No comment

No comment
12 octobre 2010 – 12:30 – Auch – Entrée de la Préfecture du Gers

Powered by ScribeFire.

24 réponses
  1. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Entendu d’une policière venue surveiller une mini manif de soutien à une famille Rom sans logement: "On n’a pas le droit d’avoir des états d’âme."
    Ce qui tendrait à sous entendre qu’elle en aurait volontiers, et même qu’elle en a.

    Répondre
  2. Embarras
    Embarras dit :

    Elles sont quand même curieuses ces manifestations : l’opposition n’est pas devenue populaire, les syndicats ont l’air dépassés… Bref, on a l’impression que c’est le peuple qui manifeste !

    Et on dirait que ça en rend certains perplexes… mais il y en a encore certains qui, surement par réflexe, tapent sur l’opposition (mais ils ont bien l’air absurde et ridicule).

    Ça a l’air d’être un mouvement beaucoup plus populaire, plus déterminé aussi, mais avec une sorte d’hésitation quand même (comme si les gens ne voudraient pas avoir à manifester pour être entendu) et aussi une "couverture" politique et médiatique contradictoire (soi-disant qu’il y aurait peu de manifestants, qu’ils seraient résignés, etc.)

    C’est un peu surprenant comme ambiance…

    Répondre
  3. Luis
    Luis dit :

    Quand même, les lycéens étaient là, et ils et elles poussaient, les flics ont flippés et ont balancés du lacrymogène.
    … et d’autres lancé d’œufs et big pétards.

    Répondre
  4. Vieux Révolté
    Vieux Révolté dit :

    Pour le manifestant identifié CFDT :
    si en 1995 et en 2003 son syndicat n’avait pas rampé devant les gouvernements de ces époques, on n’en serait pas là.
    Finalement, ce manifestant est bien à sa place …

    Répondre
  5. paul
    paul dit :

    bon

    moi ce que je repère tout de suite quand même

    c’est que l’on a pris en photo une jolie policière…

    donc hein…

    pourquoi spécialement une jolie policière ?

    non parce que ça fait presque casting américain là…

    donc bon…

    genre je sous-entendrais vaguement que les policières, en général, sont comme les autres, plutôt moches hein…

    bon… ou qu’en fait on voudrait peut-être nous redorer le blason des policières hein…

    je sais pas hein…

    genre des fois, je sous-entendrais que je préférerais que les policières soient moches en fait hein…

    et puis le syndicaliste là, on dirait un travailleur des travaux publiques… genre bon pèreu de familleu… bon vivant, qui bouffe bien mais pas trop non plus hein… genre bon français quoi hein…

    et je sous-entendrais que je préférerais que le gars soit pas ce genre là du tout hein…

    bon : elle est de qui cette photo ?

    Répondre
  6. Chris
    Chris dit :

    Ce midi, on s’est retrouvé nez à nez avec un fourgon de flicarts plein à craquer, avec la gazeuse géante et les canons des flashballs jaillissant sur le tableau de bord. Des gueules fatiguées qui nous ont maté étonnés, puis ont laissé le passage à l’Audi et nos tronches aussi patibulaires que les leurs. Rencontre du troisiéme type où chacun se jauge quelques secondes fatidiques à fin de s’éviter des dégâts collatéraux inutiles. Du coup, on s’est point donné la peine de remercier d’un geste le céder-le-passage.

    Un peu plus loin, on a croisé des paquets de gamins frêles et désarmés, portant leurs banderoles comme à la kermesse. Ils nous souriaient, joyeux et innocents, et nous sommes passés doucement en leur souriant. On se serait cru au printemps, mais le printemps de quoi au juste…

    Répondre
  7. Luis
    Luis dit :

    Bonsoir,
    il me semble que je l’ai revue ce soir au rassemblement à la place de la patte d’oie, des copains l’on vu être sévère envers les lycéens qui bloquaient cet après midi, un de ces collègue (flicos) a même menacé un leader lycéen de le placer en garde à vue…

    Répondre
  8. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Chez nous, on a quelques militant(e)s qui ratent jamais une occasion de tailler le bout de gras avec les flics. Même devant la préfecture, un jour de grrrrande manif. Moi, je suis pour. La complicité entre syndicats et police, c’est pas là qu’elle se joue.

    Et EmmanuelleM me fait penser qu’une de mes copines militantes, après avoir tenté de faire la morale à un policier et à une (jolie, elle aussi) policière (d’où l’histoire des "états d’âme") est revenue vers nous en disant "c’est pas possible, ils ont l’âge d’être mes enfants!"

    Répondre
  9. Flo
    Flo dit :

    je témoigne et je dénonce le service d’ordre de la CGT d’avoir livré aux forces de l’ordre la " brèche " anarchiste qui sortait des clous mardi devant la gare d’Austerlitz . Après avoir bloqué la rue et fait une " haie d’honneur" aux cars de CRS qui arrivaient , les gros bras CGT nous ont fermement fait savoir que si on y allait, on ne revenait pas …..Effectivement, ceux qui se sont éparpillés dans la gare parceque les accès étaient bloqués d’un côté par les CRS et de l’autre par la CGT , on ne sait pas comment ils s’en sont tirés. C’est un comble de devoir s’engueuler avec des syndicalistes ! j’ai été sensurée sur d’autres blogs car cela déplait certainement, mais l’Histoire se répète malheureusement.
    Les manifs, je les fais en long en large et en travers , mais je les suis derrière SUD et CNT ..
    Rappelons à la CGT que l’un de ses pilliers fondateurs s’appelle Emile Pouget , qui était un anarchiste partisan de l’action directe .. les dérives staliniennes de ce syndicat ( par ailleurs parmi la base il y a vraiment des gens bien !! ) ont vraiment de quoi révolter.
    nous avons de toutes façons , des problèmes avec toutes les grosses centrales syndicales " reconnues " et qualifiées de " raisonnables " voire "accompagnatrices " des gouvernements !!! après tout, chacun sa ligne politique, mais SVP, pas de trahisons …

    Répondre
  10. Luis
    Luis dit :

    Hé oui Flo c’est la triste réalité!
    J’ai du mal en tant que Sudiste de les supporter…
    Ce jour à Auch une manif, très optimiste, enfin il y a toujours des "planplan", m’enfin les Solidaires mettent de l’ambiance, il y a aussi pas mal de musicos, la CRS 32 (lire la chorale de résistance sociale 32), aussi un groupe de percussions, genre tambours gascons de toutes les couleurs (un copain argentin s’y éclatait).., et j’ai revu Agnès (qui a un excélent blog "le monolecte…) que j’avais pas vu depuis 2002 au moins!!!
    Alors p’tit message perso, si tu pouvais me filler des infos sur les actions au louis.miguel@wanadoo.fr

    Répondre
  11. roland
    roland dit :

    moi je pense que la bonne réponse c’est :
    "Photo du père et de la fille …….."
    c’est tout à fait l’évolution du marché du travail actuel,
    et de la société actuelle

    Répondre
  12. Jean de la Fontaine (1621-1695)
    Jean de la Fontaine (1621-1695) dit :

    LE LOUP ET LE CHIEN

    Un Loup n’avait que les os et la peau ;
    Tant les Chiens faisaient bonne garde.
    Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
    Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
    L’attaquer, le mettre en quartiers,
    Sire Loup l’eût fait volontiers.
    Mais il fallait livrer bataille
    Et le Mâtin était de taille
    A se défendre hardiment.
    Le Loup donc l’aborde humblement,
    Entre en propos, et lui fait compliment
    Sur son embonpoint, qu’il admire.
    Il ne tiendra qu’à vous, beau sire,
    D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
    Quittez les bois, vous ferez bien :
    Vos pareils y sont misérables,
    Cancres, haires, et pauvres diables,
    Dont la condition est de mourir de faim.
    Car quoi ? Rien d’assuré, point de franche lippée.
    Tout à la pointe de l’épée.
    Suivez-moi ; vous aurez un bien meilleur destin.
    Le Loup reprit : Que me faudra-t-il faire ?
    Presque rien, dit le Chien : donner la chasse aux gens
    Portants bâtons, et mendiants ;
    Flatter ceux du logis, à son maître complaire ;
    Moyennant quoi votre salaire
    Sera force reliefs de toutes les façons :
    Os de poulets, os de pigeons,
    Sans parler de mainte caresse.
    Le loup déjà se forge une félicité
    Qui le fait pleurer de tendresse.
    Chemin faisant il vit le col du Chien, pelé :
    Qu’est-ce là ? lui dit-il. Rien. Quoi ? rien ? Peu de chose.
    Mais encor ? Le collier dont je suis attaché
    De ce que vous voyez est peut-être la cause.
    Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
    Où vous voulez ? Pas toujours, mais qu’importe ?
    Il importe si bien, que de tous vos repas
    Je ne veux en aucune sorte,
    Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.
    Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

    Jean de la Fontaine (1621-1695)

    Répondre
  13. PMB
    PMB dit :

    Le rapport père-fille me rappelle un blague amère du regretté Bernard Lambert.

    C’est un vieux paysan qui parle :

    "J’ai trois fils. Le premier a repris la ferme, et il en chie encore plus que moi. Le deuxième est curé pour le convaincre d’accepter son sort. Et le troisième est CRS pour le cas où le deuxième aurait échoué."

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *