silhouette d'arbre sans feuilles dans la brume, en contre-jour

L’unité à gauche ou le néant

silhouette d'arbre sans feuilles dans la brume, en contre-jour

Notre système électoral échoue à sélectionner le personnel le plus apte à gouverner. Il est — au contraire et structuralement — le tremplin des ambitieux, des sans scrupules et surtout des arrogants qui s’estiment supérieurs à tous les autres en général et au peuple en particulier.

L’idée qu’il nous faut nous serrer les coudes pour résister à l’adversaire est à peu près tout ce qui nous tient lieu de programme dans ce qui est assez emphatiquement appelé la gauche. Avouons que cela manque singulièrement de perspectives et d’ambitions et que cela produit assez logiquement un écœurement profond des citoyens que l’on prend globalement pour des distributeurs automatiques de blanc seing à gouverner n’importe comment.

Dès lors je vous garantis que je n’ai rien à foutre de qui remportera la timbale si le candidat que j’ai choisi de soutenir n’est plus dans la course. Parce que qui que ce soit d’autre, je continuerai de m’en prendre plein la gueule. Alors peu importe. J’ai résisté pendant plus de 20 ans d’abstention à tous les discours moralisateurs, culpabilisants, à toutes les menaces, à tous les chantages, à tous les appels au vote utile, je suis rôdé.*

*Je ne suis pas allé voter Chirac en 2002. Je n’irai pas en 2017 « faire barrage » blablabla, ça ne me concernera plus. Je n’irai pas choisir entre deux menteurs, deux escrocs, deux corrompus, deux néolibéraux plus ou moins décomplexés, je n’irai pas choisir mon bourreau, je ne cautionnerai pas ce putain de carnaval, qui n’a d’autre but que de maintenir cet ordre qui nous dégomme méthodiquement.

Lu sur le mur Facebook d’un copain

Le plus déprimant, c’est le nombre de citoyens qui marchent quand même dans la combine, se pensant de fins stratèges politiques à lire un avenir brumeux et incertain dans des sondages qui sont pourtant commandés, produits et publiés par leurs ennemis de classe, les riches possédants qui financent comme des fous les candidats qui les arrangent bien.

D’où vient le financement de la campagne d’Emmanuel Macron ? De gentils donateurs anonymes installés à Paris, Londres, New York… mais aussi à Uccle en Belgique, arrondissement chic de Bruxelles bien connue pour abriter des exilés fiscaux français. En effet, selon le site Mediapart qui passe au crible le portemonnaie du candidat et de son mouvement En marche !, Macron est allé récolter en octobre dernier, dans ces faubourgs bruxellois huppés, des fonds pour sa campagne auprès de contributeurs invités par le fondateur de la marque Celio, Marc Grosman.

Source : Macron : levée de fonds dans la banlieue bruxelloise des exilés fiscaux

Pendant que certains candidats se mettent en scène comme martyre persécuté ou jeune chevalier blanc hors système, on oublie un peu rapidement que ces gens-là ont déjà été aux manettes, avec les résultats que l’on connait, même si tout le monde joue à l’amnésie en ce moment :

L’un des principaux effets de la réforme Fillon de 2010 supprimant la retraite à 60 ans aura été… d’augmenter le chômage des personnes âgées de 60 ans ! C’est ce que montre une étude du Ministère des Affaires sociales d’octobre 2016. Sa direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) a calculé que désormais, « près d’une personne sur trois n’est ni en emploi ni à la retraite aux alentours des 60 ans » ! Elles sont soit au chômage soit en invalidité ! Et on compte désormais dix fois plus de chômeurs de plus de 60 ans aujourd’hui que du temps de la retraite à 60 ans.
Cette affaire a un coût humain supplémentaire ! Le Ministère des affaires sociales estime que la réforme Fillon aura fait exploser le nombre d’invalides. Il y en aurait près 150 000 de plus qu’il ne devrait y en avoir aux conditions antérieures !

Lu sur le mur Facebook d’un pote

Sachant que les sondages… bref, je crois qu’on peut arrêter de se référer aux sondages… sachant que la plupart des partis n’ont tellement pas de projet de société à nous proposer qu’ils n’ont plus rien d’autre à nous vendre que quelque chose d’aussi pathétique que votez pour moi, je suis le moins pire!… Sachant qu’une élection n’est pas une course de canassons et un isoloir une caisse du PMU… sachant qu’il est de plus en plus évident que les élus ont en réalité un pouvoir très relatif en termes d’orientation de société…

Le comportement le plus rationnel consiste à ne plus être otage de la peur, des calculs à 3 balles et du mythe de l’homme providentiel et de voter (de s’abstenir) seulement selon ses convictions.

Si tous les électeurs faisaient ce genre de choix, alors oui, tout redeviendrait alors possible et pas seulement le pire !

 

Enregistrer

102 réponses
  1. Lili
    Lili dit :

    « L’idée qu’il nous faut nous serrer les coudes pour résister à l’adversaire est à peu près tout ce qui nous tient lieu de programme dans ce qui est assez emphatiquement appelé la gauche.  »

    C’est pareil à droite. Et par adversaire, il y a Marine mais il y a aussi « les socialos » et « Hollandouille », « la gauche », selon le commentateurs qui prend la parole.

    Répondre
  2. VALERE Pierre
    VALERE Pierre dit :

    Dans les temps lointains où j’étudiais le droit constitutionnel, j’étais tombé sur un prof qui disait que dans un système de démocratie représentative avec scrutin majoritaire:
    – d’un point de vue individuel, aller voter est une démarche absurde car avec 90% de votants ou 90% d’abstentions, le résultat sera le même. Or l’analyse des scrutins montre qu’il y a toujours plus de 50% des inscrits qui votent.

    – que ce système – avec des élections qui se succèdent à un rythme effréné – vise en fait à empêcher tout changement radical de société, l’horizon du politique étant borné à la prochaine élection (quand ce n’est pas au prochain sondage), et celui de l’électeur à son intérêt immédiat.

    Mea culpa: il m’arrive malgré tout, parfois, d’aller voter contre un candidat. Mais jamais pour Chirac, 2002 étant une des plus grosses conneries qu’aient fait les électeurs « de gauche ».

    Répondre
  3. D comme
    D comme dit :

    Je ne vote plus depuis longtemps.
    Je crois que je ne vote plus depuis qu’un jour, j’ai réalisé que je votais « contre quelqu’un » à chaque scrutin, et non pour. Pourquoi ne pas voter pour ? Tout simplement parce que les choix, c’est entre Non ou Non, alors on prend le moins pire des Non. Et puis un jour on en a marre.
    Je n’ai plus de télé.
    Je crois que je n’ai plus de télé depuis que j’ai réalisé que le programme que je pense regarder est en fait un emballage à pubs. Un peu comme la politique en somme.
    Je n’ai jamais été autant politisé depuis que je ne vote plus. La politique me passionne, car elle nous concerne au quotidien, mais elle a cessé de m’inquiéter car nous avons assez peu prise sur cette réalité. Les promesses sont cassées, les alliances contre nature, les idéaux culpabilisants, alors que tout ceci n’est que du vent.
    Je n’ai jamais été aussi informé depuis que la télé est à la casse. Je me souviens, adolescent, un graffiti non loin de chez moi était survenu sur un mur : « Cassez vos télés », m’avait intrigué, et voyant ce graf chaque jour en allant au lycée a fini par me faire me poser la bonne question : Penser autrement.
    La télé-vision, c’est la vision à distance, mais on est loin de cette utilité, la télé-réalité est un fake, les mots ont commencé à être employés pour un autre sens. Démocratie, assassinat, devoir civique, les questions sur le sens des mots (bien malmenés encore dernièrement avec la réforme de l’orthographe), ont fini de me convaincre que nous vivons tous dans une sorte de fable, prêts à croire ceux qui nous mentent depuis toujours, ceux à qui le système profite, mais qui nous accuse de nous, profiter de ce système. La liste est trop longue, pour croire encore que voter est utile, impérieux (certes, sur le principe, c’est important, dans les faits, on nous promène). Il s’agit juste d’un business comme un autre. Les élus qui tractent avec grand sourire sur les marchés, qui, une fois élus, vous tournent le dos ou vous taxent encore plus durement qu’hier.
    Un business, comme la télé en est un, auquel je ne crois plus.
    Voter ne sert à rien. S’informer est très utile par contre, signer des pétitions aussi.
    Consommer autrement évidemment. Ne pas ouvrir son porte monnaie par habitude, par abandon, ou sous le coup de l’intox.
    Le vrai pouvoir nous l’avons tous en nous.
    Consommer autrement, penser autrement, et surtout, surtout, ne pas compter sur les Politiques pour devenir heureux. Compter sur soi, sur sa propre énergie, agir modestement mais surement, à son niveau.
    je plains les politiques, devenus nuisibles et pathétiques.

    Répondre
  4. Agnès
    Agnès dit :

    Vous pourriez envisager le vote blanc comme protestation. Ça aurait le mérite d’être explicite non ? (je veux dire, plutôt que l’abstention).

    Répondre
  5. herve_02
    herve_02 dit :

    @Agnes

    Le vote blanc ou l’abstention, vaste question, troll politique éternelle par excellence. Normalement l’individu répond : mais le vote blanc n’est pas comptabilisé.

    Voter blanc ou nul ou bonnet blanc c’est voter. Cela veut dire : je crois que ce système de choix de nos représentants fonctionne et que j’ai une chance de faire élire la personne qui me semble me représenter le plus. On sait aujourd’hui que cela est faux.

    1 – On ne peut voter que pour ceux qui nous sont proposés (investitures des maires avec des règles de plus en plus contrôlantes – normal, écrivent les lois ceux qui sont au pouvoir et donc modifient les lois pour rester au pouvoir)

    2 – On ne peut voter que pour ceux que l’on connaît : il est probablement impensable de donner sa voix à une personne que l’on a vu 3 minutes dans un reportage, parce que la maturation du cheminement de pensé prends du temps.

    3 – On ne peut voter que pour une personne qui n’a pas besoin de travailler, parce que le temps qu’il faut pour se présenter, écrire un ‘programme’, se faire connaître, être présent sur plein de sujets (politique, économie, santé, éducation….) tous le temps est incompatible avec un travail nécessaire pour vivre (pas survivre en plus, vivre : personne ne votera pour un allumé vivant sans eaux ni électricité dans le Vercors car trop décalé de sa situation propre)

    4 – Même si on prends le temps de faire des recherches, de s’instruire de s’éduquer pour avoir une conscience politique, de réfléchir aux problématiques, nous sommes 1 sur 45 000 000 dont une majorité n’a pas accès à l’éducation politique minimale pouvant aider à faire un choix.

    5 – Les médias (vendus – pléonasmes, ou achetés suivant) façonnent l’opinion publique, comme une sorte de propagande officielle du système.

    Vu ces 5 points, il est inutile de perdre sont temps à aller voter. si on ajoute que la politique est devenu le règne de la gestion, peu importe celui au pouvoir de toute façon on l’aura toujours dans le fion (et pas françois)

    Répondre
    • Guy 02
      Guy 02 dit :

      @ Hervé 02
      Ce n’est pas tout à fait exact de dire que les votes blancs et nuls ne sont pas comptabilisés. Pour avoir passé de longues heures aux dépouillements, je vous informe qu’ils sont même mieux comptés que les autres, car mis à part, agrafés et tamponnés du sceau de la mairie. Ils sont aussi clairement enregistrés sur le bordereau qui part en préfecture.
      Alors bien sur, on n’en tient pas compte pour le résultat final, mais imaginez une élection à 50 % de vote blanc +1…

      Répondre
  6. Ellilou
    Ellilou dit :

    Loin de moi l’idée de m’ériger en donneuse de leçon (à quel titre?) mais tout ces débats sur « non j’irai pas voter de toute façon on n’est pas dupes » me semblent être des propos de gens repus de démocratie et moi j’en suis affamée. Je m’explique: Je vis en France depuis des années mais je suis née à l’étranger, plus précisément dans une des dernière dictature d’Europe (Portugal) où le droit de vote n’était qu’un concept et la PIDE bien réelle. Mes parents n’ont jamais voté, nous n’avons pas été élevés dans une atmosphère politisée mais l’amour réel et profond que je porte à ce pays (mon mari, mes enfants sont eux français) me porte à oser penser que le voter n’est pas qu’un simple droit. Tous ceux qui actuellement se voient en alternative à une situation qu’ils ont contribué depuis des années à créer (l’arrivée envisageable au pouvoir d’un parti d’extrême-droite) ne donnent certes pas envie de se déplacer deux dimanches de printemps dans un bureau de vote (quel effort, mes amis, quel effort…). Mais de Poutou à Macron ou au candidat LR (quel qu’il soit….) le choix me semble large et parmi tous ces candidat(e)s, un ou une ne pourrait-il ou elle pas trouver grâce à vos yeux?

    Répondre
  7. saxo
    saxo dit :

    Poudiou…
    Voter ne pas voter… un thème récurrent chez toi, Agnès.

    Voter contre, voter blanc, ou comme Ellilou, voter parce qu’on a vécu dans un pays où le droit de vote n’existait pas…
    Bah, moi, d’une certaine manière, je penche du côté d’Ellilou. Je ne suis pas dupe de notre « non démocratie », et alors?…

    Y’a pas besoin d’être une génie pour voir que seul l’électorat de Marine est mobilisé à chaque élection… Et pour cause…

    Je suis de plus en plus persuadé que nos hommes politiques mériteraient tous de faire une bonne psychanalyse, et qu’une grande partie d’entre eux devrait comparaître devant des tribunaux… Mais, quels que soient leurs méfaits, on peut encore vivre et échanger des idées sans avoir peur de la police politique dans notre pays.
    Sous Marine, c’est beaucoup moins sûr.
    Le seul intérêt pour les partisans du grand soir, c’est que ne pas s’opposer à son accession au pouvoir pourrait engendrer une guerre civile… Bon… Moi j’y tiens pas, je ne pense pas que ça accoucherait d’un monde meilleur, bien au contraire (surtout avec l’armée et la police aux mains des fachos).
    Il faut sortir du système post-monarchique dans lequel nous sommes. Voter, c’est certes donner (malgré nous) un gage de confiance par défaut, alors il faut voter pour qui propose de faire une assemblée constituante digne de ce nom, et rectifier la constitution.
    En fait, je ne sais pas… et moi non plus je ne prétends détenir aucune vérité. Par contre une chose est sûre, lorsque je déciderai (ou non) d’aller voter, je ne le ferai pas pour satisfaire mon ego, mais après avoir tranché parmi les choix qui s’offrent à moi. Et le non vote en est un qui ne m’apparait pas plus pertinent que les autres à priori.

    Répondre
    • VALERE Pierre
      VALERE Pierre dit :

       » il faut voter pour qui propose de faire une assemblée constituante digne de ce nom, et rectifier la constitution. »

      @Saxo

      1° Dans le cadre de l’actuelle Constitution, la convocation d’une assemblée constituante n’est pas prévue. Une telle assemblée n’aurait donc aucun pouvoir de décision.

      2° Pour modifier la Constitution, il faut soit que le projet ait été voté à la majorité des 3/5 par le Congrès (AN + SENAT) soit qu’il ait été adopté par référendum sur un texte voté au préalable en termes identiques par l’A.N. et le Sénat.

      Question: De quelle majorité Mélenchon, puisque c’est de lui qu’il s’agit, peut-il espérer disposer (en particulier au Sénat) pour faire aboutir son projet ?

      Personnellement je ne suis pas spécialement optimiste sur la réponse. Même s’il est évident que l’actuelle Constitution est à jeter à la poubelle.
      Comme je le disais plus haut, le système est parfaitement verrouillé et le changement ne passe pas par les urnes.

      Répondre
      • Wild ar-Rachid
        Wild ar-Rachid dit :

        L’accord des deux Chambres, c’est l’article 89. L’article 11 prévoit explicitement que le Président puisse proposer directement la proposition au référendum sur proposition du gouvernement, sans examen ni navette. Mélenchon aura seulement besoin d’un Premier ministre compatible.

        Répondre
        • VALERE Pierre
          VALERE Pierre dit :

          Le débat sur l’utilisation de l’article 11 pour réformer la constitution date de 1962 (utilisé par De Gaulle pour imposer l’élection du PR au suffrage universel) et n’est pas définitivement tranché. Giscard était contre, Mitterrand a été contre puis pour….S’agissant d’un changement de Constitution, vous pouvez vous attendre à une belle bataille d’arrière garde menée par la droite (PS inclus) avec le Conseil Constitutionnel pour arbitre. C’est pas gagné.

          Répondre
          • Alain
            Alain dit :

            Tu vois des corbeaux sur la photo ? Non
            Des vautours ? Non plus.

            Alors moi je dis que le soleil brillera toujours.

  8. smolski
    smolski dit :

    Voter c’est s’identifier socialement, le peuple vote ainsi depuis lurette et de là se forge et se maintient la communauté du peuple, quel qu’en soit le résultat.

    C’est pour cela qu’en tant qu’anarchiste, je persévère à aller voter, pour cette identification auprès de ceux de ma classe sociale, celle du peuple de gauche.

    Répondre
  9. herve_02
    herve_02 dit :

    @smolski

    Vu comment les gens s’écharpe sur le vote parce qu’ils n’ont pas les mêmes opinion, je suis pas persuadé que le vote « maintient la communauté du peuple ». je pense même le contraire.
    Il y a de moins en moins de discussion possible entre les gens parce qu’ils ne votent pas (ou pas) pour la même personne. j’ai l’impression que le vote (la réalité et pas le concept du vote) divise plus qu’il ne rassemble. Mais je ne jette la pierre à personne, même pas à pierre.

    Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      Je suis en contact direct avec une diversité de gens qui va du front national à l’anarchie et plus… Chacun de ceux que je rencontre et auprès de qui je débat à propos du vote ne se comporte pas du tout comme tu le décris, nous échangeons nos points de vue calmement et même en se chambrant parfois.
      Ce sont les groupes qui font ce que tu décris, ce qui n’est pas la même chose que ce que je dis sur l’identité sociale individuelle que le vote construit.

      Après, tu peux faire le choix de ne pas t’en saisir, mais alors ta parole ne sera plus du tout écoutée de la même manière par ceux que tu rencontres, tu n’auras pas les mêmes liens, les mêmes attitudes, etc…

      C’est à l’usine en tant que nanar (ouvrier sans qualification) que j’ai appris cela de mes amis ouvriers et depuis je m’y suis maintenu.

      Répondre
    • Alain
      Alain dit :

      Si tu pouvais et rester les mains dans les poches et fermer ton groin pendant qu’on va voter les yeux ouverts et sans se boucher le nez, ça nous ferait des vacances.

      Répondre
      • tungstene
        tungstene dit :

        je raye le chagrin, mais de ma grandeur d’âme chevillée en moi, vous accorde la pitié pour le si pitoyable de la teneur de votre réponse à Smolski……

        Répondre
  10. Jean
    Jean dit :

    J’irai tout de même voter contre Le Pen. Pas pour moi. Parce que de toutes façons, comme le disait votre copain, « je continuerai de m’en prendre plein la gueule ». Mais si elle passe, il y en a d’autres qui s’en prendront VRAIMENT plein la gueule. En pensant à eux, ça vaut peut-être le coup de ravaler son dégoût pour cette pantalonnade.

    Répondre
    • tungstene
      tungstene dit :

      Moi aussi, rien qu’en GB avec le Brexit cela a ouvert la chasse aux polonais et un en est mort, laisser faire c’est donner des ailes aux crétins et aux cons.
      Dans cette semi liberté que l’on a encore, aimant bien me confronter aux abysses de la bêtise humaine je vais souvent sur les commentaires du Figaro. Je suis toujours assez surpris par l’attitude de la « modération ». Grosso modo dire que Sarko est un nain crétin cela passe , mais par exemple ( vécu) donner en réponse à ceux qui s’étonnent et s’indignent que les musulmans ne s’insurgent pas assez contre les extrémistes islamistes, dire que pendant le règne de la barbarie nazie on aurait quelque mal à trouver des hordes de chrétiens exprimant le révolte vis à vis de ça, eh ben cela passe pas!!!!!!

      Répondre
      • Guy 02
        Guy 02 dit :

        @ tungstene
        Sans vouloir me faire l’avocat du Figaro, ce genre de commentaire flirtant avec le point Godwin mérite bien d’être modéré. D’autant que l’assertion est mal venue. Lisez les livres d’historiens consacrés aux résistances allemandes au nazisme et on en reparlera. Je vous rappelle quand même que les Témoins de Jéhovah (dont je ne partage absolument pas les convictions) ont accepté la déportation plutôt que la soumission.

        Répondre
        • tungstene
          tungstene dit :

          Mais je maintiens mon assertion et en défends la pertinence, d’ailleurs charitable je n’ai même pas évoqué les protections par des religieux des Touvier et Cie, ainsi que les filières qui ont permis à la fin de la guerre de se faire échapper pas mal de nazis. Et j’ai écris Des pas Les, bien sûr tous n’étaient pas comme cela, ce que je dis est une réponse à ces reproches que l’on fait à une soi disant collectivité musulmane qui en soit n’existe pas, et qui plus est les musulmans forment le plus gros contingent des victimes de l’extrémisme islamique. Ce n’est pas une opinion, c’est factuel . Ce gros truc à la mode du nous les occidentaux sommes l’ultime rempart de la civilisation vis à vis des hordes barbares nous envahissant est une vaste fumisterie et ne résiste pas ne serait ce qu’à l’histoire récente de notre deuxième guerre mondiale. Les camps mais aussi le bombardement de la ville de Dresde entre autres. Bien sûr puisqu’il semblerait qu’ici il faut mettre les points sur les i, il y a des problèmes avec l’immigration, et la montée d’une certaine forme radicale de l’Islam, mais faire des jugements à ce sujet à l’emporte pièce est une escroquerie.

          Répondre
  11. Martin Scriblerus
    Martin Scriblerus dit :

    Le grand barnum des questions de vote, de scrutin, d’échéance, de calendrier électoral, avec procédures centralisées, règles du jeu normalisées, programmes, promesses, Constitution, Démocratie, Droits et tutti quanti sert quand même avant tout à nous distraire de la nécessité de l’auto-organisation, de notre responsabilité à chacun-e de faire société et de décider par et pour nous-mêmes. Et je ne pèche certes pas moins que la plupart de mes contemporains sur ce terrain là.

    Les damné-e-s de la terre, celleux dont la vie ne compte pas, ou tellement moins, celleux sur lesquels les flics de la république essuient plus ou moins rudement, mais toujours, leurs matraques au quotidien, celleux que le capital écrase et pressure le plus impitoyablement, celleux qui doivent rester tout en bas pour que tous les autres aient peur de les y rejoindre, celleux-ci apprennent plus durement qu’ellils n’ont pas le choix: démocrature ou non, état d’urgence ou non, leurs existences sont vouées au mépris, leurs vies à ne pas être prises en compte, leur présence à demeurer hors cadre, leur parole à être silenciée. Ne pouvant jamais compter que sur leur propre auto-organisation, et, tant qu’ellils demeurent isolé-e-s, n’ayant pour seule perspective que celle d’imposer leur existence par leur seule résistance au quotidien.

