Sondomythes

Les sondages et l’opinion publique, c’est un peu comme l’œuf et la poule, il est pratiquement impossible de déterminer lequel des deux fabrique l’autre.

Ainsi vais-je clore mon tryptique sur la confiscation démocratique, après le vote utile et l’abstention.

Le corps électoral et le thermomètre

  • Tiens, je vais te prendre la température.
  • Bah, pourquoi faire, je me sens bien.
  • Comme ça, pour voir…
  • Bof, tu peux y aller, ce n’est pas ça qui va me rendre malade
  • Ho! Putain!
  • Quoi, quoi, qu’est-ce qu’il y a???
  • Putain, couche-toi vite! Ça ne va pas du tout! Tu as plus de 40°C de fièvre!
  • Mais, je ne comprend pas : je me sens très bien!
  • Mais regarde par toi-même, si tu ne veux pas me croire : là!
  • Ha, ouais, merde! C’est beaucoup… Maintenant que tu m’en parles, je me sens un peu faible… je crois que je vais me pieuter!

Même dans un monde désenchanté comme le nôtre, il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir de la pensée magique. L’inverse marche aussi.
Le thermomètre mesure la fièvre, laquelle n’est pas la maladie, mais le symptôme. En tout cas, un symptôme. On peut être malade sans fièvre. On peut même être asymptomatique.

  • Pffff, je ne sais pas ce que j’ai, je ne me sens pas bien…
  • Laisse-moi voir… Ben non, t’as rien, tu n’as pas de température.
  • Ouais, peut-être, mais je ne me sens pas bien du tout.
  • Tu ferais mieux d’arrêter de t’écouter, tu n’as pas de fièvre du tout. Tu vas bien, quoi!
  • Écoute, ça ne va pas, je vais me coucher.
  • Ouais, c’est ça, va te pieuter, le malade imaginaire. Tire-au-flanc! Crevard! Faignasse!

La grande constante des sondages politiques de ces dernières années, c’est leur grande régularité dans leur totale incapacité prédictive. S’en est même rassurant, quelque part : la quasi certitude qu’ils se plantent forcément. Car, qu’est-ce que le sondage électoral? L’idée de mesurer l’opinion publique à l’instant t, au sujet d’une action qu’elle est censé accomplir à l’instant t+x. Autant tenter de décrire le parfum du verre à un aveugle…

Le vote stratégique

La première conséquence visible de la sondomania pré-électorale, c’est de pousser le citoyen duement équipé de sa carte d’électeur à élaborer un vote stratégique en lieu et place d’un vote de conviction. Et c’est extrêmement pervers.
Mon postulat de base, c’est que les élections présidentielles devraient servir aux citoyens à choisir un projet de société, voire même à porter au pouvoir l’équipe qui s’engage à appliquer celui que la majorité des citoyens a élaboré. Le discours politique devrait donc essentiellement tourner autour du ce vers quoi nous devons tendre au niveau de la nation! Le problème, c’est que le projet de société unique a déjà été choisi hors de la sphère démocratique, à l’échelle mondiale : il s’agit de l’économisme libéral. Voilà. Et aux roitelets locaux de se démerder pour appliquer cela selon les déclinaisons maison. A partir de là, on comprend bien que les partis de gouvernement n’ont rigoureusement rien à proposer en terme de projet de société. Reste donc les programmes électoraux, improbables empilement de promesses plus ou moins compatibles entre elles et qui ont chacune la particularité de caresser une frange de l’électorat dans le sens du poil. Les programmes ne sont pas des projets de gouvernance, ils ne sont que des appareils à additionner les votes par catégorie de population : une promesse pour les profs, une autre pour les chasseurs, une troisième pour les nains hydrocéphales.

  • Ça nous fait combien de millions de voix?
  • Merde, c’est pas assez! On a quoi en stock?
  • Les toubibs, ça vote bien les toubibs!
  • Oui, bonne idée : on va leur monter les honoraires! Qui peut-on chopper, encore?
  • Les chefs d’entreprise, en comptant les PME, ça fait du peuple!
  • Oui, une bonne exo de charge et hop, aboulez les voix! Quoi d’autres?
  • Les chômeurs et les travailleurs pauvres…
  • Ha putain, les boulets… mais c’est qu’ils sont nombreux… mais qu’est-ce qu’ils votent mal, ces cons! Plein d’abstentionnistes…
  • Fais-leur le SMIC à 1500€!
  • Putain, t’es fou : ça va faire se barrer les CSP+ et les artisans et on va se faire engueuler par le MEDEF!
  • Panique pas : 1500€ bruts et dans 5 ans! Ce qui revient au même que si l’on ne faisait rien, tout en bénéficiant de l’effet d’annonce!
  • Whaouh, trop fort! On devrait bien en piquer 10% avec ça! Sur 12 millions de pauvres et de précaires, c’est une bonne affaire pour pas un clou!

Si les programmes électoraux ne sont que de la soupe arythmétique, le choix des électeurs est poussé dans la même voie… grâce aux sondages.
Comme le choix se résume à choisir l’option la moins défavorable dans un package de mesures catégorielles, le plan consiste à tout faire pour miser sur le candidat qui est le plus favorable à sa caste ou pour le moins nocif. Ce qui implique l’élimination des adversaires les plus dangereux.

  • Oui, les petits partis de gauche sont les plus sociaux, les plus proches de nous, mais ils n’ont aucune chance de l’emporter : regarde les sondages!
  • Ha, ouais, pas la peine de voter pour eux.
  • Bon, Ségo, c’est la moins pire des pas trop mal placés. On pourrait voter pour un petit qui est plus proche de nous au premier tour et porter Ségo au second tour, mais avec Le Pen en embuscade, on prend des risques.
  • Ouais, faut pas se disperser, sinon, on est sûr de se ramasser Sarko au second tour.

C’est là toute la force du vote utile, concept qui ne peut marcher que main dans la main avec la sondomania : Je vote utile en me déterminant en fonction des intentions de vote des autres! C’est donc déjà une forme de détournement démocratique très poussé, puisqu’il substitue des calculs stratégiques à la parole politique.
Mais la totale perversion du système, c’est quand on commence à admettre qu’en creux, le sondage peut créer le vote au lieu de juste le refléter. A ce niveau, le cas Bayrou est exemplaire.

La manipulation des sondages

Depuis le début de cette étrange période de pré-campagne, on nous joue le second tour des présidentielles avant même que la liste des candidats du premier tour ne soit fixée. On nous vend un duel Ségo/Sarko, avec le spectre de Jean-Marie en embuscade, ne serait-ce que pour rappeler que le vote utile, c’est bien! Hop, tout est bordé, et les sondages confirment que le choix important est là et pas ailleurs.

Arrive alors le sondage de l’IFOP, qui annonce que Bayrou battrait les deux gros candidats au second tour! C’est énorme, non?
En fait, comme le fait si bien remarquer Guy Birembaum, ce qui est énorme, c’est de faire un sondage sur le score de Bayrou au second tour alors que justement tous les sondages disent qu’il ne peut y arriver. Bref, un sondage super inutile pour le coup. Sauf que…
Après ce coup d’annonce, hop, voilà le Bayrou qui remonte dans les sondages et ce qu’aucun discours de journaliste politique n’avait réussi à faire, c’est un sondage qui y parvient : faire de Bayrou un troisième homme soudainement bien plus crédible!

Le truc est magnifique : si l’on s’acharne à voter Ségo au premier tour, elle se retrouve battue au second par Nico! Et plaf, tant pis pour ceux qui le sentent mal, le locataire de la place Boveau. Par contre, si l’on lâche Ségo pour Bayrou, on est presque sûr de faire mordre la poussière à Sarko!
Donc, pour tous ceux dont la priorité est de faire barrage à Sarko, la meilleure stratégie consiste à voter Bayrou… qui est pourtant un mec de droite… dont le programme gagne à être épluché, tant il est nettement plus dans la lignée de Sarko que de Ségo! Un programme qui fait la part belle aux forces vives de la Nation, aux entrepreneurs sévèrement burnés…

Vous ne voyez toujours pas où on veut en venir?

Et si je vous dit que la Présidente de l’IFOP, l’institut qui a sorti le sondage inutile sur Bayrou est aussi la présidente du MEDEF, vous ne voyez toujours rien venir?
Qu’en sortant ce sondage, c’est l’IFOP qui fait un acte stratégique visant à concentrer le choix des électeurs autour des deux candidats les plus favorables aux thèses du MEDEF…

Voilà qui mérite au moins réflexion quant à l’influence des sondages sur nos choix politiques, non?

Pour finir, une petite réminiscence partielle autour de deux petits candidats invités hier chez Pascale Clark :

  • Sur le sondage IFOP pour Paris-Match, Jean-Marie Adeline, vous êtes inexistant…
  • On n’a pas sondé sur moi, je vous rappelle
  • C’est à dire, vous ne faites même pas partie des…
  • Je n’ai pas fait parti des noms qui étaient cités pour un sondage, mais ça va changer!
  • Ça vient de quoi alors?
  • Les instituts de sondages estiment que je suis inexistant, ce ne sont pas les sondés qui estiment que je suis inexistant, ce sont les sondeurs. Je vous rappelle que Besancenot, en 2002, il faisait 0 dans les sondages : il a fait 3 au premier tour!

Pour creuser dans le sillon des sondages un peu plus profond, à lire chez :

58 réponses
  1. Anta
    Anta dit :

    Et hop, on nous ressort encore et toujours cette bonne vieille théorie du complot, ca marche à tous les coups. De l’extrème droite à l’extrème gauche, les puissants en place depuis des années auraient mis en place un système pour empêcher l’émergence de nouvelle candidature. On le dit de Bové ici, mais on disait la même chose pour Le pen y’a une vingtaine d’année de cela (et aujourd’hui encore d’ailleurs).Sans ces 500 signatures, le vote utile pour la dame de poitou charentes, on aurait une candidature alter à 30%, c’est sur et certain!
    Bové n’est pas aimé par les français, c’est un fait. Même si il est très tvgénique, et a su au mieux capitaliser ses quelques gros coups médiatiques, il est davantage perçu comme un autre candidat d’extrème gauche, n’apportant rien de neuf à part sa condition de paysan du Larzac. D’ailleurs, il n’y qu’à lire les réactions des lecteurs du monde suite à l’article sur Jose Bové et la loi SRU pour s’en convaincre: http://www.lemonde.fr/web/article/r
    Et qu’on ne me dise pas que le monde est un journal subjectif aux mains des grands de ce pays, et que pour trouver une source objective, il vaille mieux s’abonner à "Actuchômage"…

    Répondre
  2. chris
    chris dit :

    @Anta

    un developpement possible quant a l’abonnement Actuchomage ?

    c’est un paradoxe français ,des millions de chomeurs declarés ou pas …et un site tres contrasté .

    moi ,on connait les raisons de mon depart ,pensée unique ,infiltration ANPEiste et j’en passe .

    j’ai eu vent de quelques arrieres pensées de certains candidats sur le sujet ,mais bon !

    mais je serais vraiment curieux de connaitre l’avis d’Anta vu le silence radio gené qui regne sur la blogosphere a ce sujet !!!!

    bon pour ma part ,ca rejoint le coté osbcur de la blogosphere a ce niveau .

    finalement si je suis ,les candidats "extremes" feraient peur aux français qui feraient fi des complots pour se resserer frileusement sur des candidats consensuels ….les sondages dans ce cas !

    Répondre
  3. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    J’avoue que je suis assez contente de mon titre aussi ;-).
    Quant à Bayrou, j’en suis sûre, c’est le joker du MEDEF. L’essentiel, fondamentalement, pour eux, c’est que rien ne change! C’est d’ailleurs là l’intérêt de tous les pouvoirs en place.
    Faut vraiment être con pour vouloir le changement quand la situation présente te profite autant, non?

    Répondre
  4. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    J’avoue que je suis assez contente de mon titre aussi ;-).
    Quant à Bayrou, j’en suis sûre, c’est le joker du MEDEF. L’essentiel, fondamentalement, pour eux, c’est que rien ne change! C’est d’ailleurs là l’intérêt de tous les pouvoirs en place.
    Faut vraiment être con pour vouloir le changement quand la situation présente te profite autant, non?

    Répondre
  5. Aa
    Aa dit :

    En fait il est clair qu’il y a une OPA sur les structures de la démocratie française et ce à tout niveau.

    Ce que dis Agnès
    La sélection opérée par les sondages dans les candidatures et notamment pour le PS.

    Les signatures nécessaires pour se présenter à l’élection qui font l’objet de pressions des centrales politiques.

    La corruption structurelle entre les médias, les affairistes et les politiciens.

    L’organisation de l’élection par un candidat à cette même élection, on nous la fait à la G. W. Bush première élection.

    Répondre
  6. Fanette
    Fanette dit :

    Je crois plutôt que la vérité est dans la blogosphère, car contrairement aux médias traditionnels, la blogosphère ne peut être muselée : la blogosphère dénonce ce que disent tout bas ces derniers.

    Si j’en crois la blogosphère, quand on lit toutes sortes de blogs de droite à gauche en passant par les extrêmes, Bayrou s’approche du but actuellement.

    Pourquoi ?

    Les Français en ont leur claque de cette cours de récré qu’ils subissent depuis quelques mois, les coups bas, et les promesses que personne ne tiendra, car il ne faut pas l’oublier, le rôle du Président de la République sera bridé avec les directives Européennes…Sarko et SR ne feront pas ce qu’ils veulent, loin de là !!

    Les extrêmes font peur, alors les gens vont couper la poire en deux. Je trouve dommage que le PC n’ait pas trouvé d’accords pour se réunir, tous ensemble, ils auraient pu faire le poids face à Le Pen, mais à force de trop tirer la couverture à soi, on va vers la mort des petits partis, et on arrive très vite sur la bi-polarité américaine ! Pourquoi MG Buffet n’a pas voulu Autain, je ne comprends pas !

    Je suis de gauche, et, honnêtement, je trouvais bien qu’il y ait plusieurs partis pour représenter la France, aujourd’hui il y a 3 grands majoritaires, et des petits qui se sont divisés, alors qu’au contraire, il fallait qu’ils se rassemblent : c’est nul !

    Alors je comprends le français moyen qui va pas s’emmerder à couper son long week end dont il fera le pont, pour revenir voter, le 6 mai, comme en 2002, pour ça. Et on aura encore un fort taux d’abstension, et les sondages vont piquer du nez…une fois de plus.

    De toute façon quoiqu’il se passe, que la gauche ou la droite passe, qu’est ce que ça va changer réellement dans notre vie de tous les jours ?
    Pas grand chose…au final !

    Répondre
  7. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Je pense de plus en plus que Bayrou a de solides "chances" d’être le prochain président de ce pays. Si jamais il passe le premier tour, c’est dans la poche pour lui.

    Je suis infiniment loin d’être persuasé que cette "chance" en soit également une pour le pays ; mais je pense cependant qu’il serait probablement bien "moins pire" que les deux canassons que la PQM nous vend comme étant les deux seuls possibles gagnants chaque jour depuis des mois.
    Sarkolène et Ségozy ont sacrément intérêt à s’allier pour dégommer Bayrou afin de s’assurer qu’eux deux passent le premier tour, sinon ils sont morts. C’est d’ailleurs ce qu’en pense Jean Véronis qui dégaine le paradoxe de Condorcet

    Pourquoi je dis tout ça, moi, d’ailleurs ? Pfffff… Sais plus, tiens… De toute façon, foutu pour foutu…

    Répondre
  8. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Je pense de plus en plus que Bayrou a de solides "chances" d’être le prochain président de ce pays. Si jamais il passe le premier tour, c’est dans la poche pour lui.

    Je suis infiniment loin d’être persuasé que cette "chance" en soit également une pour le pays ; mais je pense cependant qu’il serait probablement bien "moins pire" que les deux canassons que la PQM nous vend comme étant les deux seuls possibles gagnants chaque jour depuis des mois.
    Sarkolène et Ségozy ont sacrément intérêt à s’allier pour dégommer Bayrou afin de s’assurer qu’eux deux passent le premier tour, sinon ils sont morts. C’est d’ailleurs ce qu’en pense Jean Véronis qui dégaine le paradoxe de Condorcet

    Pourquoi je dis tout ça, moi, d’ailleurs ? Pfffff… Sais plus, tiens… De toute façon, foutu pour foutu…

    Répondre
  9. kopin
    kopin dit :

    En 2002, cette sondomania existait déjà, et le vote de conviction a eu lieu… le vote utile (c’était Jospin, pour mémoire que les sondages annonçait 2% au dessus de Le Pen, c’est à dire en gros, la marge d’erreur) et la presse n’ont pas eu l’influence qu’on veut bien leur prêter, et surtout les électeurs qui se sont autorisés le vote de conviction (ou de contestation, diront certains) étaient bien rare… par rapport à ceux qui sont allés à la pêche (ils faisait très beau ce jour-là, rappelez-vous)

    En 2005, les sondages et les appels au vote utile n’ont pas empêché le vote de conviction…

    J’ai un trou de mémoire sur les élections régionales, j’avais fait l’impasse… (je sais, c’est mal)

    Bref, ce qui doit arriver arrivera et si tu peux, fonce voir "volem rien foutre al païs" (http://rienfoutre.org/) c’est plus intéressant que de donner de l’importance aux sondeurs…

    Répondre
  10. kopin
    kopin dit :

    En 2002, cette sondomania existait déjà, et le vote de conviction a eu lieu… le vote utile (c’était Jospin, pour mémoire que les sondages annonçait 2% au dessus de Le Pen, c’est à dire en gros, la marge d’erreur) et la presse n’ont pas eu l’influence qu’on veut bien leur prêter, et surtout les électeurs qui se sont autorisés le vote de conviction (ou de contestation, diront certains) étaient bien rare… par rapport à ceux qui sont allés à la pêche (ils faisait très beau ce jour-là, rappelez-vous)

    En 2005, les sondages et les appels au vote utile n’ont pas empêché le vote de conviction…

    J’ai un trou de mémoire sur les élections régionales, j’avais fait l’impasse… (je sais, c’est mal)

    Bref, ce qui doit arriver arrivera et si tu peux, fonce voir "volem rien foutre al païs" (http://rienfoutre.org/) c’est plus intéressant que de donner de l’importance aux sondeurs…

    Répondre
  11. jc
    jc dit :

    "Le problème, c’est que le projet de société unique a déjà été choisi hors de la sphère démocratique, à l’échelle mondiale : il s’agit de l’économisme libéral." voila, tout est dit.

    Emmanuel Todd disait que "Les sondages d’opinion sont des tentatives de neutralisation du suffrage universel" pourtant ils étaient complètement à coté en 2002, une réaction à la manipulation (?) et cette année, c’est reparti comme en 40′.

    D’un autre coté il est regrettable que les électeurs n’aient finalement que cette élection au SUD pour exprimer leur mécontentement.

    PS: j’aime beaucoup le titre 🙂

    Répondre
  12. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    C’est ça, le soucis : dans les médias, il passe pour moins pire que les deux autres, mais il sert pourtant les mêmes idées, c’est un bon petit libéral, soyez-en tous sûrs!
    Le problème, c’est que comme beaucoup d’autres ici, je pense que les Français ont la sale manie d’être nettement moins cons que ce que leur gouvernants le présument. Donc, si les 3 plus importants candidats marigotent dans le même panier, qui c’est qui va avoir un boulevard pour chantonner l’air de la rupture??? Surtout si les parrainnages interdisent d’élection nombre de sensibilités dans ce pays.
    Je sais que dans mon propre camps, il y a des mecs qui succombent à la tentation frontiste dans l’idée que seule la politique du pire peut réveiller le corps social. Ce qui est franchement effrayant.

    En fait, de quelque manière que l’on aborde ces élections, elles puent pire qu’un camion frigorifique rempli de poissons mort, en panne sur une aire d’autoroute varoise en pleine canicule de 2003.

    Répondre
  13. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Agnès : En fait, de quelque manière que l’on aborde ces élections, elles puent pire qu’un camion frigorifique rempli de poissons mort, en panne sur une aire d’autoroute varoise en pleine canicule de 2003.

    +1
    +1
    +1

    Shit. Ça fait mal au cul de le reconnaître, mais tu as encore raison. Tu ne voudrais pas essayer d’avoir un peu tort des fois, qu’on se repose ? Surtout avec des prévisions comme celle-ci :-((

    Répondre
  14. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Agnès : En fait, de quelque manière que l’on aborde ces élections, elles puent pire qu’un camion frigorifique rempli de poissons mort, en panne sur une aire d’autoroute varoise en pleine canicule de 2003.

    +1
    +1
    +1

    Shit. Ça fait mal au cul de le reconnaître, mais tu as encore raison. Tu ne voudrais pas essayer d’avoir un peu tort des fois, qu’on se repose ? Surtout avec des prévisions comme celle-ci :-((

    Répondre
  15. kopin
    kopin dit :

    @Fanette:

    La stratégie du PCF, c’est d’avoir des représentants à l’Assemblée Nationale. C’est un parti institutionnel. il existe (aujourd »hui, on pourrait dire qu’il survit) par ses représentants. Il a un temps de parole automatique, un groupe parlementaire est constitué, ça justifie par exemple, leur place dans certaines commisions etc…

    Sans accords électoraux avec le parti socialiste aux législatives, il est très probable que les élus communistes ne le soient plus, effacé par des socialistes ou des députés de droite. Le parti communiste imploserait alors.

    Olivier Besancenot a exigé que le candidat de la gauche anti-libérale ne fasse pas d’accord avec le parti socialiste et il me semble que Clémentine Autain se range à cet avis aussi (elle est apparentée communiste au conseil de Paris, mais elle n’est pas membre du PCF me semble-t-il).

    Par conséquent, pour respecter la stratégie que le PCF s’est donné, Buffet à décidé de faire campagne sans les autres. Histoire de pouvoir "tranquillement" passer des accords avec le PS… C’est aussi le cas des Chevenementistes, du Parti de Taubira et des Verts… Après, on juge ça bien ou pas. Certains rêvent d’une nouvelle gauche plurielle, d’autres la rejette par principe parce qu’ils considère que le PS ne menera jamais une politique de gauche…

    Répondre
  16. mc
    mc dit :

    Je crois quand même que les sondages ont pris un méchant coup de tabac en 2002, quand ils n’ont pas vu venir "l’autre" au deuxième tour.
    Ou qu’ils n’ont pas dit qu’ils le voyaient venir, car si on avait pensé à ça…
    Ou que certains l’ont vu, mais n’ont pas été relayés par les médias.

    On peut prendre les choses par n’importe quel bout, la conclusion, c’est le recours à la boule de cristal si on veut vraiment connaître l’avenir. Ou alors, attendre. Pourquoi on veut toujours savoir avant (et se tromper) alors qu’il suffit d’attendre? Presque tous les charlatanismes sont bâtis sur ce désir déraisonnable.

    Par contre "Fais ce que dois, advienne que pourra" me semble une bonne philosophie. Réfléchir sur les conséquences prévisibles de mes actions, sur le petit territoire qui est le mien, sans chercher à tirer de plans sur ce qui échappe à mon influence mais en étant particulièrement rigoureux sur ce qui dépend de moi.
    On dit aussi "Cultive ton jardin"
    J’ai pas trouvé de sondage dans mon jardin.

    Répondre
  17. Aa
    Aa dit :

    @ Agnès :

    les machines étaient inclus dans "organisation des élections".

    Je fais du résumé parce que si on y met toute la liste alors j’y passe la journée.

    Tout à fait d’accord avec toi sur Bayrou, c’est le candidat Joker de la droite et de sa clientèle.

    Il a cette avantage d’être tendrelé sympa, de ne pas s’être montré agressif à la différence du ministre organisatuer des élection candidat.

    Mais franchement, tout cela ne peut tromper que les psychosociologues du medef et de l’UMP, j’ai la bonne impression que les guignols ne s’y trompe pas.

    Répondre
  18. Estelle
    Estelle dit :

    Très bien illustré le billet !
    Par contre je ne suis pas d’accord à propos du vote utile. L’origine du problème du vote utile, c’est le système de vote. C’est le système de vote utilisé en France qui est complètement pourri. Il faut s’imaginer qu’à chaque fois il y a moins de 80 % des électeurs qui n’ont pas votés pour le gagnant de l’élection…
    Et personnellement, j’ai déjà fais l’expérience : voter pour le candidat qui me correspondait, voter blanc… mais à chaque fois c’est pareil, mon vote m’est pas pris en compte ! Résultat, on est obligé de faire un « vote stratégique », quitte à voter pour quelqu’un qui ne nous correspond plus du tout ! Voilà comment on finit par arriver au fascisme…

    Répondre
  19. Estelle
    Estelle dit :

    Très bien illustré le billet !
    Par contre je ne suis pas d’accord à propos du vote utile. L’origine du problème du vote utile, c’est le système de vote. C’est le système de vote utilisé en France qui est complètement pourri. Il faut s’imaginer qu’à chaque fois il y a moins de 80 % des électeurs qui n’ont pas votés pour le gagnant de l’élection…
    Et personnellement, j’ai déjà fais l’expérience : voter pour le candidat qui me correspondait, voter blanc… mais à chaque fois c’est pareil, mon vote m’est pas pris en compte ! Résultat, on est obligé de faire un « vote stratégique », quitte à voter pour quelqu’un qui ne nous correspond plus du tout ! Voilà comment on finit par arriver au fascisme…

    Répondre
  20. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    "Sarkolène et Ségozy ont sacrément intérêt à s’allier pour dégommer Bayrou"
    Ou plutôt Ségorou et Baylène pour dégommer Sarkozy…

    Répondre
  21. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    "Sarkolène et Ségozy ont sacrément intérêt à s’allier pour dégommer Bayrou"
    Ou plutôt Ségorou et Baylène pour dégommer Sarkozy…

    Répondre
  22. Chevillette
    Chevillette dit :

    Moi je pense que compte tenu du fait qu’il va se passer un évenement anti-démocratique quasiment à coup sur (élection d’un europhile libéral à tous les coups), le peuple l’aura dans le baba…que va t’il se passer mystére…

    Ca me rend trés triste la déconfiture des comités, ils auraient vraiment pu passés. Les gens que je connais qui souffrent mais n’aiment pas la politique auraien tvoté pour eux, là ils n’ont le choix qu’entre les chouchous libéraux des médias et le vieux nihiliste….

    Donc ils votent pas…

    Tristesse morne plaine, boulevard pour le MEDEF et la déreglementation et la "responsabilisation"…

    Répondre
  23. jcd-bruxelles
    jcd-bruxelles dit :

    Juste une remarque :
    "Les programmes ne sont pas des projets de gouvernance."

    Où va se nicher la pensée néolibérale ! GOUVERNANCE est un terme pourri. La gouvernance est une invention des içnstitutions de Bretton-Wood : FMI et Banque mondiale. C’est précisément ce contre quoi vous (nous) vous insurgez.

    La bonne gouvernance consiste à appliquer les recettes de ces bonnes institutions !

    Il ne faut pas se laisser contaminer. Projet de société, programme de GOUVERNEMENT, démovratie et tutti quanti sont à l’exact opposé de la gouvernance.

    Danger. à force de reprendre leur vocabulaire, on ne sait plus de quoi on parle.

    Répondre
  24. chris
    chris dit :

    @Agnes

    le choix ,c’est un liberal malhonnete ,le Sarko maffieux ou un liberal honnete ,le Bearnais gentil qui refusa y a de années l’argent de la maffia russe ..tiens ca me fait penser a Anta qui rigole des complots ,l’operation Condor en amerique latine ca a du etre "une" theorie " du complot au depart !!!!

    les atlantistes en ont rien a peter de l’europe et les russes non plus ,c’est bien connu

    la tentation frontiste ne vient pas de l’electorat classique de gauche ,ils sont trop bien elevé ,t’imagine quand meme pas certains de nos conseillers ANPE bien propres sur eux moralement ..prendre le risque de tout faire peter !!!!!

    elle vient du nouvel electorat ,celui qui ne se reconnait pas dans les ideologies ,ni les doctrines …rever de decroissance alors que t’as besoin de ta bagnole pour gagner ta vie ,rever d’ecologie bien pensante alors que tu passe des heures a polluer en choeur dans des embouteillages monstrueux grace a des mairies de gauche .

    c’est la que le discours anti liberal tel qu’il se definit aujourd’hui coince aux entournures .

    dans ce contexe ,bayrou a toutes ces chances effectivement , on a les revolutionnaires qu’on merite !

    Répondre
  25. Aa
    Aa dit :

    EN fait, il y a aussi une autre part de stratégie dans tout cela.

    Si Bayrou monte en prenant sur le parti socialiste alors le PS va adopter le libéralisme de Bayrou. Comment s’assurer la conversion des restes de gauche du PS

    Répondre
  26. Claudius
    Claudius dit :

    Il y a belle lurette que les sondages ne servent plus à informer, mais constituent des armes pour tenter de façonner l’opinion publique. L’emmerdant c’est que ça fonctionne parfois.

    Petit rappel de cette phrase de Pierre Légaré :
    "Quand tu mentionnes un pourcentage, il y a 88% des gens qui croient tout ce que tu affirmes. Ca monte à 92% si tu en mentionnes un deuxième."

    Répondre
  27. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    France Inter ce midi. J’étais en voiture sur l’autoroute. Rien d’autre à écouter. Un sondeur qui parle de la campagne et qui commente un de ses sondages. Ce sondage dit : "les français se passionnent pour cette campagne, encore plus qu’en 2002". Et là, on apprend que les français savent ce qu’ils veulent voter, que 50% des français affirment savoir déjà pour qui ils vont voter. Et le sondeur d’ajouter qu’en plus, tout le monde en parle avec facilité, sans tabou, que ça montre une maturité nouvelle, que les gens n’ont aucune difficulté à parler de leur choix pour Ségo, Sarko ou Bayrou, que le débat est clairement dépassionné.

    Voilà.

    C’était dit.

    La campagne, c’est Ségo, Sarko et Bayrou. Il n’y a pas d’interdit, tout le monde accepte d’en débattre sans que ça finisse en pugilat.

    Tu m’étonnes.

    Trois candidats de droite.

    Forcément que les gens qui en parlent ne s’écharpent pas.

    Et tous ceux qui ne veulent pas voter pour eux… Les 50% restants j’imagine. Ils font quoi ? Il vont se décider plus tard. Mais ils vont débattre sereinement. C’est sûr. C’est un mec de BVA qui le dit.

    Autour des 3 candidats de l’élection.

    Car en effet, pendant toute cette discussion, il n’y avait que ces 3 candidats. Dans l’élection.

    Répondre
  28. yves
    yves dit :

    > Bové n’est pas aimé par les français, c’est un fait.

    Moi je l’aime bien Bové. Et en plus ce que pensent les autres français, je m’en fous. Je vote en fonction de mes opinions, pas de celle des autres.

    Personnellement j’aime bien éclairer cette question des sondages avec l’expérience de Asch:
    http://ticeblog.ycombe.net/index.ph

    Ça a l’avantage de fournir un début de preuve que c’est le genre de manipulation qui peut effectivement fonctionner.

    Répondre
  29. yves
    yves dit :

    > Bové n’est pas aimé par les français, c’est un fait.

    Moi je l’aime bien Bové. Et en plus ce que pensent les autres français, je m’en fous. Je vote en fonction de mes opinions, pas de celle des autres.

    Personnellement j’aime bien éclairer cette question des sondages avec l’expérience de Asch:
    http://ticeblog.ycombe.net/index.ph

    Ça a l’avantage de fournir un début de preuve que c’est le genre de manipulation qui peut effectivement fonctionner.

    Répondre
  30. yves
    yves dit :

    Je vais quand même critiquer un peu.

    Critiquer les sondages, c’est bien. Expliquer que le sondage est à la statistique ce que l’astrologie est à la science, c’est important.
    On peut même aller lire quelques doutes sur les sondages;
    http://tomroud.blogspot.com/2007/02
    http://ticeblog.ycombe.net/index.ph

    Mais les sondages ne sont que le marteau qui tape sur l’enclume. Il faudrait peut-être rappeler qu’il y a un forgeron qui tient le marteau et s’en sert. Les sondages ne seraient rien s’ils n’étaient pas si complaisemment amplifiés et déformés par les médias.

    Répondre
  31. Moumoune
    Moumoune dit :

    Merci pour le billet, c’est bien vu.

    Je ne comprends pas d’où est sorti Bayrou le tout mou, d’un seul coup. Et pourquoi pas Giscard ou Barre, puisquils veulent du neuf ?

    En revanche j’ai assez peur comme d’autres de manipulations plus graves. D’un petit attentat terroriste par exemple si Sarkozy baisse trop dans les sondages.

    Le meilleur moyen pour lui de prendre 10 points sur ses adversaires

    Répondre
  32. Gastiflex
    Gastiflex dit :

    Question de droit constitutionnel : un député UDF a dit ce matin que Bayrou ferait en sorte de "changer le système" des législatives avec qu’elles n’aient lieu (dans le but de revenir à la proportionnelle). Est-ce que c’est possible sans changer la constitution ? Et plus généralement, quels sont les pouvoirs d’un président qui vient d’être élu ? Entre les présidentielles et les législative, il y a un gouvernement mais avec quelle assemblée fonctionne-t-il ?

    Répondre
  33. michel
    michel dit :

    "Je vote utile en me déterminant en fonction des intentions de vote des autres! "
    Excellente analyse , encore une fois tout est dit de facon concise (quel vilain ce bailleroux)
    et oui, le jeu de mots du titre m’a bien fait marrer 😀
    plus de billets, plus !

    Répondre
  34. Fanette
    Fanette dit :

    "Mais les sondages ne sont que le marteau qui tape sur l’enclume. Il faudrait peut-être rappeler qu’il y a un forgeron qui tient le marteau et s’en sert. Les sondages ne seraient rien s’ils n’étaient pas si complaisemment amplifiés et déformés par les médias."

    @ Yves : Bien vu, lol, c’est tout à fait ça !!

    Répondre
  35. Franck
    Franck dit :

    Marteau, enclume, dilemme du prisonnier, ça donne envie de retourner voir du côté du prisonnier voir comment se passe une belle société contrôlée…

    Bon, sinon, c’est pas comme ça qu’on va se remonter le moral, c’est clair.

    ça fait des mois que je (me) dis que je ne sens pas du tout cette élection, que je ne sais toujours pas comment voter pour que ma voix soit entendue, un jour… Enfin c’est bien maintenant, on a le choix entre 3 candidats, c’est mieux qu’avant, hein, merci les sondages et les médias…

    Répondre
  36. Dedalus
    Dedalus dit :

    dans la droite logique de cet excellent post, une initiative citoyenne baptisée "Les sondages nous mentent, mentons aux sondeurs" est mise en place sur le site http://www.tousmenteurs.fr … initiative qu’on pourrait dorénavant rebaptiser "Quand le corps électorel serre les fesses" !

    et cet article est si bien construit, au-delà de l’excellence du titre, que je m’en vais de ce pas le mettre en ligne sur ce site… si l’auteur n’y voit pas d’objection.

    enfin, n’oubliez pas de répondre aux très paradoxal sondage des menteurs : http://www.tousmenteurs.fr/sondage/

    Répondre
  37. Carambole
    Carambole dit :

    Oui, excellent article, bravo !
    C’est une vision des choses qui rejoint souvent la mienne et ça me donne envie de diffuser.
    Je suis convaincue depuis longtemps que tout est fabriqué, combiné à l’avance, la classe
    dirigeante avec ses énormes privilèges n’étant pas prête à céder un bout de terrain.

    Bref, les dés sont pipés et la démocratie n’est qu’une coquille vide…

    Répondre
  38. chris
    chris dit :

    une analyse que j’aurai aimé ecrire ,je suis meme tres jaloux tellement elle est pertinente …..forumeur anonyme pris au hasard d’un sujet autre sur un site dont la couleur importe peu

    Citation:
    Il y a encore quelques temps j’aurai été étonné que Madame Parisot, (oui celle qui donnait des cours de communication d’entreprise à Ségolène), fusse élue présidente du Medef, alors qu’elle ne faisait que présider l’IFOP. Une entreprise certes profitable, mais loin d’être le fer de lance de l’industrie française, ni même un secteur économiquement stratégique ou porteur. Ce qui serait oublié ce qu’est le Medef, la corporation des gros bonnets du capitalisme d’Etat qui vivent de commandes publiques ou de leurs relations privilégiées avec l’Etat (voire récemment le refus de la class action), impossible de s’y imposer sans intronisation politique. Si la présidente d’un de nos instituts de sondage est couronnée à la tête du Medef, ce n’est pas innocent. C’est bien qu’elle fait intégralement parti du système. Si à titre d’exemple le vote FN est systématiquement minoré, et cela depuis bientôt 30 ans sans qu’il soit possible d’appliquer une correction mathématique convainquante, ce n’est peut-être pas uniquement de la faute des sondés. Et ce n’est peut-être pas seulement à expliquer par un manque de "capacité d’analyse". Pas plus que les chiffres unanimes sur l’adhésion à la constitution européenne.

    On a assez reproché à Berlusconi de mettre à son service ses sociétés de sondage, pour connaître l’impact de ceux-ci sur l’opinion. On sait que le simple fait de proclamer "qu’un candidat monte dans les sondages" est suffisant à le faire monter. Cela conforte les indécis plus ou moins proches des idées du candidat qu’il est un choix crédible, populaire, ect… Quand on a aucun charisme est qu’on est à l’UDF, c’est un don du ciel. Si bayrou est devenu le 3ème homme de cette campagne, et culmine à 24% d’intention de vote (), si les sondeurs font campagne pour lui avec une telle énergie, c’est certainement parce qu’on espère qu’un autre 3ème homme ne s’invitera pas à la fête. C’est la stratégie du contre-feu.

    Le choix des questions est aussi déterminant, par exemple questionner les français sur le don du droit de vote aux étrangers, et sur le droit de vote aux immigrés donne des résultats différents, je crois qu’on passe de 44% à une trentaine de %. Le problème est le même, l’intitulé différent, cela suffit. Sonder c’est manipuler une opinion qu’on a déjà contribué à créer.

    ca merite une si belle synthese ,c’est lucide et cynique a souhait ….la regle des mechants intelligents et des gentils stupides sans doutes …… .

    en plus , en relisant deux fois , c’est plus profond que ca parait

    ah ,le debat ,c’etait que les instituts de sondages refusent les sondages commandés par le FN , probleme d’ethique qui disent

    ya des fois , a voir les methodes de l’etablishment ,ca donne envie de voter Lepen ..rien que pour voir leurs tronches un matin de mai ……….dommage que ce ne serait qu’un plaisir de courte durée

    n’empeche qu’y en a gauche qui ne savent ce qu’ils perdent

    Répondre
  39. chris
    chris dit :

    une analyse que j’aurai aimé ecrire ,je suis meme tres jaloux tellement elle est pertinente …..forumeur anonyme pris au hasard d’un sujet autre sur un site dont la couleur importe peu

    Citation:
    Il y a encore quelques temps j’aurai été étonné que Madame Parisot, (oui celle qui donnait des cours de communication d’entreprise à Ségolène), fusse élue présidente du Medef, alors qu’elle ne faisait que présider l’IFOP. Une entreprise certes profitable, mais loin d’être le fer de lance de l’industrie française, ni même un secteur économiquement stratégique ou porteur. Ce qui serait oublié ce qu’est le Medef, la corporation des gros bonnets du capitalisme d’Etat qui vivent de commandes publiques ou de leurs relations privilégiées avec l’Etat (voire récemment le refus de la class action), impossible de s’y imposer sans intronisation politique. Si la présidente d’un de nos instituts de sondage est couronnée à la tête du Medef, ce n’est pas innocent. C’est bien qu’elle fait intégralement parti du système. Si à titre d’exemple le vote FN est systématiquement minoré, et cela depuis bientôt 30 ans sans qu’il soit possible d’appliquer une correction mathématique convainquante, ce n’est peut-être pas uniquement de la faute des sondés. Et ce n’est peut-être pas seulement à expliquer par un manque de "capacité d’analyse". Pas plus que les chiffres unanimes sur l’adhésion à la constitution européenne.

    On a assez reproché à Berlusconi de mettre à son service ses sociétés de sondage, pour connaître l’impact de ceux-ci sur l’opinion. On sait que le simple fait de proclamer "qu’un candidat monte dans les sondages" est suffisant à le faire monter. Cela conforte les indécis plus ou moins proches des idées du candidat qu’il est un choix crédible, populaire, ect… Quand on a aucun charisme est qu’on est à l’UDF, c’est un don du ciel. Si bayrou est devenu le 3ème homme de cette campagne, et culmine à 24% d’intention de vote (), si les sondeurs font campagne pour lui avec une telle énergie, c’est certainement parce qu’on espère qu’un autre 3ème homme ne s’invitera pas à la fête. C’est la stratégie du contre-feu.

    Le choix des questions est aussi déterminant, par exemple questionner les français sur le don du droit de vote aux étrangers, et sur le droit de vote aux immigrés donne des résultats différents, je crois qu’on passe de 44% à une trentaine de %. Le problème est le même, l’intitulé différent, cela suffit. Sonder c’est manipuler une opinion qu’on a déjà contribué à créer.

    ca merite une si belle synthese ,c’est lucide et cynique a souhait ….la regle des mechants intelligents et des gentils stupides sans doutes …… .

    en plus , en relisant deux fois , c’est plus profond que ca parait

    ah ,le debat ,c’etait que les instituts de sondages refusent les sondages commandés par le FN , probleme d’ethique qui disent

    ya des fois , a voir les methodes de l’etablishment ,ca donne envie de voter Lepen ..rien que pour voir leurs tronches un matin de mai ……….dommage que ce ne serait qu’un plaisir de courte durée

    n’empeche qu’y en a gauche qui ne savent ce qu’ils perdent

    Répondre
  40. speedy
    speedy dit :

    @chris, sur la citation : "…impossible de s’y imposer sans intronisation politique…C’est bien qu’elle fait intégralement parti du système."

    pour arriver à des postes comme ça, il en faut encore plus : faire partir d’un club (pas le PSG mais plutôt ‘club de la pendule’), d’un finquetanque et d’une loge. avoir la légion d’honneur ne nuit pas mais une fois qu’on est entré dans le cercle, il suffit d’attendre. c’est ce que Michel Colucci appelait ‘les milieux autorisés où on s’autorise des trucs’.

    il est intéressant de noter que la présidente du MEDEF est issue de la com’. la présidente est plus présentable que M. le baron, ça donne une meilleure image de l’institution.

    sur la manip, on constate que l’effet se fait sentir, les gens ne parlent plus que du maquignon béarnais (voir aussi l’article du canard sur son patrimoine : pas mal pour un ‘paysan’).

    Répondre
  41. chris
    chris dit :

    Bon faut dire que suis jaloux sur la lucidité du truc , pas de l’auteur qui est en fait derriere l’anonymat d’un forum de droite liberal-conservateur ….est avocat d’affaire !

    Marrant d’ailleurs une telle lucidité de leurs parts sur les candidats …..alors que quand je lis ailleurs la pauvreté des arguments ,propagande assenée a coup de post affirmatif ….des defenseurs de la Segolinitude !

    on choisit pas sa famille surtout en politique ,pas toujours ses amis mais on apprecie parfois ses ennemis !!!!

    N’empeche que le braquage electoral risque bien d’etre encore plus fin qu’en 2002 ..avec l’exercice de haute voltige du "baron’ qui sort de la foule pour contredire dans le bon sens le bonimenteur

    Répondre
  42. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Bidonnage dans les sondages : y a pas que moi qui en parle, la commission des sondages vient d’épingler l’institut CSA pour 2 sondages zarbis concernant l’ascension et le désamour du béarnais. D’ailleurs, un institut de sondage qui porte le même acronyme que l’instance de contrôle de l’audiovisuel, est-ce bien sérieux?

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *