Des transports peu communs

Les éditions Filaplomb remettent la nouvelle au goût du jour, vous savez, ces petits textes courts, concis, ces petits diamants de littérature que l'on pouvait débusquer dans les revues littéraires.

Fallait pas les inviter!

Pour une fois, je sors de mon trou perdu au milieu de nulle part pour faire assaut de mondanités.

Ceci n'est pas un rapport

Sacré poissard!
Je ne parle pas de Terry Gilliam, bien qu'il semble qu'il se traîne une scoumoune plus grande que les deux tours du WTC réunies, mais bien de Jacques Attali qui a planché sur un rapport sur la libération de la croissance pendant des semaines et qui se retrouve à le publier pile-poil au moment où le château de cartes de la spéculation mondiale commence à s'effondrer avec la précision mécanique d'une exhibition de dominos.

Tout va bien!

Juste pour traduire mon état d'esprit en ce début d'année, sans me noyer dans les mots...

Pour 35 euros, t'as plus rien!

Éventuellement un shampooing-coupe-brushing au salon du bled. Ou un bon repas pour deux au Tajmahal à Marmande. Peut-être un froc, en solde, dont la fermeture éclair te lâchera avant la fin de la saison. Ou un DVD pas trop miteux d'un blockbuster…

Le blues des bleds

Alors que la course à l'échalote des municipales est sur le point d'être lancée à couilles rabattues, petit tour dans un des ces microbleds qui font le charme des paysages de France.

Les maîtres du monde

Décembre 2006 : assemblée générale au bled du gros semencier de la région. Avec ma tête de brave fille et mon air pas dangereux pour un rond, c'est la deuxième année que je décroche un strapontin à la réunion de la crème du dessus du panier des paysans de notre beau pays.

L'année commence bien

Je ne suis pas d'un optimisme débridé quant à nos chances de voir 2008 devenir l'an 1 de l'après barbarie, mais il y a des petites nouvelles qui font plaisir au milieu de toutes les autres qui font sortir la bassine de dessous le bureau!