Le meilleur d’entre eux

Ainsi donc, voici le retour d’Alain, le pin déplumé des Landes, le fils prodigue de la Chiraquie moribonde, revenu tout sourire de son TIG hibernant chez nos cousins à l’accent charmant.

Qui a dit que notre pays ne faisait rien pour la réinsertion sociale et professionnelle des repris de justice?

Regardez avec quelle promptitude l’homme de paille élu par les Bordelais s’est empressé de gicler de son siège pour le laisser à son grand pote Alain! Il ne faudrait pas un grand effort de concentration pour se croire dans un épisode des Sopranos, quand un homme de main, ayant couvert son parrain, ressort de taule avec les honneurs qui sont dus à celui qui a tenu bon et a surtout su rester muet sur les questions qui fâchent. En général, il a sa place de lieutenant toute chaude, avec un secteur juteux et la totale confiance du chef. Tant de fidélité, de constance, de loyauté, c’est touchant, ça nous arracherait presque les larmes des yeux.
Sauf que les mafieux ont au moins la décence de ne pas demander aux électeurs de valider leur soupe interne.

Évidemment que j’y pense, aux braves électeurs bordelais, eux qui sont de nouveau appelés à entériner ce qui a déjà été décidé de longue date entre amis. Les bons petits soldats qui vont se rendre en rangs serrés aux urnes pour redonner le siège de maire à qui de droit. Et le pire, c’est que cela va marcher, même sans parler de prime à la casserole, tant le bonhomme est populaire dans son fief. C’est dire que l’électeur moyen n’est pas rancunier. Enfin, surtout celui qui fait ses courses aux Grands Hommes ou sur le charmant marché des quais, et qui vit dans le bon Bordeaux, grâce à ses revenus bien conséquents. Parce que les autres, plus ça va, et plus ils sont relégués aux confins de la CUB, là où leur petit bulletin de vote ne risque pas d’entraver le retour aux affaires de l’ami Juppé.

Toute honte bue

L'Homme au piloriQuand on voit avec quelle constance les hommes politiques reviennent à la soupe après chaque faux pas, on ne peut s’empêcher de penser que la gamelle doit être bonne. Alors que Bordeaux s’apprête à subir un hold up électoral, je ne peux m’empêcher de repenser à l’Alain Juppé de 2002, droit dans ses bottes, qui déclarait qu’en cas de peine infâmante, il renoncerait à la vie politique. Comme quoi, une peine d’inéligibilité d’un an, ce n’est que de la roupie de sansonnet dans un parcours politique, voire un passage obligé pour devenir un affranchi. Je propose donc le retour du pilori dans notre code pénal, ou l’instauration de la fessée cul nu en place publique pour les délinquants en col blanc. Encore que je doute de l’efficacité de la méthode, même en y ajoutant la bite au cirage. Peut-être parce qu’il y a bien longtemps que ces gens-là, ceux qui prétendent nous gouverner, ont oublié ce que pouvait être l’honneur d’un homme.

Et c’est ainsi que je me retrouve une fois de plus à penser à Bérégovoy.

Vous l’aviez oublié, n’est-ce pas? C’est un peu comme tout dans ce monde de zapping généralisé où une info en chasse une autre et où un an d’exil suffit pour retrouver une virginité publique. Mais il ne se passe pas un mois sans que je pense à Bérégovoy. Surtout quand ses successeurs font un concours de médiocrité humaine.

Les gens avaient plus prêté attention à la nomination d’Edith Cresson qu’à celle de Pierre Bérégovoy. Pensez donc! Une… femme… à Matignon! Exception culturelle qui ne s’est jamais reproduite. Mais nomination dans le fil de toutes les autres. Comme le serait l’élection très improbable, n’en déplaise aux sondages, de Ségolène Royale. Car hommes ou femmes, il viennent tous du sérail, de la caste dont sont issus les dirigeants. Sauf Bérégovoy. Un gars du peuple. Un vrai. Pas une posture ou un argument publicitaire. Un CAP d’ajusteur au milieu des requins frais émoulus de l’ENA. Un type qui s’extrait de la populace par la seule force de ses convictions. Un résistant. Un ouvrier. Un fils de personne. Un gars comme nous.
Cette nomination avait vraiment du sens, elle était porteuse de démocratie véritable : gouverner le peuple, par le peuple, pour le peuple. Tombé au champ d’honneur pour une histoire de prêt personnel. Un truc de rien. Si je pouvais prêter de l’argent à un ami, il ne me viendrait même pas à l’esprit de demander des intérêts. Faut même une sacrée configuration d’esprit pour le faire. Se faire du blé sur le dos d’un ami. Bérégovoy devait penser comme moi. Il n’a pas pensé aux intérêts. Et il se les ait repris sur la gueule. Lui, le mec de rien, l’autodidacte de la politique qui, comme bien des petites gens, n’avait que son honneur à porter en écharpe.

Alors, forcément, ces derniers jours, quand j’entends Juppé, je pense à Bérégovoy. Forcément.

75 réponses
  1. Olivier Bonnet
    Olivier Bonnet dit :

    Très joli coup de gueule, punchy à souhait ! Mais ne vous arrive-t-il pas de sentir monter des bouffées anti-démocratiques, quand vous constatez que des politiques convaincus de malversations, des corrompus ou corrupteurs avérés, se refont une virginité parce que LES GENS VOTENT POUR EUX ? Une question dérangeante qui me déprime.

    Répondre
  2. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Tout est fait pour que le peuple souverain n’ait pas à se fatiguer à exercer son esprit critique : enseignement au rabais pour les masses populaires, journalisme mou du genou (dans le meilleur des cas), soumission au marketing de la vie quotidienne, politique ou culturelle, verrouillage massif des médias afin de faire taire toute voix dissidente.
    Soyons honnête et admettons que tout, vraiment tout est mis en oeuvre pour que le bon peuple ait la mémoire d’une amibe et qu’il vote comme il faut!

    Répondre
  3. edmond
    edmond dit :

    Pierre Bérégovoy n’avait pas le cuir assez épais pour survivre aux côtés de tous ces "grands" hommes politiques (et pour moi, une femme politique est également un homme politque) toujours prêts à donner leur corps et âme pour la France, la Patrie, le Bien Public, l’Intérêt Général.

    J’ai beaucoup d’admiration pour ces personnes toujours Humbles, Courtoises, à l’Ecoute, et si Charitables avec le Petit Peuple qui n’est jamais assez Reconnaissant envers ces Personnes qui Donnent Tant car ces Personnes ont fait des Etudes longues et difficiles pour mieux se mettre au service de la France.

    Pierre Bérégovoy était simplement humain.

    Il n’avait rien en commun avec toutes ces si Merveilleuses Personnes ayant fait Don d’elles-mêmes à la France et qui s’Octroient le Privilège de ne rien respecter, pas même ce qu’Elles disent.

    bonne journée

    Répondre
  4. korn
    korn dit :

    "ce monde de zapping généralisé où une info en chasse une autre"…

    Tout est dit… Qui se souvient de l’envoi d’un hélico dans l’himalaya pour récupérer un procureur en vacances pour qu’il étouffe l’affaire des HLM de Paris avec tiberi ? Qui se souvient de l’appel de cochin où chirac vilependait l’entrée de l’espagne et du portugal dans l’europe, grand anti-européen qu’il était, alors que c’était le même qui était pour le référendum et pour l’europe ! C’est exactement ça, il n’y a plus de mémoire (et les médias se gardent bien de rappeler ce genre de détails au "peuple") et avec cette situation, nos chers manipulateurs de cerveau (oups, nos politiques) ont encore de beaux jours devant eux… Hélas…

    Répondre
  5. edmond
    edmond dit :

    @ Olivier Bonnet

    Votre propos sur la démocratie est juste, sauf que nous ne sommes plus / pas en démocratie. Glisser un bulletin dans l’urne (à des fréquences diverses et pour des mandats différents, même si hélas ils se cumulent) n’est pas un acte fondateur de la démocratie.

    Il manque le contrôle que nous devrions toutEs faire sur l’éluE. Or, une étrange amnésie et une surprenante apathie nous empêchent d’exercer ce contrôle. Voyons, mais pourquoi donc sommes-nous aussi peu exigeants ?

    A voir comment les grenouilles se prosternent (souvenons-nous de certains élus du département de Charles Pasqua – tiens, encore un Exemple à méditer – devenu celui d’un candidat à redouter), je me demande si nous serions capable de contrôler l’action publique d’un élu.

    Et toutes mes amitiés à cet ancien champion de courses d’obstacles médaillé d’Or, amnistié es-qualité.

    bonne journée (ce qu’il en reste)

    Répondre
  6. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @Sy : suivez le guide sur le Socle commun de connaissances qui entre en oeuvre maintenant dans la plus grande des discrétions. Et voui, il n’y a pas qu’en politique que les braves gens ont la mémoire courte!!!!
    D’un côté, tu as les enseignements de base, utilitaristes, à l’usage des futurs petits travailleurs, de l’autre, les enseignements optionnels, plus culturels et à haute valeur ajoutée pour les futures élites de la nation. Et zou, à la trappe l’idée d’un enseignement universel qui donne sa chance à tout le monde, même si dans les faits, tout a toujours été fait pour que les écarts et disparités demeurent. Maintenant, au moins c’est clair : l’ascenseur social a été dynamité!

    Répondre
  7. bruno
    bruno dit :

    Bonjour

    En plein dans le mille. Outre les histoires d’appartements et d’emplois fictifs, rappelons l’empressement de Alain Juppé à faire valoir ses droits à la retraite (http://bordeaux.juppe.free.fr/retra…) avant la mise en route de la loi Fillon : pas de décote, de hausse de cotisations ou d’allongement de la durée pour M. Juppé .

    Répondre
  8. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    C’est la nouvelle invention : Liberté, Égalité, Fraternité limités au socle commun.

    A minima, le socle, hein ! Le moins haut possible, que ça ne donne pas le vertige au travailleur.

    Pour ce qui dépasse du socle, ça sera du ressort de la capitalisation plutôt que de la répartition, et des assurances complémentaires. Après tout, on a l’habitude… Privatisons mes biens chers frères.

    Répondre
  9. Anièry
    Anièry dit :

    C’est l’occasion de se souvenir de M. Jacques Mellick, ancien membre du Grand Orient de France, ancien maire et ancien ministre socialiste sous François Mitterand, condamné à deux ans d’inéligibilité pour subornation de témoin, puis à cinq ans de privation de ses droits civiques pour faux témoignage au profit de Bernard Tapie dans l’affaire OM-VA.

    Le 15 septembre 2002, (après les évènements d’avril 2002!!!) les Béthunois l’ont, à l’occasion d’une élection municipale partielle, élu dès le premier tour maire de la ville. Le «front républicain» anti-Mellick constitué autour du maire sortant (socialiste dissident) et réunissant des socialistes dissidents, des radicaux de gauche, des communistes et même des représentants de l’UDF, n’a donc pas pesé assez lourd. Il faut dire que Jacques Mellick avait mis le paquet, l’ancien «paria» avait pu s’afficher pendant la campagne aux côtés des anciens ministres Marie-Noëlle Lienemann,Jack Lang, Dominique Strauss-Kahn et Claude Bartolone.

    Le peuple Souverain admire les "aventuriers" populistes comme Mellick, Tapie ou Balkany… !!!

    Répondre
  10. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Merci pour cet éclairage intéressant, jcd.
    A plusieurs reprises, j’ai insisté dans ce blog sur le caractère global des réformes qui semblent pourtant sorties du slip de chaque gouvernement local. Lorsque nous manisfestons pour tenter de sauver notre système de retraite, les autres pays d’Europe luttent exactement comme les même tendances. Pareil pour la santé, l’emploi. Et c’est bien pour cela que l’on a mis le hola au TCE!

    Répondre
  11. Fred
    Fred dit :

    Olivier Bonnet > se refont une virginité parce que LES GENS VOTENT POUR EUX ? Une question dérangeante qui me déprime.

    Moi, elle me questionne. Ca serait intéressant d’étudier pourquoi les gens votent pour des gens condamnés à ce genre de truc. Encore plus fort que Juppé à Bordeaux : Tibéri réélu dans le 5ème arrondissement de Paris. Je suis le seul à trouver que c’est une erreur de casting?

    Répondre
  12. Croa
    Croa dit :

    Je me souvien de ce slogan des années 60-70 "Elections – Pièges à cons!" auquel nous ne croyions pas vraiment, au fond. Il faut parfois suivre ses intuitions…

    Répondre
  13. Hugues
    Hugues dit :

    Etonnant, ce texte. Vous faites-vous l’avocate de la rédemption par la mort ? Bérégovoy voyant sa faute effacée d’une balle dans la tête ? On pourrait en déduire que le fait d’avoir "emprunté" de l’argent dans un contexte politique mérite la peine capitale, mais que l’on est susceptible d’être réhabilité moralement si l’on a actionné soi-même la guillotine…

    Moi, je suis contre la peine de mort, même auto-infligée sous le coup de la pression sociale ou morale. D’autant plus qu’il est assez difficile de savoir ce qui a poussé cet homme au suicide, les ressorts de ce genre d’initiative étant généralement plus complexes que les explications proprettes que l’on peut ensuite en donner.

    Quant à Juppé, lui conseillez-vous de se tuer pour expier, lui-aussi, une faute qu’une condamnation pénale ne semble pas avoir couverte à vos yeux ? Le criminel en col blanc n’est-il pas, autant que son homologue en col bleu, digne de se réinsérer et de reprendre sa vie d’avant ?

    Je n’ai pas envie d’être méchant, parce que je pense qu’au fond, vous n’êtes pas la poujadiste qui s’exprime dans cette note. Mais ces présupposés, ces images de politicards allant à la soupe, qu’il faudrait mettre au pilori, humilier cul nul sur la place publique (seul le titulaire d’un CAP pouvant se racheter — une fois mort, évidemment), ne sont pas vraiment plaisants.

    Répondre
  14. jcd-bruxelles
    jcd-bruxelles dit :

    Socles de compétences. La Belgique à l’avant-garde, voilà plus de dix ans que, sous l’impulsion des socialistes Di Rupo, Onkelinx, Mahoux ,l’enseignement obligatoire se réduit aux "socles de compétences". La Belgique est un "bon élève" européen, devançant les réformes, en particulier dans l’enseignement, de la maternelle à l’université. Socles de compétences + réduction du personnel + réduction du nombre d’heures de cours. (et dualisation de fait du système scolaire) => un affaibissement des connaissances et de la culture scolaire, même des "choses" aussi frustes que les enquêtes européennes PISA le soulignent : les résultats des élèves belges y sont moyens mais on remarque surtout que ce résultat provient de l’amalgame d’une petite minorité avec d’excellents résultats et d’une gande majorité avec des résultats médiocres.

    Amis français, lisez les journaux belges, ils sont écrits dans votre langue, vous pourrez envisager à temps de réagir à ce qui vous tombera sur la tête.

    Au fait quand les enseignements belges francophones pendant près de dix ans ont manifesté contre ces mesures anti-scolaires, cela a laissé peu de trace chez vous, nos grands voisins, pourtant….

    Heureusement, le TCE semble avoir éveillé votre intérêt pour l’Europe, c’est un premier pas, il faut maintenant prendre conscience que ces politiques sont concoctées dans ces cénacles européens (Commission, OCDE) pour être appliquées ensuite par les gouvernements "nationaux". Comme cela se fait en tenant compte des "résistances" locales, en scrutant la politique des voisins on peut se rendre compte et de l’homogénéité des mesures décidées et constater ce à quoi on n’échaperra pas (enfin, si on se laisse faire).

    Socles de compétences, voir aussi ce que certains appellent les "avancées" de Lisbonne : la promotion de la société de la connaissance (en français), de l’économie de la connaissance (en anglais, ça c’est de la traduction officielle).

    Répondre
  15. Frédéric Supiot
    Frédéric Supiot dit :

    Bon, effectivement immense respect devant l’indicible : sa décision de se suicider. Deux regrets : 1) que la ligne Bérégovoy/Chevènement ne l’ait pas emporté en 1983 sur la ligne Delors/Mauroy lors du premier gouvernement socialiste (politique post-keynésienne versus monétaro-libérale pour faire court) et 2) que le même Bérégovoy se soit finalement converti à la deuxième politique sus-citée lors du début du deuxième septennat de vous savez qui. (Source : "Refermons la parenthèse libérale!" de Liêm Hoang-Ngoc).

    Répondre
  16. Un prof
    Un prof dit :

    Juppé a dit qu’il voulait retrouver son honneur en se présentant à nouveau devant les urnes. Comme s’il y avait un quelconque honneur à se faire élire par ceux qui avaliseront ce fait du prince et voteront pour ce repris de justice. Le caractère français a voilà déjà longtemps été parfaitement cerné par De Gaulle : les français sont des veaux, et tout est dit.

    Répondre
  17. Seb
    Seb dit :

    Beau billet. Je me marrerais tellement si Juppé perd cette élection municipale anticipée !!! 🙂 Je croise les doigts, pas parce que je ne suis pas de son bord, mais parce que ça pue la cuisine interne, dénuée de tout intérêt pour les Bordelais eux-mêmes.

    Bien à vous Seb

    Répondre
  18. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Vous avez choisi un certain point de vue pour me lire.
    Je ne porte pas de jugement moral sur le suicide, mais personnellement, je suis quelqu’un de suffisamment pas pressé pour ne pas faire le boulot du temps à sa place. La question, ici, n’est pas le suicide, mais bien le sens de l’honneur. Certains milieux, certaines sociétés sont très attachées au sens  de l’honneur et effectivement, pour eux, seule la mort peut laver l’honneur souillé. Je trouve cela très extrême et je pense qu’il vaut mieux apprendre à endosser ses responsabilités et à faire avec que de se faire seppuku à la première éclaboussure. Personne ne connait tous les tenants et aboutissants du geste de Bérégovoy, mais il y a un gouffre entre ce petit homme issu du peuple, blessé dans sa fierté d’homme, dans son honneur et cet espèce de théâtre granguignolesques des politiciens de métiers, capables de tous les retournements de vestes, de toutes les compromissions pour haper encore quelques goulées d’air au sommet.

    Si vous trouvez que ce défilé permanent de corrupteurs non supposés, mais qui se font bel et bien chopper la main dans le sac, est là l’état normal de la classe politique et que de critiquer ces comportements purements lamentables est poujadiste, alors vous devez avoir aussi un point de vue très… personnel… de la chose démocratique.

    C’est parce que je suis profondément démocrate que je vomis ceux qui se vautrent dans la corruption de bas étage, qui pourrissent les rouages essentiels de notre société, car, quelque soit leur bord, leurs turpitudes n’ont d’autre effet que de détourner de plus en plus de gens de l’exercice des choses publiques et de la citoyenneté. En oubliant qu’ils sont là pour servir et non pour se servir, ils sont les fossoyeurs de l’idée même de démocratie. L’honnêteté devrait être la condition minimum pour prétendre exercer les plus hautes charges de l’État. Au lieu de quoi, les palais de la République sont en fait les annexes de La Santé.

    Répondre
  19. herve
    herve dit :

    L’opinion, c’est comme le reste, ça se travaille…

    Cependant, je ne partage pas le pessimisme de certains sur la bovinité des électeurs. Bien sûr, on manipule les masses, et la machine à décerveler du père Ubu s’appelle télé.

    Mais *beaucoup* de gens se rendent bien compte qu’on les prend pour des cons, seulement voilà : vous ne verrez jamais un sondage sur la question ! (C’est une idée : Quelle proportion de la population pense que les politiques des partis « centraux » se foutent du monde ?)

    Les chiffres de l’abstention ne prennent pas en compte les absentionnistes totaux : ceux qui s’abstiennent de s’inscrire ! Leur nombre est sans doute estimable sans trop de difficultés, mais on ne nous le donne jamais.

    On ne comptabilise pas non plus les bulletins blancs dans le résultat final (on dit combien il y en a eu, et puis ensuite on donne les scors en fractions de suffrages *exprimés*).

    Quand on voit le choix qu’on nous offre, Ségo/Sarko ; quand on voit comme on se fout de nous, des larmes de Crocospin au retour de Cécilia ; toutes les conditions sont réunies pour un vote aux extrêmes… seul façon de dire merde intelligiblement.

    @Frédéric Supiot : D’accord avec toi. Par exemple, c’est Béré, quand il était aux finances, qui a supprimé le contrôle de l’État sur la bourse…

    Répondre
  20. Loulou
    Loulou dit :

    Pas si simple ce prêt sans intérêt. – D’abord Pelat (celui qui a prêté 1 million à Bérégovoy) était un ami de Mitterrand, pas de Béré. – Ensuite, au moment où l’affaire éclate, ce n’est pas simplement l’absence d’intérêts qui pose problème, mais le fait que Béré n’a même pas remboursé le capital (ou plutôt la famille de Pelat dit que la moitié du prêt a été remboursé sous forme d’objets d’art, alors qu’il est bien connu que Béré n’en possède pas). – Et enfin Pelat s’enrichit de manière trouble grace à ses amis politiques : rachat de sa société en 1981 ; délit d’initié ds l’affaire Péchiney (pr lequel il est inculpé en février 89). Le prêt était-il une contrepartie ??? Loulou

    Répondre
  21. les marques du plaisir
    les marques du plaisir dit :

    Sur Bérégovoy … le pauvre homme n’a pas supporté cette affreuse réalité, le pouvoir corromps même le plus honnête … Sur le "socle commun", qui a été le lot de l’école primaire pendant longtemps, il existait dans la société des "contre pouvoirs" qui valorisaient la connaissance, l’intelligence ( au sens de la compréhension ) … 3 décénies d’hégémonie de la pensée néo-libérale les ont laminé discrédité … j’en reviens à mon concept de soumis social, egotique et autiste, fabriqué , entretenu, cultivé par les "chambres d’isolement " des NTIC qui n’ont pour le plus grand nombre de "communication" que le nom …

    Répondre
  22. quizas
    quizas dit :

    juppé, jospin…droite, gauche…toute honte bue ils reviennent parce qu’ils sont ENA et ne doutent de rien surtout pas d’eux mêmes: une seule solution pour se débarasser de leurs clones à venir: donc supprimer l’ENA, un avatar franco-français qui cannibalise tous les systèmes politiques, économiques, culturels et même associatifs !

    Répondre
  23. Hugues
    Hugues dit :

    Vous ne connaissez pas les ressorts qui animaient "ce petit homme issu du peuple, blessé dans sa fierté d’homme, dans son honneur", mais vous semblez tout savoir de ceux qui motivent les acteurs de "cette espèce de théâtre grand-guignolesque des politiciens de métiers, capables de tous les retournements de vestes, de toutes les compromissions pour happer encore quelques goulées d’air au sommet". Ouf…

    A la limite, vous pourriez tous les mettre dans le même sac, ces anciens Premiers ministres convaincus de corruption. Mais non : l’un a un CAP, l’autre a fait l’ENA. Donc, l’un est ontologiquement meilleur humain que l’autre.

    Je ne pense pas que ma conception de la chose démocratique soit « personnelle » (avec des guillemets pleins de noirs sous-entendus). Je suis moi-aussi choqué par les fautes commises par les uns et par les autres. Ne me prêtez donc aucun sentiment qui n’est pas exprimé dans ce que je dis.

    Mais je considère que les fautes doivent être punies dans le contexte de la loi, pas dans l’appel au sang. Ce n’est pas critiquer des comportements illégaux qui est poujadiste, c’est de "vomir ceux qui se vautrent dans la corruption de bas étage, qui pourrissent les rouages essentiels" avec leurs "turpitudes". Dans notre tradition historique, il s’agit du langage de l’extrême droite, comme l’appel à la pureté originelle des petites gens simples auquel vous vous livrez sans que vos lecteurs ne réagissent. La révolution qui semble être demandée par votre papier ressemble à la « Révolution nationale ».

    Le dire n’est pas vous attaquer personnellement. Juste le constater en lisant le texte et la réponse à ma réaction.

    Répondre
  24. L'autre monde
    L'autre monde dit :

    Le retour du meilleur d’entre nous…

    Il est de retour. Après avoir passé un an chez nos amis canadiens au Québec, Alain Juppé, surnommé affectueusement le meilleur d’entre nous par Jacques Chirac, alors que ses casseroles n’étaient pas encore sorties de la cuisine RPR, revient en…

    Répondre
  25. les marques du plaisir
    les marques du plaisir dit :

    ce serait trop simple … faut aussi fermer l’IEP, HEC, raser Neuilly, tuer les riches, pendre le dernier actionnaire avec les tripes du dernier Jean Pierre Gaillard, condamner jean Marc Sylvestre au Macdo-coca, faire pousser un nez rouge à Cohen et Marseille, convaincre définitivement les lecteurs de Libé qu’ils sont bien des cons, pfiouuuu un travail de titan …

    Répondre
  26. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    La provoc… la bien-nommée… qui flirte avec le point Godwin, ni vue, ni connue…
    Quant à mon appel au sang et à la révolution… je me marre. Puisqu’il semble qu’un seul mot sur deux que je claviote ne soit lisible par Hugues. J’ai l’impression vaguement désagéable en périphérie que vous tentez de distordre ce que j’écris pour me faire dire autre chose que ce que j’ai pourtant très clairement écrit. Il n’y a pas de pureté du petit peuple. C’est effectivement une triste coïncidence qu’un homme politique qui semble avoir été touché profondément par l’idée du déshonneur soit précisément l’un des très rares qui soit vraiment ce que l’on appelle pudiquement de basse extraction.
    Soit! Admettons que Bérégovoy eut été du sérail, avec ses parents bien placés dans la hiérarchie sociale et son parcours bien tracé dans les filières de l’excellence. J’aurais quand même pensé à lui. Un peu comme je m’étais dit en voyant Jospin quitter l’arène politique en 2002 : voilà un homme de conviction, un homme de principe, pas un morbac du pouvoir… pas de chance, il est revenu. Ça gâche un peu aussi.
    Finalement, en politique, ça manque un peu de savoir-partir. Béré n’avait pas besoin de se faire sauter le caisson. Un simple au revoir aurait pu suffir… Alors que Jospin aurait gagné à s’y tenir.

    Quant à Hitler, que Miss Provoc vient de sortir du bois, comme tous les dictateurs de son encablure, je me pose encore et toujours la même question : est-ce l’homme historique qui crée l’Histoire ou est-ce l’Histoire qui crée le personnage historique.

    Répondre
  27. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je suis un pur produit de l’école privée (dès la maternelle, c’est dire!), mais je n’ai pas d’avis là-dessus pour l’instant. Je sais que l’une des principales variables explicatives sur la réussite scolaire des enfants est le niveau d’études de la mère…

    Répondre
  28. La Provoc
    La Provoc dit :

    Moi aussi je pense à "ce petit homme issu du peuple, blessé dans sa fierté d’homme, dans son honneur", qui de simple caporal devint leader d’une grande Nation, et qui lui aussi se donna la mort en 1945. Agnès, je vous remercie chaleureusement d’avoir une pensée pour ces hommes là…

    Répondre
  29. Croa
    Croa dit :

    « En oubliant qu’ils sont là pour servir et non pour se servir, ils sont les fossoyeurs de l’idée même de démocratie» Là je crois que tu n’as pas compris. La démocratie n’existait plus avant cela. Le culot de Juppé n’est que le révélateur d’un système pipé… à moins que pour toi le seul fait de tous voter suffise pour constituer une démocratie ?

    Pour ma part, je ne me contente pas des apparence. Il me semble même que ceux qui "votent avec leur pieds" font plus pour la "démocratie" que ceux qui s’obstinent dans un choix binaire.

    Répondre
  30. Louis Siffert
    Louis Siffert dit :

    "Mais je considère que les fautes doivent être punies dans le contexte de la loi, pas dans l’appel au sang". En ce qui me concerne je n’ai lu aucun appel au sang et aucun appel à la pureté originelle des petites gens. Evidemment, les fautes doivent être punies dans le cadre de la loi sauf que la loi est faite par …. une partie de ceux qui se font un honneur de ne pas la respecter et quand une loi n’est pas satisfaisante il faut s’arranger pour qu’elle le soit : http://maitre.eolas.free.fr/journal… C’est amusant car quand on a commencé à parler du coup d’Etat local de Juppé aux infos (qui ont présenté ça comme si c’était normal ce qui en dit long sur la collusion politiques/médias) je me suis dis aussitôt que ça ne manquerait pas d’être relevé et critiqué dans certains blogs et qu’on allait avoir droit aux commentaires du type : "ouais t’façon vous êtes poujadiste, vous faites le lit de l’extrême droite, etc…" Et bien ça n’a pas loupé. En conséquence de quoi il faudrait fermer sa gueule, dérouler le tapis rouge à Juppé, le féliciter et pourquoi pas lui écrire une biographie du type "Juppé et la thérapie du délinquant politique par les caribous". Et puis quoi encore? Si en cette période pré-éléctorale les "médias" débagoulent de la sécurité partout (ça fait vendre) et que les politiques vomissent eux-mêmes plus qu’il n’en faut sur les délinquants (à croire qu’ils ne savent rien faire d’autre) alors je vois pas pourquoi on aurait pas le droit de parler de la sécurité face aux délinquants politiques et de leur manie de faire comme si de rien était.

    Répondre
  31. moutonacinqpats
    moutonacinqpats dit :

    Il y’a quelque chose de profondément troublant dans ce come-back prévisible. Le père fouettard de l’île de Ré est tant décrié pour sa propension à se sentir indispensable alors que sa retraite est la résultante (seule et choisie) d’un échec. Juppé avait, lui, des condamnations judiciaires lourdes et pourtant tout est fait pour qu’on lui porte un regard compatissant, car après tout se taper des pankakes c’est au yeux de certains une expiation en soi. A l’un on jette un voile pudique et complice tandis que l’autre sera toujours décrié comme étant un incorrigible revenant. Etrange. Le parallèle est pourtant permis : deux hommes ayant fait voeu d’abstinence politique, se voient pressés de revenir par la seule voix de ceux à qui ils l’ont expressément demandé. Pour en revenir à Béré, peut-être avait-il ce même rapport à l’attribution d’une responsabilité limitée à sa seule personne que Jospin puis l’avoir au 21 avril. S’en est suivi un "retrait" plus tragique…

    Répondre
  32. blob
    blob dit :

    Deux livres importants à lire sur la Démocratie:

    Bonheur privé, action publique chez Hachette/ pluriel par Albert O Hirschman,

    et La démocratie : Histoire d’une idéologie de Luciano Canfora chez Seuil

    ref http://www.amazon.fr/Bonheur-action

    http://www.amazon.fr/exec/obidos/AS

    Il est aussi interessant d’aller lire les articles suivants sur la wikipedia:

    http://en.wikipedia.org/wiki/Arrow%… et http://fr.wikipedia.org/wiki/Parado

    Donc voilà, si tu en as marre de torcher tes nains, tu peux t’occuper

    Répondre
  33. u-lounge
    u-lounge dit :

    Comme quelques uns ici, je suis quelque part "fasciné" par ces Français sur qui on pisse et qui disent encore… Le mec a arnaqué dans tout les sens, on le sait, il est condamné et les gars revotent pour lui… fascinant, je vous dis… un meilleur d’entre eux élus par les pires d’entre nous… qui sont souvent majoritaires…

    Tibéri, Chirac, bientôt Juppé… c’est pas la première que l’on sait et que l’on dit encore… Franchement, le problème au final, c’est autant le peuple qu’eux… et sur ce coup, je maintiens, quitte à passer pour le con qui pensent qu’il n’y a que des cons…

    Répondre
  34. KKKamarades !
    KKKamarades ! dit :

    "Tout est fait pour que le peuple souverain n’ait pas à se fatiguer à exercer son esprit critique : enseignement au rabais pour les masses populaires, journalisme mou du genou (dans le meilleur des cas), soumission au marketing de la vie quotidienne, politique ou culturelle, verrouillage massif des médias afin de faire taire toute voix dissidente. Soyons honnête et admettons que tout, vraiment tout est mis en oeuvre pour que le bon peuple ait la mémoire d’une amibe et qu’il vote comme il faut!"

    Ne parlez-vous pas, tout simplement, d’une collusion entre l’ensemble des rouages de l’état et les intérêts bien compris du grand KKKapital ?

    Au fait, qu’est-ce qui vous interdit de construire votre école ? Créer votre journal ? Contribuer au devoir de mémoire en général ? Que je sache rien : nous sommes encore assez libres pour ça.

    Mais vous avez raison de vous demander si ça durera. Vous verrez, le libéralisme, vous finirez par l’exiger, ne serait-ce que pour sauver les idéaux sociaux du mercantilisme éhonté des serviteurs de l’état.

    Répondre
  35. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ce sont des stats : c’est le niveau d’études de la mère qui impacte le plus fortement sur la réussite scolaire des enfants. Ceci dit, je suppose que si les pères se mettent à aider leurs nains à faire les devoirs, ils impacteront plus sur les résultats de leur progéniture, non?

    Répondre
  36. pingouin
    pingouin dit :

    @ Agnès

    tu as écrit : "Je suis un pur produit de l’école privée (dès la maternelle, c’est dire!), mais je n’ai pas d’avis là-dessus pour l’instant. Je sais que l’une des principales variables explicatives sur la réussite scolaire des enfants est le niveau d’études de la mère…"

    Sympa pour le père !!!! tu devrais plutot dire ".. niveau d’études des parents …" Ce serait plus juste et moins sexiste !!

    Pour Juppé, je pense que la justice est passée pour lui (il a été sacrifié pour apaiser le ressentiment du peuple !!!?), il a payé en partie à la place d’un autre (véritable anguille de la vie politique) qui, j’espère, devra rendre des comptes quand il ne sera plus aux affaires. Ce qui ne devrait plus tarder !!!!

    Juppé a payé sa "dette" à la société, il est libre de recommencer les magouilles s’il veut, mais les gens sauront à qui s’en prendre si élu, il fait des malversations.

    Il s’accroche au pouvoir, alors qu’il pourrait profiter d’une multi-retraite à plus de 11 000 euros par mois !!!! Il serait idiot ou bien il l’est vraiment ??.

    Répondre
  37. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Mes parents n’ont pas le bac, de loin, je suis bac+5 et mon frère aussi… Il faut remonter deux générations en arrière pour trouver des diplômés dans ma famille. Les années 60-70 n’ont pas favorisé les études de tous les milieux.

    Je précise que je suis un pur produit de l’école publique. Je précise en plus qu’à mon avis, l’un ou l’autre système est exactement aussi efficace que l’autre… les profs sont payés de la même façon par la même personne dans les deux systèmes, les ados sont cons et violents dans les mêmes proportions dans les deux systèmes… et on trouve autant de drogue et d’alcool dans les deux établissements…. Anecdote, mes cousins se sont murgés à la bière comme pas possible… dans leur établissement privé réputé à Lyon… ce que je n’ai jamais vu dans les établissements que je fréquentais… (oui, je n’ai jamais vu un élève murgé en cours ds le public).

    Voilà pour mon petit laïus vaguement méprisant au sujet de ceusses qui estiment que l’école publique, c’est vraiment pas fait pour leur rejeton…

    Quant à Juppé. Ca me fait penser que Ségolène est officiellement en campagne, avant même son intronisation… et Sarkozy vient de dire quasiment la même chose. Les médias font comme si c’était le cas, sans relever les conséquences en terme de non-débat que cela peut poser. Tout cela à cause ou par la grace de sondages auto-réalisateurs que l’on nous présente comme autant de preuves que ces gens sont les seuls à pouvoir nous représenter.

    Je discute parfois avec un militant UMP. Ca fait 3-4 ans qu’il me bassine en me disant : "Mais chez nous, on aimerait bien que le PS soit un vrai concurrent à Sarkozy. Au moins on pourrait se battre…".

    Ce que j’en pense, c’est qu’en effet, le PS est aidé par l’UMP. Si Hollande s’affiche si souvent avec Sarkozy, c’est parce que Sarkozy le veut. Si Ségolène est partout, comme Sarkozy, c’est parce que les médias le veulent bien, c’est à dire que ceux qui contrôlent les médias, c’est à dire que… etc. Exactement comme lorsque les médias nous bassinaient sur la supposée rivalité Villepin-Sarkozy, alors que les deux représentent exactement les mêmes intérêts.

    Juppé, oui, c’est choquant… cette façon de pouvoir récupérer sa place, sans que cela ne choque personne à Bordeaux. Je n’irais pas jusqu’à dire que les bordelais sont des veaux… après tout, Juppé représente une certaine caste, et cette caste est visiblement majoritaire à Bordeaux… alors pourquoi pas. Mais n’empêche, plus que sur le plan moral, moi ce qui me trouble, c’est qu’il y ait à ce point des différences entre les castes qui préfèrent voter pour une crapule plutôt que de voter pour un adversaire plus honnête…

    En fait, les emplois fictifs, à droite, ils voudraient tous pouvoir en bénéficier… Ce ne sont pas les classes laborieuses qui ne glandent rien en France… Ce sont les classes bourgeoises votant à droite, de toute évidence… et qui attendent toutes de pouvoir pondre un ou deux rapports sur la reproduction des papillons en environnement humide pour la modique somme de 30 ou 40 mille euros…

    Je conclus sur mon dada du moment… le fait que Ségo et Hollande et la direction du PS actuelle soit comme cul et ch’mise avec la direction de l’UMP… Moi j’trouve ça tout à fait plausible. Le PS est pris en otage depuis deux ans par Hollande et sa clique (Rebsamen), ils se foutent comme de l’an 40 de la démocratie interne, ils plombent comme pas possible toutes les tentatives de rassemblement à gauche… si ce n’est pas de l’alliance objective avec l’UMP pour limiter le choix à ces deux formations (comme d’habitude me diront surement les vieux de la vieille), je ne vois pas ce que c’est.

    UMP-PS même combat, ils représentent les mêmes intérêts atlantistes et néo-libéraux… intérêts qui de plus en plus plombent l’europe et la france en particulier (vous avez remarqué que Hollande était présent lors de la visite de la ministre des affaires étrangères israélienne Tzipi Livni ? il y avait Sarko & Hollande & le reste du gvt… c’est tout au moins ce que j’ai pu voir à la télé…)

    Bonne journée 🙂

    Répondre
  38. pingouin
    pingouin dit :

    Ce que tu dis n’est vraiment qu’une "Stat" car quand la mère est d’un niveau "moyen" ou qu’elle est occupée avec ses travaux ménagers, elle ne peut guère suivre les leçons des nains, non ? Ce qui compte, je pense, n’est pas tabt le niveau de l’un ou l’autre mais le fait de s’intéresser aux choses. La connaissance et l’ouverture d’esprit sont primordials (primordiaux ?) pour éléver le niveau des nains.

    Répondre
  39. Foxapoildur
    Foxapoildur dit :

    Pour compléter ce tableau d’un paysage démocratique en décomposition, je rappellerai que Juppé a été initialement condamné par le tribunal de Nanterre à 10 ans d’inéligibilité. Heureusement "on" lui a arrangé un appel aux petits oignons et le tribunal de Versailles très sensible aux problèmes des nantis a ramené la peine à 1 an.

    Répondre
  40. herve
    herve dit :

    @Fred : je ne comprends pas que tu sembles douter que j’ai lu cet ouvrage, puisque la phrase « l’opinon, c’est comme le reste, ça se travaille » y figure et y est attribuée à un général étazunien…

    Répondre
  41. moijeux
    moijeux dit :

    je veux bien qu’on dise béré-ci , béré là , mais la politique du franc-fort qui nous a conduit au chomage massif et à la précarité , il y est pour bcp aussi bien aux finances qu’à matignon… Je veux bien croire qu’il vient de la gauche mais il a fait la politique du tonton 1983 !!!

    Répondre
  42. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Merci MAD 😉
    L’hypothèse Juppé, je n’y crois pas un instant. Même s’il s’est payé un méga conseiller en com’ outre atlantique (on l’a bien vu avec le coup des gens tellement plus chaleureux là-bas!), il va avoir du mal à faire un carton côté populo. Et c’est bien ça le cauchemar de nos politiques issus des grands partis : comment séduire les prolos quand manisfestement, on ne propose qu’une politique qui profite surtout aux plus aisés? Le problème du prolo, c’est qu’il est nettement plus nombreux que le bobo ou le winwin et qu’il faut donc forcément compter avec lui pour les élections. Heureusement, tout est fait pour que le prolo ait le cerveau le plus disponible possible et comme ceux qui nous gouvernent estiment qu’il a le QI d’une amibe, il le drague avec des arguments chocs, genre : "les Français d’abord", "Demain on rase gratis", "les petits cons en zonzon!".
    Il y a encore quelques prolos éduqués, à cause des conneries d’ascenseurs sociaux, mais un bon coup de socle commun de connaissance et la peoplelisation des débats devraient finir par y faire le ménage, et d’ici une ou deux décennies, il suffira d’une Madonna like qui fait tournoyer son slip en l’air pour gagner les élections (ha, bon, ça a déjà été fait? Et les pommes aussi? Merde, va falloir vendre autre chose!).
    Et comme dirait la gamine égérie de la mal-bouffe : Elle est pas belle, la vie?

    Répondre
  43. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @MAD : Je rougis. Mais ne vous laissez surtout pas dissuader d’écrire en vous méjugeant par rapport à l’écriture d’autrui.
    D’ailleurs, quand je lis moi-même de surprenants compliments me concernant, je me dis "mais quoi, est-ce bien de moi qu’ils parlent ?", a fortiori quand ces compliments viennent sous des plumes ou dans des têtes que je trouve largement supérieures aux miennes et à la paresse à-peu-prèxystique qui préside le plus souvent à mes éructations.

    Autrement dit, si vous avez quelque chose à dire, dites-le, c’est la diversité qui fait la richesse (et puis si jamais vous êtes trop chiant, personne ne vous lira, le système se régule de lui-même [à la plus grande joie des "libéraux", sauf que ça rapporte que dalle] donc il n’y a rien à perdre).

    Répondre
  44. MAD
    MAD dit :

    Chère Agnès Vos coups de gueule font ma joie. Sincèrement. Vous écrivez avec talent ce que, bien souvent, je ne sais exprimer autrement que par des injures grossières. Je me suis juré de ne pas participer à la blogomania bien que souvent tenté de me lancer moi aussi. La découverte, grâce à vous, du Gourou lyonnais (et quelque autre, suivez mon regard) m’en a définitivement dissuadé. Vous êtres trop forts. Mais réagir c’est permis… Hugues, que je ne lis plus pour cause d’allergie grave, vient jouer les maîtres es morale jusque chez vous. Vous avez bien repéré sa science de la dialectique perverse. Je vous cite : – « J’ai l’impression vaguement désagréable en périphérie que vous tentez de distordre ce que j’écris pour me faire dire autre chose Mais laissons là les fâcheux et leurs accès de « jésuitisme ». Pour en revenir à l’objet initial de votre billet, je me demande si le cher Alain ne serait pas tout bonnement appelé à jouer un rôle très Chiraquien dans la campagne présidentielle à venir. Le maître en coups tordus pourrait bien se présenter, virginité refaite à neuf par son exil Canadien, comme LE candidat de rassemblement DES droites, damant le pion aux Sarkozy, Bayrou et autres dissidents désagréables. Dans l’hypothèse d’un tel scénario abracadabrantesque, il lui faut une rampe de lancement. Bordeaux, à cet égard, est pour lui un excellent pas de tir, d’autant plus que sa réélection « anticipée » ne fait malheureusement guère de doute. Juppé candidat à la présidentielle, vous y croyez, vous ? Et le petit Nicolas, dans tout ça ? En tous cas, j’attends avec une impatience non dissimulée l’ouverture des hostilités. A part ça, fait beau chez vous ?

    Répondre
  45. Wolverinejp
    Wolverinejp dit :

    Au sujet de l’ecole, je pense que les gens devrait essayer de favoriser la mixite en boycottant le prive. Dans mon lycee On etait tous melange et meme si parfois cela creait des tensions, cela permettait au plus dur de ma cite de se rendre compte qu’il y avait autre chose et qu’ils appartennaient bien a la societe, pareil pour les gosses de riches( ou classes moyennes) qui pouvaient se rendre compte qu’ils avaient de la chance et que le fait d’etre bon a l’ecole n’etait pas le fait de qualites genetiques superieures mais aussi de leur niveau social, du fait de ne pas a avoir faire un petit boulot qui empiete sur les etudes. Maintenant la plupart des gens ayant la possibilite d’envoyer leurs enfants dans le prive le font et mon lycee et une poubelle, le niveau a baisse et pour le coup les jeunes de ma cites sont clairement desocialise! Tout ca pour dire que rien ne vaut la mixite et qu’avec un peu de bonne volonte tout le monde est gagnant. Sinon encore une fois j’apprecie enormement ce blog et les discussions qui sont tres instructives pour moi.

    Je n’ai pas d’accent sur mon clavier et je suis trop epuise pour me relire donc desole pour les fautes.

    Répondre
  46. Anièry
    Anièry dit :

    Le peuple souverain ne pourra exercer son esprit critique qu’avec l’abolition de la publicité et de la télévision! On peut toujours rêver…. Pourquoi ne pas constituer des "commandos" militants s’inspirant du film de Jean-Pierre Mocky: "La grande vadrouille"? Dans ce film prémonitoire, Bourvil (prof de lyçée) et un autre enseignant exaspérés par des élèves qui dorment en cours, organisent des expéditions pour magnétiser les antennes et brouiller la réception!

    Répondre
  47. Liberal vagabond
    Liberal vagabond dit :

    "Le peuple souverain ne pourra exercer son esprit critique qu’avec l’abolition de la publicité et de la télévision"

    Le vendeur de votre télévision vous a-t-il précisé que celle-ci était équipée en série d’un bouton OFF ?

    Répondre
  48. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Liberal vagabond : Le vendeur de votre télévision vous a-t-il précisé que celle-ci était équipée en série d’un bouton OFF ?

    L’emmerdant, c’est que c’est le même que le bouton ON, aussi ne peut-on pas arracher l’un à la pince-monseigneur sans se priver simultanément des fonctionnalités de l’autre…

    Répondre
  49. Liberal vagabond
    Liberal vagabond dit :

    Swâmi P.: Finalement, les DRMs seraient peut-être une solution à ce problème ? On pourrait imaginer que seuls les gentils feraient des émissions de TV visibles sans DRMs et que les émissions des méchants, avec des DRMs seraient inregardables à moins de mettre des soussoux dans la boîte à pognon sous la TV.

    Sinon, si la gauche passe, il sera toujours temps de militer pour l’installation OBLIGATOIRE d’un coup de poing d’arrêt d’urgence sur chaque téléviseur (ne serait-ce que pour protéger les enfants… hein tata Ségo ?)

    Répondre
  50. Claudius
    Claudius dit :

    Chez nous on aime bien voter pour les truands. Bordeaux, ville de notables, ville repue, ville bourgeoise votera Juppé. La dynastie des Médecins à Nice, Balkany à Levallois (copain à Sarkozy, soit dit en passant) ont tous été réélus. A gauche, pas bien différent, si Tapie se présentait quelque part, il se trouverait bien quelques pékins pour lui apporter leurs suffrages.

    C’est vraiment à désespérer de la démocratie.

    L’ami Juppé se fout en plus de notre gueule, interrogé sur France Inter sur le fait que sa réélection allait coûter 350 000 € aux contribuables, il a répondu : "la démocratie a un prix !"

    Répondre
  51. Germanicus
    Germanicus dit :

    reponse au n° 23: "Le criminel en col blanc n’est-il pas, autant que son homologue en col bleu, digne de se réinsérer et de reprendre sa vie d’avant ?".

    Eh non. Un avocat qui commet un crime perd son poste. Un menuisier qui bâcle son oeuvre perd son client. Un boulanger qui gâche son pain tous les jours fermera boutique. C’est aussi simple que ça. Pourquoi un homme, ou une femme, politique devrait-il, sans gêne aucune,avoir le DROIT de pouvoir reprendre ses fonctions après une condamnation pour des faits qu’il a commis en usant de ses pouvoirs? ‘Expliquez- moi ça?

    Répondre
  52. pingouin
    pingouin dit :

    Autant que je sache, Juppé sera élu par le citoyen "normal" au suffrage universel indirect (en passant par le conseil municipal élu par le peuple et qui élit ensuite le maire).

    C’est donc aux gens de statuer sur le rejet massif ou bien la soumission à cette politique fantoche.

    Répondre
  53. Neb
    Neb dit :

    Bonjour,

    Ne pas oublier :

    Que les "politicards" se font élire dans les grandes villes. Comme vous pouvez le constater, il y a belle lurette que le marché immobilier met la pression par les loyers, rejetant ainsi les plus fragiles économiquement vers les banlieues. Une nouvelle couche sociale s’installe alors, plus tournée vers la protection de son bien etc.

    Le dernier vote du 29 mai 2005, était dans l’ensemble pour le "oui" dans la majorité des grandes villes.

    Ne vous étonnez pas alors du vote des électeurs de ces quartiers… Ils sont entre eux.

    Quant à éponger une condamnation pour un "col blanc", d’accord, mais pourquoi certains métiers ne sont pas accessibles en cas de casier judiciaire non vierge. Egalité pour tous, sauf pour certains !

    Pour lutter contre l’oubli de mémoire, voici un appel des anciens de 39-45 qui témoignent :

    http://www.alternatives-images.net/

    Il y a aussi un film très sympathique :

    Mondovino de Jonathan Nossiter (la mondialisation au niveau du vin, une vue pour le reste) avec une palette de personnages qui résistent et d’autres… A voir absolument même si l’on n’aime pas le vin (c’est un jeune passionné, né dans le Bordelais qui me l’a conseillé, à déguster et partager sans modération).

    Agnès : Félicitations pour tous vos coups de gueule et que çà continue pour notre plaisir. Grossir les traits pousse à réfléchir.

    P.S. : Je n’ai pas eu d’écho pour ma réponse sur les bobines de 2 tonnes et +.

    Amitiés.

    Répondre
  54. orion
    orion dit :

    Victor Hugo (Ruy Blas)

    O ministres intègres !
    Conseillers vertueux ! Voilà votre façon
    De servir,serviteurs qui pillez la maison !
    Donc vous n’avez pas honte et vous choisissez l’heure,
    L’heure sombre où l’Espagne agonisante pleure ! (La France?)
    Donc vous n’avez ici pas d’autres intérêts
    Que remplir votre poche et vous enfuir après !
    …….
    Et vous osez !…- Messieurs, en vingt ans, songez-y,
    Le peuple, j’en ai fait le compte et c’est ainsi !
    Portant sa charge énorme et sous laquelle il ploie,
    Pour vous, pour vos plaisirs, pour vos filles de joie,
    Le peuple misérable et qu’on pressure encor,
    A sué quatre cent trente millions d’or!
    Et ce n’est pas assez ! Et vous voulez, mes maîtres !…
    Ah! J’ai honte pour vous !

    Voilà, Victor Hugo a tout dit.

    Répondre
  55. Le blog-notes
    Le blog-notes dit :

    Un pour tous et tous pourris !

    Alain Juppé revient en politique et ce qui est encore plus incroyable, c’est que les gens lui fassent encore confiance. Mais quelle drôle de démocratie, vraiment……

    Répondre
  56. Le blog-notes
    Le blog-notes dit :

    Un pour tous et tous pourris !

    Alain Juppé revient en politique et ce qui est encore plus incroyable, c’est que les gens lui fassent encore confiance. Mais quelle drôle de démocratie, vraiment……

    Répondre
  57. YR
    YR dit :

    Ainsi, le meilleur d’entre eux est parvenu à ses fins.

    Et les bordelais ont administré au monde non pas une, mais bien deux leçons de démocratie.

    Première leçon, un citoyen qui a payé sa dette peut retrouver sa place dans la société.

    C’est un immense signal d’espoir envoyé aux dizaine de milliers de personnes actuellement sous le coup d’une peine de prison, éventuellement avec sursis. Une fois celle-ci achevée, ils pourront sans problème se réinsérer, car la société est prête à les accueillir à bras ouverts, en tous cas à Bordeaux.

    Deuxième leçon, c’est une leçon de délicatesse démocratique qu’ont administré les bordelais.

    En effet, seuls 4 citoyens sur 10 sont allés voter, ce qui a permis de limiter la victoire du chef droit dans ses bottes à un petit 56%. Il va sans dire que si les 6 autres 10èmes s’étaient déplacés, la victoire de l’énarque aurait été beaucoup plus élevée. Les bordelais ont au moins eu la délicatesse d’éviter au Premier Ministre démis une victoire à la Chirac.

    YR

    Répondre
  58. Lester Burnham
    Lester Burnham dit :

    Certes il y a eu Béré mais avant lui il y a eu Monory. Les bonnes âmes m’objecterons qu’il était giscardiens, néanmoins on ne peut pas nier qu’il était un vrai fils du peuple, celui qui bosse dure et qui pue la sueur.

    Je me souviens de ces articles de presse suitant la haîne, chiés par des pisse-copie bobos, qui vomissaient des tonnes de mépris sur René Monory pour la simple et bonne raison qu’il n’appartenait pas au sérail. Un simple mécanicien auto, un gus qui n’est sortie ni de Science-Po (Paris), ni de Normal Sup et qui a le culot de devenir ministre des finances, ministre de l’éducation nationale et président du Sénat, quel Cuistre ! Quel manque de goût ! Un pouilleux aux mains calleuses et pleines de cambouis doit apprendre à rester à sa place !

    C’est de la haîne de classe, ni plus ni moins.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *