Au sujet des dons

Parce que finalement, tout travail mérite salaire et surtout, parce qu’il faut encore de l’argent pour vivre, j’ai lancé depuis le 5 juin 2009 un appel aux dons sur Le Monolecte. Tout comme le salaire entretient la force de travail, le don peut aider à maintenir la force d’écriture.

La première année d’installation de ce dispositif, peut-être à cause de l’effet de nouveauté, j’ai récolté dans les 300€/mois. Cela m’a permis de m’équiper pour des activités sportives que je n’aurais pas pu me permettre sans cela et j’en suis vraiment reconnaissante.

Par contre, l’année 2010, fille d’une crise qui n’en finit pas de prendre de l’ampleur a été bien plus chiche et les dons m’ont juste permis de m’habiller, sans grande extravagance, mais de m’habiller quand même. Nous sommes ainsi passé du loisir au nécessaire, signe des temps.

L’année 2011 s’annonce particulièrement sinistre. J’ai perdu l’essentiel de mes clients, non pas que mon travail n’ait pas été très satisfaisant, mais juste parce que petit à petit les cordons de la bourse se resserrent partout et que l’on élague dans toutes les dépenses, à commencer par les prestataires extérieurs. Bien sûr, les dons poursuivent leur courbe descendante, au diapason des difficultés financières du l’ensemble de la population. Les quelques dons qui me sont encore parvenu ont été utilisés pour des dépenses nettement moins frivoles, comme le chauffage ou les réparations de mon véhicule.

Aujourd’hui, je suis plutôt à la recherche d’un travail salarié qui me permettrait de vivre dignement sans faire la manche ici. Mais là aussi, il semble que nous soyons dans la contraction et aucune de mes démarches n’a pour l’instant aboutie.

41 réponses
  1. moi
    moi dit :

    P jaurion fait un travail de journaliste, vous vous contentez juste de faire des chroniques sur comme le monde il est mauvais, et moi ca m’interesse pas de payer pour lire ca…
    Mais bonne chance quand meme.

    Répondre
  2. chris
    chris dit :

    C’est marrant comment que dés que l’on évoque la possibilité de verser une petite pièce dans la casquette de l’artiste ….les gens deviennent hargneux.

    Des fois que l’artiste ferait fortune sur leur dos, hein des fois ..

    Répondre
  3. ti_cyrano
    ti_cyrano dit :

    C’est vrai qu’un rappel est utile, on a vite fait de remettre à demain et puis d’oublier 🙁

    Peut-être automatiser un post tous les mois pour le flux RSS ou faire clignoter le bouton une fois par mois ou trimestre, comme tu sens.

    Pour les allergiques à paypal (y’en a, y’en a) tu acceptes les chèques à ton nom envoyés Quartier L…e, à Trou Perdu sur Glaces ?

    Répondre
  4. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Merci SarkoBoy de te soucier ainsi de mon confort fiscal. J’ai appelé mon inspecteur des impôts préféré dès l’installation du bouton pour savoir comment je pouvais déclarer ça. En fonction de mon activité habituelle et de ce qui est proposé dans le cadre de ce don, il a pensé que le mieux, c’était de tout déclarer en droits d’auteur, avec la TVA adaptée.

    Répondre
  5. Tal
    Tal dit :

    Y sont un peu cons chez pay pal, ils s’imaginent pas qu’on peut habiter ailleurs qu’en France. Bon, j’ai mis quelques euros pour soutenir l’artiste, écrire comme ça ça doit être du boulot, je reconnais.

    Enfin, j’aimerai bien que paypal me permette de mettre une adresse allemande, c’est là que je gagne du pognon, que je vis et que je retrouve du goût à la vie, pas en France où je me suis fait entuber systématiquement.

    Répondre
  6. Pierre Meur
    Pierre Meur dit :

    Woaw, juste 11 commentaires dans ce sujet. Ton loyer ne doit pas être très élevé.

    Agnès : « Je pense que c’est un échange honnête, auquel chaque lecteur est libre de souscrire ou pas, en fonction de sa satisfaction à venir ici et de ses moyens, aussi, bien sûr ».

    Il m’arrive d’acheter des livres, pourquoi ne pas payer pour un blog particulièrement bien écrit ? Et ce n’est pas la bonne lecture qui manque ici. Et en plus, on me laisse écrire mes "tartines" sans me jeter systématiquement.

