Du pain, des jeux et des glaviots

Cet été 2016 aura été celui de tous les records : records de chaleur, certes, mais aussi records de peur, de fureur et de laideur.

Alors même que nous venions de nous faire enfiler dans les grandes largeurs par la loi « Travaille! » (et surtout, « ferme-la! ») et qu’il n’était pas possible de manifester notre légitime mécontentement pour des raisons de sécurité, d’effectifs, de calendrier ou de prurit anal, voilà que subitement la force publique trouvait tout ce qu’il fallait comme places, flics, moyens, voies de circulation pour réunir les foules transies dans l’adoration des Dieux du sport, à savoir une poignée de millionnaires capricieux en short qui courent après une balle.

Pas d’argent pour les manifs politiques, mais plein pour les dégradations sportives!

Débarque un meurtrier de masse notoirement violent et déséquilibré dont la qualification de terroriste permettra fort commodément de prolonger l’état d’urgence pour toute la campagne présidentielle en voie de gestation avancée. Puis les Dieux du Stade, à savoir des types payés peau de balle qui se sont entrainés comme des tarés pendant des années pour une médaille en chocolat pendant que d’autres types assez peu au fait des saines valeurs du sport et de l’émulation se sont fait des milliards de dollars de profit sur leur dos et celui des habitants d’un pays qui n’avait pas besoin d’une calamité de plus. Le seul truc vaguement réjouissant, c’était de voir, pour changer, des tas de blancs bien nourris et bien équipés nager dans un océan de merde au sens littéral.

Déjà, un tableau bien pathétique des vacances d’été à côté duquel les épisodes caniculaires font l’effet de rafraichissantes plaisanteries.

Et voilà que pour ajouter une bonne rasade de kérosène sur les barbecs estivaux qui n’en demandaient pas tant, on nous sort le coup du burkini.

Mon point Godwin dans ta gueule

godwin

Le point Godwin est parfois d’une absolue nécessité.

Quand le tsunami de bouses a commencé, la seule attitude rationnelle possible était de refuser de marcher dans la combine. La stratégie de la muléta était tellement évidente, tellement téléphonée, le tout dans un contexte d’hystérisation collective attisée par ce qu’il convient d’appeler sans détour du bon gros racisme d’état avec les tiges des bottes qui claquent sur les pavés qui tapissent nos plages mentales.

Franchement, l’essentiel a déjà été dit et écrit sur cette volonté de stigmatiser une partie de la population de notre pays lors de la non moins lamentable polémique de la burka.

Mais voilà, l’ostracisation délibérée des femmes « visiblement » d’une religion particulière sous des prétextes fallacieux a pondu de gros œufs dans la masse des cerveaux disponibles et a surtout permis de tellement distordre le principe fondamental de la laïcité dans notre inconscient républicain jusqu’à l’inverser dans son application, que cette nouvelle attaque essentiellement antidémocratique est passée comme une lettre à la poste.

Le principe réel et concret de la laïcité tel qu’il a été clairement énoncé en 1905, c’est que l’État ne se mêle plus de religion et fout une paix royale à chacun de ses citoyens quant à ses croyances et ses pratiques, de telle sorte que nul n’a plus besoin de se cacher pour vivre à sa façon le culte (ou le total manque de foi) de son choix. Et que donc seul l’État et ses agents dans l’exercice de leurs fonctions doivent observer une totale neutralité quant aux questions religieuses.

Or la loi le 1905 a donné la liberté aux religions. Hors atteinte manifeste, et qui doit être prouvée, à l’ordre public démocratique, elle ne les réprime pas. Cela suffisait à invalider l’arrêté. Le Conseil d’État a jugé que les maires ne peuvent restreindre les libertés qu’en cas de « risques avérés » pour l’ordre public. A Villeneuve-Loubet, porter des vêtements religieux à la plage est de nouveau autorisé. Dans les 30 autres communes ayant pris des arrêtés similaires, les arrêtés municipaux sont toujours en vigueur jusqu’à ce qu’ils soient contestés en justice.

Le Conseil d’État sur le burkini : pas de privation de liberté sans risque avéré, L’Opinion, 26 aout 2016

Et voilà qu’au nom de la foutue laïcité en peau de lapin, resaucée façon 2004, tranquillement, mais surement, on s’acharne à  éjecter une partie de nos concitoyens — et plus spécifiquement (mais il n’y a là aucun hasard) de nos concitoyennes — de l’usage normal de l’espace et des services publics.
Avec comme un air de déjà vu

À partir de mai 1940, c’en était fini du bon temps, d’abord la guerre, la capitulation, l’entrée des Allemands, et nos misères, à nous les juifs, ont commencé. Les lois antijuives se sont succédé sans interruption et notre liberté de mouvement fut de plus en plus restreinte. Les juifs doivent porter l’étoile jaune ; les juifs doivent rendre leurs vélos, les juifs n’ont pas le droit de prendre le tram ; les juifs n’ont pas le droit de circuler en autobus, ni même dans une voiture particulière ; les juifs ne peuvent faire leurs courses que de trois heures à cinq heures, les juifs ne peuvent aller que chez un coiffeur juif ; les juifs n’ont pas le droit de sortir dans la rue de huit heures du soir à six heures du matin ; les juifs n’ont pas le droit de fréquenter les théâtres, les cinémas et autres lieux de divertissement ; les juifs n’ont pas le droit d’aller à la piscine, ou de jouer au tennis, au hockey ou à d’autres sports ; les juifs n’ont pas le droit de faire de l’aviron ; les juifs ne peuvent pratiquer aucune sorte de sport en public. Les juifs n’ont plus le droit de se tenir dans un jardin chez eux ou chez des amis après huit heures du soir ; les juifs n’ont pas le droit d’entrer chez des chrétiens ; les juifs doivent fréquenter des écoles juives, et ainsi de suite, voilà comment nous vivotions et il nous était interdit de faire ceci ou cela. Jacques me disait toujours : « Je n’ose plus rien faire, j’ai peur que ce soit interdit. »

Extrait du Journal d’Anne Franck du samedi 20 juin 1942, cité par la Revue des Ressources

Devoir de désolidarisation

Hier soir, j’ai vu le film  Winter sleep où des personnages s’interrogent sur la manière dont il faut réagir au mal (certes, une valeur morale, mais quelque part aussi, une valeur absolue).
Du coup, j’ai fini par me dire que ne pas réagir face au mal — et surtout au mal exercé sur autrui et dont on est témoin — cela revient à être complice.
À chaque attentat, notre lamentable société civile française somme les musulmans de se « désolidariser » des coupables… Là, pour le coup, je crois qu’il devient important pour les Français qui croient encore aux fondements de la République de se désolidariser haut et fort de leurs institutions et concitoyens qui se fascisent vitesse grand V.

Comment ne pas comprendre que l’interdit du burkini dans l’espace public (demain du hijab ?) est une attaque délibérée à caractère raciste/islamophobe et sexiste ? Les arrêtés municipaux ne sont d’ailleurs qu’une infime partie du problème. Éric Fassin observe à juste titre qu’il existe en France une politique de l’État qui discrimine certaines catégories de citoyens qui sont “ethnicisées” par des pratiques administratives (profile ethno-racial des “Noirs” et des “Arabes”), et à travers des déclarations publiques du personnel politique de droite, mais aussi de gauche13. Aujourd’hui, avec les interdits municipaux anti-burkinis, nous sommes passés au stade de la discrimination directe et explicite d’une population.

La gauche de l’entre-soi et le burkini, par Philippe Marlière, Contretemps du 26 aout 2016

Il y a une telle hystérie en France, une telle radicalisation malsaine de la pensée, une telle appétence pour l’invective, la haine, la stigmatisation, qu’il devient difficile de juste penser.

Dans un premier temps, tu te dis : Non, je ne vais pas marcher dans la combine, je ne vais pas ajouter de l’eau au moulin emballé qui brasse la merdasse, je ne vais pas me faire avoir par la stratégie de la muléta, me faire embarquer dans une polémique stérile pendant qu’il y a bien des choses plus graves à s’occuper et à débattre, les choses dont on veut nous détourner comme le chômage, l’explosion des inégalités et de la précarité, la dérégulation, la casse des droits sociaux, etc. Mais finalement, leur stratégie marche et elle se fait aux dépens de toute une partie de notre communauté nationale, elle se fait en nous montant encore plus les uns contre les autres et elle fait des dégâts. Dans nos esprits. Dans notre tissu social. Et dans la vie réelle des boucs émissaires du moment.

Merci à Fabb, jeune dessinateur bourré de talent, pour son aimable autorisation

Merci à Fabb, jeune dessinateur bourré de talent pour son aimable autorisation

Si je n’en parle pas, du coup, je me retrouve à les passer en pertes et profits, à les traiter comme quantités négligeables et je conforte les haineux dans leur idée que la faiblesse de l’opposition à leurs idées moisies est un aveu implicite qu’ils ont raison, qu’ils disent tout haut ce que tout le monde pense tout bas.
Pile je perds, face, je l’ai dans l’os.
Attiser les bas instincts, c’est toujours le gambit gagnant, mais si je ferme ma gueule, au final, je valide.
Quelle merde!

Principe de liberté

On ne fait pas le bien de quelqu’un contre sa volonté. On ne libère personne en le traquant et en le forçant à se conformer à la majorité. Prétendre ce genre de chose est soit d’une bêtise profonde, soit d’un cynisme assumé.
On n’a jamais libéré aucune femme en lui prescrivant sa façon de s’habiller, de se tenir, de se comporter, en lui assignant des espaces réservés et en restreignant son accès à l’espace public. Ceux qui le font dans d’autres pays sont généralement qualifiés de barbares par ici… Comme quoi, la barbarie comme la démocratie sont des notions à géométrie variable.

On devrait directement interdire les femmes, ça serait plus simple!

Cherchez l’erreur… ou plutôt la cible!

La seule manière d’aborder le problème est de savoir si nous sommes toujours des pays libres et démocratiques ou si notre mode de vie est tellement génial au quotidien que l’on doive entrer en croisade pour l’imposer aux autres… de la même manière que nous reprochons régulièrement aux autres de vouloir le faire avec nous.

La liberté de chacun commence là où on arrête de le faire chier et s’arrête là où il commence à faire chier les autres. Manifestement, dans ce pays, en ce moment, il y a des citoyens qui sont nettement plus libres que d’autres.

 

C’est ça la liberté, le féminisme, l’anarchisme et tout le bordel : nous lâcher les basques!
Et rien d’autre.

Et le fait qu’on puisse imaginer que la manière de se vêtir d’une personne puisse porter atteinte à la liberté ou la sécurité d’une autre montre à quel point nous avons perdu de vue ce qui est constitutif d’une démocratie.

La conclusion, le mieux est de la laisser aux principales intéressées qui ont un message pour les démocrates coloniaux-nostalgiques : Ne nous libérez pas, on s’en charge!

202 réponses
    • Zlotzky
      Zlotzky dit :

      Pas mieux sur Libé où une poignée de trolls abonnés aux forums déversent en continu leur venin haineux et leur parano d’adeptes du choc des civilisations. Un grand pas vers une prophétie auto-réalisatrice, soit dit en passant.
      Mais il ne faut pas se leurrer, selon les études d’opinion 64% des Français se disent favorables aux mesures anti-burkini prises par les maires concernés. Même avec les réserves d’usage sur la méthodologie de ce genre de sondage, cela semble confirmé par les commentaires dominants, sur les forums ou ailleurs. Ce pays devient de plus en plus étouffant.

      Répondre
      • lik
        lik dit :

        Tout à fait et pas qu’au niveau du burkini, mais dans les médias type Marianne, chez les « pédagogolgistes » à la Chevènement, dans les entreprises ou administrations françaises dirigées par des crétins incompétents et autoritaristes handicapés cognitifs.

        La France se gargarise de son républicanisme planplan avec un nombre grandissant de Dupont Lajoie, film que j’invite tout le monde à voir ou à revoir, il n’a pas pris une ride.

        Pour ceux que le timide burkini importune, je les invite à aller sur les routes de campagne et villes allemandes de l’ouest, et surtout de l’est, les beaux jours ensoleillés venus.

        Ils découvriront le charme des meutes de hells angels teutons en harley davidson habillés de cuirs, sur les biceps à l’air décorés de tatouages crochet du loup-Wolfsangel proche de la croix gammée, et coiffés d’un casque moto couleur militaire kaki homologué route dont la forme est assez proche de ceux de la Wehrmacht, le tout complété avec un masque moto bouche-nez du meilleur effet, avec la sono d’un gros cube pas éloignée de celle d’un Panzerkampfwagen. Ils ont un sens du spectacle sons et lumières au moins aussi aiguisé que celui de Rammstein en concert. Nos burkinettes anémiées faute de vitamine D-soleil font pâle figure à côté de ces buveurs de bières taillés comme des armoires à glace.

        Je ne vous conseille pas de trop les asticoter, ils sont experts en cassages de gueules turques ou autres si affinités.

        Pourtant personne n’envisage d’interdire leurs tatouages ou casques assez chelous, rapport nazisme.

        A choisir entre l’extrême-droite ou droite fachisante et les islamo fachistes n’ayant eux toujours aucun député à l’AN, je ne choisis pas, mais j’évalue où est le plus gros risque, et il n’est pas forcément là où la majorité le pense.

        Répondre
  1. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Vécu la même chose que ton aparté final. Il y avait deux centres naturistes. L’un « libre », l’autre « extrêmiste ». Je n’ai jamais compris le point de vue de l’extrêmiste.

    Répondre
  2. smolski
    smolski dit :

    Adepte en mon temps de la nudité dans les communautés libertaires que j’ai fréquentée occasionnellement, l’analogie entre le droit d’être nu et celui de porter un habit, tel que le burkini sur les plages que le Monolecte souligne, me touche beaucoup, surtout quand il est bien rappelé que le choix d’être vêtu ou dévêtu dans ces communautés n’excluait personne de celles-ci.

    Le problème du birkini est qu’il recèle le contraire d’un droit.
    Il incorpore la stigmatisation du corps féminin amputé de sa nature devant celui d’un corps masculin laissé libre et entier, ce qui donne une perspective différente de celle du naturisme mis en exemple.
    De plus, dans quelle mesure cette stigmatisation du corps féminin est gérée par la personne se voilant ou par celle d’un abus d’autorité parentale et autres qui s’exerceraient contre sa volonté propre ?

    Reste encore que légiférer à ce propos relève de l’abus d’un pouvoir en place, comme toutes les lois le font, et je condamne avec le Monolecte l’intransigeance que ce fait légaliste « revêt » voilée sous la laïcité d’une « démocratie d’état » totalitaire par essence des citoyens qui la subissent.

    Nota :
    Il est rappelé aux infos de ce matin les propos tenus par Lionel Jospin à l’assemblée nationale ou il défendait la tôlérance et le débat direct plutôt qu’une loi à propos du port du voile à l’école :

    […] les enfants ne doivent pas venir à l’école dans ces conditions. S’il y a blocage, s’il y a refus, je dis alors que l’école doit accepter et accueillir ces enfants.

    Je cite cela parce que la bronca médiatique s’empare de ce discours en le dénaturant totalement. En l’occurence, Jospin n’entérinait pas une loi mais préconisait « une attitude pour », ce qui en fond est à l’inverse des propos sécuritaires & liberticides qui se dressent actuellement !

    Nota (bis) : Le point goldwin a été créé pour effacer les collusions historiques et très documentées fourbies par les nazis à propos de l’entente autocratique des démocrates avec les fascistes pour en dévaloriser, voire supprimer les traces en singeant l’historiette de « Pierre et le loup » pour y parvenir.

    No pasaran ! épicétou 😛

    Répondre
    • Agnès Maillard
      Agnès Maillard dit :

      Nous, on met ce qu’on veut dans le burkini et les nanas qui l’utilisent aussi.
      C’est condescendant de notre part que de leur expliquer que c’est le symbole de ceci ou cela et que nous sommes trop bons de vouloir les en délivrer.

      Burkini ou voile, une nana qui se voit restreindre sa liberté de circulation sous prétexte de libération (mais putain la logique!), elle risque encore moins de s’émanciper, de rencontrer d’autres gens et points de vue, de se faire son opinion.

      Parce que concrètement, qu’est-ce qu’on leur dit, à ces femmes que nous considérons comme aliénées ou dominées?
      Rien! Si ce n’est : garde ta domination pour toi et reste chez toi!

      Whouhahouh…

      Et qu’est-ce qu’on sait de leurs motivations?
      Nada, parce qu’on n’en a rigoureusement rien à foutre de ce qu’elles pensent, vivent, ressentent ou revendiquent.
      On ne veut juste ni les voir ni les entendre.

      D’où le lien vers la superbe émission de France Culture à la toute fin, pour les écouter, pour une fois!

      Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      Agnès :

      C’est condescendant de notre part que de leur expliquer que c’est le symbole de ceci ou cela et que nous sommes trop bons de vouloir les en délivrer.

      Est-il normal d’omettre comparativement le statut du corps masculin pour cette question ?
      De ce point de vue, il ne faut pas oublier l’excision car le lien n’est pas fortuit et participe du même fruit en l’occurence.

      concrètement, qu’est-ce qu’on leur dit, à ces femmes que nous considérons comme aliénées ou dominées?

      On ne justifie aucun choix qui ne viennent d’elles, rien de moins, rien de plus.
      C’est, il me semble, ce qu’a voulu exprimer Lionel Jospin ce jour-là à l’assemblée, maintenant, je suis pas dans sa tête, hein ?

      elle risque encore moins de s’émanciper, de rencontrer d’autres gens et points de vue, de se faire son opinion

      Je ne crois pas que le régime de surveillance imposée par la coutume, dehors et dedans, facilite davantage l’émancipation…

      Répondre
      • lik
        lik dit :

        L’interdiction de l’excision concerne les mineures, rien empêche une femme majeure de s’exciser si c’est son bon vouloir.

        On parle peu de la circoncision des garçons mineurs pour des raisons religieuses, alors qu’il y aurait tout lieu de l’interdire dans la mesure où il s’agit d’une atteinte à l’intégrité physique, qui plus est, très intime.

        Répondre
        • tungstene
          tungstene dit :

          il y a tout de même une énorme différence entre l’excision et la circoncision, la première visant à priver de plaisir sexuel les femmes, de les faire trou dédié au plaisir des hommes et à la reproduction. C’est une monstruosité!!!!

          Répondre
          • marc
            marc dit :

            Alors, certains te diront que la circoncision nuit au plaisir sexuel des hommes – la non protection du gland finissant pas l’insensibiliser.
            Et ca reste encore une imposition au corps (et généralement de mineur, voir de bébé) par la religion (si on écarte l’argument hygénique)
            Il va sans dire que c’est certes sans aucune commune mesure avec l’excision, qui est effectivement bien pire.
            Je suis sidéré, je croyais que c’était un truc rare l’excision, mais je découvre qu’en Egypte « malgré les campagnes de sensibilisation, le pourcentage des jeunes filles de 15 à 17 ans excisées n’est passé que de 77 à 74 % entre 2005 et 2008. ‘ (( http://observers.france24.com/fr/20120518-polemique-excision-egypte-religion-tradition-mutilation-genital-frere-musulman )

      • smolski
        smolski dit :

        lik

        L’interdiction de l’excision concerne les mineures

        Cette excision des mineures est pratiquée au pays lors des vacances et ne concerne pas celle des adultes consentantes (sous quel contexte tout de même !) pratiquées chirurgicalement dans des établissements hospitaliers bien que, je le concède handicapant l’integrité du corps féminin dans sa forme et sa pensée. Ce dernier point étant le propre de toutes les religions.

        Quand bien même, cette excision et le voile sont de même souche, enfants, jeunes ou femmes, et il est normal de nous solidariser afin qu’elle ne soit plus pratiquée sur personne, nul part au monde.

        Oui, la circonsision est aussi une atteinte à l’intégrité des personnes, mais là, je ne vois pas le rapport au voile qui est le sujet de ce post mais le rapport de la religion à tous…

        Répondre
    • lik
      lik dit :

      La stigmatisation c’est quand une personne impose une contrainte à une autre en raison d’une volonté discriminatoire. Les burkinettes ne peuvent donc pas s’auto-stigmatiser dans la mesure où elles portent le burkini selon leur âme et conscience. Ce prohibitionnistes du burkini qui sont les stigmatiseurs, SVP ne pas inverser les rôles…

      Par ailleurs, personne n’interdit l’auto-flagellation lors de processions catholiques ou la tenue en cuir des sado-masos lors d’une gay pride, ni de se prendre des gnons dans la bouille lors d’un championnat de boxe.

      Quand bien même on estimerait les burkinettes sado-maso, ca n’en fait pas un motif pour leur interdire la plage. Après tout, chacun est libre de trouver le plaisir qui lui va du moment qu’il ne porte pas préjudice à autrui.

      Répondre
  3. Guillaume
    Guillaume dit :

    Pour les centres naturistes, ca fait toujours débat actuellement
    Moi qui ne le suit que par alliance, je trouve quand même que si on veut être habillé de pied en cap dans un centre naturiste par soleil et 30 degré.. pourquoi aller dans un centre naturiste ? (j’en même vu un avec des chaussettes.., sans doute un fétichiste des pieds :))

    Et je partage le malaise des naturistes « idéologiques » quand je balaye du regarde une « rue » ou une « place » de centre naturiste et que j’ ai l’impression qu’il y a majorité de gens vétus normalement. Que font ces gens la ? Ils ont tout le reste du territoire pour être habillé, ils peuvent
    pas l’effort de respecter la coutume locale ?
    (bien sur on ecarte les raisons de santé, lunaires, et visiteurs non pratiquants de beaux parents etc.. )
    Pour ma part, quand je vais quelque part, je respecte les désir des habitants. Et quand je me suis retrouvé parfois habillé en centre naturiste, bah je me suis mal a l’aise, pas à ma place, envahissant.

    Répondre
    • Agnès Maillard
      Agnès Maillard dit :

      Franchement, où est le problème si dans un groupe, une famille, une bande de potes, tout le monde n’a pas envie d’être à poil? En quoi le choix d’une autre personne de porter des chaussettes dans ses claquettes ou un jogging pour faire ses courses limite tes propres choix?

      Y a des jours, j’avais envie de profiter du vent sur ma peau et d’autres non. Je ne vois pas pourquoi il aurait fallu que je sois inconfortable une partie de mon temps, alors qu’il suffit faire comme on le sent.
      Et je préférais être à poil sur la plage et en voiles dans le reste du centre… ha ben oui, ça s’appelait des paréos, mais en gros, c’étaient des voiles qu’on se drapait comme on le voulait…

      Répondre
      • Guillaume
        Guillaume dit :

        Parce ce que ca sort du postulat du lieu, qui est « tous a poil », et qui est clairement affiché ? Je sais pas, je vais chez des végétariens, j’amène pas mon saucisson, par exemple. Je rentre dans une mosquée (et hop, retour ), j’enlève mes chaussures.
        Bref, quand je vais dans un lieu ou un usage minoritaire peut enfin s’exprimer librement, je le respecte, plutôt que de garder mes habitudes de « majoritaire »
        Et quand sur une bande de pote (20-30 ans), il y en a qu’un sur 6 qu’est a poil, (et incluant donc un gars en chaussette – le plus choquant pour moi étant « des chaussettes par 30 degré ! ») qu’est ce qu’ils font la…
        Je pense que le paréo est toléré, ou un t-shirt, le malaise est avec des gens qui s’habillent comme « en ville » (ou torses nus, mais culotte – semblerait que ca soit le pire ca).
        Alors peut etre sur mon anecdote, c’était que des gens qui venaient juste pour la journée voir leur beaux parents (et du coup, au début, on reste vêtu – vécu), et que toutes les femmes avaient leurs lunes (et des serviettes plutôt que des tampons)

        Répondre
        • Agnès Maillard
          Agnès Maillard dit :

          Le naturisme est, à l’origine, libertaire. Le contre où j’allais était profondément dans la pensée naturiste : chacun vient comme il est, comme il veut. Et pendant des décennies, ça a très bien marché.
          Jusqu’à ce qu’on change les règles et qu’on pose un interdit et une obligation, là où il n’y avait que de la liberté.

          Sur une plage publique, tu viens comme tu veux, sauf à poil. Si tu viens juste pour lire ou te promener, où est le problème?
          Il m’est régulièrement arrivé d’être habillée « ville », de passer pas loin d’une plage et d’y faire un tour.
          Faudrait me forcer à me balader en sous-vêtements, maintenant?

          Répondre
          • Guillaume
            Guillaume dit :

            Alors, effectivement, mon anecdote(et la lecture de gens qui se plaignent de la présence de trop de textile – mais je pense pas que ca soit restreint a ce lieu la), c’est a Montalivet.. C’est incidemment « le plus ancien centre de vacances naturiste familial du monde « .
            Mais bon, pour en avoir fait deux ce jour la, ca m’a semblé plus nu a EuroNat qu’au CHM (enfin, c’est peut etre aussi que je me suis retrouvé habillé (ville) a EuroNat (on pensait être déjà parti, et on s’est arrêté acheter a manger..) du coup je me suis senti mal a l’aise et irrespectueux envers les gens )

            Sinon, je m’excuse, mais tu es de mauvaise foi. La plage publique, aucune communauté n’est bâtie autour de la façon de se vêtir sur ce lieu (entre autre, bien sur, mais ca me parait difficile de minoriser la nudité dans le naturisme…).

  4. Guillaume
    Guillaume dit :

    Sur les b?rk*, je suis embêté. Je suis pour la liberté individuelle, et interdire me parait pas une bonne solution.
    En même temps, ca me fait chier de me retrouver a défendre une symbole évident, déclaré, et promu en tant que tel d’oppression patriarcale du plus bas niveau.
    Je ne peux pas un jour m’offusquer que 30% des gens pensent que « si elle s’etait habillé correctement, elle se serait pas faite violer », et le lendemain défendre un vêtement qui est exactement dans la même ligne de pensée.

    Répondre
    • Agnès Maillard
      Agnès Maillard dit :

      Je ne défends pas le symbole, d’autant plus que plus ou moins chacun y voit le symbole qui l’arrange dans cette affaire.
      Je défends le droit fondamental qu’on arrête de légiférer et d’interférer avec la liberté de circulation, de comportement et d’habillage des femmes.

      En terme purement vestimentaires, je suis pour un arrêt total de toute contrainte législative sur l’habillage des corps.
      Autrement dit, je pense que dans une société avancée, les gens devraient pouvoir aller où bon leur semble comme ils sont.
      Je suis donc pour la possibilité de nudité absolue, pour l’étui pénien, le torse-poil pour tou⋅te⋅s, les plumes dans le cul, les pieds nus ou les moon boots en pleine canicule, la nappe ou l’entonnoir sur la tête, les cheveux arc-en-ciel, les imperméables transparents, les jupes pour mecs, le bermuda en entreprise, les taons plats pour les mannequins… etc.

      Faites comme vous le sentez!
      Et s’il y a des trucs qui ne me plaisent pas, je suis toujours libre de regarder ailleurs!

      Répondre
      • Relaps
        Relaps dit :

        Le problème est un peu différent. Le voile islamique n’est pas une coquetterie ni une antenne pour mieux capter les lumières d’Allah, mais une pure question de décence (il est enjoint aux hommes comme aux femmes de cacher leur « sexe », le terme exact étant visiblement sujet à interprétation). Pendant des décennies les musulmanes d’ici et d’ailleurs (par exemple en Égypte) ont estimé (et pour ce qui est de la France estiment toujours dans leur écrasante majorité, il faut le rappeler) qu’il était tout à fait décent de ne pas être voilées, et quand elles se sont finalement revoilées elles n’ont pas repris le voile séculaire de leurs mères mais adopté une mode importée du Moyen-Orient (péninsule arabique ou Iran, pour faire vite). Il donc faut être aveugle pour ne pas voir dans ce phénomène une ostentation liée à une revendication identitaire « hors-sol » et objectivement politique. Si toutes les femmes baptisées se mettaient soudainement à adopter la longue robe sur les chevilles, le carré serre-tête et le col haut clôturé croix, je ne crois pas que ni vous ni moi ne parlerions d’un salutaire exercice de la liberté. Ce serait au contraire un mouvement de fermeture en tout point flippant, et d’autant plus s’il était volontaire.

        Cela posé, toutes ces interdictions vestimentaires, que ce soit les lois anti-voile ou ces arrêtés, sont non seulement inefficaces (on n’a jamais rendu les gens plus intelligents en leur interdisant d’être bêtes), mais aussi contre-productives (une petite minorité de musulmanes désormais martyres devient médiatiquement le maître étalon de l’Islam en France) et… lâches (point godwin pour point godwin, ça m’évoque plutôt la Libération et ses résistants de la onzième heures qui faisaient les braves en tondant des femmes — « c’était sûrement plus facile de s’en prendre à une gamine de 17 ans qu’à un soldat allemand avec son Mauser chargé » pour reprendre les termes d’un vrai résistant dont j’ai oublié le nom).

        Répondre
        • Djoub
          Djoub dit :

          « Il donc faut être aveugle pour ne pas voir dans ce phénomène une ostentation liée à une revendication identitaire « hors-sol » et objectivement politique. »
          Vraiment? Vous avez déjà parlé à une femme, qui porte le voile ou le burkini, des raisons qui le lui font porter? Elle vous a dit que son but était de revendiquer politiquement une identité « hors-sol »? Honnêtement, je ne pense pas. Vous ne faites que relayer des fantasmes Et d’une manière particulièrement condescendante et sexiste parce que vous vous permettez de parler en leur nom et de les faire disparaître du débat. Figurez vous que l’une de mes tantes portait le voile (oui oui, l’iranien ostentatoirement politique et hors-sol comme vous dites) seulement les jours où elle se considérait mal coiffée. Et toutes ces femmes doivent avoir mille raisons différentes de porter le voile ou le burkini. A vrai dire, vous ne savez foutre rien du pourquoi elles le portent et il semblerait que cela ne vous intéresse pas.

          Répondre
          • Relaps
            Relaps dit :

            Ouais, tiens je vais n’acheter une croix de fer, ça ira bien avec mes habits noirs blancs rouges et si quelqu’un ose seulement m’interroger là-dessus, je dirais que ça me regarde, je trouve ça coquet, vous n’allez pas régenter ma vie de pauvre caucasien, sale condescendant. Et si en plus j’ai la boule à zéro… c’est parce que je suis toujours mal peigné le matin, voilà. Fermez-la !

          • Agnès Maillard
            Agnès Maillard dit :

            Oui, c’est pour cela que j’ai laissé le lien vers l’excellente émission de France Culture à la fin, où des féministes racisées et/ou voilées s’expriment directement. Quand je lis des responsables politiques expliquer que le burkini est du prosélytisme politique, je suis furieuse de voir que l’on peux se livrer aussi facilement au procès d’intention.
            Après, pour ceux qui voient dans des nanas à la plage des sous-marins de régimes politiques assez repoussants dans les faits, je constate surtout qu’ils trouvent bien plus facile de s’en prendre à des nanas toutes seules sur la plage qu’à des gouvernements douteux qui financent notre industrie de l’armement ou des clubs de sport…

          • smolski
            smolski dit :

            En même temps, il est certain que nombre de femmes sont également excisées avec l’obligation du port du voile en prime. On en ne peut dénouer les deux.

            De là, les femmes libres qui se font excisées et qui choisissent de porter le voile, il y en a, mais n’est-il pas opportun de parler et de défendre prioritairement celles qui les subissent ?

            Après le printemps arabe, dans nombre de pays le voile est venue après la reprise en main des pays par les armées en place, et, pour la plupart, ce n’est pas par solidarité avec le pouvoir spartiate que cela est du.
            Ce fut pareil en iran à la fin de la dictature du shah, les femmes se sont retrouvées plus contraintes encore que sous son règne autocratique.
            Il y a un dessin animé qui en parle directement : « Persépolis ».

            Dès lors, choisir d’intervenir contre la religion qui inhibe un peuple à travers la ségrégation religieuse et autre du genre, je pense que c’est un mal auquel il faut continuer à s’attacher et le dénoncer, non pour nous ni pour les croyants mais prioritairement pour tous ceux qui les subissent.

        • lik
          lik dit :

          « je ne crois pas que ni vous ni moi ne parlerions d’un salutaire exercice de la liberté. Ce serait au contraire un mouvement de fermeture en tout point flippant, et d’autant plus s’il était volontaire. »

          Donc une femme volontairement pas à poil-jambes écartées, c’est un mouvement de fermeture flippant ?

          Répondre
    • Djoub
      Djoub dit :

      Je pense qu’il y a confusion. La même ligne que « si elle s’était habillée correctement elle ne se serait pas fait violer », ce serait plutôt « si elle s’était habillée correctement, elle ne serait pas fait verbaliser ». Personne ne vous demande de défendre le burkini, juste la liberté de le porter. Et on sera peut-être d’accord pour dire que lenport du burkini résulte d’une injonction sociale -et encore, faudrait en parler avec les premières concernées pour le savoir (le coup du vilain barbu qui force sa femme à porter un burkini relève du fantasme)- mais celle-ci n’est pas pire que celles qui chez nous impose aux femmes l’épilation ou la minceur.

      Répondre
  5. chris
    chris dit :

    Il me souvient d’Istanbul au printemps, quand je suivais d’un regard étonné deux jeunes filles dans la grande rue du centre piétonnier. Deux amies probables, l’une totalement voilée et l’autre en mini-jupe et talons hauts. Elles s’esclaffaient encore joyeusement en entrant dans une boutique de fringues à la mode de ce printemps.
    C’était l’époque où the bridge between two cultures me rendait dubitatif lorsque je pouvais siroter une bière sur la terrasse en dessous. Certes, de mon appartement sur la rive, on apercevait très bien les somptueuses villas du côté oriental, peut-être comme une menace que les choses, un jour, pouvaient basculer, rompre la douceur et la quiétude d’un équilibre fragile.

    Répondre
  6. Henri Dumont
    Henri Dumont dit :

    il y a quelques années Cécile Duflot est apparu au parlement habillée d’une robe à fleurs. Tu parles d’un tollé. Aujourd’hui il ne faut pas porter le burkini. A mon avis c’est la même chose. En outre cette info lue quelque part dans un journal allemand: selon le producteur 47% de ses burkinis sont portés par des non-musulmanes!!!

    Répondre
  7. butadaie
    butadaie dit :

    Toujours écrit avec qualité, quelquefois la routine a des côtés positifs. J’ai bien aimé ce papier, hormis peut-être cette histoire de point godwin oxymoresque.

    Répondre
    • Agnès Maillard
      Agnès Maillard dit :

      Anne Franck raconte très bien comment un État fasciste a réduit progressivement la liberté de circulation d’une population spécifique, jusqu’à lui interdire tout accès à l’espace public, puis à une vie normale, puis à la vie tout court.

      Il m’a semblé important de faire ce rappel historique essentiel, même, stricto senso, cela peut être assimilé à un point Godwin.

      Répondre
      • Simon Chalumot
        Simon Chalumot dit :

        Merci infiniment Agnès pour ce billet d’une grande intelligence… Dans la nef des fous à l’intérieur de laquelle nous voguons sur des flots de plus en plus tumultueux, il est réconfortant et indispensable de voir que certains (toi, Marlière, Gunthert, Michèle Sibony et d’autres) gardent une boussole en état de marche…

        Pas de complexe pour le point Godwin. J’ai remarqué qu’ en général, cette accusation est pointée par ceux qui ne connaissent rien du fascisme, ni de l’origine du fameux point Godwin. a tel point que l’accusation de Godwin devient en général ,Godwin lui même : on ne peut plus dénoncer le fascisme qui vient sans se faire rappeler à l’ordre par les toutous de la pensée dominante, et de l’ordre établi.

        Continue à appeler un chat un chat !

        Répondre
  8. rosalie
    rosalie dit :

    Cette histoire de « burkini » est surtout une affaire de police et non un problème religieux ou de femme soumise au Patriarcat. Les media qui n’ont pas grand chose à se mettre sous la dent en période estivale s’en sont emparés, les racistes s’en sont emparés, le gouvernement a sauté sur l’occasion, le peuple qui a peur a fait les audiences – ou pas. Je dis « ou pas » parce que nous n’avons aucun moyen de savoir si le peuple Français s’intéresse vraiment à cette guéguerre de religion à laquelle on essaie de nous faire croire dans les media.

    Ce qui est étonnant c’est que même ici dans les commentaires il y a des gens pour écrire « oui, mais… »

    Il n’y a pas de « oui, mais… », nous sommes en pleine manipulation des esprit et les présidentielles sont déjà sur les rails. L’état d’urgence n’est là que pour ça, la thématique de la guerre de religion n’est là que pour ça, bienvenue en 2017 où les misogynes et les sexistes pourront se faire passer pour des féministes parce qu’ils luttent contre le port des vêtements estampillés religion musulmane, où les mangeurs de viandes se feront passer pour des défenseurs des droits des animaux au nom de la lutte contre la viande Hallal, où les pires bigots se feront passer pour des défenseurs de la laïcité en luttant pour la restriction des droits des citoyens de confession musulmane dans l’espace public. Bienvenue à Marine Le Pen, cette parfaite représentante des valeurs de la République Française.

    En attendant 5 ans de Sarkozy ont normalisé des comportements de l’Etat Français clairement en contradiction avec notre constitution et la charte des droits de l’homme. En attendant 5 ans de Hollandisme ont normalisé la chasse aux Roms, remplis un peu plus des prisons déjà bondées, ont mis les coudées franches à la Police de notre beau pays pour blesser et tuer impunément des citoyens usant de leurs droits. La parole raciste n’a jamais été aussi libérée, le Premier ministre fait des déclarations publiques clairement illégales sur la laïcité en rompant avec son devoir de neutralité par rapport aux cultes. Il met l’Etat dans l’illégalité en lui demandant d’organiser une religion. Il affiche clairement ses propres préférences en matière de croyances en déclarant la lutte contre l’antisémitisme cause nationale alors que les actes anti-musulmans se multiplient dans la rue, dans les commissariats et dans les media.

    En attendant Chevènement se permet de dire aux Musulmans de rester discret (?). Sinon, quoi ? C’est une menace ? De quel droit se permet-il ce genre de déclaration sans être remis à sa place ?
    Qui a été déterrer ce dinosaure ? Et pour quoi faire ?

    Nous ne sommes plus dans une dérive autoritaire, nous sommes déjà dans une société française autoritaire et dans tous les régimes autoritaires on s’en prend aux libertés individuelles.

    Pour ma part, les prochains mois vont se résumer à une seule chose : Black out total des medias. Il est hors de question que je revive les délires sur la viande Hallal de 2012.

    J’apprendrais bien assez tôt qui enfoncera un peu plus le pays pour 5 ans de plus.

    Répondre
  9. Kevin L
    Kevin L dit :

    Ici ça sent un peu – euphémisme – l’entre-soi gaucho-bien pensant.
    C’est désolant. Vous rendez-vous compte que c’est vous qui faites l’amalgame entre Musulmans et Islamistes ? Je suis contre l’interdiction du burkini mais vos protestations sont effarantes : étant en faveur d’une pratique qui relève du wahabisme qui lui-même condamne le burkini comme quelque chose d’interdit. Le problème n’est pas aussi simple que celui qui oppose de méchants fachos (Blancs) à de gentils Arabes. Il ne s’agit pas de lutter contre l’Islam, mais il s’agit clairement de lutter contre les officines intégristes (clairement connues des services de l’Etat) qui ont pour but de radicaliser les Musulmans d’Europe, officines dont vous ne semblez pas vous rendre compte que vous êtes les gogos.
    En Arabie Saoudite ou même au Maroc, le burkini est sacrilège. Est-ce ce type de société, au nom de la différence culturelle, que vous défendez ? C’est ça la question. On a mis des siècles à se débarrasser de nos curés ,on ne va pas se laisser emmerder par des imams et des barbus. Pauvre gôche…

    Répondre
    • lik
      lik dit :

      « étant en faveur d’une pratique qui relève du wahabisme »

      Ou donc le burkini a un lien quelconque avec le wahabisme ou le salafisme ?

       » au Maroc, le burkini est sacrilège »
      Certainement pas, et le Maroc est un pays, pas une religion.

      Aucun texte du Coran n’impose ou n’interdit le voile, c’est la bible qui préconise le voile :

      https://pbs.twimg.com/media/Cqs1ZrrWYAAyYdg.jpg

      « on ne va pas se laisser emmerder par des imams »

      Quel sont les imams qui t’emmerdent ? Perso, aucun imam ne m’a jamais emmerdé, et réciproquement.

      Répondre
      • marc
        marc dit :

        Aucun texte du Coran. oula
        http://oumma.com/214746/notion-de-voile-coran
        C’est moins précis que ton texte biblique, c’est sur, mais au moins les chrétiens ont arrêtés de faire chier les femmes avec, non ? (sortis de deux trois illuminés style quiverfull j’imagine,)(après, ne me faites pas partir sur les haredims, c’est les plus flippants de tous.)

        Quand a ta sortie sur le wahabisme, c’est au minimum jouer sur les mots. Celui a qui tu réponds avait justement écrit que ça n’etait pas autorisé par le wahabisme. C’est pas pour ca qu’on ne peut pas y voir au moins une pensée commune.
        Ensuite :
        http://www.liberation.fr/debats/2016/08/17/ne-soyons-pas-naifs-sur-le-symbole-de-cette-etoffe-par-aalam-wassef_1472951

        Répondre
        • lik
          lik dit :

          « mais au moins les chrétiens ont arrêtés de faire chier les femmes avec »

          Parles en à ceux de la manif pour tous et à quelques cardinaux toujours en embuscade pour faire passer leurs idées de tordus sur la dérive des mœurs.

          Répondre
          • marc
            marc dit :

            La manif pour tous, ils ont perdu (malgré, c’est vrai, le support de l’UIOF : http://religion.blog.lemonde.fr/2012/11/14/islam-et-mariage-pour-tous-luoif-met-en-garde-contre-la-zoophilie-et-la-polyandrie/ – j’avais trouvé bizarre de voir le mot polyandrie (si rare), pis j’ai compris en voyant qui était dérriere le texte)
            . Même Sarkozy veut pas revenir la dessus, non ?
            Quand a des déclarations de cardinaux qui représentent des églises de plus en plus vides et de plus en plus vieillissantes, a part quelques illuminés, quel impact sur la société française ? La dernière fois que des catholiques ont voulus s’en prendre a une œuvre artistique, la police est venu protéger le théâtre contre eux, alors…

            Sinon, tu reconnais que le Coran parle du voile ?

        • lik
          lik dit :

          Aucun texte du Coran n’impose le voile, je confirme :

          « Le port du voile n’a jamais été une obligation canonique, contrairement par exemple au jeûne du ramadan ou aux cinq prières quotidiennes. Il était d’abord un moyen de se protéger. En cela le Coran n’innove d’ailleurs pas. Le port du voile, attribut de pudeur féminine et marqueur social, est enraciné dans la culture méditerranéenne, mais aussi proche-orientale depuis la plus haute antiquité. Des chrétiens comme Saint-Paul et Tertullien n’ont pas eu de mots assez durs contre les femmes non voilées, qu’ils jugeaient impudiques, voire pire. »

          http://www.lepoint.fr/societe/ce-que-dit-le-coran-3-le-port-du-voile-29-10-2015-1977669_23.php

          C’est un trait vestimentaire commun à de nombreuses traditions sociales, y compris en Inde.

          Répondre
          • marc
            marc dit :

            T as quand même noté que je te trouve un site « de communauté » (que j’utilise ici dans un sens tout a fait positif : c’est leur truc, ils doivent savoir de quoi ils parlent) sur voile et Coran, et que ta réponse est un hebdo de droite.. c’est une sacré contorsion…
            Après, je veux bien admettre que ton passage de bible est hyper précis, plus que le Coranique.. sauf que de nos jours (et même avant, j’ai jamais vu des femmes se couvrir a l’église), aucun catholique ne tente de l’appliquer …

          • Pierre M. Boriliens
            Pierre M. Boriliens dit :

            Un barbu célèbre avait écrit ceci, que je trouve assez bien vu (et en plus ça tient presque dans un tweet, histoire de conformité avec le logiciel actuel de la pensée) :

            Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

          • lik
            lik dit :

            Je trouve croustillant de vouloir s’attaquer au sectarisme des burkinettes tout en faisant preuve du sectarisme le plus borné concernant un article, sous prétexte qu’il est publié dans un journal de droite, peu importe le contenu et les références auxquelles il renvoie.

            Faudra que tu nous expliques quels sont les journaux validés par le comité du parti que tu sembles diriger.

            Il ne t’est jamais venu à l’esprit que des articles potables peuvent être publiés par des journaux de « droite » et que des mauvais articles être publiés par des journaux de « gauche ».

            En fait, c’est pas le contenu d’un article qui t’intéresse, ni le journal qui l’écrit, mais l’étiquette label rouge élevé au grain fermier de gauche collé ou pas dessus. C’est pathétique…

            T’as pas dû aller beaucoup à l’église et je te parle de traditions multiséculaires qui ne dépendent pas nécessairement de commandements religieux, mais de codes vestimentaires traditionnels.

            T’as la comprenette légèrement grippée…

      • Kevin L
        Kevin L dit :

        Je m’explique : le wahabisme condamne toute présentation publique de la femme, y compris burkini. Donc à première vue, pas de lien wahabisme/burkini. Mais en Occident, c’est pour eux un cheval de bataille qui permet deux choses : islamiser les consciences contre le pacte républicain et créer des écarts culturels (et , espèrent-ils irréconciliables) au sein des sociétés européennes.
        Il est bien sûr plus facile de » penser » sur des schémas tout faits. Si vous croyez que la gauche va s’en sortir avec ses schémas, vous serez les premiers fossoyeurs de cette gauche.
        A bon entendeur salut.
        Quant aux imams prosélytes qui disent à des Musulmans qu’il faut d’abord être musulman avant d’être français, oui ils m’emmerdent. Ce sont eux les obscurantistes, ce sont eux qui prônent le fait qu’Islam et République ne peuvent pas aller ensemble. Comme le faisaient les curés après 1870.

        Répondre
        • lik
          lik dit :

          « Mais en Occident, c’est pour eux un cheval de bataille qui permet deux choses : islamiser les consciences contre le pacte républicain »

          Le cheval de bataille est fourni par ceux qui se prétendent républicains en procédant à une discrimination qui n’a justement pas lieu d’être pour un démocrate.

          Répondre
          • Kevin L
            Kevin L dit :

            Je discrimine et je l’assume : les Musulmans respectueux du pacte républicain d’un côté (c’est l’immense majorité) et les prosélytes islamistes ( qui pourrissent potentiellement la tête de certains). Faut ouvrir les yeux sur la réalité, même si elle fait mal : voir le commentaire plus bas (de Chris) sur les prosélytes gentils en sandales et barbes qui investissent les clubs sportifs pour répandre leur merde.
            Et avec vos vérités générales du type « discrimination qui n’a justement pas lieu d’être pour un démocrate », cela voudrait dire que les démocrates de 1940 n’avaient à s’occuper des nazis ?

          • lik
            lik dit :

            « Je discrimine et je l’assume  »

            Oui et tu assumes donc de discriminer sur la base d’une coiffure, comme les nazis discriminaient puis massacraient sur l’indice religieux ou « racial », style un nez crochu.

            Pour ce qui est de pourrir la tête, prend garde à la tienne qui pourrait bien pourrir, non du fait des salafistes, mais de celui des politocards franchouilles bien nauséabonds du spectre allant de la « gauche » à l’extrême droite. Mélenchon s’est révélé d’une nullité absolue sur le sujet, il est aussi con que ceux qu’il dénonce.

            Méfie toi bien plus de tes prétendus amis que de tes ennemis déclarés. A bon entendeur !

  10. Robert Spire
    Robert Spire dit :

    Je suis en accord avec ce billet, car tant que l’égalité des libertés pour tous sera absente il n’y aura point de fraternité.
    Sur le « Lien abusif entre croyances religieuses, organisation sociale et condition féminine. »: http://www.telerama.fr/idees/femmes-et-islam-houria-abdelouahed-leve-le-voile-sur-les-femmes-de-mahomet,142096.php
    Et « Ce n’est pas par l’anti-racisme qu’on combat le racisme mais par la lutte des classes. » : http://www.non-fides.fr/?Sur-l-ideologie-anti-islamophobe

    Répondre
  11. chris
    chris dit :

    Aucun Imam n’a jamais emmerdé lik…

    C’est plus pernicieux que ça, en fait. Sur le marché de ma ville, les barbes rouges prospectent, avec humour, dans le respect; ils paraissent même sympathiques.
    À ma salle, ils ont fini par débarquer, aussi. Normal, avec 70 % d’adhérents blacks ou rebeux, ça fait des âmes perdues à récupérer, à noyauter. Ils sont venus, sympas, tout sourire, en sandales et robes blanches, et on leur a dit tenue sportive obligatoire, pas de robes, pas de sandales, pas de religion, et ils sont repartis sans insister, tout sourire. Faut dire que cette année, on a eu assez de problémes avec nos muslims modérés, pas moins de dix bagarres, dont deux graves, à cause des équipes féminines que nous devons accueillir à leur passage, à cause des sportifs qui prennent leurs douches à poil.

    Les blacks, ils nous racontent souvent comment ça frite dans la cité, à cause des femmes blacks en mini jupes, de la danse, de la musique, de l’alcool.

    Alors, Lik, je sais pas, mais tu vis avec des musulmans ?

    Répondre
    • Sombre Hermano
      Sombre Hermano dit :

      Un témoignage qui nous relate ce qui se passe à l’intérieur du chaudron bouillonnant que sont devenus les quartiers populaires. C’est précieux. Quoique,à mon humble avis, le problème n’est pas à la base la religion qui reste une abstraction théorique comme toute les religions « du livre » donc monothéistes. Non, ce serait plutôt un problème d’éducation des garçons qui justifient leurs violences par le fait religieux.

      Répondre
    • lik
      lik dit :

      Islam=délinquance => islam trouble à l’ordre public

      Ai je bien résumé ton laïus ?

      Pour ma part, je connais des musulmans qui ne se bastonnent pas, sans doute des extraterrestres…

      Répondre
      • Kevin L
        Kevin L dit :

        Excusez-moi, lik, mais j’ai une question :
        Où vivez-vous ? Dans quelle ville ? Dans quel quartier ?
        Le communautarisme et la discrimination, ce sont d’abord les Islamistes et affiliés qui la pratiquent (filles traquées si pas voilées, chasse au non-jeûneurs, chasse à l’alcool, remise en cause de la mixité, sans compter le lien établi entre les dingues islamistes et les petits caïds …)
        Alors voilà ce qui va se passer à force de faire l’autruche. Avec vos conneries et vos jolis discours, l’autruche un jour, elle va d’un seul coup sortir la tête de son trou et on aura le FN. Et vous savez quoi, Marine pourra remercier deux sortes d’individus : ceux qui foutent le boxon et ceux, comme vous, qui les justifient. Et c’est pas d’aujourd’hui que je le pense.

        Répondre
        • lik
          lik dit :

          J’ai vécu dans différentes villes, pays et quartiers, dont celui des HLM de la Duchère à Lyon. Je fais régulièrement mes courses chez un arabo-musulman où des arabo-musulmans ou franchouilles font leurs courses.

          « Le communautarisme et la discrimination, ce sont d’abord les Islamistes »

          Non, c’est tout le monde qui la pratique dans toutes les classes sociales et professionnelles.

           » ceux qui foutent le boxon et ceux, comme vous, qui les justifient »

          Je ne justifie pas, j’explique les mécanismes en jeu. Alors arrête de faire ton petit Sarko ou Valls bas du bulbe atrophié, style genre le jappement couineur « expliquer c’est justifier », qui sont les meilleurs rhétoriciens sophistisants syllogistes de la Marine nationale.

          Répondre
          • lik
            lik dit :

            « Je ne discrimine pas sur une coiffure, comme tu dis, je discrimine sur une intention politique. »

            Oui, et en quoi l’interdiction d’une coiffure supprimerait l’intention politique. Tu confonds la carte et le territoire, donc tu fonces comme un benêt dans le mur en béton de la connerie.

            Ton problème c’est que tu me prends pour un vieux con, sans te rendre compte que les jeunes cons existent.

            « Le problème est que coûte que coûte vous ne voulez pas donner raison à la société occidentale (parce qu’elle est blanche, capitaliste, a été colonialiste..) et que vous êtes prêts à trouver des explications qui justifient les Islamistes. »

            T’as encore rien compris au film, je ne justifie rien du tout, j’explique les mécanismes psycho-sociaux. Je ne revendique la supériorité ou le suprématisme d’aucune société ou religion, car elles sont toutes foireuses, sans exception. Mais t’es tellement avide de rechercher un idéal inexistant que tu finis par adopter les discours de crétins comme Valls ou Sarko.

            « Vous ne voulez pas voir que des jeunes de nos cités pourries se font embrigader par des dingues de Dieu et de la gâchette. »

            Oui et les dingues de la politique, du management ou de la finance embrigadent au quotidien tout autant, avec probablement bien plus de morts moins visibles que par kalach, mais par chômage, dépressions-suicides-harcèlement, over-stress, faillites personnelles, addictions pharma ou drogues illicites.

            L’état, la France, le capitalisme hors sol participent tous en concert avec les islamofachistes à la faillite en cours.

            « Alors vous vous serrez les coudes, vous radotez votre doxa d’un autre âge, vos bonnes intentions, vous trouvez toujours un méchant de service. »

            N’inverse pas les rôles, c’est toi qui cherche le méchant de service et qui te radotes tes histoires moisies, pas moi. Je ne me serre les coudes avec personne contrairement à toi qui te rapproches du FN alléché par l’odeur du saucisson communautaire.

            Alors niveau bulbe, je te conseille d’en rabattre sur l’efficience du tiens qui semble un peu démuni et immature, comme un pinard trop jeune, simpliste dans les arômes et trop acide, patience, ferme la et réfléchi plus.

  12. chester denis
    chester denis dit :

    Article utile et salutaire !
    Une précision : si le principe de laïcité fut celui-là en 1905, l’application comporta des expulsions et des interdictions d’exercer. C’était peut-être justifié et salutaire. Mais n’euphémisons pas le passé. D’ailleurs on sent bien que ce passé « n’est pas passé », couve sous la cendre, faute d’avoir été digéré. On l’a vu avec le Mariage pour tous. Et il ressort cet été.
    Je ne retrouve pas une photo prise en 2000, sans doute encore actuelle d’une plaque municipale sur le bruit : « Pour le respect du silence pour les riverains, il est interdit de jouer à la pétanque après 22h » (banlieue de Grenoble).

    Répondre
  13. Croa
    Croa dit :

    La muleta est un leurre nécessaire pour tromper le taureau et aussi le public mais pour que le meurtre soit facile il faut avoir préparé la bête en coulisse (et aussi le public : pour ça il y a Sud-Ouest). Ça se termine bien sûr à l’arme «blanche», à savoir une épée bien visible, puis un poignard ce qui l’est moins.
    En ce qui concerne cette histoire de vêtements totalement inconnus il y a quelques années alors même qu’il y avait déjà des musulmans en métropole il ne faut pas oublier que nous sommes en guerre. Pas ici certes même si la guerre voulue au moyen-orient ne pouvait que nous revenir un petit peu dans la gueule mais qui, comme toute entreprise où le sang coule, mérite préparation du public. Il y a là dedans une complicité objective entre ceux (celles en l’occurrence) qui s’habillent comme des gugus sans peur du ridicule et certaines « élites » qui voudraient les en empêcher, comme à chaque fois que des gens ont envie d’en découdre.
    Tout ça évidemment nous détourne du vrai problème et le mieux est de de pas prendre parti, les déguisés étant tout aussi stupides que les anti-déguisements. Par contre il est important de comprendre ce qui se passe.

    Répondre
  14. chris
    chris dit :

    Tu sais, lik, derrière la violence se cache toujours la quête du pouvoir…

    Pour l’instant, le brave citoyen ne perçoit pas grand chose si ce ne sont des rumeurs qui montent des banlieues, des quartiers chauds comme ils disent. Alors le petit pouvoir politique, celui des bedonnants, il a déjà un peu peur, et il négocie, avec une mosquée par çi par là; et à la télé, ils préconisent les reportages positifs, sur l’assoce de Rap, sur les vedettes sportives, pour rassurer, mais il cache plus ou moins soigneusement ce qui se passe dans les prisons ( n’en déplaise, la loi en zonzon, c’est eux désormais, et seuls les clans encore vigoureux peuvent survivre, manouche, milieu ou affiliés), dans les salles de sport, sur les marchés ( ils sont majoritaires sur les marchés), et même, paradoxe incroyable, dans l’armée ( je regardais hier, sur un festival de jazz, la vaillante troupe défiler au pas d’oie pour rassurer le badaud, et je te parle des boites de sécu aux employés tous quasiment blacks ou rebeus. Je connais bien le sujet, l’un de mes beaux fils dirige une grosse boite de ma région, et les gars s’entrainent à la salle- au moins, je passe les contrôles facilement genre salut, ça va toi… ). Derrière chez moi, entre mon immeuble et le centre commercial Carrouf, tout les commerces ont fait faillite les uns après les autres, tous, de la boulangerie aux bars, même les coiffeurs ont essayés. Ils ont installé un bar à Chicha, qu’ils appellent ça. Très discrets, pour ne pas effaroucher la population bourgeoise et âgée du quartier, et ça marche du feu de Dieu ( plutôt Mahomet, pardon), plein de 15 h de l’après -midi à 4 h du matin ( comme je dis à mes vieux voisins : c’est cool, plus besoin de sécurité pour le parking, ils sont là toute la nuit, garés en double file, à patrouiller en scooter).

    Saïd, notre vieux gardien de la salle, il a été enfant adoptif de Bigeard, boxeur au bataillon de Joinville, et il vit avec sa machette dans son sac de sport, car ils ont promis de lui faire la peau, au quartier, son quartier, où les bars ne vendent plus d’alcool, où le Ramadan est obligatoire.

    Alors aujourd’hui, ça y est, ils ont aussi décidé d’aller à la plage, et là, les gens découvrent ce communautarisme désormais non seulement ethnique mais religieux. On montre du doigt les Corses, mais on occulte soigneusement cette mère de famille tabassée avec ses enfants, cette semaine, pour avoir commis le crime de s’être baignée topless. Les maires sont paumés, à force d’avoir transigé, d’avoir négocié le vivre en ensemble. Quant aux flics, ils se sont fascisés et se contentent d’attendre une certaine candidate en 2017.

    Voila la somme des lâchetés, des errances idéologiques qui pieds et poings liés par l’humanisme niais ont fait doucement et surement le lit du communautarisme violent. De quoi sera fait demain ? On finira par élire des maires musulmans comme à Londres ( un hypocrite aussi dangereux car bien plus fielleux que Tarik Ramadan) pour assoir définitivement le multiculturalisme, pour vivre comme dans le south east londonien ( les plus riches d’entre nous se casseront vivre sur les côtes espagnoles, comme font les anglais). Certes, j’aimerais bien ne pas avoir un jour à donner raison à Houellebecq, mais pour l’instant, on en prend tout droit le chemin…

    Répondre
    • lik
      lik dit :

      La religion musulmane et ses symboles plus ou moins canoniques n’est qu’un signe de ralliement social, tout comme la casquette à l’envers des zyvas, ou celle de Gavroche à une autre époque.

      En France, ce sont des d’origine maghrébine, si ca avait été une immigration de pauvres russes, ils utiliseraient la religion orthodoxe comme signe de ralliement.

      Aux US, ce sont les latinos mexicains contre les noirs américains, tatouages, vêtements, argo pour se reconnaitre. Avant c’était la mafia italienne ou chinoise, et c’était autrement plus violent, tels les mexicains plus ou moins proches des mafias de la drogue qui sont carrément des groupes paramilitaires, très bien équipés et entrainés par rapport aux jihadistes franchouilles. Combien de morts au Mexique par le gangstérisme mafieux par rapport aux jihadistes tricolores ?

      L’assassinat au Brésil ou au Mexique par rapport à la France, c’est l’industrie lourde par rapport à l’artisanat.

      L’illusion républicaine à la papy Chevènement où il n’y aurait pas de communautés est ridicule, et s’oppose au principe démocratique de reconnaissance de droits aux minorités. Chevènement c’est notre Mao saucisson-pinard, un code vestimentaire imposé, une langue unique et bien entendu pas de classes sociales exploitantes et exploitées… la « normalisation » tous azimuts.

      C’est une négation de l’histoire anthropologique, migrations des Vandales, Goths, Francs, Huns, Juifs de Moïse, Italiens, Portugais, Chinois, Irlandais… conflits entre villages ou régions en Corse, France…
      conflits entre tribus proches en Afrique, Amazonie, Iroquois, Apaches, Cheyennes, Lakotas… la liste est longue.

      Alors l’interdiction du burkini pour pacifier les tensions sociales, c’est une belle pantalonnade. C’est comme mettre la poussière et les miettes de pain sous le tapis pour nettoyer un salon cradingue, sauf que quelques mois plus tard les champignons et moisissures auront bouffé le tapis.

      Interdire le burkini, c’est être totalement aveugle vis à vis des sténoses du corps social qui est divers, complexe et varié. Une prétendue monolithisation du social à coup de carpet bombing législatif, c’est du pur jus Sarkozyste, le degré zéro de l’analyse politico-sociale.

      Répondre
      • Kevin L
        Kevin L dit :

        Tu t »emportes, mon gars, tu perds ton sang froid.
        Tu me catégorises comme cela t’arrange (c’est une manie chez vous : dès que quelqu’un ne pense comme vous, il est facho, sarko-vallsien ou frontiste. Et pourtant j’ai des amis musulmans – qui sont d’accord avec moi-, j’habite un quartier multiculturel, etc., rien à voir avec ce que tu crois). Mais apparemment, tu ne veux pas comprendre.
        Je ne discrimine pas sur une coiffure, comme tu dis, je discrimine sur une intention politique. Que quelqu’un porte un voile ou son slip sur la tête, je m’en fous. Que quelqu’un oblige les femmes à porter un voile, c’est ma conception de la liberté.
        Ce que le bas de bulbe atrophié dit, c’est que l’Etat français n’oblige personne à bouffer du saucisson. Au contraire, il met en place des menus hallal dans ses cantines. Par contre, les Islamistes (pas les Musulmans, les Islamistes, ne fais pas l’amalgame quand ça t’arrange) t’interdisent de montrer ton cul, de boire de l’alcool, de dessiner le Prophète etc., et de manière hyper violente.
        Moi aussi j’ai des explications à ça (pas les mêmes que toi) et je condamne.
        Je crois qu’une certaine gauche (d’où je viens) a des problèmes avec la réalité, une réalité qui la met en défaut. Sa lecture du monde est complètement à côté. Alors vous vous serrez les coudes, vous radotez votre doxa d’un autre âge, vos bonnes intentions, vous trouvez toujours un méchant de service. Quand je pense que la « gauche de gauche » s’est mis à défendre des mecs encore plus rétrogrades que nos curés de 1850, j’hallucine. Mais bon, des mecs comme moi vous servent à justifier votre grand combat. Sous Mao, j’aurai fini dans les champs au nom de la liberté du peuple. Votre problème, et il est grand : vous êtes de moins en moins et vous ne pesez plus. vous êtes les fossiles d’un autre siècle. Avec une pensée fossilisée.
        Le problème est que coûte que coûte vous ne voulez pas donner raison à la société occidentale (parce qu’elle est blanche, capitaliste, a été colonialiste..) et que vous êtes prêts à trouver des explications qui justifient les Islamistes. Non, expliquer n’est pas justifier. Mais justement vous n’expliquez plus rien. Vous ne voulez pas voir que des jeunes de nos cités pourries se font embrigader par des dingues de Dieu et de la gâchette. Et votre réponse est toute faite : les cités sont pourries, c’est la faute à l’Etat, à la France, au capitalisme. C’est peut-être un peu plus compliqué que ça, ô bulbe visionnaire et assis dans ta foi !

        Répondre
      • Kevin L
        Kevin L dit :

        « en quoi l’interdiction d’une coiffure supprimerait l’intention politique. Tu confonds la carte et le territoire, donc tu fonces comme un benêt dans le mur en béton de la connerie. »
        Je te rappelle que je suis contre les arrêtés anti-burkini. C’est en effet confondre la carte et le territoire. Ce n’est pas le burkini qu’il faut interdire, ce sont les prêches et activités fondamentalistes.

        « Oui et les dingues de la politique, du management ou de la finance embrigadent au quotidien tout autant, avec probablement bien plus de morts moins visibles que par kalach, mais par chômage, dépressions-suicides-harcèlement, over-stress, faillites personnelles, addictions pharma ou drogues illicites. »
        On y est donc : le capitalisme contemporain est aussi nocif et dangereux que l’islamisme. Que ce capitalisme soit sans pitié et qu’il bousille tout, ok. Mais de là à affirmer qu’il est de même nature que l’obscurantisme ! C’est une vision des choses, ma foi. Proche de la théorie du complot ? ET ça justifie alors le remède islamiste selon toi ?

        « c’est toi qui cherche le méchant de service et qui te radotes tes histoires moisies, pas moi. »
        Je ne cherche pas le méchant de service, il se désigne lui-même en massacrant des gens parce qu’ils sont chrétiens, chiites,…, en les égorgeant, en coupant des têtes, etc.

        Autre chose : je suis tout sauf idéaliste. Mes explications sont autant psycho-sociales que les tiennes.
        Quant aux invectives, je te les laisse.
        (un dernier truc : le saucisson communautaire me fait gerber. Autant que la paella en famille. Mais tu peux aller déguster le makrout avec les gars du Collectif Contre l’Islamophobie ou les Frères Musulmans.)

        Répondre
        • smolski
          smolski dit :

          Kevin L

          le capitalisme contemporain est aussi nocif et dangereux que l’islamisme

          Bien mieux, et pas que contemporain, il le suscite entre plusieurs autres fiondamentaux et nous en sommes la proie.

          Nota :
          Pas de fôte d’ortographe dans ce post, débrouillez-vous pour lire ce qui est écrit tel quel.

          Répondre
        • lik
          lik dit :

          « Mais de là à affirmer qu’il est de même nature que l’obscurantisme ! C’est une vision des choses, ma foi. Proche de la théorie du complot ? ET ça justifie alors le remède islamiste selon toi ? »

          Ce n’est pas de même nature causale, mais ca entraine des conséquences de même nature mortifère.

          Ce n’est pas plus un complot que ne le sont les burkinis sur une plage et je ne dis nulle part que l’islamisme est un remède alors que je me troue le cul à te répéter qu’il est un symptôme social, géopolitique et économique.

          Manifestement, tu es dur d’oreille et du tympan de la comprenette, en témoigne tes tentatives puériles d’essayer de me faire dire ce que je ne dis nulle part.

          Le point de départ du débat, c’est l’islam, ses chiffons sur la tête que je trouve débilos d’interdire, alors que les chaines causales sont d’ordre socio-économiques. Donc la polémique sur les bouts de tissu sur la tête et ailleurs, c’est aussi con que d’interdire le haut d’un iceberg sur la mer qui ne représente que 10% de sa masse, et que ce sont les 90% de sa masse immergée qui crève les coques de bateaux.

          C’est comme avec de nombreux problèmes articulaires musculo-squelettiques, tu peux masser, injecter des cortisones ou morphines là où ca fait mal, les zones qui coincent. Ca ne résoudra jamais le problème systémique des chaines musculaires postérieures rétractées et asphyxiées qui sont les 90% du problème, celles qui envoient des dizaines de kilos de tensions sur les fines articulations distales, les seules à envoyer un signal de douleur, quand les chaines musculaires massives responsables des sténoses articulaires n’envoient aucun signal de souffrance physiologique perceptible. Alors on implante des prothèses articulaires high tech, comme des rustines, sur toutes les zones articulaires martyrisées par les haubans musculaires qui ne sont jamais traités en détonification systémique.

          Assez proche de l’équivalent de l’inconscient freudien, à peine perceptible, face à la conscience de la névrose manifestée en symptôme. On enferme chimiquement le névrosé et puis basta, la poussière est sous le tapis, en attendant qu’il crève…

          C’est aussi analogue aux tremblements de terre, les signaux sismiques sont faibles et de pseudo-périodicité lente, alors on s’en fout on construit n’importe quoi n’importe où, et un jour crac boum hue, idem pour le réchauffement climatique ou les inondations. Et que je te bétonne, et que je t’envoie du CO2, après moi le déluge sans vouloir rien comprendo des systèmes sous jacents à dynamiques lentes et signaux faibles castrés des intégrales temporelles de calcul, donc on s’en branle les couilles jusqu’à ce qu’on l’ait dans le fion profond que même la vaseline ne soulagera plus.

          Répondre
  15. Christine Grazillier
    Christine Grazillier dit :

    Merci Chris, pour votre témoignage.
    Je vis depuis trois ans au fin fond du Gers et ici, l »‘immigration »est principalement constituée d’Anglais et de Nord-européens… il faut se rendre à Toulouse pour croiser quelques kippas ou burqas.
    Merci aussi Lik de mettre un peu les pieds dans le plat de la bien-pensance: derrière le feuilleton estival assez indigeste du Burkini, il y a bien la question du fondamentalisme religieux, question épineuse, complexe, dans un Etat de droit laïc comme le nôtre. Mais la gauche, ou ce qu’il en reste, ayant très peur de se faire taxer d’islamophobe, en vient à justifier tout en n’importe quoi, avec des arguments entre naïveté, mauvaise foi (sans jeu de mots) et aveuglement idéologique. A lire, l’ouvrage de W. B. Michaels « La Diversité contre l’égalité », lecture salutaire pour qui veut comprendre ce nouveau catéchisme.

    Répondre
    • Relaps
      Relaps dit :

      Je n’ai pas lu le bouquin de W. B. Michaels, mais cet article me paraît effectivement très juste. On peut d’ailleurs le rapprocher de ce que rapportait déjà Naomi Klein dans No logo (chap. 5, « Papa cool; Le triomphe du marketing identitaire ») il y a presque quinze ans sur le fait que la gauche américaine avait complètement raté la globalisation économique qui allait laminer la classe ouvrière.

      Répondre
    • Kevin L
      Kevin L dit :

      Merci pour votre éclairage.
      Le problème qui nous est posé à nous (à moi comme à vous j’imagine) est le suivant : quelle réponse apporter au fondamentalisme religieux sans dévier de l’Etat de Droit et de la République laïque, sachant que le fondamentalisme religieux se sert des libertés républicaines pour avancer ses pions ?
      Ou autre version de la question : comment construire une pensée de gauche qui ne se trompe plus sur les lunes d’hier et qui dépasse les positions angéliques ?

      Répondre
      • lik
        lik dit :

        « sachant que le fondamentalisme religieux se sert des libertés républicaines pour avancer ses pions ? »

        Et que le républicanisme se sert du fondamentalisme pour avancer ses pions contre le démocratisme.

        La solution pour celles qui subissent le voile imposé et d’autres injonctions familiales ou tribales est de leur fournir les moyens d’échapper à leur famille, logement, bourses d’études, assistance juridique et sociale.

        Indépendantes matériellement de leur famille, leur famille rabaissera ses prétentions d’emprise socio-éco-psychique. C’est un problème d’indépendance matérielle, pas d’interdiction de chiffons sur la tête.

        Les progrès de libération des femmes ont été d’ordre matériel, quand les femmes ont pu gagner leur vie et leur indépendance économique, pas d’ordre idéo-dogmatique. C’est le même problème pour les femmes musulmanes que pour les femmes franchouillardes catho il y a un siècle.

        Répondre
        • Relaps
          Relaps dit :

          Il ne s’agit pas d’injonction des familles, sans cela le voile des femmes voilées actuelles serait majoritairement maghrebin, ce qui n’est pas le cas. Je vous conseille fortement d’écouter la chronique d’Arte Radio « L’Égyptien libéré », vous verrez à quel point cet idée est fausse, tant il est le premier désolé de voir sa sœur se voiler (rappelons qu’en Égypte le pouvoir sous Sadate a joué la carte des Frères Musulmans — dont la branche armée allait donner le djihad islamique puis Al-Qaïda — pour se débarrasser de l’opposition nassériste). Vous pouvez également visionner l’excellent film « Madame la France, ma mère et moi » de Samia Chala, et vous demander s’il vous paraîtrait compréhensible qu’une femme née en France dans les années 80-90 éprouve une gêne aussi viscérale à enlever son voile que cette — touchante — vieille algérienne pour qui s’est tout simplement impensable.

          Je suis pleinement d’accord avec votre approche matérialiste, mais allez jusqu’au bout en vous demandant si la progression de cette forme d’Islam vient de nulle part ou si elle est au contraire activement soutenue et financée par certains états tout sauf démocratiques. Je pense que tout cela nous renvoie plutôt à l’impasse dans laquelle sont nos propres sociétés, sans idéal et sans avenir (il nous faudrait plusieurs planètes pour que tous puissent vivre à l’occidentale, et même avec l’inique partage des ressources actuel nous courrons à la catastrophe écologique). L’Occident aujourd’hui est un petit vieux, pété de thunes certes, mais vieux, tellement vieux.

          Répondre
          • lik
            lik dit :

            La France n’est pas l’Egypte :

            http://www.liberation.fr/evenement/2003/12/10/leur-voile-j-ai-envie-de-l-arracher_454783

            Certaines familles imposent le voile aux femmes en France, pas la peine de se cacher derrière son petit doigt.

            Les familles sont souvent un enfer, peu importe leur religion, névroses ou idéologie. Par conséquent, tout doit être fait pour qu’un jeune, voire un mineur, puisse échapper à l’environnement psychotique de certaines familles qui sont d’une toxicité souvent drastique.

            C’est sûr que mon laïus est très loin du travail-famille-patrie version Sarko, ce triptyque qui m’aura fait vomir en permanence tellement c’est bête et complètement infondé concrètement.

          • Relaps
            Relaps dit :

            Pour votre petit doigt, étude des sondologues de l’IFOP qui vaut bien votre micro-trottoir : les musulmans pratiquants ne représentent qu’un tiers du total, et le voile concerne moins d’un tiers des pratiquantes (15% chez les moins de 35 ans, 8% de manière régulière et en baisse par rapport à la tranche d’âge supérieure). Mais à part ça, c’est lié à la famille musulmane… ça a passé pendant des décennies, mais pif pof ce n’est plus le cas pour… rien en fait (dans votre article on parle de Frères Musulmans, de familles islamistes, de barbus mais tout le monde sait que ça pousse tout seul dans les arbres ça). Et j’imagine que vous avez la même explication auriculaire pour les hommes : papa portait moustaches, veste et pantalon, mais pour toi mon fils ce sera barbe, djellaba et filet sur la tête. Et Jean-David qui devient Abou Tarek Al-Faransi ? Idem, mon bon, la famille bien sûr !

          • lik
            lik dit :

            « pour toi mon fils ce sera barbe, djellaba et filet sur la tête »

            Donc, ton programme politique consiste à interdire la barbe, la djellaba et le filet sur la tête ? C’est très ambitieux !

          • Relaps
            Relaps dit :

            J’ai donné plus haut mon avis sur ces interdictions, mais à partir du moment où quelqu’un affiche ses croyances dans l’espace public, on a le droit de les interroger et de les discuter, c’est tout ce que je dis. Or aujourd’hui on a vraiment l’impression qu’il faut choisir entre écraser l’autre ou refuser d’émettre la moindre critique sur ses choix au nom d’une liberté individuelle conçue comme indiscutable. Ce n’est pas comme ça qu’on arrivera à faire réfléchir ceux et celles chez qui l’idée d’une ré-islamisation rigoriste infuse. La tolérance de ces tenues et donc pour moi un pré-requis indispensable à leur remise en cause.

            En France nous avons un vrai problème avec la religion, tant nous avons séparé celle-ci du politique. Si tu portes un t-shirt du NPA, je pense que ça ne choquera personne que tu te retrouves interrogé sur telle ou telle position de ce parti, mais si tu revendiques une adhésion à certaines formes d’Islam en en adoptant les prescriptions vestimentaires, là c’est tabou pour ou contre toi. Pourtant il s’agit bien derrière d’un projet de société, et donc de politique.

          • lik
            lik dit :

            « mais à partir du moment où quelqu’un affiche ses croyances dans l’espace public, on a le droit de les interroger »

            Pour ma part, quand je rencontre un musulman, juif, catholique, une femme en minijupe… je les interroge pas plus sur leur religion que sur leurs pratiques sexuelles.

            Mais c’est vrai qu’on a le droit d’emmerder les gens, mais trop non plus…

          • Agnès Maillard
            Agnès Maillard dit :

            Là, je ne vois pas trop l’interrogation ou la discussion, seulement la verbalisation et l’injonction à disparaitre : drôle de sens du débat et du dialogue.

            Après, chacun est libre d’aller débattre librement autour de ses objectifs politiques avec un skin head, mais bizarrement, tout de suite, il y a vachement moins de candidats zélés!

          • lik
            lik dit :

            « Après, chacun est libre d’aller débattre librement autour de ses objectifs politiques avec un skin head, mais bizarrement, tout de suite, il y a vachement moins de candidats zélés! »

            Effectivement, il y a moins foule, subitement.

            Je recommande donc aux burkinettes de s’équiper d’une bombe au poivre et d’une torche militaire à destination des interrogateurs un peu trop insistants, juste pour pimenter et éclairer le »dialogue », bien entendu en respect de toutes les règles de courtoisie nécessaires et préalables.

          • Relaps
            Relaps dit :

            Ce que vous ne voulez pas voir, c’est qu’il y a un contexte plus large (pourtant c’est bien posé à la fin de l’émission de France Culture). La délégations française qui a fait le salut hitlérien lors des J.O de 36 n’était probablement pas nazie, pour autant ce geste n’était pas neutre.

            Pour la dernière fois, dans nombre de pays, y compris musulmans, on a laissé tomber le voile avant de le reprendre, et beaucoup de pratiquantes en France ne le portent pas sans pour autant se considérer comme de mauvaises musulmanes s’offrant volontairement à la convoitise des hommes. Si maintenant vous considérez que le voile est admissible comme curseur de la décence minimale en France et qu’il n’y a rien à redire parce que chacun ses choix culturels, grand bien vous fasse !

            (Mais voyez vous-même : vous avez conclu qu’arborer une tenue de bone head indiquait a priori avoir des objectifs politiques et des méthodes d’extrême-droite ! Pourtant, dans l’absolu, il s’agit d’une tenue vestimentaire comme une autre que seul le contexte investit d’une signification particulière — si je la porte parce que je trouve ça joli mais que je me fais casser les dents, je ne crois pas que vous alliez défendre mon droit à la libre détermination vestimentaire en pestant que décidément les gens voient le mal partout, vous allez plutôt m’expliquer ça peut signifier aussi « je hais tout ce qui n’est pas blanc » lorsque c’est rattaché à certains mouvements politiques et que ce n’est pas uniquement moi dans mon petit coin qui en décide au final).

          • lik
            lik dit :

            Le bone head n’est pas interdit, ca peut être un symbole nazi ou du parti pirate, aucun monopole dessin et modèle.

            De là à prétendre que le burkini soit le symbole d’une forme d’islamonazisme daechienne, je crois que tu pars complètement en vrille [mode modération on] on attaque les idées, pas les personnes, lik. En dehors de ça, merci pour tes contributions au débat [mode modération off]

          • lik
            lik dit :

            « on attaque les idées, pas les personnes »

            J’aimerais sur cette question connaitre l’avis de résistants francais pendant la 2WW ou de militaires allemands ayant tenté d’éliminer physiquement Hitler.

            Je n’ai encore menacé personne ici physiquement, alors que les propos tenus par certains ici sont littéralement gerbants, j’estime donc être très modéré.

          • Relaps
            Relaps dit :

            Je n’ai pas fait de lien entre nazisme et Islam, mais un parallèle strictement vestimentaire. Merci de ne pas m’attribuer les torsions qui sont celles de votre esprit.

            Ai-je jamais soutenu qu’on devait interdire le voile ou le burkini ? Le burkini ne m’interpelle pas tant parce qu’il serait l’œuvre des djihadistes (qui sont contre de toutes manières) mais parce que c’est quand même faire des pieds et des mains pour rester voilée en toute circonstance. C’est cette crispation-là qui m’intéresse et qui à mon avis peut tout à fait être au minimum interrogée, l’idée en creux que sans cela on serait de toute évidence une moins bonne musulmane.

          • lik
            lik dit :

            « c’est quand même faire des pieds et des mains pour rester voilée en toute circonstance »

            Comme les nonnes catholiques depuis des siècles et les femmes des pays du sud de l’Europe, il y a peu de temps, qui n’ont pas l’air de déranger ou d’avoir dérangé grand monde.

            Pourquoi donc une interdiction vestimentaire concernant les musulmanes et pas pour les musulmans dans la rue ou sur les plages en djellaba, chapeau de prière et barbe ?

          • Relaps
            Relaps dit :

            J’ai pourtant l’impression d’écrire à peu près français, mais le ne sais plus comment vous le dire : JE NE SOUTIENS PAS CES INTERDICTIONS. La loi est un outil, comme l’armée, les milieux associatifs, etc. c’est pas pour ça que c’est bon à toutes fins.

            Pour ce qui est des bonnes sœurs, déjà il n’y a autant que je sache jamais eu de mouvement général qui aurait conduit à abandonner ce genre de tenues avant de la remettre au goût du jour. Ensuite, il marque le renoncement à leur vie de femme (elles sont les épouses de Dieu) et leur retrait plus ou moins complet du siècle, pas le souci de ne pas exciter les hommes (ce ne sont techniquement plus des femmes aux yeux des croyants). Enfin, je peux me tromper, mais je ne crois pas que le Vatican pour le moment sorte la grosse caillasse pour remplir ses couvents et monastères (ils ont déjà bien du mal à recruter des curés locaux) et il n’a de toute façon jamais au grand jamais été question pour l’Église de faire prendre le voile (et oui, en français, l’expression signifie « entrer dans les ordres ») à toutes les catholiques (autrement elle aurait eu de sacrés problèmes démographiques) . Bref, ni l’histoire, ni la démarche, ni le contexte ne sont comparables.

            Quant aux femmes du Sud, replongez-vous dans le cinéma italien et venez me soutenir après que se présenter à un homme sans son « voile » était il y a peu indécent… c’est ridicule.

          • lik
            lik dit :

             » il marque le renoncement à leur vie de femme (elles sont les épouses de Dieu) et leur retrait plus ou moins complet du siècle »

            Du grand nawak de chez nawak, t’es un champion pour te faire des films. Les nonnes exercent des activités diverses, sortent hors des couvents, ont des boutiques où elles vendent leur produits à une clientèle non religieuse, ont des contacts avec toutes sortes de professions, artisans, banques nécessaires à leurs bâtiments de couvents et activités agricoles, artisanales… Elles accueillent des personnes qui font des séjours de retraite, elles s’informent de l’actualité, journaux. Ce ne sont pas ermites dans une grotte là haut sur la montagne.

            « replongez-vous dans le cinéma italien »

            Ah bon, le cinéma italien correspond à une étude ethnologique de la population féminine italienne, corse, espagnole, portugaise, des balkans, de Grèce, celui de Fellini ou Ferreri ?

          • lik
            lik dit :

            Par ailleurs, du point de vue de l’état de droit laïc, celui ci n’a pas à connaitre des motivations théologiques des religions pour autoriser l’habit de nonne sous prétexte qu’elle serait selon elle « l’épouse » de dieu, avec le nombre de nonnes ça fait un harem polygame, et d’interdire le voile à une musulmane qui a d’autres motivation théologiques, de pudicité ou n’importe quoi d’autre.

            Voilà pourquoi la burka n’est pas interdite pour des raisons théologico-religieuses, qui ne regardent pas le législateur, mais pour d’autres motifs liés à la sécurité publique entre autres.

          • Relaps
            Relaps dit :

            « Du grand nawak de chez nawak, t’es un champion pour te faire des films. »

            Je ne puis hélas vous retourner le compliment quant à votre niveau assez désastreux en compréhension de texte… plus ou moins, ça veut dire… plus ou moins. Une carmélite, c’est une sœur, au même titre que celles qui font du missionnariat en Afrique, pour autant aucune ne mène une vie de femme ordinaire (elles n’ont pas de maison propre, d’emploi choisi, de mari, d’enfants, etc. par renoncement — je souligne parce que je sens venir la perle suivante). C’est ça être plus ou moins retiré.

            « Par ailleurs, du point de vue de l’état de droit laïc, celui ci n’a pas à connaitre des motivations théologiques des religions pour autoriser »

            Et il continue, tranquillou gillou… On a beau lui expliquer depuis trois plombes qu’on n’est pas en train de discuter interdiction, il y tient, il s’y cramponne même, que c’en est pathologique.

            « Ah bon, le cinéma italien correspond à une étude ethnologique de la population féminine italienne »

            C’est toujours plus concret que les trucs parachutés du ciel depuis le chapeau magique qui ne vous fait plus rire sauf quand c’est le vôtre. (Mais quand bien même vous arriveriez à démontrer — ce dont je doute — l’indécence à dévoiler sa chevelure derrière les tenues traditionnelles — c’est à dire qu’on n’est pas simplement au rayon coiffes, chapeaux, et accessoires — il vous faudrait encore établir l’existence d’un mouvement réactionnaire orthodoxe ou catholique soutenant leur rétablissement pour tenir un parallèle — par exemple Christine Boutin… ah non, tiens).

          • lik
            lik dit :

            Relaps, le champion du double discours qui, non non, pas du tout interdire, mais tout de même c’est chelou ces musulmanes en voile alors que les nonnes c’est parfaitement justifié.

            Tu n’expliques toujours pas pourquoi une nonne c’est pas réactionnaire malgré son voile, une tenue d’uniforme( pas de choix des couleurs, des tissus, des coupes ), une vie dont l’agenda, le mobilier de cellules, les activités de prière, pas de sexe, pas d’enfant… tout tracé au cordeau, pas une tête qui dépasse, et qu’une musulmane en birkini( les nonnes se baignent elles au fait ? ) c’est une horreur réactionnaire alors que sa vie est une vraie débauche de laxisme comparée à celle d’une nonne dont tout est normé au millimètre, ascétique parfois à l’extrême.

            Ton seul argument est celui de Hortefeux et du FN, « un bougnoule ca, c’est quand y en a beaucoup… »

            Arrête de tortiller ton postérieur et dit simplement que les robeux y en a trop, surtout quand les voit, prend ta carte du FN et cesse de bavasser dans le vide avec des arguments aussi vaseux que poisseux.

          • Relaps
            Relaps dit :

            « Relaps, le champion du double discours »

            Il est double parce que vous avez l’esprit bigleux, qui m’en attribue un directement issu de votre paranoïa, fantasmant partout sarkosistes, FN ou que sais-je parce qu’il est incapable d’argumenter posément.

            Votre problème c’est que vous n’arrivez pas à comprendre qu’on peut trouver quelque chose problématique sans pour autant être pour son interdiction. Par exemple, si demain on décidait d’interdire le FN, je serais contre, non pas parce que je n’ai rien à redire à leurs idées, mais parce que ce serait idiot, contre-productif, et un très dangereux précédent. Il n’empêcherait que s’il se trouvait décliner jusqu’à crever, je serais le premier à m’en réjouir.

            « Tu n’expliques toujours pas pourquoi une nonne c’est pas réactionnaire malgré son voile »

            C’est à dire que j’ai jamais dit que ce n’était pas réactionnaire, juste que ce n’était ni la même démarche, ni la même histoire, ni le même contexte (et ce n’est pas moi qui ait invité ces très chères sœurs dans le débat). Qu’une femme rejoigne une institution où il lui est strictement interdit d’accéder aux positions les plus élevées et où elle ne peut même pas se passer des hommes qui sont les seuls à pouvoir administrer les sacrements, effectivement ça me paraît étrange (encore qu’on peut y voir un signe supplémentaire d’humilité et d’abnégation), mais ce n’est pas le débat.

            « dit simplement que les robeux y en a trop, surtout quand les voit, prend ta carte du FN et cesse de bavasser dans le vide avec des arguments aussi vaseux que poisseux. »

            Pour rien au monde je ne voudrais vous disputer la joie de le le faire à ma place, puisqu’il apparaît qu’ici vous savez mieux que chacun ce qu’il pense…

          • lik
            lik dit :

            « mais parce que ce serait idiot, contre-productif, et un très dangereux précédent. Il n’empêcherait que s’il se trouvait décliner jusqu’à crever, je serais le premier à m’en réjouir. »

            Le problème étant que tu abondes clairement dans la rhétorique FN à l’insu de ton plein gré.

            « C’est à dire que j’ai jamais dit que ce n’était pas réactionnaire, juste que ce n’était ni la même démarche, ni la même histoire, ni le même contexte »

            Donc, tu veux que les démarches, contextes et histoires soient normalisés, sans quoi pas d’égalité devant les principes de laïcité ? Tu vois, tu es toujours empêtré dans tes souches FN ou Fillonienne avec l’histoire mythique nationale francocentrée, incapable d’envisager une mondialisation réelle des imbrications historiques.

          • Relaps
            Relaps dit :

            Le problème étant que tu abondes clairement dans la rhétorique FN à l’insu de ton plein gré.

            Oui, oui, ça j’avais compris : je suis du FN, parce que… je suis du FN (comme tous ceux qui vous contredisent, on dirait). Il vous reste de la marge ou vous êtes au taquet de vos capacités argumentatives ? Faudrait pas que ça vous fatigue trop non plus…

            Donc, tu veux que les démarches, contextes et histoires soient normalisés, sans quoi pas d’égalité devant les principes de laïcité ? »

            Non seulement vous avez un sens de la déduction absolument défaillant (si je suis contre l’interdiction, il y a de bonnes chances que je me moque comme de l’an quarante de ce qui la fonderait ou non pour telle ou telle catégorie), mais en plus ce que vous dites est juste inepte (si je veux « normaliser les histoires et les contextes »? ma foi, je ne sais pas… c’est avec ou sans anchois ?) On dirait que vous êtes parti complètement en roue libre sur votre petit vélo…

            [PROUT!] avec l’histoire mythique nationale francocentrée, incapable d’envisager une mondialisation réelle des imbrications historiques.

            Dixit le gars qui se moque de ce qui se passe en Égypte et ailleurs parce que — argument massue — « c’est pas la France ».

        • smolski
          smolski dit :

          Kevin L

          Il ne s’agit pas d’injonction des familles

          Et voilà pourquoi on peut prétendre que la forme culturelle de conquête imposée sur notre planète aujourd’hui est fondamentale aux évènements sociaux qui se débattent ici.

          Ni complot ni calcul, juste une culture inadéquate à la perpétuation de la Vie.

          Répondre
          • marc
            marc dit :

            Mais liik, ca n’existe plus les trois piliers de la societé féodale (noblesse, clergé, paysannerie) – plus aucune nonne a notre époque n’est forcé de l’être, ou de le rester. De plus, la place des nonnes est clairement en dehors de la société, et ne représente en aucun cas un exemple de conduite : notamment, ca ne crée pas de la dichotomie « femme honnête »/ »salope », ca ne tient pas de l’idée « la femme appartient a son gardien masculin » (je crois pas qu’elles se découvrent devant les cardinaux..) et ainsi de suite
            Alors, je suis ok avec toi, enfin, ce que tu dis sous l’attaque perso de « va prendre ta carte au FN, sale facho » (ce qui est limite quand même), mais bon, effectivement les anti burka/ini sont instrumentalisés/utilisés par les racistes.
            Mais 1) j’ai encore les boules d’avoir voté pour le traité européen en 2005 entre autre parceque « le FN est contre, tu vois, c’est donc bien », donc, j’essaye maintenant de ne pas condamner les idées uniquement par association.
            2) tu (et tout les défenseurs ) vous êtes de même instrumentalisés par un système patriarcal.( http://www.liberation.fr/debats/2016/08/17/ne-soyons-pas-naifs-sur-le-symbole-de-cette-etoffe-par-aalam-wassef_1472951 )
            Donc, après, on « choisit » de qui on veut être les idiots utiles, et est le plus pire au niveau de l’humanité.
            Le texte de Fourest que j’ai découvert ce matin (suite a son actualité judiciaire) sur le truc me représente pas mal ( http://www.huffingtonpost.fr/caroline-fourest/interdiction-burkini-plage_b_11539556.html ) :
            interdire sur les lieux publics, non, mais solidarisation avec le burkini, non plus.
            Ce qui m’ennuie c’est qu’une fois ça posé concrétement, qu’est ce qu’on fait ?
            J’ai peur qu’on en soit réduit à attendre que l’islamisme suive a son tour la courbe de déclin du christianisme.. Mais pour l’instant, c’est pas le cas.

  16. Vernon Sullivan
    Vernon Sullivan dit :

    « les Dieux du Stade, à savoir des types payés peau de balle ».
    Je sais que dans ce genre de situation il est recommandé d’utiliser des circonlocution afin de ménager le destinataire, mais en vous lisant je devine que vous êtes assez solide pour encaisser le choc : Emil Zátopek et Alain Mimoun sont morts.

    Répondre
  17. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ce que nous révèle cette énième affaire, c’est que nous naviguons dans un océan de stéréoptypes. Et que très concrètement, notre conception assimilationniste de l’intégration républicaine des migrations ne peut pas fonctionner avec des populations racisées dans un contexte de crispation raciste, parce que, forcément, certains ne pourront éviter d’être visibles, générations après générations.

    Ma grand-mère était française née en France mais ses parents étaient 100% d’origine espagnole. Mais personne ne s’est jamais retrouvé à reprocher à ma grand-mère ses origines, à la réduire à ça, à lui demander de retourner dans ses montagnes à bouffer des cailloux, parce que le fait qu’elle était première ou deuxième génération ne se voyait pas. Et ne s’est ensuite pas transmis à ses enfants puis à ses petits enfants qui ont donc disparus dans le creuset républicain.

    Si les parents de ma grand-mère avaient été des noirs ou des arabes, elle serait restée visiblement noire ou arabe, ses enfants seraient restés visiblement noirs ou arabes et moi aussi, on aurait pu continuer à me demander d’où je viens, à me suggérer de rentrer chez moi et j’aurais à peu près aucune illusion sur le type de vie auquel ma fille pourrait aspirer, tant elle serait sur-déterminée par le fait qu’elle est si visiblement issue de gens qui n’étaient pas Français de France métropolitaine à 3 ou 4 générations de là.

    Je ne peux absolument pas me mettre à la place de personnes à qui l’on reproche continuellement leur visible différence. Je ne peux vraiment pas imaginer ce que cela fait à quelqu’un de passer toute sa vie à subir haine et discrimination parce que ses arrières-grands-parents n’avaient pas le phénotype local. C’est impossible de concevoir la manière dont on peut construire son rapport au monde dans ces conditions, ce qui détermine ses choix et surtout ses manques de choix. Et à quel point ça doit rendre fou de savoir que quelque soit la quantité d’efforts que l’on produira, le comportement que l’on adoptera ou quoi que ce soit que l’on peut humainement faire à son échelle, cela ne changera rien au fait qu’on sera toujours traité comme un sous-citoyen et toujours réduit à une masse de stéréotypes qui vont réduire significativement les options tout au long de la vie, que ce soit en terme d’éducation, de santé, d’habitation, de carrière ou même de nuptialité. Et de savoir que cela sera forcément transmis à ses enfants.

    Voilà, je ne peux pas.
    Par contre, je peux tout à fait concevoir qu’au bout d’un moment, un certain nombre de ses personnes puissent éventuellement lâcher l’affaire de l’intégration, puisque concrètement, même si tu es de dixième génération, c’est peine perdue. Et que du coup, si tu n’as pas envie de te faire agresser quotidiennement par tout le monde et n’importe qui, il puisse te sembler bien plus confortable et logique de vivre de préférence avec des gens qui ont les mêmes types de soucis que toi. Et que ce fameux repli communautaire est d’autant plus facile que la société civile alentour te préfère précisément parqué avec tes semblables, à part, n’étalant pas ta visibilité partout.

    Répondre
    • lik
      lik dit :

      C’est effectivement le cas, la moindre particularité physique est soumise à jugement, si le mec ou la nana est un peu basané avec un prénom-nom maghrébin, même si martiniquais black franchouille de « souche » buvant du rhum planteur. Même un franchouille de souche, un peu gros ou maigre, un truc de travers, un zozotement, des fringues un peu zarbi et paf dans ta gueule.

      De mère anglaise de souche scottish-saxone et père francais de souche, blond aux yeux bleus, je me suis moi même senti étranger enfant en France because having my english mother speaking french with a very strong english accent.

      Le visuel de la différence est meurtrier, rajouter les sons du nom et de l’accent, le cognitif automatisé fait le reste à coups de suspicions permanentes.

      Répondre
    • Relaps
      Relaps dit :

      Sauf qu’ils ne sont pas parqués avec leurs « semblables » (si ce n’est déjà fait, je vous conseille de voir le très beau Rengaine de Rachid Djaïdani pour relativiser le terme de « semblables », le racisme étant loin d’être en noir et blanc) mais avec des pauvres en général et qu’on vote plus FN dans des coins paumés où on ne voit jamais d’assimilés Arabes ou de Noirs qu’en Ile-de-France avec toutes ses cités soi-disant coupe-gorges. Non de non, faut-il rappeler que les femmes voilées sont une minorité des musulmanes pratiquantes, que celles qui portent le voile intégral sont dans les cités désignées sous le charmant sobriquet de « Dark Vador » et que la plupart des musulmans ne sont pas pratiquants et encore moins salafistes ? Si c’est pleinement normal de finir salafiste, que faites-vous de ceux qui n’ont aucune envie de le devenir malgré le racisme ? des mécréants masochistes mendiant la chicotte ? Ça me rappelle furieusement le débat qui avait eu lieu sur Article XI où beaucoup refusaient d’envisager que la partie qui se joue actuellement ne soit pas franco-française. Encore une fois, le bien mal nommé « communautarisme » n’a rien de sui generis. Comme beaucoup de mouvements politiques, il joue avec les humiliations subies mais n’en est nullement la conséquence logique.

      Répondre
      • lik
        lik dit :

        « Encore une fois, le bien mal nommé « communautarisme » n’a rien de sui generis. Comme beaucoup de mouvements politiques, il joue avec les humiliations subies mais n’en est nullement la conséquence logique. »

        C’est vous qui le dites, cette assertion, vous la démontrez comment ?

        Parce que tout démontre le contraire de cette assertion parachutée d’on ne sait quel ciel divin. Suffit pas de balancer une sorte de vérité révélée pour convaincre quand toutes les analyses historiques démontrent le contraire.

        Donc, il faut sortir du bois et expliquer un peu plus ce qui ressemble à un putain de canular sorti d’un chapeau magique. Désolé, mais les magiciens du cirque Pinder me surprenaient enfant, c’est plus le cas.

        Répondre
        • Relaps
          Relaps dit :

          Vous pensez vraiment que le salafisme a été inventé en France, que si des imams formés dans les pays du Golfe (qui soutiennent notre industrie de l’armement — l’Arabie Saoudite, mouillée jusqu’au cou dans le 11/9, achète tellement d’armement qu’elle n’a pas assez de soldats pour manipuler ceux-ci, si bien que régulièrement elle fait des dons à ses voisins) n’avait pas fait ce qu’ils voulaient on en serait là ? Je vous l’ai dit, le voile adopté n’est pas le voile traditionnel maghrébin, rien que cela devrait vous convaincre qu’il ne s’agit pas d’un retour à un islam traditionnel familial (autre exemple, pour la communauté marocaine pratiquante le commandeur des croyants traditionnel est le roi du Maroc alors que le salafisme-wahhabisme et les codes vestimentaires attachés viennent de la péninsule arabique).

          Répondre
    • Kevin L
      Kevin L dit :

      Je suis désolé, chère Agnès, mais vous faites dévier la question. Quid des réseaux fondamentalistes commandés de l’étranger ?
      Que nous ayons à redire sur l’intégration en France, ok. Que cette intégration en partie ratée ait des conséquences fâcheuses, ok. Mais est-ce donc normal que parce que cette intégration présente des défauts des salafistes viennent prêcher leur puante rengaine en France ? Et est-ce normal que la République ne s’y oppose pas (sachant en effet que l’interdiction de burkini est une décision calamiteuse)?
      C’est cela la question.
      Cordialement.

      Répondre
  18. lik
    lik dit :

    Concernant le burkini, il s’agit d’un linge mouillé, sur le plan sensoriel-tactile. Voilà ce qu’en dit la psychiatrie, ce qui n’est pas anodin et dans la ligne de l’haptonomie de Catherine Dolto. Comme quoi un linge à visée politique peut se révéler un packing d’enveloppe sensorielle à l’insu de son plein gré :

    « La technique du pack utilise l’enveloppement humide et froid, qui enserre le corps. Cette méthode de soin agit en donnant des sensations tactiles « limitantes », permettant au corps puis à l’individu de reconnaître enfin ses limites. »

    http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychiatrie/adulte/therapie/pack.htm

    Un train polémique peut cacher un train thérapeutique.

    Répondre
  19. paspier
    paspier dit :

    Du pain , … tant qu’il y en a .
     » … le chômage, l’explosion des inégalités et de la précarité, la dérégulation, la casse des droits sociaux, etc  » sont des sujets graves bien sûr .
    Dans et cætera il y a : changement climatique , destruction des sols , perte de biodiversité , pollutions diversifiées , diminution des nappes phréatiques ,déforestation , etc etc etc .

    Récoltes de blé catastrophique cette année , non seulement en quantité mais surtout en qualité , blé non ou mal panifiable . Évidemment on temporise , l’année dernière était excellente . Et quand il y aura du blé une année sur trois ? puis une année sur quatre ? etc … on va faire quoi ?
    Je pense hélas , que nous n’avons encore vu qu’un petit bout de la queue du bas instinct . Shame on us .

    Répondre
      • Croa
        Croa dit :

        Enfin un éclair de lucidité !
        Parce qu’à vous lire sur ce forum, tous (!), autrice comprise, on aurait l’impression que vraiment vous ne comprenez rien à rien et que la propagande de guerre a encore de beaux jours devant elle.

        Répondre
        • Diane
          Diane dit :

          Croa a tout compris. Amen !

          (Ah non, plutôt Al-lik akbar !)

          Pendant ce temps, Paspier se flagelle (« shame on me ! »)

          Demandez à Daesch si le pain et une alimentation suffisante dans le monde sont leur problème…

          Du pain, des jeux et du pipo !

          Répondre
          • paspier
            paspier dit :

            Bonjour Diane ,

            Quel est le principal souci d’une armée depuis la nuit des temps ? … le ravitaillement .
            Demandez à un affamé pourquoi il se bat …. pour manger .
            Qui contrôle la nourriture contrôle le monde .
            Manger n’est pas une option , les nourritures pseudo-spirituelles c’est pour les enfants gâtés .
            J’espère franchement ne jamais connaitre un monde entier de famine , car ce ne sera pas beau à voir et je ne ferai pas grand chose pour y survivre .
            Restez une semaine sans manger , vous verrez que daesch sera le dernier de vos soucis .

      • paspier
        paspier dit :

        Oui , enfin heureusement il y a d’autres voies possibles , plus pacifiques .
        N’y voyez aucune flagornerie , mais je voulais vous féliciter de ne pas modérer les commentaires à la source ( ce qui est courageux ) et aussi pour la diversité des sujets abordés sur votre blog , bravo .

        Répondre
  20. smolski
    smolski dit :

    Relaps : https://blog.monolecte.fr/2016/08/27/du-pain-des-jeux-et-des-glaviots/comment-page-1#comment-405096

    La délégations française qui a fait le salut hitlérien lors des J.O de 36

    C’était en fait le salut aux jeux qui a été fait par certaines délégations comme il était pratiqué aux précédentes olympiades, une sorte de serment sur l’abnégation de soi promis par chacun aux sports olympiques et comme le salut se faisait face à la flamme et sous la tribune d’hitler, l’amalgame a été consommé.

    Je crois que les délégations suivantes ont opté pour un salut juste main levé, voire pas de salut du tout en défilant…
    Source : la chaîne Histoire.

    Répondre
  21. Dezarwa
    Dezarwa dit :

    Bonsoir Agnès, ça s’agite beaucoup ici aussi, on dirait. Ce burkini, ça n’est pourtant que la création d’une styliste Australo-Iranienne, si j’ai bien suivi. Après le succès considérable du hidjab stylisé, le pognon prospère décidément partout où il fourre son groin, elle escomptait certainement s’enrichir par sa création. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas en France qu’elle fera fortune. Pas à cause de tout ce délire raciste mais le coeur de cible se trouve quand même être microscopique. Quelques-unes l’ont choisi. La belle affaire… En arriver à évoquer une injonction religieuse me paraît une escroquerie intellectuelle. Les marchés financiers nous font les poches et leurs représentants politiques nous désignent un péril imaginaire, sous la forme bien commode et si redoutable du bouc-émissaire, et cette stratégie rencontre un succès foudroyant. Une chose est sûre, tous les moyens leur seront bons pour parvenir à la funeste fin. Ils nous en font la preuve actuellement.

    Gilles, banlieue parisienne.

    Répondre
  22. chris
    chris dit :

    Faudrait juste remettre les choses à leur place au lieu de toujours et encore désigner du doigt le grand et méchant complot capitaliste ( me direz que c’est commode le capitalisme, c’est comme le Diable, c’est facile à désigner mais difficile à attraper, hein…), quand les politiques ne font que surfer (oh bien maladroitement certes, puisqu’ils ont quitté la vie réelle en entrant en politique) sur des réactions violentes et épidermiques populaires, parce que c’est pas le ministre, même pas le maire, qui s’est frité avec les muslims sur cette plage en Corse, mais des gens, des villageois et des touristes. Tout comme ce ne sont pas des politiciens qui sont en train de menacer les musulmans de Corse, mais des Corses, n’est-ce pas…

    Alors les politiciens aient peur, des affrontements violents qui se généraliseraient, et surtout de perdre en 2017 au profit d’un certain parti dont les positions sur le sujet sont bien connues, et du coup proches de plus en plus de gens, et ils réagissent, essaient de donner de la voix. C’est grotesque, je l’accorde, et ça participe à la confusion générale…

    Un cœur de cible microscopique, me dit Dezarwa ? Ah bon, et bien moi lorsque je lis les déclarations du CCIF de Marwan Muhammad qui en rajoute en disant que la France a vocation désormais à devenir un pays musulman ( bon le 9-3 est déjà presque un califat), par la force et par le vote…

    Au fait, Dezarwa, z’avez déjà vu des musulmans à vos côtés lors des manifs de ce printemps, à part pour casser la gueule aux manifestants ( vu chez moi, à Nantes). Ben non, ils en rien à foutre de votre combat anti-capitaliste…( ils vont voter communautariste, comme les gays, comme tous les communautaires, pour celui qui leur donnera quelques avantages, à eux, pas aux autres, et ils sont prêts à tout, comme les gays qui votèrent Sarko en leur temps, avant de s’apercevoir qu’ils s’étaient fait rouler dans la farine et de jeter leur dévolu sur Hollande, sic ).

    Répondre
  23. chris
    chris dit :

    Après, on pourra accuser le capitalisme versus mondialisation à marche forcée, de dissoudre les nations, et surtout les démocraties fragiles ( puisqu’il s’acoquine fort bien avec les dictatures), en favorisant les communautarismes, avec un exemple comme le Royaume Uni, pays aujourd’hui totalement corrompu par le haut, et gangrené par le bas avec pas moins de 400 gangs ethniques sur Londres ( la crème des truands britishs a préféré migrer vers les côtes espagnoles, et pas que pour le climat et la bière à 1 euros).

    Le plus marrant restant de voir une certaine gauche aveuglée par l’anti-racisme, le vivre ensemble, défendre cette option. Bon, il est vrai que les extrême droites européenne s »étant positionnées sur le nationalisme, et presque l’anticapitalisme, ma foi…

    Répondre
  24. smolski
    smolski dit :

    chris :

    désigner du doigt le grand et méchant complot capitaliste

    Ne pas laisser paraître les effets du capitalisme en profondeur dans les mouvements sociaux actuels qui s’amplifient mondialement me semble plus cohérent que d’en refuser l’aspect sous le prétexte que ces évènements sont trop nombreux et trop disparates en apparence, comme vous le rappelez à propos du vote communautariste dont je vous laisse le propos par ailleurs pour ce qu’il vaut de mépris :

    les gays qui votèrent Sarko en leur temps, avant de s’apercevoir qu’ils s’étaient fait rouler dans la farine et de jeter leur dévolu sur Hollande

    Dans tout ça, il n’y a et n’y reste qu’un seul Reich de défini et celui-ci s’appelle mondialisation parce que le précédent fait encore trop peur dans sa dé-domine-nation, mais pas pour tous ni pour si longtemps si on continue dans l’aveuglement que vous vous propagez ici.

    Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      Erratum :
      « Laisser paraître les effets du capitalisme en profondeur dans les mouvements sociaux actuels qui s’amplifient mondialement dans les mouvements sociaux actuels qui s’amplifient mondialement me semble plus cohérent »

      😉

      Répondre
  25. Dezarwa
    Dezarwa dit :

    @ Chris, qui semble dans son élément.
    Faudrait juste remettre les choses à leur place ? C’est ce que j’ai fait.
    Le grand et méchant complot capitaliste ? Jamais dit ça, c’est plus facile de répondre à des mots jamais prononcés ?
    Pour cette affaire misérable de plage en corse , avez-vous remarqué que ce sujet a disparu de nos écrans juste après le témoignage sur BFM TV (oui !) d’un témoin, extérieur au village, relatant une ratonnade raciste ? Ça vous aura au moins donné l’occasion de vous exciter.
    Des musulmans à nos côtés lors des manifs ? Oui, mais j’avoue ne pas questionner mes voisins sur leur éventuelle religion car, fondamentalement, je m’en cogne.
    Le 9-3 un califat et la France musulmane ? Là, je vais vous laisser à vos névroses.
    Qu’est-ce que vous faites ici, vous vous êtes perdu ?

    Répondre
  26. chris
    chris dit :

    Je re-cite et je reformule, alors…

    «  » »Les marchés financiers nous font les poches et leurs représentants politiques nous désignent un péril imaginaire, sous la forme bien commode et si redoutable du bouc-émissaire, et cette stratégie rencontre un succès foudroyant. «  »

    Déjà, les politiques au service des marchés financiers : mouai, saut que c’est peut-être point aussi simpliste que ça, quand moi je dirais plutôt que les politiques essaient, comment dire, de maitriser, de faire avec les marchés financiers. Disons d’ailleurs « flux financiers’ qu’ils contrôlent de moins en moins, pas plus que l’islamisme ( voir les nouvelles économies hors de contrôle des États). Les marchés financiers vous feraient les poches…mouai, à moins que ce ne soient tout simplement les États qui lèvent impôts et taxes sous prétexte de bien commun et de redistribution égalitaire, mais qui de fait, s’enquillent la monnaie dans leurs poches ( d’où l’incurie partout, services publics en déshérence, etc,etc). Alors,que les marchés financiers échappent à l’impôt pour ne pas se faire voler eux aussi; on peut comprendre ( pourquoi seraient -ils aussi stupides que l’électeur, cet idiot, ce veau, tel que le décrivait déjà Mirbeau en son temps).

    Ensuite, « un péril imaginaire », vous dites ? Ben moi, je vous inviterais bien à jeter un œil vers nos prisons, devenues en effet des califats, où ce sont eux les boss ( renseignez-vous soigneusement), et sur les marchés ( les manouches tiennent encore, grâce au fusil, mais pour combien de temps). Les quartiers, ben, j’en parle pas, pas la peine. Alors, s’il ne s’agissait que d’une banale religion dont on pourrait s’en cogner dans la mesure où chacun fait ce qu’il veut…sauf que, ah ben, non, s’agit d’une religion autoritaire et violente, et surtout politique. Mais bon, peut-être qu’il n’y a pas encore assez de mosquées, assez de prédicateurs, assez de lobbies comme le CCIF, pour que ça vous inquiète un peu ( scusez le machin Godwin, j’aime pas trop utiliser ça d’ordinaire, mais avant 40, combien d’allemands et de français ont pris la mesure de ce qui se préparait. Ah, ben oui,suis-je bête, ceusses qui s’inquiétaient étaient des névrosés…).

    Répondre
  27. chris
    chris dit :

    Noterez par contre, pour préciser ma position, que je suis contre l’interdiction du Burkini…

    Parce que c’est toujours complétement con d’interdire, qu’on ne combat pas même la plus conne des religion avec des interdits, de simples lois, et que je suis donc tout à fait d’accord pour voir s’installer des femmes dans cet accoutrement sur une plage à mes côtés, tout en me marrant quant à l’hypocrisie de cette même religion qui prétend à obtenir des jours de piscines interdits aux hommes ( piscine municipale de Malakoff à Nantes – quand je parle de califat…), mais décide aussi d’investir les plages aux côtés d’hommes en petite tenue.

    Répondre
    • Kevin L
      Kevin L dit :

      Chris,
      je suis d’accord avec vous mais laissez tomber. Ils ne veulent pas voir la réalité ; ce n’est pas dans leur logiciel.
      Vous avez vu ce qui s’est passé à Reims avec le bidule « décolonial » interdit aux Blancs. De l’apartheid pur et simple, et sans complexe… Ah si on interdisait un truc aux Blacks ou aux Rebeus, ce ne serait pas la même histoire. Ils ne veulent pas voir que les ringards du Collectif contre l’islamophobie se sont les mêmes connards que le FN, mais pour un autre projet. D’un côté la sainte France à Jeanne d’Arc, de l’autre la sainte loi à Mahomet.
      Laissez tomber… Ils ont la lubie du méchant capitalisme. Ils ne peuvent plus penser. Alors ils braillent et jettent les anathèmes. Tenez, moi, je suis un facho tout cru pour eux.
      Je me demande ce qui est le plus à désespérer : les barbus ou ceux qui se contorsionnent pour ne pas voir qui sont vraiment les barbus ?

      Répondre
      • lik
        lik dit :

        C’est vrai, les blacks et les robeux, tout leur est permis et on se demande bien pourquoi il y en a tellement en taule, contrôlés dans la rue ou qui se noient en méditerranée.

        Répondre
  28. chris
    chris dit :

    Vers la fin des 70, j’ai été prisonnier dans la vieille prison de Nantes, celle de la chanson. On n’ y recensait que quatre maghrébins musulmans, relégués dans une cellule sans lumière tout au fond d’un couloir. Ils y crevaient littéralement de faim non point pour cause de régime religieux mais parce que miséreux, ils devaient se contenter d’un lait mélangé à de l’eau et d’un pain médiocre ( à l’économat, il n’y avait pas de petit bénéfice, et le lait était revendu entier à ceux qui pouvaient payer). Ils ne sortaient jamais, ni aux douches ni en promenade et vivaient comme des pestiférés. Il me souvient de l’étonnement du brigadier quand j’ avais exigé que les victuailles que nous avions fait rentrées en quantité lors du repas de Noël, huitres, gâteau, dindes, fois gras, leurs soient offertes aussi ( nous, nous étions assez riches pour tout nous payer; matons y compris). La taule était alors dirigée par les manouches, très craints et donc respectés, et les gens du milieu, les seigneurs. Les autres constituaient une faune hétéroclite de miséreux, de gars bien et de pauvres types, d’égarés pathologiques divers et de franches crapules, avec une grosse constituante des gens des quartiers. Ils avaient vieillis, ceux des bandes nantaises, et malheur à ceux qui n’avaient pas rejoint l’usine ou l’armée, car devenu adulte et donc majeur, la prison devenait leur hôtel. Dervalliéres, Pin Sec, Bellevue, Grand Clos, tous étaient là, dans la bande devenue des gangs. Une grande partie venait de Beauregard, cité de Saint Nazaire, mais de Rebeus et de Remois, il n’y avait pratiquement point…

    Alors, lik, pourquoi ce « grand remplacement » au niveau carcéral ( je plaisante, hein), j’en sais trop rien ( note que les manouches, eux, sont toujours présents, et qu’il faut aussi rajouter tous ceux de l’Est, aujourd’hui pléthores, les yougos, les Albanais, les Russes, etc), mais il s’est passé quelque chose au niveau de la composition de la société française, ça c’est sûr ( la même chose est constatable au niveau du sport, des salles), et ce qui est sûr, c’est qu’on ne reviendra pas en arrière, que la mondialisation est en marche et que rien ne l’arrêtera, à savoir si l’harmonie finira par se faire ou si les gens finiront par s’entretuer comme dans la théorie des poissons de couleurs dans l’aquarium trop petit. Note aussi qu’à force de les côtoyer, depuis si longtemps, dans le sport, dans le business, j’ai fini moi-même par m’intégrer à eux, à les trouver plus semblables à moi que beaucoup de français de souche, et sans doute aussi parce que je suis aussi devenu apatride en vivant sur deux pays, deux continents éloignés par un océan, en voyageant pas mal, autrement qu’en touriste.
    Mais en vérité, notre réalité est terrible car imprévisible pour le pire.

    Répondre
    • lik
      lik dit :

      Ca n’a rien de nouveau des immigrés pauvres organisant des bandes mafieuses, voir l’histoire des USA par exemple. Stopper l’immigration ne changera rien au problème de l’origine des mafias, on peut avoir des mafias de souche comme la mafia italienne ou celle chinoise à Hong Kong, comme le capitalisme peut parfaitement être un capitalisme nationaliste avec les mêmes inégalités sociales qu’avec un capitalisme mondialisé.

      Répondre
  29. marc
    marc dit :

    Lik : dis donc, tu t’enfonces dans les attaques persos.
    Mais oui, venir opposer le Point (http://rue89.nouvelobs.com/blog/mon-oeil/2012/10/30/le-point-sur-lislam-aime-les-couvertures-decomplexee-228804 ) à un site communautaire, en venant arguer que ce journal serait plus valable sur le Coran (1) que la communauté pratiquante, je continue à trouver que c’est une sacré contorsion pour se donner raison
    Tu comprends ? C’est pas que tu m’es sorti le Point (même si vu son histoire, on peut légitimement se méfier), c’est que tu viennes m’opposer ca a un site de pratiquants..
    (1) Si tu avais un poil fait des recherches, tu aurais pu me citer l’imam de Bordeaux par exemple, qui parle d’une « prescription équivoque et mineure »
    mais qui ne vient quand même pas dire que ca n’est pas dans le Coran. Mais forcément, Le Point c’est plus fort qu’un imam !

    Sinon, oui, je fréquente très rarement les églises, mais la j’ai aucun souvenir visuelle que toutes les femmes soient couvertes de foulard… Et en cherchant un peu, a part des sites hautement intégristes qui ne représentent pas grand monde, personne ne semble prendre ce verset comme étant actuel…

    Répondre
    • lik
      lik dit :

       » l’imam de Bordeaux par exemple, qui parle d’une « prescription équivoque et mineure »
      mais qui ne vient quand même pas dire que ca n’est pas dans le Coran. »

      Il dit clairement que ce n’est pas dans le Coran, ne lui fait pas omettre des propos qu’il n’a pas à tenir compte tenu de sa position sans aucune ambiguïté :

      « il n’y a pas d’habit canonique. Le prophète et les femmes musulmanes s’habillaient comme les païens. L’islam n’a pas apporté un habit nouveau »

      http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/07/port-du-foulard-imam-bordeaux-tareq-oubrou-invention_n_9861300.html

      Ce que tu ne parviens toujours pas à te rentrer dans ton petit crâne dur de gauchiste républicain, c’est qu’il n’y a pas « un » islam, pas plus qu’il n’y a un christianisme ou un bouddhisme… aucun de ces groupes religieux n’a de clergé et théologies unifiées, ils sont tous scindés en de multiples courants qui parfois se tapent dessus.

      Les gus dans ton genre, qui se croient omniscients du haut de leur ignorance, sont totalement incultes concernant l’histoire des religions et feraient mieux de s’instruire avant d’ouvrir leur boite à camembert.

      Répondre
      • marc
        marc dit :

        Je suis pas gauchiste républicain, je suis.. gauchiste égalitaire homme-femme. (ou plutôt, révolté depuis longtemps par le sort qui est fait aux femmes dans toutes nos sociétés et cultures )
        Rien à voir avec la république, sauf comme outil législatif/répressif. (et je sais pas trop comment)

        Sinon, de la main même de l’imam (et non d’une retranscription partielle), on peut lire ceci « elle repose sur un ou deux passages coraniques amphibologiques » (et tu noteras que j’ai l’honneteté intellectuelle d’indiquer jusqu’a l’adjectif). Si des passages coraniques, c’est pas dans le Coran.. ( http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/10/03/pour-une-visibilite-musulmane-discrete-par-l-imam-tareq-oubrou_3488919_3232.html )

        Enfin, j’avais oublié un point : quand bien même le Pape aujourd’hui reprendrait ce passage biblique (style haredim, sans doute) et voudrait que toutes les femmes portent un voile à la messe , quand bien même on accepterait ce postulat totalement implausible, il faudrait être d’une sacré mauvaise foi pour assimiler le port d’un voile de cheveux dans un contexte hyper délimité (temps, lieu, durée, action) au port d’un vêtement intégral dès qu’une femme sort a l’extérieur de sa maison.

        Après, ca me fatigue tes insultes. Donc, je quitte. Au moins, j’ai avancé ma réflexion (bah, oui, j’en suis capable, malgré.. comment tu as dit ? mon ignorance et mon inculture et petit crâne et j’en oublie), j’en ai aussi incidemment appris pas mal sur la philosophie naturiste – ceci en est clairement une interprétation toute personnelle, mais ça semble partir des penseurs initiaux.

        Répondre
        • lik
          lik dit :

          « voudrait que toutes les femmes portent un voile à la messe  »

          Où ca à la messe dans les citations de la bible ? Tu ferais un piètre exégète. Nulle part la bible ne parle de messe à l’église, mais de prière qui peut être pratiquée partout, même à domicile. Voilà en quoi tu es complètement incompétent pour parler du christianisme et encore plus de l’islam.

          De toutes façons, l’état de droit s’en chaloupe les joyeuses des discussions sur le sexe des anges, la couleur, la surface, le moment concernant le port du foulard ou un entonnoir sur la tête. Ce débat est tout simplement totalement con d’un point de vue juridique.

          « je suis.. gauchiste égalitaire homme-femme »

          en voulant stigmatiser le voile ou le burkini porté selon des considérations hypothétiques et diverses qui ne te conviennent pas.

          Répondre
  30. tungstene
    tungstene dit :

    il y a eu un point de bascule avec l’élection de Sarko une irrémédiable perte dans la conception de l’état, de la décence et de la dignité. Comment des gens ont ils pu voter pour un être pouvant sortir ce genre de phrase?
    « Je voudrais leur dire qu’on a reçu le coup de pied au derrière mais que c’est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur. »
    Et en plus il se représente!!!! sans même avoir pris des cours de français

    Répondre
  31. tungstene
    tungstene dit :

    Quant aux jeux olympiques, puisqu’ils étaient évoqués en début d’article,
    seul le sport lorsqu’il est ludique est défendable, pour le reste ce sont des plaisirs très malsains car ils s’obtiennent en battant des autres humains, tristes jouissances issues de la défaite des autres. Par ailleurs je suis toujours sidéré que des spectateurs y trouvent des plaisirs par procuration, en gueulant des on a gagné!!!! faisons des jeux olympiques, d’empathie, de bienveillance , de bonté, cela fera plus avancer l’humanité que les courses de dératé d’un Usain Bolt tournant en rond

    Répondre
  32. herve_02
    herve_02 dit :

    Moi je suis assez perplexe sur le truc kini.

    – D’abord je fréquente peu les plages, n’ayant pas les moyens de traverser la france dans un sens ou dans l’autre pour me préparer un cancer de la peau assis sur 1 m2 coincé entre 2 rôtis qui sentent l’huile.

    – Ensuite, truckini bourka truchose… je m’en cogne un peu la saucisse. Je dois avouer que cela « m’interpelle » car je n’en vois pas beaucoup et je ne sais pas ce que j’en penserais si je ne voyais pratiquement que cela dans un quartier de mes bleds.

    – Enfin il est compliqué de dire que les femmes sont libres de le porter ou pas. La liberté est un concept complexe. Si on te dis dans tous les magazines que tu lis que peser 80kg pour une femme c’est être un boudin, si ta famille te fait des réflexions, si tes amis te regardent de travers… es-tu vraiment libre de faire ce régime ? Pareil pour le voile et le reste. Il est beau jeu de féminister sur la société patriarcale qui à été intégrée dans l’esprit des femmes dominées et donc qu’il faut les ‘forcer’ pour les libérer de ce joug abject et en même temps expliquer que ces fringues moyen-ageuses, ce n’est pas de la domination mais une forme de liberté (ah ah ah !).

    -Enfin(re), il me semble avoir compris que le ‘scandale’ truckini était parti d’une plage (crique) de corse ou des familles dont les femmes portaient le truckini avaient violemment éjecté du lieu les femmes qui étaient en maillot (je ne connais pas le nombre de pièce) et les hommes(?) . Parce que le fond du problème est là. Pas pour savoir si le truckini est bon pour la femme ou pas, mais comment se gère la chose dans la vie réelle et pas derrière un clavier. Comment admettre que l’on ‘privatise’ une plage pour ne pas voir autre choses que des trucs propre à SA religion ? Comment gérer le fait que des filles qui s’habillent normalement se fassent traiter de putes et parfois bousculer (pour les forcer à être libre de changer de vêtements) ?

    – je veux bien discuter du truckini et de la liberté (ah ah) de la femme de le porter, mais insérons cette discussion dans un truc un peu plus large sur la liberté de la femme tout court. Pourquoi cette polémique féministe n’est pas là pour défendre les filles qui se font bousculer et traiter de putes ? Pourquoi toujours dans le même sens ? Parce que ce n’est pas du féminisme ni de la défense de la liberté, c’est juste de la politique. Et ça me gonfle.

    LA ‘gauchosphère’ n’ayant rien à proposer de gauche dans ses rangs pour 2017, il faut sortir un sujet de société ‘clivant’ pour expliquer à la masse de crétins qu’il va falloir voter pour ‘faire barrage à la bête immonde’, et quoi de mieux qu’un truc qui emmerde à tout casser 250 femmes en france mais que l’on peut porter en drapeau de la liberté en pleine année électorale.

    Répondre
    • lik
      lik dit :

      Concernant l’IMC féminin, personne n’a songé à produire des arrêtés municipaux, une loi, une modification de la constitution pour interdire aux minces, maigres, canons galbés des cuisses… de fréquenter les plages sous prétexte qu’elles seraient une promotion de l’aliénation féminine aux canons esthétiques aliénants et oppresseurs des normes esthétiques jugulant la liberté féminine.

      Mais dès que sont des robeuses, hou la la les pauvres filles sont forcément aliénées, alors que nos souchiennes sont évidement libres, ne connaissent pas de contraintes de la part de leurs souchiens de base.

      Comme si le train des aliénations orientalo-musulmanes était le bon moyen de cacher et d’oublier le train des aliénations souchiennes, tout ça au nom nom de la liberté républicaine qui a bon dos.

      Moi, ca me fait bien bidonner tous ces gus confits d’hypocrisie sournoise qui veulent expliquer et imposer leur conception de leur liberté à louches d’interdictions aux autres sous prétexte qu’ils seraient eux même libres, alors qu’ils n’en ont même pas un seul échantillon sur eux, comme dirait Coluche.

      Ce n’est plus le « il est interdit d’interdire », mais maintenant c’est la novlangue « il est interdit ne pas interdire », toujours au nom de liberté…

      C’est l’injonction paradoxale de l’ordre imposé « sois libre » comme le « sois spontané » de Watzlawick.

      Répondre
      • Kevin L
        Kevin L dit :

        Ben moi, si j’étais femme, je préférerais être « souchienne » comme tu dis, franchouillarde jusqu’aux orteils plutôt que « orientalo-musulmanes ». parce que j’ai vécu en Egypte et j’ai vu ce que c’était la vie d’une femme de là-bas.
        (Et j’en ai des connaissances féminines égyptiennes qui n’ont qu’un seul but dans le vie : fuir leur pays parce que c’est plus possible de vivre…)
        Et si des robeuses élevées à Séphora et à Facebook, pour se démarquer, se la jouent « musulmanes », grand bien leur fasse. Cela ne change rien.

        Répondre
  33. chris
    chris dit :

    Puisqu’on en est à la rigolade plagiste, et pis qu’après tout, il ne s’agit que de ça au départ…

    Ça me rappelle un séjour en Espagne. Dab, je fréquentais la plage nudiste, parce que c’était la seule avec du sable et la possibilité de se baigner, les autres étant trop rocailleuses, et parce que la mentalité des lieux m’allait bien. Des gens courtois, tranquilles, respectueux, beaucoup de gays d’ailleurs, tous aussi peinards et sympas. Puis un dimanche, comme l’on avait un rdv assez tôt, ma nana me dit : si on allait à la publique, beaucoup plus proche ( l’autre, fallait traverser trois dunes à pinces). Ouai, d’accord…

    On arrive, on s’installe, nous deux. Puis passe un groupe de russe, et une russkof qui fait une réflexion sur mes tatouages et mon physique ( bon, ça va, flatteuse la réflexion de la nana, même en russe). Forcément, son mec ne peut s’empêcher de répliquer que je suis surement un Vory. Pas grave, ils vont s’installer plus loin, et je peux commencer ma sieste, mais vla que les espagnols s’y mettent, et c’est con mais je parle aussi l’espagnol, qué si , vale y como no, que c’est de la gonflette, du dopage avec anabolisants qui rendent impuissants coño, etc…

    Bon, je me dis qu’on est vraiment tombé chez les beaufs, qu’ils se valent tous, dans toutes les nationalités. Plouc se dit moujik en Russe et naco en espagnol. Puis s’organise une partie de ballon, de foot quoi ( normal chez les ploucs), et je crains le pire…

    Finalement, au bout d’un bon quart d’heure de cris des bedonnants footeux, de sables dans l’air, et de ballons dont les tirs, ma foi…et c’est le russe qui se ramasse la balle en pleine tronche : KO net le mec. Hurlements de la troupe russe, et insultes qui fusent raidement de tous les côtés, et je pense sérieusement à lever le camp avant l’arrivée de la gardia civile que les ploucs réclament déjà à grand cris.

    Franchement, les plages populaires genre congés payés, camping, quoi, moi, j’évite soigneusement ( même à la Baule, je chois celle avec un bar un peu select, où personne m’a jamais fait la moindre réflexion sur mon physique et mes peintures de guerre, d’ailleurs ).

    Répondre
  34. herve_02
    herve_02 dit :

    non, concernant l’imc des femmes, personne n’a produit d’arrêtés, personne n’a légiféré non plus sur le poids des mannequins dans les magazines (ah si, merde ! !) et si la meuf veut crever d’anorexie, c’est son choix après tout, sa liberté.
    D’ailleurs, je me demande pourquoi faire une loi contre les maris qui frappent leur femme, la femme n’a qu’à partir, elle est libre.

    Le truc lorsque l’on part d’une hypothèse, c’est qu’on arrive facilement à la même hypothèse comme conclusion.

    La loi protège le plus faible, enfin est censée … Dès lors la question à se poser est :

    – Est-ce que les femmes sont assez libres pour décider seule de porter ou pas ce truc (et donc pas besoin de loi) ou alors on doit les protéger contre l’obligation qui peut leur être faite de le porter. Comme tout n’est pas tout blanc ou tout noir, il y a probablement des 2 cas. On peut se poser alors la question combien le font librement et combien le font forcée. Et si on l’interdisait, combien serait _vraiment emmerdée_ et combien ferait avec sans que cela les dérange ? je pense que la question est bien plus intéressante que de chercher un lien avec l’imc (qui n’a rien à voir mais était juste un champ de réflexion sur ce qu’est la liberté.)

    Il y a plein de loi qui restreigne la liberté des gens : par exemple tu n’as pas le droit de fumer du cannabis alors que cela n’emmerde personne.

    Répondre
    • herve_02
      herve_02 dit :

      on peut même imaginer qu’on ne lui interdit pas de porter cette tenue chez elle, dans son jardin, mais seulement dans les lieux publics.
      De la même manière que personne ne hurle qu’on interdit de porter des t-shirt faisant l’apologie de la fumette.
      De la même manière je serais surpris qu’un mec portant t-shirt avec un _dessin_ montrant un adulte prenant en levrette un _enfant_ (en dessin hein) ne soit pas ennuyé par la maréchaussée avec une pelleté d’abrutis le honnissant sur tous les rézosociaux et forums.

      Qui parlait de liberté ?

      Répondre
      • lik
        lik dit :

        herve_02

        De facto, je vois pas bien où tu veux en venir, c’est complètement foutraque tes coms. Je défie quiconque de comprendre quoi que ce soit à ce que tu graphomanie. OK, ca doit te défouler le synapse, mais moi j’ai rien capté du sens quelconque éventuel que ca pourrait recéler.

        Tu dois vivre dans un monde pseudo-parallèle, mais ne t’en fais pas reproche trop, c’est valable pour des gus plus compréhensibles. Continue comme ca, personne ne comprendra rien à tes ellipses et tu seras seras paisible.

        Répondre
  35. smolski
    smolski dit :

    lik :

    Je défie quiconque de comprendre quoi que ce soit à ce que tu graphomanie.

    Il suffit de se reporter au post précédent car c’est un complément de celui-ci.

    lik, un blog n’est pas une affaire personnelle mais un partage d’idées, quand on te lit, vraiment, on n’a pas envie de participer aux discussions pourtant généreuses pour la plupart qui se déroulent ici.

    Répondre
  36. herve_02
    herve_02 dit :

    lik

    Le soucis pour comprendre les « posts foutraques » est le même que pour lire des livres un peu compliqués, il faut ouvrir son intelligence. Je vais le refaire en simple pour toi

    1 – j’en ai rien à carrer de comment elle s’habille
    2 – C’est un problème de liberté sur la voie publique
    3 – est-ce qu’elle le font librement ou est-ce imposé ?
    4 – COMME C’EST MOYEN AGEUX, si c’est majoritairement imposé (et régressif) on peut s’interroger de l’intelligence de l’interdire. (de la même manière qu’il est interdit de porter un t-shirt promouvant la fumette)
    5 – TOUT le reste (surtout cette logorrhée féministe stupide) est du foutage de gueule. (et je parle même pas de ceux qui traitent les autres de crétins parce qu’ils ne veulent pas comprendre.)

    pas trop compliqué ?

    Répondre
    • lik
      lik dit :

      Tu fais bien d’être plus concis et clair.

      « surtout cette logorrhée féministe stupide »

      Là, je tique, car c’est pas uniquement un problème de féministe, mais un problème plus large de liberté individuelle que l’on soit femme, homme, trans, gay, queen, bi, catho, protestant, animiste, nain, gros, maigre, géant, cannabisoïde… toute la diversité.

      Quand on commence à faire chier les gens d’une de ces multiples catégories pour un bout de tissu ou peau, trop ou pas assez apparente, alors c’est le début des emmerdes.

      Nous sommes entrés dans un début de psychose paranoiaque collective, ce qui doit faire rire comme des bossus les stratèges de Daesh qui n’en espéraient probablement pas tant du franchouille bouffeur de saucisse, tout ca avec l’encouragement de nos politocards qui pour des raisons électorales, d’arrivisme et de pure crétinerie jettent des grands seaux d’huile sur le feu.

      Répondre
      • herve_02
        herve_02 dit :

        lik
        et bien détrompes toi, nous parlons bien d’un combat féministe. Avec d’un coté les féministes qui pensent que les femmes doivent être libre de porter (ou pas)et de l’autre les féministes qui pensent que c’est rétrograde et donc doit être interdit (parce qu’imposé d’une manière ou d’une autre). le reste du troupeau se rattachant à l’une ou l’autre des causes, par idéologie ou par suivisme. Ce combat intra-féminisme se retrouve d’ailleurs dans le traitement des viols (en nombre bien plus important que la moyenne) en allemagne dans la nuit du réveillons 2016.

        Je donnerais un autre exemple. Imaginons un seul instant qu’un groupe suffisamment important décide de sortir les femmes (volontaires et consentantes) en laisse dans la rue. Penses tu qu’il se trouvera une partie suffisamment importante dans la population pour défendre ce groupe qui pourtant n’emmerde personne et décide de faire sa vie ? Et donc comment on trouve un groupe pour défendre les truckini et consorts et pas les laisses ? Pourtant au non de cette liberté, on devrait les laisser faire, de la même manière.

        Le clivage entre ces 2 féministes marque la limite entre le féminisme de combat (libéral) qui est le faux-nez du libéralisme sauvage en mode (chacun fait ce qu’il veut, MAIS il faut imposer des choses – et jamais protectrices sinon c’est pas drôle) et un féminisme ‘équitable’ qui promeut l’équité et non l’égalité (qui est le féminisme de veil). Par exemple : le remboursement de la pilule et pas des capotes est un féminisme équitable et pas égalitaire. Sinon, pourquoi la femme aurait sa contraception de remboursée et pas l’homme ? c’est inégalitaire.

        TU décides que c’est une psychose paranoïaque collective, moi je ne sais pas trop, je vois juste que la société s’enfonce dans une jungle libérale ou les pauvres s’entre tuent (et crèvent) pendant que les idiots utiles clament à qui veut le dire que tout le monde psychote et que tout va bien madame la marquise. Et bizarrement, ce sont les mêmes qui défendent le libéralisme (sauvage, pléonasme), un laissons faire les acteurs et passons nous de l’état, et qui trouvent que légiférer sur les sujets de sociétés est stupide et de la psychose.

        JE pense que les choses sont bien liés et que nous sommes TOUS les jouets de forces qui modèlent la société en mode jungle violente et dangereuse et que dès qu’un sujet important à le droit de cité dans les médias, il sert automatiquement à déconstruire le corps social pour faire des individus isolés sans protections. Et là, refuser d’interdire le truckini et voile et consort c’est laisser la femme seule sans protection contre la domination masculine rétrograde. (bonus : autant l’habituer à être dominée, l’économie saura utiliser avec bonheur cette ‘race’ de dominés).

        Répondre
        • lik
          lik dit :

          Le problème c’est que tu confonds outrageusement libéralisme philosophique et juridique des lumières et pseudo-néolibéralisme économico-social actuel qui n’a en fait strictement rien à voir en termes de contestations des équilibres des pouvoirs et de ses conséquences.

          « refuser d’interdire le truckini et voile et consort c’est laisser la femme seule sans protection contre la domination masculine rétrograde. »

          C’est évidemment faux pour la simple raison que les lois interdisant le port du burkini sous la contrainte d’un tiers existent déjà, tout comme la sanction des proxénètes esclavagisant leurs prostituées.

          Par conséquent, interdire le burkini sous prétexte que quelques unes sont contraintes revient à sanctionner celles qui le portent par choix. C’est comme le cannabis, autre opium du peuple, l’interdire pour raisons de salubrité revient à sanctionner ceux qui en tirent précisément des avantages ludiques ou/et salubres.

          L’interdicteur s’impose au nom de constats totalement foireux très souvent et je demande d’arrêter d’interdire tout et n’importe quoi sous prétexte que des sous merdes de l’humanité comme Sarko, Valls, Wauquiez, Chiotti et autres étrons parasitaires continueront de nous donner des leçons de savoir vivre alors qu’ils ne sont que des pauvres chiasses qui ne méritent que d’être écrasées d’un coup de talon… démocratique.

          Répondre
          • herve_02
            herve_02 dit :

            Mais je suis entièrement d’accord avec toi. 100% d’accord.

            Ainsi je veux bien que l’on arrête d’interdire, mais faisons le, ne subissons pas les interdictions à la tête du lobby.

            De la même manière arrêtons d’avoir une justice à la tête des lobby et de l’exécutif, punissons de la même manière celui/celle qui dit ‘rentre chez toi sale singe’ et ‘t’es qu’une salope habillée avec cette jupe courte’.

            Mais bizarrement, probablement à cause de ma psychose paranoïaque, on puni juste le « sale singe » et pas le « sale pute », comme les coïncidence sont coïncidentes ! ! ! Et dès qu’on émet la proposition qu’il faudrait un peu arrêter et punir soit les 2, soit aucun : au choix : on est racistes/fasciste… soit parano. Au bout d’un moment ça lasse (euphémisme).

          • lik
            lik dit :

            Eh oui, il faut faire la part des choses, punir ou autoriser relève d’une déontologie, c’est tout l’objet de la philosophie du droit et de la société qui est en train de partir à vau l’eau avec une part de plus en plus importante de politiciens ou polémistes des médias véreux ne pensant qu’à répandre leurs fientes puantes et se remplir les poches en obtenant des auréoles de gloires médiatiques.

            Un jour ou l’autre, il faudra trouver le moyen de virer ces pourritures humaines de l’espace politique qu’ils ont trop occupé.

            Ces trous du cul sont pires que les pauvres types de Daesh car ils ont un pouvoir autrement plus nocif, armée, police, arme nucléaire, larges réseaux diplomatiques…

          • smolski
            smolski dit :

            Il ne s’agit pas d’autoriser ou d’interdire, ça c’est le jeu politiquo-économique de la division sociale. L’humanisme c’est d’aider à ce que ni les lois, ni les religions, ni les sectarismes d’aucune sorte ne soient la prison de nos idéaux mis en partages.

            Le sujet de ce blog est axé sur la religion musulmane, on traite ce sujet à l’égal d’un sujet traitant d’une autre religion et critiquer le sectarisme religieux musulman, ce n’est pas applaudir celui du christianisme, de l’animalisme, etc… Y’en a pas un meilleure ni un moins pire, c’est toujours la même chaîne forgée par le même obscurantisme contre l’Humanité toute entière.

          • smolski
            smolski dit :

            En évoquant le burkini (et en y associant le point goldwin) qui est spécifique à la religion musulman pour faire image à propos des libertés individuelles, le sujet des débats est parti sur cet axe depuis nombres de posts.

            Et voilà que pour ajouter une bonne rasade de kérosène sur les barbecs estivaux qui n’en demandaient pas tant, on nous sort le coup du burkini.
            […]
            l’ostracisation délibérée des femmes « visiblement » d’une religion particulière sous des prétextes fallacieux.

            Ainsi que les attentats manipulés par le gouvernement pour museler les contestations en cours, ces attentats étant abusivement liés de fait au burkini dans l’esprit commun, comme tu le soulignes.

          • Agnès Maillard
            Agnès Maillard dit :

            Près de la moitié des femmes qui ont acheté un burkini ne sont pas de religion musulmane. Et ensuite, l’utilisation d’un prétexte religieux permet de masquer la volonté sous-jacente de stigmatiser des personnes visiblement racisées. Des femmes blanches avec des trucs hyper couvrants n’ont pas été verbalisées…
            Ce billet parle de racisme et de sexisme.

            Même si les médias étrangers semblent découvrir le fait depuis le débat sur le burkini, ce débat n’a rien de nouveau, mais s’inscrit dans une longue vague de mesures et controverses anti-musulmanes. Ces mesures n’ont pas été adoptées avant 2004, mais elles avaient été précédées par une propagande médiatique intense pendant au moins 30 ans, où l’on expliquait comment l’islam est incompatible avec la démocratie et donc un danger pour France – ce pays si démocratique.

            Cette propagande contre l’islam s’est ensuite transformée en une attaque contre les personnes musulmanes elles-mêmes.

            Débat sur le burkini: une nouvelle offensive raciste, par Christine Delphy, 1 septembre 2016

          • smolski
            smolski dit :

            Monolecte :

            Près de la moitié des femmes qui ont acheté un burkini ne sont pas de religion musulmane

            En quoi cela empêche de se solidariser avec celles qui subissent l’usage du burkini sous la contrainte, ne serait-ce qu’il n’y en ai qu’une, même ?

            Je rappelle aussi que le burkini dans la religion musulmane est directement lié avec l’excision, en plus de tout ce que tout ce qu’implique le religieux contre l’espèce humaine…

          • lik
            lik dit :

            « Je rappelle aussi que le burkini dans la religion musulmane est directement lié avec l’excision »

            Euh… tu as fumé la moquette pour sortir une telle énormité ?

          • smolski
            smolski dit :

            lik dans ses œuvres :
            https://blog.monolecte.fr/2016/08/27/du-pain-des-jeux-et-des-glaviots/comment-page-1#comment-405772

            @lik je n’ai pas besoin de fumer la moquette, l’ambiguïté de tes interventions me plongent tout benoîtement dans des rêveries d’un monde où nous serions tous à l’égal de chacun… épicétou.

            Ce que je veux dire pour dire tout ce que je veux dire en ce qui concerne le burkini et l’excision c’est que tous deux sont constitutionnelles à la religion musulmane.
            Pas de religiosité musulmane entraîne donc et de facto pas d’excision ni de burkini.

            Fait tourner…

          • lik
            lik dit :

            Smolsky

            Faux, l’excision concerne d’autres religions et le « burkini » est porté par des juives aussi. L’erreur d’Aheda Zanetti est d’avoir appelé son produit humoristiquement en référence à la burka, n’envisageant pas le faible sens de l’humour de certains français :

            https://www.medias-presse.info/le-burkini-existe-aussi-en-version-juive/60364

            « Selon Martine Gozlan, « […] l’excision n’est mentionnée dans aucune tradition islamique ni dans le Coran. Les textes qui la recommandent sont totalement trafiqués, comme le soulignait le grand imam de la Mosquée Al Azhar au Caire en 1997 pour justifier son interdiction. »

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Excision#Mutilations_sexuelles_et_religions

            En fait, c’est l’omelette aux champignons hallucinogènes que tu devrais arrêter.

          • smolski
            smolski dit :

            lik :

            Faux, l’excision concerne d’autres religions et le « burkini »

            Oui, et alors ?
            Parce que d’autres religions pratiquent des mutilations, les mutilations des unes ou des autres sont absoutes ? Comme les scarifications, la circoncision et tout l’tintouin…

            Ce que je propose, c’est de considérer les musulmans à l’égal de tous les religieux. Ce ne sont tous que des tortionnaires (physiques et mentaux) dont il faut s’entraider à s’en défaire par simple effet d’empathie avec quiconque.
            Donc, pas de loi, pas de massacres ni d’ostracisme qui sont les aspects semblables du religieux et pas de tôlérance non plus face à la perversité de toutes les religions et politiques du même acabit.

        • Relaps
          Relaps dit :

          Près de la moitié des femmes qui ont acheté un burkini ne sont pas de religion musulmane.

          Sur quelles bases on peut établir un truc pareil ?

          Et ensuite, l’utilisation d’un prétexte religieux permet de masquer la volonté sous-jacente de stigmatiser des personnes visiblement racisées. Des femmes blanches avec des trucs hyper couvrants n’ont pas été verbalisées…

          C’est parce que le problème officiel n’est pas tant le truc couvrant que le truc à signification religieuse. Mais effectivement ce serait en effet assez marrant que les intéressées arguent qu’elles sont athées et que ça n’a donc rien à voir avec la religion. C’est un peu comme le voile à l’école, où l’État qui soi-disant ne se mêle pas de religion en est à devoir mesurer ce qui est un voile islamique et ce qui est un bandana.

          Répondre
          • lik
            lik dit :

            « The burkini’s creator, the Australian Aheda Zanetti, told Newsweek that between 35 and 45 percent of her customers aren’t Muslim. “You get a lot of women that are conscious about the exposure of skin [to the sun]. »

            http://www.slate.com/blogs/xx_factor/2016/08/18/burkini_bans_target_muslim_women_after_terrorism_in_france.html

            La propriétaire de la marque burkini est censée connaitre sa clientèle, comme tout commerçant, et donc a fait une étude de marché avec questionnaires. J’imagine mal une musulmane aller acheter un burkini dire qu’elle n’est pas musulmane ou une non musulmane achetant un burkini se déclarer musulmane.

            En Chine, des femmes se couvrent complètement, y compris le visage, pour se protéger la peau à la plage.

            Vu le nombre de touristes chinois en France, ca serait assez comique d’interdire au chinoises de se couvrir à la plage.

          • Relaps
            Relaps dit :

            La propriétaire de la marque burkini est censée connaitre sa clientèle, comme tout commerçant, et donc a fait une étude de marché avec questionnaires.

            Avec dix points d’incertitude dans le résultat final ? j’en doute, d’autant plus sur une échelle mondiale. Ça sent plutôt le doigt mouillé (dans d’autres entretiens, c’est d’ailleurs 60% de musulmanes qui est avancé) et en l’état ça n’a guère de sens vu la diversité des modèles proposés (capuche intégrée ou absente, comment savoir qui achète quoi). Mais bon, pourquoi pas 45% avec la totale pour les héliophobiques, hein, ma curiosité était strictement sur la méthode de collecte.

          • lik
            lik dit :

            Manifestement, tu ne sais pas ce qu’est une étude de marché qui consiste à faire des évaluations par pays, voire par régions, par niveaux de revenus et bien d’autres critères.

            Par conséquent, certains pays, régions, classes sociales …peuvent très bien être à à 35% quand d’autres sont à 45%, ça s’appelle une dispersion statistique à populations multiples.

            Et c’est toi qui veut me donner des cours de logique ?

          • Relaps
            Relaps dit :

            Oui, vous déjà vous n’avez pas compris que « étude de marché » (dont il n’est nullement question) != « x% des femmes qui ont acheté » (qui est l’affirmation discutée). Ensuite, vous n’en savez pas plus que moi sur la méthode employée (il n’est nulle part précisé selon le pays ou quoi, c’est vous qui le sortez une fois de plus de votre chapeau magique), vous trouvez que ça fonde l’affirmation, moi qu’il faut être prudent (et oui, encore la logique, on n’infère pas de ce qu’on ne sait pas — c’est d’ailleurs pour cela que j’ai pris soin de préciser que « pourquoi pas », je prévoyais bien que vous alliez une fois de plus y sauter à pieds joints), surtout quand il s’agit de communication business.

  37. herve_02
    herve_02 dit :

    moi j’ai bien une idée pour les virer, mais la dernière fois que je l’ai émise, j’ai été modéré car il parait que c’est puni par la loi comme ‘incitation au génocide’..

    Répondre
    • ti suisse
      ti suisse dit :

      ?? dans la famille « pas comprendre »: ma pomme,
      et pourquoi, per favor, « votre courriel ne sera pas publié » ?
      mais en fait si ! (là juste au dessus, 3:39) ..sauf que ce n’est pas celui-ci.. en attendant « bonne nuit »
      /trop long ?

      Répondre
  38. Ciorane
    Ciorane dit :

    1/ Oui, Agnès, il s’agit bien de sexisme puisque les « burkinettes » sont des FEMMES et que l’on débat encore une fois de leur place dans la Cité (ici, la plage publique), de leur libre circulation. Là où je me désolidarise de vous, même si je pense que le Conseil d’Etat a pris la bonne décision, c’est que votre postulat de base, une liberté totale, est recevable dans une société idéale, sans patriarcat, sans intégristes religieux de tout poil (et à mes yeux les Frères musulmans ne sont pas plus défendables que l’Opus Dei pour faire simple). Mais en y voyant une nouvelle prescription religieuse plus ou moins directe, peut-être extrapolons-nous?

    Répondre
  39. Ciorane
    Ciorane dit :

    2/ Une citation pour abonder dans votre sens (?!): » Les Musulmans semblent éprouver un sentiment de puissance virile à voiler leurs femmes, et les Occidentaux à les dévoiler ». F. Mermissi (écrivain marocaine). Ni Femen, ni burkinette, deux manifestations de la Société du spectacle et degré zéro du combat féministe.

    Répondre
  40. chris
    chris dit :

    Bien sûr, à force de côtoyer des musulmans à l’entrainement ou dans le business, on crée des liens, parfois des amitiés. On les connait depuis des années, et on a l’impression qu’ils ont intégrés leur religion dans la république française. D’ailleurs, ils s’habillent comme nous, ils aiment les mêmes bagnoles que nous, la même musique, le même sport, hors quelques différences aux soirées cocktails, sur l’alcool et le saucisson. On suppose, on sait même qu’ils sont mariés, ont des enfants qu’on aperçoit parfois lorsqu’ils sont inscrits au Judo éducatif.
    Et puis un jour, on en croise un, un de ces amis du sport, avec sa femme voilée, habillée de noir de la tête aux pieds, silencieuse , à distance, et on s’interroge soudain sur la notion de musulmans modérés.

    Alors racisme, sexisme ? Où une religion qui comme le disait Kemal qui en savait bien plus que nous sur le sujet :

    « Depuis plus de cinq cents ans, […] les règles et les théories d’un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’Islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies.

    Mustapha Kémal ou la mort d’un empire, Jacques Benoist-Méchin, éd. Albin Michel, 1954, p. 323

    Répondre
    • herve_02
      herve_02 dit :

      Chris

      Le plus ‘rigolo’, façon de parler, c’est que pour que cela marche, il faut que l’état appuie dans le même sens, soit en laissant faire, soit en imposant. Dans une société ‘normale’ aucune religion ne peut imposer quoique ce soit à ses fidèles ‘en public’, parce que la loi est censée protéger le plus faible.

      Elle (la loi) doit donc interdire ce que l’on impose à un plus faible. Et là encore le sujet se télescope avec le féminisme. Comme il est hors de question d’imaginer que la femme puisse être soumise à son mari (féministes qui ne sortent pas de leur 16-8-17 arrondissements), il est évident qu’elles le portent comme si elles portaient une robe à fleur verte et orange. Et donc que l’interdire est une atteinte aux droits des femmes.

      Parce qu’il faut une bonne dose d’angélisme pour imaginer une seule seconde que la nana à donné ce nom ‘au hasard’, en rigolant d’une bonne blague après 3 ricards. Cela a été fait sciemment, et à chaque fois hijood (hijab & hood), burqini ( burkini) (burqa & bikini) : une contraction d’un vêtement purement rétrograde islamique. Si cela peut libérer et permettre le sport aux femmes en cage des pays intégristes en avançant vers la liberté est-ce que lorsque vous êtes dans un pays « laïque » cela ne vous fait pas avancer (ou reculer) vers le rétrograde ?

      On en revient encore et toujours au mêmes points.

      Il suffit de voir la vie des femmes musulmanes en iran, aux émirats, en arabie saoudite pour réaliser à quel point elles sont libres de choisir. Mais là on touche aux deuxième point fixe : le racisme et l’intégration. Impossible de dire que ‘les musulmans’…. parce que c’est raciste… et donc ça fait le jeu du fn… et donc que les élections….

      Nous vivions dans un inextricable non sens de la pensé parce que les limites de la réflexions sont posées et nous sommes obligés de tourner en rond avec des 1/4 de concepts castrés.

      A partir de ce moment là, comment ne pas comprendre que depuis 30 ans nous avons que des branques comme représentants ? A ne pas pouvoir réfléchir les gens votent pour des cons.

      Répondre
      • Relaps
        Relaps dit :

        Impossible de dire que ‘les musulmans’…. parce que c’est raciste… et donc ça fait le jeu du fn… et donc que les élections…

        C’est surtout que les musulmans ne sont pas un bloc unitaire. Séculairement, il n’y a pas un mais des islams. Ce qu’on peut dire en revanche, c’est que les musulmans de France n’échappent pas aux fractures qui secouent l’ensemble du monde musulman. À lire à ce sujet : Comprendre l’Islam (ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien).

        Répondre
        • herve_02
          herve_02 dit :

          ui nous sommes bien d’accord, mais de la même manière impossible de dire les hommes… parce qu’ils sont tous différents, ni les femmes, ni les chrétiens, ni les enfants, comme, sauf clonage, tout ce qui est vivant est différent on devrait bannir l’article « les » pour les choses qui ne sont pas issue de la fabrication industrielle (et encore il y a toujours une incertitude sur la déviance à la norme à cause de la calibration des machines et de l’acte humain de production.)
          Mais ça risque de rendre compliquée la discussion, s’il est possible d’en avoir une. Cela fait partie de la castration des concepts.

          Tous les musulmanes n’utilisent pas la burqa, mais seulement des musulmanes utilisent la burqa. On peut faire du politiquement correct en disant DES au lieu de les, mais il y aura toujours un pinailleur qui viendra expliquer que ça représente pas tous.

          Alors partant de là, comme LES musulmans ne prônent pas la burqua, en quoi c’est raciste ou ostracisant de l’interdire ?

          Répondre
          • Relaps
            Relaps dit :

            J’entends bien, mais ce n’est pas tellement ce que je voulais mettre en valeur. Tentons un parallèle. Si vous dites « Les Français se sont mal comportés pendant la guerre », et bien c’est la vérité, documentée et même reconnue officiellement, les nazis ont bien reçu du soutien de la part des Français. Cependant vous réalisez immédiatement que ce n’est pas toute la vérité : des Français on collaboré activement, d’autres se sont contentés de faire du trafic sans trop se mouiller plus, certains ont combattus de l’intérieur ou de l’extérieur, encore d’autre ont attendu l’occasion d’agir victorieusement, et beaucoup n’ont fait que subir en essayant juste de trouver à bouffer chaque jour. Bref, vous voyez, vous dites bien quelque chose de vrai, mais d’au fond si partiel qu’il finit presque par être faux. À présent imaginez que ce ne soit pas vous qui prononciez cette vérité partielle, mais un expatrié… allemand. C’est la même phrase, mot pour mot, mais combien de temps pensez-vous qu’il va s’écouler avant qu’on lui jette l’histoire de son pays au visage et que commence la litanie des griefs respectifs pour déterminer qui tout bien pesé a été le plus dégoûtant ? Pas longtemps sans doute et, honnêtement, peut-on penser sérieusement qu’il y avait la moindre chance pour que ça ne finisse pas comme ça ? Une vérité ne flotte jamais dans l’éther, pour avoir une chance d’être entendue et acceptée comme telle elle ne peut pas être dite par n’importe qui, ou du moins pas n’importe comment. Ajoutons maintenant la cerise sur le gâteau et envisageons qu’on décide en haut-lieu « Tout ceux qui contesteront que les Français se sont mal comportés pendant la guerre seront punis par la loi », vous voyez immédiatement le bazar que ça va soulever, certains vont dire que l’histoire n’a pas être décrétée, d’autres que ça ne vise qu’à salir la mémoire française ou qu’à éviter la réévaluation d’une histoire qui dérange la bien-pensance unique, d’autres au contraire voudront s’appuyer dessus pour faire condamner les livres qui traitent de la résistance sans parler de la collaboration, ou qui la couvrent sans la condamner de manière suffisamment explicite, etc. Au final, en agissant avec brutalité on n’aura fait qu’ajouter de la confusion et durcir comme jamais les positions de chacun.

            Bon, c’est un parallèle qui vaut ce qui vaut, on est d’accord, mais c’est là où je veux en venir : il faut absolument que nous arrivions à nous parler en tant que Français. Tant que d’un côté on s’accrochera à l’idée qu’on est dedans mais surtout aussi dehors comme on veut et c’est pas négociable et que de l’autre on considérera que tout ce qui n’est pas pleinement dedans aspire en fait à faire du dehors le dedans, on ne s’en sortira pas. La seule question de fond posée par le voile devrait (ou plutôt aurait dû) être qu’est-ce que la pudeur française, qu’est-ce que l’humilité, la modestie religieuses dans le contexte français ? Malheureusement aujourd’hui c’est inaudible, tout étant in fine posé en termes de soumission ou d’abdication selon le point de vue, avec chacun semblant s’efforcer à devenir une caricature de lui-même.

          • herve_02
            herve_02 dit :

            Relaps
            Mais je sais bien que le français a été collabo pendant la guerre. D’ailleurs, je crois que l’on peut déterminer assez facilement ceux qui ont été vraiment collabos et ceux qui ont été vraiment résistants.

            A part, peut être l’exception qui va confirmer la règle, ceux dont les parents ont collaborés font parti de la population riche, les résistants forment la population ‘pauvre’. Parce que L’erreur de de Gaule a été de passer l’éponge à la fin de la guerre pour la ‘réconciliation nationale’, moralité toutes les putes qui ont vendu les français à l’ennemi ont les postes importants et continuent aujourd’hui de vendre la france à l’ennemi. Une sorte d’atavisme familiale, génétique. Notre exception française.

            Parce que je ne prône pas la grande muraille, mais il y a une différence entre organiser la mondialisation et vendre son pays.

          • Agnès Maillard
            Agnès Maillard dit :

            Marche pas très bien : mon grand-père était opportuniste, donc plutôt collabo, mais comme il était moins malin qu’il ne le croyait, il a quand même fini super pauvre.
            Manière, les grosses généralités à l’emporte-pièce, ça ne marche jamais très bien.

            Par contre, le capital a toujours soutenu le fascisme en ce qu’il met au pas les classes laborieuses. Donc, les capitalo, chefs d’entreprise, gros marchands et aristo ont majoritairement non seulement collaboré comme des cochons, mais ont favorisé le fascisme autant qu’ils ont pu.
            Après le fait que la règle des successions favorise les riches et concentre la richesse de génération en génération n’a pas beaucoup d’interaction avec le niveau de collaboration.

            Autrement dit, ce n’est pas la collaboration qui a rendu les gens riches, mais les gens riches qui ont eu tendance à plus facilement collaborer.
            Comme souvent, les résistants étaient soit extrêmement jeunes, soit n’avaient rien à perdre, soit les deux!

            Se méfier des causalités, donc…

          • herve_02
            herve_02 dit :

            Ben, j’ai beau lire et relire mon commentaire, je ne vois pas en quoi il est contradictoire avec le votre. A aucun moment je n’ai dit que collaborer RENDAIT riche. Vous vous trompez de combat. Et je ne savais pas que votre grand père avait livré des juifs, des résistants et financé le reich ou pétain.

            Mais j’adore l’idée ou pour diluer les responsabilité on fait de bonnes grosses généralités à l’emporte pièce ou on parle de collabos autant pour le mec qui a vendu du beurre et troqué du lait que pour celui qui a livré les juifs, des résistants et fait des affaires industrielles avec l’ennemi. C’est marrant car celui qui y gagne tout de même dans l’affaire c’est la grosse ordure en se mêlant avec ceux qui tentaient d’améliorer leur ordinaire. Comment on est arrivé à diluer les vrais responsables avec le petit peuple ? je pense que c’est une bonne opération de com orchestré par les vrais collabos, vrais responsables dont les familles sont encore aux commandes. Ceci expliquant peut être cela.

            Mais comme le but de la conversation est de refuser les ‘LES’ (ce qui permet de faire un groupe pour pouvoir discuter) et ainsi de castrer la pensée, votre commentaire devient nécessaire.

            Moi aussi je peux faire : Par exemple, il n’y a pas UN capitalisme mais DES capitalismes, dès lors il est malvenu de dire que le capitalisme soutient le fascisme, parce que moi je connais un chef d’entreprise, capitaliste donc, qui lutte contre. Ça devient cool de discuter hein ?

            Ensuite je trouve piquant de retrouver les même amalgames : LES riches. Pourquoi, là, il y a le droit de faire ces grosses généralités à l’emporte pièce ? Parce que cela sert le discours d’un coté et le dessert de l’autre ?

            Mais je pense comprendre pourquoi : parce qu’il y a une posture politique et ensuite le discours se moule dans la posture politique. On ne peut pas dire LES musulmans parce que votre point de vue politique c’est inacceptable, par conte LES riches c’est politiquement acceptable. Lorsque je parlais de castration des concepts. je n’était pas très loin.

          • herve_02
            herve_02 dit :

            ok… je suis 100% d’accord.

            attends un affreux doute… on doit pas interdire la burqua parce que cela ostracise… mais les seins nus en ville il le faut parce que cela …. j’arrive pas à trouver la fin de la phrase…. l’age peut être…

          • smolski
            smolski dit :

            Interdire est la fonction sociale type d’une civilisation de conquête. Si nous en adoptons la part, nous en prolongeons les conséquences mortifères. De là,« interdire d’interdire » semble être le plus à même pour avancer des alternatives selon son temps à l’intérieur de cette civilisation depuis sa marge jusquà son cœur.

          • smolski
            smolski dit :

            burqa autorisé… et nudisme aussi. mais bizarrement c’est juste burqa

            Pourquoi autorisé puisque mon point de vue est juste de ne pas interdire ?
            Par ailleurs, la burga est une allégence, pas le nudisme.

            Je ne comprends pas le sens de ton intervention, désolé.

          • herve_02
            herve_02 dit :

            oui tu ne comprends pas mon intervention, c’est que qui me désole.

            Ce que j’essaye d’expliquer c’est que l’on refuse d’interdire la burqa parce que c’est une dominatio, et que cela te dérange d’interdire. Pourtant on interdit le nudisme en ville par exemple, et cela te dérange moins. Ou peut être tout autant, mais tu ne mets pas la même énergie à défendre la liberté de vivre à poil en ville et la liberté pour les femmes de vivre comme au moyen age.

            Il y a un excellent papier de Maya Ksouri, Avocate et chroniqueuse politique tunisienne dans le mariane en ligne qui explique pourquoi il faudrait l’interdire.
            L’interdiction EST une domination mais elle POURRAIT être une libération si les gens ouvraient un peu leur cerveau et demandaient(imposaient) les bonne choses.

          • smolski
            smolski dit :

            Ok, je comprends mieux où tu veux en venir. Merci.

            Interdire d’interdire n’est pas le laisser faire que tu mets en image entre la burqa et le nudisme. Cela entraîne des responsabilités individuelles, un comportement éclairant qui ne soit pas dominateur avec un possible accompagnement sur la forme si nécessaire.

            Interdire d’interdire c’est en fait porter au plus haut l’exigence de l’empathie propre à l’humain et consommer ainsi totalement le défouloir à haines nécessaire aux dictateurs pour s’imposer.

  41. Ciorane
    Ciorane dit :

    Hervé,
    Vous touchez du doigt l’essentiel, je crois : oui, nous nageons dans un bain de « politiquement correct » qui nous empêche, sinon de réfléchir, en tout cas d’exprimer ce que nous pensons ou ressentons. Un ami anglais (les Anglo-saxons sont en « avance » sur nous, comme chacun sait) me racontait qu’en Angleterre, le terme de blackboard pour tableau noir est prohibé parce que raciste, whiteboard ne posant pas de problème. Voilà, c’est ridicule mais c’est ainsi. Les Nord-Américains détestent les discussions sur des sujets dits de société et changent très vite de sujet si vous tentez de les contredire et leur demandez d’argumenter( j’ai testé).Le plus drôle, si j’ose dire, c’est que cela ne fonctionne pas dans un pays un tant soit peu latin comme la France, qui a l’habitude des débats et qui se dépolitise, certes, mais à une allure moindre, et la parole refoulée resurgit, pour le meilleur et pour le pire.

    Répondre
    • Relaps
      Relaps dit :

      Ce qui est amusant, c’est surtout de voir parmi les journaux anglo-saxon qui bavent sur la faillite du « modèle français » les mêmes qui nous expliquaient il y a deux mois que plus d’un Britannique sur deux (et leur merveilleuse et tolérante société multi-culturelle anglo-saxonne qui a tellement mieux réussi) était un vieux xénophobe ignare préférant saborder son économie sa diplomatie, voire son pays que de vivre avec des étrangers. Sur ce coup-là, je les trouve si français qu’on pourrait les accuser d’« appropriation culturelle ».

      Répondre
  42. ti suisse
    ti suisse dit :

    « l’enfer c’est les autres », merci (?) J Paul,

    l’homme blanc (l’occidental; nous) s’ennuie ferme sans que son considérable -sacré & colossal égoïsme altère ou ajourne ses loisirs par ex. (certain frappera sa benjamine etc.)
    cet été le choix: paddle gonflable, mölkky, Pokémon.. attention: lui aussi dans l’œil du législateur. Ernest Renan l’a dit: « l’homme a le temps d’un journal intime, pas celui de comprendre l’immensité de l’univers ».
    Comprendre ?! n’étant pas superstitieux (n’est plus un délit !) devin ou voyant, alors qql handicap.., ou le-choix: soit la personne est incapable (inapte ni envie) de m’expliquer, soit je suis un âne.. mais j’agrée Croa, et bien vu Djoub.

    Nil novi sub sole, rien de neuf sous le soleil (ni sous les pavés)

    Le vêtement ‘couvre et protège’ n’est-ce pas, (et) pourrait-on dire, dans notre néo trip laïc (ou suivant Ciorane et Hervé) « habille t-il le moine ? » qu’importe, ..moi aussi le droit exagérer (héhé) dans le même esprit (nân) « retourner sa veste » serait-ce apostat ? (ainsi Relaps ?)
    sinon le lycra est de meilleur qualité mais plus cher (/ayant été censuré avant hier et ignorant la raison, je ne re-citerais pas la pub ni la marque vu sur un catalogue d’hijab de bain) pour celui qui nous concerne (ah?) le burkini, aussi libellé par certain: « la dimension visible d’une pratique religieuse », telle une kipa géante ?! ou alors dans ‘ennui’ il y aurait chimère et fantaisie ?
    Et la peau sensible.. les coups de soleil, on n’y pense pas assez !

    Ceci dit, Aheda Zanetti, ..qui agrémente nos vacances (été 2016) disons les intellectualise façon gamberge & polémique (ça nous change du sudoku !) n’oublia pas de le faire valider par le grand mufti de Sydney, Taj el-Din Hilali (2004 ou 6) un sacré cheik..
    on ne plaisante pas avec le paradis, sinon gare la damnation !

    Le mythe est fondateur (parait-il) pas le symbole, même s’ils partagent le métaphorique.
    Dans « le grand Inquisiteur » de Fiodor Dostoïevski, conte philosophique traitant de la nature humaine, de la liberté et de la manipulation, mentale ou politique (wiki) : Dieu, le libre arbitre, la moralité, ..’enrobe’ le mystère, le miracle et l’autorité,

    c’est sûr, de rester dans l’arbre on s’épargnait le paradoxe,

    °°°°°° °°°°° °°°°°
    ni trop (en) dire: oui, et c’est la toute première fois depuis que je poste sur les blog: de passer à la trappe !! (L’Obs ne compte pas: « ça boom camarade » ne passe pas la modération) non-non je ne me plains pas, ni contrariant, j’ai juste pas-compris.. ou est-ce de répondre à Lik, à sa comparaison fumeuse avec les mexicains (est-ce un concours ?) mon hémoglobine illustrée..? (et tractopelle)
    aussi, quand j’écrivais, recopiais « votre courriel ne sera pas publié » je confondais -dans l’émotion ? (ah bon) avec « votre courrier ne sera pas.. » ballot je suis !
    ni j’ai parlé du Liban (histoire perso) ou de prison.. (salut Chris) quant à la religion, faudrait me rappeler une période ou un passage ‘sympa’ avec l’humanité, sans y être otage non plus.
    J’ai perdu un ami dans les attentats, France, ce qui ne change rien (tant pour d’autres ce fut pire)
    Bonne journée,

    Répondre
    • Guillaume
      Guillaume dit :

      Chris, tu m’as doublé sur cet article.
      Pour moi, c’est évident qu’en défendant la burkha, on justifie/autorise ce type de comportement. On peut pas soutenir le port d’un vêtement vendu en taille 8ans « Parcequ’il n’est jamais trop tôt pour apprendre la pudeur », et après venir s’offusquer que « Une femme sur deux déclare également avoir changé sa façon de s’habiller (pour éviter une remarque sexiste)  »
      Enfin, moi, j’y arrive pas.

      Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      Je suis d’accord avec la remarque de lik qui, me semble-t’il, axe le problème sur la religion et non sur l’islam seul en tant que procédé social permettant de disperser les énergies anti-gouvernementales.

      Dans les faits, nous parlons ici de quelques cas religieux relayés avec force comparativement avec la continuité des assauts des possédants contre les plus démunis effectué sur la planète entière, assauts persistants bien mis en sourdine, eux !!!

      Répondre
    • lik
      lik dit :

      Si à chaque fait divers à la mords moi le nœud on doit en conclure une lutte des civilisations et en faire un fromage, je crois qu’on fait fausse route et accréditons des sales types comme Sarko, Valls, Le Pen et leurs bandes d’abrutis en plus de faire le jeu des extrémistes genre Daesh qui se régalent de voir la zizanie qu’ils sèment.

      Répondre
  43. Exec T
    Exec T dit :

    Chère auteure,
    Vos billets sont toujours une source de réflexion.
    J’irai donc dans votre sens vous qui avez écrit un ouvrage pour « Comprendre l’anti-sémitisme ».
    Il est évident que ces arrêtés municipaux sont ineptes et probablement porteurs des effets inverses que ceux qu’ils escomptent.

    Néanmoins, à la lecture des commentaires, je perçois une forme de distorsion du champs des perceptions.

    Il me semble qu’il faut faire le constat que ce qui a pu se produire au travers des vagues successives de mouvements (assimilation, intégration) de population et de la construction de l’identité française au sens que lui donnait Fernand Braudel ne pourra perdurer.

    Nous entrons dans un « âge des ténèbres » parce que nos repères ne sont plus européens au sens qu’en donnait « l’idée des lumières ».

    Un site donne des clés : http://www.philolog.fr/eloge-de-lesprit-des-lumieres/
    http://www.philolog.fr/laicite-une-conquete-historique-difficile/

    Bien à vous.

    Répondre
  44. saxo
    saxo dit :

    195 commentaires au moment où j’écris,
    Agnès t’as choisi un sujet qui cristallise les passions. 😉 .

    Ayant pratiqué le naturisme je ne conçois ni qu’on puisse l’imposer, ni l’interdire…
    Que chacun mette les vêtements qu’il/elle désire et basta. Si on a des critiques à faire sur la tenue d’untel ou d’untelle, on lui dit, on en discute. De toute façon, toute tenue est culturelle.

    Les phénomènes de mode n’ont pas besoin d’être religieux pour être risibles, absurdes et/ou mercantiles. Devrait-on les interdire sous prétexte qu’ils lavent les cerveaux et poussent à la conso?…

    Notons que depuis qu’on désigne les différents « voiles » islamiques comme moyen d’oppression de la femme, la plus grande publicité leur est faite et de plus en plus de jeunes filles revendiquent leur droit à les porter.
    Alors l’efficacité de l’interdiction dans tout ça, c’est du flan. C’est contre-productif.

    Merci Agnès pour ton article.

    Répondre
  45. chris
    chris dit :

    Fatiha Boudjahlat
    53 min ·

    Quand Bébé-Reagan Macron déclare dans Marianne :
    « Un croyant a le droit de considérer que les lois de la religion dépassent les lois de la République. »
    « Les musulmans qui n’acceptent pas que la loi républicaine passe avant la loi de Dieu ne sont pas des extrémistes, non, je ne suis pas d’accord. Dans le champ public, je ne leur demande qu’une seule chose : qu’ils respectent absolument les règles. Je ne demande pas aux gens d’être modérés, ce n’est pas mon affaire. »

    D’abord il se contredit. Pourquoi exiger que le musulman modéré ou non respecte les règles dans le champ public si celles ci entrent en contradiction avec sa foi? Macron leur en donne quitus. Et l’excision se pratique rarement dans la rue. Les mariages forcés aussi. Que faire avec cette vilaine loi de 2004, cher bébé Reagan?

    Il n’y a pas à être surpris. En libéral cohérent, en fédéraliste cohérent, Macron est favorable à une société multiculturaliste. Les droits collectifs et individuels s’obtiennent et s’exercent au travers de l’appartenance communautaire. Cela permet à l’Etat de restreindre son perimetre d’intervention. Sorman vient de sortir un livre de divorce d’avec la France, méchante avec les enfants d’immigrés, la laïcité faisant d’eux des demi-citoyens. Parce que la religion est une caractéristique de la citoyenneté… cohérence des libéraux.

    Il se moque autant de ce qu’est la France en termes de droits sociaux que de ce qu’elle est en termes de tradition républicaine. C’est pas moderne. C’est à liquider.

    Il peut ainsi se distinguer de l’autre libéral qu’est Valls, lui étant attaché comme moi à ce que Macron appelle , reprenant les idées de Liogier, Durpaire, Bauberot et meme du libéral Sorman, la « LAICITE revancharde », vous savez, celle qui a tué près de 300 de nos compatriotes. Celle qui voile les petites filles. Celle qui hait la France et rêve d’un Califat. C’est la laïcité revancharde qui a pris le volant d’un camion blanc à Nice. Ou donc, c’est à cause de cette laïcité revancharde ?

    En effet, il met en accusation nos valeurs et valide les accusations des islamistes. C’est bête qu’il soit dans le privilège de l’homme blanc né avec une cuillère en argent dans la bouche, il aurait été autant à son aise comme invité du camp d’été decolonial qu’à l’université d’été du MEDEF. Revanche sur quoi? sur qui? Notre ancien empire colonial?

    Enfin, il compte sur le vote des quartiers. À qui il tient le discours de L’ entreprenariat, de l’enrichissement, de l’individualisme…. en le complétant donc avec ce quitus communautariste sur une base religieuse.

    Bébé Reagan s’en est revenu du Puy du Fou convaincu. Il se croit moderne. Le moyen âge en effet, avec la personnalité des lois, c’est moderne.

    Répondre
  46. Salomon
    Salomon dit :

    Il me semble qu’il faut faire le constat que ce qui a pu se produire au travers des vagues successives de mouvements (assimilation, intégration) de population et de la construction de l’identité française au sens que lui donnait Fernand Braudel ne pourra perdurer.

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] La honte pouvait être grande. Cette femme, allongée et ostensiblement voilée au milieu de plagistes à moitié nus, quelques jours après une interdiction municipale ostensiblement médiatisée, jouait évidemment d’une provocation facile. Ces quatre policiers tombent dans le piège. Cette poignée de clichés fera le tour du monde islamiste comme l’une des meilleures (fausses) preuves de l’oppression que subiraient les musulmans en France. C’est un jeu de cons, une tragédie politique, une bêtise sans nom. […]

  2. […] du doigt comme aux plus sombres heures de notre histoire (lire l’excellent billet d’Agnès Maillard). Mais si j’en parle, cela contribue à alimenter cet écran de fumée médiatico-politique […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *