Parce qu’une autre Europe existe déjà

Il y a des gens qui pensent que ceux qui ont voté contre le TCE sont contre l’Europe. Pourtant, c’est tout le contraire. C’est parce que je suis une pro-Européenne primaire que je n’ai jamais pu accepter de voir brader ce qui fait aussi profondément partie de chacun d’entre nous.

Village fortifié de Larressingle

Peut-être que tout a commencé pour moi il y a plus ou moins 150 ans, quand la grand-mère de ma grand-mère a traversé les Pyrénées à dos de baudet. En tout cas, c’est ce que rapporte depuis tout ce temps la légende familiale. L’arrivée de cette fière Ibérique en terre de Gascogne, une femme marquée par la vie et l’exil, dont on raconte qu’elle fut enterrée fort vieille avec sa chevelure de jais intacte et l’intégralité de sa dentition. En dehors d’un caractère ombrageux, prompt à l’embrasement, la belle Andalouse légua à tous ces descendants son iris pâle, du gris clair au bleu turquoise en passant par toutes les nuances de l’onde méditerranéenne.
Savait-elle, mon aïeule errante, que ce regard minéral racontait un autre voyage, une autre traversée du continent, une autre histoire de migration vers une terre alors porteuse d’espoir, la magnifique Espagne des trois religions?

À cette époque, rayonnant entre tous, le Royaume d’Espagne avait été conquis par les musulmans, lesquels avaient étendu leur civilisation féconde jusqu’au sud-ouest de la France. Je me demande combien de fiers Gascons savent que leur phénotype râblé, leur peau bistre, leur poil aile-de-corbeau et leur regard sombre viennent fort probablement d’un certain manque de célérité de leurs ancêtres aux jupes rabattues par l’envahisseur venu du sud? Quoi qu’il en soit, la civilisation hispano-musulmane était un havre de paix et de prospérité dans une Europe encore et toujours secouée par de sombres luttes de pouvoir, et comme toute société au fait de sa gloire, elle attira nombre d’aventuriers du désespoir attirés par la perspective d’une vie meilleure comme les moustiques vers la lumière. Sauf qu’à l’époque, les immigrés venaient du nord, les bras qu’on louait étaient couverts d’un duvet d’or et bien des regards qui racontaient les glaces septentrionales chavirèrent le cœur des jeunes Andalouses. Si la Reconquista des Rois Catholiques sonna le glas de cette ère de prospérité, cette énième vague humaine laissa en se retirant un océan de regards clairs.

Ainsi donc, la danse des gènes chuchote-t-elle dans nos physionomies nos origines communes de peuple d’Europe.

Du côté de mon père, les boucles cuivrées racontent les différentes invasions normandes qui ont balayé le Nord de la France. Les Anglais ont beau se planquer sur leur île, leurs très nombreux cousins vivent de ce côté-ci du Chanel.

L’Europe des peuples s’est ancrée dans notre chair, au gré des migrations et des conquêtes militaires. L’Europe s’est construite chaque jour par les liens que nous avons tissés patiemment, au-delà des ambitions de nos chefs. Dans cette Europe des peuples, il y a probablement aujourd’hui des Allemands qui ignorent totalement qu’ils me ressemblent, parce que jamais leur grand-mère n’avouera avoir succombé au charme brut et exotique de mon grand-père, galopin du pavé de Montmartre qui alla au STO de bon cœur, pour trousser le jupon teuton avec sa gueule de Jean Gabin.

Il y a eu aussi les voyages scolaires, en Bavière, cette fois, à la rencontre des gosses de ceux de l’autre camp. Il y a eu la famille Horst, qui me fit découvrir la couette et les fenêtres sans volets, les œufs de Pâques peints, la fête de la bière (mais de loin, j’étais mineure!), le Deutsch Museum de Münschen et dont le père, face au lac de Constance, me raconta l’histoire de ce jeune homme qui regardait aussi le lac de ce même ponton, vingt ans plus tôt, et qui ramassa une fiente de mouette sur sa chevelure alors abondante. Il épousera la femme qui éclata de rire à sa mésaventure.

Il y a eu aussi Antoine le franco-irlandais, à moins que ce ne soit l’inverse, Janusz de Varsovie, et pourtant plus parisien encore que mon titi de grand-père, Andreas de Bâle, qui demanda ma main à mon père alors que j’avais 15 ans, argumentant qu’en héritant de la banque de son père, il deviendrait bientôt un très bon parti. Il y a eu aussi notre guide à Munich, un garçon venu de nulle part, qui parlait plus d’une dizaine de langues, un raccourci de la Babel européenne à lui tout seul.

Et puis, il y a eu encore Draga la Libanaise, Maï la Loatienne, Hey Djin la Coréenne, Sayaka la Japonaise… pas européennes, n’est-ce pas? Et pourtant, tellement françaises.
Toutes ces trajectoires, toutes ces rencontres, toutes ces histoires tissent un réseau de liens tellement serrés qu’il n’est plus possible de savoir qui vient d’où et on l’on va. C’est de cet entremêlement permanent que naît l’Europe réelle, celle des peuples et non celle des marchands, des financiers, des guerriers ou des politiques.

C’est cette Europe que j’aime et que je défends. L’Europe des migrations, l’Europe des mélanges, l’Europe des grands courants de pensée, des petites histoires particulières, des voyages, des rencontres, des échanges, cet immense territoire aux contours flous, toujours reconstruit, toujours réinventé, revendiqué, qui se tisse au gré des soubresauts de l’Histoire.

Cette Europe, c’est aussi celle des grandes tragédies, des grandes guerres et des grands exodes, quand des millions d’entre nous sont partis, eux aussi, à la recherche de la terre promise. Cette Europe, ce fut aussi l’Afrique pillée, l’Amérique annexée et nettoyée de ses peuples premiers, des caravanes, des bateaux, des trains, des avions, envoyés aux quatre coins du globe, jusqu’au moment incroyable où le soleil ne se coucha plus sur cette dispersion en perpétuelle extension.

Cette Europe, c’est aussi la tentation du pire, le siècle des génocides, les jeux de puissance, les déluges de feu, la terre féconde éventrée par le métal hurlant et avalant à gros flots ininterrompus le sang de ses enfants.

Cette Europe, c’est encore un rêve de paix, le désir d’appartenir à quelque chose de plus grand que soi, l’envie, le besoin de se bâtir un avenir commun.

On ne construit rien de beau, rien de grand sans rêve d’un avenir meilleur. Il y a toujours une marge cruelle entre le rêve et la réalité. C’est bien pour cela qu’il ne faut pas avoir peur de vouloir le meilleur, pour tous!

116 réponses
  1. Agaagla
    Agaagla dit :

    c’est un billet magnifique, Agnès. Qui dit superbement l’inextricable réseau de nos racines à tous, de l’Histoire commune en filigrane des mémoires de chacun, des familles, des épreuves, des rencontres.

    Répondre
  2. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Tu sais, Boileau, Rezo s’autorégule tout seul. Je parie que mon billet devrait quitter la Une d’ici la fin de la journée, sans que j’y touche.
    Perso, je n’agis pas sur ma propre production, mais il est fort probable que tu aies raison. Je transmet aux autres, et vais faire mon Ponce-Pilate de cette histoire, de toute manière pas très importante 🙂

    Répondre
  3. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je vais t’ôter une grosse illusion : pratiquement TOUT est choisi par des humains dans Rezo. Il y a bien sûr les sites référencés pour lesquels c’est un robot qui ajoute les nouveaux articles dans la base. Mais souvent, ils y arrivent en non-activé et il faut un rezoman qui décide que ça vaut le coup de l’afficher ou non. Je dirais que la majorité des articles référencés ne paraissent pas du tout sur Rezo?net. Mes trucs arrivent par défaut en brève publiée (colonne gauche en affichage large). Je n’ai décidé ni du référencement, ni de la manière dont ça rentre. Régulièrement, je me fait décocher par quelqu’un d’autre qui trouve que ça ne vaut pas la peine de passer… d’autre fois, on me fait passer en article (liste de droite en large) Pour arriver au milieu, un admin de rézo peut tenter de pousser de droite vers la gauche, mais au final, c’est un algorythme qui décide de l’affichage au milieu. Je ne sais pas comment tourne l’algorythme, mais je dirais que c’est probablement corrélé aux nombres de clics déclenchés.

    Des fois, je référence un article que je trouve important (pas un des miens) et une heure après, il disparaît (un autre rezoman pas d’accord avec mon choix). Des fois on débat de certains choix, mais faut bien voir que ce qui fait tout le charme unique de Rezo.net, c’est qu’il est la somme d’un certain nombres de subjectivités qui sont loin d’être d’accord sur tout, d’où les articles qui yoyottent, les qui montent pas assez et les qui se voient trop.

    Répondre
  4. Boileau
    Boileau dit :

    Texte sympa, mais enfin, la Une de Rezo, quand même, il y avait d’autres trucs plus importants en ce moment, par exemple l’article de Pierre Tevanian : http://lmsi.net/spip.php?article762 ou encore celui de Gilles d’Elia : http://www.relectures.org/spip.php?… et aussi celui de Martine Bulard : http://www.monde-diplomatique.fr/20

    Je crois que Rezo.net est en train de devenir le Charlie Hebdo du web : on avait plus que du Philippe Val et du Sous-Philippe-Val et on a déserté Charlie (et on voit comment ça se termine aujourd’hui), là on a en jet continu n’importe quel article du Monolecte ou Vive-le-Feu en sélection du jour, et on va aussi finir par déserter Rezo…

    Répondre
  5. Boileau
    Boileau dit :

    Rezo s’autorégule pour tout : SAUF pour la une, qui est choisi par un admin (humain) ! D’où mon message.

    De toutes façons, ce n’est pas la peine de faire une histoire pour ça, d’ailleurs j’apprécie le Monolecte et je le lis toujours. Mais je lisais Le Portail des Copains dès 1999, au tout début, quand l’adresse n’était même pas "rezo.net" mais encore "menteur.com/copains" avec le fond vert et la grenouille … peut-être certains s’en souviennent.

    Je trouve qu’aujourdhui il y a un vrai problème : tu es tous les jours en sélection, quoi que tu écrives, et plein de trucs très intéressants restent désespérément dans la colonne de droite, et disparaissent au bout de trois heures.

    Et là tu passes carrément en UNE absolue alors que cette semaine, pour s’en tenir au présent, tu as écris des trucs mieux que ce billet-là. Et là je me dis : bizarre, mais qu’est-ce qu’ils foutent à Rezo ? Est-ce qu’ils se servent de ton texte comme prétexte pour ne pas mettre en valeur des trucs plus polémiques ?

    D’où ma comparaison avec Charlie Hebdo.

    Enfin, de toutes façons, on ne va pas en faire toute une histoire, maintenant avec les agrégateurs et le RSS on peut tous se faire notre petit portail à nous, mais tout de même c’est dommage qu’un site aussi fédérateur que Rezo donne l’impression de partir à la dérive.

    Bonne continuation, et je continuerai à te lire malgré tout !

    Répondre
  6. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Modern man, je pense que plus il y aura de portails d’info, mieux ce sera : j’attends avec une impatience non feinte que tu te retrousses tes petites manches et que tu nous pondes un truc qui fera valser Judy Garland.

    J’ai décidé d’exister en tant que rezowoman identifiée pour répondre à des questions que je trouvais légitimes (je suis abonnée au portail depuis bien plus longtemps et je me suis demandée pendant tout ce temps comment ça marchait). Maintenant, je comprends et respecte la discrétion des autres et il est exclu que je parle pour eux.
    En tant que rezowoman, je suis loin d’avoir les pleins pouvoir dans le bidule et j’essaie de ne pas référencer tout ce qui me plaît, seulement ce qui est très important à mes yeux et/ou qui doit sortir de l’ombre. Pour tout le reste, j’ai mis en place la Sélection du Monolecte, où je pointe ce que je veux et où je suis seule maître à bord.

    La Sélection du Monolecte s’appuie sur les systèmes de publication de Google Reader, ce qui veut dire qu’avec deux mains gauches dans un gant de boxe, tout le monde peut en faire autant…

    Sinon, j’ai dû mettre 4 ou 5 articles en Une depuis 2 ans que j’y suis, et celui de Marc Lainé, c’est moi qui l’ai choisi, tant il m’a semblé important d’éclairer cette partie un peu oubliée de l’actu. D’ailleurs, personne n’a jugé bon de le virer dans la journée…

    Répondre
  7. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    Très beau texte.
    Mais très peu ont vécu des histoires "auberge espagnole" comme toi. La majorité reste entre franco-français, et je crains que les sentiments anti-européens soient malgré ça majoritaires au sein des nonistes.

    Répondre
  8. Romane
    Romane dit :

    Le texte est effectivement beau et je rejoins assez cette vision des peuples, des rencontres. Même si au fur et à mesure de ma lecture, j’y ressentais toute l’horreur et le désarroi que tous ces mouvements recèlent.

    Quant à Rézo, je trouve que la présence de blogs féminins manque cruellement. Il y en a pourtant des biens. J’aimerais assez que Rézo fasse un réel effort sur ce point.

    Répondre
  9. modern man
    modern man dit :

    mouais, moi rezo.net est ma homepage depuis longtemps et honnêtement, depuis deux ans au moins, je ne vois plus du tout, Agnès, cet arc-en-ciel merveilleux que tu évoques : "la somme d’un certain nombres de subjectivités qui sont loin d’être d’accord sur tout". Au contraire, non seulement ils ont l’air d’être d’accord sur beaucoup de choses, et s’ils ne le sont pas, c’est visible au visiteur lambda qu’il y a UN SUPEREZOMAN qui se charge de les mettre d’accord très vite, et qui fait la loi. Vous croyez que ça ne se voit pas ?

    Je ne savais même pas que tu étais admin. Mais tu es à la une, même si c’est un autre admin qui t’y as mise. Et Marc Laimé ? il est admin aussi ? Mais ce n’est pas lui qui s’est mis à la une, c’est un autre admin ? à quand Fontenelle à la une ? ça manque vraiment au palmarès, et au fait, il serait pas un peu admin, tant qu’on y est lui aussi ?

    bref, ce n’est plus le portail des copains, c’est un portail entre copains, une sorte de PPA altermondialiste.

    Un autre monde est possible ?
    Un autre web indépendant aussi, j’espère.

    Répondre
  10. modern man
    modern man dit :

    Oui, ok, je ne veux pas polémiquer, mais ce matin, tu disais ici même :

    "Je parie que mon billet devrait quitter la Une d’ici la fin de la journée, sans que j’y touche."

    Eh bien : tu t’es trompé, il y est encore. Tu vois…

    Répondre
  11. modern man
    modern man dit :

    Agnès tu écris : "Modern man, je pense que plus il y aura de portails d’info, mieux ce sera : j’attends avec une impatience non feinte que tu te retrousses tes petites manches et que tu nous pondes un truc qui fera valser Judy Garland."

    c’est pas vrai ce que tu dis : Rezo a une légitimité, une audience, Plus de 20.000 visiteurs en juin (j’ai mes sources, je peux même te filer le chiffre exact), il s’est revendiqué depuis 1999 comme LE PORTAIL DU WEB INDE. Cette légitimité lui a permis d’accumuler une énorme audience, et ça, ça implique des RESPONSABILITES. Quelqu’un qui ferait pareil n’aurait pas l’audience de Rezo. Dis combien ça te rapporte de visites une UNE sur Rezo ? 2000 ? 3000 ? et tu crois que tout le monde peut faire la même chose "avec deux mains gauches dans un gant de boxe" ? Dis tu plaisantes, j’espère ?

    LA VERITE C’EST QUE CE PORTAIL A ETE CREE PAR DES GENS QUI AVAIENT UNE ETHIQUE , c’était l’époque de Pierre Lazuly, etc. Tu t’en souviens, dis ? Et que maintenant il est squatté par un petit clan qui ne fout plus que ses trucs à lui en UNE : fontenelle-monolecte-fontenelle-monolecte-fontenelle-monolecte, pour faire simple. IL N’Y A PAS EU UNE SEULE NOUVELLE SOURCE VALIDEE DEPUIS UN AN. Même les nouvelles sources régulières passent en rubrique :"Relevé sur le net". Et tu sais pourquoi ? Parce que plus personne à Rezo ne sait comment faire pour indexer une nouvelle source techniquement. Et tu sais pourquoi ? Parce REZO a été colonisé.

    Ouais mais tu as raison : il est temps de refaire un vrai portail indé. Merci de m’en donner l’idée, elle n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd.

    Cela dit en toute cordialité.

    Répondre
  12. modern man
    modern man dit :

    Agnès tu écris : "Modern man, je pense que plus il y aura de portails d’info, mieux ce sera : j’attends avec une impatience non feinte que tu te retrousses tes petites manches et que tu nous pondes un truc qui fera valser Judy Garland."

    c’est pas vrai ce que tu dis : Rezo a une légitimité, une audience, Plus de 20.000 visiteurs en juin (j’ai mes sources, je peux même te filer le chiffre exact), il s’est revendiqué depuis 1999 comme LE PORTAIL DU WEB INDE. Cette légitimité lui a permis d’accumuler une énorme audience, et ça, ça implique des RESPONSABILITES. Quelqu’un qui ferait pareil n’aurait pas l’audience de Rezo. Dis combien ça te rapporte de visites une UNE sur Rezo ? 2000 ? 3000 ? et tu crois que tout le monde peut faire la même chose "avec deux mains gauches dans un gant de boxe" ? Dis tu plaisantes, j’espère ?

    LA VERITE C’EST QUE CE PORTAIL A ETE CREE PAR DES GENS QUI AVAIENT UNE ETHIQUE , c’était l’époque de Pierre Lazuly, etc. Tu t’en souviens, dis ? Et que maintenant il est squatté par un petit clan qui ne fout plus que ses trucs à lui en UNE : fontenelle-monolecte-fontenelle-monolecte-fontenelle-monolecte, pour faire simple. IL N’Y A PAS EU UNE SEULE NOUVELLE SOURCE VALIDEE DEPUIS UN AN. Même les nouvelles sources régulières passent en rubrique :"Relevé sur le net". Et tu sais pourquoi ? Parce que plus personne à Rezo ne sait comment faire pour indexer une nouvelle source techniquement. Et tu sais pourquoi ? Parce REZO a été colonisé.

    Ouais mais tu as raison : il est temps de refaire un vrai portail indé. Merci de m’en donner l’idée, elle n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd.

    Cela dit en toute cordialité.

    Répondre
  13. Alexandre
    Alexandre dit :

    Merci beaucoup de ce superbe article. À chacun de mes voyages, j’ai pu réaliser à quel point ce que je pensais être ma "culture française" était en fait un joyeux mélange venant des quatre coins du continent (et de plus loins encore), et à quel point nous avions tout à gagner à partager nos expériences et nos cultures.

    Vivre à l’étranger aidant, je me sens bien plus européen que français. Et comme beaucoup, m’entendre dire que je suis "anti-européen" parce que je suis contre leurs traités à la con me fait doucement rire, tant c’est ridicule.

    Répondre
  14. Alexandre
    Alexandre dit :

    Merci beaucoup de ce superbe article. À chacun de mes voyages, j’ai pu réaliser à quel point ce que je pensais être ma "culture française" était en fait un joyeux mélange venant des quatre coins du continent (et de plus loins encore), et à quel point nous avions tout à gagner à partager nos expériences et nos cultures.

    Vivre à l’étranger aidant, je me sens bien plus européen que français. Et comme beaucoup, m’entendre dire que je suis "anti-européen" parce que je suis contre leurs traités à la con me fait doucement rire, tant c’est ridicule.

    Répondre
  15. matou
    matou dit :

    Ayant des grands-parents algéro-hispano-portugo-picard, je ne peux qu’applaudir des 2 mains ce texte. J’ai voté non au TCE, et je le referais probablement : ce texte infame nous enferme dans une structure non-démocratique. A faire l’Europe contre les européens, nos gouvernements sont en train de remplacer le désir par le dégout, le rêve par le cauchemard. Ils sont irresponsables.

    Pour ce qui est du rezo, il y a-t-il un endroit plus propice pour en discuter que les commentaires de ton blog ?
    merci. a+.

    Répondre
  16. jck
    jck dit :

    "On ne construit rien de beau, rien de grand sans rêve d’un avenir meilleur. Il y a toujours une marge cruelle entre le rêve et la réalité. C’est bien pour cela qu’il ne faut pas avoir peur de vouloir le meilleur, pour tous!"

    J’aime bien cette citation d’Oscar Wilde "Le cynisme c’est voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’elles devraient être."

    Répondre
  17. jck
    jck dit :

    "On ne construit rien de beau, rien de grand sans rêve d’un avenir meilleur. Il y a toujours une marge cruelle entre le rêve et la réalité. C’est bien pour cela qu’il ne faut pas avoir peur de vouloir le meilleur, pour tous!"

    J’aime bien cette citation d’Oscar Wilde "Le cynisme c’est voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’elles devraient être."

    Répondre
  18. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Moa, je l’aime bien ce texte. Parce qu’il répond à un certain nombre d’insulteurs se permettant d’expliquer à qui veut les entendre qu’un "noniste 2005" est une personne qui n’aime pas l’Europe, qui n’aime pas la paix et qui est fondamentalement assez idiote pour ne pas se rendre compte combien l’édifice juridique européen est une oeuvre d’art admirable. Je pense à Eolas en disant cela. Autant le nommer. Mais ce n’est qu’un exemple parmi quelques autres. Bref. Je partage le point de vue du Monolecte 🙂

    Et pour Rezo : J’avoue avoir du mal à trouver moi aussi de nouvelles sources. Si vous en avez, n’hésitez pas à les partager. Ici ou ailleurs… J’ai lu hier un article (c’était chez Transnets de Pisani) qui évoquait une tendance lourde outre-atlantique à annoncer la fin des blogs. C’est peut-être bien vrai. On en revient sans doute à une forme d’écriture plus lente, mais plus dense aussi. Le blogging comme ils disent me semble épuisant. Et rapidement, un bloggueur semble s’épuiser. Comme lessivé. D’où certainement leurs envies d’aller voir ailleurs… (versac…) D’où alors, l’assèchement des nouvelles sources d’informations. L’impression de toujours voir les mêmes choses. Car on cause toujours des mêmes choses finalement non ?…

    Répondre
  19. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Il y a des tas de gens que je n’ai pas cité, parce qu’il ne s’agissait pas d’un inventaire. J’aurais pu parler de l’Iranien qui bossait sur la cause des femmes, des Vénézuéliens qui m’avaient invitée au vernissage de leur expo d’art platique, cet après-midi totalement géniale que j’ai passé au cœur du Mirail dans une famille ivorienne à manger du maffé avec les doigts, des deux sœurs mauritaniennes qui avaient fini par m’avouer que ma peau les fascinait, tellement j’étais pâle, parce qu’elles voyaient mes veines par transparence : ce sont elles aussi qui m’ont appris qu’on pouvait avoir la peau noire de noire et chopper de monstrueux coups de soleil. Y avait aussi un Israëlien qui bouffait du jambon, un Libanais qui ne supportait pas le foie de veau cru, un Franco-Algérien-Kabyle, le cul entre trois chaises, une Marocaine qui vivait en clando parce qu’elle voulait étudier la socio et que chez elle, ce n’était pas possible, pas plus qu’il n’était possible d’obtenir un visa pour celà. Il y a aussi la Taïwanaise qui ne s’entendait pas des masses avec la Japonaise, laquelle avait un contencieux historique réciproque avec la Coréenne : elles ont quand même bouffé toutes les trois à ma table en même temps. Dans mon tour du monde immobile manquait peut-être un Australien, mais il se trouve que je ne fais pas une collection, je rencontre juste des gens, des tas de gens, quand j’en ai l’occasion…

    Répondre
  20. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Il y a des tas de gens que je n’ai pas cité, parce qu’il ne s’agissait pas d’un inventaire. J’aurais pu parler de l’Iranien qui bossait sur la cause des femmes, des Vénézuéliens qui m’avaient invitée au vernissage de leur expo d’art platique, cet après-midi totalement géniale que j’ai passé au cœur du Mirail dans une famille ivorienne à manger du maffé avec les doigts, des deux sœurs mauritaniennes qui avaient fini par m’avouer que ma peau les fascinait, tellement j’étais pâle, parce qu’elles voyaient mes veines par transparence : ce sont elles aussi qui m’ont appris qu’on pouvait avoir la peau noire de noire et chopper de monstrueux coups de soleil. Y avait aussi un Israëlien qui bouffait du jambon, un Libanais qui ne supportait pas le foie de veau cru, un Franco-Algérien-Kabyle, le cul entre trois chaises, une Marocaine qui vivait en clando parce qu’elle voulait étudier la socio et que chez elle, ce n’était pas possible, pas plus qu’il n’était possible d’obtenir un visa pour celà. Il y a aussi la Taïwanaise qui ne s’entendait pas des masses avec la Japonaise, laquelle avait un contencieux historique réciproque avec la Coréenne : elles ont quand même bouffé toutes les trois à ma table en même temps. Dans mon tour du monde immobile manquait peut-être un Australien, mais il se trouve que je ne fais pas une collection, je rencontre juste des gens, des tas de gens, quand j’en ai l’occasion…

    Répondre
  21. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Ben moi, je suis franco-française depuis 1860 (date du rattachement de la Savoie à la France). Je me considère même comme dauphino-savoyarde.

    Et je m’aperçois que ça ne m’empêche pas d’aimer l’Europe (la mienne, la nôtre, pas la leur bien sûr).

    Van Gogh et Picasso, quelle nationalité, déjà? Les Alpes, françaises, suisses, autrichiennes, italiennes ou encore… Dostoïevski, Tolstoï euh, zétaient pas un peu trop loin vers l’est?

    Citoyenne européenne, citoyenne du monde.

    Non piu nemici,
    Non piu frontiere

    Répondre
  22. Tisbea
    Tisbea dit :

    En totale résonance avec ce billet superbe et émouvant, j’ai envie de le partager avec le plus grand nombre… et même si ce que tu écris me semble évident, je m’aperçois qu’il est bon de l’écrire, de le lire, de le chanter, de le marteler !

    Je suis une "pro-Européenne primaire" qui ai voté contre le TCE qu’on nous propose. Par exemple, pourquoi n’a-ton pas choisi le "modèle" (j’aime pas ce mot-là, mais bon !) social français ? Pourquoi se faire tirer vers le bas au lieu de monter ensemble vers les sommets ? Et qu’on ne me rétorque pas "Economie", ça me gonfle !

    Répondre
  23. Hady Ba
    Hady Ba dit :

    @Souleymane: Seriez-vous antisémite? Parce que vous n’avez pas remarqué que le Monolecte n’a pas non plus parlé des juifs!

    OK, elle parle de ‘l’espagne des trois religions’ mais à ce prix, elle parle aussi des noirs en écrivant: ‘l’Afrique pillée’.

    J’avoue que je suis choqué d’apprendre que le Monolecte est raciste et antisémite et que vous vous êtes antisémite! Je me presse de parler des petits homme verts avant que l’on ne m’accuse d’anti martiannisme.

    On devrait peut être arrêter la paranoïa quelque part non?

    Répondre
  24. Souleymane
    Souleymane dit :

    Vous faîtes allusion à presque tous les peuples sans évoquer la présence des noirs. Je trouve cela dégoutant. Vous êtes racistes sans le vouloir

    Répondre
  25. Souleymane
    Souleymane dit :

    @Hady Ba "Et puis, il y a eu encore Draga la Libanaise, Maï la Loatienne, Hey Djin la Coréenne, Sayaka la Japonaise…" ça quelque chose avoir avec l’espagne des trois réligions? Ce que le monolecte a écrit dans ce texte fut seulement de mettre l’accent sur une Afrique dominée. Je connais ces genres de discours

    Répondre
  26. Souleymane
    Souleymane dit :

    @Hady Ba "Et puis, il y a eu encore Draga la Libanaise, Maï la Loatienne, Hey Djin la Coréenne, Sayaka la Japonaise…" ça quelque chose avoir avec l’espagne des trois réligions? Ce que le monolecte a écrit dans ce texte fut seulement de mettre l’accent sur une Afrique dominée. Je connais ces genres de discours

    Répondre
  27. La Sardine Masquée du Port
    La Sardine Masquée du Port dit :

    à peu près au moment où la grand-mère de ta grand-mère partait en France à dos de mulet, une poignée des grands-parents de mes grands-parents (c’est d’un compliqué tout ça! 🙂
    traversaient la Méditerranée, la trouille au ventre, sans autorisation ni le moindre papier officiel, sur de petites barques de pêche en priant très fort de ne pas se faire choper à l’arrivée.
    L’Espagne se moquait éperdument de ce qui pouvait leur arriver, la France ne voulait absolument pas d’eux, au moins de 1830 à 1895 environ, et l’Algérie de l’époque n’avait pas de voix, hélas.

    De l’autre côtè de mon arbre, c’est la guerre et la valse des frontières qui faisaient tourbilloner les nationalités sur les épaules de mes aïeux.

    Les hauteurs des Vosges alsaciennes ne sont pas terres paisibles.

    j’ai un type physique TRES prononcé, bien plus omeyade que kabyle, mon frère ainé ressemble à un juif aszhkenaze et ses enfants à des suédois taillés en vikings, ma fille à les yeux verts de Sophia Loren et mon neveu et sa femme nous préparent un joyeux polono-briard-togolo-français pour dans pas longtemps.

    (je vous épargne les autres, en plus on est plein )

    L’Europe qui nous était proposée n’était pas la notre et ne l’aurait jamais été.

    On rentre pas bien dans les cases des formulaires de description ethniques.

    Merci Agnès, ça fait du bien d elire des choses comme ça.

    Répondre
  28. La Sardine Masquée du Port
    La Sardine Masquée du Port dit :

    à peu près au moment où la grand-mère de ta grand-mère partait en France à dos de mulet, une poignée des grands-parents de mes grands-parents (c’est d’un compliqué tout ça! 🙂
    traversaient la Méditerranée, la trouille au ventre, sans autorisation ni le moindre papier officiel, sur de petites barques de pêche en priant très fort de ne pas se faire choper à l’arrivée.
    L’Espagne se moquait éperdument de ce qui pouvait leur arriver, la France ne voulait absolument pas d’eux, au moins de 1830 à 1895 environ, et l’Algérie de l’époque n’avait pas de voix, hélas.

    De l’autre côtè de mon arbre, c’est la guerre et la valse des frontières qui faisaient tourbilloner les nationalités sur les épaules de mes aïeux.

    Les hauteurs des Vosges alsaciennes ne sont pas terres paisibles.

    j’ai un type physique TRES prononcé, bien plus omeyade que kabyle, mon frère ainé ressemble à un juif aszhkenaze et ses enfants à des suédois taillés en vikings, ma fille à les yeux verts de Sophia Loren et mon neveu et sa femme nous préparent un joyeux polono-briard-togolo-français pour dans pas longtemps.

    (je vous épargne les autres, en plus on est plein )

    L’Europe qui nous était proposée n’était pas la notre et ne l’aurait jamais été.

    On rentre pas bien dans les cases des formulaires de description ethniques.

    Merci Agnès, ça fait du bien d elire des choses comme ça.

    Répondre
  29. Souleymane
    Souleymane dit :

    Oneshotnot Je connais plusieurs types de compassion:
    1- il y a ceux qui critiquent Sarkozy par exemple et dans leurs dires disent: Quant je réalise que certains n’ont pas les moyens de voyager où ils veulent et nous, nous pouvons aller où nous voulons je trouve cela dommage.
    bref : On lis dans son expression :Dieu merci je suis épargné.Au faîte ces genres de personnes dînent avec Mariam qui est en situation " Irrégulière" ou prennent un Café avec Ismaèl qui est aussi dans la même situation. Demandent de temps en temps l’amélioration de leurs situations et lance un Ouf. ça s’arrête là.
    2 – il y a d’autres au lieu de continuer à lire dans tes yeux: Mari moi pour que ma situation s’améliore; Te le propose easy. C’est ça la vrai compassion. Ecrire des blogs éveillent la conscience et l’esprit de certains mais n’améliore pas concrètement la situation.
    Le sacrifice est l’élément le plus cruciale pour changer son monde

    Répondre
  30. Souleymane
    Souleymane dit :

    Oneshotnot Je connais plusieurs types de compassion:
    1- il y a ceux qui critiquent Sarkozy par exemple et dans leurs dires disent: Quant je réalise que certains n’ont pas les moyens de voyager où ils veulent et nous, nous pouvons aller où nous voulons je trouve cela dommage.
    bref : On lis dans son expression :Dieu merci je suis épargné.Au faîte ces genres de personnes dînent avec Mariam qui est en situation " Irrégulière" ou prennent un Café avec Ismaèl qui est aussi dans la même situation. Demandent de temps en temps l’amélioration de leurs situations et lance un Ouf. ça s’arrête là.
    2 – il y a d’autres au lieu de continuer à lire dans tes yeux: Mari moi pour que ma situation s’améliore; Te le propose easy. C’est ça la vrai compassion. Ecrire des blogs éveillent la conscience et l’esprit de certains mais n’améliore pas concrètement la situation.
    Le sacrifice est l’élément le plus cruciale pour changer son monde

    Répondre
  31. Saxo
    Saxo dit :

    @ Souleymane
    Y’aurait beaucoup à dire par rapport à ton intervention.

    Déjà, Qualifier Agnès de raciste parce qu’elle ne cite pas de noir dans son billet initial, c’est aller un peu vite en la besogne (mais elle a déjà répondu, Hady ba aussi, à sa manière).

    Je sais pas, mais il me semble qu’à l’heure où les néo-fachos dressent des miradors autour de leur terrain de jeu, si on commence à qualifier de racistes ceux qui le dénoncent et communiquent sur ce sujet, on est mal barrés.

    Ensuite, lorsque t’écris "le sacrifice est l’élément le plus crucial pour changer le monde", permets moi de douter. Je te cite Brassens en contrepartie lorsqu’il écrit "mourir pour des idées, d’accord mais de mort lente". Moi, je serais plutôt d’accord avec lui. Tu peux m’accuser de lâcheté… Je ne te suivrai pas sur ce terrain là.
    Prendre les armes, c’est aller au casse pipe, si on veut que la raison et la tolérance l’emportent sur la barbarie, mieux vaut ne pas rester sur le carreau avant d’avoir pu dire son mot. Sinon c’est totalement contreproductif. Ca exacerbe les inimitiés sans rien résoudre du tout…

    Epouse moi… t’es bien gentil, mais encore faut-il ne pas déjà être marié…

    Plutôt que de taper sur ceux qui agissent (même s’ils n’agissent pas de la manière dont soi-même on agit) dans le sens de la réflexion et de la dénonciation des injustices (et plus, mais là j’ai pas le temps de développer)… Il faut les encourager.

    Un dernier truc. On est bien d’accord, la domination de l’Afrique par les anciennes puissances coloniales, et la difficulté des africains à s’en sortir ont quelque chose d’obscène.
    Perso, je n’ai jamais oublié que je suis né ici, mais que j’aurais très bien pu venir au monde au Rwanda, dans la bande de Gaza ou en Israël. Mais culpabiliser à cause de mon lieu de naissance reviendrait à être raciste anti moi-même, ce qui serait absurde.
    Autant en profiter pour éveiller tant que faire ce peut, ceux qui autour de moi n’en ont pas conscience.
    Alors seulement, on aura quelques petites chances de faire évoluer la situation.

    et enfin, je cite Agnès avec qui je suis entièrement d’accord :
    "Changer le monde, c’est changer les esprits."

    Répondre
  32. Ongles_noirs
    Ongles_noirs dit :

    « Changer le monde, c’est changer les esprits. »
    Perso je dirais plutôt « changer le monde, c’est d’abord changer les esprits », cependant cela ne suffit pas. Cette étape, primordiale, d’un changement individuel franchie force est de constater qu’un autre changement s’impose. En effet les structures étatiques, religieuses, etc, qui génèrent ces problèmes empêchent toute évolution profonde qui les remettrait en cause. Partant, des actions coordonnées visant à supprimer ces structures deviennent l’évidence. La manière violente ou pas dépendra du rapport de force que l’on aura su créer.
    Personnellement, même si cela ne me réjouit pas outre mesures, un passage plus ou moins violent sera nécessaire…

    Répondre
  33. Ongles_noirs
    Ongles_noirs dit :

    « Changer le monde, c’est changer les esprits. »
    Perso je dirais plutôt « changer le monde, c’est d’abord changer les esprits », cependant cela ne suffit pas. Cette étape, primordiale, d’un changement individuel franchie force est de constater qu’un autre changement s’impose. En effet les structures étatiques, religieuses, etc, qui génèrent ces problèmes empêchent toute évolution profonde qui les remettrait en cause. Partant, des actions coordonnées visant à supprimer ces structures deviennent l’évidence. La manière violente ou pas dépendra du rapport de force que l’on aura su créer.
    Personnellement, même si cela ne me réjouit pas outre mesures, un passage plus ou moins violent sera nécessaire…

    Répondre
  34. Hady BA
    Hady BA dit :

    @Souleymane: Ce que je trouve particulièrement détestable dans la politique actuelle qui promeut presque partout, y compris chez nous, la xénophobie pour constituer des blocs facilement manipulables, c’est quelle corrompt les victimes autant que les bourreaux. Je m’explique. Le danger pour nous autres noirs qui vivons en Europe c’est que nous finissons par développer un a priori négatif qui fait que nous devenons incapables de voir venir et de nous dire que l’autochtone que nous rencontrons est absolument de bonne foi et nous traitera comme un être humain. Le Monolecte aurait pu, à chaque fois qu’elle écrit, se dire: "si je dis quelque chose sur l’Afrique et les africains, il faut que ce soit positif pour que l’on ne m’accuse pas de racisme". A ce prix, elle écrirait des textes qui nous plairaient peut être mais qui seraient profondément racistes parce qu’ils partiraient du postulat que nous sommes des êtres pitoyables, les damnés de la terre dont il faut avoir pitié et qu’il faut traiter avec le même respect doucereux que certains réservent aux malades, aux handicapés et aux gens qui votent à droite.

    Je pense que si nous en arrivons à scruter tous les textes que nous lisons en nous demandant s’il y a du racisme caché dedans, d’une part nous le trouverons toujours et d’autre part ceux qui veulent faire de nos différences un fonds de commerce politique auront gagné.

    Tu écris que l’important c’est le sacrifice. Je ne le crois pas. Je ne vois pas pourquoi j’épouserai quelqu’un que je n’aime pas juste pour lui permettre d’avoir des papiers. De même que je n’épouserai jamais quelqu’un juste pour avoir la nationalité française. Ce serait une insulte à l’idée que je me fais du mariage et de ma personne. En revanche, si j’étais sans papiers, j’apprécierai que quelqu’un que j’aime bien déjeune avec moi, s’intéresse à mon sort mais ne me voit pas que comme ‘son ami sans papier’.

    Je ne crois pas non plus à la violence: d’abord parce que les pouvoirs sont toujours les plus forts. Si on veut miner leur domination, il faut d’abord miner la domination intellectuelle qu’ils exercent sur les esprits.

    PS: Je suis désolé de ce commentaire un peu trop long et surtout de raviver un débat qui apparemment s’était conclu après le cool de Souleymane!

    Répondre
  35. Saxo
    Saxo dit :

    Ouais…
    La violence, on est dedans.
    Y’a pas besoin d’attendre qu’elle arrive ou de la déclencher. Lorsque nos gouvernements organisent la chasse à l’immigré, pour l’expulser alors que celui ci est déjà le survivant d’un exode qui en tue des milliers d’autres.
    Lorsque nos gouvernements déclenchent des guerres absurdes, dans le seul but de foutre la merde ailleurs avant qu’elle n’arrive sur leur propre territoire.
    Quand d’autres gouvernements, pas plus recommandables exploitent les enfants , en font des soldats, organisent des génocides ou se comportent en états terroristes avec l’aval de nos hommes de pouvoir (etc…)…
    Ben la violence, elle est déjà là, sous nos yeux. Peut être ne sommes nous pas directement touchés, ça ne saurait tarder, c’est tout.
    Maintenant, si on dénonce le système qui génère cette violence, en prenant les armes, on ne fera qu’en rajouter…
    Le système à lui tout seul n’explique pas tout. La violence telle que je viens très succinctement de la décrire plus haut existe depuis des siècles, simplement, prétendre que le système dans lequel on vit, que l’Europe que dénonce Agnes (et non celle dont elle parle), permet de l’éviter est un leurre dans lequel nous maintiennent nos hommes de pouvoir afin de pouvoir, précisément conserver leur pouvoir.
    Ceci, plus de personnes en auront conscience, et plus on aura de chances de renverser la vapeur.
    Croire qu’on peut changer le monde par une révolution, par une déstabilisation directe du pouvoir en place, par l’arrachement de leurs privilèges aux privilégiés n’est (selon moi en tout cas) qu’un rêve… Les privilégiés ne seront plus les mêmes et ce sera tout. Les inimitiés créées par une révolution fondent les bases des frustrations à venir.
    Le seul espoir est d’éduquer et d’éduquer encore. De démentir constamment tous ceux qui réduisent l’humain à l’animal qui est en lui.
    c’est en tout cas le fond de ma pensée…

    Répondre
  36. Saxo
    Saxo dit :

    Ouais…
    La violence, on est dedans.
    Y’a pas besoin d’attendre qu’elle arrive ou de la déclencher. Lorsque nos gouvernements organisent la chasse à l’immigré, pour l’expulser alors que celui ci est déjà le survivant d’un exode qui en tue des milliers d’autres.
    Lorsque nos gouvernements déclenchent des guerres absurdes, dans le seul but de foutre la merde ailleurs avant qu’elle n’arrive sur leur propre territoire.
    Quand d’autres gouvernements, pas plus recommandables exploitent les enfants , en font des soldats, organisent des génocides ou se comportent en états terroristes avec l’aval de nos hommes de pouvoir (etc…)…
    Ben la violence, elle est déjà là, sous nos yeux. Peut être ne sommes nous pas directement touchés, ça ne saurait tarder, c’est tout.
    Maintenant, si on dénonce le système qui génère cette violence, en prenant les armes, on ne fera qu’en rajouter…
    Le système à lui tout seul n’explique pas tout. La violence telle que je viens très succinctement de la décrire plus haut existe depuis des siècles, simplement, prétendre que le système dans lequel on vit, que l’Europe que dénonce Agnes (et non celle dont elle parle), permet de l’éviter est un leurre dans lequel nous maintiennent nos hommes de pouvoir afin de pouvoir, précisément conserver leur pouvoir.
    Ceci, plus de personnes en auront conscience, et plus on aura de chances de renverser la vapeur.
    Croire qu’on peut changer le monde par une révolution, par une déstabilisation directe du pouvoir en place, par l’arrachement de leurs privilèges aux privilégiés n’est (selon moi en tout cas) qu’un rêve… Les privilégiés ne seront plus les mêmes et ce sera tout. Les inimitiés créées par une révolution fondent les bases des frustrations à venir.
    Le seul espoir est d’éduquer et d’éduquer encore. De démentir constamment tous ceux qui réduisent l’humain à l’animal qui est en lui.
    c’est en tout cas le fond de ma pensée…

    Répondre
  37. Ongles_noirs
    Ongles_noirs dit :

    Cependant le propre de l’humain c’est de vivre en sociétés organisées quelle qu’en soit leur tailles. Même avec des gens « éduqués » il faudra réfléchir aux formes d’organisations possibles et qui garantissent à chacun sa liberté.
    À mon avis éluder le problème de l’organisation sociale c’est aller droit dans le mur et c’est bien ce que je « reproche » aux humanistes purs et « durs ». Ceux-ci ne veulent pas voir que la majeurs partie des saloperies perpétrées sur notre planète sont dûs à l’existence d’inégalités sociales qui elles mêmes découlent des systèmes en place qu’ils soient capitalistes, communistes d’état, dictatures en tous genres. Encore une fois, à mon sens, ne pas considérer cet aspect du problème c’est passer à côté d’un point essentiel.
    Perso, j’ai cessé de rêver à un monde meilleur et au contraire, humblement à mon modeste niveau, j’agis pour une société libre et fraternelle sur la base du fédéralisme libertaire et d’un communisme tout aussi libertaire.
    Si les tenants des richesses planétaires acceptent de les rendre à tous et de participer à la construction d’une société meilleure, ils sont les bienvenus par contre s’ils refusent et combattent pour conserver leurs privilèges, je me défendrais, et considérant qu’ils ne m’ont pas laissé le choix, je n’exclurais pas de recourir à la violence.
    Ceci dit je conçois tout à fait que l’on rejette tout recours à la violence.

    Répondre
  38. Ongles_noirs
    Ongles_noirs dit :

    Cependant le propre de l’humain c’est de vivre en sociétés organisées quelle qu’en soit leur tailles. Même avec des gens « éduqués » il faudra réfléchir aux formes d’organisations possibles et qui garantissent à chacun sa liberté.
    À mon avis éluder le problème de l’organisation sociale c’est aller droit dans le mur et c’est bien ce que je « reproche » aux humanistes purs et « durs ». Ceux-ci ne veulent pas voir que la majeurs partie des saloperies perpétrées sur notre planète sont dûs à l’existence d’inégalités sociales qui elles mêmes découlent des systèmes en place qu’ils soient capitalistes, communistes d’état, dictatures en tous genres. Encore une fois, à mon sens, ne pas considérer cet aspect du problème c’est passer à côté d’un point essentiel.
    Perso, j’ai cessé de rêver à un monde meilleur et au contraire, humblement à mon modeste niveau, j’agis pour une société libre et fraternelle sur la base du fédéralisme libertaire et d’un communisme tout aussi libertaire.
    Si les tenants des richesses planétaires acceptent de les rendre à tous et de participer à la construction d’une société meilleure, ils sont les bienvenus par contre s’ils refusent et combattent pour conserver leurs privilèges, je me défendrais, et considérant qu’ils ne m’ont pas laissé le choix, je n’exclurais pas de recourir à la violence.
    Ceci dit je conçois tout à fait que l’on rejette tout recours à la violence.

    Répondre
  39. chris
    chris dit :

    Tout cela est terriblement intellectuel dans le mauvais sens du terme ……l’intellectualisme de gauche valant largement le technocratisme de droite en ce sens.

    Les realites du racisme , de la condition immigrée et des violences qui en decoulent sont bien ailleurs …..certainement pas dans les Facs et leurs amphis mais plus surement sur les marchés ,les salles de sport pour pas dire la rue ….

    C’est un peu le probleme de la litterature actuelle ; on peut ecrire bien sans fautes d’orthographes ni de syntaxes ,developper des rhetoriques implacables ……et ne decrire rien sinon le vide absolu .

    Et voir du racisme ou il n’y a que des interets economiques….

    Mais bon ,je decolle demain soir pour un continent d’ou l’europe apparait encore comme insignifiante et le sarkozysme ; une facétie comme une autre .

    Répondre
  40. chris
    chris dit :

    Tout cela est terriblement intellectuel dans le mauvais sens du terme ……l’intellectualisme de gauche valant largement le technocratisme de droite en ce sens.

    Les realites du racisme , de la condition immigrée et des violences qui en decoulent sont bien ailleurs …..certainement pas dans les Facs et leurs amphis mais plus surement sur les marchés ,les salles de sport pour pas dire la rue ….

    C’est un peu le probleme de la litterature actuelle ; on peut ecrire bien sans fautes d’orthographes ni de syntaxes ,developper des rhetoriques implacables ……et ne decrire rien sinon le vide absolu .

    Et voir du racisme ou il n’y a que des interets economiques….

    Mais bon ,je decolle demain soir pour un continent d’ou l’europe apparait encore comme insignifiante et le sarkozysme ; une facétie comme une autre .

    Répondre
  41. Hady BA
    Hady BA dit :

    "Peut être que vos antécédents ont développé en vous une psychologie de privilégié qui porte une compassion assez limité."

    Probablement! Fichus antécédents, ils me donnent la bonne psychologie sans les privilèges qui vont avec.

    Répondre
  42. Hady BA
    Hady BA dit :

    "Peut être que vos antécédents ont développé en vous une psychologie de privilégié qui porte une compassion assez limité."

    Probablement! Fichus antécédents, ils me donnent la bonne psychologie sans les privilèges qui vont avec.

    Répondre
  43. Saxo
    Saxo dit :

    Je ne te suis pas trop, Chris… Si la réalité du racisme est dans la rue, doit on s’interdire d’ y réfléchir pour autant.
    Si on fait pas tourner sa cervelle, et qu’on ne considère que le côté primitif de l’homme, (action-réaction) on donne du grain à moudre aux fachos de toutes espèces.
    Excuse moi, mais je n’ai pas relevé de propos "intellocrates"… ce qui est dit n’est pas dit afin de faire briller son ego, mais c’est le fruit d’une réflexion. T’as le droit d’y voir le vide absolu… Moi, ce n’ai pas ce que j’y ai lu (du moins dans les billets précédent ton commentaire).
    Enfin, bon décollage, et reviens la tête pleine d’idées constructives…
    où que tu ailles, bon séjour !

    Répondre
  44. Saxo
    Saxo dit :

    Je ne te suis pas trop, Chris… Si la réalité du racisme est dans la rue, doit on s’interdire d’ y réfléchir pour autant.
    Si on fait pas tourner sa cervelle, et qu’on ne considère que le côté primitif de l’homme, (action-réaction) on donne du grain à moudre aux fachos de toutes espèces.
    Excuse moi, mais je n’ai pas relevé de propos "intellocrates"… ce qui est dit n’est pas dit afin de faire briller son ego, mais c’est le fruit d’une réflexion. T’as le droit d’y voir le vide absolu… Moi, ce n’ai pas ce que j’y ai lu (du moins dans les billets précédent ton commentaire).
    Enfin, bon décollage, et reviens la tête pleine d’idées constructives…
    où que tu ailles, bon séjour !

    Répondre
  45. chris
    chris dit :

    Ben intelloocrate, c’est de chercher des poux dans la tete d’Agnes sous pretexe qu’elle aurait omis de mettre une virgule a propos de l’Afrique …..

    D’autant que je ne crois pas que le racisme provienne de l’aspect primitif de l’homme mais plutot de considerations economiques et de pouvoir qui y sont liées …

    Ca rejoint d’ailleurs la violence , il y a peu de violences gratuites en realité …..toujours un fond caché .

    En fait ,je prends l’avion pour me diriger vers un fief de l’extreme droite mexicaine qui fait parler de lui en ce moment d’ailleurs; autres constructions en effet …..

    Répondre
  46. chris
    chris dit :

    Ben intelloocrate, c’est de chercher des poux dans la tete d’Agnes sous pretexe qu’elle aurait omis de mettre une virgule a propos de l’Afrique …..

    D’autant que je ne crois pas que le racisme provienne de l’aspect primitif de l’homme mais plutot de considerations economiques et de pouvoir qui y sont liées …

    Ca rejoint d’ailleurs la violence , il y a peu de violences gratuites en realité …..toujours un fond caché .

    En fait ,je prends l’avion pour me diriger vers un fief de l’extreme droite mexicaine qui fait parler de lui en ce moment d’ailleurs; autres constructions en effet …..

    Répondre
  47. Souleymane
    Souleymane dit :

    @Hady Ba: Je ne parle parle pas d’amour mais plutôt de politique et de situation sociale. Peut être que vos antécédents ont développé en vous une psychologie de privilégié qui porte une compassion assez limité.

    Répondre
  48. Souleymane
    Souleymane dit :

    @Hady Ba: Je ne parle parle pas d’amour mais plutôt de politique et de situation sociale. Peut être que vos antécédents ont développé en vous une psychologie de privilégié qui porte une compassion assez limité.

    Répondre
  49. emcee
    emcee dit :

    Qu’est-ce que c’est que cette idée sotte et grenue que de préconiser le mariage blanc pour répondre aux besoins des sans papiers?
    D’abord, c’est régler en catimini – ni vu ni connu, je b… la loi à moi tout seul! – la situation d’une infime minorité au détriment de tous les autres. C’est chacun pour soi et tant pis pour les imbéciles qui ne se seront pas trouvé quelqu’un à épouser.
    Pour un régularisé, combien resteront sur le carreau? Un peu comme ceux qui vont se choisir un petit orphelin à l’étranger pour faire une bonne action et se donner bonne conscience, mais qui laissent tous les autres à leur triste sort.
    Les vraies luttes se mènent collectivement – et au grand jour, autant que faire se peut.
    Combien de sans papiers ont été enlevés des griffes de l’administration aveugle grâce à l’action de simples citoyens de tous bords comme ceux qui se sont regroupés dans le RESF? Evidemment, c’est peu, en rapport, mais si RESF n’existait pas, il n’y en aurait eu aucun, ou guère.
    Ensuite, les Africains (et tous les autres d’ailleurs) n’ont pas besoin de "compassion" (laissons cela aux curés et autres entreprises charitables qui ne font que pérenniser la situation), ils ont besoin de réseaux d’entraide et de solidarité, d’actions communes, de porte-parole, de porte-voix. Or, c’est en utilisant tous les moyens de communication – blogs y compris, je dirais même presque exclusivement puisque les médias traditionnels ne jouent plus leur rôle – que nous réussirons à nous faire entendre.
    Tous ceux qui subissent des injustices ont besoin que se développe une prise de conscience générale non seulement ici mais dans le monde entier. Car, ce n’est pas une simple question franco- française et ce n’est pas non plus une question qui s’adresse uniquement aux Africains. Il y a combien de nantis sur cette terre qui exploitent le reste de la population?
    Et puis, qu’est-ce que cela veut dire "se sacrifier"? Encore un truc de curé, ça! Se "sacrifier", c’est gagner sa place au paradis en échangeant sa situation contre celle d’un autre moins bien loti. Cela n’a rien à voir avec l’égalité et la solidarité.
    Dernier point, si on veut faire avancer les luttes, ce n’est pas en cherchant à culpabiliser ceux qui agissent qu’on y parviendra. Il s’agit de ne pas se tromper de cible.
    Et puis, c’est un procédé malhonnête.

    @Monolecte: ce billet est intéressant et très bien écrit.
    Un petit reproche: je n’ai rien vu (mais je peux me tromper), dans ce billet sur l’Europe, ni sur la Chine ni sur l’Inde, qui comptent tout de même 2 milliards 400 millions d’âmes, près du tiers de l’humanité. Espérons qu’aucun de leurs ressortissants ne viendra te demander des comptes personnellement.
    Mais, tout de même, tu as pris de gros risques 😉

    Répondre
  50. emcee
    emcee dit :

    Qu’est-ce que c’est que cette idée sotte et grenue que de préconiser le mariage blanc pour répondre aux besoins des sans papiers?
    D’abord, c’est régler en catimini – ni vu ni connu, je b… la loi à moi tout seul! – la situation d’une infime minorité au détriment de tous les autres. C’est chacun pour soi et tant pis pour les imbéciles qui ne se seront pas trouvé quelqu’un à épouser.
    Pour un régularisé, combien resteront sur le carreau? Un peu comme ceux qui vont se choisir un petit orphelin à l’étranger pour faire une bonne action et se donner bonne conscience, mais qui laissent tous les autres à leur triste sort.
    Les vraies luttes se mènent collectivement – et au grand jour, autant que faire se peut.
    Combien de sans papiers ont été enlevés des griffes de l’administration aveugle grâce à l’action de simples citoyens de tous bords comme ceux qui se sont regroupés dans le RESF? Evidemment, c’est peu, en rapport, mais si RESF n’existait pas, il n’y en aurait eu aucun, ou guère.
    Ensuite, les Africains (et tous les autres d’ailleurs) n’ont pas besoin de "compassion" (laissons cela aux curés et autres entreprises charitables qui ne font que pérenniser la situation), ils ont besoin de réseaux d’entraide et de solidarité, d’actions communes, de porte-parole, de porte-voix. Or, c’est en utilisant tous les moyens de communication – blogs y compris, je dirais même presque exclusivement puisque les médias traditionnels ne jouent plus leur rôle – que nous réussirons à nous faire entendre.
    Tous ceux qui subissent des injustices ont besoin que se développe une prise de conscience générale non seulement ici mais dans le monde entier. Car, ce n’est pas une simple question franco- française et ce n’est pas non plus une question qui s’adresse uniquement aux Africains. Il y a combien de nantis sur cette terre qui exploitent le reste de la population?
    Et puis, qu’est-ce que cela veut dire "se sacrifier"? Encore un truc de curé, ça! Se "sacrifier", c’est gagner sa place au paradis en échangeant sa situation contre celle d’un autre moins bien loti. Cela n’a rien à voir avec l’égalité et la solidarité.
    Dernier point, si on veut faire avancer les luttes, ce n’est pas en cherchant à culpabiliser ceux qui agissent qu’on y parviendra. Il s’agit de ne pas se tromper de cible.
    Et puis, c’est un procédé malhonnête.

    @Monolecte: ce billet est intéressant et très bien écrit.
    Un petit reproche: je n’ai rien vu (mais je peux me tromper), dans ce billet sur l’Europe, ni sur la Chine ni sur l’Inde, qui comptent tout de même 2 milliards 400 millions d’âmes, près du tiers de l’humanité. Espérons qu’aucun de leurs ressortissants ne viendra te demander des comptes personnellement.
    Mais, tout de même, tu as pris de gros risques 😉

    Répondre
  51. christie
    christie dit :

    Je suis aussi une européenne convaincue mais pas de l’Europe que l’on nous propose.
    Chez moi aussi, il y a sans doute un grand mélange de peuples.
    Ma grand-mère et mon père (venus de chez les chtis et d’origine flamands) ressemblaient plus à des espagnols (très bruns et très typés) qu’à des flamands purs souche.
    Mais l’on sait que les flamands ont été envahis par les espagnols (flamand vient de flamenco).
    du coup va savoir pourquoi j’ai toujours été attirée par les pays du sud comme la Grèce ou l’Espagne (mon père l’était aussi).
    Ma mère, elle est parisienne…
    Je suis persuadée que nous sommes mélangés, métis et chaque pays que j’ai visité m’a touchée. quelque part, j’ai toujours été comme chez moi.
    Y compris dans les pays du Nord comme le Danemark.
    Mais cette Europe là n’est pas celle que l’on veut nous imposer.
    Une Europe froide, dictatoriale et déshumanisée qui ne me concerne pas.
    Moi, j’aime l’Europe de peuples, culturelle et fraternelle..
    A cette Europe je dis oui!

    Répondre
  52. Fin De Partie
    Fin De Partie dit :

    L’Europe des peuples?
    Mais n’est ce pas ce que veut le gros borgne aussi?.

    C’est bon je sors mais avant j’affirme ma préférence pour une Europe sociale délivrée de la pieuvre capitaliste.

    Répondre
  53. Fin De Partie
    Fin De Partie dit :

    L’Europe des peuples?
    Mais n’est ce pas ce que veut le gros borgne aussi?.

    C’est bon je sors mais avant j’affirme ma préférence pour une Europe sociale délivrée de la pieuvre capitaliste.

    Répondre
  54. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Tu es gênée par la bouffe hallal offerte aux enfants musulmans, mais pas par le poisson du vendredi imposé à tous, croyants comme incroyants.

    Tu es gênée par le voile des femmes, mais pas par les cornettes des nonnes et les soutanes des curés.

    Les clochers des églises, omniprésents dans notre paysage, les cloches qui sonnent l’angélus trois fois par jour, les vacances scolaires à Noël et à Pâques, la plupart de nos jours fériés calqués sur les fêtes religieuses catholiques, tout cela te semble naturel.

    Antoine Berthet, (le modèle du héros de Stendhal), condamné à mort pour avoir commis le SACRILEGE de tirer dans une église, tu n’es même pas au courant.

    Bienvenue dans l’Europe de la Saint Barthélémy!

    Répondre
  55. Agnès
    Agnès dit :

    "la magnifique Espagne des trois religions" prévoyait que chrétiens et juifs payent un impot spécial que ne payaient pas les musulmans pour ne pas etre inquiétés.

    Je ne suis pas identitaire, je ne vote pas Sarkozy, ni FN.

    Votre europe des peuples islamisés, la bouffe hallal dans les cantines, le voile islamique partout, les heures de piscines pour voilées, les tribunaux islamiques appliquant la charia dans les régions à forte implantation musulmane comme c’est déjà le cas au Canada ou en Grande-Bretagne ne sera jamais la mienne. Avec ou sans capitalisme, je n’en veux pas.

    Répondre
  56. Saxo
    Saxo dit :

    En parlant de religion, quand on pense que la Pologne a réussi à faire réintroduire dans le traité de Lisbonne une ligne sur l’origine chrétienne de l’Europe… 🙁

    Maintenant, chère Agnes49, je…hum… je ne te comprend pas vraiment. Tu parles de peuples européens islamisés, de bouffe hallal, de tribunaux appliquant la charia, de piscines pour femmes voilées…
    Sur chaque point que tu cites, y’aurait des heures à discuter… Déjà, à commencer par la "bouffe hallal". Perso, je serait plutôt agnostique à tendance anticlérical (seule ma volonté de tolérance et d’ouverture m’interdit de rejeter les religieux, mais lorsqu’un évangéliste croise ma route, je ne peux pas m’empêcher de lui expliquer tout ce que je pense du dogmatisme et de son action, et je le fais en essayant de le convaincre, c.à.d. en utilisant ses propres armes. En citant Kant, Nietsche et autre en guise de bible. Généralement, c’est lui qui cherche à partir et moi qui le retient), mais la seule boucherie qui fournit une viande excellente et bon marché à côté de chez moi est une boucherie hallal. Pourquoi cracher dessus. Si je veux du porc, je vais ailleurs… c’est tout.
    Pour les autres points, y’a aussi de quoi discuter. Mais ils sont complètement différents. Si tu prétends, qu’un jour en France on verra des tribunaux appliquer la Charria, je souris… excuse moi, mais les intégristes auront du boulot avant que ça n’arrive.

    Le plus gros souci finalement c’est que tu amalgames tout, et que tu exprimes un rejet général. C’est une forme de stigmatisation des musulmans complètement arbitraire, et comme le font remarquer cultive ton jardin et ongles noirs, les chrétiens n’ont pas fait mieux, et toutes les religions (perso, je rajouterais théistes, le bouddhisme mis à part du moment qu’on le considère comme une philosophie) non plus.
    Certes les religions sont dangereuses (et les intégrismes plus encore), mais ce n’est pas en les rejetant, et en en ayant peur que tu feras avancer le schmilblick. Apprend à les connaitre, va voir des musulmans, discute de ton point de vue avec eux, et alors, je suis persuadé que la réaction de rejet que tu exprimes disparaitra, ce qui n’empêchera pas ton point de vue critique d’évoluer et de s’enrichir de nouveaux arguments.
    C’est en tout cas ma manière de penser…
    😉

    Répondre
  57. Saxo
    Saxo dit :

    Désolé cher Monolecte pour la digression… on discute, on discute, et voilà où ça nous mène.
    Juste un mot tout de même pour dire que, précisément, la religion y est pour beaucoup dans la difficulté qu’a pu avoir (ou "que peut avoir ") l’Europe des peuples à se construire.

    Répondre
  58. Saxo
    Saxo dit :

    Désolé cher Monolecte pour la digression… on discute, on discute, et voilà où ça nous mène.
    Juste un mot tout de même pour dire que, précisément, la religion y est pour beaucoup dans la difficulté qu’a pu avoir (ou "que peut avoir ") l’Europe des peuples à se construire.

    Répondre
  59. Agnès
    Agnès dit :

    Peut-etre quand meme répondre à la pontifiante personne du 50 qu’il est niais de m’imputer une manière de penser qui présuppose qu’on soit comme elle catholique d’origine, ce qui n’est pas mon cas, n’étant point baptisée.

    Donc non seulement ce qui ressort de la France catholique qu’elle énonce (et la c’est trop drole tellement on sent le catholicisme mal digéré) ne peut pas me concerner, mais en outre j’estime que le paysage français avec ses églises classées monuments fait parti du patrimoine culturel français et qu’à ce titre il est aussi le mien et que j’y tiens. Donc non, ça ne me dérange pas de voir ces vestiges du passé.

    Si l’on veut appeler les vacances d’hiver, de printemps, d’automne ou d’été plutot que Paques et Noel, ça me va tout aussi bien et meme mieux.

    L’islam ne fait par contre pas parti de mon patrimoine culturel ni n’en fera jamais parti, donc oui, la présence de femmes voilées me dérange.

    Quant à la St Barthélémy, c’était il y a 4 siècles, la reconquista plus encore, l’islam et l’islamisation c’est en Europe maintenant.

    @ saxo 51

    "des tribunaux appliquer la Charria, je souris… excuse moi, mais les intégristes auront du boulot avant que ça n’arrive."

    Bein à Toronto ou à Blackburn, ça ne les fait pas sourire parce que c’est déjà arrivé.

    La "stigmatisation", elle a bon dos…

    "Apprend à les connaitre, va voir des musulmans, discute de ton point de vue avec eux,"

    C’est une plaisanterie??! NON. Certainement pas.

    Répondre
  60. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à Agnès (55)

    D’accord avec vous en partie. On a eu bien du mal à se débarrasser de la bigoterie chrétienne, ça n’est pas pour se soumettre à une autre, quelle qu’elle soit. Mais d’accord aussi en partie avec Saxo (51): discutez d’abord un peu de choses et d’autres avec vos ami(e)s musulmans et musulmanes (si vous n’en avez pas, il faut vous en faire !).
    D’accord enfin avec Agnès Maillard: le sujet, c’est le mélange des gènes (et aussi un peu des cultures).

    Répondre
  61. alsospracht
    alsospracht dit :

    2 petites choses avant d’en venir à l’europe : d’abord à saxo : tu veux discuter avec les religieux ? t’es mort, avec eux tu n’auras rien; tu ne peux pas discuter avec quelqu"un qui se croit libre de te dire de ne pas t’assoir à coté de lui car Dieu y est assis ! Avec les religieux qu’on avait mis de côté, on ne peut rien car ils ont la foi en un truc qui n’existe pas et dont ils te demande à toi de prouver son inexistence. Mais "nos religieux" on les avait mis de côté il y a déjà un bon moment et depuis on faisait comme toi, on laissait dire et braire: ils sont revenus par la porte d’à côté: comprend l’Islam c’est à dire la même chose que les autres avec juste 5 ou 6 siècles de retard: t’es mort d’avance avec les religieux.
    Quand à 50, tu confonds voile et cornette ou soutanes, la cornette et la soutane sont des objets ridicules pour soldats de la religion alors que le voile est imposée à toutes personnes féminines se promenant partout dans le civil et n’ayant rien demandé contrairement aux soldates et soldats catho qui se sont engagé à combattre pour imposer leur Dieu unique. Quand aux clochers et fêtes écoute bien Agnès, elle a pas tord
    L’Europe : Agnès ton texte a commencé à m’agacer avec la famille mais je m’y suis vite retrouvé dès que tu as élargi : Il y a quelques mois je rendais visite à une amie allemande près de Koln, nous nous sommes promenés sur les bords du Rhin dans le sud de la belle ville, et le sentiment profond d’appartenance à une histoire européenne (je ne dis pas Europe mais histoire européenne) est venue de très loin NOUS prendre au fond de nos pensées, je ne sais pas si L’Europe existe mais son histoire et sa géographie sont, pour nous, si forte, si présente, que de Charlemagne à moi il n’y avait qu’un petit pas. (plein de guerres, de luttes, de vies et de morts, Ah… relire Braudel, vite)

    Répondre
  62. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à Alsospracht

    Pour ma part je m’en tiens à l’article 18 de la DUDH de 48:

    "Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites."

    Ni plus, ni moins.

    Mais si on en revenait au mélange des gènes ?

    Répondre
  63. alsospracht
    alsospracht dit :

    Dis-moi Melchior ! "Ni plus, ni moins" par "plus" tu voudrais quoi encore?
    la DUDH de 48, je suppose que tu parles de la déclaration des inquisiteurs de 1548 ? Je plaisante… replonge-toi dans l’histoire presque sauvage de la lutte des libres penseurs et des superstitieux pour en arriver à cette liberté dont parle la D…
    On ne peut pas toujours s’en sortir en citant des trucs et des machins, c’est comme la cette citation d’Oscar Wilde "Le cynisme c’est voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’elles devraient être." c’est pas parce c’est O. W que c’est juste, c’est même totalement con comme phrase, c’est cynique comme connerie, et la D… si t’en parle en dehors de certains endroits tu te fais rire au nez, au mieux… "les droits de l’homme…je t’en foutrai moi des droits de l’homme" citation de moi.
    J’aime les Européens quand ils ‘appellent Mackno, Durruti, Max Hölz, et tant d’autres encore mais pas les papes…

    Répondre
  64. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à Alsospracht

    Je ne suis pas d’accord avec toi, fier nietschéen, mais je suis prêt à défendre ta liberté d’expression (dans les limites des Droits de l’Homme)… et je ne demande même pas la réciproque.

    Pour ce qui est de la tolérance, tu ne me parais pas, hélas, beaucoup mieux pourvu que les intégristes que tu dénonces à juste titre.

    Bon, si on en revenait aux gènes et à la belle Espagne (un peu mythique, hélas) d’avant la Reconquista ?

    Répondre
  65. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à Alsospracht

    Je ne suis pas d’accord avec toi, fier nietschéen, mais je suis prêt à défendre ta liberté d’expression (dans les limites des Droits de l’Homme)… et je ne demande même pas la réciproque.

    Pour ce qui est de la tolérance, tu ne me parais pas, hélas, beaucoup mieux pourvu que les intégristes que tu dénonces à juste titre.

    Bon, si on en revenait aux gènes et à la belle Espagne (un peu mythique, hélas) d’avant la Reconquista ?

    Répondre
  66. Saxo
    Saxo dit :

    Bon, difficile, j’ai bien envie de répondre à plusieurs des remarques faites, mais Le Monolecte a été clair, on frise le hors sujet.

    Personnellement, pour revenir au billet initial, je suis un mélange de Maure, de Russe (noble ayant fui la révolution), d’auvergnat et de bourguignon (et certainement de beaucoup plus si on remonte aux générations d’avant). Enfin, je dirais, pour répondre à Melchior, je suis comme tout le monde, un beau mélange de gens (et entre autre de gènes, mais s’arrêter aux gènes serait extrêmement réducteur), avec leur histoires, leurs phobies, leurs antagonismes que nous devons porter sur nos épaules, parce qu’au fond, nous en sommes le fruit.
    Pourtant, je ne me sens ni d’ici, ni de là. Mais je préfère me considérer comme citoyen du monde (bien que je sache que si j’en arrive à ce concept c’est que je suis né dans un endroit qui m’y a donné accès). C’est ça d’avoir été bercé avec des chansons comme "les imbéciles heureux qui sont nés quelque part " de Brassens.
    L’Europe, oui mais pas celle des capitaux, pas celle du refus des non européens qu’on nous construit malgré nous à laquelle on a voté "non" ce qui n’a servi à rien.
    Oui à l’Europe de l’ouverture, à l’Europe des citoyens . Oui à l’union pour adopter ensemble des modes de vie qui nous permettrons à tous de continuer à vivre sur cette planète. Oui à cette Europe là, si elle est réalisable. Mais peut-être (sûrement même) avons nous voulu aller trop vite…
    Maintenant, cher alsospracht, j’ai discuté avec pas mal de monde, des religieux entre autres, et je ne suis pas mort.
    Chacun m’a apporté un peu de ce qu’il était et m’a permis de réfléchir sur des pensées, soit que je n’avait pas abordées, soit sur lesquelles j’avais des jugements hâtifs, et la plupart sont repartis après avoir entendu mes arguments.
    C’est l’échange, la confrontation, et l’émulation qui font avancer les esprits. Refuser le dialogue parce que (nous jugeons que) nos interlocuteurs sont particulièrement verrouillés, c’est renoncer et se verrouiller soi-même… cette petite phrase s’adresse d’ailleurs aussi à Agnes 55…
    Enfin, bon, c’est ma façon de penser…

    Répondre
  67. Saxo
    Saxo dit :

    Bon, difficile, j’ai bien envie de répondre à plusieurs des remarques faites, mais Le Monolecte a été clair, on frise le hors sujet.

    Personnellement, pour revenir au billet initial, je suis un mélange de Maure, de Russe (noble ayant fui la révolution), d’auvergnat et de bourguignon (et certainement de beaucoup plus si on remonte aux générations d’avant). Enfin, je dirais, pour répondre à Melchior, je suis comme tout le monde, un beau mélange de gens (et entre autre de gènes, mais s’arrêter aux gènes serait extrêmement réducteur), avec leur histoires, leurs phobies, leurs antagonismes que nous devons porter sur nos épaules, parce qu’au fond, nous en sommes le fruit.
    Pourtant, je ne me sens ni d’ici, ni de là. Mais je préfère me considérer comme citoyen du monde (bien que je sache que si j’en arrive à ce concept c’est que je suis né dans un endroit qui m’y a donné accès). C’est ça d’avoir été bercé avec des chansons comme "les imbéciles heureux qui sont nés quelque part " de Brassens.
    L’Europe, oui mais pas celle des capitaux, pas celle du refus des non européens qu’on nous construit malgré nous à laquelle on a voté "non" ce qui n’a servi à rien.
    Oui à l’Europe de l’ouverture, à l’Europe des citoyens . Oui à l’union pour adopter ensemble des modes de vie qui nous permettrons à tous de continuer à vivre sur cette planète. Oui à cette Europe là, si elle est réalisable. Mais peut-être (sûrement même) avons nous voulu aller trop vite…
    Maintenant, cher alsospracht, j’ai discuté avec pas mal de monde, des religieux entre autres, et je ne suis pas mort.
    Chacun m’a apporté un peu de ce qu’il était et m’a permis de réfléchir sur des pensées, soit que je n’avait pas abordées, soit sur lesquelles j’avais des jugements hâtifs, et la plupart sont repartis après avoir entendu mes arguments.
    C’est l’échange, la confrontation, et l’émulation qui font avancer les esprits. Refuser le dialogue parce que (nous jugeons que) nos interlocuteurs sont particulièrement verrouillés, c’est renoncer et se verrouiller soi-même… cette petite phrase s’adresse d’ailleurs aussi à Agnes 55…
    Enfin, bon, c’est ma façon de penser…

    Répondre
  68. Agnès
    Agnès dit :

    Bien sur qu’il y a eut de tous temps brassage de la population, mais il est beaucoup plus relatif que ce que voudrait nous le faire croire depuis quelques années une certaine gauche altermondialiste pour nous faire gober de gré ou de force le multiculturalisme (que personnellement je refuse, ainsi que le relativisme culturel d’ailleurs).

    Tout d’abord les populations ne se déplaçaient pas autrefois avec la rapidité d’aujourdhui, des générations se sont succédées sur les meme territoires durant des siècles, et l’apport extérieur a le plus souvent été le fait de la soldatesque par viol de guerre.

    Ensuite, que je sache, 0- est le groupe sanguin le plus fréquent dans la population basque, par exemple. Plus on s’éloigne en cercles concentriques du pays basque et plus la proportion de ce groupe sanguin diminue. On pourra toujours dire que des basques ont immigré au 4 coins du monde et que des migrants se sont installés au pays basque, mais cela prouve tout de meme qu’il existe en cette région une population autochtone établie là depuis des siècles et meme des millénaires.

    Je suppose qu’il en est de meme des marqueurs génétiques; ce n’est tout de meme pas un hasard si la présence d’un meme gène se retrouve avec une fréquence particulièrement grande dans une population donnée.

    Répondre
  69. Agnès
    Agnès dit :

    @ melchior griset-labûche

    Bein écoutez, prenez comme pseudo La Palisse, parce que comme lapalissade, dans le genre c’est difficile de faire mieux que vous.

    Evidemment que l’Homme sort d’Afrique à ce que toutes les théories s’accordent à dire. Mais vous me concéderez qu’en plusieurs dizaines de millénaires, l’Homme à eu largement le temps de se développer successivement ailleurs sans plus avoir meme de contacts aucuns avec ses ancètres, et par conséquent d’avoir connu des mutations génétiques capables de former un génotype dans un lieu donné sur plusieurs milliers d’années (je crois qu’on dit comme ça).

    Répondre
  70. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Attention à ne pas donner aux mélanges génétiques la part du lion. C’est sur le plan culturel que se passent les choses, et là je ne parlerai pas de mélange, mais d’interactions.

    Le voyageur qui arrive dans un pays, celui qui revient chez lui apportent avec eux des idées qui, reprises par leurs contemporains, s’installent dans la culture locale.

    On a retrouvé des silex venant du Vercors à des milliers de kilomètres. Les anciens étaient peu nombreux à voyager, mais ceux qui le faisaient allaient loin et transportaient avec eux des technologies, des manières de cultiver, des cuisines, des langages, toute l’histoire de l’humanité en témoigne.

    Quant aux échanges littéraires, musicaux, artistiques, ils ont nourri notre vieille Europe.

    Répondre
  71. Anta
    Anta dit :

    J’aurais énormément de choses à dire à propos de ce sujet passionnant, mais je manque malheureusement de temps.
    Je voulais juste faire une courte apparition pour demander aux habitués pourquoi il n’y pas plus de véritable levée de bouclier à l’encontre des propos ouvertement racistes d’Agnès (pas la tenancière, l’autre). Sans aller jusqu’à l’insulte, j’ai reçu à de très nombreuses reprises des tonnes de volées de bois vert pour avoir exprimé une opinion qui n’est pas majoritaire ici. Mais là, à part de timides protestations, rien, peau d’zob…

    Enfin bref, la Agnès me fait penser à une chanson: "Elle revient d’la fête de l’huma, elle est contente, elle a vu Johnny ….etc….."

    Répondre
  72. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à Anta
    Je ne crois pas qu’elle soit "ouvertement" raciste. Elle est véhémentement anti-communautariste (cela se défend), et personne ne réagit violemment parce que personne ne prend cela vraiment au sérieux, encore moins au tragique. Et je crois que c’est plus sain comme ça. (Du moins c’est mon opinion, et je la partage volontiers).

    Répondre
  73. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    Mais nous n’avons pas épuisé (ni même abordé concrètement) le vrai sujet: comment nous z’autres z’Européens avons su porter à sa quasi perfection l’art d’étriper les autres, puis de nous étriper entre nous (je pense en particulier à la dernière guerre serbo-bosno-croate, qui touche à son épilogue ou peu s’en faut). Comme si nous avions honte…

    Répondre
  74. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    Mais nous n’avons pas épuisé (ni même abordé concrètement) le vrai sujet: comment nous z’autres z’Européens avons su porter à sa quasi perfection l’art d’étriper les autres, puis de nous étriper entre nous (je pense en particulier à la dernière guerre serbo-bosno-croate, qui touche à son épilogue ou peu s’en faut). Comme si nous avions honte…

    Répondre
  75. BreizhYoyogi
    BreizhYoyogi dit :

    "Mais nous n’avons pas épuisé (ni même abordé concrètement) le vrai sujet: comment nous z’autres z’Européens avons su porter à sa quasi perfection l’art d’étriper les autres, puis de nous étriper entre nous"

    Si ça c’est pas de l’auto-flagellation ethnocentrique… c’est à prendre au second degré ou c’est sérieux ?

    Sinon, sur l’Europe des peuples comme décrite dans le billets d’Agnès avec fraternité entre les peuples et échanges culturels et génétiques, oui. Cent fois oui. Mais ces choses-là ne se décrètent pas. Pour y arriver à grande échelle, je ne vois qu’une stabilité politique et économique européenne sur le long terme. On s’y prend comment ? Des idées sur la question ?

    Répondre
  76. BreizhYoyogi
    BreizhYoyogi dit :

    "Mais nous n’avons pas épuisé (ni même abordé concrètement) le vrai sujet: comment nous z’autres z’Européens avons su porter à sa quasi perfection l’art d’étriper les autres, puis de nous étriper entre nous"

    Si ça c’est pas de l’auto-flagellation ethnocentrique… c’est à prendre au second degré ou c’est sérieux ?

    Sinon, sur l’Europe des peuples comme décrite dans le billets d’Agnès avec fraternité entre les peuples et échanges culturels et génétiques, oui. Cent fois oui. Mais ces choses-là ne se décrètent pas. Pour y arriver à grande échelle, je ne vois qu’une stabilité politique et économique européenne sur le long terme. On s’y prend comment ? Des idées sur la question ?

    Répondre
  77. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à BreizhYoyogi

    Pourquoi "ethnocentrique", puisque nous sommes "des peuples" ? Je ne suis pas croato-bosno-serbe. Et d’autres dans le monde font ça très bien aussi. (Libéria et autres naguère, Soudan et autres aujourd’hui).
    Quant à la stabilité politique et économique à long terme, j’ai ma petite idée sur la question, mais elle est assez mal vue par ici.

    Répondre
  78. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à BreizhYoyogi

    Pourquoi "ethnocentrique", puisque nous sommes "des peuples" ? Je ne suis pas croato-bosno-serbe. Et d’autres dans le monde font ça très bien aussi. (Libéria et autres naguère, Soudan et autres aujourd’hui).
    Quant à la stabilité politique et économique à long terme, j’ai ma petite idée sur la question, mais elle est assez mal vue par ici.

    Répondre
  79. Xiawi
    Xiawi dit :

    Je comprends le concert de louanges car ce texte est en effet émouvant et, comme souvent, très bien écrit. Néanmoins, je me sens dois de rompre avec le ton ambiant car il me semble qu vous ne parlez pas d’Europe ici, mais plutôt d’humanisme.

    En quoi votre texte ne pourrait pas s’appliquer à des non-européens? Vous m’accorderez probablement que les "migrations, mélanges, grands courants de pensée, des petites histoires particulières, des voyages, des rencontres, des échanges" concernent tout un chacun dès le moment où il appartient à l’espèce humaine (ou pas d’ailleurs! Mais bon laissons les hérissons et les oiseaux migrateurs pour un autre débat). Je désapprouve franchement les accusations de racisme évoquées plus haut (qui sont effectivement imbéciles quand on a lu un minimum ce blog), mais je comprends ce qui peut les motiver: en quoi ce billet ne pourrait-il pas s’appliquer à un Africain ou un Asiatique? En quoi ce dont vous parlez serait-il spécifique de l’Europe?

    Bien entendu si l’on résume le projet européen à ce que veulent en faire "des marchands, des financiers, des guerriers ou des politiques", personne ne risque adhérer avant longtemps! Je ne suis pas nationaliste ni même patriote, et ne tire aucune fierté à être français. Je ne peux néanmoins que constater que l’histoire de France, à travers des luttes sociales et politique, a permis d’arriver à une situation où ses habitants jouissent d’un environnement, certes très perfectible, mais largement enviable au vu de l’existant de par le monde. Cet environnement est bien plus semblable chez nos voisins que dans d’autre parties du monde, et c’est cela à mes yeux qui doit être promu comme une caractéristique de l’Europe. Et, à nouveau, doit être encore amélioré bien entendu.

    Entendons nous bien, il ne s’agit pas non plus de faire une "Europe forteresse" qui serait un havre relatif de bien-être au milieu d’une mer de violence. Surtout si ce bien-être profite de l’exploitation directe du dit reste du monde. Le projet européen se doit d’être exemplaire et motiver les peuples du monde entier à développer eux aussi des situations de paix et de bien être dans le respect des différences. Et aussi, accueillir ceux qui souhaitent adhérer à ce projet pour retrouver des perspectives d’avenir temporairement impossible ailleurs, indépendamment de leur lieu de naissance.

    Répondre
  80. Xiawi
    Xiawi dit :

    Je comprends le concert de louanges car ce texte est en effet émouvant et, comme souvent, très bien écrit. Néanmoins, je me sens dois de rompre avec le ton ambiant car il me semble qu vous ne parlez pas d’Europe ici, mais plutôt d’humanisme.

    En quoi votre texte ne pourrait pas s’appliquer à des non-européens? Vous m’accorderez probablement que les "migrations, mélanges, grands courants de pensée, des petites histoires particulières, des voyages, des rencontres, des échanges" concernent tout un chacun dès le moment où il appartient à l’espèce humaine (ou pas d’ailleurs! Mais bon laissons les hérissons et les oiseaux migrateurs pour un autre débat). Je désapprouve franchement les accusations de racisme évoquées plus haut (qui sont effectivement imbéciles quand on a lu un minimum ce blog), mais je comprends ce qui peut les motiver: en quoi ce billet ne pourrait-il pas s’appliquer à un Africain ou un Asiatique? En quoi ce dont vous parlez serait-il spécifique de l’Europe?

    Bien entendu si l’on résume le projet européen à ce que veulent en faire "des marchands, des financiers, des guerriers ou des politiques", personne ne risque adhérer avant longtemps! Je ne suis pas nationaliste ni même patriote, et ne tire aucune fierté à être français. Je ne peux néanmoins que constater que l’histoire de France, à travers des luttes sociales et politique, a permis d’arriver à une situation où ses habitants jouissent d’un environnement, certes très perfectible, mais largement enviable au vu de l’existant de par le monde. Cet environnement est bien plus semblable chez nos voisins que dans d’autre parties du monde, et c’est cela à mes yeux qui doit être promu comme une caractéristique de l’Europe. Et, à nouveau, doit être encore amélioré bien entendu.

    Entendons nous bien, il ne s’agit pas non plus de faire une "Europe forteresse" qui serait un havre relatif de bien-être au milieu d’une mer de violence. Surtout si ce bien-être profite de l’exploitation directe du dit reste du monde. Le projet européen se doit d’être exemplaire et motiver les peuples du monde entier à développer eux aussi des situations de paix et de bien être dans le respect des différences. Et aussi, accueillir ceux qui souhaitent adhérer à ce projet pour retrouver des perspectives d’avenir temporairement impossible ailleurs, indépendamment de leur lieu de naissance.

    Répondre
  81. dagrouik
    dagrouik dit :

    Superbe, grandiose ! Ca me rappelle un prof d’histoire qui nous disait "L’europe s’est surtout construite en levrette". Dans migrations humaines, il y’a humain, ne l’oublions jamais.

    Répondre
  82. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    @ Anta, 71:

    Parce que c’est une vieille copine. Dès qu’on l’a reconnue (sous ses différents masques), on cesse d’alimenter le monstre, qui gonfle à mesure des contradictions.

    J’avoue que j’ai, hélas, beaucoup de mal à me taire, mais avec elle seul le silence est d’or.

    Répondre
  83. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    @ Anta, 71:

    Parce que c’est une vieille copine. Dès qu’on l’a reconnue (sous ses différents masques), on cesse d’alimenter le monstre, qui gonfle à mesure des contradictions.

    J’avoue que j’ai, hélas, beaucoup de mal à me taire, mais avec elle seul le silence est d’or.

    Répondre
  84. Kamizole
    Kamizole dit :

    Un seul regret : ne pas avoir exploré ce superbe blog plus tôt ! lequel figurera bien évidemment sur ma liste "affinités sélectives" et dans mes classements mensuels élaborés à partir de ceux de Wikio. Où l’on dit des choses que je connais et pense depuis fort longtemps… grâce sans doute à ce qui disait Régine Pernoud sur les fructueux échanges au Moyen Âge, entre les penseurs des trois religions dite "du Livre"… Avec un seul bémol, plus tardif, tiré de la biographie de Maïmonide, à savoir la conquète de l’Espagne par des Arabes qui se fichaient éperdument des échanges de l’esprit..

    Répondre
  85. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Salut Kamisole et merci pour ton opinion.

    Pour ce qui est de la conquête arabe… difficile de demander à tes guerriers de convaincre du bienfait de ta civilisation. C’est pour cela qu’il y a ensuite des vagues de commerçants, de diplomates, fonctionnaires, artistes, etc… Les Américains devraient connaître la leçon, depuis le temps… mais non, ceux qui oublient leur histoire, bla, bla, bla…

    Répondre
  86. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Salut Kamisole et merci pour ton opinion.

    Pour ce qui est de la conquête arabe… difficile de demander à tes guerriers de convaincre du bienfait de ta civilisation. C’est pour cela qu’il y a ensuite des vagues de commerçants, de diplomates, fonctionnaires, artistes, etc… Les Américains devraient connaître la leçon, depuis le temps… mais non, ceux qui oublient leur histoire, bla, bla, bla…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *