Déshabiller Job pour habiller Crésus

Ce doit être l’approche des élections qui les rend hystériques, mais nos gouvernants mettent la gomme sur leur programme anti-social comme si leur vie en dépendait.
Bas les masques et à fond dans l’ignominie anti-pauvres.

La dernière en date, elle nous vient de Xavier Bertrand. Faut dire qu’après des semaines de campagne anti-pauvres, précaires et chômeurs, accusés d’être des profiteurs, des parasites et des escrocs, la dernière saloperie en date arrive sur du velours et sera probablement applaudie par la foule en délire.

Le ministre de la Santé Xavier Bertrand annonce dans un entretien publié mardi dans "Le Parisien/Aujourd’hui en France" que le patrimoine des bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) sera bientôt examiné.

Ce sera notamment l’une des fonctions du Comité national de la répression des fraudes de la sécurité sociale, installé mardi. Cet organisme "permettra aux différents acteurs de la protection sociale (assurance-maladie, CAF, mais aussi impôts et Unedic), de centraliser les cas de fraudes et d’abus manifestes, mais aussi d’échanger leurs informations et de croiser leurs fichiers, en respectant bien sûr le principe de confidentialité", explique-t-il.

"Même si je suis profondément attaché à la CMU, aujourd’hui seule une déclaration sur l’honneur est demandée aux bénéficiaires de cette prestation", observe le ministre. "Dorénavant, le comité de lutte contre la fraude sera notamment chargé d’organiser la coopération entre les caisses afin de récupérer les pièces justificatives, qui corroboreront, ou non, ces déclarations sur l’honneur".[1]

Grâce à Thierry le crypto-chômiste, on sait que les pauvres en général et les chômeurs en particulier sont en fait de gros capitalistes qui plument l’État financé par les honnêtes citoyens pour se faire de gros bas de laine faits d’Alpha Roméo pourries et de studios dépouillés! En plus de cela, on distribue la CMU comme des sucettes à la sortie de chez le dentiste

Ben voyons! Les critères d’admissibilité exigent déjà d’être largement sous le seuil de pauvreté et la demande s’accompagne de justificatifs de revenus qui n’ont rien de la déclaration sur l’honneur, comme vous pouvez en juger :

Déclaration des ressources

Lors de votre demande de CMU de base, vous devez remplir une déclaration de ressources et joindre les pièces justificatives suivantes :
– Dernier avis d’imposition ou de non imposition ;
– Bulletin de paie ;
– Avis de paiement ASSEDIC ;
– Avis CNAV et avis de l’organisme de retraite complémentaire pour la déclaration fiscale ;
– Notification de versement d’une pension d’invalidité ; – Votre numéro d’allocataire de la CAF ;
– Justificatifs des ressources perçues à l’étranger.

Ensuite, tous les ans, votre caisse d’Assurance Maladie vous adressera avant le 1er août une déclaration de ressources que vous devrez lui renvoyer, accompagnée des pièces justificatives, avant le 15 septembre.

A noter :
Si vous ne renvoyez pas votre déclaration de ressources, votre caisse d’Assurance Maladie fixera d’office le montant de votre cotisation sur la base d’une assiette s’élevant au maximum à 5 fois le montant annuel du plafond de la sécurité sociale en vigueur (soit 31 068 € au 1er janvier 2006).

Et oui, ce n’est pas parce que t’es pauvre que tu ne peux pas être encore plus pauvre.
On est loin du distributeur automatique de CMU qui émeut tant Xavier Bertrand. Ceux qui connaissent Hartz4 apprécient la beauté de la manoeuvre.

Le rêve des prolos

Qu’est-ce qui a toujours fait courir la France du sous-sol? Le désir fou de réussir un jour à avoir un Sam-suffit planté dans une quelconque zone périurbaine modérément infréquentable. Et c’est à force de peines et de sacrifices qu’ils réussissent, parfois sur deux générations, à acquérir le pavillon Bouygue Phoenix préfabriqué qu’il seront si fiers de léguer à leurs gosses et dont ils espèrent, qu’à défaut de les protéger de la précarité, il leur offrira un toit, un refuge, en période de vaches maigres.

Que nenni, les manants!
Il te sera plus difficile d’accéder à la CMSDU que d’entrer au paradis pour un riche. Pour cela, il te faudra renoncer presto à la magnifique maison Borloo à 100 000€ que tu as réussi avec grand mérite à te payer avec ton SMIC en rognant sur tout, sur chaque dépense.
Et tout ça pour quoi? Pour une couverture maladie au rabais où tu te fais jeter par 40% des spécialistes et 2% des généralistes. Bande d’Hippocrates!

Les spécialistes! Médecins spécialistes! Parlons-en.
Alors que l’on prévoit de vérifier si tu ne profiterais pas honteusement d’une maison héritée de ta grand-mère boniche avant de voir si l’on condescend à te réparer ta jambe cassée ou accoucher ta femme, les mêmes ont déjà mis la main à la poche pour payer le tiers de l’assurance privée des praticiens nécessiteux. Et là, pas question d’aller zyeuter leur patrimoine ou de toucher à leur abonnement au club de golf du coin. On leur file le pognon presto, sans moufter.
Et c’est d’autant plus facile que ce pognon, c’est le tien et celui des autres galériens du sous-sol, vu que l’assiette de cotisations sociales repose de plus en plus sur les salariés[2] et de moins en moins sur les patrons, grâce à une panoplie d’exonérations multiples et variées.

Il est pas beau le monde capitaliste où tu deviens le centre du système, où c’est ta sueur qui finance le 4×4 des autres? Elle n’est pas merveilleuse cette organisation où ce sont les pauvres qui doivent se dépouiller de tout avant de prétendre aux miettes et où ce sont les plus aisés que l’on aide sans limite ni discernement?

Aller, hop! Tout le monde sur le tas de fumier!
Et n’oubliez pas : il vous reste 2 mois pour vous inscrire sur les listes électorales!

Notes

[1] Source et suite de l’ignominie : AP repris par le Nouvel Observateur

[2] Ben oui, derrière un chômeur ou un RMIste, le plus souvent, il y a un pauvre con qui a bossé et cotisé pendant 20 ou 30 ans avant de se retrouver le bec dans l’eau!!!

60 réponses
  1. lebousin
    lebousin dit :

    Le torchon de Thierry F. fait des émules.
    C’est vrai quoi, le Rmiste propriétaire de son palace doit en plus profiter grassement de la CMU.
    Allez M. Bertrand encore un petit effort pour sucrer la couverture sociale des plus démunis; on ne parle que de santé après tout !

    Répondre
  2. bruno
    bruno dit :

    Appel à voter ? Ça me rappelle 2002, quand 100% des médias lançaient heure après heure, jour après jour des appels à voter Chirac, pour lutter << contre le fascisme>>.

    Résultats : ce que tu décris billet après billet.

    Et pas un mot de regrets de la part des << antifascistes >> de l’époque. Les pauvres que tu défends ont tout pris dans la figure (d’autres aussi d’ailleurs).

    Vous avez deux mois pour vous inscrire sur les listes, certes, et vous avez six mois pour réfléchir. Croyez vous vraiment que le PS défendra les pauvres (et les autres) ?

    Et le vote blanc ?

    Répondre
  3. Nuer
    Nuer dit :

    Voter ? Pour continuer de faire tourner la même roue ? Non merci. Je voterais le jour où je pourrais voter pour et non contre.

    Et au fait, vote blanc = vote nul, càd un vote qui a la même valeur que celui où le bulletin aurait été griffonné par un neuneu.

    Répondre
  4. Nuer
    Nuer dit :

    Voter ? Pour continuer de faire tourner la même roue ? Non merci. Je voterais le jour où je pourrais voter pour et non contre.

    Et au fait, vote blanc = vote nul, càd un vote qui a la même valeur que celui où le bulletin aurait été griffonné par un neuneu.

    Répondre
  5. Précaire
    Précaire dit :

    Moi aussi, ça ma perturbé cette soit-disant arnaque à la CMU ! C’est n’importe quoi… faudrait être débile. Si quelqu’un décide de faire une arnaque, il faut au moins que ça lui rapporte quelque chose ! Mais la CMU, c’est les miettes pour les pauvres… peu remboursé, même pas sûr d’être soigné, la honte de n’avoir que la CMU, etc. Arnaquer une assurance, une banque, une mutuelle, une complémentaire… là, il y aurait une logique. C’est n’importe quoi cette histoire de soit-disant arnaque à la CMU. Et pourquoi pas un gang de braqueurs de banques, qui ne vole qu’à chaque fois que 1 €… Autant qu’ils fassent la manche !

    Répondre
  6. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Dans la série faire cracher les pauvres pour gaver les riches :

    le COE conclût que « les aides aux entreprises constituent aujourd’hui un champ vaste, mal connu et peu évalué », il déplora « qu’il n’existe à ce jour aucun recensement exhaustif des aides publiques attribuées en France » . Reprenant le premier rapport pour y inclure les aides des collectivités territoriales et autres obscurs organismes publics, le COE estima le montant des aides à 3,5% du PIB soit, tenez-vous bien, 60 milliards d’euros par an !  Il s’agit là des aides directes et indirectes telles que les allègements fiscaux où, là aussi, il n’existe aucune étude ou rapport de synthèse laissant la porte ouverte à toutes sortes de spéculation. … bref … l’opacité du montant des aides publiques est une constante sauf un commencement de chiffre officiel qui donne le vertige : 60milliards d »euro !

    (…) Et pour tous les branleurs, les assistés, c’est à dire les Rmistes et autres chômeurs selon le MEDEF, les fainéants profiteurs qu’il est absolument urgent de « contrôler avec plus d’énergie », il en coute à la collectivité 5 malheureux milliards d’euros par an; 5 milliards d’euros desquels il faut inclure les aides directes attribuées aux entreprises pour l’emploi d’un RMIste qui sont, bien évidemment, comptabilisées dans le coût du Rmi au lieu de figurer en partie dans le calcul des aides publiques aux entreprises puisque c’est du fric qu’elles reçoivent.

    Merci, Demos, pour ton billet bien argumenté!

    Répondre
  7. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Dans la série faire cracher les pauvres pour gaver les riches :

    le COE conclût que « les aides aux entreprises constituent aujourd’hui un champ vaste, mal connu et peu évalué », il déplora « qu’il n’existe à ce jour aucun recensement exhaustif des aides publiques attribuées en France » . Reprenant le premier rapport pour y inclure les aides des collectivités territoriales et autres obscurs organismes publics, le COE estima le montant des aides à 3,5% du PIB soit, tenez-vous bien, 60 milliards d’euros par an !  Il s’agit là des aides directes et indirectes telles que les allègements fiscaux où, là aussi, il n’existe aucune étude ou rapport de synthèse laissant la porte ouverte à toutes sortes de spéculation. … bref … l’opacité du montant des aides publiques est une constante sauf un commencement de chiffre officiel qui donne le vertige : 60milliards d »euro !

    (…) Et pour tous les branleurs, les assistés, c’est à dire les Rmistes et autres chômeurs selon le MEDEF, les fainéants profiteurs qu’il est absolument urgent de « contrôler avec plus d’énergie », il en coute à la collectivité 5 malheureux milliards d’euros par an; 5 milliards d’euros desquels il faut inclure les aides directes attribuées aux entreprises pour l’emploi d’un RMIste qui sont, bien évidemment, comptabilisées dans le coût du Rmi au lieu de figurer en partie dans le calcul des aides publiques aux entreprises puisque c’est du fric qu’elles reçoivent.

    Merci, Demos, pour ton billet bien argumenté!

    Répondre
  8. pingouin
    pingouin dit :

    Eh oui, le pauvre mec qui a réussi à avoir un pied-à-terre et qui, n’ayant aucune ressource, demande la CMU, devra d’abord "lourder" toutes ses possessions, avant d’aller se faire soigner (à condition de trouver le toubib complaisant).

    C’est vraiment vouloir jeter les derniers "pauvres-nantis" à la rue que cette politique inique !!!

    Nos chers ministres surfent sur la vague du désarroi et tirent sur la corde tant qu’ils peuvent. Qu’ils continuent donc, ils devraient s’en prendre plein la tronche en avril !!!!

    Répondre
  9. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Entendu tout à l’heure sur France Inter : le patrimoine des pauvres comprendra aussi la voiture…
    Je suppose que c’est la chasse à l’Alpha 33 qui est ouverte.

    C’est totalement répugnant. Va falloir tout liquider pour avoir le droit de se faire expédier en 10 minutes, vite fait, entre deux vrais patients? Plus besoin de meubles, de toute manière, on va te prendre ta maison. Et plus besoin de fringues, on t’offre le pyjama rayé… 🙁

    Répondre
  10. Ouaille
    Ouaille dit :

    Bientôt Noël, achetez tous, faites acheter, diffusez massivement DOL : une magnifique bande dessinée tout juste sortie, qui fait le bilan complet de l’offensive libérale-sécuritaire.

    DOL, Philippe Squarzoni, Les Requins Martaux, 285 p, 30€, oct 2006.

    "Après cinq livres publiés chez les Requins Marteaux, Philippe Squarzoni nous livre un nouvel album de bande dessinée d’intervention politique. Dans ce récit mené à la première personne, c’est sur un ring de boxe que l’on retrouve notre narrateur, pour le moins sonné face à un adversaire menaçant : Jean-Pierre Raffarin. Le ton est donné. À la veille des élections de 2007, le jeune auteur engagé s’attaque à dresser un bilan global des politiques menées par Raffarin pendant 3 ans, bilan qui lui permet de dessiner le portrait de la société libérale qui s’élabore chaque jour un peu plus. Tout y est décortiqué, minutieusement analysé et argumenté : la baisse des impôts, les différentes "réformes", des retraites à la santé, l’éducation, le travail, le chômage… Et bien sûr la politique sécuritaire menée par Nicolas Sarkozy et le relais médiatique dont elle a bénéficié. Différents interlocuteurs – économistes, journalistes – interviewés "face caméra" viennent compléter ce dispositif documentaire, et préciser l’analyse. Avec rigueur, mais également avec humour, Dol, dont le titre cinglant nous ramène à la notion juridique d’arnaque, de tromperie, s’interroge sur les liens entre démocratie et politique, la responsabilité des grands médias, le rôle de la gauche et les perspectives d’avenir…"
    (http://lesrequinsmarteaux.over-blog…)

    Répondre
  11. Ouaille
    Ouaille dit :

    Bientôt Noël, achetez tous, faites acheter, diffusez massivement DOL : une magnifique bande dessinée tout juste sortie, qui fait le bilan complet de l’offensive libérale-sécuritaire.

    DOL, Philippe Squarzoni, Les Requins Martaux, 285 p, 30€, oct 2006.

    "Après cinq livres publiés chez les Requins Marteaux, Philippe Squarzoni nous livre un nouvel album de bande dessinée d’intervention politique. Dans ce récit mené à la première personne, c’est sur un ring de boxe que l’on retrouve notre narrateur, pour le moins sonné face à un adversaire menaçant : Jean-Pierre Raffarin. Le ton est donné. À la veille des élections de 2007, le jeune auteur engagé s’attaque à dresser un bilan global des politiques menées par Raffarin pendant 3 ans, bilan qui lui permet de dessiner le portrait de la société libérale qui s’élabore chaque jour un peu plus. Tout y est décortiqué, minutieusement analysé et argumenté : la baisse des impôts, les différentes "réformes", des retraites à la santé, l’éducation, le travail, le chômage… Et bien sûr la politique sécuritaire menée par Nicolas Sarkozy et le relais médiatique dont elle a bénéficié. Différents interlocuteurs – économistes, journalistes – interviewés "face caméra" viennent compléter ce dispositif documentaire, et préciser l’analyse. Avec rigueur, mais également avec humour, Dol, dont le titre cinglant nous ramène à la notion juridique d’arnaque, de tromperie, s’interroge sur les liens entre démocratie et politique, la responsabilité des grands médias, le rôle de la gauche et les perspectives d’avenir…"
    (http://lesrequinsmarteaux.over-blog…)

    Répondre
  12. michel.catelin
    michel.catelin dit :

    chercher a cacher les grosse arnaques des cols blancs à coups de soi disant arnaques à la CMU et au RMI, c’est petit.

    Ca montre le niveau de nos gouvernnants.

    Votons au moins pour ne pas avoir le même scénario qu’en 2002, car les Le penistes eux voterons.

    Répondre
  13. Un prof
    Un prof dit :

    Lors de la précédente campagne, l’ennemi désigné, le bouquet mystère était le voyou, la racaille, le violent. Seulement là si on en parle trop, on va vite voir que le petit Nicolas n’a pas été très efficace comme ministre de la violence. Alors il faut bien trouver autre chose.
    Le pauvre, le profiteur fera très bien l’affaire. En plus c’est souvent le même, légèrement basané sur les bords…

    Répondre
  14. wouaf
    wouaf dit :

    Ca rale et ça ne vote pas. Dites, petits bourgeois, vous ne faites pas la différence entre la droite et la gauche, même socialiste ??? Vous ne devez pas bien savoir ce que c’est de se prendre la droite en pleine gueule…

    Continuez de faire les beaux mais arrêtez avec votre rhétorique droite=gauche, c’est aussi bas, réducteur et simpliste que le discours sarkozyste. Ne votez pas, jamais au second tour si l’on vous suit bien, mais agissez en conséquence au quotidien, saignez vous plutôt que d’aller à la CMU, cette crotte de nez bourgeoise, ne réclamez pas vos heures sup. au-delà de 35, cette diversion sociale-capitaliste, entre le SMIC à 1200 et 1500 EUR, tournez le dos à l’emploi sous-payé, regardez les charters en rêvant de vacances et surtout, ne lâchez rien, en famille, entre amis ou voisin, jamais de compromis.

    Et traitez les de cons ou de droitiers, eux, nous qui à tout prendre préférons le moins pire ou croyons aux petits pas, pensant d’abord à éjecter Sarkozy et sa clique, priorité n°1, absolue.

    Répondre
  15. Armand
    Armand dit :

    J’ai été étonné que Xavier Bertrand parle de ça parce que dans mon esprit la CMU a pour contrepartie le paiement d’une cotisation assise sur les revenus si revenus (consistants…) il y a. Les quelques rentiers (nous vivons dans un monde financiarisé…) ou expatriés en vacances médicales en France doivent évidemment être mis à contribution, la sécurité sociale universelle ne veut pas dire sécurité sociale gratuite pour tous les bénéficiaires de la CMU, autrement il y aurait discrimination par rapport à d’autres catégories.

    Je serais curieux qu’on m’explique en quoi faire payer ceux qui en ont les moyens pourrait se transformer en "arme anti-pauvres". A cause du croisement des fichiers ? Du moment qu’on déclare ses revenus je ne vois pas le problème.

    Répondre
  16. Armand
    Armand dit :

    J’ai été étonné que Xavier Bertrand parle de ça parce que dans mon esprit la CMU a pour contrepartie le paiement d’une cotisation assise sur les revenus si revenus (consistants…) il y a. Les quelques rentiers (nous vivons dans un monde financiarisé…) ou expatriés en vacances médicales en France doivent évidemment être mis à contribution, la sécurité sociale universelle ne veut pas dire sécurité sociale gratuite pour tous les bénéficiaires de la CMU, autrement il y aurait discrimination par rapport à d’autres catégories.

    Je serais curieux qu’on m’explique en quoi faire payer ceux qui en ont les moyens pourrait se transformer en "arme anti-pauvres". A cause du croisement des fichiers ? Du moment qu’on déclare ses revenus je ne vois pas le problème.

    Répondre
  17. Armand
    Armand dit :

    Je pense que c’est une erreur de mettre RMI et CMU dans le même paquet. Avant la création de la CMU, ne travaillant pas et ayant plus de 28 ans, il m’est arrivé de ne plus avoir droit à la sécu. J’ai dû demander à un copain de m’embaucher fictivement quinze jours pour "gagner" un an de sécu gratuite.
    Avec la CMU chacun a droit à la sécu, mais chacun doit la payer en fonction de ses revenus.
    Le RMI a vocation à procurer un revenu de susbistance à qui n’en a pas, la CMU ne fait aucun tri, couvre tout le monde, et donc ceux qui ont des revenus (je pense aux revenus du capital) doivent cotiser. C’est de la justice sociale minimale.

    Avant la création de la CMU il existait l’assurance volontaire qui était fort coûteuse. La CMU est un énorme progrès, mais ceux qui en ont les moyens doivent cotiser. Ou alors on dit que la CSG et l’ISF suffisent pour taxer les revenus du capital…personnellement je suis pour qu’on paie la CMU quand on le peut, je pense que c’est important qu’on comprenne que la santé a un coût et qu’on le comprend mieux quand on doit passer à la caisse.

    Répondre
  18. Grabuge
    Grabuge dit :

    @ Armand

    L’ISF n’est qu’un tout petit pourcentage des rentrées de l’État..
    Parce que personne n’ose taxer ce qui est véritablement scandaleux : les revenus non-salariés issus du boursicotage ou de la rente pépère et non-assujettie….

    Quant à faire "ressentir" aux miséreux ce que peut vouloir dire la "santé", je doute que tu aurais le même discours si tu constatais à quel point les "bouches" des dits-miséreux ressemblent par rapport aux autres…

    Quand tu auras une dentition noireâtre ou édentée ou garnie de prothèses visibles au point de ne pas dépareiller dans un film de pirates hollywoodien, tu comprendras peut-être que se pointer chez un futur employeur avec de super plaquettes blancheur signal hors de prix et intouchables pour un RMIste ou des chicots vaguement griseâtres, peut faire comme différence quand tu cherches un boulot….

    Je ne te le souhaite vraiment pas…

    Répondre
  19. Grabuge
    Grabuge dit :

    @ Armand

    L’ISF n’est qu’un tout petit pourcentage des rentrées de l’État..
    Parce que personne n’ose taxer ce qui est véritablement scandaleux : les revenus non-salariés issus du boursicotage ou de la rente pépère et non-assujettie….

    Quant à faire "ressentir" aux miséreux ce que peut vouloir dire la "santé", je doute que tu aurais le même discours si tu constatais à quel point les "bouches" des dits-miséreux ressemblent par rapport aux autres…

    Quand tu auras une dentition noireâtre ou édentée ou garnie de prothèses visibles au point de ne pas dépareiller dans un film de pirates hollywoodien, tu comprendras peut-être que se pointer chez un futur employeur avec de super plaquettes blancheur signal hors de prix et intouchables pour un RMIste ou des chicots vaguement griseâtres, peut faire comme différence quand tu cherches un boulot….

    Je ne te le souhaite vraiment pas…

    Répondre
  20. Armand
    Armand dit :

    Grabuge, j’ai dû mal m’exprimer : les personnes dont tu parles sont des personnes sans ressources : non seulement elles ont le droit à la CMU gratuite mais il leur faut une mutuelle gratuite (problème du "seuil" pour les gens "limite" pour avoir cette mutuelle gratuite) pour être soignées à peu près correctement (à condition de ne pas avoir de problèmes de dentition ou autres mal ou pas remboursés).

    La CMU ce n’est pas que pour les personnes sans ressources ou avec très peu de ressources.

    Incidemment contrairement à ce que tu écris les revenus non-salariés et les revenus du capital sont taxés, et participent également au financement de la protection sociale. Mais de mon point de vue il n’y a aucune raison à ce que des personnes qui peuvent vivre de leurs rentes ne paient pas leur CMU. Même s’il ne s’agit que d’une dizaine de milliers de personnes (je crois qu’il y avait à peu près dix mille personnes qui cotisaient à l’assurance volontaire avant la création de la CMU) et que l’écrasante majorité des bénéficiaires de la CMU l’ont légitimement à titre gratuit, ces dix mille là, selon moi, doivent payer.

    Répondre
  21. montaigneàcheval
    montaigneàcheval dit :

    Tiens, c’est pas pour dire, mais là, je ne rigole plus du tout….Ce que vous dites ici est magistralement important. Je suis sur un autre blog, "Bonnet d’âne" ,de Jean-Paul Brighelli…….eh bien , vous ne sauriez vous figurer ce qui se trame au Ministère de De Robien. Je suis prof agrégé dans u nCollège ZE Pde chez ZEp, près de la Porte Chaumont……80%de Maliens, Sénégalais etc…73% de cas sociaux…..de ceux que cette s….de Bertrand prend pour des escrocs…..des documents confidentiels prévoient que dans les 10 ans à venir, la ghettoisatio nde l’école va s’intensifier, pour devenir, je cite, "ineluctable".

    Et puis autre chose, pas mal de bloggeurs, ça et là se plaignent d’avoir été jeté par les modéramachins, les femmes de ménages serviles…et vous savez pour quoi???à cause de l’emploi de gros mots (voir "dobolino" sur "Bonnet d’âne")……on se croirait revenu à l’époquee où on publiait de Sartre "La P….. respectueuse" et de Brassens "P…de toi"…..
    Alors bon vent à vous, même sans montaignàcanasson,…Un conseil d’ami, parce que vous m’avez l’air un site très sympathique…ne soyez pas trop pusillanimes…..une démocratie doit être couillue…non?
    Amicalement

    Répondre
  22. montaigneàcheval
    montaigneàcheval dit :

    Tiens, c’est pas pour dire, mais là, je ne rigole plus du tout….Ce que vous dites ici est magistralement important. Je suis sur un autre blog, "Bonnet d’âne" ,de Jean-Paul Brighelli…….eh bien , vous ne sauriez vous figurer ce qui se trame au Ministère de De Robien. Je suis prof agrégé dans u nCollège ZE Pde chez ZEp, près de la Porte Chaumont……80%de Maliens, Sénégalais etc…73% de cas sociaux…..de ceux que cette s….de Bertrand prend pour des escrocs…..des documents confidentiels prévoient que dans les 10 ans à venir, la ghettoisatio nde l’école va s’intensifier, pour devenir, je cite, "ineluctable".

    Et puis autre chose, pas mal de bloggeurs, ça et là se plaignent d’avoir été jeté par les modéramachins, les femmes de ménages serviles…et vous savez pour quoi???à cause de l’emploi de gros mots (voir "dobolino" sur "Bonnet d’âne")……on se croirait revenu à l’époquee où on publiait de Sartre "La P….. respectueuse" et de Brassens "P…de toi"…..
    Alors bon vent à vous, même sans montaignàcanasson,…Un conseil d’ami, parce que vous m’avez l’air un site très sympathique…ne soyez pas trop pusillanimes…..une démocratie doit être couillue…non?
    Amicalement

    Répondre
  23. philippe
    philippe dit :

    Qu’est-ce donc ? Pourquoi t’est-ce que je me lèverai à cette heure ? Il n’est que trois heures. Ce n’est pas une envie de pisser. Je touche du bois, la prostate y’a de la marge, çà doit pouvoir tenir quelques quinquennats. Insomnie, que nenni. Non j’ai mal aux ratiches. J’ai les gencives de Neandertal qui hurlent jusqu’à la racine de mon cheveux. On n’a beau surveiller, réprimer toute velléité de son petit corps d’athlète à pencher pour une faiblesse. On n’a beau jeu de lui signifier que ce n’est pas le moment, des réformes sont en cours, des négociations sont à mener à terme. Rien à faire, j’ai la gueule qui est descendue dans la rue. Elle me manifeste son courroux, elle gigote dans un tremblement de façade. Elle menace. Elle me lancine et me taquine en douleurs exquises. C’est fâcheux un peuple de molaires. Faut l’entendre grincer à cette heure de la nuit. C’est nul d’avoir la racine beuglante. J’ai l’air con avec mon clou de girofle. J’ai l’air encore plus con de parapher d’une signature digne d’un premier ministre mes échanges épistolaires avec ma sécurité sociale. Voilà des semaines que nous échangeons. Elle m’appelle Mademoiselle, eut égard à mon numéro d’ayant droit commençant par 2. Je n’en fais pas une affaire, tout au plus çà me change d’univers, et me rend infiniment plus souple dans la répartie qu’il me faut envisager patiente. Rien à faire, d’échanges en échanges de courrier, je sens bien que subsiste comme une incompréhension. Quelque chose qui de l’autre coté de la boite aux lettres, n’évolue pas dans le même espace temps. D’autant plus que l’époque est à la chasse au petit malin qui profiterait de sa propre infortune. Chômage, petits boulots, RMI, chômage, petits boulots, RMI, voilà plus d’un sac de nœuds où s’est envolée la plus précieuse des cartes lorsqu’il reste peu d’atouts. Plus valable la carte vitale, perdue sa validité dans les méandres de plusieurs organismes. Il m’a fallut la rendre et avec plus d’un paquet de photocopies de documents respectables comme quelques fiches de paie et contrats de travail, conservés comme un trésor rare et cher, enfin pas très cher justement. Et le temps prend son temps et son mal en patience tandis que le mien de mal se montre mal élevé et rend mon sommeil fripé par indiscipline manifeste. Demain j’ai une radio aussi, des poumons. Si je pouvais, je ne ferais qu’un poumon, histoire de faire une économie pour montrer mon civisme et aussi parce que… cela me fait peur, le poumon. Je me fais du mouron avec le poumon. On ne sait jamais, s’il avait une dent contre moi. Le seul truc bien, c’est que je ne dirai pas à la secrétaire médicale, que j’ai la CMU, comme une maladie honteuse dans les petits pays où tout se sait. Sans doute qu’elle est gentille et que je me fais des idées. Non c’est juste un peu de fierté ma placée. Putain de mal de dents, je ne le souhaite à personne, pas même à ceux qui traquent l’indigent dans les campagnes électorales.

    Répondre
  24. Minium
    Minium dit :

    Moi ausi j’ai bondi quand j’ai entendu cette info. Et alors, s’ils comptent la voiture dans le patrimoine, c’est le ponpon ! Tiens, on pourrait imaginer que ce serait l’assureur qui en désignerait sa valeur, je crois qu’on serait beaucoup à avoir des poubelles à zéro euros. Mais tu vas voir qu’ils vont trouver un moyen de les surestimer, et qu’on va se retrouver fort riches. Et puis quoi ? ça veut dire que pour se faire soigner, il faudra la vendre ? Alors il faudra venir se faire chercher en taxi médical, non ? Moui, ça doit faire des économies…

    De plus, certaines maladies dégénèrent vite. J’ai du mal à comprendre que l’intérêt ne soit pas dans la politique de prévention, mais au contraire à décourager des millions de gens de se faire soigner. ça ne doit rapporter qu’à très très court terme, non ?

    Le paiement des assurances de praticiens par la sécu, ce n’est pas ce qui me choque le plus. Si l’Etat payait ses cotisations, je crois qu’on aurait le moyen de les payer ET de soigner correctement tous les gens qui en ont besoin. Mais qu’on vienne me piquer mon ordi pour les financer, non !
    Il semblerait que le problème soit le suivant : il y a des millions de pauvres. Ils ne sont donc pas imposables sur le revenu. Apparemment, ils commencent à avoir du mal à payer même les impôts indirects et les taxes cachées partout. Qu’est-ce-qu’on pourrait bien faire ? Ben on va leur piquer leur télé, tiens !
    A cette vitesse-là, on devrait le dépasser très vite, Hartz4…

    Bon, je suis assez naïve si on veut, et j’ai une question… Tous ces gens qui sont menacés financièrement dans leur survie, ils ne représentent pas une force électorale assez importante pour que personne ne semble tenter de s’attirer leur vote ?

    Répondre
  25. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je pense au contraire qu’à l’instar de quelques pays d’Amérique Latine qui ont le triste privilège de voir avant les autres où mène réellement le capitalisme débridé comme unique mode de gouvernement, il revient aux peuples de reprendre leur destin en main.
    La presse fait l’impasse sur la mise en place, partout en France, de collectifs citoyens qui sont à la recherche d’un projet et d’un candidat uniques des mouvements anti-capitalistes (contre l’orthodoxie économiste, pas un bloubiboulga marxiste). Il s’agit d’inventer un nouveau modèle de société et cela est totalement possible, comme d’autres pays le démontrent en ce moment même. Mais on évite d’en parler, histoire que les gens restent persuadés que la globalisation dévastatrice que nous subissons est inéluctable, indépassable, comme une sorte de fatalité suprahumaine.

    Rien n’est jamais irréversible et gravé dans le marbre. La concurrence sauvage entre les peuples n’est pas la seule issue possible. Même les pays les plus engagés dans le capitalisme idéologique ne se gênent pas pour instituer des barrières douainières pour protéger certains secteurs de leur économie. Pour fonctionner, les économies ne doivent pas être ouvertes mais régulées par des lois communes. L’interdépendance des économies au niveau mondial n’est pas nouvelle. Il y a toujours eu des transactions marchandes internationales. Ce qui a changé, c’est le dogme stupide que l’économie est une entité efficace quand elle est en roue libre, car des modèles mathématiques construits sur des bases théoriques totalement irréalistes ont soit-disant démontré que la loi du marché est la plus forte, la plus efficace et qu’elle tend à l’équilibre d’elle-même. Ce que les faits démentent chaque jour.
    En réalité, une société, c’est l’agglomérat d’une multitude d’individus totalement différents, avec des envies, des objectifs et des rationnalités qui sont souvent antagonistes, et ce qui fait que l’ensemble tient et peut marcher harmonieusement, c’est qu’il y a des règles communes qui maintiennent la cohérence de l’ensemble.

    Un projet politique qui refuse de réguler l’économique et de le soumettre à l’intérêt général est une coquille vide, au mieux une voiture balai qui tente de réparer tant bien que mal les dégats qu’il a renoncé à empêcher.
    Répondre
  26. Melencolia
    Melencolia dit :

    Les riches seront beaux, cultivés, en bonne santé. leurs bébés seront génétiquement parfaits. Heureux les riches car le royaume terrestre est à eux.
    Les pauvres seront moches, incultes et malades (comme ça ils débarrasseront le plancher plus vite ce qui sera pour eux une libération).

    En fait ça a toujours été plus ou moins comme ça. Rien n’a changé. Rien ne changera. Sans l’avouer, presque tout le monde s’est résigné à ce monde cruel et sans âme.
    L’humanité s’est fait piéger par l’argent . La vie s’achète et vivre coûte cher.

    Je ne crois pas une seule seconde qu’un autre monde est possible grâce aux élections de notre petit pays. Si les élections pouvaient changer le système il n’y aurait pas d’élections.

    L’autre monde viendra quand la grande Babylone tombera sous le feu de ses propres démons.

    Répondre
  27. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Montaigneàcheval, je me réjouis profondément, non pas que vous partagiez mon point de vue, mais que nous ayions réussi à normaliser notre dialogue. Vous êtes donc officiellement détrollé 😀

    Maintenant, je pense effectivement que le boulot, c’est de remettre l’économique à sa place, c’est à dire au service du social, celui-ci n’étant pas synomyme de charité compassée mais bien le ciment du vivre-ensemble, ce qui fait que nous choisissons de vivre en société et d’en intérioriser les règles communes plutôt que de vivre dans le chacun pour sa gueule. L’homme civilisé est un être social qui n’a pas besoin de la peur du gendarme pour comprendre et accepter l’intérêt qu’il y a à marcher dans les clous et à respecter son voisin.
    Maintenant, je pense aussi que les gamins violents qui sont stigmatisés à longueur de JT sont totalement civilisés, mais seulement ultra-adaptés au mode de fonctionnement de la société capitaliste actuelle qui fait l’éloge du fric, de la puissance et de la force et ne dit rien d’autre que mort aux perdants!, ce qui est pour moi, précisément le niveau 0 de l’homme social, de l’être civilisé.

    Répondre
  28. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Montaigneàcheval, je me réjouis profondément, non pas que vous partagiez mon point de vue, mais que nous ayions réussi à normaliser notre dialogue. Vous êtes donc officiellement détrollé 😀

    Maintenant, je pense effectivement que le boulot, c’est de remettre l’économique à sa place, c’est à dire au service du social, celui-ci n’étant pas synomyme de charité compassée mais bien le ciment du vivre-ensemble, ce qui fait que nous choisissons de vivre en société et d’en intérioriser les règles communes plutôt que de vivre dans le chacun pour sa gueule. L’homme civilisé est un être social qui n’a pas besoin de la peur du gendarme pour comprendre et accepter l’intérêt qu’il y a à marcher dans les clous et à respecter son voisin.
    Maintenant, je pense aussi que les gamins violents qui sont stigmatisés à longueur de JT sont totalement civilisés, mais seulement ultra-adaptés au mode de fonctionnement de la société capitaliste actuelle qui fait l’éloge du fric, de la puissance et de la force et ne dit rien d’autre que mort aux perdants!, ce qui est pour moi, précisément le niveau 0 de l’homme social, de l’être civilisé.

    Répondre
  29. montaigneàcheval
    montaigneàcheval dit :

    Agnès Maillard, votre analyse ci-dessus est non seulement brillante, mais elle est LA SEULE VOIE POSSIBLE pour l’avenir.
    Quelqu’un parlait plus haut de Hartz 4 en Allemagne….les ravages sont invraisemblables……..et ce pays a reculé de 50 ans en matière de Sécu…..
    Merci. Vous me donnez des idées.
    Cordialement.

    Répondre
  30. les marques du plaisir
    les marques du plaisir dit :

    ben oui, ces gamins, ils sont imprégnés de l’idéologie néo-libérale, ils l’ont intégrée à un point terrifiant … et avec la sauvagerie du désespoir … Ils n’ont rien a perdre sinon leur vie … dont on leur a dit qu’elle vaut que dalle …

    Répondre
  31. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Humilier les pauvres, tout le monde s’en fout.

    C’est bien plus pragmatique que cela. Et il y a toujours le deuxième effet kiss cool.
    Un bon prolo (je sais de quoi je parle, j’en suis!) a l’habitude des fluctuations dans sa vie. La précarité, n’en déplaise à la mère Parisot, est l’une des caractéristique de la vie des prolos, et depuis un moment. Les avancées sociales ont eu pour objectif d’adoucir cette précarité et d’offrir pour cela une sorte d’assurance coups durs. Ceci dit, un bon prolo sait qu’il vaut mieux avoir un max de filets de sécurité en dehors de la solidarité nationale, et le régime auquel nous sommes soumis depuis bientôt 5 ans nous le confirme. Donc, même s’il gagne des clous, le prolo économise bien plus qu’il ne s’endette. C’est le roi du bas de laine et pour lui, le top de la sécurité, c’est d’avoir sa baraque. Du coup, le prolo se sent moins vulnérable. Et il a raison.

    Le problème, c’est qu’un prolo avec un filet de sécurité, il a moins le feu au cul et il a donc plus le choix que celui qui n’a plus rien. Donc, tant qu’il lui reste un petit matelas de fric ou des possession entre lui et la misère, il a encore le choix. Le choix de dire non. Non aux salaires indignes, aux boulots de merde et aux patrons voyous. C’est chiant, ça. A cause des petits bas de laine, la pression sur les salaires et les conditions de travail des prolos reste relative. Tant que les prolos auront quelque chose à sauver, impossible de faire sauter le SMIC, par exemple.
    D’où l’intérêt de vraiment tout piquer aux pauvres. De les dépouiller. Pour qu’ils n’aient plus d’autre choix que la survie immédiate. Un mec qui n’a pas ce qu’il faut pour vivre un jour de plus, ce mec, tu peux tout lui faire, tout lui faire faire. Et c’est déjà ce qui marche très bien en Allemagne avec Hartz 4 et les jobs à 1 euro. Et la proposition de Xavier Bertrand va justement dans le sens de Hartz 4. Même pas original, ce lampiste.

    Dépouiller les pauvres, c’est préparer la tonte des classes moyennes. Mais ils sont trop aveugles et embrigadés pour voir cela.
    Et c’est là qu’intervient le deuxième effet Kiss Cool : taper sur les pauvres, paradoxalement, ça rassure les classes moyennes et les pas encore trop pauvres. Du coup, ils sont contents et ils votent pour les harceleurs de pauvres. Lesquels s’occuperont d’en faire des pauvres quand ils auront fait des pauvres des miséreux.

    Trop forts, les cochons!

    Répondre
  32. MC
    MC dit :

    L’objectif est très clairement d’humilier et de rabaisser les pauvres, car ce n’est évidemment pas efficace pour récupérer beaucoup d’argent.
    Il y a un proverbe qui parle de "tondre un oeuf"
    MC

    Répondre
  33. MC
    MC dit :

    L’objectif est très clairement d’humilier et de rabaisser les pauvres, car ce n’est évidemment pas efficace pour récupérer beaucoup d’argent.
    Il y a un proverbe qui parle de "tondre un oeuf"
    MC

    Répondre
  34. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @montaigneàcheval : Notre société, Agnès M crève d’une chose toute simple : les enfants ne savent plus ce qu’est la gratuité du bonheur…

    Rien n’est plus antisocial que le bonheur gratuit dans le monde du commerce roi. Etre heureux sans rien consommer, sans qu’aucun compteur ne tourne et sans recevoir de facture ? Mais vous n’y pensez pas !

    Répondre
  35. (dr) christian lehmann
    (dr) christian lehmann dit :

    Tremblez

    Faux chômeurs
    Fonctionnaires feignants
    Arnaqueurs de la CMU
    Malades en ALD
    Médecins prescripteurs d’arrêts de travail

    XXB est là ( c’est le diminutif que lui donnent les généralistes) et nous sort comme au bonneteau un énième comité de répression des fraudes.
    La fraude la plus fréquente, actuellement, ce sont ces petites retenues sur les remboursements de soins, dûes à la complexité de l’usine à gaz tarifaire mise en place par la réforme Douste-Blazy, et qui dissuade, au final, les patients perdus, et les médecins pratiquant la dispense d’avance de frais, de simplement récupérer ce que la Sécu leur doit.
    Joli coup, messieurs.

    Agnès M. j’ai lu quelques-uns de tes textes dont l’un qui m’a interpellé, sur la prime de notoriété pour prostatectomie, qui est assez raide. peux-tu me contacter sur mon mail? merci.

    Répondre
  36. montaigneàcheval
    montaigneàcheval dit :

    Encore une fois, Agnès Maillard, je ne regrette pas d’être invité…..parce que, décidément, vous avez foutrement raison. Tous ces jeunes ultra-violents ne sont que le reflet du capitalisme le plus sauvage, le plus bestial qu’on ait vu depuis au moins un demi-siè_cle. Dans son grand livre sur " le court XXème siècle", Hobsbawm ("L’age des extrêmes") montre demirablement comment la jeunesse hitlérienne, était elle aussi SURADAPTEE à son temps. La sauvagerie des "pimpfe", c’est-à dire des petits blondinets de 10 ans knickerbockers et hitlergruss, de leur voix de fausset répétaient ce qu’ils entendaient autour d’eux et "singeaient" le monde désastreux que les adultes voyaient autour d’eux.
    Pour finir, les "cailleras" comme aiment à se gargariser les zélites zélotes, sont tellement normaux que si le meodèle qu’on eur propose était moins âpre, moins âcre, moins sauvage, ce seraient de bon petits mômes. Je n’en veux pour preuve que les miens, dans mon collège, l’un des 270 pires collèges de France -mon choix, je le précise fut volontaire, pensant qu’un agrégé avait mieux à foutre dans un bahut de ce calibre qu’à H4- il suffit d’un peu de chaleur humaine, de déconnade en cours, de gentillesse, touçt platement, leur foutre un 20 sur 20 pour un cahier amoureusement tenu, au leiu de passer son temps à les emmerder avec nos preuugraammmeuuu pour que TOUT change. TOUT. Notre société, Agnès M crève d’une chose toute simple : les enfants ne savent plus ce qu’est la gratuité du bonheur…c’est con , mais c’est vrai. Et c’est le capitalisme, ne faisons pas les hérons, qui est entièrement coupable de ce désastre humain…………………..A mon sens, la lutte des classes n’est pas terminée…elle n’a même jamais commencé. Ce sera le leit-motiv du XXIème siècle……

    Répondre
  37. brigetoun
    brigetoun dit :

    remarquez ils se sont donné du mal, tout ce temps pour écorner uniquement la CMU dont pourraient être "bénéficiaires" quelques personnes qui à la rigueur pourraient se voir imposer la possibilité de ne plus se soigner. La CMU était dénoncée depuis le début de la législature.
    Je ne sais pas vous mais j’ai envie de mordre quand j’entends parler des "bénéficiaires" du RMI ou tout autre dispositif. Ce n’est pas de la générosité mais un droit, et de la "charité bien ordonnée" sinon ces salauds de pauvres vont nous passer leurs maladies.
    Alors qu’on ne parle pas de "bénéficiaires" du bouclier fiscal

    Répondre
  38. chris
    chris dit :

    l’allusion et le parallele fait par Montaigne sur les petits nazis me fait penser que le monde actuel va et fabrique de plus en plus de gens en rupture de bans …je pense au dernier scandale allemand d’ailleurs , cette brave Merkel scandalisée par de jeunes soldats teutons en premiere page d’un magazine …une tete de mort a la main en afghanistan ….et un responsable militaire allemand de plaider que lorsque l’on renumere si mal ses miltaires ,on recupere les recrues qu’on peut !!!!
    ca me rappelle que chez tony blair ,il ya les memes problemes ,sans oublier l’armée americaine qui recrute chez les gangs !!

    depuis quelques années , la banlieue fournit aussi son quota aux unités combattantes …ce qui me fait souvent rigoler lorsque j’entend de braves francais reclamer l’usage militaire lors des emeutes de banlieue ….sont encore a l’epoque lepen , les pauvres !

    mouai , plus on radicalisera la societé , plus derriere ca se radicalisera aussi …y a pourtant des exemples en amerique latine ..pas si loin que ca pourtant !

    la lutte des classes serait a venir , les classes mercenaires sont a venir ..oui et pour le pire !

    Répondre
  39. Melencolia
    Melencolia dit :

    "D’où l’intérêt de vraiment tout piquer aux pauvres. De les dépouiller. Pour qu’ils n’aient plus d’autre choix que la survie immédiate."

    Ben je ne suis pas sûre que ce soit un bon calcul. Si comme vous le faites remarquer des peuples se reprennent en main (vous pensez sans doute à la Bolivie et au Vénézuela) c’est bien parce qu’ils ont été dépouillés de tout et qu’il y a un moment où ils n’acceptent plus les inégalités trop criantes.

    Si rien ne bouge en France c’est peut-être aussi parce que les pauvres ne sont pas encore assez nombreux (désolée pour eux), et que la classe moyenne est encore moyenne (et relativement au reste du monde carément riche). C’est bien quand on n’a plus rien à perdre que l’on prend des risques.

    L’intérêt d’appauvrir le peuple mais pas trop, dans une société où tout est disponible, dernier cri dans tous les domaines, du centre commercial à la clinique privée, c’est de consolider l’aliénation à l’argent, la frustration, la cupidité et la convoitise, toutes ces choses très "civilisées" qui transforment les humains en esclaves qui se détestent les uns les autres, et ne sont bien entendus jamais satisfaits.

    "Mais on évite d’en parler, histoire que les gens restent persuadés que la globalisation dévastatrice que nous subissons est inéluctable, indépassable, comme une sorte de fatalité suprahumaine."

    Pour moi elle est inéluctable en effet, même si elle n’a rien de suprahumain mais plutôt tout d’humain, trop humain.
    Ce qui est dévastateur est le matérialisme mondial qui se met en place et que rien ne peut arrêter, parce qu’il est lié au développement de la technologie et de la science, et (celà est difficile pour moi de le dire mais je vais le faire quand-même) à la mort des croyances religieuses et des pratiques spirituelles.
    L’esprit étant ce qui nous élève au dessus de l’animal.

    Trop de choses, trop d’objets (inutiles), trop de découvertes, trop de "progrès", celà ne s’arrêtera jamais.
    Au détriment de l’esprit humain, au détriment de la planète elle-même.

    En effet le bonheur gratuit est un scandale ! Pourquoi pas les ressources de la terre gratuites aussi ?

    "Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage."
    Tatanka Yotanka, ou Sitting Bull, grand chef Sioux

    Répondre
  40. ouadou
    ouadou dit :

    C’est quoi la classe moyenne ? Les gens qui ont dépassé sans encombre le tiers de la durée de leur crédit maison ? Ceux qui partent en vacances ? Ceux qui réussissent parfois à finir des mois sans agios ?

    C’est vrai que la situation ressemble un peu à celle que j’ai connue dans les pays de l’Est au milieu des années 80. En Tchécoslovaquie, l’écrasante majorité des gens était passive parce qu’elle avait un toit, un travail et un peu d’argent.

    Cela n’a pas empêché la "révolution de 89" (et comme dans toute révolution, les élites se sont en gros redistribué les cartes…)

    Mais ce genre de calcul me semble trop intelligent pour provenir de gens formés à l’ENA voire dans nos célébrissimes écoles de commerce…

    Répondre
  41. chris
    chris dit :

    @melancolia

    oui , un bemol cependant sur la reprise en main populaire au venezuela , je ferai une apparté sur la bolivie ou c’est trop recent bien que l’on parle deja de narco etat , narco republique plutot du coup d’ailleurs .

    mais le venezuela qui pourrait etre une experience interessante pour nous autres …..j’y vois une enorme difficulté en tant qu’application chez nous …si un chavez se presentait ici avec le meme profil et dans les memes conditions ……une horde d’anti militaristes , d’adeptes de la decroissance et j’en passe , des besancenot ,des arlettes se chargerait de lui signifier ""casse toi , t’est pas de ma bande "" parce qu’il ne leur ressemble pas tout simplement !!!!!!!

    parce ce que nous appelons gauche ici ne ressemble que tres peu a ce qui se passe la bas …..leur societé fraternelle nouvelle passe par un etat de guerre economique et un nationalisme exacerbé ..segolene s’est fait huée peut etre avec raison d’ailleurs sur son service miltaire civil citoyen alors qu’au venezuela ,la milice citoyenne fait du tir tout les dimanches !!!!!

    certes , de grand travaux ont ete entrepris pour depolluer l’ile de margarita , tresor de l’humanité mais elle restera quand meme un port franc ,plate forme logistique et financiere du narco traffic latinos ( guerre economique)

    et je pourrais citer des tonnes d’exemples sur ce qui differencie fondamentalement ce qui se prepare la bas et ce que nous voudrions ideologiquement y voir …nous !!!

    bien que je pense que ce genre de programme serait de nature a rassembler les francais de par son consensus riches -pauvres …car contrairement a cuba ,les riches ne se sont pas enfuis du venezuela !

    je crains fort qu’ici en france ,nous soyons beaucoup trop doctrinaire politiquement pour la moindre avancée sociale moderniste possible …coincé que nous sommes entre la proposition d’un ultra liberalisme brutal et un esprit de gauche enfermé dans des doctrines .

    mais attention ,melancolia , cette ode a sitting bull ,tu la retrouveras citée souvent chez les sites liberaux-conservateurs , qui se nourissent fort curieusement d’un certain socialisme americain de jack london a thoreau , de jefferson a roosevelt …contradictions , zavez dit !!!!

    Répondre
  42. chris
    chris dit :

    @melancolia

    oui , un bemol cependant sur la reprise en main populaire au venezuela , je ferai une apparté sur la bolivie ou c’est trop recent bien que l’on parle deja de narco etat , narco republique plutot du coup d’ailleurs .

    mais le venezuela qui pourrait etre une experience interessante pour nous autres …..j’y vois une enorme difficulté en tant qu’application chez nous …si un chavez se presentait ici avec le meme profil et dans les memes conditions ……une horde d’anti militaristes , d’adeptes de la decroissance et j’en passe , des besancenot ,des arlettes se chargerait de lui signifier ""casse toi , t’est pas de ma bande "" parce qu’il ne leur ressemble pas tout simplement !!!!!!!

    parce ce que nous appelons gauche ici ne ressemble que tres peu a ce qui se passe la bas …..leur societé fraternelle nouvelle passe par un etat de guerre economique et un nationalisme exacerbé ..segolene s’est fait huée peut etre avec raison d’ailleurs sur son service miltaire civil citoyen alors qu’au venezuela ,la milice citoyenne fait du tir tout les dimanches !!!!!

    certes , de grand travaux ont ete entrepris pour depolluer l’ile de margarita , tresor de l’humanité mais elle restera quand meme un port franc ,plate forme logistique et financiere du narco traffic latinos ( guerre economique)

    et je pourrais citer des tonnes d’exemples sur ce qui differencie fondamentalement ce qui se prepare la bas et ce que nous voudrions ideologiquement y voir …nous !!!

    bien que je pense que ce genre de programme serait de nature a rassembler les francais de par son consensus riches -pauvres …car contrairement a cuba ,les riches ne se sont pas enfuis du venezuela !

    je crains fort qu’ici en france ,nous soyons beaucoup trop doctrinaire politiquement pour la moindre avancée sociale moderniste possible …coincé que nous sommes entre la proposition d’un ultra liberalisme brutal et un esprit de gauche enfermé dans des doctrines .

    mais attention ,melancolia , cette ode a sitting bull ,tu la retrouveras citée souvent chez les sites liberaux-conservateurs , qui se nourissent fort curieusement d’un certain socialisme americain de jack london a thoreau , de jefferson a roosevelt …contradictions , zavez dit !!!!

    Répondre
  43. ango
    ango dit :

    Mettre l’économie au service du social ? A partir du moment ou il y a des surplus on est dans une économie politique. La séparation est elle même un reflet de l’idéologie dominante. On se fait prendre et moi aussi (mais on voit toujours dans les propos d’un autre) par ses termes qui colonisent nos esprits. Que ce soit la monnaie (keybnes weber), la redistribution la cohésion social tout est révélateur d’un rapport de force, et c’est sous cet angle qu’il faut aborder la dite économie pure et parfaite comme la concurrence et le marché. Il faut à tout prix se désenclaver de ce vocabulaire qui revient tout le temps nous entourer. Il ne s’agit pas de mettre l’économique au service du social mais de rééquilibrer les rapports entre les gens de façon à rester en démocratie.

    Agnès,
    je pense que tu connais la signification du terme civilisé et l’oeuvre de civilisation. C’est quand même un terme sauvagement connoté.

    Pour prolonger, la violence ça peut être aussi symbolique ou… social sans être physique.

    J’ai pas tout lu alors si j’suis anachronique pardon d’avance.

    Répondre
  44. ango
    ango dit :

    Mettre l’économie au service du social ? A partir du moment ou il y a des surplus on est dans une économie politique. La séparation est elle même un reflet de l’idéologie dominante. On se fait prendre et moi aussi (mais on voit toujours dans les propos d’un autre) par ses termes qui colonisent nos esprits. Que ce soit la monnaie (keybnes weber), la redistribution la cohésion social tout est révélateur d’un rapport de force, et c’est sous cet angle qu’il faut aborder la dite économie pure et parfaite comme la concurrence et le marché. Il faut à tout prix se désenclaver de ce vocabulaire qui revient tout le temps nous entourer. Il ne s’agit pas de mettre l’économique au service du social mais de rééquilibrer les rapports entre les gens de façon à rester en démocratie.

    Agnès,
    je pense que tu connais la signification du terme civilisé et l’oeuvre de civilisation. C’est quand même un terme sauvagement connoté.

    Pour prolonger, la violence ça peut être aussi symbolique ou… social sans être physique.

    J’ai pas tout lu alors si j’suis anachronique pardon d’avance.

    Répondre
  45. fmi1
    fmi1 dit :

    Cette histoire de patrimoine m’en rappelle une autre… C’était il y a quelques mois, à propos de l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune), lorsqu’il fallait justifier l’instauration du "bouclier fiscal" : le gouvernement nous faisait pleurer sur de pauvres retraités dont la maison de l’Île de Ré avait tellement pris de valeur qu’ils devenaient imposables au titre de l’ISF, mais qu’ils ne pouvaient pas payer parceque leur pension était trop faible.

    Je pense que c’est un argument à leur ressortir à la gueule. Il faudrait demander que les bénéficiaires de la CMU aient les mêmes "exonérations" que ceux qui sont imposables à l’ISF.

    ISF = CMU ? Je sais, ça fait bizarre, mais bon…

    Répondre
  46. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pas besoin d’aller à Nice.

    Pour le suivi prénatal de ma fille, j’avais pris un obstétricien recommandé par ma gynéco de ville. Or, Môssieur était coté sur le marché de l’abstracteur de bébés. Du coup, pour chaque visite éclair de 10 minutes (à 1h15 de route de chez moi), c’était 65€, rien que pour lui serrer la paluche.
    Le meilleur, ça a été l’accouchement. Long, chiant, douloureux et un peu merdique. Au final, c’est un obstétricien conventionné qui est venu sortir la naine récalcitrante après que la sage-femme ait tout tenté en vain, même le coup du trempoline sur mon bide (faudra que je raconte ça un jour, ça vaut son pesant de queues de fennecs.).
    Ben, Top Gynéco est passé me serrer la main quelquels heures plus tard et plaf! Plein pot sur un accouchement où il n’avait même pas mis les pieds.
    Je n’ai même pas râlé. Je pensais (à juste titre, semble-t-il) que c’était là une pratique totalement normale et que c’était mieux que certains qui déclenchent les accouchements de leur patiente, juste parce que le terme théorique tombe pendant leurs congés…
    Et je ne parlerais pas non plus des serial-césariennes qui ont du dormir pendant le cours sur l’accouchement normal par voies basses…

    Répondre
  47. jeff
    jeff dit :

    bravo pour cet article ! pour appuyer le "tout pour les riches" et la goinffrerie des praticiens liberaux que vous dénoncez, avez vous vu c’est article incroyable de l’express (pourtant pas un journal de gauche) ? 3 ou 4 spécialistes dans une clinique de nice on ecopé de 1000E d’amende pour avoir détourné 15000E chacun avec des consultations fictives. incroyable ! et en plus ils font appel. si c’est pas de l’impunité ça ? heureusement que les jeunes de banlieue ne lisent pas trop la presse … grrr

    NO PASARAN !

    +

    Répondre
  48. jeff
    jeff dit :

    bravo pour cet article ! pour appuyer le "tout pour les riches" et la goinffrerie des praticiens liberaux que vous dénoncez, avez vous vu c’est article incroyable de l’express (pourtant pas un journal de gauche) ? 3 ou 4 spécialistes dans une clinique de nice on ecopé de 1000E d’amende pour avoir détourné 15000E chacun avec des consultations fictives. incroyable ! et en plus ils font appel. si c’est pas de l’impunité ça ? heureusement que les jeunes de banlieue ne lisent pas trop la presse … grrr

    NO PASARAN !

    +

    Répondre
  49. jcd-bruxelles
    jcd-bruxelles dit :

    Il ne s’agit pas de mettre l’économique au service du social mais de se rendre compte que l’économie est politique. Et que sa réglementation (pas sa régulation) et son orientation doivent faire lo’bjet de débats politiques démocratiques (relisez Max Weber, cela a un siècle c’est d’une actualité criante) . C’est à ce prix que la société (pas le social, c’est du jargon de sous-sociologue) sera ce qu’en feront le plus consciemment et démocratiquement possible l’ensemble des citoyens.

    Répondre
  50. François
    François dit :

    "Le rêve des prolos": "Mon idéal , ce serait de travailler tranquille, de manger toujours du pain, d’avoir un trou un peu propre pour dormir, vous savez un lit et deux chaises, pas davantage…" (E.ZOLA. L’Assomoir).
    Plus de trois sans domocile fixe sur dix ont un boulot…Il y a des réalités sociales qui s’éternisent.

    Répondre
  51. Serge Cheminade
    Serge Cheminade dit :

    Il est vrai que quelques personnes fraudent il faut donc les rechercher et les poursuivre. Une société juste doit le faire. Le titre Déshabiller Job pour habiller Crésus ne me parait donc pas dans ce cas justifié.
    Par contre tous les bénéficiaires du CMU qui ne fraudent pas, c’est à dire la grande majorité de personnes ont vraiment de très faibles revenus. Le CMU a été mis en place pour leur permettre de se soigner. En poursuivant les fraudeurs leur prend-t-on quelque chose? Non.
    Par contre en "responsabilisant" les malades et ne remboursant plus des médicaments cela permet de faire des économies pour la sécurité sociale et les mutuelles. Cela permet de ne pas augmenter les cotisations sociales et de réduire le déficit. C’est une bonne comptabilité mais c’est une comptabilité macabre. Elle tue, sans doute chaque jour dans la plus grande indifférence.
    Comme il existe au moins une solution pour avancer, continuer l’organisation actuelle qui contraint à réduire les dépenses de santé pour équilibrer les comptes est criminel. Le mot criminel n’est pas trop fort car tuer quelqu’un c’est raccourcir sa durée de vie. Débrancher un appareil qui maintien en vie est d’ailleurs considéré comme un acte criminel par la justice. Empêcher l’accès à des soins pour des raisons financières n’est-ce pas le même principe que débrancher un appareil?
    Si la réponse est oui nos dirigeants politiques sont des criminels. Comme tuer et plus grave que frauder, c’est donc sur ces criminels que devrait se concentrer notre justice. Bien sûr pour cela il faut qu’il y ait quelques plaintes mais les plus pauvres ont-ils les moyens de faire valoir leurs droits en justice? (Surtout s’ils sont morts isolés. La pauvreté isole.)
    Est-il réaliste de dire que la politique menée est criminelle? Ma femme étant handicapée je peux mesurer combien la politique menée peut être dangereuse. Pour dénoncer cette pratique qui me semble criminelle j’ai écrit <<Des morts passés sous silence?>>. http://www.orvinfait.fr/medicaments

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *