Le chemin

J’avais, en fac, un ami qui s’appelait Louis. Un gothique, comme il se définissait lui-même. C’est à dire un grand garçon pâle et mince, toujours habillé en noir, avec une petite touche de lugubre qui rendait son accent toulousain délicieusement incongru.

A la louche

Étrangement, cette année, la gueule de bois tombe un peu avant les fêtes.

Comme un phare dans la nuit

Il y a quelques jours, une belle boutique flambant neuve était inaugurée au bled. Événement relativement rare et d'autant plus remarquable que cette boutique a une histoire.

Les petits ruisseaux

À moment donné, ils ont compris. Ils ont compris qu’il n’y avait rien à attendre des autres, des relais habituels. Ils ont compris qu’ils allaient devoir prendre leur destin en main.

Politics

Pour la plupart des gens, la politique, ça se résume à de foutus combats des chefs entre des Sarko-pas-beaux et des Ségolène-la-vilaine que l'on tranche, de temps à autre, d'un négligent bulletin de vote.
Et après, on s'étonne que le petit peuple se désintéresse de la chose publique !

La tactique du gendarme

La ballade irlandaise qui me tient lieu de sonnerie de portable m'arrache subitement de ma sieste quotidienne : tu devrais y aller ; je n'ai jamais vu autant de flics devant le lycée ! La minute d'après, je m'engouffre en titubant dans mon carrosse de combat, la joue encore marbrée des plis de mon oreiller.

No comment

12 octobre 2010 - 12:30 - Auch - Entrée de la Préfecture du Gers Galerie photos de la manifestation Photos commentées Powered by ScribeFire.

10 bonnes raisons d'aller manifester demain

C'est à cela que l'on me reconnaît : c'est que j'ose tout, y compris de me tromper ou de me contredire sans même faire mine de m'excuser ou de chercher la moindre cohérence dans tout ce foutoir qui n'arrive même pas à me servir de pensée!

La cavalerie judiciaire*

Je rappelle toujours que le prix de la journée en détention, c'est 80 € et que dans les hôpitaux ou ailleurs, c'est dans les 6 ou 800 €. Donc, quand les caisses sont vides, on fait pas de sentiments, on fait de l'utile (...)
Je pense que c'est une façon de se débarrasser à bon prix de ce qui est parfaitement improductif et coûteux : la misère est improductive et coûteuse.
Christiane de Beaurepaire, psychiatre, ancienne chef de service psychiatrique de la maison d'arrêt de Fresnes

Petit manuel de lévitation mentale

Je ne suis rien, je ne suis personne, je n'ai rien fait et je ne sais rien faire, je ne suis utile ou nécessaire à rien ni à qui que ce soit. On peut assez franchement en conclure que j'ai raté ma vie et que c'est assez définitif.

Battre le pavé et le fer, tant qu'il est chaud

J'adore!
Laissez-nous vivre encore un peu, par Le Monolecte


Ce n'est pas la rue qui gouverne. L'affaire est entendue depuis 2002 et son grand bond en arrière. Mais que cela ne nous empêche en rien d'ouvrir encore bien grand nos gueules de prolétaires.