    Mais tou-te-s les autres?

    Sous le sympathique drapeau « Nuit Debout », combien au printemps dernier se sont empressés, avant toute chose, de se bercer de Grands Mots, de Sixième République et de Constitution, pour mieux se dépêcher de demeurer endormis?
    Et pendant que nous disputons de manières plus ou moins vaines, ridicules et ineptes de nous exprimer pour « manifester notre mécontentement » auprès de politicien-nes et d’institutions qui savent pertinemment que si gouverner doit se faire, c’est et ce sera contre nous, pendant que nous oublions que notre mécontentement est au cœur du programme, qu’il fait partie de l’équation démocratique, qu’il n’est rien de tel que ce mécontentement, et la peur, pour pousser un électeur à l’urne, nous en sommes encore à penser d’abord et surtout à … continuer à nous faire gouverner, – et, comble d’arrogance et d’outrecuidance, à chercher ainsi à faire gouverner nos voisins avec nous. Oh, pas n’importe comment, hein. Par d’autres que ceux d’aujourd’hui, bien sûr. Par de meilleurs, de plus honnêtes, de plus talentueux, de plus … compétents. « Compétents? »

    Au moins les sombres individus que nous connaissons, avec les frasques desquels nous sommes priés de nous amuser, ont encore l’excuse – certes minable – d’une plus ou moins relative incompétence.

    Mais « compétent à gouverner autrui », voilà qui m’a tout l’air d’un bien vilain métier!

    Excusez ma vulgarité: mais j’enverrais bien les votant-e-s qui y tiennent tant se faire gouverner ailleurs! Par la gauche, si ellils y tiennent, et même l’extrême gauche, n’importe comment ou non, peu m’importe leurs convictions. Mais de grâce, assumez enfin vos choix, ne vous cachez plus derrière personne: faites ça très loin, entre vous, sans moi – et sans quiconque n’a jamais demandé à être impliqué-e-s dans ces douteuses lubies!

    Et si d’aventure cette aberrante envie de nous faire tous gouverner venait à vous passer, on pourrait peut être commencer à se causer d’autre chose, à hauteur d’être humain.
    En attendant, pour ma part, je ne veux plus rien savoir du mécontentement des électeurs.

    Répondre
    • saxo
      saxo dit :

      Lorsqu’on vote, on ne vote pas pour se faire gouverner, Martin. On se fait gouverner, qu’on vote ou pas – d’ailleurs.

      Du moins, ils est des hurluberlus qui se croient gouvernants légitimes…
      Gouvernent-ils vraiment?… Sont-ils légitimes?… Ce sont autres questions (auxquelles j’ai envie de répondre non et non).

      Pour en revenir au point de ton discours sur lequel j’achoppe, lorsque je perds un peu de mon temps à aller mettre dans l’urne un bulletin pour quelqu’un auquel je ne crois pas, ce n’est pas pour me faire gouverner.
      Tout comme je me fous éperdument du sens que certains peuvent donner à mon vote, du moment que je sais moi pourquoi je vote (ou pas).

      Ce serait presque l’inverse. J’irai voter pour le/la moins apte à gouverner. J’irai voter pour celui/celle qui veut changer la constitution, j’irai voter pour celui/celle dont les capacités de nuisance me semblent les plus faibles (selon mes critères – mais à ce niveau là, il est très difficile de savoir à court moyen ou long terme sur quel levier appuyer aujourd’hui).
      En aucun cas je n’irai voter pour me faire gouverner.

      Je peux certes ne pas aller voter. Ne pas participer à la mascarade. Mais alors, ça ne changera rien – je serai « gouverné » que je le veuille ou non, et ceux/celles là qui useront de leurs incompétence à gouverner auront été désigné par celles et ceux qui sont plus déterminés que moi a y aller.

      Et quand je vois le camps des déterminés aujourd’hui, je ne tiens pas particulièrement à ce que ce soient eux qui m’imposent leurs candidat(e)s… (Non que je tienne aux autres par ailleurs).

      Répondre
  12. lik
    lik dit :

    « Le comportement le plus rationnel consiste à ne plus être otage de la peur, des calculs à 3 balles et du mythe de l’homme providentiel et de voter (de s’abstenir) seulement selon ses convictions.

    Si tous les électeurs faisaient ce genre de choix, alors oui, tout redeviendrait alors possible et pas seulement le pire ! »

    Euh, à mon avis, la plupart des votants votent selon leurs convictions bien ancrées dans la bouse qui sont généralement totalement connes et c’est bien là le problème. Mieux vaudrait des votants cybernétiques et calculateurs dans le bon sens du terme, le résultat serait probablement nettement moins calamiteux que les crétins à qui on a donné le droit de vote pour des crétins tout aussi débiles et malsains.

    Répondre
  13. herve_02
    herve_02 dit :

    L’avantage avec l’intelligence c’est que tout le monde à l’impression d’en avoir assez pour juger celle des autres.

    Réserver le droit de vote à certains, jugés plus digne de décider pour tout le monde,
    Y’en a qu’on essayé, ils ont eu des problèmes…

    Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      Le développement de la culture peut faire cela, notamment avec l’aide d’internet maintenant. Plus besoin de traîner ses guêtres dans les circuits primés de l’enseignement étatique national, on peut depuis le net élever sa culture et réaliser ses propres convictions bien davantage qu’avant.

      Bien sûr, il y a des avatars dans cette méthodes prise isolément, mais associée avec tous le reste des médias, elle peut agir en mieux, en beaucoup mieux qu’en anônnant sans âme pour quelques vains rubans la liste des rois louis (d’or) :

      Les belles familles

      Louis I
      Louis II
      Louis III
      Louis IV
      Louis V
      Louis VI
      Louis VII
      Louis VIII
      Louis IX
      Louis X (dit le Hutin)
      Louis XI
      Louis XII
      Louis XIII
      Louis XIV
      Louis XV
      Louis XVI
      Louis XVII
      Louis XVIII
      et plus personne plus rien…
      qu’est-ce que c’est que ces gens-là
      qui ne sont pas foutus
      de compter jusqu’à vingt ?

      Jacques Prévert

      Répondre
  14. loc
    loc dit :

    Mon pauvre lik la nature naturelle n’a que faire de ta cybernétique totalitaire imposée par la ruse, par dessous les fagots, la nature depuis la nuit des temps se suffit à elle même à chaque force exercée à son encontre elle s’emploit violemment sans dicernement à retrouvé son équilibre.

    Souvients toi du temps pas si lointains ou sur les places de France et d’Europe s’érigeait les bûchets destinés aux sorciers…
    A leur place et lieux une étoile sur laquelle on dressa des fontaines aux angelots comme pour effacer l’horreur…
    le 20 et 21eme à aussi ses sorciers dangereux qui finiront eux même en danger ne te leurre pas, l’animal réactionnaire et les force naturelles ne changent pas!
    S’ils ne se reprennent pas dans le dosage sur le temps, la catastrophe les et nous rattrapera.

    Répondre
    • lik
      lik dit :

      Niveau conjugaison, la cybernétique t’en apprendrait et rapport totalitarisme elle n’a pas grand chose à voir sachant que le totalitarisme ne l’a pas attendue pour exister.

      Répondre
      • loc
        loc dit :

        Quel besoin de savoir conjuguer pour craquer une allumette!
        Le petit préfabriqué qui te rassures tant n’est qu’illusion, au même titre que la soi-disante « Force » que te procure ta maîtrise de ta conjuguaison.
        Ta cybernétique serait plus qu’acceptable, utile même si elle usait des canaux de la démocratie… Malheureusement ce n’est pas le cas!
        Dis-moi à quoi va te servir ton bouclier d’érudit face à un voir des peuples en colère…

        Répondre
        • lik
          lik dit :

          On se demande bien ce que des peuples en colère sans érudition peuvent produire, à part produire du FN, ce qui est en marche, comme dirait Macron qui est l’idiot utile du FN, l’alliance des idiots du haut et du bas peuple dans un magnifique incendie néronesque.

          Répondre
          • smolski
            smolski dit :

            lik : On se demande bien ce que des peuples en colère sans érudition peuvent produire, à part produire du FN

            Ben justement, en débattre comme ici fait varier la donne car de nombreux arguments tangibles partagés aident à les transmettre aux peuples qui les lisent, mais aussi à ceux pour qui le peuple est une fraternité avec qui ils partagent beaucoup plus qu’un avis détachable comme un coupon publicitaire.

            lik : l’alliance des idiots du haut et du bas peuple
            Cette hiérarchisation des êtres humains sonne le glas de d’une humanité en perdition, là.
            Des idiots… Pourquoi ?

          • smolski
            smolski dit :

            Ah oui, lik, pour les idiots tu parles des impétrants au pouvoir présidentiel.
            Ils en sont pour leur frais :
            Le Monde Diplo mars 2017 : la désaffection des classes populaires à l’égard de la « gauche de gouvernement » a davantage alimenté le niveau d’abstention que les scores de la droite et de l’extrême droite. Ainsi, d’après l’enquête Ipsos sur les élections régionales de 2015, le fort vote ouvrier pour le Front national (43 %) doit être relativisé par la prise en compte de l’abstention massive de ce groupe (61 %).

            À idiots, idiots à demi !

  15. Alixe
    Alixe dit :

    Il y a des candidatures, comme celle de Charlotte Marchandise (si elle obtient les signatures), qui permettent de voter contre les politiciens de métier, sans que ce soit compté comme blanc ou nul.

    Répondre
    • Agnès Maillard
      Agnès Maillard dit :

      Si elle obtient les signatures… déjà, un barrage bien installé pour empêcher l’accès aux étrangers du sérail.
      Et si elle parvenait à contourner l’obstacle, paf, il lui faudrait trouver les fonds pour payer la campagne… donc, aller recevoir son adoubement des riches… et si cela était tout de même surmonté (et sans devoir promettre un retour d’ascenseur aux généreux donateurs), resterait à convaincre les médias de tendre le crachoir pour avoir un espoir d’être vaguement audible pour le bon peuple.

      Donc, non, tout est bien verrouillé pour que nul pique-assiette ne vienne s’incruster au banquet des grands fauves!

      Répondre
  16. Alain
    Alain dit :

    J’adore cette atmosphère de tournant de siècle, ce retour vers l’an mil, ces silhouettes d’arbres sans feuilles dans la brume
    Une photo , une perspective eschatologique.
    Guerre à la libre entreprise qui est de la merde. Peste noire sur les pays de droite. À bas la famille, place à la famine.

    Répondre
  17. ivan
    ivan dit :

    Jean luc Melenchon c’est tout, et ensuite une constituante et tout le monde sera invité a y participer y compris Charlotte , Mr Chouard etc c’est pas complique c’est la seule solution pour un changement reel. On ne va pas continuer dans cette societe debile, non? Parce qu’ il n’y a absolument aucune des autres candidatures qui ne soit pas un prolongement de l’escroquerie (et parce que charlotte ou poutou pourront toujours rejoindre le mouvement et ils seront les bienvenus)

    Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      Changer la constitution n’est pas réaliste en l’état des choses :
      VALERE Pierre l’explicite dans ce fil ici :
      https://blog.monolecte.fr/2017/03/06/lunite-a-gauche-ou-le-neant/comment-page-1#comment-435012

      Il y a donc une escroquerie de la part de melenchon.
      Alors ?

      Je ne refuse pas le vote à melenchon en tant que vote d’espoir pour la classe sociale des exploités, mais pas en tant que personne parce que d’évidence, melenchon est tout aussi alambiqué que les autres.

      J’ai du mal à digérer son : « Je ne m’accrocherai pas à un corbillard. » pour démonter toute approche d’une union des partis le plus à gauche dans les intentions. J’ai vu qu’il prétendait que ce n’était qu’une boutade, mais les faits montrent que la boutade n’est pas vide de sens… pour lui.

      Répondre
  18. LeCassandre
    LeCassandre dit :

    J’irais voter au premier tour pour la transitions écologique, sortir de l’Europe tel quelle existe aujourd’hui. (on crée une nation par le bas, quand le population signe un contrat social, et force est de dire que le contrat social européen actuel, pas grand monde n’en veut)
    J’irais aussi voter pour la constitution d’une 6eme république française, mais je préférerais voter pour la constitution de la première république européen,
    je n’irait pas voter pour choisir entre Lepen, Marcron, Fillon and co.

    Répondre
  19. paspier
    paspier dit :

    C’est bête , pour une fois que j’aurais su pour qui voter , ben j’ai pas le droit de vote . Sur un plan moral la situation est malgré tout confortable , puisque quoi qu’il se passe , ce ne sera pas dû à ma modeste contribution .
    Évidement cela n’avance en rien le shmilblik , ce qui démontre la complexité de la chose .

    Répondre
  20. paspier
    paspier dit :

    Là d’où je viens , le droit de vote est une obligation ( sous peine d’amende ) vous noterez la contradiction . Il y a un fait accompli , le système fait que l’on vote pour des personnes ( de chair et d’os ) , partis et programmes se trouvant malgré eux au second plan . Cet inconvénient a cependant un avantage , l’humain peut feindre , certes , mais jusqu’à un certain point , chassez le naturel et il revient au galop , il faut aussi jouer de ce petit avantage , des regards , des mimiques , des gestuelles , certains mots …. pas besoin d’avoir fait de grandes études en psychologie pour déceler certaines choses , il y a l’instinct . Si le délit de faciès en matière pénale est totalement condamnable , en matière politique il peut avoir son utilité car après tout rien ne les contraint à se présenter à la chose publique . Donc , je pense tout de même que si ni un programme ni une personne ne vous conviennent , mieux vaut s’abstenir ( quitte à payer une prune ) .

    Répondre
  21. saxo
    saxo dit :

    Le problème quand tu ne votes pas, c’est que ce sont les votants qui décident pour toi.

    S’ils décidaient de choses sans importance, finalement on s’en foutrait pas mal. Mais non, ils élisent des gens qui ont des pouvoirs sur toi, et tu ne peux pas y déroger.

    Tu peux avoir toutes les bonnes raisons de ne pas aller voter. Personne ne te convient parmi l’éventail proposé. Le système démocratique au suffrage universel ne te semble pas si démocratique que ça. Tu ne veux pas de gouvernement. Tu doutes à juste titre que ta voix fasse une quelconque différence. Tu as autre chose à faire le jour de l’élection… et toutes les bonnes raisons citées dans les commentaires ci dessus.

    Mais si tu n’y vas pas, tu laisses à ceux qui y vont le droit de décider pour toi. Plus que le droit, tu leur laisses la décision. Et au bout du compte, c’est toi le dindon de la farce.

    Tu me diras, de toute façon, t’es le Dindon de la farce. C’est pas faux, et alors? Qu’est ce que ça te coûte d’être allé mettre un bulletin dans l’urne?
    Ca veux pas dire que tu cautionnes… Ca permet d’exprimer au mieux un accord, au pire un désaccord. Pourquoi refuser de le faire si ce n’est pour satisfaire ton ego (moi, les élections, plus rien a foutre depuis 2007 – ça fait pas non plus avancer le Schmilblick, même si on a bien vu ce que signifiait la démocratie pour nos dirigeants à ce moment là)…

    Répondre
    • paspier
      paspier dit :

      Bonjour Saxo , l’ ego peut aussi avoir une connotation positive , c’est également ce qui fait nos opinions . Ça ne fait pas très longtemps que je vis dans un pays ou le vote est un choix , culturellement il faut un temps d’adaptation . Cela démontre aussi que le système nous forge malgré nous , puisque chez moi ne pas aller voter démontre clairement son opposition car au-delà de la prune , à terme on risque aussi de perdre une partie de ses droits civiques . Comme quoi , c’est vraiment compliqué .

      Répondre
      • paspier
        paspier dit :

        Jeune votant , je me contentais d’un mot grossier sur la liste , ensuite je me suis rendu compte que ce n’était pas très correct pour les dépouilleurs qui eux aussi étaient là par obligation , me rabattant donc sur un symbole . Ensuite j’ai voté plusieurs fois pour un programme qui ne rencontra aucun succès , puis pour un autre qui démonta toute sa mollesse une fois pris au jeu des compromis , j’ai donc fini par ne plus me rendre aux urnes .

        Répondre
    • saxo
      saxo dit :

      Yep paspier…

      Note toutefois que ça n’enlève rien à ce que je dis.
      Après je juge pas. Note quand même qu’ici, le vote n’est pas obligatoire, et ça change la perception qu’on peut en avoir 😉 .
      Le non-vote n’a pas la même signification que dans le pays duquel tu viens, ou il est nécessairement plus significatif, plus contestataire…
      Ceci dit, la contestation sans contre-proposition a quelque chose de stérile

      Répondre
  22. Kate Charmant
    Kate Charmant dit :

    Puis-je vous suggérer ce reportage de France 3 sur le referendum de 2005 (avant, pendant et après)qui aborde clairement le thème de la confiscation et de la fracture démocratique…en cas d’amnésie ou trop jeune voici une cinquantaine de minutes bien ficelées.. ( oui France 3, étonnant non?;-)
    https://www.youtube.com/watch?v=_UBMIh8mvws

    Répondre
  23. Kate Charmant
    Kate Charmant dit :

    « Nul ne s’en étonnera, si on y réfléchit un peu. La souveraineté, tous ces gens, que ce soient les soi-disant « Républicains » qui ont bien usurpé leur nom tout comme les « socialistes » le leur, la souveraineté donc, ces gens s’en moquent. Et, se moquant de la souveraineté ils se moquent de la démocratie qui est fille de la souveraineté, et ils se moquent du peuple, conçu comme un corps politique. On ne s’étonnera donc pas que la démocratie s’étiole et que le peuple se divise en communautés sur diverses bases, qu’elles soient religieuses, ethniques ou autres. Si nous sommes entrés dans une situation où le mot sécession prend tout son sens c’est bien à cause de ce mépris, qui s’étale devant nous depuis que ces dirigeants, qu’ils soient de « droite » ou de « gauche », ont décidé de piétiner le vote démocratiquement et régulièrement émis par les français lors du référendum sur la projet constitutionnel européen en 2005, il y a douze années de cela. »
    https://russeurope.hypotheses.org/5787

    Répondre
    • Alain
      Alain dit :

      Je vois qu’en guise de commentaire tu mets la prose de JS. Pendant que tu y est,
      Tu aurais pu faire un texte à trous, pis nous on aurait dû trouver les mots qui manquent.

      Répondre
      • loc
        loc dit :

        Muhm…

        Un petit conseil link moi à ta place j’irais consulter… on peut voir des éléphants rose dans certains cas et ce n’est pas bien grave mais voir des idiots et des ânes partout devrais-te faire t’intéroger sur ta sociabilité et ta capacité à vivre en démocratie.
        Ah oui mais c’est vrai! Suis je idiots! Toi tu veux une société strictement géré par des psychologues et des psychiatres (cybernétique)… une sorte de société idéale…
        Tu sais lik, même si cela te concerne, tous le monde n’est pas malade!

        Répondre
        • Loc
          Loc dit :

          Sais-tu que l’on utilise aussi la cybernétique adaptée au bien être animal… oui oui… pour l’agencement intérieur des nouveaux élevages/abattoirs…

          Stratégie pour mettre une société cybernétique (idéale):
          Abêtissement, infantilisation, dépendances totale…
          Pour arriver au but suprême…. « la gouvernance par la douce manipulation »… Bienheureux les manipulables… Je n’ose penser aux autres…
          « Des malades peut-être? »

          Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      se moquant de la souveraineté ils se moquent de la démocratie qui est fille de la souveraineté – Kate Charmant
      Effectivement, la démocratie est la fille du fascisme, ce produit direct de ce qui est souverain, dont elle masque les traits tout en les perpétuant.

      piétiner le vote démocratiquement et régulièrement émis par les français – Kate Charmant
      Ben oui, le vote est indigne de l’Humanité et ces dirigeants vainqueurs le démontrent parfaitement !

      L’anarchie est seule garante de la liberté sociale en la mesurant pour tous à partir de celle de chacun, ce qui ôte le sens de tous les privilèges possibles.

      Répondre
      • Alain
        Alain dit :

        Le jour où les syndicats embaucheront Lafarge pour faire un mur entre eux et l’intéressement à la libre entreprise, les sans dents auront des poules.

        Répondre
  24. tungstene
    tungstene dit :

    Mussolini a fini pendu par les pieds, mais pourtant, bien qu’il me reste un côté croquignolesque, j’aimerai, même si je considérerai cela comme une heureuse issue, me dispenser de voir Marine Le Pen en pareille situation, plus pour moi que pour elle alors j’irai tout de même voter contre elle.

    Répondre
    • Alain
      Alain dit :

      Arrête de dire n’importe quoi, en France on est obligé de devenir fachos à cause de ces vermines qui reviennent toujours, genre François Fillon.
      Et si un seul habitant de ce pays était résolu à fêter la victoire contre l’Allemagne nazie sans ça, il s’appellerait pas tungstène mais Jean marc rouillan

      Répondre
      • tungstene
        tungstene dit :

        tu dis « on est obligé de devenir fachos à cause de ces vermines qui reviennent toujours, genre François Fillon. »
        je serai assez curieux de connaitre ton schéma mental pour arriver à cette conclusion, qui pour moi veut dire remplacer une peste par un choléra.

        Répondre
        • Alain
          Alain dit :

          Moi quand je vois une petite vieille qui entre au huit à huit, je m’amuse pas à lui dire no pasaran car elle va faire ses courses grand mère.
          Et ma parole, t’es agressif comme un paralysé en fauteuil roulant. Qu’est-ce que ça va être quand tu vas rentrer avec dans l’isoloir ! J’espère qu’il faudra pas faire évacuer les autres gens.

          Répondre
  25. herve_02
    herve_02 dit :

    Le pourcentage de posts intéressants (développant une argumentation) divisés par les posts hautains et haineux devient de plus en plus faible…

    Un peu à l’image de la politique en france (que en france ?) d’ailleurs.

    Répondre
  26. l'histoire est à nous
    l'histoire est à nous dit :

    Bonjour, merci, comme toujours, pour le point de vue rafraîchissant. Si Macron est élu, c’est catastrophique, mais si Fillon (??) l’est, ce sera tout aussi catastrophique, de même si Le Pen est élue. Pour ne pas céder au catastrophisme, il faut se rappeler que la situation est déjà catastrophique, et donc ne pas surestimer l’importance de cette élection. J’ai développé un argumentaire en ce sens « de l’urgence de se désintéresser de cette élection » ici: https://historiaesnuestra.wordpress.com/2017/03/08/de-lurgence-de-se-desinteresser-de-cette-election-et-des-autres/
    … si ça vous intéresse!

    Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      Pourquoi insistes-tu tant pour la démocratie puisque pour fonctionner elle contient le fruit du vote inique dans son sein ?
      N’est-ce pas se mettre la corde au cou dès l’abord ?

      PLouf…

      Lu ton blog, tes arguments pourraient s’enrichir de la mise au pouvoir du fascisme hitlérien avec à peine 30% du vote électif au compteur !

      Répondre
        • Pierre M. Boriliens
          Pierre M. Boriliens dit :

          Je suis absolument d’accord avec toi : on s’en fout de l’histoire réelle, pourvu qu’on puisse dire démocratie=fascisme…

          Répondre
        • smolski
          smolski dit :

          Ah Pierre !
          Je ne m’attendais pas à cette réponse, je croyais qu’il était acquis que cette situation extrême de notre l’histoire proche était un éclairage suffisant pour démontrer ce qu’il se passe en réalité depuis toujours en démocratie (tatcher, tromp’ , staline, de gaulle, polpot…) et pas un sujet à polémique.

          Répondre
    • Alain
      Alain dit :

      Lu ton blog aussi
      Mais je préfère l’histoire an nou
      Tout comme dans le film chez nous
      Car toi On dirait stanko qui donne des coups de matraque et d’ailleurs à la fin pauline lui dit dégage, t’es une ordure
      Pachiol na roui (en russe)

      Répondre
  27. Noblejoué
    Noblejoué dit :

    Mais qui a soutenu ou soutient Hamon et son revenu universel inconditionné ici ?
    Incroyablement, cela a été sélectionné par les électeurs de la Primaire, et on fait comme si rien n’était arrivé, il est vrai qu’on n’a pas soutenu le candidat Hamon, ici.

    On réclame, on réclame dans le vide à coup d’utopie, mais quand elle a une chance de se réaliser, elle n’interesse plus personne.
    A croire que personne ne veut qu’elle se réalise, à croire que tout le monde préfère se plaindre des politiciens qui n’en veulent pas plutôt que d »aider celui qui est d’accord.

    Les plaintes, les rituels de manifestations, oui, voter et soutenir ce qu’on désire, non.

    Il faudrait peut-êre que les autres excaucent ce qu’on ne leur demande même pas ?
    Tout le monde a tendance a diaboliser l’adversaire. Mais avec ce genre d’attente, c’est le contraire, on dirait qu’on attend, je ne sais pas ? Un miracle.

    Répondre
    • Alain
      Alain dit :

      Disons que hamon c’est le petit marché qui rend heureux.

      Mais nous autres, on l’a dit :
      Droit de regard sur les licenciements, pouvoir d’achat, retraites.

      Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      J’étais résolu pour hamon jusqu’à les kadors lui aboient dessus et je l’ai vu alors se perdre, du coup, je me tourne vers melenchon et son arrivisme, tant pis.

      Comme je l’ai déjà dit, je ne vote pas pour le résultat mais pour la cohésion de mon identité sociale en tant que partisan auprès du peuple de gauche.

      Répondre
          • Noblejoué
            Noblejoué dit :

            @ Pierre M. Boriliens

            Moi, ce que je vois, c’est que quand la plupart des gens ne veulent pas du revenu universel, on le réclame, et que quand on aurait une chance de l’avoir, si faible qu’elle soit, on le récuse.
            Et au nom de quoi, en plus ? Du communisme, qui a fait pire que le capitalisme. En somme, refuser le mieux au nom du pire.

            Et puis l’idée que le travail doit être plus interressant…. Est-ce que le patron, les syndicats, les ingénieurs, les travailleurs, ont le loisir de rendre le travail interressant ? Le travail serait interessant s’il était choisi, et il ne l’est pas parce que les gens le font pour survivre. Avec le revenu universel, les choses seraient toutes différentes.

            Et puis l’idée que si le tiers monde est malheureux, on ne peut pas faire le revenu universel.
            A ce compte là, on ne peut rien faire ici.

            Eh bien, si c’est ça l’autorité contre le revenu universel…

            Je reviens à ce que je disais : trop de gens ne veulent pas que cela aille mieux mais des sujets de mécontements et faire des actions non destinées à améliorer les choses mais à s’en donner l’impression. L’habitude du malheur ? Le désir de rivaliser avec les patrons plutôt que d’aider les travailleurs et les sans travail ? L’amour de l’agitation à la française.

            Le communisme, un rêve sanglant qui en plus empêche une vraie avancée.
            Bon, un rêve qui n’a fait de mal à personne :
            Cocagne, Histoire d’un pays imaginaire par Hilario Franco Junior.

          • Alain
            Alain dit :

            À noblejoué

            Quoi ?
            Oui les communistes ont un rêve sanglant car la droite extrême et eux, ça fait deux.

          • Pierre M. Boriliens
            Pierre M. Boriliens dit :

            @Noblejoué
            Il ne faut pas se laisser impressionner par la langoureuse musique du froissement de quelques billets de 100€, en s’imaginant qu’il n’y aurait pas de contreparties, probablement bien supérieures. Que Gattaz lui-même et ses pairs y soient favorables devrait inciter à la plus grande méfiance…

          • smolski
            smolski dit :

            Pierre : Que Gattaz lui-même et ses pairs y soient favorables devrait inciter à la plus grande méfiance…

            C’est pas faux, et on le voit le détournement vers toujours moins d’aides sociales qui en est proposé, mais, aujourd’hui, avec la mondialisation économique, qu’est-ce qui n’est pas favorable économiquement à ces gens-là ?

            À part bien sûr de brûler toutes les monnaies !

  28. Loc
    Loc dit :

    Non!…. C’est à moi ça!……Non c’est à moi!….Puisque je te dis que c’est à moi!….. Arrêtes où tu vas en prendre une!…. Quoi?….. Pif, Paf, Pouf… résultat deux éclopés….
    Ah ahah..ah ah! La terre est rempli d’éclopés, pas un en forme pour rattraper l’autre….. et c’est comme ça depuis la nuit des temps, depuis le bac à sable… comme 1 – 1 = 0 ou double 00 devrais- je dire!
    Comme disait la mère Denis: Ah…. C’est bin vrai ça….
    « On est chez nous! »

    ui, ui! La terre est ma maison….un enfant de deux ans pourrait le comprendre… mais à priori pas tous… ( reptiliens peut-être?)… Ah ah ahahaha ha ha…..wha Ahahah ha…. attention… y’a un monstre planqué sous (dans?) ton lit…. il attend que t’éteignes la lumière…
    Oh pitin! C’est grave d’être prisonnier de soi-même… bande de pitres qu’attendez-vous pour vous libérez et être… qui vous êtes…
    Vous ne savez pas qui vous êtes?
    Allez je vous aides… des êtres aimants et gentils mais peureux qui doivent apprendre à se et à faire confiance, peu importe pour qui vous votez, ce qui importe c’est de le faire sans peurs, sans peurs et sans reproches (à vous même), en âme et conscience!
    Libérez-vous, libérez votre esprit… c’est ça être libre!
    Arrêter de faire les grégaires pour manipuler et vous rassurer….
    Et vive notre France, doux pays de notre enfance… ou pas si tu viens d’ailleurs!

    PS: Link… cybernétique?…. vraiment?…..hum… t’es pas une poule? Si? Ah ah ahahah…. Link est une pouleu… Link est une pouleu… tralalalalèreu…. et bis que, bisqueu la carroteu….!

    Répondre
  29. Noblejoué
    Noblejoué dit :

    @ alain

     » Quoi ?
    Oui les communistes ont un rêve sanglant car la droite extrême et eux, ça fait deux. »

    Ah bon ? Dans les pays communistes, on n’a massacré que des gens d’extrême droite ?
    Marrant comme on réduit le débat au communisme et à l’extrême droite en évaquant tout ce qui se trouve entre les deux et serait éventuellement favorable au revenu inconditionné.

    A croire qu’on ne veut pas que la situation que les gens s’améliore mais qu’on cherche juste l’affrontement.
    Comme ce n’est pas mon cas, je crois qu’après avoir lancé mon cri d’alarme sur le fait qu’on laisse passer une occasion qui ne se représentera peut-être plus, je crois que le mieux que je puisse faire est de ne plus me méler de ce débat sur l’union de la gauche.

    Répondre
    • Alain
      Alain dit :

      Quoi quoi quoi
      T’es un cherche la bagarre noblejoué

      J’ai mis à l’ordre du jour un tirage au sort entre Hamon et Mélenchon.
      Y’a des témoins.
      Et t’as raison, reviens pas me dire que ça fait loterie .

      Répondre
  30. N
    N dit :

    @ Pierre M. Boriliens et Smoski

    Tout arrive, je cite je Smoski :

     » mais, aujourd’hui, avec la mondialisation économique, qu’est-ce qui n’est pas favorable économiquement à ces gens-là ? »

    Et je réaffirme ma position. Pour moi, l’important n’est pas de gagner du pouvoir dans l’entreprise ou de baisser les hauts salaires mais de faire que chacun ait de quoi vivre, de plus sans s’humilier a devoir répondre à des conditions.
    Après, une fois que les gens ont de quoi vivre, c’est à eux de voir s’ils veulent travailler et de le faire avec sérénité. Soit ils sont d’accord avec le patron, eh oui, s’ils viennent, soit ils ne sont pas d’accord et leur position pour négocier est meilleure : sans épée dans le dos, ils peuvent insister, et s’ils échouent, ils ont la consolation que ce n’est pas affaire de vie ou de mort et que les rapports entre patrons et travailleurs se civiliseront car les salariés ne se sentiront pas contrains par la peur de perdre leur gagne pain et les patrons par le ressentiment, éventuellement dangereux, de gens qui ont le dos au mur.

    Autre chose : quand on part perdant, on est sûr de perdre. Si on n’essaie pas de conquérir une position, si possible inattendue, tel que le revenu universel, si on attend derrière une ligne Maginot, on est déja conquis.
    Ce que j’appelerais guerre sociale par abus de langage, mais il y a de ça, et guerre militaire ont ceci en commun : tout affrontement est une guerre de position, et l’immobilité, c’est la mort.

    Non, je ne prone pas l’agitation sans rime ni raison, ni la discipline « militaire », seulement d’avoir un coup d’avance et non trois de retard.

    Répondre
    • Alain
      Alain dit :

      On ne sait d’où vient cette citation mais ça prouve bien que la libre entreprise c’est de la merde et pas besoin de savoir que la confédération européenne des syndicat existe, c’est de la merde aussi.

      Répondre
  31. Cuicuix de Mars
    Cuicuix de Mars dit :

    La naïveté grotesque des enfants fait peine à voir, surtout si l’on veut bien la comparer à la maturité sereine qui caractérise les adultes. Par exemple, l’enfant croit au Père Noël. L’adulte non. L’adulte ne croit pas au Père Noël. Il vote. Pierre Desproges.

    Répondre
  32. saxo
    saxo dit :

    Bon, ben c’est le néant alors…
    😉
    J’y suis allé aux urnes mettre mon petit papier Méluche, finalement.
    Mais pour la suite, je suis plus perplexe…

    Difficile de s’exprimer en faveur d’un de nos deux champions issus du premier tour. Le choix entre néant 1 et néant 2 n’est pas tellement évident.
    Si ce n’est que l’un(e) prône la peur et la haine de l’autre de manière ouverte…
    L’autre a un plus joli sourire, mais alors, comme néant premier, il est magnifique…

    Répondre
  33. smolski
    smolski dit :

    Comme je ne vote pas pour les programmes ni pour les personnes mais pour mon identité sociale comme membre du peuple de gauche, je voterai donc contre lepire et sans état d’âme.

    Si election piège à con est signifiant, pour ce tournoi, ça l’est plus que jamais !

    Répondre
    • saxo
      saxo dit :

      Tu vois Joël,
      Bah je suis pas sûr pour le pire 😉 …
      Donc voter contre le pire, j’imagine ce que tu sous entends, mais je sais pas trop.
      Par le pire, je vois bien l’autre forcenée… Mais je me demande, finalement qui est le plus facho des deux.
      Parce que question inaudible, on est dans un véritable déni de démocratie. Macron élu avant d’avoir eu à combattre, c’est pas vraiment acceptable.

      Pire, ce monsieur est le candidat voulu et placé par notre magnifique système capitaliste, et d’un point de vue politique extérieure, je trouve les positions de son adversaire bien moins belliqueuses (syrie, Ukraine, position vis à vis de la Russie, etc…). En Ukraine, en ce moment, on soutient de véritables nazis… Perso, j’aimerais qu’on arrête ce massacre.

      Bref, je voterai pas Marine, par principe. Mais, au fond, j’ai bien envie de voter blanc.

      Répondre
  34. smolski
    smolski dit :

    Oui, avec lepire je vise effectivement le f.haine, ce qui n’enlève rien au catastrophisme social de l’autr’ banane.

    Les promesses électorales des uns ou des autre ne sont que des promesses au même titre que les précédentes, celles de meluch’ comprises, car la réalité est que nous sommes dans un maelstrom économique guerrier bien supérieur à toutes les rodomontades de chacun des prétendants en lice.

    Je vous invite ici à visionner les quatre reportages sur obama et ses années à la présidence diffusés par arte en replay.

    Juste je vote contre lepire parce que la seule signification qui en ressort en le faisant est que je suis moralement du peuple de gauche et de ses valeurs humanistes, valeurs issues directement du mouvement anarchiste qui, par essence, ne présentera jamais de candidat à une élection.

    No pasaran 🙂

    Répondre
    • saxo
      saxo dit :

      Pour le coup, voter contre le pire, ça peut être voter blanc 😉 .

      Parce que le pire…
      Entre un banquier et une ultra nationaliste…
      je sais pas ce que ça veut dire.

      Toi qui veux brûler l’argent,
      pense tu que les souverainistes
      feront moins bien que les cols blancs?

      bon, j’arrête les rimes à deux balles. Mais, sérieux, avec le  » FN bashing  » auquel on est soumis depuis 30 ans, je doute qu’on puisse, objectivement, sur le long terme, mesurer quelle est la plus grande menace pour l’idéal humaniste auquel tu te réfères, entre le FN et le statu con. Qui est le plus fondamentalement totalitaire des deux?… Aujourd’hui, sans m’avancer plus que ça, je doute que ce soit celui qu’on croit. La réponse me semble, par certains aspects trop évidente, pour ne pas y réfléchir à deux fois.

      Bon, j’arrête, après on va dire que je fais de la Pub pour Marine, ce qui n’est pas le cas. Je ne peux pas la souffrir, ni elle ni ce qu’elle représente. Mais, je pense de plus en plus que mon bulletin sera un bulletin blanc (ou un billet de 5€).

      Répondre
      • smolski
        smolski dit :

        Le contenu du vote ou du non vote seul n’importe pas parce que la machinerie démocratique pulvérise le sens du résultat d’un scrutin, quel qu’il soit.
        De ce fait, en votant ou en ne votant pas, nous nous plutôt définissons nous-mêmes, le programme et les candidats n’entrent pas du tout en compte, ils sont insignifiants au regard de la réalité sociale guerrière qui nous environne.

        En sorte que, si je choisis de voter macron c’est uniquement parce que voter f-haine me définirait socialement différemment de ce que je suis réellement.
        Cela aurait été de même, bien que plus facile, si cela avait été meluch’ , comme je l’ai fait au premier tour ou même fion. Les candidats et leurs programmes n’importent pas, ce sont les images qu’ils véhiculent qu’il nous faut choisir par le vote, ou pas, ce qui a aussi un certain sens imagé puisque le vote blanc ou l’abstention ne sont pas prises en compte.

        Ceci dit, ça ne m’empêche pas de râler sur ces choix obligatoires en démocratie alors que partager nos opinions individuelles serait bien plus réaliste socialement sous l’anarchie, surtout via le net !

        No pasaran

        Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *