A-quoi-bonnite aiguë

Samedi matin, Le Monolecte a manqué disparaître de la Toile. Pour de bon. J'avais le doigt sur la gâchette, mais je me suis laissé deux jours de réflexion sur la question de l'intérêt de laisser ce blog continuer à fonctionner.