Les absents ont toujours tort

Hier, c’était manif au bled en chef, malgré la tempête Klaus qui n’en finit plus de perturber la vie quotidienne des Gascons.


Nous partîmes un million selon la police, nous arrivâmes plus de 2,5 millions au port, selon les syndicats. Dans tous les cas de figure, les mauvaises langues ne pourront pas dire que personne ne s’est rendu compte de rien. Même le ciel était de la partie, nous réservant un fort clément brouillard après des décades de tombereaux de flotte accompagnées de ce que certains qualifient de cyclone extratropical.
En tête de cortège, émergeant de la brume, un escadron de fauteuils roulants encadre la banderole collective : s’il y en a qui sont bien déçu des promesses sarkozystes, ce sont bien les handicapés, invités à survivre avec une aumône et dont les pauvres droits se réduisent, comme leur autonomie. Suivent les blocs colorés des syndicats coordonnés, le rouge dominant de la CGT, un petit îlot d’orange fluo pour la CFDT – ce ne doit pas être facile d’être un militant CFDT, par les temps qui courent -, et une masse indéterminée d’anonymes, derrière une banderole noire de défense des associations éducatives. Hôpital, Jeunesse et Sport, Impôts, petits raccourcis d’un service public qui n’en finit pas de se faire dégraisser. Et le brouillard continue encore et encore de vomir la foule, compacte, joyeuse et décidée. Une vague, énorme : les parents d’élèves. Beaucoup ne sont pas des habitués de ce genre de sauterie. Des apolitiques. Nombreux. Déterminés. Avec leurs gosses. Il y a même de vrais bourgeois dans le tas, me glisse monsieur Monolecte qui sait de quoi il parle. Si même les bourgeois sont de manif’…

SinistrésLa foule se déroule à mes pieds pendant que je tente d’accrocher quelques belles pancartes, bien parlantes, à mon album photo. De temps à autre, un visage connu, un vieux pote perdu de vue depuis 10 ans : ha bon, t’es PS, toi, maintenant ? Tout arrive, décidément. Le Parti socialiste est de sortie, massif et discret à la fois. Maintenant qu’il se fait couper le sifflet à l’Assemblée, il lui reste ses pieds pour s’exprimer. Comme le petit peuple. Le photographe de la CGT décide de faire binôme avec moi. C’est un vieux de la vieille, mais il n’a pas la technique pour accéder aux balcons qui surplombent la foule, les meilleurs points de vue, pour tenter de saisir la profondeur de champ dans laquelle se perd la foule. C’est un grand cru, me dit-il, probablement le plus gros rassemblement dans le bled en chef depuis 20 ans. Mais ça ne suffira pas, pour que ça marche, faudrait qu’on fasse ça tous les jours pendant au moins 15 jours.

Soudain, au coin d’une rue, un facteur. En tenue. Sacoche au côté. En train de distribuer le courrier.
Sa présence rend encore plus évidente l’absence des postiers dans le cortège. À une époque, pas de mouvement social sans la Poste. On ne parle même plus des France Telecom. Perdus, corps et bien. Pour les EDF, ça peut se comprendre : bientôt une semaine qu’ils sont sur les dents pour tenter de réparer les dégâts de Klaus… et de plusieurs années de sous-investissements chroniques dans les bleds. Bref, disparus les grands services publics. Laminés, privatisés, précarisés. J’ai un pote postier syndicaliste… un dinosaure. Ils ne sont plus que 2 syndiqués sur 20 facteurs. Une hémorragie. Tout le reste, c’est en contrat plus ou moins précaire, forcément de droit privé. Tu la fermes ou on te casse. Silence radio sur les conditions de travail qui partent en couille : des tournées qui s’allongent sans que les horaires suivent. On finit la tournée comme on peut, sur le temps libre. Mais l’usager, il s’en fout, il ne sait rien. Tout ce qu’il voit, c’est le ballet des petites voitures jaunes, jour après jour. Finies, les grèves. Fini, aussi le service public, mais le temps qu’on s’en rende compte, ce sera trop tard.

Je lâche le cortège vers la CCI du coin. Là aussi, calme plat et silence radio. La commission Balladur va pouvoir élaguer en paix les petits salariés sous prétexte de rationalité. Personne ne moufte dans le fief du patronat local.

Les perdants du jour se sont faits discrets.
Tant pis pour eux.
Tant pis pour nous tous.

Powered by ScribeFire.

30 réponses
  1. dominique
    dominique dit :

    bon, je t’en veux pas d’avoir oublié FO mais quand même, heureusement sud ouest nous a vu…. 🙂 beaucoup de monde , et chez nous quelques postiers…mais aussi, a noter, pas mal de crédit agricoles fermés…en greve…et aussi des agents du credit lyonnais…parce que entre les banquiers et les employés de banque..il y a un gouffre financier…on relance ces employés a coups de mails pour incitation a la rentabilité permanente, au chiffre, et on paie au ras du smig…. et puis tous nos grevisetes solidaires qui ont bossé… klaus oblige

    Répondre
  2. Simplicissimus
    Simplicissimus dit :

    J’ai un copain, parent d’élève, qui bosse à La Poste. Il n’a pas fait grève, à cause de l’ambiance au boulot, mais aussi parce qu’on lui retient un peu moins de 100 euros sur un net mensuel de 1500. C’est bête, mais il ne peut pas se le permettre.

    Répondre
  3. monsieur_raoul
    monsieur_raoul dit :

    pffff … moi ce qui m’a le plus désespéré, dans la monstrueuse manif de notre sous préfecture , c’est pas l’absence de postiers, parcequ’ils étaient là … c’est de maniére terrifiante l’absence de jeunes …
    moins de 5% des manifestants …
    moyenne d’age proche de 45 balais …

    comme si la capacité de colére sociale, de révolte sociale ( parcequ’au delà de la molesse syndicale, il suffisait qu’un crie "voleurs" au passage devant le siége d’une banque pour que la manif reprenne ) n’était que le signe de désespoir d’un monde en train de mourrir ….

    comme si le formatage à la soumission avait si bien fonctionné que les moins de 30 ans ne soient plus que des cons-ommateurs …

    comme si se sortir le cul du plumard à 9h le matin un jour ou tu as pas cours était au delà des forces du lycéen lambda …

    comme si les étudiants étaient allés à la fac en guise de protestation contre ces "preneurs d’otages de syndiqués" …

    ma grand mêre disait "comme on fait son lit on se couche" …. ils sont bien confortables ces jeunes à qui l’on explique qu’ils sont victimes des errements des générations passées …. bonne nuit … les petits …

    comment a-t’on pu casser tout ressort de révolte dans la jeunesse , bon dieu …

    Répondre
  4. Chevillette
    Chevillette dit :

    Grâce à la consommation, pêle mêle: l’ipod, la starac, la fausse rebellitude, la mode, le people, le fashion, le bling bling..etc. Regardez la majorité des jeunes, leur look et vous comprendrez que leur préoccupation sont bien loin de la politique…

    Répondre
  5. franoise
    franoise dit :

    pour les EDF, ça peut se comprendre chez toi où la tempête a sévit…
    pas de cortège EDF dans la manif parisienne non plus. Plus surprenant, déjà. Hors une pitite banderole d’avant 90 avec le vieux logo EDF/GDF… c’est dire si ça date. Au national, 33% de grévistes à EDF. Il sont actionnaires à 90%. Ceci expliquerait-il cela? En partie, oui. Pour le reste , chercher du côté de l’accompagnement des changements mené avec vigueur par le syndicat majoritaire à 54%… Triste, oui, comme la Poste, comme France Telecom. Mais pas désespérant, ça peut changer, ça doit changer. Cheer up! C’était quand même une belle manif, avec, pour la première fois depuis longtemps des sourires en masse sur des faces réjouies en groupe, en ligue, en procession !

    Répondre
  6. dominique
    dominique dit :

    oui cugel des postiers y’en avait
    côté jeunes : quelle éducation proposent les parents ( marche sur ton copain ppour avoir la place!)depuis la maternelle ou il faut chercher une place et ou toute leur existence se construit au travers du systeme scolaire qui ne prevoit que des portes de sorties régulières, des selections dossiers par ordinateurs,et ou de toute façon la filière est souvent loin, ailleurs,fermée,bouché…ils y passent pres de 10 à 12H00 par jour dans cet univers… alors l’individualisme …il se construit doucement mais solidement!
    Ensuite, les orgas …ben regardez ce qu’on signé en Aout ceux de la position commune…épluchez ..

    Répondre
  7. Cugel
    Cugel dit :

    Pas de postiers???? H’mmm, disons peu et très peu en uniforme, m’enfin nous étions quand même quelques uns (fonctionnaires et de droit privé)… à l’arrière sous une bannière jaune et noire !

    Répondre
  8. chris
    chris dit :

    Cette manif a étè un vrai succés, non ?

    Peu importe les banniéres ; moi même je suis petit entrepreneur de la crise, écrivaillon maudit, et anarchiste convaincu …..et j’ai bien defilé entre le PS et un collectif Simone de Beauvoir, ça s’invente pas !

    C’est un peu le coté grande messe populaire de pouvoir faire des rencontres inprobables dans une société francaise aujourd’hui si divisée en caste, groupe , etc etc ….

    Il n’y a pas de révolution à attendre de ce genre de mouvement de toutes façons….

    Répondre
  9. jardin
    jardin dit :

    Ce genre de manif n’est pas ce qui motive le plus les jeunes. Souvenez-vous qu’ils étaient très très nombreux et très motivés le 1er mai 2002. Et, bien sûr, lors de la lutte anti CPE. A ce propos, quand ils se faisaient courser, matraquer et lacrymoser APRES les manifs à cette époque… y avait pas beaucoup de vieux dans les rues avec eux. Pas du tout, même, je m’y suis trouvée deux ou trois fois, mais par un pur hasard, soit j’avais "fini" de manifester, soit je faisais des courses.

    Répondre
  10. Cugel
    Cugel dit :

    Pour revenir aux postiers, les facteurs, surtout en province, ne se sont jamais bougés des masses et c’étaient les personnels des centres de tri qui constituaient le gros des troupes tant dans la grève que dans les manifs. Les centres de tri fermant les uns après les autres (dans l’indifférence générale), nous ne pesons plus grand-chose dans la vie réelle et ça se ressent dans la contestation. Des agents d’Auch CTC de la nuit de mercredi à jeudi, nous étions 100 % à être en grève et 50 % à la manif, m’enfin 50 % de 6 (3 titulaires, 1 cdi et 2 cdd), ça ne fait pas bésef !

    Répondre
  11. Jacques
    Jacques dit :

    Nous n’avons pas manifesté dans le même bled en chef, mais nous avons retiré la même "impression", nous en avons fait un récit assez similaire.
    Sympa, non ?

    Bien cordialement,

    jf.

    Répondre
  12. jean-christophe
    jean-christophe dit :

    Actionnariat populaire, petites économies a la banque, petit crédit sur le dos, petit gout du luxe, fascination pour les séries télés débiles. Tous les ingrédients pour avoir un bon peuple leche-cul et si la situation s’aggrave pourquoi pas un bon peuple facho.

    Répondre
  13. Aka75
    Aka75 dit :

    Vous avez remarqué qu’il y avait beaucoup de monde.

    Bon, c’est peut-etre aussi le fait qu’il y avait tant de monde que les groupes faisaient petits. Mais il y avait tellement de groupes. Même les sans-papiers, stars du premier mai faisaient petiot.

    Vous avez remarqué qu’il y avait beaucoup de monde.

    Les jeunes vont commencer des manifs cette semaine, et si nous les vieux, on allait avec eux plutôt

    Vous avez remarqué qu’il y avait beaucoup de monde.

    Tenez, regardez cette video de jean, c’est une bouffée de bien-être (et il y a surement des postiers dans la foule)

    http://mange-ta-soupe.over-blog.com

    Quand à la fameuse manifestation "inquiétude de la crise", le slogan est clair

    Vous avez remarqué qu’il y avait beaucoup de monde.

    Répondre
  14. Jacques
    Jacques dit :

    Je n’aime pas le ton de Jean-Christophe, même si il nous prétendra après que c’était du "second" degré.

    Il me semble que certains ingrédients qu’il décrit sont de moins en moins utilisés par le "bon peuple" comme en témoignent certaines dégringolades salutaires de l’audience de TF1.
    Et c’est toujours le "bon peuple" qui réagit, l’Histoire le démontre, ici en France comme ailleurs, aujourd’hui comme hier.

    jf.

    Répondre
  15. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    C’est incroyable que nous arrivions à dévaloriser nos luttes alors que les gens au pouvoir ne s’y sont pas trompés eux!
    Si ils rabâchent à longueur d’antenne que c’est"une protestation contre la crise"c’est qu’ils ont compris que ces manifs constituaient un tournant et que ça commençait à être chaud pour eux.Depuis des jours avant le 29 ils se répandaient pour dire qu’elle était inutile.
    Parce que les manifestants savaient pourquoi ils étaient la :les salaires,les services publics,et le refus de payer la crise!
    Ce n’est que le début,alors au lieu de nous plonger dans une déprime,soyons militants,aidons ce mouvement naissant à être de plus en plus fort et ne nous sous estimons pas!
    7000 à Mont de Marsan,beaucoup avaient beaucoup perdus dans la tempête et pourtant avaient choisi d’être la et beaucoup de jeunes.
    Ce n’est pas fini,ça commence juste!

    Répondre
  16. Dom
    Dom dit :

    C’est quoi cette histoire de jeunes et de vieux? Toujours les mêmes conneries…Je suis toujours exaspéré par ce genre de catégorisation plus que fluctuante et inutile.
    Et de lire ici dans ces comms des réflections sur le "look" qui serait le seul interet de certains est tout aussi lamentable…me fait souvenir de la chasse "aux beatles" et "chweux longs"…en plein 68 aussi …et me souviens aussi de qui ça dérangeait tant…
    Alors je me pose la question de savoir ce qui peut etre excitant dans une manif ou depuis des décennies on ne reclame que du boulot et du fric dans un monde en déconfiture totale…Le boulot me faisait chier à 20 ans et tout autant à 57…Alors pas de jeune à la manif à "nos" manifs? Je suis de St Nazaire j’étais le 29 à St Naz…je me suis fait aussi la reflection du manque de lycéens…je me suis dit que vraiment ces revendications fouillies à la con ben je me demande bien qui peut se sentir concerner a part des vieux cons…
    Autre chose peut-etre à proposer aux enfants et petits enfants?
    Non?
    Alors………….
    Alors eux aussi ils battissent leur avenir et sans nous et c’est tant mieux…parce que franchement "nous" y a pas de quoi se vanter.
    (tite colére là…oui )

    Répondre
  17. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    EH bé,Dom,on se fâche?on pique une colère?
    Ils bâtissent leur avenir sans nous?ont-ils une chance de réussir?sans nous ou contre nous?
    L’avenir on le fait tous ensemble ou on échouera,une nouvelle fois!On ne bâtira rien les uns sans les autres!.Et augmentation des salaires et pensions,services publics,emploi,c’est clair.Pas se fier aux élucubrations médiatiques!
    Le manque de lycéens n’a pas été partout le même,il y a eu des endroits ou ce ne fut pas le cas.
    Mont de Marsan fut le cas:nous attendions que le cortège syndical soit passé pour prendre notre place à la suite,PCF,PS,PG et uniquement les enseigants et les lycéens ça a duré plus 7-8 minutes!

    Répondre
  18. satya
    satya dit :

    klaus m’a cloué le bec pour ces 9 derniers jours et aujourd’hui au lit avec une sale bronchite et pourtant en jetant un oeil sur la fenêtre ouverte du web depuis quelques heures, je voudrais signaler que mon facteur: alain ici dans mon coin des landes (et bien d’autres comme lui) ont choisi de distribuer le courrier en milieu rural à cause de notre grand isolement, par contre, ils étaient solidaires de la grève générale et ils ont reversé leur journée de salaire à une association de soutien des sinistrés landais de klaus (aka nicolas)
    les agents d’erdf ont aussi bossé pour ne pas nous laisser tomber mais ils ont mis des banderolles sur leurs camions car ils auraient fait greve autrement.

    vala, je tenais à le dire.

    Répondre
  19. chomon
    chomon dit :

    S’il n’y avait pas beaucoup de jeunes a cette manif, il ne devait pas y avoir non plus beaucoup de chomeur-ses de retaité-ées et de militant-tes de la décoissance.

    En tant que ancien chômeur je vois pas pourquoi les chômeur-ses manifesteraient avec des syndicats qui gèrent l’assurance chômage avec le MEDEF Des syndicats d’accord avec le MEDEF et le pouvoir de droite et de gauche pour mener la vie dure aux chômeur-ses.

    En tant que jeune retraité je me serais senti perdu parmi tous-tes ces travailleur-ses. Le "monde de la retraite " et le "monde du travail" c’est pas blanc bonnet et bonnet blanc

    En tant que militant de la décroissance je vois pas pourquoi manifester avec les défenseur-ses du pouvoir d’achat et de l’emploi. Défenses sans doute utiles pour la croissance, mais inutiles pour la décroissance.

    Quand les jeunes , les chomeur-ses, les retraité-es, les militant-es de la décroissance manifesteront ensemble on entendra un autre son de cloche.

    Répondre
  20. Jacques
    Jacques dit :

    @ chomon
    Vous nous exposez vos raisons qui vous ont amenées à ne pas manifester.
    C’est bien votre droit.
    Mais savez-vous que sur les "bons" bloc-notes de droite, ceux des sarkozystes plus sarkozystes que le Sarko, vous êtes catalogué comme "soutien du Président" , justement parce que vous n’avez pas manifesté ???
    La quelle des deux "situations" préferez-vous ?

    jf.

    Répondre
  21. chomon
    chomon dit :

    @jacques
    Les blogs de droite ne m’intéressent pas du tout.

    Aux dernières présidentielles je n’ai voté ni pour Sarkozy ni pour Royal. La majorité des grévistes au 2eme tour ont voté pour Sarko et Ségo qui sont pour le libéralisme, le capitalisme, la croissance qui nous mènent dans le mur. C’est ce que montre Hervé Kempf dans ces livres.

    http://www.article11.info/spip/spip

    Répondre
  22. alsospracht
    alsospracht dit :

    Bonjour, je reviens de Davos où j’étais invité pour parler de l’avenir du monde et de ses esclaves. Je vous dis ça parce que j’ai loupé le grand spectacle d’une manifestation de rue, zut ! que j’aime avec mes amis regarder de mon balcon (87 m²) ces gens hurler leur désarroi, que c’est beau. Je me souviens bien c’est avec père et ses amis que s’est inventé, grâce à la complicité intéressée des syndicats et des gôches, le concept de manifs dans la dignité : Ha ,ha, ha, la dignité, attendez j’étouffe de rire, pauvres gens pleurant pour un salaire de misère, gros de colère mais dans la dignité, trop drôle… Et les seuls qui parfois entrevoyaient une lueur de vérité se faisaient traiter de casseurs. Parfois c’étaient même les gauchistes ou les cégétistes qui attrapaient les jeunes énervés pour les trainer devant nos larbins assermentés, fiers de leurs casques flambants neufs. Ah qu’elles sont drôles ces manifestations, pardon, vous dites , je crois savoir, dans votre langage plébéien manifs, non ? Ces manifs commençaient à nous manquer, aussi il y a quelques mois nous avons ordonné à vôtre président (oui, j’ai bien dit vôtre) de cesser de nous priver de ces divertissements si comiques. Oh mes chéris revenez vite s’il vous plait, j’ai fait le plein de champagne et nous avons invité, pour nous distraire encore plus, des gens de la gauche comment dites-vous ? heu ! socialiste, c’est cela, Ah ces gens sont magnifiques, ils ont un humour, mais un humour à ne pas tenir, tenez, figurez-vous, qu’un jour un type socialiste très connu puisque je l’ai vu à la lucarne abrutissante, m’avouait qu’il était sénateur ! AH, AH, AH ! SOCIALISTE SENATEUR? AH, AH, AH, trop fort, je me fais pipi dessus, oh, je m’en vais vite, j’ai rendez-vous avec votre argent… celui de votre sueur que vous croyez appartenir aux banques, banques que vous avez la bonté de laisser tranquilles, merci mille fois.

    Répondre
  23. pas perdus
    pas perdus dit :

    Il n’y a pas à opposer jeunes et vieux, ou encore fonctionnaires et contractuels de la Poste, à partir d’une ou deux observations individuelles…
    Pour La Poste, il y a contractuels et contractuels : CDD, CDI, CDII… Des situations qui ne sont pas toutes les mêmes selon le contrat et aussi selon le centre où tu bosses…

    Répondre
  24. Cugel
    Cugel dit :

    Des CDII je ne suis pas sure qu’il en reste, La Poste, s’étant fait plombée de nombreuses fois aux prudhommes pour l’utilisation frauduleuse de ce type de contrat, préfère employer des intérimaires désormais !

    Répondre
  25. mathe
    mathe dit :

    bien sûr que ces manifs ne feront pas bouger les dirigeants,mais qu’est ce que ça m’a fait plaisir de me retrouver dans une foule solidaire, chaleureuse, nous étions heureux de "nous" retrouver; oui , nous n’étions plus seuls face à cette hideuse bête qui veut nous manger tout crus…pour moi, le summum de l’hypocrisie ( art bien pratiqué par le président) est qu’il se soit déclaré président de la "commision " Culture : " pour sortir de decennies d’immobilisme" " pour que les fonds, ences temps de crise servent les meilleurs", "lui-même président de cette commission parce que Lui, il osera dire les choses"….
    je suis attérée par ce cynisme et là , j’en suis malade de le voir nous anéantir petit à petit…

    Répondre
  26. jean-christophe
    jean-christophe dit :

    @ Jacques

    C’est effectivement du second degré mais tant pis
    Ce que j’ai cité sont les "ipods" des quadra classe moyenne
    Ce que j’ai voulu dire c’est qu’il ne faut rien attendre d’un peuple qui ne veut pas un autre système mais juste la place de celui qui est au dessus et ou la majorité sont des petits capitaliste en herbe qui s’énervent quand leur part diminue, c’est tout.
    Pour les révolutions, je pense que ce sont plus souvent les petits bourgeois qui, sentant les gros bourgeois à deux doigts de les manger, ont utilisé le peuple pour s’en débarrasser. Le probleme c’est que petit bourgeois deviendra gros.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *