Recherche prolos sarkozystes, désespérément

Vous êtes un prolétaire, à savoir quelqu’un qui vit essentiellement du fruit de son travail, vous n’êtes plutôt pas un nanti, c’est à dire que vous faites partie des 50% de français qui grattent moins de 1500€ par mois et vous vous apprêtez à voter pour la quatrième fois pour l’UMP en moins de deux mois…

Vous n’avez donc pas tendance à perdre votre temps sur les crachoirs de gauchistes enragés qui écument le net avec un couteau entre les dents et c’est bien dommage.
Parce que j’aimerais bien comprendre.

Je voudrais savoir ce qui vous a décidé à voter pour Nicolas Sarkozy et son programme.

De mon point de vue, c’est du suicide social. Du tirage de balle dans le pied.

Mais sûrement pas du votre.

J’aimerais donc que des électeurs de l’UMP appartenant à la France d’en bas veuillent bien nous expliquer les raisons de leur choix, nous dire ce qu’ils ont vu, entendu et qui a pu nous échapper dans le programme UMP pour qu’ils décident de filer les pleins pouvoirs à cette formation politique pour les 5 ans à venir.
Il ne s’agit pas de descendre leur vision du monde, de se goberger de leur choix, mais juste de tenter de comprendre ce qui m’échappe totalement.

Car il n’y a pas de mystère : avec une population active composée à 55% d’ouvriers et d’employés, avec un SMIC qui touche de plus en plus de travailleurs, sociologiquement, si chacun vote en fonction de son intérêt de classe, la droite ne pourrait jamais accéder au pouvoir.
Jamais.
Donc, il faut à la droite des voix de prolos.
Pleins!

Alors, qu’est-ce qui vous a convaincu dans l’UMP?
Et comment vivez-vous les premières annonces/décisions socio-éco-politiques de notre nouveau gouvernement?
Sont-elles conformes à vos souhaits?
Qu’en attendez-vous?

J’invite mes amis bolchéviques sanguinaires à recruter de l’UMPiste vraiment populaire dans leur environnement (vu le score de l’UMP, ce ne devrait pas être difficile!) pour venir s’exprimer ici en toute liberté (à l’exception des trucs diffamants qui tombent sous le coup de la loi!).

Et je demande à mes commentateurs habituels de ne pas juger, pas attaquer, pas descendre, démolir, mettre en boîte, flinguer les quelques témoins qui auraient l’inconscience l’envie de venir s’exprimer ici pour nous éclairer dans notre ignorance.

Vraiment, j’aimerais savoir!

238 réponses
  1. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je suis assez d’accord avec Patrick : nous ne sommes pas du tout dans la tête des autres, il n’y a qu’eux qui savent pourquoi ils se sont décidés.
    Mais c’est sûr que ça ne va pas se bousculer au portillon pour déballer son sac dans un repaire de crypto-trotskystes… 😉

    Répondre
  2. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je suis assez d’accord avec Patrick : nous ne sommes pas du tout dans la tête des autres, il n’y a qu’eux qui savent pourquoi ils se sont décidés.
    Mais c’est sûr que ça ne va pas se bousculer au portillon pour déballer son sac dans un repaire de crypto-trotskystes… 😉

    Répondre
  3. areuh
    areuh dit :

    moi qui vit dans la france d’en bas tout à droite, j’ai constaté ici bas, que majoritairement c’est la haine de l’immigré coloré qui les unis. Un peu comme le KKK au sud des USA.
    Je vois tous les mardis des r’mistes blancs et miséreux faire la queue à Solidarité Française, une asso. fn. Toulon, ville où 45% des habitants ne payent pas d’impôt sur le revenu, a voté à presque 70 % pour NS. (???)

    Répondre
  4. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Tiens je crois que j’en ai trouvé un (une ?) de toute beauté dans les commentaires chez moi, je dirais même que je crois qu’on tient un champion du monde

    Y’a aussi de l’UMPiste de base qui se veut pédagogue (quel joli mot !) très régulièrement dans les commentares de ce blog tenu par une dame voisine et par ailleurs militante socialiste (c’est donc aussi plein de socialistes) qui y croit dur comme fer et idolâtre Notre-Dame du Marais que c’est beau comme l’antique… La Foi du charbonnier, c’est quelque chose…

    Si tu t’en sens le courage, tu peux donc aller poser quelques questions… Commence-donc par mon champion du monde, il vaut visiblement le détour

    Répondre
  5. Hérêmiste
    Hérêmiste dit :

    V’la ti pas une bonne question !

    J’attends avec impatience les réponses. Ma petite idée est que les français n’ont pas votés en fonction de leurs intérêts économiques, mais contre celui de leur voisin. Une sorte de punition infligée aux paresseux. Contre son cousin-e Rmiste par exemple, ou Mamadou Hérêmi. Tou-te-s des fégnant-e-s.

    me trompe-je….en tout cas je me pose cette question là 🙂

    Répondre
  6. Hérêmiste
    Hérêmiste dit :

    V’la ti pas une bonne question !

    J’attends avec impatience les réponses. Ma petite idée est que les français n’ont pas votés en fonction de leurs intérêts économiques, mais contre celui de leur voisin. Une sorte de punition infligée aux paresseux. Contre son cousin-e Rmiste par exemple, ou Mamadou Hérêmi. Tou-te-s des fégnant-e-s.

    me trompe-je….en tout cas je me pose cette question là 🙂

    Répondre
  7. Lory
    Lory dit :

    Il est curieux cet article. Il pose une drole de question. Il suffit de lire les commentaires des lecteurs aux articles traitant de l’immigration sur Libé ou 20mn pour comprendre, non? Il s’agit d’une guerre entre pauvres, comme les nantis, et plus particulièrement le capitalisme moderne, a toujours su de tous temps en fomenter et en attiser pour en tirer parti.

    L’égoisme? Mais bien sur, l’egoisme! Le dernier des immigrés rescapé d’un naufrage est pret à voiler sa femme à l’arrivée du regroupement familial en bon petit macho beau qu’il est (et la beaufette ne sera jamais que la pauvre sujette et contente de l’etre de son minable patron), par egoisme, pour etre "quelqu’un" et valoir "quelque chose" en dévalorisant l’autre (en l’occurrence la femme, hein, parce que le dernier des hommes a toujours plus bas que lui: la femme).

    Ah l’egoisme! Que n’etes vous en Italie! Vous auriez la curaille pour vous dire que tout ça c’est la faute à l’égoisme. Allez Grabuge, fais-toi curetonne, ça t’ira bien. Et par pitié garde-toi ta croyance en l’aube du grand soir. Il n’y a pas plus de matin du grand soir que de soir du grand matin, confectionne toi ton beurre en flute toute seule pour ta consommation personnelle sans l’ordonner aux autres.

    Le monde est ce qu’il est et ne changera jamais, sinon dans ses variantes; hier on voyageait en char à gnou et aujourd’hui en char à moteur, demain j’en sais rien et je m’en fous, avec ce qu’il y aura et surtout avec les moyens du bord comme d’hab.

    Il n’y a qu’un seul choix: vivre comme un con (ou une conne), où vivre selon ce qu’on croit en sachant que l’idéal ne sera jamais, mais au moins en vivant pour ce qu’on croit on meurt avec moins de regrets d’avoir vécu et on laisse derrière soit l’espoir non pas d’un monde idéal ni parfait mais celui d’un monde où il y a encore de la vie, la possibilité de la vie.

    Répondre
  8. Farid
    Farid dit :

    Agnès t’es pas sympas là … je n’arrête pas de dire du bien de toi partout mais là tu me casses la baraque…

    Dans un pays avec autant de riches qui payent l’impôt sur la fortune et pas mal d’autres taxes impies, que des pauvres se sentent solidaires et acceptent de les aider en acquittant une TVA sociale, c’est quand même méritoire… Il faut le souligner !

    La solidarité c’est pas qu’à sens unique… C’est aussi quand des pauvres se sentent socialement solidaires de riches obligés de payer des sommes astronomiques pour payer des trucs dont ils ne profitent même pas alors qu’ils pourraient dépenser à faire d’autres choses beaucoup plus utiles.

    Ce n’est pas juste quand les riches payent pour la santé des pauvres ou leur RMI et autres allocations sans jamais rien avoir en retour.

    Un peu de bonne volonté en retour ne fait pas de mal et puis faut bien payer les green fees de golf, les yachts et autres frivolités… On ne va quand même pas réhabiliter l’esclavage !

    Faut savoir ce qu’on veut !

    Par contre pour ce qui est de l’électeur Sarkozyste, …. Sincèrement je n’en connais aucun autour de moi… c’est comme à l’époque du FN. Personne ne disait qu’il votait Le Pen. Maintenant c’est pareil avec Sarkozy…

    J’ai même un doute là, je soupçonne ma femme…. elle m’a dit qu’elle votait Bové au premier tour mais quand elle m’a dit qu’elle voterait encore Bové au second tour j’ai eu un doute…. elle n’aurait quand même pas voté Sarkozy sans me le dire ?

    Répondre
  9. Farid
    Farid dit :

    Agnès t’es pas sympas là … je n’arrête pas de dire du bien de toi partout mais là tu me casses la baraque…

    Dans un pays avec autant de riches qui payent l’impôt sur la fortune et pas mal d’autres taxes impies, que des pauvres se sentent solidaires et acceptent de les aider en acquittant une TVA sociale, c’est quand même méritoire… Il faut le souligner !

    La solidarité c’est pas qu’à sens unique… C’est aussi quand des pauvres se sentent socialement solidaires de riches obligés de payer des sommes astronomiques pour payer des trucs dont ils ne profitent même pas alors qu’ils pourraient dépenser à faire d’autres choses beaucoup plus utiles.

    Ce n’est pas juste quand les riches payent pour la santé des pauvres ou leur RMI et autres allocations sans jamais rien avoir en retour.

    Un peu de bonne volonté en retour ne fait pas de mal et puis faut bien payer les green fees de golf, les yachts et autres frivolités… On ne va quand même pas réhabiliter l’esclavage !

    Faut savoir ce qu’on veut !

    Par contre pour ce qui est de l’électeur Sarkozyste, …. Sincèrement je n’en connais aucun autour de moi… c’est comme à l’époque du FN. Personne ne disait qu’il votait Le Pen. Maintenant c’est pareil avec Sarkozy…

    J’ai même un doute là, je soupçonne ma femme…. elle m’a dit qu’elle votait Bové au premier tour mais quand elle m’a dit qu’elle voterait encore Bové au second tour j’ai eu un doute…. elle n’aurait quand même pas voté Sarkozy sans me le dire ?

    Répondre
  10. harmakhis
    harmakhis dit :

    moi je dirais qu’il y’a sans doute pas mal aussi de gens du FN qui sont venus se mettre dedans suite aux propositions de ministere de l’immigration ou un truc dans ce genre…
    il y’a peut etre aussi l’effet "star’ac", on vote pour celui qu’on voit le plus à la télé, et force est de constater que la présence de certains à été largement majoritaire et j’ai un doute sur l’impartialité des médias, mais bon…
    ensuite, peut etre un manque de réflexion et de vision a long terme, le candidat le plus offrant et le plus "commercial" semblant avoir gagné (genre avec des reductions d’impots sur les prets immobiliers…mais ça va nous couter quoi en retour tout ça?)
    eventuellement je dirais une envie de "tout faire peter" peut etre, depuis le temps qu’on entend ça, sachant que le candidat montre tout de meme une certaine propension a monter public et privé l’un contre l’autre, une lutte des classes mais mal placée a mon sens…
    bref moi aussi j’essaie de comprendre, et j’emets ces quelques hypothèses…a confirmer ou infirmer…

    Répondre
  11. Patrick
    Patrick dit :

    Ce qui serait peut-être bien, tout de même, vu la question posée par Agnès, ce serait d’éviter justement de rabâcher nos "hypothèses", là, pour coup.

    A part ça, le suspens est insoutenable : y’en a un qui va écrire, tu crois ? :o)

    Répondre
  12. Patrick
    Patrick dit :

    Ce qui serait peut-être bien, tout de même, vu la question posée par Agnès, ce serait d’éviter justement de rabâcher nos "hypothèses", là, pour coup.

    A part ça, le suspens est insoutenable : y’en a un qui va écrire, tu crois ? :o)

    Répondre
  13. Lory
    Lory dit :

    Bon, si je dois changer de pseudo et d’adresse mail pour que mes posts soient publiés, il suffit de le dire clairement. Je ne m’en donnerai d’ailleurs pas la peine et je vous laisserai ronronner en choeur sur l’injustice de ce bas monde dans l’attente du maatin du grand soaar.

    Répondre
  14. Lory
    Lory dit :

    Bon, si je dois changer de pseudo et d’adresse mail pour que mes posts soient publiés, il suffit de le dire clairement. Je ne m’en donnerai d’ailleurs pas la peine et je vous laisserai ronronner en choeur sur l’injustice de ce bas monde dans l’attente du maatin du grand soaar.

    Répondre
  15. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Aldarane (#12) : Là, ta description de l’intérieur du crâne d’une sarkoziste de base m’a fait carrément peur… Vivre avec ces cloportes gens-là sans devenir violent est vraiment un exploit de chaque jour, hein… Et piting, et en ce moment y’a le clip de campagne de l’UMP qui passe dans le poste… Aglagla…

    P.S.ssssttt Agnès, mon commentaire précédent est merdu dans ton Spamplemousse, me délivreras-tu ? 😉

    Répondre
  16. Grabuge
    Grabuge dit :

    Désolée encore une fois, Agnès (Hé ! Faudrait pas que ça devienne une habitude !) mais sans moi.

    La balle dans le pied que se tire le gnou d’électeur sarkozyste (appelons un chat, un chat et un gnou, un gnou…), elle poursuit sa course dans ma tête. Bing ! De la cervelle plein les murs !

    Je suis peut-être suicidaire mais, justement, j’aimerais bien choisir le "quand", le "comment"et le "où" et pas qu’un con de beauf (c’est quoi le féminin de beauf au fait ?) m’impose le sien, de suicide pas du tout socratique !
    Et pour tout dire, je crois fort peu qu’il existe un seul électeur prolo sarkozyste dont l’égoïsme ne soit pas la trame centrale… sinon, on appelle ça un sociopathe ou un barjot ou un crétin, par ordre de nuisances…

    Alors je respecte ton voeu et je m’en va sur la pointe des pieds… me boucher les oreilles en chantonnant "Le Temps des Cerises"…
    Quand le troupeau de gnous ne sera plus qu’un lointain nuage dans la savane… tu me tapoteras sur l’épaule pour me prévenir que je peux ôter mes index de mes trompes d’Eustache…
    Et comme ça, je ne me mordrai pas la langue jusqu’au sang pour n’avoir à insulter personne…

    Répondre
  17. chris
    chris dit :

    Putain ,la peche est revenue ,suis plus le seul stakhavoniste du net .

    Mais je suis content bordel de ….depuis le temps que c’est ca qui fallait faire …quand je pense avec tristesse a mes ex amis chomeurs qu’y ont rien compris a ce niveau .

    parce que pendant qu’y se masturbe en choeur dans le politiquement correct …moi y a longtemps que je bastonne du sarkozyste sur le FOPO ou ailleurs .

    Sachez que la ou vous ete pas ,ils sont …et comme ces sites sont beaucoup plus marrant que des sites de chomeurs ,ben la jeunesse aussi y est .

    Et un djeun,c’est influencable …..sur le Fopo ,suis deja une idole des jeunes et je baffe du sarkozyste a tour de bras ..sniper je suis …Novisad qu’on m’appelle en sarkozie.

    Treve de plaisanterie ,suis de bonne humeur suite au dernier mauvais coup assene a la propag sarkozyste ……mais franchement Agnes , le reveil ..salutaire mais trop tard .

    Répondre
  18. chris
    chris dit :

    Putain ,la peche est revenue ,suis plus le seul stakhavoniste du net .

    Mais je suis content bordel de ….depuis le temps que c’est ca qui fallait faire …quand je pense avec tristesse a mes ex amis chomeurs qu’y ont rien compris a ce niveau .

    parce que pendant qu’y se masturbe en choeur dans le politiquement correct …moi y a longtemps que je bastonne du sarkozyste sur le FOPO ou ailleurs .

    Sachez que la ou vous ete pas ,ils sont …et comme ces sites sont beaucoup plus marrant que des sites de chomeurs ,ben la jeunesse aussi y est .

    Et un djeun,c’est influencable …..sur le Fopo ,suis deja une idole des jeunes et je baffe du sarkozyste a tour de bras ..sniper je suis …Novisad qu’on m’appelle en sarkozie.

    Treve de plaisanterie ,suis de bonne humeur suite au dernier mauvais coup assene a la propag sarkozyste ……mais franchement Agnes , le reveil ..salutaire mais trop tard .

    Répondre
  19. chris
    chris dit :

    Remarque que si les sarkoziens ne se bousculent pas a ton portillon ….je peux te copier coller des extraits choisis histoire de comprendre ce qu’est un sarkozyste .

    j’en ai 3 ou 4 vachement bien dans le genre ,argument confondant et tout et tout !

    Figure toi qu’ils ont besoin de la haine du gauchiste pour respirer ; c’est comme cela qu’ils refoulent leurs angoisses existentielles …Alors today ,ils ont inventes le concept de l’insurrection possible , le mot chienlit a meme ete reutilisé …..c’est dire !

    Répondre
  20. chris
    chris dit :

    Remarque que si les sarkoziens ne se bousculent pas a ton portillon ….je peux te copier coller des extraits choisis histoire de comprendre ce qu’est un sarkozyste .

    j’en ai 3 ou 4 vachement bien dans le genre ,argument confondant et tout et tout !

    Figure toi qu’ils ont besoin de la haine du gauchiste pour respirer ; c’est comme cela qu’ils refoulent leurs angoisses existentielles …Alors today ,ils ont inventes le concept de l’insurrection possible , le mot chienlit a meme ete reutilisé …..c’est dire !

    Répondre
  21. urchin
    urchin dit :

    C’est le nom, voilà tout. Du marketing bien pensé. "UMP", c’est "PMU" à l’envers, et le prolo vote comme il aime! (elle est de DSK celle-là -> je sors )

    Répondre
  22. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pitain, j’ai vraiment monté un élevage de gauchistes… affreux, affreux, affreux… 😉
    Sérieux, ça fait pas avancer mon schmilblick tout ça.

    Je rappelle que prolo n’est pas un terme insultant dans ma bouche : je suis prolo depuis pas mal de générations. Tout ce que j’ai, je l’ai gagné. Je n’ai donc pas grand chose : une R19 de 1988, mon Acer portable de l’année dernière qui est aussi mon outil de travail, un bureau cylindre, un fauteuil qui va avec, une table de cuisine Ikéa et les 4 chaises qui vont avec, un clic-clac et une armoire de cuisine de ma grand-mère. Si on "divorce", monsieur Monolecte pourra légitimement embarquer tout le reste. Ha si, j’ai aussi le frigo, le lave-linge et la moitié de la cuisinière! Merde, faut que je fasse gaffe, je suis en train de capitaliser, là. Et un LEP avec 3000€ dessus.

    J’ai l’absolue certitude de ne jamais hériter de quoi que ce soit. A poil je suis arrivée, à poil je repartirai. C’est ça un prolo.
    La bonne nouvelle, c’est que j’ai beaucoup moins impacté mon environnement naturel que la plupart de mes congénères.

    Répondre
  23. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pitain, j’ai vraiment monté un élevage de gauchistes… affreux, affreux, affreux… 😉
    Sérieux, ça fait pas avancer mon schmilblick tout ça.

    Je rappelle que prolo n’est pas un terme insultant dans ma bouche : je suis prolo depuis pas mal de générations. Tout ce que j’ai, je l’ai gagné. Je n’ai donc pas grand chose : une R19 de 1988, mon Acer portable de l’année dernière qui est aussi mon outil de travail, un bureau cylindre, un fauteuil qui va avec, une table de cuisine Ikéa et les 4 chaises qui vont avec, un clic-clac et une armoire de cuisine de ma grand-mère. Si on "divorce", monsieur Monolecte pourra légitimement embarquer tout le reste. Ha si, j’ai aussi le frigo, le lave-linge et la moitié de la cuisinière! Merde, faut que je fasse gaffe, je suis en train de capitaliser, là. Et un LEP avec 3000€ dessus.

    J’ai l’absolue certitude de ne jamais hériter de quoi que ce soit. A poil je suis arrivée, à poil je repartirai. C’est ça un prolo.
    La bonne nouvelle, c’est que j’ai beaucoup moins impacté mon environnement naturel que la plupart de mes congénères.

    Répondre
  24. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Ah non Agnès, tu n’as pas que des gauchistes, tu as aussi quelques trolls habituels à la psychologie assez difficilement lisible, et surtout tu as une Lory qui te répond immigré qui voile sa femme quand tu questionnes vote Sarko, et ça, c’est pas rien ;-)))

    (Quand je lis Lory, j’aurais presque envie de me voiler moi-même par solidarité, ou de monter l’association des oreilles blessées par les conneries que les yeux ont lues, ou quelque chose comme ça 😀
    …Tiens, d’ailleurs, comment se fait-il qu’on dise une connerie, au fait ? Encore une preuve du machisme phallocrate sexiste rampant ! Militons pour que désormais on ne puise dire quun Connery ! (Sean, éventuellement…) )

    Répondre
  25. Mais ?
    Mais ? dit :

    Par définition, les vrais prolétaires, ceux qui travaillent dur pour vivre, ne sont pas sur internet.

    Faut plutôt demander au vendeur de kebap du coin, ou au mec qui remplit la boîte aux lettres de journaux gratuits.

    Répondre
  26. Mais ?
    Mais ? dit :

    Par définition, les vrais prolétaires, ceux qui travaillent dur pour vivre, ne sont pas sur internet.

    Faut plutôt demander au vendeur de kebap du coin, ou au mec qui remplit la boîte aux lettres de journaux gratuits.

    Répondre
  27. Aldarane
    Aldarane dit :

    Je suis également une vilaine bolchévique sanguinaire naïve et utopique, mais j’en croise plein, des "prolos", au travail (je suis prof dans le privé), et voilà les arguments que j’entends le plus souvent
    – c’est dégueulasse que les feignants de chômeurs gagnent plus que nous alors qu’on trime : faut leur supprimer les allocs
    – les parents qui savent pas élever leurs enfants, et qui nous les foutent dans les pattes en espérant qu’on va les éduquer, tout en nous crachant dessus dans notre dos, ils z’ont qu’à se sortir les doigts du ***, arrêter de boire, et se mettre à éduquer leurs gamins, en utilisant les allocations pour des choses utiles, et pas pour leur consommation de drogue personnelle (j’exagère si peu)
    – c’est dégueulasse que les ZEP aient plus de moyens que nous : il faut être délinquant, maintenant, pour avoir du matériel et du personnel dans un établissement, c’est pas juste (véridique, et quasiment une citation, sur ce coup)
    – c’est dégueulasse que les sans abri soient logés dans des superbes apparts (apparemment une histoire d’utilisation d’un château pour loger des gens momentanément) alors que nous on galère pour payer notre studio miteux
    – il est hors de question qu’on augmente encore les impôts : j’en ai marre de payer pour les assistés
    – les heures sup, si elles sont exonérées de charges, les patrons pourrons vraiment nous les payer, maintenant
    – y’en a marre de bosser/payer/suer pour les feignants de chômeurs, de RMIstes et d’immigrés (c’est ce qui revient le plus souvent, quand même)

    En gros, les arguments de ces enseignants et personnel d’encadrement dans un établissement scolaire sont, effectivement, des propos purement égoïstes du niveau des remarques des élèves : "madame, c’est dégueulasse, pourquoi lui il a rien et que c’est moi qui prend, m’dame ?! / c’est lui qu’à commencé !"

    Voilà, je tiens à préciser que la plupart de ces propos viennent de la même enseignante, et que je me demande encore comment je fais pour ne pas lui éclater la tronche dès que je la croise.
    Nous, les bolchéviques, qu’est ce qu’on peut être violents, quand même !

    Répondre
  28. Aldarane
    Aldarane dit :

    Je suis également une vilaine bolchévique sanguinaire naïve et utopique, mais j’en croise plein, des "prolos", au travail (je suis prof dans le privé), et voilà les arguments que j’entends le plus souvent
    – c’est dégueulasse que les feignants de chômeurs gagnent plus que nous alors qu’on trime : faut leur supprimer les allocs
    – les parents qui savent pas élever leurs enfants, et qui nous les foutent dans les pattes en espérant qu’on va les éduquer, tout en nous crachant dessus dans notre dos, ils z’ont qu’à se sortir les doigts du ***, arrêter de boire, et se mettre à éduquer leurs gamins, en utilisant les allocations pour des choses utiles, et pas pour leur consommation de drogue personnelle (j’exagère si peu)
    – c’est dégueulasse que les ZEP aient plus de moyens que nous : il faut être délinquant, maintenant, pour avoir du matériel et du personnel dans un établissement, c’est pas juste (véridique, et quasiment une citation, sur ce coup)
    – c’est dégueulasse que les sans abri soient logés dans des superbes apparts (apparemment une histoire d’utilisation d’un château pour loger des gens momentanément) alors que nous on galère pour payer notre studio miteux
    – il est hors de question qu’on augmente encore les impôts : j’en ai marre de payer pour les assistés
    – les heures sup, si elles sont exonérées de charges, les patrons pourrons vraiment nous les payer, maintenant
    – y’en a marre de bosser/payer/suer pour les feignants de chômeurs, de RMIstes et d’immigrés (c’est ce qui revient le plus souvent, quand même)

    En gros, les arguments de ces enseignants et personnel d’encadrement dans un établissement scolaire sont, effectivement, des propos purement égoïstes du niveau des remarques des élèves : "madame, c’est dégueulasse, pourquoi lui il a rien et que c’est moi qui prend, m’dame ?! / c’est lui qu’à commencé !"

    Voilà, je tiens à préciser que la plupart de ces propos viennent de la même enseignante, et que je me demande encore comment je fais pour ne pas lui éclater la tronche dès que je la croise.
    Nous, les bolchéviques, qu’est ce qu’on peut être violents, quand même !

    Répondre
  29. harmakhis
    harmakhis dit :

    il est clair que quand on ronronne depuis des années dans un cdi, vissé a son fauteuil avec de la cheville en titane de 40, ou dans un poste public bien peinard a priori a vie, on oublie ou on ne sait pas ce que c’est que de se retrouver aux ANPE/ASSEDIC….
    certes certains abusent mais ce n’est pas la majorité. et si on trouve que les allocs pour survivre le temps de trouver un autre job sont si proches d’un revenu normal de celui qui travaille, c’est tout d’abord parce que nous avons droit a des salaires "planchers", limités et bloqués alors que les profits explosent…le smic est devenu un revenu moyen alors qu’initialement il s’agissait d’un revenu minimum…
    et ce n’est pas la "TVA sociale" qui va arranger les choses.

    Répondre
  30. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    Le problème c’est qu’on risque de se contenter de discuter entre nous de pourquoi les prolos votent UMP. Parce que les électeurs UMP sur ce blog, ça court pas les rues. Je dirais même les prolos qui fréquentent assiduement la blogosphère, ça court pas les rues.
    Tu peux toujours tenter de poster un lien chez Lemeur, en disant au gens de venir, que c’est pour un sondage.

    Répondre
  31. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    Le problème c’est qu’on risque de se contenter de discuter entre nous de pourquoi les prolos votent UMP. Parce que les électeurs UMP sur ce blog, ça court pas les rues. Je dirais même les prolos qui fréquentent assiduement la blogosphère, ça court pas les rues.
    Tu peux toujours tenter de poster un lien chez Lemeur, en disant au gens de venir, que c’est pour un sondage.

    Répondre
  32. Grabuge
    Grabuge dit :

    @ Gastiflex

    MWAHAHAHAHAHAHA !
    Parce que tu comptes trouver un prolo chez Le Meur, toi ???
    En dehors des petits n’indiens chez qui il a décidé de délocaliser sa vie et toutes les petites tâches "à faible valeur ajoutée"… tu risques de devoir attendre longtemps
    Cf. : http://grabuge.blog.20minutes.fr/ar

    Et puis il faudrait peut-être qu’on arrête de voir dans le terme "prolo" le mineur de fond et uniquement lui…
    Agnès a bien dit ceux qui touchent moins de 1500 euros pas mois… c’est pas forcément du journalier agricole ou du tourneur-fraiseur (lesquels ont Internet aussi… détrompez-vous…)

    Oups…
    J’avais dit que je chantonnais "Le Temps des Cerises"… mais jusqu’ici, pas la queue d’un gnou à l’horizon…

    Répondre
  33. Lory
    Lory dit :

    @ Agnès

    Je n’ai aucun problème à dire clair et net que je déteste viscéralement ton "ami" Swaami Machin dont la psychologie est pour moi parfaitement lisible: celle d’un macho quelconque, beauf comme le sont les techniciens en informatique imbus de leur personne ayant en outre la prétention d’avoir une solide culture générale qui consiste à sortir une citation de leur Lagarde et Michard assortie d’une illustration figurant un tableau impressionniste.

    Comme je n’ai pas la prétention d’etre guru (encore que je ne sois pas persuadée qu’il entrevoie le nirvana mieux que moi) et que l’informatique m’intéresse à peu près autant qu’un moteur à explosion, je suis tout à fait disposée à ne jamais poster sur ton blog si je dois encore etre dénigrée par ce type auquel je ne m’adresse pas ni n’ai aucune intention de ne jamais m’adresser un jour.

    Tu es la tenancière de ce blog et je te laisse donc décider:
    ou je peux m’exprimer librement et je ne suis pas agressée par ce type ou je n’y reviens jamais. Je conçois tout à fait ne pas etre une grosse perte, qui sera si largement compensée par les péroraisons de cet énergumène dont je ne suis pas persuadée que ce soit un gain pour ton blog, mais ce n’est pas mon affaire.

    Répondre
  34. moi
    moi dit :

    je suis un honnête smicard blanc.
    je ne paye pas d’impôts mais je souhaite ne pas en payer.
    je ne paye pas de droits de successions mais je souhaite ne pas en payer.
    j’envie les riche amis de Nicolas qui, à le force de leur poignet, ont bâti une fortune.

    Répondre
  35. moi
    moi dit :

    je suis un honnête smicard blanc.
    je ne paye pas d’impôts mais je souhaite ne pas en payer.
    je ne paye pas de droits de successions mais je souhaite ne pas en payer.
    j’envie les riche amis de Nicolas qui, à le force de leur poignet, ont bâti une fortune.

    Répondre
  36. potatoz
    potatoz dit :

    Si Sarko a gagné, c’est parce qu’il n’avait que cette cruche de Ségolène en face. C’est d’ailleurs pour ça que tous les ténors de la droite la veulent encore comme adversaire de Sarko en la déclarant incontournable. lLa candidature de Ségolène est-elle un coup monté par la presse à la botte de l’UMP ? Je ne suis pas loin de le penser.
    Combien de gens ont voté contre Ségo ou ont voté blanc ?

    Répondre
  37. potatoz
    potatoz dit :

    Si Sarko a gagné, c’est parce qu’il n’avait que cette cruche de Ségolène en face. C’est d’ailleurs pour ça que tous les ténors de la droite la veulent encore comme adversaire de Sarko en la déclarant incontournable. lLa candidature de Ségolène est-elle un coup monté par la presse à la botte de l’UMP ? Je ne suis pas loin de le penser.
    Combien de gens ont voté contre Ségo ou ont voté blanc ?

    Répondre
  38. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Un échange sur mes forums… Je précise que la personne qui répond là, est une sarkozyste. J’ai au moins trois partisans assumés sur mes forums politiques. L’un est cadre dans l’informatique, propriétaire, et croit au mérite. Il croit aussi tout ce qu’on raconte sur l’assistanat et a une facheuse tendance à réciter ce qu’il entend à la télé. Un autre est un copain, hélas, enfin… un militant UMP vrai de vrai, propriétaire, avec pas mal de patrimoine. Il ne se considère pas comme riche… parce qu’il connaît des vrais riches. Mais il fait partie des gens qui vivent vraiment bien. Et là, cette troisième personne… elle est d’origine étrangère (Algérie)… enfin… elle en fait un certain complexe, voit des racistes partout (dès qu’on la contredit un peu vigoureusement…), est paranoïaque mais se soigne… bref, elle devait voter Le Pen à une époque. J’ai lancé ton invitation sur ces forums… mais je doute qu’ils viennent ici.

    La citation de cette dernière personne :

      BigGrizzly vient de nous annoncer :  > On nous annonce 5 points de TVA sociale.  >  > Vous en pensez quoi ? Ca va être bon pour l'économie ? Pour les finances de  > l'Etat ? Pour les salariés ? Pour les patrons ? Pour les entreprises ? 
      Pour être victime de la délocalisation, je suis pour à 100% ! Même si je rage  qu’encore une fois ce soit nous les « financiers »  Maintenant, va falloir réduire  notre pourcentage d’achat … déjà qu’avec l’euro le porte monnaie se porte mal ! 
    Répondre
  39. Zygomatique
    Zygomatique dit :

    par maxim (IP:xxx.x63.30.195) le 13 juin 2007 à 19H25
    les prolétaires ont voté Sarko ….. les prolétaires ils ont un crédit sur le dos ,une baraque à payer ,les traites de la bagnole ,nourrir les gosses,prévoir un budjet vacances….

    les prolos ne veulent plus habiter en Hlm ,écouter ceux qui leur ont promis le grand soir ,le grand partage ,où l’on aura fait des guirlandes avec les boyaux des patrons ,envahi leur maisons baisé leurs bourgeoises et leurs filles ,et chié sur le piano et sur le tapis persan …

    je n’exagére pas ,j’avais entendu ce discours par un mec du PCF dans les années 60 au boulot sur un chantier ….

    il s’était fait virer par ceux qui étaient censés l’écouter ……à part quelques crédules qui y croyaient ….

    le prolo,il veut une bagnole plus grosse que celle de son voisin,que sa femme soit mieux fringuée ,que ses gosses puissent étudier,il veut s’embourgoiser,le prolo,il a la télé,il écoute la radio,il se fait une opinion,il n’ecoute plus les salades qu’on lui racontait …

    le prolo pour ça il a besoin de pognon,de faire des heures ,de se remuer le cul pour faire rentrer l’oseille,et le prolo,il a fait confiance à celui qui défend la valeur travail,il sait que ce sera pas tout rose mais il sait qu’il a un bulletin de vote pour virer celui qui l’a trompé ,et c’est ce qu’il a fait avec la gauche …..

    le prolo a du bon sens plus que

    Répondre
  40. Zygomatique
    Zygomatique dit :

    par maxim (IP:xxx.x63.30.195) le 13 juin 2007 à 19H25
    les prolétaires ont voté Sarko ….. les prolétaires ils ont un crédit sur le dos ,une baraque à payer ,les traites de la bagnole ,nourrir les gosses,prévoir un budjet vacances….

    les prolos ne veulent plus habiter en Hlm ,écouter ceux qui leur ont promis le grand soir ,le grand partage ,où l’on aura fait des guirlandes avec les boyaux des patrons ,envahi leur maisons baisé leurs bourgeoises et leurs filles ,et chié sur le piano et sur le tapis persan …

    je n’exagére pas ,j’avais entendu ce discours par un mec du PCF dans les années 60 au boulot sur un chantier ….

    il s’était fait virer par ceux qui étaient censés l’écouter ……à part quelques crédules qui y croyaient ….

    le prolo,il veut une bagnole plus grosse que celle de son voisin,que sa femme soit mieux fringuée ,que ses gosses puissent étudier,il veut s’embourgoiser,le prolo,il a la télé,il écoute la radio,il se fait une opinion,il n’ecoute plus les salades qu’on lui racontait …

    le prolo pour ça il a besoin de pognon,de faire des heures ,de se remuer le cul pour faire rentrer l’oseille,et le prolo,il a fait confiance à celui qui défend la valeur travail,il sait que ce sera pas tout rose mais il sait qu’il a un bulletin de vote pour virer celui qui l’a trompé ,et c’est ce qu’il a fait avec la gauche …..

    le prolo a du bon sens plus que

    Répondre
  41. Ouvrier au chomage.
    Ouvrier au chomage. dit :

    Bah autour de moi ils disent qu’ils ont voté pour un homme fort pour nous protèger(bah oui on a peur de tout), pour bien représenter la France dans le monde,et puis ensuite ils répètent les discours de propagande de la droite,remettre la France au travail,moderniser ,réformer pays ,sans vraiment les comprendre etc…
    Enfin de point de vue je ne leur en veux pas,ils me font m^me un peu de la peine.

    Répondre
  42. Paul TOTH
    Paul TOTH dit :

    Puisque tu le demandes, je vais te donner mon avis…ah non mince, je dépasse le plafond et j’ai voté LCR aux législatives !

    Bon, de ce que j’entends, et qui me déprime, autour de moi, ce sont des gens pas très fortement positionnés politiquement .Des gens sympathiques, mais qui trouvent tout de même qu’on est un peu trop assistés. Que Ségolène elle a rien dans la tête, alors qu’il faut bien donné sa chance au petit Nicolas qui dit des choses intéressantes, même s’ils ne sont pas d’accord avec tout.

    Je retrouve aussi ce sentiment que je qualifierais presque de protestantique (rapport au péché originel qu’on doit payer ad vitam eternam), ou il faut en passer par là pour le bien des générations futures. C’est pas Ségolène qui va redresser le pays ! Avec Nicolas il va peut-être falloir se serrer la ceinture, mais c’est pour notre bien. C’est l’espoir du retour au plein emploi, d’avoir un financement de nos retraites, de boucher le trou de la sécu…et sans doute celui de la couche d’ozone par la même occasion…j’ai comme l’impression qu’un trou on va leur en boucher un, mais pas forcément celui qu’ils attendent.

    Et c’est à mon sens le résultat d’une gauche qui ne fait plus rêver.

    Le côté sympa dans tout ça, c’est que comme on a raté Le Pen aux précédentes élections, avec l’UMP, on va peut-être pouvoir rêver du retour de la gauche. Elle n’aura pas besoin de se faire trop belle, on la prendra quand même, comme une ancienne maîtresse pour qui le désire n’est plus si fort, mais que la nostalgie rendra suffisamment désirable pour qu’on lui fasse la cour.

    Répondre
  43. Paul TOTH
    Paul TOTH dit :

    Puisque tu le demandes, je vais te donner mon avis…ah non mince, je dépasse le plafond et j’ai voté LCR aux législatives !

    Bon, de ce que j’entends, et qui me déprime, autour de moi, ce sont des gens pas très fortement positionnés politiquement .Des gens sympathiques, mais qui trouvent tout de même qu’on est un peu trop assistés. Que Ségolène elle a rien dans la tête, alors qu’il faut bien donné sa chance au petit Nicolas qui dit des choses intéressantes, même s’ils ne sont pas d’accord avec tout.

    Je retrouve aussi ce sentiment que je qualifierais presque de protestantique (rapport au péché originel qu’on doit payer ad vitam eternam), ou il faut en passer par là pour le bien des générations futures. C’est pas Ségolène qui va redresser le pays ! Avec Nicolas il va peut-être falloir se serrer la ceinture, mais c’est pour notre bien. C’est l’espoir du retour au plein emploi, d’avoir un financement de nos retraites, de boucher le trou de la sécu…et sans doute celui de la couche d’ozone par la même occasion…j’ai comme l’impression qu’un trou on va leur en boucher un, mais pas forcément celui qu’ils attendent.

    Et c’est à mon sens le résultat d’une gauche qui ne fait plus rêver.

    Le côté sympa dans tout ça, c’est que comme on a raté Le Pen aux précédentes élections, avec l’UMP, on va peut-être pouvoir rêver du retour de la gauche. Elle n’aura pas besoin de se faire trop belle, on la prendra quand même, comme une ancienne maîtresse pour qui le désire n’est plus si fort, mais que la nostalgie rendra suffisamment désirable pour qu’on lui fasse la cour.

    Répondre
  44. neko.miaou
    neko.miaou dit :

    La mere de ma copine, une prolo vrai de vrai, n’a pas voté du tout (conviction personelle, elles a ses raisons, et refuse de changer d’avis). Mais bon, finalement, je ne le regrette pas, parce qu’elle dit qu’elle aurait voté Sarko, parce que en gros, c’est un homme d’action et puis il passe bien à la télé (elle regarde BEAUCOUP la télé, d’ailleurs allumé en permanence chez elle).

    C’est pas la seule à penser comme ça, et quand moi et sa fille lui expliquons qui il est vraiment, ce qu’il va faire en vrai ou encore ce qu’a déjà donné (en Argentine par exemple) le genre de politique qu’il va mettre en place, on récolte au mieu un interet poli, et un "on verra bien, laissons lui le temps de faire ses preuves"….

    Moralité, la presidentielle aujourd’hui consiste bel et bien à voter pour une tronche, et comme Sarko est celle que l’ont voit et entend le plus….

    Les raisons? "c’est un homme d’action, il a dit qu’il ferait ça et ça, et il cause bien et a toujours réponse à tout"…. En gros, pas de lecture du programme, aucun interet pour la campagne, et aucune questions sur qui est il et d’où vient il….
    De ce que j’ai pu en entendre, elle est très très loin d’être la seule dans ce cas…
    Me rappel un peu ces gens qui ont voté Le Pen en 2002 pour tout casser, et sans ce rendre compte de ce qu’ils faisaient, et qui ont eu pour réaction en le voyant au deuxième tour : "on ne savait as, on ne rendait pas compte".

    Là, au moins, il vont avoir 5 ans de maxi dilatation anale pour ce rendre compte….

    Répondre
  45. neko.miaou
    neko.miaou dit :

    La mere de ma copine, une prolo vrai de vrai, n’a pas voté du tout (conviction personelle, elles a ses raisons, et refuse de changer d’avis). Mais bon, finalement, je ne le regrette pas, parce qu’elle dit qu’elle aurait voté Sarko, parce que en gros, c’est un homme d’action et puis il passe bien à la télé (elle regarde BEAUCOUP la télé, d’ailleurs allumé en permanence chez elle).

    C’est pas la seule à penser comme ça, et quand moi et sa fille lui expliquons qui il est vraiment, ce qu’il va faire en vrai ou encore ce qu’a déjà donné (en Argentine par exemple) le genre de politique qu’il va mettre en place, on récolte au mieu un interet poli, et un "on verra bien, laissons lui le temps de faire ses preuves"….

    Moralité, la presidentielle aujourd’hui consiste bel et bien à voter pour une tronche, et comme Sarko est celle que l’ont voit et entend le plus….

    Les raisons? "c’est un homme d’action, il a dit qu’il ferait ça et ça, et il cause bien et a toujours réponse à tout"…. En gros, pas de lecture du programme, aucun interet pour la campagne, et aucune questions sur qui est il et d’où vient il….
    De ce que j’ai pu en entendre, elle est très très loin d’être la seule dans ce cas…
    Me rappel un peu ces gens qui ont voté Le Pen en 2002 pour tout casser, et sans ce rendre compte de ce qu’ils faisaient, et qui ont eu pour réaction en le voyant au deuxième tour : "on ne savait as, on ne rendait pas compte".

    Là, au moins, il vont avoir 5 ans de maxi dilatation anale pour ce rendre compte….

    Répondre
  46. Kuk
    Kuk dit :

    Deux remarques :
    – Je ne connais pas non plus de sarkozystes, que ce soit dans mon milieu professionnel, familial ou parmi mes amis. Je veux bien croire qu’ils se cachent, mais ils sont plus nombreux que ne l’ont jamais été les lepénistes. Les résultats des présidentielles restent un mystère. Bon … j’en connais quand même un … un collègue … ancien flic … raciste et borné …
    – Tout cela me fait penser à un vieux sondage d’une revue américaine où, à la question "Pensez-vous faire partie des 1% des américains les plus riches", 20% ont répondu "Oui" et 20% "Bientôt". Cela fait réfléchir sur les valeurs des hommes, sur l’information et l’éducation. Et cela peut donner quelques pistes pour expliquer les résultats d’une élection … de beaucoup d’élections …

    Répondre
  47. Kuk
    Kuk dit :

    Deux remarques :
    – Je ne connais pas non plus de sarkozystes, que ce soit dans mon milieu professionnel, familial ou parmi mes amis. Je veux bien croire qu’ils se cachent, mais ils sont plus nombreux que ne l’ont jamais été les lepénistes. Les résultats des présidentielles restent un mystère. Bon … j’en connais quand même un … un collègue … ancien flic … raciste et borné …
    – Tout cela me fait penser à un vieux sondage d’une revue américaine où, à la question "Pensez-vous faire partie des 1% des américains les plus riches", 20% ont répondu "Oui" et 20% "Bientôt". Cela fait réfléchir sur les valeurs des hommes, sur l’information et l’éducation. Et cela peut donner quelques pistes pour expliquer les résultats d’une élection … de beaucoup d’élections …

    Répondre
  48. java
    java dit :

    c’est tres imple:
    au sixième anniversaire du petit (entre les deux tours), ses copains de milieu pas aisé disaient mot pour mot : "Sarko il aime pas le bordel, Ségo c’est une pouffiasse".
    Donc leurs parents sont :
    1 – fasciste
    2 – machistes au dernier degré.

    fastoche la politique d’en bas, non ?

    Répondre
  49. java
    java dit :

    c’est tres imple:
    au sixième anniversaire du petit (entre les deux tours), ses copains de milieu pas aisé disaient mot pour mot : "Sarko il aime pas le bordel, Ségo c’est une pouffiasse".
    Donc leurs parents sont :
    1 – fasciste
    2 – machistes au dernier degré.

    fastoche la politique d’en bas, non ?

    Répondre
  50. Patrick
    Patrick dit :

    Agnès, ça a l’air mal parti pour les confidences des RMIstes/UMPistes, non ?

    C’est pas faute d’avoir essayé, mais 30 commentaires plus tard (ça crache toujours autant de la ligne, sur ton blougue, la vache !), faut se rendre à l’évidence : le champagne est éventé et les petits fours tout collé entre eux. C’est rapé pour ce soir, on remballe ? :o))

    Répondre
  51. Vincent
    Vincent dit :

    Agnès > J’aimerais donc que des électeurs de l’UMP appartenant à la France d’en bas veuillent bien nous expliquer les raisons de leur choix

    Pas compliqué : comme Sarkozy n’a fait que copier/coller la stratégie inaugurée par Reagan en 1980 et Bush Jr en 2000, il suffit de lire ce que les politologues US ont écrit sur le sujet.

    Vu l’état des Démocrates encore aujourd’hui, c’est pas gagné…

    > Donc, il faut à la droite des voix de prolos. Pleins!

    Ca n’a pas échappé à Sarkozy.

    potatoz > Si Sarko a gagné, c’est parce qu’il n’avait que cette cruche de Ségolène en face.

    +1. Ca, et un PS qui pédale dans la choucroute depuis 1983. Au point que ce parti n’est pas appelé au pouvoir, mais bénéficie d’un vote-sanction de la Droite.

    Kuk > Tout cela me fait penser à un vieux sondage d’une revue américaine où, à la question "Pensez-vous faire partie des 1% des américains les plus riches", 20% ont répondu "Oui" et 20% "Bientôt".

    Je n’arrive pas à retrouver le lien mentionné sur un blog ces 2-3 dernières semaines vers un article écrit par un Américain : on a beau montrer aux gens que statistiquement ils se fourrent le doigt dans l’oeil jusqu’au coude en croyant qu’ils vont pouvoir s’enrichir en partant de rien… et qu’ils auraient plus à gagner à voter pour un gouvernement qui augmente le bien-être général… après le rouleau-compresseur médiatique de FoxNews et assimilé, c’est comme pisser dans un violon. C’est là qu’on voit tout l’intérêt de posséder des grands médias… Ah bon, c’était pas par amour de la démocratie? 😉

    Allez, pour se mettre un peu de baume au coeur, n’oubliez pas 1995 : Chirac et le RPR élus triomphalement, Alain "The best of us, straight in his boots" Juppé nommé 1er ministre… et six mois après, la plus grosse grève depuis 1968 😀

    Répondre
  52. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    > ‘Il espérait que Sarko supprime les 35 heures parce que selon lui, c’était à cause des 35 heures qu’il restait au chômage. »

    Quand on lit des trucs pareils et qu’on constate que nombre la majorité de nos cons-citoyens, élevés au jus de TF1 concentré, ont le cerveau d’une amibe, on se dit que ce pays mérite vraiment 5 ans de Sarkozy. Ou quinze.

    Faire bosser davantage ceux qui bossent déjà, c’est sûr que ça va rendre nécessaire d’embaucher ceux qui ne bossent pas. Quelle logique !

    > Il espérait aussi botte le pied au cul de tous ces fonctionnaires, et ceux de l’ANPE en particulier, je le cite, parce qu’ils ne branlent rien, coûtent cher, emmerdent les autres

    Je me demande si certains agents administratifs se rendent compte le moins du monde de la démangeaison irrésistible du bulletin de vote qu’ils donnent à l’écrasante majorité de leurs "usagers", rendant ceux-ci prêts à voter pour n’importe quel killer qui promettra de bouffer du fonctionnaire… Mais en fait, je crois que ceux-là s’en foutent et s’en contrefoutent. Ils sont invulnérables et là pour l’éternité.

    Répondre
  53. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pax monolecta

    @ Swâmi et Lory : d’accord, vous ne vous aimez pas. C’est la vie. Dans le tas des potes des potes, y a toujours des tronches de con qui indisposent. Mais, par ailleurs, on ne nique pas la soirée des copains communs pour autant. Je vous demande donc à tous les deux à partir de maintenant de cultiver une indifférence polie et de cesser de vous chercher des poux sur la tête. Ça vaut pour tout le monde.

    On va déjà avoir assez de mal à lutter les sarkonneries qui s’apprêtent à nous tomber dru sur le râble alors on arrête de se taper sur la gueule entre nous. Je n’ai pas censuré les derniers posts d’agressions personnnelles, mais les suivant le seront.

    Et non, plus de fucking droit de réponse. je sais que Swâmi n’est pas un gros macho tout pourri mais quelqu’un qui cultive sa désespérance derrière un humour dévastateur. Lory, je ne te connais pas assez, mais je suppose aussi que tu ne passes pas toutes tes journées avec un sous-tif en flamme comme étendard.

    Donc plus d’agression intra-groupale, sinon comment voulez-vous que mes prolos UMPistes osent viendre ici, hein?
    Alors ne me cassez pas ma baraque!

    Répondre
  54. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Agnès : Tu sais que rien au monde ne me ferait plus de peine que de casser ta baraque, ou même de renverser la lampe du salon…

    Sinon, révê-je, ou vu-je une manifestation patente de racisme anti beauf comme le sont les techniciens en informatique imbus de leur personne…?

    …Moi qui pensais naïvement qu’il n’y avait pas de sot métiers, mais seulement… bref, beau temps ce matin, je vais être en retard au bureau, moi…

    Répondre
  55. Didier
    Didier dit :

    L’autre jour, chez le médecin, il y en avait un à côté de moi. Chômeur, père de trois enfants, sa femme à côté de lui, enceinte d’un quatrième. Il parlait de sa situation. Il espérait que Sarko supprime les 35 heures parce que selon lui, c’était à cause des 35 heures qu’il restait au chômage. Il espérait aussi botte le pied au cul de tous ces fonctionnaires, et ceux de l’ANPE en particulier, je le cite, parce qu’ils ne branlent rien, coûtent cher, emmerdent les autres et empêchent les entreprises d’avoir de l’argent pour embaucher. Et puis aussi, il a dit à un moment, la gauche, ils font que causer. Sarkozy, lui, il va faire. Voilà voilà 🙂

    Répondre
  56. Ouvrier au chomage.
    Ouvrier au chomage. dit :

    Ben moi je me souviens d’un pauvre type qui faisait la queue au supermarché,il s’impatientait et disait que c’était la faute des 35 heures et que heuresement cela allait changer.
    J’ai pris sur moi pour ne pas répondre à cet abruti,gggrrrrrr!

    Répondre
  57. zab
    zab dit :

    Il y a peut-être aussi que il n’y avait pas d’autre choix : voter Sarko et son programme en béton, ou voter pour du vent, de la poudre aux yeux….de l’incertitude….

    Répondre
  58. zab
    zab dit :

    Il y a peut-être aussi que il n’y avait pas d’autre choix : voter Sarko et son programme en béton, ou voter pour du vent, de la poudre aux yeux….de l’incertitude….

    Répondre
  59. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Yep, je crois qu’il ne va pas y avoir foule de Sarkozystes d’en bas par ici.

    Donc, votre idée de collecter les témoignages autour de vous ou de questionner vos proches sarkozystes est probablement la meilleure.

    Maintenant, y a aussi la possibilité de lancer une copie de ce billet sur Agoravox, mais pour le coup, je crains de trop bien réussir mon coup 😉

    Répondre
  60. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Yep, je crois qu’il ne va pas y avoir foule de Sarkozystes d’en bas par ici.

    Donc, votre idée de collecter les témoignages autour de vous ou de questionner vos proches sarkozystes est probablement la meilleure.

    Maintenant, y a aussi la possibilité de lancer une copie de ce billet sur Agoravox, mais pour le coup, je crains de trop bien réussir mon coup 😉

    Répondre
  61. Paul TOTH
    Paul TOTH dit :

    @Swâmi, tu peux pas t’empêcher 😀

    @Agnès, je ne crois pas que l’électeur de Sarkozy que je ne qualifierais pas de sarkoziste finalement, ressente le besoin de justifier – ou même simple d’expliquer – son choix. Surtout qu’il s’autorise à penser qu’il s’est peut-être tromper mais que y’a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais…comme Ségolène diraient les mauvaises langue 😀

    Répondre
  62. Paul TOTH
    Paul TOTH dit :

    @Swâmi, tu peux pas t’empêcher 😀

    @Agnès, je ne crois pas que l’électeur de Sarkozy que je ne qualifierais pas de sarkoziste finalement, ressente le besoin de justifier – ou même simple d’expliquer – son choix. Surtout qu’il s’autorise à penser qu’il s’est peut-être tromper mais que y’a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais…comme Ségolène diraient les mauvaises langue 😀

    Répondre
  63. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Suicidal tendencies

    J’l’ai fait, j’ai lâché ma caisse sur Agoravox. Quelque part, j’espère me faire censurer par la rédaction, tellement je n’ai pas envie de bouffer du purin. J’appelle dans mon billet à la modération et au respect des autres, et je sens que je ne vais pas du tout être entendue…

    Répondre
  64. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    @Zygomatic :
    "il sait qu’il a un bulletin de vote pour virer celui qui l’a trompé ,et c’est ce qu’il a fait avec la gauche ….."
    Alors le prolo a la mémoire super courte et il a oublié qu’on vient d’avoir la droite pendant 5 ans et que ça n’est pas allé mieux.
    Il oublie aussi que la gauche sous la cinquième république (qui a débuté en 58), c’est juste 14 ans de Mitterrand, moins 2 de cohabitation Chichi, moins 2 de cohabitation du Goitreux, plus 5 de cohabitation du Coton Tige.

    Alors c’est vrai la gauche a peut être déçu, mais je ne pense pas que le prolo ait été plus malheureux pendant les 15 ans de gauche que les 35 de droite.

    Mais Sarko tiendra ses promesses. Vu au JT de France 2 ce matin : "Comme il l’avait promis durant la campagne, Nicolas Sarkozy n’augmentera pas le SMIC au délà des 2% habituels pour suivre l’inflation."
    Ca c’est un homme de parole.

    Répondre
  65. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    @Zygomatic :
    "il sait qu’il a un bulletin de vote pour virer celui qui l’a trompé ,et c’est ce qu’il a fait avec la gauche ….."
    Alors le prolo a la mémoire super courte et il a oublié qu’on vient d’avoir la droite pendant 5 ans et que ça n’est pas allé mieux.
    Il oublie aussi que la gauche sous la cinquième république (qui a débuté en 58), c’est juste 14 ans de Mitterrand, moins 2 de cohabitation Chichi, moins 2 de cohabitation du Goitreux, plus 5 de cohabitation du Coton Tige.

    Alors c’est vrai la gauche a peut être déçu, mais je ne pense pas que le prolo ait été plus malheureux pendant les 15 ans de gauche que les 35 de droite.

    Mais Sarko tiendra ses promesses. Vu au JT de France 2 ce matin : "Comme il l’avait promis durant la campagne, Nicolas Sarkozy n’augmentera pas le SMIC au délà des 2% habituels pour suivre l’inflation."
    Ca c’est un homme de parole.

    Répondre
  66. Franck
    Franck dit :

    Bon, toujours pas de prolos sarkozystes alors ?

    Témoignage de mon entourage alors : ma mère, retraitée de mère au foyer, a (hélas) voté Sarkozy parce que :

    • il a fait plein de choses pour la sécurité ;
    • c’est pas normal qu’on se fasse insulter par les jeunes du quartier (elle habite dans une petite ville de province, avec son quartier sensible, mais rien de bien méchant) ;
    • c’est pas normal qu’un policier avec des enfants se fasse tuer (exemple local) ;
    • S. Royal n’avait pas la carrure & l’expérience pour gouverner, Sarkozy si.

    Quand j’ai évoqué la politique de santé prévue notamment, euh, un silence, un blanc, ah bon, ça va se passer comme ça ?…

    La peur fonctionne bien, n’est-ce pas ?

    L’autre argument entendu (ailleurs), c’est bien sûr l’assistanat des chômistes/eremistes…

    Répondre
  67. Nuer
    Nuer dit :

    La stupidité, la fainéantise, la misogynie, le manque d’éducation et j’en passe plein d’autres ne pourraient elles être des raisons suffisantes ? Je trouve que la question posée s’adresse peut être au pequin moyen côté pécunier mais côté matière grise elle appelle à la tranche supérieure.

    J’ai également une bonne généalogie prolo et fais l’expérience de boulots de misère à l’usine, mais désolé de le dire j’ai constaté que souvent c’est la bonne connerie bien grasse qui fait le lien avec les gens et non pas leur prétendue appartenance à la même classe sociale.

    L’explication "les français sont des veaux" me suffit largement à comprendre le phénomène. Sarko décomplexe le droit à l’affirmation d’être un gros beaufs et ça, ça fait plaisir à beaucoup, prolo ou pas.

    Répondre
  68. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Tu vois. Tu te dégonfles. Finalement, tu ne veux pas les lire les sarkozystes. Les vrais. Ceux qui pullulent sur AgoraVox. On le sait tous qu’ils sont là bas. En embuscade. Qu’il suffit de publier un truc un peu gauchistes pour les voir tous déblatérer leur racisme, leur pauvreté… intellectuelle, leur hargne… parfois simplement leur mépris… mais c’est si rare… Même les centristes n’osent pas toujours aller se frotter aux commentateurs d’AgoraVox.

    Allez. Tu en aurais, tu publierais ton billet sur AgoraVox.

    Et si tu le fais. Promis. Je prends ma combinaison NBC et j’y vais aussi.

    Répondre
  69. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Tu vois. Tu te dégonfles. Finalement, tu ne veux pas les lire les sarkozystes. Les vrais. Ceux qui pullulent sur AgoraVox. On le sait tous qu’ils sont là bas. En embuscade. Qu’il suffit de publier un truc un peu gauchistes pour les voir tous déblatérer leur racisme, leur pauvreté… intellectuelle, leur hargne… parfois simplement leur mépris… mais c’est si rare… Même les centristes n’osent pas toujours aller se frotter aux commentateurs d’AgoraVox.

    Allez. Tu en aurais, tu publierais ton billet sur AgoraVox.

    Et si tu le fais. Promis. Je prends ma combinaison NBC et j’y vais aussi.

    Répondre
  70. FrédéricLN
    FrédéricLN dit :

    Ni prolo ni sarkozyste, je suggère la lecture de la série "Vu de …" du journal Libé pendant la campagne (les vendredis). Ça ressemble un peu à ce qu’ont écrit ci-dessus Aldarande ou Didier. Et ça ne mérite pas, à mon avis, de condamnation morale – si on ne veut pas que l’électeur soit souverain, il nous reste le droit d’émigrer en Arabie Saoudite ou en Corée du Nord.

    Libé a fait un bouquet final après l’élection, que j’ai résumé sur mon blog (le lien va vers ce billet).

    Autre résumé, les "thèmes politiques" qui ressortent parmi les électeurs de N. Sarkozy au premier tour, selon les sondages sortie des urnes, sont : sécurité – immigration – identité nationale.

    Répondre
  71. FrédéricLN
    FrédéricLN dit :

    Ni prolo ni sarkozyste, je suggère la lecture de la série "Vu de …" du journal Libé pendant la campagne (les vendredis). Ça ressemble un peu à ce qu’ont écrit ci-dessus Aldarande ou Didier. Et ça ne mérite pas, à mon avis, de condamnation morale – si on ne veut pas que l’électeur soit souverain, il nous reste le droit d’émigrer en Arabie Saoudite ou en Corée du Nord.

    Libé a fait un bouquet final après l’élection, que j’ai résumé sur mon blog (le lien va vers ce billet).

    Autre résumé, les "thèmes politiques" qui ressortent parmi les électeurs de N. Sarkozy au premier tour, selon les sondages sortie des urnes, sont : sécurité – immigration – identité nationale.

    Répondre
  72. Vincent
    Vincent dit :

    Si tu arrives à obtenir une réponse, chapeau ! je crois qu’il faut juste reprendre tout ce qu’a dit et en apparence fait NS pour les séduire. Les prolos se sont trouvé face à un personnage charismatique, aux idées simplistes et ça leur a plu. Tiens, ça me rappelle quelqu’un cette descritpion…

    Répondre
  73. Vincent
    Vincent dit :

    Si tu arrives à obtenir une réponse, chapeau ! je crois qu’il faut juste reprendre tout ce qu’a dit et en apparence fait NS pour les séduire. Les prolos se sont trouvé face à un personnage charismatique, aux idées simplistes et ça leur a plu. Tiens, ça me rappelle quelqu’un cette descritpion…

    Répondre
  74. Casse Pieds
    Casse Pieds dit :

    Effectivement si tout le monde votait pour sa classe, la droite ne serait jamais au pouvoir. Le but de la droite a toujours été de faire voter les pauvres comme s’ils étaient riches. En cela la droite a pleinement réussi, les derniers scrutins le montrent bien.

    20 ans de TF1 ça aide aussi. Le temps de cerveau disponible pour coca, l’est aussi pour l’UMP. 20 ans de JT de Pernault et de Combien ça coûte.

    Ne pas sous estimer non plus la capacité du sans grade a vouloir écraser celui qui est en dessous de lui… Sarko joue là dessus.

    Mais la gauche a aussi une part de responsabilité. Face à une droite décomplexée, il faut une gauche décomplexée. Le plus grand parti de gauche, le PS, ne peut avoir sans arrêt le c… entre deux chaises. Etre pour les patrons et les employés. Il faut qu’il soit clairement pour les travailleurs, et c’est un militant qui le dit.

    Casse Pieds.

    http://caspieds.over-blog.fr/

    Répondre
  75. Casse Pieds
    Casse Pieds dit :

    Effectivement si tout le monde votait pour sa classe, la droite ne serait jamais au pouvoir. Le but de la droite a toujours été de faire voter les pauvres comme s’ils étaient riches. En cela la droite a pleinement réussi, les derniers scrutins le montrent bien.

    20 ans de TF1 ça aide aussi. Le temps de cerveau disponible pour coca, l’est aussi pour l’UMP. 20 ans de JT de Pernault et de Combien ça coûte.

    Ne pas sous estimer non plus la capacité du sans grade a vouloir écraser celui qui est en dessous de lui… Sarko joue là dessus.

    Mais la gauche a aussi une part de responsabilité. Face à une droite décomplexée, il faut une gauche décomplexée. Le plus grand parti de gauche, le PS, ne peut avoir sans arrêt le c… entre deux chaises. Etre pour les patrons et les employés. Il faut qu’il soit clairement pour les travailleurs, et c’est un militant qui le dit.

    Casse Pieds.

    http://caspieds.over-blog.fr/

    Répondre
  76. ko
    ko dit :

    Désolée pour le recueil de témoignages, mais autour de moi, les électeurs sarkozystes sont toubibs (pneumologue et dentiste), chef d’entreprise, ou agents immobiliers (plein ! en Languedoc, c’est une engeance qui pullule actuellement et qui aime bien le cling-cling… pôvres de nous…). Pas de prolo, donc. Par contre, parmi les agents immobiliers, des ex-prolo qui ont encore un peu la frousse de le redevenir (des parvenus, quoi ;-D !). Et qui ne pensent qu’à eux, à faire plein de fric pendant les quelques années qu’il va leur falloir pour saturer complètement le marché et défigurer définitivement ma belle région.

    Répondre
  77. ko
    ko dit :

    Désolée pour le recueil de témoignages, mais autour de moi, les électeurs sarkozystes sont toubibs (pneumologue et dentiste), chef d’entreprise, ou agents immobiliers (plein ! en Languedoc, c’est une engeance qui pullule actuellement et qui aime bien le cling-cling… pôvres de nous…). Pas de prolo, donc. Par contre, parmi les agents immobiliers, des ex-prolo qui ont encore un peu la frousse de le redevenir (des parvenus, quoi ;-D !). Et qui ne pensent qu’à eux, à faire plein de fric pendant les quelques années qu’il va leur falloir pour saturer complètement le marché et défigurer définitivement ma belle région.

    Répondre
  78. neLLie
    neLLie dit :

    Pour ma part je suis ravie de n’avoir vu débarquer ici aucun sarkolâtre… Pourquoi vouloir à tout prix polluer un si beau blog ? Il n’y a pas tant d’endroits sur le net ou on respire, comme ici.
    Aors qu’ils restent chez eux, tant mieux.
    Sans compter que s’ils viennent ils seront nombreux (très grégaires ces gens-là) et alors Agnès risque d’avoir des problèmes pratiques de maintenance…

    Répondre
  79. neLLie
    neLLie dit :

    Pour ma part je suis ravie de n’avoir vu débarquer ici aucun sarkolâtre… Pourquoi vouloir à tout prix polluer un si beau blog ? Il n’y a pas tant d’endroits sur le net ou on respire, comme ici.
    Aors qu’ils restent chez eux, tant mieux.
    Sans compter que s’ils viennent ils seront nombreux (très grégaires ces gens-là) et alors Agnès risque d’avoir des problèmes pratiques de maintenance…

    Répondre
  80. Grabuge
    Grabuge dit :

    Si je m’attendais à me prendre 20 ans dans les dents au réveil avec un sous-titre pareil, Agnès !!!
    Tu viens de m’inspirer la playlist du jour.
    Ce sera "Join the Army", "Fascist Pig" et autres délicieux "I Shot Reagan"…

    On fait comment pour aller sur Agoravox, au fait ?

    Répondre
  81. chris
    chris dit :

    Morceaux choisis alors , j’en ai des tonnes , moué !

    """"Il y a dans l’inconscient de la gauche française, une volonté tenace de ne pas supprimer l’impôt sur l’héritage, car l’accès à la propriété opère une modification profonde des mentalités. Le moindre petit achat d’un pavillon de banlieue pour un Français de condition moyenne est un événément important dans sa vie. Pour lui, cela peut être le rêve d’une vie, et au-delà de la vie de transmettre ce petit bien immobilier à ses proches. L’accession à la propriété immobilière transforme les mentalités : les économies de toute une vie y passent. Mais quid si l’enfant ne peut pas payer les droits de succession ? Quid si pour payer ces droits, il est contraint de mettre en vente cette "propriété" ? C’est ceux-là que visent les socialistes, ceux qui risquent de "changer" de camp parce que devenus "propriétaires".
    Dans l’imaginaire français, être propriétaire, fut-ce d’un "bout de gras", cela se défend. L’individualisme, l’énergie mise à le défendre contre la collectivité prend le pas sur l’esprit social et la solidarité imposée qui caractèrisent la gauche, et qui se nourrissent la pauvreté collective … Voilà le sens du socialisme français en 2007 : fabriquer des pauvres et lutter pour qu’ils restent pauvres, gage d’un vivier électoral futur …""""

    Répondre
  82. chris
    chris dit :

    Morceaux choisis alors , j’en ai des tonnes , moué !

    """"Il y a dans l’inconscient de la gauche française, une volonté tenace de ne pas supprimer l’impôt sur l’héritage, car l’accès à la propriété opère une modification profonde des mentalités. Le moindre petit achat d’un pavillon de banlieue pour un Français de condition moyenne est un événément important dans sa vie. Pour lui, cela peut être le rêve d’une vie, et au-delà de la vie de transmettre ce petit bien immobilier à ses proches. L’accession à la propriété immobilière transforme les mentalités : les économies de toute une vie y passent. Mais quid si l’enfant ne peut pas payer les droits de succession ? Quid si pour payer ces droits, il est contraint de mettre en vente cette "propriété" ? C’est ceux-là que visent les socialistes, ceux qui risquent de "changer" de camp parce que devenus "propriétaires".
    Dans l’imaginaire français, être propriétaire, fut-ce d’un "bout de gras", cela se défend. L’individualisme, l’énergie mise à le défendre contre la collectivité prend le pas sur l’esprit social et la solidarité imposée qui caractèrisent la gauche, et qui se nourrissent la pauvreté collective … Voilà le sens du socialisme français en 2007 : fabriquer des pauvres et lutter pour qu’ils restent pauvres, gage d’un vivier électoral futur …""""

    Répondre
  83. Lory
    Lory dit :

    Ma mère habite encore dans une banlieue ex-communiste du 93 où l’immigration est importante. Au marché ou chez les commerçants du quartier, les petites mémés de son age (exceptées les institutrices en retraite -les miennes d’ailleurs-) ont toute voté pour Sarkozy. Elles s’appellent pour la plupart Lopez ou Rossi, ont la minuscule demi-retraite de leur mari maçon autrefois inscrit à la CGT, ont voté communiste pendant 20 ans, ne vont plus à l’église depuis des décennies (mais en cherchant bien dans leur modeste baraque construite par le feu mari, on est sur de trouver une affreuse madonne aux couleurs de sucre d’orge dans un coin). Elles sont parfaitement "intégrées" depuis 40 ans, et il n’y a aucune raison de penser que dans 20 ans un tas de clampins aux patronymes à consonnance maghrébine ou sub-saharienne ne voteront pas comme elles pour le Sarko de demain.

    Répondre
  84. Lory
    Lory dit :

    Ma mère habite encore dans une banlieue ex-communiste du 93 où l’immigration est importante. Au marché ou chez les commerçants du quartier, les petites mémés de son age (exceptées les institutrices en retraite -les miennes d’ailleurs-) ont toute voté pour Sarkozy. Elles s’appellent pour la plupart Lopez ou Rossi, ont la minuscule demi-retraite de leur mari maçon autrefois inscrit à la CGT, ont voté communiste pendant 20 ans, ne vont plus à l’église depuis des décennies (mais en cherchant bien dans leur modeste baraque construite par le feu mari, on est sur de trouver une affreuse madonne aux couleurs de sucre d’orge dans un coin). Elles sont parfaitement "intégrées" depuis 40 ans, et il n’y a aucune raison de penser que dans 20 ans un tas de clampins aux patronymes à consonnance maghrébine ou sub-saharienne ne voteront pas comme elles pour le Sarko de demain.

    Répondre
  85. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    Bohlala ! Je savais même pas qu’il y avait une section politique sur les forums de JeuxVideos.com !
    C’est affligeant. Remarque, ça ne te servira à rien d’aller là bas, la plupart n’ont pas l’âge pour voter !

    Répondre
  86. chris
    chris dit :

    la derniere arme anti sarko …qui a dit que les patrons etaient des salauds !

    """""Un revenu citoyen : Le revenu de base en débat

    par Ulrich Hölder (traduit et adapté par Anne Charrière)

    " Il faut créer les possibilités pour que chacun puisse réaliser librement ce qui correspond à sa vocation, en fonction de ses capacités et de ses forces. " (R. Steiner, 1906)

    Coup d’éclat

    Samedi 2 juillet 2005. On prend son journal (le"Stuttgarter Zeitung ") et on commence, comme à l’habitude, à éplucher les informations politiques avant de passer aux pages économiques.

    Les nouvelles catastrophiques sont devenues la routine ces derniers temps : chômage, insolvabilités, reprises "hostiles " ou normales d’entreprises, déficits budgétaires, réendettement, croissance insuffisante, etc. Le lecteur régulier peut presque déjà formuler lui-même les " thérapies " proposées, tant elles sont répétitives : si l’on veut augmenter la croissance, il est nécessaire voire indispensable (d’après la théorie de l’offre néo-libérale), d’une part, de soulager les hauts revenus (baisse de la plus haute tranche d’imposition) et les entreprises (allègement de l’impôt sur les sociétés), et d’autre part, d’abaisser les coûts salariaux (contributions sociales pour la maladie, le chômage, les retraites) sans oublier de débureaucratiser, déréguler, rendre plus flexible, etc.

    De temps en temps, mais beaucoup plus rarement, on trouve aussi des articles indiquant que l’économie souffre actuellement d’une demande intérieure trop faible et que celle-ci ne peut être stimulée par une réduction des contributions sociales mais au contraire par une augmentation du salaire réel, parallèlement à l’augmentation de la productivité, et par des programmes publics d’infrastructures (orientation de la demande selon Keynes, comportement anticyclique des pouvoirs publics).

    Ce samedi, toutefois, le ton en première page de la partie économique est tout nouveau. Titre : ‘’L’économie libère l’homme du travail’’. Et en-dessous : selon Götz Werner, directeur général de la chaîne de drogueries dm, l’Allemagne a besoin d’un revenu citoyen et d’un seul impôt (interview par Sönke Iwersen). On se frotte les yeux, abasourdi, et on y regarde une deuxième fois. Mais si, pas de doute, toute une page d’interview de Götz Werner, un patron d’orientation annthroposophique, fondateur et gérant actuel de la chaîne de drogueries dm !

    Dans un encart au milieu de la page, une photo couleur de Götz Werner accompagnée de ces mots : Götz W. Werner, né en 1944 à Heidelberg, marié, père de 7 enfants, ouvre sa première boutique à Karlsruhe en 1973. Aujourd’hui 1500 filiales, 21 000 salariés, chiffre d’affaires d’env. 3,1 milliards ( !) d’Euro. Dirige depuis 2003 l’Institut d’entreprenariat à l’université de Karlsruhe.

    Et c’est parti : à questions brèves, réponses concises.

    a) Création de nouveaux emplois

    G. W. surprend d’entrée de jeu : " La tâche de l’économie n’est pas de créer des emplois. Au contraire, la tâche de l’économie est de libérer les hommes du travail. Nous avons superbement réussi sur ce point, ces 50 dernières années. "Globalement, aucune génération, en Allemagne, n’a eu à travailler si peu en disposant d’un niveau de vie aussi élevé que celui d’aujourd’hui. "

    b) Quand l’emploi crée le chômage

    " Notre compagnie crée beaucoup d’emplois, certes. Mais notre réussite est due à notre productivité. La productivité entraîne la croissance. Et parce que nous grandissons, nous créons des emplois. Mais c’est au détriment de l’emploi dans d’autres entreprises moins productives. En économie politique, on voit que la réussite sur un marché saturé conduit toujours à une diminution de l’emploi. "

    c) Productivité, prospérité, travail

    G. W. : " Nous vivons dans des conditions quasi paradisiaques. Car nous sommes aujourd’hui en mesure de produire beaucoup plus qu’il serait raisonnable de consommer… Ceux qui ont quelques notions d’économie savent au moins une chose : l’époque du travail de masse est révolue. "

    d) La 2ème tâche de l’économie

    G. W. : " Il existe 2 tâches. La première : approvisionner les hommes en biens et en services. La deuxième : en plus de produire des biens, l’économie doit fournir suffisamment d’argent aux hommes pour qu’ils puissent consommer. "

    e) Fournir de l’argent aux hommes ? Pour avoir de l’argent, il faut travailler

    G. W. : " Oui, oui. Et celui qui ne travaille pas n’a pas le droit de manger, n’est-ce pas ? Cette pensée est encore profondément ancrée dans les esprits. Mais elle ne nous fait pas avancer d’un pouce aujourd’hui"

    f) Un revenu citoyen inconditionnel

    G. W. : " Nous avons besoin d’un revenu citoyen inconditionnel. Une rente à vie pour chaque citoyen. " A combien doit-elle s’élever ? " A une somme suffisante pour couvrir décemment les besoins de base : 1300 à 1500 Euros. "

    g) Comment financer cela ?

    G. W. : " Je propose d’abolir tous les impôts sauf la TVA , la taxe sur la valeur ajoutée. qui pourrait monter jusqu’à 48 %. Si vous additionnez toutes les taxes et toutes les charges sociales, le résultat équivaut à un taux de TVA de 48 %. Et si cette somme n’était collectée qu’à travers la taxe sur la valeur ajoutée, les avantages seraient immenses. "

    h) Un exemple

    G. W. : " Supposons qu’une infirmière gagne 2500 Euros. Après soustraction du revenu citoyen de 1300 Euros, l’hôpital n’aurait plus qu’à payer 1200 Euros.
    L’infirmière toucherait autant mais la rémunération de son travail serait beaucoup moins lourde pour l’hôpital. Le revenu citoyen allègerait considérablement les charges qui pèsent sur les biens et les services très gourmands en main d’oeuvre, ce qui dynamiserait d’autant le marché du travail. Au résultat, les prix resteraient les mêmes, l’Etat devant financer le revenu citoyen sur la TVA collectée. "

    i) Qui voudra encore travailler s’il peut rester chez lui pour 1500 Euros ?

    G. W. : " Vous sous-estimez la valeur immatérielle du travail. Beaucoup de gens ont un grand plaisir à travailler. Songez aussi à tous les métiers sociaux et à tout le travail culturel. Sur ce plan, les besoins sont immenses dans la société et trouveraient enfin le moyen d’être financés. " Les emplois ennuyeux, désagréablesdevront être mieux rémunérés si nous en avons besoin. "

    j) Tout le monde parle de crise. En vous écoutant, on pourrait penser que l’Allemagne va très bien.

    G. W. : " Ce qui est tout à fait vrai. Notre pays n’a encore jamais produit une telle prospérité. Nous avons seulement du mal à répartir ces richesses. Nous n’y sommes pas habitués. "

    k) Donc pas de crise ?

    G. W. : " En tout cas pas de crise économique. Nous progressons vers une société dans laquelle le travail disparaît. La question est de savoir ce que les gens peuvent faire de leur temps libre. C’est une question culturelle. Le problème que nous rencontrons ne relève pas du marché du travail mais de la culture.
    Malheureusement , les gens en sont à peine conscients. C’est justement par là qu’il faut s’attaquer au problème.

    Commentaire de l’interview

    Emploi et dynamisme économique

    A la lecture de cette interview, on peut se demander si M. Werner n’est pas un brin provocateur et polémique. Et si ce n’était pas le cas ? L’article a eu beaucoup de succès et suscité un grand débat dans les colonnes du même journal. Peut-être pourrait-on faire l’exercice de le prendre au sérieux et d’approfondir ce qui, à première vue, semble davantage relever de la boutade que d’une réflexion économique étayée. Nous reproduisons ici quelques éléments de ce débat.

    Premier caillou dans la mare, G. Werner affirme non sans humour que la création d’emplois n’est pas le nproblème dans notre société de relative abondance. Il est même bon que l’emploi aille en diminuant. Le problème est seulement celui de la répartition des richesses. Que tout le monde puisse avoir, non pas un revenu minimum, mais un revenu décent pour vivre.

    Le deuxième problème est que notre économie souffre d’un manque de dynamisme. Les charges sociales et les impôts grèvent lourdement les entreprises et leur plombent les ailes. Sur ce point, Werner est d’accord avec les autres patrons, mais il propose une solution radicale. Non pas rogner sur les salaires et sur les avantages sociaux, mais supprimer toutes les charges (impôts + charges sociales) ce qui fera baisser d’autant les prix et les transformer intégralement en valeur ajoutée, ce qui fait remonter les prix à leur valeur précédente. Pour Christoph Strawe, qui commente l’interview dans sa revue Rundbrief, cette opération se justifie ainsi : de toutes façons, toutes les charges, tous les impôts qui incombent aux entreprises sont répercutés par celles-ci dans les prix. La solution proposée a donc l’avantage de la transparence, ce qui permet toujours de mieux agir sur la situation. Mais ce n’est pas le seul intérêt de cette mesure, blanche qu’en apparence. Libérées du poids de l’impôt, les entreprises pourraient investir sans entrave. L’économie s’en trouverait dynamisée, surtout dans le contexte mondial, et la concurrence faussée par les énormes différences de prélèvements sociaux est rétablie. Sur le plan mondial, ce système peut conduire à une plus grande justice sociale. Nous y reviendrons.

    Un quatrième avantage, et non des moindres, est cité. Toute la bureaucratie pour le calcul et la collecte des impôts et des charges sociales ainsi que pour la répression des fraudes peut disparaître ! Evidemment, il faudra encore s’assurer que les entreprises répercutent l’allégement de leurs charges par une baisse correspondante des prix. Un contrôle social approprié pourra éviter cet écueil, par exemple si les entreprises ne sont réellement exonérées de leurs charges que s’il est prouvé que la baisse des prix correspondante a bien eu lieu.

    Justice fiscale
    La grande question que soulève cette proposition est celle de la justice sociale. L’impôt sur le revenu par tranches successives n’est-il pas beaucoup plus juste ? Une certaine dégressivité s’obtient aussi avec la TVA , en taxant peu ou pas les biens de base, comme cela se pratique déjà d’une certaine manière aujourd’hui. Götz Werner avance un chiffre : 48 %. Une TVA d’environ 48 % couvrirait toutes les charges sociales et tous les impôts actuellement collectés en Allemagne. Il semble que les hauts revenus seraient plus taxés avec un impôt sur la consommation (de type TVA), par exemple en surtaxant certains produits de luxe – qu’avec l’impôt sur le revenu.

    Christoph Strawe pense que la notion d’impôt sur la consommation devrait également s’étendre à certaines opérations qui constituent une forme de prélèvement.
    Il évoque par exemple tous ces revenus qui ne sont la contrepartie d’aucune prestation, tels que les produits de la spéculation financière ou les rentes dérivées de la spéculation foncière. Cela nous conduit à la nécessité d’une réflexion de fond sur les problèmes du droit foncier et du statut de l’argent. Dans le même ordre d’idées, le droit de propriété des entreprises mériterait également un débat. Mais restons réalistes ! Car des modifications dans ce domaine ne pourront pas être introduites avant la restructuration des systèmes sociaux et l’instauration du revenu citoyen.

    Justice mondiale

    En plus d’une plus grande justice sociale, l’impôt sur la consommation contribuerait aussi à un commerce plus équitable. Quand il est question ici de commerce international, précisons qu’il ne s’agit pas de favoriser coûte que coûte les exportations mais d’établir des conditions d’échange justes à l’échelle mondiale. Rappelons qu’à l’exportation, les prix sont toujours hors taxe. Dans le système proposé, ils seront donc beaucoup plus concurrentiels. Ici C.Strawe suggère que les partenaires étrangers soient encouragés à adopter ce même modèle d’imposition et à appliquer une taxe sociale sur les produits importés
    de chez nous. Pour les pays en voie de développement, ce serait un bon moyen de mettre en place des systèmes sociaux.

    En ce qui concerne le manque à gagner de TVA sur les produits exportés, il est compensé par la TVA que l’on applique aux importations. Cela s’équilibre si les exportations sont équivalentes aux importations. Dans ce cas, il conviendrait néanmoins d’instaurer le
    nouveau système progressivement, afin d’aplanir les difficultés qui peuvent se présenter. Il reste à considérer le cas où les exportations sont excédentaires. Il faut alors s’attendre à des répercussions sur les prix et les rectifier au besoin.

    Notons toutefois que depuis les trois ans d’existence de l’Euro, nous avons assisté à des écarts entre l’Euro et le dollar de l’ordre de 30 %. Ces écarts ont pu être maîtrisés sans grosses difficultés. Dans nos habitudes de pensées, il paraît normal que les marchés financiers anonymes effectuent des modifications à cet effet, alors que des modifications minimes entreprises par une volonté sociale éveillent aussitôt des images de scénarios catastrophes.

    Un revenu de base citoyen

    Si l’on poursuit jusqu’au bout la logique de G.Werner, il ne faudrait pas seulement alléger l’entreprise de ses charges sociales, mais de tout ce qui a trait au travail, c’est-à-dire des salaires. Le travail n’est pas une marchandise. Il ne devrait donc pas être comptabilisé comme tel. Mais quelle est la valeur du travail ? Rudolf Steiner énonce à ce sujet ce qu’il appelle la " loi sociale fondamentale " : " Une communauté de personnes travaillant ensemble fonctionne d’autant plus sainement que chacun revendique moins pour lui une part de sa propre production, c’est-à-dire qu’il cède davantage de sa production à ses collaborateurs et que ses propres besoins sont satisfaits par le fruit non pas de son travail mais de celui des autres. " La valeur du travail résiderait donc notamment dans le fait de produire quelque chose pour les autres. Si l’on prend ce point de vue comme hypothèse de travail, on peut dire que ce qu’une personne touche pour vivre doit lui venir de la communauté et pas de son travail direct. Son travail direct sert à faire vivre la communauté. L ’idée d’un revenu social devient alors évidente.

    G.Werner propose un revenu de base. Il ne dit rien de son financement. Mais il est clair que les économies réalisées par une diminution de la bureaucratie et les gains obtenus par la vivification de l’économie que permettraient ses deux propositions : un seul impôt, de type TVA et un revenu distribué non par l’entreprise mais par la société, devraient déjà y contribuer de manière importante. Reste à trouver les mécanismes !

    Le financement d’une telle mesure met évidemment en jeu d’énormes masses d’argent, ce qui ne manquera pas d’effrayer certains. Mais on verrait déjà un premier problème se résoudre : les bénéficiaires du revenu de base qui ne recherchent qu’un complément de ressources n’entreront pas en concurrence sur le marché "primaire " du travail avec ceux qui ont besoin d’un revenu complet. L’on évite ainsi une pression à la baisse sur les salaires. Par ailleurs, les entreprises et les organismes d’intérêt général auraient la possibilité d’embaucher des personnes dont il suffira de compléter les revenus en fonction de leurs besoins et de leurs capacités. Cela pourrait impulser une formidable dynamique sociale, notamment parce que le travail accompli dans des domaines insuffisamment pourvus comme la culture, l’environnement et l’action sociale, recevra enfin une contrepartie en argent. Le président des Archives de l’économie mondiale, à Hambourg, estime qu’un revenu de base est tout à fait finançable et indique que le seul fait de réduire la bureaucratie du système social ouvre déjà de nouveaux champs d’action.

    Par conséquent, si la volonté politique existe d’instaurer un revenu de base inconditionnel, la faisabilité d’un tel projet ne paraît pas irréaliste.

    Des questions

    Une foule d’autres questions se posent évidemment, par exemple : comment se positionner par rapport aux flux d’immigration que l’instauration d’un revenu de base peut susciter ? Doit-on limiter le droit à une sécurité de base aux seuls ressortissants d’un pays ou existe-t-il d’autres moyens d’éviter des problèmes qui pourraient s’avérer difficiles à maîtriser. Et qu’en est-il des citoyens vivant à l’étranger ? Comment étendre le revenu de base au monde entier, instaurerle droit à un revenu de base dans le plus grand nombre de pays ?

    Enfin, une question ou objection ultime ne manquera pas d’être formulée : les gens ne découvriront-ils pas les vertus de la paresse ? Sans répéter ici les arguments déjà développés par d’autres, évoquons seulement le fait que beaucoup de gens ont besoin aujourd’hui d’une aide et d’un accompagnement pour reprendre les rênes de leur vie et se responsabiliser par rapport à autrui. Si le revenu de base laisse les gens libres, cela ne veut pas dire qu’ils seront laissés seuls. Au contraire, ce revenu de base permettrait de développer sur tous les plans un travail social qui aujourd’hui se réduit de plus en plus à une peau de chagrin, faute d’argent. L’essentiel est que le revenu de base inconditionnel redonne du courage aux femmes et aux hommes si souvent plongés aujourd’hui dans la peur et l’impuissance.

    Vers une autre économie ?

    On s’aperçoit que l’idée de commuer les charges et impôts sur les revenus en taxes sur la consommation ainsi que l’idée d’un revenu de base solidaire pour tous peuvent se mettre progressivement en place sans beaucoup modifier les prix. Et pourtant les effets seraient considérables. Ces mesures répareraient beaucoup de maux sociaux et répondraient à beaucoup de nos problèmes actuels. Comment cela s’explique-t-il ?
    Un ingrédient immatériel a été ajouté à quelque chose qui, comptablement, paraît équivalent : c’est une valeur non pas financière mais humaine, celle du travail pour le bien commun et non pour soi, celle du service rendu à la communauté dont l’effet en retour est aussi un bien pour soi.

    L’article de Götz Werner a suscité beaucoup de réactions positives. Plus d’un lecteur a souhaité que ces idées hors des chemins battus soient approfondies, expérimentées, mises à l’épreuve de la réalité, pour voir concrètement comment avancer avec elles. Quand devons-nous commencer, a demandé l’un. Et il répond lui-même : Maintenant, sans plus tarder !

    source: http://tiki.societal.org/tiki-index

    _

    """

    vla un vrai programme

    Répondre
  87. christian lehmann
    christian lehmann dit :

    Excuse moi si c’est long, mais ça répond, je pense, à la question que tu poses, du "pourquoi". La réponse est à la fin du texte, "in cauda venenum"
    cordialement

    Franchises sur les soins : le sarkozysme en action.

    53% des votants en faveur du candidat UMP.
    70% d’opinions favorables à la composition du gouvernement Fillon, à en croire les sondages. Et parmi eux, cette femme de 72 ans, patiente connue de longue date, qui vient s’asseoir devant moi et, me tendant un article sur l’Appel contre la franchise, me dit :
    « Mais enfin… on a voté pour lui… mais pas pour ça… »
    Pourtant si. Nicolas Sarkozy ne s’est pas avancé masqué. Il a clairement annoncé, depuis longtemps, sa volonté de mettre en place un système de franchise sur les remboursements de soins, comme cela existe dans le secteur de l’assurance automobile. Et tous ses fans le répètent à l’envi : cet homme fait ce qu’il dit.
    Déjà, en 2000, dans son livre « Libre », il écrivait :
    « Je crois utile qu’un système de franchise soit mis en place comme pour tout processus d’assurance. Ainsi les 500 premiers francs 76,22 € de dépenses de santé annuelles des assurés sociaux ne seraient pas remboursés, afin de responsabiliser ceux-ci. »
    Ah ! Responsabiliser les assurés ! Rengaine répétée depuis des années pour enfoncer le clou : le déficit de la Sécurité Sociale ne serait pas dû à la désorganisation du système, ni à la fâcheuse tendance du pouvoir à céder aux lobbies les plus puissants, ni au glissement progressif, depuis 1982, de 10% de la richesse nationale brute des revenus du travail ( qui abreuvent les comptes sociaux) vers les revenus financiers ( qui en sont partiellement exonérés). Mais à l’irresponsabilité de malades « consommateurs de soins ».
    En réalité, les patients sont de longue date « responsabilisés » financièrement : outre le paiement des cotisations d’assurance-maladie, ils sont confrontés au ticket modérateur, au forfait plafonné à 50 euros par ans sur les consultations et actes de biologie, au forfait de 18 euros sur les actes techniques, au forfait hospitalier journalier de 16 euros… Le fait d’instaurer une franchise supplémentaire n’a donc pas pour but de « responsabiliser » les malades, mais de fragiliser l’adhésion à un système solidaire. Et de rendre plus attractif, pour des assurés jeunes et en bonne santé qui, en cas de franchise, ne recevraient aucun remboursement, le discours des assurances privées. A la tribune de la convention santé de l’UMP en juin 2006, Nicolas Sarkozy ne s’en cache pas : « Nous parlons d’assurance-maladie… Y a-t-il une seule assurance sans franchise ? » Escamotant habilement le mot « solidaire », il traite la protection sociale comme une simple question d’assurance commerciale. Et son Premier Ministre, censé incarner le versant social de l’UMP, surenchérit : « Comment comprendre que le paiement d’une franchise soit insupportable dans le domaine de la santé alors qu’une charge de plusieurs centaines d’euros par an pour la téléphonie mobile ou l’abonnement Internet ne pose pas de question ? » Téléphonie mobile, assurance bagnole, santé, tout cela est interchangeable, et doit obéir aux lois du marché. Exit le modèle français, les « winners » ont décidé de faire table rase des acquis du Conseil National de la Résistance, au nom de l’adaptation au néolibéralisme financier décomplexé.
    Seule ombre ou presque au tableau, la prise de conscience d’une poignée de professionnels de santé, d’économistes, d’usagers, initiateurs début Avril d’un appel, sur le site http://www.appelcontrelafranchise.org
    C’est peu dire que la santé fut largement absente de la campagne présidentielle, les « thèmes » choisis par les candidats et véhiculés dans les média étant… l’identité nationale et le drapeau.
    Tout au plus, questionné à ce sujet devant un panel d’électeurs sur TF1, Nicolas Sarkozy révise t’il à la baisse le montant de la franchise annoncé par François Fillon quelques mois plus tôt. De « 50 à 100 euros » par personne, on passe alors aux « 5 ou 10 premiers euros de dépense de santé chaque année », puis, dans un autre entretien, « quelques centimes à quelques euros pour chaque acte »…
    La contestation s’organise sur le net, est relayée dans les médias. Des candidats à la présidentielle ( Dominique Voynet, José Bové, Ségolène Royal, François Bayrou, Marie-Georges Buffet) apportent leur soutien à l’Appel, qui engrange près de 20.000 signatures.

    L’élection passée, Roselyne Bachelot, Ministre de la Santé et des Sports, annonce la couleur : les Français acquitteront à partir de 2008 quatre franchises annuelles de 10 euros sur leurs dépenses de consultations, de médicaments, d’examens biologiques et d’hospitalisation. Soit 40 euros au maximum, au total… par foyer. A croire que la résistance paie…

    Interrogé le 21 Mai sur l’antenne de France Inter par un auditeur, Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, déclare son opposition à la franchise. Avant de se rétracter, 24 heures plus tard, « pleinement rassuré » par les précisions de Roselyne Bachelot et de Xavier Bertrand : en effet, la mesure « sera accompagnée des exonérations nécessaires pour tenir compte des situations sociales très dégradées ». Logique très particulière du sarkozysme en action, préférant à la justice sociale la charité, qui fait le tri entre les « très pauvres » et les « un peu moins pauvres que les plus pauvres », au risque, on le voit hélas trop souvent, de favoriser une lutte des classes interne, désignant aux ménages modestes comme premiers coupables de leurs difficultés les bénéficiaires de la CMU « qui eux, Docteur, peuvent se soigner les dents gratis ! » Rien ne se perd, tout se recycle, même la charité, qui sert ainsi à conforter l’idée d’un Autre coupable, responsable de tous les maux.
    Comment, d’ailleurs, ne pas faire le parallèle avec un phénomène troublant, qui eût du attirer l’attention de Martin Hirsch : les refus croissants opposés par certains professionnels de santé aux patients en CMU. Au-delà des réelles difficultés administratives de paiement que peuvent rencontrer certains praticiens, c’est bien le discours de dénonciation constante de l’assuré irresponsable qui a permis ce lent glissement, car il est plus facile d’envoyer paître un patient démuni ( « Allez à l’hôpital public, on ne prend pas les gens comme vous ici ») si l’on peut voir en lui la source de tous les maux du système.

    Même parée de ces quelques aménagements, la mesure continue de fédérer les mécontentements : 60% des Français interrogés se déclarent opposés à sa mise en œuvre. Début Juin, l’Appel engrange plus de 45.000 signatures…
    Et parmi les initiateurs de l’Appel, chacun, dans son champ d’expertise, en déconstruit les mécanismes et les effets indésirables. Ainsi Jean De Kervasdoué, ancien directeur des hôpitaux, pointe t’il l’impossibilité pour les systèmes informatiques de l’assurance-maladie de traiter une question aussi complexe : qu’est-ce qu’un « foyer », et comment en détermine t’on le revenu et le montant de la franchise appliquable, quand le père est affilié au régime général, la mère à la mutuelle générale de l’éducation nationale, l’un des enfants passant du régime général au régime étudiant ?
    Pour les professionnels de santé à l’origine de l’Appel, défenseurs d’un accès aux soins solidaire, il est surprenant de constater que la résistance s’organise enfin sur ce thème, après les présidentielles, et que l’idéologie néolibérale pure se heurte au réel, et à l’attachement des Français à un modèle social voué aux gémonies.
    « Mais enfin… on a voté pour lui… mais pas pour ça… »
    Mais si. Vous avez voté contre l’Autre, celui que l’on vous a désigné responsable de tous les maux. Et vous découvrez, brutalement, que dans l’esprit des puissants, l’Autre, c’est vous.

    Christian Lehmann, initiateur avec Martin Winckler de l’Appel contre la Franchise, est médecin généraliste et écrivain.
    Dernier ouvrage paru : « Les fossoyeurs… Notre santé les intéresse », ed. Privé.

    Répondre
  88. christian lehmann
    christian lehmann dit :

    Excuse moi si c’est long, mais ça répond, je pense, à la question que tu poses, du "pourquoi". La réponse est à la fin du texte, "in cauda venenum"
    cordialement

    Franchises sur les soins : le sarkozysme en action.

    53% des votants en faveur du candidat UMP.
    70% d’opinions favorables à la composition du gouvernement Fillon, à en croire les sondages. Et parmi eux, cette femme de 72 ans, patiente connue de longue date, qui vient s’asseoir devant moi et, me tendant un article sur l’Appel contre la franchise, me dit :
    « Mais enfin… on a voté pour lui… mais pas pour ça… »
    Pourtant si. Nicolas Sarkozy ne s’est pas avancé masqué. Il a clairement annoncé, depuis longtemps, sa volonté de mettre en place un système de franchise sur les remboursements de soins, comme cela existe dans le secteur de l’assurance automobile. Et tous ses fans le répètent à l’envi : cet homme fait ce qu’il dit.
    Déjà, en 2000, dans son livre « Libre », il écrivait :
    « Je crois utile qu’un système de franchise soit mis en place comme pour tout processus d’assurance. Ainsi les 500 premiers francs 76,22 € de dépenses de santé annuelles des assurés sociaux ne seraient pas remboursés, afin de responsabiliser ceux-ci. »
    Ah ! Responsabiliser les assurés ! Rengaine répétée depuis des années pour enfoncer le clou : le déficit de la Sécurité Sociale ne serait pas dû à la désorganisation du système, ni à la fâcheuse tendance du pouvoir à céder aux lobbies les plus puissants, ni au glissement progressif, depuis 1982, de 10% de la richesse nationale brute des revenus du travail ( qui abreuvent les comptes sociaux) vers les revenus financiers ( qui en sont partiellement exonérés). Mais à l’irresponsabilité de malades « consommateurs de soins ».
    En réalité, les patients sont de longue date « responsabilisés » financièrement : outre le paiement des cotisations d’assurance-maladie, ils sont confrontés au ticket modérateur, au forfait plafonné à 50 euros par ans sur les consultations et actes de biologie, au forfait de 18 euros sur les actes techniques, au forfait hospitalier journalier de 16 euros… Le fait d’instaurer une franchise supplémentaire n’a donc pas pour but de « responsabiliser » les malades, mais de fragiliser l’adhésion à un système solidaire. Et de rendre plus attractif, pour des assurés jeunes et en bonne santé qui, en cas de franchise, ne recevraient aucun remboursement, le discours des assurances privées. A la tribune de la convention santé de l’UMP en juin 2006, Nicolas Sarkozy ne s’en cache pas : « Nous parlons d’assurance-maladie… Y a-t-il une seule assurance sans franchise ? » Escamotant habilement le mot « solidaire », il traite la protection sociale comme une simple question d’assurance commerciale. Et son Premier Ministre, censé incarner le versant social de l’UMP, surenchérit : « Comment comprendre que le paiement d’une franchise soit insupportable dans le domaine de la santé alors qu’une charge de plusieurs centaines d’euros par an pour la téléphonie mobile ou l’abonnement Internet ne pose pas de question ? » Téléphonie mobile, assurance bagnole, santé, tout cela est interchangeable, et doit obéir aux lois du marché. Exit le modèle français, les « winners » ont décidé de faire table rase des acquis du Conseil National de la Résistance, au nom de l’adaptation au néolibéralisme financier décomplexé.
    Seule ombre ou presque au tableau, la prise de conscience d’une poignée de professionnels de santé, d’économistes, d’usagers, initiateurs début Avril d’un appel, sur le site http://www.appelcontrelafranchise.org
    C’est peu dire que la santé fut largement absente de la campagne présidentielle, les « thèmes » choisis par les candidats et véhiculés dans les média étant… l’identité nationale et le drapeau.
    Tout au plus, questionné à ce sujet devant un panel d’électeurs sur TF1, Nicolas Sarkozy révise t’il à la baisse le montant de la franchise annoncé par François Fillon quelques mois plus tôt. De « 50 à 100 euros » par personne, on passe alors aux « 5 ou 10 premiers euros de dépense de santé chaque année », puis, dans un autre entretien, « quelques centimes à quelques euros pour chaque acte »…
    La contestation s’organise sur le net, est relayée dans les médias. Des candidats à la présidentielle ( Dominique Voynet, José Bové, Ségolène Royal, François Bayrou, Marie-Georges Buffet) apportent leur soutien à l’Appel, qui engrange près de 20.000 signatures.

    L’élection passée, Roselyne Bachelot, Ministre de la Santé et des Sports, annonce la couleur : les Français acquitteront à partir de 2008 quatre franchises annuelles de 10 euros sur leurs dépenses de consultations, de médicaments, d’examens biologiques et d’hospitalisation. Soit 40 euros au maximum, au total… par foyer. A croire que la résistance paie…

    Interrogé le 21 Mai sur l’antenne de France Inter par un auditeur, Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, déclare son opposition à la franchise. Avant de se rétracter, 24 heures plus tard, « pleinement rassuré » par les précisions de Roselyne Bachelot et de Xavier Bertrand : en effet, la mesure « sera accompagnée des exonérations nécessaires pour tenir compte des situations sociales très dégradées ». Logique très particulière du sarkozysme en action, préférant à la justice sociale la charité, qui fait le tri entre les « très pauvres » et les « un peu moins pauvres que les plus pauvres », au risque, on le voit hélas trop souvent, de favoriser une lutte des classes interne, désignant aux ménages modestes comme premiers coupables de leurs difficultés les bénéficiaires de la CMU « qui eux, Docteur, peuvent se soigner les dents gratis ! » Rien ne se perd, tout se recycle, même la charité, qui sert ainsi à conforter l’idée d’un Autre coupable, responsable de tous les maux.
    Comment, d’ailleurs, ne pas faire le parallèle avec un phénomène troublant, qui eût du attirer l’attention de Martin Hirsch : les refus croissants opposés par certains professionnels de santé aux patients en CMU. Au-delà des réelles difficultés administratives de paiement que peuvent rencontrer certains praticiens, c’est bien le discours de dénonciation constante de l’assuré irresponsable qui a permis ce lent glissement, car il est plus facile d’envoyer paître un patient démuni ( « Allez à l’hôpital public, on ne prend pas les gens comme vous ici ») si l’on peut voir en lui la source de tous les maux du système.

    Même parée de ces quelques aménagements, la mesure continue de fédérer les mécontentements : 60% des Français interrogés se déclarent opposés à sa mise en œuvre. Début Juin, l’Appel engrange plus de 45.000 signatures…
    Et parmi les initiateurs de l’Appel, chacun, dans son champ d’expertise, en déconstruit les mécanismes et les effets indésirables. Ainsi Jean De Kervasdoué, ancien directeur des hôpitaux, pointe t’il l’impossibilité pour les systèmes informatiques de l’assurance-maladie de traiter une question aussi complexe : qu’est-ce qu’un « foyer », et comment en détermine t’on le revenu et le montant de la franchise appliquable, quand le père est affilié au régime général, la mère à la mutuelle générale de l’éducation nationale, l’un des enfants passant du régime général au régime étudiant ?
    Pour les professionnels de santé à l’origine de l’Appel, défenseurs d’un accès aux soins solidaire, il est surprenant de constater que la résistance s’organise enfin sur ce thème, après les présidentielles, et que l’idéologie néolibérale pure se heurte au réel, et à l’attachement des Français à un modèle social voué aux gémonies.
    « Mais enfin… on a voté pour lui… mais pas pour ça… »
    Mais si. Vous avez voté contre l’Autre, celui que l’on vous a désigné responsable de tous les maux. Et vous découvrez, brutalement, que dans l’esprit des puissants, l’Autre, c’est vous.

    Christian Lehmann, initiateur avec Martin Winckler de l’Appel contre la Franchise, est médecin généraliste et écrivain.
    Dernier ouvrage paru : « Les fossoyeurs… Notre santé les intéresse », ed. Privé.

    Répondre
  89. Zygomatique
    Zygomatique dit :

    @ tous : je pense que beaucoup d’entre vous ont compris: La requête de monolecte est de comprendre qui sont les "prolos" qui ont voté Sarko et pourquoi …

    C’est pourquoi, hier soir, je me suis permis, un peu hâtivement, de copier-coller une intervention piquée sur agoravox. J’ai choisi celle de Maxim…J’espérais faire rebondir le débat.

    Maxim ne partage pas mes idées..Mais il m’a semblé donner une image de ce qui était recherché. Ce n’est qu’après, que je me suis rendu compte, que j’aurais du donner des explications….

    Je viens de parcourir Politis: plein de bonnes choses et d’analyses: j’ai en tête celles de Denis Sieffert, de Michel Soudais, de P.Cours-Salies et Bernard Langlois….

    A plus.

    Répondre
  90. Zygomatique
    Zygomatique dit :

    @ tous : je pense que beaucoup d’entre vous ont compris: La requête de monolecte est de comprendre qui sont les "prolos" qui ont voté Sarko et pourquoi …

    C’est pourquoi, hier soir, je me suis permis, un peu hâtivement, de copier-coller une intervention piquée sur agoravox. J’ai choisi celle de Maxim…J’espérais faire rebondir le débat.

    Maxim ne partage pas mes idées..Mais il m’a semblé donner une image de ce qui était recherché. Ce n’est qu’après, que je me suis rendu compte, que j’aurais du donner des explications….

    Je viens de parcourir Politis: plein de bonnes choses et d’analyses: j’ai en tête celles de Denis Sieffert, de Michel Soudais, de P.Cours-Salies et Bernard Langlois….

    A plus.

    Répondre
  91. Hrv
    Hrv dit :

    D’après ma modeste analyse personnelle, ce qui caractérise les gens "de droite", c’est qu’ils sont convaincus que le système social dans lequel ils sont nés existe de toute éternité, qu’il est immuable et que la seule réaction raisonnable face à ce système est de nous y soumettre totalement, avec le plus de zèle et de résignation possible. Ils sont comme ces croyants à qui l’on a raconté enfants qu’il existe tel ou tel dieu, et qui n’ont ensuite jamais remis cette information en doute. Le résultat est que le seul moyen selon eux d’échapper un peu à la cruauté du système est d’écraser les autres, suivant le principe du chacun pour soi.

    À l’inverse, les gens "de gauche" veulent changer le système (et dans "gauche", je n’inclus pas le PS) car ils considèrent que ce système n’est en rien immuable (bien que le capitalisme décomplexé ait peu de différence avec le féodalisme du moyen-âge).

    Il y a donc une partie (fortunée) de la droite qui est conservatrice par intérêt, et une partie (pauvre) qui est simplement incapable de concevoir une autre posture que « c’est comme ça que fonctionne le monde ».

    Répondre
  92. Hrv
    Hrv dit :

    D’après ma modeste analyse personnelle, ce qui caractérise les gens "de droite", c’est qu’ils sont convaincus que le système social dans lequel ils sont nés existe de toute éternité, qu’il est immuable et que la seule réaction raisonnable face à ce système est de nous y soumettre totalement, avec le plus de zèle et de résignation possible. Ils sont comme ces croyants à qui l’on a raconté enfants qu’il existe tel ou tel dieu, et qui n’ont ensuite jamais remis cette information en doute. Le résultat est que le seul moyen selon eux d’échapper un peu à la cruauté du système est d’écraser les autres, suivant le principe du chacun pour soi.

    À l’inverse, les gens "de gauche" veulent changer le système (et dans "gauche", je n’inclus pas le PS) car ils considèrent que ce système n’est en rien immuable (bien que le capitalisme décomplexé ait peu de différence avec le féodalisme du moyen-âge).

    Il y a donc une partie (fortunée) de la droite qui est conservatrice par intérêt, et une partie (pauvre) qui est simplement incapable de concevoir une autre posture que « c’est comme ça que fonctionne le monde ».

    Répondre
  93. Hérémiste
    Hérémiste dit :

    D’après ce que je comprends de tous ces commentaires sur agoravox, il semblerait donc que de voter sarko, soit de voter contre l’autre. Mais c’est qui l’autre ?

    voyons voyons…puisque :

    1_La gauche = fainéants.
    ainsi que :
    2_Les Rmistes/chômeurs = fainéants

    alors :

    Les Rmistes et chômeurs qui sont fainéants sont donc de gauche….

    oui ça doit être ça…les RMistes et chômeurs sont de gôche !!!

    Répondre
  94. Hérémiste
    Hérémiste dit :

    D’après ce que je comprends de tous ces commentaires sur agoravox, il semblerait donc que de voter sarko, soit de voter contre l’autre. Mais c’est qui l’autre ?

    voyons voyons…puisque :

    1_La gauche = fainéants.
    ainsi que :
    2_Les Rmistes/chômeurs = fainéants

    alors :

    Les Rmistes et chômeurs qui sont fainéants sont donc de gauche….

    oui ça doit être ça…les RMistes et chômeurs sont de gôche !!!

    Répondre
  95. Armand
    Armand dit :

    Moi je pense que pour comprendre il faut se résigner à fréquenter des vrais gens, pas des bloggueurs ou des gens qui s’évadent de la réalité dans la politique. C’est pas forcément inintéressant, d’ailleurs, de fréquenter des vrais gens. Et donc effectivement on trouve des gens qui galèrent qui votent à droite. Evidemment si quelqu’un leur donnait du pognon pour de vrai ils le prendraient. Mais leur promettre du pognon, ça ne leur suffit pas forcément, l’expérience, acquise de génération en génération, a pu leur montrer que le business de politicien n’était pas si propre que ça.
    Et ça suffit largement à expliquer pourquoi des gens ne votent pas forcément pour ceux qui disent "demain on rase gratis", ou simplement qui proposent la haine de celui qui gagne plus d’argent (ce dernier servant parfois de modèle à ces électeurs de droite, d’ailleurs. Tout le monde ne prend pas Arlette Laguiller ou José Bové comme modèle).
    Inversement il existe une "gauche caviar".
    Et je me garderais bien de donner des leçons de vote à qui que ce soit.

    Enfin dans "Le monde" de ce soir Mélenchon explique que la social-démocratie européenne est occupée à détruire le modèle social qu’elle a créée. Il est normal que dans leur vote les électeurs en tiennent compte, et, s’ils veulent voter pour des partis de gouvernement, que certains d’entre eux votent directement pour la droite, qui les entubera au niveau du pognon, alors que la gauche les entubera au niveau à la fois du pognon et du cerveau. C’est en tout cas comme ça que des "vrais gens en galère" que je connais font leur choix de vote.

    Il y a aussi une raison moins avouable : le racisme, et une raison que Royal a reprise à son compte mais dans un domaine où la gauche a du mal à bâtir un discours : l’insécurité.

    Répondre
  96. Armand
    Armand dit :

    Moi je pense que pour comprendre il faut se résigner à fréquenter des vrais gens, pas des bloggueurs ou des gens qui s’évadent de la réalité dans la politique. C’est pas forcément inintéressant, d’ailleurs, de fréquenter des vrais gens. Et donc effectivement on trouve des gens qui galèrent qui votent à droite. Evidemment si quelqu’un leur donnait du pognon pour de vrai ils le prendraient. Mais leur promettre du pognon, ça ne leur suffit pas forcément, l’expérience, acquise de génération en génération, a pu leur montrer que le business de politicien n’était pas si propre que ça.
    Et ça suffit largement à expliquer pourquoi des gens ne votent pas forcément pour ceux qui disent "demain on rase gratis", ou simplement qui proposent la haine de celui qui gagne plus d’argent (ce dernier servant parfois de modèle à ces électeurs de droite, d’ailleurs. Tout le monde ne prend pas Arlette Laguiller ou José Bové comme modèle).
    Inversement il existe une "gauche caviar".
    Et je me garderais bien de donner des leçons de vote à qui que ce soit.

    Enfin dans "Le monde" de ce soir Mélenchon explique que la social-démocratie européenne est occupée à détruire le modèle social qu’elle a créée. Il est normal que dans leur vote les électeurs en tiennent compte, et, s’ils veulent voter pour des partis de gouvernement, que certains d’entre eux votent directement pour la droite, qui les entubera au niveau du pognon, alors que la gauche les entubera au niveau à la fois du pognon et du cerveau. C’est en tout cas comme ça que des "vrais gens en galère" que je connais font leur choix de vote.

    Il y a aussi une raison moins avouable : le racisme, et une raison que Royal a reprise à son compte mais dans un domaine où la gauche a du mal à bâtir un discours : l’insécurité.

    Répondre
  97. chris
    chris dit :

    Pour reprendre Armand ..moaui plus une espece d’angoisse collective due a la violence ambiante qui fait son chemin .

    Les etats se demilitarise et la delinqance se militarise , un monde de vigiles et de bandits ,c’est encore discret et sournois mais ca fait son chemin ..regarde Swami qui etait pas sorti de son chomage , y fait un tour au parc pour feter son boulot et boum ,y frole le bourre pif ……a failli vire sarkozyste un leger ecart de secondes !!!

    Alors le citoyen lambda a peur sans le savoir et y vote pour l’enervé ,ca le rassure un peu …mais ca durera pas parce que le plus grand trouillard capable de mettre la panique a bord ,c’est justement l’agité !

    Agnes,suis jaloux ,le Sarkozyste etait ma specialité …avec ton coup de maitre sur Agora , t’en a pecho un paquet et des gouteux .

    T’as vu ..y en a meme un qui t’a traite de Muriel Robin ….faut etre salaud quand meme!!!!!!!

    Répondre
  98. chris
    chris dit :

    Pour reprendre Armand ..moaui plus une espece d’angoisse collective due a la violence ambiante qui fait son chemin .

    Les etats se demilitarise et la delinqance se militarise , un monde de vigiles et de bandits ,c’est encore discret et sournois mais ca fait son chemin ..regarde Swami qui etait pas sorti de son chomage , y fait un tour au parc pour feter son boulot et boum ,y frole le bourre pif ……a failli vire sarkozyste un leger ecart de secondes !!!

    Alors le citoyen lambda a peur sans le savoir et y vote pour l’enervé ,ca le rassure un peu …mais ca durera pas parce que le plus grand trouillard capable de mettre la panique a bord ,c’est justement l’agité !

    Agnes,suis jaloux ,le Sarkozyste etait ma specialité …avec ton coup de maitre sur Agora , t’en a pecho un paquet et des gouteux .

    T’as vu ..y en a meme un qui t’a traite de Muriel Robin ….faut etre salaud quand meme!!!!!!!

    Répondre
  99. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    J’l’aime bien ce Mélenchon. Mais j’ai toujours pas compris ce qu’il faisait au PS.

    Si vous voulez faire de beaux rèves, allez lire les 70 commentaires sur Agoravox. Je vous recommande chaudement Mr NPM.

    Répondre
  100. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    J’l’aime bien ce Mélenchon. Mais j’ai toujours pas compris ce qu’il faisait au PS.

    Si vous voulez faire de beaux rèves, allez lire les 70 commentaires sur Agoravox. Je vous recommande chaudement Mr NPM.

    Répondre
  101. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    J’ai posé indirectement la question de la présence de Mélenchon au PS au représentant alter du bled qui était en campagne. Je lui ai dit que je ne comprenais pas comment les gauchistes du PS (pas nombreux, mais quand même) pouvaient continuer à bouffer des couleuvres à longueur de temps au lieu de claquer la porte et de créer leur propre PS.
    Mais tout simplement parce que le PS est un parti d’élus.

    Autrement dit, tant que tu restes au nid, tu as une chance de pécho un mandat, alors que si tu te scindes, tu as la quasi certitude de te manger une gamelle aux élections. Car pas de sous et pas de parti grosse machine qui mobilise l’électeur. Ça craint moins de rester dans un bateau qui coule en politique que de ramer sur un canot de sauvetage. Même tout moribond, même s’il ne représente plus rien, le PC devrait arriver à caser encore quelques candidats là où les francs-tireurs sont sûrs de revenir fanny, même s’ils représentent un courant de fond.
    La politique est inféodée au système des partis et c’est cela qui nous paralyse. Ce système ne peut que se reproduire et étouffer l’émergence de toute nouvelle manière de penser ou de fonctionner.

    Après cela, NS a beau jeu de passer pour un briseur de tabous!

    Répondre
  102. Louis siffert
    Louis siffert dit :

    Les bêtises (du prolos) d’à peu près Sabine Paturel :

    J’ai tout mangé le chocolat
    J’ai tout fumé les Craven A
    Et comme la Gauche était toujours pas là
    J’ai tout vidé le Rhum Coca
    J’ai tout chanté avec des fachos
    J’ai tout cassé des bicots
    Tout déchiré tes belles photos
    Que tu cachais rue Solferinooooooooooooo

    {Refrain:}
    Fallait pas m’ quitter tu vois
    Il est beau le résultat
    Je fais rien que des bêtises
    Des bêtises quand t’es pas là

    J’ai tout démonté le bahut
    J’ai tout bien étalé la glu
    Comm’ la gauche était toujours pas rev’nu
    J’ai tout haché menu menu
    J’ai tout brûlé le beau Tapie
    J’ai tout élu le p’tit sarkozy
    Tout décousu tes beaux habits
    Et mis le feu à la pend’rie

    Fallait pas qu’la gauche me parle comme ça
    En m’disant qu’elle pouvait rien pour moi
    Je fais rien que des bêtises
    Des bêtises quand elle est pas là
    Fallait pas m’traiter comme un looser
    M’ laisser avec Paul Ricoeur
    Je fais rien que des bêtises
    Des bêtises quand mes yeux pleurent

    J’ai tout renversé les poubelles
    J’ai tout pillé ta belle vaisselle
    Attends c’est pas tout à fait tout
    J’ai aussi sodomiser un caribou

    Fallait pas que la gauche me parle comme ça
    En m’disant qu’elle pouvait rien faire pour moi
    Je fais rien que des bêtises
    Des bêtises quand elle est pas là

    Répondre
  103. Louis siffert
    Louis siffert dit :

    Les bêtises (du prolos) d’à peu près Sabine Paturel :

    J’ai tout mangé le chocolat
    J’ai tout fumé les Craven A
    Et comme la Gauche était toujours pas là
    J’ai tout vidé le Rhum Coca
    J’ai tout chanté avec des fachos
    J’ai tout cassé des bicots
    Tout déchiré tes belles photos
    Que tu cachais rue Solferinooooooooooooo

    {Refrain:}
    Fallait pas m’ quitter tu vois
    Il est beau le résultat
    Je fais rien que des bêtises
    Des bêtises quand t’es pas là

    J’ai tout démonté le bahut
    J’ai tout bien étalé la glu
    Comm’ la gauche était toujours pas rev’nu
    J’ai tout haché menu menu
    J’ai tout brûlé le beau Tapie
    J’ai tout élu le p’tit sarkozy
    Tout décousu tes beaux habits
    Et mis le feu à la pend’rie

    Fallait pas qu’la gauche me parle comme ça
    En m’disant qu’elle pouvait rien pour moi
    Je fais rien que des bêtises
    Des bêtises quand elle est pas là
    Fallait pas m’traiter comme un looser
    M’ laisser avec Paul Ricoeur
    Je fais rien que des bêtises
    Des bêtises quand mes yeux pleurent

    J’ai tout renversé les poubelles
    J’ai tout pillé ta belle vaisselle
    Attends c’est pas tout à fait tout
    J’ai aussi sodomiser un caribou

    Fallait pas que la gauche me parle comme ça
    En m’disant qu’elle pouvait rien faire pour moi
    Je fais rien que des bêtises
    Des bêtises quand elle est pas là

    Répondre
  104. Hérémiste
    Hérémiste dit :

    Clairement Agnès 🙂

    Cette logique partisane nous flingue tous.

    En novembre 2006 avec quelques citoyens nous avions tenté de faire une irruption citoyenne en politique en faisant revenir José Bové à la présidentielle avec une pétition qui fut signée par 40 000 personnes.
    Cette irruption citoyenne était un début, quelque chose de nouveau que l’on avait pas vu depuis 30 ans au moins…il en faudra d’autre d’initiatives comme celle là. Il faut que ça se multiplie partout, pour pouvoir dépasser les partis politiques par la bande et les obliger à prendre un compte les citoyens organisés en réseaux, qui ne fonctionne pas du tout avec ces logiques d’appareil qui nous flinguent.

    Durant cette campagne ce fut difficile de leur faire comprendre cet élan citoyen venu du Web, nous avons eut beaucoup de mal à nous faire entendre face à des vieux reflêxes de politicards. Résultat 1.6%. Mais faut pas lacher. Faut continuer à prendre en main toutes formes politiques, à tous les niveaux de la société.

    On s’en occupe maintenant de la politique !

    Répondre
  105. GZLaowai
    GZLaowai dit :

    Le vote UMP … Je vais te donner les raisons du vote non pas d’un prolo, mais de la vice-présidente Finance de ma boîte …

    Pour placer le décor d’abord, c’est une femme d’une toute petite quarantaine d’années, extrêmement brillante dans ses études, qui s’est hissée à ce poste en très peu d’années.
    Pas un petit cerveau quoi, plutôt pointue dans son travail.

    Et bien, lorsque je lui ai demandé pourquoi elle avait voté NS, ses réponses ont été (en résumé) :
    – Parce qu’il paraissait à l’aise et sûr de lui à la télé
    – Non elle n’a pas lu le programme, trop long, pas le temps.
    – Non elle ne sait pas exactement ce qu’il propose, sinon qu’il va enfin supprimer ces 35h qui plombent la productivité
    – Et puis de toute façon, à son poste et avec son salaire, elle ne pouvait pas voter pour un candidat de gauche !

    A côté de ça, quand je lui ai expliqué (preuve à l’appui : discours, extraits du net …) ce que NS avait vraiment dit, la réaction a été "ah bon ? bah, c’est de la propagande gauchiste tout ça, non ?"

    J’ai trouvé tout ça assez désespérant … alors, que le prolo de base vote NS, ça ne me surprend absolument pas …
    Et ça n’est vraiment pas la peine de chercher une explication raisonnée à ce choix.

    Répondre
  106. GZLaowai
    GZLaowai dit :

    Le vote UMP … Je vais te donner les raisons du vote non pas d’un prolo, mais de la vice-présidente Finance de ma boîte …

    Pour placer le décor d’abord, c’est une femme d’une toute petite quarantaine d’années, extrêmement brillante dans ses études, qui s’est hissée à ce poste en très peu d’années.
    Pas un petit cerveau quoi, plutôt pointue dans son travail.

    Et bien, lorsque je lui ai demandé pourquoi elle avait voté NS, ses réponses ont été (en résumé) :
    – Parce qu’il paraissait à l’aise et sûr de lui à la télé
    – Non elle n’a pas lu le programme, trop long, pas le temps.
    – Non elle ne sait pas exactement ce qu’il propose, sinon qu’il va enfin supprimer ces 35h qui plombent la productivité
    – Et puis de toute façon, à son poste et avec son salaire, elle ne pouvait pas voter pour un candidat de gauche !

    A côté de ça, quand je lui ai expliqué (preuve à l’appui : discours, extraits du net …) ce que NS avait vraiment dit, la réaction a été "ah bon ? bah, c’est de la propagande gauchiste tout ça, non ?"

    J’ai trouvé tout ça assez désespérant … alors, que le prolo de base vote NS, ça ne me surprend absolument pas …
    Et ça n’est vraiment pas la peine de chercher une explication raisonnée à ce choix.

    Répondre
  107. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Les "intellos précaires" gauchistes ne sont en fait que des ratés de l’embourgeoisement boboïsant, et très minoritaires dans la masse des "précaires" (tous les "bacs+5" ne se prennent pas pour des intellos, maintenant que ce niveau d’études s’est généralisé et que ça fait plus de quinze ans qu’avec un DEA d’économie on peut se retrouver caissière à Auchan)

    Pan dans la gueule : on dirait mon portrait robot! 🙁

    Répondre
  108. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Les "intellos précaires" gauchistes ne sont en fait que des ratés de l’embourgeoisement boboïsant, et très minoritaires dans la masse des "précaires" (tous les "bacs+5" ne se prennent pas pour des intellos, maintenant que ce niveau d’études s’est généralisé et que ça fait plus de quinze ans qu’avec un DEA d’économie on peut se retrouver caissière à Auchan)

    Pan dans la gueule : on dirait mon portrait robot! 🙁

    Répondre
  109. Armand
    Armand dit :

    Entièrement d’accord avec vous, Agnès, sur l’aspect "alimentaire" du comportement des hommes politiques professionnels. Mélenchon n’avait d’ailleurs pas craché sur un poste dans le gouvernement Jospin, le gouvernement qui a le plus privatisé dans la dernière décennie. Et, autre exemple, Cambadelis s’était lancé dans la délinquance pendant la période où il ne pouvait plus être nourri par le PS.

    Cet aspect des choses est encore plus important pour le PCF, qui auparavant constituait une "bourgeoisie rouge" avec pleins d’affidés, et ce sans même rappeler les valises de billets qui arrivaient de Moscou. Pour avoir une idée de ce qu’était le PCF du temps de sa splendeur, on peut aller sur le site monputeaux.com et regarder à quoi ressemble le règne Ceccaldi-Reynaud. C’est la même chose, sauf qu’à l’époque les rouges pouvaient en plus bourrer les urnes.

    Du coup l’idée de Mélenchon de constituer un pôle de gauche avec les restes du PCF ne pourra se faire à mon avis que quand il n’y aura plus de pognon à se faire pour les communistes, quand ils auront perdu la quasi-totalité de leurs députés et de leurs plus grandes villes. C’était le sens de la stratégie de Buffet de tenter de bouffer Besancenot Bové et Autain dans le cadre de la candidature "anti-libérale".

    Dans ces conditions, si en plus on a la mémoire du mitterrandisme d’affaire, qu’on n’a pas de boulot, que quand on trouve un boulot de précaire dans le public les titulaires (qui votent à gauche) vous crachent à la gueule, qu’on a peur quand on doit rentrer tard chez soi, qu’on a peur pour ses enfants tout le temps, on peut se retrouver à voter Sarkozy tout en étant un "prolo". Les "intellos précaires" gauchistes ne sont en fait que des ratés de l’embourgeoisement boboïsant, et très minoritaires dans la masse des "précaires" (tous les "bacs+5" ne se prennent pas pour des intellos, maintenant que ce niveau d’études s’est généralisé et que ça fait plus de quinze ans qu’avec un DEA d’économie on peut se retrouver caissière à Auchan).

    Et attention : dans 6 mois ou un an le vent peut parfaitement avoir tourné pour Sarkozy. Et en 2012 ou avant on pourra avoir de nouveau un gouvernement de gauche, par la grâce des mêmes qui ont voté Sarkozy cette année alors qu’ils n’ont pas de copains à yachts et ne sont pas assujettis à l’ISF.

    Répondre
  110. chris
    chris dit :

    Ben mine de rien , on avance sur le vote Sarko ….ya des pistes et pas si farfelues que ca .

    Hier , comme j’ai balance ton article au milieu d’un debat sur la TVA , la bonne grenade ……un prolo est sorti de l’abri se sentant outragé et c’etait derriere la haine de cette gauche qui les a trahis , un immense desespoir a peine masque .

    Oui , cette colere la est capable de se retourner au premier virage mal negocie et comme c’est Fillon qui est volant …on peut lui faire confiance .

    Répondre
  111. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Bon… N’empêche. C’est pas simple. On se retrouve avec 4 ou 5 profils différents.

    • Ceux qui votent en fonction de l’image à la télé. "Elle était molle et lui était dynamique".
    • Ceux qui votent parce qu’ils se sentent trahis pas la Soc’Dem’.
    • Ceux qui votaient Le Pen et qui votent NS… pour cause de peur, xénophobie, hystérie…
    • Ceux qui ont la haine des gauchistes, méprisants et donneurs de leçons… les complexés-frustrés…

    J’en oublie sûrement ?

    On ne connaît pas la proportion de chaque population. Mais la première me semble hyper-représentée.

    Lors de la présidentielle, il y a eu une vraie hystérie. Qui a permis une vraie mobilisation des électeurs……. et là, tout le monde s’en fout ? Même eux là ?

    Répondre
  112. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Bon… N’empêche. C’est pas simple. On se retrouve avec 4 ou 5 profils différents.

    • Ceux qui votent en fonction de l’image à la télé. "Elle était molle et lui était dynamique".
    • Ceux qui votent parce qu’ils se sentent trahis pas la Soc’Dem’.
    • Ceux qui votaient Le Pen et qui votent NS… pour cause de peur, xénophobie, hystérie…
    • Ceux qui ont la haine des gauchistes, méprisants et donneurs de leçons… les complexés-frustrés…

    J’en oublie sûrement ?

    On ne connaît pas la proportion de chaque population. Mais la première me semble hyper-représentée.

    Lors de la présidentielle, il y a eu une vraie hystérie. Qui a permis une vraie mobilisation des électeurs……. et là, tout le monde s’en fout ? Même eux là ?

    Répondre
  113. Lory
    Lory dit :

    Un "Kropotkine" qui raisonne de cette manière, pour moi c’est surtout du narcissisme et de la complaisance. Je trouve curieux qu’il n’ait pas voté Bayrou, ça m’aurait semblé plus cohérent avec son discours un peu snob.

    Répondre
  114. P. Kropotkine
    P. Kropotkine dit :

    Mais Agnès, cessons les ironies en la matière, à moins qu’il s’agisse de naïveté sincère de ta part?… 20 ans de TF1, de frics, de paillettes, de médias à la botte, d’un système scolaire en déshérence, de pauvreté intellectuelle entretenue et voilà le résultat! Les prolos et les employés de base qui les méprisent sous le seul prétexte valable à leurs yeux qu’eux au moins n’ont pas les mains sales…. (j’imagine que c’est le seul argument qu’ils ont pour mépriser leurs semblables des usines…) regardent avec envie ce monde où tous les coups sont permis, mais la TV, c’est pas la Réalité! Ils ont encore rien compris, Parce que la malhonnêteté en tous genres qui s’affiche là sans vergogne, dans les faits, porte préjudice en premier lieu aux ânes qui s’en repêssent, les employés et les ouvriers qui les imitent pathétiquement. Non, ce sont de pauvres cons pauvres, c’est un fait victimes, jusqu’à quel point consentants? de leur propre servitude. On nage en plen bovarysme…. C’est franchement pathétique. L’atmosphère générale peut être assimilée à cette anecdote narrée jadis par K. Lagerfeld. Quand une vendeuse de boutique haute-couture commence par prendre de haut les clientes qui y pénètrent, elle devrait changer de travail… ça y est on y est. En poussant l’image un peu loin. L’arrogance avec laquelle certains prolos (ouvriers, employés, c’est tout un, en particulier les femmes, tiens donc…) toisent des gens qui n’ont pas fait le choix de vivre comme eux, évitent de sombrer dans la foire aux apparences d’une mode saturée de vulgarité, atteint les limites du pathétique.Eux qui économisent sous sur sous pour paraître ce qu’ils ne sont pas ("riches", selon les critères des nouveaux parvenus qui inondent nos écrans…) jugent comme "pauvres" et méprisables tous ceux qui ne tombent pas dans ce travers. C’est franchement à mourir de rire!! L’élégance simple passe pour has been. Tu peux être riche, cultivé et ouvert aux autres, habillé de cette manière tu passes pour un con! Parce que moi aussi, j’ai voté contre ma classe (caste?…) d’origine, j’ai voté LCR! Maintenant le rêve va finir pour eux et paradoxalement prendre une autre tournir pour moi, avec la suppression des frais de succession et le plafonnement de l’ISF, merci les pôôôôôôvres!! lol. Pourrez toujours me toiser de haut, c’est beaucoup grâce à vous que je pourrai (jouir?…) de tous ces bienfaits capitalistiques! Merci! et bon vote!

    Répondre
  115. timeo
    timeo dit :

    Zéro réaction de prolos UMP et 88 commentaires (tiens, 89).
    On dirait bien que les "bolchéviques sanguinaires" ont horreur du vide.
    C’est très intéressant…

    Répondre
  116. Lory
    Lory dit :

    @ Kroptokine
    Ah bah si tu sais que tu l’es et que tu l’assumes, c’est rassurant. Il y en a tellement qui ne veulent pas se reconnaitre comme tels, ce qui rend les relations très problématiques.

    Mais si tu l’assumes il faut faire attention parce que ça peut etre dangereux, surtout dans des quartiers justement, où ça peut etre mal vu. Si tu veux avoir des rapports avec les prolos, il vaut mieux te mimétiser pour discuter, pare que des fois les coups peuvent voler bas avant meme avoir ouvert la bouche, juste à cause du look.

    Tiens par exemple, le guru, il n’y a pas si longtemps il a failli se faire rétamer en faisant une ballade en vélo en famille sur une piste cyclable d’un parc (pour une fois qu’il ne faisait rien de mal!), pour avoir rappelé à l’ordre un gus en scooter qui avait failli renverser son mome. Les prolos, tant qu’ils ne font que des fautes d’orthographe plus grosses qu’eux, c’est pas grave (je dis ça exprès pour en faire bisquer un qui a posté plus haut, comme ça il reviendra débattre et on pourra lui corriger).

    Sinon pour mes hormones j’ai été ménoposée en avance à cause de la chimiothérapie mais je ne m’en plains pas, c’est meme un avantage. Il y a donc beau temps que je suis fauchée et qu’on m’a mise en gerbe.

    Ah la tete de l’état, c’est pas de la littérature… Pour le "jury littéraire", c’est là:
    http://olivierbonnet.canalblog.com/
    et "là" je dois dire, ça laisse reveur…

    Répondre
  117. Lory
    Lory dit :

    @ Kroptokine
    Ah bah si tu sais que tu l’es et que tu l’assumes, c’est rassurant. Il y en a tellement qui ne veulent pas se reconnaitre comme tels, ce qui rend les relations très problématiques.

    Mais si tu l’assumes il faut faire attention parce que ça peut etre dangereux, surtout dans des quartiers justement, où ça peut etre mal vu. Si tu veux avoir des rapports avec les prolos, il vaut mieux te mimétiser pour discuter, pare que des fois les coups peuvent voler bas avant meme avoir ouvert la bouche, juste à cause du look.

    Tiens par exemple, le guru, il n’y a pas si longtemps il a failli se faire rétamer en faisant une ballade en vélo en famille sur une piste cyclable d’un parc (pour une fois qu’il ne faisait rien de mal!), pour avoir rappelé à l’ordre un gus en scooter qui avait failli renverser son mome. Les prolos, tant qu’ils ne font que des fautes d’orthographe plus grosses qu’eux, c’est pas grave (je dis ça exprès pour en faire bisquer un qui a posté plus haut, comme ça il reviendra débattre et on pourra lui corriger).

    Sinon pour mes hormones j’ai été ménoposée en avance à cause de la chimiothérapie mais je ne m’en plains pas, c’est meme un avantage. Il y a donc beau temps que je suis fauchée et qu’on m’a mise en gerbe.

    Ah la tete de l’état, c’est pas de la littérature… Pour le "jury littéraire", c’est là:
    http://olivierbonnet.canalblog.com/
    et "là" je dois dire, ça laisse reveur…

    Répondre
  118. Lory
    Lory dit :

    @ Agnès
    Pourquoi? Il ne disait rien de méchant Kroptokine! Pour l’humour… je ne crois pas etre celle qui en manque le plus; à vrai dire chez moi l’humour doit meme etre génétique, il fait parti de mes chromosomes. Tu devrais revoir certains de tes préjugés.

    Répondre
  119. Kezir
    Kezir dit :

    han, voté l’autre cruche sa auré mieux aidé les ouvriers ? les smicard … franchement je pence pas , d aileur j’ai pas voté !

    bref, il fau savoir que 80 % des votans le fond sans réelement conaitre le programe de leur candidat …

    Je VOUS LAISSE réfléchiree 🙂 , ( appré sa … sa me donne pas envis de debatre )

    Répondre
  120. P. Kropotkine
    P. Kropotkine dit :

    [modération on] Ce n’est pas que tes propos n’étaient pas intéressants, et je comprend l’humour, mais on repartait sur une guéguerre interpersonnelle. Donc couic. Désolée. [modération off]

    Un autre mépris de classe donc, un bourgeois ne peut-il pas voter pour plus de solidarité sans de facto être taxé de neneu "bayeuouristeuh?". C’est un peu la version en miroir du prolo qui fait de l’anti-intellectualisme primaire. A ce niveau-là, ils ont bien le Nobel de littérature qu’ils méritent à la tête de l’Etat… Ma réaction est surtout la conséquence d’un mépris qui se nourrit à la source d’une certaine vocation de partage à l’égard des plus nécessiteux! Est-ce à dire qu’il faille pour autant changer mon style de vie? C’est un peu simpliste non? Enfin, tout ça ne fait pas avancé le schmilblick…

    Enfin, le tout pour dire que c’est triste, cette affaire de prolos qui votent contre leur intérêt!

    Répondre
  121. P. Kropotkine
    P. Kropotkine dit :

    [modération on] Ce n’est pas que tes propos n’étaient pas intéressants, et je comprend l’humour, mais on repartait sur une guéguerre interpersonnelle. Donc couic. Désolée. [modération off]

    Un autre mépris de classe donc, un bourgeois ne peut-il pas voter pour plus de solidarité sans de facto être taxé de neneu "bayeuouristeuh?". C’est un peu la version en miroir du prolo qui fait de l’anti-intellectualisme primaire. A ce niveau-là, ils ont bien le Nobel de littérature qu’ils méritent à la tête de l’Etat… Ma réaction est surtout la conséquence d’un mépris qui se nourrit à la source d’une certaine vocation de partage à l’égard des plus nécessiteux! Est-ce à dire qu’il faille pour autant changer mon style de vie? C’est un peu simpliste non? Enfin, tout ça ne fait pas avancé le schmilblick…

    Enfin, le tout pour dire que c’est triste, cette affaire de prolos qui votent contre leur intérêt!

    Répondre
  122. P. Kropotkine
    P. Kropotkine dit :

    @ Lory : Chez les femmes, le sens de l’humour est une qualité qui rend leur intelllllligence plus éclatante encore, donc, c’est bien tant mieux, Lory. Par ailleurs, s’agissant des prolos, disons que je ne les fréquente pas beaucoup beaucoup… Je les vois dans la rue, de loin, on habite pas le même quartier. J’ai peut-être nourri une vision quelque peu fantasmagorique à leur égard, l’idée selon laquelle, la solidarité de classe (bouh… le vilain mot!) allait l’emporter sur le mépris du plus pauvre que soi, sur l’envie, voire la jalousie et plus paradoxalement l’admiration!! à l’égard de ceux qui sont "riches"…. De leur côté, eux aussi nourrissent des fantasmes en barre relativement aux riches… Ce sont les riches des séries américaines, des plateaux TV, du JT, de la publicité… La plupart de ceux-là n’étant que de pathétiques petits parvenus qui jouent les rebelles de cours de récréation, avec leur sens usé des provocations faciles ou comment l’esprit canal a fini depuis belle lurette dans le caniveau…(pour resté dans un registre compréhensible aux TVphage de base…). C’est sûr essayer d’expliquer à un prolo que lire Montaigne, aller "à sauts et à gambades", se plonger dans Borges ou Barthes en étant maître de son temps, juste comme ça pour le plaisir, sans se soucier des questions pécuniaires, ça le dépasse un peu… COOOOOA! pas de temps passé à faire du fric? Tu fais COOOOOOA de ton temps?…Enfin, c’est vrai être rentier ça facilite les choses, mais les premiers a rêver de l’être seraient à coup sûr aussi les derniers à savoir jouir des libertés certaines que cette situation confortable favorise. Le paradis des uns est assurément l’enfer des autres…Bon, c’est pas tout ça là, assez égotiser dans le vide. ciao à la prochaine, vais faire une sieste salvatrice là….

    Répondre
  123. Steph. K
    Steph. K dit :

    Agnès, je crois que tu ne poses pas la bonne question. La grande majorité des gens a voté pour Nicolas sarkosy, pas pour l’UMP et encore moins pour un programme.
    D’ailleurs le français moyen ne fait pas de politique, il regarde la politique spectacle à la télé mais profite du show sans écouter/comprendre le discours.
    A ce jeu celui qui ressemble le plus à un prédicateur est quasi sûr de gagner et Sarkosy l’a bien compris.

    Répondre
  124. Marie-Aude
    Marie-Aude dit :

    Il y a aussi tous ceux qui votent Sarko parce qu’ils ne savent pas et qu’ils se font tranquillement lobotomisés à force de répétition de discours qui contrecarrent la réalité.

    Toirs exemples :

    1- il faut résoudre le problème de l’immigration et de la sécurité en choisissant l’immigration, il y a des centaines de millions de pauvres qui attendent à nos frontières prêts à nous bouffer tout notre pain.
    En fait, une analyse des chiffres montre que les immigrés "purs et durs" dont à peine 10.000 par an, et que le reste c’est pour moitié du regroupement familial (conjoint et famille d’immigrés) et pour moitié de la famille de français, chacun grosso-modo à hauteur de 50-60.000 par an. On ne me fera pas croire que 50.000 personnes par an, dans un pays qui a en même temps un solde migratoire nul, ou négatif, c’est pas assimilable. (et ça d’autant plus que ces chiffres comprennent aussi les "bons" étrangers de pays développés non Schengen, les Suisses, les Américains, les Japonais…)
    Donc plutôt que de réfléchir vraiment sur les difficultés de toute une population qui est plus française qu’étrangère, on répète sans arrêt qu’il faut fermer l’immigration, ce qui a déjà été fait depuis des années, et on fait peur à Monsieur tout le Monde.

    2- Il faut arrêter de redistribuer l’argent des riches aux pauvres assistés. Pas de bol, la France est un des pays les plus inégalitaires en termes de répartition du patrimoine, devancé uniquement par les US, et depuis 20 ans l’éventail des rémunérations s »élargit de plus en plus : les pauvres gagnent moins, les riches gagnent plus et sont moins ponctionnés. L’effet d’annonce sur l’héritage est un bon example…

    3- La France serait un des pays où on travaille le moins. Oui mais… c’est aussi un des pays où les actifs sont les plus nombreux. Notamment, le taux de femmes au travail est un des plus élevés d’Europe, avec l’Angleterre. Remettez ces femmes à la maison, et il y aura beaucoup plus de travail disponible pour "ceux qui restent"… mais une énorme chute de revenu des ménages.

    Sarkozy est un remarquable communiquant, qui applique parfaitement bien la technique du "plus je le répète plus c’est vrai". Une fois que ces bases sont validées, on peut de bonne foi penser qu’il faut travailler plus, que les pauvres sont ponctionnés pour aider les assistés, et pas les riches, et qu’il faudrait changer tout cela. Son génie populiste est de faire passer sa politique pour un ensemble de mesures au service de la "France d’en bas", et il y arrive en partie grâce à sa main mise sur les medias, et par la connerie d’une gauche qui a été bien incapable de monter un vrai projet et d’argumenter sur les mensonges sarkoziens.

    Répondre
  125. krysalia
    krysalia dit :

    Je suis fascinée par la confiance gluante dans laquelle ces gens se vautrent sans aucune envie d’en sortir. c’est qu’ils y tiennent à leur cocon … ( quelques citations approchantes ) :

    " moi j’ai confiance, je paye pour voir ! "
    Juste avant le premier tour. Quand j’ai dit qu’il ne serait surement pas le seul à payer, il a pris l’argument habituel de la paranoïa, car il considère sa confiance aveugle comme plus saine. C’est l’acte de foi " saute et le pont apparaîtra ! ". Pour ces gens, c’est moins sarko qui va rendre certaines choses possibles que la quantité de confiance style methode coué qu’on mettra en lui.

    " Bah c’est pas parce que borloo a parlé de la TVA sociale qu’il va vraiment la faire, enfin ! Moi, je n’y crois pas. attendons avant de diaboliser ! ne manifestons pas, observons d’abord les résultats, s’ils sont mauvais sur le long terme, il sera temps de se plaindre "
    Effrayante naïveté, sans compter que ceux qui voudraient discuter son propos sont des méchants agressifs et intolérants, bien sûr. On se croirait entrain d’expliquer à des enfants que le père noël n’existe pas.

    " Ben oui plusieurs des ministres ont été condamnés pour malversations, mais ils ne vont peut être pas rester, alors ce n’est pas grave, il faut cesser de protester, ça ne fait que créer un mauvais climat " .
    C’est sûr que si personne ne proteste la météo politique est au beau fixe… Ca me rapelle les cartes météos de fidel castro dans les parodies.

    "c’est le vote du peuple. c’est la démocratie ! LA DEMOCRATIE ! " ( ad nauséam, si tous les moutons de panurge se jettent, alors il faut y aller dans la joie et dans la certitude que la décision est bonne, si possible en se le répétant souvent. La décision était bonne. De la foi pure et simple. )

    Je passe sur le fait que ces gens excusent tout et tout le monde. On dirait qu’ils n’ont pas voté sarkosy parce qu’ils étaient d’accord, mais parce que plus rien ne les choque. Les déclarations les plus outrageantes sont accueillies avec un haussement d’épaules, les symboles les plus puants passent comme une lettre à la poste. On dirait des zombies.
    C’est peut être ce je m’en foutisme qui me touille la tête le plus, le fait que ces gens n’aient pas voté pour des valeurs mais comme des automates totalement dans la methode coué, y compris quand les circonstances d’après campagne auraient du leur ouvrir les yeux.
    D’ailleurs " on n’a pas voté pour ça tout de même " , j’aurais bien voulu l’entendre chez certains prolos sarkosystes, mais le réveil n’a pas encore eu lieu chez ceux que je connais. Ils croient dans la béatitude encore aujourd’hui. Je me demande jusqu’ou il faudra aller pour qu’ils se réveillent, c’est déja bien assez effarant comme ça !

    Répondre
  126. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Krysalia (#98) : Un commentaire très riche et qui donne matière à frissons…

    @Fred, de L. : C’était sur la 1. Ca s’appelait "Combien ça coûte".

    …C’est bizarre, j’ai beau avoir une télé, je n’ai jamais aucune idée de ce qui passe sur TF1… Ni sur M6. Sauf quand un Nain se gourre avec la télécommande, mais ça ne dure que quelques secondes de têtes de cons pur beurre, blondasses-pétasses à décolleté aussi vertigineux que leur abîme cérébral, et couleurs clinquantes et saturées du goût le plus atroce…

    Tiens, j’ai beau être plus fidèle à France Télévision (qui fait rien qu’à essayer de faire "plus TF1 que TF1" cependant), j’ai remarqué ces derniers jours à de multiples reprises un spot de pub / bande annonce pour je ne sais plus quelle émission d’abrutis "à la manière de l’autre chaine", et ce que j’ai trouvé le plus remarquable était que l’extrait d’émission retenu pour la pube était un passage où de deux navrants crétins rigolards de présentateurs, l’un disait à la blondasse potiche de service une phrase en substance du genre Ce que j’aime avec toi, c’est que tu as de grands yeux, une grande bouche, et un tout petit cerveau ! devant le plateau d’intellectuels morts de rire…

    Ils nous l’ont matraquée sur toute les tranches horaires, cette bande-annnonce, aussi m’étonnai-je de ne pas avoir vu Lory quiconque protester contre cette injection de sympathique vision de la femme. (C’est bizarre, l’homme d’esprit avait oublié "de gros seins", d’ailleurs…)

    Répondre
  127. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Hier soir il y a avait un dernier meeting électoral en faveur de Sarko. C’était sur la 1. Ca s’appelait "Combien ça coûte". Et c’était odieux. Tous les reportages étaient accompagnés d’un "Comme d’habitude avec l’administration, c’est aux innocents de prouver qu’ils le sont".

    Répondre
  128. mamamama
    mamamama dit :

    Alors moi j’ai fait comme Agnès elle a dit : j’ai demandé aux commerçants de mon quartier : pas des purs prolos, mais, quand même, j’vous jure qu’ils gagnent pas lourd et font des heures. Pis au moins ils savent que chuis pas de droite mais bon : on vit ensemble alors suffit d’éviter de trop s’échauffer les oreilles sur les sujets qui fâchent.

    Les arguments :

    1) la bureaucratie : pour la moindre démarche, alloc ou aide, on y passe des jours entiers à distraire des "fonctionnaires dans les bureaux", bizbilles entre commune/conseil général/intercommunalité/syndicat des ordures/police municipale, etc.

    2) les taxes, les charges : tout ça pour quoi ? toujours des taxes pour tout pour rien, des beaux bâtiments tous neufs : caserne de pompiers, maison de l’emploi, mairie refaite, école refaite, collège refait, routes refaites et plus rien dans la poche du travailleur.

    3) l’école c’est plus comme avant, les jeunes y respectent plus rien, on paye des impôts pour la police municipale et en plus ça sert à rien. les zinstits y z’apprennent rien aux gamins, ils font des dessins à l’école, des promenades en forêt et ils savent même pas écrire. Et en plus ils fument à l’école.

    Répondre
  129. mamamama
    mamamama dit :

    Alors moi j’ai fait comme Agnès elle a dit : j’ai demandé aux commerçants de mon quartier : pas des purs prolos, mais, quand même, j’vous jure qu’ils gagnent pas lourd et font des heures. Pis au moins ils savent que chuis pas de droite mais bon : on vit ensemble alors suffit d’éviter de trop s’échauffer les oreilles sur les sujets qui fâchent.

    Les arguments :

    1) la bureaucratie : pour la moindre démarche, alloc ou aide, on y passe des jours entiers à distraire des "fonctionnaires dans les bureaux", bizbilles entre commune/conseil général/intercommunalité/syndicat des ordures/police municipale, etc.

    2) les taxes, les charges : tout ça pour quoi ? toujours des taxes pour tout pour rien, des beaux bâtiments tous neufs : caserne de pompiers, maison de l’emploi, mairie refaite, école refaite, collège refait, routes refaites et plus rien dans la poche du travailleur.

    3) l’école c’est plus comme avant, les jeunes y respectent plus rien, on paye des impôts pour la police municipale et en plus ça sert à rien. les zinstits y z’apprennent rien aux gamins, ils font des dessins à l’école, des promenades en forêt et ils savent même pas écrire. Et en plus ils fument à l’école.

    Répondre
  130. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    (En guise de trackback manuel, piske les automatiques sont fermés…)

    Ça y est : J’en tiens une !

    La dame réussit l’exploit de tenir tout le repas sans se taire une seconde – je m’interroge toujours sur cette capacité surprenante chez certaines personnes de manger sans cesser un instant de parler, sans que ceci ne ralentisse le moins du monde aucune des deux activités ; ça laisse d’autant plus songeur qu’on se dit qu’elles doivent également trouver le moyen de respirer en même temps ! Je pense qu’elle respirent sans doute par l’anus.

    Répondre
  131. chris
    chris dit :

    Remarque la sombre conne de Swami ,pas pire que Johnny ou Clavier qui se sont rallie au sarko parce qu’y se sont fait braquer leurs caisses comme des gros cons d’acteurs .

    Retrouve moi ma Jag et on te boostera l’election .

    Finalement c’est pas un president qu’on a ,mais un prestataire de service .

    Répondre
  132. chris
    chris dit :

    Remarque la sombre conne de Swami ,pas pire que Johnny ou Clavier qui se sont rallie au sarko parce qu’y se sont fait braquer leurs caisses comme des gros cons d’acteurs .

    Retrouve moi ma Jag et on te boostera l’election .

    Finalement c’est pas un president qu’on a ,mais un prestataire de service .

    Répondre
  133. Eric
    Eric dit :

    Je n’ai lu que les 50 premiers commentaires et je ne sais pas si un prolosarkozyste s’est manifesté après ça.

    Mais il me semble que le vote sarkozy peut s’expliquer par plein de choses. 20% de ceux qui ont voté à l’extrême gauche au premier tour de la présidentielle se sont abstenu au deuxième tour, cela a largement contribué à faire pencher la balance en faveur de la droite. (Laquelle ne s’abstient jamais!)
    Tant de gens très intelligents de gauche nous ont expliqué que Sarkozy=Royal. Alors, pourquoi chercher la poutre dans l’oeil du prolo?

    Répondre
  134. Pef
    Pef dit :

    Salut Agnès,

    Une réponse possible à ta question est brillamment exposée par Mona Chollet dans Périphérie : "Rêver contre soi-même" http://www.peripheries.net/article3

    Ils rêvent de Succès Story et votent aussi pour leurs propres intérêts de futur riche :
    "Ils ne considèrent pas les riches comme ses ennemis de classe : il admire leur réussite, présentée partout comme un gage de vertu et de bonheur, et il est bien décidé à devenir comme eux.
    A ses yeux, ils n’accaparent pas des biens dont une part devrait lui revenir : ils les ont créés à partir de rien, et il ne tient qu’à lui de les imiter. Il ne veut surtout pas qu’on les oblige à partager ou à redistribuer ne serait-ce qu’une petite part de leur fortune : cela égratignerait le rêve."

    Répondre
  135. Pef
    Pef dit :

    Salut Agnès,

    Une réponse possible à ta question est brillamment exposée par Mona Chollet dans Périphérie : "Rêver contre soi-même" http://www.peripheries.net/article3

    Ils rêvent de Succès Story et votent aussi pour leurs propres intérêts de futur riche :
    "Ils ne considèrent pas les riches comme ses ennemis de classe : il admire leur réussite, présentée partout comme un gage de vertu et de bonheur, et il est bien décidé à devenir comme eux.
    A ses yeux, ils n’accaparent pas des biens dont une part devrait lui revenir : ils les ont créés à partir de rien, et il ne tient qu’à lui de les imiter. Il ne veut surtout pas qu’on les oblige à partager ou à redistribuer ne serait-ce qu’une petite part de leur fortune : cela égratignerait le rêve."

    Répondre
  136. jessie
    jessie dit :

    j’suis une prolo chez les prolo (HLM dans banlieue dortoir), travailleuse sociale de surcroit (même si au chom’du la moitié du temps, c’est le genre de profession que t’exerce gratos malgré toi et qui te conduit à fréquenter la racaille, heu, pardon, les salauds de pauvres et les fainéants) et je n’ai rien de plus à ajouter que mon témoignage sur ce que j’entends

    et ce que j’entends c’est avant tout une suite de slogans sans rationalisation, un discours publicitaire de façade, exempte de réflexion, d’arguments, et plus encore de recherche de l’information

    y’a de tout dans ces slogans, mais principalement c’est la haine, l’élection de la haine, l’élection de la fracture sociale, l’élection anti

    anti sarko d’un côté, anti-au choix- de l’autre): anti-jeunes (y’a plus de respect ma bonne dame), anti-pauvres (oui mais pas ceux qui méritent, qu’ont bien du malheur, nan, les autres qui vivent du système D comme des bourges alors qu’ils sont aussi cul-terreux que nous), femmes et enfants (ces pétasses de pondeuses avec leurs allocs, et leurs enfants sans pères, ou leurs maris friqués ou pas qu’elles exploitent, ces pétasses qui voudraient nous materner quand on aime les jeux virils et la compèt’ bien couillue ) anti-gauchistes (la gauche, c’est les coco, la peur du coco aux yeux fous avec le sabre entre les dents est toujours efficace) anti-fonctionnaires (ces salauds qu’on engraisse à rien foutre)…etc….. :

    de la haine (priver autrui de ce qu’on a et surtout de ce qu’on n’a pas), du racisme (c’est aussi de la haine)
    haine dirigée non pas contre ceux qui nous écrasent mais ceux qui sont encore plus écrasés que nous
    c’est un peu comme la haine du juif à une autre époque : on a réussi à canaliser le ras-le-bol général sur des "parasites" (ou supposés et désignés tels) faibles et sans défense, très pratique !!!

    mais contrairement à certains totalitarismes, cette haine est "à la carte": le "sarkozysme" distille une haine adaptable à un public assez varié, y’en a pour tous les goûts

    en gros, vous haissez quelqu’un pour une raison idiote ou pas, au lieu de vous demander une certaine modération voire de vous interdire d’appeler au mépris et au rejet voire à la violence, sarkozy vous encourage et vous applaudit : si si, même les riches et les patrons-voyous vous avez le droit de les haïr, et en plus on vous apprend en prime que c’est la faute aux gauchistes si y’a des riches pas sympas et des patrons-voyous, c’est-y pas beau ???

    le travail : l’impression (juste une impression, mais tenace et portée comme une vérité) que ceux qui bossent, se donnent du mal, ont bien du malheur …etc…. seront reconnus, même s’ils crèvent de bas revenus ou d’un accident du travail sur les échafaudages (et p’t’être même qu’on va inventer des médailles du mérite pour les amiantés, lol !!!), chacun aura selon son mérite (et le père noël existe pour de vrai, si ! si !)

    versus haine de ceux qui arrivent à survivre sans trop en chier (ou apparemment sans en chier, style RMIstes qui fréquentent les bibliothèques au lieu de casser du caillou, qui militent courageusement et supportent leur condition sans pleurer, avec dignité, parce qu’ils ont l’air de pas en chier on en déduit qu’ils en chient pas, ou alors s’ils boivent et sont dépressifs on en déduit qu’ils fainéassent, pas que la vie et ses injustices et ses accidents les a rendus malades)
    bref, s’ils vivent sans bosser ni avoir de grands grands malheurs (en apparence), mais pas les riches, nan, les pauvres comme nous, qui devraient être comme nous, durs à la tâche et/ou malheureux et envieux

    c’est très petit-bourgeois comme esprit, avec une haine des élites de gauche et, bon, un bon fond de sexisme par dessus (plus qu’un fond d’ailleurs)

    ceux qui bossent pas seront foutus (genre "le travail rend libre" et vaut mieux être mort qu’handicapé ou au chom’du), ou en tous cas si t’es pas productif t’es inutile- comme les fonctionnaires- et si t’es inutile qu’est-ce tu fous sur Terre (tu peux crever sale parasite)

    l’idée c’est "on en a chié, les autres doivent en chier, faut en chier pour arrêter de se plaindre et voire la vie en rose

    mode plaisanterie on
    d’ici à ce qu’on inocule le HIV à tout le monde pour qu’on en chie tous un max pour être heureux et retrouver le sens des Vraies Valeurs de la France Vraie, y’a pas loin
    on a envie de dire qu’il suffit de tomber malade ou d’avoir un handicap pour en chier vraiment, à moins de naitre femme en Chine ou en Inde ou en Afrique, pour avoir un aperçu du "mérite" et voir comment on est heureux et positif quand on en chie un max
    mode plaisanterie off

    les fantasmes sur la gauche : à gauche on ne travaille pas, pas durement en tous cas, on se plaint tout le temps et on n’en chie pas, on ne sait pas ce que c’est que de gagner sa croute dans la douleur, on ne sait pas ce que c’est que d’avoir froid, faim, mal, peur de l’avenir, ni ce que c’est que de se remonter les manches dans l’adversité, ….

    à gauche on ne sanctionne pas les comportements violents ou nuisibles, on met la police au chômage technique et on ferme les tribunaux (lol !!!!)
    au contraire on encourage l’irresponsabilité et le manque de réflexion et de maîtrise de soi (lol !!! quand je pense que l’éducation et la pédagogie et le civisme et la responsabilisation sont au coeur de l’idéologie de gauche, j’suis MDR), on est OK pour se faire envahir par d’horribles kamikases islamistes, ça nous fait jouir rien que d’y penser tellement on est bêtement angélistes, ou alors on est des cocos staliniens avec des yeux de fous furibonds et un sabre entre les dents

    slogans, fantasmes, mensonges, ignorance

    j’suis prolo, je vis chez les prolos (et c’est pas demain ni après-demain que j’en sortirais, j’les aime et je m’aime, enfin je crois), et, oui, y’a des prolos (pas tous, loin, très loin de là, pas la majorité sauf chez les petits retraités) qui ont voté sarko

    j’peux pas en vouloir aux vieilles et aux vieux de pas pouvoir admettre une femme ou des gauchistes (argh les communistes, staline et tout le tintouin) au pouvoir, ça entre pas dans leurs logiciels existentiels, c’est bloqué dans les années 40-50, question de conditionnement

    j’peux pas en vouloir non plus à ceusses qui n’ont pas l’excuse du conditionnement d’après-guerre et qui pensent que "quand on veut on peut", pensée magique qui conjure comme par miracle les démons du chômage de masse, du capitalisme financier, de la domination exacerbée des mêmes par les mêmes

    croyances, opium, pensée magique et haine : c’est un coktail qu’on ne trouve pas que chez les prolos, je le crains

    Répondre
  137. jessie
    jessie dit :

    j’suis une prolo chez les prolo (HLM dans banlieue dortoir), travailleuse sociale de surcroit (même si au chom’du la moitié du temps, c’est le genre de profession que t’exerce gratos malgré toi et qui te conduit à fréquenter la racaille, heu, pardon, les salauds de pauvres et les fainéants) et je n’ai rien de plus à ajouter que mon témoignage sur ce que j’entends

    et ce que j’entends c’est avant tout une suite de slogans sans rationalisation, un discours publicitaire de façade, exempte de réflexion, d’arguments, et plus encore de recherche de l’information

    y’a de tout dans ces slogans, mais principalement c’est la haine, l’élection de la haine, l’élection de la fracture sociale, l’élection anti

    anti sarko d’un côté, anti-au choix- de l’autre): anti-jeunes (y’a plus de respect ma bonne dame), anti-pauvres (oui mais pas ceux qui méritent, qu’ont bien du malheur, nan, les autres qui vivent du système D comme des bourges alors qu’ils sont aussi cul-terreux que nous), femmes et enfants (ces pétasses de pondeuses avec leurs allocs, et leurs enfants sans pères, ou leurs maris friqués ou pas qu’elles exploitent, ces pétasses qui voudraient nous materner quand on aime les jeux virils et la compèt’ bien couillue ) anti-gauchistes (la gauche, c’est les coco, la peur du coco aux yeux fous avec le sabre entre les dents est toujours efficace) anti-fonctionnaires (ces salauds qu’on engraisse à rien foutre)…etc….. :

    de la haine (priver autrui de ce qu’on a et surtout de ce qu’on n’a pas), du racisme (c’est aussi de la haine)
    haine dirigée non pas contre ceux qui nous écrasent mais ceux qui sont encore plus écrasés que nous
    c’est un peu comme la haine du juif à une autre époque : on a réussi à canaliser le ras-le-bol général sur des "parasites" (ou supposés et désignés tels) faibles et sans défense, très pratique !!!

    mais contrairement à certains totalitarismes, cette haine est "à la carte": le "sarkozysme" distille une haine adaptable à un public assez varié, y’en a pour tous les goûts

    en gros, vous haissez quelqu’un pour une raison idiote ou pas, au lieu de vous demander une certaine modération voire de vous interdire d’appeler au mépris et au rejet voire à la violence, sarkozy vous encourage et vous applaudit : si si, même les riches et les patrons-voyous vous avez le droit de les haïr, et en plus on vous apprend en prime que c’est la faute aux gauchistes si y’a des riches pas sympas et des patrons-voyous, c’est-y pas beau ???

    le travail : l’impression (juste une impression, mais tenace et portée comme une vérité) que ceux qui bossent, se donnent du mal, ont bien du malheur …etc…. seront reconnus, même s’ils crèvent de bas revenus ou d’un accident du travail sur les échafaudages (et p’t’être même qu’on va inventer des médailles du mérite pour les amiantés, lol !!!), chacun aura selon son mérite (et le père noël existe pour de vrai, si ! si !)

    versus haine de ceux qui arrivent à survivre sans trop en chier (ou apparemment sans en chier, style RMIstes qui fréquentent les bibliothèques au lieu de casser du caillou, qui militent courageusement et supportent leur condition sans pleurer, avec dignité, parce qu’ils ont l’air de pas en chier on en déduit qu’ils en chient pas, ou alors s’ils boivent et sont dépressifs on en déduit qu’ils fainéassent, pas que la vie et ses injustices et ses accidents les a rendus malades)
    bref, s’ils vivent sans bosser ni avoir de grands grands malheurs (en apparence), mais pas les riches, nan, les pauvres comme nous, qui devraient être comme nous, durs à la tâche et/ou malheureux et envieux

    c’est très petit-bourgeois comme esprit, avec une haine des élites de gauche et, bon, un bon fond de sexisme par dessus (plus qu’un fond d’ailleurs)

    ceux qui bossent pas seront foutus (genre "le travail rend libre" et vaut mieux être mort qu’handicapé ou au chom’du), ou en tous cas si t’es pas productif t’es inutile- comme les fonctionnaires- et si t’es inutile qu’est-ce tu fous sur Terre (tu peux crever sale parasite)

    l’idée c’est "on en a chié, les autres doivent en chier, faut en chier pour arrêter de se plaindre et voire la vie en rose

    mode plaisanterie on
    d’ici à ce qu’on inocule le HIV à tout le monde pour qu’on en chie tous un max pour être heureux et retrouver le sens des Vraies Valeurs de la France Vraie, y’a pas loin
    on a envie de dire qu’il suffit de tomber malade ou d’avoir un handicap pour en chier vraiment, à moins de naitre femme en Chine ou en Inde ou en Afrique, pour avoir un aperçu du "mérite" et voir comment on est heureux et positif quand on en chie un max
    mode plaisanterie off

    les fantasmes sur la gauche : à gauche on ne travaille pas, pas durement en tous cas, on se plaint tout le temps et on n’en chie pas, on ne sait pas ce que c’est que de gagner sa croute dans la douleur, on ne sait pas ce que c’est que d’avoir froid, faim, mal, peur de l’avenir, ni ce que c’est que de se remonter les manches dans l’adversité, ….

    à gauche on ne sanctionne pas les comportements violents ou nuisibles, on met la police au chômage technique et on ferme les tribunaux (lol !!!!)
    au contraire on encourage l’irresponsabilité et le manque de réflexion et de maîtrise de soi (lol !!! quand je pense que l’éducation et la pédagogie et le civisme et la responsabilisation sont au coeur de l’idéologie de gauche, j’suis MDR), on est OK pour se faire envahir par d’horribles kamikases islamistes, ça nous fait jouir rien que d’y penser tellement on est bêtement angélistes, ou alors on est des cocos staliniens avec des yeux de fous furibonds et un sabre entre les dents

    slogans, fantasmes, mensonges, ignorance

    j’suis prolo, je vis chez les prolos (et c’est pas demain ni après-demain que j’en sortirais, j’les aime et je m’aime, enfin je crois), et, oui, y’a des prolos (pas tous, loin, très loin de là, pas la majorité sauf chez les petits retraités) qui ont voté sarko

    j’peux pas en vouloir aux vieilles et aux vieux de pas pouvoir admettre une femme ou des gauchistes (argh les communistes, staline et tout le tintouin) au pouvoir, ça entre pas dans leurs logiciels existentiels, c’est bloqué dans les années 40-50, question de conditionnement

    j’peux pas en vouloir non plus à ceusses qui n’ont pas l’excuse du conditionnement d’après-guerre et qui pensent que "quand on veut on peut", pensée magique qui conjure comme par miracle les démons du chômage de masse, du capitalisme financier, de la domination exacerbée des mêmes par les mêmes

    croyances, opium, pensée magique et haine : c’est un coktail qu’on ne trouve pas que chez les prolos, je le crains

    Répondre
  138. la mornifle
    la mornifle dit :

    l adresse mail c pour nous ficher ??
    bref c pourtant simple , dans l imaginaire collectif sarko = securite, et la gauche donner des sous au vilain chomeur profiteur, les sous des travailleur en plus . Honnetement vous etes utopiste, pas pour vos idees de gauche , mais pour croire que les gens votent d apres un programme , tout ca c est du marketing de la construction d image, ils ont cru que sarko recompenserai leur travail et leur honnetete (j ai pas encore dis que c t des boeufs) et pour eux la gauche c est l assistanat , bouh c pas bo l assistanat . Enfin bref ne cherchez pas trop loin helas ca ne va pas trop loin (cynique moi ? peut etre blase quand j entend les discours des classes populaires que je cotoies ) les gens sont pret a croire n importe quoi et le travail leur prend trop de temps pour qu ils se fassent chier a penser pendant leurs loisirs Vive la France , vive la ripoublique et vive les media .

    Répondre
  139. Roland
    Roland dit :

    Je crois que parmis les votes "prolos" pour Sarko il y a plein de "Taties Danielles" (c’est d’ailleurs ce que moontrent nettement les statistiques par tranches d’age).

    Si vous ne voyez pas ce que je veux dire par cette sorte de gens, re-regardez le film (il en vaut d’ailleurs le coup)

    Répondre
  140. Roland
    Roland dit :

    Je crois que parmis les votes "prolos" pour Sarko il y a plein de "Taties Danielles" (c’est d’ailleurs ce que moontrent nettement les statistiques par tranches d’age).

    Si vous ne voyez pas ce que je veux dire par cette sorte de gens, re-regardez le film (il en vaut d’ailleurs le coup)

    Répondre
  141. mc
    mc dit :

    A propos de prolos qui votent contre leurs intérêts de classe, il y a une remarque qu’on ne fait jamais, une observation toute simple pourtant. Quand un bourgeois transgresse les valeurs dominantes (ordre, travail, non volupté), au pire il est considéré comme un original, plus souvent il est encensé, quel courage.

    Quand un prolo s’arroge le droit de ne pas sacrifier à ces sacro-saintes valeurs, c’est la destruction totale de sa vie qui se profile au bout du chemin. La misère, le mépris, les gosses "à l’assistance", le fond du trou et l’impossibilité de remonter une fois qu’on a glissé. D’où la nécessité absolue pour les classes "laborieuses" de tenir aux vertus bourgeoises plus que les bourgeois eux-même.

    Un jour, une assistante sociale à qui je demandais aide m’a proposé de payer "les dettes" que j’aurais pu avoir. J’ai été moi-même surprise par le flot d’indignation et de mépris qui m’est remonté à la gorge: "Des dettes? moi, faire des dettes? Mais avec le budget que j’ai, si je fais des dettes je suis foutue, je suis bonne pour la rue et ma gosse pour l’assistance".

    J’avais appris ça nulle part, derrière moi plein de générations de travailleurs vertueux, mais justement, vertueux à l’ombre de cette menace permanente, marche droit car si tu glisses pas de joker!

    De la même façon, avant la loi, des ouvrières d’usine pouvaient clamer qu’elles étaient "contre l’avortement"… parce qu’une mère de famille n’a pas le droit de risquer sa vie et de faire des orphelins.

    En ce sens, le sarko et sa clique n’ont pas tort, la menace de la déchéance fait le peuple vertueux. Sauf que ce qu’ils appellent vertu est juste le contraire de ce que moi j’appelle vertu.

    Répondre
  142. mc
    mc dit :

    A propos de prolos qui votent contre leurs intérêts de classe, il y a une remarque qu’on ne fait jamais, une observation toute simple pourtant. Quand un bourgeois transgresse les valeurs dominantes (ordre, travail, non volupté), au pire il est considéré comme un original, plus souvent il est encensé, quel courage.

    Quand un prolo s’arroge le droit de ne pas sacrifier à ces sacro-saintes valeurs, c’est la destruction totale de sa vie qui se profile au bout du chemin. La misère, le mépris, les gosses "à l’assistance", le fond du trou et l’impossibilité de remonter une fois qu’on a glissé. D’où la nécessité absolue pour les classes "laborieuses" de tenir aux vertus bourgeoises plus que les bourgeois eux-même.

    Un jour, une assistante sociale à qui je demandais aide m’a proposé de payer "les dettes" que j’aurais pu avoir. J’ai été moi-même surprise par le flot d’indignation et de mépris qui m’est remonté à la gorge: "Des dettes? moi, faire des dettes? Mais avec le budget que j’ai, si je fais des dettes je suis foutue, je suis bonne pour la rue et ma gosse pour l’assistance".

    J’avais appris ça nulle part, derrière moi plein de générations de travailleurs vertueux, mais justement, vertueux à l’ombre de cette menace permanente, marche droit car si tu glisses pas de joker!

    De la même façon, avant la loi, des ouvrières d’usine pouvaient clamer qu’elles étaient "contre l’avortement"… parce qu’une mère de famille n’a pas le droit de risquer sa vie et de faire des orphelins.

    En ce sens, le sarko et sa clique n’ont pas tort, la menace de la déchéance fait le peuple vertueux. Sauf que ce qu’ils appellent vertu est juste le contraire de ce que moi j’appelle vertu.

    Répondre
  143. mc
    mc dit :

    Plutôt qu’à Tatie Danièle, je pense à "La vieille dame indigne" de René Allio.

    Sûr qu’elle aurait voté pour le sarko (et sa clique) au début. Mais pas à la fin.

    J’en ai croisé une, Tatie Danièle, en faisant signer pour le RESF contre l’expulsion d’une famille. "Je suis française, moi, madame!". "Ben moi aussi, m’dame, et c’est pour ça que je suis là!"

    Un mec m’a demandé, l’air sévère "Est-ce qu’ils travaillent, au moins" "Ben non, m’sieur, on a pas le droit quand on est demandeur d’asile, vous savez pas ça?".

    Ceci dit, ce sont les deux seules réactions négatives, pour des centaines de signatures. Et en plus, le mec, après un discours pourri sur ces étrangers qui veulent pas s’intégrer… il a signé!

    Help, Swâmi, t’avais pas une phrase de chépuki, qui disait chépukoi sur les contradictions de la multiple-âme?

    Répondre
  144. mc
    mc dit :

    Plutôt qu’à Tatie Danièle, je pense à "La vieille dame indigne" de René Allio.

    Sûr qu’elle aurait voté pour le sarko (et sa clique) au début. Mais pas à la fin.

    J’en ai croisé une, Tatie Danièle, en faisant signer pour le RESF contre l’expulsion d’une famille. "Je suis française, moi, madame!". "Ben moi aussi, m’dame, et c’est pour ça que je suis là!"

    Un mec m’a demandé, l’air sévère "Est-ce qu’ils travaillent, au moins" "Ben non, m’sieur, on a pas le droit quand on est demandeur d’asile, vous savez pas ça?".

    Ceci dit, ce sont les deux seules réactions négatives, pour des centaines de signatures. Et en plus, le mec, après un discours pourri sur ces étrangers qui veulent pas s’intégrer… il a signé!

    Help, Swâmi, t’avais pas une phrase de chépuki, qui disait chépukoi sur les contradictions de la multiple-âme?

    Répondre
  145. mc
    mc dit :

    Merci, Swâmi, le voilà en effet.

    Do I contradict myself ?
    Very well, then, I contradict myself (I am large, I contain multitudes)
    ( Walt Whitman)

    Mais le bas peuple qui vote sarko a-t-il les mêmes droits que les poètes?

    Répondre
  146. mc
    mc dit :

    Merci, Swâmi, le voilà en effet.

    Do I contradict myself ?
    Very well, then, I contradict myself (I am large, I contain multitudes)
    ( Walt Whitman)

    Mais le bas peuple qui vote sarko a-t-il les mêmes droits que les poètes?

    Répondre
  147. mot passant
    mot passant dit :

    Je reprends le commentaire N° 96 :Agnès, je crois que tu ne poses pas la bonne question. La grande majorité des gens a voté pour Nicolas sarkozy, pas pour loup et encore moins pour un programme.
    D’ailleurs le français moyen ne fait pas de politique, il regarde la politique spectacle à la télé mais profite du show sans écouter/comprendre le discours.
    A ce jeu celui qui ressemble le plus à un prédicateur est quasi sûr de gagner et Sarkozy l’a bien compris.

    Ce commentaire définit bien ce qui s’est passé, c’est à dire que les Français ne votent pas pour un programme, pas plus qu’ils ont votés contre la Constitution, ils ne sont plus sensibles qu’à ce que leur disent les médias. Sarkozy et Ségolène sont des people et au moment du vote, il ont votés 1 pour Sarkozy et 2 pour Ségolène. C’est aussi simple que cela.

    Cependant je réfute absolument les commentaires, forcément en rapport avec votre sensibilité et c’est bien naturel, qui associent les électeurs de Sarkozy au racisme, à l’intégrisme, à la haine. C’est tout à fait caricatural. Il n’y a pas les gentils de gauche et les méchants de droite.

    Vous cherchez donc un électeurs de droite et bien me voilà. Je suis quelqu’un de modéré, qui a été longtemps impliqué dans la vie sociale, communale où j’ai travaillé avec des personnes de toutes sensibilité, qui plus est venant d’un milieu des plus modestes ( dass). Alors me direz-vous pourquoi avoir voté à droite ?

    C’est tout simple et ce qui se passe à gauche à gauche actuellement me facilite la tâche. On ne peut plus vivre dans les schémas anciens , l’économie est devenue mondiale et on a l’obligation de s’adapter. C’est un fait. Je pourrais vous dire que je le déplore mais le nier c’est entraîner comme l’a fait la gauche avec ses mensonges. De peur de perdre son électorat elle persiste à mettre en avant une doctrine périmée, ce qui d’ailleurs ne l’a pas empêchée de perdre ses électeurs. Elle s’imagine être propriétaire de ses 17 millions de voix, mais tout comme les voix de Sarkozy, celles-ci sont devenues fluctuantes et ne peuvent plus répondre à une doctrine comme c’était les cas il y a encore 20 ans.

    C’est se faire plaisir à bon compte de railler les gens qui ont voté à droite mais ils sont comme vous Madame, ils espèrent différemment de vous mais leurs difficultés sont les mêmes que les vôtres. Il ne faut pas faire l’amalgame avec les racistes, les beaufs que l’on trouvent aussi à gauche.

    Le PS étudie la possibilité de changer d’appellation tellement la notion de socialisme n’est plus adaptée.
    La SS
    Le chômage
    La vieillesse
    L’éducation
    Les salaires etc…
    Tous ces problèmes vitaux méritent mieux que des assertions définitives sur les personnes aux opinions différentes.

    commentaire 114 : " Sarko et sa clique " Pensez-vous qu’il soit utile de s’exprimer de cette manière.

    Le doute. Il faut douter Madame et se dire que l’autre est sûrement aussi bien que soi-même, si l’on excepte je le répète les imbéciles qu’ils est plus intelligent de laisser de côté.

    Voilà, j’espère que je ne vous ai pas ennuyée et que vos lecteurs ne me me destineront pas à la guillotine, je voudrais voir ce que fais Sarkozy !!!!

    Répondre
  148. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    Bonjour,
    Je ne sais pas pourquoi les prolos votent Sarkosy, mais moi je sais pourquoi beaucoup de ses mesures me semblent nécessaires (si ils les applique, encore à voir).
    1- les mesures anti-immigration. C’est absolument nécessaire. Notre société est de plus en plus diverse sous l’afflux de l’immigration / naturalisation. Or les sociétés "diverses" sont beaucoup moins solidaires (voir Telos, voir USA et à contrario Europe du Nord). En effet pourquoi être solidaire de gens qui ne sont pas "nous" ?
    2- l’autonomie des Université, la sélection (l’orientation en politiquement correct). Indispensable, pas besoin de démonstration à une bac + 4
    3- la réforme de la carte scolaire (permettre aux bons élèves d’accéder à de bons établissements). (Tirer vers le haut, au lieu de niveler par le bas)
    4- la TVA sociale (préconisée un temps par DSK). C’est une mesure pour favoriser l’emploi, l’équivalent d’une dévaluation, en mieux (on peut cibler les produits de luxe etc…)
    5- la Turquie hors de l’Europe, et une union méditerranéenne. Pas besoin d’explication à qui connaît un minimum d’histoire et de géographie. Le co-développement avec les pays Africains. Bravo !
    6- le mérite, la reconnaissance de l’effort. Bien sûr. Avec l’absurdité de nos règlements d’assistance qui font que lorsque l’on retrouve un emploi à bas salaire on dispose au final de moins d’argent qu’au chômage (malgré de nombreuses mesures commencées avec L Jospin, il semble que ce soit toujours le cas). Personne n’a envie de travailler: c’est pénible. Il faut au moins que ce soit payant.
    7- la priorité aux nationaux. Cela me paraît une solidarité minimale.
    8- une réponse pénale appropriée au premier délit. Une bonne idée, mais délicate d’application. Attention aux effets pervers. Ne nous transformons pas en USA avec une population carcérale "méga"
    9- amélioration de la vie parlementaire (commission des finances à l’opposition) et du gouvernement (diversité représentée, centre et gauche représentée)
    10- amélioration du système hospitalier (promesse oubliée ?)
    11- l’effort sur la recherche (promesse oubliée ?)

    Je sais aussi que d’autres mesures de NS sont détestables:
    1- baisse des impôts directs, cadeaux aux emprunteurs, bouclier fiscal.
    2- spontanément je n’en vois pas d’autres

    S Royal aurait telle fait mieux ? Peut-être, mais pas évident.
    J’aurai voté pour elle, si cela l’avait aidée à passer (j’ai regardé les tendances à 18h15 sur les sites Suisse, et j’ai vu que ma voix ne servirait à rien), mais je suis bien content de ne pas avoir eu à le faire: je n’aurai pas aimé à avoir à expliquer mon choix à tous ceux qui sont dans la difficulté et pour lesquels elle risquait fort de ne rien faire.

    Cordialement

    Répondre
  149. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Mon pauvre "Marc-Sevres", quelle triste étroitesse ! Les "gens qui sont nous" contre "les gens qui ne sont pas nous" ? Mais qu’es-tu d’autre qu’un singe dit "supérieur" parfaitement identique en dignité et en droits aux autres singes supérieurs de la même espèce ? Celui dont la couleur de peau est un peu plus proche de la tienne qu’un autre, ou qui parle une langue que tu comprends un peu mieux est "un peu plus toi" et merde aux autres, est-ce bien cela ?

    Que pourrais-tu bien fonder "en morale" qui justifierait que tu aies davantage de "droit" de vivre ici qu’un autre simplement parce que tu as eu la chance d’y naître, et l’autre aurait moins de "droit" parce qu’il n’aurait pas eu cette chance ? Et parce qu’il serait "un peu moins toi", aussi ?

    La chance ou la malchance entérinés par le droit, en quelque sorte ! Et pourquoi pas un droit divin, tant qu’on y est ? Tu es récompensé par Dieu (et de quoi donc ?) qui t’octroie le privilège de naître dans un coin pas trop pourri, tandis que d’autres seraient punis par le même "Dieu" qui les ferait naître au Darfour (au hasard) ? Alors surtout, ne pas aller contre la "volonté divine" ?

    La vérité bête, c’est que si tous les hommes sont égaux en dignité et en droits, il n’y a aucune raison défendable pour que tu aies le droit de poser ton cul ici, et un autre humain non.

    Et la réalité des faits est que depuis toujours les privilégiés défendent leurs privilèges contre ceux qui sont plus dans la merde qu’eux, et qui en voudraient bien aussi…

    Répondre
  150. tournier
    tournier dit :

    Votre question est très interessante, monolecte, et apporter une réponse n’est pas facile : je privilegierais la puissance des médias qui a une influence pernicieuse sur les foules … Néanmoins, ce n’est pas suffisant et j’ajouterais le devoiement des institutions qui en redonnant le choix des candidats aux PARTIS, contrairement à la loi initiale, fausse le système au dépens du choix du peuple. Il y a une chose à peu près certaine : si BAYROU était arrivé au second tour, bien qu’il soit lui aussi un homme du système, il aurait pu l’emporter sur sarkozy. C’est d’ailleurs parce qu’il était du système qu’il a échoué : en ce qui concerne la POLITIQUE menée par l’équipe actuelle, c’est la continuation de celle menée depuis trente ans, c’est-à-dire l’application du modèle anglo-saxon, mais de manière beaucoup plus brutale ; segolene n’aurait pas fait mieux, mais d’une manière plus insidieuse. Le véritable problème est qu’il faut faire une AUTRE POLITIQUE, voir mon site …

    Répondre
  151. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Marc-sevres : Votre élitisme est vraiment mais alors vraiment, démodé, savez-vous ?

    Tiens, d’ailleurs, quand vous écriviez dans votre premier commentaire dont je n’avais relevé qu’un seul des tristes points : la réforme de la carte scolaire (permettre aux bons élèves d’accéder à de bons établissements), n’êtes-vous donc pas capable de comprendre tout seul que cela signifie seulement en réalité permettre aux élèves dont les parents ont les moyens d’accéder à de bons établissements ?

    Et quand bien même ce serait aux "bons élèves" comme vous dites, croyez-vous que l’on naît "bon élève" (auquel cas il n’y aurait aucun mérite, et donc aucune justification à une "récompense"), ou que l’on devient "bon" ou "mauvais" élève en grande partie en fonction du milieu socio-culturel dont on est issu, et des soins dont nos parents nous entourent ou non ?

    Vous trouvez donc normal qu’il y ait de "bons" et de "mauvais" établissements (vous l’énoncez comme un fait allant de soi que vous ne remettez en rien en question), et vous trouvez logique qu’on y répartisse les élèves en fonction de leurs résutats scolaires. Ce faisant, vous accentuez les inégalités préexistantes au lieu de tenter de les compenser autant que faire se peut, et le système que vous décrivez sera un système où le "savoir" ou du moins, le niveau social, seront héréditaires : Aux fils de prolos ignorants les établissements au rabais pour prolos ignorants, où l’on formera les futurs techniciens de surfaces, et aux fils de cadres les "bons" établissements préparant aux "grandes écoles"… N’est-ce pas déjà suffisamment ainsi, est-il nécessaire d’encore en rajouter ?

    Tiens, ma chère voisine nous disait également hier qu’ils envisageaient d’acheter un appart’ "dans une résidence très bien" d’un quartier qui souffre tout de même d’une réputation de "prolostan", et elle s’est empressée d’ajouter : mais ne vous inquiétez pas (étions-nous inquites ?) nous avons trouvé pour les petites une excellente école privée !

    Bien sûr… Le refus de toute mixité au point que les enfants de cette authentique prolote qui se hisse du col soient "trop biens" pour risquer d’être mélangés avec des gosses d’encore plus prolos (et surtout plus sombres de peau) qu’eux…

    Voilà comment une société se stratifie chaque jour un peu plus en de multiples couches et sous-couches étanches les unes aux autres et se méprisant (et se craignant) les unes les autres, germes de troubles graves, tandis que des gens tels que vous applaudissent et en demandent encore davantage…

    Répondre
  152. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je suis contente que Marc-Sevres vienne exprimer ses opinions ici, puisque ce billet cherchait à susciter des interventions de personnes qui ne pensent pas comme la crémière. C’est donc assez courageux de dire sans fard ce que l’on pense dans un nid de personnes qui auraient tendance à être hostiles à cette vision du monde.

    Bien sûr que je ne partage pas la vision du monde de Marc-Sèvres, mais de dire qu’il a de tristes idées ou ce genre de truc me semble aller à l’encontre de l’esprit de ce billet. Donc, je ne te coupe pas le sifflet, Swâmi, pour que chacun comprenne de quoi je parle, mais j’avais appelé ici les résidents à ne pas porter de jugement de valeur sur les opinions des Sarkozystes.

    Je n’ai pas une vision du monde sarkozyste et cette vision me hérisse le poil. Mais elle existe. Et chier sur la gueule de ceux qui pensent comme cela ne me semble pas être de nature à faire avancer la compréhension du vote Sarko. Ou alors, on dit que seuls les gens qui pensent comme nous devraient avoir le droit de vote… et on se torche alors avec la démocratie.

    Je veux comprendre ce qui motive profondément le vote Sarko, parce que je veux comprendre ce que cherchent, veulent et espèrent les gens. Je veux que notre gauche tire les leçon de ce qui vient de se passer et cesse de parler à un peuple imaginaire ou rêvé.
    Je crois tout simplement que les gens, dans leur grande majorité, ne rêvent plus, n’espèrent plus. Ils sont résignés à un ordre du monde profondément injuste et n’aspirent plus qu’à être dans le camp des tyrans, celui qui leur permettra d’en chier moins que le voisin.

    C’est contre cela que nous devons lutter.

    Répondre
  153. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je suis contente que Marc-Sevres vienne exprimer ses opinions ici, puisque ce billet cherchait à susciter des interventions de personnes qui ne pensent pas comme la crémière. C’est donc assez courageux de dire sans fard ce que l’on pense dans un nid de personnes qui auraient tendance à être hostiles à cette vision du monde.

    Bien sûr que je ne partage pas la vision du monde de Marc-Sèvres, mais de dire qu’il a de tristes idées ou ce genre de truc me semble aller à l’encontre de l’esprit de ce billet. Donc, je ne te coupe pas le sifflet, Swâmi, pour que chacun comprenne de quoi je parle, mais j’avais appelé ici les résidents à ne pas porter de jugement de valeur sur les opinions des Sarkozystes.

    Je n’ai pas une vision du monde sarkozyste et cette vision me hérisse le poil. Mais elle existe. Et chier sur la gueule de ceux qui pensent comme cela ne me semble pas être de nature à faire avancer la compréhension du vote Sarko. Ou alors, on dit que seuls les gens qui pensent comme nous devraient avoir le droit de vote… et on se torche alors avec la démocratie.

    Je veux comprendre ce qui motive profondément le vote Sarko, parce que je veux comprendre ce que cherchent, veulent et espèrent les gens. Je veux que notre gauche tire les leçon de ce qui vient de se passer et cesse de parler à un peuple imaginaire ou rêvé.
    Je crois tout simplement que les gens, dans leur grande majorité, ne rêvent plus, n’espèrent plus. Ils sont résignés à un ordre du monde profondément injuste et n’aspirent plus qu’à être dans le camp des tyrans, celui qui leur permettra d’en chier moins que le voisin.

    C’est contre cela que nous devons lutter.

    Répondre
  154. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ Swâmi

    j’ai du mal m’exprimer, car je suis pleinement d’accord avec votre réponse.

    " depuis toujours les privilégiés défendent leurs privilèges contre ceux qui sont plus dans la merde qu’eux, et qui en voudraient bien aussi…" Bien sur, c’est vrai, en dehors d’une poignée d’altruistes héroïques.

    Pour nuancer on pourrait dire qu’il y a une gradation entre ceux qui ne veulent rien céder aux moins bien lotis qu’eux-même, et ceux qui sont prêts à en céder un peu, sans céder tout.
    Sur ce sujet, ce qui m’avait frappé, c’est l’étude (publiée sur le site Telos) qui montrait que l’acceptation de la solidarité (= céder un peu) était d’autant plus grande que la société était homogène culturellement, ethniquement … Pourquoi ? parce que, on peut le regretter, mais on cède plus volontiers à celui qui vous ressemble, qui est "nous".

    La ressemblance peut être culturelle: je me sens proche des intellectuels algériens massacrés par le FIS, d’un voisin Indien du CNRS, (fils rentré à Polytechnique alors qu’il est arrivé en France à 15 ans sans savoir le Français !), et pas trop proche d’un frère avec lequel je ne partage aucun point de vue.

    Nulle morale, mais de la politique dans mon propos (et Agnes, qui est sociologue, doit mieux le savoir et le dire que moi, en politiquement correct).

    Répondre
  155. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ Swâmi

    j’ai du mal m’exprimer, car je suis pleinement d’accord avec votre réponse.

    " depuis toujours les privilégiés défendent leurs privilèges contre ceux qui sont plus dans la merde qu’eux, et qui en voudraient bien aussi…" Bien sur, c’est vrai, en dehors d’une poignée d’altruistes héroïques.

    Pour nuancer on pourrait dire qu’il y a une gradation entre ceux qui ne veulent rien céder aux moins bien lotis qu’eux-même, et ceux qui sont prêts à en céder un peu, sans céder tout.
    Sur ce sujet, ce qui m’avait frappé, c’est l’étude (publiée sur le site Telos) qui montrait que l’acceptation de la solidarité (= céder un peu) était d’autant plus grande que la société était homogène culturellement, ethniquement … Pourquoi ? parce que, on peut le regretter, mais on cède plus volontiers à celui qui vous ressemble, qui est "nous".

    La ressemblance peut être culturelle: je me sens proche des intellectuels algériens massacrés par le FIS, d’un voisin Indien du CNRS, (fils rentré à Polytechnique alors qu’il est arrivé en France à 15 ans sans savoir le Français !), et pas trop proche d’un frère avec lequel je ne partage aucun point de vue.

    Nulle morale, mais de la politique dans mon propos (et Agnes, qui est sociologue, doit mieux le savoir et le dire que moi, en politiquement correct).

    Répondre
  156. Chris
    Chris dit :

    Mouai au fil des debats

    C’est quand meme le profil de la voisine de Swami qui semble pour moi definir la victoire Sarkozyste …..c’est ceux la qui ont fait la difference , on risquait pas de les voir …ils etaient pas sur le web , des voisins anonymes , du tellement banal que l’on les remarques meme plus .

    Chez Sarko ;les rangs devraient s’eclaircir vite …..la voisine a Swami ne demenegera pas et finira par conspuer le sarko social traitre .

    Les marc Sevres ,eux garderont leurs certitudes y zont que ca ;

    Ouai , c’est Swami qui a trouve ……c’etait pas loin de chez lui ,faut dire !

    En face , y avaient leurs presques homologues de la Segolinitude , on les entends plus , on les lit plus ……c’est ceux du vote utile qui s’excusent pour eux du coup .

    Trop tard .

    Répondre
  157. Chris
    Chris dit :

    Mouai au fil des debats

    C’est quand meme le profil de la voisine de Swami qui semble pour moi definir la victoire Sarkozyste …..c’est ceux la qui ont fait la difference , on risquait pas de les voir …ils etaient pas sur le web , des voisins anonymes , du tellement banal que l’on les remarques meme plus .

    Chez Sarko ;les rangs devraient s’eclaircir vite …..la voisine a Swami ne demenegera pas et finira par conspuer le sarko social traitre .

    Les marc Sevres ,eux garderont leurs certitudes y zont que ca ;

    Ouai , c’est Swami qui a trouve ……c’etait pas loin de chez lui ,faut dire !

    En face , y avaient leurs presques homologues de la Segolinitude , on les entends plus , on les lit plus ……c’est ceux du vote utile qui s’excusent pour eux du coup .

    Trop tard .

    Répondre
  158. Ashram de Swâmi Petaramesh
    Ashram de Swâmi Petaramesh dit :

    L’Ordre du Monde

    En cette époque de fin des haricots où il est plus que jamais de bon ton de prétendre que le clivage droite-gauche a vécu et n’est qu’un archaïsme de pacotille vaincu par la nécessaire modernité mondalisée du patati-patata ……

    Répondre
  159. urchin
    urchin dit :

    En tout cas j’ai fini par comprendre le vote sarko. C’est pour les gens capables de mettre "pas besoin de démonstration" et "pas besoin d’explication" dans le même commentaire (surtout en parlant des universités, les universitaires adorent les évidences et l’absence de démonstration). Le sarkozyste, il vote Vu Sur TF1(tm). Ca évite d’avoir à fournir des explications.

    Répondre
  160. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    "il est arrivé en France à 15 ans sans savoir le Français"
    Qu’il en profite bien, parce que c’est bientôt fini d’arriver en France sans parler le française. Nico a dit que c’était normal.

    "du tellement banal que l’on les remarques meme plus"
    Je ne pense pas qu’on ne les remarque pas. Je pense que tant qu’on ne leur a pas parlé comme Swami a fait, qu’on ne peut pas soupçonner qu’ils votent à droite.

    Répondre
  161. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    "il est arrivé en France à 15 ans sans savoir le Français"
    Qu’il en profite bien, parce que c’est bientôt fini d’arriver en France sans parler le française. Nico a dit que c’était normal.

    "du tellement banal que l’on les remarques meme plus"
    Je ne pense pas qu’on ne les remarque pas. Je pense que tant qu’on ne leur a pas parlé comme Swami a fait, qu’on ne peut pas soupçonner qu’ils votent à droite.

    Répondre
  162. GZLaowai
    GZLaowai dit :

    Permettez-moi de reprendre la liste de Marc-Sèvres et d’y apporter es commentaires (à propos Agnès, comment marque-t-on une citation, une italique, etc dans ton moteur de blog ?)

    "1- les mesures anti-immigration. C’est absolument nécessaire. Notre société est de plus en plus diverse sous l’afflux de l’immigration / naturalisation. Or les sociétés "diverses" sont beaucoup moins solidaires (voir Telos, voir USA et à contrario Europe du Nord). En effet pourquoi être solidaire de gens qui ne sont pas "nous" ?"

    Etre solidaire des "gens qui ne sont pas nous" est important, et ce qui est encore plus important est de les aider à se développer (voir plus loin).
    Et si ces sociétés évoquées sont "moins solidaires", n’est-ce pas justement parce qu’il n’y a pas à la base cette volonté de solidarisation ? (et on entre là dans une spirale infernale qui mène vers le communautarisme, le rejet des autres, l’intolérance …)
    Egalement, le brassage culturel et la mixité ne doivent pas faire peur, au contraire c’est une chance. Découvrir une autre façon de voir les choses, c’est enrichissant.

    "2- l’autonomie des Université, la sélection (l’orientation en politiquement correct). Indispensable, pas besoin de démonstration à une bac + 4"

    Sélection ? Oui, pourquoi pas ? Après tout, tout le monde n’est pas fait pour la physique de haut niveau ou pour le commerce international, ou pour l’étude de la littérature Austro-Hongroise …
    Autonomie des universités ? Non. L’accès à une éducation de bon niveau doit être garantie par l’état.
    Sinon, une fois de plus, ce sont ceux qui ont les moyens (financiers s’entend) de s’offrir une institution prestigieuse qui rafleront la mise, et les autres qui traîneront derrière …
    Il n’y a qu’à voir simplement ce qui se passe déjà, entre quelqu’un qui sort de l’X ou des Mines, et un ingénieur tout aussi brillant mais sortant d’une université quelconque, qui donc est choisi ?

    "3- la réforme de la carte scolaire (permettre aux bons élèves d’accéder à de bons établissements). (Tirer vers le haut, au lieu de niveler par le bas)"

    Là, rien à ajouter au commentaire de Swâmi …
    Sinon pour renforcer l’idée que l’éducation se doit d’essayer de tirer tout un chacun vers le haut.
    Des citoyens éduqués et qui savent réfléchir permettraient de mieux équilibrer la vie politique, et de ne plus se retrouver dans un star-system pour les élections …

    "4- la TVA sociale (préconisée un temps par DSK). C’est une mesure pour favoriser l’emploi, l’équivalent d’une dévaluation, en mieux (on peut cibler les produits de luxe etc…)"

    Là, Bouba-Olga sur son blog a fait une excellente analyse de la chose … et n’y est pas favorable.
    Et puis, croire qu’un patron va augmenter les salaires de ses employés parce qu’il a moins de "charges", c’est un peu croire au Père Noël … L’augmentation de la marge restera toujours prioritaire … Surtout s’il y a des actionnaires derrière.

    "5- la Turquie hors de l’Europe, et une union méditerranéenne. Pas besoin d’explication à qui connaît un minimum d’histoire et de géographie. Le co-développement avec les pays Africains. Bravo !"

    Je l’avoue, je n’ai pas d’opinion claire sur le sujet.
    Je sens bien qu’il faut aider les pays moins développés à progresser, c’est le meilleur moyen de réguler ces flux migratoires dont on parlait plus haut.
    Pour la Turquie, difficile de me prononcer. Ce pays n’est pas moyen-oriental, ni du maghreb, pas totalement européen … En fait, c’est une sorte de pont culturel … Alors, faut-il l’intégrer ou le rejeter ?

    "6- le mérite, la reconnaissance de l’effort. Bien sûr. Avec l’absurdité de nos règlements d’assistance qui font que lorsque l’on retrouve un emploi à bas salaire on dispose au final de moins d’argent qu’au chômage (malgré de nombreuses mesures commencées avec L Jospin, il semble que ce soit toujours le cas). Personne n’a envie de travailler: c’est pénible. Il faut au moins que ce soit payant."

    Oui, l’effort doit être reconnu. Oui, il faut payer décemment un travail.
    Ce qui n’empêche qu’il est impensable de laisser quelqu’un sur le bord de la route crever parce qu’il n’a pas de travail. Une sorte d’allocation universelle minimale me paraît une bonne solution, donnant à tous les moyens de l’essentiel, un toit et de quoi remplir son ventre.
    Quand à ceux qui évoqueront les "paresseux qui ne veulent rien foutre et profitent du système", je répondrai que certes il y en a, mais combien en réalité ? Parce que ne rien faire de sa journée, c’est difficile.
    C’est même usant.
    On tourne en rond.
    On ressasse les choses.
    On compte les heures, les minutes parfois jusqu’à la prochaine étape (repas, coucher …) de la journée.
    On cherche ce que l’on va bien pouvoir faire pour faire passer le temps plus vite.
    La nature humaine profonde est ainsi faite, le besoin de faire quelque chose, d’explorer, de bouger est enraciné en nous.
    Donc, faisons un peu plus confiance à l’humain. Et il est évident qu’une comparaison allocation/salaire fera pencher la balance du côté le plus favorable, en tenant compte pas uniquement du facteur argent … à condition que la fiscalité et les charges pesant sur les ménages soient justes et adaptées … Retour à l’histoire de la TVA sociale … Mieux vaut un impôt qui touche chacun en fonction de ses revenus que quelque chose d’aveugle …

    "7- la priorité aux nationaux. Cela me paraît une solidarité minimale."

    Ben non. En tout cas dans le travail. La priorité doit être donnée à celui qui a les compétences. Singapour (par exemple) l’a bien compris, où même des postes gouvernementaux sont accessibles aux étrangers, pour peu que leur CV montre leur capacité à apporter quelque chose à l’état.
    Après, pour ce qui est des prestations sociales, voir ce que je disais précédemment. On ne laisse personne sur le bord de la route.

    "8- une réponse pénale appropriée au premier délit. Une bonne idée, mais délicate d’application. Attention aux effets pervers. Ne nous transformons pas en USA avec une population carcérale "méga""

    Ben oui. Donc pas de "peine plancher".

    "9- amélioration de la vie parlementaire (commission des finances à l’opposition) et du gouvernement (diversité représentée, centre et gauche représentée)"

    Définitivement, il y a nécessité de faire quelque chose. Mais quoi ?
    Je ne suis pas assez fin connaisseur de la chose politique pour donner un avis autorisé sur le sujet.

    "10- amélioration du système hospitalier (promesse oubliée ?)"

    Notre système hospitalier, hérité du CNR, n’est pas si mal que ça. C’est sa destruction systématique depuis des années, couplée à cette propagande sur les "profiteurs" (tiens, toujours du côté des usagers, jamais du côté des internationales pharmaceutiques qui monnayent à prix d’or leurs médicaments), qui donne cette impression de deliquescence du système.

    "11- l’effort sur la recherche (promesse oubliée ?)"

    Là, je ne peux qu’être d’accord. La Recherche Fondamentale est indispensable. Même sur des sujets plus ou moins ésotériques, ou qui n’ont pas d’application sonnante et trébuchante.
    La Recherche Appliquée est une bonne chose, elle peut-être financée par des fonds privés -d’ailleurs c’est bien ce qui se passe : de nombreuses entreprises embauchent des chercheurs (oh surprise, ceux qui on fait de la Fondamentale …) dans leurs équipes pour développer les produits de demain-.
    Evidemment, pour quelqu’un qui pense que "Connais-toi toi-même" est une connerie, la Fondamentale ne présente que bien peu d’intérêt …
    _

    Maintenant que j’en ai fini avec ce long commentaire, je voudrais juste ajouter qu’hélas, j’ai peu rencontré dans mon entourage (bien fourni en gens ayant voté pour NS) de personnes capables de discuter et d’argumenter clairement leur choix …
    J’aurais -expérimentalement- tendance à rejoindre ceux qui analysent ce vote comme un vote "Star’Ac" …

    C’est bien triste, parce que ça signifie que la propagande gagne à tous les coups … et c’est effrayant pour le devenir de la société.

    Bienvenue à Gattaca ?

    Répondre
  163. mc
    mc dit :

    Il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde. Ils représentent un danger terrible pour la solidarité.

    Expulsons-les du monde. C’est pas par hasard qu’on leur fait une publicité émue quand ils arrivent sous forme de cadavres, et qu’on les entasse en centre de rétention quand ils arrivent vivants.

    Quand des gens conmme Marc-Sèvres utilisent le mot "solidaire", le mot lui-même devrait se révolter et lui sauter à la gorge, puis s’enrouler bien serré. Sans doute, Marc-Sèvres a voté pour le sarko, mais si Marc Sèvres est un prolo, moi je suis la reine d’Angleterre.

    Répondre
  164. mc
    mc dit :

    Il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde. Ils représentent un danger terrible pour la solidarité.

    Expulsons-les du monde. C’est pas par hasard qu’on leur fait une publicité émue quand ils arrivent sous forme de cadavres, et qu’on les entasse en centre de rétention quand ils arrivent vivants.

    Quand des gens conmme Marc-Sèvres utilisent le mot "solidaire", le mot lui-même devrait se révolter et lui sauter à la gorge, puis s’enrouler bien serré. Sans doute, Marc-Sèvres a voté pour le sarko, mais si Marc Sèvres est un prolo, moi je suis la reine d’Angleterre.

    Répondre
  165. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ agnes
    quand vous jugerez que mes réponses sont importunes sur votre blog, dites le moi, j’arrête (c’est "votre" blog)

    @ Swami (et un peu GZLaowai, Urchin)
    il est difficile de dialoguer quand on saute d’un sujet à l’autre, sans approfondir.
    Je reconnais que ma première liste était rapide, non argumentée par souci de brièveté.

    En ce qui concerne l’allégement de la carte scolaire, vous avez l’air de trouver que c’est "affreux". Vous n’avez sans doute pas fait attention que S Royal soutient la même position que N Sarkozy ("l’idéal serait de supprimer la carte scolaire" "donons le choix entre 2 ou 3 établissements"). D’accord S Royal, ce n’est pas une référence de gauche, mais je n’ai pas entendu beaucoup de ses soutiens s’en offusquer.

    Comme souvent, une mesure n’est pas "bonne " ou "mauvaise" en soi, mais dépend de son contexte d’application. Pour l’instant, quand vous êtes dans un quartier en difficulté, avec une école faible, comment faite vous pour votre enfant, si vous souhaitez l’aider ? et que vous n’êtes pas rompu aux délices du choix de la filière qui va vous permettre d’accéder au bon collège, lycée ? Vous allez me répondre qu’il faut améliorer toutes les écoles. OK. Mais on en parle depuis x années (y compris sous Mitterand, puis Jospin), et, en attendant, l’allégement de la carte scolaire, c’est une mesure de sauvegarde. Quand toutes les écoles seront bonnes, les enfants resteront tous dans leur quartiers. Et la carte scolaire s’appliquera "de fait".
    (petite remarque: il y a des familles en difficultés qui font de gros efforts pour aider leurs enfants à "s’en sortir". Certes ce n’est pas juste, et difficile pour elles, mais au moins ne leur interdisons pas, comme je l’ai vu faire; car, comme vous le devinez, on refuse plus les dérogations aux familles modestes qu’aux autres)

    Sur le même sujet vous dites :
    "Votre élitisme est vraiment mais alors vraiment, démodé, savez-vous ?"
    Je ne sais comment prendre cette phrase paradoxale.
    La mode, c’est le monde de l’art, le monde de l’élitisme et de la compétition absolue. Le monde des Rubens, Breughel, Picasso …tous ceux qui à chaque fois nous ont fait découvrir une nouvelle manière de voir, entendre, vivre le monde.
    Mais plus prosaïquement, me situant parmi les gens ordinaires, oui je crois qu’il faut essayer de transmettre le plus et d’ouvrir le plus de possibles à tous nos enfants et compatriotes. Ce plus étant différent pour chacun, certains devenant artistes, d’autres comptables, travailleurs sur bois, agriculteurs, commerciaux … Et le rôle de l’école, c’est de participer au mieux à cette transmission, et non pas de niveller par le bas.
    Si c’est cela l’élitisme démodé, je me demande qu’elle est la mission de l’école ?

    @ mc
    comme il est difficile de lire les textes d’autrui: j’ai commencé mon texte (première phrase) comme suit (vous pouvez vérifier)
    "Je ne sais pas pourquoi les prolos votent Sarkosy"
    ce qui me semble clairement indiquer que je ne met pas dans cette catégorie, bien que je sois considéré comme tel par beaucoup.

    Répondre
  166. krysalia
    krysalia dit :

    ah c’est pas mal ça : on dit qu’abolir la carte scolaire c’est mauvais pour toute une frange d’enfants (qui seront refusés partout puisque les enfants de riches se seront déja payés toutes les bonnes places), et marc-sèvres répond : que ferez vous pour VOTRE enfant ?

    on n’est justement pas dans ce cas individuel dont les sarkosystes n’arrivent pas à se désengluer. Je sais comment je ferais pour mon (futur) enfant, mais je m’interesse aussi à tous les autres, j’estime que c’est même de mon devoir de m’en préoccuper en tant que membre de la société dans laquelle je vis.

    ça a été très bien dit plus haut : on ne laisse personne au bord du chemin.

    Répondre
  167. krysalia
    krysalia dit :

    ah c’est pas mal ça : on dit qu’abolir la carte scolaire c’est mauvais pour toute une frange d’enfants (qui seront refusés partout puisque les enfants de riches se seront déja payés toutes les bonnes places), et marc-sèvres répond : que ferez vous pour VOTRE enfant ?

    on n’est justement pas dans ce cas individuel dont les sarkosystes n’arrivent pas à se désengluer. Je sais comment je ferais pour mon (futur) enfant, mais je m’interesse aussi à tous les autres, j’estime que c’est même de mon devoir de m’en préoccuper en tant que membre de la société dans laquelle je vis.

    ça a été très bien dit plus haut : on ne laisse personne au bord du chemin.

    Répondre
  168. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ Krysalia

    comme je fais court, je n’ai pas commencé par dire que, comme tous les candidats depuis x années, N Sarkosy s’est engagé à améliorer l’école pour tous avec diverses mesures et bonnes intentions.. Je ne l’ai pas cité, car cela ne coûte pas cher.

    On a vu les résultats de pareilles déclarations sous Mitterand, Jospin … et la droite pareil. J’ai simplement essayé de citer les mesures "phares" qui pouvaient séduire de N Sarkozy (réponse à la question: qu’est-ce qui a pu motiver à voter N Sarkozy ?).
    Certes sur ce sujet il est à égalité avec S Royal.
    Mais je voulais montrer qu’il a des mesures phares qui peuvent séduire.

    Quand à votre argument
    "on dit qu’abolir la carte scolaire c’est mauvais pour toute une frange d’enfants (qui seront refusés partout puisque les enfants de riches se seront déjà payés toutes les bonnes places) ..",
    il présuppose que la sélection dans les bons établissements se fera uniquement à partir du revenu des parents. Pour l’essentiel, ce ne sera pas vrai: ce sera fait sur la base des bulletins scolaires des enfants, riches ou pas riches. Je peux vous assurer que c’est déjà aujourd’hui largement le cas. C’est comme cela que j’ai pu m’inscrire en mon temps dans ce qui était considéré comme un bon établissement ( Louis le Grand dans le Vème à Paris était autrefois considéré comme tel, ce qui se discute , mais qui était son image). Et en dehors de mon cas je connais un tas de cas similaires: pas le revenu, mais les résultats scolaires comme critère ( je connais personnellement des cas à Henri IV à Paris qui avait aussi une bonne image, etc…).

    Répondre
  169. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ Krysalia

    comme je fais court, je n’ai pas commencé par dire que, comme tous les candidats depuis x années, N Sarkosy s’est engagé à améliorer l’école pour tous avec diverses mesures et bonnes intentions.. Je ne l’ai pas cité, car cela ne coûte pas cher.

    On a vu les résultats de pareilles déclarations sous Mitterand, Jospin … et la droite pareil. J’ai simplement essayé de citer les mesures "phares" qui pouvaient séduire de N Sarkozy (réponse à la question: qu’est-ce qui a pu motiver à voter N Sarkozy ?).
    Certes sur ce sujet il est à égalité avec S Royal.
    Mais je voulais montrer qu’il a des mesures phares qui peuvent séduire.

    Quand à votre argument
    "on dit qu’abolir la carte scolaire c’est mauvais pour toute une frange d’enfants (qui seront refusés partout puisque les enfants de riches se seront déjà payés toutes les bonnes places) ..",
    il présuppose que la sélection dans les bons établissements se fera uniquement à partir du revenu des parents. Pour l’essentiel, ce ne sera pas vrai: ce sera fait sur la base des bulletins scolaires des enfants, riches ou pas riches. Je peux vous assurer que c’est déjà aujourd’hui largement le cas. C’est comme cela que j’ai pu m’inscrire en mon temps dans ce qui était considéré comme un bon établissement ( Louis le Grand dans le Vème à Paris était autrefois considéré comme tel, ce qui se discute , mais qui était son image). Et en dehors de mon cas je connais un tas de cas similaires: pas le revenu, mais les résultats scolaires comme critère ( je connais personnellement des cas à Henri IV à Paris qui avait aussi une bonne image, etc…).

    Répondre
  170. mc
    mc dit :

    Je relis le commentaire 120 et je lis cette énormité "Pourquoi être solidaire de gens qui ne sont pas nous". Eh, banane, avec soi-même, c’est pas de la solidarité!

    La solidarité, c’est précisément être capable de s’identifier à quelqu’un d’autre que soi, et sentir qu’on a avec lui quelque chose de commun.

    Lundi, j’étais à un tribunal administratif qui a vu défiler en 3 heures 54 dossiers d’immigrants divers. Trois minutes par dossier. J’ai entendu un "Commissaire du Gouvernement" soutenir qu’une femme de 71 ans, diabétique et mal-voyante, pouvait fort bien s’occuper seule de son mari de 78 ans, hémiplégique, et que l’aide de leur fils étant totalement superflue, ce dernier n’avait aucun droit à se maintenir sur le territoire français.

    Ben c’est bizarre, je n’ai pas 71 ans, je suis en pleine santé, mon conjoint aussi, et je n’ai pas non plus de vieux parents à soutenir… j’ai pourtant eu, l’espace d’une seconde, un petit mouvement d’identification avec ce vieux couple et leur fils.

    Si on ne peut être solidaire qu’avec soi-même, alors il faut faire comme le mec de la BD de Wolinski, "Georges le tueur": il tue tous ceux qui … l’emmerdent, il s’installe dans une chaise longue (enfin seul) pour regarder le coucher du soleil… et il …. s’emmerde.

    Répondre
  171. GZLaowai
    GZLaowai dit :

    "il présuppose que la sélection dans les bons établissements se fera uniquement à partir du revenu des parents. Pour l’essentiel, ce ne sera pas vrai: ce sera fait sur la base des bulletins scolaires des enfants, riches ou pas riches."

    Juste mon expérience.
    Français, pour raisons professionnelles je vis en Chine.
    Pays (officiellement) communiste.
    En pratique, le capitalisme/libéralisme le plus effréné est mis en application.
    Système de santé, de retraite, etc, tout est explosé. Seul l’argent permet d’avoir un "service" de niveau correct.
    Mais le propos ici, c’est l’école.

    Les étudiants chinois niveau fin de lycée viennent de souffrir probablement une de leur plus terrible épreuve scolaire : le gaokao, la "semaine noire" comme elle est encore appelée, en gros l’équivalent de notre bac.
    Un échec au gaokao, et c’est la relégation directe au monde du travail. Que l’on soit doué et que l’on ait eu une faiblesse passagère n’entre pas en ligne de compte (et il faut dire que certains recalés feraient -et ont fait, j’en connais personnellement- majors de promo par chez nous …).
    La réussite à l’examen, et c’est la porte vers les études supérieures qui s’ouvre. En fonction du classement quand même, les meilleurs pouvant postuler auprès des universités chinoises les plus prestigieuses.
    On comprend bien que c’est là que se joue toute la future vie/carrière de l’étudiant.

    Or donc, ce système est largement détourné. Parce que ce qui devrait reposer uniquement sur le mérite a été dévoyé par l’argent.
    Il suffit que les parents d’un étudiant recalé viennent avec un joli matelas de billets -en dessous de table pour les "grandes" universités, directement par versement sur compte bancaire pour les quelques établissements privés- et comme par magie une place dans la filière souhaitée s’ouvre, au détriment bien sûr d’un étudiant plus brillant, mais sans soutien financier …

    J’ajouterai que progressivement ces pratiques se sont étendues aux niveaux précédents de l’éducation, puisque désormais c’est même en maternelle qu’il faut "acheter" sa place si l’on veut être dans la "bonne" école, celle qui donnera plus facilement l’accès au niveau suivant …

    Tout cela est parfaitement connu, et fait chaque année l’objet d’articles dans les journaux dénonçant ces pratiques (donc articles approuvés par les autorités … pas de journalisme d’investigation indépendant ici). Chaque année le gouvernment promet de lutter contre cette corruption, et bien entendu rien ne change … Trop de gens y trouvent leur compte (personnel bien entendu).

    A noter par ailleurs que l’on retrouve un peu de ce système aux USA, où bien des parents fortunés utilisent le "sponsorship" -donc tout à fait légalement- d’une nouvelle bibliothèque ou d’un nouveau bâtiment pour aider à l’entrée de leur rejeton dans ces monuments que sont par exemples Yale ou Harvard …

    Alors, la suppression de la carte scolaire au profit d’une sélection sur le mérite, par les établissements, belle utopie … mais très peu pour moi.
    Je préfère cent fois plus l’esprit des Hussards Noirs de la République, qui venaient apporter la même éducation à tous jusqu’au fin fond des campagnes …

    Répondre
  172. GZLaowai
    GZLaowai dit :

    "il présuppose que la sélection dans les bons établissements se fera uniquement à partir du revenu des parents. Pour l’essentiel, ce ne sera pas vrai: ce sera fait sur la base des bulletins scolaires des enfants, riches ou pas riches."

    Juste mon expérience.
    Français, pour raisons professionnelles je vis en Chine.
    Pays (officiellement) communiste.
    En pratique, le capitalisme/libéralisme le plus effréné est mis en application.
    Système de santé, de retraite, etc, tout est explosé. Seul l’argent permet d’avoir un "service" de niveau correct.
    Mais le propos ici, c’est l’école.

    Les étudiants chinois niveau fin de lycée viennent de souffrir probablement une de leur plus terrible épreuve scolaire : le gaokao, la "semaine noire" comme elle est encore appelée, en gros l’équivalent de notre bac.
    Un échec au gaokao, et c’est la relégation directe au monde du travail. Que l’on soit doué et que l’on ait eu une faiblesse passagère n’entre pas en ligne de compte (et il faut dire que certains recalés feraient -et ont fait, j’en connais personnellement- majors de promo par chez nous …).
    La réussite à l’examen, et c’est la porte vers les études supérieures qui s’ouvre. En fonction du classement quand même, les meilleurs pouvant postuler auprès des universités chinoises les plus prestigieuses.
    On comprend bien que c’est là que se joue toute la future vie/carrière de l’étudiant.

    Or donc, ce système est largement détourné. Parce que ce qui devrait reposer uniquement sur le mérite a été dévoyé par l’argent.
    Il suffit que les parents d’un étudiant recalé viennent avec un joli matelas de billets -en dessous de table pour les "grandes" universités, directement par versement sur compte bancaire pour les quelques établissements privés- et comme par magie une place dans la filière souhaitée s’ouvre, au détriment bien sûr d’un étudiant plus brillant, mais sans soutien financier …

    J’ajouterai que progressivement ces pratiques se sont étendues aux niveaux précédents de l’éducation, puisque désormais c’est même en maternelle qu’il faut "acheter" sa place si l’on veut être dans la "bonne" école, celle qui donnera plus facilement l’accès au niveau suivant …

    Tout cela est parfaitement connu, et fait chaque année l’objet d’articles dans les journaux dénonçant ces pratiques (donc articles approuvés par les autorités … pas de journalisme d’investigation indépendant ici). Chaque année le gouvernment promet de lutter contre cette corruption, et bien entendu rien ne change … Trop de gens y trouvent leur compte (personnel bien entendu).

    A noter par ailleurs que l’on retrouve un peu de ce système aux USA, où bien des parents fortunés utilisent le "sponsorship" -donc tout à fait légalement- d’une nouvelle bibliothèque ou d’un nouveau bâtiment pour aider à l’entrée de leur rejeton dans ces monuments que sont par exemples Yale ou Harvard …

    Alors, la suppression de la carte scolaire au profit d’une sélection sur le mérite, par les établissements, belle utopie … mais très peu pour moi.
    Je préfère cent fois plus l’esprit des Hussards Noirs de la République, qui venaient apporter la même éducation à tous jusqu’au fin fond des campagnes …

    Répondre
  173. mc
    mc dit :

    C’est un peu comme si, pour sélectionner les meilleurs nageurs, les plus débrouillards et les plus résistants, on organisait sciemment le naufrage du Titanic.

    Répondre
  174. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Coucou Marc-Sèvres!

    Oui, ici ça latte souvent contre le sarkozysme et on n’y va pas avec le dos de la cuillère.

    Maintenant, tu as aussi raison : j’ai invité les Sarkozystes à venir exposer leurs motivations ici en leur assurant de n’être pas agressés par les habitués… et ce n’est pas franchement toujours le cas.

    Je suis profondément anti-sarkozyste et bien au-delà, révoltée par la vision du monde qui est derrière. Maintenant, je pense que l’invective et l’agression ne nous mèneront nulle part.

    Faudrait aussi que les gauchos sachent tirer les leçons du passé… proche. La diabolisation de Sarko a non seulement fait un flop, mais elle a, selon moi, probablement aidée à sa victoire. Dire que les Sarkozystes sont des cons avec de la merde sous le calot est effectivement inutilement méprisant et nous dédouane de réfléchir plus avant aux raisons profondes de son succès.

    Je veux toujours comprendre, sans jugement de valeur et j’aimerais que tout le monde ici s’en tienne à cette ligne de conduite ou lise en silence. Je te remercie donc Marc-Sèvres d’avoir le courage de tes opinions ici et de parvenir à les exprimer sans acrimonie. J’espère que tu restes convaincu de la sincérité de ma démarche.

    Répondre
  175. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pauvre Rocard… pas fini de porter sa croix, celui-là.

    La citation exacte est : La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre fidèlement sa part.

    Comme quoi, un simple petit coup de ciseau, parfois…

    Répondre
  176. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pauvre Rocard… pas fini de porter sa croix, celui-là.

    La citation exacte est : La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre fidèlement sa part.

    Comme quoi, un simple petit coup de ciseau, parfois…

    Répondre
  177. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ GZLaowai (post 136)

    les travers Chinois et Américains sont parfaitement regrettables, et vous auriez pu rajouter les Japonais (il y a même des suicides de jeunes pour échec scolaire !)

    En ce qui concerne la carte scolaire, il s’agit du primaire / secondaire. Il me semble qu’à l’époque les américains avaient institué le "buzzing" pour lutter contre la ségrégation scolaire. Il me semble que cela concernait le secondaire. Cela consistait justement à obliger les écoles des quartiers "blancs" à accepter des élèves des quartiers "noirs". Donc justement à casser la "carte scolaire" (= chacun dans son quartier). Ceci dit je ne connais pas le résultat effectif de cette mesure. Je ne sais si cela existe toujours.

    Vous écrivez:
    " Alors, la suppression de la carte scolaire au profit d’une sélection sur le mérite, par les établissements, belle utopie … mais très peu pour moi.
    Je préfère cent fois plus l’esprit des Hussards Noirs de la République, qui venaient apporter la même éducation à tous jusqu’au fin fond des campagnes …"

    Cette conclusion me semble particulièrement emblématique de ce que peut être le clivage entre deux sensibilités.
    Vous vous référez à une vision que personne ne peut rejeter ("Je préfère cent fois …"). Mais pour d’autres la question est: aujourd’hui, dans notre France européanisée et libre-échangiste, qu’est-ce qui est le plus réalisable … quel est le moindre mal … quelles améliorations sont les plus nécessaires …

    Le souhait d’améliorer notre école a été cent fois répété avec des résultats problématiques, pour le moins en dessous des espérances.

    S Royal que N Sarkozy ont proposé qu’aujourd’hui il était plus opportun de proposer la fin de la carte scolaire, c’est à dire plus de sélection par le mérite (assez clairement par N Sarkozy, de manière implicite par S Royal) (plus ne veut pas dire "uniquement"). Aucun des deux n’a proposé la sélection par l’argent (qui existe déjà de façon marginale, qui a toujours existé, qu’il faut limiter autant que possible; sans parler de la sélection par la "débrouille", les enseignants en premier).

    Répondre
  178. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ GZLaowai (post 136)

    les travers Chinois et Américains sont parfaitement regrettables, et vous auriez pu rajouter les Japonais (il y a même des suicides de jeunes pour échec scolaire !)

    En ce qui concerne la carte scolaire, il s’agit du primaire / secondaire. Il me semble qu’à l’époque les américains avaient institué le "buzzing" pour lutter contre la ségrégation scolaire. Il me semble que cela concernait le secondaire. Cela consistait justement à obliger les écoles des quartiers "blancs" à accepter des élèves des quartiers "noirs". Donc justement à casser la "carte scolaire" (= chacun dans son quartier). Ceci dit je ne connais pas le résultat effectif de cette mesure. Je ne sais si cela existe toujours.

    Vous écrivez:
    " Alors, la suppression de la carte scolaire au profit d’une sélection sur le mérite, par les établissements, belle utopie … mais très peu pour moi.
    Je préfère cent fois plus l’esprit des Hussards Noirs de la République, qui venaient apporter la même éducation à tous jusqu’au fin fond des campagnes …"

    Cette conclusion me semble particulièrement emblématique de ce que peut être le clivage entre deux sensibilités.
    Vous vous référez à une vision que personne ne peut rejeter ("Je préfère cent fois …"). Mais pour d’autres la question est: aujourd’hui, dans notre France européanisée et libre-échangiste, qu’est-ce qui est le plus réalisable … quel est le moindre mal … quelles améliorations sont les plus nécessaires …

    Le souhait d’améliorer notre école a été cent fois répété avec des résultats problématiques, pour le moins en dessous des espérances.

    S Royal que N Sarkozy ont proposé qu’aujourd’hui il était plus opportun de proposer la fin de la carte scolaire, c’est à dire plus de sélection par le mérite (assez clairement par N Sarkozy, de manière implicite par S Royal) (plus ne veut pas dire "uniquement"). Aucun des deux n’a proposé la sélection par l’argent (qui existe déjà de façon marginale, qui a toujours existé, qu’il faut limiter autant que possible; sans parler de la sélection par la "débrouille", les enseignants en premier).

    Répondre
  179. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ mc (post 135)

    vous dites:
    " Je relis le commentaire 120 et je lis cette énormité "Pourquoi être solidaire de gens qui ne sont pas nous". Eh, banane, avec soi-même, c’est pas de la solidarité! …."
    Tout votre commentaire est parfait, pas un mot à retirer / ajouter.

    En effet vous vous placez sur un plan moral inattaquable et juste. La question est que je me plaçais sur un plan sociologique (nous sommes sur le blog d’une sociologue)
    Dans ma réponse à un autre intervenant qui réagissait un peu comme vous, j’ai déjà répondu ( si vous avez le temps de lire le post 124)

    En très bref, d’un point de vue pratique, sauf une poignée d’altruistes héroïques, nous ne sommes pas prêt à accepter "toute la misère du monde" (Rocard), à dépasser les "seuils de tolérance" (Mitterand). N Sarkozy ne fait que dire la même chose à sa manière.

    Répondre
  180. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ tous et agnes

    en lisant les commentaires de ce blog sur les "Sarkozistes", je ‘aperçois que le mépris des autres est une chose bien vivante. Comme on fustige facilement, persuadé de détenir "le bien" "la vérité"; Comme il est facile d’être compréhensif avec ceux qui pensent comme vous, et agressif pour les autres …

    Moi aussi, j’aurai eu envie de répondre agressivement à tant de posts méprisants. Nous faisons vraiment partie de la même humanité, mais vous ne le savez pas. Et tant que vous ne le saurez pas, vous détruirez avec allégresse au nom du bien …

    Je ne peux m’empêcher, pour bien vous montrer que je suis comme vous, de donner la palme à Swami pour son mépris de fer pour sa voisine, ce qui lui permet de valoriser sa propre beauté morale. Mais que ne cherche-t-il à voir la lumière dans les ténèbres de sa voisine ? et moi j’admire ce Swami si sûr de lui. Que la vie lui soit clémente.

    Répondre
  181. marc-sevres
    marc-sevres dit :

    @ tous et agnes

    en lisant les commentaires de ce blog sur les "Sarkozistes", je ‘aperçois que le mépris des autres est une chose bien vivante. Comme on fustige facilement, persuadé de détenir "le bien" "la vérité"; Comme il est facile d’être compréhensif avec ceux qui pensent comme vous, et agressif pour les autres …

    Moi aussi, j’aurai eu envie de répondre agressivement à tant de posts méprisants. Nous faisons vraiment partie de la même humanité, mais vous ne le savez pas. Et tant que vous ne le saurez pas, vous détruirez avec allégresse au nom du bien …

    Je ne peux m’empêcher, pour bien vous montrer que je suis comme vous, de donner la palme à Swami pour son mépris de fer pour sa voisine, ce qui lui permet de valoriser sa propre beauté morale. Mais que ne cherche-t-il à voir la lumière dans les ténèbres de sa voisine ? et moi j’admire ce Swami si sûr de lui. Que la vie lui soit clémente.

    Répondre
  182. mc
    mc dit :

    Suite au 139:

    Je me plaçais d’abord sur un plan de simple vocabulaire. Solidarité avec soi-même c’est une absurdité.

    Mais aussi sur un plan scientifique (éthologie humaine).

    Si le mot existe, c’est précisément qu’existe dans la nature humaine, de façon basique (éthologique) la capacité à se projeter dans l’autre, à partager, en miroir, ses émotions. La base même du concept d’humanité réside dans cette capacité que certains considèrent comme innée, à sourire à qui vous sourit, à pleurer avec celui qui pleure. Un bébé en est capable.

    Celui qui ne l’est pas aura d’énormes difficultés à faire partie de la communauté humaine, parce qu’il sera en difficulté pour en comprendre et en partager les émotions. Il ne pourra y être intégré que par la capacité de son entourage à remédier à ce handicap. On le voit bien dans certaines déficiences mentales et particulièrement dans les troubles de type autistique.

    Ce que marc-sevres appelle "se placer sur un plan moral" c’est ça, la capacité plus ou moins développée à considérer un autre humain comme un semblable. Certains s’arrêtent à leur soeur, leur cousine, leur voisine… les enfants intègrent les animaux, moi je m’arrête aux humains.

    Répondre
  183. mc
    mc dit :

    Suite au 139:

    Je me plaçais d’abord sur un plan de simple vocabulaire. Solidarité avec soi-même c’est une absurdité.

    Mais aussi sur un plan scientifique (éthologie humaine).

    Si le mot existe, c’est précisément qu’existe dans la nature humaine, de façon basique (éthologique) la capacité à se projeter dans l’autre, à partager, en miroir, ses émotions. La base même du concept d’humanité réside dans cette capacité que certains considèrent comme innée, à sourire à qui vous sourit, à pleurer avec celui qui pleure. Un bébé en est capable.

    Celui qui ne l’est pas aura d’énormes difficultés à faire partie de la communauté humaine, parce qu’il sera en difficulté pour en comprendre et en partager les émotions. Il ne pourra y être intégré que par la capacité de son entourage à remédier à ce handicap. On le voit bien dans certaines déficiences mentales et particulièrement dans les troubles de type autistique.

    Ce que marc-sevres appelle "se placer sur un plan moral" c’est ça, la capacité plus ou moins développée à considérer un autre humain comme un semblable. Certains s’arrêtent à leur soeur, leur cousine, leur voisine… les enfants intègrent les animaux, moi je m’arrête aux humains.

    Répondre
  184. chris
    chris dit :

    Mouai …..enfin tout les sarkozystes ne sont pas comme marc-sevres qui fait figure a mon gout de bon paroissien ,sans mepris aucun dans l’allusion ,au contraire dans le sens compassionnel envers son prochain .

    Mais j’en ai des particulierement cynique dont la prose vous ferait fremir ,je pense a un certain avocat avec qui je forumise souvent ….il est adepte de Napoleon ,c’est dire :

    Et attention rien a voir avec la voisine a Swami , le lascar est bon rethoricien ce qui ne gache rien …mais rend plus redoutable vu les jeunes yeux qui le lise .

    Au moins,la voisine a Swami ne convainc personne et n’a guere d’influence electorale facheuse

    Répondre
  185. Anta
    Anta dit :

    Je ne veux absolumment pas entrer dans ce débat , et encore moins alimenter le moulin d’mc, mais tout ca m’a fait penser à une célèbre citation:
    "Homo sum: humani nihil a me alienum puto (Je suis homme, rien de ce qui est humain ne m’est étranger)"

    Répondre
  186. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je suis OK avec la question, mais moins OK avec les insultes qui vont avec. J’ai demandé aux intervenants de se respecter les uns, les autres, cela vaut aussi pour les Sarkozystes. Je laisse l’intégralité de tes propos, pour chacun se fasse sa propre opinion quant à ceux qui attisent la haine et j’invite les commentateurs à ne réagir que sur la partie intéressante de la question, à savoir le différentiel de hausse de RMI.

    Répondre
  187. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je suis OK avec la question, mais moins OK avec les insultes qui vont avec. J’ai demandé aux intervenants de se respecter les uns, les autres, cela vaut aussi pour les Sarkozystes. Je laisse l’intégralité de tes propos, pour chacun se fasse sa propre opinion quant à ceux qui attisent la haine et j’invite les commentateurs à ne réagir que sur la partie intéressante de la question, à savoir le différentiel de hausse de RMI.

    Répondre
  188. De passage
    De passage dit :

    Pourquoi les prolos votent à droite ?
    Je vais donner la réponse car vous n’êtes pas crédible :
    -1997 à 2001 : + 11 %, d’augmentation du Smic vos amis aux affaires
    -2002 à 2006 : + 21 % avec la droite
    Maintenant, démentez mes chiffres. Vous êtes encore capable de trouver une explication à la " mords- moi le noeud" dont vous avez l’habitude. Si vous croyez que les lecteurs ne se rendent pas compte que vous orientez vos interventions de manière à hâtiser des haines qui pourraient être favorables à votre idéologie,c’est que vous les prenez pour des c…

    Répondre
  189. De passage
    De passage dit :

    Pourquoi les prolos votent à droite ?
    Je vais donner la réponse car vous n’êtes pas crédible :
    -1997 à 2001 : + 11 %, d’augmentation du Smic vos amis aux affaires
    -2002 à 2006 : + 21 % avec la droite
    Maintenant, démentez mes chiffres. Vous êtes encore capable de trouver une explication à la " mords- moi le noeud" dont vous avez l’habitude. Si vous croyez que les lecteurs ne se rendent pas compte que vous orientez vos interventions de manière à hâtiser des haines qui pourraient être favorables à votre idéologie,c’est que vous les prenez pour des c…

    Répondre
  190. De passage
    De passage dit :

    Tu veux du sens François ?
    -Inflation cumulée de 97 à 2001 : 5,2 %, le différentiel est de + 5,2 % d’augmentation de pouvoir d’achat avec la gauche.
    -Inflation cumulée de 2001 à 2006 : 9,5 %, différentiel est de + 11, 5 % d’augmentation de pouvoir d’achat avec la droite,
    C’est à dire une augmentation du pouvoir d’achat 2,20 fois plus forte avec la droite qu’avec la gauche.

    Répondre
  191. Lecomte maurice
    Lecomte maurice dit :

    C’est vraiment tard pour réagir, mais je viens de parcourir ce blog maintenant. En réponse à De passage ;
    http://www.lentreprise.com/3/1/2/gu
     »La tumultueuse histoire du Smic depuis 1957

    Le salaire minimum a été créé en 1950. Voici l’évolution de son montant, depuis sa naissance et les grandes étapes de sa passionnante histoire. Aujourd’hui, 2,5 millions de Français sont payés au Smic.
    Anne-Hélène Pommier
    1950 : la naissance du Smig, l’ancêtre du Smic actuel

    Au sortir de la guerre, c’est la loi du 11 février 1950 qui crée le Smig, l’ancêtre du Smic actuel. Ce Salaire minimum interprofessionnel garantie vient mettre fin à douze années de blocage des salaires. Nous sommes à l’époque de la quatrième république et la mesure est loin de faire l’unanimité. Toute la gauche (SFIO et PCF) s’oppose à ce projet soutenu par le gouvernement Bidault, issu de la Troisième Force (MRP et radicaux).

    L’objectif de ce Smig est d’offrir aux employeurs la liberté de fixer les salaires tout en instaurant un garde fou qu’est ce salaire minimum dû à tout salarié. Le salaire plancher est alors fixé par décret en conseil des ministres. Il est calculé d’après un budget type, nécessaire à toute personne célibataire salariée vivant en région parisienne : le fameux panier de la ménagère.

    1952 : le salaire minimum est indexé sur l’inflation

    Le déclenchement de la guerre de Corée, en 1950 provoque une augmentation brutale du prix des matières premières. Les prix à la consommation qui vont faire un bond de 16% en quelques mois. A la demande des syndicats, le gouvernement Pleven (successeur de Bidault) accepte l’idée d’adopter une « échelle mobile des salaires » qui indexe le Smig sur la hausse des prix.

    Le Smig va désormais être ajusté chaque fois que l’évolution des prix dépasse 5 %, à condition toutefois d’attendre au moins quatre mois entre deux réévaluations ! Le taux est ramené à 2 % en 1957, afin d’atténuer l’effet inflationniste provoqué par les hausses du Smig.

    1970 : le Smic avec un C remplace le Smig avec un G

    Plus qu’un simple changement de lettre, l’abandon du Smig au profit du Smic est un changement de conception. Le G pour « garantie » se transforme en C comme « croissance ». En clair, le Smig avait été créé pour permettre aux salariés de disposer d’un minimum vital. Désormais, le Smic a pour ambition d’aider le salaire minimum à rattraper son retard sur le salaire moyen des Français qui est alors beaucoup plus élevé. Bref, de rapprocher le Smic du salaire moyen. Le nouveau Smic créé par Jacques Chaban-Delmas, alors Premier ministre, est doté d’un nouveau mode de calcul pour sa réévaluation. En plus de l’inflation, la hausse du salaire moyen est également prise en compte . La conséquence est une formidable hausse du Smic dont le montant va croître de 35% en quelques années.

    1982 : la rigueur atteint le Smic

    Un tournant historique est opéré par François Mitterrand et le gouvernement Mauroy en 1982, qui décide de casser la forte inflation française (supérieure à 13 % en 1980 et 1981) en imposant un blocage des salaires et des prix pendant plusieurs mois. La hausse des salaires n’est plus indexée sur les prix mais sur un taux d’inflation prévu par le gouvernement. Puis, jusqu’en 1990, le Smic connaît une très faible croissance, entraînant un fort ralentissement du pouvoir d’achat des salariés payés au salaire minimum.

    Ce n’est qu’à partir du début des années 1990 que la politique d’allégements de charges accordés par le gouvernement pour l’emploi des salariés payés au SMIC va permettre de redonner un coup de pouce au Smic, absorbant la hausse pour les employeurs.

    1998-2005 : les multiples effets des 35 heures

    L’instauration de la réduction du temps de travail par les lois Aubry perturbent le mécanisme du Smic. C’est le principe des 35 heures payées 39 pour tous les salariés, y compris ceux payés au SMIC (sauf pour les PME de moins de vingt salariés). Ce qui entraîne une hausse de 11 % du montant du Smic, impossible à réaliser en une seule fois. De plus, les entreprises ne sont pas tenues de passer aux 35 heures en même temps. Bref, le gouvernement imagine un système qui conduit à la création d’un nouveau Smic chaque 1er juillet jusqu’en 2002. On se retrouve in fine avec cinq Smic différents en plus du Smic officiel qui existait avant les lois Aubry. Tous les salariés payés au Smic ne touchent donc pas le même salaire .
    En 2002, la loi Fillon établit les modalités d’un retour progressif à un Smic unique avec un programme de rattrapage du dernier Smic. Les différents Smic vont donc bénéficier de fortes hausses pendant trois ans, mais à des taux différents. Ainsi, tous les Smic ont rejoint un montant commun le 1er juillet 2005, à 8,03 euros pour le Smic horaire.

    2006-2007 : la fin des coups de pouce ?

    Après un petit coup de pouce du gouvernement encore accordé au Smic en 2006, la hausse du Smic au 1er juillet 2007 est limitée au minimum légal selon le mode de calcul adopté en 1970 (calcul sur la base de l’augmentation des prix de mai à mai et de la moitié de la progression annuelle du pouvoir d’achat du salaire horaire brut ouvrier de mars à mars). Point de coup de pouce donc. Le Premier ministre François Fillon veut mettre fin au pouvoir discrétionnaire du gouvernement concernant la hausse du Smic. Souhaitant réformer la loi de 1970, il plaide pour que ce soient les partenaires sociaux, qui décident d’un éventuel coup de pouce au salaire minimum.  »

    La philanthropie de la droite est plutôt à comprendre comme indiquée par l’entreprise. N’étant pas plus royaliste que le roi, je m’en tiendrais aux indications fournies par elle !

    Répondre
  192. Jacques
    Jacques dit :

    Bonjour,

    si vous m’autorisez à reprendre le texte sur mon blog, je pense que certains de mes lecteurs eclaireront votre lanterne.
    Un bolchevique sanguinaire
    Merci de me le faire savoir par mail.

    Répondre
  193. gilles
    gilles dit :

    le ps, plus grand parti de gauche ? a verifier mais il me semble qu’encore vers 1980 c’etait plutot 2eme derriere le PC. Peut etre cela a deja ete dit alors au risque je le repete : selon coluche, si les elections servaient a quelque chose ils nous aurait supprimer le droit de vote depuis longtemps. desolé j’apporte pas grand chose

    Répondre
  194. zen200
    zen200 dit :

    alors les imaginatifs du résultat des élections présidentielle
    vous gambergez – Oui Sarko est élu en démocratie sur un résultat on la ferme – peut être n’as tu pas voté – presque persuadé de cela – la France a besoin d’un bon coup de torchon – la justice faite par le reste de la gauche – le travail – pour les RMIstes- ceux qui n’aies pas la France qu’ils partent ou c’est mieux ,
    La gauche a pourri le pays même Dray innocent n’en revient pas – les socialos de Creil 60 aussi sont innocents – Les suicidés de l’Elysée sous Mitterrand SUI CI DES pas assassinés le plus honnête de Nevers non plus SUI CI DE pas tué

    Répondre
  195. Danton
    Danton dit :

    J’ai lu avec intérêt cet article, ainsi que ces commentaires, et j’avais envie d’y apporter une petite -toute petite- réaction:

    Le "prolo sarkozyste", (catégorie qui d’ailleurs n’existe pas véritablement, on ne peut pas imaginer de "prolo sarkozyste"-type) ne s’en est pas tenu au "il passe bien à la télé". Même s’il se réfugie dans cette explication sommaire, son vote en lui-même procédait d’un véritable calcul, car il ne faut pas non plus prendre le prolo pour un con, en bons bolcheviks sanguinaires/intellos que nous sommes. Ce qui est malheureux, c’est que ce calcul repose sur l’égoïsme, la volonté de s’extraire de la mouise, exacerbée par l’idéal sarkozyste du nouveau-riche, du parvenu, de la classe moyenne qui brille.
    Le prolo sarkozyste sait surement très bien que le gouvernement ne fera rien pour lui et pour ses concitoyens embourbés, mais il espère bien que certains vont morfler (assistés, gauchistes, immigrés…) afin que lui puisse grimper l’échelle sociale, enfin praticable.

    Je ne m’attarderai pas là-dessus car c’est un point de vue qui a été longuement évoqué dans les commentaires (celui de l’explication du vote sarkozyste par une sorte d’égoïsme) et que je me rend compte que c’est super présomptueux de vouloir se mettre à la place su fameux prolo, étudiant bien middleclass que je suis, mais il me paraissait important d’insister sur le fait que le prolo n’est pas une huître collée devant la télé, se contentant d’ingérer de l’image et choisissant celle qui ressort le mieux.

    (PS: le correcteur d’orthographe de firefox me propose "trotskyste" au lieu de "sarkozyste", faut-il en tirer quelque conclusion sur la politique sociale de notre omniprésident?)

    Répondre
  196. Aurélien
    Aurélien dit :

    Tout en prenant mes distances sur certains dommage j’ai voté Sarko au second tour en âme et conscience et alors?

    Je trouve que c’est une grosse erreur intellectuelle de la part d’une parti de la gauche de la gauche dont une partie est devenue très populiste de faire croire que Royal était moins dangereuse et plus social que Sarko. Faux, Royal a les mêmes mauvais réflexes, ce n’est pas un prolo ni un agriculteur modeste avec qui elle est récemment! Si elle serait au pouvoir, nous aurions droit aux même genre de dérive autoritaire et monarchique.
    Je ne pense pas que les précaires, les chômeurs, les rmistes, les handicapés et autres exclus de la société obtiendraient beaucoup de choses si Royal nous gouvernait.

    Où est le crime de voter à droite quand on est démocrate à la base? Je ne me sens pas prolo pour autant mais voisin en tout cas.

    Ce que certains ne comprennent pas c’est pourquoi la majorité des gens ont élu un président de la république tel que Sarkozy.

    Les déçus de Sarkozy sont pour la plupart des électeurs Fn de base qui savaient très bien pour qui ils votaient. C’est à dire quelqu’un qui est aux anti-podes de leurs idées frontistes bien qu’il peut y avoir certains rapprochements sur des thèmes comme l’immigration, la sécurité et les libertés individuelles.

    Mais amalgamer Sarko à Le Pen c’est faire le jeu du second évidemment. C’est cette gauche populiste très populaire sur le net peu dans les urnes qui plait d’ailleurs pas mal à une partie importante des abstentionistes des dernières élections qui aux reines du totalitarisme 2.0. Heureusement beaucoup de gens de gauche savent très bien pour qui voter dans les urnes et ça sera sûrement pas pour le NPA et LO!

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *