Page d'accueil de la consultation sur la pauvreté des jeunes

Pauvre consultation

Page d'accueil de la consultation sur la pauvreté des jeunes

Je suis joie. Je suis fête. Je suis pure allégresse. Faute de créer une commission, notre gouvernement a décidé de se pencher sur le sort des pauvres et de lancer une grande consultation numérique pour trouver de bonnes idées pour lutter contre la pauvreté.

Hasard du calendrier, Oxfam nous annonce hier qu’on est vraiment tous très très forts et très très productifs et que nous avons collectivement créé tout plein de cette sacrosainte croissance qui nous manquait tant.

Selon le rapport d’Oxfam, 3,7 milliards de personnes, soit 50% de la population mondiale, n’ont pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale l’an dernier, alors que le 1% le plus riche en a empoché 82%. Depuis 2010, c’est-à-dire peu après le début de la crise en 2008, la richesse de cette «élite économique» a augmenté en moyenne de 13% par année, a précisé Oxfam, avec un pic atteint entre mars 2016 et mars 2017, période où «s’est produite la plus grande augmentation de l’histoire en nombre de personnes dont la fortune dépasse le milliard de dollars, au rythme de 9 nouveaux milliardaires par an».
Source : Les plus riches ont accaparé 82% de la richesse mondiale créée en 2017, Le Temps, 22 janvier 2018

C’est ballot, quand même : depuis le temps qu’on nous serine que la meilleure façon de lutter contre la pauvreté, c’est de travailler toujours plus pour produire toujours plus de richesse, qu’il nous faut de la croissance — plein de croissance — pour financer la solidarité nationale, voilà qu’on s’aperçoit bêtement que la croissance renforce les inégalités et nourrit toujours les mêmes.

Les pompes à phynances

Cela dit, ne boudons pas notre plaisir : nous tenons là la preuve que la théorie du ruissèlement est vraie, c’est juste que nous n’avions pas compris dans quel sens elle fonctionnait!

…il est important de savoir comment fonctionne l’argent pour comprendre son complément nécessaire, la pauvreté. Les deux choses sont inséparables. John Ruskin affirme que si les ressources étaient réparties équitablement, il n’y aurait ni pauvres ni riches. Aussi, enrichir quelqu’un n’est possible qu’en en rendant pauvre un autre. Et pour enrichir énormément quelqu’un il convient d’appauvrir toute une population. La pauvreté est l’envers de l’argent, l’autre face de la pièce.
Source : Jerusalem, Alan Moore, Livre Trois, Chapitre 4 : D’or brûlant.

D’ailleurs, tout ce chapitre est un résumé brillant du rôle de la monnaie comme système confiscatoire des ressources communes au profit d’une toute petite minorité, une grosse escroquerie qui a plus de 1500 ans de construction derrière elle et qui arrive à son apogée de nos jours avec sa virtualisation et son accélération.

Les surnuméraires

Ce qui est amusant, c’est que plus ce détournement planétaire prend de l’ampleur, plus cette orgie destructrice bousille notre écosystème et plus de nombreux penseurs bien établis pointent du doigt la populace, l’énorme masse des cocus de la croissance et du progrès social pour les désigner comme coupables et suggérer à mots de moins en moins couverts, qu’il serait bon pour la planète que les gueux fussent moins prolifiques, voire nettement moins nombreux… afin que les premiers de cordée puissent continuer impunément à vivre et penser comme des porcs!

Pendant ce temps, on peut continuer à amuser la galerie en faisant croire avec des questionnaires absurdes que la guerre contre les pauvres serait soi-disant une lutte contre la pauvreté.

62 réponses
  1. Delph
    Delph dit :

    Il est énorme leur questionnaire : « quel est le rôle de l’Etat? » arf arf arf… des services publics financés avec des vrais humains en face de toi. Voilà. Ils ont besoin d’une consultation pour ça?

    Merci pour tes rédactions de réponses. J’ai pas été aussi longue que toi mais bon… sur le fond, tout pareil.
    Ah si j’ai osé « obliger les entreprises à s’installer là où sont les gens et pas l’inverse, et particulièrement hors de la région parisienne ». Parce que bon, ça aussi ça aiderait bien pour les questions de loyer et de mobilité. Mais on ne va tout de même pas commencer à obliger des ordinateurs à bouger, alors que c’est si facile pour les humains de le faire.

    Répondre
  2. lik
    lik dit :

    « alors que le 1% le plus riche en a empoché 82% »

    A partir de 2500 euros/mois de revenus, on fait partie de ces 1% de la population mondiale.

     » une grosse escroquerie qui a plus de 1500 ans de construction derrière elle »

    Bien plus que 1500 ans, la monnaie date au moins du néolithique.

    Répondre
  3. herve_02
    herve_02 dit :

    moi ce que je ne comprends pas, c’est ce catéchisme à chaque fois répété, comme pour en faire une vérité : les femmes veulent travailler et pouvoir laisser leurs enfants être élevés par d’autres.

    Quel embrigadement social a été insufflé pour rendre acceptable cet état d’esprit. En quoi laisser les niards pour aller scanner des produits chez hypermarket rend libre ? Je ne sais plus qui disait que le travail rend libre. Probablement un méga grand penseur de la société humaine.

    Ce qu’il faut c’est que la femme qui _désire_ élever son enfant puisse le faire dans des conditions financières acceptables. Favoriser l’accueil des 2-3 ans ? c’est une blague ? pour faire comme de l’élevage industriel ? pourquoi pas plus tôt encore ? C’est marrant les gens se battent pour le bien être animal : le veau sous la mère dans les prés et dans le même temps demandent exactement l’inverse pour les hommes : du confinement dans des écoles qui apprennent la soumission à l’ordre social. Alors que le développement de personnalités bien dans leurs bottes et leur têtes passe par un attachement sécurisant, ce qui, sauf cas particulier, est plus facilement apporté par la mère dans notre type de famille et/ou par la communauté élargie (ce n’est pas l’école) dans les sociétés ou la communauté est une famille élargie.

    C’est marrant, c’est lorsque l’on a une désintégration de la famille poussée par une mobilité forcée et induite par la doctrine des dominants que l’on demande aux femmes de travailler, alors qu’il ne reste pas à la maison la cellule minimale pour s’occuper des enfants. Comment cette coïncidence ne saute pas aux yeux ?

    Bien entendu, il y a des conditions sociales déplorables ou l’enfant est mieux à l’école, mais est-ce le cas général ou l’exception ? Et ne vaut-il pas mieux gérer ces conditions par l’apport d’argent et d’éducation, plutôt que de rêver de créer des accueils pour placer les enfants hors du cadre familial ?

    Répondre à ce type de questionnaires est contre-productif. Les réponses sont déjà écrites, avant même que les questions soient posées. Pour les 2 consultations citoyennes que j’ai suivi de loin (en matière de santé), le résultat de ces consultations ont été détournés grossièrement pour faire dire exactement l’inverse de ce que les gens ont dit. Elles servent de justificatifs à cette politique déplorable en expliquant que c’est ce que les gens ont demandés alors que c’est faux. Qui peut garantir que ce qui sortira sera ce que les gens ont répondus ? qui a accès aux données brutes ? Bonne question non ?

    Ensuite, les journaux n’ayant qu’a reprendre en boucle les éléments de langage qu’ils reçoivent par fax, et google n’a qu’à proposer pendant 3 pages que les pages des journaux ou les sites en .gov ou de propagande pour en faire une vérité. Test intéressant, trouver le vrai nombre de mort de la grippe en france sur google. Allez je vous donne un lien : http://www.atoute.org/n/article163.html

    Maintenant trouvez dans google, une pensée dissidente, une voix discordante. Bon courage.

    Et cerise sur le gâteau (ou 2ème effet kiss cool) cela permet une catharsis du mal être, une sorte de soupape, le curé 2.0, les gens ont donnée leur avis et peuvent retourner à leur vie d’esclave avec le sentiment d’avoir faire avancer les choses. Ce qui n’est pas faux en soit, mais c’est juste la direction qui n’est pas la bonne.

    Répondre
    • Agnès Maillard
      Agnès Maillard dit :

      Tu as raison : les femmes veulent avant tout l’autonomie financière pour ne pas être des mineures à vie et pour pouvoir mettre les bouts quand monsieur se sent légitime à les utiliser comme pushing ball, sac à foutre, matrice pondeuse ou boniche gratos.
      Pour l’instant, faut se contenter de tenter de trouver un boulot rémunérateur (ce qui est particulièrement difficile pour les femmes et encore plus pour les mères!), mais effectivement, un dividende universel ferait aussi bien l’affaire, d’autant plus qu’il ne serait que réparation des sommes astronomiques qui ont été confisquées aux femmes en les spoliant et en exploitant leur travail à tous les échelons.

      Répondre
      • herve_02
        herve_02 dit :

        oui, il faut que les individus (hommes ou femmes) puissent être autonome, cela veut dire un revenu de remplacement si pas de travail.

        C’est cela qu’il faut demander, pas du travail. Vous entendez des féministes le demander ? non juste l’accès à un travail (on sait qu’il sera de merde). Combien de féministes ont gueulé lorsque l’allocation parents isolés (ce qui est un état) a été (con)fondu avec le RSA (qui demande de chercher un travail) ? Aucune, parce que leur combat est d’amener les femmes aux même conditions de vie merdique que les hommes : travail de merde + mobilité de merde + logements de merde + enfants confiés à des profs qui n’en ont rien a foutre au mieux et maltraitants en bonus.

        En clair on a supprimé la possibilité pour la femme seule de survivre et élever ses enfants pour la forcer à chercher un travail aliénant (dans un monde de chômage de masse) dans l’indifférence de toutes les associations de défenses des droits des femmes. Alors leurs revendications, je me marre (en restant poli).

        Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      « Répondre à ce type de questionnaires est contre-productif. Les réponses sont déjà écrites, avant même que les questions soient posées. »

      Entièrement d’accord.
      On le voit d’autant plus que les réponses sensées qui sont rapportées ici paraissent hors sujet tellement elles sont évidentes !

      Répondre
    • Valère
      Valère dit :

      « Je ne sais plus qui disait que le travail rend libre. Probablement un méga grand penseur de la société humaine. »

      Moi j’en connais au moins deux: le type qui a fait la déco du portail d’entrée d’Auschwitz et Sarkozy…???…à moins que ce soit Manu Valls, je les confonds.

      Répondre
      • herve_02
        herve_02 dit :

        Ainsi lorsque l’on réclame du travail lorsque cela va mal… c’est que nous sommes un troupeau qui se laisse conduire tranquillement à l’abattoir.

        Répondre
  4. Irène
    Irène dit :

    J’ai l’impression qu’on cherche vraiment à nous endormir une fois de plus… on connaît les causes de tout ça assez bien, on ne manque ni d’analyses politiques ni d’analyses sociologiques. L’Observatoire des inégalités bosse aussi là dessus depuis longtemps. Et on nous demande de passer du temps pour ce type d’enquête qui vont retourner direct dormir dans les tiroirs

    Répondre
    • Agnès Maillard
      Agnès Maillard dit :

      Non, c’est pour dire que le gouvernement est préoccupé par la pauvreté : «d’ailleurs, regardez, on a dépensé de l’argent pour une GRANDE consultation» (et surtout une brochette de consultants), un peu comme ils financent tout plein d’études sur la politique de la ville qui ne ruissèle jamais jusqu’aux quartiers où ont a caché tous ces pauvres que l’on ne saurait voir… ou sentir.

      Répondre
  5. L'ours des P.o.
    L'ours des P.o. dit :

    Toujours aussi pertinent.
    Pour compléter (ou illustrer):
    http://www.economiedistributive.fr/No-815-septembre-1983 ( Un projet de société pour les femmes)
    http://www.economiedistributive.fr/Le-Revenu-Universel-Oui-on-peut
    http://www.economiedistributive.fr/Etude-de-la-monnaie-V-les-grandes
    http://www.economiedistributive.fr/No-989-juin-1999 (spéciale « retraites »)
    http://www.economiedistributive.fr/No-972-decembre-1997 (« la fin du travail ? »)
    http://www.economiedistributive.fr/No-984-janvier-1999 (transformations radicales que la pression « libérale » (déréglementations, directives européennes, Organisation Mondiale du Commerce,…) exerce sur le service public « à la française »)

    Répondre
  6. Charlène Charillon
    Charlène Charillon dit :

    Merci pour cet article, je m’empresse de le partager. Comme je le disais en commentaire lorsque j’ai partagé cette « enquête » gouvernementale, je recommande vivement la lecture (comme première piste vers d’autres lectures intéressantes) de la BD « Grandeur et décadence » de Liv Strömquist, qui, partant de la résignation des plus pauvres, tente d’expliquer la construction de l’hégémonie de la pensée néo-libérale, de décrypter les raisons de l’apathie de la gauche politique et de proposer des solutions pour lutter contre « l’extrême-richesse ». C’est frustrant que la chose soit aussi simple qu’un enfant de 6 ans la comprenne et pas un électeur pauvre de droite : on s’en fout de la taille du gâteau, l’important pour que la fête se passe bien c’est d’en filer une part égale à tous les invités…

    Répondre
    • smolski
      smolski dit :

      « proposer des solutions pour lutter contre « l’extrême-richesse ». C’est frustrant que la chose soit aussi simple qu’un enfant de 6 ans la comprenne et pas un électeur pauvre de droite »
      Il faut voir le principe des marchés et de l’économie qui entretiennent cette extrême-richesse non comme une science mais comme un principe religieux fondé comme toutes les religions sur « la méritocratie » plutôt que sur l’égalitarisme. Une religion où le péché suprême est celui d’être ou de demeurer pauvre et donc de s’exclure soi-même du banquet et le loto la prière quotidienne…

      De là, les raisonnements de part et d’autres du gâteau sont ce qu’ils sont et le demeurent sans davantage de raison que la suprématie cultuelle fondée sur l’économie de marché… 🙂

      Répondre
  7. herve_02
    herve_02 dit :

    Je vais vous soumettre un bout de texte piqué ailleurs, j’ai volontairement caché des éléments pour savoir si vous pouvez compléter les blancs.

    C’est un exercice intéressant , trouver les blancs et imaginer qui a pu l’écrire.

    « Cette obsession est une tactique utilisée par l’élite dirigeante, et en particulier par le parti XXXXXXX, pour éviter de faire face à une réalité désagréable : leur impopularité est le résultat de leurs politiques de désindustrialisation et d’agression contre les travailleurs et les travailleuses et les personnes pauvres de couleur. C’est le résultat d’accords commerciaux désastreux comme le XXXXX qui ont détruit les emplois syndiqués bien rémunérés et les ont expédiés dans des endroits comme XXXXXXX , où les travailleurs sans avantages sont payés XXXXXXXX de l’heure. C’est le résultat de l’explosion d’un système d’incarcération massive, commencé par XXXXXX avec le projet de loi XXXXXXX sur la criminalité, et le triplement et le quadruplement des peines de prison. C’est le résultat de la réduction des services gouvernementaux essentiels, y compris, bien sûr, de l’aide sociale, que XXXXXX a détruit ; la déréglementation, une infrastructure en déclin, y compris les écoles publiques, et le boycott fiscal de facto par les entreprises. C’est le résultat de la transformation du pays en une oligarchie. La révolte nativiste à droite et l’insurrection avortée au sein du Parti XXXXXXX ont du sens quand on voit ce qu’ils ont fait au pays. »

    Répondre
  8. tungstene
    tungstene dit :

    Ah ces parents pauvres qui ne s’occupent , n’éduquent pas assez bien leurs enfants….ce tiers monde qui fait trop de gosses etc. Ce genre de pensées il y a en des tonneaux entiers, d’idées aussi croupies que nauséabondes. Je trouve cela assez dingue qu’ils faillent rappeler , et je le fais très souvent, que les enfants ne choisissent pas leurs parents pas plus que le lieu où ils naissent. Ceux qui disent ce genre de trucs , se pavanent , genre moi j’ai fait des études, et bien sûr oublient que là à leur tour ils ont été aussi des assistés puisque l’état leur a payées ou qu’ils ont été les assistés chanceux de leurs parents ( et que ceux ci en ont eu des déductions fiscales) . Bref ils font des contorsions cérébrales pour ne pas admettre que les dés sont pipés depuis le berceau.

    Répondre
    • L'ours des P.o.
      L'ours des P.o. dit :

      «Je ne crois point, au sens philosophique du terme, à la liberté de l’homme. Chacun agit non seulement sous une contrainte extérieure, mais aussi d’après une nécessité intérieure.»
      Albert Einstein

      Répondre
  9. ti suisse
    ti suisse dit :

    comme tjs (la plupart du temps) des propos intéressants, cool,

    Un pauvre: il est moche et à la rue; il est sale donc il pue.
    Il rebute (ou fait peur)
    Qui en veut ??

    Ce soir: pâtes, ou coquillettes (une purée pour Waheb; pas besoin de dessin)
    et il y a du rouge ! un Ventoux et un côte du Rhône ! (pas pareil; deux flacons valent mieux qu’un)
    ..peut-être d’aller toper une boulette chez le voisin,
    alors la teuf !!

    Les histoires s’échangeront (sûrement !) en anecdote ou géographie,
    qql litanie, probablement, de rupture ou de pognon,
    sans idéologie ni confession /qu’importe, vous vous savez,
    ..je vous laisse, j’ai des invités !

    Répondre
  10. tungstene
    tungstene dit :

    ni l’un ni l’autre , je dis juste qu’il faut l’aimer , l’aider , l’encourager et le propager et en tout premier en nous, le petit doigt qui fera tomber la rangée de dominos trop bien alignée de nos pensées toutes faites , on nous fait discourir sur des arpèges qui ne sont que pont de neige, je veux m’étonner et me sermonner et aux autres répliquer , à chaque fois que l’on surprend ça , honte à eux et à moi à chaque fois, que l’on a pas assez bien réfléchi, nos pensées sont si souvent gauches et maladroites alors qu’entre la gauche et la droite c’est si facile de trancher , la bascule se fait entre les croyances entre l’inné où en l’acquis. Les bonnes volontés ne suffisent pas, Je m’aime de savoir me méfier de moi.

    Répondre
    • ti suisse
      ti suisse dit :

      je ne sais plus où je lisais (tellement à lire!) « comprendre c’est aimer »,
      la conscience triera; ni raison de s’inquiéter de qql confiance, sans elle on ne serait pas là,

      Répondre
      • Agnès Maillard
        Agnès Maillard dit :

        Non, je ne suis pas d’accord : je peux — en lisant un livre comme Les Bienveillantes — comprendre le nazisme, mais assurément, je ne pourrai jamais l’aimer.

        Répondre
          • Agnès Maillard
            Agnès Maillard dit :

            Je trouve qu’il est vital de comprendre comment des gens finissent par perpétrer des meurtres de masse tranquillou billou, avant d’aller à une soirée Scrabble chez les potes. La rhétorique du monstre ou du fanatique est quand même usée jusqu’à la corde et n’explique pas plus qu’elle ne prévient la récidive de ce genre de merde.

          • herve_02
            herve_02 dit :

            E. Todd explique que la structure de la famille en allemagne (avec l’obéissance comme règle de base) a été le ferment du nazisme. Tous les pouvoirs politiques ont comme premier objectif l’obéissance et la soumission. Et tout le monde trouve cela normal à tel point que pour être élu un homme politique doit se montrer autoritaire (avec les autres bien entendu).
            Les gens trouvent normal de frapper les enfants (il n’est que voir la bronca lorsqu’il avait été tenté d’interdire la fessé – pour être en règle avec l’europe). Ils trouvent même normal que les profs humilient les élèves.
            Ainsi il suffit d’un homme un peu charismatique et quelques suiveur pour que les massacres de masse naissent dans une population qui va fermer sa gueule. Il y a actuellement des massacres de peuples entier dans le monde, dans l’indifférence générale. Bien sur, ils ne sont pas gazés et brûlés dans des fours, mais une fois mort, ils s’en foutent de savoir comment ils sont morts.
            C’est bien commode de se tourner et regarder le passé pour pointer la « bête immonde », cela permet de ne pas avoir à s’indigner des bêtes immondes qui actuellement génocident.

            Staline à tué plus de monde que hitler et je pense que la plupart ne le savent même pas. Je suis pas loin de penser que ce ‘devoir de mémoire’ sert surtout aux politiques à créer un repoussoir pour être élu plus facilement.

          • smolski
            smolski dit :

            « il est vital de comprendre comment des gens finissent par perpétrer des meurtres de masse tranquillou billou »
            Il est possible que cela vienne du type de cellule familiale développée conformément à l’environnement social majoritaire et donc individuellement oppressif plutôt qu’émancipateur où elle évolue.

          • Robert Spire
            Robert Spire dit :

            La cellule familiale, son évolution fait partie d’un tout. Des ouvrages d’Arendt à Enzo Traverso montrent qu’il y a une généalogie de la violence dans nos civilisations qui « explique » l’émergence ça et là de monstruosités.

          • smolski
            smolski dit :

            « La cellule familiale, son évolution fait partie d’un tout. »
            Il est possible que la cellule familiale n’évolue pas en elle-même, c’est à dire que nous naissons tous avec une matrice originelle de la cellule familiale, celle de nos ancêtres communs : les chasseurs cueilleurs.
            Le type social qui nous environne ne ferait alors que manipuler le sens de cette cellule à son profit et sous son évolution propre mais, par la critique sociale, chacun peut revenir à la cellule originelle native, c’est à dire une cellule sans hiérarchie ni propriété, celle où notre espèce s’émancipe de la façon la plus favorable à elle-même, comme il se doit pour une espèce ayant survécu au-delà de toutes les évidences.

          • lik
            lik dit :

            La structure familiale allemande est largement contre balancée par un système étatique décentralisé et de puissants contre pouvoirs syndicaux, ce que Todd semble ignorer.

            Le déclenchement du nazisme vient principalement de la crise économique à l’époque et des politiques économiques allemandes suivies du franc fort en France.

            La France de l’époque était également assez racialiste et antisémite.

          • smolski
            smolski dit :

            « La structure familiale allemande est largement contre balancée »

            Il faut voir la structure familiale comme une matrice sociale qui s’imprime dans les évènements sociaux qui l’environnent.
            Non qu’elle les déclenche ou les résoud, mais qu’elle les articule.

            Ainsi, le rapprochement entre :

            – une cellule familiale dite de souche inégalitaire entre ses membres avec une identité exponentielle propre
            – et l’identitaire exponentielle du système social nazi, inégalitaire lui aussi selon la race des peuples

            relèvent bien d’une similitude appuyée.

          • lik
            lik dit :

            Voir la structure familiale comme l’ADN d’une société me parait relever de la monomanie toddienne. Quid alors, de Trump aux USA, de Mussolini en Italie, de Franco en Espagne, de Louis XIV ou Napoléon en France, de Pol Pot au Cambodge, d’Idi Amin Dada en Ouganda, d’Assad en Syrie… ?

            La structure familiale de tous ces pays serait similaire celle de l’Allemagne.

          • smolski
            smolski dit :

            « Voir la structure familiale comme l’ADN d’une société »

            Ce n’est pas ce que j’ai voulu exposer.
            Le type de la cellule familiale dominante dans une population est un des aspects modelant les sociétés, favorisant des comportements types propres au type familial dominant, par exemple le type de la religion dominante, le type des rapports sociaux-professionnels, le type des constitutions gouvernementales, etc…

          • herve_02
            herve_02 dit :

            Comparer trump à hitler, fallait le faire. Qu’est-ce qu’on n’est pas obligé de faire pour justifier sa pensée.

            De mémoire, pour comparer à franco, je n’ai pas vu, lors de l’allemagne nazi de grandes migrations d’allemands non juifs pendant le règne d’adolph qui fuyaient le pays. Idem je n’ai pas vu une armée sillonnant l’europe répandant la mort pour la grandeur du chef.

          • lik
            lik dit :

            C’est grotesque, je ne compare pas Trump à Hiltler, je mentionne qu’ils font partie des aberrations politiques. Quant à Franco, il a bien massacré aussi.

          • herve_02
            herve_02 dit :

            Bien sur que si. Vous les comparez. Monolecte parlait de hitler comme d’un cas à part, à cause de sa démesure dans l’histoire humaine. Ainsi il y a tout le temps des guerres parce que certains dominants veulent s’accaparer le plus possible, sorte de base de réflexion de la loi de la jungle du libéralisme bon teint.

            Mais il y a des gradations dans l’horreur. Ainsi il est malhonnête intellectuellement de comparer trump à hitler, parce qu’ils seraient tous deux des aberrations politiques. Trump n’est pas plus une aberration que macron. La bêtise de l’un challenge le cynisme de l’autre. la grand majorité des politiques sont des aberrations.

            Ainsi si demain trump ouvrait des camps et gazait des mexicains, je ne pense pas que la population des états unis suive et lui voue un culte de la personnalité. Ainsi la question est là : pourquoi les allemands (peut être seulement ceux de 1940 ? – à voir ce qu’ils acceptent en grèce aujourd’hui) et pas les américains ?

            Todd pense que c’est la structure familiale qui structure la pensé et induit un structure sociétale et une structure politique. Il y a consacré pas mal de livres, c’est un chercheur. Cela ne veut pas dire que c’est une vérité, mais une thèse plausible et il s’efforce de le montrer dans ses livres. Ainsi il est étonnant (façon de parler) que le même pays, bercé par une structure familiale fondé sur l’obéissance, a donné le nazisme puis l’ordo libéralisme (qui massacre les populations pour le religion économique).

            Ce n’est peut être qu’une coïncidence, mais il ne suffit pas de dire cela n’a rien à voir, il faut le montrer, sérieusement, avec des études avec de la recherche. Une simple pirouette, à la mode politique, cherchant à diluer la réflexion dans des approximations est très pauvre intellectuellement.

          • lik
            lik dit :

            « Ainsi la question est là : pourquoi les allemands (peut être seulement ceux de 1940 ? – à voir ce qu’ils acceptent en grèce aujourd’hui) et pas les américains ? »

            Pour des raisons d’histoire économique, rien à voir avec la structure familiale. Todd est un exécrable économiste.

            « Ainsi il est malhonnête intellectuellement de comparer trump à hitler, parce qu’ils seraient tous deux des aberrations politiques. »

            Trump a le bouton nucléaire, que n’avait pas Hitler, il peut donc faire bien plus de dégâts.

            « Ainsi il est étonnant (façon de parler) que le même pays, bercé par une structure familiale fondé sur l’obéissance, a donné le nazisme puis l’ordo libéralisme (qui massacre les populations pour le religion économique). »

            Le nazisme n’a strictement rien à voir avec l’ordo libéralisme, ce fut même une tentative de ne plus voir le nazisme réapparaître en Allemagne.

            attaque perso, bla, bla, bla → tu connais la rengaine!

          • Robert Spire
            Robert Spire dit :

            « Todd pense que c’est la structure familiale qui structure la pensée et induit une structure sociétale et une structure politique. »
            La structure familiale subit les influences (modes de pensée d’une civilisation) et les contraintes de l’époque (économiques, politiques), s’inscrivant dans une continuité historique de l’Europe qui a rendu « possible » certaines dérives comme la violence nazie ou stalinienne. Cette généalogie est parfaitement rendue dans les travaux d’Enzo Traverso.

          • smolski
            smolski dit :

            « La structure familiale subit les influences (modes de pensée d’une civilisation) et les contraintes de l’époque (économiques, politiques) »

            Toutefois, les prédispositions des structures familiales vont modeler les influences et les contraintes dans lesquelles elles baignent.
            On voit par exemple que le mondialisme politique et économique d’aujourd’hui se traduit par des faits différents selon les lieux où le mondialisme s’applique, celui-ci se trouvant plus ou moins exacerbé selon les structures familiales en place, non seulement dans les personnes mais aussi selon les lieux tels qu’ils ont été modelés en accord avec la structure familiale dominante en place.

            « Décréter que l’Allemagne est un pays comme un autre, c’est refuser de voir son rôle crucial dans l’alphabétisation de la planète et dans la transformation mentale des années 1550-1650. C’est oublier la puissance de son décollage économique et scientifique des année 1880-1930. c’est refuser d’admettre son niveau d’efficacité militaire, presque surhumain, durant deux guerres mondiales – efficacité qu’Émile Durheim avait pourtant mentionnée dans un essai écrit en 1915, L’Allemagne au-dessus de tout. […] l’atteinte par le même pays , vers 1943-1944, d’un nouvel état d’efficacité surhumaine dans sa résistance aux forces combinées du Royaume-Uni, de la Russie et des États-Unis suffirait à identifier cette pathologie comme le produit d’une structure sociale et mentale.
            […] vingt cinq ans à peine après sa réunification […] elle propose un partenariat à la Chine et se pose en rivale économique des États-Unis. »

          • lik
            lik dit :

            « L’Allemagne au-dessus de tout. […] l’atteinte par le même pays , vers 1943-1944, d’un nouvel état d’efficacité surhumaine dans sa résistance aux forces combinées du Royaume-Uni, de la Russie et des États-Unis »

            Oui, enfin, l’Allemagne avait les ressources humaines et matérielles des pays de l’est qu’elle avait envahis, son alliance avec le Japon et l’Italie…

            Donc ce genre de fadaise est applicable à Rome, la Chine, les USA, la France de Napoléon ou Louis XIV, le Japon, la GB de la reine Victoria, la Grèce d’Alexandre… tous les empires en fait, peu importe la structure familiale, bref c’est du baratin.

          • herve_02
            herve_02 dit :

            La communication est impossible car on touche un dogme. Pour le libéral, l’homme est libre par nature. Il sait (et va) prendre la meilleur décision pour lui. Donc tout ce qui émet l’idée que cela ne puisse pas être est débile, d’ailleurs il suffit de regarder dans l’histoire… blablabla.

            Il y a la bonne excuse du multi-factoriel (j’ai écrit un court billet là dessus). Dès que l’on dit un truc, c’est forcément faux car c’est multi factoriel (personne n’est coupable et tout le monde l’est un peu). Sauf pour les identifiés méchants qui, eux, sont mono factoriellement coupable (par exemple les terroristes). Et les ‘gentils’, eux, ont peut être une part (faible) de responsabilité dans leurs actes,mais comme c’est multifactoriel, ils ne sont pas vraiment coupables.

            « En revanche dans le monde libéral, l’hypothèse d’une détermination de l’idéologie par la structure familiale heurte le front idéologique dominante d’un individu qui se pense autonome, décidant et agissante à sa guise, sans contrainte. » (p19)

            La structure familiale détermine un inconscient et l’émancipation de la famille (par acceptation ou rejet) fait tomber mécaniquement dans ce qui est prédéterminé. C’est pour cela que les nazis ne pouvaient pas émerger en polynésie.

            Les dictateurs que nous avons connus en europe (allemagne, italie, espagne portugal) est raccord avec ce qu’est l’europe aujourd’hui. Le nazisme et l’ordo-libéralisme allemand sont parfaitement raccords. Que ce soit par rejet ou acceptation de l’histoire, ils retombent exactement dans les même travers : la supériorité d’un modèle (le bon arien ou l’efficience économique) contre la médiocrité des autres (les juifs ou ceux qui vivent ‘au dessus de leurs moyens’). Tout est acceptable pour affirmer et mettre en place ce modèle (l’extermination dans les camps ou la privation de médicaments laissant crever volontairement les bébés en grèce). Ils mettent en œuvre ce qu’il faut et luttent (se battent) pour que ce modèle soit conservé, peut importe ce que cela coûte. N’oublions pas au passage qu’une (bonne) partie des ‘dettes’ des pays montrés du doigts vient de la balance commerciale positive allemande : ils critiquent ce qu’ils ont participé à créer.

            On peut citer staline, mao et d’autres. Ce ne sera JAMAIS dans des structures familiales nucléaires, mais toujours dans une structure ou règne une autorité centrale.

          • Robert Spire
            Robert Spire dit :

            L’anthropologue Alain Testart à montré « pourquoi le modèle darwinien convient à l’évolution des espèces, mais pas du tout à l’évolution des sociétés. » Les sociétés humaines « évoluent » par confluences, c’est à dire par « rencontres entre flux de cultures et de langues », aux conséquences imprévisibles par la variété des possibles. Après Arendt, Enzo Traverso à étudié la généalogie de la confluence européenne, très intéressant mais certainement pas exhaustive.

          • smolski
            smolski dit :

            « tous les empires en fait, peu importe la structure familiale, bref c’est du baratin. »

            Il y a actuellement sur Arte une doc sur le développement de la structure d’Auschwitz-Birkenau, son ordonnancement, l’exploitation pratiquée à divers échelon, production, recherche, agriculture… Bien loin de tout ce qui l’a précédé et bien plus proche du développement du monde moderne.
            C’est une singularité type du nazisme qui y est montrée et qui, pour être acceptée par le peuple allemand relevait directement du caractère d’ordonnancement de la famille allemande de type inégalitaire et donc hiérarchique.

            Par opposition, imagine-t’on trump développant des camps identiques avec gazage des mexicains ? Le peuple américain dans son ensemble, avec un caractère de type familiale individualiste, à l’opposé donc de celui de l’allemagne, ne conserverait pas l’attachement qu’il a pour lui, depuis la classe populaire jusqu’à la plupart des classes élitistes parce qu’elles ne fonctionnent que sur le mérite individuel, ce qui les caractérise toutes.

          • smolski
            smolski dit :

            Titre du doc :
            Auschwitz Projekt
            Afin de bien situer ce qu’est le régime nazi en allemagne, je cite l’épigraphe du document.

            « En réalité, à Auschwitz, toutes les étapes de destruction de l’homme sont placées sous contrôle médical. Outre la politique concentrationnaire et la politique d’extermination, toutes les politiques du régime ont été expérimentées ici. Raciales, démographiques, industrielles, scientifiques…
            L’ensemble de toutes ces politiques appliquées sur un seul et même territoire construit un système unique dont Auschwitz est le prototype. Un système où la personne humaine n’est plus qu’un numéro à prendre en considération dans les évaluations statistiques. Un système où la personne humaine en tant que sujet n’existe pas. »

            Il n’y a pas d’équivalence d’une telle politique suivie par tout un peuple dans l’histoire humaine.
            Non que je jette la pierre contre le peuple allemand, juste que cela relève bien d’une structure telle que la décrite Emmanuel Todd, c’est à dire une structure familiale fortement ordonnancée telle.
            Bien sûr, il y a des exemples guerriers d’atrocités commises, mais jamais avec cette égale justification pour tout un peuple.

            Je propose de voir le film : « Jugement à Nuremberg » qui, sans stigmatiser les personnes en montre l’implacable machinéisme social qui conduit tout un peuple (ou presque) vers une l’inhumanité la plus totale.

            Avis sur : « Jugement à Nuremberg » :
            https://www.senscritique.com/film/Jugement_a_Nuremberg/critique/46536933

          • herve_02
            herve_02 dit :

            Dans 50 ou 70 ans, on jugera l’ordolibéralisme allemand et les effets délétères sur les peuples pauvres avec le même regard et de la même manière que la volonté des nazis d’ordonnancer la construction d’un nouveau monde.
            – La majorité de la population qui suit le chef.
            – Un chef qui a l’impression de détenir la vérité et qui l’impose aux autres
            – L’absence de compassion pour les peuples tiers
            – Le dépouillement (des juifs arrivant dans les camps – les infrastructures grecs confisquées) des inférieurs.

            Mais c’est aussi raccord avec ce qui s’est passé pendant le réunification est-ouest, (payée par l’europe ne l’oublions pas) : une purification ‘ethnique’ de toutes les structures de commandement et d’enseignement de l’est prises en main par l’ouest (ils ont viré tout le monde et mis des gens à eux).

            Il faut avoir un bandeau sur les yeux pour voir que les allemands ne changent pas, juste que cela s’exprime de différentes manières.

          • lik
            lik dit :

            « On peut citer staline, mao et d’autres. Ce ne sera JAMAIS dans des structures familiales nucléaires, mais toujours dans une structure ou règne une autorité centrale. »

            Tout comme pour l’Allemagne, mais discuter avec un germanophobe de ton genre n’a aucun intérêt…

          • lik
            lik dit :

            « C’est une singularité type du nazisme qui y est montrée et qui, pour être acceptée par le peuple allemand relevait directement du caractère d’ordonnancement de la famille allemande de type inégalitaire et donc hiérarchique. »

            Ah, bon et le commerce des esclaves largement pratiqué par la France, l’Angleterre, l’Espagne, le Portugal… ?

            « – La majorité de la population qui suit le chef.
            – Un chef qui a l’impression de détenir la vérité et qui l’impose aux autres
            – L’absence de compassion pour les peuples tiers
            – Le dépouillement (des juifs arrivant dans les camps – les infrastructures grecs confisquées) des inférieurs. »

            Hitler n’a jamais obtenu la majorité aux élections, voilà pour ton ignorance de l’histoire.

            Tous les chefs ont l’impression de détenir la vérité, partout.

            La compassion et le dépouillement des français vis des peuples colonisés ou esclavagisés ?

            Pfff

          • lik
            lik dit :

            « Par opposition, imagine-t’on trump développant des camps identiques avec gazage des mexicains ? »

            Imagine t on les colonisateurs français enfumer les algériens dans des grottes, imagine t on le gouvernement français actuel gazer la face et l’eau potable d’immigrés ?

          • smolski
            smolski dit :

            « le commerce des esclaves »
            Les esclaves sont des êtres vivants de statuts différents, pas des objets.

            « Hitler n’a jamais obtenu la majorité aux élections »
            Oui, et ?
            Le comportement des nazis a emporté la quasi totalité de la nation allemande avec eux, non par terreur mais par conviction acquise.

            « Imagine t on les colonisateurs français enfumer les algériens dans des grottes, imagine t on le gouvernement français actuel gazer la face et l’eau potable d’immigrés ? »
            Le peuple français soutient-il ces actions, et aujourd’hui, y-a-t’il chasse ouverte de la population contre les migrants avec tabassages et meurtres dans les rues des villes et dans terres des provinces ?
            Les camps destinés aux réfugiés les exterminent-ils,?
            Y font-ils des expérimentations scientifiques sur les adultes et sur les enfants ?
            Etc…

            Un maire près de la frontière italienne a refusé d’appliquer la loi dénonçant le fait qu’il ne peut collaborer à la souffrance et à la mort des migrants capturés dans sa commune en les reconduisant dans les névés et la neige des alpes d’où ils viennent.
            Son témoignage est passé à la télé sur france info.

            Il a donc bien fallu une raison particulière pour inscrire une telle inhumanité parmi une communauté d’êtres humains standarts dans l’europe du XXème siècle ! D’où attribuer cette particularité inimaginable ailleurs que dans un pays offrant une culture de souche spécifique, une cellule familiale type.
            À noter que le japon et l’italie ont aussi une culture familiale de souche, bien qu’un peu différente de celle de l’allemagne, pas étonnant qu’ils furent les alliés objectifs et suicidaires des nazis dans leur conquête du monde…

          • herve_02
            herve_02 dit :

            Je ne suis pas germanophobe, je ne peux m’empêcher de faire un parallèle. Entre ce qui s’est passé pendant les années 40-50 à ce qui se passe aujourd’hui.

            Tu remarqueras que la structure familiale france-allemagne n’est pas si éloignée que cela et que les français ‘ceux d’en haut’ bavent sur ce que font les allemands (il y en a même qui les défendent, c’est dire). Ainsi je te rejoins sur le fait que les français ne sont pas forcément mieux, d’ailleurs la germanophilie ambiante te donne raison : nous (la gouvernance) sommes potentiellement pareil. Makon n’est pas un grand démocrate, dans les années 50, il serait plus proche de hitler ou mussolini que de de gaule.

            Une des différences entre les français et les allemands (la population) c’est que les uns sont obéissants et les autres des révoltés (on nous le sort assez souvent notre manque d’obéissance, toujours en train de râler). Le résultat est que pendant la guerre la police française raflait les juifs (au delà de ce que demandait les allemands) et une part de la population faisait de la résistance (active ou passive). Une part était collabo et le ventre mou était … mou. Ce qui est exactement ce qui se passe actuellement, politiquement, alors que la confiscation bat son plein.

            On retrouve actuellement entre les populations françaises et allemandes, face à la neo-libéralisation type loi de la jungle du plus fort mais protégé par les gouvernements, les mêmes réaction qu’à l’époque de 40. Je ne serais même pas surpris qu’un travail de recherche montre que les proportions sont identiques (collabos, mou, résistants). Il suffit d’écouter les discours de die Linke pour entendre la partie de la population allemande contre ce qui se passe (et le pourcentage aux élections).

            Les parents de mes beaux-parents ont été raflés par les français et partiellement sauvés par un allemand. Si le couple franco-allemand fonctionne si bien, on en trouve les racines dans la collaboration de la guerre.

            Mais c’est un truc que l’on ne veut pas dire et qui ne peut pas être entendu, car on réserve le ‘nazis’ au fn, épouvantail politique que nous sert tous les 5 ans pour voter utile.

          • smolski
            smolski dit :

            « la structure familiale france-allemagne n’est pas si éloignée que cela »

            La particularité du territoire français est de recouvrir diverses structures familiales régionalement, pas étonnant alors, qu’outre la portion des ventres mous comme partout ailleurs, la dispersion d’opinions opposées propres à ce peuple.

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *