Premier tour de piste

Je pensais rester chez moi, comme d’habitude, pour faire des choses intéressantes, mais l’occasion était trop belle de se raffermir le jarret tout en m’exprimant… à ma façon.


Il aurait pu faire beau, c’était même au programme, mais finalement, ce fut un dimanche matin frais et maussade qui avait perdu jusqu’au souvenir du printemps. Ne pas y aller, ça aurait fait démissionnaire. Y aller, ça fait complice. Et puis, dans le théâtre des ombres, il n’y a plus grand monde d’intéressant.

  • Pense à jeter la poubelle en passant !
  • Ben non, j’y vais en vélo.

Je sens que je l’agace, mais c’est que j’ai des convictions, moi, monsieur ! Et mes convictions, je n’en fais pas honteusement état une fois de temps à autre, bien planquée dans l’isoloir. Non, je vote avec ma vie, avec mon corps, tout le temps. La politique ce n’est pas qu’une affaire de mots, même si les mots sont importants, c’est avant tout la somme de nos pratiques. Alors, je pédale. Pour m’aérer les idées, pour muscler la femme-machine qui doit encore me faire de l’usage, parce qu’on ne démarre pas la bagnole pour faire deux kilomètres.

L’air est vif, mais je suis en civil. Jeans, veste en cuir et cheveux aux vents. C’est que je vais au bureau de vote, moi, messieurs-dames, pas au dernier marathon de l’Armagnac. L’affaire est sérieuse. j’ai même soigneusement imprimé mon bulletin de vote avant de partir. Mais le message n’est pas là. Je suis le message.

Je déboule au bureau de vote du microbled sous les applaudissements des présents :

  • C’est bien la première fois que quelqu’un vient voter à vélo !
  • Ben toi, au moins, on sait pour qui tu votes.

C’est surtout la première fois que je me pointe au bureau de vote. Ce qui est aussi un message en soi. Avec le vélo.

  • Bon, ça fait un bail que je ne suis pas venue et autant le dire tout de suite, je viens à poil : pas de carte d’électeur (paumée depuis longtemps), pas de pièce d’identité, rien, que dalle, les mains dans les poches… enfin, sur le guidon, sinon, c’est casse-gueule !
  • T’inquiète, on sait que tu es sur la liste.

Tournée de bises. Le conseiller au chambranle note dans un grand sourire que j’ai les joues fraîches.
C’est que le sport, c’est vivifiant ! Bien plus que la politique, d’ailleurs.
Je rentre dans l’isoloir sans ramasser le matériel électoral. Ça aussi, ça fait partie du message. Je vote en rigolant et commence à me carapater sans émarger. On me rattrape dans un grand rire : c’est fou comme les élections leur collent la banane, à tous.

  • Si vous avez besoin, je peux venir pour le dépouillement.

Nouveau rire :

  • On est presque plus nombreux que les votants, ça ne va pas mettre deux heures, tu sais.
  • Mais vous pouvez venir quand même, si vous le souhaitez, ça nous fera plaisir.

Je repars dans un nouvel éclat de rire qui accompagne mon très remarquable départ sur ma fougueuse monture de métal. Je colle à la roue d’un monospace un peu mou du genou qui se gare 100 mètres plus loin… Faut vraiment avoir de jambes soudées au tronc pour sortir la bagnole pour 100 malheureux petits mètres. À ce tarif-là, vaut mieux s’assumer comme abstentionniste.

Finalement, cela aura été l’affaire d’un petit quart d’heure et je me sens d’humeur guillerette, du coup. J’aurais bien voulu voir leurs têtes quand ils ont ouvert mon enveloppe, mais à ce niveau-là, cela aurait été de la gourmandise.

Powered by ScribeFire.

49 réponses
  1. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Dans mon bled, la dernière fois, j’ai constaté qu’on avait été 163 à voter pour ce que je vote… sur les 24000 habitants de la ville, c’est… très peu…

    Finalement, ce rôle d’abstentionniste… à coup sûr t’es du côté de la majorité. C’est d’une certaine façon la situation la plus confortable… intellectuellement parlant :-))

    Répondre
  2. raja
    raja dit :

    rafraichissant billet…moi y’a du frontiste et de l’umpiste de partout, j’ai l’impression d’être dans un vieux remake de romero, une espèce d’histoire de zombie ou le plus ancien d’eux, le borgne ne lache jamais l’affaire, pire il procrée et sa procréation procrée…c’est horrible…

    Répondre
  3. JCC
    JCC dit :

    Élections… pièges à cons…
    Les élections telles qu’elles nous sont présentées ne servent à rien. On nous impose le cadre libéral et dans ce cadre on doit choisir la couleur du libéral. Toutefois concilier ce fait avec la nécessité d’exercer un droit chèrement acquis peut se traduire par un vote blanc ou nul, y compris en allant le déposer à vélo!!!
    🙂

    Répondre
  4. paul
    paul dit :

    ben, moi aussi je suis allé voter en prenant le vélo, comme à chaque fois que je vais au village et j’en suis à 2km, et l’autre village aussi où il y a la pharmacie, qui est à 6km…

    bon, j’ai regardé les affiches.
    y’en avait qu’une seule qui ne faisait pas du spectacle : juste une petite photo très humble, et un texte bien écrit visant pile poil dans le panier de crabes.

    ben j’ai pris juste la feuille qui correspondait à l’affiche. je l’ai mise dans l’enveloppe dans le confessionnal, et j’ai voté :

    LUTTE OUVRIERE

    simplement pour leur dire que y’a des gens qui les reconnaissent et espère dans le projet de société communiste qui est le leur.

    Répondre
  5. Yannick Patois
    Yannick Patois dit :

    Je vais t’éclairer sur la "têtes" de ceux qui dépouillent et voient ce genre de choses (j’en reviens).

    La plupart, comme moi, se sont porté volontaires, parcequ’il en faut bien et autant avoir un oeil sur ce qui se passe.

    La plupart du temps, l’ambiance est sympa, mais studieuse; dépouiller, ça prend du temps, les erreurs sont vite arrivées (et après il faut recompter), je laisse ma compagne et mes enfants à la maison et je ne tiens pas à y passer la nuit non plus.

    Chaque "blague" de ce genre, c’est du temps de perdu qui interromps le rythme du dépouillement; il faut faire correctement constater la nullité du bulletin, le garder sur un coté à part (il faudra ensuite signer chaque enveloppe contenant un nul individuellement). Ce soir, il y avait un mouchoir en papier (je n’ai pas vérifié s’il était usagé ou non), bref, c’est amusant, mais ça lasse vite.

    Évidemment, aucun politique ne voit cela (je n’en ai jamais vu au dépouillement, parfois des militants de bases, le plus souvent, de simples citoyens et des employés payés par la mairie); les urnes remontrent à la pref avec les nuls dedans, mais sauf accidents rarissimes, je suppose que personne ne va jamais réouvrir l’enveloppe où nous les avons placés; ils se contentent du résultat chiffré que nous donnons (avec la simple mention du nombre de blanc/nuls confondus).

    Ca me parait être du même niveau que les gamins qui cassent des bouteilles en verres sur les pistes cyclables (oui, il y en a), qui doivent trouver amusant d’imaginer que quelqu’un va perdre du temps à réparer une crevaison; ado un peu bourré, à la limite je conçois encore, mais là, venant de toi (que j’estime beaucoup), j’ai du mal à admettre que tu consacres autant de temps et d’énergie à gâcher librement celui des autres.

    Je ne répondrai pas sur le fond, je l’ai déjà fais sur ton blog (https://blog.monolecte.fr/2008/…), mais je me permet de dire que quelque soit ton opinion sur le vote, je ne peux que désaprouver ce geste, qui n’a aucune autre incidence de me faire perdre du temps, sans jamais atteindre ta cible (je suppose que ce n’est pas au dépouilleurs que tu en as).

    Un conseil, ne te déplaces pas du tout, là, oui, ça nous fait gagner du temps.

    Merci de ton attention,

    Yannick

    Répondre
  6. Idiocratie
    Idiocratie dit :

    S’abstenir, voter nul, voter blanc… Je crois que le vrai problème c’est que le peuple n’a, en fait, pas le moyen de s’exprimer. J’en veux pour exemple que si on met "autre chose" dans l’urne, c’est considéré comme nul ! Tout un symbole !

    C’est celui qui fixe les règles qui a le pouvoir. Et c’est ceux qui ont le pouvoir qui fixent les règles. Et j’ai l’impression qu’ils voudraient que ç’ait l’air un tant soit peu démocratique. Alors quand il y a un peu beaucoup d’abstention, ils aiment pas trop ça… Mais c’est vite oublié, jusqu’à la prochaine élection.

    Répondre
  7. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Eh, pardon, erreur d’interprétation (3), j’avais pas bien regardé l’illustration… Mais vu la manière dont ils se débrouillent tous (journalistes et politiques) pour évacuer quasi totalement un pourcentage effarant d’abstention pure et simple, sans parler des non inscriptions que personne n’essaie même d’évaluer, je crains que ta protestation…

    J’essaie de protester, moi aussi, mais différemment. Je vote (ou pas, selon mon humeur) sans y attacher plus d’importance que ça, mais je ne perds jamais une occasion de rappeler tout le contexte. Les choix biaisés, les abstentions et les non inscriptions, les positions majoritairement convergentes de prétendus adversaires, et, cerise sur le gâteau, la manière dont on fout tout simplement notre vote à la poubelle quand il n’est pas conforme aux attentes.

    L’impact est infinitésimal, et la satisfaction surtout personnelle. Ce qui n’est pas rien, après tout!

    Répondre
  8. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Finalement, j’aurais dû protester de la maison, parce qu’à pédaler dans la campagne rafraichie, j’y ai surtout gagné une crève carabinée… d’où l’intérêt de pédaler avec l’équipement anti-froid et non pas en civil.

    Maintenant voter nul et le faire savoir n’est pas plus dérisoire que de voter pour une des listes en présence. Où il y a surtout des pros de la politique qui gère les campagnes comme des entretiens d’embauche afin de tenter de se maintenir près de l’assiette au beurre. Et d’où rien ne sort de bien concret pour les truffes de votants. Tiens, aujourd’hui, on recommence à mettre les gens dehors en cas de défaillance pour payer… qui remet en question cette loi de merde? Qui remet en question la manière dont la propriété grave dans le marbre les inégalités et les creuse, de génération en génération?

    Répondre
  9. des pas perdus
    des pas perdus dit :

    Bien d’accord avec mimile, au 1er tour, tu as le choix et c’est assez simpliste de tout réduire au tous pourris de l’assiette au beurre…

    Et puis, il y a la vie aussi après le vote, l’engagement militant désintéressé ça existe aussi… même si c’est très décalé et pas très fun par rapport aux comportements valorisés par le système.

    Répondre
  10. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Manière, voter nuit à la santé (j’ai le nez comme une patate, là), donc, au prochain tour, je vais le jouer gagnant sur le front du mouchoir en papier en restant à la maison 😉

    Et oui, Chris, j’ai une crise morale, na!

    Répondre
  11. mimile
    mimile dit :

    Ben, justement, il y en avais plusieurs, de listes qui veulent remettre en cause cette situation, voir cette loi.
    C’est pas la peine de chercher des arguments, il n’y en a pas, à voter nul.
    Assume ton ras le bol, il n’y a pas de honte
    Tant que tu te bouges à côté …et qu’il y en a qui vote pour toi.

    Répondre
  12. chris
    chris dit :

    C’est beau cette France rurale en pleine crise morale, allant jusqu’à arborer l’étendard cycliste pour accomplir son tour des urnes; le camarade Cohn-Bendit doit en être tout ému en caressant son fauteuil européen.

    Répondre
  13. herve_02
    herve_02 dit :

    Plutôt que de faire perdre leurs temps aux gentils numéros 8 qui dépouillent et pour faciliter le décompte des voix, je ne suis même plus inscrit sur les listes électorales.

    Le seul truc qui me chiffonne, c’est que le gentil numéro 8, il pense vraiment que l’on peut changer les choses en votant (ce qui est le crédo du votant.) Et il faut surtout pas que l’on sorte du cadre : prendre le bon papier que l’on met dans la bonne enveloppe parce que sinon ca lui fait perdre du temps au gentil numéro 8 qui dépouille, et le gentil numéro 8 qui dépouille (parce que c’est important de voter) il veut pas trop y consacrer du temps à la gestion du vote et il faut pas lui faire perdre son temps parce que son temps est plus important.

    En fait, c’est important ou pas de voter ? Cela n’a rien de personnel contre les milliers de numero 8 bénévoles qui dépouillent, mais contre ce message : "reste chez toi plutôt que de venir nous faire chier avec ton bulletin de merde" (interprétation toute personnelle qui n’engage que son auteur (de l’interprétation))

    ps : ce genre de message de non vote pro-actif n’est peut être pas lu dans un petit bled dont tout le monde se moque, mais les militants acharnés le voit bien ce bulletin, et ils savent que ce n’est pas un vote ump de perdu. et si il y en a 300 et que la différence de voix est de moins de 300, ils vont vraiment s’en apercevoir.

    Répondre
  14. Idiocratie
    Idiocratie dit :

    Je ne suis pas un numéro… Euh, non, pardon : je ne suis pas une carte d’électeur, je suis un homme libre ! 🙂

    Le numéro 8, c’est un des personnages du "Prisonnier" ? 😉

    Répondre
  15. Yannick Patois
    Yannick Patois dit :

    Bonjour "herve_02".

