Articles

Valeurs actuelles

— sauf miracle ou imprévu, en 2017, La Le Pen va gagner ! C'est le genre de choses qui prend bien la mesure de la tablée, avec les réactions spontanées et néanmoins bien marquées que cela déclenche immanquablement. D'un côté,…

Du pain, des jeux et des glaviots

Cet été 2016 aura été celui de tous les records : records de chaleur, certes, mais aussi records de peur, de fureur et de laideur. Alors même que nous venions de nous faire enfiler dans les grandes largeurs par la loi « Travaille! »…

La loi des riches

Quand j'entends dire que le Code du travail est trop compliqué et que ses lois sont trop contraignantes, je me demande souvent de quoi on parle. Et surtout QUI parle. Parce que bizarrement, dans ma vie de salariée qui remonte pourtant…

Principe d'insincérité

Ce matin, je repensais à la question du non-recours aux droits sociaux. Ce n'est quand même pas rien, tous ces gens dans l'embarras qui mettent tant de mauvaise volonté à réclamer le secours qui leur est si généreusement octroyé par…
,

Je lutte donc je suis

Drôle d'endroit pour une rencontre : un lycée agricole paumé au fin fond de la pampa, des affichettes A4 griffonnées à la main, ces longs bâtiments utilitaires et sans âme dont les années 70 raffolaient et au bout du chemin un peu…
,

La lutte contre les inégalités expliquée à ma fille

J'en ai marre : à la fin du sport, c'est toujours moi qui passe la raclette dans les douches. La quoi ? Quand on est parent, on n'est pas toujours très vif sur les mots-clés sur lesquels on doit s'attarder. Je visualise vaguement…
,

Bon débarras!

Franchement, l'année 2014 était médiocre pour la plupart d'entre nous. En dehors de la poignée de profiteurs pour lesquels le pillage des biens communs s'est traduit par un enrichissement personnel totalement indécent, pour la grande…

Déshabiller tout le monde pour n'habiller personne

Si le Gers est le pays du Bonheur dans le pré, alors le Garros, c'est le tas de compost qu'on planque derrière la haie. Le Garros. Déjà, il y a 30 ans, c'était le quartier à réhabiliter et à désenclaver. Un peu comme le Mirail…

De l'absolue nécessité d'un revenu universel

Comme dirait Coluche : il parait qu'il y a cinq-millions de personnes qui veulent du travail. C'est pas vrai, de l'argent leur suffirait! Je crois bien, mais je ne suis pas sure, que nous n'avons jamais été aussi riches qu'en ce moment.…

L'apocalypse des petits bourgeois

Cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé cinéma par ici. Il faut dire que si l'on cherche de l'audace ou des thématiques adultes, on est bien mieux servis par les séries TV dont certaines enterrent depuis pas mal de temps la platitude…

La mort du socialisme

Parfois, au cœur de la nuit, je me dis que tout cela n'est qu'une vaste fumisterie, que nous sommes tous morts, si nous avons jamais été vivants, et que c'est exactement ça l'enfer : un endroit de merde où tout marche sur la tête.

Au nom du père

La polémique autour du mariage pour tous a surtout été une belle occasion ratée d’avoir un vrai débat de fond sur la société au lieu d’un affrontement stérile autour d'une problématique d’un autre âge.

Faut-il museler Valerie Trierweiler?

Pour ceux qui auraient raté les épisodes précédents : nous avons un nouveau président qui nous a promis plein de changements et qui commence par arriver au pouvoir même pas marié. En plus, sa copine, elle est journaliste et elle n'a pas l'intention de s'effacer devant la carrière de l'homme, à la surprise générale. Et non contente de ne pas rester à sa place, elle exprime des opinions.

Tout le monde n'a pas la chance d'avoir une compagne féministe

Souvent, ils regardent monsieur Monolecte avec la larme à l’œil et s'apitoient sur son sort : vraiment, tu sais, tu en as bien du courage pour la supporter depuis tout ce temps. Mais ils ne se posent jamais la seule et unique question intéressante, à savoir le présupposé masochisme de celui qui a pu ainsi lier sa vie à la mienne pendant plus d'un quart de siècle.

Ruptures d'anévrisme

Le capitalisme prospère sur le mythe de la classe moyenne : faire croire à un prolo qu’en bossant toute sa vie pour acquérir son clapier, il a les mêmes intérêts de classe qu’un rentier.

L'impasse

Ce n'est pas comme si nous n'avions pas été patients. Ce n'est pas comme si nous n'avions pas participé massivement (bien que souvent à notre corps défendant !) au grand effort collectif (pour une fois !) de modernisation du monde. Ce n'est pas comme si nous n'avions pas aussi porté en nous ce grand espoir de lendemains qui chantent.
Mais tout de même, au bout de plus de 30 ans d'efforts, de sacrifices (toujours décidé par les uns et supportés par d'autres, mais toujours les mêmes autres), de régressions sociales massives, alors même que l'on nous contraint à toujours plus de serrage de ceinture, il est peut-être temps d'arrêter de jouer les gros naïfs confiants et de demander à nos apôtres du bonheur libéral si, au bout du compte, ils ne se seraient pas un peu payé la fiole de 99 % de l'humanité.

Effet ciseau

Et là, est-ce que tu commences à bien la sentir, la main invisible du marché ? Est-ce que tu la sens bien, son étreinte implacable qui t'a choppé par les balloches et qui te broie, continuellement, inexorablement, jusqu'à ce que tu mettes genou à terre, jusqu'à ce que tu ploies l'échine, jusqu'à ce que tu ne sois plus rien qu'un grand cri de douleur ?