    Pour motiver à "l’achat", pourquoi ne mettrais-tu pas tes articles (sans les commentaires) en pages dans un PDF. Tu pourrais faire une série par saison, histoire de faire des rappels pour ceux qui, comme moi, n’avaient pas vu l’encart en haut à droite. Et quand une année serait passée, tu pourrais chercher un éditeur pour le travail de l’année.

    J’ai encore quelques idées au vu de ton CV, mais je t’en parlerai plus tard. Il faut d’abord que j’en parle à d’autres personnes de mon entourage professionnel.

    Bon courage, tu fais du bon boulot. Ça finit toujours par payer.

    Répondre
  7. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Merci, Pierre. Mon loyer est de 500€, ce qui, au regard de l’espace dont je dispose, n’est pas énorme, mais c’est tout de même au-dessus de mes moyens actuels. Justement, deux choses dans les tuyaux en ce moment : le premier tome du Monolecte est en cours de mise en page. Là, j’arrive fin mai 2005 et j’en suis déjà à 220 pages, en charter 10, format roman, autant dire que c’est plus dense que Oui-oui ou un bouquin d’Attali. Avec pleins d’annotation pour la remise en contexte, les sources tout, mais je ferai prochainement un billet à ce sujet.

    Ensuite, la photo : mon pote photographe étant ressorti du bois, l’officielle (qui devrait décorer le quatrième de couverture) est pour bientôt.

    Faudra peut-être aussi que je me fende d’un billet qui fasse un peu plus explicitement la manche, je ne sais pas 😉

    Répondre
  8. Pierre Meur
    Pierre Meur dit :

    Est-ce que tu fais la manche ? Il me semble que tu donnes pas mal, et qu’il est normal que tu reçoive en retour. La question qui se pose est dans la finalité de ce que tu fais. Écris-tu pour t’enrichir ou écris-tu pour le plaisir de donner à lire ?

    Les moines bouddhistes ne peuvent pas travailler et doivent vivre de la charité publique. Cela permet d’éviter que la vie monastique puisse devenir une rente et qu’ainsi se pose constamment la finalité de cette existence.

    L’argent n’est qu’un moyen. Si c’est le but, je désapprouve. Tu es née nue, tu repartiras nue. C’est la valeur ajoutée de ton existence pour les autres qui dira si tu avais une valeur pour l’humanité ou si tu n’étais qu’un parasite.

    As-tu besoin d’argent ? Pourquoi cacher que tu en aies besoin ? Ce n’est pas un sujet tabou. Mais chacun donne suivant ses moyens, même s’il ne peut donner que la simple reconnaissance.

    L’argent, ce n’est qu’une poignée de main dans la relation de l’écrivain avec ses lecteurs. L’écrivain est inscrit dans une relation complexe avec ses lecteurs. L’argent n’en est qu’une petite part.

    Répondre
  9. stripthis
    stripthis dit :

    Hmm, toujours pas et j’ai essayé plein de fois (je suis motivé!)… J’obtiens soit directement soit après avoir donner les infos:

    Votre dernière action n’a pas pu être terminée
    Si vous étiez en train d’effectuer un achat ou d’envoyer de l’argent, nous vous conseillons de vérifier votre compte PayPal et vos emails dans 30 minutes pour vous assurer que la transaction a bien été effectuée. Si vous êtes parvenu sur cette page à partir d’un autre site, veuillez retourner sur ce site et reprendre votre opération.

    Tu pourrais m’envoyer un rib par email? (et effacer ces commentaires pourris 😛 )

    Répondre
  10. Gilbert
    Gilbert dit :

    Bonjour,

    J’aimerais faire un don, mais la procédure est trop complexe et trop intrusive à mon goût. N’y a-t-il pas des systèmes qui permettent juste de payer en ligne en donnant son numéro de carte bleu, sans s’inscrire à l’immonde Paypal ?

    Amicalement
    Gilbert

    Répondre
  11. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Google me permet de payer tous les frais d’hébergement et de nom de domaine liés à mon activité web. Ce n’est pas négligeable. Il y a eu une régie publicitaire qui m’avait parlé de pub éthiques, mais ils n’ont pas finalisé. En attendant mieux, Google est la solution que j’ai trouvé. Si tu as mieux, je prends!

    Répondre
  12. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Agnès : « En attendant mieux, Google est la solution que j’ai trouvé. Si tu as mieux, je prends! »

    Ben… Un nom de domaine en .eu.org, c’est gratuit… Un nom de domaine chez Gandi, c’est 12 Euros et mèche par an…

    Et pour une linuxienne émérite affiliée à l’AFUL, l’hébergement home-made sur ta machine à toi que tu as ne coûte "que" la note d’électricité… Bon, si ta ligne ADSL ravitaillée par les corbeaux est inadéquate, un hébergement associatif pluzoumoins gratuit, voire un pote ayant un serveur capable d’héberger gracieusement ton blog, ça doit pouvoir se trouver sans trop de peine aussi…

    Non que je formule un jugement, chacun étant libre de son choix (le mien : de la pub à l’ashram, jamais, je préférerais plutôt arrêter), mais simplement l’argument "payer les frais d’hébergement" pour justifier d’encombrer un site personnel et militant (en sens inverse) de publicité peine à me convaincre…

    Répondre
  13. chris
    chris dit :

    Rendons donc à Google ce qui est à Google :

    Google permet à l’écrivain indépendant et libre, ne bénéficiant point de campagne marketing médiatisée, d’étre référencé et ce gratuitement, et ainsi de pouvoir vivre de son travail…

    Alors la pub ""ethique"", laissez moi rire ou pleurer selon….Celle qui permet de crever de faim !

    Quelqu’un demandait ici : qu’est-ce qu’un bobo ? Et bien, c’est justement une clique de gens pas forcément trés aisés, mais suffisamment à l’abri de la précarité pour porter les masques de l’imposture écolo, situationniste, décroissante,etc…

    Répondre
  14. lislandais
    lislandais dit :

    Je suis épaté.

    D’abord, cet espace mérite indubitablement son titre de "meilleur blog francophone" (je n’ai quant à moi même pas passé la pré-sélection).
    Écriture fluide et rythmée. Chroniques intelligentes et drôles. Plutôt rare sur la blogosphère.

    Ensuite, je m’aperçois que vous avez franchi le pas de l’auto-publication. D’où mon second "épatement".
    J’y songe mollement depuis quelques mois pour mon blog. Une frêle hésitation motivée par les perspectives de vente dudit support. Bons amis et membres compréhensifs de la famille mi à part, dont je ne doute pas qu’ils me permettent d’atteindre péniblement les 37 exemplaires expédiés, je m’interroge sur l’intérêt financier de tels efforts.
    Car, vous me corrigerez si je m’égare, je suppose que, comme moi, seule une saine cupidité vous guide. Et non la vaine ambition de pouvoir contempler le bel ouvrage trônant sur un buffet gersois (on dit bien gersois ?).

    Bref.
    J’ai donc une question : combien d’exemplaires êtes-vous parvenue à vendre depuis son lancement ?

    Salutations nuageuses.
    Ou cendrées comme vous préférez.
    Non. Salutations volcaniques. C’est bien volcaniques, non ?

    Répondre
  15. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    J’ai installé ce bouton pour ceux qui aiment ce que je fais depuis des années ici et qui ont envie de donner quelque chose. Mais tout le monde peut lire autant qu’il veut pour rien du tout. Maintenant, il y a aussi des tas de gens qui prennent plein de pognon pour dire ce qu’ils pensent à la télé ou le balancer dans un journal. Mais ça ne choque personne.

    Enfin, je vous rassure, depuis le début de l’année, je n’ai presque plus de dons, peut-être 100€ en tout. Comme quoi, personne n’a vraiment envie de filer de l’argent pour mes conneries.

    Je suppose que ça vous rassure.

    Répondre
  16. Nati
    Nati dit :

    Je découvre quelque chose il me semble, pouvez vous me confirmer ? Il y a des gens qui demandent des dons pour écrire ce qu’ils pensent sur internet ?

    Répondre
  17. Agaagla
    Agaagla dit :

    On peut aussi remercier Nati. Ses interrogations (ou du moins *ma* lecture de ses interrogations, auxquelles j’ai trouvé un ton un peu désobligeant, mais peut-être n’est-ce qu’interprétation de ma part) viennent de me faire passer du stade  »ah oui, c’est vrai ça, il faudra que je le fasse » au stade  »ah tiens, ça y est, j’ai cliqué sur le bouton »… 😉

    Depuis le temps que je lis et que je profite…

    Répondre
  18. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Effectivement, je ne suis pas la nana la plus à l’aise du monde, que ce soit dans ma tête, en société, avec l’argent ou même avec moi-même. J’ai un rapport même plutôt difficile avec l’argent, nécessaire pour satisfaire nos besoins, mais capable de pourrir les choses les plus simples aussi. Comme j’ai le complexe du fumiste, j’ai toujours l’impression de toute somme d’argent que je perçois est très largement imméritée. Pas mal de gens dans le monde des pros ont bien profité de ce handicap. J’ai un ami qui m’a rappelé récemment que mon principal problème, c’est que j’étais bourrée de compétences et de talents (j’ai aussi du mal, avec les compliments, mais je me soigne doucement 😉 ) mais que j’étais toujours prête à les brader pour des clous en proposant une paire de babouches en cadeau (Hassan Sehef, pour les fans des Nuls de la grande époque).

    Donc, oui, je vais essayer d’avoir une relation plus sereine avec l’argent, en espérant que ça l’aidera à venir ;-).

    Je vais aussi essayer d’avoir une image moins dévalorisée de moi et de ce que je fais. Déjà, en faisant du sport et en apprenant à prendre soin de moi, j’ai un peu améliorer mon estime de soi, mais sur la question des talents, j’avoue que j’ai encore un méchant boulot à faire.

    Désolée d’avoir agressive, mais je me soigne!

    Répondre
  19. Nati
    Nati dit :

    Je reconnais que mon ton ait pu paraître désobligeant, suite à un réel étonnement, juste un petit étonnement de plus. Agaagla répond avec un certain et agréable humour. Mais depuis, j’ai lu les commentaires antérieurs, certains bien plus désobligeants que ma simple question, et dans tous les cas je trouve Madame Maillard quand même assez agressive quand elle est titillée sur ce sujet. Mais elle sourit et remercie quand on "nourrit la bête", d’ailleurs pour Agaagla, c’est même un peu grâce à moi. Par ailleurs, que Madame Maillard se rassure, tout gain, petit ou gros, perçu de manière outrancière me choque.
    Par contre, ne vous dénigrez vous pas vous même, ainsi que vos donateurs qui aiment ce que vous faites depuis des années, en appelant ça" vos conneries" ? Il me semble que vous avez beaucoup de raisons d’avoir confiance en vous. Aimez donc vous même ce que vous faites(y compris "le bouton") et vous n’aurez aucune raison d’avoir mauvaise conscience, ou de vous défendre en plus que d’expliquer, ni de mettre en évidence les poutres dans les yeux des autres.

    Répondre
  20. Nati
    Nati dit :

    Avez-vous lu les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz ?
    Je vous souhaite un merveilleux chemin vers vous même et ce(ux) que vous aimez
    Nati

    Répondre
  21. Testouille
    Testouille dit :

    Bonjour,

    Après plusieurs années de silence, je reviens faire un petit commentaire sur ce site qui, ma foi, n’a jamais changé d’idées et d’opinions, ce qui est à mon sens une bonne chose.

    Agnès, après m’avoir apporté beaucoup de choses sur le plan social, j’espère que ton parcours va continuer positivement, mais vivre sur le Net uniquement grâce aux dons, est une utopie en France. C’est peut être dû à la crise, mais aussi – et surtout – à la mentalité latine qui veut que, si on peut avoir les choses gratuitement, pourquoi payer ? J’en avais même fait un article ici : http://olivierpons.fr/2011/04/14/ad

    Aujourd’hui, l’écart social se creuse et la classe du haut pense avoir de plus en plus de pouvoir sur la classe du bas. Je viens d’en vivre deux fois l’expérience : quand on est webmestre (pardonne moi mais au lieu de dire "Webmastering" (cf ton CV), je préfère essayer de rester un peu français dans la mesure où ça reste compréhensible même par les commerciaux – oui, ceux qui pensent pouvoir mieux mentir aux potentiels clients en utilisant des termes anglais dans un contexte totalement inadéquat afin de faire mieux passer la pilule), les directeurs et autres patrons ne supportent pas de ne pas avoir le pouvoir.

    Dans le contexte d’aujourd’hui, il est évident qu’il devient de plus en plus difficile pour une personne – aussi compétente soit-elle – de dire "Bonjour, patron, je suis au chômage, je suis très "sociale" et je cherche un travail, mon blog sur le côté social est parmi les dix meilleurs de France, voulez vous m’engager ?". Imagine-tu qu’un patron soit d’accord, en 2011, pour – ne serait-ce qu’imaginer – perdre un peu de pouvoir à cause d’une employée qui rendrait tout le monde un peu plus social, sociable, et humain ?

    Non.

    Dans notre contexte, voici un discours qui plairait à tous les patrons et directeurs que j’ai croisé sur mon chemin : "Bonjour, je suis prête à travailler jour et nuit pour un travail de misère, ne plus avoir de vie de famille, et vous aider à vous acheter votre quatrième villa – peu importe si elle vous sert ou pas, et je suis prête à vous aider à mettre dehors tous ces gens qui essaient d’avoir une vie ailleurs qu’au travail, et à vous aider à avoir un maximum de pouvoir – y compris sur moi, si vous m’embauchez."

    C’est aussi désolant que triste, mais nous continuons dans le sens de cette américanisation lamentable.

    Je te souhaite bien sûr une bonne continuation, et de continuer aussi ce blog qui, quoiqu’éprouvant une certaine honte – voire une honte certaine – en lisant mes premiers commentaires, a réussi à faire en sorte que… j’y tienne !

    Répondre
  22. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Bonjour Bertrand et merci.

    En fait, je réponds aux gens qui laissent un petit mot avec leur don, tu en as la possibilité par l’interface Paypal, mais tu as peut-être raison. Cela dit, je te réponds ici et c’est encore plus sympa. Pour ce qui est de suivre par mail, il y a en haut à droite un lien vers l’inscription à la newsletter, ce qui devrait répondre à ta demande. Sinon, vu la cadence à laquelle j’écris, les dons se font aussi rares que mes billets, ce qui est logique, non?

    Ensuite, comme tu t’en doutes, j’ai accès à la géolocalisation, du coup, quand j’ai vu le don hier soir et d’où il venait, j’ai plutôt pensé que le gars s’était trompé dans une manœuvre 😉

    Voilà.

    Répondre
  23. Bertrand
    Bertrand dit :

    Il n’y a que deux blogs auxquels j’ai versé un don par Paypal, celui-là (que j’ai redécouvert hier, pas évident pour moi de suivre en permanence parce qu’il n’y a pas d’option pour recevoir les nouveaux posts par mail – sauf si je l’ai zappée) et un blog américain de surveillance des ponzis et autres arnaques par le net.

    L’autre blogueur m’envoie systématiquement un petit mot de remerciement après chaque don. Toi Agnès (je ne sais plus si on se tutoie, ça fait tellement d’années que je te lis que ça me parait naturel mais comme on n’a pas gardé les Morano ensemble et que je préfère en général le vouvoiement je repasserai au vouvoiement si tu préfères) tu n’envoies pas de mail de remerciement (ou peut-être à partir d’une certaine somme ?)

    Tu devrais à mon humble avis faire ce qu’on appelle en internet marketing (bouh l’argent c’est sale !) un split test : une année tu fais un petit mail de remerciements aux donateurs, et tu vois si ça les motive à remettre une pièce dans le cochonnet. Evidemment c’est difficile à faire car suivant les périodes tu écris plus ou moins et logiquement les dons suivent le même rythme.

    J’en profite pour à la fois te féliciter et te remercier pour ton blog.

    Répondre
  24. John
    John dit :

    Bien le bonjour, Monsieur Bertrand ! 😉

    Connais-tu les « agrégateurs de flux » RSS ?
    Non, semble-t-il.
    Ce système permet à ton navigateur ou à une application autonome de te signaler les nouveautés sur les sites que tu désignes et qu’il consulte automatiquement à intervalles réguliers.

    Répondre
  25. Bertrand
    Bertrand dit :

    @Agnès : merci pour le lien vers la newsletter !

    @John : j’avoue que je ne me sens pas à l’aise pour utiliser les agrégateurs de flux, ce qui est bien embêtant pour les sites sans newsletters ou envois par email d’annonces de nouveauté.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *