Articles

,

Bye bye Britain

Le prolétaire britannique est bête. Si, si! Comme son homologue gaulois, il croit que quand on lui pose une question, c'est pour avoir son avis. Alors que l'on s'en tamponne de son avis. Ce que l'on attend de lui, c'est une certaine réponse.…

La rançon du mépris

« C’est l’échec de la politique de diabolisation du FN, assure Denis Baupin. Il faut arrêter de jouer sur des fantasmes de la peur qui ne sont plus ressentis par les Français. Désormais, il faut lutter projet contre projet » Élections :…

La crise délibérée

Pendant que les forces de la contestation sociale pansent leurs plaies dans leurs quartiers d'été, celles de l'argent ne relâchent pas leurs efforts pour nous enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde.

L’Europe veut mettre la France au régime SEC

Parce que l'on trouve aussi parfois des choses intéressantes sur Twitter, hier, @benoithamon a partagé un lien concernant les recommandations que la Commission européenne préconise actuellement pour le redressement national de notre cher pays.

Morceaux choisis!

Votez utile!

Si vraiment, vraiment, vous ne pouvez réfréner vos pulsions votationnelles, s'il vous faut absolument choisir l'un plutôt que l'autre pour vous sentir heureux, alors, n'hésitez plus et...

Dématérialisation exponentielle

Il y a six mois, j'avais serré la main du conducteur offset qui partait enfin à la retraite. Aujourd'hui, la moitié des machines a disparu, les étagères à papier sont vides, il reste le patron, l'infographiste et la typographe.

Le grand absent du scrutin : le bulletin de vote

Pendant que le petit landerneau politico-médiatique piaille autour des résultats de l'élection européenne de dimanche dernier, chacun cherchant à tirer la couverture à soi par une interprétation plus ou moins capillotractée des pourcentages microscopiques récoltés, la question, pourtant centrale, de la légitimité démocratique de ce scrutin est gentiment poussée du bout de l'escarpin sous le tapis élimé des vieilles habitudes qui ronronnent sans fin.

La beauté du geste

Ce n'est pas parce qu'on est athée qu'on n'a pas le droit d'allumer un cierge à Lourdes.

Le grand silence

Dans moins de deux mois, nous sommes censés voter. Ça a l'air bête, mais plus ça va et plus j'ai l'impression que le vote est un truc bien trop sérieux pour être laissé au peuple.

Parce qu'une autre Europe existe déjà

Il y a des gens qui pensent que ceux qui ont voté contre le TCE sont contre l'Europe. Pourtant, c'est tout le contraire. C'est parce que je suis une pro-Européenne primaire que je n'ai jamais pu accepter de voir brader ce qui fait aussi profondément partie de chacun d'entre nous.

Résurgence des vieux démons

J'étais gosse quand j'ai découvert la réalité de la Shoah. C'est quelque chose qui m'a marqué au-delà de toute expression, qui a probablement guidé nombre de mes choix et a conditionné en partie mon regard sur le monde.
Deux choses en sont sorties immédiatement : l'incompréhension totale (comment mes semblables ont-ils pu commettre cela?) et le soulagement (heureusement, c'était il y a longtemps, ces horreurs sont révolues!).

Globalisation

J'avais lu, dans des récits de mer, qu'après un naufrage, il n'était pas rare que l'on retrouve sur les épaules des noyés des traces de bottes. Tout simplement parce que lorsque le bateau coule, les marins tentaient de respirer quelques vitales goulées de plus en grimpant sur leurs copains. Ce qui n'empêchait pas tout le monde de se noyer.

La concurrence à coût zéro

Diety, mon actuchômiste allemanique préféré revient sur les propositions des deux candidats en lice pour la présidentielle au sujet de la contrepartie obligatoire d'activité que devrait donner tout heureux bénéficiaire des minima sociaux. Pour bien comprendre ce que c'est, il suffit comme d'habitude d'aller zyeuter outre-Rhin ce que le social-libéralisme a concocté pour ces grosses feignasses de chômeurs qui ont l'outrecuidance de penser que la survie pourrait être un droit.
Tout ce qui suit est donc l'œuvre exclusive de Diety, merci à lui!

Les hauts murs

Vu d'en haut, les humains se comportent comme des liquides. Vases communicants, membranes poreuses, tout concourt à ce que le vide se remplisse et que les déséquilibres se résorbent.