Pétrole, pétrole!

En France, on a pas de pétrole, mais on a des idées…
En fait, du pétrole, va plus y en avoir pour longtemps, et les idées, on les attend toujours!

J’aime cette joyeuse insouciance de ceux qui nous gouvernent : faire comme si notre mode de vie était le summum de 20 000 ans d’Histoire et que nous allions pouvoir continuer à vivre de la sorte pour des siècles et des siècles.

Pollution de l’air, de l’eau, de la terre… tout va bien, tout est sous contrôle.
Disparition massive d’espèces animales et végétales, réchauffement climatique qui crève le plafond des estimations les plus pessimistes… Bon, on va se signer un joli petit pacte écologique avec des grands sourires chaleureux et tout ira bien dans le meilleur des mondes.
Inégalités grandissantes sur la planète, même au cœur des pays les plus riches, diminution drastique des ressources vitales, dégâts sociaux majeurs… aller hop, on va se faire une nouvelle purge économique pour relancer la croissance.

La croissance de quoi?

De la destruction? De la pollution?
Pour qui? Pour les milliards de personnes qui surnagent avec moins d’un dollar par jour, sans eau potable, avec toutes les calamités de la Terre concentrées sur eux? Ou plutôt pour ceux qui décident et possèdent déjà plus de 80% de la richesse produite, parce qu’ils veulent un 4×4 de plus, un écran plasma plus grand?
Pourquoi faire? Plus de produits dégueus qui ne servent à rien et polluent tout? Plus de nouveaux besoins qui ne satisferont jamais le gouffre existentiel qui nous sert de petite vie étriquée?

Travailler plus pour gagner plus…

Plus de quoi?
De pognon?
Pour quoi faire?
Acheter plus de daube qui ne sert à rien?
Acheter du temps pour vivre?

Vivre… ça, c’est déjà un bon début.
Vivre comment? Comme un cloporte, à trimer jusqu’à ne plus pouvoir penser, croiser les gens qui comptent vraiment de temps à autre? Les laisser devenir des étrangers dans notre propre demeure?

Je me pose trop de questions!

La bonne nouvelle, c’est que tout ce merdier touche à sa fin… et que parti comme c’est, ça va être bien pire!

La fin du pétrole

Ben oui, il a fallu des millions d’années pour fabriquer dans les entrailles de la terre toute cette huile visqueuse qui fait absolument tout tourner aujourd’hui. Et quand on aura tout utilisé, ben, devinez quoi? Y en aura plus.

On peut jouer à se demander ce qu’il sera encore possible de faire sans cette énergie bon marché dans notre société.

Plus de transport. Beaucoup moins d’électricité. Plus d’industrie chimique (là, c’est tout ce qu’on utilise au quotidien qui est remis en question).Bref, aujourd’hui, les mecs les plus prêts à entrer dans l’ère post-pétrolière… ce sont les gars des pays sous-développés, en Afrique particulièrement. Nous, on va même devoir réapprendre à pisser!

La fin du pétrole, ce n’est pas pour nos enfants. C’est pour notre gueule!
Le démantèlement du système de santé ne vous fait pas rire? La disparition annoncée des retraites non plus?
Ben, c’est du pipi du chat par rapport à la grosse baffe qu’on va se prendre dans notre gueule d’ici… 10 ans. Parce que je suis une incurable optimiste.

No futur

Bon, ceci dit, la fin d’une ressource non renouvelable, c’est tout de même le truc le plus prévisible qu’il soit. Alors, il est où le plan de secours?
Parce qu’on n’est pas des cons, quand même : on élit des gens pour prévoir ce genre de merde et pondre des plans de rechange régulièrement. C’est leur boulot. Comme tout le monde avait prévu ce qui allait nous arriver depuis au moins 30 ans, il serait temps qu’on sorte les plans de secours du placard, non?

Ben alors, où qu’il sont les plans B?

Probablement avec ceux destinés à amener notre civilisation vers un monde meilleur, plus juste et plus équitable, avec la fin de pauvreté, de la famine, de la guerre et de toutes ces choses horribles et barbares qui font toujours monter les larmes aux yeux des Miss France pendant leur discours d’investiture.

Là, je ne vois rien venir : les bagnoles utilisent des moteurs à explosion depuis plus de 100 ans, l’électricité est pratiquement entièrement produite avec des ressources épuisables (et oui, gros malin, tu crois peut-être que chez Areva, ils ont des poules qui pondent des œufs d’uranium tous les matins pour alimenter les centrales nucléaires?) et je doute qu’éteindre la lumière en sortant des chiottes suffise à retarder quoi que ce soit.

En fait, je suis de mauvaise foi : y a des mecs qui ont particulièrement bien anticipé la fin du pétrole. C’est Bush et ses néocons!
Je suis sûre qu’il y a des gens qui pensent encore que l’invasion de l’Irak, c’était juste pour apporter la démocratie aux barbares! Et que tout cela n’a rien à voir avec le fait que l’Irak, c’est la deuxième réserve de pétrole du monde!

C’est comme la guerre contre le terrorisme.
On a tous bien compris que le terrorisme, c’est l’islamisme. Que tout musulman est un intégriste qui fait semblant de s’ignorer. Que c’est la guerre des civilisations et qu’on va botter le cul des musulmans pour préserver la liberté, la beauté, la démocratie et Wal Mart. D’ailleurs, dès que  quelqu’un doute du bien fondé de cette entreprise, il y a toujours un diable d’Al Qaïda qui sort de sa boite pour jouer le croquemitaine de service et remettre à leur place les gros paranos du complot!

Allons botter le cul des félons musulmans, allons leur faire rendre gorge jusqu’aux tréfond de leurs chiottes à la turc (n’est-ce pas la preuve de leur barbarie : les chiottes à la turc!)! Envahissons et soumettons l’Indonésie et plus vite que ça!

Le dessous des cartes

Ha ben, merde alors, qu’est-ce que j’ai raté dans le film? L’Indonésie, le nid principal des barbares à turban n’est pas au programme? Ha, on ne parle que des Musulmans arabes? Et particulièrement de ceux qui ont le cul sur des dernières grosses réserves de pétrole du monde?
Pour de la coïncidence, c’est de la coïncidence, non?

Et oui, celui qui disposera en dernier d’une ressource rare, celui-là aura le pouvoir et pourra continuer à faire semblant de vivre comme avant un peu plus longtemps que les autres!

Cela porte un nom, cela s’appelle le despotisme hydraulique et ça ne date pas d’hier comme stratégie de domination.

Et pendant ce temps, qu’est-ce qu’on fait pour inventer une nouvelle civilisation libérée du pétrole?
Rien!
On appuie sur la zapette et on change de chaîne en disant d’un air pénétré : Putain, c’est grave quand même ce qu’il se passe… tu reveux un peu de melon, ma chérie?

On continue à faire des maisons en merdasse qu’il faut refroidir l’été et réchauffer l’hiver. Je cherche un nouveau logement depuis un mois et on ne me propose que des locations hors de prix avec la touche plus : Ha oui, mais j’ai installé la clim’ réversible!
Super! Ça veut dire que ma couette est mieux conçue que sa baraque… Et comment va-t-on faire pour y vivre, dans sa putain de baraque neuve quand le chauffage coûtera plus cher qu’un salaire?

Bref, replaçons fissa nos têtes dans le fion sable, laissons les politiques éviter soigneusement le sujet qui fâche et raillons-nous des Cassandres qui prédisaient la chute de l’empire du pétrole!


Oil, Smoke & Mirrors
Vidéo envoyée par ReOpen911
136 réponses
  1. Hauver
    Hauver dit :

    Le pétrole sera utilisé jusqu’a la dernière goutte car kes industrie du secteur sont de gros lobby financier qui dirigent le monde en douce.
    Ils ont certainement dejà pensé au plan B, car n’oublions pas que l’or noir est aussi la principale source de richesse de "ces gens là" comme dirait le Grand Jacques.
    De là a dire qu’il ont trouvé la solution….
    J’ai bien peur que non et que les gas commence serieusement à avoir les pétoches. Et si on ne trouvait rien….

    On a du mourron a se faire, croisons les doigts pour qu’ils ne trouvent jamais de pétrole en France….

    Répondre
  2. Marie-Aude
    Marie-Aude dit :

    Il y a depuis longtemps des énergies de remplacement pour le pétrole.
    Pas obligatoirement plus écologiques sur le long terme (par exemple le bilan complet de l’énergie électrique solaire, avec la destruction des piles photovolataïques en fin de vie n’est pas croquignolet), mais elles existent.

    Alors pourquoi on continue sur le pétrole ? Pour un bête problème d’arbitrage de coût, les énergies nouvelles étant souvent plus chères.
    Plus le pétrole va se raréfier, plus les énergies de remplacement vont devenir tnéressantes en comparaison, et vont donc être utilisées.

    Maintenant, je crains que le plus responsable de la pollution aujourd’hui ne soit pas le gros beauf avec son 4×4, mais les pays émergeant. Ceux qui commencent à voir arriver la part du gâteau et qui n’ont pas envie de voir son prix exploser parce que des pays riches qui ont déjà tout se sont rendu compte de la catastrophe, et essaient quand même de mettre le frein. Concrètement, à très court terme, c’est à dire au terme des décisions micro économiques (celle de l’entreprise qui veut rentabiliser son investissement), l’écologie est un luxe de riches…

    Et pour beaucoup de pays, le risque essentiel, ce n’est pas la disparition du pétrole, c’est la raréfaction de l’eau. Faire comprendre que les deux sont liés, c’est pas toujours simple..

    Nota : avant de me faire taper dessus, ceci n’est pas un jugement de valeur, c’est jute une analyse de la situation. .

    Répondre
  3. Marie-Aude
    Marie-Aude dit :

    Il y a depuis longtemps des énergies de remplacement pour le pétrole.
    Pas obligatoirement plus écologiques sur le long terme (par exemple le bilan complet de l’énergie électrique solaire, avec la destruction des piles photovolataïques en fin de vie n’est pas croquignolet), mais elles existent.

    Alors pourquoi on continue sur le pétrole ? Pour un bête problème d’arbitrage de coût, les énergies nouvelles étant souvent plus chères.
    Plus le pétrole va se raréfier, plus les énergies de remplacement vont devenir tnéressantes en comparaison, et vont donc être utilisées.

    Maintenant, je crains que le plus responsable de la pollution aujourd’hui ne soit pas le gros beauf avec son 4×4, mais les pays émergeant. Ceux qui commencent à voir arriver la part du gâteau et qui n’ont pas envie de voir son prix exploser parce que des pays riches qui ont déjà tout se sont rendu compte de la catastrophe, et essaient quand même de mettre le frein. Concrètement, à très court terme, c’est à dire au terme des décisions micro économiques (celle de l’entreprise qui veut rentabiliser son investissement), l’écologie est un luxe de riches…

    Et pour beaucoup de pays, le risque essentiel, ce n’est pas la disparition du pétrole, c’est la raréfaction de l’eau. Faire comprendre que les deux sont liés, c’est pas toujours simple..

    Nota : avant de me faire taper dessus, ceci n’est pas un jugement de valeur, c’est jute une analyse de la situation. .

    Répondre
  4. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ce qui me flingue le plus dans cette histoire, c’est qu’on a perdu des décennies à ne pas chercher à fonctionner autrement!
    D’un autre côté, ça se tient : ceux qui ont le pouvoir l’ont à travers et grâce au fonctionnement économique actuel. Changer de mode de fonctionnement revient à détruire le système qui leur est le plus profitable. Donc, de leur point de vue, la seule solution, c’est de s’accaparer le plus possible de ressources en le moins de mains possible pour perdurer dans leur mode de vie le plus longtemps possible et à charge pour tous les autres de se démerder pour survivre dans la pénurie de tout.

    Répondre
  5. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ce qui me flingue le plus dans cette histoire, c’est qu’on a perdu des décennies à ne pas chercher à fonctionner autrement!
    D’un autre côté, ça se tient : ceux qui ont le pouvoir l’ont à travers et grâce au fonctionnement économique actuel. Changer de mode de fonctionnement revient à détruire le système qui leur est le plus profitable. Donc, de leur point de vue, la seule solution, c’est de s’accaparer le plus possible de ressources en le moins de mains possible pour perdurer dans leur mode de vie le plus longtemps possible et à charge pour tous les autres de se démerder pour survivre dans la pénurie de tout.

    Répondre
  6. Lory
    Lory dit :

    Ce que consomment et consommeront "les pays riches" (Amérique du nord et Europe) à coté de ce que vont consommer comme énergie (et ce que ça va comporter comme dégats écologiques, rejet de gaz carbonique et donc réchauffement climatique) l’Inde et la Chine réunies, ça parait presque modeste.

    Certes, le Colorado ne rejoint plus le Pacifique depuis belle lurette tellement ils pompent d’eau pour les parcs Mickey de Las Vegas, mais en Irak, d’ici 10 ans, ils auront encore du pétrole, mais ils auront quoi comme flotte dans le Tigre et l’Euphrate? ça va faire monter les cours de l’eau au tarif du baril de pétrole…

    Répondre
  7. Lory
    Lory dit :

    Ce que consomment et consommeront "les pays riches" (Amérique du nord et Europe) à coté de ce que vont consommer comme énergie (et ce que ça va comporter comme dégats écologiques, rejet de gaz carbonique et donc réchauffement climatique) l’Inde et la Chine réunies, ça parait presque modeste.

    Certes, le Colorado ne rejoint plus le Pacifique depuis belle lurette tellement ils pompent d’eau pour les parcs Mickey de Las Vegas, mais en Irak, d’ici 10 ans, ils auront encore du pétrole, mais ils auront quoi comme flotte dans le Tigre et l’Euphrate? ça va faire monter les cours de l’eau au tarif du baril de pétrole…

    Répondre
  8. Hrv
    Hrv dit :

    Dans la liste des produits à base de pétrole, il faut ajouter le bitume. Quand on aura de belles voitures électriques avec batteries au lithium ultra-polluant fonctionnant indirectement à l’uranium africain, on aura l’air malins, sur nos autoroutes en pavés à la romaine, où on ne peut pas dépasser le 60 à l’heure sans se briser les reins.

    Répondre
  9. toto
    toto dit :

    Marie-Aude, il faudrait que tu me dises comment remplacer le pétrole par du photovoltaïque pour les transports, les plastiques, les engrais et plus globalement combien il faudrait de surface photovoltaïque pour remplacer les centrales thermiques à pétrole.

    Je ne suis pas d’accord avec toi, il n’y a PAS d’alternative réelle au pétrole. Il suffit de lire Le plein s’il vous plait, de Jean-Marc Jancovici pour s’en convaincre.

    D’autre part, les pays émergents ne sont pas plus ou moins responsables que nous dans la crise qui nous pend au nez. Les responsables c’est nous, nous qui avons mené le monde de la révolution industrielle jusqu’à aujourd’hui. La solution, est à trouver autant chez nous que dans les pays émergents mais je me vois mal dire aux pays émergents de se calmer pour nous permettre de continuer à vivre comme si de rien n’était…

    Et puis, en consommation d’énergie par habitant, on est encore loin devant les pays émergents. C’est nous qui avons donc la plus grande marge de progression possible.

    Alors soit, ton jugement de valeur n’est qu’une analyse, mais elle mériterait d’être un peu approfondie.

    Répondre
  10. toto
    toto dit :

    Marie-Aude, il faudrait que tu me dises comment remplacer le pétrole par du photovoltaïque pour les transports, les plastiques, les engrais et plus globalement combien il faudrait de surface photovoltaïque pour remplacer les centrales thermiques à pétrole.

    Je ne suis pas d’accord avec toi, il n’y a PAS d’alternative réelle au pétrole. Il suffit de lire Le plein s’il vous plait, de Jean-Marc Jancovici pour s’en convaincre.

    D’autre part, les pays émergents ne sont pas plus ou moins responsables que nous dans la crise qui nous pend au nez. Les responsables c’est nous, nous qui avons mené le monde de la révolution industrielle jusqu’à aujourd’hui. La solution, est à trouver autant chez nous que dans les pays émergents mais je me vois mal dire aux pays émergents de se calmer pour nous permettre de continuer à vivre comme si de rien n’était…

    Et puis, en consommation d’énergie par habitant, on est encore loin devant les pays émergents. C’est nous qui avons donc la plus grande marge de progression possible.

    Alors soit, ton jugement de valeur n’est qu’une analyse, mais elle mériterait d’être un peu approfondie.

    Répondre
  11. guimo
    guimo dit :

    Juste pour rappeler quelques ordres de grandeurs :
    A peu pres 15 TW (tera Watts, un terawatt = 1000 Gigawatts) d’energie sont consommés CHAQUE JOUR dans le monde (ca veut dire en transports + utilisation domestique + industrie, bref TOUT).
    Dont :
    – Un peu plus de 5 TW sous forme de pétrole (utilisé surtout dans les transports et la prod d’elec et chauffage)
    – Un peu moins de 5TW sous forme de gaz naturel (surtout pour la prod d’elec et le chauffage)
    – Un peu plus de 4TW sous forme de charbon (surtout pour produire de l’elec, merci le C02)

    Et le nucléaire Tenez vous bien…
    0,37 TW.
    Le reste c’est les renouvellables etc…
    Donc avant de tout remplacer, par du nucléaire, du colza ou de l’eau de rose, merci de mettre en rapport avec les chiffres pour apporter une solution CREDIBLE.

    Quand au pétrole, il ne risque pas de disparaitre avant 100 ans.

    Le REEL problème n’est pas les réserves ou ce qui reste, mais la vitesse d’extraction du pétrole.
    Aujourd’hui, elle est de 85millions de barils / jours en moyenne. Depuis un ou deux ans, elle n’augmente plus, et les pétroliers savent très bien qu’elle n’augmentera pas plus de qq barils / jours.
    La consommation globale de pétrole, elle, augmente (surtout dans nos pays ou il faut quasiment une voiture / personne majeure). Donc les prix augmentent. Il y a peu de chance qu’ils baissent à l’avenir. Pour info, les pays pauvres (sutt en afrique) ne supportent deja plus l’augmentation actuelle des prix, avec des conséquence dramatique. Mais pas grave, du moment qu’on peut continuer d’acheter de gros monospaces et 4×4…

    Eteindre les chiottes ne sert à quasiment à rien, à l’heure ou l’on nous impose d’utiliser un véhicule de 1t5 et faisant 72 Kilowatts pour transporter un bonhomme/ bonfemme de 60kg

    Répondre
  12. toto
    toto dit :

    Lory, ce que consomme les pays riches n’est PAS modeste.

    Regarde la notion d’empreinte écologique, et tu verras que les pays riches consomment TROP. Nul besoin de se consoler en regardant augmenter la consommation de l’Inde et de la Chine.

    Nous consommons trop un point c’est tout, et ne cherchons pas d’excuse !

    Répondre
  13. toto
    toto dit :

    Lory, ce que consomme les pays riches n’est PAS modeste.

    Regarde la notion d’empreinte écologique, et tu verras que les pays riches consomment TROP. Nul besoin de se consoler en regardant augmenter la consommation de l’Inde et de la Chine.

    Nous consommons trop un point c’est tout, et ne cherchons pas d’excuse !

    Répondre
  14. glyg
    glyg dit :

    Petite précision: Le TW ( un milliard de Watt) est une unité de puissance, c’est à dire une unité d’énergie fois une unité de temps : 1 TW = 1 Tera Joule – secondes. Donc par jours, nous consomons 15 x 24 = 360 TWh (terawatt – heures) d’énergie. Vous vous rappelerez sans doute que ce que vous payez à EDF se sont des kilos watt heures. La phrase ’15 TW par jour’ n’a donc pas trop de sens..

    Ceci dit, je ne pense pas non plus qu’il y ai moyen de remplacer le pétrole. Ne serait-ce qu’en terme de coûts de conversion:
    On trouve un super moteur solaire renouvelable qui pollue pas… Génial, ces ingénieurs de chez renauds sont vraiments bons (quand ils ne se suicident pas).
    Maintenant, on claque des doigts, et on remplace tout le parc automobile mondial. Comment-ça ça coince?

    Si en plus les gens y mettent de la mauvaise volonté…

    Salutations, merci pour le blog…
    Et va falloir bosser un peu la thermodynamique de base (des notions qui manquent cruellement à nos dirigeants, j’en ai peur)

    Bises d’un nogarolien (enfin, de St Martin d’Armagnac, pas si loin)

    Répondre
  15. glyg
    glyg dit :

    Petite précision: Le TW ( un milliard de Watt) est une unité de puissance, c’est à dire une unité d’énergie fois une unité de temps : 1 TW = 1 Tera Joule – secondes. Donc par jours, nous consomons 15 x 24 = 360 TWh (terawatt – heures) d’énergie. Vous vous rappelerez sans doute que ce que vous payez à EDF se sont des kilos watt heures. La phrase ’15 TW par jour’ n’a donc pas trop de sens..

    Ceci dit, je ne pense pas non plus qu’il y ai moyen de remplacer le pétrole. Ne serait-ce qu’en terme de coûts de conversion:
    On trouve un super moteur solaire renouvelable qui pollue pas… Génial, ces ingénieurs de chez renauds sont vraiments bons (quand ils ne se suicident pas).
    Maintenant, on claque des doigts, et on remplace tout le parc automobile mondial. Comment-ça ça coince?

    Si en plus les gens y mettent de la mauvaise volonté…

    Salutations, merci pour le blog…
    Et va falloir bosser un peu la thermodynamique de base (des notions qui manquent cruellement à nos dirigeants, j’en ai peur)

    Bises d’un nogarolien (enfin, de St Martin d’Armagnac, pas si loin)

    Répondre
  16. schlaf
    schlaf dit :

    moi, ce qui me tue dans tout ça, c’est que les solutions simples existent pour réduire IMMEDIATEMENT notre consommation d’énergie…

    à l’heure actuelle, on construit à tort et à travers des lotissements en campagne. stratégie de "mitage" parfaitement débile. évidemment, la seule desserte, c’est le tout-voiture… il est d’ailleurs impensable pour le péquin lambda de croire à autre chose.

    et dans les grandes villes, on construit du tramway, et ça coûte horriblement cher car il faut dévier les réseaux existants (eau, électricité), la circulation, … et c’est même pas efficace (trop d’intersections pour aller vite)

    des architectes ont pensé des modèles de villes permettant de se déplacer à pied/vélo, et transports en commun efficaces. et construire sur du domaine vierge ne coûte quasiment rien par rapport à la rénovation urbaine.

    bref, il suffirait de créer des villes nouvelles à partir de rien. écolo-compatibles, c’est à dire construction collective bioclimatique, maintien de la verdure (qui évite les inondations en empêchant l’imperméabilisation des sols), transport en vélo (parkings partout, voies sécurisées) et en train/tram.

    une ville de 2km de diamètre peut contenir plusieurs centaines de milliers d’habitants dans des conditions agréables, n’ayant jamais à marcher plus de 20 minutes (6km/h) ou rouler plus de 5mn, à moins d’un kilomètre de la verdure (ce qui permet de ne pas avoir besoin de son jardin), et bien évidemment le travail juste à côté! mais il faut renoncer au pavillon de banlieue…

    en gros, c’est tout le contraire de ce qu’on fait actuellement, c’est à dire étendre bêtement les banlieues en bouffant toute la place pour que chacun ait SON coin de jardin, SA voiture, et SON bouchon pour aller au boulot.

    la solution : re-lo-ca-li-ser!!!

    Répondre
  17. guimo
    guimo dit :

    "La phrase ’15 TW par jour’ n’a donc pas trop de sens.."
    Bien vu, j’ai écrit cette phrase sans refléchir. Le "chaque jour" devait servir à insister sur le fait que ce qui importe c’est la puissance que l’on peut fournir avec telle ou telle solution, pour remplacer la puissance fournie par l’or noir.
    Reste que les chiffres sont là.

    D’ailleurs toutes les solutions proposées à la TV (que ce soit l’hydrogène, le diester j’en passe), induisent les gens en erreur. Il y a un sacré problème d’échelle, non?

    Le problème du pétrole, c’est entre autres, QU’ON APPROCHE DU MILLIARD de véhicules légéers (voitures plus camionnettes) en circulation dans le monde. Et nos parents n’arrivent pas à comprendre que la voiture qui leur semble tant naturelle n’est pas tenable à cause du nombre de personnes qui en possedent ou veulent en posséder. Ca ne sert à rien de baisser la conso des moteurs de qq % si la croissance du parc auto est supérieure.

    Il faut en finir avec le mitage urbain, je suis d’accord avec l’article précédent. Il faut en finir avec le dogme qui nousimpose la voiture comme unique moyen de transport.

    Répondre
  18. guimo
    guimo dit :

    "La phrase ’15 TW par jour’ n’a donc pas trop de sens.."
    Bien vu, j’ai écrit cette phrase sans refléchir. Le "chaque jour" devait servir à insister sur le fait que ce qui importe c’est la puissance que l’on peut fournir avec telle ou telle solution, pour remplacer la puissance fournie par l’or noir.
    Reste que les chiffres sont là.

    D’ailleurs toutes les solutions proposées à la TV (que ce soit l’hydrogène, le diester j’en passe), induisent les gens en erreur. Il y a un sacré problème d’échelle, non?

    Le problème du pétrole, c’est entre autres, QU’ON APPROCHE DU MILLIARD de véhicules légéers (voitures plus camionnettes) en circulation dans le monde. Et nos parents n’arrivent pas à comprendre que la voiture qui leur semble tant naturelle n’est pas tenable à cause du nombre de personnes qui en possedent ou veulent en posséder. Ca ne sert à rien de baisser la conso des moteurs de qq % si la croissance du parc auto est supérieure.

    Il faut en finir avec le mitage urbain, je suis d’accord avec l’article précédent. Il faut en finir avec le dogme qui nousimpose la voiture comme unique moyen de transport.

    Répondre
  19. YR
    YR dit :

    Je serais moins catastrophiste qu’Agnès.

    Il faut méditer la maxime suivante :
    "l’âge de pierre ne s’est pas terminé faute de pierres".

    Ce que je veux dire, c’est que le pétrole est aujourd’hui la source d’énergie la moins chère pour faire tourner des moteurs ou se chauffer (les deux plus gros postes à ce jour).

    Le jour où une autre énergie sera moins chère que le pétrole, c’est celle-là qui le remplacera. Le soleil, le vent, l’hydrogène, l’alcool, le bois, la force humaine, ou une autre innovation, on verra bien ! Mais c’est essentiellement le coût pour les utilisateurs qui guide le choix de l’énergie consommée.

    Au-delà, il ne faut pas négliger des scénarios type négawatt ou facteur 4 qui permettent de se passer de pas mal de pétrole, et pour tout dire de pas mal d’énergie.

    Donc gardons nous de catastrophisme. Nous aurons encore des moyens de transport et du chauffage et des ordinateurs dans 10 ans et plus. Ils fonctionneront différemment, avec moins d’énergie nécessaire, énergie qui sera la moins chère disponible à ce moment là.

    Répondre
  20. YR
    YR dit :

    Je serais moins catastrophiste qu’Agnès.

    Il faut méditer la maxime suivante :
    "l’âge de pierre ne s’est pas terminé faute de pierres".

    Ce que je veux dire, c’est que le pétrole est aujourd’hui la source d’énergie la moins chère pour faire tourner des moteurs ou se chauffer (les deux plus gros postes à ce jour).

    Le jour où une autre énergie sera moins chère que le pétrole, c’est celle-là qui le remplacera. Le soleil, le vent, l’hydrogène, l’alcool, le bois, la force humaine, ou une autre innovation, on verra bien ! Mais c’est essentiellement le coût pour les utilisateurs qui guide le choix de l’énergie consommée.

    Au-delà, il ne faut pas négliger des scénarios type négawatt ou facteur 4 qui permettent de se passer de pas mal de pétrole, et pour tout dire de pas mal d’énergie.

    Donc gardons nous de catastrophisme. Nous aurons encore des moyens de transport et du chauffage et des ordinateurs dans 10 ans et plus. Ils fonctionneront différemment, avec moins d’énergie nécessaire, énergie qui sera la moins chère disponible à ce moment là.

    Répondre
  21. Yvan et Popol
    Yvan et Popol dit :

    Plus de pétrole (pour nous, mais aussi pour les keufs!!!). On pourra faire comme Charles Bronson. Lorsque la police est impuissante, que la justice est corrompu, que l’Etat a démissionné, il ne reste qu’une solution: rendre justice soit même par les armes.

    Répondre
  22. nattfodd
    nattfodd dit :

    Allons, quel catastrophisme, on croirait que vous n’avez pas écouté les jolis discours des chanteurs de Live Earth le week-end dernier : ça va pas bien mais tous ensemble, on peut tout changer, il suffit de réutiliser ses sacs plastiques et de couper l’eau quand on se lave les dents.

    @Marie-Aude: l’histoire des pays émergeants (émergeant dans quoi, d’ailleurs ?) qui seraient plus responsables que les pays riches, c’est d’une malhonnêteté à couper le souffle. Ce sont des chiffres *absolus*, et la Chine et l’Inde ont quelques habitants de plus que les USA et l’Europe. D’ailleurs en poussant ce raisonnement, le principal problème, c’est le reste du monde, pas moi, puisque mon empreinte ne pèse rien par rapport à celles de tous les autres cumulées. Me voilà soulagé et déculpabilisé…
    Il faut arrêter de croire que c’est la faute des autres, et arrêter de croire qu’on pourra inverser la tendance sans changer fondamentalement nos modes de vie (et donc arrêter de croire l’affreux Al Gore et son tas de bêtises, sans parler de Hulot et consorts). Et comme de toute manière, nos sociétés sont complètement incapables de réaliser la nécéssité de tels changements, sans parler de les effectuer, force est de constater que notre dernière chance est d’attendre que catastrophes et pénuries se chargent de donner les coups de butoir nécessaires… en espérant qu’il ne soit pas trop tard, et que la moitié du tiers monde n’y soit pas déjà restée !

    @Agnès: on voit tous les jours des estimations qui disent "c’est pour demain" "c’est dans 5 ans" "on en a pour 20 ans" "encore 50 ans de pétrole", et ce depuis des décennies déjà. Sur quoi bases-tu tes chiffres ?

    Répondre
  23. Noryungi
    Noryungi dit :

    C’est bien, tu découvres ce que tout le monde… enfin, ceux qui font attention 😉 … sait déjà depuis 5 ans. Oui, le choc pétrolier ultime arrive, et il arrive vite, le salaud.

    Mais tout ne va pas si mal :

    1) On peut diminuer la consommation de pétrole de 50-70% rien qu’en faisant des économies d’énergie (éteindre la lumière, baisser le chauffage, etc) et en passant à des appareils plus économes en énergie. C’est pas moi qui le dit, c’est les Negawatt (personnes sympathiques d’ailleurs)

    2) L’énergie solaire, avec des cellules photovoltaïques qui approchent rapidement les 50% de rendement, permettraient de générer environ de 35 à 55% de l’électricité nécessaire. C’est pas moi qui le dit, c’est de joyeux zozos de San Francisco, qui étudient la question avec les moyens de l’industrie informatique (le silicium, ils connaissent).

    3) L’agriculture "bio", sans engrais ni pesticide (donc pas/peu de chimie, donc pas/peu de pétrole) permettrait de nourrir toute l’humanité, là aujourd’hui, si on s’y mettait vraiment. Si, si, c’est pas moi qui le dit, c’est la FAO. Et en plus, c’est meilleur.

    4) Je te parle même pas des éoliennes, de la géothermie, du mouvement des vagues, des bio-carburants (pas une trop bonne solution, ça…) et de la biomasse : en gros on arrive à 100% des besoins actuels. Voir même 110%, ça laisse de la marge.

    Donc, oui, la 4×4 laisse tomber (mais t’en avais pas, hein ?) ainsi que les grosses BMW et autres Mercedes de merde. Tout le monde sur un vélo, ça fait faire du sport et c’est meilleur pour la santé. Les riches s’achèteront des vélos de luxe, moi je resterais sur ma vieille rossignante, mais on sera tous logé à la même enseigne.

    Alors, bien sûr, notre bien aimé Président Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa, il sera un peu largué, sur ce coup-là. Mais, avec un peu de chance, le prochain (la prochaine ?) qu’on aura sera un peu plus intelligent(e) et saura mettre en place les solutions qui vont bien.

    Et si, finalement, la fin du pétrole ne serait pas une chance, justement, de créer un monde meilleur ? Un monde avec moins de voiture et tout et tout… 🙂

    Répondre
  24. oaf
    oaf dit :

    Les solutions de rechange au pétrole y en a pas actuellement, c’est bête, mais c’est comme ça et donc économiser : chauffage, bagnole, emballages… c’est ce qui reste, et aussi mettre du pognon dans la recherche plutôt que dans les dividendes des actionnaires.

    Les biocarburants, le plan 10% de Villepin, ça fait jardin paysager, sauf qu’il faut ratiboiser l’amazonie, l’indonésie etc pour planter de la canne, du soja etc. Bonjour le désastre écologique, érosion, extinctions d’espèces tout ça pour un rendement global énergétique assez mauvais parce que engrais, appauvrissement des sols et donc relarguage de gaz de serre.

    C’est drôle, mais je vois plein de gens, pas bêtes à priori mais pas trop informés, qui croient que le moteur à eau existe mais que les pétroliers et constructeurs automobiles étouffent l’affaire pour préserver leurs intérêts. Comme si l’eau, ou même l’hydrogène étaient une source d’énergie, sauf si fusion nucléaire( c’est pas encore prêt d’être au point, 50 ans que ça cherche). Si vous voyez un moteur à eau, prévenez moi, j’achète de suite.
    Il y a 100 ans, un certain Einstein examinait des brevets du mouvement perpétuel, ça l’a bien fait rire…

    Ceci dit la clim/chauffage réversible c’est pas si nul( c’est une sorte de pompe à chaleur) et c’est moins cher y compris en énergie que de reconstruire la baraque de 30 ans ou plus d’âge dont l’isolation peut être améliorée, ce qui coûte aussi en pépètes et énergie. Voilà, le monde est d’un pénible, il est pas simple et les baguettes magiques sont rares même chez les politiques qui ne sont pas les messies qu’ils prétendent parfois être, ils n’ont pas tout à fait tort, y en a qui cherchent des messies.

    Répondre
  25. oaf
    oaf dit :

    Les solutions de rechange au pétrole y en a pas actuellement, c’est bête, mais c’est comme ça et donc économiser : chauffage, bagnole, emballages… c’est ce qui reste, et aussi mettre du pognon dans la recherche plutôt que dans les dividendes des actionnaires.

    Les biocarburants, le plan 10% de Villepin, ça fait jardin paysager, sauf qu’il faut ratiboiser l’amazonie, l’indonésie etc pour planter de la canne, du soja etc. Bonjour le désastre écologique, érosion, extinctions d’espèces tout ça pour un rendement global énergétique assez mauvais parce que engrais, appauvrissement des sols et donc relarguage de gaz de serre.

    C’est drôle, mais je vois plein de gens, pas bêtes à priori mais pas trop informés, qui croient que le moteur à eau existe mais que les pétroliers et constructeurs automobiles étouffent l’affaire pour préserver leurs intérêts. Comme si l’eau, ou même l’hydrogène étaient une source d’énergie, sauf si fusion nucléaire( c’est pas encore prêt d’être au point, 50 ans que ça cherche). Si vous voyez un moteur à eau, prévenez moi, j’achète de suite.
    Il y a 100 ans, un certain Einstein examinait des brevets du mouvement perpétuel, ça l’a bien fait rire…

    Ceci dit la clim/chauffage réversible c’est pas si nul( c’est une sorte de pompe à chaleur) et c’est moins cher y compris en énergie que de reconstruire la baraque de 30 ans ou plus d’âge dont l’isolation peut être améliorée, ce qui coûte aussi en pépètes et énergie. Voilà, le monde est d’un pénible, il est pas simple et les baguettes magiques sont rares même chez les politiques qui ne sont pas les messies qu’ils prétendent parfois être, ils n’ont pas tout à fait tort, y en a qui cherchent des messies.

    Répondre
  26. urchin
    urchin dit :

    @Monolecte:

    En fait les 2/3 (estimation) des réserves mondiales de pétrole sont encore au frais dans des sables bitumineux. On est encore à l’abri pour un moment, donc, sauf que ces réserves sont très polluantes à exploiter.

    Répondre
  27. urchin
    urchin dit :

    @Monolecte:

    En fait les 2/3 (estimation) des réserves mondiales de pétrole sont encore au frais dans des sables bitumineux. On est encore à l’abri pour un moment, donc, sauf que ces réserves sont très polluantes à exploiter.

    Répondre
  28. oaf
    oaf dit :

    Des réserves de pétrole y en a encore pour un moment, mais le problème c’est les gaz de serre et leurs conséquences. Donc, un moyen, sur lequel des recherches portent, est la captation à la source du carbone produit pour le stocker de façon non disséminable, en sous sol par exemple. Mais là c’est de la recherche, de l’info et de la connaissance. Donc bien des efforts sont à faire sur ce point dans les politiques d’incitation.

    Vu comme ça bouge dans le landernau, des efforts accrus dans ce sens devraient arriver.

    Répondre
  29. imscared!
    imscared! dit :

    Je suis resté scotché sur le film Oil, Smokes and Mirrors… incroyable !

    Je dois avouer que tout ça me parait très crédible, et du coup j’en suis à tirer des conséquences plus que pessimistes. Sur notre avenir, proche, et lointain, à nous ici, ou aux autres gars à l’autre bout de la planète.

    Donc ce que font les américains, c’est s’assurer d’avoir du pétrole encore longtemps : ils font des réserves, et prennent le contrôle des gisements restants les plus importants. J’imagine que nous autres européens on essaie aussi un peu de faire pareil, à plus petite échelle.

    Parce que le pétrole, c’est pas juste pour le 4×4 du citoyen lambda, c’est aussi ce qui fait tourner l’industrie et permet de faire la guerre. Tout pouvoir ayant tendance à assure sa propre survie, on peut s’attendre à ce que les dominants actuels fassent tout pour rester au pouvoir, et continuer à bénéficier des avantages de la société du pétrole. Et pour cela ils n’hésiteront pas à se défendre.

    Et s’il n’ya plus de pétrole (à prix raisonnable) pour tout le monde, les dirigeants feront en sorte d’empêcher les démunis de venir leur en réclamer.

    Je parle ici des classes dirigeantes des pays industrialisés. On imagine assez bien comment peut évoluer notre restant de démocratie en cas de pareille pénurie…

    Ailleurs sur la planète, le niveau de chaos va salement augmenter dans les prochaines décennies, le pétrole devenant inacessible, mais aussi les problèmes de pollution, famine, eau, guerres, etc etc. Pauvres habitants de pays déjà à la traine !

    Parce que même chez nous, dans 50 ans peut-être, Mr Tout-le-monde, qui aura dit depuis longtemps adieu à son job dans l’ informatique, roulera à vélo, cultivera quelques légumes sur un lopin de terre et fera du marché noir avec ses voisins. Non, plus probablement il sera contraint de travailler comme un damné par un régime autoritaire (celui à qui il reste du pétrole, justement). Et pour la rébellion, ça risque d’être de plus en plus difficile.

    Alors quoi ?

    Non le débat n’est pas de savoir si c’est dans 5 ans ou dans 20 ans que ça va _vraiment_ craindre. Ni non plus de savoir quel est le pire fléau, la raréfaction du pétrole, la malbouffe, l’individualisme ambiant ou la montée du niveau des mers. Le coup de pied au cul doit être global, et de forte intensité !

    Oui on a la chance relative d’habiter dans les pays riches, et même si ça va pas aller en s’améliorant dans les 10-20 ans qui viennent, ça restera encore vivable (dans le sens où on arriverait encore à peu près à assurer le gîte & le couvert à la majorité des gens)

    Alors oui les énergies alternatives faut continuer à chercher, mais on voit bien que l’équation globale marche pas : le nucléaire ça suffit pas, le charbon ça pollue encore plus, le solaire ça coûte, etc etc.

    Oui il faut développer la solidarité entre les gens, c’est même indispensable pour espérer survivre à ce qui nous attend…

    Et oui, il y a urgence à démarrer maintenant si on veut inflechir un peu cette folie qui nous conduit dans le mur… Si tant est qu’on espère quand même offrir un avenir correct à nos enfants (moi c’est mon cas, envers et contre tout).

    Désolé pour cette réaction à chaud, j’ai un peu l’impression de faire de la mauvaise science fiction, et pourtant ça me semble salement plausible, simplement en se projetant un peu dans l’avenir.

    Action !

    Répondre
  30. imscared!
    imscared! dit :

    Je suis resté scotché sur le film Oil, Smokes and Mirrors… incroyable !

    Je dois avouer que tout ça me parait très crédible, et du coup j’en suis à tirer des conséquences plus que pessimistes. Sur notre avenir, proche, et lointain, à nous ici, ou aux autres gars à l’autre bout de la planète.

    Donc ce que font les américains, c’est s’assurer d’avoir du pétrole encore longtemps : ils font des réserves, et prennent le contrôle des gisements restants les plus importants. J’imagine que nous autres européens on essaie aussi un peu de faire pareil, à plus petite échelle.

    Parce que le pétrole, c’est pas juste pour le 4×4 du citoyen lambda, c’est aussi ce qui fait tourner l’industrie et permet de faire la guerre. Tout pouvoir ayant tendance à assure sa propre survie, on peut s’attendre à ce que les dominants actuels fassent tout pour rester au pouvoir, et continuer à bénéficier des avantages de la société du pétrole. Et pour cela ils n’hésiteront pas à se défendre.

    Et s’il n’ya plus de pétrole (à prix raisonnable) pour tout le monde, les dirigeants feront en sorte d’empêcher les démunis de venir leur en réclamer.

    Je parle ici des classes dirigeantes des pays industrialisés. On imagine assez bien comment peut évoluer notre restant de démocratie en cas de pareille pénurie…

    Ailleurs sur la planète, le niveau de chaos va salement augmenter dans les prochaines décennies, le pétrole devenant inacessible, mais aussi les problèmes de pollution, famine, eau, guerres, etc etc. Pauvres habitants de pays déjà à la traine !

    Parce que même chez nous, dans 50 ans peut-être, Mr Tout-le-monde, qui aura dit depuis longtemps adieu à son job dans l’ informatique, roulera à vélo, cultivera quelques légumes sur un lopin de terre et fera du marché noir avec ses voisins. Non, plus probablement il sera contraint de travailler comme un damné par un régime autoritaire (celui à qui il reste du pétrole, justement). Et pour la rébellion, ça risque d’être de plus en plus difficile.

    Alors quoi ?

    Non le débat n’est pas de savoir si c’est dans 5 ans ou dans 20 ans que ça va _vraiment_ craindre. Ni non plus de savoir quel est le pire fléau, la raréfaction du pétrole, la malbouffe, l’individualisme ambiant ou la montée du niveau des mers. Le coup de pied au cul doit être global, et de forte intensité !

    Oui on a la chance relative d’habiter dans les pays riches, et même si ça va pas aller en s’améliorant dans les 10-20 ans qui viennent, ça restera encore vivable (dans le sens où on arriverait encore à peu près à assurer le gîte & le couvert à la majorité des gens)

    Alors oui les énergies alternatives faut continuer à chercher, mais on voit bien que l’équation globale marche pas : le nucléaire ça suffit pas, le charbon ça pollue encore plus, le solaire ça coûte, etc etc.

    Oui il faut développer la solidarité entre les gens, c’est même indispensable pour espérer survivre à ce qui nous attend…

    Et oui, il y a urgence à démarrer maintenant si on veut inflechir un peu cette folie qui nous conduit dans le mur… Si tant est qu’on espère quand même offrir un avenir correct à nos enfants (moi c’est mon cas, envers et contre tout).

    Désolé pour cette réaction à chaud, j’ai un peu l’impression de faire de la mauvaise science fiction, et pourtant ça me semble salement plausible, simplement en se projetant un peu dans l’avenir.

    Action !

    Répondre
  31. harmakhis
    harmakhis dit :

    Bien sur que si on en a des energies de substitution, le cholza, la betterave, la pile a hydrogene, mais tout ça forcément ça ferait peter dans le rouge les benefices des grandes majors du petrole, donc on tire sur la ficelle jusqu’au bout et apres on nous sortira les solutions de remplacement, plus cheres que l’ancienne, forcément….
    Personne n’a jamais entendu parler d’"O²"? c’est une 206 construite par peugeot il y’a quelque temps, qui n’a pas de moteur mais un convertisseur d’eau en hydrogene, que l’on brule ensuite et qui ne rejette que de l’eau. Le technicien dit "bon je vais faire mon plein" et la il prend un verre d’eau , le verse dans le reservoir prevu et dit "voila cest fait, avec ça je fais 500km"…édifiant….alors on fait quoi, on met le litre d’eau au prix de celui du super apres? ça va faire cher la douche les mecs le matin !!!

    Répondre
  32. harmakhis
    harmakhis dit :

    Bien sur que si on en a des energies de substitution, le cholza, la betterave, la pile a hydrogene, mais tout ça forcément ça ferait peter dans le rouge les benefices des grandes majors du petrole, donc on tire sur la ficelle jusqu’au bout et apres on nous sortira les solutions de remplacement, plus cheres que l’ancienne, forcément….
    Personne n’a jamais entendu parler d’"O²"? c’est une 206 construite par peugeot il y’a quelque temps, qui n’a pas de moteur mais un convertisseur d’eau en hydrogene, que l’on brule ensuite et qui ne rejette que de l’eau. Le technicien dit "bon je vais faire mon plein" et la il prend un verre d’eau , le verse dans le reservoir prevu et dit "voila cest fait, avec ça je fais 500km"…édifiant….alors on fait quoi, on met le litre d’eau au prix de celui du super apres? ça va faire cher la douche les mecs le matin !!!

    Répondre
  33. Fabien
    Fabien dit :

    Marie Aude : "Il y a depuis longtemps des énergies de remplacement pour le pétrole"’

    > citez une énergie de remplacement au pétrole pour les moteurs d’avion, pour voir?
    A part pour l’élétricité, et encore!, le pétrole est difficile à remplacer à cout approchant et, c’est trés important, à facilité d’usage équivalente.

    Guimo, Noyungi> vous vous focalisez sur l’aspect énergétique du pétrole, alors que son role en tant que matière premiere de base ( pour la chimie organique et tout ce qui en dérive) représente un aussi gros probleme.
    (Negawatt ne parle de diminution de la consommation de pétrole pour utilisation energetiue)

    YR> "Mais c’est essentiellement le coût pour les utilisateurs qui guide le choix de l’énergie consommée."
    Vous avez raison mais oubliez de dire que le cout est artificiel, si on le veut. Le cas du pétrole qui est énormément taxé dejà pour les consomatteurs ( mais pas taxé pour certains domaines économiques, tiens, tiens… ). Pas pour rien que Jancovici et sa caution médiatique Nicolas Hulot demande une hausse des taxes sur le pétrole immédiate!

    nattfodd> Regardez le documentaire. Si vous voulez des vrais chiffres avec 30 pages d’argumentation solide, lisez le premier chapitre de Petrole Apocalypse de Yves Cochet. Dites vous enfin que Shell éstime le pic du pétrole a dans 5 ans, et aucune compagnie pétroliere ne donne d’estimation optimiste à plus de 20 ans. Ce qui est nouveau par rapport à y a 20 ans.

    urchin > "En fait les 2/3 (estimation) des réserves mondiales de pétrole sont encore au frais dans des sables bitumineux. On est encore à l’abri pour un moment, donc, sauf que ces réserves sont très polluantes à exploiter."
    Non seulement trés polluantes, mais à un prix d’extraction beaucoup plus cher que le brut normal, à un coup energetique supérieur à son potentiel ( genre on dépense plus d’1 kW pour extraire du pétrole qui pourra n’en donner que 0.8 kw ), et chimiquement inadéquat pour certains des filières du pétrole.
    Donc ces reserves là sont un peu des fausses reserves!

    harmakhis> Moteur à eau. J’ai envie d’y croire, mais j’ai toujours pas vue d’explication convainquante qui m’explique comment c’est possible d’avoir un bilan énergétique positif avec un moteur de ce type. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Moteur

    Agnés 🙂 : "Ha ben, merde alors, qu’est-ce que j’ai raté dans le film? L’Indonésie, le nid principal des barbares à turban n’est pas au programme? Ha, on ne parle que des Musulmans arabes? Et particulièrement de ceux qui ont le cul sur des dernières grosses réserves de pétrole du monde?"
    Drole de choix que celui de l’Indonésie. Plutôt un mauvais je trouve. L’Indonésie fait partie de l’Opep, ben ouais y a du pétrole la bas, surtout en Aceh au nord du Sumatra ( coup de bol, sur le cote Ouest, alors que la cote Est de Aceh a été completement dévasté par le tsunami, c’est là qu’il y a eu le plus de mort. )
    Alors pourquoi les USA n’attaquerait pas l’Indonésie? En dehors du fait que stratégiquement c’est infaisable, à la fois à cause du territoire et aussi à cause du fait qu’une guere la bas signifierait perturber completement le traffic mondial des tankers (détroits de la Sonde et de Malacca!), l’Indonésie est un allié des USA, comme peut l’etre l’Arabie Saoudite, voire encore plus allié. Si l’armée n’est plus frontalement au pouvoir, ses sympathies n’ont pas changé depuis Suharto, mis en place avec l’aide essentielle des USA). Y aussi la base 50% de la production mondiale d’or ou d’argent, je sais plus, exploitée par des comagnies américaines évidemment ( concessions données par Suharto).

    Sinon, en terme de remplacement du pétrole, plein de choses n’ont pas été évoquées.
    L’Afrique du Sud, contrairement à la Coréé du Nord ou Cuba, a réussi à survivre sans pétrole. Comment ils ont fait? Grace à ce qu’on apelle les procédés Fischer-Tropsch.
    (http://fr.wikipedia.org/wiki/Proc%C…). Avec cas, on peut produire du diésel à base de charbon. Et des réserves de charbon on en a pour longtemps. L’inconvénient est que ce procédé produit du CO2…
    En poussant un peu loin, je pense ( un chimiste pourra me confirmer ca?), que si on est capable d’avoir du gazole, alors on peut faire du méthane, éthane, etc. et faire ce qu’on veut en chimie organique?
    Bien évidemment, ce sera carrément plus cher et polluant. Mais on le remplacerait.

    Ce qui est important avec le pic du pétrole, ce n’est pas la Fin du petrole, c’est un mauvais concept. Le bon concept c’est "l’ére du Petrole Cher". Le pétrole cher (2 à 3 fois plus que maintenant) rend non rentable et non viable tellement de choses que notre société actuelle sera completement bouleversé.

    Répondre
  34. matou
    matou dit :

    Je me méfie beaucoup de la volonté de certain de parquer des centaines de milliers de personnes dans des zones extrèmement réduites. Je ne pense pas qu’on ai besoin de construire des tours pour diminuer le transport.
    J’habite Toulouse, une grosse ville mais pas nécessairement très dense, dans un quartier pavillonaire et je m’en sors sans problème sans voiture. Je fais mes courses avec mon vélo et ma cariole, et les espaces verts sont à coté. Le plus chiant c’est l’inexistance de piste cyclable sécurisé qui me permettrait de me déplacer sereinement avec mes filles.
    Par contre dans mon coin c’est plat…

    Répondre
  35. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Le pic de pétrole ne signifie pas que demain, toutes les pompes seront vides, mais juste que l’écart grandissant entre l’offre et la demande engendrera des dysfonctionnements de la distribution et une hausse des prix continue. Le pétrole intervient à tous les niveaux de notre organisation économique.

    Il ne s’agit pas que des bagnoles ou du chauffage. Mais de tous les aspects de notre vie. Et il n’existe aucune solution alternative, c’est à dire, comme l’expliquent d’autres intervenants, aussi efficace du point de vue énergétique à un tel prix.

    Les biocarburants sont effectivement une farce de par l’énergie nécessaire à leur production, puis leur transport. Il y a en plus le fait que l’agriculture intensive qui est derrière cela consomme aussi de grandes quantités de produits chimiques pour produire plus (pour polluer plus?). En fait, alors que les biocarburants sont encore embryonnaires, ils sont déjà entré en concurrence avec l’agriculture destinée à consommation humaine. De grandes surfaces agricoles ont cessé de produire de l’alimentation pour produire du jus de bagnole, alors même que la pression démographique mondiale provoquait déjà les premières tensions sur les marchés céréaliers. La crise de la tortilla mexicaine illustre parfaitement mon propos (chapeau à l’auteur de l’article vers lequel pointe mon lien!) et des crises de ce type devraient s’intensifier.

    L’agriculture intensive consomme énormément de pétrole (machines agricoles, transports, pétrochimie) et en l’absence d’un pétrole bon marché, le cours des matières premières agricoles va s’envoler ou les agriculteurs seront ruinés. L’agriculture biologique demande moins d’énergie et les techniques agraires permettent d’atteindre de bons rendements, mais la plupart des agriculteurs actuels, monitorés depuis des décennies par les multinationales pétrochimiques, est incapable de se reconvertir dans un mode de production de ce type. Et la lutte pour les terres disponibles ne devrait pas arranger les choses.

    La nourriture est globalement peu chère, parce qu’elle comprend partiellement le coût des transports. Les bananes de l’autre bout du monde, le café, ou même juste le tout venant alimentaire, incorporent généralement des milliers de kilomètres à leur prix. Avec une énergie chère, les prix de l’alimentaire vont flamber et la relocalisation à sec, c’est une nourriture restreinte aux produits locaux… et peu d’entre nous perçoivent à quel point notre alimentation est diversifiée, parce que voyageant beaucoup. Face au pétrole cher, la bouffe va devenir très chère et dommage pour ceux qui ne pourront pas payer.

    Nous pouvons nous déplacer individuellement en vélo ou à cheval, développer des voiture solaires, mais des bus solaires, des camions solaires, des trains solaires, des avions solaires, pour l’instant, vu notre technologie, ce n’est pas possible.

    L’habitat va se renchérir et la vie en ville va s’avérer moins écologique que chantée par les chantres de la haute densité de population, laquelle est souvent réalisée par blocs : blocs habitation, blocs commerciaux, blocs de production, de bureau. En moyenne, les habitants des villes sont très éloignés de leur travail ou de leurs commerces et ils consomment beaucoup d’énergie quotidiennement pour aller d’un espace de vie à l’autre. Je consomme moins de jus pour aller au village d’à côté, à 9 kilomètres, que je n’en dépensais en ville pour faire un kilomètre. Et les transports en commun ne desservent pas tout, tout le temps (et sont tout de même énergivores). Au bled (2000 péquins), à condition de vivre au village, tout est possible à pied.

    L’organisation actuelle du travail n’est plus possible avec un carburant très cher. L’organisation sociale non plus (soyez mobiles!).

    Le problème, rien que pour les transports, n’est pas de trouver une énergie de remplacement bon marché et abondante, mais de faire un bon technologique vers de nouveaux modes de déplacement|propulsion. Et en 30 ans, on n’a pas avancé d’un pouce dans cette direction.

    Répondre
  36. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Le pic de pétrole ne signifie pas que demain, toutes les pompes seront vides, mais juste que l’écart grandissant entre l’offre et la demande engendrera des dysfonctionnements de la distribution et une hausse des prix continue. Le pétrole intervient à tous les niveaux de notre organisation économique.

    Il ne s’agit pas que des bagnoles ou du chauffage. Mais de tous les aspects de notre vie. Et il n’existe aucune solution alternative, c’est à dire, comme l’expliquent d’autres intervenants, aussi efficace du point de vue énergétique à un tel prix.

    Les biocarburants sont effectivement une farce de par l’énergie nécessaire à leur production, puis leur transport. Il y a en plus le fait que l’agriculture intensive qui est derrière cela consomme aussi de grandes quantités de produits chimiques pour produire plus (pour polluer plus?). En fait, alors que les biocarburants sont encore embryonnaires, ils sont déjà entré en concurrence avec l’agriculture destinée à consommation humaine. De grandes surfaces agricoles ont cessé de produire de l’alimentation pour produire du jus de bagnole, alors même que la pression démographique mondiale provoquait déjà les premières tensions sur les marchés céréaliers. La crise de la tortilla mexicaine illustre parfaitement mon propos (chapeau à l’auteur de l’article vers lequel pointe mon lien!) et des crises de ce type devraient s’intensifier.

    L’agriculture intensive consomme énormément de pétrole (machines agricoles, transports, pétrochimie) et en l’absence d’un pétrole bon marché, le cours des matières premières agricoles va s’envoler ou les agriculteurs seront ruinés. L’agriculture biologique demande moins d’énergie et les techniques agraires permettent d’atteindre de bons rendements, mais la plupart des agriculteurs actuels, monitorés depuis des décennies par les multinationales pétrochimiques, est incapable de se reconvertir dans un mode de production de ce type. Et la lutte pour les terres disponibles ne devrait pas arranger les choses.

    La nourriture est globalement peu chère, parce qu’elle comprend partiellement le coût des transports. Les bananes de l’autre bout du monde, le café, ou même juste le tout venant alimentaire, incorporent généralement des milliers de kilomètres à leur prix. Avec une énergie chère, les prix de l’alimentaire vont flamber et la relocalisation à sec, c’est une nourriture restreinte aux produits locaux… et peu d’entre nous perçoivent à quel point notre alimentation est diversifiée, parce que voyageant beaucoup. Face au pétrole cher, la bouffe va devenir très chère et dommage pour ceux qui ne pourront pas payer.

    Nous pouvons nous déplacer individuellement en vélo ou à cheval, développer des voiture solaires, mais des bus solaires, des camions solaires, des trains solaires, des avions solaires, pour l’instant, vu notre technologie, ce n’est pas possible.

    L’habitat va se renchérir et la vie en ville va s’avérer moins écologique que chantée par les chantres de la haute densité de population, laquelle est souvent réalisée par blocs : blocs habitation, blocs commerciaux, blocs de production, de bureau. En moyenne, les habitants des villes sont très éloignés de leur travail ou de leurs commerces et ils consomment beaucoup d’énergie quotidiennement pour aller d’un espace de vie à l’autre. Je consomme moins de jus pour aller au village d’à côté, à 9 kilomètres, que je n’en dépensais en ville pour faire un kilomètre. Et les transports en commun ne desservent pas tout, tout le temps (et sont tout de même énergivores). Au bled (2000 péquins), à condition de vivre au village, tout est possible à pied.

    L’organisation actuelle du travail n’est plus possible avec un carburant très cher. L’organisation sociale non plus (soyez mobiles!).

    Le problème, rien que pour les transports, n’est pas de trouver une énergie de remplacement bon marché et abondante, mais de faire un bon technologique vers de nouveaux modes de déplacement|propulsion. Et en 30 ans, on n’a pas avancé d’un pouce dans cette direction.

    Répondre
  37. schlaf
    schlaf dit :

    — Bien sur que si on en a des energies de substitution, le cholza, la betterave, la pile a hydrogene, mais tout ça forcément ça ferait peter dans le rouge les benefices des grandes majors du petrole, donc on tire sur la ficelle jusqu’au bout et apres on nous sortira les solutions de remplacement, plus cheres que l’ancienne, forcément….

    hur, hur, hur… ben oui le colza… t’as déjà réfléchi à COMBIEN de colza il fallait pour équivaloir à 85 millions de baril PAR JOUR ? et c’est bien connu, le colza il pousse tout seul dans les champs, il se ramasse tout seul, se presse tout seul… le rendement énergétique, c’est qu’il faut environ 1l de gasoil (pour les engrais, tracteurs, usines) pour faire produire 1l d’huile équivalent pétrole… boudioux, ca c’est l’avenir!

    –Personne n’a jamais entendu parler d’"O²"? c’est une 206 construite par peugeot il y’a quelque temps, qui n’a pas de moteur mais un convertisseur d’eau en hydrogene, que l’on brule ensuite et qui ne rejette que de l’eau. Le technicien dit "bon je vais faire mon plein" et la il prend un verre d’eau , le verse dans le reservoir prevu et dit "voila cest fait, avec ça je fais 500km"…édifiant….

    et tu sais quoi? le mot "crédule" n’existe pas dans le dictionnaire. tu devrais vérifier.

    aux dernières nouvelles, la réaction qui décompose l’eau en hydrogène est couteuse. il faut de l’électricité. beaucoup. là, dans ton "exemple" (délire plutôt?), l’énergie elle vient d’où?

    le problème des solutions "alternatives", c’est qu’elles ne marchent qu’à la marge pour quelques besoins. pour alimenter les bagnoles, il faut un combustible ayant une très fort rapport masse/énergie, ce qu’est justement le pétrole.

    l’idée de le remplacer par l’hydrogène, ça veut déjà dire qu’il faut produire l’hydrogène. et on le produit avec quoi? l’électricité qui demande elle-même une source : hydraulique, eolien mais plus généralement gaz ou nucléaire. et notre capacité de production est DEJA au taquet, il est donc impossible (!) d’espérer que nos centrales produisent assez pour décomposer à tout va de l’eau pour en faire du carburant. surtout que le processus a des pertes énormes, comme toute conversion d’énergie.

    bref, sans pétrole, on n’aura pas de quoi alimenter les centrales pour l’hydrogène. surtout qu’il faut probablement entre 5 et 10l de pétrole à bruler pour produire de l’hydogène équivalent à un litre d’essence. ce qui est la seule et unique raison pour laquelle les voitures à hydrogène ne sont que des prototypes marrants. parce que le pétrole est un produit déjà prêt!!!

    à terme, la SEULE énergie vraiment gratuite, c’est celle qui a permis la vie sur terre : le solaire. sauf qu’elle est difficile à exploiter.

    Répondre
  38. schlaf
    schlaf dit :

    — Bien sur que si on en a des energies de substitution, le cholza, la betterave, la pile a hydrogene, mais tout ça forcément ça ferait peter dans le rouge les benefices des grandes majors du petrole, donc on tire sur la ficelle jusqu’au bout et apres on nous sortira les solutions de remplacement, plus cheres que l’ancienne, forcément….

    hur, hur, hur… ben oui le colza… t’as déjà réfléchi à COMBIEN de colza il fallait pour équivaloir à 85 millions de baril PAR JOUR ? et c’est bien connu, le colza il pousse tout seul dans les champs, il se ramasse tout seul, se presse tout seul… le rendement énergétique, c’est qu’il faut environ 1l de gasoil (pour les engrais, tracteurs, usines) pour faire produire 1l d’huile équivalent pétrole… boudioux, ca c’est l’avenir!

    –Personne n’a jamais entendu parler d’"O²"? c’est une 206 construite par peugeot il y’a quelque temps, qui n’a pas de moteur mais un convertisseur d’eau en hydrogene, que l’on brule ensuite et qui ne rejette que de l’eau. Le technicien dit "bon je vais faire mon plein" et la il prend un verre d’eau , le verse dans le reservoir prevu et dit "voila cest fait, avec ça je fais 500km"…édifiant….

    et tu sais quoi? le mot "crédule" n’existe pas dans le dictionnaire. tu devrais vérifier.

    aux dernières nouvelles, la réaction qui décompose l’eau en hydrogène est couteuse. il faut de l’électricité. beaucoup. là, dans ton "exemple" (délire plutôt?), l’énergie elle vient d’où?

    le problème des solutions "alternatives", c’est qu’elles ne marchent qu’à la marge pour quelques besoins. pour alimenter les bagnoles, il faut un combustible ayant une très fort rapport masse/énergie, ce qu’est justement le pétrole.

    l’idée de le remplacer par l’hydrogène, ça veut déjà dire qu’il faut produire l’hydrogène. et on le produit avec quoi? l’électricité qui demande elle-même une source : hydraulique, eolien mais plus généralement gaz ou nucléaire. et notre capacité de production est DEJA au taquet, il est donc impossible (!) d’espérer que nos centrales produisent assez pour décomposer à tout va de l’eau pour en faire du carburant. surtout que le processus a des pertes énormes, comme toute conversion d’énergie.

    bref, sans pétrole, on n’aura pas de quoi alimenter les centrales pour l’hydrogène. surtout qu’il faut probablement entre 5 et 10l de pétrole à bruler pour produire de l’hydogène équivalent à un litre d’essence. ce qui est la seule et unique raison pour laquelle les voitures à hydrogène ne sont que des prototypes marrants. parce que le pétrole est un produit déjà prêt!!!

    à terme, la SEULE énergie vraiment gratuite, c’est celle qui a permis la vie sur terre : le solaire. sauf qu’elle est difficile à exploiter.

    Répondre
  39. Le Moralisateur Moustachu Masqué
    Le Moralisateur Moustachu Masqué dit :

    J’ai pas lu tous les commentaires mais le pic de pétrole n’est pas une chose grave en elle-même. Le problème c’est que personne (sauf une infime minorité) n’est près à prendre les décisions nécessaires.

    C’est simple. Soit on trouve une alternative technologique (nécrocarburants, qui font que la bouffe est plus chère PARCE QU’il y a moins de bouffe; ou autres "innovations")

    SOIT
    on change de société. Finies les mégalopoles, les autoroutes , la centralisation de l’économie, et on re-décentralise tout – HORREUR MALHEUR -; comme tu dis Agnès dans ton patelin tout est faisable à pied (c’est pas "moderne" ça, Agnes, ttt, ttt, ttt ;0).

    l’un d’entre nous a écrit "le pétrole est aujourd’hui la source d’énergie la moins chère pour faire tourner des moteurs ou se chauffer (les deux plus gros postes à ce jour)."
    Faux et archi-faux. C’est juste un jugement d’une personne bien ancrée dans la société telle qu’elle est. Ce qui coute encore moins cher que le pétrole nécessaire pour faire touner la bagnole afin d’aller à son boulot, c’est d’avoir un boulot à côté de chez soi et donc de ne pas utiliser de bagnole: décentralisation (je ne dis pas que c’est facile, je dis que c’est une décision politique qu’il faut prendre… encore faut-il avoir du courage… et ne pas mentir au peuple… dans cinq ans peut-être…).
    De même, ce qui coûte moins cher que l’énergie utilisée pour se chauffer, c’est l’énergie qui n’est pas utilisée pour se chauffer. Faites des murs épais de 60 cm en paille (c’est pas moderne ça non plus, hein? tt, tt, tt) et hop quasi plus besoin de chauffage. Température quasi constante et si t’as froid et que l’énergie c’est cher tu mets un pull dans ta maison (c’est pas moderne ça non plus je sais…)

    Les solutions existent mais elles nécessitent une RUPTURE avec notre société actuelle. Cela peut se faire via des régimes répressifs (et je doute qu’il n’en apparaisse pas) soit en bonne intelligence.

    Au fait il existe même un journal qui nous propose des solutions intelligentes, humanistes, etc. depuis quelques années: ça s’appelle LA DECROISSANCE…

    La décroissance aurait pu (je ne sui spas un optimiste) se faire en bonne intelligence elle se fera à n’en pas douter (je suis meme pessimiste) dans le sang…

    Lisezla décroissance et vous saurez comment cela aurait pu (dû) se passer si l’homme avait été l’espèce la plus intelligente…

    Solutions:
    -agriculture bios
    -relocalisations ou décentralisation
    -fin de la voiture et des technologies inutiles
    -travailler moins pour vivre plus
    -etc.

    c’est ici
    http://www.ladecroissance.net/

    Répondre
  40. Le Moralisateur Moustachu Masqué
    Le Moralisateur Moustachu Masqué dit :

    J’ai pas lu tous les commentaires mais le pic de pétrole n’est pas une chose grave en elle-même. Le problème c’est que personne (sauf une infime minorité) n’est près à prendre les décisions nécessaires.

    C’est simple. Soit on trouve une alternative technologique (nécrocarburants, qui font que la bouffe est plus chère PARCE QU’il y a moins de bouffe; ou autres "innovations")

    SOIT
    on change de société. Finies les mégalopoles, les autoroutes , la centralisation de l’économie, et on re-décentralise tout – HORREUR MALHEUR -; comme tu dis Agnès dans ton patelin tout est faisable à pied (c’est pas "moderne" ça, Agnes, ttt, ttt, ttt ;0).

    l’un d’entre nous a écrit "le pétrole est aujourd’hui la source d’énergie la moins chère pour faire tourner des moteurs ou se chauffer (les deux plus gros postes à ce jour)."
    Faux et archi-faux. C’est juste un jugement d’une personne bien ancrée dans la société telle qu’elle est. Ce qui coute encore moins cher que le pétrole nécessaire pour faire touner la bagnole afin d’aller à son boulot, c’est d’avoir un boulot à côté de chez soi et donc de ne pas utiliser de bagnole: décentralisation (je ne dis pas que c’est facile, je dis que c’est une décision politique qu’il faut prendre… encore faut-il avoir du courage… et ne pas mentir au peuple… dans cinq ans peut-être…).
    De même, ce qui coûte moins cher que l’énergie utilisée pour se chauffer, c’est l’énergie qui n’est pas utilisée pour se chauffer. Faites des murs épais de 60 cm en paille (c’est pas moderne ça non plus, hein? tt, tt, tt) et hop quasi plus besoin de chauffage. Température quasi constante et si t’as froid et que l’énergie c’est cher tu mets un pull dans ta maison (c’est pas moderne ça non plus je sais…)

    Les solutions existent mais elles nécessitent une RUPTURE avec notre société actuelle. Cela peut se faire via des régimes répressifs (et je doute qu’il n’en apparaisse pas) soit en bonne intelligence.

    Au fait il existe même un journal qui nous propose des solutions intelligentes, humanistes, etc. depuis quelques années: ça s’appelle LA DECROISSANCE…

    La décroissance aurait pu (je ne sui spas un optimiste) se faire en bonne intelligence elle se fera à n’en pas douter (je suis meme pessimiste) dans le sang…

    Lisezla décroissance et vous saurez comment cela aurait pu (dû) se passer si l’homme avait été l’espèce la plus intelligente…

    Solutions:
    -agriculture bios
    -relocalisations ou décentralisation
    -fin de la voiture et des technologies inutiles
    -travailler moins pour vivre plus
    -etc.

    c’est ici
    http://www.ladecroissance.net/

    Répondre
  41. Le Moralisateur Moustachu Masqué
    Le Moralisateur Moustachu Masqué dit :

    Au fait ,

    ils arrivent même à parler du pic de pétrole sans parler du 9/11?

    Incroyable non?

    NB: je ne suis pas du tout opposé aux théories autres que l’officielle au contraire. Mais parler du pic de étrole pour arriver au 9/11 c’est se tromper de route. Le pb du pic de pétrole doit nous amener non pas à connaitre les responsables du 9/11, mais comment faire pour faire face à ce bouleversement annoncé. la vidéo partait bien… c’est dommage.

    Répondre
  42. On refait le blog
    On refait le blog dit :

    Décroissance : pourquoi maintenant ?

    Si l’on supportait assez bien la vue des gosses africains qui crèvent de faim, en se rangeant derrière deux paravents bien dimensionnés pour nos conscience à l’abri, on a beaucoup plus de mal à imaginer sa descendance dans la même déchéance……

    Répondre
  43. Lory
    Lory dit :

    @ toto
    non non, c’est sur qu’on consomme trop et mal (enfin ça dépend qui meme sous nos climats, hein)
    et @ Nattfood
    Le fait est que le gros beauf en 4X4, il a généralement tout le reste qui va avec. Mais il n’en reste pas moins vrai que le problème majeur qui va se poser dans les décennies à venir n’est pas le pétrole (d’ailleurs il y a des réserves phénoménales de gaz naturel en sibérie, on ne mourra pas de froid), mais bien celui de l’eau. Il est par ailleurs inutile de nier que des pays "émergeant" (comme la Chine et l’Inde) sur la scène des biens de consommation sont très peu disposés à tenir compte des dangers de la pollution que nous commençons tout juste en occident à prendre en considération.

    Répondre
  44. Pachenka
    Pachenka dit :

    "SOIT
    on change de société. Finies les mégalopoles, les autoroutes , la centralisation de l’économie, et on re-décentralise tout – HORREUR MALHEUR -; comme tu dis Agnès dans ton patelin tout est faisable à pied (c’est pas "moderne" ça, Agnes, ttt, ttt, ttt ;0)."

    C’est le système économique qu’il faut changer ! Et les mentalités aussi, bien sûr. La relocalisation de l’économie devrait être considérée comme une chose essentielle. Redéfinir nos besoins également, pour stopper l’énorme production d’objets inutiles qui sont répandus sur toute la planète !
    Mais d’ici que cela se produise… pour ma part, je suis plutôt pessimiste.

    Répondre
  45. Z
    Z dit :

    "Au fait il existe même un journal qui nous propose des solutions intelligentes, humanistes, etc. depuis quelques années: ça s’appelle LA DECROISSANCE…"

    J’en profite au passage pour dire que "La Décroissance" (le journal) n’a pas le monopole des idées sur la décroissance, contrairement à ce qu’ils voudraient parfois faire croire. Il y a de (très) bons articles dans La Décroissance, qu’il faut lire, mais certains auteurs font preuve d’une intolérance rare vis-à-vis de ceux qui prônent des solutions un chouya différentes des leurs. Disons qu’ils sont motivés principalement à la base par leur idéologie anti-pub (donc anti-consumériste), pour des raisons presque morales, plutôt que par l’aspect protection de l’environnement et durabilité de nos modes de vie. Ce qui fait qu’ils crachent sur Nicolas Hulot par principe parce qu’il travaille pour TF1 parfois, donc il ne mérite aucun respect. A lire avec du recul donc.

    Répondre
  46. Z
    Z dit :

    "Au fait il existe même un journal qui nous propose des solutions intelligentes, humanistes, etc. depuis quelques années: ça s’appelle LA DECROISSANCE…"

    J’en profite au passage pour dire que "La Décroissance" (le journal) n’a pas le monopole des idées sur la décroissance, contrairement à ce qu’ils voudraient parfois faire croire. Il y a de (très) bons articles dans La Décroissance, qu’il faut lire, mais certains auteurs font preuve d’une intolérance rare vis-à-vis de ceux qui prônent des solutions un chouya différentes des leurs. Disons qu’ils sont motivés principalement à la base par leur idéologie anti-pub (donc anti-consumériste), pour des raisons presque morales, plutôt que par l’aspect protection de l’environnement et durabilité de nos modes de vie. Ce qui fait qu’ils crachent sur Nicolas Hulot par principe parce qu’il travaille pour TF1 parfois, donc il ne mérite aucun respect. A lire avec du recul donc.

    Répondre
  47. glyg
    glyg dit :

    Hum, hum.
    Le moteur à eau de Peugeot est une abération thermodynamique (j’insiste…). Comme il a été dit, l’eau est plus stable que ses composants (Oxygène+di-hydrogène). Heureusement d’ailleurs (on aurait l’air fin, avec toutes ces conbustions spontanées).

    Les principes de la thermodynamiques sont ‘plus forts’ – ontologiquement – que ceux de l’économie de marché (sans même parler de la bonne blague de ‘l’économie de la connaissance’ — même le cerveau consome de l’énergie, environ 25 watts).

    A mon humble avis, on arrive à une crise relativement globale, aux multiples aspects, du fait de l’impact de l’espèce humaine sur la biosphère. Je sais c’est mal-thusianiste…

    Cet impact devient non négligeable, et la biosphère, en tant que système ‘asservi’, c’est à dire en équilibre dynamique, réagit. Soit on reste dans des régimes de réponse linéaire (rétroactions négatives), soit on ‘dépasse les bornes’ , en déclanchant des rétroactions positives (catastrophe!!).
    Tout ça est un peu schématique, mais il me semble que ça aide à penser notre époque. Et l’absolue nécéssité d’un moratoire général (un pas de côté, comme disait l’autre), d’une réflexion approfondie, et d’un virage radical…

    Salutations

    Répondre
  48. glyg
    glyg dit :

    Hum, hum.
    Le moteur à eau de Peugeot est une abération thermodynamique (j’insiste…). Comme il a été dit, l’eau est plus stable que ses composants (Oxygène+di-hydrogène). Heureusement d’ailleurs (on aurait l’air fin, avec toutes ces conbustions spontanées).

    Les principes de la thermodynamiques sont ‘plus forts’ – ontologiquement – que ceux de l’économie de marché (sans même parler de la bonne blague de ‘l’économie de la connaissance’ — même le cerveau consome de l’énergie, environ 25 watts).

    A mon humble avis, on arrive à une crise relativement globale, aux multiples aspects, du fait de l’impact de l’espèce humaine sur la biosphère. Je sais c’est mal-thusianiste…

    Cet impact devient non négligeable, et la biosphère, en tant que système ‘asservi’, c’est à dire en équilibre dynamique, réagit. Soit on reste dans des régimes de réponse linéaire (rétroactions négatives), soit on ‘dépasse les bornes’ , en déclanchant des rétroactions positives (catastrophe!!).
    Tout ça est un peu schématique, mais il me semble que ça aide à penser notre époque. Et l’absolue nécéssité d’un moratoire général (un pas de côté, comme disait l’autre), d’une réflexion approfondie, et d’un virage radical…

    Salutations

    Répondre
  49. oaf
    oaf dit :

    @glyg

    Ce qui va peut être se passer n’est pas malthusien( intervention politique ) mais darwinien, une espèce, l’homme en l’occurrence, aura été trop loin et elle disparaîtra sauf si mesures adéquates. Ca rejoint le principe de Fermi sur les extraterrestres( voir wiki ).
    Pour les rétroactions positives et négatives, j’ai pas compris ?

    Que le cerveau consomme de l’energie, c’est sûr mais cette énergie c’est peu par rapport à ce que ça produit de connaissances qui ont permis l’agriculture et le reste. Donc la connaissance est une dimension réellement différente de la matière et de l’énergie, ce n’est pas les enseignants qui diraient le contraire…

    Répondre
  50. oaf
    oaf dit :

    @glyg

    Ce qui va peut être se passer n’est pas malthusien( intervention politique ) mais darwinien, une espèce, l’homme en l’occurrence, aura été trop loin et elle disparaîtra sauf si mesures adéquates. Ca rejoint le principe de Fermi sur les extraterrestres( voir wiki ).
    Pour les rétroactions positives et négatives, j’ai pas compris ?

    Que le cerveau consomme de l’energie, c’est sûr mais cette énergie c’est peu par rapport à ce que ça produit de connaissances qui ont permis l’agriculture et le reste. Donc la connaissance est une dimension réellement différente de la matière et de l’énergie, ce n’est pas les enseignants qui diraient le contraire…

    Répondre
  51. glyg
    glyg dit :

    @oaf
    Ce que je voulais dire par ‘le cerveau consomme aussi de l’énergie’, c’est que l’économie de la connaissance ne se passera pas de la base matérielle sur laquelle elle s’appuie, contrairement à ce que voudraient nous faire croire nos dirigeants.

    Concernant les rétroaction (en anglais ‘feedback’), un système est asservi de manière stable si les rétroactions de l’environnement sur le système sont négatives: par exemple, quand la température de votre four dépasse la consigne, le four arrête de chauffer, et la température diminue: l’erreur est positive (plus chaud que la consigne), et la rétroaction (diminution de la température) est de signe opposé. Resectivement, si le four est plus froid que la consigne (erreur négative), il va se mettre à chauffer (rétroaction de signe opposé). C’est comme ça que la température reste constante dans le four. Maintenant, imaginez que quelquechose se détraque. Le four chauffe quand la température est plus haute que la consigne… Là on a une rétroaction positive, qui se traduira par un poulet immangeable (y’a une entrée sur Wikipedia).

    On peut considérer la biosphère (les humains inclus) comme un système stabilisé par un ensemble de rétroactions. Je pense que c’était l’hypothèse du club de Rome… Dont vous avez dû entendre les conclusions.

    Glyg

    Répondre
  52. glyg
    glyg dit :

    @oaf
    Ce que je voulais dire par ‘le cerveau consomme aussi de l’énergie’, c’est que l’économie de la connaissance ne se passera pas de la base matérielle sur laquelle elle s’appuie, contrairement à ce que voudraient nous faire croire nos dirigeants.

    Concernant les rétroaction (en anglais ‘feedback’), un système est asservi de manière stable si les rétroactions de l’environnement sur le système sont négatives: par exemple, quand la température de votre four dépasse la consigne, le four arrête de chauffer, et la température diminue: l’erreur est positive (plus chaud que la consigne), et la rétroaction (diminution de la température) est de signe opposé. Resectivement, si le four est plus froid que la consigne (erreur négative), il va se mettre à chauffer (rétroaction de signe opposé). C’est comme ça que la température reste constante dans le four. Maintenant, imaginez que quelquechose se détraque. Le four chauffe quand la température est plus haute que la consigne… Là on a une rétroaction positive, qui se traduira par un poulet immangeable (y’a une entrée sur Wikipedia).

    On peut considérer la biosphère (les humains inclus) comme un système stabilisé par un ensemble de rétroactions. Je pense que c’était l’hypothèse du club de Rome… Dont vous avez dû entendre les conclusions.

    Glyg

    Répondre
  53. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    L’avenir, on n’a pas besoin de l’envisager : il finit fatalement par se produire… (c’est d’ailleurs le credo de tous nos amis politiciens, avec leur devise empruntée à Louis XV : Après moi, le déluge !)

    La société moderne avec son obsession de la croissance est exactement équivalente à un fou furieux qui vivrait dans un deux-pièces cuisine avec pour seule préoccupation de vider le frigo le plus vite possible et de remplir la poubelle le plus vite possible – le jeu étant de parvenir à le faire en accélération constante, sinon tu perds.

    …Sachant par ailleurs que personne ne va jamais faire les courses ni vider les poubelles, les conséquences sont faciles à deviner.

    Et bien, l’humanité, c’est le type, la Terre, c’est l’appart’…

    Tiens, ce soir, y’a "La grande bouffe" à la télé, c’est de circonstance !

    Sinon, les biocarburants, c’est un piège à cons du même diamètre que cette folie de "croissance" sur laquelle on peut encore faire quelques réflexions (en dehors du fait qu’il est impossible d’avoir une croissance infinie sur une planète [pas loin d’être] finie) :

    Les civilisation traditionnelles s’inscrivaient dans l’éternité et recherchaient donc la stabilité et l’harmonie avec l’environnement, s’il y avait souvent "expansion" ou "croissance", celle-ci n’était jamais recherchée ni comme un absolu ni comme une fin-en-soi : Une civilisation humaine s’inscrivait toujours dans une certaine harmonie au sein d’un ordre cosmique régi par des divinités tutélaires qu’il convenait de ne pas fâcher par un excessif hubris… Il fallait atteindre l’équilibre avec le juste ordre(© Golène Royal ?) des choses.

    C’est la mégalomanie du christianisme (Croissez et multipliez, cette planète est à vous, ces annimaux sont à vous, usez-en et abusez-en à loisir !) qui signe le commencement de la fin par une expansion hors de toute raison et un appétit débridé de richesses matérielles bien au-delà du besoin. Voir aussi la branche protestante et donc très partie prenante de l’idéologie capitaliste WASP U.S. qui voit la réusssite matérielle et financière (le fait d’amasser encore et encore plus de richesses) comme le signe de l’approbation et de la bénédiction divines… Ce qui explique bien des choses.

    Bah, on finira tous par crever le nez dans notre tas de fumier. Ce n’est pas que je sois pessimiste, c’est que je suis totalement dégoûté au-delà de toute expression depuis l’élection de Notre Mini-Führer par un ramassis de pauvres cons qui ont des cartes d’électeurs, pour voir après des cadeaux fiscaux jusqu’à plus soif faits à ceux qui sont déjà les plus riches (quand on entend par ailleurs que les revenus des 10% les plus riches de la population de notre pays ont progressé de plus de 40% au cours des dernières années, et qu’ils ne se sont jamais autant enrichis). C’est sûr qu’ils avaient encore besoin de plus de 15 milliards de cadeaux fiscaux – creusant hors de toute raison le déficit du pays – pour faire bonne mesure…

    Alors on fait quoi pendant un tel naufrage ? Que faire quand l’époque a perdu absolument toute espèce de raison et que nos cons-citoyens ne sont que des lemmings qui suivent ce putain de joueur de flûte ?

    S’en laver les mains. Y’a vraiment que ça à faire. Laisser faire le destin en s’en battant furieusement les couilles. Seulement regretter que l’addition soit pour nos mômes. On leur dira que c’était pas de notre faute, tiens…

    Répondre
  54. Lory
    Lory dit :

    Le monde n’a pas du tout attendu le christianisme (ni un autre monothéisme d’ailleurs) pour croitre et multiplier. Le néolithique correspond à une forte poussée de la natalité par rapport au paléolithique. Les grecs et leur troupeaux de chèvres avaient déjà déboisé leur pays. Les romains avaient déforesté à outrance et fait disparaitre par une consommation exagérée certaines plantes. On pense maintenant que meme les chasseurs du paléolithique avaient sans s’en rende compte contribué à désertifier l’australie par la pratique de la terre brulée pour rabattre le gibier en déclanchant des incendies qu’ils ne pouvaient pas controler. Et les civilisations antiques ont toutes considéré une bénédiction l’accroissement de la population, tous les rites de la fertilité en témoignent. L’ordre cosmique allait très bien sauf s’il ne survenait pas un tremblement de terre ou un autre cataclysme naturel auquel cas il s’agissait de calmer dare-dare les dieux en colère contre l’espèce humaine en faisant des sacrifices humains vu que les dieux ont toujours soif, c’est fou ce que les aztèques on du leur donner à boire. Ce n’est pas pire qu’avant, c’est différent. Je pense meme que l’humanité survivra en partie, (meme Swami Petaramesch, un comble!). Il restera bien suffisemment d’humains pour aller coloniser l’espace quand y aura plus de place sur terre ou que ce sera tout pourri invivable. Ils iront tout polluer ailleurs quand ils auront tout pollué ici.

    Répondre
  55. Caspieds
    Caspieds dit :

    Bonjour Agnès,

    Bravo pour cet article d’une effrayante lucidité… Je l’ai lu ce matin,en plus il fait un temps pourri, quel coup de blues 😉

    C’est bien de rappeler certaines choses trop occultées. Il faut rappeler comme tu le fais, que le nucléaire n’est pas une énergie durable. De plus, si la France ne produit pas de pétrole, elle importe son uranium d’Afrique! Bonjour l’indépendance énergétique que nous vantait Sarko pendant la présidentielle en parlant du nucléaire.

    Quand on sait que l’EDF privatisée pourrait un jour basculer dans les mains de groupes financiers. Sur quoi seront faites les économies pour accroitre la rentabilité? Sur la sécurité bien sûr! Qui sera sous traitée au moins disant, si ce n’est pas déjà en partie le cas.

    Je vis près de la plus grande centrale nucléaire d’Europe, ça fait froid dans le dos. Mais bon, je me console en me disant qu’en cas de problème grave, je n’aurai pas le temps de souffrir, pas comme vous autres qui seraient pollués, cancérisés sur des centaines de km. Voila, c’était pour rajouter dans la note de gaieté ambiante ;-)))

    Par contre, je pense qu’on a du pétrole pour encore une bonne vingtaine d’années. En effet, les carburants "verts" issus de l’agriculture, permettent de ralonger la sauce et de consommer moins de pétrole. Effrayant de penser qu’on va planter (et qu’on plante déjà) des milliers d’ha de terre, non pas pour nourrir les populations, mais pour faire rouler des bagnoles!!

    http://caspieds.over-blog.fr

    Répondre
  56. Caspieds
    Caspieds dit :

    Bonjour Agnès,

    Bravo pour cet article d’une effrayante lucidité… Je l’ai lu ce matin,en plus il fait un temps pourri, quel coup de blues 😉

    C’est bien de rappeler certaines choses trop occultées. Il faut rappeler comme tu le fais, que le nucléaire n’est pas une énergie durable. De plus, si la France ne produit pas de pétrole, elle importe son uranium d’Afrique! Bonjour l’indépendance énergétique que nous vantait Sarko pendant la présidentielle en parlant du nucléaire.

    Quand on sait que l’EDF privatisée pourrait un jour basculer dans les mains de groupes financiers. Sur quoi seront faites les économies pour accroitre la rentabilité? Sur la sécurité bien sûr! Qui sera sous traitée au moins disant, si ce n’est pas déjà en partie le cas.

    Je vis près de la plus grande centrale nucléaire d’Europe, ça fait froid dans le dos. Mais bon, je me console en me disant qu’en cas de problème grave, je n’aurai pas le temps de souffrir, pas comme vous autres qui seraient pollués, cancérisés sur des centaines de km. Voila, c’était pour rajouter dans la note de gaieté ambiante ;-)))

    Par contre, je pense qu’on a du pétrole pour encore une bonne vingtaine d’années. En effet, les carburants "verts" issus de l’agriculture, permettent de ralonger la sauce et de consommer moins de pétrole. Effrayant de penser qu’on va planter (et qu’on plante déjà) des milliers d’ha de terre, non pas pour nourrir les populations, mais pour faire rouler des bagnoles!!

    http://caspieds.over-blog.fr

    Répondre
  57. guimo
    guimo dit :

    Si une énergie alternative existait réellement en aussi grande quantité que le pétrole, et aussi simple à extraire, ca ferait longtemps que toutes les armées du monde s’en serviraient pour faire tourner leurs chars et leurs avions!

    Répondre
  58. guimo
    guimo dit :

    Si une énergie alternative existait réellement en aussi grande quantité que le pétrole, et aussi simple à extraire, ca ferait longtemps que toutes les armées du monde s’en serviraient pour faire tourner leurs chars et leurs avions!

    Répondre
  59. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Pour l’espace, c’est un fantasme, mais c’est pas gagné… Il semble assez probable que l’Homme ne pourra pas de sitôt sortir du système solaire… Et pas de sitôt risque donc fort de rimer avec jamais

    @Sy : On peut choisir certaines choses concernant son futur.

    La corde ? Le Rhône ? Attendre que ça se passe ?

    Répondre
  60. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je ne pense pas particulièrement à toi, Lory, mais j’ai déjà eu quelqu’un qui disait que l’homme était fait pour polluer et quand la planète serait pourrave, on pourrait toujours se casser en niquer une autre. Je lui avait demandé comment on ferait pour embarquer plus de 6 milliards de gens (un gros vaisseau ou une armada de petits : énergie, matière premières, technologie, vivre, environnnement vital… la logistique qui coince!)… en fait, l’idée n’a jamais été que de sauver une petite élite et de laisser crever la quasi-totalité de l’humanité dans son terrier, et les bestiaux qui n’avaient rien demandé avec…

    En attendant, tout ce que je vois, c’est qu’on a bien du mal à se traîner jusqu’à la lune, qu’il n’existe pas de technologie nous permettant de nous extraire raisonnablement de notre système solaire et de chercher une planète viable, que je ne vois pas comment nous pourrions nous lancer dans la terraformation d’une planète atteignable alors que nous sommes infoutus de maintenir la nôtre dans un état juste acceptable… sans compter les barrières biologiques pratiquement indépassables, même sur un monde "habitable" (pour survivre à notre planète, il nous a fallu des millénaires de co-évolution avec les vrais maîtres des lieux : bactéries et virus!).

    De toute manière, jouer à saute-mouton d’une planète à l’autre en pratiquant la politique de la terre brûlée me semble un comportement plus proche de celui du sale virus à éradiquer que d’une civilisation avancée!

    En ce moment, je lis justement la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson : brillant, lucide et visionnaire!

    Répondre
  61. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Oui, dès qu’on est lucide, on est mal vu. Les gens détestent entendre les vérités qui gènent. Tous. Sauf les pessimistes, que ça emmerde aussi, mais qui les regardent en face – donc, en fait, ça les emmerde davantage. C’est pourquoi il vaut mieux être con et heureux.

    Répondre
  62. Sy
    Sy dit :

    Swâmi, l’avenir finit par se produire mais on peut envisager la manière dont on compte le vivre. On peut choisir certaines choses concernant son futur.
    Je te trouve trop pessimiste et tu mélanges tout : pénurie de pétrole, politique.

    Répondre
  63. Lory
    Lory dit :

    Tu seras morte aussi, Agnès, quand il s’agira éventuellement d’évacuer la planète si l’humanité en aura les capacités comme je le pense probable. Mais en attendant, un tsunami ou un volcan ne demandera l’autorisation à personne pour exploser.

    Sauver une petite élite… mais l’"élite" n’a pas meme l’air de comprendre qu’elle n’a guère plus de chance de survivre que le restant de l’humanité en courant derrière la croissance. Quant à l’"élite" qui se rend compte que ce n’est viable pour personne, elle n’est pas d’accord sur les moyens à employer pour la vivabilité planétaire.

    C’est pourquoi je tend plutot à penser que ceux qui survivront, ou du moins une partie d’entre eux, ne seront pas nécessairement tous ceux qui auront "prévu" leur survie suivant des modalités qui ne s’avèreront peut-etre pas les bonnes, et que cela tiendra beaucoup du hasard.

    Répondre
  64. Lory
    Lory dit :

    Tu seras morte aussi, Agnès, quand il s’agira éventuellement d’évacuer la planète si l’humanité en aura les capacités comme je le pense probable. Mais en attendant, un tsunami ou un volcan ne demandera l’autorisation à personne pour exploser.

    Sauver une petite élite… mais l’"élite" n’a pas meme l’air de comprendre qu’elle n’a guère plus de chance de survivre que le restant de l’humanité en courant derrière la croissance. Quant à l’"élite" qui se rend compte que ce n’est viable pour personne, elle n’est pas d’accord sur les moyens à employer pour la vivabilité planétaire.

    C’est pourquoi je tend plutot à penser que ceux qui survivront, ou du moins une partie d’entre eux, ne seront pas nécessairement tous ceux qui auront "prévu" leur survie suivant des modalités qui ne s’avèreront peut-etre pas les bonnes, et que cela tiendra beaucoup du hasard.

    Répondre
  65. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Sy : Swâmi, tu mélanges tout.

    Ça doit être ça, c’est mon côté mixer, BBBzzzzzztttt !

    Mais c’est juste parce que tout est dans tout, et réciproquement…

    > …puisque tu refuses de réfléchir à la possibilité de…

    Tiens, ça commence, [mode crunch]*Je refuse de réfléchir à… Mouarf !

    On se connaît ? Réellement, sais-tu à quoi je réfléchis, à quoi je ne réfléchis pas, depuis combien de temps j’y réfléchis ou non, cesse d’y réfléchir et pourquoi ?

    Qu’est-ce qui me ferait un devoir de réfléchir à tout sujet quelconque, absurde ou non, qu’on me présenterait ? Hé ho ? Je ne suis pas un Juke-box wurlitzer, genre tu mets une pièce et je réfléchis à ce que tu veux ! D’ailleurs, tu n’as pas mis de pièce (mais tu peux faire un virement, hein…)

    [mode crunch]*

    Choisir un autre mode de vie… Et autre que qui pour commencer ? Autre pourquoi ? Et comment ? Et avec qui ? Bon, tu sais quoi, tu n’as qu’à écrire un bouquin là-dessus, je n’ai qu’à ne pas le lire, et on sera quittes :-]

    Et de toute façon, pour réfléchir, je suis trop vieux, et j’ai surtout eu largement eu le temps de mesurer à quel point ça peut être inutile.

    Tiens, faut pas rater la grande bouffe à la télé. Je radote. Aussi.

    * NDLR : le mode crunch, c’est quand je bouffe une réplique qui a fatalement pour effet de faire monter la pression intracrânienne de certains de ceux qui lisent alors que le reste de l’explication peut amplement se suffire à elle-même…

    Répondre
  66. YR
    YR dit :

    Il ne faut pas oublier que le renchérissement du pétrole, c’est aussi la rationalisation de certaines pratiques imbéciles : plus de yaourts aux fraises fabriqué avec du lait d’un pays, des fraises d’un autre, des pots d’un 3ème pour les vendre dans un 4ème. Plus d’allers-retours dans l’Europe entière pour des marchandises.

    On peut aussi imaginer que les entrepreneurs relocaliseront, si les coûts de transport explosent. On peut également penser que le télétravail continuera de se développer, si la dématérialisation se poursuit.

    Quant aux villes, elles promeuvent déjà les transports en commun. Il faut continuer dans cette voie, même si ces transports sont souvent électriques, donc nucléaires…

    Enfin, concernant les énergies de l’avenir, l’éolien peut encore se développer, de même que le thermique ou le solaire. Mais c’est surtout le nucléaire qui conserve la plus forte densité énergétique : il sera difficile de s’en passer, surtout si on imagine passer à une civiisation de l’hydrogène, qu’il faudra bien produire.
    De même, la fusion pourrait être l’énergie du siècle prochain.

    Il n’est donc pas du tout évident que les modifications souhaitables d’organisation des transports soient rendues obligatoires par la prévisible montée des prix du pétrole…

    Répondre
  67. YR
    YR dit :

    Il ne faut pas oublier que le renchérissement du pétrole, c’est aussi la rationalisation de certaines pratiques imbéciles : plus de yaourts aux fraises fabriqué avec du lait d’un pays, des fraises d’un autre, des pots d’un 3ème pour les vendre dans un 4ème. Plus d’allers-retours dans l’Europe entière pour des marchandises.

    On peut aussi imaginer que les entrepreneurs relocaliseront, si les coûts de transport explosent. On peut également penser que le télétravail continuera de se développer, si la dématérialisation se poursuit.

    Quant aux villes, elles promeuvent déjà les transports en commun. Il faut continuer dans cette voie, même si ces transports sont souvent électriques, donc nucléaires…

    Enfin, concernant les énergies de l’avenir, l’éolien peut encore se développer, de même que le thermique ou le solaire. Mais c’est surtout le nucléaire qui conserve la plus forte densité énergétique : il sera difficile de s’en passer, surtout si on imagine passer à une civiisation de l’hydrogène, qu’il faudra bien produire.
    De même, la fusion pourrait être l’énergie du siècle prochain.

    Il n’est donc pas du tout évident que les modifications souhaitables d’organisation des transports soient rendues obligatoires par la prévisible montée des prix du pétrole…

    Répondre
  68. Sy
    Sy dit :

    Swâmi, tu mélanges tout. Pourquoi penser que tu es forcément mal vu pour tes opinions ou ta lucidité ? Je ne suis pas sûre que tu sois si lucide que tu le dis puisque tu refuses de réfléchir à la possibilité de choisir un autre mode de vie.

    Répondre
  69. Sy
    Sy dit :

    Swâmi, tu mélanges tout. Pourquoi penser que tu es forcément mal vu pour tes opinions ou ta lucidité ? Je ne suis pas sûre que tu sois si lucide que tu le dis puisque tu refuses de réfléchir à la possibilité de choisir un autre mode de vie.

    Répondre
  70. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Le mode crunch c’est utile quand c’est Privoxy qui le fait, mais sinon, c’est trop même pô drôle !

    Et puis d’abord, je te ferai savoir qu’avec la bandaison, l’engueulade est une source d’énergie propre perpétuellement renouvelable, non mais !
    (En plus, on n’est pas toujours en situation de bander avec tout le monde, mais on trouve toujours le moyen d’une bonne petite engueulade…)

    Répondre
  71. Fabien
    Fabien dit :

    Agnés : trés bonne lecture, un des musts de la Hard SF assurément. Peut-etre aussi le roman de SF américain le plus "à gauche" que j’ai jamais lu.
    Pour garder les pieds sur Terre, rien ne vaut aprés d’enchainer avec le tout aussi bon "Demain une Oasis" de Ayerdhal ( qui prend 10 fois moins de temps à lire en plus ).

    Répondre
  72. Hauteurs et Vertiges
    Hauteurs et Vertiges dit :

    Complainte du fils du capitaine

    Mon papa a moi, il est capitaine d’un grand bateau. Il navigue dans le monde entier. Mon papa a moi, Il transporte de l’or noir. Il est utile mon papa à moi. Faut pas croire ceux qui dise qu’y pollue la mer. Faut pas croire ceux qui dise quy……

    Répondre
  73. Hauteurs et Vertiges
    Hauteurs et Vertiges dit :

    Complainte du fils du capitaine

    Mon papa a moi, il est capitaine d’un grand bateau. Il navigue dans le monde entier. Mon papa a moi, Il transporte de l’or noir. Il est utile mon papa à moi. Faut pas croire ceux qui dise qu’y pollue la mer. Faut pas croire ceux qui dise quy……

    Répondre
  74. Patrick
    Patrick dit :

    Juste quelques chiffres : http://www.manicore.com/

    Avertissement (*) : ce monsieur "n’est pas" anti-nucléaire. ça n’enlève pas forcément du sens à ses exposés, vu que les chiffres donnés sont tous sourcés.

    Si ça peut éviter à certains de sortir de grosses bêtises, ce sera toujours ça de gagné pour le débat.

    Agnès, ça m’énerve un peu comment t’écris trop bien :o))

    (*surtout pour dire : arrêtez de regarder le doigt, matez un peu la Lune !)

    Répondre
  75. Patrick
    Patrick dit :

    Juste quelques chiffres : http://www.manicore.com/

    Avertissement (*) : ce monsieur "n’est pas" anti-nucléaire. ça n’enlève pas forcément du sens à ses exposés, vu que les chiffres donnés sont tous sourcés.

    Si ça peut éviter à certains de sortir de grosses bêtises, ce sera toujours ça de gagné pour le débat.

    Agnès, ça m’énerve un peu comment t’écris trop bien :o))

    (*surtout pour dire : arrêtez de regarder le doigt, matez un peu la Lune !)

    Répondre
  76. Pierre
    Pierre dit :

    Nous ne sommes pas encore à la pénurie de pétrole, il en reste pour 30 à 50 ans selon l’évolution de la consommation mondiale. Le pétrole qui reste est cependant plus difficile à extraire et à raffiner, d’ou des tensions sur le marché. Quand le prix augmente trop, les pays pauvres ne peuvent *plus* se le payer. C’est dramatique pour eux, mais ça équilibre le système.

    L’alternative au pétrole existe, elle est maitrisée depuis soixante ans par les allemands, puis par l’afrique du sud, c’est la production d’essence à partir du charbon (CTL: Coal To Liquid). C’est plus cher que le pétrole, mais c’est parfaitement connu et maitrisé. Le drame, c’est que c’est encore plus polluant que le pétrole. Il y a pour environ deux siècles de charbon disponible, et devinez qui possède le plus de réserves de charbon… Les Etats-Unis! Le problème pétrolier n’est qu’un problème d’obtention des ressources à coût minimal par pillage de ressources étrangères. Il n’y a pas de problème technique, il y a surtout un problème de colonialisme et bien sûr un problème de pollution.

    Le photovoltaïque est complètement marginal aujourd’hui, mais il y a des progrès très rapides sur la production de cellules par impression, d’ou un coût et une énergie de production faible. Les progrès sur les batteries sont aussi rapides et la voiture électrique pourrait sortir du folklore actuel relativement rapidement. Tout ça n’est qu’une question de volonté politique, qui est totalement absente aujourd’hui.

    Le choix est simple: On continue comme aujourd’hui, en glissant doucement du pétrole au charbon et on finira dans la fournaise poussiéreuse, ou on fait des efforts sérieux pour chercher des alternatives.

    Il faut surtout éviter l’horreur écologique et énergétique que constitue les biocarburants, et bien considérer que la filière dite ‘hydrogène’ n’est qu’un moyen pour les pétroliers de maintenir un réseau monopolistique.
    L’hydogène, c’est fait à partir de l’électricité, il est largement préférable de redistribuer l’électricité via le réseau électrique plutôt qu’en créant un réseau ex-nihilo pour remplir les poches des multinationales pétrolières.

    Répondre
  77. Pierre
    Pierre dit :

    Nous ne sommes pas encore à la pénurie de pétrole, il en reste pour 30 à 50 ans selon l’évolution de la consommation mondiale. Le pétrole qui reste est cependant plus difficile à extraire et à raffiner, d’ou des tensions sur le marché. Quand le prix augmente trop, les pays pauvres ne peuvent *plus* se le payer. C’est dramatique pour eux, mais ça équilibre le système.

    L’alternative au pétrole existe, elle est maitrisée depuis soixante ans par les allemands, puis par l’afrique du sud, c’est la production d’essence à partir du charbon (CTL: Coal To Liquid). C’est plus cher que le pétrole, mais c’est parfaitement connu et maitrisé. Le drame, c’est que c’est encore plus polluant que le pétrole. Il y a pour environ deux siècles de charbon disponible, et devinez qui possède le plus de réserves de charbon… Les Etats-Unis! Le problème pétrolier n’est qu’un problème d’obtention des ressources à coût minimal par pillage de ressources étrangères. Il n’y a pas de problème technique, il y a surtout un problème de colonialisme et bien sûr un problème de pollution.

    Le photovoltaïque est complètement marginal aujourd’hui, mais il y a des progrès très rapides sur la production de cellules par impression, d’ou un coût et une énergie de production faible. Les progrès sur les batteries sont aussi rapides et la voiture électrique pourrait sortir du folklore actuel relativement rapidement. Tout ça n’est qu’une question de volonté politique, qui est totalement absente aujourd’hui.

    Le choix est simple: On continue comme aujourd’hui, en glissant doucement du pétrole au charbon et on finira dans la fournaise poussiéreuse, ou on fait des efforts sérieux pour chercher des alternatives.

    Il faut surtout éviter l’horreur écologique et énergétique que constitue les biocarburants, et bien considérer que la filière dite ‘hydrogène’ n’est qu’un moyen pour les pétroliers de maintenir un réseau monopolistique.
    L’hydogène, c’est fait à partir de l’électricité, il est largement préférable de redistribuer l’électricité via le réseau électrique plutôt qu’en créant un réseau ex-nihilo pour remplir les poches des multinationales pétrolières.

    Répondre
  78. Patrick
    Patrick dit :

    Arf ! Swami, la posture romantique ne te vas si mal, dans le fond… :o))

    Mais, pour l’heure, d’après Agnès, c’est plutôt la tête qu’il convient de s’y remettre. Pas le doigt, donc.

    Un truc qui me fait bien rire aussi ( faut bien trouver quelque sujets ), en ce moment, c’est la profusion de tandems planète-pourrie/conquête-spatiale qui fleurissent dans les blogs que je croise. Dès qu’on parle ressources naturelles, y’a toujours un où deux malins pour dire qu’on a plus qu’à se chercher une autre planète. Bon, je sais, j’ai des hilarités un peu zarbes, mais avouer, franchement, le dernier avatar à la mode de la "fuite en avant", ça vous fait pas marrer, vous ? le mec, à bout d’arguments, tétanisé par ce qu’il vient de comprendre enfin, et qui vous ressort un scénario SF des 60’s comme sortie de secours. MWWWArf !

    Sans compter celle du bon vieux moteur à eau. Raaah ! je sais, j’ai des joies simples :o)

    Répondre
  79. Patrick
    Patrick dit :

    Arf ! Swami, la posture romantique ne te vas si mal, dans le fond… :o))

    Mais, pour l’heure, d’après Agnès, c’est plutôt la tête qu’il convient de s’y remettre. Pas le doigt, donc.

    Un truc qui me fait bien rire aussi ( faut bien trouver quelque sujets ), en ce moment, c’est la profusion de tandems planète-pourrie/conquête-spatiale qui fleurissent dans les blogs que je croise. Dès qu’on parle ressources naturelles, y’a toujours un où deux malins pour dire qu’on a plus qu’à se chercher une autre planète. Bon, je sais, j’ai des hilarités un peu zarbes, mais avouer, franchement, le dernier avatar à la mode de la "fuite en avant", ça vous fait pas marrer, vous ? le mec, à bout d’arguments, tétanisé par ce qu’il vient de comprendre enfin, et qui vous ressort un scénario SF des 60’s comme sortie de secours. MWWWArf !

    Sans compter celle du bon vieux moteur à eau. Raaah ! je sais, j’ai des joies simples :o)

    Répondre
  80. Patrick
    Patrick dit :

    Pierre : "…ou on fait des efforts sérieux pour chercher des alternatives".

    Celle-là aussi elle me fait bien marrer !

    Pour le coup, je vais me la jouer "Swâmi" : te fatigue pas à chercher, on est au sommet, où pas loin, de toutes les courbes en cloches (énergies fossiles, croissance démographique, etc). A partir de là, ça redescend. Tout. Et c’est tout ce que ça peut faire.

    Tiens, j’ai raté de revoir "la grande bouffe" (j’ai plus la télé depuis longtemps), mais ce matin un écureuil et une pie se foutaient la peignée dans un arbre de la jungle du fond de mon petit jardin. Fun.

    Répondre
  81. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    …Sauf que ce ne sont pas des courbes en cloche qui redescendent doucettemment, tranquillou… A peine ça commence à redescendre, et ensuite on se prend le mur de plein fouet.

    Je n’aurais probablement pas du m’arrêter de fumer, quand j’y pense…

    Répondre
  82. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    …Sauf que ce ne sont pas des courbes en cloche qui redescendent doucettemment, tranquillou… A peine ça commence à redescendre, et ensuite on se prend le mur de plein fouet.

    Je n’aurais probablement pas du m’arrêter de fumer, quand j’y pense…

    Répondre
  83. Z
    Z dit :

    YR dit : "Il ne faut pas oublier que le renchérissement du pétrole, c’est aussi la rationalisation de certaines pratiques imbéciles (…). Plus d’allers-retours dans l’Europe entière pour des marchandises.
    On peut aussi imaginer que les entrepreneurs relocaliseront, si les coûts de transport explosent. "

    Oui, si on accepte de donner au pétrole et autres cochonneries à effet de serre leur juste prix (compte-tenu des services que ça nous rend, de leur rareté, et de la pollution que ça engendre), on risque bien de voir la fin des délocalisations (les coûts de transport devenant trop élevés pour rendre rentable l’exploitation de main d’oeuvre à moindre prix), et une sorte de dé-mondialisation de l’économie. Logiquement, c’est ça qui devrait se passer, la fin de la "Mondialisation".

    Pourtant, on nous dit bien à la télé qu’on doit faire des efforts, se remettre au boulot et se serrer la ceinture pour être compétitif dans cette concurrence mondiale ! La France ne peut se passer de réformes pour s’adapter à l’économie mondialisée d’aujourd’hui et de demain ! etc…

    Répondre
  84. Le Moralisateur Moustachu Masqué
    Le Moralisateur Moustachu Masqué dit :

    En parlant de gaspillage institutionnalisé et de besoin de changement radical, je viens de tomber sur l’exposé inverse (càd: la fuite en avant).

    J’allume ma télé (pas bien!!!) et je tombe sur "C’est pas sorcier" dont le sujet est la culture du coton. Et qui nous parle de culture "nécessairement" extensive (donc utilisation d’engins agricoles qui ne fonctionnent pas au photovoltaïque…), avec l’utilisation "nécessaire" de défoliants (pour facilité la récolte), ainsi que l’utilisation "nécessaire" d’insecticides que l’on peut d’ailleurs réduire grâce aux… OGMs!!!!!!

    On leur dit qu’il existe du coton bio?…

    Avec un service public pareil plus besoin de TF1…

    Ah oui et Z, baser tout raisonnement (même écologie) sur la morale je ne vois pas en quoi ce serait négatif. Et pour ce qui concerne Hulot, il ne reste qu’à aller ici:
    http://www.pacte-contre-hulot.info/

    NB: je ne suis pas membre de La Décroissance. Je suis même, selon la définition de La Décroissance, un "ennemi de la décroissance" parce qu’anti-spéciste… Mais bon sur le cas Hulot (qui m’a moi aussi fait espérer) le verdict – tout comme pour Bayrou – et sans appel: trop mou!!!!

    Répondre
  85. coco_des_bois
    coco_des_bois dit :

    Oah…
    Ben dis donc, je suis heureux d’apprendre deux choses :

    – Tu sembles avoir laissé trainer yeux et oreilles du côté de Reopen, et je ne peux que m’en réjouir. Il y a quelques jour avec le collectif nous assistions au témoignage de William Rodriguez, vraiment émouvant.

    – Rezo, qui d’habitude semble ignorer royalement tout ce qui a trait à ce mouvement, a mis ton article en une. J’apprécie de leur part.

    Je note que beaucoup de commentaires se focalisent sur des choses mille fois entendues, genre "on trouvera des alternatives" ou "on ira dans l’espace" ou "c’est pas nouveau que les hommes sont pourris et croissent comme des lapins" ou même, pour le dernier commentaire "il existe du coton bio"…

    A mon avis, Agnès voulait dire que nous sommes à un tournant, qui peut certes durer quelques décennies, mais que tout va changer, de gré ou de force, et que les mensonges seront de fait, de plus en plus gros.

    Il n’y a pas d’alternative, c’est un mensonge je pense.
    Le coton bio, c’est bien, mais ça ne nourrit pas.
    La population croit certainement depuis des millénaires, mais nous sommes aujourd’hui – comme la chine en son temps – à même de le réaliser et surtout de prendre conscience que c’est pas "tenable".

    Je note qu’un commentaire avisé remarque que tous les autres commentaires arrivent à blablater sans même éfleurer le sujet du 11 septembre, belle pirouette. Je suis bien placé pour savoir qu’à part quelques personne, même sur internet, on ne se risque pas à faire de commentaire sur le 11 septembre, c’est risqué, et puis on passerait pour un fou !
    Alors continuons à blablater sur les éoliennes et le bio.

    je retourne paranoter 🙂

    Répondre
  86. coco_des_bois
    coco_des_bois dit :

    Oah…
    Ben dis donc, je suis heureux d’apprendre deux choses :

    – Tu sembles avoir laissé trainer yeux et oreilles du côté de Reopen, et je ne peux que m’en réjouir. Il y a quelques jour avec le collectif nous assistions au témoignage de William Rodriguez, vraiment émouvant.

    – Rezo, qui d’habitude semble ignorer royalement tout ce qui a trait à ce mouvement, a mis ton article en une. J’apprécie de leur part.

    Je note que beaucoup de commentaires se focalisent sur des choses mille fois entendues, genre "on trouvera des alternatives" ou "on ira dans l’espace" ou "c’est pas nouveau que les hommes sont pourris et croissent comme des lapins" ou même, pour le dernier commentaire "il existe du coton bio"…

    A mon avis, Agnès voulait dire que nous sommes à un tournant, qui peut certes durer quelques décennies, mais que tout va changer, de gré ou de force, et que les mensonges seront de fait, de plus en plus gros.

    Il n’y a pas d’alternative, c’est un mensonge je pense.
    Le coton bio, c’est bien, mais ça ne nourrit pas.
    La population croit certainement depuis des millénaires, mais nous sommes aujourd’hui – comme la chine en son temps – à même de le réaliser et surtout de prendre conscience que c’est pas "tenable".

    Je note qu’un commentaire avisé remarque que tous les autres commentaires arrivent à blablater sans même éfleurer le sujet du 11 septembre, belle pirouette. Je suis bien placé pour savoir qu’à part quelques personne, même sur internet, on ne se risque pas à faire de commentaire sur le 11 septembre, c’est risqué, et puis on passerait pour un fou !
    Alors continuons à blablater sur les éoliennes et le bio.

    je retourne paranoter 🙂

    Répondre
  87. oaf
    oaf dit :

    @coco des bois

    C’est bien, coco des bosquets, de dire des autres qu’ils ne font que déployer des truismes, mais dans le genre tu n’es pas le dernier. Je ne vois pas bien ce que le 11/9 a affaire avec le sujet ? Plutôt que des allusions timides, développe tes propos…avant de retourner paranoter dans tes bois où il doit y avoir de quoi débroussailler.

    Répondre
  88. oaf
    oaf dit :

    @coco des bois

    C’est bien, coco des bosquets, de dire des autres qu’ils ne font que déployer des truismes, mais dans le genre tu n’es pas le dernier. Je ne vois pas bien ce que le 11/9 a affaire avec le sujet ? Plutôt que des allusions timides, développe tes propos…avant de retourner paranoter dans tes bois où il doit y avoir de quoi débroussailler.

    Répondre
  89. totoododo
    totoododo dit :

    Coucou 🙂
    hé, vu que c’est le 14 juillet, ben, j’ai fait un audio d’un discours de Oscar Arias Sanchez, prix nobel de la paix en 1987. (discours de 1998 je crois)
    Puis sinon y’a la BAC la briade activistes des clowns (plutot que de regarder des faux clowns defiler a la télé et d’ecouter sarko)

    le lien:
    http://192.168.1.2/index.php?2007/0

    Voila :). bon bonne continuation 🙂 bonne fete nationale 🙂

    Répondre
  90. totoododo
    totoododo dit :

    Coucou 🙂
    hé, vu que c’est le 14 juillet, ben, j’ai fait un audio d’un discours de Oscar Arias Sanchez, prix nobel de la paix en 1987. (discours de 1998 je crois)
    Puis sinon y’a la BAC la briade activistes des clowns (plutot que de regarder des faux clowns defiler a la télé et d’ecouter sarko)

    le lien:
    http://192.168.1.2/index.php?2007/0

    Voila :). bon bonne continuation 🙂 bonne fete nationale 🙂

    Répondre
  91. oaf
    oaf dit :

    La fête nationale je m’en tape. Comme si la prise de la bastille, la décapitation de Louis XVI( qui était sûrement bien moins sanguinaire que Napoléon ), puis la terreur et les trips napoléoniens aboutissant à la mesquine bourgeoisie néoaristocratique du XIX éme, XX éme et XXI éme siècle en cours nécessitaient cette stupide fiesta des beaufs aux mirettes neuneu.

    Répondre
  92. oaf
    oaf dit :

    La fête nationale je m’en tape. Comme si la prise de la bastille, la décapitation de Louis XVI( qui était sûrement bien moins sanguinaire que Napoléon ), puis la terreur et les trips napoléoniens aboutissant à la mesquine bourgeoisie néoaristocratique du XIX éme, XX éme et XXI éme siècle en cours nécessitaient cette stupide fiesta des beaufs aux mirettes neuneu.

    Répondre
  93. Farid
    Farid dit :

    "En France, on a pas de pétrole", Encore heureux t’imagine si on en avait… on deviendrait tous des enfoirés terroristes en puisance, à dégommer pour le salut de la planéte (et surtout pour la survie des néocons…)

    Pour les idées il faut juste creuser un peu et on en trouve même en France, la preuve, ya bien ce blog… 😉

    Répondre
  94. Farid
    Farid dit :

    "En France, on a pas de pétrole", Encore heureux t’imagine si on en avait… on deviendrait tous des enfoirés terroristes en puisance, à dégommer pour le salut de la planéte (et surtout pour la survie des néocons…)

    Pour les idées il faut juste creuser un peu et on en trouve même en France, la preuve, ya bien ce blog… 😉

    Répondre
  95. Lory
    Lory dit :

    @ Coco des bois
    J’ai parlé de la croissance de la population en réponse à ce que disait Swami, qui disait [scrunch] sur un sujet que je connais bien. On ne peut pas laisser dire n’importe quoi, meme si c’est assez éloigné du thème abordé par le blog du Monolecte. On n’est pas ici sur l’annexe de wikipédia, non?

    Je ne pense donc pas que dans le passé mythique évoqué par Swami l’humanité était plus heureuse qu’aujourd’hui. Je ne crois pas à je ne sais quelle bonté d’une supposée harmonie passée de l’homme avec la nature, quand l’espérance de vie n’atteignait pas 40 ans (et 35 pour les femmes qui mourraient en couche comme des mouches).

    Ce que l’intégrisme d’aucune des grandes religions a réussi à atteindre durant des millénaires de gré ou de force, je ne vois pas qu’un certain intégrisme écolo puisse l’atteindre. C’est une autre forme de pollution. avrai dire, j’aimerai pouvoir me passer de l’un comme de l’autre, et je souhaite aux générations futures une autre alternative.

    Répondre
  96. Lory
    Lory dit :

    @ Coco des bois
    J’ai parlé de la croissance de la population en réponse à ce que disait Swami, qui disait [scrunch] sur un sujet que je connais bien. On ne peut pas laisser dire n’importe quoi, meme si c’est assez éloigné du thème abordé par le blog du Monolecte. On n’est pas ici sur l’annexe de wikipédia, non?

    Je ne pense donc pas que dans le passé mythique évoqué par Swami l’humanité était plus heureuse qu’aujourd’hui. Je ne crois pas à je ne sais quelle bonté d’une supposée harmonie passée de l’homme avec la nature, quand l’espérance de vie n’atteignait pas 40 ans (et 35 pour les femmes qui mourraient en couche comme des mouches).

    Ce que l’intégrisme d’aucune des grandes religions a réussi à atteindre durant des millénaires de gré ou de force, je ne vois pas qu’un certain intégrisme écolo puisse l’atteindre. C’est une autre forme de pollution. avrai dire, j’aimerai pouvoir me passer de l’un comme de l’autre, et je souhaite aux générations futures une autre alternative.

    Répondre
  97. Lory
    Lory dit :

    @coco des bois
    Parce que pour voir davantage le problème futur dans le manque de pétrole plutot dans le manque d’eau, il faut etre "spécialiste"?

    Swami est peut-etre une référence pour l’informatique, certainement pas pour la connaissance des civilisations antiques.

    Dans les sociétés "durables" de l’antiquité, c’était très bien si on n’était pas esclave.

    Et je préfère vivre ici plutot qu’en Iran.

    Répondre
  98. Lory
    Lory dit :

    @coco des bois
    Parce que pour voir davantage le problème futur dans le manque de pétrole plutot dans le manque d’eau, il faut etre "spécialiste"?

    Swami est peut-etre une référence pour l’informatique, certainement pas pour la connaissance des civilisations antiques.

    Dans les sociétés "durables" de l’antiquité, c’était très bien si on n’était pas esclave.

    Et je préfère vivre ici plutot qu’en Iran.

    Répondre
  99. coco_des_bois
    coco_des_bois dit :

    @Oaf :
    "Je ne vois pas bien ce que le 11/9 a affaire avec le sujet ?"

    Bien… ça commence mal alors, il faut que tu lises l’article d’Agnès, c’est mignon de faire des commentaires, mais il faut aussi lire ce sur quoi tu prétends avoir un avis.
    Je n’ai pas besoin une seule seconde de développer, puisque justement l’article d’Agnès comporte un lien et une vidéo qui te renseigneront amplement sur le sujet, et les liens entre le pétrole et le 11 septembre, sinon, viens faire un tour sur mon blog, il y a quelques indices.

    @Lory
    On peut effectivement dire n’importe quoi, comme dans une discussion, ce que tu dis est à ce titre – et jusqu’à preuve du contraire – largement autant du n’importe quoi que ce que je dis ou que ce que dit Swami, ou autre. En revanche, pour maitriser un sujet, tu n’es pourtant pas une référence, mais, tu as un avis, et il est intéressant en lui-même.

    Je pense pour ma part que nous sommes à une époque où nous pouvons, globalement, nous retourner sur notre passé pour essayer d’en tirer le meilleur et essayer de faire face à l’avenir quand la plupart des indicateurs environnementaux nous disent que cet avenir est un mur.
    Il ne s’agit pas de savoir si l’humanité était plus heureuse, mais si en prenant de notre passé des idées et des techniques, des modes d’organisation, nous pouvons éviter de rencontrer ce mur trop violemment.

    Si nous vivons aujourd’hui sous un intégrisme, c’est bien celui de la croissance et du développement par la consommation de tout et n’importe quoi. Une fois établie la rêgle qui veut que la normalité est le capitalisme et son bras droit la croissance, il est certain que l’écologie apparait comme un intégrisme, une restriction des liberté (de consommer).
    Mais je pense que nous n’avons pas le choix, je peux me tromper, mais je crois que Swami voulait dire que des exemples existent et ont existé de sociétés "durables"… et ce en dehors de toute considération morale de bien ou de mal.

    Répondre
  100. coco_des_bois
    coco_des_bois dit :

    Merveilleux…
    Je n’ai pas l’intention de défendre Swami en particulier, mais il ne me semble pas qu’il ait impliqué dans ses propos une quelconque hiérarchie dans les problèmes que tu évoques. Et encore une fois, il ne me semble pas vouloir faire référence en quelque domaine, et il n’a jamais dit que les civilisations antiques étaient toutes parfaites, c’est dingue de penser ça en lisant ce qu’il a écrit…

    Je trouve fascinant ta façon d’nterpréter, on dirait que tu ne lis pas les mots.

    A priori, de tout temps c’est mieux si on est pas esclave, certes, mais est-ce une raison pour ne pas penser une seule seconde regarder en arrière ? Doit-on accepter tous les inconvénients de ce que promet le capitalisme et son appétit d’énergie et de ressources ?
    Doit-on toujours comparer strictement ce qui n’est pas comparable ?

    Vivre en Iran ? Ca vient faire quoi ici ? Tu n’as pas choisi de vivre ici figure toi, de même que la gamine qui est en train de fabriquer ta prochaine paire de pompes n’a pas choisi. On ne parle pas de morale ou d’idéologie, mais on essaie d’envisager un futur qui n’implique pas une destruction massive de l’environnement. Et de ce point de vue, on peut raisonnablement penser que s’inspirer de l’Egypte antique par exemple, qui a fonctionné pendant des milénaires, peut être intéressant. Et personne, surtout pas moi, ne pense à essayer de recréer ce genre de civilisation, je ne veux pas de leur organisation sociale, mais leur rapport à l’environnement m’intéresse énormément.

    Moi je n’y connais rien en civilisation antiques, mais je sais que le pétrole et sa consommation effrénée a entrainé plus de dégats en un sciècle que depuis des millénaires, que notre système qui a pondu ce si beau pays qu’est la France et où tu préfères vivre plutôt qu’en Iran est en suspend au bout d’une utopie énergétique de la croissance infinie. Tu peux me raconter pendant des heures que les primates étaient des gros connards qui se multipliaient sans arrêt, ça ne change rien au fait que l’accès aux sources d’énergie quasi gratuite a boulversé la planète.

    Voilà, je pense que refuser de regarder en arrière est un mal. Vouloir croire en la science et ses capacités à nous sortir d’un merdier dans lequel elle a fortement contribué à nous plonger est suicidaire à mes yeux, les exemples les plus frappants sont pour moi les OGM.

    Répondre
  101. coco_des_bois
    coco_des_bois dit :

    Merveilleux…
    Je n’ai pas l’intention de défendre Swami en particulier, mais il ne me semble pas qu’il ait impliqué dans ses propos une quelconque hiérarchie dans les problèmes que tu évoques. Et encore une fois, il ne me semble pas vouloir faire référence en quelque domaine, et il n’a jamais dit que les civilisations antiques étaient toutes parfaites, c’est dingue de penser ça en lisant ce qu’il a écrit…

    Je trouve fascinant ta façon d’nterpréter, on dirait que tu ne lis pas les mots.

    A priori, de tout temps c’est mieux si on est pas esclave, certes, mais est-ce une raison pour ne pas penser une seule seconde regarder en arrière ? Doit-on accepter tous les inconvénients de ce que promet le capitalisme et son appétit d’énergie et de ressources ?
    Doit-on toujours comparer strictement ce qui n’est pas comparable ?

    Vivre en Iran ? Ca vient faire quoi ici ? Tu n’as pas choisi de vivre ici figure toi, de même que la gamine qui est en train de fabriquer ta prochaine paire de pompes n’a pas choisi. On ne parle pas de morale ou d’idéologie, mais on essaie d’envisager un futur qui n’implique pas une destruction massive de l’environnement. Et de ce point de vue, on peut raisonnablement penser que s’inspirer de l’Egypte antique par exemple, qui a fonctionné pendant des milénaires, peut être intéressant. Et personne, surtout pas moi, ne pense à essayer de recréer ce genre de civilisation, je ne veux pas de leur organisation sociale, mais leur rapport à l’environnement m’intéresse énormément.

    Moi je n’y connais rien en civilisation antiques, mais je sais que le pétrole et sa consommation effrénée a entrainé plus de dégats en un sciècle que depuis des millénaires, que notre système qui a pondu ce si beau pays qu’est la France et où tu préfères vivre plutôt qu’en Iran est en suspend au bout d’une utopie énergétique de la croissance infinie. Tu peux me raconter pendant des heures que les primates étaient des gros connards qui se multipliaient sans arrêt, ça ne change rien au fait que l’accès aux sources d’énergie quasi gratuite a boulversé la planète.

    Voilà, je pense que refuser de regarder en arrière est un mal. Vouloir croire en la science et ses capacités à nous sortir d’un merdier dans lequel elle a fortement contribué à nous plonger est suicidaire à mes yeux, les exemples les plus frappants sont pour moi les OGM.

    Répondre
  102. Vincent
    Vincent dit :

    Moi je parie qu’on trouvera une alternative au pétrole dans les 20-30 ans qui nous restent, que ce soit pour les transports ou le plastique/engrais. Ce qui aura aussi pour avantage de ne plus avoir à soutenir/occuper les dictatures arabes, ce qui devrait du même coup éliminer le mouvement islamiste et le terrorisme qui va avec. Bien sûr, ça veut aussi dire que ces feignasses de sheiks dans le Golf vont devoir bosser 😉

    Si l’on veut laisser le pétrole derrière nous, il faut justement le consommer à fond les ballons -> les prix augmentent -> signal aux entreprises que les alternatives deviennent rentables -> on fait bosser les ingénieurs -> on trouve qch.

    Pour info: ""The state of Georgia just granted Range Fuels a permit to create the first cellulosic ethanol plant in America. Cellulosic ethanol produces ethanol from cellulose, which all plants have, instead of from sugar, which is only abundant in food crops. Corn ethanol only produces 1.3 units of energy for every unit of energy that goes into growing the crop and converting the sugar to ethanol. Cellulosic ethanol can produce as much as 16 units of energy for every one unit of energy put into the process. The new plant will be online in 2008 and aims to produce 100 million gallons of ethanol a year.""
    http://www.ecogeek.org/content/view

    Répondre
  103. Vincent
    Vincent dit :

    Moi je parie qu’on trouvera une alternative au pétrole dans les 20-30 ans qui nous restent, que ce soit pour les transports ou le plastique/engrais. Ce qui aura aussi pour avantage de ne plus avoir à soutenir/occuper les dictatures arabes, ce qui devrait du même coup éliminer le mouvement islamiste et le terrorisme qui va avec. Bien sûr, ça veut aussi dire que ces feignasses de sheiks dans le Golf vont devoir bosser 😉

    Si l’on veut laisser le pétrole derrière nous, il faut justement le consommer à fond les ballons -> les prix augmentent -> signal aux entreprises que les alternatives deviennent rentables -> on fait bosser les ingénieurs -> on trouve qch.

    Pour info: ""The state of Georgia just granted Range Fuels a permit to create the first cellulosic ethanol plant in America. Cellulosic ethanol produces ethanol from cellulose, which all plants have, instead of from sugar, which is only abundant in food crops. Corn ethanol only produces 1.3 units of energy for every unit of energy that goes into growing the crop and converting the sugar to ethanol. Cellulosic ethanol can produce as much as 16 units of energy for every one unit of energy put into the process. The new plant will be online in 2008 and aims to produce 100 million gallons of ethanol a year.""
    http://www.ecogeek.org/content/view

    Répondre
  104. Lory
    Lory dit :

    @ Coco des bois
    Je lis très bien les mots et pas seulement en français. Et quand le Swami commence ses discours de soit-disant harmonie du passé, je le vois venir gros comme une maison et je sais très bien où il veut en venir.

    Je ne suis pas résidente en France mais en Italie, où le problème de l’eau n’est pas une vue de l’esprit, il se pose déjà, plus surement que celui du pétrole.

    Refuser de regarder en arrière? Mais il y a ici plus de champs de fouilles archéologiques que de puits de pétrole! Je te dis que je connais bien, et meme très bien, et certainement mieux que beaucoup les civilisations antiques, et particulièrement celles de la méditerrranée. Ce qui me permet de dire, surtout en étant une femme, que je ne suis pas sure du tout que la vie du passé était si agréable que ça.

    Répondre
  105. Lory
    Lory dit :

    @ coco des bois

    Le rapport à l’environnement des civilisations antiques… Je vais te faire un rapport succint.

    Ce que j’ai dit dans un précédent post plus haut # 46, dit rapidement et avec une pointe d’humour est parfaitement documenté.

    Mais passons. Dans la mirifique Egypte ancienne on travaillait de l’aube au couchant et on n’avait guère de jours de repos que lors des fetes religieuses, comme dans toutes les autres civilisations voisines d’alors.

    Pour la seule Etrurie, dont la puissance économique étant basée sur la production de fer (il y a 2500 ans), il y avait sur les plages à proximité du port où arrivait le minerai de l’ile d’Elbe, un four à fusion tous les 50 m. L’air devait etre rien moins qu’irrespirable. Ils en ont fondu des quantités si énormes durant des siècles qu’il y a seulement encore quelques décénies existaient de véritables terrils dont les scories ont été réutilisées dans les aciéries modernes des années durant. Pour alimenter ces fours, la déforestation avait été telle que le bois manquait et devait etre importé des provinces de l’intérieur.

    Passé la période archaique, on peut dire que la symbiose avec la nature disparait. Le monde gréco-latin ne voyait dans la nature que l’exploitation maximale de ses ressources. Et s’ils n’avaient pas de machines, ils avaient les bras de centaines de milliers d’esclaves. L’europe ne s’est recouverte de grandes forets qu’à la chute de l’empire romain, durant le moyen-age.

    Répondre
  106. coco_des_bois
    coco_des_bois dit :

    Nan mais c’est un truc de malade, sérieusement vous êtes vraiment en train de faire un cours de civilisation antique ? Vous avez l’intention de lister une à une toutes les civilisations, tous les peuples et tous le smodes de fonctionnement social, économique et environnemental ?

    Mais où dans ce que j’ai écrit, j’ai loué une quelconque civilisation en particulier ?

    En quoi faire des millions de fouilles implique que les gens regardent en arrière ? Est-ce que les fouilles archéologiques remettent en question le tout-camion ou le tout-bagnole ?

    Franchement, commencez par LIRE ce qui est écrit, et ne vous contentez pas juste de l’ambiance, je le dis, je me fous des détails de ces civilisations, je n’aurais jamais assez de temps pour toutes les étudier, et du haut de votre supériorité de connaissance, vous non plus.
    Mais le fait est que depuis que nous avons l’énergie quasi gratuite, c’est à dire depuis le charbon-pétrole, l’accélération est manifeste, les destructions bien plus importantes et à bien plus grande échelle. C’est facile de hiérarchiser les problèmes et disant "oui le problème de l’eau c’est plus grave…" mais c’est faux et inutile. Il suffit de voir ce que consomme la fabrication d’une puce électronique ou d’une vache à viande. La globalisation des échanges et la course à la croissance infinie, qui sont basées sur l’utilisation d’une énergie quasi gratuite, sont à la base des pires désastres actuels, et ce, même si certaines saloperies industrielles ont existé par le passé dans plein de sociétés antiques.

    Voilà, on peut se demander pendant des heures si c’était si agréable que ça de vivre à tel endroit à telle époque, ou essayer de voir ce qui est manifestement allé trop loin dans nos société modernes. Un pays comme le nôtre qui mesure la qualité de vie avec la consommation, qui vit plus longtemps mais consomme des tonnes d’anti-dépresseurs, un pays comme ça peut à mon avis cesser de regarder vers l’avenir pour espérer trouver des "solutions" aux problèmes qu’il a amplement contribué à générer.

    Lory :
    Exemple frappant, tu me fais une petite description sociale de l’Egypte alors que j’ai bien précisé que je m’en foutais royalement et que je ne pensais pas une seconde à recréer quoi que ce soit dans ce domaine. Mais refuser d’admettre que certaines choses devaient fonctionner plutôt bien pour que cela dure plusieurs milliers d’années, c’est faire preuve d’une mauvaise foi absolue, surtout quand on voit ce que 100 années d’industrialisation et de commerce mondial on fait de la planète !
    Qui peut croire que notre mode de fonctionnement serait capable de durer ainsi des milliers d’années ? On trouve à peine aujourd’hui des sols non pollués en France et en Europe, pourquoi ? Pétrole, chimie, engrais, croissance, économie.

    Mais merci pour les cours gratuits de civilisation, vraiment …

    Répondre
  107. Lory
    Lory dit :

    @ Coco des bois
    Je n’ai pas la prétention de faire des cours de civilisation. Et par ailleurs je n’ai pas de grandes connaissances scientifiques ni techniques MAIS le catastrophisme (et les gens qui vous tiennent des discours apocalyptiques en vous disant que le salut réside dans le retour au style de vie du temps de Mathusalem) m’agacent prodigieusement.

    Je sais bien que la pollution et l’épuisement des ressources à un ryhme frénétique ne peut rien nous réserver de bon dans un avenir pas très lointain. Cependant, je ne SUPPORTE PAS le moralisme de personnes qui vous cassent les pieds avec les OGM, par exemple (je n’y suis pas favorable) mais méprisent l’art de la cuisine et bouffent MacDo et surgelé/micro-onde d’un bout à l’autre de l’année, et ainsi de suite (je ne dis pas ça particulièrement pour toi) . Il faut etre cohérent. Voilà voilou.

    Répondre
  108. Lory
    Lory dit :

    @ Coco des bois
    Je n’ai pas la prétention de faire des cours de civilisation. Et par ailleurs je n’ai pas de grandes connaissances scientifiques ni techniques MAIS le catastrophisme (et les gens qui vous tiennent des discours apocalyptiques en vous disant que le salut réside dans le retour au style de vie du temps de Mathusalem) m’agacent prodigieusement.

    Je sais bien que la pollution et l’épuisement des ressources à un ryhme frénétique ne peut rien nous réserver de bon dans un avenir pas très lointain. Cependant, je ne SUPPORTE PAS le moralisme de personnes qui vous cassent les pieds avec les OGM, par exemple (je n’y suis pas favorable) mais méprisent l’art de la cuisine et bouffent MacDo et surgelé/micro-onde d’un bout à l’autre de l’année, et ainsi de suite (je ne dis pas ça particulièrement pour toi) . Il faut etre cohérent. Voilà voilou.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *