Les boniches

A 7 ans, elle gardait les oies. A 10 ans, elle gardait les vaches. A 14 ans, elle faisait les ménages chez les autres. A 21 ans, elle partait faire bonniche à la capitale.
Il s’agit de ma grand-mère, bien sûr.

Aujourd’hui, elle a 95 ans et après 58 ans de labeur, elle a le droit à à peine plus que le minimum vieillesse. Elle vit dans la maison de retraite de mon bled, un truc refait à neuf mais qui sent tout de même la soupe de légumes et l’humanité finissante.

C’est une paysanne gasconne qui a eu le destin de beaucoup d’autres. En moins bien. Ainée d’une famille pauvre de 8 enfants, sa vie s’est toujours déroulée sur une voie étroite. Travail précoce, école fréquentée avec parcimonie, la seule perspective quand on a des parents métayers, c’est à dire des paysans qui ne possèdent même pas leur terre, c’est partir se vendre à la ville.

J’en parlais avec mon marchand de légumes, hier, au marché du bled. Sa mère à lui aussi, elle a eu ce genre de vie. Sauf qu’elle a épousé un gars du pays qui avait de la terre. Elle venait du même village que ma grand-mère.

"Enfin, être bonniche à l’époque, c’était autre chose que maintenant. Ceux qui partaient à la ville, au bout de 5 ans, ils avaient économisé assez pour se payer leur terre. Et au fil du temps, ils construisaient leur maison, leur ferme, puis ils rentraient au pays. Aujourd’hui, ça ne risque pas d’arriver à quelqu’un qui fait bonniche![1]"

Bien des fermes gasconnes ont été financées de la sorte. Le retour au pays. C’était du temps où quand on bossait, ça payait quand même un peu. "Même à nettoyer la merde des autres", comme le dit encore ma grand-mère.
De bonniche, elle passe concierge, c’est l’ascension sociale. Avec l’argent économisé en vivant dans la loge, elle arrive à se payer un appartement dans les étages. Un 2 pièces cuisine dans un immeuble de standing à Clichy. En le vendant, elle devrait pouvoir se payer une maison au pays, pour ses vieux jours. Mais voilà, elle s’est mal mariée. Avec un titi parisien. Beau gosse, belle gueule. Un sosie de Jean Gabin. Grande gueule, râleur, buveur, joueur et coureur de jupons. Il ne garde jamais une place. Heureusement pour lui, quand on claque la porte d’une entreprise le matin, le soir on a déjà une nouvelle embauche.
Drôle d’époque où les bonniches s’enrichissent et le chômage n’existe pas.

Finalement, ils vendront l’appartement fin 70, quand l’immobilier est au plus bas. Le vieux temporise l’achat de la maison. Rien n’est assez bien pour lui. Il joue le fric aux courses. Le magot s’érode pendant que l’immobilier remonte. C’est comme cela que ma grand-mère se retrouve au final dans une maison de retraite au-dessus de ses moyens, à demander l’aide sociale départementale pour payer la différence entre sa retraite (autour de 780€/mois) et sa chambre (12 m² pour au moins 1200€/mois).

Tout à l’heure, j’irai la voir avec la naine, son arrière-petite-fille. Comme tous les dimanches. Je raconterais un jour à ma gosse la vie de son aïeule. L’histoire de cette gamine gasconne qui, à 7 ans, se levait avant le soleil pour aider sa mère à préparer les plus jeunes, qui chaussait ses sabots fourrés de paille et qui partait dans la nuit pour aller bosser à la ferme du maître, avec un peu d’eau vinaigrée et un bout de pain sec frotté à l’ail en guise de repas.

Bonne fête, Mémé!

Notes

[1] C’était la minute Borloo!

225 réponses
  1. Louis siffert
    Louis siffert dit :

    Ce que je trouve très classe c’est quand j’entend : « il faut du courage pour faire la reforme des retraites ». Replaçons les choses à leur place : le courage c’est de subir des réformes pondues par des personnes qui ont commencer à « travailler » après de longues études à l’égard de persones qui ont commencé à travailler très tôt et qui ont sans doute laisser une grande partie de leur vie dans le travail.

    Répondre
  2. Jean-Emard
    Jean-Emard dit :

    Les riches  » A 7 ans, il gardait les soldats de plomb. A 10 ans, il gardait les domestiques. A 14 ans, il faisait des stages dans des boites de nuit. A 21 ans, il partait faire PDG à la capitale. Il s’agit de mon grand-père, bien sûr.

    Aujourd’hui, il a 95 ans et après 58 ans de calcul, il a le droit au maximun de réduction d’impôt. Il vit dans le chateau de mon bled, un truc refait à neuf mais qui sent tout de même le légume et l’esclavagisme renaissant.

    C’est un millionnaire gascon qui a eu le destin de beaucoup d’autres. En plus mieux. Ainé d’une famille riche de 8 enfants, sa vie s’est toujours déroulé sur une voie étroite. Travail inexistant, école fréquentée avec beaucoup d’argent, la seule perspective quand on a des parents millionnaires, c’est à dire des riches qui possèdent même la terre de leurs voisins, c’est partir acheter à la ville.

    J’en parlais avec mon astrologue, hier, au club RR. Sa mère à lui aussi, elle a eu ce genre de vie. Sauf qu’elle a épousé un gars du pays qui avait de la terre. Elle venait de la même ville que ma grand-père.

    « Enfin, être riche à l’époque, c’était autre chose que maintenant. Ceux qui partaient à la ville, au bout de 5 ans, ils avaient gagné assez pour se payer leur multinationale. Et au fil du temps, ils contruisaient leur restaurant, leur bordel, puis ils rentraient au pays. Aujourd’hui, ça ne risque pas d’arriver à quelqu’un qui fait dans le social! »

    Bien des propriétés gasconnes ont été financées de la sorte. Le retour au pays. C’était du temps où quand on payait, ça bossait quand même un peu. « Même à lécher le cul des autres », comme le dit encore mon grand-père. De PDG, il passe ministre, c’est l’ascension sociale. Avec l’argent économisé sur le dos des contribuables, il arrive à se payer un étage dans l’immeuble. Un 2 appartements 8 pièces dans un immeuble de standing à Clichy.En le vendant, il devrait pouvoir se payer une propriété au pays, pour ses vieux chevaux. Mais voilà, il s’est mal marié. Avec un manequin parisien. Beau gosse, belle gueule. Un sosie de Marilyn Monroe. Grande gueule, râleuse, buveur, joueuse et coureur d’orgies. Elle ne garde jamais la bouche fermée. Heureusement pour lui, quand on a un scandale le matin, le soir on a déjà un nouveau rédacteur en chef. Drôle d’époque où les riches s’enrichissent et l’information n’existe pas. Finalement, ils vendront l’étage fin 70, quand l’immobilier est au plus bas. La Marilyn Monroe temporise l’achat de la maison. Rien n’est assez bien pour lui. Ele joue le fric aux courses. Le magot s’érode pendant que l’immobilier remonte. C’est comme cela que mon grand-père se retrouve au final dans une propriété sans écurie, à demander l’aide du maire pour payer la différence entre l’avoine (autour de 780€/mois) et le pâturage communale (12 m² pour au moins 1200€/mois).

     » »Tout à l’heure, j’irai la voir avec la naine, son arrière-petite-fille. Comme tous les dimanches. Je raconterais un jour à ma gosse la vie de son aïeule. L’histoire de cette gamine gasconne qui, à 7 ans, se levait avant le soleil pour aider sa mère à préparer les plus jeunes, qui chaussait ses sabots fourrés de paille et qui partait dans la nuit pour aller bosser à la ferme du maître, avec un peu d’eau vinaigrée et un bout de pain sec frotté à l’aïl en guise de repas.

    Bonne fête, Mémé! » »

    Beaucoup de personnes sont prêtes à beaucoup de sacrifices pour le bien de leur famille ou de leurs enfants. L’état ne peut pas ne pas le savoir, il suffit d’observer l’augmentation des « forces de l’ordre ».

    Répondre
  3. Alain
    Alain dit :

    En quoi la société est responsable des erreurs personnelles ?
    On est tous d’accord pour dire que ta grand-mère n’a pas eu une vie facile et qu’elle est tombée sur un pov type qui lui a tout pris, mais que vient faire le montant de l’allocation vieillesse dans cette histoire ?

    Si je me marie avec une pute qui pique tout mon fric je vais pas crier « c’est la faute à la société, faut que la collectivité me rembourse ».
    Si je fais un mauvais placement en bourse et que je perds tout, je vais pas en vouloir à la terre entière parce que je me suis fait plumer et ensuite exiger de me faire rembourser.
    Si j’ai suivi une mauvaise formation et qu’au bout je ne trouve pas de travaille, je vais pas crier au scandale des formations inadaptées en France et obliger une entreprise à me prendre en CDI et me payer grassement alors que je ne sais rien faire.

    Ca devient complètement malsain cette déresponsabilisation et cette transformation systématique des erreurs personnelles en faute de la société.
    Chacun est responsable de sa propre vie, chacun doit se prendre en main, la liberté n’existe que si on décide de sa vie et qu’on assume ses choix pris consciemment.

    On a tous fait des choix plus ou moins judicieux dans notre vie, grâce à cela, certains sont devenus millionnaires, d’autres clodo, la société n’a rien à faire la dedans.
    Le jour de notre naissance, on exigera tout de même pas une garantie sur le montant de la retraite et le nombre de m² de sa chambre.
    Elle est ou la liberté si tout est déjà fixé et qu’on décide de rien ?

    Répondre
  4. Louis siffert
    Louis siffert dit :

    Je crois que le probleme n’est pas de savoir si la société est responsable ou pas des erreurs de chacuns mais quand même…780 euros par mois c’est ça la solidarité intergénérationnelle? c’est ça la valeur qu’on accorde au travail ? bosse, tais-toi, et accepte ta pension qui te permet même pas de payer ta maison de retraite. Où est la liberté quand les rôles sociaux sont distribués d’avance par hérédité (t’a pas intérêt à être enfant de pauvre, coloré de peau, handicapé ou malade, ou encore mieux tout ça à la fois)avec une pseudo égalité des chances?

    Répondre
  5. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Alain comprend une fois de plus de traviole. Je ne dis pas que si mon grand-père était un escroc et un égoïste, c’est de la faute de la société (encore que son histoire vaut son pesant de cacahouettes : rien n’arrive par hasard). Je dis qu’indépendamment de la capacité de ma grand-mère à faire fructifier le fruit de son labeur, je trouve que 780€ de retraite y compris la pension de reversion du vieux, ça fait vraiment pas lourd pour une vie, que dis-je, plus d’un demi-siècle de labeur!

    Répondre
  6. jcd
    jcd dit :

    La question n’est pas de savoir si cette somme misérable est la contrepartie d’une vie de labeur. Mais de savoir qu’elle mesure la qualité de la solidarité dans la société. Evidemment dans une société où certains estiment naturel (n’est-ce pas Alain?) que l’on puisse être (devenir ?) milllionnaire, cette solidarité est encore trop forte : vous faites de mauvais choix donc crevez, tant pis. Dans une société égalitaire, dans une société solidaire, il n’y aurait pas de millionnaire, ni de naissance ni par chance (autre façon de parler des bons choix), pas plus que de pauvres condamnés à survivre dans la misère. De toute manière les enfants, les jeunes, les adultes, les vieux, les femmes et les hommes, etc. nous avons tous un rôle à jouer dans la société, nous contribuons à la créer, c’est pour cela qu’il nous faut à tous de quoi vivre, et créer.

    Répondre
  7. Le Yéti
    Le Yéti dit :

    Le commentaire d’Alain (pas si isolé que ça, hélas) montre à l’évidence que la vie de « boniches » n’est pas prêt de s’éteindre (qu’on les appelle « boniches », rmistes, ou travailleurs précaires).
    Tout ça au nom de la « liberté d’entreprendre » et de la « responsabilisation individuelle« , bien sûr !
    Sinistre.

    Répondre
  8. GoG
    GoG dit :

    Tous les « Alain » du monde arriveront toujours à admettre l’insupportable. L’entame de son message qui accole société, responsabilité et « erreur personnelle » montre bien le caractère parfaitement assumé d’une injustice et du défaut de solidarité de notre société. Etant entendu que les plus solidaires ne sont jamais ceux que l’ont imagine, et que ceux qui en ont un besoin vital sont bien entendu dans « l’erreur personnelle ».

    N’ayez nul accident de la « vie » qui vous range dans cette catégorie, cher Alain.

    Répondre
  9. Le vilain réac
    Le vilain réac dit :

    Entièrement d’accord avec Alain sur la responsabilité personnelle. On ne peut accuser la société de tous les mauvais choix faits dans sa vie.

    Cependant le texte pose une injustice flagrante du système de retraite français. Que vous ayez travaillé 10 ans ou 50 avec des petits salaires comme la grand-mère de l’auteur, c’est pareil : minimum vieillesse pour tout le monde…

    Heureusement que ce système vit ses derniers jours…

    Répondre
  10. Rémy.
    Rémy. dit :

    Oh t’es chiante…

    Ben oui, le monde il est pourri, il est pas juste, il est pas fait pour les gens honnêtes. Mais bon est-ce de ma faute si les gens regardent TF1 tous les soirs, et s’ils sont assez teubé pour voter Sarkozy ou Chichi ensuite? Ensuite ma foi on a le système politique qu’on mérite. Et tant pis pour l’avenir. Si jamais on fait des gosses, à 12 ans ça deviendra des gros nurds à se dire des « kikous » « lol » sur msn, et nous on aura acheté des 4×4 d’ici là.

    Et si vous êtes pas d’accord vous n’avez quand même pas le choix car vous allez tous voter Ségolène, histoire d’être sûr qu’il y ait au moins un socialiste face à sarko au second tour…

    Et même en votant « raisonnable » vous aurez un sentiment d’impuissance et de résignation en mettant votre enveloppe dans l’urne.

    Donc, moi je vous conseille de plus regarder derrière, de pas regarder en avant, et de profiter des petits plaisir simples de la ie qu’il reste, comme boire du vin en meangeant un bon boeuf braisé.

    Bonne Chance.

    Répondre
  11. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    vieux réac => Pourquoi? Ce sera plus mieux ensuite? Qu’est-ce qu’on nous propose? Les retraites par capitalisation? Alors que n’importe quel économiste débutant sait que le système financier est cyclique et victime de « réajustements » à intervalles réguliers? Alors que les institutions financières fonctionnent globalement sur un horizon que les initiés appellent la gestation du cochon, soit 90 jours!
    Aller, une bonne lecture : Fonds de pension : piège à cons!

    Répondre
  12. Le Yéti
    Le Yéti dit :

    Questions à Rémy
    1/ Le pic de télespectateurs regardant TF1 à un moment donné se situe autour de 6,3 millions personnes, soit seulement 10 % de la population totale.
    2/ Jacques Chrirac n’a jamais dépassé le seuil des 20% de bulletins exprimés lors d’un premier tour de présidentiel et Sarkozy a perdu jusqu’à présent à peu près toutes les élections d’envergure auxquelles il a participé (j’excepte celles, particulières, de Neuilly s/Seine)
    3/ C’est grâce aux électons que l’on gagna les congés payés, les divers réductions du temps de travail, les protections sociales … Le fait que tous ces acquis soient aujourd’hui menacé ne change rien à l’affaire et devrait au contraire remotiver (cf. la mobilisation sans précédent pour le « non » au projet de Constitution européenne)

    Ceci dit, tout à fait d’accord pour les bons vins, les bons plats et autres menus plaisirs délicieux. Et laissons les indécrottables (« Alains » en tout genre ou autres « Vilain réac ») marner dans leurs « valeurs » éventées.

    Répondre
  13. Vieux réac
    Vieux réac dit :

    Chère Agnès,

    la démographie et l’évolution de la société font que le système actuel de répartition atteint peu à peu ses limites.

    Peu de gens savent que le minimum vieillesse d’un presque inactif, accordé théoriquement à 65 ans, mais en réalité à 60 en cas d’inaptitude au travail, tend à rejoindre la pension de quelqu’un qui a travaillé toute sa vie. C’est profondément injuste.

    Bien sur les fonds de pension ne vont pas remplacer du jour au lendemain le système de répartition. Mais ce dernier va finir par délivrer des pensions si faibles qu’on sera obligé de s’occuper soi-même de sa retraite.

    Plein de solutions existent. Fonds de pension, mais on peut aussi se gérer soi-même un portefeuille boursier. On peut aussi souscrire des assurances vie, des retraites privées etc… Il convient d’être propriétaire de son logement, et éventuellement de posséder un ou plusieurs appartements à louer. Le maitre mot est diversification de ses actifs, la répartition qui reste une option crédible subsistera dans ce cadre, je pense.

    Ca coute de l’argent, c’est peut-être au détriment du renouvellement du 4X4 ou des vacances à Maurice mais ça me semble plus juste qu’une pseudo solidarité qui en arrive à privilégier les oisifs par rapport aux actifs à faible revenus.

    Bref il faut se bouger les fesses, bosser, placer du fric. Dans ce merveilleux système libéral, on ne peut plus compter uniquement sur l’état…

    Répondre
  14. 0 Mr Vieuréac (drôle de nom)
    0 Mr Vieuréac (drôle de nom) dit :

    « Plein de solutions existent. Fonds de pension, mais on peut aussi se gérer soi-même un portefeuille boursier. On peut aussi souscrire des assurances vie, des retraites privées etc… Il convient d’être propriétaire de son logement, et éventuellement de posséder un ou plusieurs appartements à louer. (…)Ca coute de l’argent, c’est peut-être au détriment du renouvellement du 4X4 ou des vacances à Maurice mais ça me semble plus juste qu’une pseudo solidarité qui en arrive à privilégier les oisifs par rapport aux actifs à faible revenus. »

    Cher monsieur vieux et réac (personne n’est parfait!)

    Est-il possible d’imaginer que pour 80% de la population, il n’y a pas de choix possible entre 4*4 et portefeuille boursier, puisque les deux sont inaccessibles?

    Dois-je dire que « peu de gens savent » que 80% de la population salariée gagne moins de 1980 euros mensuels, ce qui rend illusoire tout autant les vacances à Maurice que l’achat immobilier. Que 50% de la population salariée gagne moins de 1400 euros par mois, ce qui rend difficile l’accès à de tels commentaires?

    Bref, pour 80% (au moins!) de la population, j’ose imaginer qu’il n’y a pas d’autre solution que le travail jusqu’à la mort, ou à la fin des temps, quel que soit l’évènement qui surviendra en premier? Justice sociale très « hayekienne », mais aura t’il fallu 2000 ans de chrétienneté pour en arriver là?

    Qui ne travaille pas ne mange pas! Bel adage qu’ont en commun les chrétiens ultra, les communistes staliniens et les nazis des années 40…

    Mais comment se fait il que de nombreux rentiers mangent autant? Y’a t’il plus de choléstérol dans les classes actionnariales ou chez les salariés à bas revenus et horaires importants? Et doit-on aller plus loin, en disant, qui travaille peu mange peu, et qui travaille beaucoup bâfre exagérément? mais alors, pourquoi tous les ouvriers indiens des « chantiers navals » sont ils si maigres?

    Répondre
  15. jcd
    jcd dit :

    Ok, Le Yéti. Mais ne serait-il pas temps que se dégage une force politique de gauche sérieuse : pour diminuer le temps de travail quotidien, hebdomadaire, annuel et la longueur de la carrière; pour reconstruire des services publics et en inventer de nouveaux si nécessaire; pour botter les fesses aux soi-disants « grands financiers », hauts cadres, CEO’s, présidents et administrateurs de multinationales ? Le non à la constitution est un bon début, mais cela ne doit pas rester un début.

    à Agnès : le principal problème des fonds de pensions n’est pas qu’ils soient des fonds de capitalisation mais qu’en devenant « actionnaire » de ce fonds, le travailleur devient l’ennemi de lui-même : il lui faudra du « rendement » qu’il n’obtient qu’en exploitant (très indirectement mais très réellement) les autres travailleurs en activité (ses enfants et ceux des autres !).

    Répondre
  16. a l'abominable homme des neiges
    a l'abominable homme des neiges dit :

    « C’est grâce aux électons que l’on gagna les congés payés, les divers réductions du temps de travail, les protections sociales … « 

    Nan, c’est grâce aux luttes sociales, aux grêves, à l’action syndicale.

    Si l’on était resté au respect de l’élu et à son droit de faire n’importe quoi pendant son mandat (un mandataire ne peut faire n’importe quoi pendant un mandat, et il n’y a pas de mandat irrévocable, surtout en politique), les enfants continueraient à booser la nuit dans des usines pas chauffées, les femmes seraient toujours (uniquement) bonniches, les salariés auraient trois jours de congés annuels et le CDI n’auraient jamais existé. (pendant quelques années, le CDI représentait une évolution civilisatrice, dans la mesure ou un employeur perdait le droit de licencier un salarié n’importe quand, sans avoir à motiver sa décision, et sans indemnité, ceci était une précision « historique » à l’usage de nos enfants…)

    Répondre
  17. jcd
    jcd dit :

    pas d’avancées démocratique sans luttes sociales, juste! mais sans consolidation politique et démocratique pas de lutte sociale dont les acquis ne se font pas rogner.

    Ne pas séparer luttes sociales et politiques.

    Répondre
  18. Alain
    Alain dit :

    Si ta grand-mère avait eu plus de chance et perçoit 2 000 euros de plus que ses 780 euros d’allocations vieillesse, est ce que tu aurais posté pour hurler au scandale des vieux qui vivent de leur rente ?
    Non.
    Tu serais bien heureuse pour elle et nous aussi.

    C’est ça qui est marrant, ce double discours permanent :
    En cas d’échec personnel, c’est la faute à la méchante société qui précarise au maximum et qui vole les honnêtes gens.
    En cas de réussite personnelle, c’est uniquement grâce à soi, grâce à la volonté et à la persévérance.

    Pour ceux qui disent qu’il n’y a pas assez de solidarité, faut rappeler tout de même qu’elle reçoit 1200 euros. Il vous faut quoi pour avoir une solidarité maximale ?
    Lui filer 2000 euros ?
    3000 euros ?
    Et bien rien ne vous l’empêche, vous avez l’email d’Agnès, elle vous donnera les coordonnées bancaires de sa grand-mère et soyez solidaire avec elle.

    Mais bon comme toujours, les 1ers qui crient à la solidarité sont les derniers à mettre la main à la poche.

    Répondre
  19. gilme
    gilme dit :

    Alain,

    C’est beau ce que tu raconte, on dirai du Parisot. Je suppose que si un jour tu te retrouve dans un cas d’echec personnel d’autodéfense (ie tu te fait tabasser), tu n’ira pleurer ni à la police ni à personne d’autre et que tu ne t’en prendra qu’a toi même et pas à la société.

    Curieusement, j’ai comme un doute.

    Répondre
  20. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ma grand-mère ne reçoit rien. Le dossier d’aide sociale départementale a été accepté parce qu’aucun membre de la famille ne peut assumer et qu’elle ne posséde rigoureusement rien. Cependant, depuis août 2005, il continue à être instruit… Si un jour son dossier passe au paiement, le Conseil Général ira alors sur son compte en banque pour y récupérer le total des retraites qui y dorment. Il deviendra aussi le destinataire de tous les revenus de ma grand-mère. Là-dessus, il paiera la mutuelle santé, il lui donnera 10% du total perçu (environ 78€/mois) pour couvrir ses besoins personnels (médicaments non remboursés, produits de toilette, dont savon, vêtements… etc) et la collectivité couvrira le manque à gagner pour la maison de retraite.

    Répondre
  21. jeune réac'
    jeune réac' dit :

    Mon sympathique collègue et ami vieux réac’ perd de vue, en raison de son age avancé, que la solution la plus simple reste l’euthanasie à 60 ans pour tout ces indigents incapables de s’assumer. être un poids pour la société économique, entraver la flexibilité de l’esclavage délocalisé, pénaliser l’euro face au dollar, vous devriez avoir honte, vous, les promoteurs de la misère solidaire et collective de venir masquer les rayons de nos soleils boursiers. Pour un monde meilleur, plus pur, plus grand, plus actionnaire.

    Répondre
  22. Ségolène
    Ségolène dit :

    Solidarité, solidarité, … vous n’avez que ce mot là à la bouche ! Et que faites vous pour aider les malheureux 50% de la population qui doivent supporter à eux seuls le poids de l’impot sur le revenu ? Etes-vous solidaires ? non ! Vous preferez rester planqués derriere votre feuille de non-imposition et attendre tranquilou que les divers organismes sociaux vous versent des allocations qui serviront à payer votre abonnement à TPS…

    Répondre
  23. pour alain
    pour alain dit :

    « C’est ça qui est marrant, ce double discours permanent : En cas d’échec personnel, c’est la faute à la méchante société qui précarise au maximum et qui vole les honnêtes gens. En cas de réussite personnelle, c’est uniquement grâce à soi, grâce à la volonté et à la persévérance. »

    C’est vrai que c’est marrant, mais qui tient ce discours? Pas dans ce blog, en tout cas…Y’a plein de gens qui s’en « sortent » et qui pourtant sont solidaires des autres. Plein! Y’en aura dans la rue, demain, par exemple. 🙂

    Y’a le discours de Serge Dassault, sinon, aussi: la réussite est personnelle, il faut savoir travailler pour mériter ce que l’on a, c’est seul que l’on se fait! Il veut dire par là que même sans la fortune de son père et le fait qu’il lui a transmis sa boite, il aurait réussi, n’est ce pas?

    C’est le même qui trouve que l’égalité n’existe pas, et ne devrait pas figurer dans la devise de la république. Y’a une certaine cohérence, c’est vrai…

    Sinon

    Répondre
  24. Francois
    Francois dit :

    Segolène, arrête, tu vas écorner ton capital sympathie, je te rappelle que si on fait pas rentrer 500 encartés avant la fin du mois, on pourra pas payer le loyer!

    Répondre
  25. adisl
    adisl dit :

    Alain tu t’es tout seul !!! Alain crois tu sérieusement que si on veut on peut !!! Alain tu connais même pas la situation des femmes dans nos sociétés et encore plus leurs places qui leur étaient faîtes au siècle dernier !!! Alain, crois tu que venir d’une region agricole, sans diplome sur paris sont des atouts pour réussir dans la vie!!! Alain crois tu qu’une personne ayant travaillé toute sa vie dans des travaux indignes puissent mériter cela. Alain ne pensent tu pas que la France est capable de fournir une vie décente à ses vieux et à ses vieilles!!! Alain ne pensent tu pas aussi que le rôle d’une société avancée telle que la notre est d’offrir des garanties à ceux qui ont eu des accidents dans leur vie. (risques chomage, maladie, accident, vieillesse, famille etc… ) En clair notre bonne vieille sécurité sociale

    un petit mot pour le vieux réac : Arretes de jouer au monopoly !!!

    Répondre
  26. Marzi
    Marzi dit :

    C’est dommage que ca pullule de plus en plus d’anonyme, je trouve.

    Bon, Agnès, moi, quand je lis ton post, j’y vois une conclusion évidente : « vive la retraite par capitalisation » ! Qu’elle soit placé en fond de pension ou non (puisque tu parles de ca ensuite), la n’est pas la question (quoi que, on pourrait parler aussi de ca, de comment nous sommes en train de perdre nos entreprises).

    Répondre
  27. Alain
    Alain dit :

    Les fonds de pensions sont un sujet tabou en France. Il y a tout un discours irrationnel distillé par des gauchistes depuis des années dessus. Pourtant, ces fonds de pensions peuvent apporter une solution aux problèmes des entreprises française et ce fameux patriotisme dont on nous parle.
    Concrètement, pourquoi ne pas mettre en place un fond de pension pour acheter une partie du capital de GDF-Suez ?
    Ca permettra à cette entreprise française d’avoir des capitaux français pour éviter toute OPA étrangère et ça permettra aux retraités d’avoir un meilleur revenu.
    Le problème c’est que les syndicats de GDF ne veulent pas entendre parler de privatisation et encore moins de fond de pension qui investit dedans.
    Sauf que la privatisation de GDF a lieu, que les français n’ont pas eu leur part et qu’ils sont les 1ers perdants de cette affaire.
    A force de refuser toute nouvelle technique financière pour protéger nos entreprises et avoir de meilleurs revenus pour nos retraités, on se retrouve avec rien.
    Bien jouer les gars, vous êtes trops malins à vous faire croches pattes à vous même.

    Répondre
  28. marzi
    marzi dit :

    … surtout que pour balancer sur ces « salauds d’actionnaires », alors, la, y’a du monde! Par contre, quand on parle de le devenir, meme partiellement, pour nos retraites, la, c’est le « Ah ben non, c’est trop risqué, regarder les retraités d’Enron »…

    Faut savoir…

    Répondre
  29. adisl
    adisl dit :

    Alain, mon cher Alain Un petit cour d’économie, rien que pour toi !!!

    voici quelques Inconvénients des fonds de pensions :-)

    – Les capitaux, qu’ils soient francais, Ouzbeques, americain, ou de kabylie réagissent de la même façon. L’investissement doit être rentable (disons 20%) sinon ils partent…alors arretes ton patriotisme, dans la finance ca existe pas.

    – Les fonds de pension ne règlent pas les problèmes que connait le système par répartition actuelle. ( le sois-disant papy boom qui fera tt degringoler) il aura les memes défis à relever. ( si tu veux des precisons tu me le dis car c’est long a expliquer ici)

    – Les fonds de pension ne feront qu’alimenter la finance internationale. Elle imposerait aux entreprises du monde entier des retour sur investissement enorme. les entreprises vont continuer les licenciements boursiers etc… Bon bref,; tu connais la musique

    – le fais d’injecter de l’argent dans les fonds de pensions qui est au fond de l’epargne enleve de l’argent au secteur economique productif. c’est favoriser la rente au detriment de l’investissement.

    – Les fonds de pensions sont profondement inegalitaires puisqu’ils sont proportionnels au revenu des salariés. Du coup beaucoup de personnes n’ayant pas les moyens d’épargner pour leur retraite n’auront pas de pensions. rappelons qu’en france il y a 2.5 millions de smicards, plus les chomeurs, plsu les pauvres etc…

    Bon j’ai d’autres arguments … notamment en faveur du systeme par repartition mais bon faudrait que je te fasse un memoire. et je doute que tu sois sensible à ce genre de discours

    Vive le patriotisme economique, vive la France …..lol

    Répondre
  30. jeune gauchiste
    jeune gauchiste dit :

    @alain Pardonnez mon ignorance crasse, mais les fonds de pension…hem, ne serait ce pas cette chose barbare qui fait que 99% de l’argent en bourse est de la pure spéculation et non du placement à long terme? Est ce viable? Vous y croyez vous à la responsabilité collective inconsciente? Aux dernières nouvelles, les fonds de pension n’auraient pas d’âme.

    Répondre
  31. aurelius
    aurelius dit :

    « … surtout que pour balancer sur ces « salauds d’actionnaires », alors, la, y’a du monde! Par contre, quand on parle de le devenir, meme partiellement, pour nos retraites, la, c’est le « Ah ben non, c’est trop risqué, regarder les retraités d’Enron »… Faut savoir… »

    Savoir quoi? Parce que moi, quand je crache sur les actionnaires, c’est comme quand je crache sur les fachos ou les guerriers, c’est pas pour le devenir, c’est parce qu’ils me dégoutent!

    Effectivement, il y a des endroits où la jalousie tient lieu de révolte, mais c’est pas le cas de tout le monde! Je suis pas pour l’actionnariat, qui n’est qu’exploitation.

    La retraite (en ce qu’elle est la garantie de « survie » des personnes agées) est d’intérêt général, comme la santé, l’éducation ou la justice. Elle ne doit pas devenir un pretexte à enrichissement ou spéculation.

    Je serais quant à moi pour une mutualisation avec intervention de l’état si déficit. (l’impôt est, selon moi, (aussi) un système de redistribution).

    Enfin, je voudrais que l’on me prouve l’efficience déclarée et annoncée du système capitalistique sur le « système public » pour ce qui est de la gestion et de l’efficacité des organismes de retraite.

    Répondre
  32. adisl
    adisl dit :

    Marzi , je comprends pas ton raisonnement !!! Tu es un peu hors sujet… depuis quand Agnes a écrit qu’elle était pour la retraite par capitalisation. Tu tires des conclusions à la place des autres maintenant… tu dis aussi qu’on perd nos entreprises. Mais depuis quand elles nous appartiennent … a part quand elles étaient nationalisées… Quand est ce que vous vous mettrez dans la tête que si un actionnaire français trouve plus rentable de produire à l’etranger ou de vendre il le fera. Un actionnaire n’est pas un philantrope, il ne salue pas le drapeau français tout les matins… mais il faut que vous retourniez à l’école ma parole… C’est pas possible tant d’ignorance….j’en suis BABA

    Et tu fais bien de citer comme exemple Enron dans ton dernier message. Le choix, n’est pas entre être actionnaire ou subir les actionnaires. Mais de marquer une rupture radicale avec ce systeme. Les solutions existent… des solutions qui ne sont pas utopiques marzi !!!

    Répondre
  33. pour adisl
    pour adisl dit :

    d’accord avec toi!

    sauf sur une chose, pas confondre philantropie, contre laquelle je n’ai rien, et patriotisme contre lequel j’ai beaucoup.

    Répondre
  34. adisl
    adisl dit :

    Un dernier mot Sur EDF GDF ( je sais qu’on est un peu loin de ta grand mère Agnès, mais bon je crois que tout est lié 😉 )

    Ce sont des entreprises publiques qui marchent bien. Dites moi , POURQUOIdoit on les privatiser? Pourquoi les mettre en bourses si il y ades risques? J’hallucine !!!

    Les exemples de privatisation du secteur de l’énérgie à l’étranger ne vous alertes pas !!! Les pannes d’électricité énormes qu’il y a en Californie, en Italie, à New York etc… Le privé gère mal car il gère a court terme. il a aucune notion du service public. Les investissements a long terme, il connait pas!!! Toutes les privatisations en Europe ont conduit a une hausse des tarifs pour les consommateurs ( dsl : je voulais dire USAGERS)

    Vous gobez n’importe quoi !!! Mais je sais pourquoi ….

           eteignez vite votre Télé !!! ça vous détruit le cerveau!!!
    Répondre
  35. jeprivatise.com
    jeprivatise.com dit :

    C’est justement parce qu’elles marchent qu’on les privatise! ca va rapportert du pognon, et c’est censé réduire le sacro saint « déficit »…

    tant qu’on aura des dirigeants qui gèrent leur pays (et son peuple) comme une entreprise (et des produits), on aura ce genre de truc.

    On privatise les profits, mais t’inquietent, on continuera a nationaliser les pertes! Les centrales nucléaires coutent cher à l’entretien, le contribuable continuera a en assurer la charge. (d’un certain coté, vaut mieux…).

    D’autre part, l’europe (avec un petit « e », pas l’autre) n’a que faire d’entreprises nationales. la seule chose qui sera pas privatisée, en Europe, c’est les familles royales…(et encore…)

    Y’a un rapport avec la grand-mère d’Agnès, c’est la volonté de privatiser le(s) système(s) de retraite. Là encore, ne seront « viables » que les systèmes dits financièrement performants.

    Derrière tout ce système repose l’essence du capitalisme: un individualisme et un égoisme forcené. Plus besoin de ridicules devises républicaines! La fraternité n’a rien à voir dans un tel monde. Chacun pour soi et détruire l’autre, c’est la chanson. C’est aussi ce qui risque de faire peur à l’immense majorité des electeurs, pourtant, petits bourgeois frileux et attachés à leurs acquits: l’insécurité sociale, la concurrence totale et la remise en cause permanente. mais ce sera un peu tard…

    Répondre
  36. Vieux réac
    Vieux réac dit :

    Oui bon enfin votre système de solidarité machin fait que la grand-mère d’Agnès qui a trimé toute sa vie touche moins qu’un jeune branlotin au rmi qui sait jouer du système (rmi, apl, allocs, bons de la caf, assos etc…).

    Pour vous la solidarité c’est ça : les petits bossent pour payer l’oisiveté des glandeurs. Ca me fait penser à l’aide humanitaire internationale : les pauvres des pays riches qui donnent aux riches des pays pauvres…

    Enfin bon au moins j’aurais pas usurpé mon pseudo ici…

    Répondre
  37. Franck
    Franck dit :

    Le problème avec certains neuneus est qu’ils répondent ou argumentent systématiquement à côté de la plaque et déplacent le débat du côté du café du commerce, pensant du même coup confronter leurs adversaires à leurs contradictions. Je me demande toujours, par humanisme, si ce discours composé de tautologie et autres sophismes est delibéré ou inconscient et atavique. Des sortes de réminisences de TF1 assaisonnées de figaro et des échos. On leur parle d’inégalité et d’injustice sociales, en l’occurence la grand-mère d’agnès qui n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, et on répond ce n’est pas de la faute de la société, c’est la responsabilité individuelle. On leur parle de l’inéquité d’un système de retraite par répartition, et ils répondent vive la retraite par capitalisation. On leur parle de déficience de solidarité, et ils répondent en pleurant sur les « malheureux » 50% de francais qui payent des impots (argument démago, 100% pur sarko, sous-entendant les salauds de 50% de pauvres n’en payent pas et en profitent, en oubliant au passage que la TVA et la TIPP représentent plus de 50% des ressources de l’Etat et sont payées par tous contre à peine 20% pour l’IR). On leur parle de la nécessité d’une meilleure répartition des ressources et ils nous répondent du choix à faire entre le renouvellement du 4*4 et l’investissement sur un fond de pension pour ses vieux jours. Effectivement, c’est un choix pour certains, mais vraiment pas pour d’autres.

    Et comme cerise sur le gateau avec un klenexx à la main, on nous ressort en joyeux mix la privatisation de GDF, mise sur le même plan que les entreprises francaises en général, qui nous glisse entre les doigts parce que l’on s’accroche à nos vieilles lanternes et que nous ne sommes pas capables de jetter aux orties un système de répartition dépassé au profit d’un système par capitalisation, qui du coup sauvegarderait le patrimoine francais des entreprises. Cocorico! GDF était une entreprise francaise jusqu’à présent parce que publique et principalement détenue par l’Etat francais, pour les autres, Suez et compagnie, je ne sais trop ce qu’elles ont de francais et quand bien même. S’il s’agit d’aller faire du profit ailleurs que ce soit avec des capitaux francais ou autres, elles savent rapidement s’adapter et devenir anationales sans aucun état d’âme. Le problème c’est qu’effectivement on privatise GDF sans nous demander notre avis, alors que cela fait des décennies que cette entreprise est financée et a pu développer ce qu’elle grâce à nos impots pour partie. Quant aux retraites par capitalisation, effectivement qui peut se le permettre le fait de fait, le problème est que cela n’est pas à la portée de tous. C’est d’ailleurs il me semble une des raisons qui a conduit à la mise en place d’un système par répartition. Après l’histoire économique est jalonnée d’une multitudes d’exemples de faillite de caisses par capitalisation, c’est à la portée de tout débutant en économie. Le jour où tous les joyeux actionnaires arrivent à la retraite et revendent leurs actions pour se payer une retraite méritée, les cours chutent et ils peuvent s’acheter des cacacouhètes avec leurs actions. Au passage, les grandes institutions financières auront réalisées leurs profits, le système de répartition aura été sabré et le monde entreprenarial français aura été sauvé de la mondialisation!!!!

    Fondamentalement, le problème posé est celui de la répartition des richesses, de l’amélioration d’un système de solidarité intergénérationnel qu’est le système de retraite par répartition, et non pas de son remplacement au profit de fond de pension et de retraite par capitalisation fondé sur l’égoisme et l’individualisme. Le financement n’est pas un problème contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, il suffit d’imposer ceux qui en disposent et sont justement en capacité de placer leur blé en bourse, en fond de pension et en 4*4 autant polluants qu’inutiles et dangereux, entre autres. Or justement les dernières décennies ont vu ces catégories et les entreprises ( je ne parle pas des petites PME à la papa, principalement sous-traitantes et exploitées par des grosses boites) également bénéficier de toujours plus d’allègements et avantages fiscaux pour soi-disant créer de l’activité et des emplois (on attend toujours et on peut attendre longtemps). Résultats des courses, les régimes de retraites et sociaux sont en faillites, l’Etat est déficitaire, ce qui argumente du même coup la nécessité de passer à quelque chose de plus privé et libéral. Tout cela est lassant car tellement évident.

    Répondre
  38. adisl
    adisl dit :

    tu as rien compris Tonton… C’est parceque le systeme est gangréné par les reformes liberales depuis 25 ans qu’on est dans cette situation. et avec tes idées, je sais pas ou en serait… dans le canivot peut être

    qui sont les glandeurs au fait? Tu as des arguments sorties tout droits d’un bar PMU qui sont les jeunes Branlotin? qui sait jouer du systeme? combien y en a t il? Combien touchent ils? Comment font ils ? Tu en connais personnellement? Est ce qu’il se plaisent dans leurs situations? est ce qu’ils veulent s’en sortir? est-ce qu’ils peuvent s’en sortir? Réponds stp !!! Donnes nous des raisons pour croire en tes stéréotypes… En effet tu l’as pas usurpé ton pseudo… j’aimerai te voir en face de ces centaines de milliers de gens et ces familles dans la pauvreté, en train de les insulter comme tu le fais!!! Crois tu vraiment qu ils n’ont pas de dignité ? Qu ils aiment vivre aux crochets de cette société? Qu ils voudraient pas donner un meilleur avenir à leurs enfants ? faire des projets d’avenir ? une maison, des vacances… Mais j’oubliai c’est vrai qu’avec un RMI , on peut se payer tout ca.

    Répondre
  39. manu25
    manu25 dit :

    En quelques mots : Bravo pour ton commentaire, Franck. Tu as très bien cerner la seule problématique valable sur l’article d’Agnès. A savoir la redistribution des richesses, et le manque à gagner de l’assurance maladie du fait des allégements en tout genre, conjugué avec un taux de chomage et de précarisation élevée. « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et ne pas faire écho contre son ame aux applaudissements imbéciles et aux hués fanatiques » J. JAURES.

    Répondre
  40. Marzi
    Marzi dit :

    Adsil : « epuis quand Agnes a écrit qu’elle était pour la retraite par capitalisation. Tu tires des conclusions à la place des autres maintenant… » => c’est en effet MA conclusion face au propos d’agnès, qui elle, en a une autre, de conclusion. C’était evidemment volontaire, et je ne doute pas que tout le monde a compris, que c’était MA conclusion et pas celle d’Agnès. Je ne prétends pas savoir ce qu’elle pense… quoi que, la, je suis sur qu’elle ne pense pas ca, et c’est bien pour ca que j’ai posté à ce sujet 🙂

    Répondre
  41. leon
    leon dit :

    Alain> « Si je me marie avec une pute qui pique tout mon fric je vais pas crier « c’est la faute à la société, faut que la collectivité me rembourse ».

    Ca y est ! Tu recommences ! Je t’avais pas vaccine ? T’as pas copie cinq cents fois  » je n’insulterai plus les putes » comme t’avais promis?

    Mais kes ta contre les putes ? Ca te vient d’ou ce sale reflexe de designer la mauvaise femme par ce meprisant substantif ??

    Tu sais quoi ? de deux choses l’une: – soit tu frequentes les filles et t’es qu’un faux cul. – soit non mais tu devrais. T’apprendrais des choses.

    Dans les deux cas, ton mepris mal maitrise te designe comme un cretin inconscient de ses propres pulsions et blocages.

    Répondre
  42. adisl
    adisl dit :

    A Manu25, A Franck à tous ceux de ce bord…

    Je veux vous dire que ca suffit pas de dénoncer ce système ici. Je sais qu’il faut raison garder… Mais le temps n’est plus aux palabres, ni au décryptage. le temps est à l’action. Par toutes les formes de luttes. Ces seigneurs ne lacheront rien si on ne leur arrache pas le morceau. ils continuerons si on les stopent pas ! Il y a et il y a aura d’autres grands mères comme celle d’agnes si on dit mais on ne fait pas.

    Demain une grande manifestation contre le CPE a lieu, c’est une occasion… allons y ou on aura que ce qu’on mérite.

    Répondre
  43. franck
    franck dit :

    Je suis d’accord avec toi adisl sur la nécessité d’agir, mais je dois dire que j’évite de trop regarder les médias afin de ne pas tomber sur les mêmes poncifs récurrents, or voila on les retrouve ici, les clones raffarin-villepin-sarkoboy, emprunt de leur bonne conscience. Ca meritait un petit recadrage c’est tout, c’est du meme niveau que ceux qui parlent de l’électricité moins cher que celle d’EDF avec l’entreprise privée duschmoll : Oui elle est moins cher mais momentannement, car produire moins cher qu’EDF est à la portée de chaque abruti, il suffit d’installer un groupe electrogène dans son jardin. Cependant, qui fait la recherche à long terme sur les centrales nouvelles générations, sur les nouvelles énergies, qui a installé l’ensemble du réseau dont se sert aujourd’hui les boites privées? etc etc. Pareillement, j’entends des anes du même tonneau me dirent qu’une assurance privée peut être moins cher que la securité sociale, cela est vrai sur certaines tranches d’âge, mais dès que tu dépasses les 40 balais, c’est plus pareil Il suffit de regarder la progressivité des tarifs des mutuelles santé. Sauf qu’ils tiennent ce discours souvent agrementé par le gachis de ces salauds de fonctionnaires qui se grattent, sans même en comprendre les tenants et aboutissants. Apres tout, ce que je leur souhaite c’est qu’ils se fassent empiler bien profondemment avec leur fond de pension, comme ce qui est en train d’arriver a certains retraités americains d’ailleurs. Peut etre qu’ils se reposeront la question a ce moment là et qu’ils se consoleront en se disant que ce n’est pas la faute de la société!!!!!! Le problème de ces anarques ( c’est comme le changement) est que generalement il faut une a 2 generations avant de s’en rendre compte, après c’est trop tard, tu n’as plus qu’a moisir dans ton hospice libéral bien merité et peut etre mettre en garde tes momes s’ils t’ecoutent encore en train de sucrer les fraises, et le probleme au passage c’est que ceux qui ne sont pas d’accord se font avoir malgré eux parce qu’une majorité suit le mouvement en répétant des aneries comme des perroquets.

    Répondre
  44. Sarkoboy
    Sarkoboy dit :

    Voilà enfin un blog où il fait bon lire ! J’admire cet endroit chaleureux où la solidarité, l’aide à son prochain, le secours apporté aux plus defavorisés est le maitre mot ! Alors moi, j’ai 3 problemes:
    – Ma femme est moche. Pas de bol. Certains se tapent des canons, moi j’ai eu un boudin le jour de la distribution. A ce titre, je demande l’instauration d’un CFPMU (couverture femme pas moche universelle), qui permettra à tous les hommes d’avoir qq nuits par mois une femme pas moche dans son pieu
    – J’ai des pellicules : bah oui, ca arrive… Seul le dernier Elseve arrive à attenuer le probleme. Mais il coute cher… Je demande qu’un gouvernement progressiste digne de ce nom mette en place un impot solidarité pour les mecs qui ont des pellicules: chaque francais epargné par ce maux devra alors verser qq euros par mois pour que tous les francais atteint de pelliculisme puisse se soigner et avoir une belle chevelure pour aller en boite le samedi
    – Cette nuit, il a beaucoup neigé dans ma region. Alors que chez ces salauds de marseillais, y’avait presque rien ! C’est injuste ! Et en plus, ca m’a couté une pelle et pas mal d’huile de coude. Je demande donc qu’on prenne conscience de cette injustice meteorologique, et qu’on instaure un quota de jour de beau temps dans chaque region de France, ainsi qu’un nombre maximum de cm de neige par hiver. Et si le climat refuse de se plier à cette nouvelle norme, alors nationalisons-le bordel !

    Répondre
  45. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Sarkoboy =>

    1. Ta femme ne t’a pas été imposée par décrêt. En plus la mocheté est très subjective. C’est peut-être juste toi qui a de la merde dans les yeux!
    2. Tu vivrais dans un bled moins pollué que le tien, tu aurais une vie moins stressante et une bouffe plus équilibrée, tu aurais moins de péloches. C’est un peu le mode de vie que tu défends qui te colle ce genre d’ennui. Maintenant, s’il existait un vrai médicament qui fait du bien, je ne verrai pas d’inconvénient à ce que ce soit remboursé par la Sécu. Dommage que les libertaprouts soient en train de l’enterrer!
    3. La météo n’est pas imposée par décrêt. De même que ton lieu de résidence. Perso, j’ai vécu longtemps dans un bled de montagne avec plein de neige, il ne m’est jamais venu à l’esprit de m’en plaindre. C’est aussi con que de faire une manif contre la mort… Ceci dit, je vis maintenant dans un coin où la neige est un truc rare et le soleil abondant… C’est un choix!
    Répondre
  46. Rémy
    Rémy dit :

    Putain j’suis déçu, je pensais avoir le palmares du post le plus désagéable et cynico pessimiste. Mais non la France n’est pas achevée, vous êtes plein de vigueur, à prôner qu’on place tous nos sous en bourse ou qu’on s’achète des voiliers de plaisance immatriculé aux Maldives, car point de vue défiscalisation c’est cool. Ou bien qu’on s’achète TOUS 3 ou 4 maisons qu’on pourrait louer pour se faire de la thune pour quand on sera vieux… Je ne cache pas que je n’ai que très peu d’ambition quand à l’avenir du monde et que: – je place du pognon en bourse en espérant en gagner (5.000 € ce mois-ci. Sur 45.000€, c’est correct) – j’aimerais bien acheter un appart pour le louer à des locataires afin qu’ils remboursent l’emprunt sur 20 ans – j’aimerais bien avoir une bagnole de société et être payé 50.000€/ans – etc, etc… Mais faut arrêter de dire n’importe quoi, c’est pas tout le monde qui peut se permettre ça… Si tout le monde avait 3 appart à louer, qui seraient les locataires? Ton beau-frêre et ta soeur, qui n’ont pas eu la chance et le courage de finir leurs études? Tes enfants qui onté étudié la socio au lieu de faire HEC? Ca va la libre entreprise, le farwest et tout ça, mais bon la débrouille au niveau local, ça peut pas marcher si tout le monde le fait… Enfin bon courage quand même.

    Bonne soirée.

    Répondre
  47. Alain
    Alain dit :

    Pour adisl
    « tu as rien compris Tonton… C’est parceque le systeme est gangréné par les reformes liberales depuis 25 ans qu’on est dans cette situation. et avec tes idées, je sais pas ou en serait… dans le canivot peut être »
    C’est vrai que le système communiste que tu défends est tellement bien qu’il n’existe plus sauf au Cuba ou en Corée grands pays démocratiques. Même la Chine a laissé tomber le communisme pour un capitalisme d’état pire que celui des USA.
    C’est bien, continu de défendre un système qui par la pratique a démontré son inefficacité.
    Ce refus de voir les choses montre bien ton niveau de raisonnement.

    Ensuite pour le système de retraite, les fonds de pension ne sont pas LA solution miracle, en revanche diversifier le système de redistribution avec une partie par répartition et une partie par capitalisation est une solution viable pour une situation ou il y a plus de retraités que d’actifs. Il n’y a pas de système parfait dans l’absolu, il y a un système parfait pour une situation donné. Si la situation change, freiner des 4 pieds pour changer de système est absurde.

    Pour ce qui est de la solidarité, moi qui paie une tonne d’impôts, ça me fait un peu mal de me faire traiter de gros connard de riche qui vole les pauvres, par des gens qui vivent grâce à mon argent. Moi je participe à la solidarité, vous qui recevez mon argent et qui faites que râler parceque comme vous dites, vous ne recevez pas assez l’aumône, comment participez vous à la solidarité ?
    En me donnant des leçons de solidarité sur ce blog ?

    Balayez devant votre porte.

    Répondre
  48. Fred, de L.
    Fred, de L. dit :

    Moi je paie des tonnes d’impots et je ne suis pas d’accord avec toi Alain.

    Chavez est devenu dans la réthorique Etats-unienne une menace plus grave que Cuba désormais. Pourtant Chavez a en quelques années alphabétisé plus de monde que 25 ans de libéralisme, a nationalisé les revenus du pétrole, et pire, il a été élu plusieurs fois de suite démocratiquement.

    Sur Cuba… vivre dans un pays sous embargo depuis 40 ans comme Cuba sans que le pays ne soit accusable du quart du millième de ce qui est commis par les américains en Irak ou à Guantanamo… je crois que je préfèrerais être dans la peau d’un cubain que d’un américain.

    Répondre
  49. jeune gauchiste
    jeune gauchiste dit :

    Point Cocowin atteint. Pas mal. Petite larme. Alors, il faudrait développer un truc assez évident et lié à la politique étrangère des états unis qui est d’imposer coute que coute le libre échange à travers le monde. Volonté qui passe notamment par la destruction de tout système socialisant montrant des signes de bonne forme (On pense à la Grèce en 1948 notamment, 150000 morts, les généraux au pouvoir, avec l’appui des USA et du Royaume uni. Bel effort.) Mais je commence à avoir un peu de pitié pour Agnès et sa grand mère, que j’embrasse virtuellement parce qu’il ne nous reste que ça ce soir. Et je t’invite Alain, à revoir tes cours d’histoire, mais de la vraie, hein, pas celle de la propagande capitaliste ( qui se veut libéral, …passons. ) Et puis sinon. Hem. JE PAYE AUSSI DES IMPOTS, CAR JE M’ALIMENTE. ET J’EN SUIS FIER. ET MÊME QUE JE MANGE FRANÇAIS. HAN. DES FRUITS ET LÉGUMES DES PRODUCTEURS À CÔTÉ DE CHEZ MOI. HAN. Mais je vois pas le rapport. Je deviens fou, hélas.

    Quant à Chavez, c’est rigolo, c’est quand même son fioul qui chauffe les pauvres de Boston. Haha. L’Histoire est quand même marrante. Les oubliés en terre étatsunienne chauffé par l’ennemi juré, et à moitié prix. haha. Allez. Plus que trois semaines avant le krach boursier.

    Répondre
  50. con-tri-buable
    con-tri-buable dit :

    Moi aussi je paye plein d’impôts. 11.000€/ans… Je crois que je fume pas mal de monde héhéhé… (Bon, je triche un peu j’habite en Belgique et on paye gavé là bas, donc c’est plus facile de gagner au jeu du qui paye plus).

    ET VOUS ALLEZ ARRÊTER DE VOUS LA PÊTER NON? LE SUFFRAGE CENSITAIRE C’EST FINI, C’EST PAS PARCE QUE VOUS ÊTES UN CONTRIBUABLE JUTEUX QUE VOTRE OPINION VAUT PLUS QUE CELLE DES AUTRES…

    BANDE DE BOBOS GAUCHISTES…

    Répondre
  51. adisl
    adisl dit :

    Alin permet moi de te repondre en cette heure tardive… je me prepre aussi pour demain 😉 surtout ma voix , j’ai un enorme organe 🙂

    Bon Alain avant de botter les fesses a Villepin , je vais botter les tiennes (permet moi cette familliarité , depuis le temps qu’on discute maintenant)

    Pourquoi concluer que je suis communiste… c’est parceque je suis contre tes idées libérales, contre l’injustice, contre les privatisations, contre les fonds de pensions? Crois tu que le capitalisme ne s’accomode pas des regimes autoritaires. tu veux des exemples : L’Arabie saoudite, la chine, tout les pays du tiers monde sous la coupe du FMI qui ont une economie completement liberalisée…tu crois qu’ ils sont démocratiques

    ensuite sur les fonds de pension. Toute les economistes sont d’accord, Le systeme de repartition ne peut cohabiter avec un systeme par capitalisation. l’un dévore l’autre. soit c’est l’un soit c’est l’autre. On peut avoit les deux a la fois… si tu veux une explication ouvre les manuels d’éco…

    Ensuite, sur tes impôts. mais tu crois que tu es le seul a en payer. tout le monde en paye, meme les plus pauvres. tu connais la TVA. et bien a chaque fois que t’achete quelque chose, tu payes. ton impot sur le revenu ne represente presque rien dans le budgte de l’ETAT. saches le…

    en attendant, et pour finir… et en effet tu as raisons au moins sur ce point Alain.

    Viva Chavez, Vive la revolution !!!

    « El socialismo o la muerte »

    A demain , dans la Rue pour ceux et celles qu luttent

    
                                    Répondre                
  52. franck
    franck dit :

    Je ne comprends pas bien le rapport entre un système de retraite par répartition, le socialisme de marché adopté en Chine et les régimes crypto coco cubains et coréens. Mais apparemment pour Alain ce type d’amalgame parait clair… Il se plaint qu’il paye une tonne d’impot, je n’ai jamais payé mes impots au poids, c’est qu’il doit être riche alors… Associer solidarité et aumone, comme il le fait si bien dans son discours montre bien le problème du type a qui on prend son argent. (pleurs). Pauvre gars, payer des impots doit être une fierté d’être humain, ceux qui ne peuvent le faire, c’est que malheureusement ils ne disposent pas d’assez de revenus pour être soumis à l’impot sur le revenu (mais ils en payent d’autres cf plus bas). La est le vrai problème et on en revient au point clé de la répartition des richesses, le reste n’est qu’écran de fumée ou larmes de crocodiles. Je rappelle une fois de plus pour ce genre de demeuré que les ressources de l’Etat sont composées pour a peine 20% par l’impot sur le revenu( le seul impot progressif en fonction du revenu malgré tous ses défauts), ce dont se plaint Alain, et comme les choses sont bien faites en ce bas monde, le reste est à plus de 50% constitué par la TVA et la TIPP soit des taxes sur la consommation, prélevées sur l’ensemble des consommateurs, même le mome de 4 ans qui achète son carambar paye des impots. Les pauvres aussi donc et ce sans prise en compte de leur niveau de revenu, donc les pauvres qui piquent l’argent d’alain payent aussi pour la collectivité et dans une proportion non négligeable. Alain bénéficie sans s’en rendre de la solidarité de pauvres qui le spolient d’une tonne d’impots. Ces salauds de pauvres qui contribuent donc à payer une partie des routes qu’il utilise, des écoles, des hopitaux, des universités ou iront ses enfants alors que pour les salauds de pauvres c’est déjà moins évident.

    Quant a balayer devant sa porte avec des chèques emploi-services ce n’est plus nécessaire on a sa boniche.

    Répondre
  53. jcd
    jcd dit :

    Finalement, la mise au point de Franck aurait dû mettre un terme à la discussion, presuqe tout s’y trouve et c’est très bien. Le suffrage censitaire, certains pensent à le rétablir, mais qu’est d’autre la capacité de peser sur les décisions politiques que s’arrogent ceux qui possèdent de l’argent et l’oreille des élus et des experts qui décident pour eux (comme ces experts très particuliers que sont les commissaires européens non-élus, les « conseillers » de l’OCDE, les executive director du FMI, etc.) ?

    Répondre
  54. Franck
    Franck dit :

    Quant à « diversifier le système de redistribution avec une partie par répartition et une partie par capitalisation »,

    je ne vois pas en quoi justement le système de capitalisation soit un système de redistribution hormis à soi-même et à ses éventuels héritiers. Mais du coup, je comprends mieux Alain, il veut se payer des impots à soi-même et redistribuer sa retaite par capitalisation à soi-même, ca se tient comme raisonnement. C’est limpide et cela reste dans la droite ligne de « système par répartition = méchant communiste, pas bon. »

    Le système de retraite par répartition grippe non pas parce qu’il ya plus de retraités que d’actifs – la encore il y a des gens qualifiés qui expliquent que par exemple les gains de productivité des actifs d’aujourd’hui et de demain compenseront pour partie le surnombre des retraités – mais avant tout parce qu’il y a de nombreux Alain qui veulent se payer des impots à eux-mêmes et se payer des retraites à eux-mêmes et pas au voisin.

    Une bonne ponction fiscale chez ces égoistes et la fin des allègements de charges sociales divers et variés dont bénéficient les entreprises depuis 20 ans sous-prétexte de créer de l’emploi et pour finalement se tirer en Chine, doit permettre de résoudre assez facilement le déséquilibre éventuel (car il ne s’agit que de projections) du sytème de retraite par répartition. Une autre solution aussi les futurs travailleurs immigrés, il faudra bien quelqu’un pour torcher le cul de tous ces vieux riches croupissant dans leur maison de retraite dorée, seront aussi des cotisants au système de retraite par répartition. Mais c’est peut être une approche trop mondialiste pour des individus centrés sur leur petit ego étriqué.

    Répondre
  55. andre
    andre dit :

    à Agnès: pourquoi passer tant de temps à discuter avec des gens comme ,sarcomachin(tiens sarcome) Alain et autres neuneus de ce style? le gout de la polémique stérile,vous n’esperez quand même pas les faires evoluer!

    on ne discute pas avec une brouette on la pousse !

    le jour venu on les aura à notre botte ,c’est leur place habituelle,et ce jour viendra !leurs vociférations faites de phrases toutes faites n’y changera rien

    Répondre
  56. manu25
    manu25 dit :

    La seule question que l’on peut se poser, j’ai connu l’URSS il y a 25 ans et le balayeur de la place rouge gagnait comme salaire la même somme qu’un ingénieur des ponts, où un médecin. Est-ce si débile que ca? Pas plus que le libéralisme actuel. Bien, on me rétroquera que les études, l’investissement ne sont pas identiques… Certes la sacro-sainte liberté d’expression démocraatique, surtout avec Dassault, Hachette, Buygue, TF1, ici c’est nettement mieux que la Pravda d’une autre époque, et/où le régime Castriste où entre parenthèse le taux d’éducation est le plus élevé de l’Amérique Latine, mais ce n’est qu’un détail, n’est ce pas, ces bouseux ne bouffent pas de Mc Do donc c’est des gros nuls… Ha, les belles discussions du café du commerce, du vrai, de l’authentique franchouillard. Bon je reviens sur l’idée de départ, pourquoi les différences salariales sont elles si élevées en France, un autre facteur d’innégalité : la pénibilité au travail; les médecins (entres autres) peuvent travailler jusqu’à 75 ans sans gros problèmes, un ouvrier métalo : rarement. Que l’on ne me dise pas que cela fait parti de l’attractivité du boulot, sinon il y a longtemps que les médecins Urkrainiens se seraient fait la belle aux états unis. Enfin je ne trouverai pas génant un rééquilibrage salariale selon la pénibilité et le manque d’attractivité de certains travaux. De plus pourquoi 100 000 emplois ne sont pas pourvus principalement dans le btp et la restauration ? Boulots de merde payés au lance pierre, avec une pression d’enfer en prime. Tu redresses la barre des petits salaires et tout s’enchainent, relance éco., disparition partielle du trou de la sécu. puisque plus de cotis., la conso est relancée… Mais c’est nettement plus facile de se plaindre des impôts, des cocos avec leurs couteau ds la bouche. « Nous ne demandons plus ce que sont les choses mais combien elles coutent » Sénèque 01 siècle avant J.C

    
                                    Répondre                
  57. franck
    franck dit :

    Une dernière touche : andré avoir les autres à sa botte n’est une solution très enviable, on en a déjà vu les résultats qui permettent toujours aux imbéciles de faire valoir aujourd’hui des arguments faciles.

    la contradiction oui cela fait progresser, mais pas quand on n’est pas obligé de contrer sans cesse des lieux communs, cela use et le limite le débat pour le coup.

    Pour ma part, il y a une chose qui me tient à coeur et qui n’est pas sans conséquence sur les thèmes abordés ici et plus largement, qui faisait partie de certains programmes politiques anciens, et très vite oublié, à l’inverse de la collectivisation de la propriété privée qui a été appliquée avec les travers connus, ce serait tout simplement l’abolition de l’héritage : on crève et hop tout retourne au pot commun, hormis quelques effets personnels chargés d’affect ( ce qui exclut cependant les Picasso et autre Rembrandt…). Ca n’est pas la solution miracle, mais je reste persuadé que cela aurait beaucoup de conséquences positives pour l’humanité, ses motivations et son mode de fonctionner. Cela n’empechera pas d’autres modes de transmission et cela n’empecherait pas d’autres mesures paralèlles, mais abolir la transmission patrimoniale serait la meilleure base de répartition des richesses.

    Répondre
  58. Sarkoboy
    Sarkoboy dit :

    Ah ouais, ca a l’air bien Cuba… Vous devriez partir vous y installer rapidement. Avant 2007 par exemple 🙂

    http://web.amnesty.org/report2005/cub-summary-fra
    Il restait encore au moins 70 prisonniers d’opinion dans les centres de détention cubains à la fin de l’année, mais le chiffre exact était peut-être encore plus élevé. À part deux d’entre eux qui n’avaient pas encore été jugés ni condamnés, tous s’étaient vu infliger des peines comprises entre vingt-six mois et vingt-huit ans d’emprisonnement.
    La dernière visite d’Amnesty International à Cuba remonte à l’année 1998. Depuis, l’organisation n’a pas obtenu l’autorisation de se rendre dans le pays.

    Autre recit:
    « Ne retenez pas ce que la propagande vous a dit, nous sommes très malheureux » Cette phrase glissée discrètement par un habitant de La Havane résume sans doute très bien la situation.
    Un Cubain gagne l’équivalent en pesos de 5 $ par mois. Pour survivre, il fait souvent deux métiers. Il ne paye pas de loyer et peut s’approvisionner dans des magasins d’Etat où les prix sont très bas. Par contre, il doit présenter un carnet personnel de rationnement pour faire ses achats. Il s’agit d’abord des produits alimentaires. Mais les cigarettes et les cigares sont aussi rationnés et même les allumettes.

    Et pour finir, http://www.abolition.fr/ecpm/french/article.php?art=225
    Malgré le secret entourant la peine de mort à Cuba, on estime qu’environ 40 à 50 personnes sont actuellement condamnées à mort dans l’île. Bien qu’elle ait rarement été mise en œuvre ces dernières années – les dernières exécutions remontant à 2003 – la peine de mort est encore employée, notamment pour sanctionner les délits «politiques».

    Répondre
  59. franck
    franck dit :

    Sarkolik, pour compléter le tableau, il faudrait aussi quelques liens relatifs à Guantanamo.

    Au fait, c’est quoi, Sarkolombin, le rapport avec mémé? Elle était castriste?

    Mais je crois que t’es definitivement le meilleur en sarkokon.

    Répondre
  60. manu25
    manu25 dit :

    Et aux états unis, la peine de mort n’existe évidemment pas, pour principalement des erreurs judiciaires et/où des malades mentaux ? Combiens d’innocents dans les couloirs de la mort aux states? Et Guatanamo, ça vous dit quelque chose? Allons soyez sérieux. Cuba vit sous blocus décreté par les états unis, depuis plus de 20 ans et ne peut commercer avec qui que ce soit. Et malgré tout, la vie continue,certe pas la même que les « gringos », mais avec plus d’éducation, d’étudiants en médecine, bref de culture et de soins apportés aux plus démunis, quoique que l’on en pense. Juste génant le culte de la personnalité imposé par Castro… Et ses discours fleuves qui n’en finisse pas.

    Pour finir sur les pièges à cons des fonds de pension, AXA depuis 1963 a la charge des complémentaires retraite de la fonction publique hospitalière, aux dernières nouvelles les agents ayants souscrit à ce type de complémentaire se sont fait « enflé » de leurs épargne retraite, de façon éhontée, de manière à ce que de plus en plus de fonctionnaires suspendent de toute urgence leurs cotisations à cette compagnie. Encore un mirage de la démocratie actionnaire. A lire fonds de pension, piège à cons? De Fréric Lordon Raisons d’agir.

    
                                    Répondre                
  61. andré
    andré dit :

    À Franck Pas de méprise je n’ai jamais souhaité la présence de quiconque à ma botte c’était un simple constat de la veulerie de beaucoup toujours prêts à lécher le maître en place, les libéraux aujourd’hui nous demain quand tout aura pété

    La suppression de l’héritage plus que d’accord, ce reliquat de l’ancien régime me donne la nausée

    Répondre
  62. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je connais beaucoup de gens qui ont trimé toute leur vie pour acquérir un bout de terrain et y faire bâtir une maison qu’ils laisseront aux enfants. Je vous rassure, je ne prêche pas pour moi : je suis absolument certaine de ne jamais hériter de rien, sauf, éventuellement d’un bon paquet d’emmerdes. Donc, exit la maison de l’enfance? Vidé, le jeune fermier à la mort du père?
    Il y a héritage et héritage…

    Répondre
  63. manu25
    manu25 dit :

    C’est le noeud du problême, la proprièté c’est le vol, et combien d’échines courbées pour acquérir le samsuffit qui finira par être vendu par les enfants car étant quelque peu obsolète, trop loin, trop de réparation à entreprendre. Regarder autour de vous, les seuls devantures à proliférer actuellement ce sont les agences immobilières. Six fois plus en dix ans dans mon bled. C’est pas perdu pour tt le monde.

    Répondre
  64. franck
    franck dit :

    Non pas de différences à faire, le même régime pour tout le monde, sinon les alains et compagnie vont encore pleurer qu’on leur vole leur cassette. Dans ce jeu justement les pauvres ont tout à gagner même si au passage ils perdent la maison de leur enfance ou les quelques malheureux milliers d’euros que leurs parents auront diffcilement reussi à cumuler durant une vie d’esclave.

    Le but est un changement de mentalité : plus d’accumulation de capital ou alors en connaissance de cause (compteur a zéro à la fin), plus de transmission inégalitaire de ce point de vue d’une génération à l’autre ( cela n’empechera pas une transmission du savoir, de techniques, de la poésie ou autres). Il y aura donc encore des inégalités, mais qui seront à un autre niveau que purement financières et patrimoniales.

    Je pense que cette orientation pourra conduire justement à chercher d’autres motivations de vie que le fric et l’esprit rat qui en découle que ce soit chez les riches aussi bien que chez les pauvres. S’instruire, faire des études ne sera plus synonyme de bonne place, bonne paye et j’écrase les autres pour y rester, mais de s’instruire histoire de ne plus être bête ou je ne sais quoi encore.

    Cela remettra également profondémment en question le système croissance/consommation, acquistion de biens matériels a tout crin, dont on connait très bien les conséquences planétaires et environnementales, sans d’ailleurs vouloir les regarder en face, car ici également beaucoup continuent de raisonner en meilleure partage des richesses= hausse des salaires= relance de la croissance= retour aux équilibres sociaux= relance de la conso : achetons des frigos, des lecteurs Dvd et bouffons du Mc Do jusqu’à en être obèses, tout en sachant que cela ne durera pas. ce sans compter l’indigence morale et intellectuelle d’un tel système, nous le vivons tous les jours.

    Cela n’empechera d’ailleurs pas la liberté individuelle, ni le fait d’être propriétaire pour qui veut de son vivant. Cela sera juste investit autrement et, s’il se trouve encore des types qui voudront acheter des mégas loft, des grosses bagnoles et bosser des 70h/sem comme de bons cadres sup, libre à eux, mais a mon avis dans ce contexte cela ne durera pas longtemps ou cela restera épiphénoménal.

    Cela n’empechera pas le jeune fermier de continuer d’exploiter la ferme de son père, il faut justement réfléchir à ce niveau sur comment faire. De toutes facons au train actuel des fermiers il n’y en aura plus sous peu, donc cela vaut le coup de réfléchir. Dans une société sans héritage monétaire, il est clair également que les choses n’auront plus la même valeur qu’aujourdhui, cela impose de repenser à l’organisation qui en découle. Au dela de la propriété directe, il existe aussi d’autres solutions, le droit d’usage…bref des choses à penser autrement plus marrantes que répondre à des pleurnicheries de beaufs qui trouvent qu’ils payent trop d’impots…

    Répondre
  65. franck
    franck dit :

    Je précise qu’il ne s’agit pas de supprimer la propriété individuelle au contraire, cela a déjà été fait sans résultat positifs.

    Il s’agit de supprimer l’héritage.

    D’ailleurs, tous les pays soi-disants coco cités en contre-exemple par nos amis, ont souvent collectivisé ou plutot étatisé la propriété individuelle, mais n’ont jamais appliqué la suppression de l’héritage qui faisait pourtant partie des mesures du manifeste du parti communiste de 1848 et ce n’est pas par hasard…

    Evidemment, cela relativise par conséquent la portée de la propriété privée puisque cela la limite au vivant du possédant, mais il faut la conserver dans ce cadre on en prend pas beaucoup de risque. Justement l’initiative personnelle aura toujours sa place, mais pas dans un esprit cumulatif et de transmission, ce qui influera sur les motivations des gens à agir et donc à changer les mentalités.

    Répondre
  66. André
    André dit :

    Pour manu25 J’habite un DOM là quand tu vois ce qui se passe avec la défiscalisation ,les Lois Paul, Girardin et autres qui outre faire monter artificiellement le taux d’indice de la construction et de ce fait font monter en flèche les loyers (même tarif qu’à Paris avec un revenu de 35% inférieur) quand tu vois en plus qui défiscalise,qu’il est évident que ces opérations permettent le plus souvent de laver des capitaux plus ou moins avouables (on en est maintenant aux capitaux russes) que tu constates l’ensemble de magouille que ce système encourage et permet tu as vraiment envie que toute cette structure s’écroule

    Dans mon bled 61 agences immobilières 2500 habitants qui dit mieux?

    Répondre
  67. manu25
    manu25 dit :

    A Franck, ouais t’as raison, mais tu marches seul où presque à contre-courant de ton époque mon garçon. Sur 178 employés sur mon lieu de travail, je dois faire partis des derniers des mohicans à n’être pas proprio. C’est le but ultime, même à 18 ans les jeunes achètent leurs appartements, pour ensuite construire le pavillon clefs en main de leurs rêves. Et même à 100€ le M2 de terrain. Je suis sur que même à 150€ cela ne les dissuadraient nullement. Alors comment peux tu, seulement, imaginer faire admettre ta thèse sur l’héritage?

    Répondre
  68. franck
    franck dit :

    Manu 25: c’est dommage et je m’en fous je propose juste mes idees et je le repete il ne s’agit pas de supprimer la propriete privee mais l’heritage.

    Les jeunes qui achetent verront peut etre les choses autrement hors possibilite de transmettre leur petit capital immobilier. Pour cela il faut en parler, les idees murissent lentement et ca change des banalites habituelles.

    Répondre
  69. Sarkoboy
    Sarkoboy dit :

    Ca sent bon la jalousie par ici… Parce que s’il n’y avait pas jalousie, ca ne generait pas manu25 que ses collegues achetent un appart et pas lui… Pourquoi le fait que tes collegues possedent un appart et pas toi te pose probleme ? Ca change ta facon de vivre lorsque l’un d’eux investit ? Finalement, c’est un résumé parfait:
    – Le mec de droite: « mon voisin a une belle maison/voiture/…, je n’en ai pas, je vais etudier/bosser dur pour pouvoir un jour me la payer »
    – Le mec de gauche: « mon voisin a une belle maison/voiture/…, je n’en ai pas, je vais trouver un moyen de lui piquer/taxer/desheriter/… »

    Répondre
  70. Fred, de L.
    Fred, de L. dit :

    – Le mec militant ump de base : « j’ai un pois chiche dans la tête et je ne peux pas m’empêcher de ne raisonner que par sophismes et amalgames… »

    « A vouloir expliquer l’inexplicable, on en vient à excuser l’inexcusable » © Sarko 2005 in « Mon Karcher est le plus beau ».

    Répondre
  71. manu25
    manu25 dit :

    Ce n’est absolument pas de la jalousie, Marx m’en garde, mais c’est un constat sur le nouvel opium du peuple et sur la façon de vivre uniformisé, sans saveur, sans originalité et de plus en plus individualiste. Et ça ne date pas d’hier. D’un coté on monte en dogme la flexibilité et mobilité géographique; de l’autre, aucun salut hors de la proprièté privée individuelle ? Comprendra qui pourra. Tiens les sarkoneuillypassy, ont très certainement une théorie là dessus? Aller un petit dernier pour la fin : « Affame ton chien, il te suivra, donne lui à manger, il te mangera »

    Répondre
  72. Andre
    Andre dit :

    A Agnès « Ça doit être coton pour trouver une boulangerie… »

    Il y a 2 boulangeries et quelques points chauds, ..mais je sens une pointe d’ironie et de scepticisme sur le nombre d’agences immobilières…c’est dommage… mais véridique ,moi je n’ai pas remis en cause l’histoire de la grand mère ; la vie de mon arrière grand mère qui arrivait du nord et qui a terminée comme concierge rue de Rivoli était assez semblable

    Répondre
  73. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    André, je te crois totalement. C’est juste que je vis dans un bled de 2000 habitants et que je trouve qu’on a surtout des banques et des assurances. À ton niveau de squatting financier, je pense juste que les commerces « normaux » doivent avoir du mal à se maintenir…

    Répondre
  74. manu25
    manu25 dit :

    Ici, 2500 habitants et le même constat qu’andré, 18 agences immobilières, 06 notaires, toutes les agences bancaires représentées : 09 succursalles. Et bien sur une quirielle d’assurances… Effectivement, de moins en moins de commerces traditionnels.

    Répondre
  75. andre
    andre dit :

    Agnés Pourquoi le commerce est prospere dans le Gers ,ça a changer alors! mais c’est beau le Gers ,ici aussi d’ailleurs en dehors des cyclones Amicalement

    Répondre
  76. jeune gauchiste
    jeune gauchiste dit :

    @Sarkoboy Les prisonniers d’opinion. LOL.

    <mode sincère> Mais putain, enlève la merde que t’as dans les yeux une fois dans ta vie bordel, et sur le site d’amnesty international, va voir à France, à USA et ferme ta gueule. Et si ça te dérange pas, que tu as l’ame d’un tortionnaire, eh ben, assume le , et le reproche pas aux autres, bordel. <mode sincère off>

    Je t’invite à consulter les pages concernant nos merveilleuses démocraties occidentales et à réviser tes propos. Que tu ne te sois pas encore étouffé dans ta bêtise m’étonne.

    Répondre
  77. andre
    andre dit :

    C’est comique j’etais en train de lire ses commentaires ,en effet on ne dois pas etre très éloigné, le monde est tout petit je le pense vraiment,toi tu n’es pas loin de Satyagrahas !

    Répondre
  78. franck
    franck dit :

    reponse a Sarkollabo: C’est étrange quand je lis tes ecrits, sarkolapsus, l’image qui me vient immediatemment à l’esprit est celle d’une bonne chiasse foncée et malodorante de la plus pure gastro hivernale.

    Tu devrais te contenter des forums de france 2 ou de france 3 en compagnie de fogiel où c’est tendance d’ecrire a propos du dakar :  » Vous oubliez quand même de signaler qu’il y a de nombreux rallies qui se déroulent eu Europe où il y a autant de morts voir plus de morts (spectateurs) que sur le Paris Dakar pourtant on ne les arrête pas et on en fait pas tout un plat (après tout ce ne sont que des sales blancs riches et racistes qui meurent, nan ?).que des petits enfants se font ecraser et que c’est pas parce qu’ils sont noirs qu’il faut en faire un plat. »

    Chaque espèce est adaptée à un biotope, le tien c’est l’égout ou au mieux le marigot, tu devrais t’en contenter.

    Malgré tous mes efforts poétiques Sarkokon reste le meilleur.

    Répondre
  79. Sarkoboy
    Sarkoboy dit :

    Franck> je viens d’aller faire un petit tour chez France 2, et en effet on y trouve des interventions d’un certain « sarkoboy ». Sache que je n’ai rien à voir avec ce monsieur, qui du reste a peut-etre des idées très interessantes 🙂

    Répondre
  80. manu25
    manu25 dit :

    Fait gaffe Franck, ils ont tendance à se multiplier ces derniers temps les sarkochiants, voire forums : libé, monde… Amicalement . Manu.

    Répondre
  81. Olivier, de Besancon
    Olivier, de Besancon dit :

    Je decouvre ce blog, et la variété des profils est assez surprenantes. Je donnerai ici la vision que j’ai du systeme fiscal francais, et en particulier du principe de l’impot sur le revenu. J’ai 43 ans, issu d’un milieu ouvrier, vivant en concubinage, et pas d’enfant. J’ai eu la chance de pouvoir suivre des etudes dans le domaine de la micro-mecanique, et après avoir beaucoup investi dans ma vie professionnelle, je suis aujourd’hui chef de departement dans une grande entreprise, avec de nombreux collaborateurs sous mes ordres. Mon salaire est confortable (environ 7000€/mois net) et je beneficie de quelques avantages en nature (voiture de fonction par exemple).
    Comme vous pouvez vous en douter, je paie beaucoup d’impots sur le revenu (1 part, aucune deduction fiscale). Je me suis toujours refusé à realiser des placements qui me permettraient de reduire cette imposition. Pourquoi ? Parce que je pense qu’il est normal que je paie ce montant si elevé. Et à cela, plusieurs raisons:
    1. Il me reste, somme toute, un salaire apres impot très confortable. Bien plus confortable que la majorité de la population francaise. Et à ce titre, je serais bien mal placé pour me plaindre
    2. Ce salaire, je le dois en partie à mes etudes. Pourquoi « en partie » ? Parce qu’au final, c’est bien la France et son systeme educatif qui m’ont permis d’obtenir cette place. C’est parce que mes parents, mes grand parents, et tous les parents et grand parents de France ont un jour payé des impots pour financer mon education. Et donc quelque part, c’est à mon tour de le faire, pour les génération à venir (meme si je n’ai pas d’enfant…)
    3. Parce que pour moi, payer des impots, c’est participer à la vie de la Nation: financer l’education des generations futures, certes, mais aussi la sécurité sociale, les routes, la police (parce qu’il en faut !), la protection sociale (certes imparfaite, mais qui a le merite d’exister ici en France), …
    Bref, vous l’aurez compris: pour moi, payer des impots est un geste citoyen, qui a pour but d’aider les plus demunis, et retablir un semblant de justice dans ce monde d’injustices. Parce que de là où je suis, je vois aussi d’où je viens. Je paie des impots, et je sais que je suis chanceux d’en payer. Et jamais il ne me viendrait à l’idée d’utiliser un mecanisme d’evasion fiscale pour en payer moins…
    Voila, ce n’est que mon opinion, elle vaut ce qu’elle vaut…

    Répondre
  82. manu25
    manu25 dit :

    T’as vu sarko, on se sent moins seul avec l’article de Olivier. Et pourtant c’est pas un dangereux gauchiste, tu vas me proposer un nouveau stage UMPAOU ?

    Répondre
  83. jcd
    jcd dit :

    Ben, oui : la fin de l’héritage, ou éventuellement sa limitation à peu de choses, est un préalable à toute politique égalitaire. Les partis socialistes l’ont oublié, les écolos n’y ont jamais pensé, et les autres, bof! Quand j’en parle, on a effectivement tendance à me prendre pour légèrement dérangé. Heureux de lire que d’autres pensent aussi qu’il s’agit d’aller à la racine et éviter la capitalisation. je suis propriétaire d’une petite maison (enfin, il me reste quinze ans de paiement à faire à la banque), l’intérêt principal de cet achat est d’avoir un toit pour plus tard, quand les pensions seront à ce point rognées qu’il me sera difficile de payer encore un loyer. Je n’éprouve aucun plaisir à être propriétaire et je crois qu’en permettant à mon fils de faire des études, je lui apporte plus que ce qu’il héritera peut-être un jour (et si tard).

    A bas l’héritage,

    Répondre
  84. Franck
    Franck dit :

    Peut etre sommes-nous que quelques fous, mais c’est deja bien de ne pas être le seul. Moi aussi je suis un sale proprio, enfin je le serai réellement dans une bonne quinzaine d’années… D’une facon, c’est ca ou le loyer et effectivement ca rassure pour l’avenir qui nous attends. En tout cas, en abordant ce thème de la’abolition de l’héritage, même auprès de gens sensés, on passe vite pour un timbré. Cela manque d’imagination tout cela…

    Et même cela me désole beaucoup que de constater que pour des gens de gauche, une simple politique de relance keynesienne qui n’est finalement qu’un adoucissement du système capitaliste(meilleur partage des richesses= hausse des salaires= relance de la conso= retour aux équilibres sociaux) fasse figure aujourd’hui de politique révolutionnaire et avant gardiste. Bref, on se contente de peu, mais cela signifie que la travail d’intox de ces dernières decennies a été payant pour ceux qui le mène et a bien réussi à castrer les esprits.

    Pour ma part, je crois fondamentalement, que même en réussissant à améliorer la situation actuelle (ce qui reste totalement hypothétique et très loin d’être gagné) avec a minima une meilleure répartition des richesses créees, on va droit dans le mur. La planète ne supportera pas longtemps encore notre train de vie et celui de ceux qui arrivent en l’imitant à plein (Chine, Inde etc). A moins que nous acceptions de vivre dans des cités puits souterraines, avec masque a gaz et en bouffant des merdes de synthèse, comme dans les meilleurs romans de SF qui le sont de moins en moins…

    Dans ce contexte, il sera d’ailleurs encore plus facile d’encadrer les moutons.

    Ce qui serait, de plus, excitant à reclamer l’abolition de l’héritage, c’est qu’il ne s’agira pas demander toujours plus (hausse salariale, plus d’école, plus de couverture sociale), avec la sempiternelle réponse, c’est pas possible à cause de…(au choix), il faut être réaliste. Mais de demander moins (on ne veut plus d’héritage) dans un premier temps avec la perspective d’avoir beaucoup plus à terme. Voila de quoi déstabiliser plus d’un pouvoir politique…

    Le problème est que tant que nous resterons dans une vue à court terme et limitative à notre situation perso, en pensant « merde alors la maison de papy où j’ai joué aux billes ». On en restera là et vive le naufrage.

    Répondre
  85. manu25
    manu25 dit :

    A Olivier »…7000€/ par mois » c’est un salaire Suisse non? et cela doit être fondamental comme turbin! D’autant que c’est la France qui a financé ta qualification mais tu l’as très bien dit toi même. Et après ces salopards de fonctionnaires nantis et irresponsables demandent de substancielles augmentations de salaires. Non mais plus sérieusement il est là, le fameux décrochage dans ce monde capitaliste où » habiller » des montres est nettement plus importants(vu les salaires pratiqués) que de s’occuper des humains (Educateurs, Infirmières, profs…). C’est savoureux comme logique. Bouffer du poulet que l’on vous dit!!!

    Répondre
  86. marzi
    marzi dit :

    Manu25 : si Olivier bosse en suisse (attendons sa réponse!), je pense malgré tout que la france ne perds rien de ce qu’elle a investi poru ses études… à partir du mometn ou il réside et paye ses impots en france. Pire, il ramene de l’argent en france totu en libérant un emploi. La quesiton se pose en effet sur els gens qu’on forme gratuitement avec notre éducation nationale « gratuite » et qui s’expatrie completement. Sans parler des moultes étudiants étrangers présetn dans nos universités (et je parle en connaissance de cause).

    Répondre
  87. manu25
    manu25 dit :

    A Marzi, déjà l’éducation nationale publique est loin d’être gratuite, j’en sais quelque chose (une fille au primaire, une autre au lycée), quand à Olivier c’est l’exception qui confirme la rêgle, car dans mon bled de frontaliers ils ne parlent que d’impôts trops lourds, d’ailleurs, relayer par notre député U.M.P qui justifie alors la disparition progressive des services publiques, afin de satisfaire son électorat. (- d’écoles, d’hopitaux, de postes…= – d’impots) Quand à son emploi libèré, permet moi d’en sourire car il n’ y a plus,(LIP) depuis longtemps dans ma région, de filière micro-mécanique, tout ce passe désormais de l’autre coté de la frontière.(Le fameux swiss made) Maintenant, très tranquillement, ça ne me dérange absolument pas que « mes » impots financent des étudiants étrangers, combiens d’internes et/où de médecins praticiens étrangers dans nos centres hospitaliers ? (Pour ne prendre que cet exemple).

    Répondre
  88. marzi
    marzi dit :

    Enfin, que les autres ralent qu’ils payent trop d’impots, on s’en fout, le fait est qu’ils en payent, en proportion de leur salaire suisse, et que c’est tout benef pour la france, c’est juste ca que je veux dire.

    Répondre
  89. manu25
    manu25 dit :

    Ce qu’il est moins c’est que ce ne sont pas les caisses de chômage Suisse qui indemnisent les chomeurs potentiels en cas de licenciements mais les bonnes vieilles assedics françaises. De même que lorsqu’il y a hospitalisation en France d’un frontalier, son assurance met un temps fou pour rembourser les avances de frais : Forfaits hospitaliers et soins.

    Répondre
  90. manu25
    manu25 dit :

    Enron and co, mais dans le même ordre d’idée, pensez à regarder sur france 5 les raisons de la privatisation d’EDF, éloquent. Le 28 mars je crois. Tiens, ce n’est pas dans le programation de TF1. Comme c’est bizarre. Merci pour le lien, dame Agnès.

    Répondre
  91. bbergeox
    bbergeox dit :

    Blablabla !aucun intêret !!Dommage d’entendre que ceux qui vivent aux crochets de la communauté ,jamais contents en sus!Les 35h c’est trop!les RTT pas assez !Quand on n’aura plus qu’un actif pour nourrir 3 rmistes vous aurez du soucis à vous faire car IL ne voudra plus travailler pour 30% de son salaire total le reste vous revenant .Et si vous pensiez bosser un tout petit peu

    Répondre
  92. Segolene
    Segolene dit :

    La Cigale et la Fourmi.

    VERSION CLASSIQUE
    La fourmi travaille dur tout l’été dans la canicule, elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l’hiver. La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit, danse et joue tout l’été. Une fois l’hiver arrivé, la fourmi est au chaud et bien nourrie. La cigale grelottante de froid n’a ni nourriture ni abri, et meurt de froid.

    VERSION FRANCAISE
    La fourmi travaille dur tout l’été dans la canicule ; elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l’hiver. La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit, danse et joue tout l’été. Une fois l’hiver arrivé, la fourmi est au chaud et bien nourrie.
    La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d’être au chaud et bien nourrie, tandis que les autres, moins chanceux, comme elle, ont froid et faim.
    La télévision organise des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante de froid et qui passent des extraits vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de provisions.
    Les français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse souffrir cette pauvre cigale tandis que d’autres vivent dans l’abondance. Les associations contre la pauvreté manifestent devant la maison de la fourmi. Les journalistes organisent des interviews demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale et interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu’elle paie « sa juste part ». En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une loi sur l’égalité économique et une loi (rétroactive à l’été) d’anti-discrimination.
    Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide. La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la fourmi n’a pas assez d’argent pour payer son amende et ses impôts. La fourmi quitte la France pour s’installer avec succès en Suisse.
    La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée. Elle est en train de finir les dernières provisions de la fourmi, bien que le printemps soit encore loin.
    L’ancienne maison de la fourmi, devenue logement social pour la cigale, se détériore car cette dernière n’a rien fait pour l’entretenir. Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque de moyens. Une commission d’enquête est mise en place, ce qui coûtera 10 millions d’euros.
    La cigale meurt d’une overdose ; Libération et l’Humanité commentent sur l’échec du gouvernement à redresser sérieusement le problème des inégalités sociales.
    La maison est squattée par un gang d’araignées immigrées, le gouvernement se félicite de la diversité multiculturelle de la France. Les araignées organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté.

    Répondre
  93. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Version réaliste :
    La cigale et la fourmi bossaient sur la même chaîne de montage à l’usine. Le scorpion, leur patron, décida qu’il pouvait encore augmenter les marges bénéficiaires de l’entreprise à servir aux tiques, ses actionnaires. Il vida la cigale et augmenta d’autant la charge de travail de la fourmi, tout en lui diminuant son salaire sous prétexte que c’était ça ou la délocalisation vers des termites asiatiques que l’on dit TRÈS bon marché.
    La cigale chanta tout l’été son CV sur la place du marché, avec toutes ses trop nombreuses copines lourdées. Seulement, les scorpions n’embauchent pas, ils vident toujours plus de cigales, les tiques deviennent énormes et on explique aux fourmies rescapées que c’est sur leur salaire qu’on va prélever juste de quoi éviter que ces putains de cigales ne se révoltent. Evidemment, la fourmi, abrutie de travail et qui carbure aux hypnotiques pour tenir le choc, elle a méchamment les boules, elle se dit que les foutues cigales, même si elles n’ont pas grand chose à bouffer et qu’elles se gèlent le cul tout l’hiver, finalement, elles ne sont pas si mal loties que cela, comparé à sa souffrance devenue permanente au travail.
    Pendant ce temps, on met en service des armées de morbaks, dont la plupart sont des cigales en CDD, pour fliquer les cigales et leur faire comprendre qu’il va falloir que quelques unes d’entres elles (les plus moins pires, les plus souples de l’échine) reprennent du service dans leur job très dégradé, pour la moitié du salaire d’avant, parce qu’on a beau faire, les fourmis sont en train de crever d’épuisement.
    De leur côté, les tiques sont devenues tellement énormes et gonflées de sang, qu’elles ne peuvent même plus se bouger ou se gratter leurs couilles de tiques, et que du coup, elles sont bien emmerdées. Heureusement, le morbak en chef a une idée de génie : on va forcer quelques cigales soigneusement triées sur le volet à venir s’occuper de torcher le cul des tiques! Mais pas trop tout le même. Il ne faudrait pas que les cigales en rade deviennent suffisamment peu nombreuses pour qu’elles et les fourmis se rendent compte qu’elles se sont faites baisées dans les grandes largeurs et que plutôt que de lutter les unes contre les autres, elles auraient plutôt intérêt à aller claquer la gueule des morbaks et des scorpions et purger le bide des tiques!

    Répondre
  94. Alain
    Alain dit :

    En réponse à Olivier de Besancon,
    Moi aussi je suis très content de payer une tonne d’impôts, mais quand j’ai su que la moitié partait dans le remboursement des intérêts de la dette public, je dis bien les intérêts de la dette et non pas la dette elle-même, que le reste partait dans le remboursement de la dette et des frais de fonctionnement de l’état et qu’il reste à peine 10% qui sont utilisés pour les hôpitaux, les écoles, les infrastructures etc… ça me fait mal au Q de donner tout cet argent aux incompétents dirigeants de l’état.
    Chaque citoyen a des droits et des devoirs envers son état, mais quand l’état failli à ses devoirs, que faut-il faire ? Rester les bras croiser à attendre que ça s’arrange ?
    Non.
    Je considère personnellement que mon argent est mal utilisé par l’état alors je fais en sorte de lui en donner le moins possible.
    Je considère que c’est un acte citoyen de refuser l’incompétence des dirigeants de l’état et de le sanctionner aussi bien financièrement que par le vote.

    C’est trop facile qu’un état exige de ses citoyens de le financer et que l’état n’ait aucun compte à leur rendre. Payer des impôts sans demander de compte à rendre c’est cautionner le système et je ne le cautionne pas. Faut pas ensuite s’étonner que certains cherchent à s’en défaire.

    Ce que je trouve hallucinant dans les propos des gauchistes, c’est qu’ils cautionnent aveuglément les dérapages des déficits publics tout en disant « 2000 milliards à rembourser ? c’est rien, les générations futures paieront ».
    Elle est ou la solidarité tant criée ?

    Ce que je trouve encore plus hallucinant, ce sont tous ces gamins manipulés par la gauche contre le CPE, alors que ces gamins, dans 10 ans, ils bosseront plus et seront dans des situations pire et plus précaire que leurs parents, ils payeront la retraite des vieux et rembourseront la dette public qui aura doublé d’ici la.

    Le CPE n’est rien par rapport à ce qui les attend, pourtant aucun gamin, adulte ou vieux descend dans la rue pour dénoncer ce fardeau lègué à nos enfants.

    Répondre
  95. Fred de L.
    Fred de L. dit :

    Oups… C’est con, c’est à chaque passage de la droite que la dette… explose. En particulier depuis 2002… que l’Etat est géré par…

    La dette, c’est comme l’insécurité… elles augmentent malgré les discours et la présence de Sarko…

    Répondre
  96. Alain
    Alain dit :

    Non, ce n’est pas une question de gauche/droite, les 2 sont à renvoyer dos à dos.
    Pendant des années ils ont laissé faire et leur seul but était de se faire réélire par tous les moyens en caressant leur lectorat respectif dans le bon sens du poil, pour les uns c’était l’insécurité etc…, pour les autres c’était les 35h etc… Aucun parti n’a travaillé pour l’intérêt général mais uniquement pour se faire réélire.

    Et on voit les jeunes anti CPE tenir des propos complètements incohérents, ils veulent un CDI pour prendre un crédit immobilier, un crédit auto et partir en vacances grâce aux RTT.
    Moi à leur age, je voulais changer le monde, les jeunes d’aujourd’hui veulent absolument rien changer, ils veulent devenir de bons consommateurs qui roulent en Twingo tout en tenant des propos gauchistes.
    Les jeunes ne se rendent même pas compte de leur stupidité.

    On a les politiques qu’on mérite et les jeunes qu’on mérite.
    On a la France qu’on mérite.

    Je ne cautionne pas cela, alors ne me demandez pas de faire parti de cette énorme farce en finançant ces gens.

    Répondre
  97. manu25
    manu25 dit :

    Déjà lors du référundum du 29 mai ont a eu ce genre de commentaires, droite et une partie de la gôche genre : « …ils ne comprennent rien de rien ces moutons, puisque l’on vous répète que c’est bon pour le pays, bande d’ignare ». « Veuillez nous faire confiance et P… votez cette constitution. » Bref le peuple n’est pas bon changons le peuple. Et les jeunes ont reçu une éducation de leurs parents où le principal tenait à acheter toujours plus de conneries, de changer de bagnoles à chaque fois que le cendrier était plein, quitte à s’endetter à mort dans la panoplie fallait le pavillon de naze… Ce sont eux qui sont eux les vrais faux culs.

    Répondre
  98. jcd
    jcd dit :

    Faut-il ou fallait-il vendre les banques publiques pour rembourser un peu de dettes ? N’est-ce pas mieux de conserver ces organismes 1. comme prêteur éventuels, 2. pour contrôler le secteur du cérdit en y étant un acteur puissant, 3. En profiter pour empêcher les opérations spéculatives (et particulièrement sur le « marché international », de ces banques publiques ?

    Répondre
  99. Sarkoboy
    Sarkoboy dit :

    Manu25> souviens-toi: ceux qui pronaient le « non » (l’autre partie de la gôche et les facho, belle alliance…) parlaient aussi d’un « plan B ». Tu l’as vu arriver ce plan B ? On nous aurait donc menti à la LCR ? 🙂

    Répondre
  100. Fred, de L.
    Fred, de L. dit :

    C’est quoi cette manie de *faire* croire que les « nonistes » n’ont rien fait, alors même qu’ils ne sont pas au pouvoir ? Vous vous êtes tous passés le mot ? Les nonistes ne *peuvent* rien faire, sinon voter non quand « on » leur demande leur avis. Il n’y a pas lieu de faire des amalgames stupides concernant des promesses supposées de la LCR, et toutes ces autres stupidités consternantes montrant le niveau abyssale de connerie des contradicteurs. Quand on vote, on ne propose pas un programme, on répond à la question du moment. Essayer de faire croire qu’il y avait qq chose de plus, c’est continuer à prendre les gens pour des cons.

    Répondre
  101. Testouille
    Testouille dit :

    Je ne donne que mon opinion passagère : – je n’y connais absolument rien en politique ; – je n’y connais rien en économie. Donc j’écoute, je lis et je réfléchis à ce que je lis.

    Jusqu’à présent, personne de gauche n’a réellement expliqué, dans quelque forum que ce soit, intelligemment, et de manière compréhensible, quelque chose de constructif dans lequel il n’y avait pas une faille énorme qui mettait à plat tout ce qui était expliqué.

    Je trouve qu’Alain, même s’il peut paraître un peu extrémiste, est tout à fait réaliste. Je fais partie des gens qui travaillent jour et nuit pour y arriver, et qui y arrivent. Je suis parti de rien, et en bossant j’arrive à gagner un peu plus de 2000 euros net par mois. Mais je me suis levé le derrière.

    
    

    Je n’arrive pas à comprendre comment certaines personnes rêvent encore d’un monde où tout le monde travaillerait peu, et tout le monde gagnerait autant. C’est pire qu’utopique : c’est de la bêtise.

    Et l’autre qui dit qu’il ne faudrait plus d’héritage ! Imaginons que l’héritage n’existe plus et que tout aille dans la poche de l’état. Où iraient les biens dites moi ? Dans la poche d’autres personnes politiques qui ont fait les lois pour eux ! Mon ami travaille de manière très rapprochée avec un gestionnaire de fortune. Celui-ci lui explique que tous ses clients qui ont plus de 15 000 € de gains par mois ne paient pas d’impôt du tout : absolument toutes les lois sont faites ainsi. Un exemple rapide ? Vous ne voulez pas payer d’impôt sur les revenus locatifs (= destiné aux gens qui ont beaucoup de rentes immobilières) : rien de plus simple : vous montez une SCI, et vous vous endettez suffisamment en construisant, en achetant un yacht, etc, pour que ce que vous gagnez soit équivalent au remboursement des dettes de construction. Pourquoi ? Parce qu’une société qui ne gagne pas d’argent n’est pas imposable. Donc vous avez des loyers qui tombent, vous vous en servez pour payer d’autres constructions, et vous n’êtes pas imposé du tout dessus ! C’est entièrement légal ! Ce n’est qu’un tout petit aperçu des choses que le gens qui ont beaucoup d’argent connaissent : les lois sont faites pour que les gens riches soient de plus en plus riches.

    Les gens de classe moyenne, comme me l’expliquait ma connaissance d’entreprise le banquier, sont ceux qui paient le plus d’impôts. A l’inverse, ceux qui nourrissent les banquiers sont… les tout petits qui ont plein de découverts, de déficits etc. mais là le monde des banquiers est un autre débat (où je finis toujours en concluant qu’il ne faut pas confondre « une entreprise qui est là pour gagner de l’argent » et « des voleurs qui vivent comme des charognards sur l’argent et la misère des autres ».

    A l’inverse, les pauvres ? C’est un autre débat. Ma petite amie, ingénieur process dans une grande boite de composants éléctroniques, m’expliquait qu’elle recrute depuis deux mois des « petites mains », pour faire des boulots simples. Sur 20 personnes, j’insiste : VINGT personnes, DIX NEUF sont parties d’une manière comme d’une autre et la moitié a expliqué qu’elle préférait ne rien faire et avoir les aides de l’état. Pauvres vous dites ? L’amie de ma mère, Christine T$ pour ne pas la nommer : – reçevait le RMI ; – ne payait pas de loyer et vivait dans une maison de plain pied 6 pièces avec ses trois enfants (sans rente du père qui était parti faire sa vie ailleurs) ; – voyait sa fille qui était superbe aller chercher au curé de la paroisse qui bavait en la regardant, 3000 francs, oui j’ai bien écrit : 3000 francs venant du don des paroissiens pour les dépenser à boire et s’amuser dans le bar (elle aussi touchait le RMI). Elle disait qu’elle avait essayé de faire les ménages une après midi mais que c’était « trop fatiguant » et depuis 5 ans que nous la connaissions je ne l’ai jamais vu faire quelque effort que ce soit. En bref, une assistée complète de l’Etat : je ne la critique pas, je critique le système dans son intégralité. Oui, on favorise les fainéants ! Et quand je lis « il faudrait que ceux qui gagnent plein d’argent en travaillant beaucoup le donnent à ceux qui ne foutent rien », ça me rend dingue d’imaginer qu’il existe des gens comme ça, des loosers par définition.

    Comment voulez vous que moi qui bosse jour et nuit, je n’aie pas envie de donner la moitié de ce que je gagne à l’état, si je sais que sur tout ce que je donne, je nourris tous ces bandes de fainéants ? Après m’être renseigné, je suis entièrement d’accord quand on dit que le gouvernement dépense beaucoup trop d’argent et surtout, n’importe comment. Et je fais partie des gens qui ne sont pas d’accord pour payer la fainéantise d’autres personnes (et je ne vais pas m’arrêter de travailler pour faire comme tout le monde, non plus).

    Bon j’arrête il est 20h57 et j’ai encore du boulot (je connais des employés de l’état qui doivent s’arracher les cheveux à imaginer qu’on peut travailler jusqu’à 20h59 (comme ma banquière qui parlait d’un air scandalisé à sa collègue en disant « tu te rends compte j’ai travaillé jusqu’à 19 h hier soir c’est inadmissible ! ». Moi quand j’entends ça je me dis que si tous les riches investissent ailleurs que dans ce pays, nous n’aurons que ce que nous méritons))

    Répondre
  102. ko
    ko dit :

    c’est pour que d’autres puissent encore, en se levant le derrière, choisir de « réussir » à la manière de testouille que certains se battent pour conserver les droits sociaux si durement acquis…

    personnellement, je ne vois là aucune réussite : je préfère gagner petit et être disponible, à 20h59, pour ma petite famille, pour voir un film, lire un livre, manger un bon repas sain « home made » ou faire des câlins à mon homme. mais je ne critique pas celui qui pense que sa place est au bureau : grand bien lui fasse…

    les défenseurs de la justice sociale ne rêvent pas d’une société composée uniquement de nababs , comme feignent de le croire certains ; ils plaident simplement pour plus d’harmonie, de solidarité, une approche humaniste des rapports sociaux.

    Répondre
  103. Testouille
    Testouille dit :

    Purée je viens de voir le lien qui est fait ici sur le site de actuhomage.org, et je cite :
    Ici, à Neuilly, pas de taux de chômage à deux chiffres (contrairement à ses consœurs du 93 où le sous emploi peut toucher 20 à 30% de la population active), pas de cités sensibles, pas de ghettos (en dehors de celui des lodens et tailleurs Chanel), peu de délinquance (mise à part la délinquance à col blanc). Neuilly, c’est un peu Monaco, frasques princiers compris et savamment relayés par Paris Match !
    Mon ex petite amie venait des quartiers plus que défavorisés : sa mère, battue par son père, est partie avec ses 3 enfants un soir tard dans la nuit pour s’enfuir loin de lui, un peu comme dans les films.
    Je sais donc de quoi je parle quand je parle de délinquance : un de ses amis était surnommé le Belge, parce qu’il volait des BMW et les revendait en Belgique. Vous savez comment il vivait ? Au RMI, sur le dos de l’état. Il était le premier à foutre la merde un peu partout : dès qu’il pouvait casser quelque chose pour le plaisir (plusieurs abribus avec une façade en plexiglas y sont passés) il le faisait. Le second ? Pas plus tard qu’il y a quelques semaines il se vantait d’être arrivé derrière quelqu’un qui avait un téléphone portable, et de l’avoir tapé tellement fort dans le dos que la victime n’arrivait pas à respirer et qu’il était devenu violet, avant de pouvoir reprendre son souffle. Bien sûr, ce gros con de bourgeois n’avait qu’à pas avoir de téléphone portable, me direz-vous. Devinez comment il gagnait de l’argent ? RMI. Qu’est-ce qu’il faisait ailleurs ? Rien. Ah si : il organisait des tournées pour aller casser des villas et tout dévaliser. Et il faudrait le plaindre ? Dire que ce n’est pas de sa faute ?
    Dès qu’on durcit les lois tout le monde gueule, et dès qu’on les relâche, tout le monde gueule !
    Moi quand je vois ça sous mes yeux, je suis clairement dégoûté par le système Français, et si ma famille ne vivait pas ici, je serais depuis très longtemps parti de ce pays.
    C’est le système qui veut ça, ok. Alors que faut-il faire ? Il y a trop de riches, c’est ça ? Il faut que tous les riches paient tout les casseurs de Nuilly-Passy c’est ça ? Faut être réaliste : toutes les personnes qui voulaient s’en sortir et y arriver dans la vie y sont arrivé, absolument toutes. Le seul hic, c’est que la montagne d’efforts qu’il faut fournir est souvent bien trop importante pour ces assistés.
    Quand j’avais 17 ans, j’ai bossé comme un dingue pendant 3 mois pour me faire suffisamment d’argent pour me payer une petite voiture et la sono qui va avec. Disons même une bonne sono. Quelques mois après j’ouvre ma voiture et on me l’avait volé, en intégralité. Dites moi messieurs les « enrichissons les pauvres et appauvrissons les riches », qu’est ce que j’aurais du faire ? (Mon voisin le gros con m’a répondu « de toutes les façons qui a besoin d’une grosse sono pour sa voiture ? ». C’est l’argument qui remporte la palme d’or de la non-constructivité).
    Que faire, messieurs les « j’ai toutes les solutions » ? Quand on veut pour son plaisir avoir un gros appareil photo, qu’on trime pendant 6 mois pour se l’acheter, et qu’au moment de sortir d’un pub on vous dit « surtout n’allez pas dans cette rue, on vient de voir un groupe de jeunes descendre, tabasser un type qui avait un sac à dos et tout lui prendre », qu’est-ce que vous allez faire ?
    Vous pourriez me dire « eh bien on vit tous au même niveau, on répartit les richesses ». Oui et alors ? Le matériel de pointe, qui aura le droit de s’en servir ? Il n’y aura pas d’abus ?
    Toutes ces conversations me rendent complètement dingue. Je ne suis pas au chômage, bien au contraire, j’ai deux boulots en même temps, parce que je me lève le cul, point barre. Ma mère est infirmière libérale, elle a les mains dans la merde toute la journée, et elle doit en plus de ça surveiller tous les médicaments que prennent ses patients. Oui, elle gagne bien sa vie et a un gros 4×4. Mais bordel de merde quand je vois un groupe de jeune la regarder l’air méchant parce que ça les fait chier que la vieille (de 55 ans) elle ait un gros 4×4, mais j’aimerais bien les voir, ces branleurs, au lieu de rester la journée au babyfoot, aller bosser 4 années pour l’avoir ce diplôme d’infirmier !
    Avant de râler sur ce qu’on a pas il faut en tout premier lieu voir POURQUOI on ne l’a pas.

    La France c’est vraiment un pays d’assistés. Ma copine Laurence, qui n’a aucun diplôme, rien : je ne l’ai jamais vue au chômage. A ses 18 ans son père lui a dit : « tu pleure parce que t’aimerais que je te paie un scooter ? Eh bien travaille et tu te le paiera toute seule ton scooter ». Pourtant son père gagnait suffisamment pour pouvoir le lui payer. Mais bordel, quand on veut bosser, on bosse.
    Je ne connais personne, PERSONNE qui n’aie jamais trouvé de travail dès qu’il le voulait. Au théâtre où j’ai quelques amis qui y arrivent difficilement, tous ceux qui veulent gagner leur vie sans vivre sur le dos de l’état se sont débrouillés : l’un a passé son bafa et fait moniteur de Kayak tout l’été pour payer sa passion le théâtre le reste du temps, l’autre, a peine arrivée en France (elle était Allemande), a trouvé du boulot dans la semaine qui suivait, et la dernière est serveuse à mi temps, pour pouvoir joindre les deux bouts, mais bordel de merde : je n’ai vraiment aucun exemple de quelqu’un qui voulait vraiment travailler et qui n’arrivait pas à trouver du boulot. Moi j’ai fait mon service, et c’est véridique, j’avais déjà du boulot en informatique AVANT de finir mon service. Depuis je n’ai jamais été au chômage plus de deux semaines. Vous trouvez pas qu’il y a un petit problème quelque part ?

    Dites moi que c’est le système, je vous répondrai : « OUI ». Mais proposez quelque chose de constructif et qui tienne la route, au lieu de vos élucubrations complètement utopiques.
    Moi je bosse, je vois pas plus loin que les quelques mois de boulot devant moi pour gagner ma vie, et quand j’ai le temps je me penche un peu là dessus : mais bordel, aucune proposition n’a jamais tenu la route ! C’est du n’importe quoi ! Le gens ont des grandes idées qui ne veulent rien dire ! Proposez, proposez, agissez ! Si vous agissez intelligemment, je ferai sans hésiter partie des gens qui seront là pour vous aider, pour vous soulever !

    Répondre
  104. ko
    ko dit :

    « classes laborieuses, classes dangereuses », disaient-ils.

    de nos jours, c’est « précaires, vous l’avez bien cherché, feignants, voleurs », on dira bientôt « illettrés »

    testouille, honnêtement, je te plains : tu es empli d’amertume et d’insatisfaction, c’est très négatif, tout ça ! pas bon pour ta productivité, or, tu le sais, il faut rester rentable, dans ton univers.

    Répondre
  105. bidochon
    bidochon dit :

    testouille, tu supposes que par le travail, n’importe qui peut réussir, du moment qu’il s’en donne les moyens. la politique et l’idéologie des états-unis reposent sur cette idée : un état de droit bien moins présent qu’en France, donc. tu m’expliques pourquoi ce pays, le plus riche du monde, a un taux de pauvreté aussi élevé ? pourtant, il n’y a pas de « fainéants » d’rmistes là -bas. beaoucoup de pauvres sont obligés eux aussi de cumuler les boulots. Sauf qu’en retour, ils n’ont pas toujours les moyens de vivre convenablement. En 2002, 12 % des etatsuniens ont eu une incapacité, au moins temporaire, pour se nourrir à leur faim. Je doute qu’il s’agisse de 12% de branleurs préférant dormir au lit (quand ils en ont) et crever la dalle plutôt que de se lever le matin pour aller bosser. tu critiques le système français. Il présente des lacunes, certes, mais garantit la sécurité des plus démunis (en tout cas, plus que dans beaucoup d’autres pays, même si ça risque de changer). Pourquoi ne pas le conserver, rour en essayant de supprimer le plus possible les abus (pas aussi généralisés que tu semblent le croire, à mon avis) ? déja en traquant plus efficacement les entreprises fantoches, qui, en employant puis licenciant des personnes fictives, profitent massivement des allocations chômage. Pour ce qui est des abus personnels, j’avoue que je n’ai pas trop d’idées. la répression me paraît le seul moyen pour y parvenir. Mais sur quels critères réduirait-t-on les allocations chômage ? il ne faudrait pas que ça nuise aux gens de bonne foi.

    Répondre
  106. Segolene
    Segolene dit :

    Bienvenu dans l’arêne Testouille ! Tu verras, sur ce blog, ca sent bcp de choses sauf la transpiration. C’est pas l’amour du travail et le gout de l’effort qui vont t’etouffer par ici 😉

    Répondre
  107. Testouille
    Testouille dit :

    Segolène : sourire amusé 😉 !!
    Bidochon : 12% incapables de se nourrir à leur faim ? Il faut voir les circonstances. J’ai vécu une année en Angleterre, et j’ai parcouru pendant un mois l’Ouest des Etats-Unis.
    Toujours rien sous ma vue pour me contredire. A mon ancienne école, mon pote Nadir ne venait parfois pas parce qu’il n’avait pas de quoi se payer le bus. Vous savez quoi ? Il gagne aujourd’hui un peu plus du double de moi (4000 € net par mois).
    Non, je pense qu’il y a du vrai dans ce que tu dis, et que notre système est bien sous beaucoup de points, il aide à éviter la grosse pauvreté, mais à l’inverse, il ne favorise absolument pas la richesse et la réussite, bien au contraire.
    Je suis entièrement d’accord pour les entreprises fantoches : comme dirait ma femme : il y a je ne sais pas combien de secrétaires sur le marché, pourquoi ne pas utiliser cette main d’oeuvre pour traquer les remboursements suspicieux et les fausses factures ?
    Pour ce qui est du chômage je ne sais pas encore, j’hésite. Je pense en tous les cas que le RMI devrait être étudié de nettement plus près et qu’il y a beaucoup trop d’abus.
    Bon boulot.

    Ko : je suis un peu amer, c’est vrai : de savoir que tout ce que je ne vis pas avec ma famille le soir pour progresser dans la société, il y en a une beaucoup trop grande partie qui s’en va pour nourrir des gens qui ne font rien, même si je suis conscient que je paie – entre autres – aussi ma sécurité et ma qualité de vie avec les impôts.
    Mais j’en reviens toujours à une chose : dès que tu parle de travailler, il y a plein de voix qui s’élèvent contre toi.
    Personne ou très peu te soutiennent, parce que ceux qui devraient te soutenir bossent ;-).
    Encore une chose, ko : j’aimerais pouvoir vivre dans ton univers. Mais je n’y arrive pas et je te tire mon châpeau pour ça.
    Allez, boulot.

    Répondre
  108. ko
    ko dit :

    testouille : tu dis toi-même que tu cherches à « progresser dans la société » ; d’autres cherchent à vivre heureux et trouvent leur bonheur non pas dans la possession ni dans le statut social. cela ne signifie pas qu’ils soient feignants pour autant ! il s’agit plutôt d’une vision du monde et de l’échelle des valeurs de chacun.

    pour certains, la décroissance personnelle relève d’une autodétermination (d’un choix volontaire), mais pour la plus grande partie, il s’agit bien d’un choix contraint (on rejoint là une des problématiques de la prostitution : lorsque les choix possibles sont fortement restreints, on peut « préférer » louer son corps, mais aurait-ce été le choix premier dans d’autres circonstances ?)

    dans un monde dont les ressources seraient infinies et infiniment renouvelables, nous pourrions tous nous entendre sur un modèle dans lequel certains pourraient satisfaire leurs rêves de réussite professionnelle et d’autres, leurs rêves d’une vie axée sur le bénévolat, l’artistique, le développement personnel, la culture… car les uns produisent des richesses matérielles, et les autres des richesses non quantifiables mais tout autant essentielles à la vie des êtres humains (je schématise ; nous participons tous un peu des deux modèles !)

    seulement, nous sommes confrontés à bien plus qu’un simple accroissement des inégalités, aboutissement tout à fait logique du système politico-économique actuellement dominant : il est parfaitement impossible de continuer à ce rythme en intégrant tout le monde (pauvres des pays riches et immense majorité silencieuse des pays pauvres).

    >> soit on fait le dos rond, on se replie sur une attitude « me, myself and I, et après moi le déluge », mais alors on continue d’aller dans le mur, et en plus, on abdique la meilleure part de notre humanité, soit on accepte de réduire nos trains de vie… collectivement ! parce que si certains d’entre nous sont bien contraints à réduire leurs trains de vie, c’est sans l’avoir vraiment décidé dans bien des domaines !

    ***********

    précaires, qui initiez de nouveaux modes de consommation, voire de non-consommation, souriez ! vous êtes les prophètes du monde à venir ! ménagères qui ré-apprenez à cuisiner les bas morceaux, bricolos du dimanche qui ne jetez plus, mais réparez, adeptes forcés du vélo, dé-consommateurs contraints ou choisis, vous serez mieux armés dans le monde qui advient ! vous qui êtes aujourd’hui déconsidérés, envisagés avec méfiance, vous serez sollicités pour ré-apprendre au plus grand nombre la « débrouille » ! trop cool, non ? en fait, nous accumulons une sacrée expérience pour les jours de vache très, très maigres qui s’annoncent…

    ***********

    Répondre
  109. Alain
    Alain dit :

    Pour testouille.
    J’ai pas mal lu, regardé, réfléchis et il y a un truc que j’ai fini par comprendre : il y a des gens qui ne veulent pas avoir d’activité rémunératrice.
    Ca ne veut pas dire qu’ils ne travaillent pas, mais ils ont une activité qui ne rapporte pas d’argent. L’autre jour, je discutais avec une fille de 20 ans, son but dans la vie, n’est ni d’avoir des diplômes, ou trouver un boulot ou devenir riche, elle s’en fout, ce qu’elle veut, c’est avoir des enfants, les élever et les voir grandir. C’est tout ce qu’elle veut, elle est heureuse ainsi.
    Problème, qui financera la mère et ses enfants ?
    Ses parents ? Non, ils ont pas assez et ils finiront par mourir.
    Son mec ? Non, il finira par la quitter.
    L’état ? Oui.
    C’est l’état qui financera le mode de vie choisit par cette fille.
    En France, l’état subventionne beaucoup les mères avec enfants, d’ailleurs c’est pour cela qu’en France le taux de fécondité est le plus élevé d’Europe.

    Est-ce qu’on peut reprocher à cette fille d’avoir choisit de consacrer sa vie à ses enfants ?
    Non.
    Et c’est nous collectivement qui payons pour elle.

    Autre exemple, notre chère hôtesse Agnès. Elle consacre énormément de temps et de travail pour son blog et sa vie de famille. Le problème est que son activité ne génère pas d’argent. Bien évidemment on peut lui dire « arrête de bloguer et va construire un mur », mais je pense pas qu’elle en ait particulièrement envie.
    Et c’est nous collectivement qui avons payé pour son mode de vie (elle n’est plus indemnisée).

    On peut aussi parler des artistes et autres intermittents du spectacle. Leur boulot, c’est pas du travail à la chaîne, l’inspiration n’arrive pas comme ça, ils peuvent passer des mois à rien faire, puis paf, se mettre frénétiquement à créer. Certains pondront des chefs d’œuvres, d’autres des bouses sans nom.
    Et c’est nous collectivement qui payons pour leur mode de vie.

    Tous ces gens ont une activité et participent à la vie sociale et économique du pays, mais le problème et qu’ils ne génèrent pas d’argent et qu’il faut bien les financer.
    Tant que ces gens restent une minorité, il n’y a aucun problème, mais quand il y a des gens qui choisissent sciemment de profiter du système, ça pose un gros problème collectif.

    Par exemple, tout le monde sait que les filières artistiques ne débouchent sur rien d’économiquement viable, et qu’il y a un peintre sur 100 000 qui arrive à vivre de ses œuvres, pourtant ça empêche pas ces filières d’être bondées. Chacun sait qu’à la sortie, il pourra profiter du système d’indemnisation en travaillant quelques mois et en finançant le reste par l’état. C’est une super planque, puis ils ont un super prétexte pour revendiquer plus de subventions de l’état « j’ai un DEA en histoire de l’art et je suis payé au lance pierre, bouhou bouhou ».
    Tous ces gens savent bien qu’il manque des plombiers, mais pourquoi iraient-ils se faire chier dans un tel métier, alors que l’état finance leur « glande » ?
    Que faut-il faire ?
    Payer les artistes au rendement ?
    Ne pas subventionner du tout pour ne susciter aucun intérêt à ces filières ?
    Augmenter le salaire des plombiers au niveau des meilleurs ingénieurs pour les aguicher ?

    Je n’ai pas de réponse. Mais une chose est certaine, c’est qu’en ce moment, il y a de plus en plus de gens qui profitent du système et qui comptent sur les autres pour se faire financer leurs activités non rémunératrices et qu’à un moment, le plombier ça le fera chier et il ira s’inscrire à la star’ac 6.

    Répondre
  110. ko
    ko dit :

    alain, tu pointes là un effet vicieux très important, pas uniquement lié au particularisme français de subvention des activités culturelles et artistiques : en effet, la proportion de personnes attirées par les métiers de la création est exponentielle… ne les soupçonne pas pour autant d’être des « agents économiques rationnels » : leur « calcul » n’est pas forcément conscient (en outre, il est pas si facile de vivre dans la dèche, comme beaucoup se tuent ici à le rappeler, en pure perte semble-t-il).

    c’est l’évolution des valeurs de la société qui favorise cette émergence d’un goût accentué pour des activités reconnues comme créatives, donc valorisantes. c’est la dévalorisation des professions manuelles (réservées aux mauvais élèves, en échec scolaire —> un immense gâchis !). c’est aussi la promesse de la tendance lourde (depuis deux siècles, mais cela aussi est remis en cause…) à la diminution du temps de travail, et l’émergence du temps libéré : du temps pour soi, s’occuper de soi et des autres.

    je pense que cette fois, tu établis un bon constat que tu interprètes de façon beaucoup trop négative (les personnes concernées ne cultivent pas le cynisme que tu leur attribues).

    Répondre
  111. Testouille
    Testouille dit :

    Alain, tu as parfaitement exprimé ce que je pense. La seule chose que j’essaierai de dire, quand ko dit que tu interprètes ça de façon négative, c’est que je pense que tous les gens qui ont choisi ce mode de vie ne devraient pas se plaindre s’ils n’ont pas assez d’argent pour vivre, parce que si tu veux de l’argent pour vivre, il faut bien te faire à une chose : on travaille et on a de quoi manger, point barre.

    Moi, à 20 ans, mon père m’a dit que si après l’armée j’avais pas de boulot il me mettrait un coup de pied au derrière et je me serais retrouvé sans rien dehors, et je crois bien volontiers qu’il l’aurait fait. Tu crois que si, une nana de 20 ans te dit qu’elle veut qu’une seule chose, c’est faire des enfants et c’est tout, mais que ses parents lui disent « ma petite, trouve un boulot, et tu pensera à tes enfants après », elle ne pourra pas conjuguer les deux ?
    Prenons l’exemple de notre nounou : elle a voulu s’arrêter de travailler pour ses enfants, voyait qu’ils ne gagnaient pas assez d’argent, et s’est levé le derrière : elle a trouvé un emploi à mi temps en temps que secrétaire pour un dentiste, et elle fait nounou le reste du temps.

    Ce que j’essaie de dire c’est qu’on est beaucoup trop assisté et que dès que quelqu’un se débrouille un minimum, il peut trouver de quoi vivre décemment.

    Je reviens à mon théâtre : le jeune qui voyait qu’il ne gagnait pas assez d’argent s’est levé le derrière : il a passé son bafa et il fait moniteur, bref, il gagne de l’argent, même s’il fait du théâtre.

    Tiens c’est marrant, pour revenir à ma copine : elle vient d’embaucher une petite main et devinez quoi ? C’est un gars très bien sous tous les sens, et il voulait vivre de son métier de guitariste, mais il s’est aperçu que pour lui, vivre aux crochets de l’état c’était ni suffisant ni bien pour sa propre fierté. Parce que vivre aux crochets de quelqu’un, même si c’est l’état et que ça se voit moins, sa fierté en prend un coup quelque part. Toujours est-il qu’il s’est aperçu qu’il ne gagnait pas assez et a cherché un boulot pour vivre normalement.

    Ce que j’essaie de dire par là c’est que beaucoup de gens se plaignent de choses que je trouve aberrantes : « j’élève deux enfants et j’aimerais ne pas travailler ». Ben la société fonctionne pas comme ça, point barre. Et si tu veux pas travailler, ne travaille pas mais tu t’exclues de la société. Et si tu veux t’exclure de la société, surtout, surtout, ne viens pas te plaindre.
    Ce qu’il y a de marrant c’est que quand j’ai tiré mon châpeau bas à ko, je le pensais sincèrement : le soir, parfois, j’aimerais rentrer plus tôt. Mais c’est la vie que voulez vous, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre (même si certains râlent de ne pas avoir les deux !)

    Répondre
  112. Fred, de L.
    Fred, de L. dit :

    Ma mère, elle vit à la campagne, et le seul boulot qu’elle trouve c’est de scier des planches sur des machines numériques, ou de peindre des chaises au pistolet… les deux boulots sont payés au smic, les deux boulots sont au 35 heures annualisées (20 heures en basse période, 45 heures en haute période). Donc… elle bosse. Elle a fait ça 4 ans. Sauf qu’elle a 55 balais, et qu’elle en a marre de faire du boulot comme ça, où en plus, les patrons ne lui adressent pas la parole, l’ambiance est excécrable, le bruit est perpétuel, les horaires sont infernaux.

    Dans son pays, y-a pas d’autres boulots pour elle, un tant soit peu épanouissant… elle est trop vieille pour les boulots dans les supermarchés, elle a déjà fait 10 ans caissière en hyper, elle ne veut plus le faire, et on la refuse dans ces boulots là à cause de son âge de toute façon. Bref. Elle est bosseuse, elle a beaucoup donnée pour nous élever moi et mon frère. Mais là, elle en est plutôt à rester dans sa maison, à cultiver son jardin, faire du miel avec ses abeilles, et attendre de pouvoir toucher le RMI, histoire de payer son eau et son électricité.

    C’est beau la vie. C’est beau la méthode Coué. « ceux qui le veulent peuvent s’en sortir ». Ca fait un peu loi de la survivance, qui s’auto-réalise. Ceux qui sont encore vivants après le passage de l’ouragan, c’est qu’ils le voulaient, c’est qu’ils le méritaient… Un peu comme les scorpions, qui bougent encore, même après une explosion atomique.

    Un projet de société, c’est un peu plus que cette loi. Si Cuba ou le Vénézuela sont attaqués, c’est parce que ces pays ont décidé de changer de modèle de société. La priorité à l’Education, ça sort par les trous de nez des décideurs… Même ça chez nous c’est remis en cause. L’Education, c’est un truc pour ceux qui le méritent. C’est pour ça qu’il faut la privatiser. Et ceux qui le méritent, ce sont ceux qui ont le fric pour. C’est pareil pour le boulot. Avoir un boulot, faut le mériter. On ne parle même plus de métier… Y-en a qui veulent faire cuistot, ils vont faire conducteur d’engin… tant pis pour leur envie, pour leur formation… ils n’étaient pas au bon endroit au bon moment. Il faut qu’ils bossent. Pas qu’ils fassent un métier. Et après conducteur d’engin, il va faire torcheur de vieux. Les services à la personne c’est l’avenir. Celui qui le veut, il le peut (vive les phrases toutes faites).

    Etc.

    Répondre
  113. ko
    ko dit :

    ben oui, Fred, ta maman, elle a qu’à aller en ville, pour trouver un boulot de plongeuse (là, on veut bien prendre des vieux, puisqu’on les voit pas), ou de distributrice de prospectus dans les boîtes aux lettres. easy, non ! et si elle veut pas quitter sa maison et sa campagne pour trouver du boulot, c’est une feignasse, point, barre. suivant !

    c’est comme le SDF qui crèche sur la grille du métro en bas de chez moi : il a qu’à aller décharger des paquets dans un entrepôt, non ? ou faire la plonge ? éboueur ? livreur ?

    —> ben non, il peut pas ; il a plus de dents et il pue de la gueule, personne n’acceptera de l’embaucher ; en plus, il est affaibli par la vie dans la rue, comme quasi tous les clodos, il s’est mis à la bouteille (ne leur en voulez pas, c’est leur Prozac à eux), il est infoutu de faire manutentionnaire ; on appelle ça un cercle vicieux, mais d’aucuns peuvent considérer que c’est tant pis pour lui ! il y a des forts et des faibles, et les faibles méritent leur sort !

    >> degré zéro de la conscience humaine.

    comme disait agnès, une si longue histoire humaine pour en arriver là, sérieux… je veux pas verser dans l’angélisme tiers-mondiste ou le mythe du bon sauvage, mais la solidarité intergénérationnelle et la prise en compte collective des accidents de la vie, ce sont des concepts qui ont été mis en oeuvre dans TOUTES les sociétés (plus ou moins, en fonction des capacités de ladite société) ; et nous sommes aujourd’hui, nous, pourtant héritiers des Lumières, en train d’accepter collectivement de laisser une partie grandissante de la société sur le bord du chemin… parce que « c’est comme ça » ? parce que c’est ça, les réalités du monde d’aujourd’hui ? alors même que la production de richesse est largement suffisante pour nourrir tout un chacun… quelle tristesse !

    Répondre
  114. Testouille
    Testouille dit :

    Ben oui. C’est comme ça. J’ai l’impression que vous réalisez pas que ce sont des généralités. Bien sûr il y aura toujours des gens incapables de s’en sortir seuls, des déshérités, des pauvres dans la rue et bien sûr il faut les aider. Le problème qui à mon sens devient un problème de société, c’est qu’on ne différencie plus les personnes vraiment dans le besoin et les branleurs. Et je suis convaincu qu’il y a plus de branleurs que de gens vraiment dans le besoin.
    Bien sûr que je ne veux pas finir comme les personnes âgées qui, aux EtatsUnis, aident dans les supermarchés à mettre les courses dans le caddie (ceci dit en passant, beaucoup d’entre elles ont eu plein d’argent parce la paie est énorme là bas, mais n’ont absolument rien mis de côté (c’est eux-même qui le disent), enfin passons).

    Je dis et j’insiste : il y a bien trop de frauduleurs par rapport aux personnes réellement dans le besoin, mais je n’ai jamais dit qu’il n’y avait personne dans le besoin. Evidemment vous tombez dans la caricature, la facilité, quoi.

    Moi, ma retraite, je me la prépare. Au Canada vous avez vu comment les jeunes travaillent ? Mes deux cousins ont deux boulots en même temps pour assurer leur retraite parce que la sécu ne fonctionne pas comme ici, apparemment. Ils savent qu’à 60 ans ils auront une retraite de misère. Alors ils font construire, ils investissent, il réfléchissent, bref : ils pensent à l’avenir.

    Tout est un peu confus quand je m’exprime, mais globalement : y’a beaucoup trop de profiteurs en France par rapport aux gens réellement dans le besoin et le système devrait être changé dans ce sens : on pourrait embaucher plein de personnes dans le public (qui pourtant de ce que je vis au quotidien, est très loin d’être débordé) et regarder de plus près toutes ces fraudes et ces dispersions inutiles d’argent. Je suis convaincu que de payer quelques personnes feraient économiser bien plus que la paie qu’elles coûteraient à l’état.

    Et oui, des gens dans le besoin, il y en aura toujours et je fais partie des premiers à aider (encore cette année deux cartons de vêtements que je mettais mais que j’ai décidé de donner afin de continuer à faire prospérer la société et aider les gens dans le besoin).

    Et les restaus du coeur est une initiative formidable.
    Ko : Si ton « clochard » en bas de chez toi pourrait jamais travailler en tant que manutentionnaire, pourquoi ne ferait-il pas nettoyeur de voitures ? Gardien ? Enfin je ne sais pas.
    Vous savez qu’il existe un organisme d’état dédié à la création spéficique de CVs pour les personnes qui sont en France et qui ne savent pas parler Français mais qui sont volontaires pour travailler ? Cet organisme apporte des personnes qui sont bien plus volontaires et compétentes que beaucoup de gens au chômage qui sont bien au chaud le soir dans leur maison.

    Allez boulot (mon deuxième (ah oui je n’ai pas dit mais moi aussi j’ai deux boulots et je paie mes impôts sur les deux) ).

    Répondre
  115. ko
    ko dit :

    c’est bien, je te décerne la palme du bon petit soldat content de l’être.

    bon, blaguàpart : je ne sais pas comment te convaincre du fait qu’il n’y a pas tant de profiteurs que tu sembles le croire ; que si tu as cette impression c’est en partie grâce aux discours dominants des médias dominants et de certains hommes politiques ; que c’est un vieux sentiment « réac » (au sens où cet argument fait partie depuis longtemps de la réthorique réactionnaire de stigmatisation des pauvres) bien connu et identifié ; que cette impression confuse est apparemment renforcée par tes expériences personnelles, mais cela est-il probant ? as-tu bien compris la situation des personnes que tu as évoqué ? certaines ne font-elles pas les « fanfarons » de façon à éviter le sentiment de déchéance sociale liée à ces situations ? ne sombrent-elles pas dans un discours un peu facile de « j’en profite » parce qu’elles n’ont aucun autre choix ? (cf. mon ex de la prostituée qui a « choisi » cette activité ; par défaut, bien sûr, mais c’est sans doute important de retourner cette contrainte en choix, même subi)

    non vraiment, je ne sais pas comment parvenir à te convaincre. ça me rend triste. moi aussi, mes parents m’ont appris à bosser : tous les étés à partir de mes 14 ans, puis aussi les w-e pendant mes études… c’était bien normal. je ne me suis pas pour autant transformée en une individualiste forcenée, parce qu’ils m’ont aussi appris la solidarité ET la fraternité ; et parce que ces dizaines d’expérience de plus ou moins « petits boulots » m’ont appris les réalités du monde du travail : non, les patrons ne sont pas tous pourris, certes, loin de là ; mais ils sont patrons et doivent agir en tant que tels. le rapport de force est constitutif du monde du travail et de la société actuelle ; c’est précisément ce qui pose problème : il faudrait changer ce mode d’appréhension des relations.

    Répondre
  116. Testouille
    Testouille dit :

    Là on entre dans un autre sujet, qui est différent : la relation patron – employé. Malheureusement en France, comme l’expriment la plupart des patrons étrangers, est nettement plus orienté père-enfant que adulte-adulte, et ça aussi c’est un problème dans les mentalités, sur lequel il faut travailler.

    Répondre
  117. Fred Bird
    Fred Bird dit :

    Agnes : c’est incroyable le nombre de lecteurs de droite que tu peux avoir. Comment fais-tu ? Moi je n’en ai presque pas. Peut-etre devrais-je faire un billet sur la fiscalité ou l’emploi des cadres ?

    Amusant également le temps qu’ils perdent à écrire ici, alors que presque personne ne les lira, et surtout qu’ils feraient mieux de mettre leurs belles idées en pratique et de bosser, ces feignasses ! Moi qui suis un gauchiste (mais salarié donc privilégié) je n’ai pas le temps de laisser ici plus d’un paragraphe de temps à autre…

    Répondre
  118. schlaf
    schlaf dit :

    Amusant également le temps qu’ils perdent à écrire ici, alors que presque personne ne les lira, et surtout qu’ils feraient mieux de mettre leurs belles idées en pratique et de bosser, ces feignasses !

    et ce, d’autant plus qu’ils se montent le bourrichon tous seuls à coup de « si on veut on peut », « les bosseurs s’en sortent toujours », « les pauvres sont des fainéants, et réciproquement, c’est la loi du monde ».

    alors qu’il suffit de sortir un peu dans le « vrai monde » pour se rendre compte que c’est très loin d’être le cas. dans un contexte de nombre d’emplois disponibles faibles et mal payés, il y en aura toujours un petit nombre pour accepter les pires sacrifices (vie « normale », santé, finances) pour arracher un pauvre job de merde. pour autant, cela fait-il particulièrement d’eux des « winners ». bien évidemment non, mais en plus, en acceptant cette précarité de manière pragmatique, ils contribuent à abaisser drastiquement le niveau de vie de tout le monde.

    dans la pratique, pour une racaille au RMI qui vole des voitures, combien de RMIstes qui n’aimeraient que trouver un boulot décent. (accessoirement, je n’excuse en rien le voleur, comprenons nous bien) (sans parler de ceux qui ont un boulot, mais pas de logement)

    dans la pratique, pour un patron solidaire de ses employés, combien vont crier à la spoliation en licenciant illégalement leurs employés (harcèlement moral, fautes imaginaires) tout en se lamentant que décidément, la nouvelle BM à 50000 euros, c’est plus ce que c’était (alors, que bon, c’est la 3ème en 5 ans, faut suivre un peu le progrès) (non, je n’invente rien, des exemples de patron comme ça, j’en ai, et j’ai pas besoin de chercher loin)

    on taxe souvent les gens de gauche d’utopistes, mais je crois que les gens de droite aussi sont de grands rêveurs. ils rêvent d’un monde où un RMIste est un nanti, un Smicard une sorte de bourgeois vivant des allocs et où les logements sociaux sont des palaces. essayez, rien qu’une fois, de vivre avec le SMIC, essayez, rien qu’une fois, de faire vos 8heures à la chaine dans un vacarme abominable. apprenez ce qu’est un TMS et comment ça arrive, et comment, après 15 ans de bons et loyaux services, vous serez lourdés pour « incapacité » ou « les chinois sont moins chers »

    dans la pratique, les gens qui pronent de bosser plus pour gagner plus sont rarement ceux qui travaillent dans les plus mauvaises conditions. moi, si j’étais à la BNP comme employé de bureau (35h réelles, 20 jours de RTT, PEE, …), je pourrais brailler MAIS BOUGEZ VOUS LE CUL BANDE DE FAINEANTS. sauf que dans la pratique, les smicards/tricards, eux, sont souvent aux 40/45h payées 35, sans RTT, sans actionnariat, sans prime, et ne payent pas suffisamment d’impot pour déduire les frais de nounou (ce qui revient pour les riches à la payer 1/2 smic, le reste à la charge de l’état, mais bizarrement à droite on ne se plaint pas de cet assistanat), et donc sont soumis aux astreintes d’aller chercher les gosses, etc.

    c’est facile de faire des heures quand – madame est à la maison – bonniche fait le ménage – nounou garde les gosses – eduardo tond la pelouse

    et ça se permet de donner des leçons…

    Répondre
  119. Little Bighorn
    Little Bighorn dit :

    Y a pas photo entre le talent d’Agnès et celui de Ségolène : Agnès gagne par KO.

    Quel manque de psychologie élémentaire chez Ségolène. Que de clichets cul-cul la praline. Que la vie est simple en noir eet blanc.

    Répondre
  120. Little Bighorn
    Little Bighorn dit :

    Avec des analyses d’une telle sagacité (commentaire 37), on comprend pourquoi Marx a expliqué que le capitalisme s’autodétruirait.

    « Oui bon enfin votre système de solidarité machin fait que la grand-mère d’Agnès qui a trimé toute sa vie touche moins qu’un jeune branlotin au rmi qui sait jouer du système (rmi, apl, allocs, bons de la caf, assos etc…).

    Pour vous la solidarité c’est ça : les petits bossent pour payer l’oisiveté des glandeurs. Ca me fait penser à l’aide humanitaire internationale : les pauvres des pays riches qui donnent aux riches des pays pauvres… »

    Répondre
  121. Little Bighorn
    Little Bighorn dit :

    Je suis ici sur le blogue le plus passionnant que j’ai visité depuis près de deux ans. A se demander si avec son talent, Alain n’est pas un personnage d’emprunt fabriqué par elle-même, histoire d’animer le débat, que chacun donne le meillleur de lui-même !

    Répondre
  122. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Merci pour le compliment (colporte la bonne nouvelle…!)
    Par contre, sur le coup d’Alain, ma créature, j’avoue que tu m’a bien fait rire. Dans l’absolu, je pense que ce genre de plan existe en vrai, mais perso, je n’y avais jamais pensé. Et quand bien même j’aurais eu l’idée, j’aurais été bien incapable de pondre une telle réthorique de justification de l’injustifiable : pas assez d’imagination.

    Répondre
  123. Little Bighorn
    Little Bighorn dit :

    Agnès vous avez un vrai talent et pour l’imagination… votre modestie vous grandirait… dans mon estime… si besoin était.

    La riposte à Ségolène est fulgurante je trouve. C’est un choc et la confrontation des deux textes résume la différence de posture entre les deux France. Et le talent est du côté de la justesse. La morale est sauve.

    J’arrête-là… pour aujourd’hui !

    Répondre
  124. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    J’ai appris à recevoir les compliments, et il m’a fallu du temps. Je suis très contente pour toi, mais là, franchement, ça devient lourd. Je n’ai pas envie de me retrouver dans la posture de celui qui se regarde écrire en bavouillant de joie. Ce n’est pas mon propos. Si ma façon d’écrire sert mes idées, tant mieux, mais il ne s’agit pas là d’une finalité.
    Et la flagornerie finit toujours par foutre mal à l’aise.
    Le débat, le débat, encore le débat, voilà ce qui me motive!

    Répondre
  125. Sarkoboy
    Sarkoboy dit :

    Fred Bird> « Agnes : c’est incroyable le nombre de lecteurs de droite que tu peux avoir. Comment fais-tu ? Moi je n’en ai presque pas ». Pas etonnant si tu donnes toujours « http://fredbird/ » comme lien vers ton site 🙂

    Répondre
  126. Sarkoboy
    Sarkoboy dit :

    A lire ce blog, on constate aussi avec tristesse qu’on n’a vraiment pas de chance en France: nos hommes et femmes politiques sont tous des gros nuls qui savent pas decider de ce qui est bon pour nous, et paradoxalement toutes les personnes « aware », qui savent ce qui est bon pour le pays, qui doivent toutes detenir un prix nobel en economie et un doctorat en « je sais tout mieux que tout le monde », … sont cantonnées à des roles de bloggeurs… c’est vraiment pas de bol….

    Répondre
  127. Fred, de L.
    Fred, de L. dit :

    L’argument d’autorité, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas lu. Merci pour ce nouveau syllogisme… C’est lequel le suivant qu’ils vont t’apprendre à l’UMP ?

    Répondre
  128. chalov
    chalov dit :

    Il est bidonnant Sarkoboy en petit caniche aboyant de l’UMP, je suis sur qu’il sautille sur son clavier en même temps qu’il aboie… ses interventions sont toujours très courtes car ses aboiements frénétiques doivent lui couper le chiquet. Enfin, il a le mérite d’apporter un peu de soutien aux blogueurs bosseurs jour/nuit !… Que c’est beau un blogueur/bosseur jour/nuit…. ah oui c’est beau. Allez BOULOT…. faut pas déconner là, ho alooors…

    Répondre
  129. Testouille
    Testouille dit :

    Je suppose que vous n’avez pas vu le reportage M6 (paradoxalement gauchiste à mort (le mot « paradoxalement » est employé pour ce reportage, car il semblait de droite, mais finalement, non : il était surtout objectif, vu que c’est un cas concret et réel, bref : « aucune supposition »)) qui expliquait que le Canada, après s’être retrouvé dans un endettement quasiment identique à celui de la France aujourd’hui, a élu un tout nouveau gouvernement qui a fait un éléctrochoc au pays : plus de RMI, la vitesse de diminution de la paie du chômage accélérée par deux… et vous savez quoi ? Tout la dette du pays a été remboursée en huit ans, il y a un taux de chômage aujourd’hui inférieur au quart de celui de la France, et les gens ont une moyenne de chômage de trois mois, pas plus !
    Ca, ici, on s’en branle, hein ?

    Enfin le mieux c’est surtout la transparence du gouvernement : on peut voir sur Internet toutes les dépenses gouvernementales en détail : c’est pas sublime ça ? Je suis convaincu que si on faisait ça en France, aujourd’hui, il y aurait une vraie révolution de tous les Français, gauche/droite mélangée. Je me demande si je vais pas faire un site uniquement autour de ça (= qui fait une pétition nominative en ligne), avec éventuellement un petit forum de discussion autour de ça. Qu’en pensez-vous ?

    Répondre
  130. Testouille
    Testouille dit :

    Je précise qu’il y aurait une vraie révolution, si on mettait tous les chiffres de dépenses du gouvernement en ligne, parce que ce serait tellement scandaleux que tous les Français, quelles que soient leurs opinions politiques, se révolteraient. (voir un autre reportage de M6 qui expliquait entre autre, que depuis le temps de Mitterand, chaque fraction ministérielle (Ministère des Finances, Ministère de la défense, Ministère de l’agriculture etc.) a 10 chefs de cuisine pour eux (je répète : DIX chefs par section), alors qu’en Suède, par exemple, non seulement il n’y a qu’une salle commune pour tous les ministres, mais en plus ceux-ci paient leur repas. Déjà rien que là vous imaginez les dépenses inutiles que nous payons ?

    PS : oui je travaille le jour et la nuit, mais ma « bobonne » travaille aussi la jour et la nuit et paie ses impôts. Et nous sommes partis de rien. Oui, de rien. Elle a fait 5 ans d’études en bossant au McDo en parallèle pour se les payer (son père était boulanger). Alors surtout ne dites pas qu’on est « au chaud bien tranquilles et bien logés ». Et quand je lis « il faudrait crever le ventre trop gonflé des gros riches (euh tics) » ça me donne envie de vomir.

    Répondre
  131. franck
    franck dit :

    Super programme testouille : – Différencier les personnes vraiment dans le besoin des branleurs; – Annuler le RMI et augmenter par 2 la degressivité des allocations chomage. – Mettre les chiffres des depenses etatiques en ligne sur internet et licencier les chefs de cuisine en surnombre.

    Voila la des priorités insondables, tu devrais proposer ces mesures au futur candidat sarkozy cela lui plairait surement, c’est tellement évident que cela en est demago à souhait.

    Tu devrais y aller plus franchement, c’est à dire tout simplement eliminer toute aide sociale comme cela il ne sera plus nécessaire de différencier les bons des mauvais allocataires et également supprimer l’Etat comme cela plus besoin de diffuser les dépenses de l’Etat en ligne, ni de licencier les fonctionnaires en surnombre. Cela te permettrait d’envisager un troisième emploi pour survivre, du coup tu regarderais peut etre moins M6 et dirais peut etre moins de conneries. C’est à essayer en tout cas.

    Répondre
  132. Testouille
    Testouille dit :

    Au moins je parle de choses concrètes. La critique est aisée mais l’art est difficile. C’est bien plus facile d’empêcher les autres d’avancer que de leur filer un coup de main pour progresser. Tu ferais pas partie des manifestants ? Tu dois avoir plein de temps libre à toi et payé par l’état, non ? Tu serais pas chômeur longue durée par hasard ?

    Allez pour ceux qui bossent (s’il y en a ici) et qui en sont fiers
    http://halteaublocage.hautetfort.com/

    Répondre
  133. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    J’ai bossé dur pour « mériter » ma place dans le monde du travail, je n’ai pas épargné ma peine, ni ma santé, j’ai accepté des jobs déqualifiés et des salaires au plancher, mais voilà, pas de chance, je suis retournée à la case départ : pas le bon poste au bon moment! Pas la bonne conjoncture. Aussi bien, ça aurait pu marcher… et puis non…
    Je vois pas en quoi il y a la fierté d’avoir un boulot. Être content d’être bien tomber, d’être né au bon moment, d’avoir la bonne qualif juste quand il fallait, oui, mais fier??? Peut-on être fier d’avoir gagné au loto? D’être bien né et d’avoir hérité des usines de papa? D’être Français plutôt que Somalien?
    Et la nana qui torche le cul de ses mômes, qui propulse les générations futures, comme elle ne gagne pas de fric, elle doit avoir honte? Ou la Moulinex, vidée après 25 ans de boîte, elle doit avoir honte? Et celui qui se bat pour que ses mômes ne bouffent pas de la merde toute leur vie, il doit avoir honte? Ou le bénévole, qui donne de son temps pour aider les autres, il faut le lapider en place publique?

    Chaque fois que j’ai eu l’opportunité d’avoir un taff, même pas intéressant, même pas bien payé, j’ai choisi de le faire bien. De ça, je peux être fière. Mais écraser la gueule de ceux qui ont perdu au grand jeu des chaises musicales du chômage, ça n’a pas de nom pour moi, c’est petit, c’est mesquin, c’est étroit du bulbe et franchement, y a pas de quoi être fier!

    Répondre
  134. Fugitive
    Fugitive dit :

    Testouille > « Payé par l’État » serait donc devenu une tare ou une insulte ? Les infirmières sont payées par l’État. Les flics, Les puéricultrices, Les sage-femmes, Les profs, … et d’autres dont tu profites au même titre que tout le monde : ceux qui réparent les routes pour que tu ne te manges pas un nid de poule, les pompiers qui te sauveraient peut-être la vie si, pour défaut d’employés à la voirie, tu te mangeais quand même ton nid de poule, les médecins hospitaliers qui te répareraient aux Urgences… et j’en passe ! Le service public est noble alors, au lieu de cracher dessus, va jusqu’au bout de ta logique : renonce définitivement à profiter honteusement de ceux que tu insultes. Renonce à l’éducation gratuite, à la santé hospitalière, à la protection de la police, aux routes bitumées. Roule dans les champs, accouche ta copine sur le bas-côté, apprend l’abécédaire à tes moufflets, réduis tes fractures tout seul à la main…

    Quand au mépris que tu affiches pour le « chômeur de longue durée », il en dit long sur ton degré d’inhumanité.

    Répondre
  135. cbabe
    cbabe dit :

    Testouille, ton exemple du Canada est par endroits bon (nos hommes politiques n’ont pas les c… de nous dire « voilà, la situation est difficile, il va falloir se serrer la ceinture pendant 5 ans et je vous promets que ça ira mieux aprés », car ils préférent jouer les démagos) mais supprimer les aides sociales, ça n’a pas de nom! alors, oui, on va baisser le chômage mais pas la pauvreté! regarde en Angleterre: les gens ont plus de boulot mais des jobs sous payés à temps trés partiel et avec lesquels ils sont sous le seuil de pauvreté. C’est une avancée, ça? Si tu diminues les aides aux chômeurs, tu les incites à trouver n’importe quel boulot,ok…mais ils seront toujours aussi pauvres! En plus, tu tireras tout le marché de l’emploi vers le bas car le employeurs pourront encore plus proposer des temps partiels car les gens n’auront plus d’autre choix. Reste à savoir si on veux réduire le taux officiel du chômage ou baisser le nombre de pauvres dans ce pays…

    Répondre
  136. Fugitive
    Fugitive dit :

    En ce qui concerne le Canada et son assainissement brutal des finances publiques, il ne faut pas non plus n’en voir que ce qui a effectivement marché.

    Par exemple, le domaine de la santé là-bas est devenu dramatique : ils n’ont plus assez de médecins, plus assez d’infirmières. Le délai d’attente pour une opération de la cataracte est en moyenne… d’1 AN !!! Résultat, les plus aisés partent se faire opérer et soigner chez le grand frère états-unien.

    On en est donc exactement au point où en était la France avant la légalisation de l’avortement : les riches payaient pour régler le problème en Suisse ou en Angleterre et les pauvres se prenaient 3 ans de prison pour infanticide ! Toujours les mêmes qui trinquent…

    Répondre
  137. Fugitive
    Fugitive dit :

    Hors sujet… sans être hors sujet !

    Agnès : Je suis remontée à la source de cette discussion prise en marche et au fil des intervenants. J’ai donc lu ton billet initial très en retard, ce dont je m’excuse platement

    Tout ça pour dire que ma « mémé » était béarnaise (ce qui est plus précis que gasconne mais pas si éloigné), qu’elle a vécu ce que la tienne a vécu, qu’elle a fini par partir « sur la capitale » ou sa soeur aînée était entrée comme cuisinière dans une maison de maîtres, qu’elle y était gouvernante des enfants parce que sachant lire grâce à sa propre mère qui l’y avait obligée, que les hasards de la vie ont fait qu’elle est sortie de sa condition de servante à l’occasion de vacances au chateau de famille en Dordogne, épousant un fermier du village (très spécial le fermier en question ! Communiste en 14 avant les Russes ! Un cas, mon pépé Fernand !)…

    Mais j’ai tout reconnu de ce que tu as raconté. Enfant, son souvenir le plus prégnant était de se poster sur les allées cavalières au moment des fêtes de fin d’année et d’attendre que des attelages d’anglais en villégiature passent et jettent des oranges aux enfants pouilleux qui bordaient le chemin…

    Mémé Marguerite dont je porte fièrement le prénom, en seconde position…

    Merci !

    Répondre
  138. franck
    franck dit :

    147- testouille- Ce qui est chiant avec vous c’est de se sentir obligé de se justifier : Non je ne suis pas payé par l’Etat, mais cela ne me derangerait pas pour peu que je fasse un boulot interessant et utile.

    Non, j’ai la chance de ne pas être chomeur de longue durée et je plainds fortement ceux qui se retrouvent coincés dans cette sale situation, surtout lorsqu’ils ont à faire à des inhumains dans ton style.

    Oui j’ai manifesté surtout pour le collectif et aussi égoistement pour l’avenir de mon fils et non je n’ai pas que cela à faire et d’ailleurs cela me coute financièrement car ce sera cela de moins sur ma paye et du temps de travail à rattrapper.

    Une autre chose que je ne comprends fondamentalement pas avec des personnes comme toi, c’est cette espèce de jalousie intrinsèque, si tu te plais-complais dans ta situation de vie et de travail comme tu as l’air de le dire, de l’afficher sans cesse, pourquoi toujours stigmatiser ceux qui ne font pas ou ne peuvent pas faire comme toi. Normalement, tu devrais être épanoui, heureux et sans rancoeur. Or voila les mecs qui revendiquent bosser comme des fous ont toujours tendance à en vouloir a ceux qui ne sont pas pareils qu’eux. Pourquoi? Cela voudrait dire que ta situation te coûte et que tu en es insatisfait. Car dans le cas inverse tu devrais être content et point barre, avec un peu d’empathie tu pourrais même te dire « merde les autres ils n’ont pas la chance que j’ai, ce n’est pas normal ». Au lieu de cela, il faut faire la chasse aux sorcières, aux soi-disant tricheurs ( il y en a et je m’en fous pour ma part, tant mieux pour eux, mais à mon avis les vrais tricheurs ne sont pas à rechercher parmi les chomeurs et les rmistes…) et aux pauvres malheureux qui se dépatouillent comme ils peuvent avec un système foncièrement injuste. Je ne comprends vraiment pas, cela me dépasse. Au pire, comme les seigneurs du moyen-âge qui se payaient une floppée de servants et des fous du roi à ne pas faire grand chose, tu devrais être content d’avoir le pouvoir de financer des indigents et de faire vivre par ton intermediaire une dizaine de pauvres rmistes via l’activité que tu dégages, c’est même un preuve de pouvoir absolu.

    Mais non même dans ce pire cas de figure tu n’es pas content. Tu ne t’es jamais demandé pourquoi il te faut 2 boulots pour pouvoir vivre ( à moins que ce ne soit des temps partiels, ce qui revient à 1 poste auquel cas rien de plus que n’importe quel autre quidam), tu ne t’es jamais demandé que mieux payé un seul suffirait : ce qui n’engendrerait pas ce que je considère comme de la frustation, tu es peut être une victime qui s’ignore, comme certains rmistes qui se vantent de leur situation pour pouvoir justement récupérer un peu de leur fierté face à une situation déplorable. Car sinon, cela veut dire que c’est toi le parasite, tu bouffes la place d’un autre, peut etre d’un chomeur de longue durée…

    Enfin, j’arrête là, si ta situation te convient, que ta fierté personnelle est comblée, ne viens pas nous faire chier avec les autres, et continue de donner tes vieilles frippes aux pauvres et d’aller distribuer tes sacs de bouffe périmée au resto du coeur, c’est tellement beau. Tu vois même ce type d’activité louable ou pas, je considère qu’il n’ya pas à s’en vanter, le faire doit être amplement suffisant en soi, et que finalement l’afficher aux yeux de tous, c’est en retirer toute la gratuité qu’elles peuvent recouvrir.

    Répondre
  139. Testouille
    Testouille dit :

    En réalité oui, je ne suis pas heureux de ce que je fais, mais je le fais parce qu’il le faut. Moi, ceux qui m’énervent c’est ceux qui ne font rien parce qu’ils estiment avoir droit à un dû qui n’est absolument pas justifié. Ou trop rarement justifié (comme la grand-mère de notre gentille Agnès).

    Pour le Canada c’est vrai que ce système a eu des failles qu’ils essaient de corriger, et principalement sur le plan « santé ». Mais dans tous les autres secteurs le pays a progressé.

    Pour ce qui est des chômeurs, je m’excuse d’en avoir choqué certains, mais dès qu’on me dit chômeur je ne peux pas m’empêcher de penser aux mecs de la CGT qu’il y avait dans le TGV Marseille-Paris (voyage gratos naturellement payé par la CGT, donc par les travailleurs) qui étaient contents, avec le gros verre de rouge pour les uns et de Pastis pour les autres, à se bourrer la gueule et chanter « on va à Paris se ballader » pendant 3 heures de trajet. Et croyez moi ils n’étaient pas que 2 ou 3, mais au moins un wagon plein. Alors moi, les chômeurs et les syndicats, j’en ai pas une idée reluisante.

    Comme d’hab je dois sûrement me tromper et il n’y a pas autant de profiteurs que vous le dites, hein ! Ils sont sûrement très rares, en France, les gens qui vivent sur le RMI et au chômage tout simplement parce qu’ils n’ont pas envie de travailler, alors qu’ils le pourraient tout à fait…

    Heureusement que celui avec qui je bosse m’a expliqué que sa femme qui bossait à l’ANPE, avait commencé à prendre des mesure draconniennes et à surveiller de très près les fainéants : demandes systématiques de justificatifs tous les mois, appels, etc, bref, elle commence (pas trop tôt) à prendre son boulot au sérieux.

    J’en reviens systématiquement à la même chose : en France, je ne dis pas qu’il faudrait tout chambouler, mais qu’il faudrait surveiller de nettement plus près tous les profiteurs, parce qu’il y en a, et beaucoup trop.

    Mon voisin voit 4 jeunes arriver, démonter sa voiture. Il appelle la police, celle-ci lui répond « vous êtes assuré ? » il répond « oui » elle repond « alors laissez les faire nous on n’intervient pas ». Et vous appelez ça la justice ?

    Je le dis depuis maintenant 4 ans et je n’ai pas d’idée politique réelle, même si d’après mes discours je suis quelque part « à droite » (c’est ça, à droite ?), mais une chose est sûre : je voterai le jour où quelqu’un, de quelque bord qu’il soit, prônera une augmentation du pouvoir policier et la transparence du gouvernement.
    Encore toutes mes excuses pour les chômeurs : c’est vrai que j’ai parlé en général, alors que je ne connais que des chômeurs qui ne travaillent que parce qu’ils ne le veulent pas. Je suis sûr qu’il doit en exister plein d’autres qui ne sont pas concernés par ça, et qui veulent travailler, comme Agnès, mais qui n’y arrivent pas. Parce qu’ils n’ont pas les compétences requises par notre époque. Aujourd’hui, si t’es :
    -banquier
    -carrossier
    -garagiste
    -dans le monde juridique,
    -dans l’informatique
    t’auras du boulot. Pour le reste… ce sera plus dur

    Répondre
  140. Testouille
    Testouille dit :

    J’oubliais une chose : quand je dis que j’admire ceux qui savent se satisfaire d’un salaire qui leur donne la possibilité de vivre normalement mais pas plus, c’est sincère, absolument pas ironique.
    Moi je suis en permanence en train de penser rentabilité et je ne profite pas de ma vie, et c’est en ce sens que j’envie les autres.

    Mais ce qui ne foutent rien alors qu’ils peuvent travailler, et qu’ils sont payés par l’état à ne rien faire, c’est bien la race que j’aime le moins.

    Répondre
  141. franck
    franck dit :

    Excuse-moi d’insister testouille, mais c’est totalement hallucinant : tu n’es pas satisfait de ta situation, tu aimerais pouvoir vivre simplement, et paralellement tu reproches aux autres de ne pas etre finalement dans ta situation.

    Qu’il y ait des profiteurs du RMI ou du chomage, meme 10%, ce qui est eleve, qu’est-ce que tu en as a faire, franchement? Laisse les profiter, toute proportion gardee, car pour profiter de 430€ de RMI/mois il faut etre baleze!!! Si cela leur plait tant mieux pour eux, tout comme cela plait a certains de bosser 70h/semaine.

    Apparemment, c’est ta situation et cela ne te plait pas, ce qui me parait logique. Mais dans ce cas ne deroute pas ton ressentiment sur la chasse aux petits. Quitte a chasser les profiteurs autant taper sur ceux qui ont de l’envergure : les grands patrons, ceux qui vivent de rentes ou de dividendes a rien foutre, ceux qui font de l’evasion fiscale ou detournent les fonds publics, ca me parait plus interessant, voire meme economiquement parlant plus rentable!!!

    Tu veux plus de pouvoir policier alors que 4 lignes plus haut tu evoques une anecdocte ou des policiers ne se bougent pas le cul pour si peu ( ah les salauds de fonctionnaires payes a rien foutre!!). Tu veux un gouvernement transparent, c’est quoi des ministres en verre poli?

    Plutot que de chercher a taper sur les autres, demande toi ce que tu ferais si tu pouvais beneficier d’une allocation universelle qui te permette de vivre correctement. Peut etre qu’au debut tu ne ferais simplement rien ou la fete non stop, puis apres tu te ferais chier et tu commencerais a faire des choses qui te plaisent vraiment, et qui pourrais meme etre utiles, belles et qui justifieraient meme que tu percoives cette fameuse allocation.

    Ce serait en tout cas beaucoup plus satisfaisant que d’etre oblige de bosser comme une bete a faire des trucs qui te font chier (rentabilite-rentabilite), a faire semblant d’en etre fier, et sans avoir, tu le dis toi-meme, la possibilite de profiter de ta vie. Ce, d’autant plus que nous n’avons droit qu’a un seul tour de manege…

    Répondre
  142. de passage
    de passage dit :

    Testouillounet,

    Je n ai que peu de temps pr répondre sur de vains forums ou s entetent les rétrogrades aigris dans ton genre. Juste une correction, peut etre me fendrais je d un billet plus tard mais je précise pour ta gouverne que ce ne sont pas les travailleurs qui épongent la SNCF. Le probleme avec les beni oui oui nourris à TF1 et au Parisien c est qu ils croient que les cheminots sont des fonctionnaires qui leur sucent le sang. Passons… les cégétistes qui montent à Paris pr les manif ne le font pas sur ton dos mon garcon, ni meme sur celui de travailleurs… en general ils investissent le train à moins qu ils ne soient eux meme cheminots et ds ce cas ils ont une carte de circulation. C est donc a la charge de la sncf. Pour rappel, la subvention touchée par la sncf de la collectivité vient combler les manques dus au tarifs sociaux (famille nombreuse, militaires). S ils n y etaient pas le train roulerait vide quasiment. Car le taux de remplissage n est pas tjr des meilleurs sur ce trajet en semaine. Ne pas faire rouler le train serait encore plus couteux en raison du systeme d attribution des sillons que RFF (proprietaire du reseau) facture a la sncf. Apres dire que tt le monde etait bourré c est de la caricature, ds les manifs il y a de tout et des connards aussi. Ils sont contents, ils rigolent… ben tant mieux, ils ont le moral ils viennent pr manifester contre un truc qui leur tient a coeur. Le syndicalisme est la seule chose qui a permis aux ouvriers d améliorer leur condition, c est le rapport de force qui a forcé le patronat a concéder des avancée pas sa conscience. Jamais un patron ne s est réveillé le matin en pleurant, puis a couru augmenter ses salariés. Relis des docs datant du 19eme S, « un jour de congé, 10h maximun par jour mais ils vont nous ruiner, c est anticompétitif, ils ne se rendent pas compte » le discours à toujours été le meme. Cette année le revenu des actionnaires des entreprises cotées au CAC40 a grimpé de 22%, en 20 ans le revenu de l actionariat a croit de 80% (oui oui 80)… ca se chiffre en milliers de RMI ca, et pendant ce temps TON pouvoir d achat baisse. Tu as mal identifié les profiteurs, pr moi un mec (il y en a c est vrai) qui fout rien et qui encaisse le RMI c est un gagne petit. Depuis 20ans ns vivons ds un systeme mondial de capitalisme sauvage, de profit a court terme, orchestré par l OMC. C est cela qui plombe l emploi, la répartition, provoque la fuite des entreprises la ou elle peuvent exploiter au plus fort les miséreux. Dans 30ans la france sera peut etre a la place de la chine aujourd hui. C est ce turn over qu il faut empecher car il permet de mettre en concurrence la pauvreté et donc de te faire bosser de moins en moins cher… et bientot tu prendras un boulot pr tes vacances d été.

    Pr rappel au fait les administrations de faineants comme la snef et edf ont des régimes speciaux qui sont auto financés, ils ne coutent donc rien a la collectivité et mieux il y a encore 20ans ces systemes, excédentaires, venaient renflouer la caisse de securité sociale. D ailleurs le systeme SNCF est viable pour les trente prochaines années.

    Répondre
  143. Testouille
    Testouille dit :

    Je n’ai jamais, absolument jamais critiqué les cheminots !
    Par contre, les cégétistes bourrés qui sont fiers d’aller à Paris gratos et qui le gueulent pendant 3 heures, ça, j’ai connu.
    Quand au vase communiquant du pouvoir d’achat et des richesses, tu n’y peux rien : on demande à gagner plein d’argent sans rien faire. Regarde toutes ces émission qui, même si elle ne sont destinées à l’origine qu’à faire de l’audimat et à nous faire peur, expliquent certains fonctionnement qui sont réel : coût de main d’oeuvre hotline free divisé par 4 depuis qu’ils ont exporté, idem pour Crystal d’Arques (le crystal) qui a généré… 1500 licenciements.
    Ben oui, on y vient petit à petit. Je vous vois déjà avec vos banderolles, défilant avec marqué dessus « on veut du pain, les riches, donnez nous plus ! ».

    Faut ouvrir les yeux : on est en 2006, avec une concurrence qui n’est plus européenne mais mondiale !
    C’est pas à nous de faire la grève, bordel !
    C’est à tous les autres pays sous-développés ou en voie, de faire ça et leur pouvoir commence à peser de plus en plus. Mais bordel, pas nous ! C’est pas nous, qui gagnons, avec un RMI, en un mois, l’équivalent de 4 ans de salaire d’un Coréen (et là, renseignez vous je n’éaxgère rien) !

    Faut un peu ouvrir les yeux et arrêter de se regarder le nombril bordel !

    J’ai l’air de donner systématiquement des idées extrêmes, mais c’est volontaire, pour vous secouer un peu, alors que je ne pense bien évidemment que la moitié de ce que je dis.

    Mais la richesse passe inexorablement vers les gens qui bossent et pour moins cher. C’est ainsi. Ca fait chier, mais il faut un peu vivre avec son temps !

    Comment faire autrement ? Impossible. La seule solution pour éviter que nos richesses partent, c’est de bosser plus, surtout pour les petites mains. C’est malheureux à dire mais c’est ainsi.

    Et oui bien évidemment que ça me ferait suer après 40 ans de travail de n’être pas payé à la hauteur de mes efforts.

    Et bien sûr que ça me fait râler de voir les patrons de plus en plus riches parce qu’ils se débrouillent pour vivre en France mais travailler aillleurs alors que nous, on doit bosser de plus en plus pour gagner de moins en moins. Mais vous avez une solution VIABLE ??

    Je répète : Alice au pays des Merveille, où on gueule pour demander 35 heures avec même salaire, c’est terminé.

    Votre solution ? Faire une révolution ? Mettre au pouvoir quelqu’un qui dirait « ok, les gros patrons qui ont nettement trop d’argent, on le leur pompe et on le redistribue à tout le monde !

    Mais c’est N’IMPORTE QUOI !! Vous croyez qu’en entendant ça ils resteront ? Toutes les lois sont faites pour que les gens vraiment riches ne paient pas d’impôts ! Vous imaginez s’ils payaient à la hauteur de ce qu’ils gagnent ? Ah oui, vous seriez super content et là tout le monde serait bien égal. Mais n’importe quoi ! Imaginez 4 secondes cette chose : ces gens sont très certainement intelligents et ils seraient DEJA PARTIS DE FRANCE avant même d’avoir à payer quoi que ce soit.

    Faut arrêter de rêver bordel !
    Genre « les patrons il vont enfin payer leur dû ces chiens verreux ».
    Si la débilité pouvait être incarnée ce serait en disant « il faut appauvrir les riches pour enrichir les pauvres ».

    Mais bien SUR que les riches deviennent anormalement plus riches et les pauvres plus pauvres. Mais ça va EMPIRER, et une révolution ne servirait à rein d’autre que de foutre le bordel inutilement dans le pays !!

    Moi si je possédais 50 habitations à louer et des centaines de milliers d’euros qui rentrent tous les mois, et que l’Etat dit « maintenant, tu vas RAQUER GROS PORC » (gros « tic » dixit Agnès) », mais je resterais juste le temps de vendre et de me casser !
    Apprendre une langue étrangère serait certainement un moindre inconvénient que de payer des milliers d’euros pour rien !
    Bordel avant de voir la paille dans l’oeil de quelqu’un il faut enlever la poutre qu’on a dans le sien !

    Et l’administration, je le dis, le dis, le redirai et le gueulerai systématiquement haut et fort : 90 % dans l’administration bossent à la moitié de leur possibilité.

    Mais cette fainéantise maladive de notre pays est malheureusement en train de se retourner contre nous.

    Je vais partir bosser 4 jours à distance pour gagner 300 malheureux euros de plus mais je vais les mettre de côté vous savez pour quoi ?

    Tout simplement parce que je veux envoyer ma fille à venir dans l’école privée où elle apprendra à parler couramment Français mais aussi Anglais.

    Et surtout, ne me dites pas « ouais lui il a plein de fric, encore une école réservée aux jeunes pourris de fric ». Parce que moi si je peux l’offrir cette école c’est par la sueur de mon front.

    Et ne me dites pas non plus « mais une école multilangue ça devrait être publique ». Quand on voit le bordel que c’est à Marseille avec les profs : notre amie, prof d’Allemand, nous racontait que les jeunes arrivent avec le lecteur mp3, l’écoutent à fond et gênent donc le cours. Elle lui demande de sortir mais lui, il a 19 ans, il fait deux fois sa carrure et lui répond « moi je suis bien ici, j’ai pris mon année sabatique sur le dos de l’Etat et je fais ce que je veux ».

    Vous voyez ma gamine faire cours avec des putain de branleurs nourris par l’Etat comme ça ? Je préfère encore crever de sueur par terre plutôt que ça.

    Et je vois d’ici des socialos qui vont dire « mais eux aussi ont droit à l’éducation c’est normal ».

    Vous avez vu le groupe de rap « I Am » ? Il chante entre autres « pourquoi certains naissent dans des choux, d’autres dans la merde« . Eh bien lui il s’en est sorti parce qu’il a bossé, point barre. Je ne dis pas que pour tout le monde c’est pareil, il y a et il y aura toujours des exceptions, mais dans la grande majorité la France est un p*tain de pays d’assistés comme nulle part ailleurs.

    Allez je vais manger puis me coucher. A 22 heures. Oui, monsieur le fonctionnaire, je mange comme d’habitude à 22h.

    Répondre
  144. Testouille
    Testouille dit :

    Je veux envoyer ma fille à venir dans l’école privée où elle apprendra à parler couramment Français mais aussi Anglais tout simplement pour qu’elle puisse, si elle est intelligente, partir de ce pays de merde où la seule chose qui me retienne est ma famille.

    Vous voulez créer une société ? Bien sûr (j’ai ma micrBNC) : l’Etat réclame de l’argent AVANT et j’insiste, je hurle, putain, ça me rend dingue, AVANT que vous ayez gagné le moindre centime, je cite, TEXTO : « En prévision de vos futurs gains. Vous savez quel organisme ? L’URSAFF. Aux Etats-Unis, quand on veut créer une société, on donne de l’argent pour la faire progresser dès le début. Sisi renseignez vous. Maintenant, allez voir un voleur – excusez moi : banquier (enfin c’est pareil) et demandez lui de l’argent pour une startup : les banquiers, en France, ils n’investissent que s’ils sont sûrs du retour sur investissement. Mais bordel de merde c’est quoi ce pays de merde ?

    Répondre
  145. Fugitive
    Fugitive dit :

    L’état que tu couvres d’immondices, c’est celui qui te permet de rouler avec ton 4×4 de merde sur autre chose que des talus. L’état, ce sont les infirmières qui te soulagnet, les médecins qui te soignent, les flics qui te protègent, les pompiers qui te sauvent, les enseignants qui prennent en charge ta marmaille de 2 ans à 24 ans si elles ont eu la chance d’avoir plus de neurones que toi !…. et j’en passe. Il faut vraiment être dramatiquement bas de plafond pour ne pas avoir compris ça ! Tu n’est qu’une testicouillemolle….

    Je te cite, histoire que tout le monde profite de ta nullité génétique : « Par contre, les cégétistes bourrés qui sont fiers d’aller à Paris gratos et qui le gueulent pendant 3 heures, ça, j’ai connu« 

    Oui… les cons sont légions et tu en es la preuve in vivo…. moi ce sont les chefs d’entreprises restant à table au resto gastro pendant 4 ou 5 heures à se finir murgés à l’armagnac hors d’âge pour fêter les dégraissages de leurs entreprises… T’en as d’autres dans le genre ?

    Audiard Père !!! Au secours !!! On en a un pire que Champion du monde !!!

    Répondre
  146. Testouille
    Testouille dit :

    J’ai pas de 4×4 de merde tout simplement parce que je n’ai pas envie de polluer connement encore plus notre pauvre terre, déjà qu’en France on a plus que 14 ans de retard sur le tri des déchets par rapport à l’Allemagne, je vais pas en rajouter en plus avec la pollution. Et si chacun y mettait juste une cellule grise de réflexion, on n’aurait plus aucun 4×4. Et l’Etat ne me nourri en rien, pour l’instant. Il m’a nourri un mois sur mes 12 années de travail.

    « Moi ce sont les chefs d’entreprises restant à table au resto gastro pendant 4 ou 5 heures à se finir murgés à l’armagnac hors d’âge pour fêter les dégraissages de leurs entreprises… »

    Qu’est-ce qui te fait chier ? Qu’ils aient été plus intelligents que toi et qu’ils vivent bien aujourd’hui ? Moi j’admire ces personnes.
    Les gros cons ce sont les Français qui achètent Japonais, qui déversent leur richesse durement gagnée vers d’autres pays afin d’économiser 3 francs six sous. Bref, des bon gros Français qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nombril.

    « Oh je vais économiser 4 centimes d’euros si j’achètes les tomates d’Espagne et pas celles de Corse….Là ce sont des comportement complètement débiles. Et dire que ce sont ces gens qui se disent « vouloir protéger la nation »… le genre de ceux qui veulent gagner 3000 euros sur 35 heures et surtout pas plus.
    Et mon objectif c’est à 50 ans de pouvoir faire pareil. Et non pas de continuer à ne pas évoluer et derrière, de gueuler « ils ont trop d’argent, qu’ils nous en donnent, ces voleurs d’argent ! ».

    Je ne gueule pas contre les gens qui ont trop d’argent, je gueule contre ceux qui ne bossent pas et qui vivent dessus, et contre ceux qui bossent et à qui on pompe un maximum d’argent.

    Pourquoi tu n’es pas revenu sur la microBNC et le fait qu’on taxe les entrepreneurs AVANT qu’ils gagnent de l’argent ? Tu peux m’expliquer ? Tu trouve ça normal ?

    Pourquoi les patrons paient 50 % de charges salariales, et doivent fournir des justificatifs dans tous les sens s’ils se trouvent avec une feignasse d’employé qui vit sur son dos sans rien faire ? C’est normal ça ?
    Je suis d’accord pour trouver un juste milieu. Bien sûr qu’il ne faut surtout pas donner le plein pouvoir aux patrons, loin de là mais il faut tout de même leur donner la possibilité de faire quelque chose dans ce pays ! Toutes les têtes pensantes s’en vont !
    J’ai une connaissance qui a vécu un an au Japon, vous ne le croirez pas : on lui a dit « on te donne 1000 euros par mois, on te paie l’aller retour, et tu viens juste étudier chez nous ». Qu’est-ce qu’il a fait ? Il est parti étudier là bas… et ensuite à votre avis ? Eh bien, il est resté là-bas cinq ans, en apportant son savoir faire et tout ce qui va derrière, apportant certainement bien plus au pays que les 12000 euros qu’il leur a coûté au début.
    Vous imaginez ça en France ? Je vous vois bien crier au scandale « pourquoi eux ils ont droit alors qu’ils sont étrangers et moi pas » ?

    Allez, je vais essayer de terminer mon troisième boulot, après avoir entendu ce matin « mon Dieu, hier soir j’ai dû finir de corriger les copies, j’ai fini à 19h00, tu te rends compte Monique ? Ca les heures supplémentaires, l’Etat ils nous les paiera pas, hein ! Quel vol. L’année prochaine c’est fini, je recommence plus ». Je me suis pincé pour être sûr que j’avais bien entendu.
    Purée c’est pas avec des gens comme vous qu’on aurait pu mettre un projet aussi fantastique qu’ITER sur pieds, oh que non.

    Mais en lisant vos commentaires y’a des bon repas qu’on pourrait faire. Enfin des bons diner, et des champions, Dieu sait qu’il y en aurait.

    Répondre
  147. ko
    ko dit :

    c’t’un hoax, sûr : il nous bassine avec les propos qu’il a soi-disant entendu de-ci, de-là, et ceci est une méthode de propagandiste pas très fûté…

    Répondre
  148. schlaf
    schlaf dit :

    « mon Dieu, hier soir j’ai dû finir de corriger les copies, j’ai fini à 19h00, tu te rends compte Monique ? Ca les heures supplémentaires, l’Etat ils nous les paiera pas, hein ! Quel vol. L’année prochaine c’est fini, je recommence plus ».

    d’un autre côté, quand on commence la journée à 8h du matin (7h45, en fait, le temps d’ouvrir la classe) et qu’on finit à 19h, ça fait une « petite » journée de 11 heures quand même.

    et c’est pas comme s’il y avait une pause du midi, car la cantine des gosses, très souvent il faut s’en occuper en même temps.

    alors, franchement une pleine journée avec des gosses (forcément turbulents, puisque papa et maman sont des winners et bossent 12h par jour et comptent sur l’éducation nationale pour « éduquer » leurs moutards), c’est pas comme une journée passée le cul sur sa chaise, même si on réfléchit très fort (je le sais, je pratique le cul sur la chaise)

    tout ça pour un salaire qui n’a rien de mirobolant, on comprend que les fonctionnaires-pourris-suceurs de sang de nos impôts se lassent.

    oui, on connaît la réponse classique : s’ils sont pas contents, ils n’ont qu’à monter leur boîte… mais veuillez croire qu’il y a encore des gens qui préfèrent travailler beaucoup (malgré ce qu’on en dit) pour un faible salaire (malgré ce qu’on en dit) et une reconnaissance proche de zéro (ça, par contre, tout le monde s’accorde dessus), parce qu’ils croient encore aux vertus de l’école républicaine.

    Répondre
  149. franck
    franck dit :

    Testouille – C’est incompréhensible, soit tu cumules les micro-temps partiels, ou soit tu te dopes : tu as commencé dans ce blog avec 2 boulots, je cite :

    – Commentaire 129 « Allez boulot (mon deuxième (ah oui je n’ai pas dit mais moi aussi j’ai deux boulots et je paie mes impôts sur les deux) ). »

    – Commentaire 145 « oui je travaille le jour et la nuit ». Et tu dors quand, et tu vis quand?

    – Commentaire 165 « Allez, je vais essayer de terminer mon troisième boulot »

    Maintenant, tu en as un troisième (en l’espace de 36 commentaires) : en gros plus tu écris ici et plus tu as de boulots. Je ne comprends pas, soit tu fais du bénévolat intensif, soit tu es très très mal payé (auquel cas il serait temps de revendiquer autre chose que la chasse aux glandeurs et les mirages de l’expatriation), soit tu as des besoins financiers énormissimes ( ces conditions n’étant pas exclusives les unes des autres).

    Mais arrête un peu car bientôt on pourra écrire « ci-gît testouille mort au travail sur le front du capitalisme intensif. »

    Avant de reprendre ta logorrhée relis le commentaire 156. Sinon, laisse tomber, il te reste la consultation ou la migration vers la Canada ou le Japon.

    « Allez je vais manger puis me coucher. A 22 heures. Oui, monsieur le fonctionnaire, je mange comme d’habitude à 22h. »

    Je te cite, la encore est-ce que cela te satisfait de ne pouvoir manger qu’à 22h00 tous les jours?(en Espagne c’est fréquent et pourtant les espagnols ne semblent pas s’en plaindre sans pour autant être tous des bourreaux de travail) Si oui, tu es en satisfait voire fier, tu fais partie de l’espèce des boulophages, en quoi tu as besoin de reprocher aux autres de ne pas le faire et de ne pas être comme toi?

    Soit satisfait de ta situation et tais-toi, ou plutôt arrête de te plaindre et parle d’autre chose.

    Si par contre, tu n’en es pas content (ce qui semble être le cas puisqu’au commentaire 155, tu admets la chose suivante : « Moi je suis en permanence en train de penser rentabilité et je ne profite pas de ma vie, et c’est en ce sens que j’envie les autres. ») pourquoi reprocher aux autres de ne pas faire ce qui te déplait profondément ?

    Utilise l’organe situé entre tes 2 oreilles et tente de trouver une réponse.

    Répondre
  150. François
    François dit :

    « … mais veuillez croire qu’il y a encore des gens qui préfèrent travailler beaucoup pour un faible salaire et une reconnaissance proche de zéro, parce qu’ils croient encore aux vertus de l’école républicaine »: ouais, enfin ils croient aussi aux vertus des vacances à foison et à la sécurité de l’emploi 🙂

    Répondre
  151. Fugitive
    Fugitive dit :

    Mon père était prof d’histoire et géographie en lycée.

    Je n’ai jamais vu la lampe de son bureau s’éteindre avant minuit (ce qui me posait un sacré problème étant donné que si je voyais le rai de lumière sous ma porte de chambre, lui voyait donc parfaitement le mien… donc, obligée de lire sous la couverture avec une lampe de poche pour ne pas me faire « gauler » à ne pas avoir obéi à l’extinction des feux prescrite !).

    Ses jeudis après-midi (et oui ! C’était encore les jeudis !), il les passait à réparer les cartes de géographie en lambeaux de son lycée. bénévolement, bien sûr !

    La moitié de l’été était consacrée à remettre à jour ses cours, à refaire les fiches d’histoire ou de géo.

    A l’époque, il avait entre 30 et 40 élèves par classe.

    Ces soirées consistaient à recevoir les parents d’élèves après les cours. Toujours en dehors des horaires de travail.

    Il a eu le pot de ne pas connaître la situation actuelle de profs avec quasiment autant d’éléves mais bien plus difficiles à gérer parce que lacune d’autorité de la part des parents trop occupés pour faire leur part de boulot, à simplement survivre, ou à s’en foutre.

    Quelle est la catégorie socio-professionnelle à connaître le plus fort taux de suicide à cause de leurs conditions de travail ? : les profs.

    Quelle est la catégorie socio-professionnelle à être internée en établissement psychiatrique ou de repos pour dépression ? : les profs.

    Alors arguer des « vacances » (lequelles sont bien plus exigées par les élèves et les parents, soit dit entre nous !) ou de la « sécurité de l’emploi » (860.000 fonctionnaires publics en situation de précarité), c’est faire perdurer une image d’Épinal qui n’a plus rien à voir avec la réalité.

    Répondre
  152. franck
    franck dit :

    François si tu aspires à être prof, puisqu’apparemment tu soulignes les multiples avantages de cette profession, rien de plus simple passe les concours, obtiens les et tu seras heureux. Bien que d’après ce que décrit Fugitive, tu idéalises peut être un peu la profession. Allez bonne chance.

    Répondre
  153. Fugitive
    Fugitive dit :

    Franck > Je précise que mon père a été totalement heureux tout le temps qu’il a enseigné (de 45 à 82) ! Il a pris sa retraite en 82 mais ce ne l’a pas empêché de rester « dans le circuit », syndicalement, personnellement, etc. Ce qui veut dire qu’il faut vraiment avoir la passion de la pédagogie ou de la diffusion du savoir pour faire ce boulot sans être ni méprisé, ni déchiqueté, ni laminé… Et ne pas courir après le fric ! 🙂

    Répondre
  154. Francois
    Francois dit :

    « rien de plus simple passe les concours, obtiens les et tu seras heureux »> Non, non, je soulignais juste que « prof » n’etait pas non plus le pire boulot de la terre. Mais perso je prefere garder mon taf actuel, qui paie très bien. Et je reprend à mon compte ton brillant conseil: j’invite tous les pleurnichards de la planete à faire de meme, c’est à dire faire des etudes dans une filiere qui mene à quelque chose, et etre heureux comme je le suis

    Répondre
  155. franck
    franck dit :

    Francois, dans ce cas, je ne comprends pourquoi tu pointes les profs comme des privilegies qui « beneficient » de pleins de conges et de la securite de l’emploi.

    C’est etrange mais il existe d’autres activites qui relevent de la fonction publique comme les militaires ou les policiers, dont la legitimite et l’utilite pourraient etre beaucoup plus discutable que celle des profs et qui disposent egalement de la securite de l’emploi et aussi de beaucoup de dispo ( que font les militaires en dehors des conflits?), or generalement ces categories ne sont jamais pointees comme faisant partie de la caste des « privilegies ».

    Cela me laisse toujours perplexe.

    Tu ne soulignais pas simplement le fait qu’etre prof n’etait pas le pire boulot de la terre, tu laissais plutot entendre (commentaire 170) que la source principale de motivation des profs etait les conges a foison et la securite de l’emploi, ce qui est different et beaucoup plus insidieux…

    Répondre
  156. Francois
    Francois dit :

    Pourquoi les militaires ne sont jamais pointés du doigt ? Peut-etre parce que, conscient de leurs avantages, ils evitent soigneusement de nous casser les couilles tous les 6 mois en beuglant dans la rue qu’ils veulent « plus de moyens »…
    Ceci dit, les vacances, ca parait quand meme etre une source de motivation non négligeable pour ces gentils profs, vu que dès qu’on leur parle « formation durant qq jours de leurs vacances », c’est la levée de boucliers… Là, la pedagogie, l’amour des eleves, toussa, … vite oublié 🙂

    Répondre
  157. Z
    Z dit :

    « Peut-etre parce que, conscient de leurs avantages, ils evitent soigneusement de nous casser les couilles tous les 6 mois en beuglant dans la rue qu’ils veulent « plus de moyens »… »

    Euh… Rappelons, afin d’éviter des interprétations erronées, que les militaires n’ont pas le droit de grève.

    Répondre
  158. ko
    ko dit :

    Les gens qui critiquent / se moquent /rabaissent les profs sont généralement ceux qui seraient infichus de transmettre quoi que ce soit devant plusieurs classes pendant ne serait-ce qu’un trimestre.

    Répondre
  159. franck
    franck dit :

    Merci Z pour cette precision.

    Ce sont ces subtilités qui contribuent à la complexité de la situation, et nous éloignent ou plutôt devraient nous éloigner des caricatures faciles et des stéréotypes navrants auxquels nous sommes sans cesse confrontés.

    Répondre
  160. franck
    franck dit :

    Quant à françois, j’imagine que si son employeur lui propose des formations durant quelques jours de ses congés, il est content et il en redemande.

    Répondre
  161. Testouille
    Testouille dit :

    Pour mes trois boulots : oui, j’en ai un normal à temps plein.
    Mon ancien patron m’a recontacté pour que je retravaille avec lui = je retravaille le soir = 2ème boulot, bien évidemment déclare au travers de la fameuse MicroBNC où tu dois payer l’URSAFF avant même d’avoir gagné de l’argent
    Et je suis mes études d’ingénieur le soir car j’ai un Bac+2 et j’en veux un peu plus dans la vie 😉
    De ce fait, un type a vu de quoi j’étais capable et m’a demandé de travailler pour lui. J’ai donc pendant une durée de 4 jours, un troisième boulot. Je n’éxagère rien du tout
    Bien évidemment je n’ai aucune vie de famille vu que je rentre tous les soirs au plus tôt à 22h30.
    Mais je gagne 3000 € net par mois.
    Et la semaine dernière j’ai dépassé mon total d’heures, même si vous ne le croyez pas : j’ai travaillé en moyenne 14 heures par jour pendant 6 jours d’affilée.
    Et dire qu’il y en a qui disent qu’il faut « crever le ventre des gens qui ont de l’argent »…

    Répondre
  162. Testouille
    Testouille dit :

    Ce que je crois que vous n’arrivez pas à comprendre c’est que je ne suis pas contre les gens qui ne veulent pas travailler beaucoup, loin de là.
    Je suis contre les gens qui en demandent trop, et surtout qui s’estiment lésés : ok, tu ne gagnes pas beaucoup. Mais regarde les avantages que tu as à côté !!

    Et pour ce qui est des professeurs et de l’enseignement c’est encore une toute autre histoire : je suis entièrement d’accord sur deux points :
    – être prof c’est de moins en moins agréable aujourd’hui et l’époque du « on est prof uniquement pour les vacances » c’était valable il y a dix ans;
    – les profs sont mal payés et n’ont pas les moyens conséquents pour exercer correctement leur métier ;
    – le pire de tout : les élèves ont aujourd’hui un pouvoir qui est nettement trop grand par rapport à celui des profs. L’éducation en France régresse, et on tend vers quelque chose de lamentable comme aux Etats Unis : les élèves « choisissent leurs cours », peuvent changer tous les ans certaines matières etc. (pour vous donner une idée, un BAC+2 ici est considéré techniquement parlant comme un BAC+5 (=ingénieur) là-bas).

    Enfin c’est un tout autre débat.

    Mais j’insiste : sisi, j’ai bien 3 boulots en même temps, et j’exerce sur le plan pratique ces trois boulots dans la même journée.

    Répondre
  163. cbabe
    cbabe dit :

    testouille, ton choix est respectable mais on peut aussi choisir de privillègier sa vie de famille, et c’est aussi respectable. A la fin de ma vie, je pense que je serai plus heureux de me dire que j’ai été utile aux miens et que j’aurai vecu ce qu’il y a à vivre plutôt que d’avoir gagné un max de fric pour rouler en bm plutot qu’en fiat et aller aux bahamas plutot qu’à la mer…c’est un choix!

    Répondre
  164. Testouille
    Testouille dit :

    Je le répète : je respecte parfaitement les gens qui ont fait un choix tel que le tien, cbabe.
    Je ne respecte pas, par contre, les gens qui ont fait un choix tel que le tien et qui se plaignent qu’il y en ait d’autres qui gagnent beaucoup d’argent alors qu’eux n’en gagnent pas beaucoup (attention, je n’ai jamais dit que c’était toi : j’ai dit qu’il y avait des gens qui avait fait ton choix, mais qui s’en plaignaient : ils veulent le beurre, l’argent du beurre et la crémière. Agnès a bien dit, mot pour mot, dans sa fable (dont je laisse le soin aux gens réfléchis d’apporter eux-même leurs jugements) : purger le bide des tiques.

    Allez, boulot. Oui, oui : samedi, 12h11.
    Ma femme est avec ses parents à faire le carrelage de la maison.

    Je pense que je ferai comme cbabe le jour où j’estimerai gagner assez d’argent. Et tant que la petite est pas au monde, je donne tout ce que je peux et je ralentirai après.
    Au fait pour information : on a été à Aubert pour acheter une poussette : les écriteaux marquaient, textuellement, sans rien de plus : « 25 % de réduction sur tout le rayon poussettex et laudeaux ». On va pour acheter, la vendeuse dit qu’il faut commander. Elle nous facture, et on voit pas les 25% de réduction. On demande, elle nous dit « ah mais ce n’est que sur les articles en rayon ». Je répond : très bien, on fait la commande. Arrivé chez moi, je fais une lettre recommandé avec accusé de réception à Aubert France, à 60 Millions de consommateurs et à UFC que choisir pour « publicité mensongère » (il fallait obligatoirement marquer « dans la limite des stocks disponibles »). Hier, la directrice d’Aubert nous appelle et nous signale que c’est avec plaisir que nous aurons nos 25% de réduction.
    Comme quoi il ne faut jamais se laisser marcher sur les pieds.

    A+

    Répondre
  165. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Si tu as bien tout lu, les tiques sont les rentiers et actionnaires qui se font du fric sur le dos du travail des autres, du tien, entre autre. S’il n’y avait les actionnaires qui réclamaient leur 15% de progression de dividendes annuels, peut-être n’aurais-tu pas à bosser comme un malade, non? Et que tu pourrais à la fois travailler correctement, vivre décemment de ton boulot et profiter de la vie, de ta famille, avant qu’elle ne se barre, lassée de ne jamais te voir.
    Ce que je dis dans ma fable, tu l’illustres parfaitement bien : pour nourrir les vrais parasites (le monde appartient à ceux qui ont des salariés qui se lèvent tôt!), sans payer tout le monde à sa juste valeur, on en fait suer quelques uns sous le burnous en les faisant travailler dur (toi) en leur faisant faire pour le même prix le boulot de ceux qu’on laisse sur le bas-côté (moi). Et comme tu as logiquement bien les boules, on te désigne les autres victimes du système pour canaliser ta colère, nous, les privés d’emploi et de revenu décent, histoire que tu ne te mettes pas à penser à qui profite vraiment de ton taff et de ta vie perdue.
    Efficace, non?
    Les deux faces d’une même médaille, voilà ce que nous sommes et si nous cessons de nous laisser avaugler et monter les uns contre les autres, il n’y a pas de raison que nous ne parvenons pas tous à bosser correctement et à en vivre décement. Je ne suis pas ton ennemie, Testouille, je suis probablement ta meilleure alliée. C’est dommage que tu ne le vois pas.
    Dans ce système, aucun de nous deux n’a choisi sa place, ceux à qui profite le crime ont choisi pour nous.

    Répondre
  166. Testouille
    Testouille dit :

    Ce que j’essaie aussi d’expliquer, c’est que c’est pas en tuant ces mecs, ou en leur disant « ne nous faites plus travailler », qu’on aura plus de travail, ou qu’on aura plus d’argent, ou un pouvoir d’achat plus grand, ou plus de loisirs, parce que je pense que le problème c’est pas du tout dans l’argent, ni dans ceux qui l’ont ici, aujourd’hui, en France, le problème il est ailleurs : les personnes qui sont exploitées ailleurs. Et je dois le reconnaitre : on devient de plus en plus exploités en France. Bien sûr ça fait râler. Bien sûr ça énerve tout le monde, mais la solution n’est pas en disant aux actionnaires « vous avez trop d’argent, demandez nous de moins travailler ». Vous pensez qu’ils vont s’arrêter ? Vous avez entièrement raison dans un sens : ils vont s’arrêter, mais pour nous. Et ils vont partir ailleurs s’il n’y a plus d’argent à se faire ici. C’est une loi économique, et un principe de vases communiquants : tout l’argent qu’on donne pour faire travailler des gens à l’extérieur de notre pays, c’est de l’argent en moins pour faire travailler les gens à l’intérieur. Et naturellement, comme il y a moins d’argent, on travaille plus pour arriver au même résultat. Etc etc.

    Je pense que ce qui m’énerve le plus dans tous ça c’est que les gens râlent, gueulent et pestent alors qu’ils n’ont pas conscience d’une bonne partie des choses. C’est comme si j’allais voir un mécanicien alors que je n’y connais rien en voiture et que je lui disais que le volant tourne mal, parce que quand on met de l’essence, ça sent pas très bon : c’est un manque complet de connaissance du système. Une des premières choses qu’on apprend dans les écoles pour futurs ingénieurs, c’est qu’il ne faut dire les choses que quand on est sûr de ce qu’on dit, sinon on se renseigne, ou encore on dit qu’on ne sait pas, mais il ne faut pas raconter n’importe quoi.

    Répondre
  167. Alain
    Alain dit :

    En fait Agnès, tu parles de ce que tu ne sais pas (ça c’est pas très grave) et tu débites en boucle des dogmes dont tu ignores le sens (ça c’est plus grave).
    Un mec qui veut monter une petite entreprise de plomberie, il a besoin de locaux, de matériel, de voiture, d’employés etc… pour se payer tout cela, il a besoin d’un capital de départ. Ce capital, il l’a rarement, alors il fait la tournée des banques et des gens qui veulent lui confier leur argent. Les gens qui acceptent de donner cet argent ne le font pas par philanthropie, ils prennent un risque en lui confiant cet argent et demande par conséquent des intérêts dessus. Ce qui est tout à fait normal. Maintenant supposons qu’on abolit le capitalisme, le mec qui veut ouvrir sa petite entreprise de plomberie, il fait comment ?
    Il va voir le proprio du local en lui disant qu’il sera payé dans 3 ans quand sa boite fera les 1ers bénéfices ?
    Il va voir un constructeur automobile en lui disant qu’il sera payé dans 3 ans quand sa boite fera les 1ers bénéfices ?
    Il demandera à ses employés de travailler gratuitement pendant 3 ans avant de partager avec eux les bénéfices ?
    Non, sans le capital, il aura jamais ouvert son entreprise.
    Le capital est nécessaire pour lancer une activité.

    Ensuite concernant les 15%, je vois pas ou est le problème, si une boite marche bien, la technologie aidant, elle a besoin de moins en moins de personnes pour réaliser le même travail, faut-il payer des gens à rien faire ?
    Non.
    Ils seront remerciés et la boite fera 20%.
    Une entreprise n’est pas une garderie pour adultes, dans une entreprise on travaille pour gagner plus d’argents, c’est le but même d’une entreprise.
    Ensuite, toutes les entreprises ne font pas 15%, il y en a beaucoup qui coulent et beaucoup d’investisseurs perdent leur argent, alors faire des 15% une généralité, c’est faux.

    Pour terminer, tu parles toujours des méchants investisseurs qui demandent du 15%, mais tu parles jamais des investisseurs qui perdent leur argent.
    Tu parles toujours du méchant investisseur qui par l’intermédiaire du patron exploite les employés, mais tu parles jamais des investisseurs qui prennent le risque de monter une entreprise qui offre des emplois aux gens.
    Ta haine envers l’entreprise est complètement irrationnelle.
    D’un coté tu beugles quotidiennement qu’il faut des emplois, de l’autre tu dis que les patrons qui créent des emplois, exploitent les travailleurs.

    En fait ce que tu veux, c’est un emploi sans patron, en gros ce que tu fais en ce moment, bosser toute seule en indépendant. Mais même en ayant la situation que tu as choisie, tu trouves quand même de quoi critiquer tes propres choix.

    Tu seras jamais heureuse parce que tu n’es jamais contente de ce que tu as, toujours la à se plaindre pour 3 fois rien.

    Répondre
  168. Fugitive
    Fugitive dit :

    « Elle est Française, quoi. »

    Alors là… plus stupide et cliché comme reflexion, on fait pas !

    Simone de Beauvoir, Édith Piaf, Louise Michel, Camille Claudel, George Sand, Simone Veil, Colette, Marguerite Yourcenar, Françoise Sagan, Sylvie Guillem ou Barbara, entre autres, viennent de t’éclater de rire au visage dans un bel ensemble…

    Répondre
  169. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Critiquer un système qui crée de plus en plus d’inégalités et de pauvreté, un système qui ne profite qu’à une toute petite minorité qui chie allégrement sur tout type de valeurs (travail, environnement, droits de l’homme, etc) parce qu’ils s’estiment supérieurs à tous les autres et qu’il est normal que tous crèvent du moment qu’eux peuvent s’en fourer jusque là, c’est se plaindre????
    Vous êtes vraiment trop cons des fois!
    Est-ce que j’écris pour me plaindre de mon sort? Parfois j’en chie un peu, mais en général, je suis quelqu’un de monstrueusement heureux. Et vous savez pourquoi? Parce que je vis en accord avec moi-même. Testouille, il a la gueule tellement dans le guidon qu’il n’a pas été foutu de voir que c’est pour les mecs comme lui que je cherche d’autres manières de vivre ensemble. Même pour toi, Alain. Tu continues à penser que tu es du bon côté de la cognée? Tu penses que ce système t’es favorable? La mauvaise nouvelle c’est qu’il ne l’est pour pas grand monde et qu’à terme, il ne le sera pour personne. Mais ceux qui l’ont mis en place et utilisé pour écraser la gueule des autres histoire d’en avoir toujours plus, ils s’en foutent. Parce que quand le navire va commencer à couler avec nous tous dedans, ils seront morts et se seront bien goinfrés entre temps. Ceux qui exigent que la part du capitale soit toujours plus importante en bouffant celle des salaires, ceux qui veulent que l’on exploite toutes les ressources jusqu’à la dernière goutte ont juste décidé de faire un bras d’honneur au reste de l’humanité, leurs propres gosses compris.
    Ils ont encore 5, 10 ou 15 ans à tirer sur Terre et ils veulent tout. Qu’importe qu’ils n’aient jamais qu’un seul trou du cul pour chier, il leur faut de quoi nourir un village entier ailleurs, plus de baraques qu’ils ne peuvent en habiter, plus de bagnoles qu’ils ne peuvent en conduire, plus de fric que leur folie même ne leur permet de dépenser. Et ça, c’est grâce à vous qu’ils se le paient. Grâce à votre labeur, à votre double ou triple job, à vos petites compromissions quotidiennes qui vous font espérer ramasser quelques miettes à leurs pieds goutteux. Leur putain de train de vie, c’est tout ce qui compte. Rien à foutre des autres, rien à foutre des générations futures, moi, moi, moi, juste et seulement moi, ici et maintenant. Voilà les mecs que vous défendez. Ceux-là même qui vont jetteront dans la fosse à purin si ça peut encore leur rapporter quelque chose.

    C’est le règne des morts-vivants, c’est apothéose du non-humain et vous êtes à genoux et vous dites merci!
    Quand j’écris ici, quand je tente de secouer les consciences endormies, je ne pense pas à moi, je pense à ma gosse, qui doit grandir et devenir une femme dans un monde vivable. Je pense à ses copains et à tous les mômes sur cette foutue planète que nous traitons vraiment de façon indigne. Quand je parle de conditions de travail, je pense à l’ouvrière chinoise, qui se tue à la tâche pour un salaire de misère. Quand je parle d’exploitation, je pense aux gamins de Phuket, le supermarket de la pédophilie internationale. Quand je parle de misère, je pense au niveau de vie à Mada ou en Roumanie. Ma pensée aussi est globale. Du coup je vois mieux le rapport entre les choses, quelque soit le nombre de kilomètres qui nous sépare. Parce que tout est lié : le petit Africain qui va mourir du palu, faute des 2€ qui auraient pu le sauver, le retraité américain qui considère que son fond de pension doit TOUT faire pour lui permettre de changer de 4×4 tous les ans, la nana du call center en Tunisie qui vend des trucs discounts fabriqués par l’ouvrière chinoise grâce à des ressources africaine à l’employé français qui a peur du plombier roumain. Chaque ajustement a des répercussion sur l’ensemble des habitants de cette planète. Chaque recul chez nous nourrit l’oppression là-bas et la haine des autres plus loin.

    Répondre
  170. ko
    ko dit :

    Etienne de la Boétie l’écrivait déjà en 1549 dans son Discours de la servitude volontaire

    C’est le peuple qui s’asservit et qui se coupe la gorge ; qui, pouvant choisir d’être soumis ou d’être libre, repousse la liberté et prend le joug ; qui consent à son mal, ou plutôt qui le recherche…

    Et, tout fiers de leur petit savoir, des Testouille et des Alain se vautrent dans leur cynisme.

    Répondre
  171. Alain
    Alain dit :

    Agnès, ko et tous les autres gauchistes vous êtes très forts dans la rhétorique, les citations et autres sophismes, mais vous êtes incapables de répondre à une question aussi simple que
    « Comment monter son affaire avec des bureaux, du matériel, des employés etc… sans un capital de départ ? ». Si vous me parlez de communisme, j’en ris d’avance.

    Répondre
  172. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @ Alain : qui a dit qu’il fallait tordre le cou des capitalistes? Pas moi en tout cas. Je dis juste qu’il est anormal que la sphère des salaires soit asséchée par la rente du capital. je trouve normal que celui qui prête du blé ait un retour sur investissement, tout comme celui qui fournit ses compétences, sa force de travail. Mais là, le capital a décidé de s’arroger la part du lion en rognant directement sur les salaires. Quand je parle de partage de la richesse produite, ce ne pas l’un excluant l’autre, c’est juste un partage équitable et non cette soif de profit qui rend totalement fou. Faudrait pas perdre de vue que sans le travail pour le valoriser, le capital n’aurait même pas de valeur calorigène, dans la mesure où il s’est dé matérialisé ces dernières décennies….
    @ Petaramesh : d’un autre côté, si tu te coupes de tes contradicteurs, comment tu fais pour avancer dans la réflexion… ?!?

    Répondre
  173. Louis siffert
    Louis siffert dit :

    Une répartition plus équitable des richesses ne signifie pas répartition uniforme des richesses. La question du travail/capital est la même que celle de l’oeuf et de la poule : lequel a donné naissance en premier à l’autre. Une chose est sûre l’un ne va pas sans l’autre et sous évaluer le travail par rapport au capital crée un déséquilibre qui ne va pas dans le sens de la paix sociale.

    Répondre
  174. Testouille
    Testouille dit :

    En réponse à 193 : toutes mes excuses, je n’arrive pas à me faire au fait qu’il y a des gens dont leur degré humour ne dépasse jamais leur QI (à savoir 1).

    Répondre
  175. Testouille
    Testouille dit :

    Agnès, si on te lit, tu dis principalement qu’il y a une minorité plein de fric qui exploite en permanence tout le monde et qui, plus elle en a, plus elle en veut. (Relisez bien, sisi : cette phrase est en Français correct).
    Vrai ?

    Mr Louis Siffert a souligné quelque chose de très vrai.

    Le problème avec les socialistes, c’est qu’on a vraiment l’impression, voire la seule et unique que dès que les gens gagnent vraiment beaucoup d’argent ça vous fait chier.
    Rien que la citation 194. Le samedi 15 avril 2006 à 20:38, par Agnès Maillard explique cela de manière flagrante.
    Un système qui ne profite qu’à une minorité..
    Quand je lis ça je reviens à ce que j’ai dit : il faut un peu savoir de quoi on parle quand on crie haut et fort certaines choses. Agnès tu n’as jamais répondu clairement et honnêtement à la question : « Comment monter son affaire avec des bureaux, du matériel, des employés etc… sans un capital de départ ? »

    Maintenant, pour que tu expliques clairement tes positions, et que tu démontres bien que tu sais de quoi tu parles (sinon à quoi te sert ce que tu fais ? Rien, parce que ça ne veut rien dire), petit quizz auquel tu dois savoir très rapidement répondre :
    – quel est l’investissement de l’Etat dans le développement des entreprises privées cette année ?
    – que signifie URSSAF et à quoi est-il destiné ?
    – que signifie CIPAV ?
    – qu’est-ce que la définition de l’économie libérale ?

    Si tu ne sais pas répondre un minimum à ces questions, c’est que tu n’es _absolument pas qualifiée__ pour parler de la manière disgracieuse qui a caractérisé ton post 194. Et ça c’est la version polie. Moi on me disait « Quand on ne sait pas de quoi on parle on ferme sa… »‘.
    Pour conclure, et comme je l’ai déjà dit : ce que tu fais est bien, mais tu gagne de l’argent grâce au capitalisme (si si, réfléchis bien, tu verras) et grâce aux gens qui ont une fortune énorme et qui ont investi et qui croient dans des gens comme toi.

    Répondre
  176. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @ Testouille : première chose, je suis ici chez moi et c’est ce qui me donne le droit de m’exprimer. Maintenant, si ça t’emmerde, je ne te force absolument pas à venir et je ne te demande pas un rond pour venir déverser ici des idées et insinuations dont tout le monde aura parfaitement compris qu’elles ne sont pas du tout en accord avec ma manière de voir. Je te laisse t’exprimer, mais il ne s’agit pas d’abuser non plus.
    Ce que je peux t’affirmer, c’est que quand tu n’as pas un rond pour démarrer une affaire et que tu n’as rien à mettre dans la balance (héritage, maison, biens, fric de la famille), ben tu continues à n’avoir pas un rond. Donc ma boîte se monte lentement et toute seule, sans apport de nulle part. Parce qu’il y a belle lurette que le capitalisme de papa, qui consistait effectivement à prendre des risques en prêtant des ronds à ceux qui lançaient une affaire, n’existe plus. Les banques font du profit maximum et c’est tout.
    Entre les exos de cotisations sociales, les exos de taxe professionnelles, les subventions diverses et variées, les contrats aidés quasiment fonctionnarisés tant la part à la charge de l’employeur est dérisoire, je peux te dire que l’Etat met au pot des Entreprises privées bien plus que l’inverse.
    Maintenant, ce débat stérile me fatigue pas mal. Je te conseille donc d’aller sur des blogs plus conformes à ta vision des choses où tu seras bien plus heureux qu’ici!

    Répondre
  177. Testouille
    Testouille dit :

    Oulah. J’avais marqué cette page pour voir comme le fil évoluait et plus rien n’a continué.
    Ceci dit, je me suis renseigné, j’ai lu et discuté avec beaucoup de monde et ma vision a bien changé depuis.
    Quand je disais qu’il fallait couper l’aide sociale je me trompais, et lourdement.
    Il ne faut surtout pas faire ça.
    Notre système est l’un des systèmes sociaux les meilleurs au monde, et c’est une réalité.
    Il faut à tout prix le conserver.
    Comparé au Canada auquel je faisais référence, et à l’Angleterre, effectivement, notre système est formidable et <b>empêche</b> de descendre le seuil de pauvreté en deça d’un minimum acceptable, et là aussi je me trompais, et lourdement.
    Malheureusement il y a quelque chose d’inévitable. Quelque chose de pire que tout ça, et que beaucoup de Français préfèrent ignorer en se voilant la face : la mondialisation.
    Il faut réussir à s’adapter au rouleau compresseur (de merde) qu’est la mondialisation.
    Regardons tous les pays autour de nous : la qualité de vie a drastiquement baissé chez eux tout simplement parce que ils doivent s’adapter au rouleau compresseur (de merde) qu’est la mondialisation. Nous sommes le peuple qui résiste encore, mais on va y arriver.
    Je n’ai pour l’instant aucune solution à proposer pour garder notre système social et donc étroitement relié avec notre système économique, tel qu’il est actuellement.
    La seule solution c’est que les autres pays se basent sur notre système pour faire évoluer le leur, mais cela n’arrivera jamais. On gueule sur la protection beaucoup trop forte des travailleurs, mais ce sont quelque part les autres pays qui devraient gueuler sur la protection beaucoup trop faible des leurs.
    Oui, c’est angoissant.
    Oui, c’est angoissant de voir Sarko serrer la main de Bush, quand on voit comment ce premier être acéphale humain vivant au monde, agit.
    Si on suit la voie des Etats Unis cela sera au moins aussi mauvais que celle du Japon ou de la Chine.
    Que faire ?
    Pour ma part, comme je l’ai déjà expliqué, j’agis dans un sens qui va faire hurler la plupart des personnes orienté "social" qui lisent ce forum : agir pour moi afin de sauver ma pomme. Je n’ai pas trouvé d’autre solution. Les hommes au pouvoir ne peuvent pas faire autrement que faire des réformes si la France veut s’adapter avec un minimum de dégâts au rouleau compresseur (de merde) qu’est la mondialisation (l’ai-je assez dit ?). On ne peut pas leur en vouloir car en suivant de près leurs actions c’est intéressant et cela ne va pas forcément dans le sens de leurs intérêts, notamment entre autres, le sens de la transparence fiscale du gouvernement. Ceci dit si Sarko continue ainsi je ne donne pas cher de sa peau. Ou bien il ne continuera pas ainsi. Enfin c’est un autre débat.
    Pour revenir à la sauvegarde de ma pomme je m’explique : les Français n’acceptent pas dans la majorité des cas les nouvelles réformes car elles ne sont pas bien. Pire : elles favorisent les gens déjà riches (seuil d’imposition au maximal à 50 % etc). Donc la France va inexorablement s’enfoncer, tandis que les autres pays vont s’enrichir. Si vous voyez une autre issue, expliquez la moi, je suis preneur, et je ne demande que ça, au contraire.
    En suivant cet avenir dont l’idée est stressante et angoissante, mais que je n’arrive pas à imaginer autrement, la France s’appauvrit. La proportion d’achats de voitures étrangères a augmenté du triple en dix ans. Dans cet ordre d’idées, l’argent qu’on paie ne va pas dans les usines Françaises, mais dans les usines étrangères. La France s’appauvrit. Qu’est-ce qu’il nous reste ? Notre cerveau. Avec cela, il faut faire quelque chose pour s’en sortir. Sinon nous allons nous retrouver, au lieu d’être 5000 mendiants et 1 riche, 5001 mendiants. J’essaie de réfléchir pour être ce "1" riche. Tout en conservant ma vie de famille. J’ai eu une petite fille, elle grandit, je m’arrange pour être tout le temps avec elle, tant qu’elle ne dort pas, mais dès qu’elle dort, je me renseigne, je cherche, je réfléchis. Notre vie sociale, ne nous voilons pas la face, ne sera plus ce qu’elle est d’ici plusieurs années. La sécurité sociale ? Elle sera privatisée. Les hôpitaux ? Idem. Cela va devenir aussi scandaleusement pourri qu’en Angleterre où les hôpitaux pour tout le monde seront pourris, alors que ceux qui auront de l’argent auront droit à des soins nettement meilleurs.
    Et j’insiste sur une chose : je ne blâme pas l’homme au pouvoir car je pense que dans la plupart de ses agissements, il ne peut pas faire autrement. "Il n’y a jamais eu de réformes réelles et la France a déjà pris beaucoup trop de retard par rapport aux pays émergents. Ne continuons pas ainsi.".
    Ce que je vais dire peut paraitre paradoxal mais il n’en est rien : j’essaie de partager toutes mes connaissances et les petites astuces de ma vie de développeur que je trouve, avec du monde (voir mon site). C’est quelque part un comportement social : au lieu de tout garder pour moi pour progresser en marchant sur la tête des autres, je partage mon savoir. C’est tout simplement parce que les personnes sociales qui partagent leur savoir ont le droit d’avoir en retour quelque chose dans ce sens. Ce que je fais. Quotidiennement.

    Pourtant cela ne m’empêche pas du tout de m’angoisser pour l’avenir de ma fille et de chercher une solution. Parce que je ne veux pas finir mendiant. J’ai failli dire "je ne veux pas aller faire la queue à la caisse d’allocations tout en travaillant jour et nuit pour joindre les deux bouts", mais je pense qu’il n’y aura plus d’allocations d’ici 15-20 ans ! C’est stressant et je me sers de l’adrénaline qui sort de ces angoisses pour avoir suffisamment d’énergie et chercher quelque chose qui fera que, oui, je vivrai confortablement à 60 ans et je ne serai pas dans une maison de retraite à voir mes enfants une fois par an lorsqu’ils auront besoin d’un petit chèque de papi.
    Mon discours est un peu bizarre parce que j’ai évolué dans le sens social : j’ai pris conscience qu’effectivement, notre système social est excellent, et que s’il y a des profiteurs il faudrait mettre en place quelque chose pour essayer d’entraver cela, mais ma vision des choses a changé et la mondialisation devient un problème majeur qui ramène, à mon sens, tous les autres problèmes à des problèmes secondaires : qu’est-ce qu’on s’en fiche de savoir s’il y a 5000 personnes qui vivent sur le RMI à Marseille, quand on sait que 10 patrons décident de licencier 80 % de leur personnel afin de tout faire à l’étranger ! C’est là qu’il y aura vraiment de la perte d’argent. Alors du côté des travailleurs comment faire ? Accepter d’être payé moins et travailler plus ? Non c’est hors de question ! Eh bien dans ce cas tant pis les pays étrangers travailleront à la place de la France. Même les mairies s’y mettent et confient les travaux informatiques de leur commune à l’Inde au lieu de faire travailler les gens ici ! Que faire ? Je pose la question ! Que faire ? Je n’ai personnellement aucune réponse à donner, mais entretemps je calme mes angoisses en cherchant un moyen de m’en sortir, moi et ma famille. Ceci dit je vous pose la question : que faire ? Quelles seraient selon vous les solutions viables (à part dire à tous les travailleurs des autres pays "rebellez vous, demandez plus à vos patrons", ce qui serait la vraie solution, mais qui ne peut pas arriver car ce ne sont pas eux qui maitrisent le système), alors je repose la question : *que* *faire* ?

    Répondre
  178. Testouille
    Testouille dit :

    Oulah. J’avais marqué cette page pour voir comme le fil évoluait et plus rien n’a continué.
    Ceci dit, je me suis renseigné, j’ai lu et discuté avec beaucoup de monde et ma vision a bien changé depuis.
    Quand je disais qu’il fallait couper l’aide sociale je me trompais, et lourdement.
    Il ne faut surtout pas faire ça.
    Notre système est l’un des systèmes sociaux les meilleurs au monde, et c’est une réalité.
    Il faut à tout prix le conserver.
    Comparé au Canada auquel je faisais référence, et à l’Angleterre, effectivement, notre système est formidable et <b>empêche</b> de descendre le seuil de pauvreté en deça d’un minimum acceptable, et là aussi je me trompais, et lourdement.
    Malheureusement il y a quelque chose d’inévitable. Quelque chose de pire que tout ça, et que beaucoup de Français préfèrent ignorer en se voilant la face : la mondialisation.
    Il faut réussir à s’adapter au rouleau compresseur (de merde) qu’est la mondialisation.
    Regardons tous les pays autour de nous : la qualité de vie a drastiquement baissé chez eux tout simplement parce que ils doivent s’adapter au rouleau compresseur (de merde) qu’est la mondialisation. Nous sommes le peuple qui résiste encore, mais on va y arriver.
    Je n’ai pour l’instant aucune solution à proposer pour garder notre système social et donc étroitement relié avec notre système économique, tel qu’il est actuellement.
    La seule solution c’est que les autres pays se basent sur notre système pour faire évoluer le leur, mais cela n’arrivera jamais. On gueule sur la protection beaucoup trop forte des travailleurs, mais ce sont quelque part les autres pays qui devraient gueuler sur la protection beaucoup trop faible des leurs.
    Oui, c’est angoissant.
    Oui, c’est angoissant de voir Sarko serrer la main de Bush, quand on voit comment ce premier être acéphale humain vivant au monde, agit.
    Si on suit la voie des Etats Unis cela sera au moins aussi mauvais que celle du Japon ou de la Chine.
    Que faire ?
    Pour ma part, comme je l’ai déjà expliqué, j’agis dans un sens qui va faire hurler la plupart des personnes orienté "social" qui lisent ce forum : agir pour moi afin de sauver ma pomme. Je n’ai pas trouvé d’autre solution. Les hommes au pouvoir ne peuvent pas faire autrement que faire des réformes si la France veut s’adapter avec un minimum de dégâts au rouleau compresseur (de merde) qu’est la mondialisation (l’ai-je assez dit ?). On ne peut pas leur en vouloir car en suivant de près leurs actions c’est intéressant et cela ne va pas forcément dans le sens de leurs intérêts, notamment entre autres, le sens de la transparence fiscale du gouvernement. Ceci dit si Sarko continue ainsi je ne donne pas cher de sa peau. Ou bien il ne continuera pas ainsi. Enfin c’est un autre débat.
    Pour revenir à la sauvegarde de ma pomme je m’explique : les Français n’acceptent pas dans la majorité des cas les nouvelles réformes car elles ne sont pas bien. Pire : elles favorisent les gens déjà riches (seuil d’imposition au maximal à 50 % etc). Donc la France va inexorablement s’enfoncer, tandis que les autres pays vont s’enrichir. Si vous voyez une autre issue, expliquez la moi, je suis preneur, et je ne demande que ça, au contraire.
    En suivant cet avenir dont l’idée est stressante et angoissante, mais que je n’arrive pas à imaginer autrement, la France s’appauvrit. La proportion d’achats de voitures étrangères a augmenté du triple en dix ans. Dans cet ordre d’idées, l’argent qu’on paie ne va pas dans les usines Françaises, mais dans les usines étrangères. La France s’appauvrit. Qu’est-ce qu’il nous reste ? Notre cerveau. Avec cela, il faut faire quelque chose pour s’en sortir. Sinon nous allons nous retrouver, au lieu d’être 5000 mendiants et 1 riche, 5001 mendiants. J’essaie de réfléchir pour être ce "1" riche. Tout en conservant ma vie de famille. J’ai eu une petite fille, elle grandit, je m’arrange pour être tout le temps avec elle, tant qu’elle ne dort pas, mais dès qu’elle dort, je me renseigne, je cherche, je réfléchis. Notre vie sociale, ne nous voilons pas la face, ne sera plus ce qu’elle est d’ici plusieurs années. La sécurité sociale ? Elle sera privatisée. Les hôpitaux ? Idem. Cela va devenir aussi scandaleusement pourri qu’en Angleterre où les hôpitaux pour tout le monde seront pourris, alors que ceux qui auront de l’argent auront droit à des soins nettement meilleurs.
    Et j’insiste sur une chose : je ne blâme pas l’homme au pouvoir car je pense que dans la plupart de ses agissements, il ne peut pas faire autrement. "Il n’y a jamais eu de réformes réelles et la France a déjà pris beaucoup trop de retard par rapport aux pays émergents. Ne continuons pas ainsi.".
    Ce que je vais dire peut paraitre paradoxal mais il n’en est rien : j’essaie de partager toutes mes connaissances et les petites astuces de ma vie de développeur que je trouve, avec du monde (voir mon site). C’est quelque part un comportement social : au lieu de tout garder pour moi pour progresser en marchant sur la tête des autres, je partage mon savoir. C’est tout simplement parce que les personnes sociales qui partagent leur savoir ont le droit d’avoir en retour quelque chose dans ce sens. Ce que je fais. Quotidiennement.

    Pourtant cela ne m’empêche pas du tout de m’angoisser pour l’avenir de ma fille et de chercher une solution. Parce que je ne veux pas finir mendiant. J’ai failli dire "je ne veux pas aller faire la queue à la caisse d’allocations tout en travaillant jour et nuit pour joindre les deux bouts", mais je pense qu’il n’y aura plus d’allocations d’ici 15-20 ans ! C’est stressant et je me sers de l’adrénaline qui sort de ces angoisses pour avoir suffisamment d’énergie et chercher quelque chose qui fera que, oui, je vivrai confortablement à 60 ans et je ne serai pas dans une maison de retraite à voir mes enfants une fois par an lorsqu’ils auront besoin d’un petit chèque de papi.
    Mon discours est un peu bizarre parce que j’ai évolué dans le sens social : j’ai pris conscience qu’effectivement, notre système social est excellent, et que s’il y a des profiteurs il faudrait mettre en place quelque chose pour essayer d’entraver cela, mais ma vision des choses a changé et la mondialisation devient un problème majeur qui ramène, à mon sens, tous les autres problèmes à des problèmes secondaires : qu’est-ce qu’on s’en fiche de savoir s’il y a 5000 personnes qui vivent sur le RMI à Marseille, quand on sait que 10 patrons décident de licencier 80 % de leur personnel afin de tout faire à l’étranger ! C’est là qu’il y aura vraiment de la perte d’argent. Alors du côté des travailleurs comment faire ? Accepter d’être payé moins et travailler plus ? Non c’est hors de question ! Eh bien dans ce cas tant pis les pays étrangers travailleront à la place de la France. Même les mairies s’y mettent et confient les travaux informatiques de leur commune à l’Inde au lieu de faire travailler les gens ici ! Que faire ? Je pose la question ! Que faire ? Je n’ai personnellement aucune réponse à donner, mais entretemps je calme mes angoisses en cherchant un moyen de m’en sortir, moi et ma famille. Ceci dit je vous pose la question : que faire ? Quelles seraient selon vous les solutions viables (à part dire à tous les travailleurs des autres pays "rebellez vous, demandez plus à vos patrons", ce qui serait la vraie solution, mais qui ne peut pas arriver car ce ne sont pas eux qui maitrisent le système), alors je repose la question : *que* *faire* ?

    Répondre
  179. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Deux choses.

    1. La globalisation des échanges n’est pas une fatalité, ni une force naturelle comme une inondation ou un tremblement de terre. C’est le résultat de décisions politiques depuis des décennies. La question n’est donc pas comment s’adapter à une globalisation paupérisante pour la très grande majorité et bénéfique pour une toute petite minorité?, mais plutôt quelle globalisation voulons-nous collectivement et démocratiquement pour le bénéfice du plus grand nombre?
    La question du type de société vers laquelle nous voulons tendre ne s’est jamais posée. Il n’y a pas eu de débats démocratiques à ce sujet. Juste des pseudos experts qui débarquent avec des modèles et des équations, qui t’expliquent que c’est la marche inéluctable du monde et qu’il faut s’adapter (entendre accepter de voir sa situation et celle de ses voisin se dégrader) sous peine de… de quoi au juste? De ne plus être moderne? Compétitif? Dans le train fou? La voiture qui fait pouet en allant dans le mur?

    Cela sous-tend quelque chose de profondément subversif : rendre le pouvoir de décision aux peuples et non le laisser partout aux mains de ses soit-disant représentants, à savoir des élites politiques et financières profondément corrompues qui n’ont d’autre objectif que de conserver leurs privilèges et modes de vies dipendieux, au dépend de tout le reste de la planète.

    2. Le chacun pour sa gueule est le piège par lequel ces élites corrompues parviennent à conserver le pouvoir et à en user pour leur strict profit. La situation globale se dégrade parce que nous sommes poussés à nous battre entre nous pour tenter de surnager dans le gros océan de merde que les élites vidangent régulièrement sur notre gueule. Tant que nous sommes des milliards à continuer à barboter dans notre coin pour atteindre le rivage avant les copains, il n’y a aucun espoir de voir les choses s’arranger. La seule issue possible, c’est l’union des peuples contre les profiteurs qui hypothèquent notre avenir commun pour leur seule jouissance immédiate. Les riches et les puissants savent parfaitement que leur mode de vie est invivable pour la planète si on l’étend à tous. Par contre, il sera toujours possible de continuer à se déplacer en avion, à avoir une voiture par personne, à gâcher comme des fous si on limite drastiquement la population globale et surtout le nombre de personnes qui peuvent avoir accès à ce mode de vie. Autrement dit, je pense que les peuples doivent commencer à comprendre que ce qui se joue ici et maintenant, c’est tout simplement leur survie!

    Répondre
  180. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Deux choses.

    1. La globalisation des échanges n’est pas une fatalité, ni une force naturelle comme une inondation ou un tremblement de terre. C’est le résultat de décisions politiques depuis des décennies. La question n’est donc pas comment s’adapter à une globalisation paupérisante pour la très grande majorité et bénéfique pour une toute petite minorité?, mais plutôt quelle globalisation voulons-nous collectivement et démocratiquement pour le bénéfice du plus grand nombre?
    La question du type de société vers laquelle nous voulons tendre ne s’est jamais posée. Il n’y a pas eu de débats démocratiques à ce sujet. Juste des pseudos experts qui débarquent avec des modèles et des équations, qui t’expliquent que c’est la marche inéluctable du monde et qu’il faut s’adapter (entendre accepter de voir sa situation et celle de ses voisin se dégrader) sous peine de… de quoi au juste? De ne plus être moderne? Compétitif? Dans le train fou? La voiture qui fait pouet en allant dans le mur?

    Cela sous-tend quelque chose de profondément subversif : rendre le pouvoir de décision aux peuples et non le laisser partout aux mains de ses soit-disant représentants, à savoir des élites politiques et financières profondément corrompues qui n’ont d’autre objectif que de conserver leurs privilèges et modes de vies dipendieux, au dépend de tout le reste de la planète.

    2. Le chacun pour sa gueule est le piège par lequel ces élites corrompues parviennent à conserver le pouvoir et à en user pour leur strict profit. La situation globale se dégrade parce que nous sommes poussés à nous battre entre nous pour tenter de surnager dans le gros océan de merde que les élites vidangent régulièrement sur notre gueule. Tant que nous sommes des milliards à continuer à barboter dans notre coin pour atteindre le rivage avant les copains, il n’y a aucun espoir de voir les choses s’arranger. La seule issue possible, c’est l’union des peuples contre les profiteurs qui hypothèquent notre avenir commun pour leur seule jouissance immédiate. Les riches et les puissants savent parfaitement que leur mode de vie est invivable pour la planète si on l’étend à tous. Par contre, il sera toujours possible de continuer à se déplacer en avion, à avoir une voiture par personne, à gâcher comme des fous si on limite drastiquement la population globale et surtout le nombre de personnes qui peuvent avoir accès à ce mode de vie. Autrement dit, je pense que les peuples doivent commencer à comprendre que ce qui se joue ici et maintenant, c’est tout simplement leur survie!

    Répondre
  181. mc
    mc dit :

    @ Testouille:

    Apprendre à nager pour survivre au naufrage, quelle bonne idée. Mais ça ne t’empêche peut-être pas de continuer à te bagarrer pour qu’il n’y ait pas de naufrage?

    Parce que tu n’es pas sûr qu’il suffira de savoir nager. Et peut-être y aura-t-il des noyés parmi les gens que tu aimes? Et peut-être les survivants seront-ils pas les plus sympas?

    Répondre
  182. Anta
    Anta dit :

    Oulalala qu’est ce que j’entends ?!?

    Pour procéder méthodiquement:
    1°"comment s’adapter à une globalisation paupérisante pour la très grande majorité et bénéfique pour une toute petite minorité?" Ca c’est toi qui le dit. Demande à 90% des Irlandais si la mondialisation a été une mauvaise chose pour eux ces 15 dernières années…(ou aux 95% de Chinois)
    2° "rendre le pouvoir de décision aux peuples et non le laisser partout aux mains de ses soit-disant représentants" Soit disant représentant. Aurais tu des infos confidentielles sur des fraudes électorales dans les pays qui "comptent" (sous entendu dans la mondialisation)? Et qu’on ne me parle pas de la 1ère élection de W, l’élection d’Al Gore n’aurait absolumment pas aidé à cette pseudo "lutte" contre la globalisation.
    3° "qui n’ont d’autre objectif que de conserver leurs privilèges " Sortit de son contexte, je me serais cru sur un site de droite aux sujet des cheminots. Même vocabulaire, même façon de dénoncer "l’injustice", même certitude "d’avoir raison"

    Répondre
  183. Anta
    Anta dit :

    Oulalala qu’est ce que j’entends ?!?

    Pour procéder méthodiquement:
    1°"comment s’adapter à une globalisation paupérisante pour la très grande majorité et bénéfique pour une toute petite minorité?" Ca c’est toi qui le dit. Demande à 90% des Irlandais si la mondialisation a été une mauvaise chose pour eux ces 15 dernières années…(ou aux 95% de Chinois)
    2° "rendre le pouvoir de décision aux peuples et non le laisser partout aux mains de ses soit-disant représentants" Soit disant représentant. Aurais tu des infos confidentielles sur des fraudes électorales dans les pays qui "comptent" (sous entendu dans la mondialisation)? Et qu’on ne me parle pas de la 1ère élection de W, l’élection d’Al Gore n’aurait absolumment pas aidé à cette pseudo "lutte" contre la globalisation.
    3° "qui n’ont d’autre objectif que de conserver leurs privilèges " Sortit de son contexte, je me serais cru sur un site de droite aux sujet des cheminots. Même vocabulaire, même façon de dénoncer "l’injustice", même certitude "d’avoir raison"

    Répondre
  184. chris
    chris dit :

    Moaui ..pour tenter de resumer ce que je ne dois pas avoir compris ?

    Elle se plaint de quoi Testouille ?

    J’arrive pas a cerner son probleme sur le fond …ou alors c’est quelqu’un qui croit ,qui imagine qu’on peut devenir riche en travaillant plus §§§§§§§§

    Le bon gag …..

    Mais quand elle aura 70 ans ,le prix de la maison de retraite aura quintuple ….a cause des milliardaires russes qui blanchissent leur pognon ….

    C’est meme plus du burn out la …

    Répondre
  185. Testouille
    Testouille dit :

    @ Agnès :
    C’est amusant, j’aurais hurlé au scandale après tes propos il y a deux-trois ans, mais maintenant, je pense que… tu as raison.
    Effectivement, l’union fait la force.
    Effectivement, les inégalités sociales se creusent et de plus en plus, de jour en jour.
    Effectivement, ceux qui sont riches le sont de plus en plus et font tout pour que les pauvres se bouffent entre eux en ayant l’impression qu’un jour, eux aussi, ils deviendront riches.
    Je dis cela parce que je commence à avoir pas mal d’argent, à fréquenter des gens assez riches et *effectivement* : les riches deviennent anormalement beaucoup plus riches qu’avant et les pauvres ne peuvent pas s’en sortir, et ce de manière anormale, aussi.
    Je pense aussi c’était un objectif politique, qui a fonctionné, et sur moi aussi, je l’avoue, que tourner la tête des gens vers les "profiteurs du système" pour nous voiler la face sur le reste. C’est aussi une réalité : laisser les profiteurs continuer ainsi en profitant du système, c’est une façon d’acheter la paix sociale.
    Mon beau-frère qui est banquier, gagne un argent fou (sa prime de fin d’année (pas son 13ème ni son 14ème mois (si si ils en ont 14), je ne parle que de sa prime) est l’équivalent de mon salaire annuel), se scandalisait que l’on puisse laisser des "clochards" (mon Dieu que c’est sale) sur la canebière (à Marseille) un jour de fête.
    A l’inverse, je donne depuis quelque temps et c’est systématique, quelques euros lorsque je vais faire le marché : si j’ai la chance d’en gagner des milliers tous les mois, autant en faire profiter ceux qui se trouvent dans une situation telle qu’ils n’arrivent pas à s’en sortir.
    Je dis ceci non pas pour me vanter de quoi que ce soit, mais parce que : (1) je n’ai jamais fait cela auparavant, et j’espère que c’est une évolution positive de ma part, et (2) je vois que plus je fréquente des gens qui gagnent de l’argent, moins il y en a qui en donnent…et plus je grince des dents quand je suis avec eux (pour rester poli).

    Avant je disais : "Quand on veut s’en sortir on y arrive". J’ai aussi compris (encore du vécu) que selon la situation dans laquelle on est, on a beau travailler, on n’y arrive pas. Ou très difficilement. Et si, de plus, on est vieux, les chances de s’en sortir diminuent d’autant.

    Alors oui, la solution selon Agnès serait : "le pouvoir au peuple, à nouveau".
    Je suis preneur. Ok.
    Mais comment ?

    @ mc : excellent résumé.

    Bonnes fêtes à tout le monde !

    Répondre
  186. Testouille
    Testouille dit :

    @ Agnès :
    C’est amusant, j’aurais hurlé au scandale après tes propos il y a deux-trois ans, mais maintenant, je pense que… tu as raison.
    Effectivement, l’union fait la force.
    Effectivement, les inégalités sociales se creusent et de plus en plus, de jour en jour.
    Effectivement, ceux qui sont riches le sont de plus en plus et font tout pour que les pauvres se bouffent entre eux en ayant l’impression qu’un jour, eux aussi, ils deviendront riches.
    Je dis cela parce que je commence à avoir pas mal d’argent, à fréquenter des gens assez riches et *effectivement* : les riches deviennent anormalement beaucoup plus riches qu’avant et les pauvres ne peuvent pas s’en sortir, et ce de manière anormale, aussi.
    Je pense aussi c’était un objectif politique, qui a fonctionné, et sur moi aussi, je l’avoue, que tourner la tête des gens vers les "profiteurs du système" pour nous voiler la face sur le reste. C’est aussi une réalité : laisser les profiteurs continuer ainsi en profitant du système, c’est une façon d’acheter la paix sociale.
    Mon beau-frère qui est banquier, gagne un argent fou (sa prime de fin d’année (pas son 13ème ni son 14ème mois (si si ils en ont 14), je ne parle que de sa prime) est l’équivalent de mon salaire annuel), se scandalisait que l’on puisse laisser des "clochards" (mon Dieu que c’est sale) sur la canebière (à Marseille) un jour de fête.
    A l’inverse, je donne depuis quelque temps et c’est systématique, quelques euros lorsque je vais faire le marché : si j’ai la chance d’en gagner des milliers tous les mois, autant en faire profiter ceux qui se trouvent dans une situation telle qu’ils n’arrivent pas à s’en sortir.
    Je dis ceci non pas pour me vanter de quoi que ce soit, mais parce que : (1) je n’ai jamais fait cela auparavant, et j’espère que c’est une évolution positive de ma part, et (2) je vois que plus je fréquente des gens qui gagnent de l’argent, moins il y en a qui en donnent…et plus je grince des dents quand je suis avec eux (pour rester poli).

    Avant je disais : "Quand on veut s’en sortir on y arrive". J’ai aussi compris (encore du vécu) que selon la situation dans laquelle on est, on a beau travailler, on n’y arrive pas. Ou très difficilement. Et si, de plus, on est vieux, les chances de s’en sortir diminuent d’autant.

    Alors oui, la solution selon Agnès serait : "le pouvoir au peuple, à nouveau".
    Je suis preneur. Ok.
    Mais comment ?

    @ mc : excellent résumé.

    Bonnes fêtes à tout le monde !

    Répondre
  187. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Salut Testouille.

    J’ai mouliné les commentaires de mon blog et j’ai effectivement remonté quelques belles saillies dont tu nous avais honoré, il y a près de 2 ans. Et tu avais la dent dure. Très pote avec mon libéral préféré, l’inénarrable Alain et effectivement très remonté contre les opinions qui étaient les miennes et le sont toujours.

    Ce que j’aimerais comprendre, c’est comment tu as pu changer de vision du monde à ce point? Je connais des ex-pauvres qui ont transfiguré leur "honte" passée en haine de leur classe d’origine. Peut-être pensent-ils ainsi effacer la souillure originelle de leur basse extraction? Je connais aussi pas mal d’ex-aisés qu’un revers de fortune a placé le nez dans le caniveau, à hauteur de certaines réalités qu’ils niaient férocement, et qui se retrouvent subitement à ressentir dans leur chair l’injustice du système.

    Mais des toujours gâtés par le système qui se posent des questions qui, fondamentalement, remettent en cause leur confortable position du moment, très, très peu. En fait tu es l’exception.

    Tu as déjà fait un appel du pied sur ce fil, il y a 20 jours. Donc, je réponds à ton attente. J’espère que ce n’est pas pour me dire que tu me fais un poisson d’avril de Noël 😉

    Alors, dis-nous précisément ce qui t’as fait changer de vision du monde à ce point-là, parce que là vraiment, j’aimerais comprendre!

    Répondre
  188. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Salut Testouille.

    J’ai mouliné les commentaires de mon blog et j’ai effectivement remonté quelques belles saillies dont tu nous avais honoré, il y a près de 2 ans. Et tu avais la dent dure. Très pote avec mon libéral préféré, l’inénarrable Alain et effectivement très remonté contre les opinions qui étaient les miennes et le sont toujours.

    Ce que j’aimerais comprendre, c’est comment tu as pu changer de vision du monde à ce point? Je connais des ex-pauvres qui ont transfiguré leur "honte" passée en haine de leur classe d’origine. Peut-être pensent-ils ainsi effacer la souillure originelle de leur basse extraction? Je connais aussi pas mal d’ex-aisés qu’un revers de fortune a placé le nez dans le caniveau, à hauteur de certaines réalités qu’ils niaient férocement, et qui se retrouvent subitement à ressentir dans leur chair l’injustice du système.

    Mais des toujours gâtés par le système qui se posent des questions qui, fondamentalement, remettent en cause leur confortable position du moment, très, très peu. En fait tu es l’exception.

    Tu as déjà fait un appel du pied sur ce fil, il y a 20 jours. Donc, je réponds à ton attente. J’espère que ce n’est pas pour me dire que tu me fais un poisson d’avril de Noël 😉

    Alors, dis-nous précisément ce qui t’as fait changer de vision du monde à ce point-là, parce que là vraiment, j’aimerais comprendre!

    Répondre
  189. Testouille
    Testouille dit :

    Simplement quelques grandes discussions avec un ami qui a :
    – un fonctionnement pratiquement identique au mien sur le plan relationnel ;
    – consacré plus de temps que moi à la recherche du pourquoi des inégalités sociales, et sur le fonctionnement de l’économie en général.
    Il m’a expliqué quelques grandes lignes, notamment sur le principe mondial de l’économie qui fait que l’argent est une constante, autrement dit plus il y a de gens qui s’enrichissent, plus il y a de… pauvres qui s’appauvrissent, et c’est malheureusement une réalité.

    Je me suis aussi renseigné sur le travail en général et effectivement, pour résumer, j’ai réalisé que plus nous travaillons, plus nous enrichissons ceux qui sont au dessus de nous sans nous enrichir nous-même. C’est un constat. Alors c’est vrai que quand on voit Mr Sarkozy dire "le travail avant tout", cela peut être interprété de trois façons :
    1) celle qui était la mienne mais qui ne l’est plus à savoir : quand on travaille, on mange, si on travaille pas on crève et c’est normal, ce sera notre avenir ou notre avenir ne sera pas ;
    2) il faut que la classe moyenne travaille beaucoup plus et on va même essayer de faire travailler ceux qui ne travaillent pas actuellement pour enrichir encore plus les riches ;
    3) si on continue ainsi sans "trop" travailler par rapport au reste du monde on va rapidement se retrouver dans la merde, pour parler crument.

    L’ami avec lequel j’ai discuté pense que notre président n’avait en tête que la (2) et mettait en avant ce que les Français voulaient entendre à savoir la (1).
    Moi j’ai changé et je pense sincèrement que c’est un mélange de (2) et de (3).

    Au jour d’aujourd’hui je suis beaucoup plus modéré qu’avant, c’est tout. L’ironie de tout ça c’est que ce sont les gens riches qui m’ont rendu beaucoup plus social (sur le plan politique) ! Et je suis vraiment scandalisé par le fait que ces gens richent ne comprennent pas la pauvreté. Ca, oui, j’en suis réellement choqué et ce n’est pas une caricature, c’est la réalité : la fifille à papa ne comprend pas, cela la dépasse, réellement, comment un homme peut en être arrivé à coucher dehors alors que, de son côté, papa lui a payé son fonds de commerce, et qu’elle a fait trois visites d’une grande maison et s’est gavée de 12 % de commission ce qui lui a donné la possibilité de s’acheter une new beetle cash. Oui, j’ai pas fait de fautes : une new Beetle payée C.A.S.H.
    Donc…
    Qu’est-ce qui m’a fait changer d’avis ? Pas mal de choses. Pour parler de ma vie privée, ce qui m’a fait changer d’avis, c’est le fait d’avoir vécu les plus beaux moments de ma vie avec des gens pauvres (mon ex. amie + ses frères et soeurs + sa mère (morte du cancer à 44 ans (un livre a été écrit sur elle, "le calvaire de claire", où tout est aussi incroyablement scandaleux que c’est vrai http://www.amazon.fr/Calvaire-Clair…))), et le fait de vivre les moments les plus exaspérants de ma vie avec les gens riches, et enfin le fait d’avoir beaucoup discuté et écouté d’opinions.

    Attention, je reste toujours sur le principe que si on est jeune et qu’on veut bosser, on peut.
    Par contre, comme l’a très bien résumé mc :
    "Si tu veux survivre, travaille. Si tu veux t’enrichir, trouve autre chose"

    J’ai trouvé autre chose mais ce n’est pas donné à tout le monde.
    Ce qui me fait changer d’avis de jour en jour, pour en arriver à la réalité, c’est que malgré un bon salaire (2800 € nets c’est pas trop mal) je suis obligé de regarder de près chaque chose, parce que notre qualité de vie baisse de jour en jour, et je m’en inquiète réellement, comme je l’ai déjà dit dans un de mes derniers posts. C’est ça et presque rien d’autre qui me fait réfléchir : comment se fait-il que, malgré le fait que je gagne plein d’argent, non seulement je n’ai pas le temps d’en profiter parce que je bosse comme un dingue, mais en plus, quand je voudrais en profiter, je ne peux pas parce que… notre qualité de vie a baissé de manière hallucinante ! Et quand j’entends mon beau-frère le fameux banquier dire que c’est bien fait pour la gueule des 10 000 RMI-stes si on leur a coupé les vivres parce qu’ils profitaient de la société, alors que le prix de ses vacances au club-med, ça fait l’équivalent de DEUX ANNEES complètes de RMI, j’étais d’accord avant, mais maintenant je change petit à petit. Et aujourd’hui j’en arrive à un stade où je suis content qu’il ait plein d’argent, attention, j’insiste, mais je trouve anormal qu’en bossant au moins presque deux fois plus que lui, je touche exactement DIX FOIS MOINS.
    Sachant que ce que je fais nécessite une compétence au moins aussi grande que la sienne. Ce que j’entends par là c’est que jour après jour je me rends compte de l’injustice et j’en fais le parallèle avec des gens qui gagnent beaucoup moins que moi.

    Lorsque j’ai fait mes premiers posts, ici, je gagnais autant, et je cumulais deux boulots et j’en étais fier, parce que tout ce que je gagnais je pouvais en profiter. En deux ans, la qualité de vie a tellement baissé que je tout ce que je gagne, je n’en profite plus. La mère de ma femme me dit "oui Olivier mais tout de même tu peux te faire des petits plaisirs, si tu as envie de t’acheter quelque chose". Mais encore heureux ! Si je ne pouvais pas m’acheter 3-4 petites choses sympas par mois (entre 15 et 60 euros), il ne me resterait absolument plus rien du tout ! RIEN ! Et quand à côté je vois la fifille dont papa possède 15 agences immobilières sur Nice, qui n’a aucun diplôme, et qui fait 4 visites et se paie une Beetle cash, là oui, j’ai les boules, les méga boules ! Quand je vois un clodo qui était comme toi et moi, qui tenait une pharmacie, qui a coulé, et dont la femme a divorcé, qui s’est retrouvé endetté pour payer sa maison, qui l’a revendue, et qui en est arrivé à louer un appartement pourri, et à la fin, n’a plus réussi à le payer (là aussi les professions libérales sont scandaleusement précaires par rapport aux professions administratives mais c’est un autre sujet) et s’est retrouvé dans la rue à faire la manche…

    Oui en gros, pour plein de raisons que j’ai sous les yeux, je suis devenu beaucoup plus socialiste qu’avant, et je pense que, comme je l’ai dit, la France va suivre le libéralisme économique de tous les autres pays, parce que ceux-ci ne vont jamais, les lois économiques dirigeant tout obligent, s’aligner sur elle (ce qui serait la vraie solution).

    Ceci dit, Agnès, pour te répondre directement, je ne suis pas un "toujours gâté par le système". Si j’y arrive, c’est parce que je me suis vraiment défoncé, jour et nuit, pendant plusieurs années. Je ne fais pas partie des petits fils à papa comme le fils de mon patron qui arrive avec sa 306 coupée tunée à mort alors qu’il est au chômage et ne sait pas aligner deux mots de Français sans faire 8 fautes d’orthographe.

    Ma vision a changé pour tout ça. De ce que je disais auparavant, il y a beaucoup de choses que je pense toujours, entre autres à savoir que le système Français est plein de failles et qu’il y a beaucoup trop de personnes qui en profitent. Il faudrait faire quelque chose dans ce sens là. A l’inverse, là où j’ai changé, c’est qu’effectivement, je réalise jour après jour que les personnes vraiment riches font en sorte de nous empêcher d’y arriver afin de garder leur monopole. Ca, c’est aussi une réalité. Et c’est pour ça qu’on peut penser que j’ai retourné ma veste mais c’est faux.

    D’autres choses aussi qui me choquent dans le système Français, c’est que lorsqu’on veut créer une entreprise, on n’a que des bâtons dans les roues, à toutes les étapes, du début, jusqu’à la fermeture lorsqu’on fait faillite. En permanence. Deux semaines après avoir ouvert ma microBNC j’ai reçu une lettre de l’URSSAF me demandant 400 €. Je les appelle, leur demande comment cela se fait que je doit payer alors que je n’ai même pas commencé à travailler, ils me répondent (véridique) : "c’est en prévision de ce que vous allez gagner". Arrrrrrglglglg ! Je leur répond "mais comment vous le savez, ce que je vais gagner ?". Et j’ai droit à : "eh bien on ne le sait pas mais dans deux ans vous serez mis à jour et si vous avez trop payé nous vous rembourserons le trop-perçu". Ce à quoi je rétorque "autrement dit vous me demander d’avancer 400 € et ce tous les trimestres pendant deux ans avant d’être régularisé ?". La réponse tombe : "oui". C’est pas du délire, ça, dans le système Français ? Enfin, bon, tout ça me rend dingue.

    Pour résumer ce qui m’a fait changer de point de vue sur pas mal de choses c’est que la qualité de vie a drastiquement baissé chez tout le monde que je connais, excepté les riches pour lesquels… elle a augmenté ! D’où le sentiment d’injustice, d’où… toutes les réflexions…

    La seule solution à ce problème que je trouve inquiétant, c’est que l’intégralité de la classe ouvrière se mette en grève jusqu’à ce que les patron râlent de ne plus pouvoir se payer leur 14 ème jet privé et condescendent à n’en avoir qu’un seul et par la même acceptent d’augmenter. Je caricature, mais pour être plus concret et réaliste, ce serait que mon beau-frère accepte de ne plus partir, pour 4000 €, une semaine au club med faire du ski (je n’exagère rien, vérifiez sur Internet), mais uniquement pour 1000 €, et les 3000 €, iraient dans la poche de ses 12 employés, qui, eux, au lieu de passer leurs vacances à la maison, iraient peut-être les passer au ski. Mais cela n’arrivera jamais, parce que même si ces employés font grève, d’autres personnes qui crèvent de faim viendront les remplacer : ils auront toujours de la main d’oeuvre ! C’est exactement le cas dans la pâtisserie de ma femme… il ont changé l’intégralité des 30 ouvriers 3 fois en 5 ans, du délire ! Mais le patron il s’en fout de leur mettre la pression, de les traiter comme des chiens, il sait que d’autres viendront pour les remplacer s’ils se barrent ! Cela ne l’empêche pas de signer un chèque de 4000 € uniquement pour le champagne du mariage de son fils (qui, rappelons le, n’a aucun diplôme et n’en branle pas une dans la boîte), et de faire travailler toute une équipe de 5 personnes pendant tout le week-end, uniquement pour le mariage de son fils, sans absolument AUCUNE compensation pour les ouvriers, à part le "merci vous vous êtes super bien débrouillé".

    …….

    beaucoup de réflexion, mais pas de solution viable à court terme, quand je vois tout ça.

    A bientôt !

    Répondre
  190. Testouille
    Testouille dit :

    Simplement quelques grandes discussions avec un ami qui a :
    – un fonctionnement pratiquement identique au mien sur le plan relationnel ;
    – consacré plus de temps que moi à la recherche du pourquoi des inégalités sociales, et sur le fonctionnement de l’économie en général.
    Il m’a expliqué quelques grandes lignes, notamment sur le principe mondial de l’économie qui fait que l’argent est une constante, autrement dit plus il y a de gens qui s’enrichissent, plus il y a de… pauvres qui s’appauvrissent, et c’est malheureusement une réalité.

    Je me suis aussi renseigné sur le travail en général et effectivement, pour résumer, j’ai réalisé que plus nous travaillons, plus nous enrichissons ceux qui sont au dessus de nous sans nous enrichir nous-même. C’est un constat. Alors c’est vrai que quand on voit Mr Sarkozy dire "le travail avant tout", cela peut être interprété de trois façons :
    1) celle qui était la mienne mais qui ne l’est plus à savoir : quand on travaille, on mange, si on travaille pas on crève et c’est normal, ce sera notre avenir ou notre avenir ne sera pas ;
    2) il faut que la classe moyenne travaille beaucoup plus et on va même essayer de faire travailler ceux qui ne travaillent pas actuellement pour enrichir encore plus les riches ;
    3) si on continue ainsi sans "trop" travailler par rapport au reste du monde on va rapidement se retrouver dans la merde, pour parler crument.

    L’ami avec lequel j’ai discuté pense que notre président n’avait en tête que la (2) et mettait en avant ce que les Français voulaient entendre à savoir la (1).
    Moi j’ai changé et je pense sincèrement que c’est un mélange de (2) et de (3).

    Au jour d’aujourd’hui je suis beaucoup plus modéré qu’avant, c’est tout. L’ironie de tout ça c’est que ce sont les gens riches qui m’ont rendu beaucoup plus social (sur le plan politique) ! Et je suis vraiment scandalisé par le fait que ces gens richent ne comprennent pas la pauvreté. Ca, oui, j’en suis réellement choqué et ce n’est pas une caricature, c’est la réalité : la fifille à papa ne comprend pas, cela la dépasse, réellement, comment un homme peut en être arrivé à coucher dehors alors que, de son côté, papa lui a payé son fonds de commerce, et qu’elle a fait trois visites d’une grande maison et s’est gavée de 12 % de commission ce qui lui a donné la possibilité de s’acheter une new beetle cash. Oui, j’ai pas fait de fautes : une new Beetle payée C.A.S.H.
    Donc…
    Qu’est-ce qui m’a fait changer d’avis ? Pas mal de choses. Pour parler de ma vie privée, ce qui m’a fait changer d’avis, c’est le fait d’avoir vécu les plus beaux moments de ma vie avec des gens pauvres (mon ex. amie + ses frères et soeurs + sa mère (morte du cancer à 44 ans (un livre a été écrit sur elle, "le calvaire de claire", où tout est aussi incroyablement scandaleux que c’est vrai http://www.amazon.fr/Calvaire-Clair…))), et le fait de vivre les moments les plus exaspérants de ma vie avec les gens riches, et enfin le fait d’avoir beaucoup discuté et écouté d’opinions.

    Attention, je reste toujours sur le principe que si on est jeune et qu’on veut bosser, on peut.
    Par contre, comme l’a très bien résumé mc :
    "Si tu veux survivre, travaille. Si tu veux t’enrichir, trouve autre chose"

    J’ai trouvé autre chose mais ce n’est pas donné à tout le monde.
    Ce qui me fait changer d’avis de jour en jour, pour en arriver à la réalité, c’est que malgré un bon salaire (2800 € nets c’est pas trop mal) je suis obligé de regarder de près chaque chose, parce que notre qualité de vie baisse de jour en jour, et je m’en inquiète réellement, comme je l’ai déjà dit dans un de mes derniers posts. C’est ça et presque rien d’autre qui me fait réfléchir : comment se fait-il que, malgré le fait que je gagne plein d’argent, non seulement je n’ai pas le temps d’en profiter parce que je bosse comme un dingue, mais en plus, quand je voudrais en profiter, je ne peux pas parce que… notre qualité de vie a baissé de manière hallucinante ! Et quand j’entends mon beau-frère le fameux banquier dire que c’est bien fait pour la gueule des 10 000 RMI-stes si on leur a coupé les vivres parce qu’ils profitaient de la société, alors que le prix de ses vacances au club-med, ça fait l’équivalent de DEUX ANNEES complètes de RMI, j’étais d’accord avant, mais maintenant je change petit à petit. Et aujourd’hui j’en arrive à un stade où je suis content qu’il ait plein d’argent, attention, j’insiste, mais je trouve anormal qu’en bossant au moins presque deux fois plus que lui, je touche exactement DIX FOIS MOINS.
    Sachant que ce que je fais nécessite une compétence au moins aussi grande que la sienne. Ce que j’entends par là c’est que jour après jour je me rends compte de l’injustice et j’en fais le parallèle avec des gens qui gagnent beaucoup moins que moi.

    Lorsque j’ai fait mes premiers posts, ici, je gagnais autant, et je cumulais deux boulots et j’en étais fier, parce que tout ce que je gagnais je pouvais en profiter. En deux ans, la qualité de vie a tellement baissé que je tout ce que je gagne, je n’en profite plus. La mère de ma femme me dit "oui Olivier mais tout de même tu peux te faire des petits plaisirs, si tu as envie de t’acheter quelque chose". Mais encore heureux ! Si je ne pouvais pas m’acheter 3-4 petites choses sympas par mois (entre 15 et 60 euros), il ne me resterait absolument plus rien du tout ! RIEN ! Et quand à côté je vois la fifille dont papa possède 15 agences immobilières sur Nice, qui n’a aucun diplôme, et qui fait 4 visites et se paie une Beetle cash, là oui, j’ai les boules, les méga boules ! Quand je vois un clodo qui était comme toi et moi, qui tenait une pharmacie, qui a coulé, et dont la femme a divorcé, qui s’est retrouvé endetté pour payer sa maison, qui l’a revendue, et qui en est arrivé à louer un appartement pourri, et à la fin, n’a plus réussi à le payer (là aussi les professions libérales sont scandaleusement précaires par rapport aux professions administratives mais c’est un autre sujet) et s’est retrouvé dans la rue à faire la manche…

    Oui en gros, pour plein de raisons que j’ai sous les yeux, je suis devenu beaucoup plus socialiste qu’avant, et je pense que, comme je l’ai dit, la France va suivre le libéralisme économique de tous les autres pays, parce que ceux-ci ne vont jamais, les lois économiques dirigeant tout obligent, s’aligner sur elle (ce qui serait la vraie solution).

    Ceci dit, Agnès, pour te répondre directement, je ne suis pas un "toujours gâté par le système". Si j’y arrive, c’est parce que je me suis vraiment défoncé, jour et nuit, pendant plusieurs années. Je ne fais pas partie des petits fils à papa comme le fils de mon patron qui arrive avec sa 306 coupée tunée à mort alors qu’il est au chômage et ne sait pas aligner deux mots de Français sans faire 8 fautes d’orthographe.

    Ma vision a changé pour tout ça. De ce que je disais auparavant, il y a beaucoup de choses que je pense toujours, entre autres à savoir que le système Français est plein de failles et qu’il y a beaucoup trop de personnes qui en profitent. Il faudrait faire quelque chose dans ce sens là. A l’inverse, là où j’ai changé, c’est qu’effectivement, je réalise jour après jour que les personnes vraiment riches font en sorte de nous empêcher d’y arriver afin de garder leur monopole. Ca, c’est aussi une réalité. Et c’est pour ça qu’on peut penser que j’ai retourné ma veste mais c’est faux.

    D’autres choses aussi qui me choquent dans le système Français, c’est que lorsqu’on veut créer une entreprise, on n’a que des bâtons dans les roues, à toutes les étapes, du début, jusqu’à la fermeture lorsqu’on fait faillite. En permanence. Deux semaines après avoir ouvert ma microBNC j’ai reçu une lettre de l’URSSAF me demandant 400 €. Je les appelle, leur demande comment cela se fait que je doit payer alors que je n’ai même pas commencé à travailler, ils me répondent (véridique) : "c’est en prévision de ce que vous allez gagner". Arrrrrrglglglg ! Je leur répond "mais comment vous le savez, ce que je vais gagner ?". Et j’ai droit à : "eh bien on ne le sait pas mais dans deux ans vous serez mis à jour et si vous avez trop payé nous vous rembourserons le trop-perçu". Ce à quoi je rétorque "autrement dit vous me demander d’avancer 400 € et ce tous les trimestres pendant deux ans avant d’être régularisé ?". La réponse tombe : "oui". C’est pas du délire, ça, dans le système Français ? Enfin, bon, tout ça me rend dingue.

    Pour résumer ce qui m’a fait changer de point de vue sur pas mal de choses c’est que la qualité de vie a drastiquement baissé chez tout le monde que je connais, excepté les riches pour lesquels… elle a augmenté ! D’où le sentiment d’injustice, d’où… toutes les réflexions…

    La seule solution à ce problème que je trouve inquiétant, c’est que l’intégralité de la classe ouvrière se mette en grève jusqu’à ce que les patron râlent de ne plus pouvoir se payer leur 14 ème jet privé et condescendent à n’en avoir qu’un seul et par la même acceptent d’augmenter. Je caricature, mais pour être plus concret et réaliste, ce serait que mon beau-frère accepte de ne plus partir, pour 4000 €, une semaine au club med faire du ski (je n’exagère rien, vérifiez sur Internet), mais uniquement pour 1000 €, et les 3000 €, iraient dans la poche de ses 12 employés, qui, eux, au lieu de passer leurs vacances à la maison, iraient peut-être les passer au ski. Mais cela n’arrivera jamais, parce que même si ces employés font grève, d’autres personnes qui crèvent de faim viendront les remplacer : ils auront toujours de la main d’oeuvre ! C’est exactement le cas dans la pâtisserie de ma femme… il ont changé l’intégralité des 30 ouvriers 3 fois en 5 ans, du délire ! Mais le patron il s’en fout de leur mettre la pression, de les traiter comme des chiens, il sait que d’autres viendront pour les remplacer s’ils se barrent ! Cela ne l’empêche pas de signer un chèque de 4000 € uniquement pour le champagne du mariage de son fils (qui, rappelons le, n’a aucun diplôme et n’en branle pas une dans la boîte), et de faire travailler toute une équipe de 5 personnes pendant tout le week-end, uniquement pour le mariage de son fils, sans absolument AUCUNE compensation pour les ouvriers, à part le "merci vous vous êtes super bien débrouillé".

    …….

    beaucoup de réflexion, mais pas de solution viable à court terme, quand je vois tout ça.

    A bientôt !

    Répondre
  191. Testouille
    Testouille dit :

    Au fait, petite parenthèse point de vue Internet : quand je t’avais dit que le Web était à tout le monde, je tiens à appuyer ce fait, et j’ai mis en pratique (= crée de toutes pièces) une application qui me donne la possibilité de faire des envois de messages depuis plus de 3000 ordinateurs situés dans le monde entier, principalement en Chine et aux Etats-Unis. Je n’éxagérais rien, même si cela pouvait paraître prétentieux. Ceci dit, n’oublie surtout pas de faire ta mise à jour de DotClear, parce que lorsque les failles sont expliquées et qu’on les comprend, les méchant môsieurs de l’informatique, ils font comme pour la nourriture : il cherchent les recettes et les appliquent (ce que je ne ferai pas, mais je pourrais. Cela paraît prétentieux, hein ? Sache que je l’ai déjà fait, sur un autre site, et ça marche, mais je préfère en rester à t’avertir) !

    A+

    Répondre
  192. Testouille
    Testouille dit :

    Au fait, petite parenthèse point de vue Internet : quand je t’avais dit que le Web était à tout le monde, je tiens à appuyer ce fait, et j’ai mis en pratique (= crée de toutes pièces) une application qui me donne la possibilité de faire des envois de messages depuis plus de 3000 ordinateurs situés dans le monde entier, principalement en Chine et aux Etats-Unis. Je n’éxagérais rien, même si cela pouvait paraître prétentieux. Ceci dit, n’oublie surtout pas de faire ta mise à jour de DotClear, parce que lorsque les failles sont expliquées et qu’on les comprend, les méchant môsieurs de l’informatique, ils font comme pour la nourriture : il cherchent les recettes et les appliquent (ce que je ne ferai pas, mais je pourrais. Cela paraît prétentieux, hein ? Sache que je l’ai déjà fait, sur un autre site, et ça marche, mais je préfère en rester à t’avertir) !

    A+

    Répondre
  193. Testouille
    Testouille dit :

    @ Agnès

    J’ai oublié aussi quelque chose qui m’a fait réfléchir : mon nouveau patron.
    Il connait beaucoup de personnes bien placées. Comme toutes les personnes riches, d’ailleurs. Voilà son plan tel qu’il me l’a exposé :
    – mettre en place un site Internet sur lequel beaucoup d’associations à but humanitaire sont présentes ;
    – passer sur une grande chaine télé (je ne citerai pas de nom) ;
    – assurer un traffic énorme de tous les dons qui passeraient par ce site, iraient directement sur son compte en banque…
    – retirerait TRENTE POURCENT de ce qui a été versé, puis…
    – reverserait automatiquement les gains aux associations concernées.

    Lorsqu’il m’a expliqué ses plans, il a vu ma tête se décomposer au fur et à mesure, et lorsqu’il m’a parlé des TRENTE pourcent de marge sur la pauvreté, il s’est senti très mal à l’aise de par le regard que je lui ai certainement jeté. C’est une personne intelligente et il a certainement compris que jamais, oh non, JAMAIS, je ne l’aiderai en quoi que ce soit pour mettre en oeuvre un projet aussi scandaleux. Pour la note, il vient de se faire refaire sa piscine à débordement, il a posé un énorme SPA, et la chambre du sous-sol, il l’a convertie en mini-salle de cinéma (il a une maison à trois étages : un sous sol immense, un RDC, un étage). Quelques dizaines de milliers d’euros. Une broutille, quoi. Ceci dit, il a écrit à Amazon.fr pour demander le remboursement de son colis livré en express parce qu’ils ont eu 8 heures de retard. Ce qui a été fait.

    Tout cela amassé, a aussi contribué à ma haine des gens qui, plus ils ont de l’argent, moins ils ont de conscience personnelle à piller les autres.

    A+

    Répondre
  194. Testouille
    Testouille dit :

    @ Agnès

    J’ai oublié aussi quelque chose qui m’a fait réfléchir : mon nouveau patron.
    Il connait beaucoup de personnes bien placées. Comme toutes les personnes riches, d’ailleurs. Voilà son plan tel qu’il me l’a exposé :
    – mettre en place un site Internet sur lequel beaucoup d’associations à but humanitaire sont présentes ;
    – passer sur une grande chaine télé (je ne citerai pas de nom) ;
    – assurer un traffic énorme de tous les dons qui passeraient par ce site, iraient directement sur son compte en banque…
    – retirerait TRENTE POURCENT de ce qui a été versé, puis…
    – reverserait automatiquement les gains aux associations concernées.

    Lorsqu’il m’a expliqué ses plans, il a vu ma tête se décomposer au fur et à mesure, et lorsqu’il m’a parlé des TRENTE pourcent de marge sur la pauvreté, il s’est senti très mal à l’aise de par le regard que je lui ai certainement jeté. C’est une personne intelligente et il a certainement compris que jamais, oh non, JAMAIS, je ne l’aiderai en quoi que ce soit pour mettre en oeuvre un projet aussi scandaleux. Pour la note, il vient de se faire refaire sa piscine à débordement, il a posé un énorme SPA, et la chambre du sous-sol, il l’a convertie en mini-salle de cinéma (il a une maison à trois étages : un sous sol immense, un RDC, un étage). Quelques dizaines de milliers d’euros. Une broutille, quoi. Ceci dit, il a écrit à Amazon.fr pour demander le remboursement de son colis livré en express parce qu’ils ont eu 8 heures de retard. Ce qui a été fait.

    Tout cela amassé, a aussi contribué à ma haine des gens qui, plus ils ont de l’argent, moins ils ont de conscience personnelle à piller les autres.

    A+

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *