Black out général contre Hadopi

« Cet appel est un hommage rendu aux citoyens néo-zélandais qui ont pu faire entendre la raison à leur gouvernement. Il s’agit d’un remix, d’une réappropriation d’une idée qui, comme la culture, n’existe que pour être partagée. Ce sont ceux qui traitent leurs clients de " pirates " et les députés qui votent leurs lois qu’il faudrait déconnecter !»
« Le Net s’est fait pour et par ses utilisateurs. Quelques entreprises archaïques et les politiciens qui tentent de le contrôler n’ont toujours pas compris comment fonctionnait le Net. Tous ensemble nous sommes infiniment plus intelligents et puissants qu’eux et devons le leur montrer, agir pour protéger nos libertés et l’architecture ouverte du réseau. »

Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net

HADOPI - Le Net en France : black-outJ’ai le plus souvent l’humeur printanière et ce n’est donc pas de gaité de cœur que je plonge Le Monolecte dans l’obscurité. Mais voilà, la dernière mouture d’Hadopi nous promet justement des heures bien sombres non seulement pour Internet, mais aussi pour les logiciels libres, la liberté d’expression, les œuvres ouvertes et communautaires, le partage culturel ou la simple démocratie.
Conformément à la tendance lourde que nous observons ces dernières années, nous, utilisateurs et producteurs de contenus numériques, nous sommes considérés d’office comme des criminels et nous devons nous incliner devant un contrôle inacceptable d’Internet non seulement comme média libre et ouvert mais aussi comme moyen de communication.
Internet n’est un danger que pour ceux dont les pratiques craignent la lumière. Hadopi est un danger pour chaque citoyen de ce pays et pas seulement pour ceux qui ont un discours, des pratiques ou un mode de vie qui dérangeraient le pouvoir en place. Même ceux qui se sentent proches de la politique menée ces dernières années sont pour le moins dubitatifs quand à la portée réelle du dispositif Hadopi, comme en témoignent les commentaires de sympathisants de l’UMP.

Plus que jamais, il convient de s’informer et de refuser les entraves qui paralysent de plus en plus nos libertés fondamentales.

« C’est un signal fort qui illustre la bêtise et la dangerosité de cette loi. La "riposte graduée" fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l’origine de la crise que traversent les industries qui la demandent. »
« Pour aller au bout de cette logique répressive, le gouvernement a déclaré qu’il imposerait de filtrer tous les accès wi-fi publics à une "liste blanche" de sites autorisés. Cela n’a pas de sens. Il faut réagir en montrant l’immensité de ce web décidé à ne pas devenir définitivement noir. »

Idem

Powered by ScribeFire.

34 réponses
  1. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    C’est un Aprilien sur l’IRC qui m’a rencardé, sinon, tu penses bien… D’ailleurs, April aussi n’est pas content du tout.

    Trois ans après DADVSI, le gouvernement et la majorité semblent n’avoir rien retenu des débats sur l’interopérabilité1 et le logiciel libre. Lors de l’examen du texte « Création et Internet » en commission des lois de l’Assemblée nationale, le rapporteur UMP Franck Riester s’est opposé à l’interopérabilité des moyens de sécurisation imposés par le projet de loi, au motif que l’interopérabilité empêcherait le libre choix de l’utilisateur ! L’April s’insurge et appelle chacun à contacter son député pour l’alerter.

    Répondre
  2. ours-blanc-
    ours-blanc- dit :

    Salut,
    je vais faire passer le message sur le peu de forum que je fréquente.
    Par contre, quel courage Agnès! Aller lire le blog de l’ump j’en serais incapable 🙂

    Répondre
  3. Tisbea
    Tisbea dit :

    Pour ceux que ça intéresse, Richard Stallman tiendra une conférence sur « les libertés numériques et le droit d’auteur » Vendredi 27 février 2009 à 18h30 Nanterre – salle des congrès de la mairie.
    Jérémie Zimmermann de la quadrature du net sera également de la partie. Qu’on se le dise !

    Répondre
  4. Zgur
    Zgur dit :

    C’est fait chez moi (en partie seulement, je ne sais pas mettre tout en noir).

    Ces gens qui nous pondent des lois ineptes ne connaissent rien à internet et aux logiciels libres. Ils nous le prouvent à chaque tentative législative.
    Mais n’y a t il personne pour leur ouvrir les yeux et la cervelle ? Ou sont ils vraiment trop cons ?

    Je crains d’avoir déjà la réponse.

    Arf !

    Zgur

    Et bravo à Petaramesh pour son nouvel ashram en avance sur les nouvelles normes gouvernementales.

    Répondre
  5. Elroy
    Elroy dit :

    Bonjour et avant tout bravo, je suis tombé sur ton site récemment et j’en suis resté sans voix, merci. Pour ce qui nous concernent ce soir, j’étais déjà intervenu (je ne me souviens plus où) pour combattre l’idée des sanctions, graduées ou non d’ailleurs. L’état si je ne me trompe demande la coopération des fournisseurs de réseaux internet, hors nous les faisons vivre, nous pouvons en agissant solidairement faire pression sur eux en menaçant de dénoncer nos contrat avant que la loi ne passe.

    Répondre
  6. Zoup
    Zoup dit :

    Les lois contre le piratage ou contre la pédophilie sur Internet ne sont que des prétextes pour surveiller Internet. Cela fait 14 ans que je "pratique" Internet et je ne suis jamais tombée sur un site de pédophiles, ni même un simple site porno (faut dire que je ne les cherche pas non plus !).
    Ce que veut le gouvernement c’est pouvoir contrôler Internet et museler toute opposition.

    Répondre
  7. gzr
    gzr dit :

    Je ne suis pas sur Flickr à cause de la pub, mais je rejoins le mouvement en blackant mon blog et postant les liens adéquats (dont celui de Petaramesh dont l’accueil fait un effet saisissant 😉

    Répondre
  8. Françoise Boulanger
    Françoise Boulanger dit :

    Bonjour Agnès,
    Comme dit précédemment, je ne suis pas actuellement socialiste mais te soutiens dans tes idées et je crois que nous avons le même but : celui de la démocratie, de la dignité humaine, de la justice sociale avant tout.
    Violemment interpellée aujourd’hui par la lecture d’un post, je te demande ton aide.
    Que tous tes lecteurs veuillent bien aller voir sur mon blog le cri que j’y lance.
    Qu’ils me donnent toutes les preuves que nous allons réunir pour demander "l’annulation des dernières élections présidentielles".
    Pour abus de confiance.
    Ce sera la seule solution. il faut faire vite et bien.
    Amitiés.

    Répondre
  9. dominique
    dominique dit :

    en quoi s’opposer au téléchargement libre des oeuvres des uns et des autres est il dangereux ? contestable? J’ai du mal a comprendre ce principe d’opposition car je ne telecharge pas., enfin je ne pirate pas. Quand j’aime un artiste, j’achete son cd parce que c’est aussi son moyen d’en vivre, même si une part des entreprises intermediaires peuvent avoir des methodes contestables…

    Répondre
  10. Farid
    Farid dit :

    Quoi Agnes t’a mis un tchador noir sur ton bô site ?
    J’ai hésité à mettre une page de garde façon Pétaramesh mais j’ai finalement gardé le site tel quel. Depuis que j’ai me suis abonné à la presbytie ça devient de plus en plus compliqué d’aller farfoullier dans les css …

    Répondre
  11. Christophe
    Christophe dit :

    Bonjour Agnès, et bravo… : je suis amusé que vous ayez réussi à caser autant d’amalgames simplistes, de contrevérités et de propos démagogiques dans une seule phrase, il faut le faire ! ;-))
    "des heures sombres non seulement pour Internet, mais aussi pour les logiciels libres, la liberté d’expression, les œuvres ouvertes et communautaires, le partage culturel ou la simple démocratie." Quel lyrisme ! Mais est-ce de la provocation, de l’aveuglement, ou – souhaitons-le- une belle blague ? ;-))
    Parce que franchement, vous exagérez ! Avez-vous eu la curiosité d’aller consulter le texte de la loi "création et internet" (sur le site de l’assemblée nationale) ? Il ne vous aurait alors pas échappé que la loi ne concerne ni la liberté d’expression (je cite au passage le président de la CNIL : "Dans le texte soumis aux assemblées par le gouvernement, il est prévu que seule l’autorité judiciaire puisse ordonner aux FAI de procéder au filtrage des contenus, protègeant ainsi l’internaute de tout risque d’atteinte à la liberté d’expression"), ni les logiciels libres (on parle du pillage des oeuvres, Madame, pas des logiciels libres, rien à voir !), ni des oeuvres ouvertes (je rappelle au passage qu’un auteur qui souhaite donner gracieusement accès à ses oeuvres est totalement libre de le faire et que la loi ne l’en empêche en rien), ni… de démocratie !! (doit-on rappeler que la France a inventé la CNIL avant tout autre pays ? Doit-on rappeler qu’il n’y a pas de démocratie sans respect des droits de chacuns, y compris sans le respect du droit des auteurs ? Que le "non droit" et les propos "libertaires" ne fondent en rien une démocratie ?).
    Bref, sans vouloir être méchant, vous êtes tombée dans le piège des amalgames démagos et hors sujets que propage si bien le net… (fallait-il s’attendre à ce que les blogueurs soutiennent cette loi? 😉 … à moins que vous ne préfériez voir dans le "partage culturel" la possibilité de piller le travail des autres sans que l’on ne vous dérange ?

    Au risque de passer pour un vieux réactionnaire, je me suis permis de présenter quelques arguments en faveur – ô scandale ! 😉 – de cette loi sur mon blog, je serais (très sincèrement) ravi si vous aviez la curiosité d’aller y faire un tour, pour faire avancer le débat et la compréhension du sujet : http://christophecourtois.blogspot….
    A part ça, très bon blog !

    Répondre
  12. John
    John dit :

    M. Christophe Courtois,

    il est bien évident que le piratage n’est qu’un prétexte pour ouvrir aux autorités l’accès à toutes les communications. Les économistes distingués (qui n’ont pourtant pas vu venir la crise) savent que les téléchargements pirates -quelle que soit leur importance par rapport au commerce- ne répondent pas à une demande solvable -comme ils disent-, que ceux qui « piratent » n’ont pas les moyens d’acheter et ne sont pas des clients perdus, ce ne sont pas des clients du tout.

    Répondre
  13. Vogelsong
    Vogelsong dit :

    Toujours intéressant de lire les "euphemiseurs" qui commentent sur HADOPI.

    Je m’associe à la mise en berne bien que techniquement (wordpress) cela est impossible.

    J’ai apporté ma petite pierre à l’édifice HADOPI.
    http://piratages.wordpress.com/2009

    En y ajoutant une dimension salariale avec beaucoup de mauvaise foi, et d’irritation.

    Répondre
  14. Elroy
    Elroy dit :

    Bonsoir, ci-joint la copie d’un message que j’ai envoyé aujourd’hui par mail aux 577 députés de l’assemblée nationale (un par un, pas d’envoi groupé). J’étais légèrement énervé en écrivant, d’ailleurs mon message publié hier sur le Post.fr a été censuré et retiré de ma page dans l’après midi. Par contre j’assume entièrement mes propos et suis parfaitement conscient du risque (limité il est vrai) que je prends.

    Message à la production française et aux "artistes" qui se la pète.

    J’en ai marre, depuis une semaine ou deux, de voir se succéder en interview une bande de producteurs véreux et cupides et des "artistes" mégalomaniaques qui doivent se branler le soir devant leur soi-disant talent.
    Ce soir c’était J.J. Annaud qui venait se plaindre et il y a quelque mois un de ces parasites (il me semble que c’était Bruel) avait sans rire demandé si l’on trouverai normal de ne pas régler sa baguette au boulanger, comparant cela au fait de ne pas être rémunéré pour ses chansons, mais que je sache le boulanger se lève tous les matins avant tout le monde et doit refaire son pain tous les jours alors que pondre une merde en cinq minutes impossible d’appeler ça du travail. Et cette bande de faignant vient tous les jours cracher à la gueule des gens qui travaillent et dont certains achètent leurs disques (ou plutôt achetaient).
    Pourquoi les CD et les DVD ne se vendent plus? Ça n’a rien à voir avec le téléchargement, un disque à la fabrication ne vaut pas plus d’un € alors pourquoi continuer à entretenir une bande de producteurs tous plus rapaces les uns que les autres qui n’ont jamais réellement travaillés de leur vie et qui nous proposent 95% de merde. Moi je veux bien payer par l’intermédiaire de mon FAI par exemple quelque chose à la SACEM ou même pourquoi pas acheter un CD à la sortie d’un concert, mais ça fait bien dix ans que je ne suis entré ni dans un cinéma (trop cher) ni dans un magasin pour acheter un CD ou un DVD et ce n’est pas en me coupant internet que l’on va me pousser à y retourner.

    P.S.: ceux qui ont du talent et surtout qui ne le brade pas ne doivent pas se sentir insulté.

    Répondre
  15. Olivier
    Olivier dit :

    "L’industrie musicale" n’a plus d’utilité économique et sociale.

    Alors que la musique n’a jamais été aussi foisonnante au regard du nombre d’amateurs, de pratiquants, de concerts
    et manifestations de toutes tailles et de tous types, "L’industrie musicale" n’a plus d’utilité économique et sociale. Les modes de production, de distribution et de consommation ont radicalement changé et aucune loi, la plus répressive soit-elle, ne pourra rien y changer.Le téléchargement illégal? Certes il existe une corrélation positive/négative entre le développement de l’ADSL, l’augmentation du téléchargement illégal et la baisse des ventes de CD, mais la relation de cause à effet n’a jamais été prouvée. En résumé, les majors du disque font un procès au progrès et aux changements de comportements de leurs clients. D’ailleurs, qui sont ceux qui innovent et réussissent dans ce nouvel environnement : ils s’appellent Apple, Deezer; Spotify, Youtube … "L’industrie musicale" elle rêve toujours
    de restaurer sa poule aux oeufs d’or. Que représente-t-elle cette fameuse "industrie musicale" d’un point de vue de l’intérêt collectif ? Quelques centaines de salariés tout au plus, 10 % de créateurs qui se partagent 90 % des royalties. Les enjeux liés au développement de l’économie numérique dans notre pays
    sont autrement plus importants pour notre avenir et celui de nos enfants. La France est déjà quasiment absente de ce vaste avenir qui se dessine chaque jour un peu plus. Il suffit de lire les noms des logiciels, matériels et services présents sur un PC pour s’apercevoir à quel point les Français sont démunis, consommateurs passifs (et désargentés) d’une révolution active. Bref, pendant que la Corée du sud invente la cité de demain (peut être font-ils fausse route mais au moins auront-ils essayé), et bien notre vieux pays s’enlise dans des postures passéistes et contre productives.
    C’est une faute lourde de conséquences que commettent les politiques français et leurs "conseillers" bien intentionnés. Une faute dont ils devront s’expliquer un jour ou l’autre face au peuple français qui sait bien, lui, où se trouve son intérêt.
    Bien à vous

    Répondre
  16. Elroy
    Elroy dit :

    Bonsoir , voici la suite de mes aventures avec l’assemblée nationale. Je ne m’attendais pas vraiment à recevoir des réponses, et pourtant, déjà 3 hier, dont une d’un député UMP Christian Vanneste qui dit ne pas vouloir voter la loi mais surtout aujourd’hui celle du député Patrice Debray (certainement un UMP, je ne le connais pas) qui développe pour le moins des arguments spécieux pour défendre sa thèse: 1) mensonge, je ne crois pas avoir jamais entendu parler d’un homme de 70 ans en prison pour 10 ans pour cause de téléchargement 2) amalgame (pédophiles et autres) 3) et enfin, là on tombe dans l’ubuesque, l’addiction au téléchargement, j’ai jamais vu un mec se planter devant son ordinateur et regarder en boucle le téléchargement de fichiers. Je vous le livre tel quel, à vous de juger.

    Monsieur,
    J’ai bien reçu votre mail et je vous en remercie. Il est effectivement particulièrement difficile de légiférer sur le virtuel sans créer de situations complexes. Toutefois nous ne pouvons pas non plus rester dans une situation qui provoque là aussi des injustices. En effet d’après la lio Davsi de 2006 on peut condamner une personne jusqu’à 10 ans de prison ou 300 000 € pour avoir télécharger des films, ce fut le cas dans l’arrestation d’une personne âgée de 7 0 ans qui avait téléchargé les œuvres musicales de ses artistes préférés, 10 ans de prison ? Non on ne peut pas allez si loin mais dans le même temps on doit surveiller la toile avec tous les sites pédophiles et autres, c’est notre devoir. Enfin il y a le problème de l’addiction au téléchargement, problème de plus en plus prégnant, où là aussi notre devoir est d’intervenir. Pour ma part je considère qu’il est important de trouver un cadre juste pour que la créativité puisse continuer à être financée, pour que les citoyens, et en particulier les plus faibles, soient protégés tout en maintenant une place à nos libertés. C’est pourquoi il faut accentuer la prévention et apporter des sanctions gradués aux contrevenants.
    Voilà les réflexions que je pouvais vous livrer sur ce sujet.
    Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.
    Patrice DEBRAY
    Député de Haute-Saône

    Répondre
  17. Elroy
    Elroy dit :

    Bonsoir, méa culpa, je viens de m’apercevoir qu’il y avait un point d’interrogation après les mots "10 ans de prison" dans le mail du député Patrice Debray. Dont acte.

    Répondre
  18. KOLIKOF
    KOLIKOF dit :

    pauvres cons!!! Nitendo, SONY, VIRGIN, on s’en fout, ce sont des multinationales dont le seul objectif est le profit! comme toute multinationale qui se respecte, Macdonald, Mercedes, la française des jeux, etc…. Le jour ou il n’y aura plus de profit juteux, elles investiront dans un autre secteur, peu importe tant qu’il y a des gros sous. Le piratage touche les revendeurs, terrasse les petits magasins de jeux, fracassasse les commerçants, les vidéo-clubs, etc…, qui ont du fermer boutique allant jusqu’à la ruine et la faillite personnelle. Vous n’aurez JAMAIS la peau de Nitendo, la WARNER, SEAGA, Disney, Hachette, etc….mais celle des petits distributeurs ruinés et en banqueroutes, des artistes et techniciens professionnels grossissant les rangs de l’ANPE du spectacle, et je ne parle pas de Halliday, Obispo, qui eux sont blindés. Vous aurez la peau des PRODUCTEURS INDÉPENDANTS, de musiques, de films, de romans, car les Majors deviennent grâce aux piratage les tous puissant de l’audiovisuel, la concurrence est impossible aujourd’hui!!!. Mais ça, vous n’en avez rien à secouer, tout ce qui vous intéresse c’est d’avoir vos c**l au fond d’un fauteuil à vous goinfrer d’œuvres volées et piratés comme de gros porcs! vous goinfrer avec des œuvres de plus en plus nulles, du papier Kleenex, on s’en sert une fois et puis poubelle! grâce a des gens comme vous, et des opérateurs d’accès internet qui se réjouissent hypocritement du piratage, sans compter des créateurs de site illégaux, on, à aujourd’hui la culture papier toilette, celle du papier à caca!!! Et les Majors continus de faire du chiffre et d’augmenter leur plein pouvoir sur l’audiovisuel, ainsi que les opérateurs d’accès internet, les hébergeurs pirates ou légaux, et les créateurs de logiciels et de sites d’escrocs l!!! Toutes formes de changement d’évolutions par le numérique est impossible avec le piratage. Internet libre est un slogan aburde et démagogique, qui sert de propagande politique aux dirigeant du PS entre autres. La liberté n’est pas de faire n’importe quoi, mais passe OBLIGATOIREMENT par le respect des autres. Le numérique ne sert qu’au vol, la licence globale est une esbroufe évidente!! Alors que le net aurait pu permettre d’autres formes de distributions et d’exploitations de l’art, servir les artistes, les créateurs, les producteurs, LE PUBLIC!!! Une nouvelles forme de commercialisation qui aurait AFFAIBLIT LES MAJORS au lieu d’en faire les maitres absolu du marché. Histoire de pognon, OK ! à la fin du mois ton patron te dira "pas de paye mon ami! ici on travail pour la gloire comme les créateurs, pour les beaux yeux des autres", tu sera aux anges!!!. Vous prenez les artistes pour vos pu*es. Continuez à télécharger vos œuvres de plus en plus minables avec des "artistes"(?) soit sous contrôle des majors, ou des ratés qui se prennent pour des artistes eux aussi, en diffusant gratuitement leurs nullités culturelles sur le net. De toute les façons personne ne les achèterait……..Internet part en coui**le….on a donnée de la confiture aux cochons, la "THÉORIE DE LA RELATIVITÉ" d’A..EINSTEIN à des crétins, et les hyènes se tordent de rires (les Majors, opérateurs internet, etc..)…………………..IMBÉCILES!

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *