies et qui étaient des freins aux développement des producteurs et du peuple…
    ça a continué avec la république ce problème

    à la racine, comme avec la noblesse, il y a l’orgueil de la domination à tous les niveaux et l’égocentrisme ravageur : je suis dieu sur mon domaine, c’est l’arrière fond de boutique de ce genre de personne, ça se rencontre autant chez le petit voyou de quartier que chez le haut financier devenu indispensable à tous et donc imposant son rôle à tous… alors qu’au départ, sa fonction est comme celle de tous les autres, interdépendante de toutes les autres fonctions

    ça cette notion d’interdépendance, ça fout en l’air l’individualisme, la vanité et l’orgueil : et ça fait longtemps que déjà dans la bible on indique que c’est le mal… alors depuis y’a eu des tas d’autres gens pas du tout bibliques à l’avoir dit, et entre autres, Marx…

    mais ça les fait toujours aussi chier… de pas pouvoir être dieu pour les autres…

    bon, joel, z’avez pas besoin d’un assitant des fois, honnête, et qui dépense tellement peu faute de motivation à consommer, qu’il vous empruntera rien ? voire il vous trouvera même des trucs pour produire sans consommer …

    Répondre
  77. fao
    fao dit :

    smolski

    Parfait, vous êtes plus flic que les flics, omnipotent sachant tout parce que patron qui sait toutes les arnaques possibles.

    Pour ce qui est de l’affaire que j’avais cité au début, ça concernait justement des primes annuelles versées aux salariés qui pouvaient dans les bonnes années recevoir 2 à 3 mois de salaires en plus de primes.

    L’URSSAF avait attaqué parceque l’explication n’était pas formulée en formule mathématique mais en formule littéraire, mais tout à fait compréhensible pour en déduire les règles de primes annuelles en fonction des comptes, la cassation ne s’y est pas trompée et a retoqué l’URSSAF qui a dû se sentir conne.

    Sinon c’est l’employé le mieux payé, très fort, qui a mis la zone, les autres étaient satisfaits de leurs conditions de travail, primes, horaires flexibles…

    Sinon, il faut éviter les bisounours, c’est très con et très paternaliste finalement dans le genre affectif je te tapote l’épaule, ce dont les salariés sont assez conscients, ils n’ont pas besoin d’un papa de plus.

    Répondre
  78. fao
    fao dit :

    smolski

    Parfait, vous êtes plus flic que les flics, omnipotent sachant tout parce que patron qui sait toutes les arnaques possibles.

    Pour ce qui est de l’affaire que j’avais cité au début, ça concernait justement des primes annuelles versées aux salariés qui pouvaient dans les bonnes années recevoir 2 à 3 mois de salaires en plus de primes.

    L’URSSAF avait attaqué parceque l’explication n’était pas formulée en formule mathématique mais en formule littéraire, mais tout à fait compréhensible pour en déduire les règles de primes annuelles en fonction des comptes, la cassation ne s’y est pas trompée et a retoqué l’URSSAF qui a dû se sentir conne.

    Sinon c’est l’employé le mieux payé, très fort, qui a mis la zone, les autres étaient satisfaits de leurs conditions de travail, primes, horaires flexibles…

    Sinon, il faut éviter les bisounours, c’est très con et très paternaliste finalement dans le genre affectif je te tapote l’épaule, ce dont les salariés sont assez conscients, ils n’ont pas besoin d’un papa de plus.

    Répondre
  79. Chris
    Chris dit :

    Citez moi, chers camarades, un seul état de par le monde, et quelque soit sa couleur politique, qui n’ait pas été scélérat, qui n’ait pas spolié, qui n’ait pas été corrompu ?

    Et ce sous prétexte du bien commun…

    ""L"état, c’est le plus froid de tous les monstres froids ; il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : Moi, l’état, je suis le peuple. Là où finit l’état, là seulement commence l’homme"" ( Nietzsche)

    Répondre
  80. Chris
    Chris dit :

    Citez moi, chers camarades, un seul état de par le monde, et quelque soit sa couleur politique, qui n’ait pas été scélérat, qui n’ait pas spolié, qui n’ait pas été corrompu ?

    Et ce sous prétexte du bien commun…

    ""L"état, c’est le plus froid de tous les monstres froids ; il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : Moi, l’état, je suis le peuple. Là où finit l’état, là seulement commence l’homme"" ( Nietzsche)

    Répondre
  81. fao
    fao dit :

    Oui bon, Nietzsche, quelque soit son talent littéraire, est un gros rouleur de mécaniques qui s’est largement inspiré des tonalités de la bible, sans compter tel qu’un musicien critique prétentieux comme Jean Jacques Rousseau qui souhaitait démolir Rameau. Une sorte de Ségala de la philo, comme Onfray voudrais fermer le ban de la psychanalyse.

    Répondre
  82. fao
    fao dit :

    Oui bon, Nietzsche, quelque soit son talent littéraire, est un gros rouleur de mécaniques qui s’est largement inspiré des tonalités de la bible, sans compter tel qu’un musicien critique prétentieux comme Jean Jacques Rousseau qui souhaitait démolir Rameau. Une sorte de Ségala de la philo, comme Onfray voudrais fermer le ban de la psychanalyse.

    Répondre
  83. Chris
    Chris dit :

    Oui, mais s’attaquer à la personne de Nietzsche ou de tout autre, ne répond pas à la question sur l’état scélérat…

    D’ailleurs en parlant de littérature, il s’agissait de "quelle que soit ""pour mon cas et ""quel que soit" pour fao, mais l’orthographe étant la science des imbéciles, n’est -ce pas…

    Répondre
  84. Chris
    Chris dit :

    Oui, mais s’attaquer à la personne de Nietzsche ou de tout autre, ne répond pas à la question sur l’état scélérat…

    D’ailleurs en parlant de littérature, il s’agissait de "quelle que soit ""pour mon cas et ""quel que soit" pour fao, mais l’orthographe étant la science des imbéciles, n’est -ce pas…

    Répondre
  85. Anta is back
    Anta is back dit :

    @smolski

    Vous etes vraiment de tres mauvaise foi. Malgre tout l’interet que je porte a nos echanges, vos reponses sont toujours les memes, caricaturales, recrachant un discours pre mache et qu on a deja entendu des centaines de fois. Et souvent vous repondez completement a cote de la plaque (exemple: je vous parle des gaspillages de la SNCF, vous me repondez revenu des banques…Quel rapport????).
    On a beau jeu de critiquer le discours hyper conventionnel des medias, les taxer de propagagnde (generalement avec un ton arrogant, mais heureusement pas chez vous), mais il faudrait certaines fois commencer par balailler devant sa porte…..

    @Paul

    Avez vous deja entendu une seule personne, un seul "neo ultra" liberal (l inflation du language cher a l extreme gauche…) critiquer les prerogatives regaliennes de l’Etat??? Personnellement, je n’en ai jamais rencontre. Ne melangez pas tout svp…

    Répondre
  86. Anta is back
    Anta is back dit :

    @smolski

    Vous etes vraiment de tres mauvaise foi. Malgre tout l’interet que je porte a nos echanges, vos reponses sont toujours les memes, caricaturales, recrachant un discours pre mache et qu on a deja entendu des centaines de fois. Et souvent vous repondez completement a cote de la plaque (exemple: je vous parle des gaspillages de la SNCF, vous me repondez revenu des banques…Quel rapport????).
    On a beau jeu de critiquer le discours hyper conventionnel des medias, les taxer de propagagnde (generalement avec un ton arrogant, mais heureusement pas chez vous), mais il faudrait certaines fois commencer par balailler devant sa porte…..

    @Paul

    Avez vous deja entendu une seule personne, un seul "neo ultra" liberal (l inflation du language cher a l extreme gauche…) critiquer les prerogatives regaliennes de l’Etat??? Personnellement, je n’en ai jamais rencontre. Ne melangez pas tout svp…

    Répondre
  87. smolski
    smolski dit :

    Paul post : 55
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    "à la racine, comme avec la noblesse, il y a l’orgueil de la domination à tous les niveaux et l’égocentrisme ravageur"
    Je suis tout à fait d’accord avec ce point de vue.

    L’esprit d’entreprise se nourri de l’égocentrisme, notamment en développant individuellement les notions de courage et de persévérance.
    C’est vrai pour un entrepreneur dans son entreprise comme pour un artiste dans son œuvre.

    Nous devons relever les valeurs individuelles au-dessus des intérêts sociaux et les répandre communautairement.
    Éduquer n’est pas transformer mais partager.
    À l’exemple de ce blog qui nous suscite tant de débats.
    Merci Agnes ! 😉

    fao post 56 :
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    "Parfait, vous êtes plus flic que les flics, omnipotent sachant tout parce que patron qui sait toutes les arnaques possibles."
    Le charme de vivre n’est-il pas là, entre nos espoirs et les faits ? Entre la réalité du présent et nos rêves de perpétuité ?
    🙂

    Anta post 60 :
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    "Vous etes vraiment de tres mauvaise foi."
    Oui, c’est la mienne et je la partage avec qui le veut bien.

    "vos reponses sont toujours les memes, caricaturales, recrachant un discours pre mache et qu on a deja entendu des centaines de fois."
    On ne sait vraiment que ce que l’on a reçu pour enseignement.
    L’important est moins l’originalité du savoir que l’on détient que son intégration et la constance à s’y référer sciemment.
    "Je cherche encore…"
    😉
    "je vous parle des gaspillages de la SNCF, vous me repondez revenu des banques…Quel rapport????"
    C’est le rapport à l’identique car chacun d’eux appelle le bien public pour renflouer l’incurie de leurs gestions respectives, publique ou privée. Gestions auxquels vous n’offrez pas d’autres alternatives il me semble ?
    C’est en tout cas ce que mes propos confus (et je m’en excuse) voulaient relever.

    À mon sens, la gestion d’un bien ne dépend pas d’une gestion publique ou privée mais de la volonté à mettre ce bien en partage.
    Soit : le communautarisme.
    😀
    Youplàlà ! Joel

    Répondre
  88. smolski
    smolski dit :

    Paul post : 55
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    "à la racine, comme avec la noblesse, il y a l’orgueil de la domination à tous les niveaux et l’égocentrisme ravageur"
    Je suis tout à fait d’accord avec ce point de vue.

    L’esprit d’entreprise se nourri de l’égocentrisme, notamment en développant individuellement les notions de courage et de persévérance.
    C’est vrai pour un entrepreneur dans son entreprise comme pour un artiste dans son œuvre.

    Nous devons relever les valeurs individuelles au-dessus des intérêts sociaux et les répandre communautairement.
    Éduquer n’est pas transformer mais partager.
    À l’exemple de ce blog qui nous suscite tant de débats.
    Merci Agnes ! 😉

    fao post 56 :
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    "Parfait, vous êtes plus flic que les flics, omnipotent sachant tout parce que patron qui sait toutes les arnaques possibles."
    Le charme de vivre n’est-il pas là, entre nos espoirs et les faits ? Entre la réalité du présent et nos rêves de perpétuité ?
    🙂

    Anta post 60 :
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    "Vous etes vraiment de tres mauvaise foi."
    Oui, c’est la mienne et je la partage avec qui le veut bien.

    "vos reponses sont toujours les memes, caricaturales, recrachant un discours pre mache et qu on a deja entendu des centaines de fois."
    On ne sait vraiment que ce que l’on a reçu pour enseignement.
    L’important est moins l’originalité du savoir que l’on détient que son intégration et la constance à s’y référer sciemment.
    "Je cherche encore…"
    😉
    "je vous parle des gaspillages de la SNCF, vous me repondez revenu des banques…Quel rapport????"
    C’est le rapport à l’identique car chacun d’eux appelle le bien public pour renflouer l’incurie de leurs gestions respectives, publique ou privée. Gestions auxquels vous n’offrez pas d’autres alternatives il me semble ?
    C’est en tout cas ce que mes propos confus (et je m’en excuse) voulaient relever.

    À mon sens, la gestion d’un bien ne dépend pas d’une gestion publique ou privée mais de la volonté à mettre ce bien en partage.
    Soit : le communautarisme.
    😀
    Youplàlà ! Joel

    Répondre
  89. fao
    fao dit :

    Chris

    Merci de corriger les fautes d’orthographe, mais c’est juste que ma touche espace ne marche plus très bien.

    Ceci dit, il y a du boulot pour vous sur ce blog, quand je vois la densité de fautes dans les autres coms.

    Répondre
  90. fao
    fao dit :

    Chris

    Merci de corriger les fautes d’orthographe, mais c’est juste que ma touche espace ne marche plus très bien.

    Ceci dit, il y a du boulot pour vous sur ce blog, quand je vois la densité de fautes dans les autres coms.

    Répondre
  91. Chris
    Chris dit :

    Oh moi, je ne faisais que plaisanter sur l’orthographe, n’en étant point intégriste. En littérature, il y a des correcteurs pour cela et pourtant guère de livres sans quelques fautes sournoises.
    Non, je plaidais juste pour la lisibilité ordinaire.

    Répondre
  92. Chris
    Chris dit :

    Oh moi, je ne faisais que plaisanter sur l’orthographe, n’en étant point intégriste. En littérature, il y a des correcteurs pour cela et pourtant guère de livres sans quelques fautes sournoises.
    Non, je plaidais juste pour la lisibilité ordinaire.

    Répondre
  93. smolski
    smolski dit :

    Oups !

    "Parfait, vous êtes plus flic que les flics, omnipotent sachant tout parce que patron qui sait toutes les arnaques possibles."
    Le charme de vivre n’est-il pas là, entre nos espoirs et les faits ? Entre la réalité du présent et nos rêves de perpétuité ?

    Je veux dire par là que oui, le meneur d’une entreprise se doit d’être omnipotent et en faire les frais en cas de manquement.
    Où serait le plaisir de mener un projet si l’on s’absoud des conséquences d’un echec ?
    Pour être complet, j’ajouterai que la responsabilité qui incombe à l’employé indélicat est de la même nature, et comme pour l’entrepreneur le regarde seul.

    Plus lisible ? 😉

    Répondre
  94. paul
    paul dit :

    Où serait le plaisir ?…

    ah bon !

    ben j’vais vous dire pour moi où est le plaisir de simplement vivre et pas seulement de mener quelque chose, c’est de pouvoir se nourrir et se chauffer en hiver et de vivre des trucs avec d’autres gens qui font que le soir on s’endort paisiblement, le plaisir, c’est de faire un pas après l’autre sans que ce soit une galère triste et épuisée

    le plaisir c’est de faire chaque pas en le sentant dans tout son corps, chaque geste consciemment et en empathie avec ce qui se passe autour, l’empathie c’est pas forcément l’adhésion, c’est la sensation, l’intuition, la conscience de qui se passe ailleurs…

    alors après, être le meneur d’un truc comme être le participant : on est tous participants, et tous on a faim et froid, et le succès d’avoir un toit et une gamelle remplie dépend des gestes de chacun…

    mais bon hein, ça va, depuis dix ans les employeurs me font tous bien comprendre que je suis trop con pour être participant à quoi que ce soit… et d’ailleurs avant eux, y’a eu les camarades de classe etc…

    donc ça va : z’avez sûrement tous raison de penser que le meneur c’est quelque chose de plus que les autres : d’abord c’est lui qu’a le pouvoir de juger, de décider, de condamner… et les autres, l’exécution…

    donc forcément, par voie de conséquence, ils ont aussi raison d’exécuter l’exécutable…

    bref, ceux qu’on décidé de mettre une boutique orange à la place du central paternaliste stalinien providence, ils z’avaient forcément raison… d’ailleurs, ça marche, ils zont des clients…

    y’a qu’à voir la tête des clients qu’on rencontre quand ont leur dit ne pas avoir de téléphone portable… même topo pour la télé… pour dieu et pour la démocratie…

    sauf quand on rencontre quelqu’un qui lui aussi n’a ni la télé, ni un portable : c’est marrant, on se dit rien, et on fait quelques pas heureux ensemble

    Répondre
  95. fao
    fao dit :

    Paul

    J’ai un portable dont je ne me sers presque jamais, mais il m’est utile parfois. De même pour ma télé que je regarde peu.

    Les meneurs n’en mènent pas si large, rassurez vous. Car quand ils vont un peu loin et qu’on montre les crocs, ils baissent d’un bémol. C’est ce que j’ai fait et appris au cours du temps, c’est du boulot de sortir ses canines aiguisées et de presser les bollocks de ceux qui se croient tout permis.

    Quand on nous met une baffe, il ne faut tourner de la joue pour s’en prendre une autre, mais riposter de façon adaptée.

    Répondre
  96. fao
    fao dit :

    Sinon, l’état mythologique serait la solution est une farce tout autant qu’un marché soit disant libéré. L’état, ce sont aussi des groupements d’intérêts corporatistes tout autant que ceux du privé.

    Il vaut mieux; le comprendre que de se faire ses illusions

    Répondre
  97. smolski
    smolski dit :

    Paul post 65 :
    https://blog.monolecte.fr/2010/
    "le meneur c’est quelque chose de plus que les autres : d’abord c’est lui qu’a le pouvoir de juger, de décider, de condamner… et les autres, l’exécution…"

    À l’idéal il me paraît qu’un meneur d’entreprise est (à ce jour de notre culture sociale) un poste nécessaire pour maintenir la cohésion d’un projet.
    Pas le cheffaillon vulgaire (et répandu) que décrit Paul, mais une personne capable de préserver en chacun l’esprit de responsabilité individuelle, de respect et d’entraide, comme en lui-même.
    😀
    Hop !

    Répondre
  98. paul
    paul dit :

    joel : vous dites bien dans l’idéal… puis le cheffaillon vulgaire et répendu que je décris…

    ben justement…

    y’a pas que ça

    ce qui fait un meneur d’entreprise, c’est sa capacité à être crédible aux yeux des autres meneurs afin de nouer un réseau de clientèle

    bref, ils se lient entre eux, par identification à certaines "qualités"… qui font leur identité culturelle large…

    et ceux qu’ont pas ses qualités là, j’en ai rencontré pas mal en fait, vu que ce sont les seuls qui ne me chient pas dessus, ils galèrent grave pour entretenir le carnet de commande… ils courent après les mauvais payeurs etc… souvent, c’est un membre de leur équipe très soudée qui me les présente d’ailleurs… comme par hasard…

    ah wouai… comme par hasard aussi, ces patrons là s’arrangent très humainement avec les fonctionnaires de l’urssaf et autres organes étatiques… les gens semblent se reconnaître entre bons coeurs…

    Répondre
  99. Chris
    Chris dit :

    """ah wouai… comme par hasard aussi, ces patrons là s’arrangent très humainement avec les fonctionnaires de l’urssaf et autres organes étatiques… les gens semblent se reconnaître entre bons coeurs…"""

    Ouaf, je vais demander que l’on me passe une taf d’un pétard ce soir, histoire de repeindre en rose la bisounourserie.

    Répondre
  100. smolski
    smolski dit :

    Bon, évidemment, si on regarde le côté à moitié vide plutôt qu’à moitié plein de la vie…
    J’en prendrai bien aussi une bouffée Chris, tu fais tourner ?
    😀

    Répondre
  101. PMB
    PMB dit :

    Anta dit "Avez vous deja entendu une seule personne, un seul "neo ultra" liberal (l inflation du language cher a l extreme gauche…) critiquer les prerogatives regaliennes de l’Etat??? "

    Quand ces prérogatives consistent à envoyer les flic casser les grèves, on comprend qu’il ne se trouve pas un seul "neo ultra" liberal pour critiquer l’Etat chien de garde. Tant que cet état ne vient pas exercer ses prérogatives dans leur garde-manger…

    Les vendeurs d’O.ange sont gentils et tout. Ba oui : pour vendre. Parce que si vous êtes en panne, ils vous abandonnent aux robots des répondeurs. Comme j’ai une très grosse voix quand je suis très en colère, ils ont fini par accepter de me dépanner (enfin, d’organiser l’échange de portables). Eh ben, je peux jurer à Anta que ça a été nettement plus folklo qu’à la gare de Bordeaux, que ça n’a pas duré 15 minutes mais un mois.

    Répondre
  102. paul
    paul dit :

    Pierre-Marie : ne vous fatiguez pas à répondre à la mauvaise foi endémique de ce genre de type… qui sont par ailleurs inconscients de leur propre idéologie…

    Répondre
  103. smolski
    smolski dit :

    Pour le post 75 :
    https://blog.monolecte.fr/2010/

    Monter une entreprise c’est se mettre en concurrence avec toutes celles existantes.
    Il y a des règles, injustes, mais des règles permettant de limiter le niveau possible atteint par les escrocs.
    Comme toujours, une règle sert d’abord par ses contraintes collectives contre ceux qu’elle prétend protéger.
    🙂
    Il est naif de croire que l’on sait déjà tout et que l’on peut tout faire sans réellement tout apprendre ou consulter auparavant.
    Pour chaque nouvel entrepreneur qui lira ces lignes, je préconise une visite personnalisée à tous les partenaires qui nous surveillent et nous taxent directement, sans passer par des intermédiaires aussi sociaux qu’ils paraissent.
    Et notamment d’engager un dialogue suivi avec le service des impôts.

    On peut comprendre que les organisations parallèles à ces acteurs directs ne peuvent se plier à la particularité de chaque cas.
    C’est là le rôle d’entreprises comptables et juridiques qu’il faut monnayer.
    Par soi-même, il faut user de ses propres ressources et les engager totalement plutôt que les déléguer à quelques services dont la gratuité n’a d’égale que le manque de fondement particulier.

    Vivre son entreprise à l »égale de celles établies, avec le département commercial, celui de la comptabilité, le juridique, la main d’oeuvre, etc… Chacun totalement pris en compte par son coût de temps et de financement.

    45h par semaine ? Pffffff ! Quel rigolade.
    C’est 48h par jour que l’on y met.
    Et accrochez bien vos familles et liens les plus proches les ami(e)s, c’est assez "brisant" pour eux aussi, ne l’oubliez pas.
    😉
    Amitié, Jojo entrepreneur.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *