Articles

Parrainage

C'est en scannant de vieilles photos de famille ce WE pour les soustraire aux outrages du temps que je suis tombée sur lui. Je crois que c'est la seule photo où il apparait, le jour de mon baptême, alors qu'il tient ma version bébé dans ses bras. Je me suis juste demandé s'il savait au moment de cette photo ce qu'il allait me faire, près de 12 ans plus tard.

La guerre du poil aura bien lieu

J'avais parlé de cette épineuse question lors du comité de rédaction de Fakir, mais je crois bien que personne ne voyait trop où je voulais en venir. Puis, le poil dans la main qui me tient lieu de canne aidant, j'avais remisé le sujet sur une étagère poussiéreuse de mon cerveau tordu en me disant qu'il y avait forcément plus sérieux comme préoccupation pour couper les cheveux en quatre.
Jusqu'à ce midi.

Psychanalyse des vitres

J'avais pris rendez-vous avec une commerciale qui bossait pour une imprimerie. En temps normal, j'aurais refusé poliment, mais elle avait été convaincante, aimable et sans lourdeur, et du coup, je lui avais concédé une heure à la terrasse d'un des troquets du bled.

La sorcière des mers

Un jour, la petite sirène eut envie d'avoir deux belles jambes de femme pour aller danser. Elle alla voir la sorcière des mers qui lui dit qu'elle pouvait l'aider, mais que pour cela, il allait lui falloir renoncer à chanter.

Le Monolecte prend le stylo au vol

Parce qu'il n'y a pas que la politique, la crise, les nazes, les mauvaises nouvelles, un monde qui marche à l'envers et le plus grand braquage de tous les temps qui n'en finit pas de tous nous ruiner, je me suis laissé entraîner par de drôles de fréquentations bloguesques dans une petite aventure d'écriture collective.
Pour se changer les idées, le début de mon cadavreski, rien que pour vous. Et si ça vous a plu, vous pouvez vous goinfrer tout le bouquin.

Digressions capillaires

Pendant que le petit peuple est soumis à une tonte en règle, une insurrection capillaire me précipite dans les pattes du merlan.

Ce que veulent les femmes

Qu’il existe une journée de la femme est désespérant en soit, mais au moins, le 8 mars est l’occasion de faire le triste bilan de ce qui ne change décidément pas : la difficile place de la femme dans le monde.

L'éternel combat

Où l'on se rend compte qu'un vieux film qui a presque mon âge et qui raconte la Grande Dépression finit forcément par devenir une œuvre d'anticipation.

My secretary is rich

On peut toujours envisager de laisser le champ libre aux économistes libéraux élevés en batterie. Ou alors, on relève le gant du défi, on monte sa propre théorie des salaires et on leur rafle pour une fois le pactole du Nobel sous le nez.
Surtout qu'on en a forcément plus besoin qu'eux!

Présomption d'indécence

Il est toujours aussi difficile de trouver un bon titre qui parvient à raconter toute une histoire en trois mots maximum. J'avais aussi pensé à Sex and the TV ou La parité n'est pas pour demain.
Tout ça pour en venir à la fausse affaire Marie Drücker qui, pour le coup, soulève une vraie question.

La fleur au fusil

Parce qu'il n'y a presque plus de poilus encore en vie, cette année encore, on risque de nous rejouer le couplet sur l'utilité d'une commémoration qui n'a plus de témoins.

Les putains

Journée de la femme... Et pourquoi pas une semaine, une année, une éternité des femmes, de toutes les femmes, et pas juste des archétypes pour morale bien-pensante?

Desperates hours

Il existe des films dont même la distribution éclatante ne peut faire oublier l'austérité du sujet et que, du coup, nous allons voir à reculons.
Dommage pour nous!

Chroniques de la violence ordinaire

La plupart du temps, je l'ai un peu mauvaise de payer la redevance TV, moi qui ne capte aucune chaîne en hertzien et qui doit donc payer un abonnement au satellite pour avoir la télé. Un peu comme une double peine : tu ne captes rien, donc tu paies 2 fois!
Mais il arrive des fois où France 2 est à la hauteur de sa mission de service public et nous offre, comme un vrai cadeau, des programmes de qualité.

Le goût du travail

A l'occasion de la mobilisation du samedi 5 février 2005, je publie un des mes anciens textes, d'il y a deux ans, mais qui reste malheureusement toujours d'actualité.
En fin de billet, vous trouverez les liens vers le récit de mon samedi de manifestation, le texte précédent illustrant une partie des raisons qui m'ont poussée à y aller.

Régimes totalitaires - Enjeux du corps social

Les beaux jours vont revenir, les jupes raccourcir et les régimes de l'été vont fleurir dans la presse féminine… comme chaque printemps. La grande révolution de l'émancipation des femmes est encore à faire…

La Passion du Christ

Lors de sa sortie en salle, le film de Mel Gibson avait déclenché une vive polémique. Sa sortie en DVD offre l'occasion de voir ce film en toute quiétude et de s'en faire une opinion personnelle.