La grande illusion

Ce n’est pas la rue qui gouverne, avait répondu Raffarin aux manifestants antiCPE.
Depuis hier, nous savons que ce ne sont pas non plus les urnes.

Je me souviens de quelques échanges un peu musclés avec Patrick Mignard qui défend depuis longtemps l’idée que dans notre type de démocratie, l’élection est un peu un piège à cons et que l’abstention est parfois la seule attitude digne face à un système verrouillé qui s’autoreproduit.
Parce que je suis fondamentalement accrochée à l’idée que seuls les peuples sont habilités à disposer d’eux-mêmes, j’ai toujours défendu l’idée que le droit de vote est plus qu’un droit, c’est un devoir et qu’il fait partie de ces choses qui s’usent quand on ne s’en sert pas. J’ai même, à l’occasion, tanné le cuir postérieur des abstentionnistes, lesquels sont coupables de se croiser les bras et de laisser les autres (de préférence ceux que je n’aime pas) décider pour eux. Quand bien même la sentence qui tombait des urnes ne me convenait pas du tout, parce que je me jugeais investie d’un haut niveau de conscience citoyenne et démocratique, je m’inclinais et décidais de prendre mon mal en patience en démontrant à la majorité qui ne vote pas comme moi à quel point elle s’était faite balader.
Mais dans tous les cas de figure, je considérais que le vote était l’expression irréfutable, bien qu’un peu manipulée aux entournures, de la volonté du peuple : VOX POPULI, VOX DEI!

Et bien, j’avais tort !

Voilà quelque chose que vous n’entendrez pas de si tôt sortir de la bouche d’un gentil représentant du peuple : je me suis plantée sur toute la ligne, je me suis fourré le doigt dans l’œil jusqu’au coude et le père Mignard, avec sa tête de réincarnation de Karl Marx avait raison sur toute la ligne.

Bien sûr, comme un benêt de saint Thomas, il me faut avoir le nez bien plongé dans l’étron de la réalité cynique pour m’en rendre compte, mais voilà, c’est fait, grâce à la gigantesque forfaiture du parlement hier à Versailles, je sais très exactement ce que les politicards pensent réellement du vote souverain du peuple!

Le peuple aurait mal voté? Alors, prenons les bonnes décisions à sa place!

Et qu’on ne me sorte pas que le Traité de Lisbonne n’avait rien à voir avec le TCE : il y a des experts irréfutables qui se sont clairement prononcés à ce sujet!
Certains demandent la tenue d’un nouveau référendum populaire sur le Traité de Lisbonne. Je les soutiens dans la démarche… mais au final, pourquoi devrait-on revoter une nouvelle fois? La première aurait dû suffire. Même un nouveau référendum aurait été une forfaiture. Organise-t-on de nouvelles présidentielles parce qu’une majorité de Français se sont rendu compte que le président qui est sorti de la pochette surprise des urnes n’est pas vraiment celui pour lequel ils avaient voté? Remet-on en question le mandat de nos chers élus quand ils trahissent sans vergogne les engagements sur la base desquels ils ont raflé nos précieux suffrages? Non! Le vote est sacré tant qu’il va dans le sens qui a été décidé pour nous. Ainsi donc, ils auraient tout aussi bien pu organiser autant de référendums que nécessaire, jusqu’à ce que, de guerre lasse, nous votions comme il convient!

Il n’y a guère que dans les dictatures d’Amérique du Sud qu’un président se soumet de son plein gré à la sanction des électeurs!
Dans les bonnes démocraties comme chez nous, quand le peuple vote mal, non seulement on le conchie, mais en plus, au final, on s’affranchit gaiement de son choix.

Ainsi donc, mon vote ne vaut rien quand il ne va pas dans le sens du courant.

J’en prends acte.

Et vous présente dès à présent la première esquisse de mon nouveau bulletin de vote, fait maison, à usage multiscrutin!

Les masques sont tombés, la mascarade est terminée : à chacun d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

P.-S. En pièce jointe, le même bulletin qualité impression, en PDF

Bulletin de vote prêt à imprimer

 

 

 

155 réponses
  1. Patrick
    Patrick dit :

    "Elections, pièges à cons !"
    Et les autres décomplexés, en face : "Vous avez bien raison !"
    T’as remarqué : c’est un peu swing, et puis ça rime.

    Tiens, un bulletin qui me donnerai presque envie de prendre une carte d’électeur :o)

    Répondre
  2. Bruno (NPS)
    Bruno (NPS) dit :

    Lecteur régulier de ce délicieux "monolecte" que tu offres, je regrette vraiment de ne pas être d’accord avec toi.

    En effet, soit je vote (et ton bulletin "nul" ne sera pas mieux qu’un vote blanc), soit on considère que notre "démocratie" mérite un bon coup (d’état) dans la tronche et la désobéissance devient la règle à suivre !

    J’ai peur que la course aux armements commence dès ce jour pour nombre de gens…et je les comprends très bien.
    L’État rendra coup sur coup mais il faut bien empêcher nos "représentants" de si mal nous représenter…ou accepter d’être ces victimes consentantes (et bonjour la déprime)

    Répondre
  3. lény
    lény dit :

    Je viens de lire ton article sur Cozop …. à la fois rassuré et content que d’autre ressente autant que moi et avec les mêmes convictions … passées, ce que je ressens depuis un moment. Mais inquiet aussi. Quelle tournure notre société est elle en train de prendre. Quelle prise, nous habitants d’un pays, pouvons nous avoir sur ces connards et surtout quelle prise sur nos vies, nos liberté ?!
    Pour ce qui est du référendum tu as dû voir passer cette plainte contre l’état français (http://www.29mai.eu). Je pense que pour le moment c’est un bon moyen de tenter de faire appliquer une justice qui se veut au delà des nations, le fondement de toute liberté … bla bla bla.

    Répondre
  4. tringo
    tringo dit :

    Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que leurs actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

    26 août 1789

    "La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote."

    10 décembre art 21, ONU

    "Anger is a gift"
    Malcolm X.

    Répondre
  5. Anta
    Anta dit :

    Tu es gauchère Agnès?

    Pou répondre dans le fond:
    -1 J’ai suivit ces débats seulement d’un oeil distant. Mais il me semble que le traité est passé devant l’assemblé nationale non? Assemblée qui a été élue démocratiquement non? Ce n’est donc pas un manque de démocratie, mais de la démocratie indirecte.
    -2 Si la démocratie, c’est simplement le plus grand nombre de bulletin dans l’urne, alors le OUI est arrivé en tête la dernière fois. A part les Français et les hollandais, tout le monde était pour il me semble. Certes, tous n’ont pas eu un référundum. Mais si je me souviens bien, on frisait 80% de OUI en Espagne…Idem dans d’autres pays.
    -3 La démocratie directe n’est pas toujours une bonne chose. C’est d’ailleurs pour ca que toutes les lois passent devant le sénat et le conseil constitutionnel (peut être que je dis une bétise). Pour reprendre un vieil exemple archi rabaché, Hitler a été élu démocratiquement. Imagineons un référundum aujourd’hui en France avec l’intitulé "Y’a t il trop d’étrangers en France et faut il y remédier?" A ton avis, quel en serait le résultat. J’ai bien peur qu’il ne serait pas très beau à voir. Alors oui, le peuple peut mal voter, et c’est pour ca qu’il y a des gardes fous. A mon humble avis, c’était le cas. 60 Millions de francais et une dizaine de millions de batave ne peuvent pas bloquer 460 millions de citoyens!

    Répondre
  6. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pour ceux qui ne se sentent pas être aussi grossiers que le SNEP l’était avec les amateurs de musique (et oui, ce petit geste guilleret vient de chez eux!), j’ai aussi mis en ligne une version soft (aussi en PDF à télécharger en fin de billet!) :

    Mais perso, je trouve la version 1 bien plus explicite!

    Répondre
  7. Passant
    Passant dit :

    Il ne vous était donc jamais venu à l’esprit que dans une société moderne, sondée tous les jours, dotées de formidables moyens de communication, les représentants élus ne servent plus qu’à servir d’alibis à une gouvernance lointaine, autoritaire, et renonçant à s’expliquer devant les citoyens ?

    Je croyais pourtant qu’après cinq ans de jospinisme, tout le monde aurait compris. Bah…

    Répondre
  8. tringo
    tringo dit :

    Assemblée qui a été élue démocratiquement non? Ce n’est donc pas un manque de démocratie, mais de la démocratie indirecte.

    L’assemblée est élu démocratiquement si et seulement si elle ne va pas à l’encontre de leurs propres électeurs.

    Et la démocratie indirecte n’existe pas.

    Faut parler comme un prof de math.

    "60 Millions de francais et une dizaine de millions de batave ne peuvent pas bloquer 460 millions de citoyens!"

    Mensonge : 160 millions d’européens ne peuvent pas forcer 300 millions à embrasser un projet dont ils ne veulent pas. Et même s’ils étaient 400 millions, ils ne justifieraient pas la violation et le dépecement des droits de citoyens des 60 millions restant.

    Quant à l’exemple débile du nazisme on peut en effet noter que le nazisme est né à cause au libéralisme, et que tout le monde a fait comme si de rien n’était…

    Répondre
  9. Dimsum
    Dimsum dit :

    Bin nous en Gelbique, on a eu droit à l’époque du traité et des référendums à une campagne de pub qui disait que par sondage la majorité des belges approuvaient le traité… dons pas de débat, pas de consultation…si ça c’est pas beau comme démocratie (et je vous parle me pas de la valeur démocratique du gouvernement intérimaire qu’on se tape pour le moment en attendant qu’on dépèce le pays…)

    Répondre
  10. lvzor
    lvzor dit :

    "60 Millions de francais et une dizaine de millions de batave ne peuvent pas bloquer 460 millions de citoyens!"

    Pour un ouiouiste, tu la fous mal : la doctrine officielle de l’UE, c’est la reconnaissance des minorités et la prise en compte de la diversité. (Si tu avais su, tu aurais voté non, isn’t it?)

    Répondre
  11. Flash
    Flash dit :

    Je trouve que la première version est l’exacte réplique de ce que nos élus nous ont précisément signifié.

    Ce sera donc un retour ciblé à l’envoyeur.

    Merci Agnès, j’adopte.

    Répondre
  12. jide
    jide dit :

    Je me retrouve, comme beaucoup avec deux cas de conscience à régler:
    – Démocrate convaincu, je pense que les urnes sont le meilleur moyen de se faire entendre. Malheureusement, et comme tu le souligne, pisser dans un violon a parfois plus d’effet. Mais l’abstention (ou le vote nul, ou le vote blanc) sont de grands silences dans l’arène: personne ne les entends, il ne reste que sont petit plaisir personnel, et une certaine fierté, très individuelle elle aussi.
    – pacifiste convaincu, je pense que le dialogue est la meilleure des voies. Malheureusement, face a la bêtise le plus crasse, aux hurlements des loups, des hyènes et des vautours (notez le bestiaire…), au vacarme étourdissant de la boite à image et des torchons associés, le discours complexe n’a aucune chance de se faire entendre, sans parler de comprendre.

    Donc, au choix, rester sur mes positions de démocrate pacifiste, me laisser glisser vers mes penchants naturels pour l’anarchie militante, ou me fabriquer mon petit mélange perso…

    Répondre
  13. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @ Jide : Je comprends bien ton dilemme : c’est aussi le mien… enfin, jusqu’à ce que nos parlementaires m’ôtent d’un doute quant à l’utilité de mon vote.

    Si la valeur du vote est à géométrie variable, c’est qu’il ne vaut rien et ne sert à rien.

    Continuer à voter revient à cautionner cette mascarade.

    Je dirais même, en mettant mes pas dans ceux de Mignard, que le vote contestataire est un exutoire pour les mécontents du système qui permet, in fine, d’en assurer la permanence. En effet, tant que je crois que de passer Besancenot de 10 à 15% peut changer quoi que ce soit à la situation, je ne cherche pas d’autres voies d’action, je suis proprement neutralisée.

    Le discours radical qui ne se fonde pas sur une pratique alternative sociale concrète tourne en rond et devient la caution contestataire de la pensée unique. Il participe par là même à la mystification du système dominant en donnant l’illusion de la possibilité d’une issue en vue de son dépassement.

    Patrick Mignard

    Répondre
  14. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    à Teddyber : je ne défends personne (t’es assez grand pour te démerder tout seul!), mais je fais respecter ma charte d’utilisation des commentaires, en haut à droite du site.

    Et elle vaut pour tout le monde, y compris pour toi : si tu attaques personnellement pour te défendre, tu risques aussi de te faire couper le sifflet.

    J’espère ne plus à avoir à poster des rappels à l’ordre!

    Répondre
  15. Claudius
    Claudius dit :

    Même quelqu’un ayant voté "oui" à ce référendum doit être révolté par cette méthode cavalière et malhonnête de contredire les français.

    Je n’irai pas jusqu’à une campagne de boycott de vote, mais je comprends maintenant que certains en arrivent à cette extrémité.

    Bon, je vais me remettre au sport pour la prochaine révolution … parce que ça me paraît être la seule alternative … attendez moi …

    Répondre
  16. teddyber
    teddyber dit :

    oui mais non.
    Si le parlement ne votait les lois qu’en fonction de l’avis du peuple, on en serait encore à guillotiner… De temps en temps, le parlement se dit qu’il y va de l’intérêt général. Ça ne l’empêche pas de se tromper mais on ne peut pas réduire ce qui s’est passé hier à un doigt… C’est bien trop simpliste. Dommage.

    Répondre
  17. Vince
    Vince dit :

    Je suis d’avis de rétablir l’article de la constitution de 1793…
    Article 27. – Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant mis à mort par les hommes libres.

    Et surtout, ne pas attendre la canicule pour ça … (ben ouais faudrait pas surcharger encore plus).

    Pour les modalités des exécutions, je laisse votre imagination faire son travail. Pour les asséchés du bulbe, me consulter.

    Répondre
  18. teddyber
    teddyber dit :

    alors on continue à guillotiner (je précise qu’en 81, le peuple ne voulait pas de l’abolition de la peine de mort)

    et pour ce qui est de ce sentiment "d’élite éclairée" qu’ils peuvent ressentir, il faut aussi le placer en regard de ce qu’ils sont : ils se sont engagés dans la vie politique pour faire avancer les choses, pour le "bien-être" de la société. Alors l’intérêt général passe souvent devant dans ces cas-là, il serait un peu fort de leur reprocher.

    je précise une dernière chose : je ne me suis pas prononcé sur la valeur morale du vote d’hier, j’essaye de comprendre, je me fais aussi l’avocat du diable face à tous ces commentaires à sens unique.

    Répondre
  19. teddyber
    teddyber dit :

    tous pourris donc? au moins l’esprit critique ne te dérange pas non plus on dirait.
    à moins que…

    et c’est bien teddyber, il n’y a pas de faute, c’est un nom propre. Mais il y en a une (ou deux) à "phôte"

    @Agnès : merci de prendre ma défense ;o)

    Répondre
  20. Jérome K
    Jérome K dit :

    He attendez ! (@ teddyber et Anta…)
    Le président de l’époque a choisi le référendum, solution prévu par la constitution de 58. Le peuple a répondu on ne peut plus clairement. Dont acte ! . Si l’on ne nous avait pas posé la question, constitutionnellement parlant le parlement aurait pu approuver le machin (encore que..) Mais là, désolé, on se fout effectivement de notre gueule.
    De toute façon je rappelle que la constitution envisagée, comme toutes les constitutions doit servir a fixer les règles du fonctionnement démocratique, donc s’est bien le moins qu’elle soit soumise au référendum non ?

    Répondre
  21. Anièry
    Anièry dit :

    La réflexion de Patrick Mignard est pertinente. En Bolivie, les citoyens ont eu une pratique alternative sociale concrète. Ils se sont mobilisés dans la ville de Cochabamba contre la privatisation de l’eau par la multinationale américaine Bechtel.

    Evo Morales, militant syndical à l’époque, dirigeait la manifestation de masse. Malgré les sévices, les leaders enlevés chez eux au milieu de la nuit et bien qu’un garçon de dix sept ans fut abattu par l’armée, malgré tout cela, le peuple n’a pas reculé. En Avril 2000, la compagnie Bechtel fut obligée de partir et le peuple reprit le contrôle de l’eau.

    http://eau.apinc.org/spip.php?artic

    C’est grâce à ce genre de mobilisations inspiré de la désobéissance civile qu’Evo Morales a été élu Président de la Bolivie.

    Au Venezuela, après plus de quarante ans d’alternance entre la droite et la gauche, la mobilisation des citoyens a permis à un "outsider" comme Hugo Chavez de gagner les élections et mettre en place une politique rééquilibrant les dépenses de l’Etat en faveur des couches les plus défavorisés de la population.

    Et enfin, en Equateur, soutenu par l’immense majorité des Amérindiens, Rafael Correa a été élu face à un entrepreneur néolibéral. «Je suis humaniste, chrétien, de gauche. Humaniste, parce que pour moi, la politique et l’économie sont au service de l’homme. chrétien parce que je me nourris de la doctrine sociale de l’église. de gauche, parce que je crois en l’équité, la justice et la suprématie du travail sur le capital» a t-il déclaré lors d’un entretien à l’AFP.
    http://risal.collectifs.net/spip.ph

    En Amérique Latine, le processus d’émancipation a eu lieu par des pratiques alternatives de mobilisations politiques et a abouti à l’arrivée au pouvoir par la voie électorale de dirigeants proches des citoyens.

    Pourquoi pas en France?

    Répondre
  22. Tchantchè
    Tchantchè dit :

    Bah ! faut pas croire que seule la France plonge dans les ténèbres depuis ce jour funeste ma chère Agnès, comme le dit bien DISMUM, nous les Belges ça fait des plombes qu’on se farcit des gouvernements " intérimaire de transition provisoire du style : Dupond I, Dupond II, Dupond et Dupond III…Par vote sur papier-cul électronique" Avec à la clef un traité ni vus ni connus tellement vite passé que quand tu en parles à ton voisin de palier, il te demande avec le regard candide d’un gosse de 8ans -" Et c’est quoi ce…Heu…Traité machin ?… Et c’est pour quand ?"

    Ici, c’est à un tel point que le vote est obligatoire sous peine de poursuites judiciaires, mais pratiquement jamais appliquée, sauf dans les fantasmes des médias aux bottes ( la totalité des médias belge) fantasme ridicule puisque, de toute façon , vote ou pas vote, c’est toujours "Dupond La Suite" .

    SUPER BLUG ! ET SALUT FRATERNEL DU PAYS DES SANS PAYS.

    Répondre
  23. Actustragicus
    Actustragicus dit :

    Au-delà du mépris des élites pour le vote des électeurs, n’oublions pas qu’il y a aussi et surtout le caractère profondément anti-démocratique de ce traité et des institutions européennes : même s’il avait été adopté à la régulière, je n’aurais de toutes façons pas été très emballé par cet empire européen dans lequel les citoyens n’ont à peu près aucun contrôle sur les décisions prises. Une Commission et une Cour de Justice nommées à la discrétion des gouvernements, un Parlement croupion, des chefs d’états investis d’un pouvoir législatif irresponsable, un lobbying tout-puissant… La liste est longue et je ne vais pas vous faire un dessin.

    L’erreur des sans-culottes du 4 février est peut-être de n’avoir concentré leurs attaques que sur ce référendum bafoué, au lieu de viser l’essentiel : l’établissement de ce nouvel empire qui tente de refermer la parenthèse démocratique que nos arrières-grands-parents ont eu tant de peine à ouvrir… Même si ce déni de souveraineté populaire est le signe le plus évident à ce jour de ce coup d’état permanent qu’est l’UE actuelle, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.
    Arrêtons ces enfantillages à base de manifs bon enfant, de pétitions et de bâillons sur la bouche, et exigeons chaque jour une Europe véritablement démocratique, une séparation stricte des pouvoirs, des dirigeants responsables politiquement, des partis politiques européens, des élections générales pour un Parlement de toute autorité, que sais-je ?
    Il faut voir grand si nous voulons l’emporter.

    Répondre
  24. YR
    YR dit :

    Problème : les législatives et les présidentielles sont dans 5 ans.

    Sortir un bulletin de vote comme celui là aux municipales de son bled n’aurait aucun sens, sauf si le maire est aussi député ou sénateur.

    Donc, peu d’effet immédiat à en attendre, à part l’exutoire d’une colère.

    Et puis, ce doigt, il vise qui ? Tous les candidats, même ceux de très à gauche non représentés au congrès ? Même ceux qui au PS ou ailleurs ont voté NON ?

    Pas simple…

    Pour finir, si le vote ne semble plus un moyen, plutôt que de faire un doigt, je vous propose d’entrer dans l’arène et de faire bouger les lignes. C’est le seul véritable moyen.

    Car ce ne sera jamais la rue qui gouvernera. Et c’est heureux. Je ne souhaite pas qu’un plus balaise que moi vienne m’obliger à quoi que soit. C’est aussi contre çà qu’on a construit des lois et des représentants chargés de l’élaborer.

    Mais je sens que ce genre de discours n’est pas porteur, là, tout desuite, maintenant, le 5 février.

    Courage !

    Répondre
  25. Système de vote
    Système de vote dit :

    Vu qu’il s’agit ici de "vote à bulletin secret"… alors pour le garantir n’imprimez pas ce bulletin sur une imprimante couleur (et en particulier laser). Ce type d’imprimante imprime, à l’insu de son utilisateur, un motif quasi-invisible à l’oeil nu (en général des points de couleur jaune) avec lequel on pourrait savoir quand vous l’avez imprimé, sur quel modèle d’imprimante, etc.
    Voir (en anglais) : http://www.eff.org/issues/printers

    Répondre
  26. Cuesdéeffe
    Cuesdéeffe dit :

    @Système de vote :

    Alors, il faut aussi :
    – sortir le papier imprimé avec des gants
    – le découper soigneusement, avec des ciseaux dont la découpe ne peut pas être caractéristique
    – le mettre dans un endroit sûr sans fil de tissu, laine, poil et/ou autres qui pourraient y tomber ou s’accrocher
    – voter avec des gants

    Il est également conseillé de ne pas respirer à partir du moment où vous imprimez jusqu’au moment où vous votez.

    Répondre
  27. Fares
    Fares dit :

    Ca veut dire quoi l’acronyme : COL RE D ?

    Le dessin de la broyeuse est marrant, je peux le reprendre sur mon blog, dis dis dis, je peux, dis ?

    Sinon, j’ai porté plainte auprès de la CEDH pour dénoncer toute cette mascarade. Vous pouvez le faire également :
    http://souk-fares.blogspot.com/2008

    Je crois qu’on en a assez vu. On a assez subi. Il faut commencer à militer dès maintenant pour obtenir la destitution de Nicolas Sarkozy. Cette face a assez duré.

    Répondre
  28. cutive ton jardin
    cutive ton jardin dit :

    A propos de l’assimilation qui est faite par certains entre abolition de la peine de mort contre la volonté du peuple (?) et adoption contre la volonté du peuple du traité européen, faut quand même préciser les deux contextes, fort différents.

    Le "non" au référendum s’est fait dans les urnes, mais surtout après un débat populaire sans précédent, et complètement à contre-courant du battage médiatique. C’est à dire, quand même, de manière assez réfléchie. Si on avait procédé par sondage avant le débat, le oui était dans la poche. D’ailleurs, "ils" voulaient nous faire voter le plus vite possible, méthode de représentant de commerce indélicat.

    L’abolition de la peine de mort s’est faite sans aucun débat (c’est sans doute dommage, je veux dire certainement), et pas contre la "volonté" mais contre "l’opinion" du peuple, opinion mesurée, on sait comment, par des sondages.

    De plus en plus, ce qu’on appelle "l’opinion" tient lieu d’argument, c’est vraiment fâcheux. Ca se fabrique, l’opinion, dans des usines à opinion, et c’est pas nous qui avons les clés.

    Répondre
  29. Opiacé du peuple
    Opiacé du peuple dit :

    Parce que voter c’est légitimer un pouvoir qui est depuis belle lurette non représentatif, alors il est de bon ton de ne surtout pas participer à cette mascarade.

    Pour faire echo à ta prise de conscience, cette lettre – d’un auteur resté inconnu – qui circule sur le Net depuis 2003. Je ne sais pas si tu la connais, mais je te la fais suivre par copier/coller. A méditer donc…

    J’ACCEPTE
    (Le contrat tacite des gens qui dorment)

    Peu importe nos croyances ou nos idées politiques, le système mis en place dans notre monde libre repose sur l’accord tacite d’une sorte de contrat passé avec chacun d’entre nous, dont voici dans les grandes lignes le contenu :

    J’accepte la compétition comme base de notre système, même si j’ai conscience que ce fonctionnement engendre frustration et colère pour l’immense majorité des perdants.

    J’accepte d’être humilié ou exploité à condition qu’on me permette à mon tour d’humilier ou d’exploiter quelqu’un occupant une place inférieure dans la pyramide sociale.

    J’accepte l’exclusion sociale des marginaux, des inadaptés et des faibles car je considère que la prise en charge de la société a ses limites.

    J’accepte de rémunérer les banques pour qu’elles investissent mes salaires à leur convenance, et qu’elles ne me reversent aucun dividende de leurs gigantesques profits (qui serviront à dévaliser les pays pauvres, ce que j’accepte implicitement). J’accepte aussi qu’elles prélèvent une forte commission pour me prêter de l’argent qui n’est autre que celui des autres clients.

    J’accepte que l’on congèle et que l’on jette des tonnes de nourriture pour que les cours ne s’écroulent pas, plutôt que de les offrir aux nécessiteux et de permettre à quelques centaines de milliers de personnes de ne pas mourir de faim chaque année.

    J’accepte qu’il soit interdit de mettre fin à ses jours rapidement, en revanche je tolère qu’on le fasse lentement en inhalant ou ingérant des substances toxiques autorisées par les États.

    J’accepte que l’on fasse la guerre pour faire régner la paix. J’accepte qu’au nom de la paix, la première dépense des États soit le budget de la Défense. J’accepte donc que des conflits soient créés artificiellement pour écouler les stocks d’armes et faire tourner l’économie mondiale.

    J’accepte l’hégémonie du pétrole dans notre économie, bien qu’il s’agisse d’une énergie coûteuse et polluante, et je suis d’accord pour empêcher toute tentative de substitution, s’il s’avérait que l’on découvre un moyen gratuit et illimité de produire de l’énergie, ce qui serait notre perte.

    J’accepte que l’on condamne le meurtre de son prochain, sauf si les États décrètent qu’il s’agit d’un ennemi et nous encouragent à le tuer.

    J’accepte que l’on divise l’opinion publique en créant des partis de droite et de gauche qui passeront leur temps à se combattre en me donnant l’impression de faire avancer le système. J’accepte d’ailleurs toutes sortes de divisions possibles, pourvu qu’elles me permettent de focaliser ma colère vers les ennemis désignés dont on agitera le portrait devant mes yeux.

    J’accepte que le pouvoir de façonner l’opinion publique, jadis détenu par les religions, soit aujourd’hui aux mains d’affairistes non élus démocratiquement et totalement libres de contrôler les États, car je suis convaincu du bon usage qu’ils en feront.

    J’accepte l’idée que le bonheur se résume au confort, l’amour au sexe et la liberté à l’assouvissement de tous les désirs, car c’est ce que la publicité me rabâche toute la journée. Plus je serai malheureux et plus je consommerai : je remplirai mon rôle en contribuant au bon fonctionnement de notre économie.

    J’accepte que la valeur d’une personne se mesure à la taille de son compte bancaire, qu’on apprécie son utilité en fonction de sa productivité plutôt que de sa qualité, et qu’on l’exclue du système si elle n’est plus assez productive.

    J’accepte que l’on paie grassement les joueurs de football ou des acteurs, et beaucoup moins les professeurs et les médecins chargés de l’éducation et de la santé des générations futures.

    J’accepte que l’on mette au banc de la société les personnes âgées dont l’expérience pourrait nous être utile, car étant la civilisation la plus évoluée de la planète (et sans doute de l’univers) nous savons que l’expérience ne se partage pas ni ne se transmet.

    J’accepte que l’on me présente des nouvelles négatives et terrifiantes du monde tous les jours, pour que je puisse apprécier à quel point notre situation est normale et combien j’ai de la chance de vivre en Occident. Je sais qu’entretenir la peur dans nos esprits ne peut être que bénéfique pour nous.

    J’accepte que les industriels, militaires et politiciens se réunissent régulièrement pour prendre sans nous concerter des décisions qui engagent l’avenir de la vie et de la planète.

    J’accepte de consommer de la viande bovine traitée aux hormones sans qu’on me le signale explicitement. J’accepte que la culture des OGM se répande dans le monde entier, permettant ainsi aux trusts de l’agroalimentaire de breveter le vivant, d’engranger des dividendes conséquents et de tenir sous leur joug l’agriculture mondiale.

    J’accepte que les banques internationales prêtent de l’argent aux pays souhaitant s’armer et se battre, et de choisir ainsi ceux qui feront la guerre et ceux qui ne la feront pas. Je suis conscient qu’il vaut mieux financer les deux bords afin d’être sûr de gagner de l’argent, et faire durer les conflits le plus longtemps possible afin de pouvoir totalement piller leurs ressources s’ils ne peuvent pas rembourser les emprunts.

    J’accepte que les multinationales s’abstiennent d’appliquer les progrès sociaux de l’Occident dans les pays défavorisés. Considérant que c’est déjà une embellie de les faire travailler, je préfère qu’on utilise les lois en vigueur dans ces pays permettant de faire travailler des enfants dans des conditions inhumaines et précaires. Au nom des droits de l’homme et du citoyen, nous n’avons pas le droit de faire de l’ingérence.

    J’accepte que les hommes politiques puissent être d’une honnêteté douteuse et parfois même corrompus. Je pense d’ailleurs que c’est normal au vu des fortes pressions qu’ils subissent. Pour la majorité par contre, la tolérance zéro doit être de mise.

    J’accepte que les laboratoires pharmaceutiques et les industriels de l’agroalimentaire vendent dans les pays défavorisés des produits périmés ou utilisent des substances cancérigènes interdites en Occident.

    J’accepte que le reste de la planète, c’est-à-dire quatre milliards d’individus, puisse penser différemment à condition qu’il ne vienne pas exprimer ses croyances chez nous, et encore moins de tenter d’expliquer notre Histoire avec ses notions philosophiques primitives.

    J’accepte l’idée qu’il n’existe que deux possibilités dans la nature, à savoir : chasser ou être chassé. Et si nous sommes doués d’une conscience et d’un langage, ce n’est certainement pas pour échapper à cette dualité, mais pour justifier pourquoi nous agissons de la sorte.

    J’accepte de considérer notre passé comme une suite ininterrompue de conflits, de conspirations politiques et de volontés hégémoniques, mais je sais qu’aujourd’hui tout ceci n’existe plus car nous sommes au summum de notre évolution, et que les seules règles régissant notre monde sont la recherche du bonheur et de la liberté de tous les peuples, comme nous l’entendons sans cesse dans nos discours politiques.

    J’accepte sans discuter et je considère comme vérités toutes les théories proposées pour l’explication du mystère de nos origines. Et j’accepte que la nature ait pu mettre des millions d’années pour créer un être humain dont le seul passe-temps soit la destruction de sa propre espèce en quelques instants.

    J’accepte la recherche du profit comme but suprême de l’Humanité, et l’accumulation des richesses comme l’accomplissement de la vie humaine.

    J’accepte la destruction des forêts, la quasi-disparition des poissons des rivières et de nos océans. J’accepte l’augmentation de la pollution industrielle et la dispersion de poisons chimiques et d’éléments radioactifs dans la nature. J’accepte l’utilisation de toutes sortes d’additifs chimiques dans mon alimentation, car je suis convaincu que si on les y met c’est qu’ils sont utiles et sans danger.

    J’accepte la guerre économique sévissant sur la planète, même si je sens qu’elle nous mène vers une catastrophe sans précédent.

    J’accepte cette situation, et j’admets que je ne peux rien faire pour la changer ou l’améliorer.

    J’accepte d’être traité comme du bétail, car tout compte fait, je pense que je ne vaux pas mieux.

    J’accepte de ne poser aucune question, de fermer les yeux sur tout ceci et de ne formuler aucune véritable opposition, car je suis bien trop occupé par ma vie et mes soucis. J’accepte même de défendre à la mort ce contrat si vous me le demandez.

    J’accepte donc, en mon âme et conscience, et définitivement, cette triste matrice que vous placez devant mes yeux pour m’empêcher de voir la réalité des choses. Je sais que vous agissez pour mon bien et pour celui de tous, et je vous en remercie!

    En images, le lien : http://fr.youtube.com/watch?v=qk2RE

    No comment

    Répondre
  30. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    La violence est une impasse : c’est très exactement ce à quoi la caste gouvernante s’attend (ils ne sont pas naïfs au point de croire que la léthargie et la passavité de leurs victimes puissent s’éterniser indéfiniment) et ils s’y préparent partout, tout le temps, bien mieux que nous ne le pourrons jamais.

    La désobéissance civile est déjà une forme de résistance bien plus efficace, de même que d’autres actions, novatrices, qui ont déjà court, comme les brigades de clowns ou les jeudis noirs : le rire est une arme dévastatrice. Cela revient un peu à l’histoire des habits neufs de l’empereur, quand un enfant s’écrit au milieu de la foule hypocrite : mais le roi est nu!

    Le roi est nu et c’est à nous de faire passer le message!

    Répondre
  31. Tomek
    Tomek dit :

    A la lecture du commentaire #27 de Teddyber, je me suis demandé (et me suis aussi presque pissé dessus 😉 ) comment on pouvait être aussi naïf sur (une bonne partie) des politiques français.

    Alors, je me dis que peut-être une des solutions serait que les politiques ne soient pas "professionnels", ou tout du moins aient une limite de durée de mandat et un non-cumul effectif de mandat… Mais qui vote les lois qui détermine ces choses ? Comment en sortir ?

    J’ai beaucoup de mal à me faire à l’idée de glisser ce genre de bulletin dans l’urne, du moins pour les municipales. Quelle prise peut-on avoir pour infléchir la dérive consommée de démocratie ?

    Répondre
  32. matou
    matou dit :

    (ne pas hésiter à dégager ce message si tu penses qu’il peut poser problème)

    Attention, je ne souhaite pas par ce message soutenir une quelconque action violence ou proner la lutte armée. Mais juste pointer vers un documentaire éclairant sur Action Directe.

    Je suggère à ceux qui ne l’on pas vu de regarder le documentaire "Ni vieux, ni traitre" de Pierre Carles et Georges Minangoy. Ce n’est pas (à mon avis) un plaidoyer pour l’assassinat ou la violence, mais plutôt un retour historique sur Action Directe qui tente également de donner quelques pistes pour répondre à des questions sur la légitimité ou non de l’action violente notamment. Je pense que ces questions seront de + en + présentes dans les débats ces prochaines années avec la suppression progressive des moyens démocratiques de transformation de la société.

    La video est dispo sur youtube (en 10 parties) et dailymotion (en 5) :
    http://fr.youtube.com/results?searc
    http://www.dailymotion.com/relevanc

    Je sais qu’on peut acheter la video, mais en cherchant rapidement je n’ai pas retrouver où.

    Répondre
  33. henri
    henri dit :

    La grève des électeurs d’Octave Mirbeau

    Une chose m’étonne prodigieusement — j’oserai dire qu’elle me stupéfie — c’est qu’à l’heure scientifique où j’écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose. Quand on réfléchit un seul instant, ce surprenant phénomène n’est-il pas fait pour dérouter les philosophies les plus subtiles et confondre la raison ?

    Où est-il le Balzac qui nous donnera la physiologie de l’électeur moderne ? et le Charcot qui nous expliquera l’anatomie et les mentalités de cet incurable dément ? Nous l’attendons.

    La suite ici

    Répondre
  34. matou
    matou dit :

    Là Agnès, je ne sûr de ne pas comprendre, où places-tu le curseur de ce qui est violent et de ce qui ne l’est pas ? Les jeudis noirs font des actions potientiellement violente aux yeux de certains : occuper des locaux et dégrader des biens privés ( certes en y faisant la fête…). Ca me fait penser aux dégonfleurs, font-ils une action violente ? Et la vidéo que j’avais vu chez swami sur les types qui défoncent les panneaux publicitaires à Roubaix sont-ils violents?
    Bref dire "la violence est une impasse" me semble un peu léger : la désobéissance civile est aussi une forme de violence aux yeux de ceux qui la subissent.

    Répondre
  35. michel974
    michel974 dit :

    j’avoue avoir anticipé sur ton offre au dernière législative, devant choisir entre un socialiste pro-tce (et pas que ça) et un umpiste pro-tce (et plus encore). n’ayant pas ton talent, mon bulletin avait néanmoins la même signification.

    dans l’indescence du "t’es trop con, tu sais même pas voté", rappelons que nos "cousins" danois et irlandais, qui avaient voté non à maastrchit et au traité de nice, ont été sommés de retrouner aux urnes, jusqu’à ce que oui s’en suive (sans passer par la case mini-traité ou "démocratie indirecte" (anta, as-tu déposais les droits du concept ?)) . c’est à nouveau promis aux irlandais, s’ils s’aventuraient à un refus du traité de lisbonne au prochain référendum.

    rappelons nous les bons mots d’un petit homme à l’esprit si étriqué que ses pensées lui échappaient : " l’homme n’est pas une marchandise comme les autres". on connait maintenant la différence : le hareng saur n’oblige pas à convoquer le congré pour modifier la constitution.
    http://www.marianne2.fr/index.php?a
    et c’est lui le garant de nos institutions…

    Répondre
  36. chris
    chris dit :

    Malheureusement l’issue sera forcement violente d’une façon ou d’une autre , demilitarisation des etats et militarisation du prive -banditisme …

    Quant a la desobeissance civile face a ce ,je crains fort que qu’elle ne tue que de veillesse ou de faim ceux qui y croit ………..a moins d’un Luther King mais on connait l’issue la aussi …

    Il y a une video tres drole qui circule sur Youtube ……tapez simplement Mercedes -Romania ….et visitez en video le parking de l’hotel REX .

    L’auteur dit en se marrant que la Roumanie est considere par l’europe comme l’un des pays les plus pauvre ….cherchez l’erreur !!!!

    La desobeissance civile face a ca ,c’est comme prier face a un tsunami …..

    Répondre
  37. Anta
    Anta dit :

    @ tringo

    "L’assemblée est élu démocratiquement si et seulement si elle ne va pas à l’encontre de leurs propres électeurs."

    Pendant les législatives, je n’ai pas le souvenir que les députés que nous avons élus aient pris position contre le TCE. Il est de notorié public que l’UMP, l’UDF, et une large majorité du PS soutenait le texte.

    "Et la démocratie indirecte n’existe pas."
    Ah bon? Pourtant, depuis la démocratie athénienne (et encore), il n’existe dans le monde QUE des démocraties indirectes. A part peut être la Suisse (oui je sais encore), ou les "votations" (référendums) sont très très nombreux.

    "Mensonge : 160 millions d’européens ne peuvent pas forcer 300 millions à embrasser un projet dont ils ne veulent pas." J’aimerais bien savoir d’où tu sors tes chiffres.

    "Quant à l’exemple débile du nazisme on peut en effet noter que le nazisme est né à cause au libéralisme, et que tout le monde a fait comme si de rien n’était…"
    Là je crois que tu es à l’apogée du ridicule. D’abord, c’est totalement hors sujet. Mon exemple ne traitait pas du nazisme sur le fond, mais était simplement une illustration des travers de la démocratie. Ensuite, j’en ai un peu marre de me répetter, mais le libéralisme est l’exacte contraire du national-socialisme (descend des lumières blabla cf nombreux autres posts sur le sujet.). Je pense que tu as repris bêtement une pseudo analyse bidon d’un commentateur ayant l’objectivité de Brejnev, et qu’en plus tu l’as perveti! N’était ce pas "capitalisme", plutôt que "libéralisme"? Ceci dit, si tu t’intéresses au sujet, je te conseille l’excellent bouquin de Götz Aly:" Comment Hitler a acheté les Allemands : Le IIIe Reich, une dictature au service du peuple ". Je pense que tes certitues en prendraient un coup…

    Répondre
  38. matou
    matou dit :

    Et puis je voudrais pousser un N-ième coup de gueule contre Radio-France, qui n’arrête pas de nous bassiner avec les présidentielles américaines et nous expliquer en long en large et en travers comment marchent ces élections, et qui ne sont pas foutu de nous faire le même travail et le même battage pour nous expliquer comment fonctionne les institutions européennes.

    Répondre
  39. chomon
    chomon dit :

    Une citoyenneté active qui se limite a faire son devoir de citoyen-ne, c’est a dire a voter de temps en temps , c’est une citoyenneté infantile.

    De même la démocratie représentative de droite et de gauche qui consiste a laisser les représentant-tes décider a nôtre place est une démocratie infantile.

    Pour un nouveau projet de société, il faut entre autres choses passer a l’étape suivante: Une citoyenneté adulte dans une démocratie adulte.

    A quoi cela sert-il d’être des citoyen-nes adultes si nous avons besoin de représentant-tes.

    Pour une citoyenneté adulte a temps complet, il faut entre autres choses un revenu de citoyenneté égal au seuil de pauvreté.

    Sur internet on trouve des dizaines de page sur la "citoyenneté adulte", et la "démocratie adulte"

    Répondre
  40. chris
    chris dit :

    """"Sur internet on trouve des dizaines de page sur la "citoyenneté adulte", et la "démocratie adulte""""

    Sur internet en effet et rien que la …parce que dans la vraie vie n’existe que les rapports de force et donc que des consensus …

    Pitain meme le dernier des maffieux a compris ca …..mais bon pouvez toujours tenter de vanter les merites de la Logan ou de la trotinette electrique a Bolloré a un Roumain ,ca devrait l’amuser grave ..

    Le monde , mon ami …dans toute sa diversite ….

    Répondre
  41. chomon
    chomon dit :

    @chris
    Un-e citoyen-ne adulte est quelqu’un-e qui s’informe.

    Au premier siècle du 3eme millénaire l’information passe par internet où pour le moment il n’ y a pas de censure.

    Le rapport de force favorable a une citoyenneté adulte dans une démocratie adulte, c’est pas demain la veille. Il sera possible quand il y aura un nouveau projet de sociètè.

    Répondre
  42. B.L.
    B.L. dit :

    Bien, ton bulletin, chère Agnès.
    Mais il ne me servira pas (cette fois …) : mon député maire a voté "non" à Versailles, et les deux sénateurs socialistes aussi !

    Répondre
  43. Banaba
    Banaba dit :

    Le monolecte,
    JE T’INVITE A LIRE LES NOMS DES ABSTENTIONNISTES… DANS LA LISTE CI DESSOUS. ET A CONSTATER QUE CELUI DE NOËL MAMERE Y FIGURE. A MON IMMENSE DECEPTION;

    GROUPE : GAUCHE DEMOCRATE ET REPUBLICAINE (24)

    Contre : 21

    Mme Marie‑Hélène Amiable, M. François Asensi, Mmes Huguette Bello, Martine Billard, MM. Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean‑Pierre Brard, Mme Marie‑George Buffet, MM. Jean‑Jacques Candelier, André Chassaigne, Jacques Desallangre, Mme Jacqueline Fraysse, MM. André Gerin, Pierre Gosnat, Maxime Gremetz, Jean‑Paul Lecoq, Alfred Marie‑Jeanne, Roland Muzeau, Daniel Paul, Jean‑Claude Sandrier et Michel Vaxès.

    Abstention : 3

    MM. Yves Cochet, Noël Mamère et François de Rugy.

    ALORS. LE VOIR DANS TA SELECTION AVEC UN RENVOI A SON BLOG, J’AVOUE AVOIR DU MAL A SUPPORTER.

    Autrement bravo pour le tien, de blog. 100% d’accord avec ce que tu dis. J’étais à Versailles et je suis aussi de celles et ceux qui portent plainte contre l’état français pour cette forfaiture (il est encore temps de vous joindre à nous, Voir le site http://www.29mai.eu .)

     J'ai pas rencontré Swami , 

    ni Guillaume de 29 mai.eu , dommage,
    car je suis arrivée trop tard pour le rendez-vous au café
    et il faut croire qu’après, il y avait suffisamment de monde
    pour qu’on ne croise pas chacun. …

    Mais ce n’est que partie remise…

    Répondre
  44. cutive ton jardin
    cutive ton jardin dit :

    "La violence est une impasse" (50):

    Je suis bien d’accord avec toi, Agnès, utiliser la violence ou prôner son utilisation, c’est se placer d’emblée sur un terrain où on sait que l’adversaire est incontestablement le plus fort. Pas étonnant qu’il cherche à nous y entraîner.

    Pour répondre au commentaire suivant (matou 51), il ne faut évidemment pas tomber dans le piège de ce même adversaire qui considère comme violente, quelle que soit sa forme, toute contestation véritable de l’ordre établi. Hausser la voix leur suffit pour nous traiter de "violents". Encore un exemple de leur manie de dévoyer les mots.

    L’action des "jeudi noir" par exemple, me plaît beaucoup, parce qu’elle a du sens, que ce sens est facilement accessible au citoyen ordinaire, et que le côté humour c’est la cerise sur le gâteau.

    Autre style, avec les mêmes ingrédients, la livraison de maïs par Greepeace devant le siège de campagne d’un candidat aux présidentielles (ne me rappelez pas son nom, je ne souhaite pas m’en souvenir). Avec la vidéo qui circulait à cette occasion. Où l’on voyait les flics longuement perplexes retrouver tout à coup leurs marques parce qu’une "pancarte" (stimulus visuel connu) était apparue aux mains d’un "militant" (autre stimulus visuel connu).

    Pour les faucheurs d’OGM, c’est pareil, sauf que je voudrais qu’ils trouvent la "cerise" qui nous ferait rire, c’est un ingrédient facultatif, certes, mais diablement utile.

    J’avais repéré dans le bouquin de candidat de José Bové une définition de ce qu’est pour lui la désobéissance civique, avec des critères précis, je pense qu’on pourrait la prendre comme base de réflexion.

    Répondre
  45. tringo
    tringo dit :

    @ Anta :

    "je n’ai pas le souvenir que les députés que nous avons élus aient pris position contre le TCE"
    Cela ne leur confère aucun droit, et le président oui, et sa concurrente oui.

    "Pourtant, depuis la démocratie athénienne (et encore), il n’existe dans le monde QUE des démocraties indirectes. A part peut être la Suisse (oui je sais encore), ou les "votations" (référendums) sont très très nombreux."

    Non la démocratie indirecte n’existe pas, et pour t’en convaincre, il suffit d’aller chercher la définition de la démocratie dans un dictionnaire. Quant à faire une équivalence entre l’agora, la Suisse et les violations actuelles de la démocratie…

    "’J’aimerais bien savoir d’où tu sors tes chiffres." Idem, tu as joué volontairement sur une confusion entre les élus et les électeurs, mais les gens qui auraient voté non s’il y avait eu un referendum europeen (dans tous les pays d’europe le même jour ou presque) aurait été différent. Malheureusement, les oligarques qui nous gouvernent savent très bien s’adonner à des manip. type Big brother pour influencer le vote. J’attends un commentaire de ta part sur la violation des droits dont je t’ai parlé.

    "Mon exemple ne traitait pas du nazisme sur le fond, mais était simplement une illustration des travers de la démocratie."

    Exactement, il existe toujours cette débilité chez certains à vouloir créer un lien fictif entre les gens qui veulent que la volonté souveraine du peuple soit respectée (ça s’appelle les démocrates) et les génocidaires nationales-socialistes. Je dis débilité parce que je me contiens. Mais, ce lien se fait au prix d’un léger révisionnisme de l’histoire, du genre l’oubli que le nazisme est né sur la catastrophe du développement du libéralisme à grande échelle (ce qu’on nous rejoue aujourdh’ui), que l’Etat n’existait plus déjà… Bref, je ne lis pas les conneries anachroniques que tu m’as présenté. Cependant, je te dis clairement d’aller jeter un oeil chez M. Foucault et chez Polanyi, c’est le minimum quand on veut discuter sérieusement.
    Enfin sache que j’ai l’habitude. Dans ce pays où les élites mettent en place un racisme scientifique, il y a toujours un miniable du type de BHL un finkel pour raconter que Bourdieu, ou je ne sais qui d’autre de critique, de véritablement critique, d’antisémite. Et obn trouve toujours des petits perroquets pour répéter ce qu’il raconte.

    "N’était ce pas "capitalisme", plutôt que "libéralisme"? " Non c’est libéralisme, et je suis désolé si tu fais ostentation de ton inculture, de ta mauvaise foi et de ta connerie condescendante en me mettant cette fois-ci du côté de Brejnev après les nazis…
    Et je te dirai une chose pour que tu mettes les freins sur tes insultes abjectes et répétitives qui sont plutôt un symptôme d’une indigence intellectuelle, il y a des gens dont leur famille a vu les petits hommes habillés en noir débarquer un jour chez eux, puis ils ont vu les mêmes avec du rouge. Ils en ont souffert. Et je pense que tu devrais faire de ces catastrophes autre chose qu’un argument de vente visant à renforcer tes opinions tendanciellement despotique.

    Répondre
  46. ExCandide
    ExCandide dit :

    Et oui, mieux vaut tard que jamais ! Dirais-je aux "croyants" votants de notre (fausse) démocratie : quand on sait (ou devine) que les dés sont pipés à la table de jeu, ou est la vertu? Jouer quand même parce que c’est notre "devoir" ou bien quitter la table ?

    Le référendum de 2005 à été (par accident) le seul cas de vote authentique auquel il valait le coup de participer. Je ne pense pas que les pouvoirs en place refasse la même erreur de si tôt ! Je conseille donc à tous la lecture de ce petit texte savoureux :
    http://www.homme-moderne.org/textes

    Répondre
  47. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pour ce qui est du débat, de l’esprit critique, de l’analyse et tout ça, je pense en faire largement ma part ici et ailleurs, depuis des années. Mon bulletin n’est que l’expression de ma colère et de mon impuissance, c’est aussi une manière encore courtoise d’attirer l’attention sur ce qui fait mal!

    Répondre
  48. chris
    chris dit :

    """"Au premier siècle du 3eme millénaire l’information passe par internet où pour le moment il n’ y a pas de censure."""""

    AGrfhh .je m’etouffe devant tant de naivete ou de gentillesse au choix …;

    Il n’y a pas de censure pour ceux qui fayotte ,qui font dans le consensuel pour pas dire dans la compromission …

    Chauqe espace du net appartient a des epiciers blogueurs qui ont payes leurs pas de porte destines a divulguer leur bonne parole ….

    Qui ont eux memes la trouille de se prendre une plainte (voir le proces Actu symbolique du rappel a l’ordre)

    C’est mieux qu’une discotheque ,pas besoin de videur ,suffit de cliquer pour bannir une IP …..et comme votre baillonneur de libre expression est en general a quelques milliers de Kms de vous ,hein zallez pas aller lui dire votre fait en live ,hein ….

    Des pseudos et du foutage de gueule sous forme de libre expression ,voila le vrai visage du web d’aujourd’hui …

    Le net ne fait que reporter les memes comportements que dans le monde du travail ,ni plus ,ni moins …..

    Alors avant de changer la societe et encore moins le monde ,hein ….

    Bon ou je suis en forme ce matin ou c’est un coup de gueule matinal …

    Le net libre non mais ,si zetes libre de lire ou de pas lire ,pour le reste ,humh …

    Répondre
  49. ExCandide
    ExCandide dit :

    Juste un mot pour foutre en l’air un argument selon lequel le vote pour le Nicolas Sarkozy aurait quasiment valeur de referendum vis à vis du traité de Lisbonne :

    1- On vote lors d’une présidentielle pour un homme et son projet politique, pour un ensemble de mesures et de promesses. Cela ne peut donc pas se comparer à un référendum portant sur un sujet précis : a la limite bon nombre d’electeurs ont voté Sarkozy malgré son annonce concernant la ratification d’un nouveau traité par le Parlement, d’autres parce qu’ils se sentaient rassurés par la notion de "nini-traité" ainsi que par le discours du candidat aux "nonnistes", dans le genre "je vous ais compris" !

    2- Le traité de lisbonne n’est en aucun cas un "mini-traité", c’est de l’avis autorisé du concepteur même du TCE (V.Giscard d’Estaing) la quasi même chose que le traité constitutionnel rejeté par les français en 2005, mais sous une autre forme…
    On ne peut donc pas faire intellectuellement le rapprochement de ce traité avec la promesse de Sarkozy (A moins d’être intellectuellement malhonnête )

    Répondre
  50. Saxo
    Saxo dit :

    En 2005, j’ai été abasourdi par ce qu’on me proposait de signer. Dès la deuxième ligne j’y trouvais une condition rédhibitoire. Et le battage médiatique m’a paru obscène… Question démocratie, alors que je pense que le TCE viole les droits de l’homme, j’ai vu notre système politique dévoiler ouvertement son vrai visage…

    Maintenant, Nombreux sont ceux qui ont voté "Non" parce qu’ils se considéraient incompétents pour juger de la question, et qu’on signe pas oui au bas d’un papier qu’on n’a pas lu. Je pense même que c’est un des arguments qui a le plus motivé le vote "Non".

    D’une certaine manière, seuls ceux dont le vote était plus motivé, ressentent pleinement le déni de démocratie… Le vote par voie parlementaire répond au contraire à ceux qui s’estiment incompétents pour juger des questions politiques, et qui préfèrent laisser la responsabilité aux "experts" (élus et autres économistes) d’en juger à leur place.
    Ceci n’est qu’une remarque… qui m’amène seulement à penser qu’une solution ce n’est pas de mettre ton bulletin dans l’urne (ceci dit, j’apprécie ce débat), mais plutôt de communiquer l’esprit critique,analytique et l’intérêt pour la chose politique à ceux qui nous entourent. C’est le seul combat qui peut à long terme avoir une réelle incidence positive sur l’humanité…

    Si on n’y croit pas, alors que nous reste-t-il comme espoir ?

    Répondre
  51. herve_02
    herve_02 dit :

    Que reste-t-il comme réel espoir ? je ne parle pas des "on pourrait", "ce serait bien si", ‘il faut que", "yaka".

    Je ne parle pas d’un vote pour un hypothétique Nième partie politique qui promet (comme les autres en leurs temps) paix, bonheur et prospérité … demain … lorsqu’on sera élu.

    Je parle de la véritable action positive des individus qui inclue un action positive répercutée dans la société.

    Comment revenir à une société ou l’objectif majeur est d’assurer la survie de l’espèce humaine (toute l’espèce), une amélioration des conditions de vie pour la génération suivante, l’affirmation par tous que rien ne vaut une vie humaine et que même quelques milliards (ce ne sont que des chiffres) ne sont pas chèrs payés pour sauver une personne.

    Tu vois quelque part, un début de prise en compte de ces simples axiomes ? moi pas. L’espoir s’est dissout dans les votes successifs depuis 30 ans comme le brouillard se lève, terrassé par un soleil de plomb.

    Répondre
  52. Saxo
    Saxo dit :

    Bien sûr, Agnès, et j’ai beaucoup apprécié la manière dont tu as posé la question. Une autre méthode, appliquée par un copain aux dernières présidentielles a consisté à glisser un bulletin de cinq euros dans l’urne…
    les carences et forfaitures de nos démocraties ne sont pas nouvelles, le traité de Nice qui nous sert de cadre actuellement n’a pas été soumis au vote…
    C’est simplement parce que je pense que le doigt d’honneur représente plus du dégout que de l’intérêt pour la politique. J’avais bien aimé le billet de cinq euros (quoique la symbolique du fric me dérange un peu)

    Répondre
  53. matou
    matou dit :

    @50
    @65

    Pour être précis, je pense aussi que la lutte armée/l’assassinat/le posage de bombe ne sont pas une solution.
    C’est pourquoi il faut se poser les questions suivantes :
    – le jour ou il y aura suffisament de désobéissance civile (on peut rêver) pour gêner les pouvoirs en place, pensez-vous sérieusement que la désobéissance sera encore tolérée ?
    – l’utilisation de la désobéissance civile ne conduit-elle pas nécessairement à une escalade violente ?
    – qu’elles sont les conditions nécessaires à ce que les pouvoirs en place cèdent plutot qu’ils ne se radicalisent ?

    (sinon je veux bien la définition de désobéissance civile de José)
    a+.

    Répondre
  54. rep ban
    rep ban dit :

    "Au premier siècle du 3eme millénaire l’information passe par internet où pour le moment il n’ y a pas de censure."

    Pas de censure peut-être, mais des procès dès qu’on touche à certains…http://yvespoey.unblog.fr/
    Le porte parole de l’UMP n’a pas l’air d’apprécier que d’autres la prennent (la parole)

    Répondre
  55. Luce
    Luce dit :

    quand cesserons-nous de courber l’échine et de prendre des coups sans broncher, nous avons les dirigeants que nous méritons, certains d’entre nous réalistes attendaient encore un miracle? c’est désespérant

    Répondre
  56. m'irza
    m'irza dit :

    Je viens ici orientée par José.

    Le 4 février, c’était aussi le jour où le roi de France avait juré de respecter la Constitution (1790),
    le jour de l’abolition de l’esclavage en France (1794),
    de la naissance de Jacques Prévert (1900),

    et aujourd’hui c’est un bien triste anniversaire.

    Répondre
  57. chris
    chris dit :

    Mais non Fanette pas dans quatre ans …Zarkozy sera barre avec la caisse bien avant ,c’est un rapide ce gars la !!!!!

    C’est la l’erreur de le situer dans des cases de droite ou de gauche ..on parle d’un casse ,d’une carambouille ,d’un rip deal ……….tout le reste n’est que branlette d’intellos …

    Répondre
  58. coco_des_bois
    coco_des_bois dit :

    Ouais … vaste débat… voter on non, au final tout ça ne change pas grand chose.
    De toute façon l’orientation du "pays" est fixée bien loin des élus, il n’y a pas de plan, pas de ligne, pas d’idée générale, en tout cas pas d’autre que celle de laisser transuille le "marché".
    On peut se tortiller comme on veut, on peut voter ou non, c’est le marché, la finance et partant, les grands multinationales, qui décident de l’avenir, de ce qui doit être entreprit ou non.

    Devant la résistance plus ou moins dure, devant les désobéissances, devant la pauvreté, devant les réfugiés économiques qui remontent les courants d’argent vers notre pays, le système financier arme son bras, et commence à taper de plus en plus fort.

    Activiste écologiste ? Terroriste en puissance.

    Concernant le TCE et ses avatars, les médias devraient informer, aujourd’hui ils sont une composante active de la propagande, et c’est un peu facile de dire que les gens n’y comprennent rien quand on fait tout pour ne pas leur expliquer… à part leur exlpiquer de voter oui.

    Répondre
  59. Anta
    Anta dit :

    @ tringo

    1°"Non la démocratie indirecte n’existe pas, et pour t’en convaincre, il suffit d’aller chercher la définition de la démocratie dans un dictionnaire. Quant à faire une équivalence entre l’agora, la Suisse et les violations actuelles de la démocratie…"

    Je te prends au mot:
    "La démocratie est le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple (principe de souveraineté), sans qu’il y ait de distinctions dues la naissance, la richesse, la compétence… (principe d’égalité). En règle générale, les démocraties sont indirectes ou représentatives, le pouvoir s’exerçant par l’intermédiaire de représentants désignés lors d’élections au suffrage universel."
    http://www.toupie.org/Dictionnaire/

    "La démocratie est devenue un système politique (et non plus un simple régime)dans lequel la souveraineté est attribuée au peuple qui l’exerce de façon :

    -directe: régime dans lequel le peuple adopte lui-même les lois et décisions importantes et choisit lui-même les agents d’exécution. (Cf suffrage , démocratie directe)

    -indirecte: régime dans lequel le rôle du peuple se borne à élire des représentants.(démocratie représentative).

    -semi-directe: variété de la démocratie indirecte dans laquelle le peuple est cependant appelé à statuer lui-même sur certaines lois. (Cf référumdum, véto populaire,initiative populaire)

    Par extension, le terme "démocratie" qualifie souvent tout pays qui est reconnu comme appliquant des principes démocratiques dans son fonctionnement."
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pens%C

    Mon très cher tringo, il ne sert à rien d’essayer (bien maladroitement) de débattre quand on ne connait même pas le sens des mots qu’on utilise!

    2°"Idem, tu as joué volontairement sur une confusion entre les élus et les électeurs, mais les gens qui auraient voté non s’il y avait eu un referendum europeen (dans tous les pays d’europe le même jour ou presque) aurait été différent."
    Là je dois dire qu’il devient pénible de te lire. [modo mode]. Là je n’ai pas compris où tu voulais en venir. Merci de préciser ta pensée.

    3° Pour ce qui est du gros paté final, je ne sais même pas par où le prendre. Il n’y absolumment aucune construction, aucun fil directeur, des phrases balancées à droite à gauche , souvent sans lien entre elles. Tu prends comme référence des stars médiatiques, dont les arguments ont été disséqués, analysés, débattus, des milliers de fois. Il n’y a absolumment rien de neuf là dedans. Au risque de me répetter, je te REconseille l’analyse de Götz Aly:" Comment Hitler a acheté les Allemands : Le IIIe Reich, une dictature au service du peuple ". J’espère que tu pourras comprendre pourquoi quand tu dis "le libéralisme il est méchant, il construit des chambres à gaz", c’est complètement [modo mode]

    Répondre
  60. Saxo
    Saxo dit :

    Tiens, une question… (pour revenir aux fondamentaux) Est ce parce que les dirigeants se contrefichent du vote du peuple qu’il faut en tirer la conclusion: " Et bien j’avais tort !"
    Tort de m’exprimer par le seul moyen qui m’est donné dans notre démocratie, le bulletin de vote. Le bulletin que tu proposes étant classé nul, et le vote étant électronique à certains endroits, je doute que l’utiliser soit un réel moyen de se faire entendre.
    Je ne suis pas aussi catégorique. Je partage ton point de vue en ce qui concerne la liberté des peuples à disposer d’eux même, et je défend le vote comme un droit, presque comme un devoir…
    Ceci dit, je n’ai jamais fustigé les abstentionnistes, j’en connais trop. A l’occasion, ça vaut des discussions, des échanges de point de vue, tel celui que tu proposes…
    Mais affirmer : "Ainsi donc, mon vote ne vaut rien quand il ne va pas dans le sens du courant."
    c’est aller un peu vite en la besogne.
    Déjà le déni de démocratie auquel on assiste ne serait pas mis en évidence si tu (et tous ceux qui ont voté non) t’étais abstenue en 2005.
    Sur la forme, j’aime bien le coup de gueule parce que l’argumentaire que tu développes est pertinent…

    mais sur le fond, je persiste à penser qu’aller aux urnes est une nécessité vitale qui ne légitime pas nécessairement nos dirigeants par ailleurs (pour répondre à "opacité du peuple").

    C’est certes imparfait mais c’est la seule garantie que notre voix, à défaut d’être écoutée, est entendue.
    Dans le même ordre d’idée, je pense que "l’état c’est nous" et que mettre un doigt d’honneur dans l’urne, quelques soient les bonnes raisons qu’on ait de le faire (j’ai lu toutes les interventions, et des bonnes raisons, c’est pas ce qui manque), c’est nous faire injure à nous même…
    Si on veut que la raison puisse l’emporter sur l’obscurantisme actuel, la colère ne nous sera d’aucun secours car elle est déraisonnable…
    Et pour répondre à hervé_2, s’il n’y a pas d’espoir, à quoi bon continuer ? Cessons là toute action, toute discussion et attendons que le monde aille à sa perte…
    Cordialement.

    Répondre
  61. tringo
    tringo dit :

    @ Anta :

    "J’espère que tu pourras comprendre pourquoi quand tu dis "le libéralisme il est méchant, il construit des chambres à gaz", c’est complètement idiot!"

    [modo mode] qui a jamais dit cela sinon toi ! [modo mode]

    1 – content de voir que tu as appris que dans la démocratie le pouvoir s’exerce de manière indirecte. Dire démocratie indirecte, c’est dire un pléonasme. Au passage, il y a mieux comme dictionnaire et gratuit en ligne.

    2 – Tu as parfaitement compris.
    ""Idem, tu as joué volontairement sur une confusion entre les élus et les électeurs, mais le NOMBRE de gens qui auraient voté non s’il y avait eu un referendum europeen (dans tous les pays d’europe le même jour ou presque) aurait été différent."
    Désolé pour ce léger oubli qui t’a ouvert une porte de sortie.

    3- Un paté non un constat, le fait que tu aies besoin de te justifier à ce niveau ne laisse pas planer de doutes là-dessus. Le sophisme, dans ce cas, consiste à se concentrer sur le forme pour éviter de parler du fond.

    Donc, comme tu es dans le déni ,je te réécris cette fois-ci les yeux ouverts (/à cematin),

    "Mon exemple ne traitait pas du nazisme sur le fond, mais était simplement une illustration des travers de la démocratie."

    Exactement, il existe toujours [modo mode] chez certains à vouloir créer un lien fictif entre les gens qui veulent que la volonté souveraine du peuple soit respectée (ça s’appelle les démocrates) et les génocidaires nationales-socialistes.

    [modo mode]. Mais, ce lien se fait au prix d’un léger révisionnisme de l’histoire, du genre l’oubli que le nazisme est né sur la catastrophe du développement du libéralisme à grande échelle (ce qu’on nous rejoue aujourd’hui), que l’Etat n’existait plus déjà au moment où les nazis ont été "élus".

    Bref, je ne lis pas les[modo mode] anachroniques et ne respectant pas un minimum d’épistémologie que tu m’as présenté et dont ton propos est exemplaire. Cependant, je te dis clairement d’aller jeter un oeil chez M. Foucault et chez Polanyi (une star médiatique ?), c’est le minimum quand on veut discuter sérieusement. Et je dis le strict minimum.

    Enfin sache que j’ai l’habitude. Dans ce pays où les élites mettent en place "un racisme scientifique", il y a toujours un minable du type de BHL un finkel pour raconter que Bourdieu, ou je ne sais qui d’autre de critique, de véritablement critique, est un antisémite. Et on trouve toujours des petits perroquets pour répéter ce qu’il raconte.

    [modo mode]

    "N’était ce pas "capitalisme", plutôt que "libéralisme"? " Non c’est libéralisme, et je suis désolé si tu fais ostentation de [modo mode] en me mettant cette fois-ci du côté de Brejnev après les nazis…
    [modo mode] Il y a des gens dont leur famille a vu les petits hommes habillés en noir débarquer un jour chez eux, puis ils ont vu les mêmes avec du rouge. Ils en ont souffert. Et je pense que tu devrais faire de ces catastrophes autre chose qu’un argument de vente visant à renforcer tes opinions tendanciellement despotique.

    Répondre
  62. Arthur
    Arthur dit :

    J’ai bien aimé le débat entre Anta et Tringo… A ce sujet, d’ailleurs…

    Que d’oxymores : "démocratie indirecte", "démocratie participative", "démocratie représentative"…
    On en connait d’autres : "état démocratique", ou encore "développement durable"…
    A propos de la démocratie, je vous invite à lire "La démocratie contre l’Etat", de Miguel Abensour, aux éditions du Félin.

    On les utilise sans aucune gêne, sans complexe, sans se poser de question. Et ce n’est pas parce que même l’Académie Française a autorité en matière de définitions que celles-ci sont plus justes : après tout, la langue évolue, elle vit. De fait, il est admis, reconnu et même revandiqué que certains mots n’ont plus le même sens qu’autrefois.
    Ainsi en est-il de "libéralisme", qui n’avait pas du tout la même singification (sémantique, théorique, pratique, sociologique, tout ça tout ça) pour les Lumières que pour nous aujourd’hui. Pour eux, le libéralisme, c’était plutôt ce qu’on trouve dans la Constitution de 1793 :
    "Article 16. – Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie.

    Article 17. – Nul genre de travail, de culture, de commerce, ne peut être interdit à l’industrie des citoyens."
    A l’époque, pas de mondialisation, pas de bourse, pas de délocalisation, pas de licenciement économique malgré des millions de bénéfices, pas de pétrole, tout ça tout ça…

    Pour revenir au sujet d’origine du billet, j’aime beaucoup les bulletins de votes. Malheureusement, je ne les utiliserais pas, boycottant les bureaux de votes depuis une dizaine d’années maintenant. La raison de mon boycott est simple : on est en démocratie, j’ai du pouvoir, il est hors de question que je le donne à quiconque. Le pouvoir que les politiques ont, il ne leur est pas seulement donné, comme le soulignait La Boëtie (une autre référence à lire évidemment), ils n’ont qu’à le ramasser, tout le monde (façon de parler) le laisse trainer.

    Quelqu’un avait cité l’article 27 de la Constitution de 1793… Moi, j’aime bien celui-là :
    "Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."
    Et puis y’avait aussi :
    "Article 25. – La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable."

    (Au passage, on notera les différences de longueur et d’intelligibilité entre la constitution de 1793 et le TCE (que j’avais lu, contrairement au traité de Lisbonne avec lequel la comparaison est encore plus édifiante))

    Du coup, être citoyen, ce n’est pas tant voter que revandiquer son pouvoir (et en user !).
    Le vote n’est qu’un moyen (dont l’efficacité reste à prouver) parmi d’autres.

    Répondre
  63. Linca
    Linca dit :

    Ca aura au moins eu l’utilité de mettre le débat sur la place publique, par exemple au Royaume Uni :

    http://news.bbc.co.uk/player/nol/ne

    (c’est passé à l’équivalent du 20h sur BBC1)

    Et bon, accessoirement, les institutions européennes sont censées prendre en compte une pétition atteignant le million de signatures, maintenant.

    Répondre
  64. AD
    AD dit :

    Abstention ou blanc c’est nul, car cela ne fait pas sens. Quant aux 2 bulletins de vote proposés, ils reflètent bien ce que l’on ressent et satisfont notre ego, mais ils sont purement une réaction épidermique de rejet alors qu’il faut en profiter pour être positif et proposer une alternative qui sera vue par tous les citoyenNEs qui seront dans les bureaux de vote. Je voterai donc "Démocratie participative" aux municipales > Bulletin de vote : http://fsl33.apinc.org/bb/viewtopic
    De plus, dans le cadre de mon FSL de Gironde, je vais proposer qu’on mette la "Démocratie participative" à l’odj de la prochaine AG, afin d’exiger des candidats qu’ils s’engagent à un budget participatif (10 à 15% du budget des collectivités territoriales), ce qui permettrait aux assos de ne plus dépendre des politiques pour avoir des subventions. Au lieu d’attendre le grand soir ou envisager de descendre dans la rue alors que les armes sont de l’autre côté, il faut commencer à mettre en place des instances de démocratie directe (conseils de quartier, coopératives municipales) afin que les citoyenNEs commencent à prendre l’habitude de gérer – en partie pour commencer – leurs propres affaires.

    @ tringo et d’autres :Le Projet socialiste des présidentielles (http://projet.parti-socialiste.fr/t… ) s’engageait à un référendum => "Nous refuserons une ratification du Traité Constitutionnel Européen tel qu’il a été rejeté le 29 mai, même s’il est accompagné d’un nouveau préambule. Une fois renégocié, un tel traité sera soumis au peuple par référendum". Le PS a donc trahi son engagement, et s’est moqué de la souveraineté populaire. Comment peut-on ensuite voter pour des élus qui ont refusé de voter et nous ont interdit de voter ?

    Répondre
  65. Anta
    Anta dit :

    @ tringo

    1°Demos: peuple Cratie: pouvoir. Le fait que la démocratie actuelle soit indirecte n’est en rien une remise en cause de ce principe de base.
    2° Tu me prettras ta boule de cristal? Tu es qd même très très fort pour prédire le vote des 25 état membres. Peut être qu’effectivement il y aurait eu des couacs dans les pays d’Europe de l’Est: ses dirigeants trouvaient le texte "pas assez libéral".
    3° Tu n’as rien de mieux qu’un copié coller? Je réitère ce que j’ai dit. Ton 3° n’a ni queue ni tête.

    @ Arthur

    "Ainsi en est-il de "libéralisme", qui n’avait pas du tout la même singification (sémantique, théorique, pratique, sociologique, tout ça tout ça) pour les Lumières que pour nous aujourd’hui."

    Très bon point! En Amérique du Nord, les libéraux sont, en règle général, assimilé au centre gauche, à l’opposée des conservateurs. Idem au UK, et dans une bonne partie de l’Europe occidentale. Seule la France a rendu ce noble courant "impur". Il existe ici un large concensus dans la classe politique française pour décrier les travers de "l’ultra libéralisme". De gauche comme de droite,c’est la compétition à celui qui sera le moins "libéral". Les français ont tous une opinion (très largement) défavorable concernant le libéralisme, alors qu’ils ne savent même pas ce que c’est (et le post de tringo en était un bel exemple)…

    Répondre
  66. Hubert  Lulu
    Hubert Lulu dit :

    C’est sur le blog des rédacteurs de Politis que j’ai découvert votre dessin en "forme d’aide-mémoire". Il y était présenté par Michel Soudais comme une réaction à « la position faux-cul des élus socialistes, verts et radicaux » . Tout cela est bien compréhensible .
    Mais je crois quand même qu’il serait plus juste de dire « DE LA MAJORITE des élus … ».

    A cette réserve près je suis évidemment tenté d’adhérer. Cependant je pense qu’il serait sage de ne pas attendre le jour du scrutin pour adresser ce billet doux à ceux qui l’ont si bien mérité ( au premier rang desquels l’interviewé de la vidéo de Michel Soudais, bien sûr ! ).

    Il conviendrait plutôt de le leur faire parvenir dès MAINTENANT, pour bien leur signifier qu’ils sont parfaitement indignes de se présenter à nos suffrages et que s’il leur reste un brin d’honneur … il est URGENT qu’ils laissent la place à d’autres !

    Car une utilisation « comme bulletin de vote » n’aurait, me semble -t-il, que l’effet de conforter le POUVOIR de cette DROITE arrogante qui sévit depuis si longtemps et à laquelle GUIGNOL-PIPOL a servi d’étendard ces deux dernières années.

    Est-ce vraiment le but recherché ? …

    Répondre
  67. Arthur
    Arthur dit :

    Bonjour,

    La démocratie à l’agonie : qui est pour l’euthanasie ?

    Cette nuit je parlais d’oxymores, j’en avais oublié les pléonasmes comme "démocratie participative". Cette expression me parait traduire parfaitement l’état de détresse dans lequel se trouve la Démocratie aujourd’hui. S’il est nécessaire de préciser que la démocratie est participative (au temps pour moi : qu’UNE démocratie est participative) qu’en est-il des "autres démocraties" qui, elles, ne le sont pas ? Il m’apparait comme impensable que la démocratie puisse ne pas être participative. Comment peut-être s’exercer au jour le jour si les citoyens démissionnent ?
    Je trouve, dans l’absolu, totalement inepte de parler de "démocratie participative". Pour autant, cela devrait éveiller les citoyens qui utilisent ce pléonasme à s’interroger sur la raison de son emploi. Il ne s’agit plus ensuite tant de mettre cette "démocratie participative" en place que de restaurer purement et simplement la démocratie, laquelle nécessite, de fait, un engagement politique (au sens grec) des citoyens.

    Cette nuit, j’ai repensé à cette participation du peuple français lors du référendum sur le TCE. Effectivement, ce texte a très largement fait débat, suscité un intérêt évident de la part des citoyens. Bien plus que des élections municipales ou cantonales, certainement plus, même, que des présidentielles (et je ne parle pas du battage médiatique, mais bien du réel intérêt des Français, qui s’interrogeaient réellement sur les implications de ce texte).
    Oui, mais aujourd’hui, justement, la démocratie est à l’agonie. Alors quand on a le droit de s’exprimer sur autre chose que des promesses de campagne, il est normal qu’on agisse, pense-t-on, en citoyen responsable en votant. Oui, c’est important un référendum : c’est la seule fois, depuis plus de 10 ans, que j’ai regretté de ne pas avoir de carte d’électeur (mais ça ne m’a pas empêché de m’exprime, de lancer une pétition).
    Les Français n’attendent plus grand chose des élections. Mais un référendum, c’est autre chose : ça a une implication directe et immédiate (enfin en théorie quoi) sur la vie politique du pays. C’est un réel engagement, pas des personnes dont on doute de l’intégrité morale et intellectuelle, non : c’est une décision à laquelle on participe. C’était le dernier rempart de la démocratie.

    Quand un président de la république dit devant les caméras et dans la rue "je ne cèderai pas devant la rue, parce que nous sommes en démocratie", que peut-on encore espérer de la part des politiques, dont on dit d’ailleurs sans vergogne qu’ils sont au pouvoir ? Dans la rue, c’est le peuple qui s’exprime. Si les politiques refusent de l’écouter, c’est bien qu’ils se considèrent au supérieurs, ou capables de penser et décider à la place de celui-ci.
    Or, les élus ne sont que des représentants du peuple.

    Pour revenir vite fait sur le débat Anta / Tringo
    @Anta : j’ai un peu éludé mes explications, cette nuit. En réalité, le libéralisme est, selon moi, néfaste. Néfaste parce que justement, à l’époque des Lumières, le contexte économique, social et politique était totalement différent. On sortait d’une révolution, qui mettait fin à des siècles de monarchie. Le peuple avait BESOIN de liberté individuelle. La situation était telle que cette libéralisation était indispensable, dans un premier temps.
    Mais ne vas pas trop vite en besogne : de là à parler de "noble courant", y’a un gouffre quand même. Le libéralisme tel qu’il était pensé au XVIII se situait dans un cadre limité : la France. Un peu de commerce extérieur, certes, mais pour être mis en avant de la sorte dans la Constitution de 1793, c’est qu’il concernait quand même avant tout la France. Entre autres objectifs, permettre à chacun de commercer librement, sans que ce ne soit un privilège réservé à une élite sociale. Cela devait donner du travail à tous, de l’argent à tous, donc, permettre le bien-être des citoyens, maintenant libres.
    Aujourd’hui, avec la mondialisation, la concurrence excessive, le but n’est plus de permettre à chacun de travailler, de gagner de l’argent, non : le but est de faire des profits.
    Et ce, avec les mêmes outils qu’il y a 2 siècles (par outils, j’entends notamment les idées, les lois, etc). Seulement ces outils ne sont plus utilisés de la même manière. Si les Lumières, en créant pour ainsi dire le libéralisme, avaient pensé que 200 ans plus tard leurs idées, initialement au profit du bien-être social, pouvaient desservir celui-ci au profit du profit…

    Répondre
  68. Anta
    Anta dit :

    @ Arthur

    -D’abord, tu fais un léger anachronisme. Les lumières, et donc pas extension les prémices du libéralisme, sont antérieurs à la révolution française( en gros, fin du règne de Louis XIV)
    -Dans une partie de ton commentaire, tu limites le libéralisme à sa portée économique. Mais c’est bien plus que celà. L’économie "libérale" n’est qu’une conséquence de la philosophie intrasèque de ce courant. Sur de nombreuses questions de société, le libéralisme se situe à gauche de l’échiquier politique français: immigration, droits des homosexuels, drogues etc…
    -"Aujourd’hui, avec la mondialisation, la concurrence excessive, le but n’est plus de permettre à chacun de travailler, de gagner de l’argent, non : le but est de faire des profits." Ca c’est ton point de vue, avec lequel je ne suis bien évidemment pas d’accord. Pour moi, le but c’est que chacun ait sa chance, que personne ne soit bridé par des règles désuettes, et surtout, que chacun puisse être libre de vivre comme cela lui chante (et en assumant les conséquences de ses choix/actes)

    Répondre
  69. Arthur
    Arthur dit :

    Anta,

    C’est dommage, on s’écarte un peu du sujet, mais c’est vraiment intéressant…

    Pour l’anachronisme, c’est fort possible. Il n’en reste pas moins que la Constitution de 1793 est la résultante de la pensée des lumières : la mise en application était quand même difficile avant la révolution, puisque celle-ci l’a justement permise. J’ai donc pris un raccourci, et je te prie de m’en excuser.

    "Sur de nombreuses questions de société, le libéralisme se situe à gauche de l’échiquier politique français: immigration, droits des homosexuels, drogues etc…"

    C’est vrai. Le problème réside en fait dans l’utilisation d’étiquettes que chacun va donc utiliser à sa guise (là, je le reconnais, j’ai été le premier à le faire).
    Ce que je voulais souligner, c’est que le libéralisme a permis un développement social profond, parce qu’à cette époque, c’était nécessaire. De nos jours, la situation a fortement changé : nombreux sont les acquis sur lesquels on peut espérer que les dirigeants (à défaut d’un autre mot) ne reviendront pas (droit de vote pour les femmes, liberté d’expression, etc) même si certains lobbys font toujours pression sur certains domaines (on va pas s’étendre là dessus, c’est pas le sujet).
    La Société a tellement changé que cette même doctrine qu’est le libéralisme, s’il était vraiment novateur et bénéfique il y a 2 siècles, perd de son intérêt. Au nom de cette liberté individuelle, sous prétexte qu’on a le droit, toutes les dérives sont permises, ou du moins pratiquées. Sous couvert de l’exercice de la liberté individuelle qui a motivé une révolution (j’entends encore l’argument : certains sont morts pour la liberté individuelle), on peut expulser les gens de chez eux (qu’ils soient locataires mais aussi propriétaires), on privatise la terre, l’eau, les ressources vitales les plus élémentaires, etc etc. Les exemples abondent tous les jours dans l’actualité, dans notre entourage, dans notre vie.
    Je ne dis pas, n’ai jamais dit et ne dirai jamais que le libéralisme c’est uniquement faire du profit (y’a une nuance d’interprétation dans ma phrase que tu cites). Par contre, je dis, ai toujours dit et dirai peut-être encore longtemps (jusqu’à ce que je dise autre chose) que le libéralisme PERMET (surtout aux grandes entreprises et à leurs grands patrons) de s’enrichir, cet enrichissement étant la priorité.

    "Pour moi, le but c’est que chacun ait sa chance, que personne ne soit bridé par des règles désuettes, et surtout, que chacun puisse être libre de vivre comme cela lui chante (et en assumant les conséquences de ses choix/actes)"
    C’est là que tu as interprété de travers ce que je disais (mais c’est ma faute, je n’ai pas été assez précis). Je ne parlais pas du but du libéralisme, mais du but de ceux qui l’exploitent (qui s’en servent, qui s’appuient dessus).

    Pourquoi parles-tu de règles désuettes ? Quelles règles désuettes ? Une règle doit-elle être modernisée ? Une règle PEUT-elle être modernisée ? Quel sens est-ce que ça a, de dire qu’une règle est désuette ou moderne ? Quels sont les critères qui permettent de dire qu’une règle est désuette ou non ? Dans quel contexte ? Est-ce réellement objectif ?
    L’argument du modernisme est un faux argument : c’est un prétexte pour changer les choses, sans se préoccuper de leur bien fondé, de leur efficacité, leur légitimité, etc. Tout les monde étant POUR le progrès, tout le monde étant persuadé que le progrès représente nécessairement un mieux-être, tout le monde (bon ok, pas tout le monde, mais c’est une manière de parler) souhaitant un plus grand confort, le confort étant défini par la superficie de sa maison, le volume du coffre de sa voiture, le nombre de télé dans chaque pièce, le nombre de paires de chaussures par an, la possibilité de s’éclairer 24/24 à l’hallogène pleine puissance, alors forcément, prétexter qu’il faut moderniser des règles, des lois, suffit pour convaincre que c’est pour le bien collectif.
    Non, pour moi, une règle n’a pas à être jugée désuette ou non : elle est efficace dans le contexte, ou elle ne l’est pas. Si elle ne l’est pas, elle doit être changée pour le devenir.

    Que "chacun puisse vivre comme cela lui chante" : c’est bien le gros problème de nos sociétés occidentales. Cet égoïsme entraine un désintérêt pour l’autre. On ne connais plus son voisin. Donc on en a peur. Quand on a peur de quelqu’un, on s’en méfie. Et quand un politique propose une loi pour rassurer, ben ça passe.
    On a peur des autres, ceux qu’on ne connait pas, mais on s’émeut volontiers devant un reportage au JT sur un enfant de 10 an à l’autre bout du monde qui vit dans la rue sans rien. Oui, c’est émouvant, on aimerait le connaitre ce petit, lui offrir un bain chaud, un repas copieux et une nuit dans un bon lit, on aimerait qu’il aille à l’école, avec ses camarades, qu’il puisse fêter son anniversaire avec plein de bougies et de ballons. Oui, mais il est à l’autre bout du monde, alors bon. Et les autres ? Ceux qu’on ne connait pas, qu’on ne connaitra jamais ?
    Chacun veut vivre sa vie comme bon lui chante, oui : c’est exactement ça, "travailler plus pour gagner plus". C’est pour que ceux qui travaillent puissent s’offrir plus de bidules inutiles, tant pis pour ceux qui galèrent avec le RMI, ils n’ont qu’à travailler après tout.
    Et ne me dis pas que la description que je fais est fausse, il suffit d’ouvrir les yeux sur le monde de dehors pour voir que je ne décris rien d’autre que la réalité. On peut toujours se donner bonne conscience de plein de manières, se justifier, rejeter la responsabilité sur les autres (les politiques, les grands patrons, etc, c’est quand même plus facile, et puis on ne les connait pas non plus)

    Voilà, c’est ça le libéralisme : t’as raison, c’est pas uniquement économique, tu ne fais rien de plus que donner de l’eau à mon moulin. Simplement, tu n’as peut-être pas conscience de toutes les implications que ça a. Mais je ne t’en tiens pas rigueur, pas encore (je ne te connais pas). Je ne sais rien de ta vie, de tes expériences. Mais je connais bien la mienne, et je n’oublierai jamais mes expériences, ce que j’ai vécu, surtout depuis 2 ans. J’espère juste que tu ouvriras les yeux pour réaliser que si chacun vit sa vie comme bon lui chante, ça ne fera qu’augmenter les inégalités sociales, ça ne fera qu’encourager les lobbys, les grans industriels, les publicitaires, les vendeurs de vent et de superflu.
    Si chacun menait sa vie en s’attachant à ce que tout le monde en ait une aussi bien que lui, ce qui implique une modification radicale du mode de vie et de pensée de tous les "occidentaux", mais aussi des pays dits émergeants (notamment la Chine et l’Inde).
    Pour finir, c’est justement parce que chacun vit sa vie comme bon lui chante que la planète étouffe, suffoque et se meurt.
    Parce que Bush a dit, en substance "La réduction des émissions de gaz à effet de serre n’a pas de sens dans l’économie américaine", et qu’en disant ça il ne fait que dire avec des mots ce que les américains vivent en hummer, climatisation, etc
    C’est parce qu’on fait toujours passer l’individu avant tout que rien ne va : on pourrait commencer par faire passer la communauté avant tout. J’ai choisi ce terme volontairement : la communauté, c’est l’ensemble des personnes qui la composent, mais pas considérée comme la somme des individus.

    On est vraiment HS par rapport au sujet d’origine…

    Répondre
  70. cutive ton jardin
    cutive ton jardin dit :

    Je crois que finalement, la morale d’Anta se résume à "Si les pauvres sont pas contents, zont qu’à devenir riches. Toutes les libertés leur seront alors accessibles".

    Ce qui me rappelle cette phrase d’un humoriste: "Si tu veux survivre, travaille. Si tu veux t’enrichir, trouve autre chose."

    Oui, mais si les pauvres, au lieu de travailler, se mettent tous à trouver autre chose, qui c’est qui va pédaler?

    Répondre
  71. Saxo
    Saxo dit :

    Libéralisme et libertés…
    Le souci, Anta, c’est que celui qui possède, dans le monde libéral, peut, en faisant fructifier ses possessions, posséder d’avantage… et par corolaire, celui qui possède moins mettra beaucoup plus de temps à posséder d’avantage. Et celui qui n’a rien…
    Or, pour exister dans notre société, il faut posséder (c’est nécessaire même si ce n’est pas suffisant). Ce simple petit raisonnement montre que si chacun cherche à acquérir des biens, ceux qui partent les poches pleines s’enrichiront de manière exponentielle par rapport à ceux qui partent les poches vides.
    Ce système économique, qui tend intrinsèquement à augmenter les inégalités (du point de vue de la propriété tout au moins) ne peut avoir de stabilité… du moins dans une société de consommation comme la notre.
    maintenant, le fait que le but de certains soit de faire des profits (je ne parle pas de tous, attention, mais de ceux qui se chargent de ramasser ce qu’il y a à prendre là ou les autres, dont justement ce n’est pas le but, les laissent faire) me semble incontestable. Ceci en plus du facteur de levier que je décrivais plus haut (l’argent va à l’argent) écrase à terme ceux dont la finalité n’est pas de faire des profits.
    Si ton but, "c’est que chacun ait sa chance, que personne ne soit bridé par des règles désuettes, et surtout, que chacun puisse être libre de vivre comme cela lui chante (et en assumant les conséquences de ses choix/actes)", tu ne risques pas de l’atteindre dans le modèle libéral actuel, puisque pour vivre comme ça te chante, il va te falloir posséder et donc chercher à faire des profits… Dans un monde où, précisément, la règle pour ce faire est biaisée au départ…
    Où est ta liberté de vivre comme ça te chante? Que deviennent les valeurs d’égalité, de fraternité… et finalement de liberté dans ce système qui lui a emprunté son nom ?
    C’est un système qui prétend répondre à ce à quoi tu aspires mais qui n’y répond en rien. Il permet au contraire à une nomenclatura de conserver son patrimoine et ses privilèges en laissant à ceux qui sont assez fous pour le croire qu’un jour, tout le monde pourra partager le gâteau.
    Non, le libéralisme tel que nous le vivons aujourd’hui ne répond pas aux exigences d’une société qui prétend à l’égalité et à la justice. Du moins, c’est mon point de vue…
    ps.
    Bravo Arthur, tirade peut être Hors sujet, mais très pertinente…

    Répondre
  72. David.A
    David.A dit :

    "En Amérique du Nord, les libéraux sont, en règle général, assimilé au centre gauche, à l’opposée des conservateurs. Idem au UK, et dans une bonne partie de l’Europe occidentale. Seule la France a rendu ce noble courant "impur"

    Alors là, désolé Anta, mais c’est totalement faux. La version "à gauche" du mot libéral n’existe qu »aux Etats-Unis, et nulle part ailleurs. Ni en Europe occidentale, ni en orientale, ni même en Angleterre (Il suffit de demander à un Anglais ce que signifie "liberal" pour lui). Pour l’origine ou la paternité, le débat pourrait être éternel, mais peu importe. Personnellement, j’estime que ce sont les américains qui ont détournés le sens de ce mot, mais ça peut se discuter. Par ailleurs, quand on voit les différentes version de ses représentants américains (plutôt version centre-centre ou centre-mou, ou chretien-democrate), je dois dire que la noblesse du concept m’échappe quelque part. Quant à l’éventuel apport d’impureté de la France, alors qu’elle ne fait que suivre l’entendement de la majorité des pays du monde….dont les habitants, comme les Français, ont très bien compris ce qu’il signifiait, ainsi que ses terribles conséquences dans leur vie quotidienne.

    Répondre
  73. swing65
    swing65 dit :

    Confondre libéralisme avec lliberté, et citer les Lumières comme origines de libéralisme est tout simplement consternant. Excusez l’adjectif précédent, mais c’est un non-sens que de vouloir fusionner ces deux concepts en un seul.
    Puisqu’on y est, ajoutons l’anglais liberal….. qui veut dire être de gauche…..

    Répondre
  74. abonvi
    abonvi dit :

    Voter, pas voter ? si tu votes tu envoies des professionnels se métamorphoser en barons arrogants, si tu envoies un doigt tu laisses les barons te diriger de manière arrogante. On peut tourner la chose comme on veut on en revient au problème du choix : comme je me suis déjà permis de le dire essayons le tirage au sort. Pas facile de le faire admettre mais il sera encore plus difficile de le mettre en œuvre dans les meilleures conditions. Sinon on peut toujours discuter. Par exemple les règles, désuettes ? nouvelles ? avec les règles il n’y a qu’une chose qui compte : leur respect ! Et justement il se trouve qu’elle ne le sont jamais. Tout comme la concurrence, elle est belle la concurrence qui te bouffe tous les jours à petit feu mais voilà elle est, aussi, toujours détournée au profit du plus grand (qui peut jouer à perte ) Et la démocratie ? participative, directe, indirecte, les grecs, non mais vous avez déjà rencontrer un démocrate élu ? il suffit de voir ça pour clore tout débat. Sinon on peut causer des indiens Tupi Guarani aussi, pourquoi pas ?

    Ah libéralisme et liberté, Hé tu crois que Hébert il criait " vive le libéralisme", sous louis 14 bien sûr, à son copain Babeuf qui arrachait les caillous de la bastille avec sa kalach ?.
    Bon sinon, C.ton Jardin, tu ne crois pas si bien dire, faire des citations n’est pas trop mon truc mais je n’y résiste pas (coquetterie) : Droit Civil, Introduction, Ghestin et Goubeaux, 1982 " le droit n’est qu’une arme dans les conflits de la force… Le plus fort a l’habileté d’établir des règles générales… le plus faible a l’intelligence de se soumettre… en attendant d’avoir, à son tour, la force pour instaurer un ordre juridique nouveau. Page 16, joli, non ? et d’entrée de jeu

    Répondre
  75. Arthur
    Arthur dit :

    @ swing65

    "Confondre libéralisme avec lliberté"
    MORT DE RIRE. Personne ne confond l’un et l’autre, puisque le second est inclus dans le premier..
    Définitions :
    "LIBÉRALISME n. m. XIXe siècle. Dérivé de libéral.
    1. Doctrine réclamant pour tous la liberté de conscience et d’opinion. – Se dit plus particulièrement, aujourd’hui, d’une doctrine politique qui préconise l’extension et l’affermissement des libertés et des garanties accordées aux citoyens pour les protéger de l’ingérence de l’État, de l’arbitraire du gouvernement ou de la contrainte des forces sociales organisées.
    2. Doctrine économique qui préconise la libre entreprise, la libre concurrence et la liberté des échanges commerciaux. Le libéralisme économique est fondé sur le libre jeu du marché.
    3. Respect de la liberté et des opinions d’autrui, et, plus généralement, confiance dans les heureux effets de la liberté. Il a fait preuve toute sa vie d’un grand libéralisme."
    Source : dictionnaire de l’Académie Française Neuvième édition (voir : http://atilf.atilf.fr/academie9.htm)

    Ca vaut ce que ça vaut, mais quand même…

    Concernant le 2 : "Doctrine économique qui préconise la libre entreprise, la libre concurrence et la liberté des échanges commerciaux.", on trouve dans la Constitution de 1793 :
    "Article 16. – Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie."

    Y’a comme qui dirait une petite ressemblance, non ?
    Et puis Wikipedia dit, concernant la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, que "C’est l’aboutissement de la philosophie des Lumières du XVIIIe siècle tournée vers l’universalisme et l’abstraction."

    Toujours sur Wikipedia, dans l’article sur la Constitution de l’An I, on lit :
    "Les députés souhaitent compléter la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui n’avait pas été terminée. Ainsi les droits individuels de 1789 sont confirmés, mais on peut noter certaines innovations:
    – Proclamation de droits économiques et sociaux (association, réunion, travail, assistance & instruction),"

    Je sais, Wikipedia, c’est pas forcément la référence absolue. Mais reconnais quand même que je ne suis pas le seul à faire un lien entre les lumières et le libéralisme de l’époque (qui ne portait certes pas encore ce nom).

    Je ne vois donc pas en quoi :
    – je "confonds" libéralisme et liberté
    – citer les lumières comme source du libéralisme est consternant.

    Merci de bien vouloir argumenter si tu souhaites répondre.

    Répondre
  76. vieil anar
    vieil anar dit :

    Pour en revenir à la pertinence pure et dure du bulletin de vote en milieu électoral, en zone tempérée , je me permettrais juste cette petite remarque, empreinte de modestie: si un bulletin de vote, multiplié par autant de mains qui le déposent dans l’urne, devait constituer la construction d’un avenir possible ; depuis le temps que ça dure la Terre ne se ressemblerait pas!!

    Elle serait parsemée de roses jaunes et de lys blancs, de coquelicots et de bleuets! Elle brillerait comme un soleil d’avenir et elle dirait "Viens, tu es mon fils, tu es ma fille et ta main dans la mienne sera mon passeport!".

    Les urnes de vote seraient devenues des pots où les fleurs d’avenir n’auraient plus qu’à pousser! La seule aspiration de l’électeur serait juste d’arroser ces fleurs d’avenir pour qu’elles ne dépérissent pas!

    Non, non, ce n’est pas un rêve! C’est juste quand il n’y aura plus de candidats à l’élection, parce que l’élection n ‘aura plus de sens! Puisque chacun sera capable de se gouverner! A plus.

    Répondre
  77. Vieille pas conforme
    Vieille pas conforme dit :

    D’abord dire à Arthur que je partage complètement son analyse du "vivre comme ça nous chante" et sa critique de l’expression "règles désuètes". Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais le grand mot du gouvernement actuel , c’est moderniser. Moderniser, ça veut dire en gros – pour eux- casser tout ce qui a été acquis de bon en plus de deux siècles de luttes populaires : le droit à recevoir une instruction, des soins de santé, le droit du travail (conventions collectives, durée maximale du travail, salaire minimum, droit à ne pas être jeté comme un malpropre parce que votre gueule ne revient pas au patron… j’en passe) etc.

    J’aimerais aussi faire remarquer, notamment à Anta, que débattre de mots à coup de définitions piquées dans des dictionnaires mis en concurrence n’a aucun intérêt. Curieux que ce soit toujours sur le mot de "libre" et ses dérivés qu’on s’attrape aux cheveux. Pourquoi ? parce que ce mot n’a aucun sens. Chacun lui fait dire … "ce qui lui chante.’". Eh bien, quand tous le monde chante ensemble et chacun sa propre partie, en général, ça ne donne pas un résultat très supportable. C’est pourquoi, de notre belle devise française, je préfère égalité (en droits, ne l’oublions pas) et fraternité, qui me paraît toutefois viser un peu haut, j’aimerais mieux solidarité, c’est déjà pas mal, mais qui cela intéresse-t-il?

    Voilà, je suis vieille, et ça me fait plaisir que de plus jeunes croient encore à quelque chose… moi qui ai défendu, dans les glorieuses années 70, toute seule face à douze anars (tous mecs – heureusement que c’était moi qui avais fait la bouffe- et les autres femmes ne mouftaient pas, c’était les tout débuts du féminisme ) , la démocratie représentative, là j’ai décidé , après le coup de lundi, de poser dans l’urne: "à quoi bon voter , quand la démocratie n’est plus qu’une coquille vide ?" Car effectivement le PS s’était bien engagé à refaire un Traité et à le soumettre au référendum. Et si tous le PS (et les Verts, honte sur Voynet, Mamère, Cochet et d’autres) avaient voté non, la révision ne passait pas.

    Bonne suite de débats
    Une petite précision sur Hitler : il était soutenu par la grande industrie allemande, notamment d’armement, qui était bien sûr fan de la libre entreprise, comme il se doit (voir les films "L’aigle avait deux têtes," d »ex-DDR, je crois, ou , superbe, plus occidental, plus récent : les Damnés de Visconti, et bien d’autres, Annie Lacroix-Riz a commis un pavé de 600 pages grand format ,"Industriels et banquiers sous l’occupation", qui documente la collaboration des grands patrons français ) et en mars 33, lorsque Hitler a obtenu les pleins pouvoirs, les nazis avaient fait 44% aux élections; seulement 37% lorqu’il a été NOMMÉ chancelier(le 30 janvier 33) , et non élu au suffrage universel.

    Répondre
  78. titou89
    titou89 dit :

    Bonsoir, je passais, j’ai vu de la lumière, je suis rentré, et ce que j’ai vu m’a plu…
    "élections, piège à cons" ?
    Certes, et c’est pour celà que je continuerai de voter, car " les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait" ( les tontons flingueurs, on a les références qu’on peut..); et personnellement, je ne veux pas laisser le champ libre à ceux qui n’auront toujours pas compris aux prochaines législatives et présidentielles et qui oseront de nouveau voter à droite ( "Chérie, passe-moi la vaseline…), je ne veux pas laisser ces c…-là décider à ma place ( et à plus de 53 % si les gens sensés baissent les bras ) de qui me représentera à l’Assemblée; de qui sera sur la plus haute marche du podium de la course aux présidentielles.
    Il ya d’autres choix: LCR, Force Ouvrière et j’en passe;" Chasse, Pêche, Nature et Traditions" si vous voulez un truc plus Rock and roll ( traditions surtout, option chant, comme ça, ce pauvre Jean Lassalle ne sera plus seul à chanter à l’Assemblée..).

    "Soyez réalistes, demandez l’impossible." Ernesto Che Guevara
    "La Démocratie n’est pas soluble dans la vaseline.." moi-même

    Répondre
  79. PauLo
    PauLo dit :

    Les membres du Parlement français qui ont voté, ou ont permis par la modification de la Constitution nationale, LA RATIFICATION DU TRAITE DE LISBONNE ont commis UNE FORFAITURE : crime dont elles et ils sont et resteront COMPTABLES DEVANT LE PEUPLE FRANCAIS.

    Le crime contre le peuple français ne doit pas payer, bougeons-nous !

    Oui, et en priorité, SORTONS aux municipales LES DEPUTES-MAIRES & SENATEURS-MAIRES SORTANTS qui ont commis cette forfaiture !

    Répondre
  80. ckilian
    ckilian dit :

    Arrêtons d’être naïf. Cela devient désolant ! Les 80 % de Chirac et les débuts de la réforme sur les retraites et tout le bordel….. Combien de revers va -t-il encore falloir digérer pour se positionner dignement et être entendu.

    Y avais pas besoin d’attendre ce 4 février 2008 pour se rendre compte que la démocratie est une manière bourgeoise de domestiquer la populace dans le meilleur des cas et quand ça ne marche pas … ces pédagos de mes deux passent en force car ils sont tellement surs d’être dans la vérité.

    Encore un mythe comme JC et autre bondieuserie qui se casse la gueule. Y a vraiment plus de valeurs aujourd’hui.

    Que la rue gouverne est la seul la réponse possible. Je t’les mettrai dans une France socialiste à coup de pied dans le fut.
    Le problème c’est que les français ont la mémoire courte dans le pays des droits de l’homme et de la révolution française. Très vite, on oublie et la peur du pire amène à voter pour le moins pire. Difficile pour y retrouver son latin dans ce bordel. Où est la gauche ?

    Finalement , nos députés donnent raison aux libertaires qui disent merde à l’isoloir.

    Pour la réaction 107

    Mon cul et la vaseline ne font pas bon ménage : question de choix. Quitte à me faire mettre je peux choisir mon partenaire me semble -t-il !
    Je ne suis pas rancunier mais j’ai de la mémoire. Ne suis pas encore atteint pas Alzheimer et mes périodes de crises ne tombent pas durant les élections.

    Messieurs les oui-oui à la constitution de gauche comme de droite allez vous faire voir , rien à foutre : circuler t’auras pas ma voix guignol.

    Soyez rancunier au moment de voter et faite leur savoir qu’il ont perdu une voix et pourquoi. Ils adorent pas franchement surtout quand ils perdent leurs putains de siège auquel ils s’accrochent comme la moule sur le rocher.

    Informez le ps et autres partis de droite qu’il ont perdu une voix et que vous n’allez pas les louper. Chaque voix se monnaie et a un prix surtout quand j’ai été bafoué. Où il y a du pouvoir y a un contre pouvoir. Utilisons -le à leur propre dépens.

    le 4 février 34 a amené le front populaire de 36 au moins que le 4 février 2008 n’amène pas ce parti de droite appelé ps (qui n’a plus rien à voir avec la sfio) au pouvoir mais une réaction du peuple dans la rue car ce parti n’a qu’une seule stratégie pour accéder au pouvoir les conneries du pouvoir actuel. Quel programme ! Quelles réjouissances ! Quelles perspectives ! Ca rappelle Waterloo.

    Répondre
  81. Saxo
    Saxo dit :

    Je reviens sur mon idée…
    Si nos représentants ne respectent pas notre voix, la seule façon de le mettre en évidence est bien d’avoir une voix.
    Si nous nous abstenons, comment pourra-t-on ensuite parler de déni de démocratie, de forfaiture (non que cela me réjouisse, bien au contraire) ?
    La classe politique reste peut-être sourde aux résultats du scrutin, mais ça a rarement été aussi évident qu’aujourd’hui et c’est précisément ce genre d’évidence qui peut entrainer une réaction. Même si c’est une réaction de dépit. Aller voter (non nul) est le seul moyen que l’on a de s’exprimer collectivement. Et le résultat d’un vote a une valeur… là encore totalement imparfaite vu le mode de désignation des candidats (j’aime bien l’idée du tirage au sort 🙂 ).
    Si ce résultat n’est pas respecté, alors peut-être que la prise de conscience (du manque de respect de nos élites) de nos concitoyens peut avoir lieu.
    Enfin bref, je me réserve le droit de voter nul lorsque le cœur m’en dit, mais lorsque j’ai une meilleure alternative (ce qui n’est pas courant, mais qui était par exemple le cas au référendum de 2005), je n’hésite pas à l’utiliser

    Répondre
  82. tringo
    tringo dit :

    @ Anta :
    1 – tu as comprise.
    2 – "Tu me prettras ta boule de cristal? Tu es qd même très très fort pour prédire le vote des 25 état membres. Peut être qu’effectivement il y aurait eu des couacs dans les pays d’Europe de l’Est: ses dirigeants trouvaient le texte "pas assez libéral".

    Euh, je suis désolé de te l’apprendre mais c’est exactement ce que tu as fait, je ne fais qu’entrer là ou tu ouvers la porte. J’ai dit que tu jouais sur des confusions.
    Quant aux pays de l’Est, l’Allemagne était contre, les polonais et les britanniques ne le trouvaient pas assez libéral, les autres sont quantités (démographiques) négligeables. Bref, il ne serait jamais passé ce traité constitutionnel, qui est un traité et pas une consitution (c’est déjà une arnaque). Cela ne me dérange pas que les souhaits de ses peuples souverains soient démocratiquement respectés par leurs élites censées les représenter et qui ne les représentent pas.

    3 – Mon 3è paragraphe est tout à fait clair, je le copie parce que tu utilises derechef un mensonge-sophisme : faire comme si il n’existait pas. Or, il est parfaitement clair. C’est ce qui te dérange à l’évidence.

    "Pour moi, le but c’est que chacun ait sa chance, que personne ne soit bridé par des règles désuettes, et surtout, que chacun puisse être libre de vivre comme cela lui chante (et en assumant les conséquences de ses choix/actes)"

    Quelle gentille naïveté. On est toute zégaux, et on peut tous vivre comme veut, on vit dans des sociétés communistes égalitaires…

    "Les règles désuettes"… du progrès pour instaurer un ordre archaîque… les confusions entre libéralisme philosophique, économique, juridique ; le néolibéralisme, l’ordolibéralisme, les Chicago Boys…

    J’adore les perroquets, cette douce propagande indolore quand quelqu’un vient de répéter ces petits termes incidieux et injustifiés par la propagande pour mener une tendre injonction idéologique basé sur des jugements péremptoires et contrafactuels. Archaïque…

    Je sais Anta, tu n’as pas compris, ça n’a ni queue ni tête.

    @ David A. :

    D’abord, aujourdh’ui on n’est plus dans le libéralisme mais dans le néolibéralisme. Le libéralisme aux USA est tout à fait particulier, car il est la doctrine politique qui a été au centre de la naissance de cette société. Ce sont les bases historiques d’émancipation des colonisateurs.

    D’autre part libéralisme n’est pas synonyme de démocratie. Et la liberté est un concept à géomérie variable selon les auteurs.

    Ps :je suis désolé d’insister mais je crois qu’il faut faire vraiment un énorme effort de contre propagande face aux gens qui te disent : le vote c’est les nazis donc c’est bien qu’on n’ait pas voté. En fait eux sont représentés et la tyrannie de cette minorité leur donne l’impression d’être droit dans leur botte. Cela rejoint cette propagande médiatique selon laquelle tout ce qui est de gauche est antisémite, propagande menée par les néoconservateurs. De la même manière qu’il faut se battre face à la propagande des mots les règles sont dites déusèttes ou archaïques, alors qu’en réalité, leur abattement ne sert qu’à mettre en place un ordre pour le coup véritablement archaïque, réactionnaire qui se parre des orripeaux de la modernité. Voilà les projets de l’oligarchie et de leur soutien.

    Répondre
  83. jcd
    jcd dit :

    @ Linca (com 91)
    J’ai signé cette pétition contre la présidence de Blair.
    Mais attention : l’union européenne n’est absolument pas obligée de tenir compte de pétitions même signées par 1 million de citoyens de pays européens. Ce n’est prévu dans aucun Traité. Le TCE prévoyait simplement qu’on pouvait envoyer une pétition à la Commission qui en faisait ce qu’elle voulait et que le but de la pétition devait être d’améliorer le fonctionnement du TCE !!!!
    Mais on nous a servi cet argument "démocratique" en tronquant le texte.
    De toute manière le droit de pétitionner est inscrit dans les constitutions nationales; et quand bien même il n’y serait pas c’est un droit qu’on prend, comme celui de manifester.
    Quant à son effet, chère Agnès, on peut discuter.. mais cela ne fait pas de tort de se compter parfois en dehors des urnes, non ?

    Répondre
  84. Flash
    Flash dit :

    Tiens, une suggestion :

    – 1 Repérage de l’enfoiré local

    – 2 Collage sur son affiche de campagne du bulletin "souvenir de Versailles" partout où vous en rencontrerez. Utilisez le scotch double face pour éviter de vous trimbaler le pot de colle.

    – 3 Votez pour un /une autre si affinité

    Au lieu d’invalider votre vote, ce collage ciblé rappellera aux électeurs distraits ou à la mémoire courte que ce candidat leur a fait un bras d’honneur le 4 Février dernier.

    Quant a la rhétorique chiante sur le "libéralisme",basta !
    C’est en réalité le faux-nez du néolibéralisme actuel en attendant l’ultralibéralisme.

    Répondre
  85. Hubert  Lulu
    Hubert Lulu dit :

    @ Flash : EXCELLENT post ! Une alternative en ce qui concerne le 2 de "souvenir de Versailles" : envoi ou dépôt dès MAINTENANT aux sièges des sections ou fédérations dont sont issus les intéressés. Ceci afin de( tenter de ) leur ouvrir les yeux sur l’ampleur du MENAGE à effectuer en leur sein !

    Répondre
  86. Maurice-Alain Baillergeau
    Maurice-Alain Baillergeau dit :

    C’est le commentaire que tu laisses sur le blog de Mosco qui me conduit à te faire cette note, un peu comme une bouteille à la mer, car j’ai peu de chance d’être entendu.

    Par delà les défauts de ce dossier qui est devenu un champ de bataille interne à la gauche, une seule interrogation me semble encore possible aujourd’hui : quel est le sujet ?

    Sommes-nous tous en train de parler de la constitution d’un "Etat Uni d’Europe" – structure qui n’existe nulle part ailleurs ?

    Pensons-nous que l’Europe sera une France étendue aux autres pays ?

    Une zone de libre échange ?

    Une vraie nation nouvelle dont les pères fondateurs avaient du génie, leurs enfants peu de foi en l’oeuvre à accomplir et leurs petits-enfants parfois animés d’une réelle ambition démocratique tel Mosco ?

    Pour le reste , je décroche mon téléphone !

    Répondre
  87. bix229
    bix229 dit :

    A propos des limites de la non violence, Malcom X déclarait à peu près ceci :

    Quand le gouvernement américain enverra les noirs dans
    des camps de concentration, le pasteur Martin Luther King
    les accompagnera en chantant des cantiques.

    Répondre
  88. Filaplomb
    Filaplomb dit :

    Je ne sais pas.
    Le problème c’est que l’abstention n’apporte pas de solution et que c’est d’améliorer les choses qu’on doit se préoccuper.
    Je suis d’accord sur le foutage de gueule du moment, j’ai moi-même décidé de ne plus voter que blanc aux élections européennes (je vais pas à la pêche, je vais voter blanc !) mais c’est aussi une manière de leur laisser les mains libres…
    🙂

    Répondre
  89. henri
    henri dit :

    Un autre qui avait tout compris.

    " Pour des raisons de simplicité, dans la discussion qui suit, j’appelerai "travailleurs" tous ceux qui ne partagent pas la propriété des moyens de production – bien que cela ne corresponde pas tout à fait à l’usage ordinaire de ce terme. Le propriétaire des moyens de production a le pouvoir d’acheter la force de travail de l’ouvrier. A l’aide de ces moyens de production, le travailleur crée de nouveaux biens qui deviennent la propriété du capitaliste. La question essentiellle de ce processus est la relation entre ce que produit le travailleur et ce qu’il gagne, (…)Le capital privé tend à se concentrer en un petit nombre de mains, en partie à cause de la concurrence entre capitalistes, en partie parce que le progrès technologique et la division croissante du travail encouragent la formation d’unités de production toujours plus grandes aux dépens des plus petites. Il en résulte une oligrachie du capital privé, dont l’énorme pouvoir échappe à tout contrôle efficace, même par les instances politiques d’une société démocratique. C’est d’autant plus vrai que les membres du corps législatif sont issus de partis politiques en grande partie financés ou à tout le moins influencés par le capitalisme privé, ce qui, pratiquement, coupe l’électorat de ses représentants. La conséquence est que les élus du peuple ne tiennent pas suffisamment compte des intérêts des fractions les moins privilégiées de la population. Qui plus est, dans les conditions actuelles, les capitalistes contrôlent inévitablement, de façon directe ou indirecte, les principales sources d’information (presse, radio, éducation). Il est ainsi extrémement difficile, et dans la plupart des cas tout à fait impossible, pour un individu de se former un jugement objectif et de faire un usage éclairé de ses droits politiques."

     Albert Einstein (mai 1949) 
    Répondre
  90. cutive ton jardin
    cutive ton jardin dit :

    Hors sujet (quoique):

    Merci particulièrement Agnès pour le texte de ta sélection (je les lis assidûment) intitulé "L’honneur (perdu?) des journalistes".
    Et pour cette phrase pleine d’espoir: "C’est ce qui ne se voit pas qui prépare l’avenir"

    Répondre
  91. AD
    AD dit :

    Suite à mon post 93 (https://blog.monolecte.fr/2008/…)
    On parle beaucoup de libéralisme et peu de démocratie. On reste aussi scotché à ce vote Versaillais au lieu de se concentrer sur ce qu’il faut faire pour les municipales. Outre le bulletin de vote proposé (http://fsl33.apinc.org/bb/viewtopic…) à l’encontre des "traitres", on peut peser sur les candidats / les partis et exiger d’eux qu’ils s’engagent à mettre en place des instances de démocratie participative (pléonasme nécessaire car il s’agit simplement de restaurer la démocratie). Ainsi, dans le cadre de mon FSL de Gironde, je vais proposer qu’on mette la "Démocratie participative" à l’odj de la prochaine AG, afin d’exiger des candidats qu’ils s’engagent notamment à un budget participatif (voir : "FSL33, démocratie participative & municipales" à http://fsl33.apinc.org/bb/viewtopic… .
    J’ai également mis en ligne une "Pétition pour la Démocratie Participative" (http://fsl33.apinc.org/article.php?…) où je spécifie les mesures nécessaires : conseils de quartier avec budget, etc

    Répondre
  92. nonette
    nonette dit :

    Bonjour Monolecte
    Je suis ravie de voir votre bulletin de vote figurer dans pas mal de blog amis
    Comme toute bonne médecine je le recommande à tous mes proches
    Amicalement

    Répondre
  93. dirtydiel
    dirtydiel dit :

    Bonjour,

    Je découvre votre blog et je suis ravie. Votre prose est rafraîchissante, argumentée, illustrée, tout à fait à l’image de vos réflexions pertinentes que je partage avec plaisir.
    Bref, ça fait du bien.

    Répondre
  94. preacher_man
    preacher_man dit :

    On pouvait lire sur un vieil autocollant d’un groupuscule anar un slogan selon lequel
    "Si les élection changeaient la vie, elles seraient interdites depuis longtemps."

    Versailles 2008 en est le plus criant exemple.
    Ce billet correspond tout à fait à l’idée que je me fais de ce "mini traité" qui n’a rien de mini.

    Ce qui me dérange le plus, c’est que Notre Président, lors de sa campagne, avait dit qu’il le ferait… Mais à l’époque, on préférait cracher sur les assistés et les soi-disant nantis de la société que sont les fonctionnaires sur fond de marseillaise hypocrite. Il était pourtant question de balayer une décision du peuple à grands coups de pompes dans l’oignon !

    Oui, on s’est bien fait enfler, et tu l’écris bien mieux que je ne pourrais le faire.

    Aujourd’hui encore, je suis atterré par le nombre de personnes, avec qui j’ai eu l’occasion de m’entretenir, qui ne retenaient du gouvernement en place que le mariage du Schtroumpf Mégalo avec son sac d’os avide de pouvoir et de paillettes qui chante avec autant de puissance qu’un Etienne Daho un jour de laryngite.

    Alors, quand je regarde autour de moi et que j’assiste à un tel défilé de glandus au cerveau plus que disponible, je suis malgré tout heureux de trouver dans quelques recoins du net quelques esprits qui essaient de réveiller quelques lecteurs, et ravi d’observer que ses places sont de plus en plus nombreuses.

    Une partie du peuple commence à s’apercevoir qu’on nous prend franchement pour des cons, mais une trop grosse majorité reste encore trop enfermée dans une auto-contemplation exacerbée mêlée à un comportement de consommateur compulsif à force de se goinfrer d’émissions débiles et de désinformation.

    L’électeur a laissé place au consommateur.
    C’est un fait dorénavant prouvable et prouvé.

    Cela dit, malgré le fait que mon dernier vote avant boycott des urnes remonte au deuxième tour des présidentielles (mon boycott de la télé est, lui, bien plus ancien), je vais peut-être me remettre à voter avec ce superbe bulletin 😉

    Répondre
  95. Elie
    Elie dit :

    Un ami m’a envoyé sur ce blog. Riche ma foi et fort intéressant. Bonne découverte. Je suis OK sur la trahison historique de Versailles de la part du PS. Sans leur abstention, la révision pouvait échouer. Toutefois, 93 députés Ps ont voté NON à la révision. 91 se sont abstenus , donc ce sont des traitres sarkozyens. 17 ont voté OUI, ce sont des gens prets à entrer au GVT avec Kouvner and Co. Partout où se présentera un député ou sénateur PS du OUI et de l’abstention, je refuse de lui apporter mon suffrage. Là où ils ont voté NON ou pris position de fait pour le NON ( si pas au Congrès) , je voterai pour leurs listes car il faut aussi absolument que SARKO se ramasse un échec. Sinon, il attaquera plus fort encore et la réaction sera affaiblie toujours plus. Quant " aux armes", ils sont infiniment préparés à cela et en revent. Ne vous croyez pas en Bolivie où les Indiens sont morts de faim des siècles et des siècles avant Evo Morales. S’il faut attendre une telle barbarie, on sera mort et incinéré avant. La bolivie vu ses conditions sociales d’extreme pauvreté et de colonisation est incomparable à la France.

    Enfin, last but not least, la Finance mondiale , la poignée des Maitres du Monde, se moque totalement de la Démocratie. S’il le faut, ils feront tout pour revenir à un suffrage censitaire avec une répression forcenée comme ds les années 1830. Donc, Agnes Maillard et les autres tout heureux d’avoir trouvé " la parade" , vous ne faites qu’entrer dans le scenario de liquidation du suffrage universel. Il faut donc voter MAIS COMBATTRE EN MEME TEMPS sur le front social, alimentaire, écologique, sanitaire, etc… Le vote doit être défendu, non liquidé. Mais ce n’est q’une séquence dans une longue ligne de combats. Je reconnais qu’en pratique tout est fait pour nous dégouter et nous interdire de nous exprimer. Il faut ruser et déjouer du mieux possible l’ennemi politicien vendu aux milliardaires.

    Répondre
  96. preacher_man
    preacher_man dit :

    Elie, ce que tu dis est pertinent, mais le problème vient du choix.

    Au nom du "vote utile", tous les petits candidats sont complètement effacés, n’arrivent pas à décrocher leurs 500 signatures, comme on l’a vu pour la présidentielle.

    Combien d’électeurs qui voulaient voter Bové ou Besancenot ont fini par voter PS au nom du vote utile ?
    J’en connais des tonnes. Pas toi ?

    De l’autre côté de l’échiquier politique, tous les électeurs du FN ont été aspirés par l’UMP.

    En clair, de l’extrême droite à l’extrême gauche, tous les candidats qui remettent en cause le mondialisme ultra-libéral sont mis sur la banc de touche ; de toute évidence, nous n’avions, pour les présidentielles, que le choix entre UMP et PS, l’un a fait passer la constitution européenne, l’autre a fermé les yeux.
    C’est blanc bonnet et bonnet blanc. Comme au USA.

    Je sais pertinemment que la clé de la souveraineté du peuple est le vote en masse, mais la grande majorité du peuple est tellement formatée par le pouvoir médiatique que notre choix est restreint, et rend toute tentative citoyenne complètement inutile.

    Ce n’est hélas pas du pessimisme.
    Si on regarde le net, on peut avoir l’impression que les opinions changent et que les gens s’aperçoivent qu’on est sérieusement pris pour des imbéciles.
    Mais prendre la température "in real life" impose un constat bien plus affligeant.

    Le problème vient de l’ignorance du peuple, ignorance cultivée par le régime en place.
    Combien de gens connaissent les différences fondamentales entre la droite et la gauche ? Combien de gens connaissent le concept de libéralisme ? De mondialisation ?

    L’élection se fait à la tête du client, en fonction de comment les paroles de tel ou tel candidat iront dans le sens du poil de l’électeur, sans compter le discrédit orchestré par les média s’abattant sur les candidats trop dangereux pour le pouvoir en place qui influence de manière significative le jugement du français lambda.

    Je crains que notre démocratie ne soit foutue.
    Ouvrons les yeux.

    Répondre
  97. cutive ton jardin
    cutive ton jardin dit :

    Il règne par l’image et par l’émotion.

    L’identification rassurante au plus fort. L’identification jouissive au plus malheureux. Le moralisme haineux. L’identification béate au plus riche. Il fait appel à ce qu’il y a en nous de plus archaïque.

    Ca se passe pas dans la même zone du cerveau que la raison, le logique, le bon sens. C’est pour ça que ça peut cohabiter. Peut-être qu’on pourrait se limiter à créer des liens entre les zones, gentiment, sans bousculer les gens: "Tu dis ça, mais en même temps tu es un type généreux, tu ferais pas de mal à une mouche" ou bien: "Toi aussi, tu es venu de loin il y a longtemps, c’était pas facile". Ou encore: "C’est sympa de le voir sur son yacht, dommage que t’aies pas pu partir en vacances"

    Mon boucher a complètement retourné son discours, tout en gardant le même: "Nous on travaillait sans broncher, les jeunes d’aujourd’hui veulent plus rien foutre" puis "On était des esclaves, si on réfléchit bien. Aujourd’hui, les jeunes, ils veulent vivre".

    Répondre
  98. GZLaowai
    GZLaowai dit :

    Au boulot j’ai pas mal de collègues (et pas seulement des cadres) qui ont voté pour l’autre là…
    Quand lors de discussions je leur fait remarquer tout ce qui a merdé depuis l’élection (avec liens à l’appui histoire d’illustrer), en général la réaction est:

    "bah, c’est de la propagande de gauche tout ça… et pis t’façon, on sait que t’es contre Sarko alors…"

    Tout juste s’ils me concèdent, au sujet du nouveau couple présidentiel, que "ah ouais, c’est vrai qu’on les voit partout tous les deux… mais quand même, elle est plus mignonne que Bernadette la Carla, non?"

    Même pas la volonté de regarder, de s’informer, de comprendre… alors même qu’ils se plaignent aux aussi de l’augmentation des prix, de la franchise médicale (marrant ça, c’est leur élu qui le met en place, ils sont contre et ne font pas le rapprochement… sans doute une forme aiguë d’aveuglement…)
    Ce qui est curieux aussi, c’est que la plupart sont absolument attachés au service public, à la solidarité…

    Désespérant.

    Comprends plus rien moi…

    Répondre
  99. Saxo
    Saxo dit :

    Mouais… je sais pas, moi, plutôt que qualifier mes concitoyen(ne)s d’ignorants ou de "cerveaux lavés" , je pense plutôt que beaucoup ont peur et que beaucoup d’autres n’ont pas le courage.
    Peur de la politique et des conflits qu’elle peut engendrer, entre les individus et au sein des familles
    Pas le courage de se plonger dedans, passque mine de rien, c’est du boulot à fournir, pour en comprendre les tenants et les aboutissants.
    Pour répondre à GZLaowai, si tu défends un argument seul devant un groupe qui a voté Sarko dans sa majorité, ben, ouais tu t’exposes à un refus d’écoute et à un dénigrement de tes positions. Maintenant, en faisant preuve de psychologie, en prenant tes collègues (ou n’importe qui ), un à un en tête à tête et en abordant les sujets sur le fond, en mettant le doigt sur les contradictions, et surtout, en écoutant ce que ton interlocuteur a à dire, alors, oui, tu peux faire entendre ce que toi tu as à dire (et sortir de ton étiquetage)… et d’ailleurs évoluer sur tes propres convictions aussi.

    Répondre
  100. Yannick Patois
    Yannick Patois dit :

    134ième commentaire, au moins: peu de chances d’être lu, même par Agnès, mais bon…

    Agnès, je viens souvent sur ton blog, j’aime beaucoup te lire, cela m’aide à comprendre un peu mieux le monde dans lequel je vis, par les expériences que tu partages sur ta propre vie. Merci.

    Généralement je suis en accord avec toi, mais pas cette fois. Je vais essayer d’expliquer pourquoi.

    Je crois que ta déception viens du présupposé que tu exposes au début de ton texte, là, en effet, tu as bien tord, comme tu le dis toi-même ensuite "Mais dans tous les cas de figure, je considérais que le vote était l’expression irréfutable, bien qu’un peu manipulée aux entournures, de la volonté du peuple : VOX POPULI, VOX DEI!". C’est bien naïf.

    Tu croyais vivre en démocratie (littéralement "la souveraineté au peuple"), alors que nous en sommes loin! Cela est une évidence. La démocratie est d’ailleurs un modèle utopique, idéalement un objectif, en pratique un processus périlleux et fragile. À décharge, nous avons sans aucun doute un système "plus démocratique" que bien d’autres, ailleurs dans l’espace ou le temps. Mais il en est aussi de meilleurs. L’illusion consisterait à croire qu’après des millénaires de régimes dictatoriaux (royaumes, empires, etc.) nous aurions atteint les rivages enchantés du paradis démocratique (en 1789, par exemple) que nous n’aurions plus quittés depuis. Certes, cette fable semble très répandu dans nos fameuses "démocraties occidentales", mais elle n’est qu’un récit pour endormir les enfants. Il reste sans doute au moins autant à parcourir pour passer de nos régimes à une démocratie acceptable comme telle que nous en avons parcourus depuis les dictatures royales.

    Alors voilà: la "démocratie occidentale" est déboulonnée de son piédestal, elle à sans doute à peine le droit d’utiliser le terme, et c’est même pas sûr. Nous pataugeons actuellement dans des régimes verrouillés, au sein desquels la majorité des décisions échappe totalement aux peuples, élections ou pas. En a t’il jamais été autrement? Et n’y a t’il pas eu, au cours des siècles un léger mieux, même si lent, même si fragile et parfois brisé retours case départ? Jette un œil sur l’Europe 60-70 ans en arrière: des dictatures militaires presque partout, des champs de batailles ailleurs. Nos grands-parents en ont quand même fait du chemin! Bon, d’accord, ça a un peu dérapé depuis, mais pas à ce point; pas encore.

    Les luttes du passées n’ont pas été tout à fais vaines. Sans doute que là aussi il y a un effet de perspective et de "mise en récit" de l’Histoire; mais il me semble quand même que si l’on regarde l’évolution des sociétés humaines à l’échelle des siècles, il semble y avoir plus d’avancées que de reculs. Je peux même supposer que tu es de celles qui en leur siècle travaillent à pousser la machine dans le bon sens, sans illusion, mais sans désespoir non plus.

    Maintenant que tu as vu la relativité de cette "démocratie", tu peux te remettre à voter sans états d’âmes. De la même façon que tu vas manifester (tu es allé à Versailles, n’est ce pas?), de la même façon que tu signes une pétition (ça t’arrives, n’est ce pas?). Parce que c’est un des rares moyens qu’on te laisse, et que vu l’ampleur de la tâche, il ne faut en négliger aucun. Et même si ces moyens sont faibles, ils ne sont pas nuls. Amnesty a effectivement scié des barreaux avec des stylos, des manifs on renversés des gouvernements et amenés des changements sociaux notables. Il parait même que des élections ont parfois servit à quelque chose (jette un œil en Amérique du Sud, par exemple).

    Et surtout… Y’a un tas de gens qui seraient enchanté que tu ne votes plus, que nous ne votions plus. Le taux d’abstention et de non inscriptions est déjà très élevé. Ne vas pas croire que ça les inquiète outre mesure. Bien au contraire. L’abstention est encore plus massive dans les milieux populaires, ceux-là même qui auraient le plus d’intérêt à voter pour autre chose. Ceux-là même qui ne s’abstenant pas, ailleurs, on élut leur candidat en Bolivie ou au Vénézuela. Alors autant qu’ils ne votent pas. Et autant qu’Agnès les incitent à ne pas voter; c’est toujours ça de pris. Sinon, on ne sait jamais ce qui pourrait arriver.

    Alors non. Pour ma part, je continuerai à voter et à inciter les gens à participer à la vie politique, y compris par le vote, sans grandes illusions, mais sans désespoir non plus.

     Yannick 
    Répondre
  101. areuh
    areuh dit :

    OK, élections = pièges à cons.
    N’empêche que si Ségo était passée (ce n’est pas mon idole, je tiens à le préciser) nous n’aurions pas eu des titres dans Var Matin dans le genre : "Sans-papiers expulsés : Le Var a dépassé son quota : Les policiers varois ont reconduit à la frontière 282 étrangers en situations irrégulières en 2007, alors que le ministère avait fixé l’objectif à 240."
    Les keufs ont fait du zèle, 42 expulsés en plus… et ils réclament plus de moyens, ils feront mieux la prochaine fois…

    Répondre
  102. La Louve
    La Louve dit :

    Chère agnès,

    Il est vraiment bien ton texte (mais pourquoi plus rien depuis le 5? Quel dommage… J’attends la suite…avec impatience! Et je ne dois pas être la seule!)

    Il ne faut pas désespérer , au contraire! Nous devons nous battre. Les élections, c’est un moyen terme.

    Ce n’est ni complètement un piège à cons, ni complètement la panacée!

    Toute la question est de savoir ce qu’on en fait et quelle valeur leur attribuer dans une république que nous souhaitons au moins sociale (et en ce qui me concerne clairement socialiste jusqu’au jour où… peut-être… ;-))

    Et puis il ne faut pas s’arrêter de vivre après la séquence électorale! En fait, les élections ça ne devrait être qu’une traduction de ce que nous disons et pensons tous les jours.

    Moi, par exemple, comme toi, comme beaucoup d’autres, j’ai choisi de ne plus voter PS. Plus jamais. Je n’ai pas voté Royal au second tour. J’ai mis un bulletin blanc. Et je ne regrette toujours pas.

    Au moins ,els masques tombent. Il était temps. Sans cette terrible victoire de Sarkozy ,cela aurait pu continuer longtemps et qui sait si nous n’aurions pas vécu encore pire (vous me direz il reste 4 ans et demi à ce t affreux personnage). Mais n’est-ce pas l’heure de revenir sur le "vote utile"? N’est ce pas l’heure pour les Français de se remettre AUSSI en question? de remettre en question leur comportement par rapport au politique et plus particulièrement, quand on se dit de gauche?

    Le terrain à réinvestir d’urgence pour lutter efficacement et pied à pied au quotidien, c’est à mon avis le syndicalisme et l’associatif. Si on en a le courage et l’envie, on rentre dans les partis et on fait "exploser" les appareils, TOUS ENSEMBLE.

    Ce que je regrette en revanche, c’est que nous en soyons arrivés là , à nous demander avec ferveur si on choisit la peste ou le choléra!

    Je viens de finir un excellent bouquin de D. Eribon "Des effets d’une révolution conservatrice sur la gauche française". C’est une excellente analyse critique. Il y a bien des leçons à en tirer. Je te le recommande chaudement.

    L’auteur convoque Bourdieu, Foucault (et les critique aussi) et tire un portrait sans concession du PS et des ex-cadres de l’extrême gauche. Plein de bon sens…

    Enfin je dirais que j’aime beaucoup ton bulletin de vote et c’est bien cela que je mettrai dans l’urne le 9, vu que dans mon coin, je n’aurai pas le choix d’une liste vraiment à gauche.

    Au plaisir de te lire donc et à bientôt

    La Louve (qui espère ardemment plus de femmes engagées, en politique et ailleurs.)

    Répondre
  103. Fanette
    Fanette dit :

    J’imagine ta rage et l’on sent combien ça te démange de poster, mais avant ceci un petit cadeau, te rapelles tu du train russe de Cohen à la RBlogs de Toulouse ? Regarde ce que le Sarkozysme nous pond comme fanatiques, avec ça on est bien barrés, c’est démentiel, tu peux couper si tu le souhaites, tant c’est dingue, vois comment l’UMP a ratissé large avec les voix du FN :

    Gold 31 "Royal Mensonge"

    Madame,

    Malgré tout le respect et l’admiration sincère que je vous porte, je ne peux m’empêcher de vous dire combien vos propos, en réaction au geste à l’évidence « généreux », voulu par le Président Nicolas Sarkozy en faveur de notre devoir de « mémoire collective », m’ont choqué en tant que non juif, de confession Chrétienne.

    Vos propos me sont personnellement apparus également « inimaginables », venant d’une femme telle que vous, qui ayant autant souffert dans sa chair et dans son âme, nous refuserait en quelque sorte à nous, et ce, au prétexte que nous serions différents parce que non juifs, de condamner et de récuser ensemble ce crime contre l’humanité.

    Comme si ce crime ne concernait que la mémoire exclusive de la communauté juive, quand ce devoir de mémoire s’inscrit à l’échelle de l’espèce humaine toute entière.

    Mon sang à moi, s’est glacé aussi, madame, lorsque choqué à mon tour par vos propos, j’ai eu un flash, et revu l’espace d’un instant se profiler dans mes souvenirs d’enfant, alors âgé de 6 ans seulement, l’ombre de ce père qui me portant généreusement le petit déjeuner au lit me réveillait… au cri du salut nazi, qu’ accompagnait le geste.

    Il me conduisait ensuite à l’école, où je retrouvais mes camarades de jeux : Serge et Roger…Elbaz, pour ne citer qu’eux. ( Dont les parents étaient les « meilleurs amis » de mes parents ! Bien sûr ).

    Je n’avais que 6 ans madame, mais j’avais une parfaite conscience des horreurs que j’entendais de la bouche de ce père, à qui j’en voulais à ma façon, dans mon esprit d’enfant, qui comprenait que « c’était mal ».

    A 8 ans, pour mon anniversaire, me fut offert… « Mein Kampf », et quelques disques de chants militaires allemands.

    Alors je me dis, madame Simone Veil, que si mon père avait en CM2, où ce qui y correspondait à son époque, reçu cette instruction, ou bien eu cette prise de conscience souhaitée par Nicolas Sarkozy par le biais de ses professeurs, il m’eût été épargné des traumatismes bien réels ceux-là, croyez-le, durant cette période de mon enfance, que je vous ai décrite. Ces mêmes traumatismes qui aujourd’hui encore m’empêchent de faire le deuil de mon père, tant je lui en veux.

    Cette « adoption » proposée à un enfant de 10 ans vous paraissait être trop tôt ? Soit ! Mais dans ce cas madame, vous aviez la possibilité d’exprimer vos réserves différemment auprès du Président de la République qui vous aurait écoutée, vous le savez bien.

    Au lieu de cela, vous applaudissez le discours du Président dans un premier temps, allez jusqu’à l’embrasser en public, pour déclarer quelques heures après …votre soudaine désapprobation.

    Pardon madame d’user de ce raccourci, mais votre baiser me rappelle celui d’un personnage biblique que je n’aurai pas l’outrecuidance de nommer ici, par charité chrétienne cette fois.

    Face à la délation, face à la calomnie, face aux mensonges dont Nicolas Sarkozy est aujourd’hui la victime auprès des lyncheurs médiatiques et saboteurs de la République , ce que vous ne pouviez ignorer, je trouve vos propos exprimés à postériori : « insoutenables », et, surtout « injustes à son égard », comme au mien !

    Vous qui avez vous-même connu les effets sulfureux que génère la calomnie, lorsque vous étiez aux affaires, vous qui avez œuvré avec le courage que l’on sait pour faire bouger les lignes en ce qui concerne la légalisation de l’avortement, vous auriez pu, et dû agir, forte de cette expérience, différemment. C’est ce que j’attendais d’une femme de votre classe, et de votre stature. Cela ne m’empêchera pas néanmoins, de rester un de vos fervents admirateurs.

    Veuillez recevoir madame l’expression de ma très haute considération.

    Gold31
    Commentaires

    Tout comme vous Gold31, j’ai été choqué et troublé par les propos de Mme Veil. Ou bien ces derniers ont été déformés. Vivement qu’elle s’explique.

    Rédigé par: Clarus | le 16 février 2008 à 17:54

    Comme vous mon Cher Gold …la bise de …Mme vEIL à Notre Président le soir du dîner ne m’a pas échappée ..sa déclaration dans la presse le lendemain m’a interpellée , troublée !émue " car je suis de ce peuple …qui meurt sans sépulture …" a écrit Charles AZNAVOUR …mon pseudo est SarahH …C’est mon devoir de mémoire personnelle au souvenir de ma lecture du "Journal d’Anne FRANCK" dans mon adolescence …
    Comme vous GOLD …J’ai beaucoup d’affection , de respect pour Mme VEIL …1°.pour avoir vécu "l’ENFER" dans sa chair .2°.pour son action au gouvernement auquel elle a participé avec efficacité … voulant néanmoins rester objective ! .une question me vient …Gold ? Notre Président avait-il pris la précaution d’avertir Mme VEIL compte tenu de son passé douloureux .. de son intention concernant la SHOAH….ceci explique peut-être cela ?

    Réponse de gold31:
    Peut être que lorsque vous avez l’intention de faire un présent à quelqu’un, vous ne voulez pas forcément à l’avertir que vous allez lui faire un cadeau.

    Si l’on vous jette ensuite votre cadeau en pleine face…comment réagiriez vous !

    Décidémment, rien ne sera épargné à Nicolas Sarkozy, nous le savions en l’élisant à la présidence.

    Mais vous verrez que cet homme sera le plus aimé des présidents ! Ceux qui sur ce site me suivent depuis plus d’un an à présent, savent que je me trompe assez rarement.

    Pour ce qui concerne le sursaut national urgent et nécessaire pour le respect de nos institutions et pour celui du vote démocratique dans ce pays…je vais y aller, bien sûr. Je vous ai entendus !

    Rédigé par: SarahH | le 16 février 2008 à 19:05

    Gold,ai-je besoin de vous dire combien votre mise à nu est extrêmement émouvante ! Plus que jamais vous êtes mon ami et je veux espérer que je ne serai pas la seule à vous exprimer pareille émotion,CHAPEAU POUR TOUT ET MERCI POUR UN PAREIL ARTICLE
    Bon dimanche à vous

    AMITIES Sylvie

    Rédigé par: Sylvie | le 16 février 2008 à 19:41

    Message reçu ! mon Cher GOLD …Je me posais la question !! c’est tout …!! pour L’ego de Mme VEIL ..".eut – il été préférable " que Notre Président prenne cette précaution ..! et l’associe à l’initiative ce qui lui aurait évité cette regrettable polémique …
    Que voulez c’est une Femme ..! c’est pourquoi je la comprends un peu mieux …ah ! la sensiblité des Femmes Gold … !! punaise .!!..moi je viens de me le prendre "pleine poire" le kdo !! sans rancune GOLD …Fidèlement @SarahH

    Rédigé par: SarahH | le 16 février 2008 à 19:52

    Histoire vraie…
    Ma belle-mère est avec son petit-fils qui a 5 ou 6 ans. Deux pigeons volent sur le rebord de la fenêtre et commencent à roucouler… Le petit : il faudrait quand-même que le pigeon sache ce qu’il veut – il la bécote puis il lui monte dessus et la bat ! Alors la Grand-mère pense que ce sera l’occasion de faire un peu d’éducation sexuelle. « Tu sais, quand il lui monte dessus, il lui met une petite graine, etc. etc. » Et le petit de lui répondre : petite graine, petite graine, des spermatozoides tu veux dire ?
    Autres temps, autres mœurs – non pas seulement pour les adultes… Si les enfants sont assez « grands » pour des cours d’éducation sexuelle, ils peuvent aussi apprendre certains faits de l’histoire. Je connaissais avant d’avoir 10 ans l’extermination des chrétiens par les romains, avec les tortures en détail, les méfaits des huns, des « barbares » etc. puis, plus récent, l’inquisition, la conquête des Amériques avec les centaines de milliers de victimes, la marche des Boers, les Arméniens, etc. Cela ne m’a jamais empêché de dormir, je n’ai jamais dû consulter un psychiatre mais cela m’a inculqué depuis mon plus jeune âge la notion d’INJUSTICE – et toute ma vie je me suis battu contre.

    Rédigé par: Arbouse | le 16 février 2008 à 19:53

    Cette lettre est sublime Gold!
    Je suis bouleversée, ce que vous avez écrit est magnifique! Je n’ai malheureusement pas le pouvoir d’effacer le passé sinon je l’aurais fait pour que vous n’ayez pas à vivre ces choses horribles, j’aimerai bien vous consoler mais qu’est-ce que je peux dire? Je me sens impuissante!
    Il est primordial que le massacre des juifs ne sombre pas dans l’oubli puisque le mal (avis personnel) c’est l’ignorance…
    Je ne sais pas si c’est parce que mon arrière grand-mère a été déportée mais je soutiens totalement l’initiative de notre président, et j’espère que Simone Veil va changer d’avis!

    A Déborah :
    Merci à vous, cependant l’objet de ma lettre ouverte n’est pas de faire revenir madame Veil sur ce qui a été dit.
    Simplement de l’obliger à son tour, à un devoir de réflexion, malgré tout le respect que je dois à cette grande dame.

    Rédigé par: Déborah | le 16 février 2008 à 20:35

    Gold, je vous remercie de vos propos, qui m’ont extrêmement touché.

    Qu’il y a t-il de mal à créer un lien de fraternité entre toutes les personnes, de toutes confessions, croyantes ou non croyantes, à les rendre sensibles à certains maux, afin d’éviter que tout cela ne se reproduise, à instaurer le respect et la tolérance ?

    Je suis blessée quand je vois toutes les attaques qu’il subit constamment, car aucun n’a le courage de Nicolas Sarkozy.

    Oui, persistez et signez Monsieur le Président de la République.

    Rédigé par: Christelle C. | le 16 février 2008 à 23:27

    Gold j’ai les larmes aux yeux à la lecture de votre lettre.

    Je pense incompréhensible la réaction à postériori de Mme Veil.

    Me reviennent à l’esprit des arrestations que mon frère et moi avons vécues depuis une des fenêtres de l’appartement de mes parents. Devant notre incompréhension (ces enfants avaient notre âge)notre mère, seule à l’époque car mon père était prisonnier de guerre en Allemagne, nous a expliqué que les hommes étaient des loups et qu’ils se dévoraient entre eux. Nous avons très bien compris.

    Quand je pense à cette rue de mon enfance c’est toujours cette image qui revient la première à mes yeux malgré une enfance heureuse, choyés par notre mère et nos grands parents dans l’attente du retour de notre père.

    Je suis née en 1938, imaginez mon âge dans les années 1942-44, non Madame Veil, les enfants d’autres confessions, chrétienne par exemple, n’ont pas trouvé à cette époque, le fardeau trop lourd, ils ont trouvé l’humanité nécessaire pour faire en sorte que ni dans les faits ni au plus profond de leur coeur jamais pensées aussi malsaines ne se développent.

    Mes enfants et ensuite mes petits enfants, aujourd’hui, sont à même de comprendre ce qu’est la mémoire du respect et le respect de la mémoire.

    Le devoir de mémoire collective, évoqué par Monsieur Sarkozy, n’est pas quelque chose de malsain mais quelque chose qui les enrichira, cela fait partie de l’histoire de la France et de nos devoirs de mémoire personnels.

    Transmettons cette mémoire collective à tous les enfants, de notre vivant, leur prise de conscience servira, je n’en doute pas, à éviter d’autres crimes contre l’humanité.

    Je me permets de reprendre une phrase d’Arbouse : "Cela ne m’a jamais empêché de dormir, je n’ai jamais dû consulter un psychiatre mais cela m’a inculqué depuis mon plus jeune âge la notion d’INJUSTICE – et toute ma vie je me suis battue contre".

    Gold, Sarah, Arbouse…. je vous serre dans mes bras.

    Rédigé par: colinou | le 17 février 2008 à 00:04

    "Mais vous verrez que cet homme sera le plus aimé des présidents ! Ceux qui sur ce site me suivent depuis plus d’un an à présent, savent que je me trompe assez rarement". ( gold31 )

    de guy03700: pourvu que vous ayez raison cette fois encore Gold

    un seul mot Gold : Bravo pour cette réponse à Mme Veil

    Rédigé par: guy03700 | le 17 février 2008 à 07:35

    J’ai pour Nicolas la même attirance mais pour autant pas de fascination! Il sera un grand Président pour peu qu’il réussisse à stabliser le curseur.
    A la fois de la présence et mais aussi une distance raisonnable! Je ne dirais pas une "juste distance" trop Royale.
    J’ai eu la chance de le rencontrer en Mairie de Puteaux et au Ministère de l’Intérieur. Cet homme a un beau regard! Droit, direct. Une bonne âme. Il sera grand et les bobos, gaucho et droite-caviar ne le supportent pas!
    Réussira t’il par contre? Cette France est rouillée mais a encore de l’entrain! Son épisode intime est néfaste car les Français n’aiment pas le voyeurisme en Politique. Un Président proche, sympa, ouvert et humain, oui mais, un Président star, non!
    Il réussira s’il fait confiance au Peuple. Je pense à l’Europe mais surtout à la Turquie. Il doit empécher son entrée "inéluctable" dans l’Europe! Sinon c’en est fini des frontières et de l’idéal de l’Europe.
    L’Europe ne peut pas être celle des citoyens à qui l’on aurait greffé un caddie!
    Bonne continuation!
    Gérard

    Rédigé par: Gérard | le 17 février 2008 à 17:08

    Perplexité, désaroi, voila où je me trouve après lecture de votre courrier à Madame S. Veil.
    Tout d’abord, ce cri, la révélation de la souffrance d’un enfant de six ans, cette blessure qui au fil du temps ne peut se refermer, alors que l’on vous imagine fort, rempli de convictions, "droit dans vos bottes". Ce petit garçon devait être doté d’une grande sensibilité et d’une précocité remarquable pour ressentir aussi fort cette trahison… Mon père n’est pas aussi parfait que je le voudrais, première déchirure. Quel remède ? Je n’ai pas de clé …
    Et c’est en fonction de cette souffrance d’un enfant que je ne sais pas me positionner par rapport à l’initiative de N. Sarkozy. Il est indéniable que le génocide est à honnir. La barbarie de l’homme l’abaisse au rang d’une bête immonde, mais une mort en vaut une autre, pourquoi faire la distinction entre les génocides (le génocide à l’encontre des vendéens, on n’en parle jamais, je mets les exactions de la révolution française dans le même sac, puisque les gens étaient massacrés pour ce qu’ils étaient et non pour ce qu’ils avaient fait).
    Par contre, tout comme vous je suis terriblement déçue par le volte-face de Madame Veil. Il est vrai que là aussi les blessures provoquées par ces horreurs ne peuvent être refermées, ceci pouvant expliquer cela.
    Je reste dans ma perplexité.

    Rédigé par: emma | le 17 février 2008 à 18:38

    Mme veil ferait-elle elle aussi ds la "posture" ?
    mettons cela sur le compte de son gd age!
    Qd j’étais en CM2 en 1965 ,une expo a fait le tour de toutes les mairies de France ,on y découvrait les photos abominables prises ds les camps de la mort,un conférencier nous expliquait le pourquoi et le comment de ces visions de cauchemar et nous avions eu l’obligation de lire "les médecins de la mort"qui décrivait par le menu toutes les "expériences" faites sur les prisonniers par les "médecins" nazis! je ne sache pas que toute ma génération en fut traumatisée, de même que les mômes d’aujourd’hui qui passent leur vie sur internet ne se contentent pas du site des bisounours et peuvent connaitre la vie d’un enfant déporté sans se sentir "coupable" de quoi que ce soit!! qui n’a pas lu le journal d’Anne Franck en CM2? Non,cette réaction de Mme Veil sent mauvais!!

    Rédigé par: emcé | le 17 février 2008 à 18:44

    @Colinou,
    Merci d’avoir su lire à travers mes lignes ….!
    Cultivons la mémoire , refusons la haine
    Cultivons le respect et l’Amour.
    A mon tour , Colinou , permettez que je vous embrasse avec sincèrité ..

    Répondre
  104. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    "je ne sache pas que toute ma génération en fut traumatisée":

    En effet, soumettre les enfants à une pression émotionnelle trop forte pour qu’ils puissent s’en protéger, s’en distancier, l’analyser, ça a le plus souvent pour effet de les durcir, de les rendre cyniques. On les croit alors indifférents, et ils le sont devenus en effet.

    Mais peut-être est-ce un des objectifs, banaliser la mort violente et la barbarie, afin qu’ils considèrent ça comme une fatalité?

    Répondre
  105. Paco Batali
    Paco Batali dit :

    Il est évident pour Madame Veill Monsieur Klarsfeld et pour nous tous, que la chaise vide d’un petit Gevorg (http://www.educationsansfrontieres….) ou de bien d’autres un petit matin de février ou de juillet, n’a rien mais alors rien de traumatisant pour un enfant de 3,4,5,,6,7,8,9 ou même 10ans.

    Que cet enfant soit dans l’avion, ou à coté de la chaise vide d’ailleurs.

    PAYS DE MERDE
    Excusez-moi, ça m’a échappé.

    Répondre
  106. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    @ Paco Batali:

    Un groupe de psys, dont Miguel Benasayag, travaille sur la question de "Qu’est-ce que ça fait à nos enfants (et à nous, et à l’ensemble de notre société), d’entendre parler d’emprisonnement et d’expulsion d’enfants de leur âge, de séparation entre parents et enfants, voire d’assister à des arrestations musclées à la porte de leur école.

    "Sans minimiser les dommages évidents subis par les victimes directes de la chasse aux étrangers en situation irrégulière, il s’agit ici de reconnaître que la politique discriminatoire dont ils sont l’objet a des conséquences beaucoup plus larges qu’il n’y paraît, puisque c’est la société toute entière qui est traumatisée quand elle est amputée de certains de ses membres. Et ceci, quelle que soit la conscience que chacun puisse en avoir."

    Une des hypothèses, c’est que ceux qui s’en protègent par le refoulement ne sont pas moins perturbés que les autres, ils peuvent même l’être davantage.

    http://resfmiroir.org/

    Répondre
  107. mathe
    mathe dit :

    oui, je me suis traumatisée par toutes ces histoires d’expulsions des sans-papiers, savoir le destin de certains qui sont tués à leur retour au pays ou qui préferent se suicider; je suis traumatisée par l’absence de réactions de mon entourage ou même pire de leur acquièsement à cette politique violente, et qui sert à quoi?
    je ne comprends pas et je ne rêve pas de ce monde là

    Répondre
  108. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    @ mathe

    Une des protections efficaces contre le traumatisme, c’est l’action. Ce que tu peux faire, fais le. Même si c’est peu, voire très peu. Ecrire une phrase sur un blog, parler avec ton voisin, on va te dire que c’est une goutte d’eau. Mais l’océan est composé de gouttes d’eau.

    Cultive ton petit jardin si tu veux que la terre tout entière (re)devienne un jardin.

    Répondre
  109. Saxo
    Saxo dit :

    Que devient le sujet initial ?

    Enfin… réaction au "copié collé" de Fanette,
    c’est dans le blog que tu as déniché qu’il faut aller discuter. C’est là que le débat contradictoire peut avoir lieu. Des gens qui confondent émotion et réflexion. Qui s’émeuvent de la réaction de Simone Veil, mais pas des expulsions massives faites sous le régime de leur idole.
    C’est en mettant le doigt sur ces contradictions (courtoisement, sinon ça sert à rien) qu’on a quelques chances d’éveiller l’esprit critique des fans de Nicolas. En sachant reconnaitre ce qui se tient dans leur argumentation et qui est en conflit direct avec leurs idées.
    Passque franchement, le pouponnage d’un enfant de la Shoah par chaque classe de CM2, on a déjà proposé mieux. C’est pas par le traumatisme affectif dès le plus jeune age qu’on favorise un équilibre intellectuel chez les adultes, mais au contraire en apprenant à réfléchir sur les choses, à prendre du recul.
    L’holocauste a attendu une vingtaine d’années avant d’être enseignée (sans tabou) dans les écoles, le bilan, on le connait… c’est la diabolisation des partis d’extrème droite, l’absence de réflexion de la gauche se cantonnant à lutter contre le FN pendant toutes les années 90, et la porte grande ouverte à la pensée Néolibérale qui n’est plus critiquée que par les "extrêmes" (à ce qu’il parait).
    Vu sous cet angle, le parrainage des classes de CM2 prend tout son sens. Une sorte d’épouvantail pour que le seuil de l’intolérable soit clairement défini dès le plus jeune age et surtout qu’il s’y cantonne.

    Répondre
  110. Politikmentkorrekt
    Politikmentkorrekt dit :

    Je partage totalement l’avis d’Agnès Maillard…
    Ce n’est plus une simple désillusion comme en 2002. Lorsque j’entends des personnes comme Moscovici parler au nom des socialistes j’ai la gerbe (je n’ai pas d’autres mots). C’est d’ailleurs lui qui a provoqué mon dégout définitif (tant que le Parti ne se refonde pas pour donner du contenu au terme Socialiste…)
    C’est aujourd’hui un Parti de Séniles imcapables de voir ce qui ce passe autour de eux, ni même de revendiquer les fondements de sa création. C’est une maison de retraite pour gâteux !

    Mon prochain vote sera pour une liste de gauche (puisque "socialiste" n’a plus de sens) ou bien comme eux je m’abstiendrai.
    Les dégats sont considérables puisque de nombreuses personnes dans mon entourage ont pris la même décision après des années de revendications inconditionnelles. Aujourd’hui je n’est plus aucun argument valable pour faire voter les abstentionnistes.

    Répondre
  111. nantes en direct
    nantes en direct dit :

    merci pour ce beau bulletin .
    Il a le merite d’etre clair.
    Je suis egalement scandalisé et me demande ( comme beaucoup d’autres) ce qu’attendent Melenchon etc.. pour nous proposer un vrai parti socialiste democrate qui lui honnerait ses engagements dans le respect de la democratie .

    Répondre
  112. nantes en direct
    nantes en direct dit :

    cette liste a fait 890 voix ( dont la mienne) soit 0,90% des suffrages exprimés .
    De plus en plus de citoyens vont se rendre compte que l’union europeenne a des consequences directes dans leur quotidien, et que les acquis sociaux ( droit du travail , democratie, etc … ) sont remis en cause par les differents traites europeens.

     Les mentalités evoluent lentement mais surement. 
    Répondre
  113. chris
    chris dit :

    Quoi dame Agnes dans ce lieu boboique qu’est le Lieu Zunique …mon dieu ..hahaha !!!

    Moi aussi Nantais , la camarade Isabelle a eu mon bulletin de vote …..pour etre sympa quoi …

    Bon 890 bulletins ,c’est un debut …

    Répondre
  114. nantes en direct
    nantes en direct dit :

    je suis deja engagé pour le 21 mars , desolé . A une autre fois , je pense qu’on est de revue ….
    ( je poste le lien aux personnes interessées…)

    Répondre
  115. lombard
    lombard dit :

    dites, tous, et si vous sortiez l’esprit de votre ordinateur, pour agir, allez sur mon blog, http:/hlcontreletraite.blogspot.com prennez l’inscription de faux qui vous plaits le plus, puis reproduisez la, et soit en laissant mon nom et coordonnées soit en mettant les votres, allez les déposer à votre TGI en inscription de faux, comme moi, ensuite copie en ar à l’auteur du faux pour lui demander si il veut tout de même en faire usage. et copie dans la ville,
    penser c’est bien, mais ne rien faire alors penser ne sert à rien
    au boulot les petits, le monde nous attend
    hl

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *