Articles

Vent mauvais

« Pour éviter les conflits avec les principaux groupes d’intérêt, les gouvernements peuvent, dans un premier temps, introduire des réformes à la marge du “noyau dur” du marché du travail, sans véritablement toucher aux structures institutionnelles dont bénéficient les travailleurs en place. Cela tend à renforcer la dualité du marché du travail, ce qui peut ensuite permettre de gagner progressivement le soutien de l’opinion publique à des réformes plus fondamentales des institutions et politiques du marché du travail. »


Citation de l'OCDE, dans Économistes en guerre contre les chômeurs, Le Monde Diplomatique, décembre 2006

La tentation du pire

Indignations, frustrations, colère et impuissance : un bien mauvais cocktail d'émotions nous étreint face à la grande récession sociale alimentée chaque jour un peu plus par les coups bas de nos dirigeants, à peu près partout dans le monde.

La fabrique de la pauvreté

Où il s'avère que nous avions mal compris le slogan de campagne du Princident : FAIRE travailler plus pour gagner plus

Et mon cul sur ton nez, ça te fera une paire de lunettes à rationalité économique?

Eh oui, les prolos sarkozystes devraient être un peu chafouins ces derniers temps et pourtant la grande entreprise d'équarissage en gros Sarko- Fillon n'en est qu'à son galop d'essai. Tu as fini ton pain blanc, tu commences déjà à regretter ton pain bis, voilà venue l'heure de la brioche!

De quoi Monsanto est-il le nom?

L'entreprise Monsanto, pour une multitude de raisons plutôt rationnelles, est actuellement l'une des entités modernes qui focalise le plus d'opinions négatives à son encontre.

Une offre tout ce qu'il y a de plus convenable

Il n'aura échappé à personne qu’hier fut une journée particulièrement grandiose pour tous ceux qui ont cru à la légende du princident de l'augmentation du pouvoir d'achat. Cela dit, ce soyons pas langue de pute, le ch'tiot princident n'a jamais cru bon préciser à qui il destinait réellement cette fameuse augmentation du pouvoir d'achat...

La concurrence, c'est bon pour ton poil!

Ne jamais perdre de vue que la construction européenne actuelle se fait essentiellement sur ce socle, c'est à dire sur l'idée que la concurrence libre et non faussée est le modèle grâce auquel nous allons cavaler cheveux au vent vers un avenir radieux sur fond de soleil levant.

Tout va bien!

Juste pour traduire mon état d'esprit en ce début d'année, sans me noyer dans les mots...

Le blues des bleds

Alors que la course à l'échalote des municipales est sur le point d'être lancée à couilles rabattues, petit tour dans un des ces microbleds qui font le charme des paysages de France.

Un certain ressenti du pouvoir d'achat

Il parait que les Français ont le sentiment que leur pouvoir d'achat a baissé ces derniers temps. Une question de ressenti, somme toute...

Comment nous nous sommes fait baiser!

Alors que la campagne électorale n'en finissait plus de se traîner, le gouvernement Villepin semblait n'avoir plus qu'un seul objectif : mener à bien coûte que coûte la simplification du Code du Travail.

La posture du râleur debout

Il y a des microcosmes où le retour d'ascenseur est un art qui ferait pâlir d'envie les héritiers de monsieur Otis.
Il y en a d'autres où on se renvoie le monte-charge, non pas qu'il y a quoi que ce soit à y gagner, mais juste parce qu'on en a envie, parce qu'on veut partager une petite joie discrète et flamboyante.

Le crépuscule des baltringues

Ils sont beaux, ils sont beaux, mes socialos! Pour un d'acheté, quatre offerts... jusqu'à liquidation du stock!

Message in a bottle...

Quand j'étais gosse, comme beaucoup de gosses, d'ailleurs, j'aimais les lancés de ballons rouges avec des cartes postales attachées dessous. J'aimais l'idée d'envoyer un message à un autre gamin du bout du monde, à tisser un lien fragile entre les peuples, même si, en vérité, mes mots ont surtout dû ensemencer le champ du voisin.

Résurgence des vieux démons

J'étais gosse quand j'ai découvert la réalité de la Shoah. C'est quelque chose qui m'a marqué au-delà de toute expression, qui a probablement guidé nombre de mes choix et a conditionné en partie mon regard sur le monde.
Deux choses en sont sorties immédiatement : l'incompréhension totale (comment mes semblables ont-ils pu commettre cela?) et le soulagement (heureusement, c'était il y a longtemps, ces horreurs sont révolues!).