Au bistrot

L'autre jour, sur Facebook, le réseau social où l'on a que des amis, quelqu'un faisait remarquer qu'en France, les troquets étaient plus ou moins désertés.
Bien sûr, il y a désaffection et désaffection. Il y a toujours des bistrots emblématiques plantés sur les voies de migration des touristes qui ne désemplissent pas, mais globalement, avec un petit kawa facilement à 2 € (13 balles, quand même !), il y a bien des estaminets qui dépérissent dans notre beau pays, aussi animés qu'un bureau de l'UMP un soir de régionales.