Fermer la télé et ouvrir les yeux

Ce jour-là, Papi déboule entre consternation et incrédulité, en agitant Le Monde du jour comme un étendard.



Un monde à changer

  • C’est n’importe quoi ! Cet article raconte n’importe quoi. Et je sais ce que je dis, je me suis occupé de ce dossier à l’époque où je bossais à l’urbanisme !

Papi est à la retraite depuis bien plus d’années que je ne pourrai espérer en valider pour ma retraite fantôme. Même si sa jeunesse a été marquée par la guerre, sa vie d’adulte a largement rattrapé le coup et il fait partie de cette génération de fonctionnaires qui ont eu le droit au meilleur des trente glorieuses et qu’une retraite plus confortable que le meilleur des salaires que je pourrais espérer de toute ma vie a protégé des affres de la précarité, du chômage et de la crise qui sont le lot quotidien et le seul avenir de tous ceux qui sont nés depuis le choc pétrolier de 1974. Ce retrait de la vie active ne l’empêche nullement de s’intéresser au reste du monde, aussi consomme-t-il quotidiennement plusieurs grands titres de la PQN et les grandes messes télévisées biquotidiennes. Autant dire qu’il se construit en permanence un avis éclairé sur tout et qu’il nous l’assène volontiers du haut de son piédestal d’expérience, de compétence et de clairvoyance.

Quand on en vient à parler politique ou économie, il balaie régulièrement nos arguments de jeunes (et pourtant, on est de moins en moins jeunes, justement) gauchistes idéalistes immatures par des références bien senties au texte d’untel dans Le Nouvel Obs ou à l’intervention quelconque d’un éditocrate au débat télévisé de la veille. Les médias sont le cordon ombilical qui le relie au monde et le rendent infaillible et omniscient. Parce que les médias ont toujours raison, sont les témoins du monde et le siège de toutes les expertises.
Enfin, jusqu’à ce fameux article, relatant le développement historique d’un quartier de la métropole où il œuvrait de son temps.

  • En fait, c’est machin qui lancé le projet et c’était pour faire telle action, financée de telle manière et pas du tout ce que raconte… c’est qui, celui qui a écrit ça ?

Papi est fumasse. Il veut écrire un rectificatif au journal. Il veut même contacter un ancien collègue qui doit couler, lui aussi, une retraite heureuse et sans autres soucis que les vieux jours qui passent et la santé qui se débine lentement.

  • C’est marrant, Papi, quand ça tombe sur votre domaine d’expertise, vous voyez à quel point la presse est faite d’approximations, de semi-vérité, d’erreurs et de préjugés idéologiques. Alors que l’autre jour, quand j’ai critiqué un papier qui racontait absolument n’importe quoi sur mon propre domaine d’expertise, vous aviez clairement dit que c’est moi qui avait tort, que je comprenais mal et que je n’avais pas le même niveau que les gens qui avaient le droit d’écrire dans un journal de référence.
  • Oui, mais bon, là, c’est flagrant. C’est ce journaliste qui est incompétent.
  • Non, il est juste journaliste : il doit torcher vite fait son papier sur un sujet dont il ne peut être spécialiste. Produire vite pour rentabiliser, ne pas perdre de temps à vérifier et encore moins à démentir. Juste cracher de la copie, faire du chiffre : le problème de la presse, c’est qu’elle n’a peut-être plus les mêmes objectifs qu’avant. Ni les mêmes ambitions.

Papi laissera tomber le rectificatif. Et cet éclair d’esprit critique ne se renouvellera plus. De manière assez incompréhensible pour quelqu’un qui s’estime cultivé et averti, il considérera le ratage de cet article comme un épiphénomène et non comme le début d’une remise en question de la validité de l’information qui lui est servie chaque jour. Nourri par les médias de masse dont les discours et les choix éditoriaux sont chaque jour plus convergents, il continue à leur faire une confiance aveugle et à ne jamais s’interroger sur la manière dont l’information qu’il consomme chaque jour est produite, avec quels moyens et quels objectifs. Comme beaucoup de monde. Comme la plupart des gens.

Et encore, Papi lit aussi la presse. Mais combien de nos concitoyens se contentent de la fenêtre qui leur est complaisamment ouverte par la télévision, cette drôle de boîte qui débite sans cesse des bruits et des images, un brouhaha de fond, un flux médiatique que l’on écoute à peine et qu’on éteint de moins en moins?
Comme Papi, la plupart d’entre eux ont déjà pu expérimenter l’étrange dissonance qu’il peut y avoir entre le monde tel qu’il est montré à la télé et celui dans lequel ils vivent au quotidien. Et pourtant, la plupart du temps, ils choisissent plutôt de nier ce qu’ils voient à leur porte, dans leur entreprise, dans leur famille, chez leurs amis, plutôt que de renoncer en leur foi aveugle dans la télé-vérité.

À tel point que la télévision est devenue autoprédictive.
Il suffit qu’elle annonce que les gens agissent de telle sorte pour que les spectateurs se sentent obligés de s’y plier, par esprit de conformisme, par goût de la mode, pour ne pas être des mensonges vivants. La télévision déroule sans fin sa vision du monde, de la société, de la vie et cela devient une vérité indépassable, quelque chose de l’ordre de l’inconscient collectif des foules, quelque chose de si profondément ancré dans la substance même des spectateurs que de remettre en question les dogmes assénés par les acteurs du grand théâtre médiatique reviendrait, quelque part, à déposséder les spectateurs de leur identité profonde, de leurs motivations, de leurs fois, de leur raison de vivre, quelque chose de l’ordre de l’amputation obscène.

Dès les premiers moments de la contestation contre les retraites, les médias n’ont cessé de rabâcher deux choses :

  1. que la réforme était obligatoire, nécessaire et indépassable et que tout le monde le savait!
  2. que le mouvement de protestation était faible, qu’il ne gênait personne et qu’il était déjà en déclin.

Quelles qu’aient été nos démonstrations chiffrées ou nos explications patientes et argumentées, la croyance populaire en un problème des retraites et en l’absolue nécessité d’une réforme n’a jamais été battue en brèche. Jusque dans les rangs des manifestants, au cœur même des appareils syndicaux, des opposants, la majorité des gens étaient intimement convaincus que même si cette réforme était une injustice flagrante, une félonie et un détournement de l’argent du peuple, il fallait tout de même une réforme, juste une autre réforme. Mais le principe même de la construction patiente et volontaire d’un problème des retraites pouvant, ensuite, justifier la liquidation partielle (puis totale) du système, ce principe-là, n’a pratiquement jamais été remis en cause.

Pourtant, au même moment, grève après grève, manifestations après manifestation, chacun pouvait constater de lui-même l’ampleur de la contestation, la détermination des manifestants, les effets tangibles du blocus pétrolier. Il suffisait de sortir, d’aller à son travail, d’aller battre le pavé, de vouloir même juste se balader pour voir à quel point la réalité de la rue, de la vie quotidienne était différente de ce qu’annonçaient les médias. Mais non. Comme par un étrange processus hypnotique, les gens rentraient chez eux le soir et découvraient ce que leurs sens auraient dû percevoir pendant la journée et, tout simplement, faisaient leur cette réalité sur petit écran.

Chaque journée de mobilisation a amené encore plus de gens dans les rues et pourtant, chaque soir, le peuple s’est entendu dire que la contestation stagnait, marquait le pas ou refluait. Jusqu’au point où ils ont renoncé à exprimer leur colère, où ils ont décidé de rester à la maison. Car il y avait beaucoup d’absents, dans les rues, la dernière fois. Beaucoup de renonciations. Parce qu’on leur a dit que c’était fini, que c’était plié, bien des gens que j’avais croisés avant, qui avaient posé leur préavis de grève, qui s’apprêtaient à venir, une fois de plus, faire entendre leur voix, beaucoup de ces gens que j’attendais ont juste laissé tomber. Comme ça. Un peu au dernier moment. Parce que cela faisait déjà quelques jours que la télévision susurrait en boucle qu’il n’y aurait personne, que c’était fini, qu’on avait perdu.

Alors, ils ont réalisé la prédiction médiatique et ils sont restés chez eux.

Ils n’ont donc pas vu les piquets de grève un peu partout, tout le temps, les blocages en pleine nuit, les assemblées générales citoyennes en plein air, les panneaux des autres, la combativité de tous, les caisses de grève, les soupes partagées, les casse-croûte improvisés. Ils n’ont rien vu, parce qu’on ne leur a rien montré. Comme si cette réalité-là n’existait pas. Pas plus que les commentaires étrangers, les messages de soutien, les grèves solidaires ailleurs, en Europe. Et même alors, ils n’ont pas cru ce qu’ils voyaient.

Ils pourraient aussi bien s’arracher les yeux, pour ce qu’ils leur servent, et se greffer des écrans à la place.
Ils pourraient aussi bien s’arracher les oreilles, puisqu’ils n’entendent plus les conversations avec leurs semblables, seulement les discours, seulement la propagande.
Ils pourraient aussi bien se couper la langue, parce qu’elle n’a plus rien à dire que les médias n’ont pas déjà raconté et mis en musique.

Powered by ScribeFire.

91 réponses
  1. mike hammer papatam andropov
    mike hammer papatam andropov dit :

    Je crois que j’ai loupé mon atterrissage dans les commentaires de ton billet.
    Alors je me répète, merveilleux et très juste billet.
    Très juste critique de ce que l’on doit subir, et de ce que l’on s’entend systématiquement marteler par les médias dominants dès que l’on a la "faiblesse" d’allumer rien qu’un peu le robinet.
    Entre deux pubs te démontrant la seule marche à suivre, la voix de l’unique pensée, celle qui s’adapte au marché, et qui dirait-on même roule toute seule, huilée qu’elle semble être par l’amplificateur médiatique.
    Fait pour, glisser dans les rails du renoncement à être, croire, espérer, vivre et se battre.
    Quand on y pense, c’est terrifiant, mais pourtant c’est bien là.
    Merci à toi d’être là, aussi.

    Répondre
  2. Laqué Or
    Laqué Or dit :

    Personnellement, ça fait un certain temps que la télévision est passée de source d’information à sorte d’étrange objet (sujet à observations, étonnements, et parfois rires).

    Bien que la télévision ne soit pas une source d’informations (fiables, sérieuses, etc.), je crois que c’est bien d’essayer de se tenir au courant de cette sorte de rumeur officielle. Parce qu’il faut savoir ce qui se dit (dans votre dos, à votre insu), tout en essayant de ne pas se laisser influencer (comme pour n’importe quelle rumeur).

    À force, on finit par comprendre comment ça marche… un peu toujours les mêmes mécanismes, les mêmes clichés, etc. D’ailleurs ça me fait penser à un "wiki" (plutôt anglophone) qui justement répertorie ce genre de chose : http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.p

    À part quelques exceptions, la télévision, c’est une sorte de rumeur organisée pour que ça soit un spectacle. Ça peut être divertissant, mais je crois qu’il ne faut pas en demander plus…

    Répondre
  3. Patrick
    Patrick dit :

    On se demande bien ce qui les empêchera de faire descendre les enfants à la mine dès l’âge de 8 ans ?… pas la télé, c’est certain. Pas non plus les ouvriers zélés de la fabrique à consentement.( "il me semble que les médias ont généralement essayé de présenter les points de vue des uns et des autres, non ? " bah non, sinon on n’en serait pas à lire pour la pénultième fois ces navrantes lignes sur la "nécessaire" réforme sous la plume d’une… journaleuse.)

    Répondre
  4. Patrick
    Patrick dit :

    On se demande bien ce qui les empêchera de faire descendre les enfants à la mine dès l’âge de 8 ans ?… pas la télé, c’est certain. Pas non plus les ouvriers zélés de la fabrique à consentement.( "il me semble que les médias ont généralement essayé de présenter les points de vue des uns et des autres, non ? " bah non, sinon on n’en serait pas à lire pour la pénultième fois ces navrantes lignes sur la "nécessaire" réforme sous la plume d’une… journaleuse.)

    Répondre
  5. anne
    anne dit :

    En tant que journaleuse, il faut bien que je défende un peu l’attaque en règle dirigée contre cette belle profession, qui a quand même quelques qualités quand elle révèle des scandales et qu’on essaie de la museler au plus haut de l’Etat. Je suis d’accord sur le fond pour les remarques sur la grand-messe télévisée (moi je fais de la radio, héhéhé) et étant basée à l’étranger, je m’insurge régulièrement contre ce que j’entends sur les grandes ondes de ma radio française préférée, France Inter (la seule que je capte sur ma petite radio).
    Vu d’Allemagne pourtant, je n’ai pas eu l’impression que les médias minimisaient totalement la mobilisation, j’ai même senti une certaine admiration sur l’endurance du mouvement, comparé à d’autres mobilisations. On peut se disputer sur les chiffres présentés par les syndicats et par la police, et la tentative de certains médias d’établir leurs propres chiffres. Mais quand on essaie d’avoir une vue d’ensemble (et non depuis la manifestation locale où tu as usé vaillamment tes semelles) il me semble que les médias ont généralement essayé de présenter les points de vue des uns et des autres, non? Et cela inclut de laisser la parole à ceux qu’une réforme ne choque pas outre-mesure.

    Concernant d’ailleurs la "nécessité" d’une réforme des retraites, je crois qu’elle est reconnue par une majorité sauf par ceux peut-être qui n’ont pas de souci à se faire personnellement… la vraie question est plutôt à mon sens "quelle réforme?"

    Je conclurai mon commentaire par une info reparue ces derniers jours en Allemagne (où la retraite à 67 ans est passée comme une lettre à la poste!): deux instituts économiques de renom (et ils sont écoutés ici) ont préconisé l’élévation de l’âge de la retraite à 70 ans pour compenser le vieillissement de la population! Pas sûr que les Allemands descendent dans la rue pour protester…

    Répondre
  6. anne
    anne dit :

    En tant que journaleuse, il faut bien que je défende un peu l’attaque en règle dirigée contre cette belle profession, qui a quand même quelques qualités quand elle révèle des scandales et qu’on essaie de la museler au plus haut de l’Etat. Je suis d’accord sur le fond pour les remarques sur la grand-messe télévisée (moi je fais de la radio, héhéhé) et étant basée à l’étranger, je m’insurge régulièrement contre ce que j’entends sur les grandes ondes de ma radio française préférée, France Inter (la seule que je capte sur ma petite radio).
    Vu d’Allemagne pourtant, je n’ai pas eu l’impression que les médias minimisaient totalement la mobilisation, j’ai même senti une certaine admiration sur l’endurance du mouvement, comparé à d’autres mobilisations. On peut se disputer sur les chiffres présentés par les syndicats et par la police, et la tentative de certains médias d’établir leurs propres chiffres. Mais quand on essaie d’avoir une vue d’ensemble (et non depuis la manifestation locale où tu as usé vaillamment tes semelles) il me semble que les médias ont généralement essayé de présenter les points de vue des uns et des autres, non? Et cela inclut de laisser la parole à ceux qu’une réforme ne choque pas outre-mesure.

    Concernant d’ailleurs la "nécessité" d’une réforme des retraites, je crois qu’elle est reconnue par une majorité sauf par ceux peut-être qui n’ont pas de souci à se faire personnellement… la vraie question est plutôt à mon sens "quelle réforme?"

    Je conclurai mon commentaire par une info reparue ces derniers jours en Allemagne (où la retraite à 67 ans est passée comme une lettre à la poste!): deux instituts économiques de renom (et ils sont écoutés ici) ont préconisé l’élévation de l’âge de la retraite à 70 ans pour compenser le vieillissement de la population! Pas sûr que les Allemands descendent dans la rue pour protester…

    Répondre
  7. smolski
    smolski dit :

    Pour ce qui est de l’utilisation des medias :
    "Pour comprendre les medias" de Marshall Mac Luhan

    Mac Luhan indique que l’usage de tel ou tel media implique une modification de la perception du message.
    Un message direct, de personne à personne est complet. Le visage, les gestes, tout contribue à orienter le message dans la totalité de notre perception.
    Un message par le media du cinema est un message chaud. Notre vision sur le grand écran voyage d’une partie à l’autre, nous participons au bâti de ce message.
    Un message par la télé, est un message froid. Nous n’avons pas d’échappatoire pour le recréer par nous-même, nous l’avalons tel et nous l’oublions dès le message suivant.

    Ceci est très raccourci evidemment, à chacun d’y réfléchir et se documenter par lui-même hein !

    TOUS ENSEMBLE, TOUS !

    Amitié, Jojo

    Répondre
  8. smolski
    smolski dit :

    Pour ce qui est de l’utilisation des medias :
    "Pour comprendre les medias" de Marshall Mac Luhan

    Mac Luhan indique que l’usage de tel ou tel media implique une modification de la perception du message.
    Un message direct, de personne à personne est complet. Le visage, les gestes, tout contribue à orienter le message dans la totalité de notre perception.
    Un message par le media du cinema est un message chaud. Notre vision sur le grand écran voyage d’une partie à l’autre, nous participons au bâti de ce message.
    Un message par la télé, est un message froid. Nous n’avons pas d’échappatoire pour le recréer par nous-même, nous l’avalons tel et nous l’oublions dès le message suivant.

    Ceci est très raccourci evidemment, à chacun d’y réfléchir et se documenter par lui-même hein !

    TOUS ENSEMBLE, TOUS !

    Amitié, Jojo

    Répondre
  9. Laqué Or
    Laqué Or dit :

    @ anne : «la "nécessité" (…), je crois qu’elle est reconnue par une majorité»

    Voilà, c’est exactement pour ça que je crois que "rumeur (officielle)" est le mot approprié pour parler de la télévision. Parce que c’est presque toujours comme ça, c’est souvent des on-dit, etc. Au lieu de dire que c’est Untel qui a dit ça… Et, comme la rumeur, c’est rarement précis (il n’y a pas d’informations).

    Répondre
  10. Laqué Or
    Laqué Or dit :

    @ anne : «la "nécessité" (…), je crois qu’elle est reconnue par une majorité»

    Voilà, c’est exactement pour ça que je crois que "rumeur (officielle)" est le mot approprié pour parler de la télévision. Parce que c’est presque toujours comme ça, c’est souvent des on-dit, etc. Au lieu de dire que c’est Untel qui a dit ça… Et, comme la rumeur, c’est rarement précis (il n’y a pas d’informations).

    Répondre
  11. fao
    fao dit :

    "Arbeiten bis ins Grab !"

    Travailler jusqu’à la tombe. Ils ne sont pas non plus complètement abrutis les teutons, ils en ont un peu aussi là dedans, la cervelle.

    C’est pour ça aussi qu’ils sont bien plus syndiqués, viel mehr Gewerkschaft als Frankreich.

    Pour une journaliste, vous devriez un peu vous décentrer du Hauptrichtung.

    Répondre
  12. fao
    fao dit :

    Sinon pour trouver du boulot, l’Allemagne est un bon plan, pour peu qu’on ait des notions du langage.

    Enfin moi, j’en avais aucunes, mais j’y suis pourtant. Pour le langage ça s’améliore, je saisis les subtilités maintenant.

    Répondre
  13. José Paldir
    José Paldir dit :

    @ Anne
    Très intéressant de la part d’une journaliste. Vous justifiez sans le vouloir la" prédiction médiatique" d’Agnès Maillard en confirmant par vos propos les reproches faits à votre profession : conformisme, prêt-à-penser, fabrique de l’opinion, désinformation…
    1°)
    Vous dites : "les médias ont généralement essayé de présenter les points de vue des uns et des autres"
    Non, les médias DOMINANTS (et non pas les médias tout court comme vous l’énoncez angéliquement) ont été systématiquement partiaux. Ils y sont obligés puisqu’ils sont dépendants financièrement du pouvoir qui impose sa réforme ou parce que leurs journalistes sont nommés plus ou moins directement par ledit pouvoir, y compris dans les rédactions des médias de l’audiovisuel public. Pour que, " vous n’ayez pas l’impression que les médias minimisaient totalement la mobilisation", je vous invite à lire tout ceci (et non à le survoler) http://www.acrimed.org/rubrique483….

    2°) Vous dites : "la "nécessité" d’une réforme des retraites, je crois qu’elle est reconnue par une majorité sauf par ceux peut-être qui n’ont pas de souci à se faire personnellement… "
    Procès d’intention en bonne et due forme. A qui vous en prenez-vous, clairement ? Vous vous gardez bien de le dire. Où sont vos chiffres ? Vos enquêtes ? Vos sources, vos références ? Vous êtes journaliste, non ? Et si vous parliez des rentiers, des multinationales, des boursicoteurs avides de dividendes, des députés qui bénéficient d’un régime de retraite éhonté ? En voilà, qui n’ont pas de souci à se faire pour leur retraite… Tiens, ils ne sont pas contre la réforme…. Tiens, comme par hasard, ce sont les députés qui votent les lois sur la retraite…

    3°)Vous dites : "deux instituts économiques de renom ". Lesquels ? Mystère.

    Conclusion : vous usez d’arguments d’autorité ("instituts de renom") sans citer vos sources, vous avez des "impressions", vous "croyez que", "il vous semble que". Tout cela ne fait pas sérieux journalistiquement parlant…
    Personnellement, je préfère les faits et les chiffres.
    Je vous suggère de lire attentivement par exemple cet argumentaire nourri de références http://islamogauchiste.blogspot.com… et notamment le point n°6 qui rappelle que la part des richesses captées par les dividendes au détriment des salaires, donc des cotisations sociales, depuis, 30 ans, atteint des sommes colossales et est la cause principale des fameux déficits. Vous pourrez aller plus loin dans ces analyses en consultant des articles d’économistes comme Frédéric Lordon, que, bien entendu, les médias dominants n’invitent jamais.

    Répondre
  14. fao
    fao dit :

    De toutes façons, à moins d’un grand changement, je crois qu’il me faudra beaucoup de temps avant que je ne revienne bosser en France, tellement il s’y passe des choses tellement pourries, à un point tel que même le capitalisme le plus exacerbé ne l’aurait même pas imaginé.

    Sur ce point de négativité, une forme de génie français à des années d’avance. Ca ne m’intéresse pas.

    Répondre
  15. fao
    fao dit :

    De toutes façons, à moins d’un grand changement, je crois qu’il me faudra beaucoup de temps avant que je ne revienne bosser en France, tellement il s’y passe des choses tellement pourries, à un point tel que même le capitalisme le plus exacerbé ne l’aurait même pas imaginé.

    Sur ce point de négativité, une forme de génie français à des années d’avance. Ca ne m’intéresse pas.

    Répondre
  16. fao
    fao dit :

    C’est énorme :

    "Concernant d’ailleurs la "nécessité" d’une réforme des retraites, je crois qu’elle est reconnue par une majorité sauf par ceux peut-être qui n’ont pas de souci à se faire personnellement… "

    Sauf que ceux qui ne s’en soucient prétendument pas, font tout pour protéger la leur. Il y a une tentative de renversement des logiques consternant et de constat des rambardes significatif de la position des journalistes, qui doivent être annoncés comme avant garde du pouvoir, malgré toutes leurs niaiseries.

    Répondre
  17. Julien
    Julien dit :

    Je m’etais deja fait la reflexion sur l’aspect "quand c’est mon domaine de competence, les journaux TV font montre d’une rare incompetence" il y a une dizaine d’annee. "Arret sur image" a termine de me convaincre qu’il etait urgent de ne pas les regarder (son + image : le cerveau n’a plus le sens critique actif, trop a traiter deja). TF1 vendait bien du "temps de disponibilite de cerveau" apres tout. Pendant que j’y etais, j’ai completement arrete la tele aussi.

    Ca fait 10 ans que je ne regarde plus que des films sur projecteur. Ca me libere des dizaines d’heures par semaine qui sont consacrees a la lecture, aux voyages, a monter des societes, etc. C’est fou le temps qu’on gagne en arretant la boite a image !

    Je vous le conseille vivement meme si je regrette un peu ARTE parfois.

    Répondre
  18. Julien
    Julien dit :

    Je m’etais deja fait la reflexion sur l’aspect "quand c’est mon domaine de competence, les journaux TV font montre d’une rare incompetence" il y a une dizaine d’annee. "Arret sur image" a termine de me convaincre qu’il etait urgent de ne pas les regarder (son + image : le cerveau n’a plus le sens critique actif, trop a traiter deja). TF1 vendait bien du "temps de disponibilite de cerveau" apres tout. Pendant que j’y etais, j’ai completement arrete la tele aussi.

    Ca fait 10 ans que je ne regarde plus que des films sur projecteur. Ca me libere des dizaines d’heures par semaine qui sont consacrees a la lecture, aux voyages, a monter des societes, etc. C’est fou le temps qu’on gagne en arretant la boite a image !

    Je vous le conseille vivement meme si je regrette un peu ARTE parfois.

    Répondre
  19. babelouest
    babelouest dit :

    Bienvenue à ceux qui ont vraiment arrêté de regarder la télé !

    Bizarrement, je suis à la retraite, enfin, et je suis si occupé que d’ailleurs, je ne vois pas quand j’aurais le temps de l’allumer. En revanche, dès 4 ou 5h du matin, je suis déjà sur Internet à traquer les infos ou les opinions à faire partager aux lecteurs du site auquel je participe.

    Répondre
  20. babelouest
    babelouest dit :

    Bienvenue à ceux qui ont vraiment arrêté de regarder la télé !

    Bizarrement, je suis à la retraite, enfin, et je suis si occupé que d’ailleurs, je ne vois pas quand j’aurais le temps de l’allumer. En revanche, dès 4 ou 5h du matin, je suis déjà sur Internet à traquer les infos ou les opinions à faire partager aux lecteurs du site auquel je participe.

    Répondre
  21. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Assez vrai, Nicolas, tout comme on nous conditionne à penser que voter pour DSK serait une sanction de la politique sarkozyenne, alors que nous serions dans la continuité absolue des bonnes manières déférentes envers la caste qui possède!

    Répondre
  22. Nicolas W
    Nicolas W dit :

    Magnifique texte, comme d’habitude, Agnès.

    Ce principe de l’auto-réalisation de la vérité des médias dominants, c’est précisément celui qui permit au dernier président de la 5ième république de se faire élire.

    Répondre
  23. Nicolas W
    Nicolas W dit :

    Magnifique texte, comme d’habitude, Agnès.

    Ce principe de l’auto-réalisation de la vérité des médias dominants, c’est précisément celui qui permit au dernier président de la 5ième république de se faire élire.

    Répondre
  24. laurent
    laurent dit :

    C’est évident tout cela. La presse est dirigée par les plus grosses fortunes du pays, ces mêmes fortunes qui ont fait élire Sarko, et qui vont se remplir les fouilles avec l’argent que nous allons leur confier pour gérer nos fonds de pension vu qu’il n’y aura plus de retraite, ni de répartition, ni de solidarité…

    PS1:Quand j’étais petit les manifs faisaient péter le préfecture ou l’hôtel des împots… Aujourd’hui dans les manifs l’ambiance est bon enfant, c’est la sortie du Week-end…
    PS2: Quand j’étais petit et que mon père faisait grève on mangeait beaucoup de pomme de terre mais la grève ne prenait fin qu’avec une victoire…

    Répondre
  25. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pourquoi crois-tu que Sarko et ses potes voulaient une France de propriétaires?

    Pour avoir une population endettée jusqu’à la glotte. Parce qu’un mec poursuivi par les banquiers, c’est déjà régime patates tous les jours, aucune marge de manœuvre, juste toujours trimer plus, en fermant toujours plus ta gueule, juste pour ne pas perdre le peu que tu crois avoir, mais qui, en fait, appartient depuis le début à ton banquier.

    Voilà comment ils nous tiennent : des dettes, des abonnements, de l’argent qui file entre les doigts tous les mois et après lequel on est condamnés à courir sans relâche.

    Et à ça, il va falloir ajouter des nouveaux placements, pour la santé et les vieux jours, courir encore plus après le pognon, se soumettre encore mieux aux forces de l’argent!

    Répondre
  26. laurent
    laurent dit :

    @ Agnès

    Justement tu n’es pas condamnée.
    Ceux qui sont condamnés se condamnent tout seul. Ils ne sont pas les victimes d’un système mais victime d’eux-mêmes. Pourquoi faire des crèdits conso chez Carrouf’ pour acheter la dernière TV écran géant plat alors que l’ancienne qui n’est peut-être pas finie de payée et qui date de la dernière coupe du monde n’est pas fichue. Mais mieux au lieu de la vendre ou la donner, elle part à la casse…

    Si on veut consommer plus et toujours plus et dans le seul objectif de consommer alors l’argent est indispensable et tu es esclave du système et tu boufferas des patates surgelées en dix fois sans frais de chez Discount, que tu paieras avec ta carte de fidélité à 18.5% TEG.

    Maintenant tout le monde a le choix, d’une vie autre. De cultiver son jardin par exemple ne rend pas plus riche mais te fais bouffer des patates saines et sans crédit. N’être soumis à aucune publicité Papier, TV, Radio et Internet te fait gagner 20% de ton budget dépenses même si tu crois être au-dessus de la pub…

    Après tu gagnes en liberté et tu sais que tu peux faire grève tu boufferas quand même…

    Répondre
  27. laurent
    laurent dit :

    @ Agnès

    Justement tu n’es pas condamnée.
    Ceux qui sont condamnés se condamnent tout seul. Ils ne sont pas les victimes d’un système mais victime d’eux-mêmes. Pourquoi faire des crèdits conso chez Carrouf’ pour acheter la dernière TV écran géant plat alors que l’ancienne qui n’est peut-être pas finie de payée et qui date de la dernière coupe du monde n’est pas fichue. Mais mieux au lieu de la vendre ou la donner, elle part à la casse…

    Si on veut consommer plus et toujours plus et dans le seul objectif de consommer alors l’argent est indispensable et tu es esclave du système et tu boufferas des patates surgelées en dix fois sans frais de chez Discount, que tu paieras avec ta carte de fidélité à 18.5% TEG.

    Maintenant tout le monde a le choix, d’une vie autre. De cultiver son jardin par exemple ne rend pas plus riche mais te fais bouffer des patates saines et sans crédit. N’être soumis à aucune publicité Papier, TV, Radio et Internet te fait gagner 20% de ton budget dépenses même si tu crois être au-dessus de la pub…

    Après tu gagnes en liberté et tu sais que tu peux faire grève tu boufferas quand même…

    Répondre
  28. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Tu oublies la manipulation des masses. À moment donné, tous mes potes, qui sont loin d’être des abrutis, se sont mis à m’expliquer que louer, c’était foutre l’argent par les fenêtres et qu’acheter, c’est investir dans l’avenir. Il y avait même tout un discours sur le thème : si tu n’as pas de quoi payer ton loyer, achète! Des bicoques chaudes l’été et froides l’hiver, conçues pour durer le temps de la garantie décennale, le tout pour 150 000€, au moins! D’un seul coup, tout le monde est devenu millionnaire! 200 000€? Une putain de bonne affaire, en poussant le crédit au taquet sur 35 ans.

    Début des années 2000, les gens comme moi, qui prédisaient un crash immobilier et une crise de l’endettement passaient juste des abrutis finis. Quand tu expliquais que même les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, on te faisait juste remarquer que tu étais mauvaise en affaires. C’est pour cela que je parle de l’inconscient collectif télévisuel, le plus petit dénominateur commun, le moment où la même idée (proprio : but de ta vie!) est rabâchée en boucle jusqu’à ce que tout le monde la considère comme une évidence et la fasse sienne. Tout le temps, le programme immobilier : pub, journaux, divertissement. Faire perdre le sens des valeurs.

    Je ne considère pas que les gens soumis à la perfection de cet endoctrinement sociologique aient "choisi" leur esclavage. J’ai suffisamment fait de psychologie sociale pour connaître la puissance des représentations socialement construites pour induire certains comportements à l’insu de ceux qui les suivent. Nous vivons dans une société globale de la propagande. Tout le temps, à tous les niveaux. Et les résistants du cerveau disponibles sont fort peu nombreux, le plus souvent accidentels, et jamais à l’abri d’une rechute.

    Répondre
  29. marxime
    marxime dit :

    bonjour à tous,
    j’ai participé à toutes les manifs sauf…la dernière!! non par suivisme envers les média, mais parce que je considère que la grève et les manifs par procuration finissent par plomber le mouvement. oui à tous les arguments qui expliquent qu’une majorité approuve mais ne s’investit pas mais aussi raz le bol. Raz le bol de s’epuiser à argumenter que la division syndicale est le terreau de la défaite programmée de la plupart des mouvements revendicatifs. un seul syndicat des travailleurs contre le seul syndicat des patrons est ce vraiment trop compliqué à comprendre?nos petites opinions personnelles contre la liberté, l’égalité et la fraternité est ce vraiment compliqué d’essayer ne serait ce que d’y reflechir?

    Répondre
  30. marxime
    marxime dit :

    bonjour à tous,
    j’ai participé à toutes les manifs sauf…la dernière!! non par suivisme envers les média, mais parce que je considère que la grève et les manifs par procuration finissent par plomber le mouvement. oui à tous les arguments qui expliquent qu’une majorité approuve mais ne s’investit pas mais aussi raz le bol. Raz le bol de s’epuiser à argumenter que la division syndicale est le terreau de la défaite programmée de la plupart des mouvements revendicatifs. un seul syndicat des travailleurs contre le seul syndicat des patrons est ce vraiment trop compliqué à comprendre?nos petites opinions personnelles contre la liberté, l’égalité et la fraternité est ce vraiment compliqué d’essayer ne serait ce que d’y reflechir?

    Répondre
  31. oliv
    oliv dit :

    Ces derniers jours j’écoutais plusieurs conférences de Bernard Stiegler sur la télévision et la société, où celle-ci serait en train de détruire notre civilisation, et son discours argumente et approfondi parfaitement le thème que tu abordes sur le décervelage des masses…
    un petit liens:
    http://arsindustrialis.org/node/302

    Répondre
  32. Claudio
    Claudio dit :

    (Je commente sans avoir lu les autres commentaires. Aussi excusez-moi si quelqu’un l’a déjà dit)
    Ce billet est parfait et très complet. Je suis d’accord sur tout… ou presque. Et ça fait que ça complique tout.
    Sur le sujet des mobilisations contre la réforme des retraites, j’ai trouvé qu’en très grande majorité les médias ont été partisans, toujours du côté des grévistes, des manifestants et de l’ambiance générale, parfois potache et souvent agressive et guerrière. Ce faisant, ils alimentaient l’idée que le mouvement était généralisé. Et en triant, j’en suis sûr, les interviewés pour faire de l’audience, chacun se reconnaissant plus facilement dans un comportement de troupeau que dans une prise de position courageuse et individuelle. La pensée commune a envahi, pendant ce temps, les unes des journaux et des télés, nous faisant croire que "tous" les Français soutenaient les grèves. Et pourtant 3 millions de clones excités ce n’est jamais que 5% de citoyens. Plus on gueule plus on prend de la place ? Et oui, ça reste vrai. Et dire que ce sont les mêmes qui réclament plus de justice et plus d’Humain dans la société.
    Donc, on peut reprendre le billet et le retourner. Il reste vrai. Compliqué non ?

    Répondre
  33. Claudio
    Claudio dit :

    (Je commente sans avoir lu les autres commentaires. Aussi excusez-moi si quelqu’un l’a déjà dit)
    Ce billet est parfait et très complet. Je suis d’accord sur tout… ou presque. Et ça fait que ça complique tout.
    Sur le sujet des mobilisations contre la réforme des retraites, j’ai trouvé qu’en très grande majorité les médias ont été partisans, toujours du côté des grévistes, des manifestants et de l’ambiance générale, parfois potache et souvent agressive et guerrière. Ce faisant, ils alimentaient l’idée que le mouvement était généralisé. Et en triant, j’en suis sûr, les interviewés pour faire de l’audience, chacun se reconnaissant plus facilement dans un comportement de troupeau que dans une prise de position courageuse et individuelle. La pensée commune a envahi, pendant ce temps, les unes des journaux et des télés, nous faisant croire que "tous" les Français soutenaient les grèves. Et pourtant 3 millions de clones excités ce n’est jamais que 5% de citoyens. Plus on gueule plus on prend de la place ? Et oui, ça reste vrai. Et dire que ce sont les mêmes qui réclament plus de justice et plus d’Humain dans la société.
    Donc, on peut reprendre le billet et le retourner. Il reste vrai. Compliqué non ?

    Répondre
  34. paul
    paul dit :

    ah wouai ?!
    sans blague !

    c’est marrant hein… quand c’est moi qui dit que la télé c’est mauvais, qui parle d’insconscient collectif fabriqué, manipullé, que le libre arbitre ça n’existe pas, et la liberté non plus… que les gens ne croient plus en dieu mais pire, en la télé et en les costards cravates qu’ils sont fiers de porter lors de leurs mariages, seuls jours où ils se donnent l’obligation de jouer au bourgeois etc…

    je suis un sale con

    un misanthrope…

    j’ai jamais eu la télé, n’en ai jamais acheté, j’ai pas non plus de téléphone portable, et personne pour m’appeler dessus d’ailleurs… et j’ai jamais appris à faire un noeud de cravate, ni à faire des gosses à jeter dans un monde que j’excècre…

    en attendant, quand je sais quelque chose, je l’offre gratuitement en espérant que ça intéresse un employeur sur les recommandations d’un quidam à qui j’aurais rendu grand service…

    mais comme je vais pas à la messe télévisée, forcément hein, je suis un sale con.

    Répondre
  35. frep
    frep dit :

    Pas entièrement d’accord avec cet article . Certes la télé est , concernant la majorité des grandes chaines, contrôlée par le pouvoir ou ses affidés , avec les grands groupes d’affaires . . Mais elle ne représente plus l’essentiel de l’information , avec la multiplication des chaines et surtout internet qui casse les formatages et fait éclater les sources . . En 68 , il y avait bien, avec seulement 2 chaines, un monopole de l’information et de la propagande . . Ça n’a pas empêché les gens de descendre massivement dans la rue, au contraire . .
    Aujourd’hui , les pertes de salaires dues au caractère haché des mouvements de grèves , les difficultés financières , l’absence de perspective politique de substitution, voire le seuil de l’hiver , tous ces facteurs divers peuvent avoir contribué à l’essoufflement du mouvement ,
    la propagande gouvernementale n’étant probablement que l’un de ses facteurs .
    http://crayondenuit.canalblog.com

    Répondre
  36. frep
    frep dit :

    Pas entièrement d’accord avec cet article . Certes la télé est , concernant la majorité des grandes chaines, contrôlée par le pouvoir ou ses affidés , avec les grands groupes d’affaires . . Mais elle ne représente plus l’essentiel de l’information , avec la multiplication des chaines et surtout internet qui casse les formatages et fait éclater les sources . . En 68 , il y avait bien, avec seulement 2 chaines, un monopole de l’information et de la propagande . . Ça n’a pas empêché les gens de descendre massivement dans la rue, au contraire . .
    Aujourd’hui , les pertes de salaires dues au caractère haché des mouvements de grèves , les difficultés financières , l’absence de perspective politique de substitution, voire le seuil de l’hiver , tous ces facteurs divers peuvent avoir contribué à l’essoufflement du mouvement ,
    la propagande gouvernementale n’étant probablement que l’un de ses facteurs .
    http://crayondenuit.canalblog.com

    Répondre
  37. laurent
    laurent dit :

    Plutôt d’accord avec Boogie. On peut aujourd’hui devenir propriétaire pour pas cher et pour un meilleur cadre de vie. Je crois que le problème de l’accès à la propriété que soulève Agnès est celui d’accepter des crédits qui fonts des gens des esclaves.

    @ Agnès

    Je crois encore en mes frères et sœurs humains et je ne les crois pas encore complètement lobotomisés pour qu’ils puissent se laisser manipuler. Les Français consomment et sont lucides. Noël va arriver et ils vont tous se dire que c’est n’importe quoi toutes ces dépenses et pourtant il vont dépenser beaucoup d’argent à cette occasion. Ils consomment parce qu’ils sont frustrés. Et plus ils consomment plus ils sont frustrés. Si les objets rendaient heureux ça se saurait. Ils consomment parce qu’ils sont angoissés par le chômage, leurs crédits… ils sont aussi très lucides et arrêtent la contestation sur les retraites, tout simplement parce qu’ils savent qu’ils n’auront pas de retraites… Un gars de 40 ans n’aura pas de retraite en 2037, il aura une RSA (Retraite de solidarité active)… Par contre en 2012 ils voteront autrement et contre Sarkozy. Ils ne voteront pas forcément PS et c’est cela qui est dangereux…

    Plutôt que de faire grève si simplement les français décidaient de ne rien consommer qui s’achètent les samedi et dimanche je pense qu’ils auraient plus de chance d’être entendus et il ne se ferait pas taper sur la gueule par la STASI de notre dictature Sarkozyste

    Répondre
  38. John
    John dit :

    @ Claudio

    Donc, on peut reprendre le billet et le retourner. Il reste vrai. Compliqué non ?

    Non, pas compliqué ; non, on ne peut pas le retourner.
    Il faut dire que les médias ont été partisans de la propagande gouvernementale selon laquelle il est inévitable de cotiser plus longtemps, de partir plus tard, de toucher moins, gnagnagna. Comme le PS, la CGT, la CFTC, la CGC bien sûr… sont d’accord…

    Répondre
  39. John
    John dit :

    @ Claudio

    Donc, on peut reprendre le billet et le retourner. Il reste vrai. Compliqué non ?

    Non, pas compliqué ; non, on ne peut pas le retourner.
    Il faut dire que les médias ont été partisans de la propagande gouvernementale selon laquelle il est inévitable de cotiser plus longtemps, de partir plus tard, de toucher moins, gnagnagna. Comme le PS, la CGT, la CFTC, la CGC bien sûr… sont d’accord…

    Répondre
  40. Boogie
    Boogie dit :

    bonsoir

    Agnès, pour répondre à ton commentaire sur "la france de propriétaire" :

    je suis globalement d’accord avec toi, je veux dire sur le mouvement général

    mais je t’oppose un cas particulier, sur lequel la critique ne porte pas

    bon il se trouve que c’est le mien

    ma banque (crédit bouse) est devenu propriétaire de ma maison (depuis je la rembourse) il y a 5 ans. Je paye moins que si j’avais une location, et surtout, j’ai un jardin. L’accès à une maison avec un terrain, dans ma campagne, c’est au moins deux fois le prix que je paye. Le présent, pour moi qui suis d’une famille de paysans, il passe aussi par une lutte pour conserver le patrimoine de savoir-faire autour du potager, des semences, etc.

    alors il y a certes une mise en laisse avec les crédits immobiliers, mais il y a parfois de bonnes affaires, si on s’informe, et si on accepte de pas vivre dans un palace. J’ai acheté ma bicoque 55 000 euros, j’y ai mis 15 000 de travaux, et mon pépé m’a avancé 8 000 (sans lesquels je n’aurais pas eu de prêt, j’étais à l’époque… précaire de l’EN).

    Bref : pas oublier les interstices, et pas oublier que l’accès au foncier c’est aussi un truc super important

    amicalement

    Répondre
  41. paul
    paul dit :

    naaaannnnn mais Agnes… je vous visais pas spécialement hein…

    je pensais à d’innombrables discussions que j’ai eu depuis TRENTE ans environ à propos de la télévision et de l’odieux visuel en général.

    mais simplement à propos de ça : à propos du comment on apprend aux corps de métiers chargés de fabriquer de la communication et qui ne sont pas seulement les journalistes, mais aussi les scientifiques dont je suis

    on exige que l’on traite le sujet de sorte qu’il soit sur tout pas fatiguant pour le psectateur
    que ça ne lui demande aucun effort intellectuel, que ça fasse sens tout de suite
    si c’est un patron : il lui faut tout et tout de suite. il a pas le temps de réfléchir à tout ce qu’on lui explique de contraintes techniques et scientifiques du projet

    il veut bander tout de suite et éjaculer comme une lance à incendie anti-émeute

    si c’est le téléspectateur : il faut pas non plus que ça le dérange hein, que ça remette en cause son inculture, sa fainéantise intellectuelle de connard qu’a toujours chier sur les élèves besogneux pas forcément premier de la classe, l’école pour le peuple c’est l’horreur de la culture. c’est de la prétention pédante

    donc après l’info c’est pareil : faut que ça agite ses atavisme

    autrement

    ça passe pas

    on vend pas ses romans, ses poëmes, ses travaux

    et donc à fortiori ses articles de journaliste

    voilà

    ce que vous dites à propos de ce qu’on découvre dès qu’un sujet médiatisé grand public ou à destination des décideurs, c’est que le sujet est traité de façon à brosser le client dans le sens du poil, pas du tout à lui donner de la réelle connaissance

    moi j’ai appris ça sur plusieurs domaines scientifiques dès la maîtrise

    le pire

    c’est quand on en vient à produire sa thèse

    là c’est l’horreur de la relecture purement idéologique et marketing de son travail : on pond du MENSONGE

    moi j’vous l(dit agnes : tous ces patrons et hommes politiques méritent simplement une balle dans la tête

    car leur corps et leurs neurones ne sont même pas récupérable par un camp de rééducation bien conçu

    ah wouai : j’précise hein vu le traitement que les familles des éxécutés ont fait subir aux héros Rouillan et Ménigon…

    on envoie les familles de ces hommes politiques et patrons en camp de rééducation par le travail hein

    si si

    Répondre
  42. paul
    paul dit :

    naaaannnnn mais Agnes… je vous visais pas spécialement hein…

    je pensais à d’innombrables discussions que j’ai eu depuis TRENTE ans environ à propos de la télévision et de l’odieux visuel en général.

    mais simplement à propos de ça : à propos du comment on apprend aux corps de métiers chargés de fabriquer de la communication et qui ne sont pas seulement les journalistes, mais aussi les scientifiques dont je suis

    on exige que l’on traite le sujet de sorte qu’il soit sur tout pas fatiguant pour le psectateur
    que ça ne lui demande aucun effort intellectuel, que ça fasse sens tout de suite
    si c’est un patron : il lui faut tout et tout de suite. il a pas le temps de réfléchir à tout ce qu’on lui explique de contraintes techniques et scientifiques du projet

    il veut bander tout de suite et éjaculer comme une lance à incendie anti-émeute

    si c’est le téléspectateur : il faut pas non plus que ça le dérange hein, que ça remette en cause son inculture, sa fainéantise intellectuelle de connard qu’a toujours chier sur les élèves besogneux pas forcément premier de la classe, l’école pour le peuple c’est l’horreur de la culture. c’est de la prétention pédante

    donc après l’info c’est pareil : faut que ça agite ses atavisme

    autrement

    ça passe pas

    on vend pas ses romans, ses poëmes, ses travaux

    et donc à fortiori ses articles de journaliste

    voilà

    ce que vous dites à propos de ce qu’on découvre dès qu’un sujet médiatisé grand public ou à destination des décideurs, c’est que le sujet est traité de façon à brosser le client dans le sens du poil, pas du tout à lui donner de la réelle connaissance

    moi j’ai appris ça sur plusieurs domaines scientifiques dès la maîtrise

    le pire

    c’est quand on en vient à produire sa thèse

    là c’est l’horreur de la relecture purement idéologique et marketing de son travail : on pond du MENSONGE

    moi j’vous l(dit agnes : tous ces patrons et hommes politiques méritent simplement une balle dans la tête

    car leur corps et leurs neurones ne sont même pas récupérable par un camp de rééducation bien conçu

    ah wouai : j’précise hein vu le traitement que les familles des éxécutés ont fait subir aux héros Rouillan et Ménigon…

    on envoie les familles de ces hommes politiques et patrons en camp de rééducation par le travail hein

    si si

    Répondre
  43. smolski
    smolski dit :

    claudio : https://blog.monolecte.fr/2010/
    "Et pourtant 3 millions de clones excités ce n’est jamais que 5% de citoyens."
    Partager une conviction n’impose pas de partager la même action entreprise par les uns et les autres.
    Sans compter la possibilité inégale pour chacun de pouvoir manifester au grand jour.

    Le droit de vote en france est ainsi :
    Pour une poignée d’autorisés, triés sur des critères totalement contestables, plus de 60 millions en subissent les conséquences !

    Solidarité !
    ###########################

    frep : https://blog.monolecte.fr/2010/
    "la propagande gouvernementale n’étant probablement que l’un de ses facteurs ."
    Cela ne suffit-il pas pour être révolté et se battre ?

    Résistance !
    ###########################

    "si simplement les français décidaient de ne rien consommer" (sinon l’essentiel et en en surveillant la provenance).
    Oui, gérer sa vie, gérer son monde, c’est participer ! 😀

    TOUS ENSEMBLE TOUS ENSEMBLE WOUAiiiiiiiiiiiiiiiii !
    ###########################

    Amitié, Joel

    Répondre
  44. smolski
    smolski dit :

    claudio : https://blog.monolecte.fr/2010/
    "Et pourtant 3 millions de clones excités ce n’est jamais que 5% de citoyens."
    Partager une conviction n’impose pas de partager la même action entreprise par les uns et les autres.
    Sans compter la possibilité inégale pour chacun de pouvoir manifester au grand jour.

    Le droit de vote en france est ainsi :
    Pour une poignée d’autorisés, triés sur des critères totalement contestables, plus de 60 millions en subissent les conséquences !

    Solidarité !
    ###########################

    frep : https://blog.monolecte.fr/2010/
    "la propagande gouvernementale n’étant probablement que l’un de ses facteurs ."
    Cela ne suffit-il pas pour être révolté et se battre ?

    Résistance !
    ###########################

    "si simplement les français décidaient de ne rien consommer" (sinon l’essentiel et en en surveillant la provenance).
    Oui, gérer sa vie, gérer son monde, c’est participer ! 😀

    TOUS ENSEMBLE TOUS ENSEMBLE WOUAiiiiiiiiiiiiiiiii !
    ###########################

    Amitié, Joel

    Répondre
  45. Anta is back
    Anta is back dit :

    Si je comprends bien la reponse que tu as donne a Papi, il faudrait laisser l’economie (je vais meme en rajouter en parlant de "sciences economiques") aux experts en ce domaine…. je dis ca je dis rien….

    Répondre
  46. paul
    paul dit :

    @anta is back

    vous le faites expres ?

    la réponse d’Agnes aux papis est très simple : fermer la télé et ouvrir les yeux

    c’est marqué dans le titre

    et moi j’ajoute
    qu’il faudrait comprende que la plus part des travaux des spécialistes sont détournés, pervertis, par les commanditaires des producteurs de publications avec l’intention de mensonge

    donc ce qu’il faut, c’est aller chercher les sources pas se contenter de consommer la propagande mensongère et manipulatrice.

    donc faire des efforts patients et souvent fastidieux

    Répondre
  47. vladimir
    vladimir dit :

    Bloquer l’economie pour reprendre l’economie

    Une proposition radicale :

    …… Il suffit de donner A CHAQUE CITOYEN le pouvoir d’investir.

    Un euro par jour – à investir réellement – apprendra à chaque ENFANT où PLACER son argent, dans quel projet, pour quel plan de financement qu’il aura pu lire sur Internet.

    A partir de 14 ans, 300 euros par mois à INVESTIR où bon vous semble (vous et la totalité des citoyens de la Terre)

    – nouvelle usine

    – nouvelle chaîne de production,vehicule et velo a energie solaire,eolienne a condensation permettant de receuillir l’eau ,etc.

    -pepiniere de cooperatives alternatives innovantes

    Répondre
  48. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je n’ai jamais dit qu’il faut laisser les domaines d’expertise aux spécialistes, je dis que quand on en a un, on se rend compte que les médias disent n’importent quoi, nuance. Quant à ma spécialité, j’ai fait ce que tout bon spécialiste devrait toujours faire, je l’ai vulgarisée pour qu’elle devienne accessible au plus grand nombre.

    Répondre
  49. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je n’ai jamais dit qu’il faut laisser les domaines d’expertise aux spécialistes, je dis que quand on en a un, on se rend compte que les médias disent n’importent quoi, nuance. Quant à ma spécialité, j’ai fait ce que tout bon spécialiste devrait toujours faire, je l’ai vulgarisée pour qu’elle devienne accessible au plus grand nombre.

    Répondre
  50. Anta is back
    Anta is back dit :

    @Paul

    Relisez la phrase

    « C’est marrant, Papi, quand ça tombe sur votre domaine d’expertise, vous voyez à quel point la presse est faite d’approximations, de semi-vérité, d’erreurs et de préjugés idéologiques. Alors que l’autre jour, quand j’ai critiqué un papier qui racontait absolument n’importe quoi sur mon propre domaine d’expertise, vous aviez clairement dit que c’est moi qui avait tort, que je comprenais mal et que je n’avais pas le même niveau que les gens qui avaient le droit d’écrire dans un journal de référence. »

    Le fameux "domaine d expertise" qu il faut laisser aux specialistes…

    Répondre
  51. paul
    paul dit :

    ben justement

    ce qu’elle vise c’est la façon dont le genre de papi utilise son domaine d’expertise et la façon qu’il a d’utiliser les sources d’information.

    ça n’a rien à voir avec votre critique toute de légitimation classique d’un système prétendument libre et démocratique.

    papi critique parce que son expérience particulière lui donne une preuve de fausseté d’une information et non pas parce qu’il a analysé le comment sont produites les informations mensongères en question.

    papi n’est en fait pas un spécialiste d’un sujet, juste un pratiquant d’une application locale et particulière sur un sujet.

    ensuite il y a derrière le terme même de spécialiste plusieurs possibles interprétations qu’il est de bon ton dans la propagande libérale pseudodémocratique de confondre afin de les mépriser toutes.

    ce que nous visons et auxquels nous prétendons sont les sources émanant de plusieurs "spécialistes", chercheurs développant des analyses parfois en désaccord entre elles, mais motivées toutes par la recherche de comprehension de réalités et non pas par la légitimation d’une pratique de domination économico-sociale.

    leurs publications sont souvent longues et ardues à lire et à assimiler du fait même de la motivation de rigueur de leur travail et n’ont pas leur place dans les cadres des propagandes médiatisées à des fins de dictatures économico-sociales.

    deplus, ce que décrit la camarade Agnes, c’est autant sa joyeuse surprise d’une légère prise de conscience de papi à l’égard de sa messe, qu’ensuite, sa déception de voir qu’il retourne platement à ses habitudes après sa première réaction courroucée à l’égard d’un sujet dont il se prétend homme de science.

    parce qu’en fait, sa colère ne l’a pas entraîné à analyser plus profondément ses propres croyances à l’égard de sa façon de concevoir sa culture, façon qu’il ne remet pas plus en cause que celle de la fabrique de mensonge à laquelle il croit encore globalement. il se retourne contre un auteur d’article, qui n’est en fait qu’un travailleur asservi au système et ne produit que ce qu’on lui impose de produire. il se retourne donc contre un bouc-émissaire et pas contre la réelle cause du mensonge.

    Répondre
  52. K.
    K. dit :

    "En tant que journaleuse, il faut bien que je défende un peu l’attaque en règle dirigée contre cette belle profession, qui a quand même quelques qualités quand elle révèle des scandales et qu’on essaie de la museler au plus haut de l’Etat. "

    Une activité salarié est une soumission, entre le journaliste dont c’est le gagne pain, et le journaliste qui oeuvre gratuitement

    qui dit le plus la vérité ?

    Mais vous devez savoir journalistes : dans tous les cas, vous ne ferez plus partie du système : si la population ne fait plus partie du système et n’est plus libre

    mais ca : tout le monde ne peut pas le comprendre non plus

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89

    Répondre
  53. K.
    K. dit :

    "En tant que journaleuse, il faut bien que je défende un peu l’attaque en règle dirigée contre cette belle profession, qui a quand même quelques qualités quand elle révèle des scandales et qu’on essaie de la museler au plus haut de l’Etat. "

    Une activité salarié est une soumission, entre le journaliste dont c’est le gagne pain, et le journaliste qui oeuvre gratuitement

    qui dit le plus la vérité ?

    Mais vous devez savoir journalistes : dans tous les cas, vous ne ferez plus partie du système : si la population ne fait plus partie du système et n’est plus libre

    mais ca : tout le monde ne peut pas le comprendre non plus

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89

    Répondre
  54. Sy
    Sy dit :

    Agnès, j’aimerais avoir ton avis sur un sujet actuel. Est-ce que tu penses que notre argent est en sécurité dans les banques comme les médias le prétendent ?

    Répondre
  55. Anta is back
    Anta is back dit :

    @Paul

    Autant je comprends la nuance dont Agnes parle, autant j’ai du mal a vous suivre….Ca part un peu dans tous les sens quand meme.

    @Sy

    Pourrais tu developper ce dont tu as peur stp?

    Ps: je propose qu on remplace le terme "media" dans nos commentaires par " propagande neoliberale". On sera plus honnete avec nous meme 🙂

    Répondre
  56. paul
    paul dit :

    à anta

    ben j’en doute pas hein
    à mon âge je suis encore incroyablement bon coureur de fond en comparaison des jeunes que les employeurs embauchent très facilement du fait qu’ils ne leur font aucune concurrence intellectuelle et culturelle et physique, abrutis qu’ils sont de télévision, d’alcool et de diverses drogues que l’esprit de liberté et l’individualisme interdisent de désigner comme destructrices…

    et puis Agnes est une femme : donc forcément hein, ça donne envie d’un cunni…

    Répondre
  57. paul
    paul dit :

    à anta

    ben j’en doute pas hein
    à mon âge je suis encore incroyablement bon coureur de fond en comparaison des jeunes que les employeurs embauchent très facilement du fait qu’ils ne leur font aucune concurrence intellectuelle et culturelle et physique, abrutis qu’ils sont de télévision, d’alcool et de diverses drogues que l’esprit de liberté et l’individualisme interdisent de désigner comme destructrices…

    et puis Agnes est une femme : donc forcément hein, ça donne envie d’un cunni…

    Répondre
  58. vieille dame
    vieille dame dit :

    Je trouve la description des réactions du papy superbement décrites. Bien sûr les media l’encouragent à continuer à penser faux – mais cependant, et la fin de l’aventure le montre bien, il existe un déni de son propre chef : "non, non, les media ne me mentent pas" parce que, en fait, ils lui disent ce qu’il veut entendre : la clientèle de ces même media n’est-elle pas faite du fonctionnaires, dont beaucoup à la retraite ?
    Demandez lui ce qu’il aimerait voir changer dans la répartition des richesses… et demandez lui si les riches fonctionnaires (si-si) pourraient en lacher un peu…. et abandonner une de leurs résidences secondaires… et arrêter d’entretenir leurs enfants de 30 ans et plus, et leur permettre par contre l’autonomie en abandonnant eux-même un peu de pouvoir ? (j’en connais même un de 90 ans (ancien administrateur colonial, pété de tunes, et cumulant deux énormes retraites) , qui "tient" sa fille de 66 ans avec son pognon…. )

    Répondre
  59. vieille dame
    vieille dame dit :

    Je trouve la description des réactions du papy superbement décrites. Bien sûr les media l’encouragent à continuer à penser faux – mais cependant, et la fin de l’aventure le montre bien, il existe un déni de son propre chef : "non, non, les media ne me mentent pas" parce que, en fait, ils lui disent ce qu’il veut entendre : la clientèle de ces même media n’est-elle pas faite du fonctionnaires, dont beaucoup à la retraite ?
    Demandez lui ce qu’il aimerait voir changer dans la répartition des richesses… et demandez lui si les riches fonctionnaires (si-si) pourraient en lacher un peu…. et abandonner une de leurs résidences secondaires… et arrêter d’entretenir leurs enfants de 30 ans et plus, et leur permettre par contre l’autonomie en abandonnant eux-même un peu de pouvoir ? (j’en connais même un de 90 ans (ancien administrateur colonial, pété de tunes, et cumulant deux énormes retraites) , qui "tient" sa fille de 66 ans avec son pognon…. )

    Répondre
  60. fao
    fao dit :

    Paul

    "abrutis qu’ils sont de télévision, d’alcool et de diverses drogues que l’esprit de liberté et l’individualisme interdisent de désigner comme destructrices.."

    Toi tu n’as même pas besoin de ça tellement tu n’es pas fini. C’est sûr que payer une retraite pour un gus pareil, ça me ferait mal.

    Répondre
  61. paul
    paul dit :

    c’est exactement pour répondre à votre attente que votre président à dit lors de sa mémorable campagne populiste : je refuse que mes efforts profitent à ceux qui n’ont pas fait de même.

    pendant que vous y êtes, tuez moi : personne ne devrait me regretter tant je dévalorise le cheptel de valorisation social des téléspectateurs

    vous pourrez même demander la légion d’honneur pour ce nettoyage.

    Répondre
  62. paul
    paul dit :

    c’est exactement pour répondre à votre attente que votre président à dit lors de sa mémorable campagne populiste : je refuse que mes efforts profitent à ceux qui n’ont pas fait de même.

    pendant que vous y êtes, tuez moi : personne ne devrait me regretter tant je dévalorise le cheptel de valorisation social des téléspectateurs

    vous pourrez même demander la légion d’honneur pour ce nettoyage.

    Répondre
  63. smolski
    smolski dit :

    de vieille dame :
    "il existe un déni de son propre chef : "non, non, les media ne me mentent pas" "

    Ce ne sont pas les messages qui sont gobés, mais l’enveloppe. l’ENVELOPPE !

    Il n’y a pas d’image vraie à la télé, tout est question de cadrage.

    Le b. a. ba de la grammaire d’une image est justement de manipuler celle-ci afin de transmettre une idée, une opinion, un témoignage DANS UN SEUL SENS.
    Les papy (dont je suis) ne sont pas les seuls à les gober, tous nous en sommes victimes.
    Lorsque nous regardons un message audiovisuel, ce n’est jamais impunément pour notre intégrité personnelle.
    Jamais !
    Choisir ses programmes est une nécéssité, pas une pose affectée. Ne pas se croire si malin qu’on le voudrait. 🙂

    Pour les messages audiovisuels, essayez donc ceux-là :
    http://www.lesmutins.org/

    Amitié, Joel

    Répondre
  64. GdeC
    GdeC dit :

    vaste sujet que celui-ci… Billet expressément conçu à l’occasion de la semaine des Assises internationales du journalisme et de l’information ? Alors, du bruit ou de l’info… ?

    Répondre
  65. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Désolée, ce papier n’était pas conçu par rapport à un événement quelconque, mais s’il avait pu alimenter les réflexions aux Assises du Journalisme, ça n’aurait pas été plus mal. Mais je doute fort que la profession soit enfin prête à une telle remise en question.

    Répondre
  66. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Désolée, ce papier n’était pas conçu par rapport à un événement quelconque, mais s’il avait pu alimenter les réflexions aux Assises du Journalisme, ça n’aurait pas été plus mal. Mais je doute fort que la profession soit enfin prête à une telle remise en question.

    Répondre
  67. Greg
    Greg dit :

    Il y a de fortes chances qu’internet, à la longue, devienne aussi corrompu que la télévision ou les médias papier. En ce qui concerne la forme du blog que l’auteur de l’article utilise, peut-on également en avoir une totale confiance ? Quand les politiques parviendront à faire payer les abonnements internet au prix fort, adaptant différents forfaits à différents bouquets de contenu, même cette bastille ne sera plus qu’un château de cartes.

    Répondre
  68. Greg
    Greg dit :

    Il y a de fortes chances qu’internet, à la longue, devienne aussi corrompu que la télévision ou les médias papier. En ce qui concerne la forme du blog que l’auteur de l’article utilise, peut-on également en avoir une totale confiance ? Quand les politiques parviendront à faire payer les abonnements internet au prix fort, adaptant différents forfaits à différents bouquets de contenu, même cette bastille ne sera plus qu’un château de cartes.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *