Défrisée!

Que les tricotillomanes passent leur chemin : il ne s’agit pas d’une chronique capillaire, mais bien de l’épilogue de mes démêles avec le pingouin le canard pimpant Linux!

Nous étions donc restés comme deux ronds de flancs avec un Ubuntu freezé de chez surgelé et un Monolecte qui maudit le jour où un grand gourou pingouin l’a convaincu de passer du côté obscur de la Force.

Le plan du moment, enfin, juste avant que le disciple aux ratiches de la mort qui tue ne vienne planter son déménagement dans le décor, c’était de booter en recovery mode[1] et d’ouvrir un tunnel ssh, pour que le gourou vienne jeter un oeil dans le bouzin, histoire de voir ce qui avait passé l’arme à gauche.
Évidemment, il n’y avait rien à voir.

  • En fait, on va tenter un truc. Tu vas lancer un ping -t sur ta bécane à partir d’un autre poste de ton réseau[2] et tu la redémarres en mode normal. Pendant tout ce temps, on va observer le ping.

Pendant l’arrêt et le début du chargement de Linux, plus de ping. Puis les pilotes réseau se chargent : ça reping. Ça arrête de pinguer précisément au moment où se lance X-window!

  • C’est bizarre ton truc. X-window fait planter ta connection au réseau, et là, je ne vois pas comment.
  • Je ne me souviens pas de tout, mais pour installer la Broadcom et faire clignoter son voyant en façade, il a fallut que je fasse un truc au niveau de la gestion de l’ACPI… mais ne me demande pas quoi.
  • Bah, je ne vois pas le rapport.
  • Moi non plus, mais bon…
  • C’est quoi le dernier truc que tu as fait, le tout dernier avant de te faire figer?
  • Mouarf… j’étais sous Windows, pour voir le fonctionnement de la Broadcom!

Reverse engineering

Le truc, pour trouver une panne, c’est se souvenir du dernier truc qu’on a fait avant la panne. En général, c’était une connerie!

  • Et ensuite, tu as éteint ta bécane et tu l’as relancée sous Linux et elle a figé?
  • Oui, j’ai redémarré et couic…
  • Tu as éteint et démarré ou redémarré?
  • ... redémarré…
  • Putain, faut jamais redémarrer quand tu passes d’un OS à l’autre. Ils gardent des pilotes en mémoire et ils essaient ensuite de les faire fonctionner malgré tout…
  • Oui, je m’en souviens, tu me l’avais dit, mais je n’y ai pas pensé ce coup-ci!
  • … ouais, c’est pas grave… et c’est quoi le dernier truc que tu as fait sous Windows avant de redémarrer?
  • J’ai appuyé sur la diode/bouton en façade de la Broadcom et le système Acer a affiché que la carte wifi LAN était activée…
  • Bon, tu retournes sous Windows et tu fais l’opération inverse.

Donc me voilà de retour sous Windows, que je n’avais pas refait tourné jusqu’à hier pendant 3 mois. Jusqu’à ce que je m’entête à avoir le Wifi qui marche sous Ubuntu. Je relance la connection wifi et clac, j’écrase le bouton de la Broadcom. Acer m’informe que la carte Wifi LAN est désactivée. J’éteins proprement la bécane. J’attends une bonne minute pour la relancer, par pure superstition idiote. J’arrive à l’écran d’invite Ubuntu et j’hésite une minute de plus avant de tenter de faire bouger le curseur, tellement je n’ai pas envie de me rendre compte que le reverse engineering n’a pas marché et qu’on n’a plus que des solutions à l’arrache qui vont prendre 2 jours…

J’effleure le touchpad… et le curseur bouge!

J’ai repris le contrôle du pingouin!
Maintenant, il ne me reste plus qu’à trouver la documentation en français de rsync pour lancer les grandes opérations de sauvegarde de mon /home, voir me lancer dans le déménagement de /home sur une autre partition que l’OS. Ne plus ouvrir Windows… et laisser tomber ce #@|#@ de Wifi.

  • Manière, les pilotes Broadcom sont installés en natif dans le noyau à partir du 2.6.17, m’informe pour finir mon gourou. Depuis que j’ai cette version du kernell sous ma Gentoo, je n’ai plus aucun soucis avec mes Broadcom… je te conseille d’attendre la prochaine maj du noyau d’Ubuntu.

En route pour la grande sauvegarde : 11 Go de données, pas tendu, le Monolecte!

Notes

[1] Une sorte de mode sans échec, mais surtout sans interface graphique

[2] Oui, j’ai un réseau interne derrière un routeur D-link, lui-même raccordé à une Freebox. 3 bécanes : mon portable sous Dapper Drake, la bécane de monsieur sous Win XP et celle de la naine en double boot win2000/edubuntu.

27 réponses
  1. herve
    herve dit :

    Eh ben moi toute à l’heure j’ai fait un changement de kernel et après eh ben la carte ethernet, eh ben elle marchait plus, bouh. Heureusement que j’avais pas viré l’ancien kernel trop vite, il m’a bien servi pour télécharger ce qui me manquait !

    Répondre
  2. Laurent GUERBY
    Laurent GUERBY dit :

    Le flag -a fait pas mal de boulot ("equivalent to -rlptgoD" dit la doc 🙂 , si sur la même machine :

    rsync -a source/ destination/

    Attention : les "/" a la fin des repertoires sont importants, leur présence ou absence change dans certains cas le comportement de rsync.

    Répondre
  3. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Merci Laurent.

    Là, je viens de finir un premier rsync de /home vers une autre partition qui ne sert qu’à ça (en attendant que je me lance dans le déménagement réel de home), avec -avr en option. Ensuite, il va falloir que je formate une des partitions du disque dur externe en ext et que je lance un rsync à partir de la sauvegarde. Le truc, c’est que quand je vais relancer rsync, d’après ce que j’ai compris, il ne va pas tout recopier comme un gnou 😉 , mais il va comparer les fichiers et n’écraser que ceux qui ont été modifiés… ou alors, il faut ajouter une option pour qu’il le fasse (genre –backup)?

    Répondre
  4. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    rsync compare les fichiers, mais ne se comporte pas (par défaut) de la même manière selon que l’on fait un rsync entre des disques / partitions de la même machine, ou de deux machines différentes (via le réseau).
    Pas le temps d’en dire plus pour l’instant, on m’enjoint avec force de servir l’apéro :-}

    Répondre
  5. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Je synchronise mon portable vers ma machine fixe avec un script bash tout dégueu écrit en 2 minutes sur un coin de table qui dit quelque chose comme :

     #!/bin/bash 
     # Synchronisation distante de Silenus sur Totor - rsync + SSH # Swâmi Petaramesh le 07/10/2005 
     # Paramètres rdest="192.168.2.1" rdir="/backups/silenus" ruser="root" 
     sshkey="/home/petaramesh/.ssh/id_dsa" 
     rsyncopts="-axz --numeric-ids --partial --delete --progress" 
     echo "Synchronisation distante de Silenus sur Totor (SSH ${rdest}) - Démarrage." echo "" 
     [ -r "${sshkey}" ] || {        echo "ERREUR: Impossible d'accéder à la clé ${sshkey} !"        echo "Abandon."        exit 1 } 
     echo "Sync des disques..." sync 
     mount | grep -q "on /mnt/nfs " && {        echo "Démontage de /mnt/nfs..."        umount /mnt/nfs        mount | grep -q "on /mnt/nfs " && {                echo "ERREUR: Impossible de démonter /mnt/nfs !"                echo "Abandon."                exit 1        } 

    […]

     echo "Synchronisation du système de fichiers /home..." rsync -e "ssh -i ${sshkey}" ${rsyncopts} /home/ ${ruser}@${rdest}:${rdir}/home/ || {        echo "Une erreur a été retournée ! Abandon."        exit 1 } 

    […]

    Ce gros coup de frime à pas cher était juste pour te donner une idée des options que j’utilise d’une machine sur une autre.
    Pour un vrai tuto, faudra que je touve le temps. Là, ma crèpe au Banania refroidit ;-)))

    Répondre
  6. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Le Monolecte : ce qui justifiera enfin totalement, du moins à mes yeux, ton titre de grand gourou ;-).

    Et si je te dis que Swâmi Petaramesh est l’auteur d’une variante spécifique d’une distribution Linux qui a connu un certain succès, ça justifie, ou ça ne justifie pas ? ;-))

    Répondre
  7. Sînziana
    Sînziana dit :

    "Putain, faut jamais redémarrer quand tu passes d’un OS à l’autre" C’est quoi ces conneries? Moi je redémarre sans arrêt pour passer de linux à windows et ça marche très bien.

    Bon mon clavier marche plus sous windows mais à part ça…

    La souris ça va.

    Répondre
  8. avanaé
    avanaé dit :

    Ouah ! Nous aussi , sommes en train de passer du côté obscur de la force ! Ca râle sec , mais on s’obstine et petit à petit , Râââh , ça se met à fonctionner ! Yeah ! C’est moi , j’avoue qui suis à la traine ! Mais ça vient , si , si !!!

    Répondre
  9. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    J’avais oublié de préciser à quel point l’ACPI est un gros tas de merde dont on ne peut jamais espérer que des …emmerdements, surtout avec ces saloperies de Windows-machines pour nombre d’entre-lesquelles un certain nombre de réglages BIOS ne sont *pas* disponibles à travers le setup du BIOS, mais seulement à travers l’ACPI, et seulement via les pilotes spécifiques fournis pour Windows, évidemment. D’où ce genre de problèmes foireux, puisqu’on ne peut donc régler le hardware QUE via Windows, et qu’on ne peut donc pas se passer d’un Windows dans un coin du disque, ne serait-ce que pour servir de setup de BIOS…

    @Monolecte, Avanaé : Est-il nécessaire de rappeler que le côté obscur est le côté commercial et monopolistique, et le côté lumineux le libre ? Vous me faîtes un splendide contresens que j’espère involontaire 😉

    @Monolecte, Sînziana : Rebooter or not rebooter, tout dépend de si l’on fait un cold restart ou un warm restart. Linux fait toujours un cold restart, donc a priori aucun problème pour passer de Linux à un autre O.S. en rebootant (reboot, init 6, ou [Ctrl]-[Alt]-[Suppr] quand pris en charge par init).
    Par contre, les anciennes versions de Windows (je ne sais pas pour les nouvelles, je ne les utilise plus) faisaient un warm restart sur [Ctrl]-[Alt]-[Suppr], ce qui fait que ça pouvait effectivement être contre-indiqué pour passer à un autre O.S.

    Quoi qu’il en soit, pourquoi voudrait-on jamais passer à un autre O.S. ? Pour essayer OpenBSD ?

    @Sînziana : Mon total respect pour toi ne fait que croître encore à te savoir Linuxienne, mais il disparaît aussitôt en sachant que tu rebootes ensuite du côté obscur de la Farce

    Répondre
  10. Ashram de Swâmi Petaramesh
    Ashram de Swâmi Petaramesh dit :

    Comment on se fait eu

    Et voilà comment on peut se retrouver incapable d’activer ou de désactiver tel ou tel périphérique autrement qu’en passant par le panneau de contrôle de Windows. Par rapport à la situation Plug’n Play précédente, quelque chose de dramatique a…

    Répondre
  11. Sînziana
    Sînziana dit :

    Je suis linuxienne convaincue mais cependant oui j’avoue qu’il m’arrive de redémarrer sous linux parce que j’ai un logiciel (filemaker) avec des tas de données et tout, et je n’ai jamais trouvé sous linux un truc capable de les lire. Je ne vais sous windows que contrainte et forcée…

    …et au boulot aussi parce que ces cons nous ont mis un réseau interne où il faut être administrateur pour installer le moindre logiciel! Fini le peer-to-peer, les éditeurs html etc., je peux même pas avoir Firefox, c’est vous dire comme je suis malheureuse.

    Bises lumineuses.

    Répondre
  12. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Yves : Ce qui est emmerdant, c’est que 99% de la population du globe ne comprendront pas le gag, et ne savent (hélas) pas qui ou quoi est RMS 😉

    (Et puis d’abord non la preuve c’est que je tourne pas sous le Hurd, et que je confesse ne même pas savoir utiliser emacs correctement, honte ! honte ! je suis foutu, ma réputation a vécu.)

    …mais vim, si. Plutôt bien, même 😉

    Répondre
  13. yves
    yves dit :

    @Swâmi Petaramesh: rebooter? mais c’est pour installer le Hurd, bien sûr.

    (Swâmi Petaramesh est une espèce de clone de RMS localisé en français. On le surnomait "RMS –lang=fr" dans le milieu).

    Répondre
  14. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    LOL LOL
    Ha, ces intégristes linuxiens! LOL
    Manière, c’est simple : soit Linux reste au stade de la branlette pour geeks et on continue à tartailler sur les joies de la ligne de commande, soit on veut que Linux broute sur les plates-bandes de Windows, et on met de l’interface graphique intelligente partout niveau Linux pour les nuls et les UMPistes bas du front LOL

    Maintenant, tu nous l’expliques, la blague sur le RMS?

    Répondre
  15. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Le jour où les UMPistes bas-du-front (encore un péonasme, décidément…) utilisent Linux, je passe à GNU/Hurd !

    (Ça doit être RMS qui a rédigé l’article sur Wikipedia, c’est pas possible autrement, rien que l’intro, et je rigole déjà 😀 )

    Sinon, la blague sur RMS, moi je ne peux rien en dire, c’est la blague d’Yves.

    Je vous mettrais bien un extrait du dernier mail que j’ai reçu de Sa Sainteté et qui m’a fait trop mourir de respectueuse rigolisation, mais ce serait trahir le secret de la confession, et il n’en est donc absolument pas question (mais quand même, c’est con, hein… Enfin, j’ai bien rigolé. Tant pis pour vous).

    Répondre
  16. blob
    blob dit :

    RMS –lang"fr"= Richard Matthiew Stallman, avec l’option langue française…

    Sinon vim c’est super, surtout quand tu administre le pc de ton papa qui est sous debian et vit à 1000 km de chez toi, avec la combo magique ssh/screen….

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *