petite phrase qui marque les faibles d'esprit. C'est d'ailleurs grâce à ce sens abrupt de la formule qui tue que Séguéla s'est sans doute payé sa Rolex à lui tout seul, comme un bon winner au pays du mépris des autres.

'>

Ta Rolex dans ta gueule

Le talent de Séguéla, c’est de ramasser un univers entier dans une petite phrase qui marque les faibles d’esprit. C’est d’ailleurs grâce à ce sens abrupt de la formule qui tue que Séguéla s’est sans doute payé sa Rolex à lui tout seul, comme un bon winner au pays du mépris des autres.


Parce que si un mec comme Séguéla réussit à la Séguéla, c’est à dire en affichant ostensiblement sa morgue, sa suffisance et sa vacuité à la face de tous ceux qui produisent les richesses qui vont dans sa fouille et celles de ses potes sans jamais ruisseler jusqu’à la France d’en bas, c’est bien la preuve qu’il y a quelque chose de profondément pourri au royaume de la globalisation heureuse.
Séguéla est comme son métier, un raccourci de ce qu’une génération et une classe sociale ont produit de plus vain et obscène, l’art de piller un monde tout en s’autocélébrant et en réclamant soumission et dévotion de la masse énorme de ceux qui se sont fait spolier. En fait, plus on voit et on entend Séguéla et plus on est enclin à apprécier le cynisme autocentré et désabusé d’un Begbeider vaguement repenti et à partir duquel on mesure mieux le chemin qu’il lui a fallu parcourir pour s’extirper de la fange nauséabonde qui l’avait enfanté.

Un seul Séguéla qui flatule son incommensurable vide intérieur à la télévision, ça vaut toutes les campagnes de pub pour tous ceux qui dénoncent à longueur de temps la Guerre des classes qui nous écrase la gueule dans la merde chaque jour un peu plus et qui attend en plus qu’on la ferme et qu’on dise merci. Séguéla est un immense publicitaire… contre son camp. Si tant est qu’il ait un autre camp que celui de ma gueule avant la tienne, tant ses engagements à géométrie variable laissent perplexe quant à la loyauté que l’on peut espérer d’un personnage pareil. C’est typiquement le genre de gars qui se place systématiquement du côté du poignet qui porte la plus grosse breloque… ou le plus gros gourdin. Lâchez-le sur la Guadeloupe et en 60 minutes d’UV chrono, il se glisse dans la peau d’un Créole exploité et te chie un slogan à quatre sous contre les Békés et la vie trop chère. À ce niveau de mimétisme épidermique, on touche au génie de la survie en milieu hostile.

Mais le vrai génie de Séguéla, cette fois, c’est d’avoir exposé dans toute sa sordide nudité le crédo de ceux qui prétendent gouverner nos destinées, c’est d’avoir dévoilé l’indigence idéologique de toute la classe dominante : une effarante course au fric sans vergogne qui n’a d’égal que son mépris de classe abyssal. Car chanter le cantique de la réussite bling-bling au moment même où des millions de gens sont sommés de se serrer la ceinture sous la menace écrasante de perdre le peu que peut offrir une vie entière de labeur et de basculer dans la misère, ce n’est pas de l’inconscience, c’est juste un cynisme titanesque juché sur les épaules d’une connerie sans limites. Non contents d’avoir fait les poches du petit peuple en agitant le spectre hideux de la crise, les charognards ont décidé de se payer la tête de leurs victimes, tant ils sont sûrs de leur supériorité et de notre soumission.

En fait, nous n’avons peut-être pas encore assez de Séguéla ou de Serge Dassault. Ha, Serge Dassault, défenseur des idées saines dans un monde voué à sa bonne fortune, hier encore, monopolisant le crachoir sur Public Sénat, pour faire montre de son immense compassion pour les pauvres patrons pris à la gorge par les manants qui réclament le luxe inouï de ne pas se faire dépouiller du droit de vivre décemment pour servir les dividendes et petits bonus de quelques-uns. Ô que oui, nous n’en avons pas encore assez de ces pourfendeurs des gueux, des croquants, de cette masse informe de veaux qui aspirent à l’égalitarisme droit-de-l’hommiste, alors qu’ils ne comprennent que la trique et le gnouf et que leur posture préférée, c’est à genoux, le joug bien calé sur leurs solides épaules, leur inclinant délicatement l’échine vers le sol.

Parce que si nous avions assez de ces fâcheux gorets qui éructent leur suffisance tout en se gobergeant de nos souffrances, alors, il n’y aurait pas que dans les Antilles que le peuple souverain exigerait qu’on lui rende des comptes.

Powered by ScribeFire.

83 réponses
  1. KesJenDi
    KesJenDi dit :

    Wouah… comme presque à chaque fois je reste sans voix après la lecture d’un de tes billets,
    je vais reprendre mes esprits et voir si je tente un commentaire un tant soit peu pertinent un peu plus tard.

    Là, pour le coup, je ne trouve rien à ajouter.

    Répondre
  2. Céleste
    Céleste dit :

    Bravo bravo!

    Jusqu’où les laisserons nous aller?

    Combien de temps supporterons-nous encore leurs provocations imbéciles?

    Ont-ils conscience de jouer avec le feu, sont-ils si sûrs d’eux?
    Ou aveugles et sourds, vivant dans un autre monde, s’accrochant à leurs privilèges et à leur morgue?

    Répondre
  3. John
    John dit :

    Les mots ont un sens :
    Seguela est un publicitaire.
    Un publiciste est un juriste spécialisé en droit public.
    On a déjà du mal à distinguer entre gouvernement et Medef, faudrait pas en rajouter dans la confusion 🙂

    Répondre
  4. speedy
    speedy dit :

    Séguéla est un mal nécessaire. Il faut plus de Séguéla pour éclairer l’électeur UMPiste sur la réalité des "valeurs" défendues par ses maîtres.

    Il faut aussi plus de Besson, de Kouchner, de DSK et de social-traitres pour écrémer à gauche. Le seul problème est que le processus risque d’être long.

    Répondre
  5. seb musset
    seb musset dit :

    Salut Agnès,

    En complément à ton billet, un petit compte-rendu, tiré de mes archives, d’une conversation (leur dernière) entre Jacques Séguela et Grand François dans les coulisses d’un événement dont la France a fait les frais et au sujet duquel le publiciste, co-responsable du cataclysme, montre déjà l’étendue de sa clairvoyance sociale :

    http://www.dailymotion.com/video/x8

    Répondre
  6. JV
    JV dit :

    Que ne ferais je pas pour une telle plume…
    Certes, nous sommes d’accord sur le fond, mais, si vous me pardonnez mon langage "putain que c’est bien écrit !"

    Répondre
  7. Toit_de_chôme
    Toit_de_chôme dit :

    Tout ça c’est bien dit sur l’arrogance et le manque d’ouverture d’esprit d’une figure de la pub. Tres bon texte Monolecte !

    Un type qui oublie que la meilleure des reussite est de mener ses enfants aux métiers de leur choix et à un emploi. Pas uniquement ça, reussir ce que l’on veut. Certes ce monsieur doit montrer qu’il n’a pas totalement tout tout tout ce qu’il veux avec une réflexion pareille …..

    Répondre
  8. Régleur
    Régleur dit :

    Et s’ils savaient ce qu’on pense dans l’horlogerie de Rolex !
    Pour beaucoup c’est de « l’enculage de mouches » appliqué à l’horlogerie.
    Mais bon, personne ne va le dire … ça à l’air de faire vendre « l’enculage de mouches » 🙂
    Mais, ce qu’il y en a qui sont superficiels, quand même !

    Répondre
  9. Mancko
    Mancko dit :

    Je dirais plutôt que si à 50 ans on n’a pas dépassé le stade de la Rolex comme réussite de « sa vie », là on l’a vraiment ratée pour le coup (même s’il reste encore une trentaine d’années pour lui trouver un sens moins matérialiste).

    Répondre
  10. chris
    chris dit :

    C’est vrai cela, que la belle horlogerie se passe trés bien de la pub à Seguéla.

    Que l’on peut se procurer une Rolex de bien des façons.

    Qu’il faudrait citer l’histoire de Yonger Bresson, le Rolex français du Doubs, qui se vautra en faisant fabriquer en Chine lors d’une crise et qui aujourd’hui a retrouvé le chemin de la qualité.

    Que la belle horlogerie a eu une belle histoire d’amour avec le mouvement ouvrier anarchiste, et que ce pauvre Séguéla n’y connait peut étre pas grand chose en matiére du commerce qui touche à l’art.

    Répondre
  11. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Tu as l’air encore plus en rage que moi, Bernard! 😉
    Personnellement, j’en reste à la gueule, ta solution me laissant envisager des horizons dont je sens que je ne goûterai que fort peu les gélatineuses circonvolutions. 😀

    Répondre
  12. B.L.
    B.L. dit :

    Encore un beau cri de colère, chère Agnès.
    Moi, c’est pas dans sa gueule que je lui balancerais sa Rolex : je rêverais de lui enfoncer profond dans son cul de merdeux pourri jusqu’à la moelle …

    A part ça : y’a pas que le droit public dans la vie :

    Définition de "publiciste"

    Wiktionnaire
    Définition 1 :

    publiciste
    Celui qui écrit sur le droit public, sur la politique. En ce sens il est vieux.

    Définition 2 :

    publiciste
    Il se dit aujourd’hui de Quiconque écrit habituellement dans les feuilles publiques.

    Source : http://fr.wiktionary.org/wiki/publi

    Répondre
  13. John
    John dit :

    @ B.L.

    On va chercher des définitions dans un dictionnaire.

    Quand on a deux mots pour désigner deux métiers, que gagne-t-on à en ignorer un et à utiliser l’autre pour les deux usages ?

    C’est comme ça qu’on finira par parler schtroumpf et à schtroumpfer les schtroumpfs dans un schtroumpfionnaire !

    Allez, bonne schtroumpf !

    Répondre
  14. jj
    jj dit :

    waow ! j ai vu les prix …hmm
    trop cher pour l oublier dans une chambre d hotel

    et puis on sait jamais,
    ce gars la a acheté peut etre une contrefaçon parce que tfaçon y a que l apparence qui compte. (pour la parade amoureuse du paon flagorneur)

    sinon pareil que Bernard mais dans l autre sens … le temps
    qu il digere sa connerie et qu il en mesure la taille par le fondement : ))

    cheers

    Répondre
  15. B.L.
    B.L. dit :

    @John,

    le sens classique de publiciste est bien moins restreint que celui que tu lui donnes … Voir Balzac.
    Ce qui, au demeurant, n’a guère d’importance par rapport au sujet du jour : les pourris, soi-disant "de gauche" (vite, une cuvette).

    Répondre
  16. fnur
    fnur dit :

    Très bien écrit ce billet et bonne peinture de pas mal de personnages qu’on pourrait qualifier d’alchimistes, transformant leurs âneries en comptes en banque bien fournis.

    M’est arrivé de côtoyer le monde du pognon, pas que je sois riche pourtant, c’est instructif et c’est vrai qu’il y a souvent ce type de personnage "décomplexé". C’est la méthode Coué qu’ils pratiquent et ils savent très bien le faire, dont acte.

    Seulement, ils ne peuvent pas s’empêcher de lâcher en public ce qu’ils se disent en privé, normal.

    Répondre
  17. marxime
    marxime dit :

    exellent billet une fois encore. Dis c’est quand que tu écris pour de bon dans un bon gros( ou pas gros) livre?
    cela dit le peuple ne sera plus à genou et ne courbera plus délicatement l’échine vers le sol quand il acceptera une fois pour toute de descendre dans la rue en en acceptant les risques.Car tous les seguéla de France ou de Navarre ne sont pas prêts à se laisser prendre ce qui nous revient de droit.

    Répondre
  18. Claudia
    Claudia dit :

    BL
    "Moi, c’est pas dans sa gueule que je lui balancerais sa Rolex : je rêverais de lui enfoncer profond dans son cul de merdeux pourri jusqu’à la moelle "

    Tiens , merci de l’avoir dit pour moi .

    Répondre
  19. Chompf grognon
    Chompf grognon dit :

    "un cynisme titanesque juché sur les épaules d’une connerie sans limites"
    Foutre !
    Comme c’est exact !
    🙂

    Sinon, John,on ne dit pas schtroumpfionnaire, mais dictioschtroumpf.

    Et tant que nous y sommes, byzantinons dans la joie, comme Haroun Tazieff qui devenait semi-fou quand on lui parlait de "vUlcanologie", dans laquelle il ne voulait voir que traitement du caoutchouc, au lieu de "vOlcanologie", qui était sa spécialité à lui..
    ……

    Encore un billet que je te fiche, merci Agnes
    😉

    Répondre
  20. phil
    phil dit :

    Très beau texte. Tant mieux que ces gens ne se sentent plus pisser et oublient de faire gaffe à l’essentiel du métier d’escroc :
    "Les escrocs et les spécialistes des petites arnaques, que Goffman a beaucoup étudiés, le savent bien : c’est pourquoi ils s’efforcent de « calmer le jobard », comme ils disent, c’est-à-dire de rassurer celui qu’ils ont roulé et escroqué sur le fait que sa face n’a cependant pas été atteinte. Si ce travail de préservation de la face n’a pas lieu, le jobard est bien capable de se mettre en colère et de faire des histoires: or, c’est ce que les escrocs veulent éviter à tout prix."
    -Références : Erving Goffman, Les rites d’interaction, Minuit, 1974 ; « Calmer le jobard. Quelques aspects de l’adaptation à l’échec », in Isaac Joseph et alii, Le parler frais d’Erving Goffman, Minuit, 1989, p. 277-300.-
    Je cite un petit extrait trouvé sur mediapart (à l’adresse http://www.mediapart.fr/club/blog/c…) sur les propos de sarkopetit à l’Académie des Sciences le 22 janvier.

    Répondre
  21. Zgur
    Zgur dit :

    Bravo Agnès.

    Je n’étais pas loin de vouloir qu’on lui ferme sa gueule au Séguéla mais, finalement, je suis convaincu que c’est un idiot utile pour dévoiler la vraie nature de ce pouvoir.

    Et ton texte furieux est bigrement bien écrit.
    Chapeau bas !

    Zgur

    Répondre
  22. comme ça
    comme ça dit :

    Base de la propagande marchande : "Si t’achètes pas ma grosse bouse, c’est qu’t’es un louzeur".

    N’importe quel pubiste de base sait ça.

    Séguéla est un pubiste.

    Donc la Grolex est une grosse bouse.

    Ma grand-mère disait : "Si y sont obligés d’faire d’la réclame c’est que ça doit pas être bien bon!"

    Y sont obligés de faire de la réclame.

    Donc la Grolex, c’est pas bien bon.

    Répondre
  23. Le bateleur
    Le bateleur dit :

    Oui
    pour être totalement libre
    le mieux est
    et cela un nazi l’avait immortalisé en une phrase sèche
    n’avoir aucune culture
    aucune valeur qui nous attache, et nous lie à une morale ou des devoirs.

    Ils y sont parvenus

    ce mot résumant d’ailleurs tout à fait leur état.

    pour paraphraser Fernand Renaud
    "moi à votre place ce type qui vous méprise par cette phrase ignoble
    il y aurait longtemps que je lui aurai envoyé ma rolex dans la gueule" ! (sourire)²

    Ces gens là, on ne les combats pas avec les armes conventionnelles
    c’est à dire avec la raison et l’émotion

    comme des virus
    ils sont capables de renouveler leur patrimoine d’argument à la vitesse grand V
    du fait que les valeurs qu’ils défendent momentanément ne sont que des postions temporaires
    ils n’y tiennent pas plus qu’à leur contraire.

    Donc, ni l’émotion ni la raison
    il ne resterait donc que la contrainte par corps ?

    Luc Comeau-Montasse
    du fagot des Nombreux

    __________
    Je me suis permis d’évoquer votre page
    ici
    http://www.garde-a-vue.com/article-

    Répondre
  24. renée
    renée dit :

    Séguela a bouffé à toutes les gamelles de la République, sous tous les "régimes".
    On ne demande pas à une girouette de décider d’où vient le vent. Elle l’indique. Point.
    Sauf que les "décideurs" sont tellement nuls qu’ils sont tous obligés de s’entourer de cette sorte de petit maître à (dé)penser.
    En d’autres temps il y eut Raspoutine et consorts. Un poil plus allumés et plus austères, souvent. Mais chaque époque a les marchands de soupe qu’elle mérite. Pour ce qui est de Dassault, la saga bientôt diffusée dans les lucarnes s’arrête à Marcel. C’est prudent.

    Répondre
  25. dianne
    dianne dit :

    Et les autres ? Leur Rolex dans leur gueule itou…
    Le Canard nous en baille encore de bonnes cette semaine. Ainsi le groupe Pinault procède au lessivage des effectifs de la FNAC, tout en exigeant non pas 35-50 millions de dividendes comme d’hab, mais bien 300 millions pour 2008 ! Faut dire que le patron a eu des frais ces temps-ci (voir la presse people). Quand on aime, on ne compte pas… les plans sociaux déguisés.

    Répondre
  26. Eric
    Eric dit :

    Rien à ajouter, sinon que, Séguéla est sans doute ce "ver dans le fruit" de la gauche, cette com’ qui a si bien su faire élire Mitterrand mais qui a abouti au "est-ce que sucer c’est tromper" de Rocard et au vide "fraternité" de Ségolène, pendant que de l’autre côté pouvait s’élaborer le discours le plus à droite qu’on ait vu depuis en France depuis Pétain, mais avec la rhétorique cool et moderne des communicants.

    )=:

    Répondre
  27. lecailloudanslagodasse
    lecailloudanslagodasse dit :

    … et la godasse dans ta gueule aussi, avec la Rolex.

    Nous n’avons pas les mêmes valeurs, M. Séguéla (tu vois je me rappelle de certaines pubs quand même). Quel ringard ! Une Rolex comme marque de la réussite ! Je crois surtout que M. Séguéla ne sait pas ce qu’est la vie, la vraie. Il doit se sentir, le pauvre, râté par bien des côtés pour avoir besoin de réussir à travers sa montre. Tu vois, mon petit Monsieur, mon tout-petit Monsieur, mon insignifiant Monsieur, ta Rolex, tu me filerais que j’en voudrais même pas. C’est complètement sans intérêt. Enfin, pour ceux qui n’ont pas raté leur vie.

    Ceci dit, les gars, accrochez vous bien au fauteuil (et attachez vos Rolex), parce que, sous peu, ça pourrait bien secouer d’en bas. On va peut être en chier, mais on ne sera pas les seuls.

    Répondre
  28. chris
    chris dit :

    Agnés,

    A quand un article sur la nécéssité d’auto-produire des montres, hein ?

    Une Scoop anarchiso- concurrente de Rolex, ce monstre capitaliste engraisseur de vils rentiers…..

    Toi qui est devenue une auteure auto-éditée ; et donc l’ennemi à abattre de l’édition capitaliste, et de ses joyeux patrons à tête de bobos socialisant pourtant.

    Pour extrait de ces affrontements là :

    """Mais je crois, tout en répétant que vous avez raison sur cette forme là, que l’animosité des éditeurs classiques et de leurs ayants droits et faire-valoirs ( libraires, distributeurs, médias) se situe aussi à un tout autre niveau.

    Leurs livres ne sont, par ailleurs, pas exempts de coquilles et de fautes oubliées ( les correcteurs stagiaires sans doutes !).

    NON, je parlerai plutôt d’un systéme qui est remis en cause par l’auteur libre ; celui des droits d’auteurs, de l’exploitation des auteurs en tant que tacherons qui travaille à la commande pour du 4 ou du 6 %, etc…""""""

    C’est que plutôt ,que de perdre son temps et son énergie à faire bouffer ses Rolex à ce pauvre Seguéla qui n’en vaut guére la peine; les vraies réalités des combats à venir sont bien ailleurs….

    Dans l’édition, dans la production…..tout est à faire et surtout à reprendre.

    Répondre
  29. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    Et nous voila obligés de ne plus regarder l’heure,ça sert à rien,et à battre le tapis!Mais la poussière nauséabonde que ça dégage,vaut mieux se renir éloigné,pour le moment!

    Quant à Begbeider je ne sais pas si il est repenti,mais son frère,ci devant PDG de Powéo a des méthodes de ventes que ne renierait pas un CRS en retraite!

    http://www.humanite.fr/2009-02-10_P

    http://www.humanite.fr/2009-02-10_P

    Quant à Séguéla,sa sortie à été prise comme il se devait par pas mal de monde.
    Avec des envie de lancement de chaussures,sans se déchausser!

    Répondre
  30. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Il y a 20 textes de 20 auteurs différents et c’est du polard-trucmuche-machin. Donc, chaque texte, qui se lit dans la continuité du précédent, est l’œuvre d’un seul et unique auteur. Bon, autrement dit, j’ai pondu une nouvelle. 🙂

    Répondre
  31. fnur
    fnur dit :

    "De deux choses l’une : ou bien Jacques Séguéla est un con, et ça m’étonnerait quand même un peu, ou bien Jacques Séguéla n’est pas un con, et ça m’étonnerait quand même beaucoup !" Pierre Desproges, le 25 octobre 1982, Tribunal des Flagrants Délires.

    Répondre
  32. alsospracht
    alsospracht dit :

    Il me semble que Louix le 16ème aimait l’horlogerie lui aussi. Et moi aussi : à la grande différence que je n’ai pas les moyens de m’offrir un beau mouvement. L’horlogerie est un art, c’est la rencontre du travail et de l’amour, c’est le contraire de la frime, je rêve d’un Spring Drive , excellence de l’artisanat et de la modernité, c’est tout le contraire d’un pauvre type inculte arborant de l’or avec une marque au poignet sans savoir ce qu’il en a coûté de bonheur à quelques artisans horlogers . ce pauvre type a tout fait comme il choisit ses montres et ses amis : sans rien sentir de la vie qui coule.
    Respect pour les horlogers et plumes et goudron pour les jetseteurs professionnels.

    Répondre
  33. marxime
    marxime dit :

    s’cuse Mââme Monolecte, je n’savions point qu’vous aviez déjà ecrit et donc désolé de n’avoir pas lu( ce qui ne saurait tarder) mais j’ai cru comprendre qu’il s’agit d’une oeuvre collective, moi je pensais à une oeuvre collecseule style roman politicopolar avec des tiroirs tout plein. Et puis après tout ce que tu veux, ce sera aussi bien!!

    Répondre
  34. jardin
    jardin dit :

    @ Alsospracht et à Chris:

    Il y a un thème qui apparaît timidement et comme en filigrane dans nos commentaires, c’est que les montres à complications sont le résultat d’un savoir faire ancien et très pointu, et que ceux qui possèdent ce savoir faire en sont fiers. Légitimement? En tous cas, leur fierté est plus légitime que celle des acheteurs de ces montres.

    Peut-être, en même temps, sont-ils un peu dégoûtés que toute cette intelligence et cette habileté servent seulement (presque?) à permettre à des incultes de frimer. Ces montres, si elles existent, ont dû avoir, ont encore peut-être, une autre utilité?

    Répondre
  35. chris
    chris dit :

    En effet,

    Que Séguéla soit un abonné de crétin.fr, à fin de refourguer sa futile pensée sur MadmeMichu.org, est une chose ! Mais qui ne doit pas occulter le veritable marché de l’art horloger avec ses passionnés et ses gens qui en vivent, parce qu’ils en ont quelques compétences à faire valoir.

    Bien avant que le port du chrono de plongée, soit à la mode et qu’un Sarkoléon puisse arborer une Breitling, des plongeurs militaires pourtant pas bien riches consacraient des mois de soldes pour s’offrir une solide Seiko de l’époque.

    Aprés Séguéla ne représente qu’un microscome particulierement réduit de la Jet set, ces bateleurs tour à tour, riches ou misérables ..et finissent parfois dans la déchéance du tailleur de pipe de latrine publique (pensez à ce pauvre Sullitzer qui fait plus pitié qu’envie de nos jours).

    Beaucoup de milliardaires portent des montres en plastoche fabriquées en Chine, sont sapés comme des clodos et roulent en Twingo……et ceusses là, croyez moi sur paroles, sont bien plus "baise-en-riant "" que leurs homologues bling bling….

    Seguéla me fait penser à ces victimes de Ripdeal qui achétent de faux rubis, place Vendome, parce qu’ils n’y connaissent rien et se fient à l’enseigne du vendeur.

    Répondre
  36. jardin
    jardin dit :

    @ Chris:

    Euh… à part la plongée militaire sous un bateau de Greenpeace qu’on fait sauter en tuant un photographe kavékapa être là, t’as rien de plus convaincant à m’offrir sur l’utilité des montres à complications?

    Moi, je parlais d’une utilité… utile. Même genre "c’est véritablement utile puisque c’est joli", je m’en serais contentée.

    Il est clair que nous n’avons pas les mêmes valeurs, mais c’est pas une nouveauté…

    Répondre
  37. alsospracht
    alsospracht dit :

    l’horlogerie c’est comme la poésie ou la gastronomie, utile à pas grand chose si ce n’est à mesurer la distance qui nous sépare de l’animal que nous étions au tout début (excuse séguéla, toi tu y es toujours, t’ébattant dans la fange avec tes amis et complices journaleux). Entre partager une charogne à vif et se régaler à Roanne, il y a autant de chemin qu’ à exhiber de l’or à son poignet et y sentir battre le temps grâce à un mouvement à complications.

    Répondre
  38. alsospracht
    alsospracht dit :

    merde… je me sens obligé de rectifier, non pas pour l’autre là, l’australopathétique mais pour moi. Ce que j’en dis de sentir un magnifique mouvement au poignet : j’ai jamais essayé, hein, juste imaginé, moi j’ai un mouvement automatique (les piles ça pollue, c’est industriel/financier) à 100 balles mais c’est beau à regarder par derrière pour voir le balancier s’agiter dans ses engrenages. je refuse pas une cotisation solidaire de votre part et je jure que je publierai mes commentaires sur ce blog pour vous expliquer, 5000 euros quoi ! et séguéla ça te fais rire un mec qu’a pas 5000 euros à mettre dans un rêve ?

    Répondre
  39. Henry Kanaan
    Henry Kanaan dit :

    Je rêve d’une rubrique dans le journal de TF1 où chaque jour un type différent (ou une femme) qui a "réussi" viendrait insulter brutalement et trivialement les téléspectateurs.

    Le seul problème c’est que ce rêve pourrait devenir un cauchemar, les téléspectateurs finissant par trouver cool de se faire insulter tous les jours et en redemandant.

    Répondre
  40. chris
    chris dit :

    Greenpeace est un fort bon exemple que l’amateurisme et l’imposture aménent droit aux catastrophe ; l’on sait aujourd’hui que les deux agents concernés au départ par cette opération n’ont pas étè recrutés – ( la vraie "james bond "prévue initialement ) suite à un mic mac dont seuls des services dits secrets ont le secret ….

    Qu’à la place de ces valeureux vrais professionnels, l’on missionna deux "peintres" et que l’on en connait l’issue fatale.

    L’utilité d’une montre de plongée dans des eaux sombres n’est donc pas remise en question par cette pitoyable aventure.

    Saviez d’ailleurs que l’héroine pas fatale du tout , coule aujourd’hui des jours heureux au recrutement des pompiers de Paris, en attendant une confortable retraite.

    Le truand qui rate son braquage lui se devant de payer la facture, vu qu’il n’est pas diplomé d’une grand école.

    Bon une apparté instructive certes, mais une apparté quand même.

    Revenons à l’utilité : j’en ai fait autrefois le vil commerce de ces joyaux usuellement destinés à indiquer l’heure qu’il est et pour un homme qui aurait eu bien de la peine à passer les barrages d’un DRH moyen à fin de rejoindre les rangs du salariat servile et soumis….ce fût beaucoup mieux que de devoir tendre la main sur un bout de trottoir ou de braquer des banques.

    Certes, j’aurai pu attendre le ventre vide que des chomeurs veuillent bien manifester leur envie d’une révolution bien scandée par de terribles et redoutables slogans anti SarkoLéon…..à condition qu’ils ne m’aient pas exclu eux aussi de leurs rangs pour propos politiquement incorrect .

    Les riches surtout lorsqu’ils sont stupides , sont parfois plus utiles au rebelle, que les idiots utiles des régimes…..et ça ,ce n’est point une conviction mais plutôt une constatation.

    Répondre
  41. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    @Alsospracht

    Louis le XVIeme c’est pas les montres c’est les serrures qu’il aimait!
    Il aurait dû enfermer pas mal de gens de son entourage.
    Le problème ,c’est que c’est un autre serrurier amateur et chirurgien de son état,Antoine Louis,qui aura le dernier mot.
    Son invention fut présenté par le député Guillotin à la convention.
    Bon le reste tout le monde connait!Il n’a pas eu besoin d’une Rollex!
    Tiens monsieur Séguéla vous dans le secteur et avec votre ci devant amis Sarkosy de Nagi Bosca?
    Ne trainez pas trop!

    Répondre
  42. Chompendule
    Chompendule dit :

    C’est juste un mot supplémentaire pour aller dans le sens de d’ alsospracht, et suggérer une autre piste à Jardin :
    Aussi foncièrement "inutile" dans son genre que peut l’être un grand orgue, un vitrail, ou un piano à queue,
    la belle ouvrage horlogère est une culmination de l’intelligence;
    Comme ce fut une culmination de bêtise et de consummérisme séguélo-crétin de généraliser les montres à piles, strictement imbéciles,
    alors qu’on sait faire depuis des décennises des mouvements mécaniques automatiques excellents, largement assez précis, fiables et solides.

    Et durables,
    sauf que là, question bilan comptable
    (ennemi diamétral -par son indifférence- du bilan écologique et humain)
    c’est justement leur principal défaut …

    Il n’y a rien de plus admirablement et foncièrement UTILE au sens petit-princesque du terme qu’une très belle mécanique sans procuctivité.
    Elle est une oeuvre de l’art, donc une signature valable de l’humaine invention…

    Répondre
  43. jardin
    jardin dit :

    C’est marrant, je viens de voir l’épisode de la Rolex avec Seguela, et je me suis aperçue que jusque-là je n’avais pas réellement cru qu’il avait dit une chose pareille au premier degré, sans la moindre trace de doute ou de dérision.

    A vrai dire, chaque fois que je me laisse aller à regarder l’un ou l’autre de ces pantins, ça me donne une terrible sensation d’incrédulité, j’arrive tout bonnement pas à croire à leur cynisme et à leur impudence.

    Terrifiant!

    Répondre
  44. pietrobellone
    pietrobellone dit :

    Merci pour cet article, un vrai bonheur, partagé par des millions de gens que ce Monsieur prend pour des cons depuis des lustres et que ses petits copains charognards ensencent alors qu’il n’est qu’un prout sans ôdeur.
    Vous lire est u plaisr!
    Pietro Bellone

    Répondre
  45. Erasme de Metz
    Erasme de Metz dit :

    … Attention le système gangrène ce blog … les google ads dans la colonne de droite n’arrêtent pas de faire la pub pour Rolex 🙂

    Pendant mes vacances, cet été, il y avait un vieux monsieur sur le marché, il portait une pancarte: "la vieillesse est un naufrage, ne me laissez pas couler" … on attend l’appel à l’aide de J.Séguéla?

    Répondre
  46. Olivier B.
    Olivier B. dit :

    J’avais moi aussi relevé la phrase inouïe de Séguéla, dans une brève, et j’avais juste eu la force d’ajouter, avant d’aller vomir : "est-il besoin de commenter ?"
    Tu l’as fait et brillamment. Merci.

    Répondre
  47. cyclomal
    cyclomal dit :

    Séguéla a avoué sa connerie sur canal+, sans doute l’avez vous entendu. Ce qui me parait symptomatique, c’est cette façon de se lâcher sans crainte du ridicule, sûr qu’on pardonnera au pauvre petit enfant irresponsable mais pas coupable. En attendant, la tâche est faite et on en rit dans la France qui compte. Jusqu’à quand, c’est la question dont nous détenons la réponse.

    Répondre
  48. Céleste
    Céleste dit :

    Et pendant que le peuple commente une phrase imbécile que les journaux dominants lui ont plaisamment donné en pâture, les regards se détournent des atrocités quotidiennement commises.
    En Italie la technique fonctionne remarquablement bien
    De ce côté-ci des Alpes, le nettoyage ethnique des Zingari (terme générique visant désigner les assimilant les Rroms et les Sintis qui visent sur le sol Italien) progresse de jour en jour.
    Nettoyage ethnique.
    En Italie
    En Europe.

    C’est extrêmement grave c’est pourquoi je me permets de mettre ce lien (sorry Agnès pour l’intrusion) qui renvoie à texte que j’ai écrit.

    http://www.celestissima.org/italie-

    Répondre
  49. Lecteur de Libé
    Lecteur de Libé dit :

    REPONSE A AGNES MAILLARD.
    J’ai lu l’article d’Agnès Maillard sur Libé :
    En effet ,quel style ! et quel talent dans la stigmatisation et l’expression d’un mépris "abyssal". Mais je crois que vous vous emballez un peu vite. Rappelez vous quand même , qu’au début de cette histoire ,il y a la polémique sur la Rolex du président , comme preuve indiscutable pour certains , de son goût immodéré pour le Fric et l’étalage : Polémique qui va jusqu’à la Une de Libé :" Le Président Bling Bling". Un emballement médiatique , comme on en a malheureusement l’habitude. Comme si un Président de la République ne pouvait pas porter une montre à 3000 € !! Est ce que le port de la cravate ne va pas devenir bientôt indécent et provocateur ? Est ce qu’une cravate à 50 € peut devenir également le symbole du "mépris de classe ",madame la censeur ??. Séguela n’est qu’un provocateur qui , je pense ,à voulu vous renvoyer à la stupidité de ce jugement et de ce tapage médiatique ininteressant et dégoulinant de morale. Il a agité un chiffon rouge ( Comment ?? vous n’avez pas de Rolex ?? Quelle impression ça fait d’avoir raté sa vie ??….) et vous , vous foncez..
    Ce sont les médias eux mêmes qui ont donné valeur d’icone à cette montre , alors que cela n’avait stictement aucun intérêt : c’est sans doute pour cela que la boutade de Séguéla est absolument sans intérêt non plus . Sauf pour vous .Et pour tous ceux qui se plaisent à entretenir en France ,une "lutte des classes " fratricide et sans quartier.
    Et moi , bien que je lise ce journal tous les jours depuis 35 ans , je ne passerai pas sur Libé !

    Répondre
  50. John
    John dit :

    Voilà un lecteur de Libé qui dort depuis 35 ans !

    Faudrait se mettre au goût du jour, il n’y a pas de _lutte_ des classes, mais une _guerre_ des classes.

    Warren Buffett (l’homme le plus riche du monde), déclare : « Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner ».

    Comment, vous n’avez pas de Rolex, vous n’allez pas au Fouquet’s, vous n’avez pas de yacht ! Et vous gaspillez la totalité de votre SMIC dans un loyer, en pure perte, et de la bouffe de m. que vous changez en m. aussi sec ! Au lieu de vous offrir des choses qui durent !

    « je ne passerai pas sur Libé ! »
    Si quelqu’un comprend ce que ça veut dire, merci d’avance…

    Répondre
  51. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ouaiaiais!!! Sortez le formol : on vient de trouver un lecteur de Libé! 😀 😀

    Blague à part, je crains que LE lecteur de Libé ait mis de côté quelques petits détails qui auraient pu desservir sa thèse, à savoir le 15e degré dans une petite saillie destinée à démontrer l’inanité de la figure archétypale d’un Sarko Bling-bling. C’est vrai que s’il ne s’agissait que d’une montre, fusse-t-elle une Grolex avec néons qui clignotent, il n’y aurait pas eu de quoi s’énerver. Mais la montre est assortie avec les restos, les amis, les vacances, en bref, les habitudes du monsieur, lequel ne s’est d’ailleurs jamais caché de son appétence pour le fric. Quant à la saillie du petit Séguéla, il suffit de visionner la vidéo pour être très convaincu du premier degré absolu de la tirade. Ensuite, on pourrait admettre que les riches prennent plaisir à exhiber leurs signes extérieurs de richesse, mais quand ça tombe pile poil au moment où on nous rabache chaque seconde de la journée qu’il n’y a plus de fric pour éduquer ou soigner ce petit peuple égoïste et profiteur, il se trouve que la nature réelle du pouvoir nous pète à la gueule et nous donne des envies de brioches et de guillotine.

    Répondre
  52. marxime
    marxime dit :

    NOOONNNN!pas le formol,il faut absolument le mettre dans une cage que nos enfants et petits enfants sachent comment faisaient les lecteurs de libé et sachent surtout qu’ils ont existé!!!

    Répondre
  53. Lecteur de Libé
    Lecteur de Libé dit :

    OK , bon je vois que vous êtes chez vous dans ce blog. Je le prends pas pour une attaque personnelle puisque c’est interdit par la Charte du Blog…C’est de la frustration ou la haine du prochain ? Désolé de vous avoir dérangés , je vous laisse entre vous ,..effectivement ça sent le formol.

    Répondre
  54. chris
    chris dit :

    """Est ce que le port de la cravate ne va pas devenir bientôt indécent et provocateur ? Est ce qu’une cravate à 50 € peut devenir également le symbole du "mépris de """

    En fait , les riches ne portent plus de cravates, c’est même ce qui différencie le patron du commercial de base de nos jours dans le monde du travail….

    La classe laborieuse qui officie en tant que chien de garde à l’acceuil des entreprises le sait fort bien : autant elle redouble d’agressivité méprisante pour virer le vendeur de base -cravaté et serviette- comme un vulgaire démarcheur ; autant elle se préte à la virtuelle fellation devant le costard porté négligemment….

    Pis bon, la hexagonale middle class à bien d’autres moyens qu’une Rolex quant à afficher sa suffisante bienvivance : un teint halé style sport d’hiver par exemple …..

    Répondre
  55. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Non, Lecteur de Libé, ce n’est pas une attaque personnelle, c’est une galéjade au sujet de Libé et de son lectorat en voie de disparition. Ton commentaire a été bloqué par la détection du mot Blog, pas par celle du mot Libé. Après avoir vanné ton journal favori, je t’ai répondu de manière argumentée, conformément à la charte, c’est à dire par rapport à tes arguments, pas à ta personne (que je ne connais pas, par ailleurs.)

    Nous pouvons te sembler féroces, mais personnellement, j’apprécie beaucoup la contradiction et tu es le bienvenu.

    Répondre
  56. alsospracht
    alsospracht dit :

    @Lecteur de Libé
    Il faut savoir se défendre quand on a des idées : lancer un débat et se sauver n’avance en rien. Si tu avais lu tous les commentaires tu aurais su qu’en fait nous n’avons rien contre les belles montres si ce n’est leur prix, si ce n’est que dans une montre ce qui compte c’est le dedans comme pour les hommes et non pas les diams qui clignotent sur le bracelet en platine… d’autre part pour Libé, ce n’est pas nous qui avons fait de ce journal le principal vecteur de l’idéologie libérale que vous appeliez "gauche américaine" ce n’est pas nous qui avons titré "Vive la crise" avec un Montant valorisant les jeunes cadres dynamiques… ce n’est pas nous qui avons soutenu les socialistes dans leur frénésie de privatisation et de dérèglementation etc,etc… Toi tu lis ce truc depuis 35 ans et moi je ne le lis plus depuis "la guerre des monstres" donc environ 32 ans… j’espère au moins que ça t’a rapporté un bon plaçou. Quand à nous traiter de frustrés ou de haineux… frustré de quoi ? De ne pas être ce pathétique bipède vendeur de vent ? Ou de ne pas être d’accord avec toi ?

    Répondre
  57. metaformol
    metaformol dit :

    Bon , si je suis le bienvenu , je préfère : je n’aime pas l’intolérance.On peut avoir des convictions , ça se respecte , mais croire qu’on détient tout seul la vérité ….ça craint.
    Pour Libé , je n’en fais pas un étendard , ni une profession de foi.Il se trouve que j’aime prendre un moment à lire le journal et que je préfère Libération au Figaro.Point ,c’est tout. Arrétez votre petit jeu de coller des étiquettes et de cataloguer les gens sur la couleur de leurs chaussettes : c’est puéril.
    C’est quand même Libé , en reproduisant l’article d’Agnès dans son n° de lundi ,qui m’a fait tomber ici.
    Je voudrai dire à Zarathoustra (ex lecteur de Libé) que ce journal n’est pas le " vecteur de l’idéologie libérale" (ou alors il faut avoir beaucoup fumé..) Depuis 2ans il est même devenu plus proche de Besancenot que de Royal.
    Mais peut importe , je voulais simplement dire que Séguéla à laché une connerie comme il l’a déjà fait plein de fois et comme il le fera encore et que, pour ça , c’est pas la peine de charger baionette au canon en hurlant qu’on va tuer tout le monde. Ca me rapelle Gainsbourg , brulant un billet de 100 € devant les caméras . Il y avait plein de beauf à la moustache vibrante d’indignation qui voulait le pendre au réverbère.
    Ah , la haine est un moteur auxiliaire..

    Répondre
  58. dig
    dig dit :

    ne dites pas à ma mère que je suis VRP chez Rolex, elle me croit publicitaire à succès.
    Il a touché combien, Séguéla, pour la ptite phrase démultipliée sur le web par les coléreux dans notre genre ?
    De toute façon la Rolex c’est plouc. Même moi, en vidant mon livret A, je peux m’en payer une. 3700 euros. une vraie, pas une tombée du camion.
    La semaine prochaine, il bosse pour qui, le plouquissime ? Tag Heuer ? Mont Blanc ?

    Répondre
  59. M
    M dit :

    Ce devrait être l’étincelle d’un Guadeloupe bis en métropole. Eux au moins ont prouvé qu’il était possible de mobiliser un département pendant 44 jours. Qui aujourd’hui est capable de se serrer la ceinture 44 jours pour faire tomber tous ces lobbyes capitalistes ? Qui ? Moi, sincèrement je signe avec les deux mains, je suis prête !

    Répondre
  60. alsospracht
    alsospracht dit :

    @ M
    Sûr la Guadeloupe c’est bien… mais pourquoi se serrer la ceinture ? il y a une seule cible : les banques, c’est là que tout se passe… Dernièrement des ouvriers ont occupé une banque qui devait des tunes à une entreprise quitte à mettre celle-ci en faillite, et deux jours plus tard les dettes étaient payées…
    C’est nous qui créons l’argent, pas les banques : c’est ça qui est fondamental….

    Répondre
  61. alainbibou
    alainbibou dit :

    au brave lecteur de Libé…tu as beau tout faire pour nous faire admettre qu’on peut arborer une rolex sans complexe…en France alors:
    parce qu’aux USA par contre, Obama n’a qu’une tocante à 150 € ttc. A méditer, petit frenchie "libéré"

    Répondre
  62. Roberto
    Roberto dit :

    @alainbibou : c’est pour cela que Mme Obama a été prise en flag entrain de nourrir les petits pauvres dans une asso avec des baskets à 600 $ !!!!

    ce qui me fait marrer avec Agnès, c’est qu’elle est révoltée (et je la crois sincère), mais quand elle mourra, dans 40 ou 50 ans, elle se retournera et elle se dira "j’ai gueulé toute ma vie" : so what ?

    Répondre
  63. phoenixjet
    phoenixjet dit :

    ce que n’a toujours pas compris mr Seguela c’est qu’une rolex a 50 ans c’est ringard….meme si on a les moyens…la grande classe c’est justement d’avoir un autre rapport au temps et de ne plus porter de montre…comme le font certaines personnes que je connais parmis les plus influentes au monde…ceci dit avec l’exemple de Sarkozi qui lui en etait encore a ce stade avant que Carla ne le deringardise un peu…mais bon avec un discour tel que "casse toi pauvre con " a la population cela en dit long sur l " elite " parisienne…la vrai "jet set " ce n’est pas cela…ni meme les pipoles dont vous abreuvent les magazines…pour ma part j’ai porter une rolex a 18 ans , payée par mes soins…comme ma porsche de l’epoque…et maintenant a 40 je trouverai cela bien ridicule…je n’ai plus de montre depuis longtemps et c’est mon chauffeur qui prend le volant…quand je veux m’amuser je fais du circuit…
    tout ceci pour vous expliquer que meme en etant privilégier je ne partage pas l’arrogance du petit milieu " Paris Neuilly " nouveau riche representer par Sarkozy et ses copains…j’ai des amis dans tous les milieux…et meme parmis le miens on ce fout litteralement de leurs geules 🙂 car rien ne passse jammais par eux…ni le vrai busisness…ni la spiritualité…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *