Articles

Publicité comparative

Quel rapport entre une charrette capable de contenir 5000 personnes, une tante en Inde, le pet de lapin et moi ?

La tentation du pire

Indignations, frustrations, colère et impuissance : un bien mauvais cocktail d'émotions nous étreint face à la grande récession sociale alimentée chaque jour un peu plus par les coups bas de nos dirigeants, à peu près partout dans le monde.

La fabrique de la pauvreté

Où il s'avère que nous avions mal compris le slogan de campagne du Princident : FAIRE travailler plus pour gagner plus

Et mon cul sur ton nez, ça te fera une paire de lunettes à rationalité économique?

Eh oui, les prolos sarkozystes devraient être un peu chafouins ces derniers temps et pourtant la grande entreprise d'équarissage en gros Sarko- Fillon n'en est qu'à son galop d'essai. Tu as fini ton pain blanc, tu commences déjà à regretter ton pain bis, voilà venue l'heure de la brioche!

De quoi Monsanto est-il le nom?

L'entreprise Monsanto, pour une multitude de raisons plutôt rationnelles, est actuellement l'une des entités modernes qui focalise le plus d'opinions négatives à son encontre.

Une offre tout ce qu'il y a de plus convenable

Il n'aura échappé à personne qu’hier fut une journée particulièrement grandiose pour tous ceux qui ont cru à la légende du princident de l'augmentation du pouvoir d'achat. Cela dit, ce soyons pas langue de pute, le ch'tiot princident n'a jamais cru bon préciser à qui il destinait réellement cette fameuse augmentation du pouvoir d'achat...

La concurrence, c'est bon pour ton poil!

Ne jamais perdre de vue que la construction européenne actuelle se fait essentiellement sur ce socle, c'est à dire sur l'idée que la concurrence libre et non faussée est le modèle grâce auquel nous allons cavaler cheveux au vent vers un avenir radieux sur fond de soleil levant.

Ceci n'est pas un rapport

Sacré poissard!
Je ne parle pas de Terry Gilliam, bien qu'il semble qu'il se traîne une scoumoune plus grande que les deux tours du WTC réunies, mais bien de Jacques Attali qui a planché sur un rapport sur la libération de la croissance pendant des semaines et qui se retrouve à le publier pile-poil au moment où le château de cartes de la spéculation mondiale commence à s'effondrer avec la précision mécanique d'une exhibition de dominos.

Tout va bien!

Juste pour traduire mon état d'esprit en ce début d'année, sans me noyer dans les mots...

Un certain ressenti du pouvoir d'achat

Il parait que les Français ont le sentiment que leur pouvoir d'achat a baissé ces derniers temps. Une question de ressenti, somme toute...

Les nouveaux décroissants

D'un côté il y a le futur Grenelle de l'environnement qui, juré, craché, va sérieusement se pencher sur les questions des OGM, du climat et tout ça.
De l'autre, il y la bataille de chiffre autour du pouvoir d'achat des Français et de la courbe de la croissance qui bande mou.
Et au milieu, il y a nous, les pauvres cloches à qui l'on promet tout dans un monde de joyeux Bisounours.

De la démocratie en entreprise

Même si, sur le moment, j'ai eu l'impression d'être chassée du paradis à coups de pied dans les fesses, il s'avère à l'usage que j'ai enfin été libérée du salariat et que je compte bien ne pas retomber dedans.

Comment le dimanche travaillé revient par la fenêtre

Il y a moins d'une semaine, je dégoupillais joyeusement sur la monomanie actuelle du dimanche travaillé en citant abondamment un amendement destiné à rendre cette joyeuseté possible. Hier, le responsable de ce pneumatique parlementaire me répondait sur Bétapolitique où mon texte était repris. Et le même jour, Christine Lagarde en remettait une couche!
Y a vraiment le feu à la maison du salariat. Pas de bol, tous les pompiers sont à la plage!

La stratégie de la hache de pierre

Alors que nous avons consacré 4% du PIB en aides diverses et variées aux entreprises en 2005, les MEDEFiens renforcent encore leur chouinage sur l'air de toujours plus... toujours plus de fric pour eux, toujours plus de pression pour nous.
En toile de fond de tous ces coups de tamtam dans la volière, toujours et encore le même objectif : le démentèlement pur et simple du Droit du Travail, cet empêcheur d'exploiter et de profiter en rond.

Finalement, rien de bien nouveau, puisque nous restons strictement dans la même ligne de revendications, comme en témoigne ce Petit précis de sylviculture politique comparée, écrit pour Altermonde, un certain 14 juillet 2004.

Le salarié au sifflet

Poursuivons notre petite exploration des joyeusetés du salariat contemporain, avec, aujourd'hui, cette merveille du capitalisme contemporain qu'est le concept du salarié au sifflet.

L'éternel combat

Où l'on se rend compte qu'un vieux film qui a presque mon âge et qui raconte la Grande Dépression finit forcément par devenir une œuvre d'anticipation.

My secretary is rich

On peut toujours envisager de laisser le champ libre aux économistes libéraux élevés en batterie. Ou alors, on relève le gant du défi, on monte sa propre théorie des salaires et on leur rafle pour une fois le pactole du Nobel sous le nez.
Surtout qu'on en a forcément plus besoin qu'eux!