La fabrique de la pauvreté

Où il s’avère que nous avions mal compris le slogan de campagne du Princident : FAIRE travailler plus pour gagner plus

À chaque jour suffit sa petite attaque ordinaire contre le peuple :

Le secrétaire d’État chargé de l’Emploi, Laurent Wauquiez, se prononce contre les "coups de pouce" au SMIC traditionnellement concédés par les gouvernements, qui contribuent selon lui à tirer les salaires vers le bas.

C’est absurde et même contre-productif de faire ces coups de pouce complètement artificiels parce que la seule chose à laquelle ça aboutit (…) c’est à scotcher tout le monde au niveau du SMIC, a déclaré Laurent Wauquiez sur France Inter.
Laurent Wauquiez contre les "coups de pouce" au SMIC, Reuter, 11 juin 2008

Le même jour, on nous annonce un nouveau record d’inflation, de 0,5 % pour le mois de mai 2008, soit 3,3 % en un an… sachant que les chiffres de l’inflation sont biaisés pour les plus modestes qui consomment essentiellement de la nourriture, de l’énergie et du logement, trois secteurs où les prix ont explosé ces derniers mois.

L’idée forte, ici, c’est d’inverser les causes et les conséquences : c’est parce que la pression sur l’ensemble des salaires est immense (notamment grâce à la politique de chasse aux chômeurs) que tous ont tendance à se tasser au niveau minimum.
Le vrai problème du montant du SMIC, ce n’est pas tant qu’il montre aussi ouvertement la faiblesse générale des rémunérations, mais bien qu’il ne suffit plus pour vivre décemment.
Donc, pour éviter que les salariés très modestes ne soient rattrapés par les salariés pauvres, la solution de Wauquiez, c’est d’enfoncer les salariés pauvres dans la misère, puisqu’en ne suivant pas la hausse des prix, le SMIC ne peut qu’appauvrir tous ceux qui doivent s’en contenter !

Et pendant ce temps, on discute en coulisse de la possibilité de ne plus surrémunérer les heures sup’, alors que l’Europe vient de tranquillement autoriser la semaine de 65 heures

Si nous ne voulons pas tous finir dans des gourbis dignes de Zola et Dickens réunis, va peut-être falloir songer à faire mieux qu’une grévounette tous les 15 jours, non ?

44 réponses
  1. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    C’est là que tu te bouffes le mythe de l’impuissance en pleine face : cela fait un moment que je ne les supporte plus du tout, ces salopiauds… mais quoi? Et c’est là que tu prends conscience de ton insignifiance. Faut les vider à coup de pied au cul, mais même si je monte à Paris, que je passe les gardes de Matignon, de l’Élysée et de l’Assemblée Nationale, je ne vais pas suffire à les attraper tous par le fond du froc, leur coller une bonne fessée et les envoyer sur le trottoir avec un bras d’honneur en prime. Même à 3 ou 4000, on ne suffirait pas à la tâche.

    Comme je ne les supporte plus et que je ne peux rien faire, je balance mes petits couinements en ligne, martelle toujours la même histoire dans l’espoir un peu vain qu’à moment donné, la masse critique s’éveillera à la nécessité de l’action et saura dépasser l’impuissance individuelle. Le truc, c’est que je ne suis pas sûre que ça aille forcément comme on veut, vers le meilleur des mondes. Quand l’exaspération est à son comble, ça a tendance à péter n’importe comment, comme les événements de novembre 2005 et à aller nulle part.

    En attendant, les gens se démerdent avec l’insupportable comme ils peuvent : ils s’abrutissent comme ils peuvent (télé, pétards, heures sup’, foot, bière, médocs) et attendent des jours meilleurs en espérant que ça n’ira pas plus mal demain… sauf que chaque jour nous enfonce un peu plus dans la merde et l’impuissance!

    Répondre
  2. Jean-Pierre Martin
    Jean-Pierre Martin dit :

    @Anta :

    Si.

    @Agnès
    Ce mythe de l’impuissance que tu décris, ça me fait penser à un gros merdier mouvant, sur le principe des sables mouvants : tu bouges, tu t’enfonces plus vite, tu bouges pas, tu t’enfonces quand même, et en plus t’as l’air d’un con.

    Au final, tout ce que tu peux faire c’est gagner du temps, ou penser à autre chose.

    Répondre
  3. niamreg
    niamreg dit :

    "au fait y’a-t-il des "inventeurs libres", qui refuseraient les brevets, dans le même style?"

    Je suis chercheur, membre de SLR (Sauvons la Recherche), où nous sommes un certain nombre à réfléchir à la possibilité d’une grève des brevets. L’idée, c’est que la stratégie de Lisbonne (2000, qui dit qu’il faut qu’on soit l’économie la plus intelligente du monde; c’est bien parti!) transforme de fait la connaissance que nous produisons, et qui devrait rester libre, en innovation, qui ne nous appartient plus (nous = la société). En tant que chercheurs, ca nous dépossède du produit de notre travail (ça nous aliène, au sens marxiste du terme). Mais ça prive surtout la société de la connaissance que nous produisons (avec son argent), pour que certains puisse se l’approprier et faire du fric avec. C’est le sens des "réformes" en cours à l’université et au CNRS. Parce que pour faire ça, il faut d’abord mater les chercheurs et les universitaires en précarisant les emplois et les financements. Mais on peut bloquer le système en diffusant la connaissance (on ne peut poser un brevet que sur quelque chose qui n’a pas été diffusé publiquement).

    Répondre
  4. niamreg
    niamreg dit :

    Désolé, je me pointe avec mon petit discours comme si je faisais de la retape. Mais c’est que je viens tellement régulièrement chez vous, Agnès, que j’ai l’impression non seulement de vous connaitre, mais que vous me connaissez !

    Et cette histoire de brevets va bien, je trouve, avec votre dissidence. C’est en refusant d’être ce qu’ils voudraient nous imposer (égoïstes et mercantiles), même si c’est dans des petites choses quotidiennes, qu’on fera vaciller leur système.

    Répondre
  5. JL
    JL dit :

    De Monsieur Lagarde (député ou sénateur? je ne sais plus…), voilà quelques semaines, sur France Info: "On a les élus qu’on mérite!" (je doute qu’il l’ait inventée, celle-là)
    Blague à part, entre le mensonge politique et les vaines promesses, entre le pain et les jeux, bien mince est l’espace laissé à la pensée critique, à l’action républicaine et démocratique, à l’humanisme.
    Sur la paillasse du laboratoire, la grenouille décérébrée, pour bouger la patte, doit recevoir une sollicitation électrique extérieure. Le fond du problème, c’est que celui qui tient l’électrode n’est pas forcément celui qui est animé des meilleures intentions.
    La seule procédure applicable immédiatement est à mon sens la suivante:
    1) Fuir le laborantin chargé de décérébrer les grenouilles,
    2) Identifier, à tout moment, les motivations du collégien qui tient l’électrode,
    3) Aller à la rencontre de chaque grenouille croisée sur le bord de l’étang (ne pas refuser le dialogue avec le crapaud, même s’il s’en fout, puisqu’il ne se sent pas concerné),
    4) Délivrer en permanence les informations nécessaires à 1) et 2),
    5) Participer sans relâche aux assemblées des grenouilles et à l’élection de leur reine,
    6) Préparer les jeunes grenouilles à prendre la relève.
    … Et peut-être mourir avec la colère aux tripes, mais avec la conscience tranquille de la grenouille libre!

    Répondre
  6. ZapPow
    ZapPow dit :

    Je ne serais pas surpris qu’on nous prépare carrément l’abolition du SMIC.

    Dans le monde idéal de M. Wauquiez, ça veut dire que tout le monde toucherait un salaire maximum, puisqu’il n’y aurait plus de minimum. Le paradis quoi !

    Répondre
  7. niamreg
    niamreg dit :

    Chompitiarve,

    C’est vrai, c’est rare. Alors je le fais, ici et maintenant.

    Mais quand même, le logiciel libre, bien que je n’y connaisse pas grand chose, c’est bien ça. Et il y a eu des débats intéressants sur les brevets des tri-thérapies, même si c’est pour casser des brevets existants, et pas pour ne pas en poser. Et j’espère bien que la contre-réforme de la recherche ouvrira les yeux des chercheurs sur cette appropriation privée de la connaissance, qui est le contraire de ce qui les motive, en tous cas pour certains d’entre eux (je vous promets que le débat avance en ce moment même).

    Répondre
  8. jj
    jj dit :

    Essayer d’ " éduquer " ou "légiferer" les masses à coups de baton (moral) et leur donner quelques caresses et un pti ssussucre apres:
    Elles ne savent plus ou elles en sont.
    Aujourd hui les coups de batons.
    Demain les caresses et les gateries juste avant le vacances (je parie!!).

      (et en juillet que est ce qu on se prendre dans les dents!!!) yippiii. 

    La queue entre les jambes, le chien peut il mordre son maitre ?
    Je delire ou bien ..?
    en attendant d aller m abrutir …. de boulot de foot ou autre sisi ca fait du bien
    (le reveil est toujours difficile)

    Répondre
  9. Chompitiarve
    Chompitiarve dit :

    🙂
    C’est la notion de masse critique qui me parle : comme dans les logiciels libres (qui peuvent fournir un modèle), ou l’ art libre, la masse critique n’est pas une majorité, c’est simplement un niveau de force qui parvient à destabiliser un système: 3% de Linuxiens est à soi seul un fantasme à faire délirer d’angoisse la moitié des dingues de Microsoft, par exemple. En outre, cette masse critique n’est pas seulement une proportion de gens dans une population, c’est aussi un pourcentage de nous-même : exemple : un quidam se décide enfin à
    mettre des patates dans son jardin, parce qu’il y’a un moment ou l’énergie de la vie vient fêler l’énormité du découragement, alors un coin est placé dans le truc. Cette prise de décision, c’est la masse critique à l’oeuvre, le "Yang dynamisant le Yin" ..Le dynamitage aura de toutes façons lieu, mais qu’il soit totalement bordélique ou bien qu’il contienne de quoi refleurir dépendra de ce que nous aurons fait d’ici-là, même peu, plutôt que rien …

    • au fait y’a-t-il des "inventeurs libres", qui refuseraient les brevets, dans le même style?

    J’ai dû mal creuser, mais ce concept n’a pas l’air très visible, sur la toile, il semble réservé aux logiciels …….)

    Répondre
  10. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Faut faire le calcul jusqu’au bout.

    Donc 35*3=115 h/semaine, soit 151,67h*3 : 455,01/mois (et bien 15h/jour, 7/7j!)

    Smic net mensuel 35 heures : 1 027,99 €

    Avec une augmentation de 8,4% : 1114,34€ net/mois déjà, oups…

    ce qui nous fait l’heure à : 1114,34€/455,01 = 2,45€… à comparer avec les 6,78€ net/heure actuels… Travailler plus pour gagner plus… ben voyons!

    Répondre
  11. Sébastien Fontenelle
    Sébastien Fontenelle dit :

    Tu noteras aussi que, durant qu’il (fait) tape(r) sur le sommet du crâne des (salauds de) pauvres, le chef de l’Etat français, de nouveau, et par le biais cette fois-ci de l’extension du domaine de son "argent de poche" (!!!), s’augmente la rémunération.
    (Et pourquoi se gêner, en même temps?)

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actu

    Répondre
  12. Chompitiarve
    Chompitiarve dit :


    Nous sommes abasourdis par la consternation (la consternation c’est vaste…), mais un atout des décomplexés d’en haut, c’est que par effet miroir, nous, nous souffrons de culpabilité : honte d’être représenté par des malhonnêtes, mais coïncé par la croyance que notre devoir de résistance n’est pas fait, ou pas assez, etc
    Certe il n’est pas accompli, achevé, c’est clair …
    Mais le "Fais ce que doit "accompagne amicalement le "A l’impossible nul n’est tenu". Nous pouvons participer à la montée du niveau de la "masse critique" mais nous ne pouvons en décider la valeur exacte à l’avance, ni même la décréter. La patience active, obstinée est le CONTRAIRE de l’attente soumise et passive. Notre impatience et notre frustration doivent rester des forces, de l’affût, de l’opiniâtreté, et non s’arrêter à nos seuls eclats de rage. Surtout l’échange de toutes idées doit au mieux circuler, et vos blogs ("nos", je pense, quoique n’étant pas taulier moi-même) et sites amis travaillent à cela. Un truc pénible qui nous guette, c’est la propension à chercher des "solutions" comme des conclusions , globales, logiques dans des problèmes clairs et simples.. Or la multiplicité d’actions justes, même minuscules n’en permet pas forcément une théorisation en un mouvement d’idée, politique ou autre; En bref le fait que nous soyons largement impuissants en tant que "groupe" ne doit pas faire oublier que nous ne sommes pas forcément impuissants en tant que personnes. Mais nous devons laisser de côté la quête de messie, de type providentiel, du parti qui va gagner (ah faut encore attendre 4 ans ….), du gros coup de bol (qui de toute façon ne serait qu’un déclic dans une poudrière déjà très échauffée.
    Nous devons, je crois essayer de rester attentifs et sérendipesques, acceptant de trouver éventuellement tout autre chose que ce que prevoient les aussi bien les candides que les requins
    quelque chose, je ne sais pas moi, comme une retrouvailles, un soulagement, tout ça aussi est dans le possible, au même titre que les moments de vrai desespoir qui peuvent nous hanter …
    C’est bien une sorte de peste brune qui plane sur notre petite boule bleue, faut faire, devenir des anticorps, quoi, mais sans culpabiliser sur l’invisibilité de nos actuels "résultats", en sachant même que nous ne les verrons peut-être pas …

    Répondre
  13. Chompitiarve
    Chompitiarve dit :

    @niamreg

    "on ne peut poser un brevet que sur quelque chose qui n’a pas été diffusé publiquement"
    Oui, je sais cela 🙂 J’ai déposé un brevet autrefois, puis je l’ai laissé volaontairement tomber dans le domaine public au bout de peu d’années, parfaitement répugné par ce qu’il fallait faire pour s’assurer d’une eventuelle exploitation marchande …
    (La même morale des années encore avant m’avait fait me méfier de la perspective d’entrer dans une filière scientifique, et mon mobile, alors purement intuitif, s’est avéré outrancièrement vrai au delà de ce que je craignais : la soumission de la science à une caste de dominants (argent politique, etc) Mais
    il me semble que justement , il y’a fort peu d’endroits où serait revendiqué ouvertement : "j’ai telle idée, elle est brevetable selon les lois, sauf que je préfère la publier directement afin, précisément d’empêcher que quelqu’un la réquisitionne à son seul profit"

    Il me semble que c’est rare, mais je ne sais peut-être pas (plus) chercher 😉

    Répondre
  14. Alain Renaldini
    Alain Renaldini dit :

    Je note beaucoup de commentaires sur le SMIC et même une interrogation pertinente de ZapPow : Va-t-on supprimer le SMIC ?

    J’ai écouté avec attention Wauquiez dans son argumentaire qui dénote une profonde méconnaissance (volontaire ?) de ce qu’est le SMIC, successeur depuis 1978 du SMIG, dans son rôle d’instrument de régulation économique et sociale.
    Dans le blog que j’ai le plaisir d’animer j’ai fait paraître deux analyses de ce SMIC dont même Ségolène Royal après la campagne présidentielle à montrer sa totale ignorance de l’équation de croissance inscrite pourtant dans la loi.
    Elle ne croyait pas a-t-elle déclaré après la campagne à un SMIC à 1.500 € en 2012 !
    Il s’agissait d’une mesure actée dans le Pacte présidentiel…
    Pourtant, avec l’inflation actuelle, le SMIC arrivera mécaniquement à ce seuil en 2012. Avec ou sans coup de pouce.
    Sauf à ce que le gouvernement arbitre en faveur du Medef qui depuis longtemps cherche à se débarrasser d’un instrument empêchant la négociation directe employeur employé sur le salaire. Une négociation dont il n’est pas difficile de dire à qui elle serait le plus profitable…

    Je ne veux pas être trop long aussi je me permet de vous renvoyer à des articles publiés dans le blog de la section socialiste de l’île de Ré :

    le SMIC instrument de régulation économique et sociale
    http://iledere.parti-socialiste.fr/

    Questions réponses sur le SMIC
    http://iledere.parti-socialiste.fr/

    Des analyses économiques pertinentes existent qui montrent le lien entre la stagnation des salaires et la piètre performance des entreprises. Celle-ci, en utilisant la masse salariale comme variable d’ajustement de leur compétitivité ne se sentent pas obligées en terme de gain de productivité et deviennent rapidement obsolètes sur un marché ouvert à la concurrence. A méditer au moment ou le déficit du commerce extérieur montre la piètre performance des PME PMI françaises, hors du territoire.

    Cordialement

    Répondre
  15. H2
    H2 dit :

    Augmentation des dépenses de l’ élysée, de 8,4 % entre 2006 et 2008
    passe de 32 à 35 millions d’ € soit plus 3 millions d’ €
    Du jamais vu en France depuis 17 ans !
    Augmentation des prix, plus 22%.
    Inflation en hausse de 3,3% en 1 an

    Répondre
  16. Ampère
    Ampère dit :

    Pauvres smicards (pléonasme) faîtes comme Sarkozy : "travaillez trois fois plus" (Chatel dixit), pour avoir une augmentation de 8,4 %.
    Soit : 35 h (si vous êtes aux 35 h) * 3 = 105 h par semaine, soit 15 heures tous les jours !
    Qui dit mieux ? Enfoncée l’Union européenne !

    Répondre
  17. Ampère
    Ampère dit :

    Bien vu le calcul jusqu’au bout !
    Mais qu’on se rassure, Sarko pense à nous et, tel un bon Guizot, aux diverses manières de nous enrichir :
    "La France autorisera les jeux d’argent sur Internet fin 2009" (site du Nouvel Obs :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/depe

    Et même pas besoin de se déplacer : économies d’énergie, et bilan carbone impeccable !

    Répondre
  18. Croa
    Croa dit :

    L’analyse est facile pour qui cherche à comprendre. Encore faut-il le vouloir ! Donc MERCI d’avoir écrit ça !

    Il y a parmi ceux qui ont (encore?) un bon boulot pas mal de gens prêts à agir car avec ceux qui touchent le fond la comunauté d’intérêt ne fait pas de doute!

    D’autres, plus nombreux hélas…
    détournent le regard tout en s’accrochant à leurs postes comme des moules à leur rocher, sans faire de vagues !

    Ce ne sont pas nos syndicats qui vont les décrocher comme le montrent ces lignes :
    http://www.bakchich.info/article407

    Répondre
  19. dominique
    dominique dit :

    j’écoutais également, dans ma voiture qui me fait traverser le gers chaque jour, et ce qui m’a surpris c’est son aplomb pour affirmer que le taux de chomage réduit, le plus important depuis longtemps, n’est pas un contrecoup de surplus de cdd et de travailleurs pauvres ( a la suite de l’interview de ctte femme bac+2 et + de 50 ans pour des menages et un contrat d’avenir a temps partiel pour 800 euros par mois…
    alors ils sont ou ces non chomeurs? au travail ? ca m’étonnerait…est ce qu’ils ne seraient pas parmi ces handicapés ( deux fois plus nombreuwx que dans les autres pays d’europe), et comptabilisés dans les AAH et RTH ??

    Répondre
  20. Chompitiarve
    Chompitiarve dit :

    @niamreg
    Suis allé vite fait sur le site de SLR, mais n’ai point su trouver quelque endroit où serait evoquée cette hypothèse de non-brevets, mais si on me fait la grâce de quelque lien nourricier, j’irai (sinon, je suis intimidé/paumé sur les sites "riches" comme ça … 🙂

    Le truc qui m’ emballe, c’est la connexion imaginable entre non-brevets, le Logiciel Libre, et le Copyleft/Art-Libre.
    Presque tout le champ de la création intellectuelle en somme, et un fil conducteur éthique commun, et qui lui-même renvoie aux rapports humains en général, et au refus définitif de les laisser devenir complètement synonymes de rapports d’argent, ou de force, (et même d’échange), qui tous, démolissent le "fondamental" du don…

    Répondre
  21. Sybille
    Sybille dit :

    Les 65 heures, ajouté au fait que même un Irish NO, pas plus que le Non Français, ne permettra pas de renverser la tendance, tout ça me colle la rage.

    Comme, je le disais, il y a un instant sur le blog des rédacteurs de politis, j’ai carrément des pulsions Robespierristes.
    Faut dire que ces Euroligarques finissent vraiment par dépasser toutes les bornes!

    Bah ça ira, ça ira! Enfin pour ce soir…

    Répondre
  22. Muriel
    Muriel dit :

    Moi, ce qui me rasssure c’est que les gens en arrivent à travailler de plus en plus au noir, la valeur travail perd tout son sens avec ce gouvernement bidon, les gens n’ont plus du tout envie de se casser le cul pour leur patron et désertent pile à l’heure les chantiers et les bureaux, chose que l’on ne voyait pas jusqu’ici. la donne a changé depuis quelques mois Agnès, je le vois de plus en plus, les salariés en viennent "presque" je dis presque à faire un bras d’honneur aux chefs.

    Je vais bientôt changer de taf et crois moi que je me marre quand je vois ce qu’on me propose, du 4 en 1 pour le smic, je ne cherche plus à discuter, je me barre direct quand je vois la liste des taches, et je ne suis pas la seule !Les DRH vont de plus en plus tirer la gueule et c’est tant mieux : le smicard sarkozyste prolétaire qui croyait au Père Noêl ne veut plus être corvéable et ça sniffe la rébellion inter entreprises…On n’en parle pas mais crois moi que les mecs commencent à se foutre sur la gueule (exemple de Blagnac).
    Mais t’inquiète Agnès, on va y arriver, ces cons là haut testent les limites des gens, le Code du travail a été modifié ni vu ni connu, l’Europe qui adopte la semaine à 65 heures, qui crois tu qui va se taper 65h aujourd’hui ? Pas nous et surtout pas le plombier polonais qui a compris qu’il s’est fait baiser la gueule la dernière fois…. Mais, je dis : " pas assez !"les gens font encore la queue aux pompes à essence quand elle atteint pour le diesel 1.51€ alors que le bus métro reviendrait moins cher, mdrrr

    Répondre
  23. Greg
    Greg dit :

    Un lien vers le dernier billet de Seb Musset, qui apporte un début de réponse :

    Soyons objectifs, le changement, s’il arrive, ne peut pas venir de l’intérieur du système. Pourquoi donc ce ne seront pas les travailleurs pauvres et ceux plus précaires qui changeront quoi que ce soit à l’ordre des choses ? (…) La réponse est dans la question : Parce que justement, ils travaillent. Même si on bataille avec mil euros pour faire vivre sa famille, qu’on galère pour finir les fins de mois mais qu’au final on mange encore, on est dans le système. On le valide encore et économiquement même on le renforce, restant dépendant de lui, accroché comme un parasite à ses codes et ses règles même pour une paye limitée.

    (non, non, j’ai pas foiré mes balises, elles ne sont pas interprétées dans les commentaires)

    http://sebmusset.blogspot.com/2008/

    Répondre
  24. Saxo
    Saxo dit :

    Je sais pas, mais j’ai du mal à comprendre les craintes de Wauqiez… Comment on peut argumenter en disant que le risque c’est de scotcher tout le monde au niveau du SMIC ?…

    C’est totalement absurde. Qu’est ce que ça veut dire sur le fond ? Que le SMIC est indécent ? qu’il faut maintenir un maximum d’inégalités salariales quitte à descendre les bas salaires ?

    Y’a surement plein d’arguments discutables, mais fondés pour défendre le "non coup de pouce" au SMIC, mais celui que sort Wauquiez est tout sauf un argument.

    bon, enfin…
    sinon Agnès, "L’idée forte, ici, c’est d’inverse les causes et les conséquences "
    ce serait pas plutôt "inverser" ? 😉

    Répondre
  25. niamreg
    niamreg dit :

    @ chompitiarve
    désolé, il n’y a rien pour l’instant sur le site de SLR!! on a une page wiki qui vient d’être créée (y’a pas grand chose dedans pour l’instant, mais ça se construit): http://wiki.autonomie-recherche.org

    Et après, c’est promis Agnès, j’arrête de troller (mais je plaide non-coupable, c’est Chompitiarve qui a commencé !!!! :-)).

    Répondre
  26. Alain Renaldini
    Alain Renaldini dit :

    Entièrement d’accord avec Saxo.
    Ce n’est pas la hausse du SMIC qui scotche les gens sur cette base de salaire, mais les abattements de charges patronales pour les bas salaires.
    En effet, des abattements considérable sont accordés aux entreprises pour tous les salaires inférieurs à 1,6 fois le SMIC.
    Avec une exonération totale sur le SMIC.
    Au-delà du débat sur l’efficacité de ces politiques sur le niveau de l’emploi, ravivé par un rapport de la Cour des Comptes en 2006, le dispositif mis en place par De Villepin, alors premier ministre, porte en lui de nombreux effets pervers.
    « Il s’agit d’une véritable trappe aux bas salaires : l’entreprise sait que, si elle augmente le salaire de ses employés, elle va perdre les aides », avait fait remarquer Eric Heyer, économiste à l’OFCE.
    L’employeur n’a donc objectivement aucun intérêt à faire progresser les salaires, d’autant que les baisses de charges sont accordées sans condition.
    Les entreprises continuent à en bénéficier même si elles délocalisent, si elles licencient ou si elles maintiennent les salaires au niveau le plus bas.
    « Cette politique est efficace pour créer des emplois, mais elle limite fortement la progression des parcours professionnels, analyse Eric Heyer. Ce problème ne peut se régler qu’avec une amélioration de la conjoncture, c’est à dire une forte baisse du chômage qui inverserait le rapport de force entre les salariés et les employeurs »
    Le problème est que la baisse de chômage enregistrée ces derniers mois est plus du à la radiation des chômeurs qu’à la création d’emplois.
    Ce qui entretient un nouvel effet pervers apprécié par les PME-PMI et TPE : les chômeurs radiés sont prêts à accepter n’importe quoi pour survivre. Et donc augmente le nombre de smicards qui est de 17 % actuellement (8 % il y a 20 ans…)

    C’est pourquoi j’apprécie énormément le titre du post : "La fabrique de pauvreté"… Bien vu…

    Répondre
  27. Edgar
    Edgar dit :

    Rapport de l’INSEE sur la hausse spectaculaire du pouvoir d’achat des ménages français:

    "Pour autant, l’impression d’un appauvrissement relatif des ménages, s’il peut être avéré pour certaines parties de la population, n’est pas corroborée par les chiffres macroéconomiques des dernières années."

    La foi officielle de l’Eglise macroéconomique ne PEUT être mise en question: c’est le peuple, contaminé par l’illusion, qui a une vision déformée de l’Univers.

    Répondre
  28. prédator
    prédator dit :

    Moi, je vous prédis simplement la Révolution avant 2012…! Au simple plaisir de ne plus voir la face de rat prédateur j’en salive d’envie!

    Répondre
  29. jardin
    jardin dit :

    "Comment on peut argumenter en disant que le risque c’est de scotcher tout le monde au niveau du SMIC ?…":

    Tu vois pas que pointe alors son nez le spectre honni de l’égalitarisme, que même les cubains ont compris qu’il fallait y renoncer? En fait ils avaient compris depuis longtemps mais ça vient de devenir officiel.

    http://onsefechier-anatic6.blogspot

    Egalitaristes de tous les pays, unissons-nous!

    Répondre
  30. travaillepasplus
    travaillepasplus dit :

    A priori 47% des français doivent être dans le même état d’esprit que vous. Pour ceux, les cocus, qui font partie des 53% restant et qui vont bien morfler pendant 4 ans (il doit y en avoir, je ne crois pas que 53% des français bénéficient du bouclier fiscal ou sont abreuvés de stock-options), c’est bien fait pour leur g… Z’ont qu’à se faire rendre le cerveau moins disponible par TF1.
    essayez de tenir bon pendant 4 ans car grévounette, grosse grève ou pas, ça va pas s’arrêter là!

    Répondre
  31. fort en arithmétique
    fort en arithmétique dit :

    Non, il n’y a pas 53% de français cocus qui ont voté sarkozy :

    nous sommes 63 millions de français, et il y a eu au second tour des présidentielles 18 millions et quelques voix pour sarkozy…

    alors revoyez vos pourcentages.

    J’en ai marre à la fin de lire et relire partout cette ânerie.

    Répondre
  32. travaillepasplus
    travaillepasplus dit :

    bon alors disons 53% de français en âge de voter, inscrits sur les listes électorales, qui sont allés voter au 2ème tour des présidentielle. ça change pas grand chose, on est dans la même m…

    Répondre
  33. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Je lis sous la plume de Louis Weber, dans le numéro 3 de la revue "Raisons d’agir", p.92:

    "Il est même établi que le capital électoral, c’est à dire les résultats numériques obtenus est indexé sur le capital monétaire, à savoir l’argent investi dans les campagnes. Aux Etats Unis, des recherches ont montré que cette règle était vérifiée dans 97% des cas, sur une période de 30 ans".

    Ne pourrait on pas assimiler la débauche de fric publicitaire déversée lors de nos élections aux tristement célèbres pots de vin du XIXème siècle, désormais interdits et considérés à postériori comme de la corruption?

    C’est curieux que parmi nous il y en ait si peu qui osent s’interroger sur le système électoral lui-même.

    Répondre
  34. Jim
    Jim dit :

    Je ne vois pas d’autre façon de nous en sortir que celle éconcée sur le site critiqueduliberalisme.com qu’a intérêt à lire tout citoyen décidé de redonner CONCRETEMENT sens aux mots Liberté et Dignité.

    Bravo à Agnès Maillard pour son site et MERCI, un GRAND MERCI. – parente avec "Jack?"

    Répondre
  35. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @ Tungstène : pour les SMICards dont je fais partie, ce poste avoisinne plutôt des 75-80% du budget. Avec un plein de carburant à 80€, on comprend bien que ça file très très vite. Et je ne parle pas du chauffage : plus t’es pauvre, plus ton logement est une passoire énergétique et plus ça te choûte cher pour ne même pas avoir chaud.

    Dans une société inégalitaire, l’indice des prix n’a plus de sens, effectivement.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *