Articles

D'un dimanche à l'autre

Je n'aime pas la frénésie et la confusion, la première étant souvent mère de la seconde. Or, c'est à cela que nous avons eu le droit : une non-campagne frénétique qui avait pour but de semer la confusion.

Le french paradoxe

Je vous le résume vite fait : le code électoral (article L52-2) annonce des sanctions (3 500 à 75 000 euros) à l’encontre de celui ou ceux qui divulgueront les résultats des élections présidentielles avant 20 h (heure de Paris) même s'ils sont partiels.

Faites des mamans

Une composition originale du Minilecte en ce jour un peu spécial. Ce n'est pas que je prise particulièrement cette fête pétainiste ou que ma fille ne rate jamais une occasion de me faire un petit cadeau, mais, pour le coup, j'ai apprécié…

Votez utile!

Si vraiment, vraiment, vous ne pouvez réfréner vos pulsions votationnelles, s'il vous faut absolument choisir l'un plutôt que l'autre pour vous sentir heureux, alors, n'hésitez plus et...

La beauté du geste

Ce n'est pas parce qu'on est athée qu'on n'a pas le droit d'allumer un cierge à Lourdes.

Tarnac m'a tuer

C'est un vieux réflexe policier, bien compréhensible, qui veut que quand on tient un coupable idéal, autant l'utiliser jusqu'au trognon.

Mama fiesta

L'indigence de mes écrits, pour ne pas dire leur quasi disparition, entre bien en résonance avec la vacuité de notre époque.

Ma réponse à M. Richard Mallié

Résumé des épisodes précédents : la pression s'accentue au parlement pour faire passer une loi qui légalise l'ouverture des commerces le dimanche et transforme ce jour de repos en jour travaillé. J'ai dit tout le mal que je pense de cette tendance et le député qui a tenté de faire passer un amendement dans ce sens m'a répondu, ce qui est fort sympathique de sa part.
Voici donc la réponse de la bergère au berger.

Comment le dimanche travaillé revient par la fenêtre

Il y a moins d'une semaine, je dégoupillais joyeusement sur la monomanie actuelle du dimanche travaillé en citant abondamment un amendement destiné à rendre cette joyeuseté possible. Hier, le responsable de ce pneumatique parlementaire me répondait sur Bétapolitique où mon texte était repris. Et le même jour, Christine Lagarde en remettait une couche!
Y a vraiment le feu à la maison du salariat. Pas de bol, tous les pompiers sont à la plage!

Fièvre acheteuse

Je me demande à partir de quel moment tout a basculé, qu'est-ce qui a fait que nous avons abdiqué presque toutes les dimensions de notre vie d'êtres humains pour ne plus être que des consommateurs!

Le dimanche, on fait rien comme des gros manches

Déjà que le débat reste musclé ici autour de l'histoire de l'ouverture des commerces le dimanche, ce même billet sur AgoraVox a déclenché des réactions... que je ne saurais trop qualifier, de peur de me faire lyncher à coup de figues molles et brûlée vive devant la foule en furie.
Le sujet avait l'air plutôt superficiel, le ton était volontairement incisif avec plein de petites gouttelettes putrides de provocation, mais au final, j'ai dû passer à côté de mon objectif premier : ouvrir le deuxième niveau de lecture de la problématique de l'ouverture des commerces le dimanche, à savoir la banalisation tout au long de la semaine.

Au sujet de l'ouverture des commerces le dimanche

Certes, je bosse le dimanche. Mais c'est moi qui le décide, parce que j'organise mon travail comme je l'entends.
Donc, je bosse le dimanche, ce qui fait que j'ai peu de temps pour écrire au sujet du travail le dimanche.
Heureusement, je prend toujours le temps de papoter avec mes potes actuchômistes sur les forums et voici ma modeste contribution à ce qui devrait être un grand débat de société : la place relative du travail dans notre organisation sociale (je ferai mieux un peu plus tard, promis!).