mon nouveau dico tout beau :

  • Attitude politique consistant à satisfaire les revendications immédiates du peuple.
  • Nom donné à l’idéologie de certains mouvements de libération nationale en Amérique latine.
  • Idéologie et mouvement politiques russes des années 1870.
  • École littéraire qui cherche à décrire la vie des gens des couches populaires.
'>

Populiste !

D’après mon nouveau dico tout beau :

  • Attitude politique consistant à satisfaire les revendications immédiates du peuple.
  • Nom donné à l’idéologie de certains mouvements de libération nationale en Amérique latine.
  • Idéologie et mouvement politiques russes des années 1870.
  • École littéraire qui cherche à décrire la vie des gens des couches populaires.

Satisfaire les revendications immédiates du peuple. Quand il meurt de faim, d’ignorance et de maladie, je ne vois pas où est le mal si un vil populiste trouve de quoi le nourrir, l’éduquer et le soigner. Pourtant, le mot populiste tombe toujours de la bouche de nos journalistes comme un gros mot, un vague borborygme.
Quand Chavez utilise la rente du pétrole vénézuélien pour nourrir, éduquer et soigner les plus pauvres de son peuple, il a toujours un gros poussah ventru pour crier au scandale et expliquer que ce n’est pas comme cela qu’il convient de gérer les affaires. Que ce n’est pas rationnel. Ni productif. Il est clair que du point de vue du bibendom, la rationalité, c’était avant, lorsqu’il était aux manettes et lorsque l’un des pays du club très fermé des plus gros producteurs de pétrole du monde gardait 80 % de sa population sous le seuil de pauvreté.

Comme vous le devinez, hier soir, je suis tombée sur l’émission consacrée au phénomène Chavez.

C’est déjà bien qu’on en parle. Même si, clairement, France 2 et ses journalistes avaient choisi leur camp. Mais au final, c’était assez drôle : on montrait les écoles que Chavez avait semées dans les barrios, nids de misère, pour en dénoncer l’endoctrinement. Pensez ! Des gosses en uniforme d’écoliers qui chantent l’hymne national. Quand il s’agit de petits Américains, c’est de la liberté. Au Venezuela, c’est de la dictature ! Et quand on parle de rétablir la Marseillaise chez nous et de remettre les blouses à l’ordre du jour, c’est quoi ?
Manière, tout ce que fait Chavez pue au moins autant le souffre que lorsque Bush siège à l’ONU. Il crée TeleSur, une CNN d’Amérique du Sud. C’est de la propagande. Chirac lance France 24. C’est du rayonnement culturel. Il crée des emplois dans des entreprises collectives : assistanat ! On planque nos chômeurs dans des contrats aidés : rationalité. Il propose un référendum de révocation à mi-mandat : démago et dictateur ! Chirac… heu… rien ! Justement !

Et on voit l’opposition. La résistance ! Des mecs qui souffrent de la dictature chaviste dans leur club de golf. D’autres qui surveillent de leur terrasse de Caracas, en sirotant un cocktail, la multitude de petites lumières qui percent la nuit, sur la colline en face. Les barrios. Les bidonvilles du Venezuela. Avant, c’était l’harmonie, regrette une jeune opposante dans sa chaise longue. Oui, avant, il n’y avait pas de lumière sur la colline en face. Juste un trou noir. Celui de la misère la plus absolue. Avant Chavez. Avant qu’il ne fasse installer le gaz et l’électricité dans les bidonvilles. Salaud de populiste !

D’ailleurs d’après mon nouveau dico tout beau, le contraire de populisme, son opposition, c’est aristocratisme, élitisme.

70 réponses
  1. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ce qui était intéressant, c’était la manière dont les commentaires étaient énoncés par rapport aux images. Il est vrai qu’il y avait plusieurs documentaires et le ton n’était pas strictement identique. La mise en perspective, globalement était bonne, mais il y avait toujours comme un soupir de regret à évoquer le bilan social de Chavez : oui, mais, c’était fastoche avec la rente pétrolière! C’était aussi fastoche alors pour les autres avant!%%%

    Oui, très bien, l’interview de Mélenchon qui avait fort bien raconté son épopée vénézuélienne sur son blog.%%%

    Mais au final, ce que j’ai ressenti en coupant l’émission (au niveau des anti-castristes, trop caricaturaux pour moi), c’était un portrait qui voulait montrer le danger Chavez objectivement et qui du coup, s’est retrouvé à raconter le contraire de ce qu’il avait l’intention de faire…

    Répondre
  2. rom
    rom dit :

    Jean-Claude Michéa faisait remarquer dans l’un de ses ouvrages ("Impasse Adam Smith" si je ne dis pas de bêtises) que "populisme" a le statut de "gros mot" en France depuis 1983, soit au moment où la gauche pris "le tournant de la rigueur" – d’aucuns diront "du réalisme"…

    Répondre
  3. Leg
    Leg dit :

    Bonjour,

    il est vrai que le mot "populiste", utilisé à toutes les sauces et surtout pour discréditer des actions politiques qui vont dans le sens des respects des citoyens et de leurs revendications les plus légitimes, est très irritant, surtout venant de la bouche des journalistes.
    Mais personnellement, j’ai trouvé que ce documentaire, au final, donnait une image assez fidèle du phénomène vénézuelien et a certainement rassuré pas mal de gens mal informés sur la pseudo-dictature de Chavez. Personnellement, je trouvais déjà le gars assez sympathique, et je dois dire que j’en suis ressorti ragaillardi comme ont dit. Quand on voit l’attitude brutale, bornée et stupide des mouvements américains anticastristes ou antichavistes, comme le montre bien le documentaire à la fin, par exemple, on a bien envie d’aller s’installer au Vénézuela ou à Cuba, bon sang !
    L’intérêt de ce documentaire est au moins d’avoir montré différentes facettes des opinions sur Chavez. On n’allait pas s’attendre à une apologie pure et dure du personnage, tout de même.

    Répondre
  4. musil
    musil dit :

    J’ai moi aussi vu cette émission sur Chavez, "un oeil sur la planète". Et je ne suis pas d’accord avec l’aperç que vous en donnez :
    "Même si, clairement, France 2 et ses journalistes avaient choisi leur camp"

    C’est selon moi un bon travail journalistique avec rappels historiques et biographiques, mises en perspective politiques, géopolitiques, et sociales du gouvernement Chavez, évocation de la pluralité des points de vue

    D’ailleurs le côté deux poids deux mesures que vous évoquez, Agnès Maillard, (entre les jugements courants sur Chavez e sur l’Amérique et l’Europe) était déjà dénoncé au sein même de l’émission, par la bouche du parlementaire Français Mélenchon (seul français à s’exprimer dans le docu, au passage). L’utilisation du qualificatif "populiste" était pour une fois faite à bon escient dans la mesure où elle inscrivait ce gouvernement venezulien dans l’histoire politique sud-américaine. (sens 2 de votre définition) ; je ne l’ai pas perçu -dans cette émission- comme un moyen verbal de discréditer le leader venezuelien.

    Critiquons les médias, le journalisme assis des éditorialistes couchés, le suivisme et la pensée unique, bien sur, mais ne crachons pas sur les quelques bonnes émissions de reportage qui existent (encore).

    J’ai trouvé ce reportage sur le chavisme nuancé et intelligent justement parce qu’il tentait d’éviter l’écueil consistant à commencer par "choisir son camp".

    ps : les "résistants" en terasses et chaises longues sont effectivement puants ! mais d’autres opposants à Chavez (d’ailleurs présentés comme "de gauche", comme cet intellectuel sartrien ancien guerillero) énoncent d’autres raisons, autrement plus fortes, à leur opposition et à leur crainte d’une dérive autoritaire… Nuance du reportage, là encore.

    Répondre
  5. Yenayer
    Yenayer dit :

    J’ai aussi regardé l’emission en entier ..sauf un peu le reportage sur les "opposants" anti-Chavez aux Etats Unis. Outre le fait que j’ai eu les mêmes réactions que toi sur les mêmes sujets, ce qui m’a interpellé, c’est le fait de les entendre sans cesse répéter : "mais nous allons voir, il ne fait pas l’unanimité". En France quand on gagne une élection par 51% de voix c’est la démocratie, au Vénézuela, c’est qu’on ne fait pas l’unanimité. Quand Vivendi (ex-lyonnaise des eaux) décide d’investir dans la communication (rien à voir avec son métier) ca s’appelle diversification stratégique, mais quand au Vénézuela, la compagnie pétrolière construit des logements, elle devrait pas le faire car ce n’est pas son métier.
    Ce qui était aussi pernicieux, c’était de laisser croire que c’est le Vénézuela qui a eu de l’animosité envers les Etats Unis, alors que c’est le contraire. Et bien sûr aucun mot (ou très peu) sur les projets de la CIA et de Bush pour destabiliser Chavez.

    Répondre
  6. bruno
    bruno dit :

    Bravo !!!

    Enfin un plaidoyer en faveur de ce beau mot (qui décrit aussi un courant politique aux USA, tu l’as oublié).

    Un écrivain populiste : Louis Guilloux.

    Répondre
  7. chris
    chris dit :

    Perso ,pour connaitre le coin , je suis plutot halluciné du mepris global dans lequel est tenu le Venezuela alors que c’est probablement le seul evenement "optimiste" de ces dernieres années .
    meme la gauche anti liberale française ne s’en reclame pas ,ce qui est pour moi vu que je n’en partage pas la doctrine , d’autant plus hallucinant !

    nos anti liberaux sont tellement bons qu’ils n’ont point de leçons a prendre ailleurs …ben ,ils devraient parce que les reussites de gauche sont pas legions !

    je compare juste l’action d’une Clementine Hautain et de son boss ,le grand bobo face aux SDF parisiens et je me dis qu’un Chavez a la place ..mais un ex parachutiste n’est pas politiquement correct pour la gauche française .

    je mettrais un bemol pour Menenchon qui est le seul a avoir ecrit autre chose que des conneries sur le sujet .

    Quant a l’emission , je te rejoins ,pour moi elle est carrement binaire ,survolant et occultant du coup les choses interessantes dont la principale qui est pourtant enorme !!!!

    parce qu’on a l’impression que du coup effectivement ,on serait dans une revolution bolchevique classique avec des riches "opprimés" et des pauvres revanchards .

    ce qui est faux , le bizness va tres ,tres bien au Venzuela ,personne n’est interdit de faire fortune ,l’impot n’a meme pas ete augmenté ,simplement ahorita ,il est obligado ….ce qui fait que meme les narcos traficants sont restés !!!!!

    bon pour Leg , je vous preconise quand meme le Venezuela plutot que Cuba ,faut pas melanger !

    quoique l’on puisse raisonnablement penser que dans le contexe economique mondial , la succession de Fidel devrait mettre de l’eau dans son vin a cet effet .

    mais si la gauche anti lib hexagonale mettait un tout petit peu de vin venezuelien dans un progamme qui deviendrait du coup un tout petit peu credible pour des entrepreneurs comme moi par exemple ,ben on avancerait grave !

    Répondre
  8. tazus
    tazus dit :

    si on a raison de se réjouir des avancées sociales de Chavez, si on a raison de critiquer la manip des médias sur Chavez (deux poids deux mesures…), en bon démocrate, on peut aussi se poser des questions : car aux dernières nouvelles l’Iran et Cuba ne sont pas des démocraties! Et les médecins cubains, je ne pense pas qu’ils soient “libres”. De même, le système judiciaire n’est pas “indépendant”. Quand à la publication des listes d’électeurs, ça sent pas bon. Bref, l’angélisme genre Monde diplo, c’est bien gentil mais j’irais pas passer mes vacances à la Havane dans un régime ultra corrompu et qui vit sous perfusion de dollars occidentaux via un tourisme de masse indécent. Après le capitalisme “à la chinoise”, le capitalisme “à la cubaine” ?
    Chez les alters on critique Chirac pote de Poutine et Bush, mais pas Chavez pote d’amaninedjad ou du facho bielorusse. Deux poids deux mesures ?

    Répondre
  9. Blues
    Blues dit :

    Et pour « les journalistes vénézuéliens qui ont choisi leur camp » ? Je suis sûr que France 2 a dû dire plein de « gentillesses » sur les journalistes vénézuéliens…
    C’est dingue cette mauvaise foi, en France en tout cas, cette idéologie qui oriente le jugement : si c’est Bush ou Chirac, c’est bien et si c’est Chavez, c’est mal. C’est terrible, ça pousse à nié la réalité (que ça fonctionne mieux avec Chavez qu’avant). Jusqu’au ridicule, le jour où ils se trompent sur l’auteur et disent que c’est bien, alors que d’après leur idéologie c’est mal

    Répondre
  10. chris
    chris dit :

    @tazus

    entierement d’accord sur le constat cubain ,sauf que pour le Venezuela , la survie passait forcement par des associations de malfaiteurs !

    a moins de se retrouver dans la situation de la Corée du nord ,la c’est dramatique comme dictature .

    bon en face ,ce n’est pas ce qui manque ,non plus ! ..les associations de malfaiteurs …multinationales pardon !

    a votre post ,je rajouterais pour etre plus cynique que le regime de Chavez est connu pour encourager le narcotraffic par le biais des ports francs de l’ile de margarita par exemple ,par sympathie pour la Farc colombienne par exemple …..il est bien facile de comprendre les tenants et aboutissants de ces guerres la !

    tiens ,la dame Clementine ,elle en penserait quoi de cette composante la ,rien a voir avec la France , pas sur !

    Répondre
  11. marie
    marie dit :

    Chavez, son action, ses bienfaits sur le peuple, etc…etc..le problème de cette discussion est la même que sur tous les autres blogs : çà pinaille…, çà discute, et le résultat c’est que les opinions divergentes ou pas des uns et des autres finit par faire un goulbi goulba et révèle à l’évidence, qu’il n’y a pas de valeurs communes prioritaires pour tous, comme par exemple: on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs et que c’est bien de réduire la pauvreté POINT BARRE. nul besoin de discourir me semble-t-il là-dessus, bien sur il ne faut pas oublier que ceux qui discourent la plupart du temps n’ont pas le besoin, ni leurs enfants de bénéficier des mesures Chavez.

    Répondre
  12. bert
    bert dit :

    Je crois que pour ce qui est du traitement politico-médiatique de Chavez, nos donneurs de leçons ultra-capitalistes sont sur leur propre longueur d’onde, à savoir:
    pour une "économie saine", il faut des entreprises heureuses, beaucoup d’emploi (mais pas le plein emploi, apparemment), de la consommation, de la croissance…

    Au bout d’un certain temps, si tout cela est appliqué correctement, eh bien, je sais pas trop, mais je suppose que c’est le bonheur et qu’on rase gratis…

    Bon, on n’a jamais pu encore vérifier le truc en pratique, on nous donne l’exemple du Chili, mais nos médias ont encore un peu honte, tout de même, on nous dit, les USA de Reagan ou les UK de Thatcher, mais tout de même, y’a pas de quoi faire réver non plus, on nous parle pas trop de l’Argentine, par contre…

    Toujours est-il qu’ils sont dans leur monde, celui qui consiste à n’imaginer qu’un seul système, le leur, le reste est soit déconsidéré, soit utopiste, soit les deux. Ils ne vont pas chercher à analyser un autre système, différent du leur, ils le déconsidèrent immédiatement, sans même des arguments rationnels…

    ce sont les mêmes qui critiquent Chavez dilapidant la "manne pétrolière" qui voulait que l’Irak se reconstruisent, après les destructions US/UK, avec "l’argent du pétrole"…

    Quand aux amitiés dangereuses de Chavez, faut voir! rester seul est dangereux, tout d’abord. Chavez n’entretient pas de rapports qu’avec Cuba ou l’Iran, mais aussi avec la Chine (et là, nos délocalisateurs ne voudront surement pas le lui reprocher…), voire avec l’Espagne. Il continue à vendre du pétrole (beaucoup) aux USA.

    Et puis, là encore, deux poids…Because quand les USA font ami-ami avec l’Ouzbekistan, c’est bien, non?

    Ce que je pense, c’est que des types comme Chavez apportent de l’espoir pour leur peuple, mais aussi pour tous ceux qui voient l’idéologie ultra-capitaliste comme totalement triomphante, et qui en ont peur. L’avenir, je ne le connais pas, mais je n’ai pas l’impression que Chavez soit dangeruex pour son peuple, bien au contraire.

    Répondre
  13. ko
    ko dit :

    C’est dommage de ne pas être allé jusqu’au bout du dernier reportage et d’avoir raté l’interview du directeur d’une revue d’études spécialisée sur les amériques latines : le ton employé par les deux protagonistes ("l’expert" et le "journaliste", donc), était tout à fait révélateur du flip que provoquent les succès électoraux de Chavez : ils ne disaient pas que des conneries, ces deux intello, mais ils s’accordaient pour reconnaître, presque goguenards, que "non, pas de ça possible chez nous, hein", avec des sourires entendus et de connivence… mais ils l’affirmaient un peu trop fort pour que ce soit vraiment serein, j’ai trouvé.

    C’est certainement vrai, cela dit ; les situations sont fort différentes, que ce soit politiquement, culturellement, économiquement… mais ça sonnait un peu comme une incantation, ce "pas de ça chez nous"…

    Mais pourquoi pas ? lorsque nous serons encore plus nombreux à n’avoir (presque) plus rien à perdre, et que le mouvement anti-capitaliste (je préfère à anti-libéral ;-D) aura enfin compris que, peu importe la personne, il nous faut d’abord passer par une personnalisation pour espérer dépasser ce fonctionnement…

    Répondre
  14. bert
    bert dit :

    A quand un reportage sur Newt Gingrich? Possible candidat républicain en 2008, et l’un de ceux qui firent "gagner" les républicains en 94.

    Dans le New York Times du 16/12:
    "Mr. Gingrich’s mission, as he sees it, is to save American civilization from the gravest crisis it has confronted since the Civil War. He has also set as a goal what he calls the restoration of God to a central place in American government and culture. (…)
    (…)promote Mr. Gingrich’s latest manifesto, a 10-point Contract With America for the 21st century, which includes Social Security privatization, electoral reform, radical streamlining of government, and “patriotic education” for schoolchildren and immigrants. The document also includes a call to “recenter America on the creator from whom all our liberties come” and to appoint judges who understand “the centrality of God in American history.”

    D’autres propositions?
    "We should propose a Geneva Convention for fighting terrorism, which makes very clear that those who would fight outside the rules of law, those who would use weapons of mass destruction, and those who would target civilians are, in fact, subject to a totally different set of rules that allow us to protect civilization by defeating barbarism before it gains so much strength that it is truly horrendous,"

    ou:
    "We should be allowed to close down websites that recruit suicide bombers and provide instructions to indiscriminately kill civilians by suicide or other means, or advocate killing people from the West or the destruction of Western civilization," writes Gingrich. "

    Ca à l’air bien, comme ca, déjà, mais il faut ajouter que c’est le même qui considère que les mouvements anti-globalisation par exemple, sont "complices des terroristes", et que ceux qui critiquent Bush "aident les terroristes" ou "veulent détruire notre civilisation"…(noter le "notre"…)

    On voit venir le truc, en fait…

    Cet homme qui prône les valeurs familiales trompait sa femme pendant qu’elle avait un cancer et lui a fait signer les papiers de divorce sur son lit d’hopital, tout cela tout en se plaignant de l’affaire Clinton/Lewinsky, évidemment…
    Farouche attaquant de l’Irak, il a facilement évité la guerre du Vietnam, évidemment…
    Il faisait partie de ces membres du congrés qui payaient leurs dépenses personnelles avec des chèques du congrés; il toucha une avance sur un bouquin de la part de Rupert Murdoch, manoeuvre de corruption habituelle de Murdoch quand il a besoin d’une loi…il détourna l’argent d’associations de "charité" pour sa propre campagne électorale…
    En 1994, une fois qu’il annonca son soutien à une zone de "free trade" en Israel, la "Israel Export Development Co." paya sa femme $2500 par mois pour qu’elle trouve des intéressés…

    Ce serait bien que nos médias s’interessent à ces politiciens US qui sont à l’opposé du populisme de Chavez; malheureusement, ce serait anti-américain, because on a beau aimer Steinbeck, Faulkner, Robert Johnson, Bob Dylan, Woody Guthrie, Martin Luther King, Jim Jarmusch ou Deidre, une super copine dans le Connecticut, "either you’re with them, or you’re with the terrorists"…

    Répondre
  15. chris
    chris dit :

    j’ai bien aimé le post de Marie ,entierement d’accord sur le fond ,celui qui a faim se moque bien des pinailleries !

    mais bemol quand meme car l’on pourrait a ce moment la en dire de meme pour la FARC colombienne et meme pour les ZETAS de la frontiere nord mexicaine dont les "corridos" populaires chantent la gloire et l’anti americanisme guerrier .

    je rejoins aussi KO ,chiche ,pourquoi pas en Europe mais niveau leader charismatique ,je vois point notre homme ou notre femme ici bas !

    Répondre
  16. Laurent GUERBY
    Laurent GUERBY dit :

    musil, "intellectuel sartrien ancien guerillero" c’est un des bouts de l’emission que j’ai vu et visiblement il a trop fumé celui-la : il dit que c’est mal que ce soit l’état qui récupère la mane pétrolière, il est gentil mais quelle est l’alternative ? Le donner a la famille royale saoudienne ?

    Sur le venezuela, en anglais le blog "Oil Wars" (pro-Chavez) est interessant :

    http://oilwars.blogspot.com/

    Cet article de fair.org est aussi édifiant sur le traitement médiatique occidental :

    http://www.fair.org/index.php?page=

    Un extrait :

    """
    In an April 13 (2002) editorial, the New York Times triumphantly declared that Chavez’s "resignation" meant that "Venezuelan democracy is no longer threatened by a would-be dictator." Conspicuously avoiding the word "coup," the Times explained that Chavez "stepped down after the military intervened and handed power to a respected business leader."
    """

    Répondre
  17. Le Peripate
    Le Peripate dit :

    Se rappeler, qu’en France, le mot populiste qualifie le FN, ce qui est un comble pour un parti qui préconise la suppression de l’impôt sur le revenu, la destruction de l’état, qui ethnicise les classes populaires en les déclarant "immigrés", et dont les dirigeants sont issus de la meilleure bourgeoisie !!!
    Mais, ce n’est sans doute pas innocent, quand, dans le même temps, on nous propose la démocratie participative, c’est à dire la servitude volontaire… Alors, oui, soyons populiste, et même démagogue, au sens éthymologique, comme pédagogue.
    Le Peripate.

    Répondre
  18. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Chavez, le vilain dictateur :

    Le Conseil électoral national a annoncé qu’Hugo Chavez réunissait 61% des voix, contre 38% pour son adversaire, le gouverneur de la riche province pétrolifère de Zulia, Manuel Rosales, après dépouillement de 78% des bulletins. Son adversaire conservateur a reconnu sa défaite, mais a fait le serment de poursuivre son combat dans l’opposition.

     

    Avec ce large succès, le président sortant, à la tête du Venezuela depuis huit ans, améliore même ses précédents scores : il avait été élu en 1998 et en 2000 avec 56% et 59,7% des voix.

    Et pour bien verrouiller le pouvoir à son seul profit, ce machiavel organise des référendums de mi-mandat qui permettent aux électeurs (la populace, quoi!) de le virer à coup de pompes dans le fion s’ils ne sont pas contents.

    Aller, Sébastien, un suppo et au lit!

    Répondre
  19. chris
    chris dit :

    "caudillo " n’est ce pas une appellation qui ramene a l’histoire de l’amerique latine telle qu’elle est enseignée dans les facs françaises …genre , je prepare mon CAPES !
    bon humour , bien sur !

    Répondre
  20. captain.iglo
    captain.iglo dit :

    8 ans de pouvoir….et 60 % de pro chavez…
    Ca se passe de commentaire.Le traitement des medias lors du dernier referendum etait different; les choses changent a la vitesse du rechauffement climatique.
    Chavez est un leader …..par et pour le peuple ,c est tout.

    Répondre
  21. stef
    stef dit :

    Le seul reportage correct sur le Venezuela a été diffusé il y a environ un mois sur France 5 dans une série de docus sur la politique en Amérique Latine. Tout d’abord, un terrifiant reportage sur l’Argentine et l’ultralibéralisme appliqué du Menema . Sans rire j’en ai pleuré, c’était hallucinant de voir ce que les multinationales (dont Vivendi) et les institutions internationales (FMI avec Camdessus) ont réalisé dans ce pays : un véritable génocide social.
    Puis la semaine suivante on a eu droit au docu "Et si Chavez réussissait", reportage très neutre, qui me donnait une bouffée d’air, un espoir fantastique sur ce qui se passe là-bas. Oui le vrai socialisme est possible. Dans le reportage, le ministre de l’energie et donc president de la compagnie pétrolière nationale expliquait que le pétrole servait à résoudre la pauvreté mais qu’il servait également au développement économique pour diversifier les activités économiques du pays. Or il y a quelques temps , dans "c’est dans l’air" des intellectuels sud-américains installé en France ironisaient sur le modèle de Chavez lui préférant le modèle de Lula et que disaient-ils ? Que le modèle économique allait à sa perte car on donnait tout l’argent du pétrole aux pauvres qui le consomment à perte et alors le pays n’investit pas dans l’avenir économique. C’était en totale contradiction avec ce que j’avais entendu du Ministre de l’énergie, mais l’intelligentsia en France, même d’origine sud-américaine occidentalisée préférait mentir. Comme ils sont censés être experts, ils peuvent mentir.
    Dans le reportage de la 5, on voyait également la mise en place de la réforme agraire pour redistribuer des terres aux paysans, car 80 % des terres appartiennent principalement à deux grands propriétaires terriens qui ne veulent pas lacher. Ils sont hors la loi, mais Chavez n’utilise pas la force pour la faire respecter alors qu’il pourrait s’il était si autoritaire que cela. Par ailleurs, on voit comment les medias appartiennent aux multinationnales et verouillent toute l’info. C’est pour cela que Chavez est obligé d’intervenir pour s’adresser aux vénzéueliens. On voit beaucoup de télévisions communautaires se mettre en place dans les campagne et les quartiers pour contourner l’info tronquée des grosses chaines de télé et ça marche du tonnerre.
    Une autre foule de renseignement sur le système de santé, foncier, d’alphabétisation, d’éducation des enfants qui en allant à l’école ont trois repas par jour, d’alphbétisation des personnes agées qui découvre avec des larmes les joies de la lecture.
    Bref formidable reportage à se procurer.
    Ca donne envie de gerber de voir le traitement qui lui est fait ici et en Europe. Moi j’envisage sérieusement d’aller m’installer là-bas, où l’on dit qu’une certaine dolce vita commence à poindre dans les rue de Caracas car les choses vont de mieux en mieux.
    Vraiment, pas étonnant qu’il a été réélu aussi facilement, je ne vois pas comment ces petites mémés à qui l’on a soigné les yeux gratuitement pourraient laisser partir celui qui a changé leur vie, qui s’est occupé d’eux, je ne coris pas qu’on pourrait toucher un seul de ses cheveux aujourd’hui et pourtant c’est ce que tentent de faire les Américains, sans doute en passant par la Colombie inféodée. C’est pour cela que Chavez achète des armes, c’est pour cela qu’il s’allie aux Farc car il sait que la CIA tentera de renouveler l’opération Condor ou de faire moins subtil comme au Chili.
    Cette menace a dailleurs provoqué un vague spontanée d’engagement dans l’armée car il savent que tôt ou tard, après l’Irak, les USA s’en prendront à eux. Alors il rejoignent les rangs des réservistes comme des Sans-culottes qui voulaient sauver la révolution.
    Viva Chavez !

    Répondre
  22. chris
    chris dit :

    @stef

    yes ,j’ai fait une cassette de ce reportage ,enfin ma nana en a fait une ,parce que contrairement aux journalistes , le venezuela est un bon sujet pour les profs d’espagnols hexagonaux .
    perso ,j’ai un couple d’amis qui etait au venezuela au debut du Chavezisme ,qui ont passé quelques mois tres bien et qui ont ete etonnés d’entendre ce qu’ils ont entendus en France sur le sujet en rentrant ….genre revolution bolchevique et dictature cubaine …les riches se sont pas barrés et font toujours des affaires , c’est meme prospere pour les pme ……c’est plutot au niveau entreprises d’etat qu’il y a eu du menage de fait ..et effectivement , c’est pas les milliers de gens operés des yeux par exemple ,la medecine cubaine ayant excellente reputation ,qui s’en plaindront !

    bon les histoires de corruption ferait rire n’inporte quel latinos ,les venezueliens comme les mexicains ont toujours eu une reputation de bandits niveau mentalité en amerique latine ,alors je pense pas que Chavez ait rajouté quoique ce soit a certaines tendances culturelles .

    non ,je trouve les arguments antichavez plutot mesquin parce que globalement c’est une grande reussite et un espoir pour toute l’amerique latine .

    Répondre
  23. popi
    popi dit :

    Bon en gros, Chavez a des defaults mais ce n’est pas le grand diable dont on nous parle depuis longtemps. Ce qui est sur c’est qu’il ne respecte pas les "règles" hypocrites de bienséance habituelles. On voit ca par exemple dans sa manière de provoquer les USA: Alors qu’il est le rescapé d’un coup d’état aidé par la CIA, il devrait se taire et faire comme de si rien n’était. Au lieu de ca il appelle Bush "mister danger" et livre de l’essence gratis dans les quatiers pauvres US. Pour un amateur de provocation comme moi, ca me le rend très sympathique!!!

    Répondre
  24. Lord B
    Lord B dit :

    C’est beau un panégéryque quand même 🙂

    Entre la constitution que l’on change parceque finalement deux mandats ce n’est pas assez long (c’est vrai un coup d’Etat, même dans une oligarchie, c’est sale, autant le transformer en système démocratique où l’on vote, plutôt qu’en dictature) ;
    entre les rapprochements, voire la filiation avec les démocraties du moment (Cuba, Iran) qui ont le bon goût d’être dans l’axe du bien anti US ;
    entre l’annonce prématurée de la mort d’un auteur (US) sur lequel on appuie son discours à l’ONU ;
    entre le fait qu’assis sur un gisement de pétrole il est bien plus facile d’aller démarcher les pauvres des quartiers US (l’ingérence humanitaire pourraient dire certains) qu’assis sur un tas de sable ;
    on oublierait presque que le Vénézuela est un pays acceuillant.

    Certes, il ne faut pas oublier les réalisations réelles du parachutiste car tout n’est pas blanc ni noir mais si on pouvait éviter les embardées relevées de ci, de là comme "génocide social" (bientôt l’holocauste générationnel en vente dans votre argumentaire) ou ne pas oublier que dans la plus pure tradition du COMECOM (non ce n’est pas un club "in" d’Oulan Bator), les médecins cubains sont traités comme des marchandises, comme le furent en d’autres temps des travailleurs du bloc de l’Est on ne s’en porterait pas plus mal.
    Quand à pointer du doigt les relations coupables des gouvernements occidentaux (ou hypocrites en général), c’est une excuse de l’ordre : "il a brulé le feu, je n’ai fait que le suivre". On va pas s’étendre sur les stratégies des régimes isolés, j’ai cru voir que l’AmSud passait globalement "à gauche", donc s’il est seul, le Vénézuela n’a même plus l’excuse du jardin US.

    Enfin pour revenir sur le débat initial, le populisme de Chavez ne tient pas dans le fait qu’il réalise ce que la gauche de la gauche (l’extrême gauche dirait-on en géométrie) ne sait pas faire en France (car comme dit la blague trotsko, au-delà de trois personnes, on organise la scission du grand mouvement de masse), mais dans le fait qu’il prétend faire le bien du peuple face aux oligarques alors qu’il laisse perdurer une situation où la classe possédante vénézuelienne est peu remise en question, même si parallèlement, grâce à des caisses bien pleines (tant mieux pour eux), il fait donner des moyens pour que le reste s’améliore un peu.
    On est toutefois loin d’une vraie remise en question de l’ordre établi (ça rentre dans la définition de révolution ça ?) dans son pays et je pense que Bolivar se marre bien quand il entend El Presidente se réclamer de lui.

    Mais il faut bien avoir des mythes pour se rassurer. Maintenant que le Ché (le vrai, pas celui de Belfort) est imprimé sur T-shirts vendus en masse par des philanthropes de la cause de leur portefeuille, il faut bien trouver d’autres icônes 🙂

    Allez camarades, encore un effort.
    Et pour ceux qui vont s’installer là bas, y’aura le net et cet excellent blog pour nous donner des nouvelles 😀

    Répondre
  25. Jeannot
    Jeannot dit :

    @ Sebastien:
    "Encore un billet à la gloire d’un caudillo dont le seul objectif est de rester président à vie."

    J’ai le choix entre deux caudillos dont le seul objectif est de rester président à vie. Celui de droite garde les petro-dollars pour lui et ses copains. Celui de gauche utilise une partie des petro-dollars pour construire des hopitaux et des ecoles et pour former le personnel qui va avec. Lequel je prends ?

    Répondre
  26. Fred
    Fred dit :

    stef > Oui le vrai socialisme est possible.

    Même sans rente pétrolière? Les différentes expériences de collectivisme tentées au cours du 20ème siècle ne sont, c’est le moins qu’on puisse dire, pas très convaincantes.

    Je trouve Chavez sympathique, et le traitement médiatique qu’il subit en France et aux US tout à fait détestable mais… il n’empêche que les seuls pays qui sont sortis durablement de la misère au cours depuis la seconde guerre mondiale sont les pays asiatiques : un Etat fort qui collabore de manière constructive avec le secteur privé, un investissement massif dans l’éducation, la R&D et les infrastructures, et la plupart du temps, un protectionnisme intelligent (voir comment la Chine essaye d’imposer ses standards technologiques).

    Bref, même si le passage à gauche de plusieurs pays d’Amérique centrale et du sud après des décennies de dictature fait plaisir à voir, je trouve néammoins ces articles dithyrambiques injustifiés, pour le moment en tout cas. Wait and see.

    Répondre
  27. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    @Sebastien : c’est étonnant comme Agnès se fait toujours avoir. 😀

    @Lord B : Oui, en effet, Chavez n’est qu’un militaire qui s’embourgeoise et qui ne remet rien en cause. Finalement, il est petit bras. La preuve, y-a pas encore eu de coups d’état sanglant contre lui. C’est donc bien que c’est un allié du système. Salaud de collabo.

    Répondre
  28. bert
    bert dit :

    "Populiste"! J’ai entendu ce mot hier soir, alors que je commettais l’erreur de regarder la télévision. Il y avait une émission branchée sur france 3, avec des gens bien vétus, très classes, tous, dans laquelle figurait Frédéric Mitterand; quand cet homme là figure quelque part, j’y crois toujours, je veux dire que je pense que je vais me marrer, ses émissions me manquent beaucoup, notamment celles où il racontait avec son inimitable débit lent et trainant les fausses couches et les habitudes sportives des familles de la haute noblesse du temps jadis…

    Bref…

    Le thème de l’émission était du genre "pauvreté et richesse", ce genre de truc, débat interessant auquel participait notamment Frédéric, donc (un spécialiste, hein?), Romain Goupil (humaniste et autre spécialiste), un collaborateur du "figaro" (Sorman, fan de capitalisme), et d’autres intervenants dont certains paraissaient tout de même plus crédibles, sociologues, écrivains "engagés", voila…

    Nos messieurs dames poncifiaient allègrement, comme quoi y’a des pauvres, beaucoup (trop?), que c’est la faute à pas de chance, à l’immigration, à la société, voire, enfin, vous connaissez la chanson…

    (Je suis long, mais c’est pour poser le contexte, peut être que vous la regardiez pas, l’émission, ooohhh…)

    Mr Mitterand nous disait texto qu’avant l’âge de trente ans, ben, des pauvres, il en avait pas vu, pas un, ah oui, des clochards, oui, mais c’était "une autre catégorie" (ah?, pauvreté choisie, peut être, refrain désormais connu, s’pas msieu Balkany?)…Bon, vous imaginez les débats, avec de tels spécialistes de la pauvreté…

    Mais voila qu’un écrivain que je ne connais pas mais qui avait l’iar un peu mieux renseigné décida de dire tout haut que s’il y avait des pauvres, c’était aussi parce qu’il y avait des riches, et que l’on désignait toujours les pauvres à la vindicte comme responsable de leurs maux et de ceux de la société, sans faire le même constat pour les riches et les privilégiés…

    "Populiste", lâcha avec une moue de dégout le beau Frédéric, "populiste", la demande d’aligner, par exemple, les retraites des députés sur le "régime général"…"Populisme", il a répété deux ou trois fois…

    Bon, il s’y connait, le gars, de la famille à François Mitterand, pour sur…Mais l’"amusant" de l’affaire fut l’unanimité enfin faite dans le débat, contre le pauvre gars qui avait osé émettre l’hypothèse que peut être, la responsabilité des riches pouvaient être invoquée dans les causes de la pauvreté…fallait voir les Goupil, Sorman and co, moqueurs et condescendants, comment enfin ils étaient tous d’accord, que l’autre impétrant était ridicule, quand il rappelait qu’un gouvernement était "par le peuple, pour le peuple", et pas "pour les riches, par les riches"…

    le tollé…Bon faut dire que c’est plus radical, de dire ca, c’est proprement ridicule, je sais bien, en ces temps de duel Ségo/Nico, mais tout de même, c’était chouette de les voir tous d’accord, enfin…

    J’ai pas vu la suite, y’avait le journal avec la nouvelle égérie des ménagères, j’ai éteint le téléviseur.

    Populiste, qu’il avait dit, Frédo, j’ai repensé à Chavez…

    Répondre
  29. chris
    chris dit :

    @ bert

    oui ; l’emission est bien relatée , c’est exactement ce que j’ai vu et meme constat a la virgule pres ….on baigne partout dans le politiquement correct !

    c’est con ,pas vu la suite non plus pour cause d’infos sedatives !

    Répondre
  30. ango
    ango dit :

    Ben je l’ai vu hier ce reportage, j’ai trouve ca pas trop mal en fait.
    Il faut dire quand on voit le traitement dont chavez fait l’objet dans la presse par exemple, ca passe pour du grand journalisme. Franchement c’etait pas si mal. A un moment d’ailleurs j’ai entendu "populiste disent ses adversaires"

    Répondre
  31. Lord B
    Lord B dit :

    @Fred., de L.

    si cela ne vous dérange pas qu’un leader révolutionnaire s’embourgeoise et agisse contrairement à son discours, c’est que vous êtes prêt à voter pour le futur empereur français.

    PS : qui trolle (ce forum est modéré) ?

    Répondre
  32. enzo d'aviolo
    enzo d'aviolo dit :

    D’accord avec ton post.
    mais avoir faim ou être malade, ça n’est pas une revendication, ç’est un fait. donc y répondre c’est faire preuve d’humaniste et de conscience politique.
    Par contre, répondre immédiatement et favorablement à toutes les revendications, c’est effectivement du populisme dans le sens où il est facile d’y répondre, plus difficile de tenir sa parole!

    Répondre
  33. enzo d'aviolo
    enzo d'aviolo dit :

    D’accord avec ton post.
    mais avoir faim ou être malade, ça n’est pas une revendication, ç’est un fait. donc y répondre c’est faire preuve d’humaniste et de conscience politique.
    Par contre, répondre immédiatement et favorablement à toutes les revendications, c’est effectivement du populisme dans le sens où il est facile d’y répondre, plus difficile de tenir sa parole!

    Répondre
  34. mes defs... de mes deux
    mes defs... de mes deux dit :

    @ Agnès, pour info

    en complément de son article, deux références glanées dans une note de l’excellent ouvrage de J.-C. Michéa : L’enseignement de l’ignorance :

    Christopher Lasch : La Révolte des élites (1990), dont vient de paraître chez Champ-Flammarion : La Culture du Narcissisme : La vie américaine à un âge de déclin des espérances – d’une cuisante actualité?…, ainsi que et l’article de Serge Halimi : "Le Populisme, voilà l’ennemi", Monde diplomatique, Avril 1996.

    Répondre
  35. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pour Antidote, je suis contente, bien que l’intégration sous Ubuntu ne soit pas très évidente et se limite, pour l’instant à OOo. Ceci dit, en plus des 10 dico de langue et du correcteur grammatical intégré, on a aussi la dizaine de guides, dont celui de la grammaire telle qu’elle est enseignée aux nains contemporains (en gros, il y a un vocabulaire propre à ingurgiter pour espérer comprendre les règles grammaticales… stupide!) et celui de l’orthographe réformée de 1990 : totalement passionnant où l’on découvre que l’on pratique l’orthographe réformée sans le savoir.
    Bon outil convivial, en espérant que la pression de la communauté des Ubuntiens débouchera sur des MAJ améliorant la compatibilité du produit avec nos outils (je pense à FireFox|Epiphany|Konqueror ou Evolution).

    Quant à Chavez, il n’est que la partie émergée de l’iceberg informatif sur l’Amérique du Sud, pourtant fort intéressant labo des théories libérales poussées jusqu’à leurs rentranchements. C’est parce qu’on en parle bien peu qu’il faut absolument s’y intéresser : http://risal.collectifs.net/

    Répondre
  36. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pour Antidote, je suis contente, bien que l’intégration sous Ubuntu ne soit pas très évidente et se limite, pour l’instant à OOo. Ceci dit, en plus des 10 dico de langue et du correcteur grammatical intégré, on a aussi la dizaine de guides, dont celui de la grammaire telle qu’elle est enseignée aux nains contemporains (en gros, il y a un vocabulaire propre à ingurgiter pour espérer comprendre les règles grammaticales… stupide!) et celui de l’orthographe réformée de 1990 : totalement passionnant où l’on découvre que l’on pratique l’orthographe réformée sans le savoir.
    Bon outil convivial, en espérant que la pression de la communauté des Ubuntiens débouchera sur des MAJ améliorant la compatibilité du produit avec nos outils (je pense à FireFox|Epiphany|Konqueror ou Evolution).

    Quant à Chavez, il n’est que la partie émergée de l’iceberg informatif sur l’Amérique du Sud, pourtant fort intéressant labo des théories libérales poussées jusqu’à leurs rentranchements. C’est parce qu’on en parle bien peu qu’il faut absolument s’y intéresser : http://risal.collectifs.net/

    Répondre
  37. glosons
    glosons dit :

    Cela doit faire des années lumiére que les médias occidentaux et les médias francais en l’occurence donnent à l’opinion une image de la réalité qui correspond aux interets des puissances dominantes.Pour celàl’exemple le plus spectaculaire est celui de la lecture de la vie politique du monde arabo-islamique qui depuis Mossadegh,et les premiéres nationalisations pétroliéres au moyen orient, adonné naissance à une véritable mythologie de l’arabo-musulman jouisseur(les nababs)incultes(tous des chameliers propulsés par l’or noir)saboteurd dela croissance mondiale(l’opep)dictateurs populistes(nasser-Boumediene)fascistes(hezbollah)terroristes( le fatah et le hamas palestinien)…On ne peut espérer en tant qu’arabe et musulman recevoir la bénédiction médiatique occidentale, sans renier toute notrehistoire ,(depuis le prophéte,) avec ses grandeurs, ses faiblesses, ses basseses, qui sont le dénominateur commun de l’histoire de toutes les cultures et civilisations mais dont certaines sont considérées comme admirables et légitimes-quitte a passer sous silen,ce la disparition de cultures entieres- et lesautres condamnées comme des erreurs de l’histoire, des accidents, ainsi que le sous-entend un certain intellectuel francais ,jadis proche de Castro ,et qui désormais juge que les arabes et les musulmans -excusez du peu- ont connu leur renaissance avant leur moyen age; maniére de dire , une fois de plus,que nous ne sommes pas inscrits dans la norme

    Répondre
  38. H. de Strabourg
    H. de Strabourg dit :

    @ Agnès : bon, d’habitude, je commente pas. Mais je suis surpris de découvrir que tu te lances dans l’usage d’Antidote. Peux-tu me faire part de tes remarques…

    Je suis assez toujours assez surpris par la fougue des débats autour de Chavez. Il me semble que les médias français ont en effet une façon bien à eux de parler de lui : et pour cause, dans la plupart des cas, la presse écrite ne fait que reprendre les dépêches ou les articles prêt-à-publier de l’AFP. C’est encore arrivé récemment avec sa réélection : Le Monde et le Figaro ne se sont pas gênés pour publier pratiquement le même papier, avec le même titre : sommes-nous vraiment obligés d’appeler cela du journalisme ?

    J’avoue que ça m’intrigue quand même, le Venezuela. J’aimerai bien tenter de me rendre sur place, histoire de me faire une idée…

    Répondre
  39. chris
    chris dit :

    enfin pour ceux que ca interesse ,je rappelle qu’il y a une communauté latine non negligeable en france ,que ce soit au niveau des facs ,que des echanges de toutes sortes ,de nombreuses assoces , pour ma ville ,je recense dans mon entourage proche deja a peu pres tout les pays meme petits ,du cubain au salvadorien et que perso lorsque je lis Risal sur le Chiapas ,m’arrive de me marrer grave !!!!!

    parce que nos journaleux hexagonaux , doivent trouver ca joli le sud mais on les croise moins dans le nord ,ou ca swingue autrement pourtant ….jamais un mot sur l’ile de margarita non plus , ca doit pas etre Venezuelien !

    si y a un mec qui est mon homonyme d’ailleurs qui signe parfois des articles pas mal pour la presse regionale …on le sent un peu loin parfois mais c’est plutot bien !

    parce que chez Risal ,j’ai parfois l’impression que l’amerique latine se rapporte eternellement a Pinochet et Allende niveau rethorique .

    Répondre
  40. chris
    chris dit :

    @agnés

    comment ca ,pas de bar latinos au bled en chef ,meme pas una cantina …donc pas moyen de rencontrer un indigene !

    mince alors , meme au Chiapas , tu as acces au net par les cabines telephoniques du coin de la rue !

    mais je reconnais qu’y a rien qui ressemble a la blogosphere hexagonale , par contre les presses nationales sont pas plus pourries que les notres ….si , leurs journaleux prennent de vrais risques ,j’ai plus de tete le nombre de journalistes enlevés ,assassinés rien que pour le nord mexicain mais c’est clair que la verité a un prix la bas .

    bon l’interet de Risal a part le coté engagé etoilé rouge un peu chiant parfois ,pas toujours d’ailleurs ..c’est que c’est traduit en gaulois a l’attention des hexagonaux ….la lecture quotidienne de la Jornada par exemple demande un minimum d’hispanisation ..mais c’est dispo sur le web .

    par contre ,je crois pas que la FARC ai un blog pour l’instant !

    Répondre
  41. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    En fait, il y a peut-être 18 ans, il y a un resto qui s’est ouvert au bled en chef : la pulpéria.
    Le chef s’appelait Miguel et venait du Chili. Il était en passe de devenir prof de sociologie quand Pinochet et ses potes ont débarqués. Il n’a eu que le temps de se tirer en courant. J’aimais bien le gars. Moustache pétillante, œil blagueur, il ponctuait tous ses discours sur le marxisme par un charmant claro?. Un homme plutôt doux et gentil dont on avait du mal à concevoir que l’on puisse chercher à le torturer ou le tuer, uniquement pour ses idées de gauchiste. Un homme définitivement meurtri, parce qu’il avait dû abandonner ses camarades là-bas, parce qu’il avait survécu, parce qu’il n’était pas mort pour ses idées. Il est devenu très proche de ma belle-mère, du coup, on l’a vu pas mal. Mais elle a fini par se lasser de ses discours. Finalement, son resto a fermé et on l’a perdu de vue. Mais ses discours lui ont survécu 😉

    Répondre
  42. piquecul
    piquecul dit :

    J’avais enregistré l’émission et je viens de la voir. Hispanique très en contact avec des américains du sud je comprend bien leur état d’esprit. Ce documentaire est manifestement fait par un européen pour des européens qui son complètement hors d’état de se rendre compte de la réalité de ce gens. Si il est vrai que Chavez est populiste, il est aussi vrai qu’il est jusqu’à aujourd’hui le seul à avoir fait quelque chose. Ho! ce n’est pas l’idéal et derrière ce qui est fait il faut y voir de la politique, mais pour ces gens miséreux c’est déjà beaucoup et leur reconnaissance se manifeste par leur bulletin de vote. Par ailleurs, je pense qu’il est poussé volontairement par les USA à la faute pour qu’ils aient un prétexte pour intervenir en sous main. Je garde l’espoir que Chavez ne déviera pas et qu’il sera assez clairvoyant pour ne pas tomber dans la dictature. Surtout pour ce peuple qui alors payerait le prix fort. J’ai aussi des doutes sur ses manières brutales pour mater toutes contestations. Je ne saurais prendre parti car l’histoire nous à montré que il faut être le boucher plutôt que le veau si l’on désire survivre. Bien entendu la fin ne saurait justifier les moyens mais je n’ai pas de solution viable. Quand à ces pauvre nantis dépouillés de leurs biens je n’ai plus de larmes à verser sur leur sort. j’en ai bien trop à verser sur les plus faibles qui, je le pense, payerons de toutes façons. Je suis très confortablement installé au chaud et je disserte aisément. Mais j’ai vécu une expérience qui sans aller aussi loin m’a permis de voir de près, de très près ce qui dictature veux dire. Chavez n’est peut être pas la solution idéale mais si pour des raisons bassement politiques les démunis y trouvent leur intérêt je n’ai pas ni ne veux le droit de les en empêcher. Puisse l’avenir aider ce peuple à se sortir de ce bourbier sans effusions et sans y laissez son âme. Déjà les vautours tournent au dessus des puits de pétrole attirés par l’odeur du fric.

    Répondre
  43. [ TL ]
    [ TL ] dit :

    [Vous avez dit populiste ?]

    Le Monolecte me l’enlevant de la bouche, je lui laisse la parole… cliquez sur l’image… …avec également un petit clin d’oeil complémentaire vers ma note du 5 septembre : [Hugo Chavez pense à devenir président à vie de la France]…

    Répondre
  44. [ TL ]
    [ TL ] dit :

    [Vous avez dit populiste ?]

    Le Monolecte me l’enlevant de la bouche, je lui laisse la parole… cliquez sur l’image… …avec également un petit clin d’oeil complémentaire vers ma note du 5 septembre : [Hugo Chavez pense à devenir président à vie de la France]…

    Répondre
  45. chris
    chris dit :

    @Agnés

    oui ,Miguel a bien fait de se tirer vite fait a l’epoque parce que le probleme de la gauche Chilienne c’est qu’elle n’avait que des discours effectivement a opposer et on connait la suite .
    L’incroyable amateurisme des gauches latinos ,suffit de se replonger dans la toute aussi incroyable mythomanie du Fidel de la pré-revolution Cubaine , de l’aventure suicidaire du CHE etc …..
    l’on se focalise surtout sur Allende parce que c’est emblematique historiquement mais l’Argentine a vecue aussi une repression moins relayée .
    Le premier mari de ma nana etait un militaire argentin qui avait deserté pour rejoindre le Mexique ,ecoeuré par la tache qu’on lui assignait ,ce n’etait pas un tendre pourtant mais il repugnait a ce qu’il considerait relever de la lacheté plutot que du combat , d’ailleurs les Malouines lui donnerent raison sur les critiques tres dures qu’il faisait sur l’armée argentine de l’epoque , une bande de tortionnaires .

    pour en revenir a Chavez ,je pense que sa formation militaire ,de rappeler qu’en amerique latine ,l’armée et la delinquance sont les deux ascenseurs sociaux qui fonctionnent ,les autres ,la maintenance n’est plus assurée ……a permise de tirer les leçon de l’histoire et la perennité du regime Venezuelien actuel .

    Alors effectivement vu d’europe ,on peut y voir de l’autoritarisme , un coté dictatorial ,avec la milice citoyenne reserviste sur ce qui n’est que du preventif et du defensif , l’arrivée des specialistes Cubains pour former les services secrets Venezueliens est de ce tonneau la ……les services Cubains ont ete formés par les russes et on les sait redoutables .
    zont pas importés que des medecins de CUBA !

    @piquecul

    attention ,c’est la l’eceuil actuel de la gauche française sur le Venezuela , le Bolivarisme est resté au niveau du folklore …les riches en majorité ne se sont pas barrés du pays comme Johnny en Suisse ; les affaires se portent bien a Caracas , l’ile de Margarita est toujours un paradis fiscal et le port d’attache des nouveaux freres de la cote modernes .

    Chavez ne s’est pas attaqué au 4x 4 du coin de la rue mais avant tout aux monopoles multinationaux qui saignaient son pays ,comme il saigne de plus en plus le notre aussi .
    c’est la qu’il fait faire attention ,messieurs les antis liberaux ….Chavez ne s’est pas attaqué au systeme en tant que tel , on parle point de decroissance et heureusement pour les pauvres de la bas ….bien au contraire ,l’aide de l’etat est assujetie non pas a l’emploi salarié ou au collectivisme mais a la creation .d’entreprise .

    les principales purges ,oui ,il a osé licencier !!!!ce sont faite au niveau des compagnies nationalisées ,le petrole , hors la productivité a ete ameliorée !

    je crois que c’est en cela qu’il fait s’interesser hautement a la revolution Venezuelienne , pour ce pragmatisme ,ce melange de patriotisme economique et de socialisme qui fait sa reussite .

    un point important ,l’on sait que l’un des principaux obstacles a l’election d’Obrador au mexique a tenu certes par la position des zapatistes qui rappelle efficacement notre gauche de la gauche nationale …mais aussi le tout puissant narco traffic dont les negociations n’ont peut etre pas porté a ce jour a des accords fructueux !!!!!!!
    Jetez un oeuil coté Chavez sur le meme probleme !!!!!!!!

    attention gentils gauchistes francais avant de crier en choeur "venceremos " ou "vamos el poder " ……savez au moins a coté de qui , zetes assis la !!!!!!

    Répondre
  46. glosons
    glosons dit :

    En passant(ne faites pas attention…),juste dire(ou redire ce que Laurent Bazin, je crois, a relever)la différence de traitement politique et médiatique à quoi a doit la sphére arabo-musulmane:2 dictateurs aux mains pleines de sang1)Sadam qui est bien parti pour la potence2)Pinochet mort de vieillesse
    .Toujours sur la différence de taitement, mais cette fois à l’interieur d’un meme espace:1)Le Pakistan posséde un arsenal nucléaire non-négligeable(celui de l’Inde l’est encore plus) sans que les médias occidentaux ne s’inquietent2)l’Iran a des missiles et enrichi son uranium pour les équiper de tetes nucléaire:depuis 9 mois c’est la panique générale dans les médias de l’Ouest.Moralité,sans meme parler de l’arsenal israelien, il n’ya aucune’, mais aucune ,morale, dans les rapports de force qui dirigent le monde vers l’abime…

    Répondre
  47. Morico
    Morico dit :

    Le populisme est attribué à la gauche: les congés payés,le Smic, la Sécu, les conventions collectives, le droit du travail, le logement social, les services publics, une politique économique active, la reprise du contrôle par la démocratie de la création monétaire…tout cela va nous mener à la ruine (air connu)

    La démagogie c’est la droite: valorisation du travail signifie baisse des salaires; concurrence signifie monopole ou oligopole des copains coquins; patriotisme signifie mettre son argent dans les paradis fiscaux; sécuritaire signifie une surrépression policière notamment vis à vis des jeunes et immigrés; promotion des religions signifie mettre la France sous le contrôle des droites intégristes catho avec l’Opus dei et le pape ; juive avec le dirigeant du CRIF militant de la droite et de la colonisation israelienne dans les territoires occuppés; musulmane avec le dirigeant de l’U.O.I.F. proche du wahabisme saoudien; protestant en promouvant certaines sectes soutiens de Bush
    Objectivité signifie contrôle de la grande majo des media par les copains milliardaires et le gouvernement.; Promouvoir la paix signifie pour les néo-cons des USA et d’Israel préparer une nouvelle guerre: après l’Iraq l’Iran…. Avec Sarkozy le roi de la démagogie ,le candidat du Medef et le caniche de Bush le pire est possible, notamment l’explosion des inégalités et du terrorisme en France.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *