Mister Freeze

Là, maintenant, je suis toute tassée sur la petite chaise rose de ma fille, en train de clavioter sur sa bécane pour calmer mon angoisse.

Dans mon dos, afin que je ne regarde même pas, il y a mon poste de travail ouvert et mon portable, la gueule béante, qui affiche l’invite d’Ubuntu! Il s’agit d’un marathon de plusieurs heures d’aide au bigophone par mon grand gourou afin de faire tourner ce putain de WIFI sous Dapper, qui se solde par un écran figé.

L’écran figé est la variante pingouin de l’écran bleu, si familier aux membres de la confrérie Windows. On parle d’ailleurs plus facilement de commandes gelées. A plus! Nada! Bernique! On remballe ma petite dame!

Faites vos jeux, rien ne va plus : plus de clavier, ni de touchpad. Ubuntu, comme une forteresse, vient de se couper du monde des humains. Même les touches magiques ont jeté l’éponge[1]. Normal, puisqu’on n’a plus de clavier.

Le pingouin fait la gueule et détient en otage mes fichiers, mes photos, mes messages, les adresses des potes, les URL des sites qui vont bien, les dossiers de travail, ma base clients… mais il n’a pas eu mes mots de passe, cet enfoiré! je les ai imprimé sur papier il y a deux jours… gnark, gnark, gnark…

Enfin, on se console comme on peut…

Con de pingouin!!!!

Suite et épilogue de l’histoire

Notes

[1] ctrl+alt+F1, pour passer en mode console ou ctrl+alt+retour, pour rebooter proprement Xwindow

19 réponses
  1. Fred
    Fred dit :

    Laissez tomber Windows et passez à Linux, qu’ils disaient 😉

    J’imagine que les gourous t’ont déjà demandé de t’y connecter par SSH ou Telnet voir si tu peux simplement tuer X et retourner en run-level 3 ou 1? Au pire, tu débranches le câble et tu vois si le fschk retombe sur ses pattes.

    Répondre
  2. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Normalement, le pingouin ne plante jamais, sauf si c’est un problème hardware.
    Le pilotage d’un périphérique peut être considéré comme un problème hardware.
    Quels pilotes utilises-tu pour ton ouiphi ? Si tu utilises ndiswrapper avec les pilotes Windows du ouiphi, il est possible que ça plante : c’est normal, c’est les pilotes Windows (hélas).
    Il est également possible que ça marche. Chez moi, ma carte Ouiphi PCMCIA fonctionne aussi bien avec le pilote Linux natif prism54, qu’avec le pilote Windows dans ndiswrapper. C’est ce dernier que j’utilise le plus couramment car lui seul permet de faire du WPA…

    Répondre
  3. Il est pas frais, mon poisson ?
    Il est pas frais, mon poisson ? dit :

    Bon sang de bon sang de bon soir, et les sauvegardes, c’est fait pour les chiens greugneugneu ?

    Conseil d’éleveur expérimenté de pingouins bio en plein air issus des meilleurs cépages et de robustes hybrides : débrancher, attendre, laisser la bête s’interroger sur le sens de la vie quelque temps à se poser des questions idiotes. Si elle pose des questions idiotes, recopier méticuleusement (oui, c’est chiant), la question et la porter aux gourous. Sinon, reprendre une activité normale (c’est à dire, faire des sauvegardes).

    NB : Les éleveurs de pingouins bio ne donnent pas d’adresse e-mail valide.

    Répondre
  4. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Lisant ce que je viens de lire, Agnès, j’ajouterai seulement : N’écoute pas les conseils des commentateurs de ton blog : Aucun ne connaît la nature précise de ton problème ;-))
    (En particulier quand je lis-parler d’installation de nouveau noyau, je me dis tiens, en vl’à un qui répond à côté de la question)

    Je ne pense pas non plus que les Magic SysRQ Keys puissent être d’une grande aide à Agnès non plus, sauf pour (peut-être) rebooter à peine plus proprement que planter totalement salement 😉

    [Alt]-[Sys]-I [Alt]-[Sys]-S [Alt]-[Sys]-U [Alt]-[Sys]-B 😉

    Répondre
  5. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Pensez bien que j’ai commencé par redémarrer la bête 2 ou 3 fois avant de commencer à la regarder d’un oeil torve. On a commencé par essayer d’y accéder par le réseau interne, via le Windows de la naine en utilisant Putty : RAF!

    A l’heure actuelle, on en est à un redémarrage en recovery mode et création d’un accès ssh pour le gourou. Sauf qu’il vient d’être appelé pour décharger le camion de déménagement d’un autre de ses disciples préférés, lequel, un peu lèche-bottes tout de même, a décidé de s’installer à côté de la maison du gourou Linux… Donc, j’attends…

    Répondre
  6. Gerard
    Gerard dit :

    Sauf votre respect, quand je vois qualifier de ‘touches magiques’ les touches qui redémarrent X-Window, et que vous essayez de les utiliser alors que je crois comprendre que votre ordinateur est en mode console, je me demande quel est le problème réel. Les touches magiques du noyau Linux existent et ce ne sont pas les mêmes. Enfin bon, si c’est réellement le noyau qui plante, en principe la technique est :

    – si on a respecté les rêgles de bonne administration, on n’installe JAMAIS un nouveau noyau par dessus l’ancien, on se garde la possibilité de redémarrer avec l’ancien. Dans ce cas, il suffit de le choisir au démarrage. Si votre gourou vous a fait écraser votre noyau précédent, mauvais gourou, changer de gourou; ou mieux devenez gourou. Si votre distribution ne prévoit pas un démarrage de secours avec un noyau de base, mauvaise distribution, changer de distribution (mais si c’est votre gourou qui vous a fait virer cette possibilité, se référer à la recommandation précédente à la place; prévoir des coups de rêgles en fer sur les doigts en plus)

    – si on a fait une grosse boulette et oublié de prévoir un plan B, il faut redémarrer avec un Cd-Rom et au choix tripoter sa partition cassée (si on est un artiste de Linux) ou bien sauvegarder par réseau ou autre ses fichiers et réinstaller.

    Répondre
  7. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Linux c ultra fiable, ca roxx des cacahouettes

    Oui :

     [root@totor etc]# uptime 12:43:19 up 23 days, 14:32,  1 user,  load average: 0.61, 0.40, 0.32 

    Sauf quand on a des problèmes de pilotes, avec des cartes dont les constructeurs ne se donnent pas la peine de fournir le moindre pilote Linux, ni aucune information à ceux qui voudraient bénévolement en écrire un.
    Sachant que si les mêmes fabricants prétendaient vendre leur bazar sans fournir les pilotes Windows, ils n’en vendraient pas trois.

    Et faire tourner les pilotes Windows sous Linux en utilisant ndiswrapper est intrinsèquement peu fiable (on se demande bien pourquoi, hein… 😉

    C’est une problème lié au matériel ; pas un problème intrinsèquement lié à l’O.S.

    Répondre
  8. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    +1, Swâmi.

    En fait, c’est à nous de faire pression sur les assembleurs en demandant des machines livrées avec une distrib’ linux installée dessus. Résultat : ils devront fournir une machine 100% opérationnelle. Ce qui signifie que les matériels dont les pilotes ne sont pas développés pour Linux vont gicler d’entrée. Et les constructeurs, ça va les faire chier de perdre un marché d’entrée de jeu, genre Broadcom et ses cartes wifi qu’i faut installer au forceps avec des firmwares roulés sous les aisselles. Donc, ils vont juste se sortir les doigts et écrire les bons pilotes et fini les incompatibilités matérielles!
    Et là, on pourra commencer à comparer vraiment Windows et Linux en terme de performances, stabilité, sécurité et accessibilité!

    Répondre
  9. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Pour la pression, elle est hélas encore insuffisante, mais c’est à chaque Linuxien d’y penser en demandant exigeant des machines livrées sans O.S. ou avec GNU/Linux, ou en exigeant des périphériques compatibles (et une information fiable à ce propos de la part des vendeurs).
    Malheureusement, dans la grande distribution, et hors de quelques assembleurs spécialisés, ce type de demande reste ultra-marginale, donc les constructeurs s’en tapent, hélas.
    Et le vendeur préfère perdre une vente plutôt que de s’emmerder avec un maniaque pareil à qui il n’a d’autre part aucune chance de fourguer un Mc Afee security suite ou un M$ Offesse.

    De mon côté, quand j’ai voulu du Wi-Fi sur mon portable, j’ai commencé par regarder ce qui était géré ou pas sous Linux, et j’ai acheté d’occase pour 3 Francs 6 sous sur e-Bay une carte PCMCIA Netgear WG511 modèle 1 (TaÏwan). Et zéro problème.

    Pour Broadcom, le plus étonnant est que le routeur Wi-Fi Linksys WRT54G tourne sous Linux, et que c’est tout du Broadcom à l’intérieur. Etonnant, non ? © Desproges.
    Inutile sans doute d’ajouter que cela fonctionne à la perfection ?
    Il ne faut donc pas dire que Broadcom n’est pas supporté sous Linux, mais que pour quelque raison étrange, les pilotes qui vont bien ne parviennent pas jusqu’à nous…

    Répondre
  10. Bill Gates
    Bill Gates dit :

    Et dire que j’entends à longueur d’année des "Windows c’est du caca, ca plante tout le temps", sans parler des "Linux c ultra fiable, ca roxx des cacahouettes" 🙂

    Répondre
  11. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Oui, on a essayé le coup du live CD… sauf que le live CD Ubuntu 6.06, il a oublié d’implémenter le ssh…

    Linux est certes marginal, mais il gagne du terrain, chaque jour un peu plus. Et plus il y aura de nouveau utulisateurs, pas forcément des rois du mode console, plus il y aura de pression vers des Linux installés par défaut. A force, nous allons arriver à la masse critique qui fera qu’aucun constructeur n’aura envie de finir dans la black list des matériels non supportés!

    Sinon, suite et épilogue de l’histoire!

    Répondre
  12. Fred Bird
    Fred Bird dit :

    Arf ! Jamais eu de plantage aussi severe avec linux. Faut dire que mon matos est soit relativement vieux, soti acheté spécifiquement pour sa compatibilité…

    Cela dit, je commence à chercher un portable livré avec linux presintallé (donc 100% compatible) et je ne trouve pas grand chose…

    Bon courage Agnes !

    P.S. as-tu essayé de booter la machine sur un live-cd ?

    Répondre
  13. Fred
    Fred dit :

    Swâmi Petaramesh > Pour la pression, elle est hélas encore insuffisante, mais c’est à chaque Linuxien d’y penser en demandant exigeant des machines livrées sans O.S. ou avec GNU/Linux, ou en exigeant des périphériques compatibles (et une information fiable à ce propos de la part des vendeurs).

    Vu la part de marché faible de Linux sous serveurs, encore plus faible sous desktop boîtier… et carrément pathétique sous portable, je ne vois pas pour quelle raison un constructeur de périphérique dépenserait de l’argent pour écrire ou faire écrire un driver pour Linux. Simple règle de bonne gestion.

    Répondre
  14. nico
    nico dit :

    Quel courage malgré tous ces déboires et ces aventures (mal)heureuses d’arriver à élever un enfant.

    Comme quoi,’sont balaises les femmes quand meme 🙂

    Répondre
  15. Cracotte
    Cracotte dit :

    J’ai eu le même problème récemment. Je ne suis en rien un gourou sachant que j’ai ubuntu que depuis quelques mois.

    En essayant d’installer la carte wifi, j’ai simplement configuré les ports et plop, plantage.

    Pour ma part, ce que j’ai fait pour remédier à ce problème (3 fois en tout donc je suppose que c’est une solution possible) et de me connecter à la machine avec le "recovey" disponible par grub.

    Comme tu es connecté en root, tu peux modifier le fichier qui recense la configuration réseau
    /etc/network/interface.

    Il te suffit de supprimer l’entrée correspondante à ta carte wifi et redémarrer.

    (Dans mon cas, c’était l’entrée ra0)

    En te souhaitant une bonne continuation

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *