Quand l’Espagne bombarde la Gascogne

Il y a trois ou quatre ans, ma belle-mère avait loué une petite maison au bled-en-chef.

C’était une petite maison en L, accrochée à flan de coteau, totalement enclavée dans des jardins. On y accédait par un étroit chemin bordé de deux terrasses fleuries et qui débouchait sur une ruelle en pente. L’une des terrasses était cachée derrière un haut mur, mais l’autre permettait d’apercevoir les voisins quand ils prenaient l’apéro avec des amis ou s’allongeaient pour bronzer. C’était des gens discrets, qui répondaient toujours à nos saluts. Souvent, pendant la belle saison, on les voyait dehors, en tongs de plage et maillot de bain, à débrousailler leur carré de terrain ou à lancer un barbecue. Nous faisions strictement la même chose une fois franchie la petite porte de notre propre terrasse.
Ma belle-mère ne resta dans cette maison qu’une saison, puis déménagea là où elle habite encore.

Un ou deux mois après le déménagement, nous apprenions que la maison des voisins était en fait une cache de l’ETA.

Il faut bien savoir que cela fait un bail que le Béarn et la Gascogne sont des bases arrières de l’ETA. Les vilains terroristes ne passent pas leur vie un couteau entre les dents : il leur arrive de s’en servir pour préparer des brochettes.
Quand un terroriste habite dans votre quartier, rien ne le distingue des autres habitants. Il ne vit pas derrière des volets clos, il ne sort pas que la nuit, il ne passe pas son temps à organiser des réunions secrètes dans le but de fomenter un mauvais coup.

Dans sa vie civile, le terroriste fait les courses au même hyper que vous, il peut être un voisin charmant, un citoyen exemplaire qui aide les vieilles dames à traverser la rue. Il peut même vous inviter à boire l’apéro ou vous donner un coup de main pour tailler votre haie. Bref, c’est quelqu’un de terriblement banal, comme nous tous.

Aussi, quand on pense qu’un ennemi public vivait dans la casbah à côté de chez nous, on ne peut que se réjouir de n’être pas Libanais. Parce que si l’on suit la logique de Tsahal, l’armée espagnole aurait été tout à fait habilitée à bombarder notre quartier pour gagner sa guerre contre le terrorisme, pour assurer sa sécurité… au dépens de la nôtre. Faut dire que cela aurait bien fait pour notre gueule : il faut savoir choisir un peu mieux ses voisins que cela.

Je nous vois bien lors d’une de ces journées de printemps que nous avions passées devant cette petite maison en L, en train de parler du dernier film que nous avions vu, pendant que monsieur Monolecte attise les braises du barbecue. Je vois bien le prunus en fleur, à l’ombre duquel nous avons dressé la table de jardin. Je peux presque sentir la douceur de l’air sur mes bras, pendant que je prend l’une de mes sempiternelles photos de fleurs.
Puis, un petit feulement aigu qui s’amplifie et déchire l’air printanier. Et les déflagrations monstrueuses, les noces immondes du métal qui déchire la chair, le nuage de poussières et de gravats, le parfum acre de la pierre pulvérisée et des corps calcinés. Et l‘autosatisfecit du gouvernement espagnol qui se réjouit sur nos dépouilles d’avoir remporté une manche contre le terrorisme, la dictature de la peur et de la violence. Et qui sait, nous aurions peut-être le droit au qualificatif de victimes civiles collatérales

Bref, cela semble totalement surréaliste, mais c’est pourtant strictement ce qui serait arrivé si nous avions vécu au Liban plutôt qu’en Gascogne…

51 réponses
  1. andré974
    andré974 dit :

    Il y a maintenant 5 ans en faisant mes courses j’apprenais que l’employé de mon boucher préféré venait d’être arreté pour activités terroristes étant un membre important d’E T A,si nous vivions en Palestine ou au Liban sans doute aurions nous été arrété ainsi que la totalité de la clientèle pour complicité à entreprise terroriste,remarquéz si Sarko passe….

    Répondre
  2. michel.catelin
    michel.catelin dit :

    "Aussi, quand on pense qu’un ennemi public vivait dans la casbah à côté de chez nous, on ne peut que se réjouir de n’être pas Libanais. Parce que si l’on suit la logique de Tsahal, l’armée espagnole aurait été tout à fait habilitée à bombarder notre quartier pour gagner sa guerre contre le terrorisme, pour assurer sa sécurité… au dépens de la nôtre. Faut dire que cela aurait bien fait pour notre gueule : il faut savoir choisir un peu mieux ses voisins que cela."

    J’ai toujours pensé que la politique israelienne etait trops extrémiste. Bien sur, les Palestiniens ne sont pas des saints, Le terrorisme est une horreurs, mais si on y reflechis bien, ont-ils vraiment d’autres choix ? Imaginez que demain, les grecs investissent Marseille sous pretexte qu’il y a 2000 et quelques années, cette ville a été fondées par leurs ancètres. Croyez-vous que la France laisserais faire… N’oublions jamais que les allemeands appelait les resitants "terroristes". Rien ne justifie la violence, mais parfois elle est explicable.

    Répondre
  3. Fred
    Fred dit :

    > Dans sa vie civile, le terroriste fait les courses au même hyper que vous, il peut être un voisin charmant, un citoyen exemplaire qui aide les vieilles dames à traverser la rue.

    Pareil pour les tueurs en série. On a toujours droit aux voisins devant la caméra "il était très poli, disait toujours bonjour" 😉

    Répondre
  4. bert
    bert dit :

    Tous les gens d’ETA ne sont pas nécessairement des terrorismes. Il y a beaucoup d’activistes d’ETA qui n’ont jamais fabriqué de bombes, jamais utilisé d’armes, mais le simple fait de cacher quelqu’un, ou d’avoir du matériel de propagande, fait de vous un terroriste. Le terrorisme d’état est il un terrorisme? Parce que du temps de Franco, le pays basque était aussi soumis au terrorisme… Pareil avec l’armée israélienne. Je ne suis pas sympathisant d’ETA, mais je ne crois pas à la si simple présentation, entre d’un coté, un état soi disant légaliste et démocratique, et de l’autre des autonomistes assassins.

    Répondre
  5. Patrick
    Patrick dit :

    "Rien ne justifie la violence, mais parfois elle est explicable."

    La violence est auto-justificatrice (comme réponse à une autre) en temps que systême défensif. Elle n’a donc pas besoin d’être "expliquée" : elle est, alors, seulement …nécessaire.

    Répondre
  6. LOKI
    LOKI dit :

    Bien que n’ayant pas ton talent de rédaction, c’est la première comparaison qui m’est venu à l’esprit quand j’ai vu les actualités, et celle que j’ai effectivement utilisée dans mes discussions, sauf qu’au lieu de prendre la Gascogne comme image, j’utilisais Biarritz.

    Tu m’as entendu, c’est pas possible autrement 😉

    Plus sérieusement, la comparaison est un peu poussée, car nous n’entretenons pas tout à fait les mêmes rapports avec nos voisins européens qu’Israel avec les pays arabes, avec qui les tensions sont quasi permanentes. Que je sache, aucun dirigeant français n’a jamais affirmé vouloir la disparition de l’Espagne.

    Je ne justifie pas du tout cette réaction que je trouve totalement disproportionnée et illégitime, mais j’essaie de replacer les choses dans leur contexte.

    Répondre
  7. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Replacer les choses dans leur contexte, c’est un peu comme tenter d’expliquer que finalement, le coup d’boule de Zidane, c’est globalement positif ?

    Ils m’emmerdent les gens qui veulent "équilibrer" les choses. Le déséquilibre, dans le cas d’Israël est total. Les gens qui veulent "équilibrer" les choses sont des menteurs, ou des aveugles. Le non-respect de tout ce qui fait le droit international, c’est le quotidien d’Israël et des Etats-Unis depuis 2001… et parfois avant. Si Israël avait décidé de négocier "pour de vrai" avec les palestiniens, le Hezbollah libanais n’aurait surement pas eu l’opportunité d’entraîner de la sorte Tsahal hors de ses frontières… et le Liban n’aurait pas été bombardé de la sorte, en tuant tant de civils.

    Comme Robert Fisk le laissait entendre… un israélien enlevé pour 10 arabes morts… tel semble être le ratio que la grande démocratie israélienne s’applique à respecter.

    Où est l’intérêt d’un tel "replacement dans le contexte" ?

    Israël aurait donc des excuses pour la politique unilatérale et barbare de ces 5 dernières années ?

    Et les palestiniens, à quoi ont-ils droit eux ? Ils n’ont droit à rien. Ils n’ont en fait qu’un seul droit : celui de faire le moins de bruit possible.

    L’Apartheid des années 2000, c’est Israël… et nous occidentaux, le soutenons, cet Apartheid, jusqu’à totalement nous renier.

    Ce WE, j’ai regardé les infos, sur France3 en particulier. A l’issue de chaque flash, c’était la nausée, à écouter un "spécialiste" nous expliquer que toutes ces agressions sont le fait des Syriens et des Iraniens, que les Iraniens ont armés les miliciens, que les miliciens sont très organisés, etc, etc, etc. Comme à l’époque des caricatures, l’ennemi est désigné. Encore. Et comme lorsqu’on regarde un blockbuster d’Hollywood, on devine la suite du scénario : les bombes sur l’Iran à plusieurs milliers de kilomètres de Tel Aviv, histoire d’empêcher les attaques des miliciens du Hezbollah. Evidemment. C’est tellement évident qu’en déclarant la guerre à une nation puissante, on va arranger les problèmes de la région. Tellement évident. Et c’est tellement plus simple en plus. Faire la paix avec les Palestiniens, vous n’y pensez pas ? C’est trop compliqué. On risquerait d’avoir des arabes sur les plages de Tel Aviv…

    Ces gens sont des malades.

    Répondre
  8. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pour moi, le contexte a toujours 5 ans, c’est une petite fille charmante aux grands yeux de biche qui s’appelait Draga Dib. Elle est arrivée en 76 dans ma maternelle, première vague de Libanais réfugiés. Je n’ai jamais pu comprendre que des gens pouvaient chercher à tuer ma douce copine. Laquelle me parlait des splendeurs de son pays, le décrivant de telle sorte que j’ai toujours été convaincue qu’après avoir bouffé la pomme, c’est de là qu’Adam et Eve se sont fait jetés!
    Peut-être aussi que le contexte, c’est que ma copine Draga était rentrée au pays et qu’en cette belle journée d’été, elle s’est bouffée une bombe alors qu’elle s’apprêtait à fêter le mariage d’une cousine (en ce moment, c’est la saison des mariages au Liban).

    Bref, massacrer des civils sous prétexte qu’on s’est fait pécho deux soldats, de mon point de vue, cela n’a rien de rationnel, c’est juste Oradour-sur-Glane, puissance 10.

    Répondre
  9. Etheriel
    Etheriel dit :

    Allez hop, point Godwin atteint. Heureusement que la deuxieme guerre mondiale a eu lieu, sinon ca aurait vachement compliqué les parallèles "chocs" dans tous les blogs et forums…

    Répondre
  10. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Bombarder des quartiers résidentiels, suite à une action d’une bande armée, tu appelles ça comment, si ce n’est des représailles?
    D’un point de vue purement stratégique, cette action militaire ne peut être qualifiée d’opération de sauvetage (prétexte initial), mais bien de guerre d’invasion. Depuis quand bombarde-t-on un pays souverain pour récupérer des otages? Les Libanais sont-ils des sous-humains pour qu’on les traite ainsi, avec un tel mépris pour leurs vies, pour les infrastructures qu’ils ont remis en état après 20 ans de guerre? C’est quoi ce bordel?

    Répondre
  11. bert
    bert dit :

    Pour en revenir au sujet (plus ou moins…), ceux qui ne l’ont pas déjà fait pourront se renseigner sur la guerre d’Espagne, et sur le problème basque en particulier. (voire catalan, mais le contexte est différent malgré tout). Plus généralement, il est difficile d’isoler un fait (le séparatisme et ses avatars) d’un contexte aussi vaste et compliqué (je n’ai pas la prétention d’y comprendre grand chose, ou d’en savoir assez).

    Cela pour dire que qualifier systématiquement tout basque sympathisant ou lié à ETA comme étant un terroriste est une posture éminemment politique et partisane.

    Pour ce qui est de la légitimisation (?) de la violence en politique, j’avoue que je ne sais toujours pas, malgré des années d’exposition au problème. La violence, en tout cas, est toujours mauvaise et rarement productive, mais évidemment, parfois logique sinon justifiée, a fortiori légitime.

    Dans tous les cas, le contexte espagnol d’aujourd’hui est pour une grande partie le produit des évènements des années trente et du franquisme. On commémore aujourd’hui, dans une indifférence triste, les 70 ans de la guerre. Pourtant, elle a été l’évènement le plus important de ces années là, antérieurement au déclenchement de la seconde guerre mondiale, pour nous européens. De plus, il nous manque encore une réflexion importante sur le soutien accordé à Franco, que je considère comme un alter ego de Hitler ou Mussolini, après la seconde guerre mondiale, et malgré la condamnation de l’ONU.

    Répondre
  12. vento
    vento dit :

    C’est curieux, c’est le même genre de comparaison que je me faisais. Je conseille au gouvernement français de changer de méthode pour qu’il arrive à la libération d’Ingrid Betancourt; arrêtons les manifestations, les lachés de ballon, les dessins, les longs discours, tout cela c’est du carton, nous le savons; en prenant exemple sur Israël, l’armée française devrait pluôt balancer quelques pruneaux sur tous ces enc**** de colombiens, qui comme nous le savons tous, défendent tous les terroristes, les guerillas. Ouais! Soyons justes! Tapons sur ces peuples qui par leur silence soutiennent les terroristes! Ingrid Betancourt, on arrive, on va démollir quelques cahutes et tu seras saine et sauve. En fait, grâce à Israël, on vient d’écrémer une sacrée ligne budgétaire des administrations: la diplomatie.

    Répondre
  13. bert
    bert dit :

    Euh, autre chose…Contrairement à ce qui se passe en ce moment au Liban, si les espagnols avaient dans l’idée de bombarder la Gascogne, ils risqueraient de se voir eux-mêmes bombarder par les avions de Cazeaux, Mont De Marsan (nucléaire), les hélicos de Dax…

    Les USA et Israel ont pour habitude de bombarder des populations civiles n’ayant pas derrière des moyens militaires puissants. Liban, Irak, Afghanistan, Grenade, et combien d’autres exemples de grandes opérations militaires contre quelques types armés de AK47, voire pour les plus dangereux, de blindés datant des années 60…

    C’est la différence essentielle entre les apparences de justice et démocratie sauvegardées par des pays comme l’Espagne, que de répondre au crime (le terrorisme en est un) par des opérations de police et de justice. Israel ou les USA répondent eux à des crimes par des opérations militaires, pour lesquelles la justice n’a pas son mot à dire, et dans lesquelles la disproportion des moyens est censée garantir le succès. On voit le résultat au quotidien…

    Répondre
  14. ben la couène
    ben la couène dit :

    Il faut comprendre la logique d’Israël, moi même n’étant pas juif ni Israélien ça m’était difficile, désormais je comprend et bien sur desirerait qu’Israël fasse preuve d’inteligence:

    Cette crise à commencer avec une incurssion de fondamentalistes du Hezbollaz (qui était entrain de perdre la faveur de beaucoup…) qui sont de véritables vermines… Tsahal ne peut permettre de voir ces frontières piétinées et ces soldats enlevés sans réagir sous risque de voir les fondamentalistes juifs reprendre du poil de la bête… Tsahal à malheureusement raison de réagir fortement afin d’empecher un renouveau d’une prise d’otage.

    Les cibles qui ont étés touchées sont majoritairement stratégiques et les zones civiles touchés sont des planques: ne jamais sous estimer le mossad pour la qualitée de ces renseignements. Les civils tués sont un dommage collateral, impossible d’y échapper.

    Si vos voisins avaient préparés un attentat qui aurait pu tuer 50 personnes, votre mort ainsi que celle de votre famille aurait malheureusement été un bien pour un mal. Ce type de raisonement est primaire mais rappellez vous que Tsahal n’a pas déclarer la guerre et ne peut donc s’engager dans le Liban même en opération commando sans créer l’état de guerre et s’attirer les foudres de la Syrie et alors de l’Iran… Voila ou commencerait la troisième guerre mondiale par le jeux des alliances…

    Il est bon d’avoir des lois et systemes internationaux pour empecher les abus les plus fréquents mais ne demander pas a d’autre de risquer leur vies quand ils sont menacés: c’est la vérité tout le monde veut leur peau et utiliserat tout les moyens… Il faut arreter de voir les pays musulmans autour d’Israël comme des saints il permettent a ce type de guérillas paramillitaires de prendre pied et d’etre soutenu… rien de bon ne sortira de la.

    Oui tout les terroristes sont des gens normaux 99% du temps, mais 1% du temps ils peuvent tuer et enfreindre votre droit a la sécurité. Le Hezbollah comme l’ETA n’en n’ont que peu de choses a foutre de vous et vous aurait éliminés pour la cause s’il en avait eu le besoin. Il faut aussi signaler que ces terroristes (corses…) sont plus des mafieux de nos jours et n’ont pas grand chose a voir avec des terroriste type guerilla et donc que votre rapprochement manque d’une connaissance profonde de ces millieux.

    Répondre
  15. nakkiel
    nakkiel dit :

    Mehdi, aujourd’hui tonton nakkiel va te raconter une histoire.

    C’est l’histoire d’une civilisation qui était sur le déclin, les gens manquaient de travail, de nourriture et persone ne savait vraiment comment changer tout cela. Comme souvent dans ce cas, les théories extrémistes ont le vent en poupe et les gens sont prêts à suivre quiconque leur parlera avec suffisement de conviction : il veulent espérer.

    Un extrémiste vint alors au pouvoir, avec la promesse de solutionner les maux dont sa patrie était atteinte. Pour ce faire, il avait un bouc émissaire et s’apprétait à le mèttre hors-circuit.

    Horrifiés par ces plans machiavéliques, les autres patries de ladite civilisation se sont rebéllés et ont mis à mal les projets du dictateur – un peu tard, certes.

    Par chance, les gentils possédaient les terres où le bouc émissaire vivait 2000 avant cette histoire ; ils les lui ont donc redonnées.

    Bien évidemment, les véritables propriétaires des terres n’étaient pas contents, mais la civilisation dormait enfin sur ses deux oreilles car elle avait expié son pêché, et tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes.

    D’ailleurs, le chomage avait disparu pour au moins 30 ans, les gens étaient heureux, le pétrole coulait à flot et le bouc émissaire, mine de rien, avait été viré.

    Le bouc émissaire, justement, eut plein d’enfant et décida d’agrandir sa vérrenda et aussi de prendre la piscine de ses voisins dont il habitait déjà le jardin. Mais c’est une autre histoire.

    D’ailleurs les gentils n’ont rien pu dire car c’eut été avour leur résponsabilité.

    Répondre
  16. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Comme c’est confortable de parler de ma famille comme dommage collatéral… maintenant, regarde la tienne dans les yeux et tiens le même discours : "c’est regrettable si ma petite fille se fait déchiqueter par les bombes, mais c’est un mal pour un bien!"
    Ensuite, tout est une question de vocabulaire. Des mecs qui posent des bombes pour déstabiliser l’occupant : des résistants chez nous, des terroristes chez eux! Facile aussi!

    Quand au c’est la faute au hezbolla, c’est eux qu’on commencé, c’est de la diplomatie de cour de maternelle, ça. Surtout que si on remonte 3 semaines plus tôt, qu’est-ce qu’on a dans les tuyaux? Une déclaration du Hamas qui s’oriente vers la reconnaissance de l’État d’Israël! Ce qui était un pas vers la pacification définitive des territoires jamais encore opéré! Et que se passe-t-il alors? Intensification des assauts contre la bade de Gaza et 10 jours plus tard, arrestation de membres officiels du Hamas, ce qui implique de facto la fin d’un gouvernement élu démocratiquement qui s’apprêtait à avancer comme jamais vers la paix! Voilà l’orignie du bourbier actuel! Mais de cela, on ne parle plus!

    De toute manière, chaque fois qu’un camp ou l’autre tente une avancée pour la paix, dans les jours qui suivent, c’est une nouvelle explosion de violence qui fout tout par terre. Je pense qu’il ne faut pas perdre de vue que nous parlos de gens plus ou moins en guerre depuis plusieurs générations. Que le pouvoir, de part et d’autre, est tenu par des chefs de guerre qui ne savent trop faire que cela. Que pour tous cceux-là, la paix signifie trivialement la perte du pouvoir et le chomdu. Que quand les chefs de guerre devront s’occuper des trains qui arivent à l’heure et des constructions de crêches, ils passeront du statut de héros nationaux à épiciers. Et que tant qu’ils trouveront un intérêt certain à la guerre, elle continuera!

    Répondre
  17. Pierre
    Pierre dit :

    Ben la couène, la question n’est pas de "voir" les pays musulmans(disons plutôt arabes) comme des saints… Le coeur de ce qui se passe au Proche-orient est l’état des relations entre Israëliens et Palestiniens. Les Israëliens n’obtiendront rien en usant de leur force supérieure. Nous allons vers un embrasement que malheureusement l’ONU n’est pas apte à empêcher…à moins qu’il ne mette un grand coup de poing sur la table!

    Répondre
  18. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je retranscris un commentaire que j’ai laissé sur un autre blog

    Le 19 juin 2006, le Hamas, parti démocratiquement élu par les Palestiniens, annonce qu’il s’entend avec le Fatah pour une reconnaissance de facto de l’État d’Israël. Le 30 juin, zhou, une bonne partie des ministres et députés du Hamas sont raflés par les forces Israëliennes, ce qui met fin, de facto, au processus de reconnaissance de l’État Israëlien.
    Suite à cette action, le Hezbollah enlève des soldats israëliens afin de s’en servir de monnaie d’échange…

    Bref, tout le monde a un peu la mémoire sélective (pourtant, on ne remonte pas 2000 ans d’histoire, là, à peine un mois), mais il faut dire que le Hamas est un peu crétin : faire un geste de paix alors que les analystes politiques du dimanche sont scotchés devant la coupe du Monde, niveau com’, c’est ballot. Les Israëliens sont bien meilleurs en timing, ils attendent la fin des jeux du stade, ce qui fait, qu’effectivement, on peut toujours dire que c’est les vilains d’en face qui ont commencé!

    Répondre
  19. wallaye
    wallaye dit :

    Ca s’arrange pas sur la planète… Encore une fois Israël ne fait pas les choses à moitié. Et s’il faut ça va se terminer plus loin, car il faut un point d’orgue à toute l’intox sur le nucléaire iranien. Et tout ça pour du pétrole? Hé oui…

    Mais il faut aussi voir que quand quelqu’un utilise une arme, un industriel se remplit les fouilles. C’est con, mais ça fait quand même quelques siècles qu’on laisse les fabriquants d’armes prospérer et pousser à la consommation. Chaque missile sur le liban, c’est autant de $ ou d’€ de gagnés. En fait j’oubliais aussi les industriels de la reconstruction, qui sont en train de faire les plans des prochains HLM, et de passer des commandes de béton…

    Alors que nos ressources naturelles fondent comme la neige au soleil, faute à la surconsommation et au gaspillage incontrollé, qu’allons nous laisser à nos enfants si en plus on détruit les infrastructures qu’on a errigé de notre vivant? C’est quel progrès ça? L’homme soit disant évolué (je ne citerai personne), qui regarde son cousin arabe ou africain avec condescendence et atermoiement ("ohhh, le pauvre sous-dévellopé !"), me fait décidement bien gerber.

    Ya le singe qui a inventé le fusil mais qui ne peut pas s’en passer, et le singe qui ne l’a pas inventé. Et je préfère être copain avec le second.

    Répondre
  20. bert
    bert dit :

    Pour le pétrole? Pas si sur…Ou plutôt, pas seulement. Pour Israel, l’eau aussi, est stratégique. Voir: http://www.elwatan.com/spip.php?pag

    Mais aussi, le projet "Salomon", qui prévoyait (prévoit toujours?) l’utilisation des eaux du fleuve Congo par Israel…Ca paraît délirant, ne serait ce que compte tenu des distances, et pourtant, le projet existe bel et bien. Il s’agirait pour Israel de pomper, à ses frais, mais sans contrepartie pour la RDC (le pays où s’implanterait le projet) l’eau du Congo et de la convoyer par pipe vers les terres israéliennes. Les conséquences écologiques d’un tel projet font peur, du moins au congolais, dont tout le monde se fout éperduement, notamment les compagnies minières qui pillent déjà les ressources du pays. Ce serait l’entreprise Westrac qui s’occuperait du projet "pipeline du roi Salomon"…

    Répondre
  21. Bluzu
    Bluzu dit :

    La comparaison (même si elle n’est pas raison, hein) avec la maisonette en L est charmante, mais… Si votre adorable voisin installe une batterie de missiles destinés à attaquer le pays voisin dans son jardin, bin le pays voisin risque de lui jeter quelques bombes sur ses installations. Bombes qui, aussi "intelligentes" soient-elles, risquent de ne vous épargner point. Tout le monde trouvera ça dommage (et collatéral) mais nul n’y pourra mais. J’ajouterai que je suis un peu effrayé par la manière ici de répartir les rôles, entre "gentils" libanais/palestiniens et "méchants" israéliens/américains. Et puisque vous jouez sur le pathos et le bombardement "de proximité", demandez vous ce que vous ressentirez si vos enfants, lors d’un goûter d’anniversaire dans un restaurant, ont la malchance de tomber sur un "gentil" resistant palestinien ceinturé de bombes, qui trouve juste, parce qu’il souffre, de les tuer..

    Répondre
  22. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @ Bluzu : c’est toi qui réduit le débat à une confrontation manichéenne. Le hezbollah n’est pas le parti au pouvoir au liban, la comparaison est pertinente. Quant au Hamas, côté palestinien, se retrouver du côté politique de la force a déjà modifié leur attitude générale, puisque, je vais encore me répéter, le 19 juin 2006, il annonçait être sur le point de reconnaitre Israël… information capitale complètement noyée par la Coupe du Monde qui a occulté toute l’info internationale. Résultat, le 30 juin, Israël emprisonnait 60 membres du gouvernement et du parlement démocratiquement élu par les Palestiniens, ce qui, de facto, réduisait à néant cette avancée vers la paix. Mais là aussi, les analystes politiques avaient mieux à faire : "allez les bleus, allez les bleux!"

    Répondre
  23. Bluzu
    Bluzu dit :

    Agnès, j’aime beaucoup vos écrits (/flatterie)….

    Cepndant, si le Hezbollah n’est pas "au pouvoir", il en dispose tout de même d’une partie (système parlementaire : s’il est présent au Parlement ET au gouvernement, que faut-il de plus ?). De plus, et là sa différence avec un parti "normal" peut ouvrir les yeux, c’est un parti disposant d’une branche para-militaire, armée, ce n’est pas rien (je vous laisse imaginer un F.N. en France ne se contentant pas de grosses brutes comme service d’ordre, mais d’une organisation disposant d’armes de guerre, ou alors sinon le F.N., du moins l’ U.D.F.).

    Quant à la "reconnaissance" d’Israël, elle était loin d’être explicite (même si j’admet qu’elle était un pas en avant). A tel point qu’elle permettait à ses signataires de ménager la chèvre et le chou en prétendant tout et son contraire.

    En matière de geste explicite, je crois me souvenir que le désengagement militaire d’Israël à Gaza en était un d’une autre ampleur. Et qu’après avoir été suspecté de mille arrière-pensées, ce désengagement a été suivi de lancers de roquettes quotidiens de la part des "valeureux-activistes-palestiniens-qui-avaient-réussi -à-faire-reculer-l’entité-sioniste".

    Répondre
  24. Grabuge
    Grabuge dit :

    J’y vis.

    Là où les etarras se replient ou se sont repliés depuis parfois des années. J’ai même très longtemps "copiné" avec des tas de gens très bien, très impliqués dans la lutte contre tout ce que le monde pouvait comporter d’injustices. Ceux d’Anaram au Patac. Je n’ai JAMAIS été d’accord avec eux pour ce qui concernait Euskadi. Mon aversion pour les frontières m’interdit ce qu’ils nomment abusivement l’indépendance et qui n’est que nationalisme. Mais jamais je ne les ai laissés tomber parce que, sur ce point et uniquement sur ce point, on s’affrontait, même violemment.

    Mais j’ai aussi vécu le GAL. Réminiscence d’un franquisme qui n’est toujours pas éradiqué.

    Alors j’en ai marre. Marre de ne pas voir de représentations dignes de revendications justes. Le Hezbollah ou le Hamas captent à leur profit l’absence de résistance visible et efficace à la politique de terreur d’Israel. Mais le Hezbollah et le Hamas sont des mouvements détestables et personne ne me fera les soutenir. Arafat a fait la pire connerie de sa vie en refusant de s’entendre avec Barak sous Clinton : là, on en paye le prix. Quand je di "On"… comme dit Agnès, ce "on" c’est celle qui pourrait être votre voisine servant l’anisette à l’Izarra… Si Arafat avait pensé à l’avenir, s’il avait accepté d’engager un réel dialogue avec Barak, on n’aurait jamais eu le boucher de Sabra et Chatila au pouvoir, et, consécutivement, jamais non plus son clone en pire, Olmert.

    Et nous sommes là, à regarder la peste et le choléra se déchirer….

    Quoique… Quoique ça avait commencé bien avant ! Mais c’était le Mondial et les mêmes qui s’enflamment aujourd’hui sont ceux qui nous ont gonflé pendant des semaines avec des histoires de ballons, de drapeaux et de coups de boule….

    Répondre
  25. Pierre
    Pierre dit :

    Il est vrai que l’on peut se réjouir du retrait israëlien de la bande de Gaza, c’est un indéniable pas en avant…mais il y a la Cisjordanie, Jérusalem, la diaspora palestinienne. A partir du moment où un mur est bâti, soit-il de protection, il devient difficile d’envisager une cohabitation entre les peuples israëlien et palestinien. Il est urgent de relancer des négociations sans conditions afin que l’on aille vers un règlement de ce conflit qui n’a que trop duré. Les palestiniens ont droit à un Etat, les Israëliens à vivre en paix…mais au milieu de pays arabes.

    Répondre
  26. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pour avoir la paix, encore faut-il la souhaiter. Or, ceux qui ont le pouvoir, de tous les côtés, le doivent à la guerre et à la psychose qu’elle entraîne. Ce n’est pas pour rien que TOUS les pas vers la paix sont systématiquement sabotés, dans les deux camps. Ce n’est pas pour rien qu’Yitzhak Rabin a été assassiné en 1995, par quelqu’un de son propre camp : il faalut bien ça pour que le processus de paix capote pour un bon moment. Tous les pays de cette région ont le même problème : ils sont dominés par des guerriers!

    Répondre
  27. Grabuge
    Grabuge dit :

    Ah non ! Désolée ! Mais quand tu dis, "quelqu’un de son propre camp" en parlant de l’assassin de Rabin, je fais un bond digne de Carl Lewis !!!

    M’enfin !!! Agnès !!!!

    Imagine que je te dise que tu es du camp de Le Pen ou des néo-nazis qui profanent les sépultures juives ou musulmanes…. tu sauterais pas en l’air ? Imagine que je te dise que Garcia Lorca ait été assassiné par "ceux de son propre camp" .

    L’assassin de Rabin n’était PAS de son camp.

    Et le fait même que tu confondes me fout dans une perplexité assez inquiétante…. voire une certaine rage parce que si même toi, tu es atteinte par ce genre de maux, qui ne le sera pas ?

    Tu veux dire qu’il est de son camp parce qu’il EST JUIF ???

    Ben je vois pas d’autre explication et je t’avoue que ça me dérange diantrement.

    Parce que ce genre de catégorisation, je la combats de toutes mes forces et que je ne m’attendais pas à devoir m’affronter avec toi sur ce point (comme sur n’importe quel point d’ailleurs). Je vais te le dire tout net, comme je le sens et sans détour : tu viens de faire un très beau lapsus antisémite.

    Je dis bien "lapsus", parce qu’il ne me viendrait jamais à l’idée de penser que tu es antiémite. Jamais de la vie !!! Mais ça m’emmerde. Le lapsus.

    Je vais mal dormir ce soir, moi, l’anti-sioniste, la pro-palestinienne des années 80 et qui ne sait plus vers quel soleil se tourner à ce jour à part le mouvement de la paix composé d’israeliens et de palestiniens sincèrement épris de paix et de fraternité…

    Allez… dis-moi que ton clavier à fourché… please…

    Ma vie n’est déjà pas marrante alors si tu pars en vrille, je me laisse aller dans la vague caniculaire….

    Répondre
  28. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ne sois pas autant au pied de la lettre. Tu sais très bien ce que je voulais dire. Nous savons tous que tous les Israëliens, comme tous les Palestiniens ne sont pas bellicistes. Mais il s’agit tout de même du choc de deux nations. Les uns contre les autres. Si la France est en guerre contre l’Espagne (suite à l’obus dans mon jardin 😉 ), et que je me positionne pour des négociations de paix entre les deux peuples, et qu’un Le Péniste me fait la peau pour empêcher cela, du point de vue du conflit en cours, je serais forcément tuée par quelqu’un de mon camp, de ma nation, si tu préfères. Heureusement d’ailleurs que je serais morte, parce que me retrouver de facto dans le même camp que mon tueur Le Peniste, ça m’aurais fait vachement mal au cul, par ailleurs! Yitzhak a tout de même été tué par un autre Isréëlien, pas par un terroriste du Hamas ou du Hezbollah, mais par un terroriste maison.
    Il s’agit donc bien d’un Israëlien tué par un autre Israëlien, car, tout comme moi, tu sais que tous les Juifs ne sont pas Israëliens, de même que tous les Israëliens ne sont pas Juifs!

    Répondre
  29. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Après la Gascogne bombardée, voici Chicago 🙂 Tout le monde est d’accord décidemment… sauf ceux qui ne voient dans ces condamnations morales, qu’une forme vicieuse d’antisémitisme. En plus du bombardement sur Chicago, cet article commence par un rappel à l’histoire, proche de celui d’Oradour…

    http://www.dedefensa.org/article.ph

    Répondre
  30. Francois
    Francois dit :

    Fred> "Tout le monde est d’accord décidemment": ouais, enfin "tout le monde", c’est surtout ceux qui passent leur vie sur dedefensamachin.org. Faudrait songer à varier les lectures mon ami…

    Répondre
  31. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Cher François,

    Me pardonneras-tu ce raccourci narratoire ? Je l’ignore. Mais je vais tenter de m’expliquer. Je voulais dire, en fait, que le parallèle effectué par Agnès n’était pas unique, et que chacun semblait avoir en réserve une comparaison identique. LOKI en commentaire expliquait qu’il lui était venu la même idée. Et quand Agnès a commenté, ensuite, en parlant d’Oradour… on s’aperçoit qu’un américain, cité par dedefensa, a fait des comparaisons du même genre, mais d’un autre endroit, à un autre moment.

    Voilà ce que je voulais dire. Maladroitement, surement. Mais c’est ce que je voulais dire, que ces évènements ont généré le même genre de commentaires de la part de multiples personnes dans le monde entier.

    Je doute que ma maladresse puisse mériter, ensuite, le mépris que le reste de ton commentaire semble empreint. Mais pourquoi pas. Si c’est l’image que tu souhaites laisser…

    Répondre
  32. François
    François dit :

    Merci pour ton eclaircissement, car il ne fait que confirmer mes dires. Que toi, Agnès, LOKI, et tout une troupe de joyeux lurons aient la meme idée saugrenue de comparer les evenements actuels avec Oradour, ca ne m’etonne plus du tout. Je voulais juste souligner que ce n’est pas "tout le monde", mais bel et bien un "ensemble de personnes aux idéaux proches, qui parfois se retrouvent sur dedefensamachin.org". Et donc, je te rassure: nul mépris de ma part, juste l’envie de ne pas vous laisser vous auto-masturber sur vos grandes idées, en pensant qu’elles sont partagées par tous.

    Répondre
  33. Gédéon
    Gédéon dit :

    Hé ben, hé ben…

    Ca tire à vue, par ici!

    Histoire de détendre l’atmosphère, voici une autre petite histoire (ou alors la même, mais vue par l’autre bout de la lorgnette): celle d’un paisible citoyen de Londres, qui, pas plus que nous tous, n’échappe complètement à la propagande antiterroriste de Bush, Blair, Sharon et consorts.

    Persuadé que deux de ses voisins fomentent quelque coup fourré pour la seule raison qu’ils ont eu le malheur de le regarder de travers, notre brave homme décide de ne pas s’empêtrer dans les procédures aléatoires de l’Etat de droit mais… de leur foutre sur la gueule, tout simplement!

    "Vu que je suis le seul de ma rue à posséder une collection d’armes automatiques digne de ce nom, j’estime que c’est à moi de maintenir la paix. (…) Comme le président Bush, ma patience est à bout, et si cette raison est assez bonne pour le président, elle l’est aussi pour moi. Je vais donner à toute la rue deux semaines – non, dix jours – pour que lumière soit faite et qu’on me livre toute la clique des extraterrestres, des pirates interplanétaires, des hors la loi galactiques et autres machiavéliques terroristes du cosmos. Et s’ils ne s’exécutent pas gentiment, en disant merci, je dégainerai mes bombes pour envoyer la rue entière dans l’autre monde."

    On dira que cette histoire ne tient pas debout et que l’auteur de ce post exagère, ouh le vilain?

    Certes, certes… mais qui a commencé?

    Merci Agnès, pour ton bon sens!

    (Extrait du chapitre "Pas de quartier avec les voyous", de "Ma guerre contre la ‘guerre au terrorisme’" (Flammarion), petit livre signé Terry Jones (oui, l’ancien Monty Python), une satire orwellienne qui passe joyeusement au Kärcher les mensonges du novlangue antiterroriste.)

    ___

    11 septembre 2001 : l’Occident frappé de stupeur erre à tâtons dans un monde en ruine. À la Maison Blanche, des hors-la-loi qui se prennent pour Dieu volent l’étoile du shérif pour aller faire la peau à un autre bandit, caricatural en diable. Quatre ans et demi plus tard, Ben Laden court toujours ; et l’Amérique torture au nom d’une « liberté » qui, servant de faux-nez à ses ambitions expansionnistes, est de plus en plus bafouée à travers le monde. Mais, dans ce temps où, selon le poète Philippe Jaccottet, « le réel est chaque jour mieux dissimulé par un vacarme dépourvu de sens, sinon d’efficacité », la perversion du sens des mots escamote la barbarie sans visage et sans nom des puissances de l’argent.

    Dans cette chronique roborative d’un monde en guerre, Terry Jones décrypte la vulgate messianique de Bush et Blair, pousse la logique sécuritaire du pouvoir dans ses retranchements, et explore l’absurde inhumanité qui envahit notre espace public et privé, pour nous inviter à renouer les fils d’une réflexion trop souvent contaminée par le « novlangue » médiatique. Sapant allègrement le Grand Récit de l’Ordre Militaire, Médiatique et Marchand (GROMMM), il retourne la duplicité des mots troubles contre leurs fauteurs. Œil pour œil, cliché pour cliché : le nonsense est la chose au monde la mieux partagée. « Always look on the bright side of life », chantaient les crucifiés de « La Vie de Brian »… Et ceux d’Abou Ghraib ?

    Répondre
  34. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Merci Gédéon pour tes éclaircissements. J’avais déjà abordé la question épineuse de la réthorique de la perpetua bella americana :

    Ce qui s’est produit le 11 septembre 2001 n’a jamais posé la question des motivations des agresseurs. Le fait qu’ils aient été désignés comme incarnant "le mal" dispensait de toute tentative d’explication, légitimait l’usage de la violence en réponse, tout en faisant l’impasse sur un nécessaire questionnement du monde actuel. Il s’agit là d’un véritable totalitarisme intellectuel issu de la victimation des Etats Unis, ce qui n’a choqué personne, car allant de soit. Cette rhétorique manichéenne a pu ensuite être recyclée pour imposer l’idée de la nécessité d’attaquer l’Afghanistan et l’Irak ensuite, sans avoir à apporter de preuves ou tout élément permettant de justifier ce choix, car Les USA se sont présentés comme étant les "Good Guys" et ont désigné par opposition, l’axe du mal.
    Nous tenons pour une évidence que nous sommes les gentils, or il faut toujours se méfier des évidences en ce qu’elles n’apportent jamais la preuve de la vérité qu’elles nous assènent.

    Terrorisme et relativisme historique

    Répondre
  35. bert
    bert dit :

    Le (l’un des) problème avec le 11/09/2001, c’est que l’administration des USA n’a jamais voulu voir cette attaque contre un crime. le terrorisme est un crime, avec n’importe quel adjectif qualificatif, mais un crime.

    Dans le cas d’un crime, l’on se pose légitimement un certain nombre de questions qui tendent à établir et prouver une culpabilité, afin de traduire les coupables devant la justice.

    Il n’y a pas eu, pour le 11/09/2001, d’enquête criminelle! Il n’y aura apparemment pas de procès pénal, si ce n’est celui, ridicule, de Moussaoui, qui était dans une prison US au moment des faits!

    Par contre, à un crime commis par des individus, les USA ont répondu par une guerre mondiale tous azimuts. les victimes du 11/09/2001 n’auront pas le réconfort de voir les coupables traduits en justice, le peuple des USA n’aura pas la satisfaction de voir désigné qui a attaqué son sol. Par contre, ses libertés individuelles sont bafouées depuis 5 ans, et le monde a été plongé dans une nouvelle instabilité dont on voit les conséquences néfastes au quotidien.

    le 11/09/2001 est désormais uniquement une raison d’agir pour l’administration US. Dès que sont posées des questions dérangeantes à cette administration, elle y répond par "11/09"; dès que des critiques sont émises, c’est "11/09" qui y est opposé.

    Et ne pas oublier la phrase de GW Bush au lendemain de l’attaque: "avec nous, ou contre nous"…

    Répondre
  36. ayoub
    ayoub dit :

    en vrac :

    ->c’est marrant, on demande aux palestiniens, et au Hamas de reconnaître Israël alors que ce dernier ne se "reconnaît" pas lui même, vu qu’il ne définit pas ses propres frontières

    ->le retrait de Gaza : la grosse blague. Une crise humanitaire créé exprès. Comment peut on appeler indépendance un région qui n’a pas le droit de diriger ni aéroport, ni port, ni routes … Appelons cela prison à ciel ouvert. Il n’y a jamais eu de retrait à Gaza

    ->Les palestieniens, et relisez toutes les résolutions ont été ceux qui ont le plus cédé.. Alors, il faut le rappeler que la présence d’Israël est une erreur de l’Histoire (sa légitimité mainetant est de fait)

    ->Dommage collatéral : comme quoi le monde va mal. La vie humaine ne vaut plus rien. A force de bourrer le crâne avec des statistiques, on perd la notion de souffrance, de mort…

    ->Le terrorisme est une connerie. Mais Diable ne portez pas de jugement, vous ne savez pas ce que vivent ces gens, qui rappelons le, sont abondonnées par le monde entier (dauf pour des fins politiques)

    Les palestieniens, sont les juifs du 21eme siècle!

    Ayoub..

    Répondre
  37. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Par un des ces curieux caprices du destin, ce mardi-là j’étais en vacances et de manière tout à fait inopinée, ma mère était à la maison. A un moment, je ne sais plus pourquoi, je décide de lui montrer les chaînes étrangères sur notre récepteur satellite. Et là, je tombe sur une image d’immeuble en feu. C’est très bizarre, je suis sur une chaîne d’info continue américaine et il y a ce gratte-ciel en feu. Les commentaires des journalistes sont confus, on ne sait pas ce qu’il se passe. Certains parlent d’une explosion. J’appelle monsieur Monolecte et lui demande s’il a entendu parlé de ce film : Je ne sais pas ce que c’est, mais niveau effets spéciaux, ce n’est pas trop mal

    A ce moment, il y a un cri sur le plateau et on voit un avion de ligne arriver et s’encastrer dans la deuxième tour. C’est un peu la panique sur la chaîne. Nous sommes tétanisés. Nous sommes en train de comprendre qu’il ne s’agit pas d’un coup marketing d’Hollywood, mais d’une page d’histoire qui s’écrit sous nos yeux. We are under attack, we arre under attack, répète le journaliste qu’on ne voit même pas à l’image. Abasourdis, nous regardons la collision qui est repassée en boucle. Je suis assez anéantie : c’est une putain de déclaration de guerre!

    Au fil du temps, de nouvelles images arrivent, les commentateurs tentent de se ressaisir. la thèse de l’accident, un instant évoquée lors de l’embrasement de la première tour est définitivement abandonnée. Les questions commencent à venir, mais tout le monde est fasciné par les images qui passent en boucle. Il y a beaucoup d’imcompréhension devant tout cela. A un moment, ils passent les images terribles et zoomées des gars qui sautent dans le vide pour tenter d’échapper à la tour. C’est bizarre, on dirait un jeté de marionnettes pour mauvais film de série B, sauf qu’on a envie de gerber. On commence à saturer, surtout que les news tournent sur elles-mêmes, quand soudain, de nouvelles clameurs dans le poste : de manière totalement impensable, l’une des tours s’effondre sur elle-même, comme dans un show de destruction de vieille tour. Stupéfaction, nuage de poussières morbides sur Manhattan. Cela reste quelque part irréel de vivre cela en direct, de son salon. Encore plus imcompréhensible, quelques minutes plus tard, la seconde tour s’effondre strictement de la même manière. Il y avait des journalistes qui étaient arrivés dans le secteur des tours. On les voit courir pour échapper à la monstrueuses colonne d’opacité qui englouti la ville comme une fournaise de volcan. On a toujours l’impression diffuse et désagréable d’être englués dans un show à grand budget soigneusement minuté. Sur l’écran, les tours s’enflamment et d’effondrent sans cesse, comme pour se convaincre de la réalité des choses. Il y a des gens qui èrent dans les rues, commes des statues vivantes, gris, commes les rues, grises. On a fini par se secouer de l’hypnose collective et par éteindre la télé.

    Todo sobre 11/9

    Répondre
  38. Etheriel
    Etheriel dit :

    Yes ! Ca y est ! On en tient une autre ! Oui, Le Monolecte a donc basculé dans le camp de la force complotiste. Toi, t’as trop fricoté avec Merome 😉 Et donc, accroche toi bien, je te propose maintenant "the greatest government conspiracy of all time" ! Si si !!!

    http://video.google.com/videoplay?d

    http://video.google.com/videoplay?d

    http://video.google.com/videoplay?d

    http://video.google.com/videoplay?d

    Eh ouais ! En fait, les ricains, ben ils sont jamais allé sur la lune ! Incredible, isn’t it ? C’est fou ce qu’on peut faire avec 2/3 images accompagnées de commentaires "bidons", de verités pseudo-scientifique balancées "comme ca", … Bref, c’est la fête aux neuneus, la foire aux gogos

    Et pour la semaine prochaine, je te deniche le complot du millenaire: "la terre, en fait, ben elle est triangulaire" 🙂

    Répondre
  39. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je ne suis pas complotiste. Je me pose des questions, oui, tout le temps et sur tout.

    Pour ce qui est du 11/9, je racontais juste ma journée, la manière dont je l’ai vécue. Le côté absurde du truc qui ne m’a jamais quitté. Dans les 2 jours qui ont suivi, c’était très intéressant. Il y a des voix qui se sont élevées et ont cherché à comprendre pourquoi. Des personnes qui interrogeaient nos modes de vie et leur impact sur les reste de la population planétaire, sur la nécessité de repenser les relations internationnales. Pendant 2 jours, j’ai presque cru que c’était possible. Les attentats étaient un truc absurde, mais peut-être la leçon était-elle entendue, l’Histoire en marche, la naissance d’un nouveau monde où chacun comprend qu’il fait partie du tout, qu’il ne peut faire abstraction des conséquences de ses choix, de ses actes, notre totale interdépendance en tant qu’espère sur une toute petite planète.

    Et puis l’autre buse a commencé à parler : axe du mal, choc des civilisations, vous êtes avec nous ou contre nous. Les médias ont suivi. Puis le travail au corps a commencé pour rendre l’idée de la guerre totale et perpétuelle acceptable et inévitable. Pas tous ensembles, mais tous contre tous. Les voix qui questionnaient se sont tues, étouffées. Ont commencé les temps des voix qui assénaient, exhortaient, de ceux qui savent construire avec leurs mots un monde à leur image.

    La continuité dans la médiocrité humaine. Le goût des cendres. la soif du sang. Le chant des armes.
    Et nous restons avec nos questions sans réponse!

    Répondre
  40. Merome
    Merome dit :

    Bon, je commence à en connaître un rayon sur le sujet, je suis le topic HFR qui parle de ça depuis une centaine de pages (il en fait 300 ! http://forum.hardware.fr/forum2.php…)

    Loose Change, c’est pas mal pour s’introduire dans la Matrice, mais y a pas mal de manipulations dedans aussi. Méfiance. Il n’en reste pas moins qu’il y a des points plus que sombres dans cette histoire, et je vous invite à en débattre avec moi sur HFR, plus on est de fous …

    Et puis aussi, mon article sur le sujet : http://merome.net/dotclear/index.ph… (Où Etheriel nous avait déjà fait le coup des américains sur la Lune…)

    Répondre
  41. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Etheriel, t’es un con, mais tu ne le sais pas. Car la connerie, comme tout le reste, c’est un complot. C’est pas moi qui le dit, c’est la CIA. Il parait que ça n’existe pas la connerie. La preuve, ils n’en parlent pas à la télé.

    Répondre
  42. bert
    bert dit :

    C’est un peu ma faute, Agnès n’a rien évoqué du tout. Moi non plus, d’ailleurs, j’ai simplement tenté d’expliquer mon point de vue, selon lequel il n’a pas été apporté de réponse policière et juridique a ce qui reste un crime, d’abord un crime, commis par des individus, en association ou non.

    Je ne valide aucune théorie, mais je l’avoue, pas plus celle du gouvernement US, qui ment systèmatiquement depuis 5 ans, que celles de Meyssan ou d’autres. J’ai plutôt l’impression qu’on se dirige vers une sorte de "Kennedy’s affair", en clair, on en connaitra jamais la vérité sur cette affaire, les implications, les complicités, les manipulations.

    Or, des guerres, des réductions de liberté, des coups tordus sont tous les jours les conséquences de ce crime, ce qui justifierait des réponses claires aux questions posées. D’autre part, les familles des victimes, et les autres, qui voudraient que la justice passe, n’ont pas de réponses à leurs questions.

    A moi d’oser un parallèle: Ma maison est cambriolée, il y a un camp de gens du voyage qui jouxte cette maison. Deux ou trois résidents de ce camp ont déjà été impliqué dans un cambriolage. le camp est rasé, il y a trois morts dans l’opération de police, un promoteur récupère le terrain pour réaliser un programme, le maire se vante d’avoir "nettoyer" son village. Quant à moi, je ne sais toujours pas qui a cambriolé ma maison, et je n’ai rien retrouvé des affaires disparues.

    Répondre
  43. bert
    bert dit :

    Ce que le 11/09 occulte, aussi, c’est un évènement qui lui est peut être directement lié, en tout cas indirectement pour sur. L’assassinat du commandant Massoud, deux jours auparavant. Personnellement, j’ai été sérieusement attristé par la nouvelle, je considérais cet homme. Plus généralement, je me suis depuis toujours demandé à quel niveau il pouvait y avoir un lien entre les deux évènements.

    Répondre
  44. Gédéon
    Gédéon dit :

    @ bert:

    l’assassinat de massoud?

    tiens, et si c’était tout simplement comme une sorte de signal à distance, de mise à feu, comme de donner depuis l’Afghanistan un ordre non crypté, mondialement visible et donc ininterceptable par les services secrets, mais certain d’être reçu 5 sur 5 aux quatre coins du monde, pour signifier aux gars planqués aux Etats-Unis qu’ils devaient entrer en action?

    (mais attention, hein, je ne prétends pas dévoiler des plans ultra-secrets machinés dans l’ombre par les Sinistres Comploteurs (TM), je ne fais que répondre sur un ton de clavier du Commerce, histoire de discuter le coup 😉

    Répondre
  45. bert
    bert dit :

    Oui, ca pouvait paraître logique, mais: -les assassins de Massoud attendaient depuis au moins un mois l’opportunité de faire leur coup, ils avaient déjà tenté à plusieurs reprises de pénetrer dans un hélico où le commandant embarquait, par exemple… Or, les types qui ont détournés les avions aux USA n’auraient pu le faire à ces moments là, pas disponibles ou autre (voir l’enquête de la commission 9/11 US). Rien ne réclamait un coup simultané, d’un autre coté… – il a été prouvé la complicité des services secrets pakistanais dans l’introduction des assassins de Massoud en Afghanistan. Or, s’il y a un lien entre l’assassinat de Massoud et les attentats du 11/09, il y aurait alors un lien entre les services secrets pakistanais et lesdits attentats?

    Bah, tout cela m’échappe de toute façon complètement, j’ai aucune info fiable sur le sujet, je lis simplement les journaux. je comprends simplement pas l’enchaînement des évènements tels qu’expliqés dans les médias: Massoud est assassiné par des types qui tentaient leur coup depuis un mois au moins, attaques contre les USA deux jours après, désignation immédiate d’OBL comme coupable, lui même se dit innocent (seule interview de lui dans un journal pakistanais) (quel intérêt de se dire innocent? Pourquoi pas de revendications, il voulait gagner du temps?), les talibans disent vouloir collaborer (peut être eux aussi pour gagner du temps, et capturer le nord du pays après la désorganisation suite à la mort de Massoud?), la complicité d’OBL est d’abord affirmée suite à la découverte d’une K7 video (première d’une longue série…) dans une villa (quel intérêt de faire une k7, puis de l’abandonner, alors qu’on déclare n’y être pour rien par ailleurs…?), puis son implication directe affirmée et prouvée dans une réunion à huis clos de l’OTAN (seul Blair affirme être satisfait, mais l’OTAN suit)…

    je me répète, pour les crimes terroristes du 11/09, on a toujours pas la preuve de la culpabilité des auteurs désignés, ni le mobile exact (mais évidemment, plein de mobiles possibles), on a pas de procès en vue, pas de résultats d’enquêtes policières, et d’ailleurs pas d’enquête du tout. Les commissions US ayant enquétés ne font que supposer, supputer…

    Moi non plus, je veux pas tomber dans le piège "la vérité est ailleurs" mais à la lumière des mensonges de l’administration US depuis 5 ans (sur tout, absolument tout, voir l’Irak, ses ADM, ses héroines de guerre libérées des irakiens sanguinaires, ses prisons où l’on torture, ses mises en scène de liesse populaire…), j’ai du mal à faire confiance à une quelconque version officielle US.

    Je me répète, je vois venir une affaire Kennedy bis, jamais de certitude, implications multiples, zones d’ombres… Les conséquences après Kennedy n’étaient pas aussi importantes, pour autant. pas oublier les déclarations US après le 11/09, promettant une guerre secrète et tout azimut pour des décennies, et avec eux, sinon contre eux.

    Répondre
  46. wallaye
    wallaye dit :

    9/11 > la télé réalité comme vous l’aviez jamais vu !

    Ils auraient du filmer un pdg qui se tape sa secrétaire au 49eme étage, au moment du choc, ça aurait fait des sous en plus.

    Répondre
  47. Rv
    Rv dit :

    Vous oubliez juste un "détail": c’est qu’entre temps les terrorites de l’ETA auraient balance quelques roquettes sur les villes espagnoles et seraient venus se réfugier en France où le gouvernement les laisseraient en paix. Alors, oui, imaginez bien cette situation maintenant. Pensez vous que le gouvernement espagnol laisserait faire??? Voilà ce qui serait arrive "strictement". Au passage, cela montre comment le conflit devrait se regler au Proche-Orient: par une cooperation inter-gouvernementale semblable à celle qui existe entre Madrid et Pau.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *