Ce n’est pas Jean Véronis qui me contredira : il est parfois très éclairant de mettre les mots en images pour filtrer le brouhaha médiatique ambiant, bruit de fond permanent qui finit par diluer l’accès à l’information.

En surfant de blog en blog, je suis arrivée sur cette petite application en java fort sympathique qui crée un nuage de mots à partir d’un flux RSS. Évidemment, le premier réflexe du blogueur fou, c’est de scanner son propre site pour en extraire la substantifique moelle de ces derniers jours de mise en ligne… ce qui peut s’avérer fort décevant, tout en ouvrant la perspective intéressante de pointer les tics de langage à corriger prestement.

Assez rapidement, on peut s’essayer à des nuages provenant de sources plus pertinentes, comme des textes fondateurs dont on pourra visualiser les axes forts. Cette approche permet de comparer, par exemple, le préambule de la Constitution française avec celui de la Charte des droits fondamentaux européens. En visualisant la fréquence des mots en un seul coup d’œil (les plus abondants bénéficiant d’une taille de police plus conséquente), il est aisé de comprendre quelles sont les priorités sémantiques d’un texte. Ici, on voit bien que ces textes parlent de droits, l’un des peuples, l’autre de l’Union, de liberté, mais aussi que certaines notions, comme celle du droit au travail, assez présente dans le texte français, sont passées à la trappe dans le texte européen.

C’est à ce moment que l’on se dit qu’il serait pertinent de comparer quelques flux d’info pour en visualiser les principales hiérarchies et les centres d’intérêt. La même démarche peut aussi être utilisée pour analyser un même flux dans le temps. C’est ainsi que j’ai photographié 4 flux d’information à deux jours d’intervalle : Google actualités France, Le Figaro, Libération et Le Rezo. Bien sûr, ces flux sont fortement dépendants de l’actualité à l’instant "t", puisqu’un simple buzz peut fondamentalement modifier la hiérarchie de l’information en quelques minutes seulement. Le 18 août, l’information se partage entre les JO, les soldats français tués en Afghanistan et le conflit ossète. Cela dit, j’aurais dû horodater les nuages, parce qu’un simple fait divers fait basculer les priorités en quelques minutes et cette hyperréactivité n’est pas forcément une très bonne chose.

Un coup d’œil rapide départage Libération des trois autres flux : Libé parle de tout, mais de rien en particulier. Le site de Libé vu par son flux de news ressemble à une agence de presse qui crache du communiqué au kilomètre. A contrario, Google actualités dépend directement de la redondance de l’événement tel qui est repris dans ces sources et le 18, l’Afghanistan tire la couverture médiatique à elle, avec une forte prédominance de l’actualité internationale. Le Figaro se situe un peu entre les deux, alors que Rezo occupe une place un peu à part, avec une domination marquée des dossiers de fond sur le flux d’actualité, une couverture internationale moins circonstanciée et un fond socio-économique marqué.

Deux jours plus tard, le conflit ossète et l’Afghanistan sont passés en bruit de fond, pendant que l’actualité s’empare d’un fait divers bien vendeur : le crash d’un avion à Madrid et le décompte macabre qui l’accompagne. Rezo continue à marquer sa différence de portail des copains, avec une moindre prise à l’actualité brute et immédiate au profit d’un éclairage ciblé soit sur l’information qui passe à l’as dans le flux médiatique constant, soit sur le décryptage, avec une nette prédilection pour certains thèmes de société récurrents.

Wordle est donc essentiellement ce que l’utilisateur en fait : un outil graphique amusant ou un analyseur de flux d’information sommaire, mais instructif. À vous d’apprivoiser la bête avec ses nombreuses combinaisons possibles de couleurs, de polices de caractères et de disposition des mots-clés.