    Je suppose que tu cherchais volontairement à être méprisant en t’adressant à moi en utilisant le numéro d’ordre de mon message plutôt que mon prénom, qui est pourtant clairement affiché. Comme niveau de débat, on a vu mieux.

    Je vais toutefois répondre aux deux ou trois choses que tu avances.

    Ce que je voulais dire dans mon premier message était "Avec ton vote fantaisie, tu crois envoyer un message aux politiciens, quand la seule conséquence d’icelui est d’ennuyer les gentils numéro 8 anonymes". Je pensais que c’était clair.

    Et cette proposition est *indépendante* de savoir si le vote est ou non utile; c’est pourquoi une réponse sur ce plan n’est pas pertinente. J’ai donné dans le message "numéro 8" un lien vers une argumentation sur l’utilité du vote: on peut en débattre. Je serais curieux d’ailleurs d’y avoir tes arguments, au delà de l’invective et du sarcasme gratuit.

    Finalement, en PS, tu sorts un argument pertinent sur ma proposition. De manière amusante, il semble bien d’ailleur que celui-ci présuppose, pour être accepté, que l’on est convaincu de l’utilité du vote: si un vote est inutile, 300 le sont tout autant. Donc si ces 300 votes font sens pour toi, c’est qu’un seul fait au moins un 300ieme de sens 😉

    Cependant:
    – "peut être pas lu dans un petit bled dont tout le monde se moque"

    Tu peux rapidement vérifier que je ne suis pas "dans un petit bled dont tout le monde se moque"; et j’aurais tendance à penser l’inverse: les politiciens du "petit bled" ils sont dans la salle de dépouillement, les politiciens du gros bled ils sont à la TV et ne les voient donc jamais ces bulletins.

    Donc inversons: dans un petit bled (tel que semble le décrire Agnès) il est possible que les élus locaux voient ces bulletins, dès que l’on est dans une ville importante, cela n’arrive plus.

    – "ils savent que ce n’est pas un vote ump de perdu. et si il y en a 300"

    Déjà, y’en a pas 300, mais plutôt 3. Pour 600 abstentions et 200 qui ont votés une autre liste. Donc si je suis candidat, je vais d’abord regarder les 600, puis les 200, pour le reste, on peut négliger.

    Et enfin, puisque finalement tu sembles penser que le vote est utile, et que pour Agnès (et toi dans cet exemple) le but de cette démarche est de faire savoir au PS qu’ils ne sont pas assez à gauche (si je comprend bien, c’est toute l’ambiguïté du vote blanc, nul ou abstention: on lui fait bien dire ce qu’on veut); vaut-il mieux en pratique:
    a) Voter blanc/nul que chacun interprétera à sa sauce?
    b) Voter une liste à gauche du PS?

    Je crois que (b) est plus pertinent, est-il besoin d’une longue démonstration pour le comprendre? Les électeurs FN l’ont bien compris, qui à force de voter à droite de la droite ont poussé la droite à se rapprocher de plus en plus des thèses frontistes pour récupérer leur électorat. Est-il inconcevable de le faire à gauche?

    Merci de ton attention,

    Yannick

    Répondre
  16. herve_02
    herve_02 dit :

    bonjour yannick

    Pour le numéro 8, c’est parce que je ne m’adresse pas à la personne en tant que telle qui est éminemment respectable mais à ce qui est écrit. Non, je ne suis pas méprisant, mais j’ai du mal à voir dans la même phrase le vote est important et ne me faites pas perdre mon temps lorsque je dépouille.

    Dans la ville important le "militant affecté au dépouillement" remontera les infos.

    Non, pour moi le vote n’est pas un acte important. Ceux qui gouvernent sont capable de changer les règles du jeux lorsqu’ils le veulent alors c’est une mascarade. Ensuite sur le résultat, entre ump et ps, tu crois que fondamentalement il y aura une différence ? les 5 millions de chomeurs vont disparaitre ? la croissance reviendra ? Tu penses qu’un parti non porté par les médias a une chance de faire plus de 10% ?

    Ensuite, sur les abstentions, tout le monde sait que c’est un échec des politiques, on peut se le cacher en donnant des tonnes de raisons (le temps, la pèche, les enjeux) c’est un échec du monde politique à donner envie qu’on s’intéresse à eux.

    On les méprise, c’est comme un prof qu’on écoute pas ou dont on sèche les cours, on peut toujours gloser sur les élèves, mais si 50% des élèves ne vient pas en cours, le fautif c’est bien le prof et le système

    le vote est un alibi pour le ‘semblant’ de démocratie.

    Répondre
  17. papy joker
    papy joker dit :

    Comme Yannick Patois, je dépouille parfois. La dernière fois, j’ai contresigné (entre autres) une feuille de PQ (propre) et chacun des petits morceaux d’un bulletin déchiqueté. Visiblement, ça n’amusait que moi – je suis bon public – mais je suis bien sur qu’aucun des candidats n’a rien su de cette manifestation de défiance.

    Répondre
  18. Yannick Patois
    Yannick Patois dit :

    Salut Hervé,

    Merci de ta réponse.

    "j’ai du mal à voir dans la même phrase le vote est important et ne me faites pas perdre mon temps lorsque je dépouille."

    Je ne vois pas où j’ai écris que le vote était important dans le texte que j’ai rédigé, mais le fait que tu ais cru le lire me parait révélateur; je reviendrai là dessus plus bas.

    Globalement, je suis assez d’accord avec ton constat, à la fois sur l’efficacité du vote et la valeur de nos hommes politiques, mais cela ne me conduis pas à la même conclusion que toi.

    Je reprend quand même ligne à ligne, juste pour en discuter.

    – "Ceux qui gouvernent sont capable de changer les règles du jeux lorsqu’ils le veulent alors c’est une mascarade."

    Comme beaucoup de proposition à l’emporte-pièces, c’est à la fois trivialement vrais (ceux qui gouverne sont ceux qui ont le pouvoir – donc aussi celui de modifier les règles électorales), et grossièrement erroné (il me semble peu possible à l’UMP, par exemple, bien que contrôlant l’exécutif et le législatif de modifier le code électoral d’ici le second tour des régionales afin de l’emporter partout).

    Disons que "ceux qui gouvernent sont capable de changer les règles du jeux" est vrais, mais pas "lorsqu’ils le veulent" ni "quand ils le veulent". Dans ces interstices existe donc un peu de place pour agir sur "ceux qui gouvernent".

    – "entre ump et ps, tu crois que fondamentalement il y aura une différence ? les 5 millions de chomeurs vont disparaitre ? la croissance reviendra ?"

    Je ne fais pas beaucoup de différence entre l’UMP et le PS sur la politique économique, c’est en partie ce qui semble mécontenter Agnès, et je la comprends! De plus, lorsqu’un système économique planétaire subit une crise magistrale telle que celle que nous vivons, je doute que qui que ce soit, élus dans une région française (ou même élu président d’un pays de 60M de personnes) puisse en infléchir significativement le cours à lui tout seul. Le chômage, c’est plus facile à résoudre, même si pour cela il faudrait sans doute renoncer à la "croissance".

    – "Tu penses qu’un parti non porté par les médias a une chance de faire plus de 10% ?"

    Oui: le FN, marginalisé durant des décennies (avec des scores autour du %), toujours plus ou moins tabou, en est la preuve; bien sûr, il lui a fallu bénéficier d’un coup de pouce, mais il a su en profiter.

    – "si 50% des élèves ne vient pas en cours, le fautif c’est bien le prof et le système"

    Tout à fait; mais y’a pas de raisons que cela change si on ne s’en mêle pas.

    – "le vote est un alibi pour le ‘semblant’ de démocratie."

    C’est un argument qui se tient; mais il ressemble beaucoup à celui de la politique du pire; car la conclusion logique est "espérons que les choses empirent jusqu’au moment ou tout va pêter". D’une part on peut sans doute attendre longtemps, et d’autre part quand ça pête, c’est souvent coûteux (en vie humaines, en ressources détruites, en bilan écologique, etc.) mais de plus avec un résultat plus qu’incertain (au jeu de la violence, c’est le plus violent qui gagne: en général c’est pas le plus sympa). Alors, autant faire son possible pour essayer d’y arriver autrement.

    je reviens sur l’importance du vote que tu mentionais au début. Je crois que tu n’as pas lu le texte que je liais (https://blog.monolecte.fr/2008/…), je t’invite à y faire un tour (ça m’évitera de me répéter). Mais en résumé, je crois que bon nombre de personnes pratiquent l’abstention parcequ’ils ont une vision trop haute du vote et de la "démocratie" (enfin ce qui en tient lieu chez nous). C’est peut-être parce que tu juges le vote trop important que tu ne votes pas. J’en tiens pour preuve (ou en tout cas indication probable) que tu participes probablement à des manifestations, voir même signe des pétitions: qu’est-ce que cela, sinon reconnaître le pouvoir politique et essayer d’influer sur lui par le nombre via des moyens d’efficacité variables, et parfois franchement négligeables (j’ai signé des pétitions, des fois, autant pisser dans un violon).

    Dis-toi juste que le vote, c’est une forme un peu plus efficace de pétition, ou un peu moins directe de manifestation, et c’est tout; dans l’espace pseudo-démocratique dont nous disposons actuellement, c’est un des outils dont nous pouvons faire usage; il ne faut pas le sacraliser, bien sûr, mais pas le négliger non plus.

    Yannick

    Répondre
  19. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Rhooo, vous êtes chiants : ça fait deux ans que que m’abstentionne grave pour cause de déni de démocratie sur le TCE. Là, je voulais marquer le coup. Voilà, ça m’a amusé, ça m’a permis de voir du monde et de chopper une grosse crève velue qui fait que ce soir, j’ai dû annuler la sortie d’escalade et que je suis carrément déprimée. Promis, je ne le ferai plus!

    Répondre
  20. JCC
    JCC dit :

    Un peu d’accord avec Yannick Patois. Le politicien c’est pas un bulletin nul ou blanc qu’il lui faut, c’est plutôt un coup de pied au derche. Le problème de cette méthode est qu’il faut être un certain nombre à le pratiquer pour que ça fonctionne.

    Répondre
  21. Contypé
    Contypé dit :

    Ouais !
    C’est mesquin; c’est vrai mais ça fait du bien ! Surtout quand la radio nous serine 100 fois par jours qu’il faut absolument envoyer un échantillon de merde le plus rapidement possible:
    Le colorectal, ça commence à bien faire !

    Mais je vote quand même et sérieusement.
    Je vote systématiquement pour ceux qui sont en place, c’est un question de tactique offensive. Comme ça fait déjà quelques années qu’on les fait chier, je trouve que c’est dommage de changer. C’est un peu comme si une équipe de foot demandait à ce que l’adversaire fasse entrer des joueurs frais sur le terrain, si vous voyez ce que je veux dire.
    Les mecs en place, faut les garder, faut pas les lacher et les harceler jusqu’à ce qu’ils bossent ou qu’ils se barrent; Comme un vulgaire cadre télécom en quelque sorte.
    En plus, quand on peut agiter quelques casseroles devant le politique, il est nettement plus calme et il travaille mieux …

    Répondre
  22. Idiocratie
    Idiocratie dit :

    À propos de "crève"… On n’entend plus beaucoup parler de la grippe A / H1N1 !

    C’est de la folie, quand on y pense. Passer de "la fin de l’humanité" à "un tout petit microbe", à "rien", à l’oubli… c’est incroyable. Y’ a pas à dire, à chaque fois ils nous prennent pour des cons, et presque à chaque fois on se fait avoir. Prendre les gens pour des cons, ça marche ! Mais c’est quand même difficile à admettre, quand même… Mais ça fonctionne.

    Répondre
  23. Contypé
    Contypé dit :

    En vérité je vous le dis :
    Si un jour Bachelot fait 62% avec un programe de vaccination, pas de doute : on est mort !
    Seuls seront sauvés ceux qui savent faire du vélo sans attraper la grippe !

    Répondre
  24. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Chiara (29) tu me fais penser à ceux qui, dans mon enfance, me forçaient à finir mon assiette (ou, bizarrement, à me priver de chocolat pendant le carême) paske les pti négrillons zavaient faim.

    Si j’avais pu la leur envoyer, mon assiette!

    Répondre
  25. herve_02
    herve_02 dit :

    yannick

    Non, le vote c’est pas une pétition en mieux. c’est pareil, sauf que la pétition c’est toi qui décide de la question et de la réponse.

    Pour le changement de scrutins, il faut bien imaginer que s’ils sont méchants ils ne sont pas idiots et pensent à long terme, le but n’est pas que ump gagne contre ps (ils s’en carrent), le but c’est que ump et ps se partagent la sauce parce que tous les deux, ils sont les enfants de ce qui gouverne le monde, des machines à broyer de l’homme pour construire un monde meilleur pour eux. Maintenant que le nain ou la chèvre veulent gagner oui, c’est un peu comme le chef de classe à l’école, mais in finé, le chef de classe il ne sert qu’a maintenir la classe dans le rang (comme avec les syndicats)

    Répondre
  26. lou passejaïre
    lou passejaïre dit :

    on doit définitivement pas avoir les mêmes valeurs …

    pas que nos 13% en limousin puissent changer la face du monde, personne pouvait y croire , mais que ces "communisses" dont tout le monde disait qu’ils n’étaient que les caniches obéissants du P(s) retourneraient se coucher aux pieds de leur maitre , ils ont mordu …
    ils ont refusé de se/nous renier au point de sacrifier les copains du NPA pour une vice présidence et 3 bricoles …ils ont montré que en bossant ensemble , on apprenait à se respecter, avec nos différences …
    alors , entre ceux qui refusent de passer sous les fourches caudines et ceux qui refusent de se battre … parceque c’est plus fatigant qu’une ballade à vélo …
    http://brive-la-gaillarde.over-blog

    Répondre
  27. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Le truc, c’est qu’on a testé les deux… et que le petit peuple des précaires, mal payés, dont je fais partie, n’a pas bien vu la différence entre les deux. Enfin, si on excepte la parenthèse 81-83, le temps que les socialos de gouvernement se soumettent à la logique des marchés et se mettent à faire la même chose que la droite, mais en se sentant gentils parce qu’enrobant leur abdication sous des tonnes de vaseline. D’ailleurs, comme le faisait remarquer Marc Vasseur, c’est dans les quartier populaire, là où il y a le plus de petits employés, d’ouvriers et de chômeurs, qu’on s’est le plus abstenu. Parce que les pauvres ne sont pas plus cons que les autres. Ils ont bien remarqué que presque toutes les formations politique ne regardent jamais plus bas que le milieu de la classe moyenne et qu’elles ne s’intéressent aux gueux que le temps de leur ravir leur voix, avant de les passer en pertes et profits de la grande course capitaliste glorieuse!

    Les seuls qui s’intéressent encore vaguement à la population des perdants du grand jeu de chaises musicales planétaires sont à gauche du PS et le problème, pour nous tous, c’est qu’ils vont au combat en ordre dispersé, ce qui nous prive pour longtemps de toute chance d’accéder au pouvoir!

    Répondre
  28. flyv
    flyv dit :

    Ceux qui mettent PS et UMP dans le même tonneau font une lourde lourde erreur. Et qui trinque ? Les petits les faibles les malades les chomeurs,…. c’est pas le patron du CAC qui a besoin de l’hôpital public, de la poste ou de l’école communale d’à côté, d’une indemnisation. Droite Gauche même mascarade ? Ne vous plaignez plus de l’enfer sarkozyste, apres on aura le clone de Berlu ou de Marine et tout sera pire et vous ne voterez toujours pas. Absention puérile ou égo hypertrophié (respecte pas MES valeurs à MOI ?) Et la démocratie continue à se déliter. Bravo !

    Répondre
  29. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Exemple: Vaulx-en-Velin, abstentions = 72,93% / Blancs & nuls = 0,70% / Suffrages exprimés = 26,36%

    /dont/ parti Sosse = 34,2% (soit 1736 voix sur 19234 inscrits), parti Fasciste = 16% (810 voix), front de Gauche = 13,4% (677 v), parti Sarkozyste 12% (594 v), le reste étant anecdotique (NPA, LO et le parti Orange pleurent misère).

    Putain, le genre de résultats qui méritent qu’on s’assoie et qu’on les relise, je vais d’ailleurs copier/coller ce om. chez moi…

    Répondre
  30. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Ce résultat me fascine. Je le lis et le relis. Je contemple ce #megafail politique qui pourrait être à mon avis aussi bien la pierre tombale du gouvernement en place que celle des (non-) espoirs que la gôôôôche ne parvient pas une seule seconde à susciter dans les classes populaires et défavorisées de ce pays.

    Et pour cause. On peut être pauvre, on n’est pas forcément con, hein !

    Devant une telle absence d’alternative, on n’est plus très loin d’aller décrocher les fourches ou leurs équivalents modernes…

    Répondre
  31. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Ce résultat me fascine. Je le lis et le relis. Je contemple ce #megafail politique qui pourrait être à mon avis aussi bien la pierre tombale du gouvernement en place que celle des (non-) espoirs que la gôôôôche ne parvient pas une seule seconde à susciter dans les classes populaires et défavorisées de ce pays.

    Et pour cause. On peut être pauvre, on n’est pas forcément con, hein !

    Devant une telle absence d’alternative, on n’est plus très loin d’aller décrocher les fourches ou leurs équivalents modernes…

    Répondre
  32. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Brigitte Celerier: J’achète pas l’argumentaire. Foireux, biaisé, original comme une crotte de chien sur un trottoir, et surtout la source du « Votez pour nous non pas parce qu’on est bons, on est nuls, menteurs et malhonnêtes, mais votez pour nous : l’autre est pire ! »

    Le premier choix qu’on peut faire est celui de refuser ce jeu.

    Répondre
  33. flyv
    flyv dit :

    OK pour ces constats généraux, que la gauche s’est libéralisée et a perdu, trahi les classes populaires sur le front de la mondialisation et du libéralisme délétère… vous parlez de vaseline c qand même la goche vaseline qui a fait la CMU, qui revalorise un peu les minima sociaux, fait des emplois jeunes, de la proximité etc…. Ben je peux vous dire pour ceux qui en profitent c quand même mieux que rien. Je vous rassure je suis pas militant PS ou EU. Rien. juste citoyen lambda.

    Répondre
  34. brigitte Celerier
    brigitte Celerier dit :

    quelles que soient les raisons qu’on se donne, il fait être conscient que la protestation/abstention a en fait nom démission et sera oubliée le lendemain du second tour.
    Sans nos régimes "démocratiques" le choix est entre le vote, accepter de n’avoir plus qu’à fermer sa gueule ou la révolution (qui ne se fait pas seul).
    Quant à ne pas trouver quel est le meilleur choix c’est en général le cas dans la vie, alors on s’arrête, on s’interroge et on essaie de se déterminer par ce que disent les papiers qu’on vous met dans les mains, surtout par les actions passées des groupes ou partis en présence – rendre le risque de se tromper et y gagner le droit de protester ensuite

    Répondre
  35. Idiocratie
    Idiocratie dit :

    Non, et puis aussi, il ne faudrait pas négliger que (je pense) les abstentionnistes ont (peut-être) comme "admis" que, les élections, c’était comme un jeu de hasard où on a peu de chance de "gagner".

    Au début, on joue le jeu, on accepte. Et, à force de perdre quasi systématique, on n’a plus tellement envie de jouer à ce petit jeu. On n’est pas capable d’expliquer pourquoi, mais on comprend quand même qu’il y a quelque chose dans les règles du jeu qui fait qu’on a peu de chance de gagner.

    Alors, oui, il y en aura pour dire qu’il faut continuer à jouer (à ce "petit jeu") parce qu’on va bien finir par gagner… mais il y en a un plus grand nombre qui ne veulent plus faire le moindre effort, qui ne veulent plus jouer… qui, on peut le dire, font de la résistance. C’est le niveau zéro de la résistance, mais ce n’est pas négligeable. Ça peut être le germe de quelque chose d’autre, comme ça peut être quelque chose sans lendemain.

    Répondre
  36. christian
    christian dit :

    Voilà t’y pas que l’argumentation des abstentionnistes me gagne !
    Et que je ne voterai pas dimanche !
    Ma voix vous avez gagné. Toutefois, il faut dire pourquoi on s’abstient.

    Répondre
  37. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Salut, Hakim et merci pour ton appréciation.

    Pour moi, la loi est là non pas pour favoriser l’une ou l’autre des parties, mais pour équilibrer les rapports de force. Il ne s’agit pas de foutre les proprios à poil, il s’agit que chacun puisse faire valoir ses droits dans un cadre commun et bien délimité. Là, pour cause de spéculation immobilière, le rapport de force est extrêmement désavantageux pour les petits, ceux que la loi est censée protéger. Les proprios louent tout et surtout n’importe quoi à n’importe quel prix, et la pression de la demande est telle, que tout passe. Ensuite, les gens sont saignés à blanc par des loyers odieux dans des apparts que rien ne force les proprios à garder en bon état et au final, tu te fais jeter comme une merde.

    Je trouve normal que les proprios aient des garanties (impayés, dégradations), mais j’aimerais qu’ils aient aussi des obligations : loyers encadrés, obligations de réparations!

    Voilà tout!

    Répondre
  38. Hakim
    Hakim dit :

    Salut Agnes. J’aime beaucoup ton blog.
    Dans un commentaire tu parles de la loi qui permet d’expulser les locataires. Je comprends qu’on puisse trouver ça scandaleux dans certains cas, mais ce genre de loi n’est jamais parfait… je pense.
    Sans vouloir juger personne, les gens ne sont pas tous de bonne foi. Comment louer un appartement sans pouvoir compter sur un cadre legislatif cas de problème ?
    Je suis originaire d’Algerie où je peux te garantir que question immobilier c’est free style. Resultat : beaucoup d’appartements sont fermés, les proprietaires ayant peur de louer. Qui sont les plus à plaindre ? J’en sais rien, je ne suis pas proprietaire et je n’ai pas eu le malheur d’être à la rue… pour l’instant.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *