Articles

,

La lutte contre les inégalités expliquée à ma fille

J'en ai marre : à la fin du sport, c'est toujours moi qui passe la raclette dans les douches. La quoi ? Quand on est parent, on n'est pas toujours très vif sur les mots-clés sur lesquels on doit s'attarder. Je visualise vaguement…
,

Bon débarras!

Franchement, l'année 2014 était médiocre pour la plupart d'entre nous. En dehors de la poignée de profiteurs pour lesquels le pillage des biens communs s'est traduit par un enrichissement personnel totalement indécent, pour la grande…

Déshabiller tout le monde pour n'habiller personne

Si le Gers est le pays du Bonheur dans le pré, alors le Garros, c'est le tas de compost qu'on planque derrière la haie. Le Garros. Déjà, il y a 30 ans, c'était le quartier à réhabiliter et à désenclaver. Un peu comme le Mirail…

Histoires d'eau

En ce moment, de simples citoyens peuvent être mutilés par les forces de l'ordre, juste parce qu'ils s'opposent à une certaine forme de désordre. Ils peuvent même en mourir. C'est vrai que c'est un peu dérangeant dans une démocratie…

Cris de poussins dans la volière aux rapaces

Horreur, malheur et putréfaction : voilà qu'un groupuscule de vils députés rouges du sang des honnêtes laborieux a tenté de passer en loucedé un amendement perfide pour empêcher de s'auto-exploiter en rond ! Aussitôt c'est le…

Un intouchable à Pôle Emploi

Comme dirait Coluche, c'est l'histoire d'un mec. Une histoire parmi beaucoup d'autres, mais qui finit tout de même par retenir l'attention. C'est l'histoire d'un mec, donc, qui se retrouve englué dans la violente banalité de la machine à écraser les gens.

La mort du socialisme

Parfois, au cœur de la nuit, je me dis que tout cela n'est qu'une vaste fumisterie, que nous sommes tous morts, si nous avons jamais été vivants, et que c'est exactement ça l'enfer : un endroit de merde où tout marche sur la tête.

Schiste happens

Les plus confiants d’entre nous en étaient restés à l’idée rassurante et confortable que le nouveau président en exercice avait interdit pour toute la durée de son quinquennat l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique, ce qui nous laisserait largement le temps de voir si ce nouvel eldorado énergétique tenait vraiment toutes ses promesses dans les autres coins du monde où il tourne à plein régime.

Le grand soir

Cela fait tellement de temps qu'on en a marre de tout ça, que je ne me souviens plus d'avant.
Et pourtant, j'ai toujours cette impression persistante de chute interminable et de fuite en avant.
Et pourtant, malgré toutes ces frustrations, ces colères et ces belles envolées lyriques, plus ça va mal et plus on ne fait rien.

La crise délibérée

Pendant que les forces de la contestation sociale pansent leurs plaies dans leurs quartiers d'été, celles de l'argent ne relâchent pas leurs efforts pour nous enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde.

D'un dimanche à l'autre

Je n'aime pas la frénésie et la confusion, la première étant souvent mère de la seconde. Or, c'est à cela que nous avons eu le droit : une non-campagne frénétique qui avait pour but de semer la confusion.

Ruptures d'anévrisme

Le capitalisme prospère sur le mythe de la classe moyenne : faire croire à un prolo qu’en bossant toute sa vie pour acquérir son clapier, il a les mêmes intérêts de classe qu’un rentier.

Electorama

Quand j'étais petite, les élections, c'était super simple et c'est ma grand-mère qui en parlait le mieux : Tu vois, il y a les riches et nous. Pour les gens comme nous, il y a le Parti Socialiste.

Mes plus sincères salutations

C'est l'été en Maurienne et je dois avoir 14 ans. Les journées sont longues, lumineuses, remplies de nos jeux et de nos cris. On est une bande de potes. On est les terreurs de la montagne.

L'impasse

Ce n'est pas comme si nous n'avions pas été patients. Ce n'est pas comme si nous n'avions pas participé massivement (bien que souvent à notre corps défendant !) au grand effort collectif (pour une fois !) de modernisation du monde. Ce n'est pas comme si nous n'avions pas aussi porté en nous ce grand espoir de lendemains qui chantent.
Mais tout de même, au bout de plus de 30 ans d'efforts, de sacrifices (toujours décidé par les uns et supportés par d'autres, mais toujours les mêmes autres), de régressions sociales massives, alors même que l'on nous contraint à toujours plus de serrage de ceinture, il est peut-être temps d'arrêter de jouer les gros naïfs confiants et de demander à nos apôtres du bonheur libéral si, au bout du compte, ils ne se seraient pas un peu payé la fiole de 99 % de l'humanité.