La beauté du geste

Ce n’est pas parce qu’on est athée qu’on n’a pas le droit d’allumer un cierge à Lourdes.


Ce n’est donc pas parce que je ne crois pas au vote que je suis obligée de m’abstenir. J’y suis allée, directement à la mairie du microbled, à l’heure où l’on sabre le pastaga. C’est la première fois que j’y mets les pieds. Pas à la mairie, mais dans la salle de vote. Je n’ai pas ma carte, bien sûr. Je crois bien l’avoir brûlée un soir de sombre ressentiment contre la connerie du barnum politique. Le gars rame un peu pour me trouver sur la liste d’émargement, mais bon, trois feuilles A4, même à l’envers, j’ai vite fait de me trouver dessus.
Il y a nettement moins de petits tas de bulletins qu’il n’y a d’affiches à l’extérieur. Il ne reste qu’un seul bulletin LO sur le bureau. Serais-je dans un fief ouvrier révolutionnaire sans le savoir ? En fait, j’apprends que les bulletins de vote, ça se publie à compte d’auteur. Donc, il y a ceux qui peuvent se payer une profession de foi glissée dans l’enveloppe préélectorale, ceux qui arrivent à fournir 10 bulletins là où il y a 80 votants inscrits et puis, il y a les fauchés, les sans audience et sans pognon qui t’invitent à imprimer directement ton bulletin de vote chez toi avant de te rendre à l’isoloir. Une fois de plus, c’est la voix du fric qui va l’emporter. J’ai toujours pensé que le matériel de vote était un service public, un truc financé collectivement pour assurer l’égalité entre les candidats.
Égalité, mon cul ! Faudra que je m’encorde une de ces nuits pour aller gratter ce mot creux du frontispice de la mairie.

En fait, j’ai décidé que je n’en avais rien à foutre de l’inutilité du vote. Je me concentre uniquement sur la valeur esthétique de la démarche. Il n’y a plus besoin d’ébénistes dans le monde d’Ikéa ni de caissières dans celui d’Auchan, ni de pions dans l’école de Sarko, mais cela ne m’empêche pas de profiter de la beauté du geste de tous ceux qui ont à cœur de bien faire leur boulot, de mettre quelques grammes d’humanité dans un monde de robots. Je ne crois pas non plus en Dieu ou en quoi que ce soit d’approchant, mais je ne rate presque jamais l’occasion de faire une escale dans l’église du bled que je traverse. Pour l’ambiance du lieu, pour la beauté des portants qui s’élancent vers le ciel, pour la fraîcheur de crypte qui te soulage des morsures d’un ciel d’été, pour la manière unique qu’a le silence de résonner sur les pierres multicentenaires, pour la mémoire des ces milliers de mains d’hommes et de femmes qui ont arraché du néant l’expression tangible de leur foi. Nul besoin de faire partie de la secte pour ressentir la puissance du sentiment religieux. Il y a quelque chose d’apaisant dans l’inutilité du geste pourtant exécuté en connaissance de cause. Il y a aussi quelque chose de puissamment drôle et enivrant que de surgir précisément là où l’on ne nous attend pas.
Les Européens se foutent des élections. La cause était entendue. Continuons donc sans ces boulets de citoyens.

Et puis non, ne pas leur donner raison! Olivier a enfilé les kilomètres pour ne pas leur donner raison, je peux bien prendre un bulletin, résister à l’envie d’y griffonner quelque vacherie et pan, refuser le rôle qu’on aimerait bien nous assigner : celui de gros veaux passifs décérébrés qui préfèrent se la couler douce dans leur piscine autoportante à boudins (ceux qui portent, pas ceux qui nagent !) que de s’occuper des choses sérieuses.

Reste le choix du bulletin. Finalement assez facile. Entre NPA et FdG, c’est Mélenchon qui a gagné. Pour l’ensemble de son œuvre. Pour avoir eu, lui aussi, la foi chevillée au corps pendant des années, sa belle foi de socialiste qui n’arrivait pas à voir le délitement de son propre parti. Pour la constance de ses prises de position. Pour avoir eu le courage de sauter d’un train-train en marche où tous les passagers ne songent qu’à la pérennisation de leur gamelle, à n’importe quel prix, comme celui d’une veste qui baille de tous côtés, tellement ils l’ont retournée. Pour avoir persévéré dans la politique de la main tendue et de l’unité de la vraie gauche, la seule qui pourra définitivement torpiller le vampire Pseudo-Socialiste, celui qui drague les prolos pour mieux les trahir ensuite. Un vote juste pour ne pas leur laisser les coudées franches.

À 11 h 30, sur un peu plus de 200 habitants, grabataires et enfants compris, 48 avaient déjà voté…

Powered by ScribeFire.

49 réponses
  1. YR
    YR dit :

    Même logique que OB et vous-même.

    Une abstention = plus de % pour les autres = "ils s’en branlent"
    Un vote blanc = personne ne me représente = "ils s’en branlent"
    Un vote volontairement nul = çà défoule = "ils s’en branlent"

    Donc, choisir le moins pire.
    Pas à droite, forcément.
    Pas PS, non.
    Reste quoi ?

    Pour sortir les gens de leurs piscines, il faudrait reconnaître le vote blanc, l’identifier dans les comptages et calculer les % des résultats en les incluant. Voire, dans les rêves les plus fous, prévoir qu’au-delà d’un % de blancs, l’élection est à refaire. Et pour aller vraiment au bout, avec d’autres candidats !

    Là, je crois qu’il y aurait du monde dans les isoloirs…

    Répondre
  2. Christine
    Christine dit :

    "En fait, j’ai décidé que je n’en avais rien à foutre de l’inutilité du vote. Je me concentre uniquement sur la valeur esthétique de la démarche."

    "Je me suis résolu à faire la même chose, et pour des raisons cousines, en fait …"

    J’ai failli en rester sans voix, et vous savez combien c’est difficile.

    Non franchement, vous pouvez pas dire franchement que vous n’arrivez pas à débourrer votre crâne de la propagande citoyenniste et que ne pas voter vous paraît une trahison à la "démocratie".

    Quant à voter pour ne pas sembler veaux, j’ai peur que ce ne soit exactement le contraire :-((

    Répondre
  3. jm benadeb
    jm benadeb dit :

    "Analyse normale toute pré-rôtie en avant première, quel que soit le résultat :
    "C’est un message fort qui indique clairement que les Français veulent que nous poursuivions les réformes".
    On parie ?"
    Gagné ! C’est ce que vient de déclarer Fillon avec 30 % des 40 % d’inscrits : la "légitimité" du pouvoir actuel repose sur 12 % même pas des personnes en âge de voter, mais des seuls inscrits. Pour combler ce vide abyssal, il faut du commentaire, beaucoup de commentaires, de l’analyse politique, beaucoup d’analyses politiques.
    Pas de souci, demain matin, une réalité virtuelle pleine de l’enthousiasme des uns, des déceptions et des atermoiements des autres, aura de nouveau recouvert le réel.
    Nada mas.

    Répondre
  4. Christine
    Christine dit :

    "Non franchement, vous pouvez pas dire franchement que vous n’arrivez pas à débourrer votre crâne de la propagande citoyenniste et que ne pas voter vous paraît une trahison à la "démocratie"." On me fait remarquer avec raison que je n’ai pas à contester ce que disent penser les gens, dont acte, je retire cette phrase. Ce qui équivaut à seulement en rester sans voix. 🙂

    Le message fort de l’UMP ce soir c’est "ça fait 30 ans qu’une majorité présidentielle n’avait pas été en tête", illes le répètent toustes

    Répondre
  5. Chomp'
    Chomp' dit :

    Je me suis résolu à faire la même chose, et pour des raisons cousines, en fait …

    Quelques sourires croisés ça et là, inconnus, mais ce temple-là conserve quelques adeptes …

    Analyse normale toute pré-rôtie en avant première, quel que soit le résultat :
    "C’est un message fort qui indique clairement que les Français veulent que nous poursuivions les réformes".
    On parie ?
    😉

    Répondre
  6. Passant
    Passant dit :

    "En fait, j’ai décidé que je n’en avais rien à foutre de l’inutilité du vote. Je me concentre uniquement sur la valeur esthétique de la démarche."

    Faites gaffe : un capitaliste enh déduirait aisément que vous êtes bien trop payée si vous avez encore ce genre de préoccuppations.

    Répondre
  7. jardin
    jardin dit :

    "vous pouvez pas dire franchement que vous n’arrivez pas à débourrer votre crâne de la propagande citoyenniste"

    Ben si, je vais le dire. Vers 17h30, je me suis dit que finalement j’allais y aller. Un de mes fils, abstentionniste convaincu, a ricané, l’autre, qui hésitait aussi, m’a accompagnée. Au reste, aucun de nous trois n’en faisait particulièrement une affaire. Chacun étant bien conscient qu’on ne changera pas le monde en votant, on ne le changera pas non plus en ne votant pas.

    Par contre, prenons bien soin, comme je l’ai proposé un jour, et comme le Yéti le fait dans son dernier texte http://yetiblog.org/index.php?post/… de recalculer tous les pourcentages à partir des inscrits: car s’abstenir, c’est donner son avis. Comme tu le fais remarquer, Agnès, ceux qui s’abstiennent aujourd’hui se sont INSCRITS un jour. Donc, leur non-vote A UN SENS.

    Répondre
  8. AM
    AM dit :

    J’ai la même analyse que vous et j’avais pris la même décision que vous, mais dans mon village qui n’est sans doute pas très loin du votre, il n’y avait pas de bulletin "Front de gauche". La présidente du bureau n’a pas daigné vérifier et nous a fait cette superbe réponse «Les bulletins doivent être imprimés sur internet».
    Même si après que nous ayons secoué très fort le cocotier les bulletins de vote "Front de gauche" ont été exhumés de sous une autre pile, il n’en reste pas moins que pendant environ deux heures, ils ont été invisibles.
    Ce soir pendant le dépouillement le maire a été interpellé à ce sujet. je ne vous décris pas son comportement désinvolte, la colère m’étoufferait.
    Les politiques méprisent tellement les citoyens, qu’ils ne font même plus semblant de respecter les formes.

    Répondre
  9. Lio
    Lio dit :

    Pareil que toi, chère Agnès ("chère" parce que je suis (du verbe suivre) – très souvent avec délectation – tes billets de réflexion et d’humeur depuis le début).

    Après une minute de remuement des méninges, les billets "NPA", "Front de Gauche" et "Europe écologie" en main, je me suis finalement décidé à donner mon organe vocale (par un simple bout de papier glissé dans une enveloppe en réalité) au Front de Gauche, dans un bled dans lequel je n’habite plus depuis 5 ans (ayant omis par paresse de renouveler ma situation). Parce que j’ai aussi beaucoup d’estime pour Mélenchon (sauf peut-être ses positions radicales envers la laïcité à la française – étant moi-même athée), même si j’aime bien aussi Olivier.

    Mon père (chaiseroulantiste en sursis) s’étant cassé le genou hier, ni lui ni ma mère (bien désemparée, vu la situation) n’ont pu se rendre, pour la première fois, aux urnes. Donc une voix de moins pour le néanmoins sympathique Bayrou (pour ma mère qui vit pas très loin de chez toi et qui adore Cabrel, tu vois ?) et un autre en moins pour je-ne-se-qui (mon père étant peu bavard,surtout quand il souffre du genou).

    Précision : j’adore mes parents (je ne suis pas un monstre), la région où ils vivent (où j’ai vécu pendant 20 ans, le Bas-Armagnac), ta plume chafouine, les colères de CSP, les débuts de la domestication animale et le blog d’Alain Gresh…
    En te souhaitant le meilleur.

    Répondre
  10. Chomp
    Chomp dit :

    @Christine
    Meuh non :
    de même que l’idée communiste n’est pas réductible à Staline,
    l’idée démocratique des Lumières n’est pas la mascarade du 20 heures,
    pas plus que l’Ange de Reims ne ressemble au pape.
    :-DD
    Je ne me fais un devoir ni devoter, ni de ne pas;
    Je m’en trouve libre puisque je ne le fais bien souvent pas.
    Mais j’ai la faiblesse dans ce geste, (aujourd’hui par exemple) de penser faire un coucou (superstitieux, si tu veux) à une toute autre idée des choses, et quelques fantômes que j’ai chez moi …
    Le résultat est assez inimportant dans l’affaire …

    @jm benadeb
    Bingo, donc.
    Faut que je me congratule de cette formidable pré-science !
    🙂

    Répondre
  11. Tisbea
    Tisbea dit :

    Je voulais m’abstenir et puis ça a été plus fort que moi, je me suis retrouvée à la mairie.
    J’oscillais entre "Blanc, ton bulletin "Souviens-toi du 4 février", et Front de Gauche ou NPA", constaté qu’il y avait des candidats sans bulletin, et à ma question "mais c’est quoi ça ?", on m’a répondu "c’est RIEN"! comment ça, Rien ? En fait, il faut les imprimer sur Internet. réponse sortie du bout des lèvres.
    Là j’ai eu un sursaut de révolte et dans l’isoloir, impossible de trouver "Front de gauche’ dans mon bordel, j’ai donc voté NPA. Par réaction. Sans conviction.

    Répondre
  12. Etiam Rides
    Etiam Rides dit :

    "J’ai toujours pensé que le matériel de vote était un service public, un truc financé collectivement pour assurer l’égalité entre les candidats."

    Il l’est, mais seules les listes obtenant plus de 3% sont remboursées. Ceux qui n’envisagent pas d’atteindre cette barre recourent à internet.

    De toute façon, le problème sera bientôt réglé. On aura plus que des machines à voter…

    Répondre
  13. Etiam Rides
    Etiam Rides dit :

    @ AM (n°7)

    Ce genre d’irrégularité doit ABSOLUMENT être inscrit au procès-verbal. C’est une irrégularité flagrante. Les bulletins FdG ont été imprimés pour toute la France.

    Répondre
  14. Olivier B.
    Olivier B. dit :

    Un peu grâce à nous, cinq eurodéputés du FdG seront présents au parlement européen pour nous alerter des mauvais coups qui vont pleuvoir de plus belle.

    Quant aux abstentionnistes, que je respecte, je leur pose une question : qu’ont-ils obtenu par leur abstention ? Que l’UMP puisse se vanter de sa victoire avec 12% des inscrits. Et ils peuvent toujours sauter comme des cabris, le résultat est bien celui-là. Et ça ne gêne absolument pas nos gouvernants de n’être pas représentatifs. Ils vont continuer tranquillement à faire comme si.

    Répondre
  15. jardin
    jardin dit :

    Il faut payer pour faire imprimer ses bulletins. Ce qui suppose d’avancer l’argent même si le remboursement des frais de campagne est prévu, d’autant plus qu’il n’est pas assuré. Plusieurs listes avaient choisi cette option de demander à l’électeur de les imprimer sur internet. Les royalistes, par exemple, et les décroissants (le petit escargot rouge sur un écran blanc encadré de noir que certains ont peut-être aperçu pendant la campagne).

    Par contre il est assez inadmissible, si les bulletins ont été imprimés, qu’ils ne soient pas disponibles.

    Pour ce qui est des machines à voter, je connais au moins une commune (Voreppe, dans l’Isère) qui a renoncé à les utiliser, alors qu’elles avaient été achetées par la municipalité précédente.

    Répondre
  16. jardin
    jardin dit :

    @ Olivier B, 17:

    Je pense qu’il n’est plus temps de culpabiliser les abstentionnistes, ils sont de moins en moins honteux et peuvent argumenter leur choix. Ils sont comme mon petit cerisier rabougri http://cultivetonjardin.eu.org/post… qui a fini par échapper à la dent des chevaux pour donner une belle récolte. Ils vont bientôt (hihi) pouvoir culpabiliser à leur tour ceux qui votent encore en prétendant, pourquoi pas, qu’ils apportent une caution bienvenue à un système pourri sur lequel ils n’ont qu’une prise dérisoire.

    Je le dis d’autant plus librement que j’ai fini par voter, mais je n’en respecte pas moins le choix de ceux qui ne l’ont pas fait.

    Répondre
  17. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ce qui me marque le plus dans ces élections, ce sont les bulletins fantômes. Des partis totalement occultés, sans campagne, sans possibilité de s’exprimer, sans propagande dans les enveloppes officielles et surtout sans bulletins de vote. Encore pire, des bulletins de vote non distribués, non placés sur les tables, gardés dans des armoires! Ce n’est même plus une parodie de démocratie, ça! La même chose dans un pays de l’Est ou en Afrique nous aurait fait hurlé à la dictature!

    Sinon, toujours en parlant de beauté du geste, un merci collectif aux généreux donateurs pour le Monolecte. Je ne savais qu’attendre de cette initiative, et je suis étonnée et ravie du résultat. J’ai souvent pensé créer des best of de textes du Monolecte pour tenter de gagner un peu ma vie avec ce que j’écris, mais un auteur de bouquin ne touche jamais plus de 10% du prix de vente en gros (et donc encore moins du prix public), ce qui revient à se taper beaucoup de boulot pour, le plus souvent, ne récupérer que l’à valoir, quand il y en a un. Bref, c’est surtout donner des sous à l’éditeur.

    Dans le cas du bouton de don, finalement, c’est de la vente directe sans obligation d’achat et sans intermédiaire. Donc, merci à ceux qui pense que mon boulot ici vaut quelque chose! 🙂

    Répondre
  18. Merome
    Merome dit :

    A voté décroissant. Les seuls, je crois, a véritablement proposer "autre chose". J’ai essayé de coller une affiche du parti décroissant, mais il n’y avait pas de panneaux disponible. J’ai tenté de la coller quand même entre Trauttman et Cohn Bendit, mais dès le lendemain matin elle n’y était plus. J’ai dû imprimer mon billet depuis internet. La démocratie est en marche…

    Répondre
  19. damien
    damien dit :

    Les VÉRITABLES GAGNANTS sont les ABSTENTIONNISTES : 60 % !!! Que les autres remballent leurs billes= LE POUVOIR AU PEUPLE !!

    Le reste c’est politico-demago de merde ! foutage de gueule et consort ….

    GREVE GENERALE et BLOCAGE, APPROPRIATION DE MOYENS DE PRODUCTIONS (out les patrons !!). Sinon le reste ne SERT à RIEN !

    Bonne journée

    Répondre
  20. TeB
    TeB dit :

    Mouais.

    A la base, pas porté sur ce genre d’élections… j’irais pas en plus envoyer me representer un gars (Melanchon) qui a l’outrecuisance de se permettre des remarques hallucinantes sur ma langue (le breton). Ce petit racisme primaire me file la nausée.

    Répondre
  21. Claudius
    Claudius dit :

    Vote électronique chez moi: pas de problème d’édition de bulletin et pas de vote nul; si on appuie sur le bouton vote blanc (il y est) c’est un vrai vote blanc, un qui signifie quelque chose et qu’on finira par compter, un jour, lorsque la démocratie aura encore fait un pas en avant.
    En attendant, j’ai appuyé sur le bouton n°13; pas toujours d’accord avec les dires de certains de ses porte-paroles, mais globalement satisfait par les têtes d’affiche qui le représentent et dont la majorité des points du programme me va bien au teint.

    Répondre
  22. chris
    chris dit :

    @Agnes

    """" mais un auteur de bouquin ne touche jamais plus de 10% du prix de vente en gros (et donc encore moins du prix public), ce qui revient à se taper beaucoup de boulot pour, le plus souvent, ne récupérer que l’à valoir, quand il y en a un. Bref, c’est surtout donner des sous à l’éditeur."""

    Un des trucs complétement ignoré du grand public, digne de la pire exploitation du monde du travail et qui sous couvert de culture est masqué par l’attitude des auteurs eux-mêmes…

    Ces cons préfèrant gonfler leurs égos artificiellement en s’exposants narcissiquement sur les étals de charcuterie des Fnacs, plutôt que de rejoindre le combat de l »auto -édition.

    Beaucoup à dire, mais l’on déborderait du sujet initial…

    Répondre
  23. ZapPow
    ZapPow dit :

    @ Agnès – 22) Si vous voulez toucher un plus gros pourcentage sur les ventes éventuelles d’une compilation de vos écrits, vous devriez essayer un éditeur en ligne.

    Aux dernières nouvelles, Lulu.com était le plus intéressant : investissement de départ gratuit, ou réduit si on veut un numéro ISBN, l’auteur conserve le copyright, peut se créer sa vitrine en ligne, mettre un bouton d’achat sur son site… Lulu prend 20 % sur les ventes.

    Répondre
  24. chris
    chris dit :

    http://wrath.typepad.com/wrath/2009

    Lulu vient de dépasser l’édition tradi aux states, mais en france nous en sommes loin avec 6% pour l’édition libre en ligne.

    La mafia des libraires, diffuseurs, éditeurs, médias, est en situation de monopole…

    Probléme de mentalité du lecteur-consommateur qui pense que la prose est meilleure chez le gros éditeur,alors même qu’elle y triée, censurée pour répondre à la lobotomisation littéraire.

    Répondre
  25. Don Juan
    Don Juan dit :

    Le NPA n’aurait pas fait le con, le front de gauche devancerait les verts et aurait un moyen de pression sur les socedem, même si je n’y crois guère. Mais je préfère les cierges aux assoc’ pourrav et aux ananars qui se la pêtent en faisant du copier coller.

    Répondre
  26. don juan
    don juan dit :

    Tiens en parlant de publi, j’ai pas de réponse de ceux qui commercialisent ma thèse sans mon consentement écrit, note que bon je ne pense pas en en avoir tiré un centime, mais bon ils ne m’ont pas donné un centime non plus.
    Sinon je maintiens les ananars sont bien gentils. Que proposent-ils de plus ?

    Répondre
  27. Hou les menteurs
    Hou les menteurs dit :

    Moi, je suis assez inquiet de savoir combien il leurs faut d’abstention pour admettre qu’il y a un problème !

    Parce qu’avec une large majorité d’abstention, IL Y A un gros problème !
    On ne peut pas totalement ignorer les voix d’un majorité des inscrits !
    Ce n’est pas concevable dans quelque chose qui se prétend "démocratie"…
    Combien de temps ça va encore durer ?
    Tant qu’il y aura au moins une personne pour voter, ils continueront comme si de rien n’était ?

    Curieux, et très inquiétant…

    Répondre
  28. lrr
    lrr dit :

    Voila don juan,
    Comme tu peux le constater, il est simple de déblatérer ici et là sur le net une multitude d’absurdité, comme celle de mon message précédent.

    Rencontre des anarchistes dans leur militantisme au quotidien et tu auras des arguments autre que de simple attaque personnel et ou anti-anarchiste.

    On avance mieux en s’enrichissant les uns des autres.

    Répondre
  29. Don juan
    Don juan dit :

    @lrr, il ne me semble pas vous avoir parlé, libre à vous de vous revendiquer anarchiste, quel mouvance ? Que nous proposez vous pour sortir de notre démocratie morribonde, quels gardes fous contre la loi du plus fort -qui ne saurait que s’instaurer sans ceux ci. Je serais enchanté de lire votre prose personnelle.

    Sinon dans les 60% de pêcheurs je pense qu’on retrouve des gens de gauche de droite des fachos etc. avec certes quelques abstentionnistes convaincus, mais combien ?

    Pour la greffe du cerveau vous êtes bien aimable, j’en ai un, mais si le vôtre ne vous sert pas donnez toujours, c’est très bon en beignet.

    Répondre
  30. lrr
    lrr dit :

    très aimable de me donner la parole.

    si elle est moribonde, à quoi bon la conserver?
    quel mouvance? Quel intérêt?

    il s’agit d’appliquer le fédéralisme à l’ensemble de la vie sociale, économique et politique.
    ce qui correspond à une alliance basée sur la libre association des individus.
    de coordonner des systèmes collectifs autogérés, plutôt que de subir des institutions autoritaire.
    sceller la société par le lien social sur la base de projet commun (volontariat et non de coercition).
    ce rapproprier l’activité professionnelle, ne plus être un exécutant, mais un acteur du système.
    établir des projets et des objectifs de production afin qu’il y ai un réel lien entre le travail et la consommation…

    je ne vais pas réécrire ici le projet de société anarchiste.
    la littérature qui traite ce sujet est grande et facilement accessible sur internet.

    les anarchistes sont en général des gens de terrain, c’est pourquoi je ne passerai pas plus de temps à t’expliquer ces projets. tu pourras te congratuler d’avoir le dernier mot et ainsi continuer à déblatérer ici et là, absurdité, attaque personnel et propos anti-anarchiste.

    Répondre
  31. Don juan
    Don juan dit :

    Vous n’avez toujours pas écrit de quelle mouvance anarchiste vous vous revendiquiez. Le choix est large chez les anars, il en est même de droite. Et ne vous connaissant pas je m’étonne que vous me tutoyez. Sinon quel projet commun, qui garantira qu’une grande gueule charismatique ne prendra pas le pouvoir (comme dans toute société), j’attends avec impatience vos théories.

    Répondre
  32. VincentP
    VincentP dit :

    @Don juan

    Donc vous savez lire mais ne comprenez rien.

    A la question "quelle mouvance" la réponse est "Quel intérêt ?"
    Aux questions "quel projet commun ?" et "qui garantira qu’une grande gueule …" la réponse est "Libre association des individus" + "sceller la société par le lien social sur la base de projet commun (volontariat et non de coercition)".

    A quoi bon vous répondre si vous ne faites pas l’effort de comprendre ?

    Répondre
  33. chris
    chris dit :

    C’est marrant qu’au seul prononcé du mot anarchiste ; certains ne savent point faire autre chose que de se refugier entre gauche et droite style hors de la polarité point de salut…

    Comme si sur le terrain toute ‘l’importance serait de se situer avant tout à droite ou à gauche.

    Je vais finir par croire que gauche et droite sont une invention des pouvoirs en place…bon vous me direz , ils ont bien fabriqué un centre pour faire diversion.

    Répondre
  34. Don juan
    Don juan dit :

    Vous êtes bien gentils tous deux mais vous continuez à éluder les questions. De quelle manière pensez vous organiser ou non organiser votre société anarchique. Théorie, toussa. Libre association, comme les comités de Lula ? ou plus libre ? comment ? Vous n’êtes décidement pas clair dans vos théories. Volontariat ? Comme le travail le dimanche du nabot ? Non decidement je ne comprends pas. Et si on veut rien foutre al pais ? On est puni par la libre association ?
    Libre association des individus ? Donc on choisit avec qui on s’associe, les jeunes avec les jeunes ? Ou un quartier ? Quid de la santé, de la police (et oui hélas il en faut parfois). J’attends avec joie vos si pertinentes solutions.

    Répondre
  35. chris
    chris dit :

    J’ai un peu l’impression que la fameuse société anarchiste, elle se met en place non point de la façon idealisée par le concept, mais plutot du genre ile de la Tortue.

    L’exclusion d’un systéme crée ses propres sous-systémes qui finissent fatalement par déborder le sytéme initial.

    La societé francaise s’en va definitivement vers des communautarismes à tous niveaux basés sur le rapport de force, le commerce.

    Et j’ai un peu envie de dire que dans cette tangente, les politiciens qu’ils soient de droite ou de gauche sont de plus en plus déconnnectés ….reste un théatre de guignol que ce soit à la téloche ou sur le net.

    Question ? A quoi sert une association de chomeurs, un syndicat de salariés aujourd’hui ?

    De plus personne n’attend plus de solutions, puisque chaque solution ne peut apporter que son lot de contradiction….exemple concret , votez écologiste et vous récoltez des taxes.

    Répondre
  36. Don Juan
    Don Juan dit :

    @Chris, Au moins tu réponds toi … Mais tu ne crains pas que cette société communautariste soit encore plus inégalitaire ? Sinon un syndicat de salarié, crois moi si tu es dans une boite où il n’y en a pas tu vois la différence.

    Répondre
  37. chris
    chris dit :

    @Don Juan

    Le communautarisme est souvent lié au clanisme, mais de toute façon, faire plus inégalitaire que la societé actuelle va étre difficile, non ?

    Effets révèlateurs du contexte ; plus personne ne répond à la polémique…ne pas répondre, c’est aussi censurer l’autre.

    Alors sur le web, les gens en donnent à coeur joie ,c ‘est indolore pour cause d’anonymat.

    Mais dans la vie, ça ne marche déja plus comme ça … les gens ne supportent plus cette forme de censure ….Cohn Bendit se serait fait déja exploser la tronche depuis longtemps ; le medecin pourrave qui refuse la Cmu se fait exploser la tronche ou rayer sa bagnole ; le gars qui ferme sa vitre de bagnole se fait taper dessus.

    On notera que lorsqu’ils vont porter plainte, ils déclarent en genéral ne pas avoir compris ce qu’il leur était arrivé….

    Le déni de démocratie est déja dans la rue ; l’on est déja dans des nouveaux modes de communications même si les gens se voilent la face.

    On peut donc supposer qu’un mode de fonctionnement anarchiste intelligent et organisé ne peut voir le jour qu’après ….une totale situation d’anarchie dans le mauvais sens du mot.

    Répondre
  38. alantao
    alantao dit :

    Damned, encore une défaite.

    L’offensive libérale que l’on constate depuis plusieurs jours, même repeinte en vert, témoigne de la confiance que leur a donné les résultats électoraux et le flop du mouvement social (débat en cours sur l’oeuf et la poule).

    Et l’abstention reste un chèque en blanc, s’il n’y a rien d’autres en vue (un rouge ou un rosé bien frais par exemple).

    Bon, on l’ouvre cette bouteille !

    Se faire doubler par le modem, y’a pas de quoi faire les malins !

    Répondre
  39. Pierre Meur
    Pierre Meur dit :

    Damien @1 : "Voter c’est comme allumer un cierge à Lourdes et ça ne marche que pour ceux qui y croient non ?"

    Et oui, c’est comme la démocratie. Trop politiquement correcte, sans doute.

    Ce qu’ils étaient con, ceux qui ont lutté pour la démocratie et le droit de vote. Mais c’est que de ce temps-là on croyait à n’importe quoi, même à cette valeur dépassée qu’est la dignité de l’être humain.

    Aujourd’hui, on a plus rien à dire, mais on lutte pour le droit de le dire.

    Je n’ai rien contre vous Damien. D’ailleurs l’émoticone à la fin de votre intervention traduit l’aspect dérisoire que vous avez voulu donner à votre propos.

    Moi, aussi, je ris, mais je ris jaune en pensant à ce que l’avenir réserve aux jeunes. Autant par la connerie de nos actes, que de la connerie des leurs.

    Voter est le seul acte qui compte (parce qu’il est comptabilisé) pour le citoyen. Tout le reste, comme nos écritures, par exemple, c’est du flan. Ça nous donne l’illusion d’être important, mais ce n’est qu’une illusion. Le vote est un acte concret qui nous rend vraiment important.

    En Belgique, le vote est obligatoire. C’est une oppression qui libère. Contrairement à la France où le vote n’est pas obligatoire, et où c’est une liberté qui oppresse.

    Ce qu’en font les politiciens est un autre problème. Si vous n’aimez pas ce qu’en font les politiciens, devenez politicien, et payez vos convictions de votre personne.

    Pierre Meur,
    Belgique

    Répondre
  40. Pierre Meur
    Pierre Meur dit :

    Ce qui tue la gauche, aujourd’hui, c’est le carriérisme politique. Quand on est à gauche, on est au service de la société tout entière. Quand on est à droite, on se représente soi-même et les corporatisme qui servent nos ambitions.

    Les politiciens de gauche ont adopté les mœurs des politiciens de droite. C’est le pouvoir qui est leur finalité.

    J’aime bien le petit François Besancenot. Il est du peuple, et il ne l’oublie pas. Il sert le peuple. Il est en symbiose avec lui. C’est un être social, c’est un "socialiste".

    La politique a pour vocation D’ABORD d’éradiquer la misère dans tous ses aspects, ensuite d’élaborer les règles du "vivre-ensemble".

    Coluche a créé les "Restos du Cœur". La vrai politique, c’est ça.
    C’est une honte que les Restos du Cœur existent encore. Cette honte retombe sur tous le monde, pas seulement les politiques.

    Pierre Meur,
    Belgique

    Répondre
  41. Steph. K
    Steph. K dit :

    Pierre Meur : "Voter est le seul acte qui compte (parce qu’il est comptabilisé) pour le citoyen. Tout le reste, comme nos écritures, par exemple, c’est du flan. Ça nous donne l’illusion d’être important, mais ce n’est qu’une illusion. Le vote est un acte concret qui nous rend vraiment important."

    Le même une 1/2 heure plus tard : "Ce qui tue la gauche, aujourd’hui, c’est le carriérisme politique. Quand on est à gauche, on est au service de la société tout entière. Quand on est à droite, on se représente soi-même et les corporatisme qui servent nos ambitions.

    Les politiciens de gauche ont adopté les mœurs des politiciens de droite. C’est le pouvoir qui est leur finalité."
    "Coluche a créé les "Restos du Cœur". La vrai politique, c’est ça.
    C’est une honte que les Restos du Cœur existent encore. Cette honte retombe sur tous le monde, pas seulement les politiques."

    Il faudrait que tu clarifies un peu tes propos car là je sens une légère contradiction.
    D’un coté tu nous dis que les politiciens de droite comme de gauche sont des pourris (sauf François Besancenot ! Résultat de la fusion entre Olivier Besancenot et François Bayrou ?) et d’un autre coté il faut voter car c’est le seul truc qui compte.
    On vote pour qui alors ?
    Sinon c’est quoi cette histoire de honte collective.
    2 réponses au choix :
    1) Quelle honte ? Je suis un bon citoyen moi ! Je vote et je paye des impôts qui servent à engraisser des élus incapables de faire leur boulot et tu voudrais que j’assume leurs malveillances. Et puis quoi encore.
    2) Quelle honte ? Je suis un bon citoyen moi ! Je ne vote plus car à près de 50 ans il y a longtemps que je me suis rendu compte que cela ne servait à rien mais par contre je consacre de mon temps à aider les autres que ce soit aux restos du coeur ou ailleurs.
    Non seulement j’essaye bénévolement de compenser l’inhumanité de notre société mais en plus je devrais assumer une part de honte pour les méfaits commis par des gens que je combats depuis des années. Et puis quoi encore.

    Répondre
  42. esperance
    esperance dit :

    Bonjour,
    Même si je ne croyais plus à l’utilité politique du vote, je me déplacerais pour aller voter "simplement " par solidarité avec celles et ceux qui sont emprisonnés, torturés, que l’on fait disparaître, dans le monde ,pour leurs idées et opinions.
    Dans le petit pays dont je suis originaire, sur 7 millions de personnes, 300.00 ont "disparu" (suite à d’atroces tortures) pendant 27 ans de dictature exercée par un Président-à-vie, qui a ensuite transmis le pouvoir à son fils.
    Je sais que cela ne change rien à la marche du monde. Affectivement et symboliquement, cela me paraît important. – Amitié

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *