Articles

Pourquoi la liberté d'expression n'est pas négociable

Une fois n'est pas de coutume, je vais réagir à chaud au billet d'un estimable confrère de clavier. Notre ami Gauche de combat nous signale un papier qui, mettant en exergue l'absolue abjection des propos tenus par nos ennemis idéologiques…

Choix de chiotte

Dimanche, j'ai vraiment voté utile : je suis allée bouffer Bambi avec mes amis. Parce que bon, à une ou deux exceptions près, depuis que j'ai ma carte d'électrice, j'ai surtout voté contre. Et ce n'est pas vraiment comme cela qu'on…

La société de l'entre-soi

Un jour, probablement dans l'année qui a suivi l'obtention de mon permis de conduire, je me suis retrouvée sur un rondpoint où c'est aux conducteurs entrants de céder le passage à ceux qui tournent déjà. J'avais bien vu du coin de l'œil…

De la normalité en temps de crise

— T'inquiètes maman, c'est pas grave : tous mes copains savent que j'ai une mère space ! J'ai récupéré la gosse au collège en fin de matinée, ce mardi. Plus de profs en vue, pour cause de formation. Ce n'est pas trop grave,…
,

Bon débarras!

Franchement, l'année 2014 était médiocre pour la plupart d'entre nous. En dehors de la poignée de profiteurs pour lesquels le pillage des biens communs s'est traduit par un enrichissement personnel totalement indécent, pour la grande…

Histoires d'eau

En ce moment, de simples citoyens peuvent être mutilés par les forces de l'ordre, juste parce qu'ils s'opposent à une certaine forme de désordre. Ils peuvent même en mourir. C'est vrai que c'est un peu dérangeant dans une démocratie…

La rançon du mépris

« C’est l’échec de la politique de diabolisation du FN, assure Denis Baupin. Il faut arrêter de jouer sur des fantasmes de la peur qui ne sont plus ressentis par les Français. Désormais, il faut lutter projet contre projet » Élections :…

Qu'ils dégagent!

À chaque nouvelle élection, c'est le même refrain dans les chaumières : qu'ils dégagent ! Mais à l'arrivée, vote sanction ou pas, c'est toujours la même politique qu'on se fade. D'un côté, les europhiles qui gambadent avec des…

L'obsolescence contrariée de notre système politique

La figure paternaliste de l'homme providentiel, du chef, du sauveur, de celui qui sait est totalement dépassée dans une société où le niveau général d'éducation et d'information n'a jamais été aussi élevé. On continue à brandir…

We need to talk about François

Dans la vie, le plus difficile à gérer, c'est la déception. Et la plupart des déceptions naissent de grands malentendus.

La mort du socialisme

Parfois, au cœur de la nuit, je me dis que tout cela n'est qu'une vaste fumisterie, que nous sommes tous morts, si nous avons jamais été vivants, et que c'est exactement ça l'enfer : un endroit de merde où tout marche sur la tête.

Schiste happens

Les plus confiants d’entre nous en étaient restés à l’idée rassurante et confortable que le nouveau président en exercice avait interdit pour toute la durée de son quinquennat l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique, ce qui nous laisserait largement le temps de voir si ce nouvel eldorado énergétique tenait vraiment toutes ses promesses dans les autres coins du monde où il tourne à plein régime.

Le grand soir

Cela fait tellement de temps qu'on en a marre de tout ça, que je ne me souviens plus d'avant.
Et pourtant, j'ai toujours cette impression persistante de chute interminable et de fuite en avant.
Et pourtant, malgré toutes ces frustrations, ces colères et ces belles envolées lyriques, plus ça va mal et plus on ne fait rien.

Ruptures d'anévrisme

Le capitalisme prospère sur le mythe de la classe moyenne : faire croire à un prolo qu’en bossant toute sa vie pour acquérir son clapier, il a les mêmes intérêts de classe qu’un rentier.

Le french paradoxe

Je vous le résume vite fait : le code électoral (article L52-2) annonce des sanctions (3 500 à 75 000 euros) à l’encontre de celui ou ceux qui divulgueront les résultats des élections présidentielles avant 20 h (heure de Paris) même s'ils sont partiels.

Electorama

Quand j'étais petite, les élections, c'était super simple et c'est ma grand-mère qui en parlait le mieux : Tu vois, il y a les riches et nous. Pour les gens comme nous, il y a le Parti Socialiste.