Numéros spéciaux

Au commencement, il y avait les PTT, qui distribuaient indifféremment le courrier et les appels téléphoniques pour tous : c’était l’aménagement du territoire.
Aujourd’hui, il y a La Poste qui externalise les process rentables et France Telecom, l’ex entreprise publique avec des méthodes commerciales et manageriales qui n’ont rien à envier au privé. Au milieu, il y a l’usager, devenu client, seul dans le marigot concurrentiel des télécommunications.

L’aménagement du territoire partait d’une idée simple : tout usager des services publiques français devait avoir accès aux mêmes prestations et au même prix, quelque soit son lieu de résidence. De la grande ville au petit bled, tout le monde devait avoir accès à son bureau de poste, à des cabines téléphoniques, à une ligne de téléphone, avec un tarif unique pour tous. C’était plutôt bien, mais pas toujours parfait. Il fallait parfois attendre longtemps pour avoir une ligne de téléphone et tout le monde râlait souvent contre l’indolence légendaire des fonctionnaires qui profitaient d’un intolérable monopole.

Saine concurrence!

Est arrivée alors l’idée qu’il fallait être plus efficace, et que question efficacité, la concurrence, y a pas mieux pour stimuler. On a séparé les PTT en deux entités assez logiques : le courrier et le téléphone.
On a commencé à dire qu’il fallait manager tout cela différemment, toujours pour plus d’efficacité : on a donc ralentit le recrutement des fonctionnaires tous mous pour des contractuels et des intérimaires tous motivés.
Puis on a parlé rentabilité. On a supprimé des postes d’agents, embauché des commerciaux. On a réduit les heures d’ouverture de certains bureaux, puis on a commencé à "regrouper" les agences, les bureaux de poste.

Je crois que c’est là que les gens ont arrêté d’applaudir pour recommencer à râler : quand LEUR bureau de poste a fermé.

Puis, la concurrence est enfin arrivée. Des tas d’opérateurs nouveaux. Et la téléphonie mobile. Et des tas d’offres concurrentielles. Et au lieu de se rationaliser, les factures de télécommunication ont commencé à exploser. Avec des tas d’abonnements, des engagements sur 2 ans. Et le service s’est différencié selon l’endroit où vous habitez. Et les autoroutes de l’information sont passées au large des campagnes.

Rat des villes, rat des champs

Ainsi, aujourd’hui un citadin peut souscrire à une offre ADSL très haut débit chez un opérateur privé pour une bouchée de pain : 15€/mois et il a du 20 Mo/secondes + la machinbox qui permet d’avoir Internet sans fil, un bouquet de chaînes TV et pour 10€ de plus, il a le téléphone gratuit et illimité sur toute la France métropolitaine. Il paie entre 10 et 20€/mois de téléphone mobile. Ce qui lui fait la facture de télécommunication à 25 – 45€/mois maxi. C’est bien.

Prenons le Gersois. Quelques uns, dans les principales villes du département ont le droit à ça. Et puis il y a les autres. Ceux qui ne sont pas éligibles, ceux qui ne font pas partie des heureux élus. Déjà, la saine concurrence, ce n’est pas pour eux : c’est forcément une ligne FT et 14€/mois d’abonnement sans rien, juste pour avoir le téléphone. Certains ne peuvent pas avoir accès à l’ADSL, même en suppliant à genoux. En fait, ils sont plutôt au service minimum pour tarif maximum :

  • Bonjour, je ne comprend pas : je viens de prendre l’option affichage du numéro et je n’ai rien qui s’affiche.
  • C’est normal, votre ligne n’est pas compatible avec ce service.
  • Je ne comprend pas. Quand j’ai pensé prendre ce service, j’ai appelé le service client pour avoir confirmation de ma compatibilité, on m’a affirmé que c’était possible. J’ai bien insisté, parce que nous devions changer tous les téléphones de l’entreprise pour être compatibles avec cette option.
  • Et bien la personne qui vous a répondu s’est trompée. Votre ligne est obsolète. Ce n’est pas possible.
  • Mais comment on fait? On a acheté le matériel, pris l’abonnement au service. La ligne va bientôt être rénovée?
  • Non!
  • C’est pour quand?
  • Jamais, cette ligne n’est pas assez rentable.
  • mais on a besoin de ce type de services pour notre entreprise.
  • Si vous voulez, vous pouvez prendre du Numéris, mais ce sera plus cher…

Sinon, il y a l’ADSL, mais non dégroupé et pas pour tout le monde. Non dégroupé, cela veut dire qu’il faut continuer à payer 14€/mois à FT. Juste pour la ligne. Le prix de l’abonnement tout compris du gars de la ville. Puis on ajoute l’abonnement ADSL. Ça va moins vite (2 Mo, peut-être 8, un jour, si on est sage!) et c’est plus cher : 25€/mois. Plus les 10€ de communications locales et nationales en forfait illimité. Plus le portable… qui ne passe pas forcément, parce que chez nous, la couverture, elle a des trous. Mais d’un autre côté, il peut s’en passer des kilomètres avant de trouver une cabine téléphonique. On paie 49€ là où le citadin allonge 24€… et la télé n’est pas comprise dedans. On devrait être content de contribuer de la sorte à l’explosion des réseaux urbains. Mais ce n’est pas tout!

Juste au moment où sont arrivés les abonnements téléphoniques illimités, sont arrivés… les numéros spéciaux, les 08 quelque chose. Difficile d’y échapper. Alors que les 0800 (gratuits), se sont rarifiés, les autres 08, payants, ont explosé. Comme pour les fameux services clients, qui ont nettement revalorisé la minute de Vivaldi! Non seulement, on appelle parce qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, mais en plus, on surpaie l’appel… en plus du forfait illimité. Car les numéraux spéciaux sont tous hors forfait. Même les tous derniers, ceux attribués aux heureux citadins possesseurs d’une machinbox à abonnement pas cher. Quand j’appelle mon pote à Fleurance, dans le même département que moi, sur son numéro machinbox, je paie plus cher que lorsque j’appelais mes amis de Lyon avant le forfait illimité. Et ces numéros se répandent : plus moyen d’appeler Ikéa ou mon assureur ou les ASSEDIC ou des tas d’autres endroits plus ou moins incontournables sans payer en surtaxé, hors forfait. Ce qui se rajoute à ma facture. Qui ne cesse de gonfler…

Bref, on l’aura compris, la saine concurrence est hautement élective et discriminante, elle s’assoit joyeusement sur les concepts aussi obsolètes que l’aménagement du territoire, l’égalité entre citoyens. De toute manière, nous ne sommes plus des citoyens, des usagers, mais seulement des consommateurs. Des clients. Tout juste bons à aligner les paiements. Présumés coupables. Il est bien révolu, le temps où la SNCF clamait "le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous", de même que celui où EDF assurait "Nous vous devons plus que la lumière".

Maintenant, on nous dit plutôt "pour vous, c’est moins bien, mais ce sera plus cher!"
40 réponses
  1. Merome
    Merome dit :

    Petite coquille : « Nous VOUS devons plus que la lumière ».

    Je plussoie gentiment : Tele2 vient de faire passer ma facture à 24.85 euros, je sens bien que ma ligne non dégroupée ne les intéresse plus, et comme j’ai une panne impromptue et coriace entre mon modem-routeur et ma ligne, je ne sais plus à qui m’adresser.
    Par contre, depuis que France Télécom est en concurrence, on a le Top Message gratuit (répondeur), on a eu le 3131 (gratuit aussi), plus tout un tas de services payants qu’on a le choix ou non de prendre mais qui n’existaient pas avant. La concurrence a du bon, mais il faut qu’elle soit correctement réglementée. Capitalisme : oui, libéralisme : non.

    Répondre
  2. Pascal
    Pascal dit :

    Que ça fait du bien de lire sous votre plume la narration des déboires que notre société ultra-communicante, ultra-concurrentielle et ultra-libérale réservent à ses citoyens con-sommateurs : on se sent carrément ligoter et tondus ! C’en est opressant tellement on se sent impuissant. Soit tu raques pour l’ouvrir, c’est au moins ça, ça soulage, soit tu la fermes et tu ronges ton frein dans ton coin quand ça marche pas !

    Sans parler des complications pour résilier, des engagements pour un à deux ans (Altitude télécom était même allé jusqu’à coller trois ans d’office à ses clients wifi, avant de ramener la durée du marriage à deux ans obligatoire). Mais je crois savoir que ces pratiques ont été réglementées : alors pour les contourner, les prestataires d’ADSL ont mijoter un autre stratagème : le dépot. Exemple : offre sans engagement. Vous nous quitter quand vous voulez. Sauf qu’ua moment de l’inscription, vous versez 96€. Et que si vous partez au bout de six mois, on vous restitue 6 fois 3 euros. Résultat : la liberté à un prix : 78 euros !

    Reste la liberté de ne pas souscrire à l’ADSL, ce que je fais depuis la fin juin. Et pourtant, je piaffais depuis quatre ans pour avoir le haut-débit dans ma (magnifique) cambrousse !

    Répondre
  3. lecailloudansla chaussure
    lecailloudansla chaussure dit :

    Eh oui, nous sommes tous des clients, et les clients qui coutent cher (par exemple parce qu’ils sont loin les uns des autres) doivent payer plus. Leur but est de nous inciter à leur couter moins cher (sans doute pensent-ils qu’en bon égoïstes nous allons déménager pour rentabiliser nos communications). Ne nous reste-t-il plus qu’à nous regrouper pour être dégroupés ?

    Répondre
  4. Etheriel
    Etheriel dit :

    Belle demonstration, mais dommage qu’elle soit une fois de plus en partie de mauvaise foi: meme dans le plus petit bled de France, aujourd’hui, la minute de communication en local ou en nationale est BEAUCOUP moins chere qu’il y a quelques années. Pourquoi ? Parce qu’il y a concurrence ! Et pour preuve: FT obligé de s’aligner sur ses concurrents, en profite pour augmenter le prix de l’abonnement telephonique (encore obligatoire pour beaucoup de monde). Eh oui, en situation de monopole, rien ne les empeche de le faire. J’en conclus donc qu’il faut que ce monopole de l’abonnement soit brisé au plus vite. Ca m’evitera de donner 14€ par mois pour ne pas passer un seul coup de fil avec FT…
    Je « plussoie » egalement avec merome (pour une fois !) concernant les services, à la difference que ces services gratuits ont ete IMPOSES à FT en contrepartie d’un accord pour augmenter le prix de l’abonnement. En clair, vu qu’on laisse FT se gaver avec l’abonnement, on se donne bonne conscience en offrant le « 5 » et « Top Message ». Mais là encore, bien joué FT: en appuyant sur le « 5 », on rappelle son correspondant en passant par…. FT !

    Répondre
  5. lecailloudansla chaussure
    lecailloudansla chaussure dit :

    pour Etheriel : Je ne suis pas d’accord car si la situation de monopole de FT pose un clair problème, elle avait une contrepartie lourde : l’obligation de fournir un service de qualité et de prix égal à tous. Alors briser le monopole peut-être une bonne idée mais encore faut-il pour cela maintenir une contrainte sur le marché (des communications en l’occurence), en tout cas si l’Etat considère le secteur comme sensible, afin de maintenir une égalité devant le service pour tous. Je suis persuadé qu’en l’occurence un marché des communications ouvert à la concurrence mais avec une règlementation contraignante sur ce point aurait pu être réellement bénéfique et ce pour tous.

    Répondre
  6. Fred
    Fred dit :

    > Eh oui, en situation de monopole, rien ne les empeche de le faire. J’en conclus donc qu’il faut que ce monopole de l’abonnement soit brisé au plus vite.

    Comme la boucle locale est un monopole naturel, je pense que l’Etat aurait dû en rester propriétaire en créant une entité totalement indépendante de FT. Actuellement, on est dans une situation malsaine, ou c’est la même boîte, ex-monopole publique, qui contrôle la boucle locale (et la loue aux concurrents) et offre aussi l’ADSL (via Wanadoo). D’un autre côté, avec 94% de fonctionnaires, FT n’est pas libre de gérer ses effectifs comme ses concurrents. Pas simple… Je me demande comment les autres pays ont géré la libéralisation de leur secteur télécom.

    De manière plus générale, l’urbanisation est un phénomène mondial, dû à l’avantage qu’apporte la concentration (et avec la hausse du prix du pétrole, on va sentir de plus en plus combien coûte le fait de ne pas vivre en ville…), même si on devrait bien sûr mettre dans la balance ce que coûte cette concentration en terme de pollution, stress, etc.

    Par ailleurs, la privatisation d’anciens monopoles publiques est sans doute due au fait que l’Etat ne dispose tout simplement plus des moyens financiers pour assurer à la fois ces anciennes missions ainsi que les nouvelles (ou des anciennes, dont le budget s’est allourdi). Au hasard, les retraites et la santé prennent une part sans cesse plus importante dans le budget national : et comme le budget n’est pas extensible à l’infini (et qu’il est déjà en déficit structurel depuis la fin des années 70), il faut bien faire des choix. Donc, privatisation des trucs accessoires comme la SNCM (en déficit depuis des années because sureffectifs) et concentration de l’argent public sur les trucs jugés vraiment important.

    Si quelqu’un a de bons liens, je serais curieux de lire comment les pays scandinaves ont vécu ce mouvement depuis les années 80.

    Répondre
  7. marzi
    marzi dit :

    Mouais, pour moi, ca fait partie des contraintes : celui qu’habite dans le Gers (ou à Vellescot, dans le 90, tiens!) est en effet obligé de payer ce foutu abonnement FT poru profiter de l’adsl vitesse lente, meme s’il a un autre opérateur pour ses communications… et le portable ne passe en effet pas chez lui. Mais qd on lui annonce le prix des impots locaux (voir foncier) de celui qui fait des économies sur cet abonnement FT en ville, il ne regrette pas son choix.. Bref : on peut faire le parallèle avec les trottoirs (il n’y en a pas chez moi!) ou tous les services que des villes plus grosses proposent : « l’aménagement du territoire, l’égalité entre citoyens », certains payent plus et ont plus… moi aussi, je souhaiterais qu’on ait tous une machin-box qui nous file communication, adsl et télé pour 30 euros, mais c’est pas gratos. Et si c’était encore public, on préleverait sur mon salaire pour installer l’adsl à José bove au beau milieu du larsac…

    Répondre
  8. free tibet
    free tibet dit :

    C’est sur, le temps de la malle poste et du télégraphe aérien, c’étions ben mieux…

    Je me rappelle en 1990 j’étais loin de ma femme et je claquais 2000 F / mois (300 €) en téléphone – maintenant j’en aurais maximum pour 30 € (200 F), 10 € pour certaine formule. Le progrès m’aurais permis de diviser par 10 ma facture de téléphone.

    Le progrès, je le sens tous les jours, il a amélioré ma vie.

    Et quand un système , machinbox ou autre abonnement-que-j-ai-pas-demandé me tombe sur le dos (ça arrive souvent), il faut envoyer un recommandé AR, c’est la loi, la procédure que toute les sociétés cotées ou non utilisent. Puis si ça suffit pas : lettre d’avocat. Ra-di-cal!

    Répondre
  9. nathalie
    nathalie dit :

    Ben à la Réunion c’est pas mieux, on paye 49€ pour un forfait ADSL 512k, 5Go maxi. Quant aux bouquets sattelites, c’est à peu près 2 x plus cher pour moitié moins de chaînes qu’en métropole. Et tout le reste à l’avenant…

    Répondre
  10. Aska
    Aska dit :

    Moi je suis un sale urbain. J’habite même à Paris intramuros. Je suis bien content d’être parti de chez ces abrutis de France Telecom qui m’ont volé (vraiment) de l’argent.

    Depuis un an et demi, je suis chez le premier opérateur qui a proposé le dégroupage total. Je ne paye pas le téléphone (et la hotline est gratuite). Et je suis heureux de ne plus payer, au nom d’une fracture téléphonique et de la solidarité obligatoire, pour des gens qui vivent dans les coins champêtres de notre belle contrée. Est ce que moi je leur demande de payer une partie de mon loyer exhorbitant? 🙂 Gniark, gniark, gniark!

    Répondre
  11. mapomme
    mapomme dit :

    un monopole marche mal, une seule solution cassons le monopole ! ça c’est réflèchi au moins : cela est au moins du niveau mon cendrier est plein je change de voiture : je le dis tout de suite: moi j’e nai pas les moyens mais apparement pour certains cela ne pose pas de problème : question ? une collectivité nationale ne peut elle pas organiser un réseau collectif : je suis désolé mais le mot collectif existe toujours même si certains l’ont largement dévoyé ; en quoi FT non entreprise privée a t elle fautée ? le téléphone aurait été cher ? comment définir un prix juste ? si les etheriel et autres veulent payer toujours moins je suppose qu’ils se fouttent de savoir les conditons salariales des employés de services exploités qui les servent! n’est ce pas le principal étant qu’ils ne soient pas fonctionnaires, relativement bien payés et en plus protégés, quelle honte n’est il pas (et si cela se trouve : ils sont eux mêms fonctionnaires!) ma voiture est en panne. Bien sur un monopôle pose question : au moins une c’est son contrôle ! c’est tout simple de contrôler : cela demande de l’energie, du temps, de l’investissement, et une volonté politique! vroyez vous que les politiques seraient d’accord? sans doute pas qui dit contrôle collectif (encore he oui) dit un pouvoir qui chavire alors le capitalisme c’est le mieux le pouvoir à l’argent aux radins, égoistes, etc…chacun pour soi, c’est super cela comme cela les pouvoirs ne changent pas de mains : on continue à tondre les pauvres et en plus ils en redemandent ! moins cher plus allons y du moins allez y moi je descends j’ai envie de VOMIR. Bye (je sais c’est pas très clair mais tant pis)

    Répondre
  12. Etheriel
    Etheriel dit :

    mapomme> « moins cher plus allons y du moins allez y moi je descends j’ai envie de VOMIR. Bye (je sais c’est pas très clair mais tant pis) » ouais, c’est vrai, c’est pas très clair 😉
    Sans compter que le « si les etheriel et autres veulent payer toujours moins je suppose qu’ils se fouttent de savoir les conditons salariales des employés de services exploités qui les servent! » m’a bien fait rire, connaissant plusieurs persnones qui bossent chez FT, dont une qui a demissionné en voyant le gouffre qui separait les « ex-service public » des autres. Evite donc d’utiliser le mot « exploités » pour les salariés de FT, tu vas me faire rire, et j’aurai du mal à finir mon assiette de foie gras 🙂
    Quant au cendrier plein qui me ferait changer de voiture, tu te trompes: je ne fume pas, je laisse cette onéreuse activité à d’autres…)

    Répondre
  13. sys4
    sys4 dit :

    « Et je suis heureux de ne plus payer, au nom d’une fracture téléphonique et de la solidarité obligatoire, pour des gens qui vivent dans les coins champêtres de notre belle contrée. Est ce que moi je leur demande de payer une partie de mon loyer exhorbitant? »

    J’applaudis le très bel esprit de solidarité que voilà.

    Y’en a un autre qui se permet l’amalgame entre solidarité et prélèvements obligatoires? ou alors est-ce qu’une âme plus charitable que moi (ce sera pas difficile à trouver) peut expliquer à ce môssieu que FT n’a plus rien d’une entreprise publique, et que parler de « solidarité » leur concernant relève d’une blague que même Bigard n’en voudrait pas.

    Répondre
  14. Aska
    Aska dit :

    Bonjour sys4. Je me permets l’amalgame vu que nos gouvernants font de même pour nombre de prélevements.

    A part ça, je sais bien que FT n’a plus rien de publique (on s’en rend bien compte dans leurs boutiques d’ailleurs) et je suis content justement que cette « solidarité » ne soit plus.

    Je suis désolé de m’être fait mal comprendre cependant n’hésitez pas à vous adresser à moi directement, je ne suis pas bien méchant ni totalement idiot (je crois). 😉 Bien à vous.

    Répondre
  15. Gégé
    Gégé dit :

    Il y a un monopole effectivement aujourd’hui mais il est là où presque tous les intervenants de cette discution se gardent bien de le situer explicitement et où pourtant leurs discours le font implicitement: c’est le monopole du privé et de la propriété privée de tous les aspects la vie (jusqu’à la propriété privée de la vie elle-même avec les OGM).

    Il est beaucoup plus intéressant de mener une analyse de la pauvreté du discours récurant de ces interventions: la « novlangue » est là, c’est celle de ce que l’on appelait la pensée unique il y a qq années.

    Monopole? relisez-vous messieurs (ou mesdames), le seul monopole existant c’est celui que vous instaurez sans le dire, c’est celui du CAC 40 (et que FT effectivement a fait sien depuis très longtemps).

    Quand à France Télécom: il me souvient que lorsque le téléphone faisait partie des PTT (je sais c’est de l’ordre du Pléistocène au moins), mes parents avaient fait posé gratuitement une deuxième prise chez eux. Il ya qq années j’ai voulu naïvement faire de même chez moi: l’opérateur que j’avais… au téléphone… a ri de ma demande « ah non, Monsieur, ça s’était du temps des PTT maintenant il faut que vous fassiez appel à un prestataire privé. » J’ai échangé alors deux ou trois phrases avec lui où j’ai compris qu’il le regrettait, lui, ce temps et où ces deux mots, qui ont presque totalement disparus mais qui m’ont tellement lavé les oreilles, ont fini par surgir: SERVICE PUBLIC.

    Bien sûr que ça ne va pas chez FT. Mais est-ce parce qu’il y a TROP de service public? ou bien PAS ASSEZ?

    Répondre
  16. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Comme je l’ai écrit chez Merome, la logique du capitalisme poussée dans ses retranchements consiste à remplacer un monopole d’Etat par un monopole privé, par le jeu de la recherche de la taille critique. Parce que finalement, tous les acteurs du sacro-saint marché sont assez d’accord pour penser que la concurrence est surtout bonne pour les autres, mais que pour soi, rien ne vaut une bonne vieille position dominante, qui permet de vérouiller le marché sans plus trop se fatiguer en terme d’inovation ou de qualité.
    La différence entre un monopole d’Etat et un monopole privé, ce sont les but poursuivis : le premier met à disposition de la collectivité un produit ou un service, le second cherche à maximiser les profits en verrouillant la clientèle solvable… et seulement celle-ci. D’un côté, on a des usagers-citoyens, de l’autre, des consommateurs, et croyez-moi, ça change tout! Surtout pour les désargentés et autres non-solvables… Et le profit, c’est un peu maigre comme plan de développement durable et harmonieux de la société, non?

    Répondre
  17. Droop
    Droop dit :

    Très bonne idée Fred : on se demande en effet pourquoi les lignes téléphoniques ne seraient pas gérées par une entité publique indépendante de FT, un peu sur le modèle de RFF (réseau ferré de France) pour la SNCF.

    Juste une précision : les nouveaux numéros de téléphone des bobox ne sont pas surtaxés : ce sont des numéros « azurs » qui existaient déjà depuis longtemps, leur tarif est celui d’une communication locale, d’où que l’on appelle en France. Maintenant, si on appelle d’un portable ces numéros, il y a effectivement une surtaxe, mais celle-ci est différente selon les opérateurs mobiles et est totalement injustifiée du point de vue technique. Pour appeler une bobox, appelez d’un fixe ! (Quelle idée d’avoir un portable, aussi !)

    Répondre
  18. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je précise le coup des bobox :

    1. Si tu es chez un autre opérateur que FT, comme bigo², le tarif local d’un n° azur est celui de FT, pas celui de ton opérateur (0,01€/mn), donc, ça fait déjà plus cher que si tu appelles ton cousin dans un autre département, voire certains pays d’Europe.
    2. Si en plus d’être chez un autre opérateur, tu as pris un abonnement bigophone illimité (10€/mois sur toute la France), tu découvre que c’est hors forfait. Et au tarif FT. Donc, c’est nettement plus cher.
    3. Et comme les numéros spéciaux se développent vitesse grand V, t’es super content de raquer 10€ pour des prunes, puisque tu te retrouves à banquer tes coups de fil en plus et au tarif FT auquel tu croyais avoir échappé

    Tu te fais donc entuber 2 fois sur chaque appel (hors forfait + tarif FT plus cher), comme pour un deuxième effet Kiss Pas Cool!
    CQFD!

    Répondre
  19. jcd
    jcd dit :

    La concurrence : où çà ? Combien de groupes contrôlent-ils les télécommunications ? Comptez, comparez mais ne vous limitez pas à la France, si douce soit-elle à vos yeux, pensez Europe et même mondial. Le régime normal du capitalisme (=libéralisme) est l’oligopole, la concentration financière, la concurrence n’est jamais utile que pour écraser l’autre, en phase de constitution d’un « marché » après … le cartel , l’entente, conclue sciemment ou de fait.

    L’aménagement du territoire n’est possible que dans une vision de service public si l’on veut qu’il favorise l’égalité, l’aménagement du territoire fait par des organismes (sociétés immobilières, opérateurs de télécoms, société privée de chemins de fer ou d’autoroutes) qui ne vise que LEUR profit n’engendre qu’inégalité. Il faut arrêter de se vivre comme des consommateurs, la vie ne se passe pas à consommer mais à créer du social, du sens et même parfois de la joie et du bonheur, et puis aussi à travailler au bien-être collectif ou à l’accroissement du profit du rentier. C’est cet ensemble là qui nous forme, c’est en le prenant en compte complètement qu’on peut peut-être commencer à penser.

    Vive le moins cher, c’est de la pisse de biquette comme fondement d’une réflexion.

    Répondre
  20. Alain
    Alain dit :

    Ha ha ha Agnès.
    Encore une fois la même histoire du gentil fonctionnaire qui sert l’état et les usagers, qui garantie le bon fonctionnement du service public et le méchant secteur privé qui vole les clients avec un service à chier.
    Sauf que comme toujours, tu oublies systématiquement de citer les abus de position dominante des monopoles d’état.
    Exemple actuel la SNCM ou les syndicats ne veulent pas entendre parler de privatisation tout simplement pour garder leurs avantages à eux. Les syndicats de la SNCM n’ont rien à foutre du service public, de la continuité territoriale ou du simple respect des usagers. La seule chose qui les intéresse c’est de garder leurs acquis sociaux et conserver leurs avantages sous prétextes qu’ils font grèves pour le bien de tous.

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-696390,0.html

    C’est ce monopole la qu’il faut briser, ces syndicalistes qui usent et abusent de leur monopole pour sauvegarder leurs propres intérêts sous prétexte qu’ils agissent pour le bien tous.

    Vivement que la SNCF et la poste soient privatisées.

    Répondre
  21. monde guerrier
    monde guerrier dit :

    Si vous lisez « le monde », même la SCNM, c’est un peu plus compliqué que cela (voir les analyses complémentaires, avec un retour historique). De toute façon, dans service public, il y a service, et il n’est pas sûr que la régularité de passage du bâteau suffise à la satisfaction d’un usager-client… Il n’y a pas que la baisse du prix qui fait la part de marché des concurrents, mais aussi la qualité de service ; et ces remises en cause, pas seulement économiques, mais commerciales ont semble-t’il fait défaut. Mais qu’une entreprise soit publique ou privée, si le bâteau devient ingouvernable (public), mais aussi ne répond qu’aux critères de rentabilité (privé), ça pose problème. Penser aussi que juste un statut règle le problème de qualité de service (et le lien rentabilité ou sinon équilibre financier) n’est qu’une position idéologique.

    Répondre
  22. Alain
    Alain dit :

    Tout à fait.
    Tout monopole qu’il soit privé, public où je ne sais pas quoi d’autre doit être combattu.
    Le rôle de l’état est de briser tout monopole pour garantir une concurrence libre et non faussée.
    Le rôle de l’état n’est pas de favoriser tel ou tel organisation privée ou public.
    Le rôle de l’état est encore moins de financer des sociétés privées ou publics pour les remettre sur les rails.
    Le rôle de l’état est de jouer les arbitres.

    Répondre
  23. jcd
    jcd dit :

    à Alain : Arbitre : entre qui et qui ? (entre entreprises ? ou entre la colectivité et les intérêts particuliers ? ) au profit de qui ? concurrence libre et non faussées entre travailleurs aussi ? t’es prêt à bosser pour UN euro l’heure ou un dollar par jour? vas-y.

    Répondre
  24. manu25
    manu25 dit :

    Je ne sais plus qui a dit « … Le libéralisme c’est l’art de faire payer ce qui auparavant était gratuit » et on en est en plein dedans. Après les PTT, GDF, bientôt, dans un premier temps la privatisation partielle d’EDF…En attendant les secteurs de la santé et de l’éducation nationale. Ou l’on comprend, également très bien les manoeuvres de déstabilisations(perquisition au siège de la fédération EDF, SNCM…) envers la CGT. L’empècheur de privatiser en paix…

    Enfin à Alain: vous vaincrez mais ne convaincrez jamais.

    Répondre
  25. Racket
    Racket dit :

    Halte au racket des numéros spéciaux ! Pas une administration, les banques, les VPC, le moindre commerçant, SNCF, RATP, stations de radios, chaines TV, le pire la Sécurité Sociale ! Levons-nous tous en France pour arrêter ce vol manifeste téléphonique. Une française très en colère !

    Répondre
  26. BG
    BG dit :

    Tout à fait d’accord, Racket. Pour ma banque, j’ai exigé et obtenu un numéro en 01…et l’adresse électronique de mon conseiller. Les VPC, j’écris et exige qu’ils me rappellent et ils le font si ils veulent ma commande. Pour les autres, je n’ai pas trouvé encore, mais je cherche…

    Répondre
  27. Dominique
    Dominique dit :

    La seule solution pour obtenir un service rendu de qualité face aux opérateurs privés c’est la création d’une organisation de masse de consommateurs. Groupons nous et demain, l’internationale des consommateurs fera plier les multinationales rapaces et cupides… s’organiser c’est facile c’est pas cher et ça rapporte toujours trés gros! 3 millions d’abonnés qui éxigeraient la suppression des hots line payantes et la résiliation automatique du contrat en cas de panne qui se prolongerait au délà d’une certaine durée, c’est possible! rappelez vous que la démocratie ne fonctionne que s’il éxiste des contre-pouvoirs efficaces et réactif! Allez les moutons, arrétez de vous faire tondre et passez à l’action!

    Répondre
  28. Pot de terre
    Pot de terre dit :

    En tout cas on se fait au final toujours posséder….

    On croit économiser en prenant de l’illimité et petit à petit la gangrène des numéros spéciaux se propage, les numéros des institutions et entreprises changent les uns après les autres pour des 08xx, nous obligeant a conserver un abonnement de 14 € en sus. C’est un bon moyen pour FT de gagner sur tous les tableaux et de conserver à la barbe des autres opérateurs et au nez de ses clients de l’illimité sa position dominante. Il y aurait-il entente, avantages ou rabais de FT pour inciter a passer en 08xx ?

    La stratégie aujourd’hui n’est plus dans le service, mais dans l’art de le détourner.

    Mon forfait téléphonique, je vais le rendre… Personnellement il ne me sert pas a grand chose. Même des numéros commencants par 01,02,03,04,05 dans certaines entreprises sont vérouillés à travers leur autocoms internes et interdisent les appelles depuis les numéros VoIP sans messages et sans aboutir. Alors que test à l’appui, je prend mon fixe et ca passe… Je trouve cela même très dangereux en terme de fiabilité.

    Amicalement

    Répondre
  29. cat
    cat dit :

    les numéros dits "spéciaux" ont fait exploser ma facture-forfaitaire de 30 euros à … 170 euros. Et je ne parl pas des recherches infructueuses pour connaitre les répondants de ces numéros afin des les éviter ou, tout au moins, des les utiliser le moins souvent. Malheureusement, ces numéros appartiennent à des sites internet, donc et bien sûr non identitfiables : sinon, c’est moins rigolo… evidemment. Bref, la chasse au dahu est ouverte

    Répondre
  30. POULETO 51
    POULETO 51 dit :

    Salut à tous, je me permet juste une précision en ce qui concerne le dégroupage.
    Tout dabord FT propose lui aussi du dégroupage depuis quelques moi déja.

    Le probléme c’est que la majorité des gens pensent qu’en étant dégroupé on a une ligne identique à celle d’avant mais sans l’abonnement et illimité..(génial)
    En réalité c est de la voix sur ip, rien à voir avec une ligne analogique normale.
    La qualité et souvent moins bonne, les pannes plus fréquentes que sur une ligne "normale"(si la box déconne,c’est fréquent, le téléphone ne fonctionne plus), et surtout on ne peut appeler que des fixes..
    les portables étant surtaxé, (plus du double qu’une ligne classique), les numéro spéciaux ne fonctionnent pas, si vous avez un fax il ne fonctionnera pas, enfin si vous avez une alarme qui appele un centre de sécurité, ca ne fonctionne pas non plus.
    Bref, attention au dégroupage, ce n’est pas toujours adapté à votre utilisation.
    Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui aucun concurent de FT propose des ligne analoqiques.

    Répondre
  31. gavroche
    gavroche dit :

    Nous vivons dans une société qui nous truande tous les jours,avec souvent la complicité de la justice et de certains hommes politiques,oui c’est honteux cette histoire de numéro spécial surtaxé,j’aimerais savoir pourquoi cette surtaxe,on ne téléphone pourtant pas à des correspondants se trouvant sur "la lune" et encore moins sur du filaire en "or massive",alors expliquez moi cette arnaque messieurs les "Hauts Fonctionnaires" de France au service de la grande finance.

    Répondre
  32. Surfer35
    Surfer35 dit :

    Je ne pige pas tout, là!!

    -Quel est le lien entre la SCNM et la fonction publique?

    -D’où sort ce % de fonctionnaire 94%, alors que l’on sait que depuis le début des années 90, il-n’y-a-plus de recrutement de fonctionnaire chez FT.

    – L’exemple anglais de la privatisation du réseau ferré devrait pourtant "refroidir" Et il serait peut-être temps d’arrêter de croire que tout privatiser rendra les accés moins chers et plus performant.

    La politique du moins disant n’a jamais été le gage de qualité.

    Quand au service public, celui qui permet la distribution de la presse a un prix défiant toute concurence, il continuera à subsister tant qu’il ne sera source d’aucuns profits

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *