Articles

Le capitalisme libéral pour les mal-comprenants

Il était une fois, il y a très très longtemps, une entreprise d'État qui s'appelait les PT&T et qui faisait en sorte que tous les citoyens d'un pays pas si lointain puissent communiquer entre eux.

Comme un phare dans la nuit

Il y a quelques jours, une belle boutique flambant neuve était inaugurée au bled. Événement relativement rare et d'autant plus remarquable que cette boutique a une histoire.

FreeWifi pour tous!

Il y a des jours, comme ça, où Internet me prend vraiment la gueule. Mais cela doit être de ma faute : quelle idée que d'aller habiter au cul des vaches, là où même La Poste et les pigeons voyageurs rechignent à passer!

Ministère des sinistrés

Suite et fin (provisoire ?) des aventuriers du sillage de Klaus, avec des hommes de bonne volonté et des visiteurs venus d'ailleurs.

Orange, Ô désespoir...

Comme certain le savent, le 15 février était un grand jour : je quittais définitivement le giron de mon opérateur de téléphonie mobile pour basculer chez Débitel, après près de 8 ans de bons et loyaux sévices!

Orange qui rend vert

Parce qu'il y a des fois où on peut se retrouver à piailler avec la voix de Gérard Jugnot dans "Les Bronzés", façon goret stressé.

Numéros spéciaux

Au commencement, il y avait les PTT, qui distribuaient indifféremment le courrier et les appels téléphoniques pour tous : c'était l'aménagement du territoire.
Aujourd'hui, il y a La Poste qui externalise les process rentables et France Telecom, l'ex entreprise publique avec des méthodes commerciales et manageriales qui n'ont rien à envier au privé. Au milieu, il y a l'usager, devenu client, seul dans le marigot concurrentiel des télécommunications.