Sur toutes les questions économiques et sociales, on ne cesse de nous faire miroiter l’idée que l’herbe est toujours plus verte ailleurs.
Mais cela dépend pour qui.
J’ai donc choisi de publier le long témoignage de Diety, un chômeur d’origine allemande, sur la manière particulièrement édifiante dont les différents gouvernements de son pays ont décidé de lutter contre le chômeur chômage… Comme le dit le proverbe chinois :

Quand on tape sur le dos de ton voisin, prépare le tien!

Bons baisers de Germanie

Le plan Hartz x[1] est un ensemble de mesures, résultat de concertations de la commission prestations modernes de service au marché du travail, validé et mis en œuvre par le gouvernement et les administrations compétentes.

  • Alg1 (abréviation de Arbeitslosengeld 1) est l’allocation que reçoit un salarié qui a perdu son emploi « durable ». Le montant se calcule en fonction du salaire brut et de sa durée. Il correspond à peu près à l’ARE en France.
  • Alg2 est l’allocation qui remplace l’Alg1 quand il est arrivé à son terme. Il est similaire à l’ASS en France. Un demandeur d’emploi peut être obligé de recourir directement au Alg2, s’il n’a pas travaillé suffisamment longtemps avant la perte de son emploi.
  • La Sozialhilfe est le RMI, une allocation qui est sensée protéger le citoyen de la pauvreté. Dans le passé, il n’y avait pas de lien direct entre le travail et la Sozialhilfe, mais elle devenait opérante uniquement si une personne n’avait pas ou peu de ressources.
  • Le marché premier de travail (Erster Arbeitsmarkt) est l’ensemble des emplois correctement payés avec des cotisations sociales, non subventionnés par l’état.

Les idées

Pour minimiser les dépenses dans la gestion de la Sozialhilfe et de l’Alg2, Monsieur Hartz et sa commission ont eu l’idée de fusionner les deux administrations en une, ce qui revient à inclure l’aspect de travail dans la Sozialhilfe. Publiquement il explique cette mesure par une meilleure efficacité et réactivité. Ce qu’il ne dit pas et qui est le sens de cette réforme : faire travailler à tout prix les allocataires de la Sozialhilfe. Depuis la réforme, on ne distingue plus entre Alg2 ou Sozialhilfe, mais entre des personnes aptes et inaptes à travailler. Pour les personnes aptes au travail il n’y a plus de Sozialhilfe, mais l’Alg2, donc l’obligation de s’inscrire à l’ANPE avec tout ce que cela implique. Officiellement apte au travail est une personne qui peut travailler au moins trois heures par jours.
Depuis 2005, ce critère a été modifié. Seulement des malades chroniques, des préretraités, des enfants et des personnes temporairement inaptes seront considérées dans le dispositif de la Sozialhilfe. Tous les autres se retrouvent dans le Alg2.

Dans un sens, cette modification de critère a été courageuse dans la mesure où elle augmente les statistiques du nombre de chômeurs, et ces personnes, auparavant invisibles dans un contexte de travail, deviennent visibles. Mais l’impact sur la vie réelle est que même des personnes gravement dépendantes de drogues, des malades mentaux et des invalides avec un taux de handicap au dessus de 80% se retrouvent devant un conseiller de l’ANPE qui exprime envers eux des exigences qui sont totalement irréalisables. Cette exigence génère soit une grande souffrance chez ces personnes incapables de répondre positivement aux projets demandés, soit les expulse du dispositif (radiation) ou diminue significativement la hauteur de l’allocation. C’est donc une baisse de qualité de vie énorme, du côté financier comme du côté humain.

Sachant que l’Alg1 coûte cher au Arbeitsamt (ANPE), la réforme a réduit considérablement les droits dans la durée. Avant la réforme, une personne qui avait travaillé pendant 5 ans ou plus pouvait prétendre à l’Alg1 jusqu’à trois ans. Maintenant c’est terminé. Vous pouvez avoir travaillé et contribué à l’assurance chômage pendant 20 ou 30 ans, à la perte de votre emploi, vous aurez l’Alg1 pendant 1 an maximum, après c’est la dèche.

Une autre « astuce » du plan Hartz 4 est un système de motivation à la réussite pour les agences de l’emploi grâce à une sorte de punition. Si les agences de l’emploi (ou les Job Center tels qu’ils sont rebaptisés maintenant, comme en Angleterre : ça sonne plus professionnel) ne réussissent pas à insérer le DE dans le marché premier du travail dans les 12 mois qui suivent, ils doivent s’acquitter d’une somme de 10.000 euros auprès des länder. L’allocataire Alg1 coûte donc doublement cher s’il reste au chômage au-delà des douze mois. Cette épée de Damoclès fait l’effet d’un coup de bâton dans une fourmilière. On s’excite entre des entretiens, des formations à la va vite et des carottes en forme de récompenses : pour chaque lettre de motivation le DE recevra 5 euro (dans un nombre limité quand même pour éviter que le DE pose sa candidature uniquement dans le but de recevoir les 5 euro.)

La grande réforme vise à raccourcir le temps nécessaire pour retrouver un travail. Le salarié est obligé d’informer l’ANPE de son licenciement même s’il effectue encore un long préavis. De même, s’il n’y a que menace de perdre son travail, il doit en informer son agence sous peine de revoir à la baisse ses allocations si la menace se concrétise.

Il y a de nouveaux critères d’acceptabilité d’un travail au niveau géographique, matériel, fonctionnel, social. La situation de famille sera prise en compte. On demandera une mobilité géographique quasi-totale à un célibataire sans enfant, ce qui ne sera pas le cas pour un DE qui a une responsabilité devant des membres de sa famille.

Pour encourager l’embauche de DE plus âgés, il y a deux voies possibles : Une baisse des charges sociales des entreprises qui recrutent un senior, accompagné avec un complément de salaire par l’état si le senior prend un travail dans le secteur des bas salaires. La deuxième voie est une sorte de préretraite, où le senior ne sera plus suivi par l’ANPE et recevra une allocation (de misère) d’un autre organisme, et il garde la sécurité sociale.[2]

Les encouragements des "SARL solo" ou des "SARL famille" n’ont pas fait leur preuve. Beaucoup de DE s’y sont essayés, désespérés ou dégoûtés du suivi musclé et arbitraire de l’ANPE, pour déposer le bilan un an plus tard et se retrouver au même point de départ avec un échec en plus.

Vous avez échoué dans votre but de retrouver un vrai emploi dans les douze mois : votre vie va changer. Votre conseiller vous en veut, car il n’a pas pu empêcher la perte de 10.000 euros à « sa boîte », son directeur l’en tient personnellement responsable et lui fait la gueule, ce qui ne vous sera pas favorable par la suite.

La vie d’un « Hartzien » (Alg2)

Vous êtes apte à travailler et vous avez besoin d’aide de l’État pour vivre :

  • Lors de votre demande de Alg2, vous devez vous mettre à nu. On vous posera plein de questions sur votre vie personnelle, votre famille, vos relations et vos ressources. On vous demande des extraits de vos comptes, parfois 6 mois rétroactifs[3]
  • Vous devez accepter n’importe quel travail que vous êtes capable d’effectuer physiquement, psychiquement ou moralement (et c’est d’abord le conseiller qui en décide)
  • Vous devez accepter toutes les mesures d’insertions proposées par votre conseiller[4]
  • Si vous ne suivez pas les ordres d’insertion de votre conseiller[5], votre allocation sera baissée de 30%. (Il y a des possibilités quasiment illimitées de vous pousser hors du système)
  • Vous vivrez avec 345 euros par mois si vous habitez à l’ouest, et avec 331 euros à l’est.
  • Votre loyer et les charges seront payés si votre appartement est "conforme" aux exigences de l’ANPE (beaucoup ont très froid en hiver)
  • Vous devez répondre présent dans les 24 heures qui suivent une convocation par courrier. (Encore un bon moyen de radier, car si la lettre arrive un jour plus tard, vous ne pouvez pas venir à la convocation et serez radié)
  • Vous vendez votre voiture si elle a une valeur supérieure à 5 000 euros pour en acheter une moins chère, et vous vivrez de la différence = (voiture + de 5 000 euros) moins (voiture moins de 5 000 euros). Pendant que vous vivez de votre "plus-value" sur votre voiture, vous ne recevrez rien
  • Vous habitez dans un appartement trop grand aux yeux de l’ANPE (environ 45m² pour une personne seule), alors on vous demandera de trouver un appartement plus petit dans une période de six mois[6]
  • Vous avez économisé pour votre retraite, comme le gouvernement vous le demande depuis des années : On vous laisse vos économies à hauteur de 200 euros par année de vie. [7]

Il y a des juristes qui travaillent sur le sujet pour trouver des astuces pour "sauver" votre retraite.

  • Vous avez un petit boulot pour mettre un peu de beurre dans les épinards. Vous avez le droit de garder 20 % !! de votre fruit de travail, les 80 % restants seront déduits de votre allocation Alg2. Si vous travaillez plus que 15 heures par semaine, vous ne recevrez plus l’Alg2 (peu importe combien vous gagnez), car vous ne serez plus considéré comme un DE
  • Votre conseiller vous demande d’effectuer un travail à 1 euro. C’est un travail à intérêt général[8], payé à 1 euro par heure que vous avez généreusement le droit de garder en plus de votre Alg2. Pendant ce travail, vous n’avez pas le droit de grève, vous n’avez pas de contrat de travail, vous n’avez pas de vacances et vous n’avez pas le droit de décliner cette "offre" d’activité sous peine de voir vos 345 euro soumis à une baisse de 10 à 30%
  • Pour vous il n’y a plus de secret bancaire. L’ANPE peut se renseigner (et se renseignera) sur les mouvements de tous vos comptes même sans que vous en soyez informé. Si l’ANPE découvre un versement que vous n’avez pas déclaré, on vous punit par une baisse d’allocation et vous accuse de fraudeur[9]
  • Vous aurez parfois de la visite de "fouineurs sociaux" qui exigent de voir votre chambre à coucher et compter les brosses à dents dans la salle de bain pour savoir si vous vivez vraiment seul. Une brosse à dents de trop, et vous êtes soupçonné de vivre en couple et aurez des problèmes
  • Vous ne vivez pas seul(e) pour partager un appartement comme le font toujours nombre d’Allemands : l’exigence de preuve que votre colocataire (trice) n’est pas votre amant(e) est renversé. C’est vous qui devez démontrer à l’ANPE qu’il s’agit d’une simple colocation. Et comment le prouver? En laissant entrer les "fouineur sociaux" qui chercheront des traces de "vie de couple". Votre appartement n’est plus votre espace privé et inviolable, comme c’est garantie par la loi. Ce droit fondamental est réservé aux gens qui travaillent
  • Vous avez des biens de valeurs, alors vous devez les vendre et en vivre avant de toucher quelque chose.[10]
  • Votre oncle décède et vous héritez d’une somme de 20.000 euros. Votre allocation sera alors interrompue jusqu’à la fin de la consommation de cet héritage.
  • Recevant l’Alg2, vous cotisez à votre retraite. Vous aurez une retraite de 2,64 euros par année de chômage en Alg2.

Bon, pour l’instant j’arrête la liste, mais sachez qu’elle est plus longue. Il y a encore des informations du même style concernant des héritages et des obligations alimentaires envers la famille. Je les réserve peut-être pour un autre épisode.

Puis il y a un document sur les méthodes d’une agence ANPE à Bochum, révélé sans complexe et publiquement dans une interview par un expert du marché du travail avec le directeur de l’agence, qui raconte tranquillement comment il radie, par exemple, des personnes qui élèvent seules leurs enfants :
le vendredi, il leur envoie une convocation pour le lundi matin, pour participer à une action qui durera toute la jounée, sachant qu’il y a de fortes chances pour que la personne ne puisse pas trouver de garde d’enfants dans ce délai serré et ne puisse donc pas se présenter à la convocation. Pour lui c’est une "preuve" que la personne n’est pas immédiatement disponible sur le marché de l’emploi, comme cela est exigé, donc elle n’a pas de raison de figurer dans les statistiques et de revevoir l’Alg2. Oui, C’est une sorte de brimade, mais ce directeur d’agence n’a pas d’états d’âme et ne voit aucun problème d’ordre moral dans cette "méthode" : il fait seulement son travail.

Ce qui se discute en ce moment (Hartz 5) est une baisse de l’Alg2, associé avec la possibilité de ne plus garder que 20 % de l’argent que vous gagnez. Donc c’est une obligation de travailler à tout prix pour au moins pouvoir revenir au niveau des 345 euros que vous aviez auparavant. Les critiques posent la question de savoir ce que feront les personnes pour qui il n’y aura pas de travail même dans le secteur des bas salaires. Ils n’ont pas obtenu de réponse des responsables politiques. Devront-ils vivre avec 300 ou 250 euro par mois ?

Donc comme on peut le voir, ces mesures visent à minimiser à tout prix les dépenses et à créer un marché de stages-1euro-bas salaires au profit du capital.

Pour faire passer la pilule très amère, le gouvernement doit recourir à la vieille caricature du "chômeur fainéant" et du "parasite social". La solidarité entre les gens qui ont encore un travail, et les demandeurs d’emplois est quasi inexistante. Dans un jeu politico-médiatique, les gouvernants dressent les salariés contre les chômeurs, les salariés étant eux-mêmes angoissés à l’idée de perdre leur travail et agacés de voir leur salaire à la baisse, tout en ayant l’impression qu’ils soutiennent financièrement les chômeurs. Vous ajoutez à cela les émissions de télévision hebdomadaires (RTL) où l’on présente quelques cas sociaux qui se vantent devant quelques centaines de milliers de spectateurs de ne pas avoir envie de travailler car avec les allocs plus un peu de black ils vivraient bien mieux que les "imbéciles" qui bossent 45h par semaine, et le tour est joué.[11]

Une enquête socio-médical a mise en évidence une augmentation significative de consommations de psychotropes suite à des souffrances psychiques chez des personnes sans emploi et des personnes qui sont menacé de perdre leur emploi.

Un témoignage de Diety, chômeur d’origine allemande et membre d’Actu>chômage

Notes

[1] Le « x » étant un entier naturel qui vaut 4 aujourd’hui et augmente avec le temps

[2] Donc dans les deux cas il y a disparition du DE dans les statistique

[3] ce qui est illégal, mais si vous n’obtempérez pas, le conseiller peut bloquer votre dossier, et avant que vous obteniez raison juridiquement, vous avez le temps de crever de faim. Légal serait un extrait actuel de votre compte

[4] ce sera des stages non rémunérés, des ateliers d’écriture de CV, on vous prépare consciencieusement au marché des bas salaires, l’Allemagne étant un des 4 pays européens des 25 qui n’a pas de SMIC

[5] 30 LM par mois imposées, mais sans vous donner un soutien financier pour ce faire, comme les allocataires de l’Alg1 le reçoivent – maintenant que vous avez une allocation de misère, vous devez payer de votre poche, vos LM, CV, photos, enveloppes et timbres – recherche d’une nounou, stage non rémunéré etc.

[6] on a vu des aberrations de déménagement (payé par l’ANPE) dans un appartement plus petit, donc conforme aux exigences par rapport à la surface habitable, mais plus cher que l’appartement plus grand

[7] Exemple : Vous avez 43 ans et vous avez demandé l’Alg2. De votre capitale retraite vous pouvez garder 43 * 200 = 8 600 euros pour la retraite. Tout capital au dessus de cette somme doit être consommé avant de pouvoir prétendre à quoi que ce soit comme aide financière. Donc si vous aviez eu un bon boulot et économisé 50.000 euros pour votre retraite, vous devez dépenser 41.400 euros avant de pouvoir toucher l’Alg2.

[8] soi-disant! alors que cela fabrique de nouveaux chômeurs car c’est en remplacement d’un travail qui auparavant était effectué dans le cadre de vrais emplois (jardinage, aide soignant etc)

[9] il n’y a pas mal de problèmes si vous avez une activité sur ebay. Vous vendez l’armoire de cuisine de votre mère-grand et lui donnez l’argent de la vente. Pour l’ANPE c’est un revenu non déclaré, donc baisse d’allocation. Vous vendez un truc dont vous n’avez plus besoin pour avoir un petit plus, mais en vain, le fruit de la vente sera déduit de votre allocation.

[10] Il y a néanmoins quelques indulgences, si ce sera une vente avec une grosse perte

[11] Personne n’a jamais eu l’idée de demander si ces cas sociaux provocateurs reçoivent une "indemnisation" de la part de RTL. Ils mériteraient un bon salaire tant ils sont une aide précieuse dans la diffusion de la caricature du chômeur profiteur et fainéant. Et c’est avec ce type d’émission que l’on fait le plus d’audience.